Vous êtes sur la page 1sur 8

Exercices corrigés: 1c ;2c Sciences physiques SP4(GM)

Dipôle RLC libre 4ème Sc Ex,Math,ScTech

EXO1

On considère le circuit électrique comportant un


générateur de tension continue de f.é.m E = 6 V, un
condensateur de capacité C, une bobine d'inductance L
et de résistance négligeable, deux conducteurs
ohmiques de résistance R et deux interrupteurs K et
K’(voir figure 1).
On utilise un dispositif informatisé d'acquisition de
données qui permet de visualiser sur la voie 1 la
tension u1 aux bornes du condensateur en fonction du
temps.
A – Première expérience
Dans cette expérience, on ferme K (en maintenant K’
ouvert). Le dipôle (R,C) est alors soumis à un échelon
de tension de valeur E.
1. Quel est le nom du phénomène observé sur la voie 1
à la fermeture de K ?
2. Reproduire sur la copie la partie de circuit
concernée et indiquer sur ce schéma, juste après la
fermeture de l’interrupteur K, le sens du courant, le
signe des charges de chacune des armatures du
condensateur.
Indiquer la flèche-tension u1 aux bornes du
condensateur.

3. Sur la voie 1, on obtient la courbe de la figure 2 ci-


contre.
Déterminer graphiquement, la constante de temps τ du
dipôle (R,C) en expliquant la méthode utilisée.
Sachant que R = 20 Ω, en déduire la valeur de la
capacité C.
4. L'étude théorique du dipôle(R,C) conduit à
du
l’équation différentielle τ 1 + u1 = E .
dt
a) Retrouver cette équation différentielle en
appliquant la loi d'additivité des tensions
b) Compte tenu des conditions initiales, la
solution de cette équation est de la forme
 −
t 
u1 = E .   1 − e τ   . Calculer la valeur de u1

   
pour t = 5τ. Conclure.

B – Deuxième expérience
Une fois la première expérience réalisée, on ouvre K puis on ferme K’. Le circuit est alors le siège d'oscillations
électriques. On utilise le mène dispositif informatisé d'acquisition de données pour visualiser, sur la voie 1, la
tension u1 aux bornes du condensateur et sur la voie 2, la tension u2 aux bornes du conducteur ohmique R.
L'acquisition est synchronisée avec la fermeture de l'interrupteur. On obtient les courbes de la figure 3 :
1. Attribuer à chaque courbe de la figure 3 la tension correspondante en justifiant brièvement pour une courbe
seulement.
2. Mesurer la pseudo-période T des oscillations. Calculer la période propre correspondant au cas où les résistances
R sont négligeables. Conclure.
3. Influence des paramètres : on réalise à présent la deuxième expérience en modifiant un seul des paramètres L ou
C. Deux cas sont proposés. Dans l'un, on a diminué la valeur de L, dans l'autre, on a augmenté la valeur de C. On
obtient les figures 4 et 5.
Attribuer à chaque cas proposé la figure qui lui correspond. Justifier.
CORRECTION :EXO1
A – Première expérience
1. A la fermeture de l’interrupteur, le condensateur se charge. On observe un régime transitoire (u1 ne
passe pas immédiatement de 0 à 6V).
2. Voir figure ci-contre:

+
q
u
i u1
+

3. Pour u1 = 0,63×E = 3,8 V, on a t = τ


Soit τ = 0,4 ms
On peut tracer la tangente à la courbe en t =0s,
elle coupe l'asymptote horizontale en t = τ.
τ0,4.10 −3
C= = = 20 µF
R 20
4.a) D’après des mailles:
on a E - u1 - uR =0 =>E = u1 + uR τ
dq
Soit E = u1 + R.i or i = et q = C.u1
dt
du
Il vient E = u1 + R.C 1 on retrouve l’équation différentielle proposée avec τ = R.C
dt
 5τ  

4.b) Pour t = 5τ, on a : u1 = E .  1 − e τ   = E (1 – e–5) = 0,99×E = 5,96 V
  
On peut considérer que pour une durée égale à 5τ, le condensateur est chargé.
B – Deuxième expérience
1. A t = 0 s, quand on ferme l’interrupteur K', le condensateur est chargé donc u1 = E = 6 V ; la courbe 1
représente u1 et la courbe 2 u2. (à t = 0s, i =0 donc u2 = 0 V)
2. Sur la courbe trois pseudo-périodes correspondent à (88–12) = 76 ms, donc T = 25 ms

