Vous êtes sur la page 1sur 84

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE

MINISTERE DE L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET


DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE

UNIVERSITE SAAD DAHLEB DE BLIDA

Faculté de technologie
Département de Génie Civil

MEMOIRE DE LICENCE EN GENIE CIVIL


Pour l’Obtention du diplôme de
LICENCE EN GENIE CIVIL

Thème

ETUDE D’UN BATIMENT MILTIFONCTIONNEL


DE (R+5) EN BETON ARME

Présenté par :
Mr LABRI Khaled
Mr EL AHOUEL Aymen

Encadré par :
Mr M. SLITAN

PROMO 2019/2020
REMERCIEMENTS

Nous tenons tout d’abord à remercier Dieu tout puissant qui nous a donné la
santé, le courage et la patience pour mener à bien ce modeste travail.

Nous tenons à exprimer nos vives gratitudes et notre profonde reconnaissance à


notre encadreur Mr SLITEN Pour son aide, ses conseils et sa disponibilité
permanente, nous faisant partager ainsi ses connaissances et son expérience dans
le domaine du bâtiment.

Nos plus vifs remerciements vont à tous nos professeurs qui ont contribué à notre
formation, ainsi que les membres du jury qui nous ont fait l’honneur d’évaluer ce
modeste travail.

On remercie l’ingénieur Mr FAHIM ABDOU Pour nous aider avec certains


des problèmes que nous avons eus pendant la réalisation de notre projet.

Nous souhaitons exprimer nos profondes gratitudes à tous les enseignants qui
nous ont formé dès la 1ere année jusqu’ à la 5eme à l’USDB, et nous tenons à
remercier particulièrement de département de génie civil.

Nombreuses sont les personnes qui nous ont apporté leur aide et leur soutient de
loin ou de près à la réalisation de ce modeste travail, nous tenons à leurs
présenter nos remerciements les plus sincères.
TABLE DES MATIERES

REMERCIEMENTS
TABLE DES MATIERES
PLANS
INTRODUCTION 1
CHAPITRE 01 : PRESENTATION DE L’OUVRAGE ET MATERIAUX
1.1 Introduction 2
1.2 Présentation de l'ouvrage 3
1.3 Caractéristiques mécaniques des matériaux 7
1.4 Hypothèses de calcul aux états limites 13
CHAPITRE 02 : PREDIMENSIONNEMENT DES ELEMENTS
2.1 Introduction 15
2.2 Pré dimensionnement des planchers 15
2.3 Evaluation des charges et surcharges 17
2.4 Pré dimensionnement des poutres 20
2.5 Pré dimensionnement des poteaux 23
CHAPITRE 03 : FERRAILLAGE DES ELEMENTS RESISTANTS
3.1 Ferraillage des poutres 33
3.2 Ferraillage des poteaux 41
CHAPITRE 04 : FERRAILLAGE DES ELEMENTS SECONDAIRES
4.1 L’acrotère 43
4.2 Le balcon 47
4.3 Plancher en corps creux 52
CONCLUSION 67
REFERENCES
PLAN TERRASSE

GAINE DE FUMEE GAINE DE FUMEE

PB PB
RDC

GAINE DE FUMEE
GAINE DE FUMEE
VENT GAINE GAZ
H=80cm

C+5
TRAPPE D 'ACCES

B B

PH

RAMPE
PLAN ETAGE C

Séchoir Séchoir
4.10m² 4.10m²

CHAMBRE-02-
RDC 11.10m²
CHAMBRE-02-
11.10m² 01.50m² CUISINE
WC 10.20 m² CUISINE WC
10.20 m² 01.50m²
SDB SDB
03.60 m² 03.60 m²
ELE TEL EAU GAZ
B RAN RAN
0.70m2 0.70m2

F3 F3
COULOIR COULOIR
8.90 m2 8.90 m2

CHAMBRE-01- CHAMBRE-01-
13.00m² 13.00m²

SEJOUR SEJOUR
20.00m² 20.00m²

BALCON BALCON
3.90m² 3.90m²

RAMPE
PLAN 1 er ETAGE

F1 Séchoir F1 Séchoir
4.10m² 4.10m²
PF2 PSP1

C1 C1

01.50m²
CHAMBRE-02-
11.10m² CUISINE
10.20 m² WC CHAMBRE-02-
WC CUISINE 01.50m² 11.10m²
PAL1 SDB 10.20 m² SDB
03.60 m² 03.60 m²
PAL1 ELE TEL EAU GAZ
P2
B RAN PAL RAN
B
0.70m2 0.70m2
PL F3 F3
P2 COULOIR
8.90 m2 PE COULOIR
8.90 m2

CHAMBRE-01- CHAMBRE-01-
13.00m² 13.00m²

SEJOUR SEJOUR
20.00m² 20.00m²

PF1
F1
C2 C2
BALCON F1 BALCON
3.90m² 3.90m²

RAMPE
RDC
A

A
A

ELE EAU GAZ

B B

COMMERCE 01 COMMERCE 02 COMMERCE 03 COMMERCE 04


39.20 m² 21.00 m² 21.00 m² 39.20 m²

RAMPE
FAÇADE
PRINCIPALE
CELLULE BARRE
( COMMERCES)
FAÇAD
POSTERIE
CELLUL
( COMM
GAINE DE FUMEE GAINE DE FUMEE
TRAPPE D 'ACCES
+ 19.04

+ 15.98

+ 12.92

+ 9.86

COUPE -BB-
CELLULE
BARRE
( COMMERCES)

+ 6.80

+ 3.74

± 0.00
( COMMERCES)
+ 19.04

+ 15.98

+ 12.92

+ 9.86

+ 6.80

+ 3.74

± 0.00
GALERIE
Introduction générale

INTRODUCTION

Depuis l'antiquité, l’homme cherche à construire et développer des connaissances pour une
conception plus sécuritaire et plus économique, de la construction des pyramides jusqu’au la
conception des plus hautes tours au monde. Une étape indispensable dans la conception a pour
but d’assurer la stabilité et la résistance des bâtiments vis-à-vis aux différentes sollicitations,
donc le concepteur doit respecter les critères suivants :

❖ La résistance.
❖ Les exigences esthétiques de l’architecte.
❖ L’aspect économique.

Dans le cadre de ce présent projet, nous proposons de faire une étude manuelle d’un bâtiment
à usage d’habitation à 5 étages, ce travail sera mené selon les étapes suivantes :

Le 1er chapitre constitue une présentation descriptive de l’ouvrage avec les dimensions en plan
et en élévation et les caractéristiques des matériaux utilisés.

Le pré dimensionnement des éléments résistants (poteaux, poutres, planchers), fait l’objet du
2eme chapitre

Le ferraillage des poteaux, poutres se fera dans le 3eme chapitre avec les résultats d’un calcul
manuel tout en vérifiant les critères imposés par le RPA99 et le BAEL91.

Dans le 4eme chapitre nous nous intéressons à l’étude des éléments secondaire qui comporte
notre bâtiment, Nous citons (l’acrotère, les escaliers, les planchers et les balcons).

Ainsi, nous terminons ce projet par une conclusion général.

1
CHAPITRE 01 Présentation de l’ouvrage et matériaux

I.1. Introduction :
L’étude architecturale d’un projet de bâtiment se base sur les aspects fonctionnels,
structuraux et formels de ce dernier, le génie civil doit élaborer son étude en tenant compte
des paramètres suivants :

❖ L’usage de la structure.
❖ La résistance.
❖ Les exigences esthétiques de l’architecte.
❖ L’aspect économique.

Cette étude comptera la conception des éléments : tel que les poteaux, les poutres, les
planchers, ainsi que le calcul des éléments secondaires (l’acrotère le bacon …).

L’objectif de ce chapitre est de présenter la liste des données du bâtiment analysé,


concernant le type de structure, les éléments, la géométrie et les propriétés des matériaux.

I.2. Présentation de l’ouvrage :


L’ouvrage faisant l’objet de notre étude est un bâtiment commercial, implanté à wilaya
d’ALGER qui est classée comme zone de forte sismicité (zone III) selon les (RPA 99
version 2003).

I.2.1 Caractéristique de l’ouvrage :


L’ouvrage en question a une forme régulière, il se compose de RDC+5 étages à usage
commerce pour le RDC et habitation pour les étages courants.

I.2.2 Caractéristiques géométriques :


a. Dimensions en élévation :
- Hauteur totale sans acrotère est de : 19,04 m
- Hauteur totale avec acrotère est de : 19,64 m
- Hauteur du rez de chaussée est de : 3,74 m
- Hauteur de l’étage courant est de : 3.06 m
b. Dimensions en plan :
- Longueur totale (sens longitudinal) : L = 22 m
- Largeur total (sens transversal) : L= 9.35 m

3
CHAPITRE 01 Présentation de l’ouvrage et matériaux

Figure I.1 : Vu en élévation

4
CHAPITRE 01 Présentation de l’ouvrage et matériaux

Figure I.2 : Vu en plan

5
CHAPITRE 01 Présentation de l’ouvrage et matériaux

I.2.4 Les Planchers :


Les planchers sont des éléments plans dont l'épaisseur est faible par rapport à leurs
dimensions.

Notre bâtiment comporte un seul type de planchers :

Corps creux pour les étages courant.

I.2.5 Escaliers :
Servent à relier les niveaux successifs et à faciliter les déplacements, réalisés en béton
armé coulé sur place. Notre structure comporte un seul type d’escalier :
• Escalier à deux volées et un palier intermédiaire.

I.2.6 Terrasse :
Il existe un seul type de terrasse :
• Terrasse inaccessible.

