Vous êtes sur la page 1sur 189

SYSTÈME DE MANAGEMENT DE

L’ENVIRONNEMENT :SME

ISO 14001 V 2015


ENVIRONNEMENT

milieu dans lequel un organisme fonctionne , incluant

l’air, l’eau , le sol, les ressources naturelles, la flore , la

faune, les êtres humains et leurs interrelations

( ISO 14001)

2
POLLUTION ??

Dégradation d’un milieu naturel par des substances


chimiques , des déchets industriels ou ménagers
( Larousse)

3
POLLUTION DE L’ATMOSPHERE

CO2
CO
SO2
NOx
CH4
CFC
COV

4
SOURCES DE LA POLLUTION DE L’AIR ???

5
Pollution de l’Air

SOURCES

 Gaz d’échappement des voitures


 Fumées d’usine
 Liquides frigorigénes
 Incineration
 Emission d’élements radioactifs
 .......

SME ISGI 2012 FRIKHA FAYCAL 6


CONSEQUENCES DE LA POLLUTION DE L’AIR
???

7
EFFETS SUR LA SANTE

 La pollution de l’air cause 2 millions de décès chaque année


dans le monde selon une étude publiée par l’OMS

 L’air pollué peut pénétrer dans les poumons , entrer dans la


circulation sanguine et provoquer :

 Cardiopathie

 cancer des poumons

 des cas d’asthme

 Infection respiratoire

8
Pluie Acide

• Les pluies acides sont des précipitations (pluie, neige, brouillard...)


qui se sont acidifiées au contact du dioxyde de soufre et de l'oxyde d'
azote contenus dans l'atmosphère et émis surtout par les usines et les
voitures. Elles affectent gravement les écosystèmes et certains
matériaux utilisés dans les bâtiments.

9
Conséquences des pluies acides

Sur la flore :
tue les microorganismes ( Nitrobacter –Nitrozomonas NH4 NO2 NO3)
feuilles endommagées ( tache noir ou marron ) ne peuvent plus
pratiquer la photosynthèse : CO2 +H2O E.S C6H12O6 + 6 O2
,

Une forêt dévastée par les pluies acides


Sur la faune : poisson et crustacés disparaissent

Les précipitations acides entraînent également une augmentation du taux d’acidité des lacs et des cours
d’eau. Or, en dessous d’un pH de 4,5, aucun poisson n’est susceptible de survivre. Cependant, ce n’est pas
l’acidité elle-même qui est responsable de la mort des organismes, comme on l’a longtemps pensé, mais
une diminution du pH s’accompagne la plupart du temps d’une augmentation de la concentration en
métaux toxiques tels que l’aluminium et le mercure, qui causent un certain stress respiratoire chez les
poissons

10
Effet de serre
Définition :
phénomène de réchauffement des basses couches de l’atmosphère
Terrestre induit par des gaz principalement la vapeur d'eau , le dioxyde de carbone
CO2 et le méthane CH4. qui les rendent Opaque au rayonnement infrarouge émis par
la terre .

C'est ce rayonnement infrarouge qui est en partie ou totalement piégé par


l’atmosphère qui crée l'effet de serre, il est à l'origine d'un apport supplémentaire de
chaleur à la surface terrestre. Sans ce phénomène, la température moyenne sur
Terre chuterait d'abord à -18 °C
une augmentation de la température du globe jusqu'à 10°C en moyenne d'ici à 2150
si rien n'est fait pour diminuer les rejets humains de gaz à effet de serre.

11
Conséquences de l’effet de serre
L’effet de serre entrainera s’il continue au rythme actuel , un

accroissement sensible de la température moyenne du globale de l’ordre

de 2°à 4°avant la fin du 21éme siècle . Les conséquences à long terme

seront un changement climatique avec la désertification accrue des

régions chaudes , le réchauffement notable des régions boréales avec

fonte des glaces polaires et inondation des régions basses

Les espèces qui ne pourront pas s'adapter, ou migrer dans des zones plus
favorables, risquent de disparaître

12
Aux altitudes supérieures à 30 km, le rayonnement solaire possède encore une énergie suffisante pour
casser une partie desmolécules de dioxygène et libérer les atomes. Un atome d'oxygène tendant à ne
pas rester seul pour des raisons de stabilité, doit se recombiner à un autre élément ; il interagit donc
avec une autre molécule de dioxygène (O2) présente pour former une nouvelle molécule, composée de
trois atomes d'oxygène : l'ozone (O3).
O2 + rayonnement solaire → O + O et O + O2 → O3
Cette réaction chimique est la seule qui, dans la stratosphère, produit de l'ozone.

13
Les gaz à effet de serre désignés par le protocole de Kyoto

 Le dioxyde de carbone CO2

 Le méthane CH4

 L’oxyde nitreux N2O

 L’hexafluorure de soufre SF6

 Les hydrofluorocarbures HFC

 Les perfluorocarbures PFC

14
Destruction de la
couche d’ozone
• Dans un premier temps, les rayons ultraviolets détachent un atome
de chlore d'une molécule de CFC. L'atome de chlore attaque une
molécule d'ozone et la détruit. Il en résulte une molécule ordinaire
d'oxygène (O2) et une molécule de monoxyde de chlore (Cl+O).

• Ensuite, un simple atome d'oxygène (O) attaque la molécule de


monoxyde de chlore, émettant un atome de chlore et formant une
molécule d'oxygène ordinaire (O2). L'atome de chlore est
maintenant prêt à attaquer et détruire une autre molécule d'ozone
(O3). Un seul atome de chlore peut répéter ce cycle destructeur des
milliers de fois.
Action des CFC sur la couche d’ozone

Si l’ozone est un gaz polluant sur la surface de la terre , il est au contraire ,


bénéfique dans les hautes couches atmosphérique parce qu'il absorbe les
radiations UV nuisible à la vie sur terre

Dans le stratosphère , les CFC sous l’action du rayonnement UV , subissent une


décomposition en libérant des atomes de chlore et entrent en réaction en chaine
avec l’ozone

CFC Rayonnement UV CL°

CL°+ O3 CLO°+ O2

CLO°+ O CL° + O2

On compte actuellement plus d’une centaine de réactions chimiques en chaine concernant le


phénomène de destruction induit par le chlore .Ainsi un atome de chlore est capable à lui tout seul de
détruire plus de 100.000 molécules d’ozone

16
LIQUIDE FRIGORIGENE
Définition d’un fluide frigorigène

Un fluide frigorigène (ou réfrigérant) est un fluide pur ou un mélange de


fluides purs présents en phase liquide, gazeuse ou les deux à la fois en
fonction de la température et de la pression de celui-ci. La principale
propriété des fluides frigorigènes est de s'évaporer à une faible
température sous pression atmosphérique. Les fluides frigorigènes sont
utilisés dans les systèmes de production de froid (climatisation,
congélateur, réfrigérateur, etc.)

CFC : Chlorofluorocarbone ( arrêt de production 31-12-1994)


 Dichlorodifluoromethane ou R12 ( CCL2F2)
 Monochlorotrifluorométhane ou R13 ( CCLF3)
 Trichloromonofluorométhane ou R11 ( CCL3F)

17
Conséquence de la destruction de l’ozone

La conséquence directe de la couche d’ozone est l’augmentation des rayonnements


UV à la surface de la terre ayant les répercussions

 La santé humaine : augmentation probable des cas de cancer de la peau et des


maladies des yeux

 L’équilibre écologique de la planète terre : action sur la photosynthèse des arbres


et des plantes sous marines ( phytoplanctons), avec pour conséquences indirectes
suivantes :

• La diminution des ressources naturelles

• L’augmentation de l’effet de serre

18
SOLUTION

Afin d’assurer une continuité de service pour les installations


existantes ,les Producteurs de fluide frigorigène ont élaboré
des mélanges dit de transition à base de :

19
HCFC : Hydrochlorofluorocarbone qui contient du chlore mais n’est pas
entièrement halogénés ( arrêt de production 2014)

 Monochlorodifluorométhane ou R22 ( CHCLF2 )


 Dichlorotrifluoroethane ou R123 ( CHCL2-CF3)
 Monochlorotetrafluoroéthane ou R124 ( CHCLF-CF3)

HFC : Hydrofluorocarbone qui ne contient pas de chlore

Trifluoromethane ou R23 ( CHF3) substitut du R13


 Difluoroethane ou R 32 ( CH2F2)
Tetrafluoroéthane ou R134a ( CH2F-CF3) substitut du R12

20
Désignation numérique des
frigorigènes
Le composé fluide frigorigène est d’une façon général représenté par un R pour
Réfrigérant

