Vous êtes sur la page 1sur 6

Etude de cas : Acier exposé de la Chambre de commerce du Luxembourg

SP006a-FR-EU

Etude de cas : Acier exposé de la Chambre de commerce


du Luxembourg
Le nouveau siège de la Chambre de commerce du Luxembourg offre par son architecture
une vitrine pour l'utilisation de l'acier. Son rendement énergétique est optimisé par
l'emploi d'une dalle mixte avec un bac collaborant en acier inoxydable, de forme
sinusoïdale, dont la régulation thermique est assurée par des canalisations d'eau. Le
système original de sous tension des poutres intégrées permet d'accroitre les portées jusqu'à
12 m et facilite l'intégration des réseaux et équipements techniques.

Bâtiment achevé, mettant en valeur sa façade entièrement vitrée

Sommaire
1. Le projet 2

2. La forme du bâtiment 2

3. Dalle régulée thermiquement à l'eau 3

4. L'équipe projet 5

Page 1
Etude de cas : Acier exposé de la Chambre de commerce du Luxembourg
SP006a-FR-EU

1. Le projet
‰ 20 000 m2 d'espace de bureaux neuf sur 5 étages, un centre de conférence de 8 000 m2 et
650 places de parking souterrain sur 4 niveaux.
‰ Façade ventilée à double vitrage intégral, avec ombrage par écrans de verre sérigraphié.
‰ Dalle mixte thermiquement régulée à l'eau avec un bac en acier inoxydable sinusoïdal
servant de coffrage à la dalle de béton de 300 mm d'épaisseur. Aucun étaiement
temporaire nécessaire.
‰ Poutres IFB intégrées avec profils creux sous-tendus pour créer une portée de 12,5 m, soit
30 % de plus qu'avec des poutres intégrées. Ces poutres sont habituellement exposées.
‰ L'ingénierie incendie selon le concept d'un feu réel a abouti à une structure métallique
non protégée.
‰ Les conditions de service pour la régulation thermique de la dalle comportent trois
régimes différents : un régime de nuit d’été, un régime de jour d’été et un régime d’hiver
(jour et nuit). La régulation thermique assure le chauffage et le refroidissement.
‰ Action de diaphragme de la dalle mixe et stabilité par la cage d'ascenseur.

2. La forme du bâtiment
Le nouveau siège de la Chambre de commerce du Luxembourg, située sur le plateau de
Kirchberg, est composé du bâtiment existant de 5 000 m², entièrement rénové, et de 20 000 m²
d'espace de bureaux neuf. Un centre de conférence d'environ 8 000 m² et un parking
souterrain de 650 places sur quatre niveaux complètent le bâtiment. La superficie totale est de
52 000 m2, parking compris. Achevé en 2003, son coût s'élève à 70,4 millions d'euros.

Les nouveaux bâtiments forment une succession de quatre ailes distinctes, reliées les unes aux
autres par des passerelles vitrées, auxquelles s'ajoute un autre bâtiment dans une rue attenante.
Cet ensemble offre une grande souplesse d'agencement des bureaux. Les superstructures sont
entièrement détachées du rez-de-chaussée et les bâtiments sont vitrés en verre solaire
sérigraphié. Les planchers sont en panneaux d'acier inoxydable profilés préfabriqués donnant
au plafond une face intérieure ondulée.

La structure mixte à quatre et cinq étages est constituée de profilés en acier laminés à chaud,
ainsi que de dalles de plancher en béton avec poutrelles IFB intégrées et poutres principales
sous-tendues. Ces poutres sous-tendues ont une portée de 12,5 m, largement supérieure à la
portée conventionnelle des poutres IFB.

Les bacs de plancher en acier inoxydable, de forme sinusoïdale, ont une épaisseur de 180 mm
et agissent de façon mixte avec la dalle de béton coulée sur place. Ils reposent sur la semelle
inférieure des poutres métalliques intégrées. Des tuyaux en plastique noyés dans la dalle
permettent le chauffage en hiver et le refroidissement en été. Les gains de chaleur sont
également réduits par le vitrage solaire de la façade. Les ascenseurs en verre contribuent à la
légèreté de ce nouveau siège. Les murs intérieurs de l'espace de bureaux sont des parois
modulaires en acier et verre.