I.2.8 Maçonnerie :
Les murs de notre structure seront exécutés en brique creuse.
• Murs extérieurs : ils seront constitués d’une double cloison de 30cm d’épaisseur.
Brique creuse de 10 cm d’épaisseur pour la paroi externe du mur.
L’âme d’air de 10 cm d’épaisseur.
Brique creuse de 10 cm d’épaisseur pour la paroi interne du mur.
• Murs intérieurs : ils seront constitués par des cloisons de 10 cm

I.2.9 Infrastructure :
Elle sera réalisée en béton armé coulée sur place, elle doit constituer un ensemble
résistant et rigide capable de remplir les fonctions suivantes :
1) Réaliser l’encastrement de la structure dans le sol.
2) Limiter les tassements différentiels.
3) Transmettre les charges horizontales (charges sismiques) et les charges verticales au
sol d’assise de la structure.
4) La contrainte admissible du sol est de 2 bar = 0,2 MPa.
5) La catégorie de site S3 . (site meuble)

6
CHAPITRE 01 Présentation de l’ouvrage et matériaux

I.3. Caractéristiques mécaniques des matériaux :


Les caractéristiques des matériaux utilisés dans la construction du complexe doivent être
conformes aux règles techniques de construction et de calcul des ouvrages en béton armé
(BAEL91) et tous les règlements applicables en Algérie (RPA 99version 2003 et CBA93).
I.3.1. Béton :

a. Composition du béton :
Le béton est un matériau constitué par le mélange de ciment, de granulats et de sable dans des
proportions convenables. Par contre, le béton armé est un matériau obtenu en enrobant dans le
béton des aciers afin d’équilibrer les efforts de traction ou renforcer le béton pour mieux
résister aux efforts de compression lorsque ce dernier ne peut pas à lui seul remplir cette
tâche.

b. Résistance du béton :
Le béton est caractérisé par sa résistance à la compression, et sa résistance à la traction,
mesurée à " j" jours d’âge.
• Résistance à la compression : Désignée par fc28 (résistance à la compression à 28
jours), elle et obtenue par écrasement en compression axiale sur des éprouvettes
cylindriques normalisées (1632) cm² dont la hauteur est double du diamètre et leurs
sections est de 200 cm². Pour les ouvrages courants, on admet une résistance
caractéristique à la compression à 28 jours égale à 24 Mpa.
• Résistance à la traction : La résistance à la traction est déterminée par plusieurs
essais, parmi ces essais on peut citer :
1. Traction directe sur les cylindres précédents.
2. Traction par fendage en écrasant un cylindre de béton placé horizontalement entre les
plateaux d’une presse (essai Brésilien).

Figure I.3 : Essai Brésilien

7
CHAPITRE 01 Présentation de l’ouvrage et matériaux

3. Traction par flexion : A l’aide d’une éprouvette prismatique de côté « a » et de longueur


« 4a » reposant sur deux appuis horizontaux et soumise à la flexion.
a a a

Prisme
a

a/2 3a a/2

Figure I.4 : Traction par flexion

La résistance caractéristique à la traction du béton à « j » jours, notée ftj, est


conventionnellement définie par la relation :
ftj = 0,6 + 0,06 fcj (MPa) [1]

Pour notre ouvrage, on utilise le même dosage de béton avec une résistance caractéristique
à la compression f C28 = 22 MPa et à la traction ft28 = 1,92 MPa

c. Module de déformation longitudinale du béton :


Ce module est connu sous le nom de module de Young ou de module d’élasticité
longitudinal ; il est défini sous l’action des contraintes normale à courte et à longue durée.
• Module de déformation instantané :
Pour un chargement d’une durée d’application inférieure à 24 heures, le module de
déformation instantané Eij du béton âgé de «j » jours est égale à :
Eij = 11 000 (fcj) 1/3 (MPa)
Pour : fc28 = 22 MPa on trouve : Ei28 = 30790,69 MPa.

• Module de déformation différé


Il est réservé spécialement pour des charges de durée d'application supérieure à 24
heures ; ce module est défini par :
Evj = 3700. (fcj)1/3 (MPa )
Pour : fc28 = 22 MPa on trouve : Ev28 = 10356,86 MPa.

8
CHAPITRE 01 Présentation de l’ouvrage et matériaux

d. Coefficient de poisson :
Il représente la variation relative de dimension transversale d’une pièce soumise à une
variation relative de dimension longitudinale.

𝐫𝐚𝐜𝐜𝐨𝐮𝐫𝐜𝐢𝐬𝐬𝐞𝐦𝐞𝐧𝐭 𝐫𝐞𝐥𝐚𝐭𝐢𝐟 𝐥𝐨𝐧𝐠𝐢𝐭𝐮𝐝𝐢𝐧𝐚𝐥


𝛎=
𝐚𝐥𝐥𝐨𝐧𝐠𝐞𝐦𝐞𝐧𝐭 𝐫𝐞𝐥𝐚𝐭𝐢𝐟 𝐝𝐮 𝐜𝐨𝐭é 𝐝𝐞 𝐥𝐚 𝐬𝐞𝐜𝐭𝐢𝐨𝐧

• ν=0 pour le calcul des sollicitations et dans le cas des états – limites ultimes (béton
fissuré).
• ν = 0,2 pour le calcul des déformations et pour les justifications aux états-limites de
service (béton non fissuré).

e. Contraintes limites de calcul :


En se référant au règlement du BAEL 91(modifié 99), on distingue deux états limites :

1. Etat limite ultime « E.L.U » :


C’est un état au-delà duquel le bâtiment n’est plus exploitable et dont le déplacement
entraîne la ruine de l’ouvrage. La contrainte limite, notée fbu est donnée par :
0.85 f c 28
fbu =
 . b
Avec :
γb = Coefficient de sécurité.

1, 5 Cas de situations durables ou transitoires


γb =
1,15 Cas de situations accidentelles

Le coefficient de minoration 0,85 a pour objet de couvrir l’erreur faite en négligent le fluage
du béton.
θ = coefficient qui est en fonction de la durée de chargement des actions.

9
CHAPITRE 01 Présentation de l’ouvrage et matériaux

bc

εbc
2‰ 3,5‰

Figure I.5 : Diagramme contraintes – déformations du béton à l’ELU

2. Etat limite de service « E. L. S » :


L’Etat limite de service est un état de chargement au-delà duquel la construction ne peut
plus assurer le confort et la durabilité pour lesquels elle a été conçue.
Le bâtiment doit vérifier les trois critères suivants :
• Compression du béton.
• L’ouverture des fissures.
• Déformation des éléments de la construction.
La contrainte limite de service est donnée par :
σbc = 0,6*fc28 [ MPa ]
Pour fc28 = 22 MPa on trouve : σbc = 13,2 MPa.

Figure I.6 : Diagramme contraintes – déformations du béton à l’ELS

I.3.2 Acier :
Afin de remédier au problème de non résistance du béton à la traction, on intègre dans les
éléments du béton des armatures d’acier pour reprendre les efforts de traction.
Les aciers utilisés sont :
▪ Pour les armatures longitudinales :

10
CHAPITRE 01 Présentation de l’ouvrage et matériaux

Haute adhérence FeE 500 σs = 434,78 MPa Situation durable ou transitoire.


(fe = 500 MPa)

▪ Treillis soudés (TS) : TLE520 Ø=6mm pour les dalles.

a. Contrainte limite de l’acier :


1. Etat Limite Ultime « E.L.U » :

On adopte le diagramme contraint–déformations avec :

fe
𝜎𝑠 ∶ Contrainte de l’acier Avec s =
s

𝛾𝑠 ∶ Coefficient de sécurité de l’acier il a pour valeur

1,15 cas d’actions courantes

1,00 cas d’actions accidentelles

∆𝐿
𝜀𝑠 ∶ Allongement relatif de l’acier Avec 𝜀𝑠 = 𝐿

Figure I.7 : Diagramme contrainte – déformations de l’acier à l’E.L.U

2. Etat limite de service « E.L.S » :

• Fissuration peu nuisible, pas de vérification.

11
CHAPITRE 01 Présentation de l’ouvrage et matériaux

2
• Fissuration préjudiciabl 𝜎𝑠 = min ( 3 𝑓𝑒; max(0.5 𝑓𝑒; 110√𝜂. 𝑓𝑡𝑗 ))
2
• Fissuration très préjudiciable : 𝜎𝑠 = 0.8 min ( 3 𝑓𝑒; max(0.5 𝑓𝑒; 110√𝜂. 𝑓𝑡𝑗 ))

Avec :

𝜂 : Coefficient de fissuration tels que

𝜂 = 1 pour des aciers ronds lisses

𝜂 = 1,6 pour des aciers de H. A

b. Allongement de rupture :
εs = Allongement de l’acier à l’ELU égale à 10‰.

c. Module d’élasticité longitudinale :


Le module d’élasticité de l’acier est la pente du diagramme contraintes – déformations, il sera
pris égale à : Es = 2,1.105 [ MPa].

d. Coefficient d’équivalence:
Le coefficient d'équivalence noté « n » est donnée par la formule suivante :
𝑬𝒔
𝒏=
𝑬𝒃
n : Coefficient d'équivalence.
Es : Module de déformation de l'acier.
Eb : Module de déformation du béton.

e. Protection des armatures :


Dans le but d’avoir un bétonnage correct et de prémunir les armatures des effets
d’intempéries et d’agents agressifs, nous devons veiller à ce que l’enrobage (c) des armatures
soit conforme aux prescriptions suivantes :

-c ≥ 5cm : Pour les éléments exposés à la mer, aux embruns ou aux brouillards salins
ainsi que pour ceux exposés aux atmosphères très agressives.

-c ≥ 3cm : Pour les éléments en contact d’un liquide (réservoirs, tuyaux,


canalisations).

12
CHAPITRE 01 Présentation de l’ouvrage et matériaux

-c ≥ 1cm : pour les parois situées dans les locaux non exposés aux condensations.

I.4. Hypothèses de calcul aux états limites :

I.4.1. Hypothèse de calcul à l’ELU :

H1 : Conservation des sections planes (diagramme linéaire des déformations).

H2 : Il n’y a pas de glissement relatif entre les armatures d’acier et le béton.

H3 : Le béton tendu est négligé dans le calcul.

H4 : Le raccourcissement unitaire du béton est limité à εbc=3,5‰ dans le cas de flexion simple
ou composée et de 2 ‰ dans le cas de compression simple.

H5 : L’allongement unitaire de l’acier est limité à 10‰.

1.4.2. Hypothèse de calcul à l’ELS :

H1 : Conservation des sections planes.

H2 : Glissement entre l’acier et le béton est négligeable.

H3 : Le béton tendu est négligé dans le calcul.

H4 : Les contraintes de compressions du béton, et de leurs déformations élastiques :


 b = Eb *  b
 s = Es *  s

H5 : Par convention le coefficient d’équivalence entre l’acier et le béton et :

𝑛 = 15

13
CHAPITRE 02 Prédimensionnement des éléments

II.1. Introduction :
Avant d’entamer tout calcul, il est plus pratique d’estimer l’ordre de grandeur des
éléments de la structure, cette étape représente le point de départ et la base de la justification à
la résistance, la stabilité et la durabilité de l’ouvrage aux différentes sollicitations.

En se basant sur le principe de la descente des charges et surcharges verticales qui


agissent directement sur la stabilité et la résistance de l’ouvrage, et des formules empiriques
utilisées par les règlements en vigueur, notamment les RPA99 version 2003, BAEL 91
modifié 99 et CBA 93 (règles de conception et de calcul des structures en béton armé), le
pré-dimensionnement de ces éléments est présenté dans les paragraphes subséquents.