Hydrocarbures de la série des alcanes et leurs dérivés halogénés

Désignation numérique du type R cdu avec :

c = chiffre des centaines = nombre d’atome de carbone moins 1

d = chiffre des dizaines = nombre d’atome d’hydrogéne plus 1

u : chiffre des unité = nombre d’atome de fluor

Pour retrouver la formule chimique on complète avec le chlore jusqu’à atteindre


le nombre total d’atome monovalent pouvant être fixés . 4 pour un dérivé du
méthane , 6 pour un dérivé de l’éthane , 8 pour le dérivé de propane

21
EXEMPLE :

R 12 = R 012 c=1 , H=0 , F=2 donc CL = 2 et la formule CF2CL2

R 22 = R 022 c=1 , H=1 , F= 2 donc CL = 1 et la formule CHF2CL

R114 c=2 , H=0 , F=4 donc CL=2 et la formule C2F4CL2

22
EXEMPLE :

Donner les noms chimiques de R32 – R 124 – R 123

23
POLLUTION DU SOL

24
SOURCES DE POLLUTION DU SOL ???

25
Pollution du sol
SOURCES

 Déchets solides ménageres ( estimation 2007 : 2.2 Million de tonnes)


(production spécifique de population ρ (kg/j-1hab-1)
EXP :Tunisie:0,8 / France:1,2 / Japon : 1,5

26
Pollution du sol
SOURCES
 Déchets urbains : ( administration-hotels-restaurant )
 Déchets industriels ( déchets processus , déchets des ouvriers)

Dangereux (decret 2000-2339) Non dangereux

 Agriculture ( engrais – pesticides )

 Déchets nucleaires
27
Mise en décharge des déchets solides

 Mise en décharge sauvage

- Pollution olfactive : production du gaz H2S

- pollution atmosphérique : déchets dangereux inflammables:


incendie provoqué (t°d’inflammabilité) : gaz
et fumée

- Pollution visuelle : sacs plastiques s’envolent

- pollution hydrique: lixiviation , métaux lourd et substances


toxiques via pluie :nappe d’eau profonde

- risque sanitaire : ( infester l’être humain par le biais des


insectes : épidémies

28
BIODEGRADABLE

lorsqu’il peut être décomposé par des organismes


biologiques ( bactérie – champignon-algues)

simplification chimique et biochimique des molécules du


produit ainsi que par la minéralisation de son carbone
sous forme de CO2

29
30
SOLUTIONS ???

31
Le recyclage

32
Les cartons Les métaux

Les plastiques
Le verre

33
Symboles apparaissant sur
les bouteilles

-PVC :
bouteilles d’eau, vinaigre….
-PET : bouteille d’eau, boissons gazeuses ou
plates, vin, cidre, huile
-PEHD : bouteilles de lait, lessives liquides,
adoucissant, détergents….

34
Mise en décharge contrôlé
CET (Centre d’Enfouissement Technique)

35
1) Etude géologique

cellule 6m de profondeur

2) Etude hydrogéologique
30 cm de sable
3) Etude d’aménagement

 Clôture du site
 Conduite de collecte des eaux de lixiviation
 Préparation des cellules Lixiviat Déchets

36
Le Compostage

37
eau CO2,Chaleur
O2

Compost
Déchet
: produit
solide
stable
instable

Fertilisant organique
microorganisme

processus bio oxydative exothermique

Tris Broyeur cribleur andin

38
Paramètres clefs du processus

 Composition du déchet de départ

(aucun facteur limitant :facilement biodégradable )

C/N = 30, C/P=de 75 à 150 , N/P = de 5à 10 )

Technique utilisée : Technique des sections croisées

 Apport en oxygène (fermentation aérobique)

 Retournement de l’andin

 Aération forcée

39
 L’eau ou l’humidité

humidité < 45% : Arrêt complet du processus de compostage

humidité > 65% : fermentation anaérobique

Température

T°< 70°C : Eviter d’éliminer les germes indispensables pour la poursuite du


processus de compostage

Retourner l’andin pour refroidir

40
Utilisation du compost comme engrais =

- diminution des engrais chimiques,

- préservation de l’environnement

41
Incinération ??

42
 Utiliser le feu pour détruire les déchets solides

 Incinération : destruction totale des déchets en présence


d’oxygène : diminution énorme du volume de déchets (
réduction de 90%)

 Quelque soit la nature de déchets :tous ce qui est


indésirable va être détruit , sur le plan sanitaire destruction
totale des germes

43
Incinération : 90% du déchet éliminé
10% gaz + des fumés

 Source de valorisation énergétique : chauffage des


bâtiments

Mais l’incinération est très polluante si on ne traite pas le


gaz dégagé ( NO2,NO3,SO2…)

44
 Effets négatifs de l’incinération

 CO2 : gaz à effet de serre

 Les oxydes d’azote NOX : irritant les voies


respiratoires

SO2 : cancer des poumons

 Métaux lourd :mercure et cd : toxique por les


systèmes nerveux et les reins
REEL MENACE POUR LA SANTE HUMAINE

45
POLLUTION DE L’EAU

46
Répartition spécifique (m3/hab/an)
 Maroc : 970
 Égypte : 860
 Tunisie : 480
 Algérie : 472
 Libye : 155

Situation (Seuil)
 < 1000 m3/hab/an : situation de pauvreté en eau
 < 500 m3/hab/an : situation de pénurie en eau

47
Les ressources en eau
(Principaux facteurs agissant sur les ressources en eau)

Domestique
Tourisme 11%
1%
Industrie
5%

Agriculture
83%

48
Les activités industrielles

On distingue différents types d’activités industrielles:

 industries du plastique
les industries chimiques
Les industries de fabrication des produits alimentaires
Industries du pétrole
Industries automobile
Industries pharmaceutique

49
Les rejets d’eau polluée des industries sont appelés les
effluents industriels. Dans de nombreux pays, la loi
oblige les entreprises à épurer leurs effluents avant de
les rejeter dans un cours d’eau. Ceux-ci transitent par
des stations de traitement.

À la sortie, ils doivent respecter des normes de rejets,


c’est-à-dire que leur concentration en substances
polluantes ne doit pas excéder certaines limites.

50
Norme Tunisienne NT 106.02 (1989)

Paramètres Expression de Domaine Domaine Public Canalisation


résultats Public Hydrique publique
maritime
pH - 6.5<pH<8.5 6.5<pH<8.5 6.5<pH<9
MES mg/l 30 30 400
DCO mgO2/l 90 90 1000
DBO5 mgO2/l 30 30 400
Fluorures mg/l 5 3 3
NO3 mg/l 90 50 90
NO2 mg/l 5 0.5 10
Azote (NTK) mg/l 30 1 100
Chlorures mg/l Sans exigence 600 700
Phosphore mg/l 0.1 0.05 10
Composés phénoliques mg/l 0.05 0.002 1
Graisse et huile mg/l 20 10 30
Hydrocarbures totaux mg/l 10 2 10
Détergent anionique mg/l 2 0.5 5

51
Pollution non dissoute

Eaux usées
Pollution dissoute

Pollution non dissoute

•Pollution grossière: dégrillage – dessablages – déshuilage

• Pollution par des matières colloïdales : coagulation – floculation

52
 peut produire plusieurs contaminants qui peuvent s’infiltrer
ou ruisseler dans les systèmes d’eau

Différents types de procèdes chimiques sont utilisés dans


les pratiques agricoles qui ont un impact sur les sources
d’eau ( fertilisants-pesticides-herbicides )

 L’agriculture entraîne une pollution dite « diffuse ».

53
 La fertilisation cause l’eutrophisation (poussé excessive
d’algue entrainant une réduction de l’approvisionnement en
oxygène de l’eau et perturbe la vie aquatique

Les niveaux excessives de nitrates peuvent s’infiltrer dans


les eaux souterraines

Certains contaminants associés au pesticides (DDT-


composés organique chlorés –toluéne ….)