T0 = 2π LC = 2π 0,8 × 20.10 −6 =25 ms


La pseudo-période et la période propre sont égales, l’effet des résistances est donc négligeable sur la
valeur de T.
3. Si on diminue L, alors T0 diminue
Si on augmente C, alors T0 augmente.
La figure 4 correspond à T = 40 ms, correspond à une augmentation de C
La figure 5 correspond à T = 20 ms, correspond à une diminution de L.
EXO2
Au cours d'une séance de travaux pratiques, un élève réalise le circuit schématisé ci-dessous
(figure 1).
Ce circuit est constitué des éléments suivants :
- un générateur délivrant une tension continue constante de valeur E = 4,0 V ;
- une résistance R réglable ;
- un condensateur de capacité C = 2,0 µF ;
- une bobine d'inductance L et de résistance r.
Un commutateur (K) permet de relier le dipôle (RC) soit au générateur, soit à la bobine.
L'entrée Y1 d'une interface, reliée à un ordinateur, est connectée à la borne A ; l'autre entrée Y2 est connectée
à la borne D. La masse de l'interface est connectée à la borne B.
Les entrées Y1 , Y2 et la masse de l'interface sont équivalentes respectivement aux entrées Y1 , Y2 et à la masse
d'un oscilloscope.

Figure 1
1. Étude énergétique du condensateur
Au cours de cette question, on étudie la charge du condensateur. À l'instant de date t = 0 s, le
condensateur est déchargé et on bascule le commutateur en position 1.
1.1 Tensions
Représenter, sur la figure 1, par des flèches :
- la tension uDB(t) aux bornes de la résistance ;
- la tension uAB(t) aux bornes du condensateur.
1.2. Charge du condensateur
1.2.1. Donner, en le justifiant, le signe de la charge q portée par l'armature A du condensateur au
cours de sa charge et la relation existant entre la charge q et la tension UAB.
1.2.2. En tenant compte de l'orientation du circuit, donner la relation vérifiée à chaque instant par
l'intensité i(t) du courant et la charge q(t).
1.2.3. A partir des expressions des tensions aux bornes des trois dipôles, établir l'équation
différentielle vérifiée par uAB(t).
1.2.4. Vérifier que l'expression suivante de uAB(t) est solution de cette équation différentielle :
 −
t

uAB(t) = E. 1 − e R.C

 
1.3. Énergie électrique Ee emmagasinée par le condensateur
1.3.1. Donner en fonction de uAB(t) l'expression littérale de l'énergie électrique Ee emmagasinée par le
condensateur.
1.3.2. En déduire l'expression littérale Ee,max de sa valeur maximale et calculer sa valeur.
2. Étude énergétique du circuit RLC

2.1. Une fois le condensateur chargé, l'élève bascule rapidement le commutateur (K) de la position 1 à la
position 2 : il prend l'instant du basculement comme nouvelle origine des dates.
Le condensateur se décharge alors dans la bobine.
L'acquisition informatisée des tensions permet de visualiser l'évolution des tensions uAB(t) et uDB(t) en
fonction du temps.
Après transfert des données vers un tableur-grapheur, l'élève souhaite étudier l'évolution des différentes
énergies au cours du temps.

2.1.1. Exprimer littéralement, en fonction de i(t), l'énergie magnétique Em emmagasinée dans la


bobine.
2.1.2. À partir de l'une des tensions enregistrées uAB(t) et uDB(t), donner l'expression de l'intensité
instantanée i(t)
En déduire l'expression de l'énergie magnétique emmagasinée dans la bobine en fonction de
l'une des tensions enregistrées.
2.1.3. En déduire l'expression de l'énergie totale ET du circuit en fonction des tensions uAB(t) et uDB(t).

2.2 À partir du tableur-grapheur, l'élève obtient le graphe ci-dessous (figure 2) qui montre l'évolution, en
fonction du temps, des trois énergies : Ee énergie électrique, Em, énergie magnétique et ET énergie totale.

Figure 2

Identifier chaque courbe en justifiant. Quel phénomène explique la décroissance de la courbe 1 ?