II.2. Pré dimensionnement des planchers :


Les planchers permettent de séparer les différents étages d’une construction, elles
s’appuient et transmettent aux éléments porteurs (voiles, poteaux, poutres) les charges
permanentes et les surcharges d’exploitation. Elles ont une épaisseur faible par rapport aux
autres dimensions, se sont donc des éléments minces reposant sur 2, 3 ou 4 appuis. Leurs
fonctions essentielles sont :

- L’isolation acoustique et thermique entre étage.

- Cheminement des charges aux éléments porteurs.

- Assurer la compatibilité des déplacements.

Dans notre structure on distingue deux types de planchers :

❖ Plancher en dalle pleine pour les balcons


❖ Plancher en corps creux en partie courante.

Lorsqu’on veut dimensionner la structure, lors de l’avant-projet ou pour la descente de charge,


on peut utiliser les formules approchées.

II.2.1 Plancher en corps creux :

15
CHAPITRE 02 Prédimensionnement des éléments

Figure II.1 : Plancher à corps creux

L’épaisseur du plancher est déterminée par l’épaisseur des poutrelles. Pour le pré
dimensionnement, on va utiliser les formules empiriques.

L L
 ht 
20 25

L : Longueur de la portée libre maximale de la grande travée dans le sens des poutrelles.

ht : Hauteur du plancher.

L= 330 - 30 = 300 cm

330
𝐿 = 330 𝑐𝑚 ⇒ ℎ𝑡 ≥ = 14,66 𝑐𝑚
22.5

Donc on adoptera des planchers à corps creux avec une hauteur de (16+5)= 21cm.

Avec :

16 cm : hauteur du corps creux.

5 cm : hauteur de la dalle de compression.

16
CHAPITRE 02 Prédimensionnement des éléments

II.2.2 Balcon :

Le balcon est constitué d’une dalle pleine, l’épaisseur est conditionnée par : L = 1.20 cm

𝐿 120
𝑒≥ = = 12 𝑐𝑚
10 10

Donc on adopte une épaisseur des dalles pleines de 15 cm pour les balcons.

Conclusion :

Pour le pré dimensionnement des planchers, nous adopterons :

➢ Pour les planchers à corps creux e =21 cm. Ce qui nous donne un plancher constitue
de corps creux de 16 cm et une dalle de compression de 5 cm (16+5).

➢ Pour les balcons nous adopterons une épaisseur de 15 cm.

II.3. Evaluation des charges et surcharges :

Cette étape consiste à déterminer les charges et les surcharges qui influent sur la résistance et
la stabilité de notre ouvrage.

II.3.1 Charges permanentes :

II.3.1.1 Plancher terrasse inaccessible :

Figure II.2 : Plancher Terrasse à corps creux

17
CHAPITRE 02 Prédimensionnement des éléments

Protection mécanique en gravier ( e = 5cm ) ....................... (0,05) (18) = 0,90 kN/m2

Etanchéité multicouches ................................................... …………….. = 0,12 kN/m2

Forme de pente (emoy=10cm) ............................................. (0,10) (22) = 2,2 kN/m2

Isolation thermique (liège) (e=4cm) .................................. (0,04) (4) = 0,16 kN/m2

Dalle à corps creux (16+5) cm ..................................................................= 3,05 kN/m2

Enduit au plâtre ( e = 2cm ) ................................................. (0,02) (10) = 0,20 kN/m2

∑G = 6,63 KN/m2

II.3.1.2 Plancher de l’étage courant :

a. Dalle en corps creux :

Carrelage ( e = 2 cm ) ....................................................... (0,02) (20) = 0,4 kN/m2

Mortier de pose ( e = 2 cm ).............................................. (0,02) (20) = 0,4 kN/m2

Lit de sable ( e = 3 cm ) .................................................... (0,03) (18) = 0,54 kN/m2

Dalle à corps creux (16+5) cm ................................................................ = 3,05 kN/m2

Enduit au plate (2cm) ...................................................... (0,02) (10) = 0,20 kN/m2

Cloisons légères ...................................................................................... = 1,00 kN/m2

∑G = 5,59 kN/m2

Figure II.3 : Plancher étage courant à corps creux

18
CHAPITRE 02 Prédimensionnement des éléments

b. Balcon :

Carrelage ( e = 2cm ) ........................................................... (0,02) (20) = 0,4 kN/m2

Mortier de pose ( e = 2cm ) ................................................. (0,02) (20) = 0,4 kN/m2

Lit de sable (𝑒 = 3𝑐𝑚)....................................................... (0,03) (18) = 0,54 kN/m2

Dalle à épaisseur (15 cm) ................................................... (0,15) (24) = 3,60 kN/m2

Enduit en ciment (2cm) ...................................................... (0,02) (18) = 0,36 kN/m2

∑G = 5,30 kN/m2

II.3.1.3 Maçonnerie :

a. Mur extérieur à double cloison :

Enduit intérieur au plâtre ( e = 2cm ) .................................. (0,02) (10) = 0,20 kN/m2

2* Briques creux ( e = 10cm ) ............................................. (0,10) (9) = 0,9 kN/m2

Enduit extérieur au ciment ( e = 2cm ) ............................... (0,02) (18) = 0,36 kN/m2

∑G = 2,81 kN/m2

II.3.1.4 Acrotère :

10cm 10cm

2cm
8cm

60cm

Figure II.4 : Dimensions de l’acrotère

19
CHAPITRE 02 Prédimensionnement des éléments

Le poids propre de l’acrotère pour 1 ml est de G1 = ρb.S

 b : Le poids volumique du béton tel que  b = 24 kN/m3

S : La surface transversale totale.

0,02
𝑆 = (0,10 × 0,60) + (0,08 × 0,10) + 0,1 × = 0,07 𝑚²
2

D’où le poids propre de l’acrotère :

G1 = 24 x 0,07 = 1,68 kN/m

Le poids des enduits au ciment (ep=2cm) :

G2 = 0,02 x [2 x (0,60+0,10)]x 18 = 0,50 kN/m

Le poids total de l’acrotère :

G = G1 + G2 = 2,18 kN/m

II.3.2 Charges d’exploitation :

Vu la nature des planchers et leur usage, et selon l’utilisation de notre bâtiment,on distingue
les charges d’exploitation :

- Acrotère (main courante) ...................................................................... Q = 1,0 kN/ml

- Plancher terrasse (inaccessible) ............................................................ Q = 1,0 kN/m2

- Plancher a usage habitation ................................................................ Q = 1,5 kN/m2

- Balcon .................................................................................................. Q = 3,5 kN/m2

II.4 Pré-dimensionnement des poutres :


Les poutres sont des éléments porteurs horizontaux en béton armé, qui ont pour rôle la
transmission des efforts revenant des planchers aux poteaux. Leurs pré-dimensionnement
s’effectue par des formules données par le BAEL91 (modifié 99),

20
CHAPITRE 02 Prédimensionnement des éléments

Selon le BAEL 91 modifié 99 :

L L
- La hauteur h de la poutre doit être : h
15 10

- La longueur b de la poutre doit être : 0,3h  b  0,7h

Avec :

L : Portée de la poutre de la plus grande travée considérée

h : Hauteur de la poutre.

b : Largueur de la poutre.

II.4.1 Exemple de calcul :

1. Poutre Porteuse :
1.1. Selon les règles BAEL 91
On a : L = 480-30 = 450 cm
470 470
1) ≤ℎ≤
15 10

D’où : 31,33 ≤ ℎ ≤ 45 on prend h= 40 cm.

2) 0.3 ∗ 40 ≤ 𝑏 ≤ 0.7 ∗ 40

D’où : 12 ≤ 𝑏 ≤ 28 on prend b= 30cm.

• Vérification de la rigidité :

GP= 0,30×0,40×24= 2,88 kN/ ml.

G pt = 6,63×2,975 = 19,72 kN/ ml.

Q = 1× 2,97 =2,97 kN/ ml

Tel que q = GP + Gpt+ Q = 25,57 kN / ml.

𝑏ℎ3 (0,3)(0,40)3
I= = = 1,6 * 10-3 m4.
12 12

21
CHAPITRE 02 Prédimensionnement des éléments

𝐿 4500
fadm = = = 9,00 mm
500 500

5 × 25,75 × 103 × (4,5)4


𝑓𝑚𝑎𝑥 = = 8,28 𝑚𝑚
384 × 10367,54 × 106 × 1,60 × 10−3

fmax = 8,28 mm < fadm = 9,00 mm…..…….. La condition est vérifiée

2. Poutre non Porteuse :


2.1. Selon les règles BAEL 91
On a : l = 330-30 = 300 cm

300 300
Donc : ≤ℎ≤
15 10

D’où : 20 ≤ ℎ ≤ 30 𝑐𝑚 on prend h = 30 cm

Et : 0.3 ∗ 30 ≤ 𝑏 ≤ 0.7 ∗ 30

D’où : 9𝑐𝑚 ≤ 𝑏 ≤ 21𝑐𝑚 on prend h = 25 cm

• Vérification de la rigidité :

GP= 0,25×0,30×24= 1,87 kN/ ml.

Tel que q = GP = 1,87 kN / ml.

𝑏ℎ 3 (0,25)(0,30)3
I= 12
= 12
= 0,56 * 10-3 m4.

𝐿 3000
fadm = = = 6,00 mm
500 500

5 × 1,87 × 103 × (3,00)4


𝑓𝑚𝑎𝑥 = = 0.33 𝑚𝑚
384 × 10367,54 × 106 × 0,56 × 10−3

fmax = 0.33 mm < fadm = 6,00 mm…..…….. La condition est vérifiée

Conclusion :

o Pour le sens porteur on prend : b x h = 30*40(cm2).


o Pour le sens non porteur on prend : b x h = 25*30 (cm2).

22
CHAPITRE 02 Prédimensionnement des éléments

II.5 Les poteaux

Les poteaux sont des éléments structuraux verticaux destinés principalement à transmettre les
charges verticales aux fondations, et à participer au contreventement total ou partiel des
bâtiments.

II.5.1 Principe

• Les poteaux sont près-dimensionnés en compression simple en choisissant 3 types de


poteaux les plus sollicités de la structure. C'est-à-dire, un poteau central, un poteau de
rive.

• Chaque type de poteau est affecté de la surface du plancher chargé lui revenant, et on
utilisera un calcul basé sur la descente de charge. On appliquera la loi de dégression des
charges d’exploitation.

II.6.2 Étapes de pré dimensionnement (calcul)

• Calcul de la surface reprise par chaque poteau.

• Évaluation de l’effort normal ultime de la compression à chaque niveau.

• La section du poteau est alors calculée aux états limite ultime (ELU) vis-à-vis de la
compression simple du poteau.