54
Exercice

Donner des bonnes pratiques à encourager pour les


particuliers pour préserver L’environnement

55
Bonnes pratiques à encourager

 Réduire la consommation d’eau à la source ( préférer les douches aux bains, ne pas
Laisser couler l’eau inutilement pendant le brossage des dents, la vaisselle,rasage de la barbe …
Equiper les robinets de réducteur de consommation , utiliser les chasses d’eau à double vitesse …)

 Ne pas jeter les produits toxiques ni dans la nature ni dans les égouts

 Récupérer l’eau de pluie pour l’arrosage et certain lavages

 Réduire les doses des détergents des lavages

 Préférer le durable au jetable

 Réduire la consommation d’énergie ( privilégier les énergies renouvelables :panneaux photovoltaïque


éteindre les lumières unitiles , ne pas laisser les appareils en veille , éviter le recours systématique à la
climatisation Utiliser les lampes à économie d’énergie

 Produire son compost soi-même

 Choisir pour chaque trajet le moyen de transport le plus efficace et le moins nocif pour l’environnement

 Entretenir le véhicule et adopter une conduite souple

56
Bonnes pratiques à encourager

 Faire appel au service de covoiturage ou de partage de voiture

 Préférer les produits verts

57
INSTITUTIONS QUI S’OCCUPENT DE L’ENVIRONNEMENT
EN TUNISIE ??

58
1) L’AGENCE NATIONALE DE PROTECTION DE
L’ENVIRONNEMENT (ANPE)

 Analyse et suivi de l’état de l’environnement du pays

 Elaboration d’étude diagnostic avec identification des sources


de détérioration de l’environnement

 Evaluation des études d’impacts

 Lutte contre la pollution et contrôle des rejets polluants et


des sources de nuisances

59
2) L’OFFICE NATIONAL DE L’ASSAINISSEMENT (ONAS)

 Planification et réalisation des projets d’assainissement

 Gestion , exploitation et entretien des ouvrages d’assainissement


( stations d’épuration , collecteurs d’eaux usées ..)

 Lutte contre la pollution hydrique dans les zones d’intervention


( urbaines et industrielles )

 Promouvoir de la distribution et de la vente des eaux usées


épurées

60
3) L’AGENCE DE PROTECTION ET D’AMENAGEMENT DU
LITTORAL (APAL)

 Gestion des espaces littoraux et suivi des opérations


d’aménagement

 Elaboration des études relatives à la protection du littoral et à


la mise en valeur des zones naturelles

 Observation de l’évolution des écosystème littoraux

 Instauration d’un partenariat avec les établissements industriels


et les établissements de recherche

61
4) LE CENTRE INTERNATIONAL DES TECHNOLOGIES DE
L’ENVIRONNEMENT A TUNIS (CITET )

 Formation des techniciens et des experts dans le domaine


des technologies de l’environnement

 Encadrement des jeunes promoteurs et inventeurs dans le


domaine de l’environnement

 Transfert , adaptation et développement des techniques


environnementales pour mise à disposition des usagers

62
5) AGENCE NATIONALE DE GESTION DES DECHETS ANGED

 Participer à l’élaboration des programmes nationaux en


matière de gestion des déchets

 Gérer les systèmes publics de gestion des déchets


( emballages plastiques –huiles – filtres à huile usagers –piles
et batteries )

 Promouvoir les systèmes et les programmes de collecte de


recyclage et de valorisation des déchets

 Assister techniquement les industriels dans le domaine de la


gestion des déchets

63
Pour commencer …. Gardons ce proverbe à l’esprit

Nous n’héritons pas la terre de nos ancêtres ;

Nous l’empruntons à nos enfants

64
Système de Management Environnemental = SME

65
Système de management environnemental

«Composante du système de management d’une


entreprise utilisée pour développer et mettre en
œuvre sa politique environnementale et gérer ses
aspects environnementaux »

66
ENJEUX
 Au niveau international

 Epuisement des ressources naturelles

 Réchauffement de la planète

 Dégradation de la couche d’ozone

 Disparition des espèces vivantes

67
ENJEUX

 pour l’entreprise

 Réduction des coûts

 Diminution des risques

 Conformité à la réglementation

 Avantage concurrentielle

68
Référentiels qui parle d’environnement

 Les normes ISO 14000

 EMAS : Eco Management and Audit Scheme

 FDX 30-205 : Guide pour la mise en place par étapes


d'un système de management environnemental

 ISO 26000 : Responsabilité sociétale

69
Série des normes ISO 14000

 ISO 14001 : Système de management environnemental Exigences et lignes directrice


pour son utilisation

 ISO 14004 : Système de Management Environnemental – lignes directrices générales


concernant les principes , les systèmes et les techniques de mise en
œuvre

 ISO 14031 : Management Environnemental – Evaluation de la performance


environnementale

 ISO 14050 : Management Environnemental – Vocabulaire

 ISO 14063 : Management Environnemental – communication environnementale : lignes


directrices et exemples

70
ZOOM sur ISO 14001

Système de management environnemental –


Exigences et lignes directrice pour son utilisation

71
Evolution des chapitres de la norme ISO 14001

Chapitres ISO 14001:2004 Chapitres ISO 14001:2015


4- EXIGENCES DU SME 1- DOMAINE D’APPLICATION

4.1 – EXIGENCES GENERALES 2- REFERENCES NORMATIVES

4.2-POLITIQUE ENVIRONNEMENTALE 3-TERMES ET DEFINITIONS

4.3- PLANIFICATION 4- CONTEXTE DE L’ORGANISME

4.4- MISE EN ŒUVRE ET 5- LEADERSHIP


FONCTIONNEMENT
6-PLANIFICATION
4.5-CONTROLE
7- SUPPORT
4.6- REVUE DE DIRECTION
8-REALISATION DES ACTIVITES OPERATIONNELLES

9-EVALUATION DES PERFORMANCES

10-AMELIORATION
1. DOMAINE D’APPLICATION

2. REFERENCES NORMATIVES

3 . TERMES ET DEFINITIONS

4 . CONTEXTE DE L’ORGANISME

4.1 compréhension de l’organisme et de son contexte

4.2 Compréhension des besoins et des attentes des parties intéressées

4.3 Détermination du domaine d’application du SME

4.4 Système de management environnemental

5. LEADERSHIP

5.1 Leadership et engagement

5.2 Politique environnementale

5.3 Rôles ,Responsabilités et autorités au sein de l’organisme


6 . PLANIFICATION

6.1 Actions à mettre en œuvre face aux risques et opportunités

6.2 Objectifs environnementaux et planification des actions pour les atteindre

7. SUPPORT

7.1 Ressources
7.2 Compétences

7.3 Sensibilisation

7.4 Communication

7.5 Informations documentées

7.5.1 Généralités

7.5.2 Création et mise à jour des informations documentées

7.5.3 Maitrise des informations documentées

8.REALISATION DES ACTIVITEES OPERATIONNELLES

8.1 Planification et maitrise opérationnelles

8.2 Préparation et réponse aux situations d’urgence


9 . EVALUATION DE LA PERFORMANCE

9.1 Surveillance, mesure, analyse et évaluation

9.1.1 Généralités

9.1.2 Evaluation de la conformité

9.2 Audit interne

9.3 Revue de direction


10 . AMELIORATION

10.1 Généralités

10.2 Non-conformité et actions correctives

10.3 Amélioration continue


DOMAINE D’APPLICATION
ISO 14001 est applicable aux organismes de toutes

tailles, de tous types et de toutes natures, et

s’applique aux aspects environnementaux de ses

activités, produits et services que l’organisme

détermine et qu’il a les moyens soit de maîtriser,

soit d’influencer en prenant en considération une

perspective de cycle de vie.


 les résultats escomptés d’un système de management
environnemental incluent:

 l’amélioration de la performance environnementale

 le respect des obligations de conformité

 la réalisation des objectifs environnementaux

 ISO 14001 n’établit pas de critères spécifiques de


performance environnementale.
chapitre 4 : Contexte de l’organisme
• Chapitre 4 (nouveau) : Contexte de
l'organisme

– 4.1 Compréhension de l'organisme et de


son contexte

– 4.2 Compréhension des besoins et des


attentes des parties intéressées

– 4.3 Détermination du domaine


d'application du système de management
environnemental

– 4.4 Système de management


environnemental
4.1 Compréhension de l'organisme et de son
contexte

• L’organisme doit déterminer


les enjeux externes et
internes pertinents par rapport
à sa finalité

• Ces enjeux doivent inclure les


conditions environnementales
affectées par l’organisme
4.2 Compréhension des besoins et des
attentes des parties intéressées

L'organisme doit déterminer :

a) les parties intéressées qui sont pertinentes


dans le cadre du SME

b) les besoins et attentes pertinents de ces


parties intéressées

c) Lesquels de ces besoins et attentes


deviennent ses obligations de conformité.
4.3 Détermination du domaine d'application
du système de management environnemental

 Le domaine d’application doit être tenu à jour sous la forme


d’une information documentée et doit être disponible vis-à-vis
des parties intéressées..