3. On suppose que la résistance du circuits est nulle
On refait alors une acquisition informatisée. On obtient le graphe ci-dessous figure 3

figure 3

Tracer sur la figure 3 les deux courbes manquantes. Préciser ce que chacune des trois courbes représente.
CORRECTION :EXO2

1-Étude énergétique du condensateur


On étudie la charge du condensateur. À l'instant de date t = 0 s, le condensateur est déchargé et on
bascule le commutateur en position 1.
1.1 Tensions
i uAB
tension uDB(t) aux bornes de la résistance représentée par
une flèche pointant vers D.
tension uAB(t) aux bornes du condensateur représentée par Figure 1
une flèche pointant vers A.
i
uDB

1.2. Charge du condensateur


1.2.5. Soit q la charge portée par l'armature A du condensateur. Lorsque K est en 1, le courant
transitoire arrive sur l'armature A donc les électrons partent de cette armature qui se charge
positivement: q > 0.
Compte tenu du sens choisi pour le courant sur le schéma on a: q = C . uAB
dq(t)
1.2.6. En tenant compte de l'orientation du circuit: i(t)=
dt
1.2.7. La loi des mailles: E - uAB(t)-uBD (t) =0 => E = uBD (t) + uAB(t) (1)
Représentons la flèche intensité du courant, puis appliquons la loi d'Ohm: uBD (t) = R.i(t).
dq(t)
D'après 1.2.2., il vient uBD (t) = R .
dt
d(C.u AB ) du AB
D'après 1.2.1., on obtient uBD (t) = R. , C est constante finalement uBD (t) = R.C. .
dt dt
du AB du AB u E
en reportant dans (1): E = R.C. + uAB(t) => + AB = (2)
dt dt R.C R.C
 −
t

1.2.8. Vérifions que: uAB(t) = E. 1 − e R.C
 est solution de cette équation différentielle (2) :
 
t t

R.C
du AB E − R.C
On peut écrire uAB(t) = E – E. e , dérivons cette fonction = .e .
dt R.C

du AB u
Exprimons + AB en utilisant les deux expressions ci-dessus.
dt R.C
E  
t t
du AB u AB E − R.C −
+ = .e + 1 − e R.C

dt R.C R.C R.C  
E  − R.C  
t t
du AB u AB −
+ = . e + 1 − e R.C
 
dt R.C R.C   
du AB u E
+ AB = on retrouve bien l'équation (2)
dt R.C R.C
 −
t

donc uAB(t) = E. 1 − e R.C  est bien solution de cette équation différentielle.
 
1.3. Énergie électrique Ee emmagasinée par le condensateur
1
1.3.1. Ee = .C.u 2AB (t)
2
1 1
1.3.2. Ee,max = .C.u 2AB,max (t)= .C.E² car lorsque le condensateur est chargé uAB = E
2 2
Ee,max = 0,5 × 2,0×10-6 × 4,0² = 1,6.10– 5 J = 16 µJ

2. Étude énergétique du circuit RLC


1
2.1.4. énergie magnétique Em emmagasinée dans la bobine: Em = .L.i(t)²
2
u BD (t)
2.1.5. Loi d'Ohm: uBD (t) = R.i(t) ⇔ i(t) =
R
1 1 u 2 (t)
Em = .L.i(t)² = .L. BD 2
2 2 R
2.1.6. énergie totale ET du circuit en fonction des tensions uAB(t) et uDB(t):
1 1 u 2 (t)
ET = Ee + Em = .C.u 2AB (t) + .L. BD 2
2 2 R

2.2
Initialement le condensateur est
chargé et aucun courant ne circule
donc :
ET(0) = Ee(0) et Em(0) = 0 J
On en déduit alors que:
- la courbe 2 est associée à Em
- la courbe 3 est associée à Ee
- la courbe 1 est associée à ET
La décroissance de la courbe 1 est due à la perte d'énergie sous forme de chaleur, par effet Joule, dans la
résistance R.
3.Lorsque les oscillations sont non amorties l'énergie totale ET est constante: ET = Ee + Em = Cte
- Initialement le condensateur est chargé et aucun courant ne circule : ET(0) = Ee(0) et Em(0) = 0 J
- Si Ee augmente alors Em diminue et inversement.
- Si Ee est maximale alors Em est nulle et inversement.
D'où les courbes :

ET

Ee

Em