II.6.3 Dimensionnement des poteaux

Le pré-dimensionnement est déterminé en supposant que les poteaux sont soumis à la


compression simple par la formule suivante :

 Br. f c 28 As fe 
Nu =   + .......... ....(1)
 0,9 b  s 

Avec :

* Nu : effort normal ultime (compression) =1,35G+1,5Q ;

* α : coefficient réducteur tenant compte de la stabilité ( = f ( )) .

23
CHAPITRE 02 Prédimensionnement des éléments

 lf 
λ: élancement d’EULER   =  .
 i 

lf : longueur de flambement ;

 I 
i : rayon de giration  i = .
 B 

* I : moment d’inertie de la section par rapport à l’axe passant par son centre de gravité et
 hb3 
perpendiculaire au plan de flambement  I = .
 12 

* B : surface de la section du béton

* γb : coefficient de sécurité pour le béton (γb=1,50)………..situation durable.

* γs : coefficient de sécurité pour l’acier (γs=1,15)………….situation durable.

* fe : limite élastique de l’acier (fe=500MPa) .

* fc28 : contrainte caractéristique du béton à 28 jours (fc28=22MPa).

* As : section d’acier comprimée.

* Br : section réduite d’un poteau, obtenue en réduisant de sa section réelle 1cm


d’épaisseur sur tout son périphérique tel que :

o Poteau rectangulaire …………. Br = (a − 0,02) (b − 0,02) [cm2]

Figure II.5 : Section réduite du béton (poteau carré)

24
CHAPITRE 02 Prédimensionnement des éléments

➢ Selon le « BAEL 91 modifié 99 »

As
0,2%   5%
B

As
On cherche à dimensionner le poteau de telle sorte que : = 1%
B

0,85 
• = si  = 50 
 
2

1 + 0,2  
 35  
2 
 50 
•  = 0,6  si 50    100
  

Pour les poteaux, il est préférable de prendre  = 35 →  = 0,708

On tire de l’équation (1) la valeur de Br :

Nu
Br  = 0, 68 Nu
 f A fe 
  c 28 + s 
 0,9 b B  s 

II.5.4 Calcul des poteaux

Les poteaux les plus sollicités sont :

- Poteau central.
- Poteau de rive.

II.5.4.1 Poteau central

1- Poteau central :

Soit la surface reprise par le poteau central élucidé dans le tableau suivant :

25
CHAPITRE 02 Prédimensionnement des éléments

PP

4,48 m
PS PS

PP

3,05 m

Surface = 4,48 * 3,05= 13,66 m2

Figure II.6 : représentation de la surface reprise par le poteau central

- Calcul des différents poids :


• Poids des poutres

Poids des poutres porteuse : GPP = (24 x (0,40 x 0,30) x (4,48-0,40)) = 11,75 kN

Poids des poutres non porteuse : GPNP = (24 x (0,25 x 0,30) x (3,05-0,30)) = 4,95 kN.

• Poids de poteaux

Poids de poteau RDC:(3,76) × 24 × (0,4)2 = 14,43KN

Poids de poteau des étages courants : (3,06) × 24 × (0,4)² = 11,75 KN

26
CHAPITRE 02 Prédimensionnement des éléments

- Tableau récapitulatif de la descente de charge pour poteau central :

Etages Niveau Désignation des éléments G (KN) Q (KN)


Poids du plancher terrasse corps creux 90,56
Poids des poutres 16,7
5ème étage N1 13,66
Poids de poteau terrasse 11,75
Total 119,01
Venant de N1 119,01
Poids du plancher corps creux 76,35
4
N2 Poids des poutres X1 16,7 34,15
ème étage
Poids de poteau de l’étage courant 11,75
Total 223,81
Venant de N2 223,81
Poids du plancher corps creux 76,35
3ème étage N3 Poids des poutres X1 16,7 54,64
Poids de poteau de l’étage courant 11,75
Total 328,61
2ème étage N4 Total 433,41 75,13
1ème étage N5 Total 538,21 95,62
RDC N6 Total 645,69 116,11

Tableau II.1 : Descente de charge du poteau central

- Choix des sections des poteaux centraux :

NG NQ NU BR a=b RPA CHOIX


Poteau Etages
(kN) (kN) (kN) (cm2) (cm) (cm2) (cm2)

5ème étage 119,01 13,66 181,1535 123,18438 11,0988459 30×30 30×30

4ème étage 223,81 34,15 353,3685 240,29058 15,501309 30×30 30×30

3ème étage 328,61 54,64 525,5835 357,39678 18,9049406 30×30 30×30


Central
2ème étage 433,41 75,13 697,7985 474,50298 21,7830893 30×30 30×30

1ème étage 538,21 95,62 870,0135 591,60918 24,3230175 30×30 30×30

RDC 645,69 116,11 1045,8465 711,17562 26,6678762 30×30 30×30

Tableau II.2 : Choix des sections des poteaux centraux.

27
CHAPITRE 02 Prédimensionnement des éléments

- Vérification de critère de résistance :

Nu
 fbc = 12, 46MPa
B

Poteau Etages Nu (KN) B(cm²) NU/B(MPA) Conditions

5ème étage 181,1535 30×30 2,01281667 Vérifiée


4ème étage 353,3685 30×30 3,92631667 Vérifiée
3ème étage 525,5835 30×30 5,83981667 Vérifiée
Central
2ème étage 697,7985 30×30 7,75331667 Vérifiée
1ème étage 870,0135 30×30 9,66681667 Vérifiée
RDC 1045,8465 30×30 11,6205167 Vérifiée

Tableau II.3 : Vérification de critère de résistance des poteaux centraux.

La condition de résistance n’est pas vérifiée dans certains étages

2- Poteau de rive :

Soit la surface reprise par le poteau central élucidé dans le tableau suivant :

PP
4,48 m

PS PS

PP

1,85 m

Surface = 8,28 m2

Tableau II.7 : représentation de la surface reprise par le poteau de rive

- Calcul des différents poids :


• Poids des poutres

28
CHAPITRE 02 Prédimensionnement des éléments

Poids des poutres porteuse : GPP = (24 x (0,40 x 0,30) x (4,48-0,40)) = 11,75 kN

Poids des poutres non porteuse : GPNP = (24 x (0,25 x 0,30) x (1,85-0,30)) = 2,76 kN.

• Poids de poteaux
• Poids de poteau RDC:(3,76) × 24 × (0,4)2 = 14,43KN
• Poids de poteau des étages courants : (3,06) × 24 × (0,4)² = 11,75 KN

- Tableau récapitulatif de la descente de charge pour poteau de rive :

Etages Niveau Désignation des éléments G (KN) Q (KN)


N1 Poids du plancher terrasse corps creux 54,89 8,28
Poids des poutres 14,51
4ème étage Poids de poteau terrasse 11,75
Poids de l’acrotère 9,76
Total 90,91
N2 Venant de N1 90,91 20,7
Poids du plancher corps creux 46,28
Poids des poutres 14,51
3ème étage X1 11,75
Poids de poteau de l’étage courant 38,52
Poids du mur extérieur 201,97
Total
N3 Venant de N2 201,97 33,12
Poids du plancher corps creux 46,28
Poids des poutres 14,51
3ème étage X1 11,75
Poids de poteau de l’étage courant 38,52
Poids du mur extérieur 313,08
Total
N4 Total 551,23 45,54
2ème étage

N5 Total 732,19 57,96


1ème étage

N6 Total 978,45 70,38


RDC

Tableau II.4 : Descente de charge du poteau de rive

29
CHAPITRE 02 Prédimensionnement des éléments

- Choix des sections des poteaux de rive :

NG NQ NU BR a=b RPA CHOIX


Poteau Etages
(kN) (kN) (kN) (cm2) (cm) (cm2) (cm2)

5ème étage 90,91 8,28 135,1485 91,90098 9,58649988 30×30 30×30

4ème étage 201,97 20,7 303,7095 206,52246 14,3708893 30×30 30×30

3ème étage 313,08 33,12 472,338 321,18984 17,92177 30×30 30×30


rive
2ème étage 551,23 45,54 812,4705 552,47994 23,5048918 30×30 30×30

1ème étage 732,19 57,96 1075,3965 731,26962 27,0419973 30×30 30×30

RDC 978,45 70,38 1426,4775 970,0047 31,1448985 35×35 30×30

Tableau II.5 : Choix des sections des poteaux de rive.

- Vérification de critère de résistance :

Nu
 fbc = 14, 2MPa
B

Poteau Etages Nu (KN) B(cm²) NU/B(MPA) Conditions

5ème étage 135,1485 30×30 1,50165 Vérifiée


4ème étage 303,7095 30×30 3,37455 Vérifiée
3ème étage 472,338 30×30 5,2482 Vérifiée
rive
2ème étage 812,4705 30×30 9,02745 Vérifiée
1ème étage 1075,3965 30×30 11,94885 Vérifiée
RDC 1426,4775 35×35 11,6447143 Vérifiée

Tableau II.6 : Vérification de critère de résistance des poteaux de rive

La condition de résistance est vérifiée dans certains étages

30
CHAPITRE 02 Prédimensionnement des éléments

• Le choix final des sections des poteaux :

Choix final des poteaux est résumé dans le tableau ci-dessous :

Etages Poteau

5ème étage 30×30

4ème étage 30×30

3ème étage 30×30

2ème étage 30×30

1ème étage 30×30

RDC 35×35

Tableau II.7 : Tableau comparatif des sections des poteaux.

31
CHAPITRE 03 Ferraillage des éléments résistants

III.1 ferraillages des poutres :


III.1.1. Introduction :

Les poutres sont des éléments non exposés aux intempéries, sollicités par un moment
fléchissant et un effort tranchant ; le calcul sera donc effectué en flexion simple en prenant en
compte une fissuration peu nuisible (FPN), Ainsi le calcul se fait à l’ELU sous la combinaison :
1,35G+1,5Q

Le ferraillage se fera conformément aux règles du BAEL91 tout en respectant les


prescriptions du RPA2003, sous la plus défavorable des sollicitations obtenues par la
superposition des efforts.

Organigramme de la flexion simple

fbu = 0,85.fc28/b

μbu = Mua/(bod²fbu)

bu > lu bu  lu

1 = 1,25 (1- )  = 1,25 (1- )

Z= d. (1- 0,4.1) Z= d. (1- 0,4.)