• L’organisme doit déterminer les limites et l’applicabilité du


système de management environnemental

Lorsque l’organisme établit ce domaine d’application, il doit


prendre en considération
les enjeux externes et internes auxquels il est fait référence en 4.1

les obligations de conformité auxquelles il est fait référence en 4.2;

ses unités organisationnelles, fonctions et limites physiques;

 ses activités, produits et services;

 son autorité et sa capacité de maîtrise et d’influence


4.4 Système de management environnemental

Un SME établi ,mis à jour et entretenu et amélioré en

continue Y compris les processus nécessaires

et leurs interaction
5. LEADERSHIP

5.1 Leadership et engagement

5.2 Politique environnementale

5.3 Rôles ,Responsabilités et autorités au sein de l’organisme


5.1 Leadership et engagement
La direction doit démontrer son leadership et son engagement vis-à-vis
du SME

assumant la responsabilité de l’efficacité du système de management


environnemental

Politique et objectifs sont cohérents avec le contexte de l’organisme

Les exigences SME sont intégrés aux processus métier de l’organisme

UNE NOUVELLE EXIGENCE


Politique environnementale

intentions et orientation d’un organisme en matière de

performance environnementale telles qu’elles sont

officiellement formulées par sa direction ( ISO

14001:2015)
Politique environnementale

 Doit être appropriée à la finalité et aux contexte de


l’organisme y compris les impacts de ses activités, produits
et services

 Inclut l’engagement de protection de l’environnement y


compris la prévention de la pollution et d’autres
engagement spécifiques pertinents pour le contexte de
l’organisme (utilisation des ressources durables –
atténuation des changements climatiques )

 Inclut l’engagement de satisfaire à ses obligations de


conformité

89
 l’engagement pour l’amélioration continue du
SME afin d’améliorer la performance environnementale

90
La politique doit être:

 Sous la forme d’une information documentée

 Tenue à jour

 Communiquée –comprise et appliquée au sein de


l’organisme

 Etre disponible vis-à-vis des parties intéressées

91
5.3 Rôles, responsabilités et autorités au
sein de l'organisme

 La direction doit s'assurer que les


responsabilités et autorités des
rôles pertinents sont attribuées,
communiquées au sein de
l'organisme.
6 .Planification
6.1 Actions à mettre en œuvre face aux risques et
opportunités

6.1.1 Généralités
6.1.2 Aspects environnementaux
6.1.3 Obligation de conformité
6.1.4 planification d’action

6.2 Objectifs environnementaux et planification des


actions pour les atteindre

6.2.1 Objectifs environnementaux


6.2.2 Planification des actions pour atteindre les objectifs
environnementaux
6.1 Actions à mettre en œuvre face aux
risques et opportunités

L’organisme doit tenir à jour des informations


documentées sur:

les risques et opportunités liés à ses aspects


environnementaux
6.1.2 Aspects environnementaux
élément des activités, produits ou services d’un
organisme interagissant ou susceptible d’interactions
avec l’environnement

Note 1 à l’article: Un aspect environnemental peut causer un ou


plusieurs impacts environnementaux . Un aspect environnemental
significatif est un aspect environnemental qui a ou peut avoir un
ou plusieurs impacts
environnementaux significatifs.

Note 2 à l’article: Les aspects environnementaux significatifs sont


déterminés par l’organisme en utilisant un ou plusieurs critères
6.1.2 Aspects environnementaux
Impossible d'afficher l'image. Votre ordinateur manque peut-être de mémoire pour ouv rir l'image ou l'image est endommagée. Redémarrez l'ordinateur, puis ouv rez à nouv eau le fichier. Si le x rouge est toujours affiché, v ous dev rez peut-être supprimer l'image av ant de la réinsérer.

Dans le domaine d’application défini du système de management


environnemental, l’organisme doit déterminer les aspects
environnementaux de ses activités, produits et services qu’il a les
moyens de maîtriser et ceux sur lesquels il a les moyens d’avoir une
influence, ainsi que leurs impacts environnementaux associés, dans
une perspective de cycle de vie.
Modifications majeurs

L’organisme doit tenir à jour des informations


documentées sur:

ses aspects environnementaux et les impacts


environnementaux associés;

ses critères utilisés pour déterminer les aspects


environnementaux significatifs;

ses aspects environnementaux significatifs.


Modifications majeurs

Analyse du cycle de vie

L’analyse environnementale va être appliquée à un


périmètre élargi avec une perspective sur
le cycle de vie du produit ou de service
Les aspects environnementaux peuvent –être :

 Source de pollution

 Source de nuisance

 Source de consommation

99
Identification des aspects environnementaux

 Emissions dans l’air


 Rejets dans l´eau
 Déchets mis en décharge
 Bruit externe
 Odeur
 Utilisation matières premières et ressources
naturelles (eau, énergie)

100
Le raisonnement possible pour l’identification des aspects

 Marche normale: citerne de produit dangereux dans la rétention


( process en marche )

 Marche anormale : citerne de produits dangereux fuit dans la


rétention ( process en marche )

 Marche accidentelle : citerne de produits dangereux fuit dans la


rétention mais la rétention éclate ( process arrêté )

101
 Faire un bilan initial exhaustif des aspects existants

 Déterminer les impacts

 Evaluer les impacts et déterminer ceux significatifs

102
Inputs outputs

Matières première Rejets liquides


Énergie Activités Rejets solides
Equipement Produits Rejets gazeux
Compétences Service Nuisances(
bruits,odeur,vibration)

Consommation
énergétique et d’eau

103
Filtres d’huile
Gaz

Equipements Effluent gazeux


Transport routier
Huile ( camions ,engins ,voitures) Bruit

Batteries usagers
Diesel
Huiles usagers

Consommation de gaz et diesel

104
L’identification initiale doit prendre en compte :

 Inventaires des textes réglementaires


 Procédé de fabrication
 Plan de production et qualité
 La gestion des déchets
 Données de surveillance
 Rapports de situation d’urgence
 Point de vue des parties intéressées
 L’emballage et le transport

Tout développement nouveau ou planifié d’une activité , d’un produit


ou d’un service doit entrainer la mise à jour de cette identification

105
Impact environnemental

modification de l’environnement , négative ou


bénéfique , résultant totalement ou partiellement des
aspects environnementaux d’un organisme.

Impact Milieu
Epuisement des ressources naturelles Sol –sous sol-forets
Pollution du sol sol y compris la faune et la flore
Pollution de l’eau Mer, lac,réseau des eaux usées,pluviales
Pollution de l’air Couche d’ozne,
Autres nuisances Homme , faune et flores

106
Activités Aspects Impacts
environnementaux environnementaux
Transport Dioxide de carbone (CO2)
chauffage Contribue à l’effet de serre et
Methane (CH4) donc à l’altération des
Gaz fluorés (CFC, HFC, etc.) conditions climatiques
Agents
frigorifiques CFC
extincteurs Détruit la couche d’ozone qui
Solvants chlorurés
protège la terre des rayons
Trafic routier ultra-violet
Dioxide de soufre(SO2)
Utilisation de oxydes d’azote (NOx) Pluie acide
solvants Particules (PM10) pollution locale de l’air
(surtout en zone urbaine)

Chauffage Composés organiques Contribue à la formation


Déchets volatiles (COVs) d’ozone en basse atmosphère
enterrés Oxides d’azote (NOx) qui constitue en danger pour
Methane (CH4) la santé
107
PHOTO A

Zone de stockage des


produits chimiques

PHOTO B

Zone de stockage des déchets

108
EXERCICE

Pour les 2 cas, il vous est demandé se qui suit :

1.Identifier les aspects environnementaux.

2. Définir les impacts.

3.Identifier les exigences réglementaires et légales applicables


à ses processus.

4.Définir les dispositions de maîtrise qui doivent être mises en œuvre.

5. Quels sont les documents qui doivent être disponibles lors de la mise
en œuvre de cette activité.

109
Cotation et hiérarchisation des impacts environnementaux
pour déterminer les AES

exemple de cotation

110
Evaluation des impacts

 Quantité de l’aspect

 Fréquence de l’activité générant l’aspect

 Gravité de l’impact

 Intérêt des parties intéressées

 Niveau de maitrise actuelle

 Niveau de conformité actuelle


111
Gravité
1 2 3 4
• Nuisance
environnemental • Grave risque de
• Impact limité au limité à 100m dégât important
• Impact limité
site sans influence ,risque de non pour la santé
localement
extérieur respect de la humaine ou
politique l’environnement
environnementale

Fréquence
1 2 3 4
• Fréquent • Très fréquent
maximum 2 à 3 Maximum tous
• Exceptionnel • Peu fréquent de 1
fois/mois les jours
/improbable à 2 fois /an
• Minimum 1 fois • Minimum 1 fois /
/mois semaine

Niveau de maitrise
1 2 3 4
• Maitrise
• Maitrise forte • Maitrise faible • Aucune maitrise
moyenne