Page 2
Etude de cas : Acier exposé de la Chambre de commerce du Luxembourg
SP006a-FR-EU

L'action de diaphragme des dalles de plancher et les noyaux verticaux en béton, contenant les
cages d'ascenseur et les escaliers, assurent la stabilité horizontale du bâtiment. Seul le
bâtiment C est contreventé sur un côté par des contreventements en K métalliques.

Les poutres métalliques, d'une portée maximale de 12,5 m, sont raidies par l'emploi
d'armatures tubulaires sous les poutres intégrées. Cette méthode permet d'augmenter les
portées de 30 %. Les armatures tubulaires sont discrètes et restent visibles sous le plancher.
Le bac en acier inoxydable, de forme sinusoïdale, est posé dans le même sens que les poutres
principales et soutenu par des poutres secondaires espacées de 4 m. Le bac supporte le poids
du béton et aucun étaiement n'est nécessaire pendant la construction.

Les poutres intégrées et les poteaux métalliques ont été soumis à une analyse d'ingénierie
incendie qui a démontré que la structure survivrait à un incendie naturel selon la définition de
la norme EN 1991-1-2, sans protection supplémentaire.

Figure 2.1 Canalisations d’eau pour le chauffage et le refroidissement, noyées dans la dalle de
plancher

3. Dalle régulée thermiquement à l'eau


Les conditions de service de la régulation thermique à l’eau de la dalle comprennent les trois
cycles suivants :

Cycle de nuit d’été

L'objectif principal de la régulation thermique est de refroidir la dalle l'été en faisant circuler
de l'eau froide, pendant la nuit, dans des tuyaux en plastique noyés dans la dalle. A 20 heures,
la température du circuit d'eau passe de 28/33°C à 14/18°C.

Cycle de jour d’été

Si, le matin, le refroidissement nocturne de la dalle de plancher n'a pas atteint les paramètres
prédéfinis (par exemple, une température maximale de 21°C), le circuit de refroidissement

Page 3
Etude de cas : Acier exposé de la Chambre de commerce du Luxembourg
SP006a-FR-EU

continue de fonctionner et l'eau est refroidie par le circuit des machines à absorption (à une
température de 9/18°C).

La régulation en chauffage/refroidissement est assurée par des équipements aux plafonds,


alimentés par les réseaux de chauffage et refroidissement. L'air prétraité est soufflé par un
échangeur et mélangé à l'air existant par « effet Venturi ».

Cycle d’hiver

La dalle de plancher est chauffée, pendant les mois d'hiver, par le passage d'eau chaude dans
les tuyaux. Le chauffage de l'eau est complété, au moyen d'un échangeur de chaleur, par la
chaleur générée par les collecteurs solaires.

Figure 3.1 Dalle de plancher profilée en acier inoxydable et unités


d'éclairage/climatisation/distribution de l'air

Page 4
Etude de cas : Acier exposé de la Chambre de commerce du Luxembourg
SP006a-FR-EU

Figure 3.2 Ombrage solaire de la façade vitrée

4. L'équipe projet
L'équipe projet
Architecte : Vasconi Architects, Petit
Ingénieurs de structure : Schroeder and N Green et A
Hunt
Ingénieurs en réseaux et RMC Consulting
équipements techniques :
Gestion de la construction : HT Lux

Page 5
Etude de cas : Acier exposé de la Chambre de commerce du Luxembourg
SP006a-FR-EU

Enregistrement de la qualité
TITRE DE LA RESSOURCE Etude de cas : Acier exposé de la Chambre de commerce du
Luxembourg

Référence(s)

DOCUMENT ORIGINAL

Nom Société Date

Créé par Mark Lawson SCI

Contenu technique vérifié par G W Owens SCI

Contenu rédactionnel vérifié par

Contenu technique approuvé par les


partenaires STEEL :

1. Royaume-Uni G W Owens SCI 11/1/06

2. France A Bureau CTICM 11/1/06

3. Suède A Olsson SBI 11/1/06

4. Allemagne C Müller RWTH 11/1/06

5. Espagne J Chica Labein 11/1/06

6. Luxembourg M Haller PARE 11/1/06

Ressource approuvée par le G W Owens SCI 20/5/06


Coordonnateur technique

DOCUMENT TRADUIT

Traduction réalisée et vérifiée par : eTeams International Ltd. 31/03/06

Ressource traduite approuvée par : CTICM 16/04/06

Page 6

Vous aimerez peut-être aussi