Mlu=bu .b0.d²fbu bu ≤ 0,186 bu > 0,186

Pivot A Pivot B
Mu =Mlu  0,4.Mu s = 10 s = 3,5 . (1-/)

s = 3,5 . (1-1/1)
s =  s = E.s
s =3,5 . (1-d’ /1)

Au =

33
CHAPITRE 03 Ferraillage des éléments résistants

III.1.2. Recommandation du rpa99 version 2003 :

Selon RPA le pourcentage des aciers longitudinaux sur toute la longueur de la poutre est donne
par :

𝐴
0,5% ≤ 𝑏.ℎ ≤ 4% Zone Courante

𝐴
0,5% ≤ 𝑏.ℎ ≤ 6% Zone Nodale

➢ La longueur minimale de recouvrement est de 50 ∅ (Z III)


➢ La quantité d’armatures « 𝐴𝑡 » est donnée par 𝐴𝑡 =0 ,003 St.L

St : espacement des deux cadres consécutifs, il est donne par


𝑆𝑡 ≤ min ⟦4 , 12∅⟧ 𝑍𝑁


𝑆𝑡 ≤ 2 ZC

III.1.3. Calcul du ferraillage :

Pour le calcul des armatures nécessaires dans les poutres, nous avons considéré
les portiques suivants les deux sens :

• Sens porteur (poutre porteuse 30x40) :

• Sens non porteur (poutre secondaire 25x30).

III.1.3.1. Détermination des sollicitations :

a. Poutre porteuse :

On prend la poutre de l’axe 7 comme exemple de calcul

q = 1,35 G +1,5 Q

G=23,10 kN/ml

Q=3,05 kN/ml

q = 1,35 *23,10 +1,5 *3,05 =32,90 KN/ml

34
CHAPITRE 03 Ferraillage des éléments résistants

L=4,80-0,3=4,50 m

𝑞𝐿2 32,90 × 4,502


𝑀0 = = = 83,28 𝐾𝑁. 𝑚
8 8

• Appui de rive Ma = 0,3 M0 = 24,99 kN.m


• Appui intermédiaire Ma = 0,6 M0 = 49,99 kN.m
• Travée de rive Mt = 0,85 M0 = 70,79 kN.m

b. Poutre non porteuse :

On prend la poutre de l’axe F comme exemple de calcul

q = 1,35 G

q = 1,35 * (0.25*0.30*24) =2,43 KN/ml

𝑞𝐿2 2,4 × 3,002


𝑀0 = = = 2,74 𝐾𝑁. 𝑚
8 8

Appui de rive Ma = 0,3 M0 = 0,83 kN.m

Appui intermédiaire Ma = 0,6 M0 = 1,65 kN.m

Travée de rive Mt = 0,85 M0 = 2,32 kN.m

III.1.3.2. Choix des armatures

a. Poutre proteuse
Mu 0.07079
μbu = = = 0.146 < 0,186 ⟹ 𝑃𝑖𝑣𝑜𝑡𝐴 ⟹ A′s = 0
b0 d fbu 0,3. 0,362 . 12,46
2

fe
εs = 10 ‰ ⟹ σs = = 435 MPa
γs

α = 1.25(1 − √1 − 2μbu ) =0.189

35
CHAPITRE 03 Ferraillage des éléments résistants

z = d(1 − 0,4α) = 0.3327m

Mu 0.07079
Au = = 104 = 4,89 cm2
zσs 0.3327 ∗ 435

b. Poutre non porteuse


Mu 0.0023
μbu = = = 0.01 < 0,186 ⟹ 𝑃𝑖𝑣𝑜𝑡𝐴 ⟹ A′s = 0
b0 d2 fbu 0,25. 0,272 . 12,46

fe
εs = 10 ‰ ⟹ σs = = 435 MPa
γs

α = 1.25(1 − √1 − 2μbu ) =0.013

z = d(1 − 0,4α) = 0.268m

Mu
Au = = 0,20 cm2
zσs

Section AS max AS max AS min AS cal Choix des AS adopté


Etage Position
(cm2) (Z.C)(cm2) (Z.R)(cm2) (cm2) (cm2) armatures (cm2)

Poutres Travée 6,00 4,86 3T14+2T12 6,88


30*40 48 72
porteuses Appui 3,63 3T14+2T12 6,88

Poutres Travée 3,75 0,20 3T14 4,62


25*30
non 30 45
porteuses Appui 0,14 3T14 4,62

Tableau III .1 Choix des armatures

III.1.3.3. Condition de non fragilité :


f t 28
As  Asmin = 0, 23bd
fe

Avec :
ft28=2.1MPa ; fe=500Mpa

36
CHAPITRE 03 Ferraillage des éléments résistants

Section (cm2) Aschoisi


(min) Asmin
(cm2) Vérification
(cm2)
30x25 4,62 1.07 Vérifiée
Tableau III .2 Vérification de la condition de non fragilité

III.1.3.4. Vérification de l’effort tranchant :

a. Vérification de la contrainte de cisaillement

Tu
Il faut vérifier que :  u = u
bd
Avec :
Tu : l’effort tranchant maximum.
b: Largeur de la section de la poutre.
d: Hauteur utile.
u = Min ( 0,10f c28 ;4MPa ) = 2, 2MPa (Fissuration préjudiciable).Selon le BAEL 91 modifié 99

1. Poutre porteuse 30x50 :


q= 32,92KN/ml

𝑞𝐿 32,95 × 4,50
𝑇0 = = = 74,14 𝐾𝑁. 𝑚
2 2

Section τu
Niveaux Tumax (kN) τu(MPa) Vérification
(cm2) (MPa)
P.Porteuse 30x40 74,14 0,68 2.2 OK
Tableau III .3 Vérification de la contrainte de cisaillement dans le sens porteur 30x50

2. Poutre non porteuse 30x40 :


q= 2,4 kN/m

𝑞𝑙 2,4 × 3,00
𝑇0 = = = 3,8 𝐾𝑁. 𝑚
2 2

37
CHAPITRE 03 Ferraillage des éléments résistants

Section τu
Niveaux Tumax (kN) τu(MPa) Vérification
(cm2) (MPa)
P.non porteuse 30x25 3,80 0,056 2.2 OK
Tableau III .4 Vérification de la contrainte de cisaillement dans sens non porteur 30x40

Calcul des armatures transversales :

L’acier choisi pour les armatures transversales est de type haute adhérence et nuance
FeE50 (fe=500MPa).



S t = Min(0,9d ;40cm )
 A  − 0,3 f t 28 K
• Selon le BAEL 91 modifié 99 : →  t  u K =1
 bS t 0,8 f e
A f  
 t e  Max u ;0,4MPa 
 bSt 2 

 h b
Avec : t  Min ; l ;  = 1,43cm
 35 10 
On prend : Øt=8mm
Les résultats de calcul sont résumés dans le tableau suivant :
Section BAEL91 S adp
t (cm) At
Sens Tu(kN) τu(MPa) Choix
(cm2) St(cm) ZN ZC (cm2)

Porteur 30x40 74,14 0,68 32,40 10 20 0,48 4T8

Non 30x25 3,80 0,056 24,30 10 20 0 ,40 4T8


Porteur
Tableau III .5 Calcul des armatures transversales

III.1.3.5. vérification viv a vis de l’els :

• La fissuration est considérée préjudiciable.

38
CHAPITRE 03 Ferraillage des éléments résistants

 M ser
 b = I y  b = 13, 2 MPa
On doit vérifier que : 
 = 15 M ser ( d − y ) +    = 250MPa
 s I
s

𝑏 2
2
𝑦 + (𝑛𝐴𝑠 + 𝑛𝐴′𝑠 ) ∗ 𝑦 − (𝑛𝐴′𝑠 ∗ 𝑐 ′ + 𝑛𝐴𝑠 ∗ 𝑑)=0

a=b/2

b=nAs+nA's

c=-(nA's*c'+nAs*d)

√Δ=√(b^2- 4*a*c)

y1=(-b-√Δ)/2a

y2=(-b+√Δ)/2a

b 3
I= y + nAs' ( y - c ')² + nAs (d - y )²
3

A-POUTRES PORTEUSES (30x40)

Mser(kNm) As(cm2) Y(cm) I(cm4) σbc(MPa) Vérification σs(MPa) Vérification

Travée 22,220 6,880 12,669 76509,626 3,68 ok 101,64 ok

Appuis 15,700 6,880 12,669 76509,626 2,60 ok 71,81 ok

Tableau III .6 Vérification des poutres principales (30x50) à l’ELS.

B-POUTRES NON PORTEUSES (30x25)

Mser(kNm)As(cm2) Y(cm) I(cm4) σbc(MPa) Vérification σs(MPa) Vérification

Travée 1,590 4,620 9,773 28344,746 0,55 ok 14,50 ok

Appuis 1,090 4,620 9,773 28344,746 0,38 ok 9,94 ok

Tableau III .7 Vérification des poutres secondaires (30x25) à l’ELS.

39
CHAPITRE 03 Ferraillage des éléments résistants

III.1.4. Recouvrement des armatures longitudinales :

Lr=50Ø (zone III). Lr : Longueur de recouvrement.


On a :
a. Ø=14mm……………….Lr=70cm
b. Ø=12mm……………….Lr=60cm

III.1.5. Schéma de ferraillage :

a. Poutre porteuse

b. Poutre non porteuse:

40
CHAPITRE 03 Ferraillage des éléments résistants

III.2. ferraillage des poteaux :

Il est recommandé de calculer le ferraillage du poteau central, considéré comme le plus

Sollicité et de généraliser le ferraillage trouvé pour ceux d’angle et de rive.

L’étude se fera manuellement sur le poteau central.

b s fc28(MPa) fbc(MPa) fe (MPa) s (MPa)

Situation durable 1.5 1.15 22 12.46 500 250

Tableau III .8 valeurs des Contraintes

III.2.2 Combinaisons d’action :


Les sections des poteaux sont soumises à la compression simple (effort normal)
En fonction du type de sollicitations, nous distinguons les différentes combinaisons suivantes :

a) Selon CBA 93 :

Situation durable :

➢ ELU : 1,35G+1,5Q
➢ ELS : G+Q

III .2.3. Calcul de FERRAILLAGE

Les poteaux sont calculés à la compression simple, le ferraillage est donné par :

N B f 
As   u − r c 28  s
  0,9  b  f e

Br : Section réduite du poteau considéré (Br=(a-2)(b-2)) cm2

α: Coefficient dépendant de l’élancement.

41
CHAPITRE 03 Ferraillage des éléments résistants

 0,85
 si   50
1 + 2  
2

 =  35 

 0,6(50)
2
si 50    70
 

Lf
=
i

Lf : Longueur de flambement.

 I 
i: Rayon de giration  i = .
 B 

I : Moment d’inertie de la section du poteau dans la direction considérée.

B : Section du poteau (B=a x b).

Nu : L’effort normal maximal au niveau des poteaux.

La longueur de flambement Lf=0,7l0.