112
Cotation des critères
Exemple de grille pour la cotation de la gravité

Ressources Nuisance Déchets Note


naturelles
Abondante ou Peu perceptible DIB recyclable 1
recyclé (O2-Fer-
azote-)
Energie nucléaire DIB en mélange ou 2
ou renouvelable ordure ménagères
Critique ( énergie Perceptible sur le Déchets non 3
fossile ,matières site recyclable et
première , difficilement
produits biodégradable
chimiques)
Rare Perceptible en Déchets 4
limite du site dangereux
113
1.Matrice d’évaluation des Aspects environnementaux
significatifs
Si sa cotation ( fréquence X gravité ) > ou = 8

ou s’il présente une non-conformité légale ou


réglementaire
G
4 3 2 1

F
4 16 12 8 4
3 12 9 6 3
2 8 6 4 2
1 4 3 2 1

114
Compléter l’analyse environnementale en se basant sur la liste des aspects environnementaux
Conformit
Service/At Mode Mode actuel de Indice de Indice de Indice de é Hiérarchie
Aspects Impacts Etendu Maitrise Incidence IXG
elier d’activité gestion Quantité fréquence gravité de l’AE
C NC

Critère de criticité/Indice 1 2 3 4
de pondération
Nuisance environnementale limitée à
Grave. Risque de dégâts importants
Impact limité au site sans influence 100 m.
Gravité (G) Pas d’impact pour la santé humaine ou
extérieure Risque de non respect de la politique
l’environnement.
environnementale.
Fréquent Très fréquent
Fréquence (F) Exceptionnel/improbable Peu fréquent. De 1 à 2fois/an Maximum 2 à 3 fois/mois Maximum : tous les jours,
Minimum : 1 fois/mois Minimum : 1 fois/ semaines.
Forte maîtrise : consignes existantes,
connus et systématiquement
Maîtrise moyenne : maîtrise Aucune ou très peu de maîtrise : Aucune
applicables ; consommations
moyenne : consignes méconnues, non ou très peu de maîtrise : pas de
incompressibles, pas de
systématiquement appliqué, consignes, personnels non formés ; pas
Maîtrise (M) consommation abusive (suivi très
traitement partiel ; structures ou d’objectifs d’améliorations ;
régulier et analyses des données les
moyens de préventions non consommations non suivies ; pas de
prouvant) ; structures ou moyen de
optimums, a l’efficacité douteuses structures ou de moyens de préventions
prévention efficace (rétentions,
séparateurs à hydrocarbures…)
Fréquence Note
Quantités Liquides Solides
1 Exceptionnel: moins d'une fois en Cinq ans 1
Faible <1m3/jour <10 kg/jour
2 Rare: une fois/ans à 1 fois/2 ans
2
>1m3/jour, entre 10 et 50
Moyenne
3 Peu fréquent: Une fois par mois à 1 fois/trimestre <5m3/jour kg/jour
Moyennement fréquent:Une fois/semaine à quelques 3
4 Elevée > 5 m3/jour > 50 kg/jour
fois/mois
5 Fréquent évènement quotidien, phénomène continu
Impact ne dépasse pas les limites de l’activité
1
15 12 10 9 8 6 5 4 3 2 1 concernée
1 Peu grave
4 Impact ne dépasse pas les limites du site
2 Moyennement grave
3 45 36 30 27 24 18 15 12 9 6 3 6 Impact dépasse les limites du site
3 Très grave

1 negligeable
2 30 24 20 18 16 12 10 8 6 4 2
4 Faible
1 15 12 10 9 8 6 5 4 3 2 1 6 Moyenne 115
Importante (impact irréversible sur les biens-les milieux
10
et les personnes
ANALYSE ENVIRONNEMENTALE INITIALE

Domaine Criticité Conformité


Sous Régi
Processus Activité Aspects Impacts Observations Cotation Significativité

EAU
activité me D F G C NC
épuisement des
Stockage de consommation
N x ressources consommation de 4 2 8 X X
l'eau, de l'eau
naturelles 1375770hl de l'eau
Tous traitements, "
épuisement des de SONEDE pour
production,
A x fuite d'eau ressources l'année 2009 2 3 6 X
nettoyage,…
naturelles
déchets:
soin des médicaments, production des
Infirmerie " N x _ 2 4 8 X S
employés pansements, déchets
seringue…
surconsommati
utilisation on de
consommation de
HK, SIG et bouchage, de l'air fuite de l'air l'électricité=>
A 3205329kw pour 1 3 3 X
PET soufflage comprim comprimé épuisement des
l'année 2009
é ressources
naturelles
Production
,
dépassement des
chaudière, rejet d'eau
concentrations de
refroidisse Déverseme N/ déversé vers la
contamination DBO, DCO
ment, nt, " An/ x station de 4 4 16 X S
de l'eau indiquées dans la
labo. et nettoyage A traitement
norme NT.
station de d'eau usée
106.002
T.,
Stockage

116
EXERCICE

Chaque groupe propose des critères


d’évaluation et d’hiérarchisation des impacts
environnementaux pour déterminer les AES
en se basant sur les aspects environnementaux
communiqués .

117
Services/Ateliers Aspects environnementaux
Génération des filtres à huile
Atelier mécanique auto et entretien Génération des chiffons souillés
Génération des huiles usagers issues des
vidanges
Diversement des huiles lors des vidanges
Génération des batteries usagers du parc roulant
Emission dans l’air des fluides frigorigènes
Génération des pneus usagers
Génération des copaux métalliques
Consommation de carburant
Génération des pièces de rechange usagers
Génération des emballages perdus
Magasin produits chimiques Diversement des produits chimiques lors de la
manipulation
Incendie
Diversement accidentelle de la cuve de soude
liquide
Consommation d’eau
Ateliers de production Consommation d’électricité
Diversement des eaux usées contaminées
Diversement des produits chimiques utilisés
dans le nettoyage et désinfection des
équipements
Génération de bruit
Emission dans l’air des fluides frigorigènes
Génération de déchets de papier
Emission du R 134a
Diversement du phosphate trisodique
Génération des déchets de bois des palettes
Emission des fumées d’échappement des
chariots élévateurs 118
Identification des dangers

Pour chacune des zones d’activités , un recensement


systématique de tous les aspects environnementaux est
effectué par des groupes de travail comprenant les
responsables des activités, et le personnel concerné et
opérant sous les directives du Responsable du Management
Environnement Le recensement est basé sur les éléments
suivants :

119
 Emissions hydriques (eaux usées, déversement
d'effluents polluants ou potentiellement polluants)

 Emissions atmosphériques (rejets de fumées, gaz et


poussières)

 Rejets solides (déchets, boues)

 Emissions sonores pouvant affecter le voisinage

 Epuisement des ressources énergétique

Epuisement des ressources en eau

120
Analyse des dangers
Pour chaque catégorie d'aspect environnemental, il faut identifier:

L'activité qui génère cet aspect

La description de la manière dont cet aspect se manifeste


(par exemple fuite d'eau, déversement accidentel de carburant,
émission de fumées à partir de la cheminée de la chaudière, etc )

Le mode d'occurence de cet aspect (mode de fonctionnement


normal, mode de fonctionnement dégradé - c.a.d. situation
attendue où le processus ne fonctionne pas dans des conditions
définies, tel que par exemple: panne, travaux de maintenance,
121
ou mode accidentel)
Les quantités mises en jeux (volumes, poids, concentrations,
etc. …)

La fréquence d'occurrence de cet aspect (continu, rare, nombre


de fois par jour, par semaine, par mois, par and, etc…)

Le mode actuel de gestion de cet aspect (par exemple: tris


sélectif des déchets plastiques, mises dans des boxes de
stockage protégés et revente à des recycleurs agréés)

 L'impact généré effectivement ou potentiellement par cet aspect


environnemental

122
Le niveau d'impact environnemental est estimé comme
Significatif, Moyennement significatif ou Non significatif

Ces niveaux sont déterminés à partir des facteurs


incidence de l'aspect environnemental et gravité de
l'impact

Niveau d'impact= Incidence x Gravité

L'incidence de l'aspect environnemental est déterminée


à partir des facteurs Quantité et Fréquence

123
Evaluation des quantités :

Indice Solides en
Quantités Liquides Solides en vrac
quantité unités

Faible 1 <1m3/jour <10 kg/jour < 10 unités/jour

>1m3/jour, entre 10 et 50 Entre 10 et 20


Moyenne 2
<5m3/jour kg/jour unités/jour

50 kg/jour
Elevée 3 > 5 m3/jour >20 unités/jour

124
Evaluation des fréquences:

Indice de
Fréquence Explication
fréquence
Exceptionnel: 1 moins d'une fois en Cinq ans
Rare: 2 une fois/an à 1 fois/2 an
Peu fréquent: 3 Une fois par mois à 1 fois/trimestre
Moyennement Une fois/semaine à quelques
4
fréquent: fois/mois
évènement quotidien, phénomène
Fréquent: 5
continu

125
Détermination du niveau d'incidence

La combinaison du niveau de quantité et du niveau de fréquence


donne lieu à un niveau d'incidence de l'aspect environnemental.
Ce niveau est déterminé selon la grille suivante:

