Vous êtes sur la page 1sur 2

Cette première expérience au labo nous a permis de nous familiariser avec

les composants du microscope par manipulations répétées des différentes


étapes de l’exercice 1.2 proposées dans nos notes de cours, et aussi en
regardant et en mesurant différents microorganismes.

On a observé des bactéries en bâtonnet comme Escherichia coli qui avait une
couleur rose, ce qui correspond à des bactéries gramnegatives telles que
mentionnées dans la littérature. On a mesuré 5 bactéries avec une moyenne
de 3,6um de long et 1,1 de large. Cela correspond à sa taille moyenne de 2 à
6um de long sur 1,1 à 1,5um de large, selon Prescott (2013). D’ailleurs, on a
observé des bactéries en forme sphérique comme Micrococcus luteus, de
couleur violette, donc grampositives. Plusieurs se trouvaient en paires et
avaient une moyenne de 1,1um de diamètre ce qui correspond aux mesures
donnés par Prescott (2013) avec une moyenne de 0,5 à 20um de diamètre.

Les levures observées comme Saccharomyces cerevisiae, la majorité


allongées, avec une moyenne de 7,8um de long sur 1,6um de large.
Toutefois, Madigan (2007) fait référence aux mesures de 8um à 10um, donc
la taille mesurée était plus petite. Ces résultats, peut-être sont différents car
les levures étaient mortes au moment de l’observation au microscope, grâce
à la procédure utilisée pour les fixer à la lamelle, donc les cellules perdent
leur taille. Les autres levures observées étaient sacc octopus, quelques-uns
avaient une morphologie allongée. Sa moyenne en longueur était de 8,4um
et 4 um de largeur, ces données ne correspondent pas à la littérature qui fait
référence d’une mesure de 3 à 4 um de diamètre, même cas de S. cerevisiae.

Les résultats, obtenus selon la formule m=(b/a) x f (Locquin, 1978), sont


précis et logiques. Chaque fois qu’on augmentait le pouvoir de l’objective, les
images vues et mesurées seront plus grandes et donc une division oculaire
sera plus petite.

Selon la formule donnée dans la classe de l’écart type, on l’a calculé et les
résultats sont presque homogènes. Pour la majorité des résultats dans le
tableau 1.3, l’écart type varie entre 0,22um et 0,89um, ça veut dire que la
dispersion à la moyenne n’est pas trop loin, en conséquence les valeurs
mesurées ne sont pas trop dispersées. Tandis que pour deux mesures de
longueur (1,64 et 3,42), l’écart type nous montre qu’il y a plus de dispersion,
donc on pourrait conclure que cela correspond aux grandes différences entre
la taille de levures mesurées.

(Prescott et al., 2013)


Locquin, M. and Langeron, M. (1978). Manuel de microscopie. Paris: Masson.
Madigan, M. T., Martinko, J. M. and Brock, T. D. (2007). Brock biologie des micro-
organismes. Paris: Pearson Education France.
Prescott, L. M., Harley, J. P., Klein, D. A., Willey, J. M., Sherwood, L. and Woolverton, C. J.
(2013). Microbiologie. Bruxelles: De Boeck.
(Madigan et al., 2007)
(Locquin and Langeron, 1978)

Vous aimerez peut-être aussi