La section réduite Br=(a-0,02)2 [m2].

a. l’effort normal pondéré :

Niveau NG NQ NU

(kN) (kN) (kN)

5 90,91 8,28 135,1485

4 201,97 20,7 303,7095

3 313,08 33,12 472,338

2 551,23 45,54 812,4705

1 732,19 57,96 1075,3965

RDC 978,45 70,38 1426,4775

Tableau III .9calcul l’effort normal pondéré

42
CHAPITRE 03 Ferraillage des éléments résistants

b. Calcul du ferraillage longitudinal :

Exemple de calcul : (poteau du RDC)

Calcul du ferraillage :

a
• i= = 10.10cm
12

0, 7 x3, 06.102
• = = 26, 06 50
10,10

0,85
• = = 0, 765
 
2

1 + 0, 2  
 35 

• Br = (35 − 2) = 1089cm 2
2

D’où :

 1426, 47.103 1089.102 22  1,15


As   − . 
 0, 765 0,9 1,5  500
As = 2, 07 cm 2

Asmin = 0,9% B (Selon le RPA99 version 2003)

As = Asmin = 11,02 cm 2

On prend : 8T14 = 12,32 cm2.

43
CHAPITRE 03 Ferraillage des éléments résistants

NIV Nu i   Br Ascal Asmin choix

5eme 135,1485 8,66 24,73 0,772 784 0 8,1 8T12

4eme 303,7095 8,66 24,73 0,772 784 0 8,1 8T12

3eme 472,338 8,66 24,73 0,772 784 0 8,1 8T12

2eme 812,4705 8,66 24,73 0,772 784 0 8,1 8T12

1er 1075,3965 8,66 24,73 0,772 784 0 8,1 8T12

RDC 1426,4775 10,10 26,05 0,765 1089 2,07 11,02 8T14

Tableau III 10 calcul des sections d’aciers

c. Calcul des armatures transversales :


- Les armatures transversales doivent maintenir des armatures longitudinales pour empêcher
leur flambement

1
∅𝑡 = 3 ∅𝑙

∅𝑙∶ diamètre de la plus grosse armature longitudinale

- L’espacement des armatures transversales St est déterminé comme suit :


✓ Dans la zone nodale : 𝑆𝑡 ≤ 10𝑐𝑚 en zone IIb et III
✓ Dans la zone courante : 𝑆𝑡 = min(𝑎 + 10 𝑐𝑚 ; 40 𝑐𝑚; 15∅𝑙 )

Exemple de calcul (poteau de RDC) :

1
∅𝑡 = ∅𝑙 = T6 .
3

On opte pour T8

ST (la zone nodale) = 10 cm

ST (la zone courante) = 18 cm , on opte pour 15 cm

44
CHAPITRE 03 Ferraillage des éléments résistants

niveau A (cm) ∅𝑙 (mm) ∅𝑡 ST (zone ST (zone choix


nodale cm) courante cm)

5eme 30 12 T8 10 15 4T8

4eme 30 12 T8 10 15 4T8

3eme 30 12 T8 10 15 4T8

2eme 30 12 T8 10 15 4T8

1er 30 12 T8 10 15 4T8

RDC 35 14 T8 10 15 4T8

Tableau III .11calcul des armatures transversales

d. Vérification des contraintes l’ELS


𝑁𝑠
𝜎𝑠𝑒𝑟 = 𝐵+𝑛 𝐴𝑠 < 0,6 Fc28

Ns = l’effort normal de service

Ns= NG + NQ

n = coefficient d’équivalence

Es
n= = 15
Eb

NIV Ns(KN) B (cm2) As (cm2) 𝜎𝑠𝑒𝑟 𝜎𝑎𝑑𝑚 (MPA) vérivication


(MPA)

5eme 99,19 900 8,10 0,97102301 13,2 ok

4eme 222,67 900 8,10 2,17983358 13,2 ok

3eme 346,2 900 8,10 3,38913363 13,2 ok

2eme 596,77 900 8,10 5,84209496 13,2 ok

1er 790,15 900 8,10 7,73519334 13,2 ok

RDC 1048,83 1225 12,32 7,4395659 13,2 ok

Tableau III .12 Vérification des contraintes à l’ELS

45
CHAPITRE 03 Ferraillage des éléments résistants

Alors toutes les conditions sont vérifiées

Schéma de ferraillage :

Poteau de RDC

Poteau d’étages courants :

46
CHAPITRE 04 Ferraillage des éléments secondaires

IV.1 Acrotère :

IV.1.1 Définition :

L’acrotère est un élément secondaire de sécurité entourant la terrasse qui forme une paroi
contre toute chute, elle sera calculée comme une console encastrée au niveau du plancher
terrasse qui est la section dangereuse. D’après sa disposition, l’acrotère est soumis à une
flexion composée due aux charges suivantes :

• Son poids propre sous forme d’un effort normal vertical.

• Une force horizontale due à une main courante.

IV.1.2 Evaluation des charges :

a. Charges permanentes :

Le poids total de l’acrotère :

G = 2,18 kN/m (négligée)

b. Charge d’exploitation

La charge d’exploitation de l’acrotère due à la main courante est :

Q=1,0 kN/m

Qh=1,5Q

Donc pour une bande de 1m de largeur

G=2,18 kN/ml et Qh=1,50 KN/ml

Figure IV.1 : Charges et surcharges agissent sur l’acrotère

43
CHAPITRE 04 Ferraillage des éléments secondaires

IV.1.3 Calcul des efforts :

Pour une bande de 1m de largeur :

E.L.U :

Mu=1,5.Qh.h = 1,35 kNm

Tu=1,5.Qh = 2,25 kN

E.L.S :

Mser=Qh.h = 0,9 kNm

Tser=Qh = 1,5 kN
2,25

1,35

Figure IV.2 : Diagramme des efforts à l'ELU

IV 1.4 Ferraillage de l’acrotère:

h=10 cm ; b=100 cm ; fc28=22 MPa ; σbc=12,46 MPa ; c=c’=1 cm ; fe=500 MPa

Figure IV.3 : Ferraillage de l'acrotère

44
CHAPITRE 04 Ferraillage des éléments secondaires

Mf
= = 0, 006
bd 2 bc

   R = 0,392  As' = 0 Les armatures comprimées ne sont pas nécessaires.

( )
 = 1, 25 1 − 1 − 2  = 0, 0075

Z = d (1 − 0, 4 ) = 134, 6 mm

fe
s = = 435MPa
s

As = 0, 234cm2

IV.1.5 Vérification de la section d’acier selon le BAEL91 :

Il faut vérifier As avec la section minimale imposée par la règle du millième et par la règle
de non fragilité :

 bh f 
Asmin  Max ;0,23bd t 28 
1000 fe 

Avec :

ft28=1,92 MPa ; fe=500MPa ; b=100cm ; d=9cm

Asmin  Max  1cm ;0,79cm  = 0,79 cm


2 2 2

Donc : on opte finalement pour 5T8 = 2,50 cm2

100
Avec un espacement S t = = 20 cm
5

IV.1.6 Armatures de répartition :

As
Ar   Ar  0, 63 cm 2
4

45
CHAPITRE 04 Ferraillage des éléments secondaires

60 − 2
On choisit 4T6 = 1,13 cm2 avec un espacement : St = = 19.33 cm  20 cm
3

IV.1.7 Vérification de l’effort tranchant :

La contrainte de cisaillement est donnée par la formule suivante :

Tu
u =   u = Min 0,1 f c 28 ; 4MPa = 2, 2MPa
bd
2, 25 103
u = = 0, 025MPa   u .........................vérifiée
90.103

IV.1.8 Vérification des contraintes:

On considère que la fissuration est préjudiciable.

• Position de l'axe neutre "y":

y + nAs ( y − c ) − nAs (d − y ) = 0
b 2
2

• Moment d'inertie "I":

y + nAs ( y − c ) + nAs (d − y )
b 3
I=
2 2

Avec: n=15 ;η=1,6(H.A) ; c'=2cm ; d=9 cm ; b=100cm ; A's=0

On doit vérifier que:

 M ser
 bc = y   bc = 0, 6 f c 28 = 15MPa
 I

As Y I σbc
Mser(kNm)  bc   bc
(cm2) (cm) (cm4) (mPa)

0,9 2,50 2,25 2088,281 0,97 vérifiée

Tableau IV.1: Vérification des contraintes

46
CHAPITRE 04 Ferraillage des éléments secondaires

Figure IV 4: Ferraillage de l’acrotère

IV.2 Etude des balcons :

III.2.1 Introduction :

Le bâtiment étudié comporte un seul type de balcon, et se calcul comme une console en dalle
pleine encastrée à une extrémité et libre à l’autre, soumise à :

• Un poids propre.
• La surcharge d’exploitation.
• Charge concentrée à son extrémité libre dûe au poids du garde-corps.
Le calcul se fait pour une bande de 1 m de largeur.
F

G.Q

Mmc

1,20 m

Figure IV.5: Schéma statistique du balcon

47
CHAPITRE 04 Ferraillage des éléments secondaires

IV 2.2 Calcul des charges sollicitant le balcon :

a. Charges permanentes et surcharges d’exploitation :

• Charge permanente :

Pour une bande de 1m :

G x 1m = 5,45 x 1= 5,30 KN/m

• Charge d’exploitation :

Q = 3,5 kN/m, pour une bande de 1m.

• Charge concentrée :

- Enduit au ciment : ………………………………………………….0,36 kN/m2

- Maçonnerie (ép=10cm) : …………………………………………...0,90 kN/m2

- Enduit au ciment : ………………………………………………….0,36 kN/m2

F= 1,62 kN/m2

Pour une bande de 1m, F = 1,62 kN/m

b. Combinaisons des charges :

ELU ELS

q (kN/m) 12,40 8,8

F(kN) 2,19 1,62

Tableau IV.2 : Les combinaisons des charges

c. Calcul des efforts internes :

Le diagramme du moment fléchissant et de l’effort tranchent seront déterminer par les formules
de la R.D.M suivantes :

48
CHAPITRE 04 Ferraillage des éléments secondaires

 qx 2 
M ( x) = −  Fx + + M mc ………………………..…………………….(1)
 2 

T ( x) = −F + qx……………………………………………………………(2)

ELU ELS

M (kNm) 11,56 8,28

T (kN) 17,07 12,18

Tableau IV.3 : Efforts internes

IV.2.3 Calcul du ferraillage :

a. Armatures principales :

Le calcul se fait en flexion simple, pour une bande de 1m de largeur, pour une section
rectangulaire (bxh)=(100x15)cm2

Les données : fc28= 22 PMa, ft28= 1,92 MPa, d=13,5 cm, fe= 500 MPa

MU A’S As As ESP
μ μ<μr α Z (cm) Le choix
(kN.m) (cm2) (cm2) (cm2) (cm)

13,147 2,0216
11,56 0,051 oui 0 0,065 5T10 3,95 20

Tableau IV.4 : Ferraillage du balcon

(33et3h) pour une charge répartie

St<min

(22 et 2h) pour une charge concentrée

33 cm

St<min => St= 20cm …… Espacement vérifié

22 cm

49
CHAPITRE 04 Ferraillage des éléments secondaires

b. Armatures de répartition :

As A
 Ar  s  0,99 cm 2  Ar  2 cm 2
4 2

On adopte:4T8/ml =2 cm2 avec: St=25cm.

