Vous êtes sur la page 1sur 2

Se familiariser avec une technique de base en microbiologie soit la technique de striation en trois

étapes

Pour cette expérience, on a effectué la striation en trois étapes sur gélose PGA (numéro de lot
20180109VS-01), pour obtenir des colonies isolées d’Escherichia coli et de Serratia plymuthica.
Après l’incubation durant 96 heures à 30C, on a obtenu des colonies isolées, séparés et non
contaminés. Cependant, la boîte de petri de contrôle, a résulté contaminé avec une colonie au
bord de la boîte de petri de couleur jaune et en observant au microscope un échantillon, on a
trouvé des bactéries de forme sphérique, arrangées en tétrades et de 1um. Probablement, la
bactérie qui a contaminé la boîte contrôle est Micococcus luteus. Selon les caractéristiques
décrites aussi par Krieg (2010). Cela pourrait être dû à la manipulation puisque cette bactérie
habite à la flore normale épithéliale humaine(1)

Les bactéries Serratia p. ont produit des colonies avec une pigmentation rouge. L’agar PGA met en
évidence la pigmentation rouge caractéristique du genre Serratia (1). Cette pigmentation est due à
un métabolite secondaire, produit en phase stationnaire, appelé prodigiosine (madigan4). Les
colonies mesuraient 4mm les plus gros et 2mm la grande majorité, toutefois Balows (1992)
rapports mesures de ~1,5-2,0mm après 24 heures, mais on a incubé nos colonies pendant 96
heures, donc plus de temps. Cela pourrait expliquer que nos colonies soient plus grandes. Les
colonies de Serratia p. étaient de forme ronde, élévation convexe, contour régulière, consistance
crémeuse, texture lisse brillante et transparence opaques. Ces caractéristiques sont aussi signalées
par Delarras (2007). On a observé Serratia p. à l’état frais avec le microscope de phase à un
grossissement de 1000x. L’arrangement des cellules était individuel et d'autres étaient regroupés,
elles avaient une forme de bâtonnet, cela est rapporté dans la littérature. Bien que les mesures du
genre Serratia dans la littérature soient de 0,9-2,0um(1), on a mesuré en moyenne 3,5 de
longueur. Cela pourrait être dû au temps de croissance de plus de 24 heures. On a aussi effectué la
coloration de Gram et le test de KOH, et avec les résultats on a constaté que Serratia p. est Gram
négative comme dans la littérature.

D’ailleurs, Escherichia coli présentait une morphologie coloniale ronde, une élévation plate, un
conteur crénelé, de consistance crémeuse et texture lisse et aussi les colonies étaient opaques, de
couleur blanche, comme a cité Delarras (20017) et une longueur en moyenne de 5mm, valeur que
ne correspond pas aux donnés que Krieg (2010) a rapporté de 2-3mm de diamètre. Cependant, ces
chiffres correspondent aux bactéries à l’agar nutritif, et la croissance dépendra du milieu aussi. On
a observé la morphologie cellulaire à l’état frais au microscope de contraste de phase. Les
bactéries étaient arrangées individuellement ou regroupées. Elles avaient une forme de semi-
bâtonnet et sa mesure était de 3um de longueur, valeur qui se trouve entre les données citées par
Krieg (2010) qui sont de 2-6um de longueur. Avec la coloration de Gram et le test de KOH, on a
déterminé qu’E. coli est Gram negative.

Les deux bactéries sont motiles, avec des flagellas péritriches(3). Néanmoins, on ne les a pas
observées en mouvement, peut-être à cause qu’on n’a pas observé les bactéries aussitôt qu’on a
fait le montage humide. Les flagellas n’étaient pas observés parce que le diamètre du flagella est
d’environ 20nm, ce qui les rend impossible à voir avec un grossissement de 1000x.
(Balows, 1992)
(Delarras, 2007)
(Krieg, 2010)
(Madigan et al., 2007)

Balows, A. (1992). The Prokaryotes : a handbook on the biology of bacteria :


ecophysiology, isolation, identification, applications. New York: Springer-Verlag.
Delarras, C. (2007). Microbiologie pratique pour le laboratoire d'analyses ou de contrôle
sanitaire. Paris: Editions Tec & Doc.
Krieg, N. R. (2010). Bergey's manual of systematic bacteriology. New York: Springer.
Madigan, M. T., Martinko, J. M. and Brock, T. D. (2007). Brock biologie des micro-
organismes. Paris: Pearson Education France.

Vous aimerez peut-être aussi