Vous êtes sur la page 1sur 3

13/2/2021 « Secouée depuis deux ou trois ans, l’industrie sucrière espère retrouver son allant »

___

ÉCONOMIE • MATIÈRES PREMIÈRES

« Secouée depuis deux ou trois ans, l’industrie


sucrière espère retrouver son allant »

CHRONIQUE

Laurence Girard

La hausse soudaine des prix du sucre s’explique par un regain d’intérêt pour les matières
premières et par la situation d’un marché désormais proche de l’équilibre, raconte
Laurence Girard, journaliste au « Monde ».

Publié aujourd’hui à 12h00 | Lecture 2 min.

Article réservé aux abonnés

Le 23 septembre 2019, à Vendin-lès-Béthune (Pas-de-Calais). DENIS CHARLET / AFP

Matières premières. Dimanche 14 février, Saint-Valentin, jour des mots doux et des mets sucrés. Les
vendeurs de sucre en salivent d’avance. Après le tas de bûches de Noël crémées, l’avalanche de
galettes frangipanées, l’interlude des crêpes fourrées, voilà le temps des gâteaux rosés. Pas de baisse
de régime dans le tempo du calendrier gourmand. De quoi donner du baume au cœur à l’industrie
sucrière.
https://www.lemonde.fr/economie/article/2021/02/13/secouee-depuis-deux-ou-trois-ans-l-industrie-sucriere-espere-retrouver-son-allant_6069850_323… 1/3
13/2/2021 « Secouée depuis deux ou trois ans, l’industrie sucrière espère retrouver son allant »

Lire aussi | « Pour 2020, les spécialistes du champagne préfèrent voir le verre à moitié
plein »

Secouée par la crise depuis deux ou trois ans, celle-ci espère retrouver son allant. Elle scrute avec
intérêt la courbe du prix du sucre, prise d’un soudain accès d’hyperglycémie. « Quand la pandémie de
Covid-19 s’est déclarée, le cours du sucre est passé sous la barre des 10 cents la livre sur les marchés
mondiaux. Aujourd’hui, il se négocie à plus de 16 cents la livre », affirme François Thaury, du cabinet
d’études Agritel. Pour expliquer cette hausse, quali ée de « spectaculaire », l’analyste souligne le
regain d’intérêt pour les matières premières agricoles.

De la part des pays importateurs, en particulier de la Chine, pris d’une fringale d’emplettes assez
similaire à la réaction du con né remplissant ses placards de provisions. Mais aussi des fonds
spéculatifs retrouvant de l’appétit pour ces produits nourriciers, et ampli ant le phénomène.
Résultat, maïs, blé, soja, huile de palme ou sucre ambent en Bourse. Au point que, selon
l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), qui publie chaque mois un
indice des prix alimentaires mondiaux, les cours ont renoué en janvier 2021 avec un niveau qui
n’avait plus été atteint depuis juillet 2014.

Douceurs du gouvernement
Le retour de amme pour le sucre s’explique aussi par la situation d’un marché longtemps pénalisé
par ses excédents et désormais plus proche de l’équilibre. Pourtant, au Brésil, face à la décrue du prix
de l’éthanol à la pompe, entrainé par le cours du pétrole, les industriels ont appuyé sur la touche sucre
lors du broyage de la canne dans les usines. Mais la météo peu clémente en Thaïlande et en Europe,
avec des épisodes de sécheresse, a réduit les volumes de poudre blanche disponibles.

En France, les coopératives Tereos et Cristal Union et leurs associés coopérateurs ont sonné le tocsin
face à une récolte 2020 écornée par la sécheresse et la jaunisse. Ils ont été entendus par le
gouvernement, prompt à leur lâcher quelques douceurs. Il leur a accordé la levée de l’interdiction des
néonicotinoïdes pour trois ans. Les agriculteurs s’apprêtent à planter dès mars les semences enrobées
de cet insecticide guère prisé des abeilles.
Il vous reste 15.62% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

https://www.lemonde.fr/economie/article/2021/02/13/secouee-depuis-deux-ou-trois-ans-l-industrie-sucriere-espere-retrouver-son-allant_6069850_323… 2/3
13/2/2021 « Secouée depuis deux ou trois ans, l’industrie sucrière espère retrouver son allant »

https://www.lemonde.fr/economie/article/2021/02/13/secouee-depuis-deux-ou-trois-ans-l-industrie-sucriere-espere-retrouver-son-allant_6069850_323… 3/3