IV.2.4 Vérifications :

a. Condition de non fragilité :

ft 28
As  Asmin = 0, 23bd
fe
As = 3,95 cm 2  Asmin = 1.19 cm 2 ..............vérifiée

b. Vérification de l’effort tranchant:

On doit vérifier que:  u   u

Avec:

 u = Min ( 0,1 fc 28 ; 4MPa ) = 2, 2MPa (Fissuration préjudiciable).

Tumax
u = = 0.13MPa u = 2,5MPa.................vérifiée
bd

Vérification des contraintes:

On considère que la fissuration est préjudiciable.

• Position de l'axe neutre "y":

y + nAs ( y − c ) − nAs (d − y ) = 0
b 2
2

• Moment d'inertie "I":

y + nAs ( y − c ) + nAs (d − y )
b 3
I=
2 2

50
CHAPITRE 04 Ferraillage des éléments secondaires

Avec: n=15 ;η=1,6(H.A) ; c'=2cm ; d=14,4cm ; b=100cm ; A's=0

On doit vérifier que:

 M ser
 bc = y   bc = 0, 6 f c 28 = 13, 2 MPa
 I

As Y I σbc
Mser(kNm)  bc   bc
(cm2) (cm) (cm4) (mPa)

8,28 3,95 3,45 7353,185 3,89 vérifiée

Tableau IV.5 : Vérification des contraintes

d. Vérification de la flèche :

La vérification de la flèche n’est pas nécessaire si les trois conditions citées ci-dessous sont
vérifiées simultanément :

h 1 15
  = 0,125  0, 0625.................vérifiée
L 16 120
As 4, 2 4, 74
  = 0, 0029  0, 00845...vérifiée
bd fe 100 13,5
h Mt 15
  = 0,125  0, 09.................vérifiée
L 10 M 0 141

Donc la vérification de la flèche n’est pas nécessaire.

Figure IV.6: Schéma de ferraillage des balcons

51
CHAPITRE 04 Ferraillage des éléments secondaires

IV.3 Etude des planchers :

IV.3.1 Introduction :

Les planchers sont des éléments plans horizontaux qui ont un rôle très important dans la
structure. Ils supportent les charges verticales puis les transmettent aux éléments porteurs. Ils
isolent, aussi, les différents étages du point de vue thermique et acoustique tout en assurant la
compatibilité des déplacements horizontaux.

IV.3.2 Plancher à corps creux :

On a un seul type de plancher en corps creux d’épaisseur 21cm.

IV 3.2.1. Pré dimensionnement des poutrelles

Notre bâtiment comporte des planchers constitués d’éléments porteurs (poutrelles) et


d’éléments de remplissage (corps creux) de dimension (16x20x65) cm3 avec une dalle de
compression de 5cm d’épaisseur.
16

20m 65m

Figure IV.7 : Corps Creux

IV.3.2.1.1.Etude des poutrelles

Les poutrelles sont des éléments préfabriqués de section en (Té) en béton armé, elles servent à
transmettre les charges réparties ou concentrées vers les poutres principales, Elles sont
disposées suivant le plus grand nombre d’appuis.
Leur calcul est associé à une poutre continue semi encastrée aux poutres de rives.

52
CHAPITRE 04 Ferraillage des éléments secondaires

b0 = (0.4 à 0.6)* ht b

h0
:
ht : Hauteur du plancher.
h
h0 : Hauteur du la dalle de compression.

L X LY
b1≤ min ( ; )
2 10

b1 b0 b1

Figure IV 8 : Schéma de poutrelle


Tel que :
L X : Distance entre nus d’appuis des poutrelles.
LY : Distance entre nus d’appuis des poutres secondaires.
b = 2*b1 + b0
b 0 = (0,4; 0,6)*h = (8,4; 12,6) cm.

Soit : b0=12cm.
b − b0 L Ly L Ly
b1 =  min( x , )  b  2.min( x , ) + b0
2 2 10 2 10
L x = 65 - 12 = 53cm.
L y = 330 - 30 = 300 cm.

 53 300 
b1 = min  ;  = 26.5cm.  b = 2 x 26.5+ 12 = 65cm.
 2 10 
Soit : b= 65cm

IV.3.2.1.2. Evaluation des charges et surcharges revenants aux poutrelles :


pu = 0.65  qu
• A l’ELU : qu = 1.35  G + 1.5  Q et

p s = 0.65  q s
• A l’ELS : q s = G + Q et

53
CHAPITRE 04 Ferraillage des éléments secondaires

ELU ELS
Désignation G Q qu Pu qs Ps
(KN/m²) (KN/m²) (KN/m2) (KN/ml) (KN/m2) (KN/ml)
Terrasse inaccessible 6,63 1,00 10,45 6,79 7,63 4,95
Etages d’habitation 5,54 1,50 9,72 6,09 7,04 4,57
Tableau IV.6 : Charges et surcharges sur les poutrelles

IV.3.2.1.3. Les Différents types de poutrelles :

➢ Type1: Poutrelles à 3 travées.

3,10 m 2,80 m 3,30 m

Figure IV.9 : Schéma statique de la poutrelle à 3 travées

➢ Type2: Poutrelles à 7 travées.

IV.3.2.1.5. Calcul des poutrelles :

Le calcul des poutrelles se fait en deux étapes:

❖ Avant le coulage de la dalle de compression.

❖ Après le coulage de la table de compression

o 1ere étape de calcul : avant coulage

Avant coulage de la table de compression, la poutrelle est considérée comme une poutre
simplement appuyée et elle supporte :

54
CHAPITRE 04 Ferraillage des éléments secondaires

❖ Son poids propre

❖ Le corps creux

❖ La charge d’exploitation due à l'ouvrier qui travaille Q=1KN/m2.

Evaluation des charges et surcharges :

➢ Charges permanentes :

Poids propre de la poutrelle………………………0,12x0,05x25=0,15kN/ml

Poids du corps creux……………………………...0,65x0,20x14=1,82kN/ml

G=1,97kN/ml

➢ Charges d’exploitation :
Q=1x0,65=0,65kN/ml

Combinaison des charges :

E.L.U : qu=1,35G+1,5Q=3,64kN/ml

E.L.S : qser=G+Q=2,62kN/ml

Calcul des moments (poutrelle a 3 travées):

qu l 2 3, 64 x ( 3,30 )
2

Mu = = = 4,95kNm
8 8
q l 2 2, 62 x ( 3,30 )
2

M ser = ser = = 3,56kNm


8 8

Ferraillage :

La poutre est sollicitée à la flexion simple à l’E.L.U

Mu=4,95 kNm ; b=12cm ; d=4,5cm ; σbc=12,46Mpa

D’après l’organigramme de la flexion simple; on a:

55
CHAPITRE 04 Ferraillage des éléments secondaires

Mu
= = 1, 63  R = 0,392  As'  0
bd 2 bc

Donc, les armatures de compression sont nécessaires, mais il est impossible de les placer du
point de vue pratique car la section du béton est trop faible.

On prévoit donc des étaiements pour aider la poutrelle à supporter les charges qui lui reviennent
avant et lors du coulage sans qu’elle fléchisse.

o 2ème étape : Après le coulage de la table de compression :

Après le coulage et durcissement du béton de la dalle de compression, la poutrelle travaillera


comme un élément en « Té »

❖ Plancher terrasse :
➢ Calcul des efforts internes :

N.B : Récapitulation des moments sur appuis et en travées, Effort tranchant de la poutrelle.

Poutrelle à (03) travées :

(3,10m – 2,80m – 3,30m ).

➢ Calcul du ferraillage :

Le calcul se fait à l’ELU en flexion simple. Le type 1 sera un exemple de calcul détaillé et pour
les autres types les résultats seront présentés sou forme de tableaux.

o Type 1: Poutrelles à 3 travées.


ELU

ql 2
M0 = = 4,95 kN .m
8
Appui de rive Ma = 0,3 M0 =1,49 kNm
Appui intermédiaire Ma = 0,6 M0 = 2,97 kNm
Travée de rive Mt = 0,85 M0 =4,20 kNm

56
CHAPITRE 04 Ferraillage des éléments secondaires

Travée intermédiaire Mt = 0,75 M0 =3,71 kNm

ELS

ql 2
M0 = = 3,56 kN .m
8
Appui de rive Ma = 0,3 M0 =1,07 kN.m
Appui intermédiaire Ma = 0,6 M0 =2,14 kNm
Travée de rive Mt = 0,85 M0 =3,03 kN.m
Travée intermédiaire Mt = 0,75 M0 =2,7 kN.m

Les efforts maximaux sur appuis et en travée sont :

E.L.U : Mtumax= 4,20 kNm

Maumax=2,97 kNm

Tumax=6,01 kN

E.L.S : Mtsermax= 3,03 kNm

Masermax= 2,14 kNm

a. Ferraillage en travée :

h=21cm ; h0=5cm ; b=65cm ; b0=12cm ; d=0,9h=18,9cm ; σbc=12,46MPa ; fe=500MPa ;


fc28=22MPa ; ft28=1,92MPa

Le calcul des sections en forme de « Té » s’effectue différemment selon que l’axe neutre est dans
la table ou dans la nervure.

• Si Mu<Mtab : l’axe neutre est dans la table de compression.


• Si Mu>Mtab : l’axe neutre est dans la table ou dans la nervure.

57
CHAPITRE 04 Ferraillage des éléments secondaires

 h 
M tab = bh0 bc  d − 0  = 66, 42kNm
 2

On a : Mtu<Mtab

Alors : l’axe neutre est dans la table de compression.

Comme le béton tendu n’intervient pas dans les calculs de résistance, on conduit le calcul
comme si la section était rectangulaire de largeur constante égale à la largeur de la table « b ».

Donc, la section étudiée est assimilée à une section rectangulaire (bxh) en flexion simple.