Elevée 3 3 6 9 12 15
Quantité

Moyenne 2 2 4 6 8 10
Faible 1 1 2 3 4 5
1 2 3 4 5
Moyenne
Exceptio Peu
Rare ment fréquent
nnel fréquent
fréquent
Fréquence

126
Estimation de la gravité de l'impact

La gravité de l'impact est déterminée par rapport à 6 critères

Toxicité des polluants Effets des éléments polluants sur la faune et la flore, plus les
composants sont toxiques plus la gravité est élevée (référence:
métaux lourds, arsenic, hydrocarbures lourds)
Réversibilité du phénomène Facilité avec laquelle les effets de la pollution peuvent être éliminés
(par exemple par nettoyage, curage, traitement sur le lieu même de la
pollution) ou la capacité du milieu à résorber les effets de la pollution
(par exemple biodégradation)
Sensibilité du milieu Niveau de fragilité ou de résistance du milieu: un milieu naturel avec
des espèces protégées est beaucoup plus sensible qu'un milieu
urbain mais un milieu urbain où il existe un voisinage sensible (hôpital,
école) est plus sensible qu'une zone industrielle
Etendue géographique Périmètre affecté par la pollution

Perception des nuisances Il s'agit surtout des nuisances sonores et des nuisances visuelles
L'impact est plus grave s'il entraine l'épuisement de ressources
Disponibilité des ressources
naturelles (eau, énergie, bois, etc) que s'il épuise des ressources
renouvelables ou recyclées.

127
Pour chacun de ces facteurs, l'estimation du niveau de gravité est
effectuée en affectant un niveau faible (1); moyen (2) ou élevé (3)

Le niveau de gravité global de l'impact est la moyenne


des niveaux de chacun des six facteurs ci-dessus

Indice de gravité =Moyenne (IToxicité ; IRéversibilité ; Isensibilité ; IEtendue ; IPerception ; IDisponibilité)

128
6.1.3 Obligations de conformité

L’organisme doit:

a) déterminer et avoir accès aux obligations de conformité relatives


à ses aspects environnementaux

b) déterminer de quelle manière ces obligations de conformité


s’appliquent à l’organisme

c) prendre en compte ces obligations de conformité lors de


l’établissement, la mise en œuvre, la tenue à jour et l’amélioration
continue de son système de management environnemental.

L’organisme doit tenir à jour des informations documentées sur ses


obligations de conformité
129
Quelques réglementations qui s’appliquent

 La norme NT 106.02 : Rejets d’effluents dans le milieu hydrique


 Décret n°2000-2339 : Liste des déchets dangereux
 Décret 2006-2684 : procédure d’ouverture et d’exploitation
des établissements dangereux ,
insalubres ou incommodes

 Décret 2009-2269 : Audit énergétique obligatoire


Décret n°2002-335 : les seuils à partir du quel la
consommation des eaux est soumise
à un diagnostic technique périodique
et obligatoire

 Décret n°2010-2519 : Les valeurs limites à la source


des polluants de l’air
130
6.1.4 Planification d’actions
L’organisme doit planifier:

a) d’entreprendre des actions pour traiter ses:

1) aspects environnementaux significatifs;


2) obligations de conformité;
3) risques et opportunités identifiés

b) la manière

1) d’intégrer et de mettre en œuvre ces actions au sein des


processus du système de management environnemental ou
d’autres processus métiers

2) d’évaluer l’efficacité de ces actions .


131
6.2 Objectifs environnementaux et planification
des actions pour les atteindre
Objectifs environnementaux
L’organisme doit établir des objectifs environnementaux, aux
fonctions et niveaux concernés, en prenant en compte les AES de
l’organisme et les obligations de conformité associées, et en
prenant en considération ses risques et opportunités.
Les objectifs environnementaux doivent:

a) être en cohérence avec la politique environnementale;


b) être mesurables (si réalisable);
c) être surveillés;
d) être communiqués;
e) être mis à jour en tant que de besoin.

L’organisme doit tenir à jour des informations documentées sur les


objectifs environnementaux
Objectif
-Optimiser la consommation d’eau

Indicateur
-Ratio de consommation d’eau : Quantité d’eau / Quantité de production

Cible :
- Ratio de consommation d’eau de 3% fin d’année 2015

133
Il existe 2 catégories générales d’indicateurs environnementaux :

 Les indicateurs de performance environnementale ( IPE)

 Les indicateurs de condition environnementale ( ICE)

134
Il existe deux types d’IPE

Les indicateurs de performance de management (IPM) qui


fournissent des informations sur les efforts accomplis par la
direction pour influencer la performance environnementale des
opérations de l’organisme

Les indicateurs de performance opérationnelles ( IPO) , qui


fournissent des informations sur la performance
environnementales des opérations de l’organisme .

135
Exemple d’IPM

 le nombre d'initiatives de prévention de la pollution mises en œuvre

 le nombre de suggestions d'amélioration de l'environnement de la


part des employés

 le degré de conformité aux réglementations

 le nombre d'amendes et de pénalités ou les coûts qui en découlent

 le nombre d'exercices d'urgence menés

 le nombre d'audits réalisés par rapport à ce qui était prévu

 le nombre d'unités au sein de l'organisme qui atteignent les cibles et


objectifs environnementaux

136
Exemple d’IPO

 la quantité de matériaux transformés, recyclés ou réutilisés

 la quantité d'eau par unité de produit

 la quantité d'eau réutilisée

 la quantité d'énergie utilisée par année ou par unité de produit;

 la consommation moyenne de carburant du parc de véhicules

 le taux de produits défectueux

 la quantité de déchets par année ou par unité de produit

137
ICE : expression spécifique qui fournit des informations sur la
condition locale, régionale , nationale ou mondiale de l’environnement

Ces informations peuvent aider un organisme à mieux comprendre


l’impact ou l’impact potentiel de ses impacts environnementaux , et
donc faciliter la planification et la mise en œuvre de l’évaluation de la
performance environnementale

138
Exemple d’ICE

 les variations du niveau de la nappe d'eau souterraine

 la concentration d'un polluant spécifique dans les sols de surface

 la concentration d'un polluant spécifique dans l'air ambiant

 le nombre total d'espèces animales identifiées dans une zone locale


particulière.

 la concentration d'un polluant spécifique dans l'air ambiant

 la concentration d'un polluant spécifique dans les eaux souterraines


ou de surface

 la diminution de la couche d'ozone

139
ICE:
 concentrations de polluants dans l'air liés aux émissions des
véhicules motorisés.

IPO:
 quantité totale de carburant consommée;
 rendement du carburant par véhicule motorisé;
 fréquence d'entretien du véhicule;
 nombre de véhicules équipés de système de contrôle
environnemental.
IPM:
 budget consacré à la promotion des transports en commun et à
l'incitation à leur utilisation;
 nombre d'heures de formation du personnel en faveur de
l'utilisation des transports en commun;
 améliorer l'entretien des véhicules et le rendement du carburant,
utilisation de carburants de remplacement

140
ICE:
 niveau de la nappe d'eau souterraine;
 taux de réapprovisionnement.

IPO:
 quantité d'eau utilisée par jour;
 quantité d'eau utilisée par unité de production.

IPM:
 budget consacré à la recherche de techniques de réduction
de consommation d'eau

141
Exemple d’outils pour la gestion de la réglementation

Thème Réf Résumé de Resp Conformité Actions Délai


l’exigence
Déchets Décret 2000-2339 du 10- Fixant la liste des
dangereux 10-2000 déchets dangereux
Jort n°86 du 27-10-2000 Identifier et lister
ses déchets
dangereux de
manière à les gérer
convenablement
Etablissements Arrêté du 15-11-2005 Jort L’entreprise doit
dangereux n°94 du 25-11-2005 identifier les
catégories de
danger associé à
son activité sur son
site

142
6.2.2 Planification des actions pour atteindre
les objectifs environnementaux
Lorsque l’organisme planifie la façon dont ses objectifs
environnementaux seront atteints, il doit déterminer:

a) ce qui sera fait

b) les ressources qui seront nécessaires;

c) qui sera responsable;

d) les échéances;

e) la façon dont les résultats seront évalués, y compris les


indicateurs pour surveiller l’avancement de la réalisation de ses
objectifs environnementaux mesurables .
Objectifs Actions Ressources Responsable Date prévue Evaluation
•Recycler les eaux de •Opérateur •30 Avril 2012
lavage des filtres

• Effectuer un audit de •Auditeur XX •15 Mars 2012


consommation d’eau

•Installer des compteurs •R. Maintenance •15 Janvier 2012


pour chaque centre de
Optimiser la consommation d’eau
consommation d’eau
:Ration de •Suivi de la
consommation de 3% consommation d’eau •Laboratoire • Immédiat

•Etalonnage des
débitmètre • Laboratoire •30 Janvier 2012

144
7. SUPPORT

 7.1 Ressources
 7.2 Compétences
 7.3 Sensibilisation
 7.4 Communication
 7.5 Informations documentées
7.2 Compétences
L’organisme doit:

déterminer les compétences nécessaires de la ou des


personnes effectuant, sous son contrôle, un travail qui a une
incidence sur les performances environnementales et sur sa
capacité de satisfaire à ses obligations de conformité;

le cas échéant, mener des actions pour acquérir les


compétences nécessaires et évaluer l’efficacité de ces actions.