D’après l’organigramme donnant le ferraillage d’une section soumise à la flexion, on aura :

Mtu(kNm) µ µ<µR As’(cm2) α Z(cm) µ<0,186 ζs σs(MPa) As(cm2)

4,20 0,014 Oui 0 0,017 18,77 Oui 10‰ 435 0,52

Tableau. IV 7 : Tableau récapitulatif du calcul des sections d’armatures en travée

Condition de non fragilité :

ft 28
Asmin  0, 23bd = 0, 20cm 2
fe

As=Max{ 0,52cm2 ; 0,20cm2}= 0,52 cm2

On adopte : 2T10 As =1,58 cm2

b. Ferraillage sur appuis :

On a: Maumax=2,97 kNm < Mtab=66,42 kNm

 L’axe neutre est dans la table de compression, et la section étudiée est assimilée à une section
rectangulaire (bxh) en flexion simple.

58
CHAPITRE 04 Ferraillage des éléments secondaires

Mtu(kNm) µ µ<µR As’(cm2) α Z(cm) µ<0,186 ζs σs(mPa) As(cm2)

2,97 0,010 Oui 0 0,012 18,81 Oui 10‰ 435 0,.36

Tableau. IV.8 : Tableau récapitulatif du calcul des sections d’armatures sur appuis

Condition de non fragilité :

ft 28
Asmin  0, 23b0 d = 0, 20cm2
fe

As=0,36cm2>Asmin=0,20cm2

Le choix : 1T12 As=1,13cm2

c. Vérifications :
➢ Effort tranchant

Pour l’effort tranchant, la vérification du cisaillement se fera dans le cas le plus


défavorable c'est-à-dire :Tumax = 6,01 KN.
On doit vérifier que :  u   u

Tel que :
 f 
 u = Min 0, 2 cj ;5MPa  = 2,93MPa..................Fissuration peu nuisible
 b 
max
T
 u = u = 0, 26.MPa   u ................Vérifiée
b0 d

➢ Vérification des contraintes

o Vérification des contraintes des armatures


La fissuration étant peu nuisible, donc pas de vérification à faire à l’état de
l’ouverture des fissures, et elle se limite à celle concernant l’état de compression du béton.
o Vérification des contraintes du béton

59
CHAPITRE 04 Ferraillage des éléments secondaires

Soit « y » la distance du centre de gravité de la section homogène (par lequel passe, l’axe
neutre) à la fibre la plus comprimé.
La section étant soumise à un moment Mser, la contrainte à une distance « y » de l’axe neutre :
M ser
 bc = y
I
D’après l’organigramme de la vérification d’une section rectangulaire à l’ELS, on doit vérifier
que :  bc   bc = 0,6 fc 28 = 13, 2MPa

• Détermination de l’axe neutre


On suppose que l’axe neutre se trouve dans la table de compression :

y + nAs ( y − c ) − nAs (d − y ) = 0
b 2
2
Es
Avec : n = = 15 ; b=65cm; b0=12cm; c=c’=2cm
Eb

y : est la solution de l’équation du deuxième degré suivante, puis on calcule le moment


d’inertie :
by 2 + 30( As + As ) y − 30(dAs + c As ) = 0


 I = y + 15 As (d − y ) + 15 As ( y − c )
b 3 2 2

 3

• Si y  h0  l’hypothèse est vérifiée

• Si y  h0  la distance « y » et le moment d’inertie « I » se Calculent par les formules

qui suivent :
 
b0 y 2 + 2(b − b0 )h0 + 30( As − As )y − (b − b0 )h02 + 30(dAs + c As ) = 0

b0 3 (b − b0 )h03

 
2
 h0 
I = y + + (b − b0 )h0  y −  + 15 As (d − y ) + As ( y − d )
2 2

 3 12  2

Mser(kNm) As(cm2) Y(mm) σbc(mPa) Vérification

Travée 3,06 1,58 30,3 1,57 vérifiée

Appuis 2,14 1,13 31,18 1,27 vérifiée


Tableau IV.9 : Vérification de la contrainte de béton

60
CHAPITRE 04 Ferraillage des éléments secondaires

➢ Vérification de la flèche
La vérification de la flèche n’est pas nécessaire si les conditions suivantes sont vérifiées :
Les conditions à vérifier :
h 1 h
•  = 0, 063  0, 0625................... vérifiée
L 16 L
A 4,2 As
• s  = 0, 007  0, 008..............vérifée
b0 d fe b0 d
h Mt h
•  = 0, 063  0, 087 = 50..................... non vérifiée
L 10M 0 L
Avec:
h = 21cm ; b0= 12cm ; d= 18.9cm ; L= 3,30 m ; As= 1,58cm2 ; fe= 500MPa.

Puisque deux conditions ne sont pas vérifiées, il est nécessaire de calculer la flèche.
Flèche totale : f T = f v − f i  f .
L
Tel que : f = 0,5 + Si L  5,00 m
1000
L
f = Si L  5,00 m
500
330
Donc : f = = 0, 66 cm
500

• Position de l’axe neutre « y1 » :


h0  h − h0 
bh0 + (h − h0 )b0  + h0  + 15 As d
y1 =
2  2 
bh0 + (h − h0 )b0 + 15 As

• Moment d’inertie de la section totale homogène « I0 » :


b 3 b0 (b − b0 ) (
I0 = y1 + (h − y1 ) − y1 − h0 ) + 15As (d − y1 )
3 3 2

3 3 3
• Calcul des moments d’inerties fictifs :
1,1I 0 I0
I fi = ; I fv =
1 + i  1 + v 

Avec :

61
CHAPITRE 04 Ferraillage des éléments secondaires

0,05 f t 28
i = .......... .......... Pour la déformation instantanée.
 b 
2 + 3 0 
 b 
0,02 f t 28
v = .......... .......... Pour la déformation différée.
 b 
2 + 3 0 
 b 
As
= : Pourcentage des armatures.
b0 d

1,75 f t 28
 = 1−
4 s + f t 28

σs : Contrainte de traction dans l’armature correspondant au cas de charge étudiée.


M ser
s =
As d

Les résultats sont récapitulés dans ce tableau :

Mser As I0 Ifi Ifv


λi λv µ
(kNm) (cm2) (cm4) (cm4) (cm4)

156186,
3,06 1,56 3,93 1,57 0,61 23277,7 400925,03
6
Tableau IV.10 : Calcul de la flèche

• Calcul des modules de déformation :


1
Ei = 11000 ( f c 28 ) 3 = 30506, 48MPa
1
Ev = 3700( f c 28 ) 3 = 10261, 27 MPa

• Calcul de la flèche due aux déformations instantanées :


M ser l 2
fi = = 0,68cm ( L = 3,30m)
10 Ei I fi

• Calcul de la flèche due aux déformations différées :


M ser l 2
fv = = 0,81.cm
10 Ev I fv
fT = f v − fi = 0,13cm  f = 0, 66cm........................vérifiée

➢ Calcul des armatures transversales et l’espacement :

62
CHAPITRE 04 Ferraillage des éléments secondaires

L’acier choisi pour les armatures transversales est de type rond lisse de nuance FeE240
(fe=235MPa)

- Selon le C.B.A 93 :

 At  u − 0,3 f tj K
•  K = 1 Art A 5.1.2.3
 b0 S t 0 ,9 fe

• S t  Min(0,9d ;40cm ) Art A 5.1.2.2

 At fe u 

 bS  Max  ;0,4 MPa  Art A 5.1.2.2
 0 t  2 

Avec :
 h b 
t  Min  ; l ; 0 
 35 10 
Øl : Diamètre minimum des armatures longitudinales.
Øt≤Min (0,60cm ; 1cm ; 1,2cm)

On adopte : Øt=6mm

Donc :
 At
• S  00cm
 t

- Selon le C.B.A 93: •St  17.01cm


 A
• t  0.096cm
 St

• Choix des armatures :

At = 2. .t2 / 4 = 0,56 cm2

On adopte :At=2Ø6=0,57cm2

63
CHAPITRE 04 Ferraillage des éléments secondaires

• Choix des espacements :


At
 0, 036  St  15,83cm
St
 St = 5cm......................Zone nodale
Donc : 
 St = 10cm....................Zone courante

IV 3.2.2. Ferraillage de la dalle de compression :

Le ferraillage de la dalle de compression doit se faire par un quadrillage dont les dimensions
des mailles ne doivent pas dépasser :

- 20cm : Dans le sens parallèle aux poutrelles.


- 30cm : Dans le sens perpendiculaire aux poutrelles.
Si :

L1 : Distance entre axes des poutrelles

A1 : Armatures perpendiculaires (AP)

A2 : Armatures parallèles aux poutrelles (AR)

 4 L1
50  L  80cm  A = ( L1en cm)
A 
1 1
fe
A2 = 1 
2  200
L1  50cm  A1 =

 fe

Fe=520MPa (quadrillage de TS.TIE520→Ø≤6mm)

On a : L=65cm

Donc on obtient : A1=0,52 cm2/ml

On prend : 6T5=1,18cm2

100
St = = 20cm
5

64
CHAPITRE 04 Ferraillage des éléments secondaires

Armatures de répartitions :

A1
A2 = = 0,59cm2
2

Soit : 6T5=1,18cm2→St=20cm

Conclusion :

Pour le ferraillage de la dalle de compression, on adopte un treillis soudé dont la dimension des
mailles est égale à 20cm suivant les deux sens.

St St/2

TSØ5 /St=20cm
100

St
St/2

100

Schéma de ferraillage

65
Conclusion

Tout au long de la préparation de notre projet, nous avons essayé de mettre en pratique les
connaissances acquises durant nos études universitaires.

La présente étude, nous a Permis de nous Imprégner et d’aborder les méthodes de


techniques de constructions, de mettre en évidence dans le domaine d’application les
connaissances théoriques acquises, cette étude nous a permis aussi d’observer et surtout de
recueillir en identifiant de façon aussi précise que possible toutes les informations nécessaires
et les données complémentaires d’y remédier , de pouvoir disposer des repères et d’outils et
d’en tirer des conclusions suite au traitement des données manuelles (calcul manuel) .
Les conclusions auxquelles a abouti le présent travail, sont résumées dans les points suivants :
• Un pré dimensionnement suffisamment réfléchi facilite les étapes qui le suivent.
• Le ferraillage des poteaux et des poutres a été fait respectivement en compression simple
et en flexion simple par un calcul manuel.
• Le ferraillage des éléments secondaires manuellement.

Nous retiendrons aussi, la notion que ce projet nous a permis de mettre en application et de
prendre en compte les différents règlements et obligations, comme le BAEL 91 et le RPA
2003….

67
Références

• DTU Règles BAEL 91 révisées 99 règle de calcul DTU P 18-702. février 2000

• D.T.R – B.C. 2.48, "Règles Parasismiques Algériennes 99 version 2003", C.G.S.

• Charges Permanentes et Charges d’Exploitation, DTR B C 2 2.

• Règles de Conception et de Calcul des Structures en Béton Armé. CBA93, Ministère

de l’Habitat.

• M.BELAZOUGUI," calcul des ouvrages en béton armée ".