L’organisme doit conserver des informations documentées


appropriées comme preuves desdites compétences.
7.3 Sensibilisation

L’organisme doit s’assurer que les personnes effectuant un travail sous


son contrôle sont sensibilisées:

a) à la politique environnementale;

b) aux aspects environnementaux significatifs et aux impacts


environnementaux réels ou potentiels correspondants associés à leur
travail

c) à l’importance de leur contribution à l’efficacité du système de


management environnemental

d) aux répercussions d’un non-respect des exigences du système de


management environnemental, y compris le non-respect des obligations
de conformité de l’organisme
7.4 Communication

• L'organisme doit établir, mettre en œuvre et tenir à


jour les processus nécessaires à la communication
interne et externe pertinents pour le SME

 a) sur quels sujets communiquer


 b) à quels moments communiquer
 c) avec qui communiquer
 d) comment communiquer
Plan de
communication
7.4 Communication

L’organisme doit conserver des informations


documentées comme preuves de ses communications
de façon appropriée
Que communiquer dans le cadre d ’ISO 14001
 Engagement de la direction Importance de disposer SME
 La politique environnementale : doit être connue et comprise
par tous
 Les aspects environnementaux des activités doivent être
significatifs : connus par tous
 Les objectifs environnementaux : doivent être connus par
fonction
 La performance environnementale communiquer informations
pertinentes
 Rôles, responsabilités et doivent être communiqués
autorités :

 Les situations d’urgence : doivent être connues par tous


150
Plan de communication

Communication interne Communication externe


-Autorités
-Collaborateurs
-Clients
-Direction
-Public
-Actionnaires
-Associations

-politique environnementale
-AES -Politique environnementale
-Objectifs-cibles-programmes -Conformité à la réglementation
-Performances environnementales -Situation d’urgence
-Fonctionnement du SME
-Situations d’urgence

151
Exemple d’un plan de communication
Thème à Moyen fréquence destinataires Responsable
communiquer
Réunion de groupe Semestrielle Compte rendu sur Responsable
de travail le serveur à environnement
l’ensemble du
Amélioration du personnel
SME – propositions
d’actions
Réunion de revue annuelle Pilotes processus Responsable QHSE
de direction
politique- AES- la Panneau Continu Tout le personnel Responsable QHSE
performance-les d’affichage
indicateurs annuelle Tout le personnel Groupe de
Réunion de sensibilisation
sensibilisation

152
7.5 Informations documentées
/ 7.5.1 Généralités
 Le système de management environnemental de l'organisme doit
inclure :
 a) les informations documentées exigées par la Norme
 b) les informations documentées que l'organisme juge
nécessaires pour l'efficacité du système de management
environnemental.
• NOTE L'étendue des informations documentées dans le cadre d'un
système de management environnemental peut varier selon
l'organisme en fonction de :
 la taille de l'organisme, ses domaines d'activité et ses
processus, produits et services ;
 la complexité des processus et de leurs interactions
 la compétence des personnes.
 Le besoin de démontrer le respect de ses obligations de
conformité
7.5.2 Création et mise à jour

 Quand il crée et met à jour ses informations


documentées, l'organisme doit assurer d'une
façon appropriée :

 a) l'identification et la description (par


exemple titre, date, auteur, numéro de
référence) ;
 b) le format (par exemple langue, version
logicielle, graphiques) et le support (par
exemple papier, électronique) ;
 c) la revue et l'approbation de la pertinence
et de l'adéquation.
7.5.3 Maîtrise des informations
documentées

 Les informations documentées exigées par le SME et par la


Norme doivent être maîtrisées pour s'assurer :

 a) qu'elles sont disponibles et conviennent à l'utilisation, où et


quand elles sont nécessaires ;

 b) qu'elles sont convenablement protégées (par exemple, de


toute perte de confidentialité ou d’intégrité, ou d’utilisation
inappropriée).
7.5.3 Maîtrise des informations
documentées

 Pour maîtriser les informations documentées,


l'organisme doit mettre en œuvre les activités
suivantes, quand elles sont applicables :

 a) distribution, accès, récupération et


utilisation ;
 b) stockage et protection, y compris
préservation de la lisibilité ;
 c) maîtrise des modifications (par exemple,
contrôle des versions) ;
 d) conservation et élimination.
Les documents reçoivent en général un en-tête
et un pied de page un « cartouche » type qui permet
d’identifier le document.

INFORMATION DOCUMENTEE Page: 1 /


Version:
Sigle Date:
Référence:
REGLE 3: IDENTIFIER LES DOCUMENTS (codification)

Les documents sont identifiés dans le cartouche de

la page de garde grâce à un code. La codification

des documents permet de gérer plus simplement un

nombre important de documents


La référence du document a la structure suivante :
AB-DEF-XY
AB Désignation de l’activité ou du service
MQ Management Qualité
LG Logistique
RH Ressources Humaines

DEF Abréviation du type de document


PCS Processus
IFD Information documentée
PRO Procédure
INT Instruction
FOR Formulaire d’enregistrement

XY Numéro du document dans la famille concernée.


L’indice de révision est un numéro à deux chiffres commençant
à 00 et incrémenté chaque fois que le document est révisé (00 ,
01, 02, etc…)
La date du document correspond à la date de sa

création ou de sa révision

REGLE 4: APPROUVER LES DOCUMENTS

Tout document doit être vérifié et approuvé avant

sa mise en application. La vérification et

l’approbation peuvent être effectuées par une même

fonction qui doit être différente du rédacteur.


REGLE 5: DIFFUSER LES DOCUMENTS
Cette diffusion doit être contrôlée de sorte

à assurer que les destinataires des documents sont

connus et que des preuves de la diffusion sont

obtenues
La liste des destinataires est indiquée sur la
première / dernière page de l’information
documentée , processus , Chaque diffusion de
document doit donner lieu à un accusé de
réception signé par le destinataire . Les accusés de
réception sont classés avec le document original.

Référence du document Titre Indice de révision Destinataires Signature


Les copies diffusées doivent être marquées de la

mention « COPIE CONTROLEE » apposée par un cachet

frais
Lorsque les documents sont diffusés sous forme

électronique ils sont mis au format .PDF afin

d’empêcher toute modification non autorisée. Seul le

Responsable Management systéme garde des

versions modifiables
REGLE 6: REVOIR LES DOCUMENTS
Un revue documentaire du système management
environnemental est effectué à intervalle planifié et
défini

REGLE 7: MODIFIER LES DOCUMENTS


Tout document peut faire l’objet de modifications.

L’ensemble du personnel a la possibilité de formuler

une demande de modification d’un document s’il le

juge nécessaire
 Lorsqu’ il y a lieu de garder à des fins légales ou en

raison de la conservation de connaissance un archive

de la version antérieure (en général le document

original) celle-ci sera marquée par un

caché indiquant la mention « EDITION PERIMEE ».

Ces archives sont tenues par le Responsable

Management systéme
REGLE 8: MAITRISER LES DOCUMENTS D’ORIGNE
EXTERNE

Une liste de tous les documents d’origine externe doit

être établie par le Responsable Management systéme.

Cette liste doit identifier le titre du document, sa date et

éventuellement son origine ainsi que le ou les

détenteurs du document original et des copies.


8 Réalisation des activités opérationnelles
 8.1 Planification et maîtrise opérationnelles
 8.2 Préparation et réponse aux situations d’urgence
8.1 Planification et maîtrise opérationnelles

L’organisme doit :
 établir des critères opérationnels pour le ou les processus

 maîtriser les processus, conformément aux critères


opérationnels.

Les moyens de maîtrise peuvent inclure des moyens


techniques et des procédures.
8.1 Planification et maîtrise opérationnelles

En cohérence avec la perspective du cycle de vie,


l’organisme doit:

a) établir des moyens de maîtrise, de façon appropriée,


pour s’assurer que son ou ses exigences
environnementales sont prises en compte dans le
processus de conception et de développement du
produit ou service, en prenant en considération
chaque phase de son cycle de vie

b) déterminer son ou ses exigences environnementales


relatives à l’acquisition de produits et services, de
façon appropriée;
8.1 Planification et maîtrise opérationnelles
c) communiquer son ou ses exigences
environnementales pertinentes aux fournisseurs
externes, y compris les sous-traitants

d) fournir des informations sur les impacts


environnementaux significatifs potentiels liés au
transport ou à la livraison, à l’utilisation, au traitement
en fin de vie et à l’élimination finale de ses produits et
services.

L’organisme doit tenir à jour des informations


documentées
MODULES MAITRISE OPERATIONNELLES ???

171
MODULES MAITRISE OPERATIONNELLES

 Gestion des déchets

 Qualité des eaux usées

 Protection de l’ozone et du climat

 Protection du réseau de drainage

 Efficacité énergétique ( suivi des fuites )

 Manipulation des produits dangereux

 Gestion du parc roulant


172
 Gestion des sous traitants
GESTION DES DECHETS

Est que toutes les exigences légales applicables sont identifiées, conservées et appliquées?
Est-ce qu'une évaluation initiale a été conduite afin d'identifier toutes les zones ou activités qui
génèrent des déchets potentiellement polluants et d'évaluer les impacts environnementaux ainsi
que les mesures de contrôle associés aux opérations de stockage et d'élimination de ces déchets?.
Est ce que cette évaluation est mise à jour périodiquement?
Est-ce que tous les déchets ont été caractérisés de sorte à permettre la distinction entre les
déchets dangereux et les déchets non dangereux conformément aux exigences légales ?
Est-ce que des procédures ont été établies et mises en œuvre pour la gestion des déchets?
est ce que les déchets sont déposés dans des sites autorisés par les autorités et est ce que les
transporteurs, récupérateurs et recycleurs des déchets sont autorisés et évalués avant d'être
sélectionnés?.
Est-ce que les données et indicateurs relatifs aux déchets sont enregistrés, suivis et inclus dans le
rapportage de l'usine sur sa performance environnementale?
Est ce que des mesures de maîtrise ont été misées en œuvre afin de réduire les impacts et les
nuisances engendrées par les déchets sur le site et en dehors du site?
Est ce que des mesures de maîtrise additionnelles sont mises en place pour les déchets
dangereux?
Si des déchets solides d'origine sanitaire sont générés, est les mesures de préventions requises
sont mises en œuvre afin de prévenir des risques sanitaires?
Est-ce que les déchets de gaz réfrigérants sont gérés conformément aux exigences relatives à la
protection de la couche d'ozone et du climat?
Est-ce que le personnel a été adéquatement formé pour manipuler correctement les déchets?173
8.2 Préparation et réponse aux situations
d’urgence
e) revoir et réviser périodiquement le ou les processus
ainsi que les actions de réponse planifiées, notamment
après la survenue de situations d’urgence ou la
réalisation d’essais

f) fournir des informations et des formations pertinentes


relatives à la préparation et à la réponse aux situations
d’urgence, de façon appropriée, aux parties intéressées
pertinentes, y compris les personnes effectuant un
travail sous le contrôle de l’organisme.

L’organisme doit tenir à jour des informations


documentées dans une mesure suffisante pour avoir
l’assurance que le ou les processus sont réalisés comme
prévu.
Identifier les risques d’accidents et les situations d’urgence
Comme par exemple :
 les risques d’incendie
 les rejets accidentels dans l’eau ou
le sol
 les émissions accidentelles vers
l’atmosphère
 les risques d’explosions
 les dangers provoqués par
l’utilisation et le stockage des
produits chimiques (fuites, rejets de
gaz toxiques)
 les catastrophes naturelles (orages,
inondations, tremblements de
terre…)

175
situations d’urgence: Diversement des produits dangereux

176
une procédure de préparation et de réponse aux situations
d'urgence, l'organisme peut prendre en compte :

a) la nature des dangers sur site (par exemple les liquides


inflammables, les réservoirs de stockage, les gaz sous pression
et les mesures à prendre en cas de fuites ou de rejets
accidentels),

b) le scénario le plus probable pour un accident ou une situation


d'urgence,

c) la méthode la plus appropriée pour répondre aux accidents et


aux situations d'urgence,

d) la formation du personnel intervenant pour répondre aux


situations d'urgence,

e) l´organisation des secours et les responsabilités


correspondantes,
177
f) les circuits d'évacuation et les points de rassemblement,

g) la liste du personnel clé et des organismes d'assistance, y


compris leurs coordonnées détaillées (pompiers, services
d'intervention spécialisés),

h) les tests périodiques des procédures de réponse aux


situations d'urgence,

i) les informations sur les matières dangereuses, y compris les


impacts environnementaux potentiels de chaque matériau et
les mesures à prendre en cas de rejets accidentels,

178
La procédure préparation et réponse aux situation
d’urgence exigée correspond au P.O.I
réglementaire. Le P.O.I ne peut pas être remplacé
par cette procédure ; au contraire, il doit la
remplacer ou l’intégrer.

179
Réaliser des exercices annuels pour tester l’efficacité
du plan d’urgence incendie
C’est également une exigence légale formulée dans
l’arrêté du 20 février 2010, fixant les termes de référence
de l'étude de dangers et du plan d'opération interne:
Art. 9 - Les établissements classés de première catégorie
doivent réaliser au moins un exercice à blanc par an du
plan d'opération interne et ce, en coordination avec les
services de la direction de la sécurité au ministère de
l'industrie et de la technologie et l'office national de la
protection civile.

Les exercices doivent correspondre aux différents


scénarios retenus et doivent être conduits pour chaque
équipe de travail (Matin, Après midi, Soir)

180
9 . Évaluation des performances

 9.1 Surveillance, mesure, analyse et


évaluation
– 9.1.1 Généralités
– 9.1.2 Evaluation de la conformité
– 9.1.3 Analyse et évaluation

 9.2 Audit interne

 9.3 Revue de direction


 L’organisme doit surveiller, mesurer, analyser et
évaluer sa performance environnementale/

 Eléments de surveillance
 Méthode de surveillance
 Critères d’évaluation
 Échéance

L’organisme doit s’assurer que des équipements de


surveillance et de mesure étalonnés ou vérifiés sont
utilisés et entretenus de manière appropriée.

 L’organisme doit conserver des informations


documentées pertinentes comme preuves des
résultats de surveillance, de mesure, d’analyse et
d’évaluation
9.1.2 Évaluation de la conformité
L’organisme doit établir, mettre en œuvre et tenir à
jour les processus nécessaires à l’évaluation du
respect de ses obligations de conformité.

L’organisme doit:

a) déterminer la fréquence à laquelle la conformité


sera évaluée;

b) évaluer la conformité et entreprendre des actions si


nécessaire;
9.1.2 Évaluation de la conformité
c) maintenir la connaissance et la compréhension de
son état de conformité.

L’organisme doit conserver des informations


documentées comme preuves du ou des résultats
d’évaluation de la conformité
9.2 Audit interne

 L’organisme doit réaliser des audits internes à des


intervalles planifiés

La certification d'un système de management


assure par une démonstration indépendante que
le système de management de l'organisme

a) est conforme aux exigences spécifiées

b) est capable de réaliser de manière fiable la


politique et le objectifs qu'il a déclaré

c) est mis en œuvre de manière efficace.


Eléments d’entrée 9.3 : Revue de direction Eléments de sortie
Conserver des informations documentées
Etat d’avancement des actions décidées à Conclusion sur la pertinence ,l’adéquation et
l’issues Des revues de directions précédentes l’efficacité du SME

Les modifications ( enjeux internes et externes-


Les besoins et attentes des parties intéressés- Décisions relatives aux opportunités
Y compris les obligations de conformité- AES d’amélioration continues
Des risques et opportunités )
Décisions relatives aux éventuels
Le niveau de réalisation des objectifs environnementaux changement à apporter à SME y compris les
ressources
Informations sur la performance environnementale y
Compris les tendances ( NC et AC- résultats de Actions à mener lorsque les objectifs
Surveillance et de mesure-respect des obligations environnementaux n’ont pas été atteints
De conformité-résultats d’audits)
Les opportunités d’amélioration de
l’intégration du SME avec d’autre processus
Adéquations des ressources métier si nécessaire

Communication pertinentes provenant des P.I y compris Les éventuelles implications pour
Les plaintes l’orientation stratégique de l’organisme

Opportunités d’amélioration continue


Apporte une preuve de
l’engagement de la direction

Elle permet au chef d’entreprise de suivre de prés et de piloter le fonctionnement de son


organisation à travers une vue globale du Système environnemental
186
10 Amélioration

• 10.1 Généralités

• 10.2 Non-conformité et actions correctives

• 10.3 Amélioration continue


Synthèse de l’esprit de la norme ISO 14001

Dangers Incident Conséquences

Disposition de prévention pour réduire Dispositions d’intervention pour


la probabilité d’occurrence de réduire la gravité des conséquences
l’incident de l’incident

188
Merci de votre attention

Vous aimerez peut-être aussi