Vous êtes sur la page 1sur 16

Berrada Faouzi 1 Chapitre 3- HH

CHAPITRE 3
ECOULEMENT A SURFACE LIBRE

C’est un écoulement qui a lieu lorsque la surface de l’eau est en contact avec l’air. Cette zone
de contact est appelée surface libre. La pression en tout point de cette surface est égale à la
pression atmosphérique.

I. CARACTERISTIQUES DE BASES

1. Caractéristiques géométriques

 La section mouillée est orthogonale au


Largeur du canal B canal;
 Le périmètre mouillé est le périmètre de la
Section mouillée A Tirant d’eau section mouillée, en contact avec le canal ;
Périmètre ou profondeur
mouillé P
y ou h  Le tirant d’eau, ou profondeur est la
distance entre le point le plus bas du canal
et le plan d’eau ;
 La largeur B du canal est la largeur du plan d’eau
 La largeur au radier b est la largeur de la section mouillée, au fond du canal ;
 Le rayon hydraulique, que l’on retrouve dans la plupart des formules relative aux
écoulements à surface libre est défini comme le rapport de la section mouillée avec le

périmètre mouillé:

Question : Déterminez le rayon hydraulique d’une canalisation cylindrique (a) à moitié


pleine, (b) entièrement pleine
Réponse :

Le tableau suivant donne les caractéristiques hydrauliques des pricipales formes géométrique
que l’on rencontre dans les canaux :
Berrada Faouzi 2 Chapitre 3- HH

B B
B
1 1
y y
θ z z

b b

Section
mouillée A
Périmètre
mouillée P
Rayon RH
hydraulique
Largeur
B

2. Répartition des vitesses

La vitesse, en tout point de la section mouillée A, change. Mais dans notre approche, on la
considèrera égale à la vitesse moyenne et donc déterminée à partir du débit Q comme suit :

3. Répartition des pressions

La pression, lorsque les lignes de courant sont des droites rectilignes (obtenues
généralement pour une pente faible du canal), obéit à la relation de la statique
des fluides incompressibles : ;
est la pression à la profondeur h, est la masse volumique de l’eau et .

II. EQUATION D’ENERGIE POUR LES ECOULEMENTS A SURFACE LIBRE

Le schéma suivant décrit les différents types d’énergie mises en jeu lors d’un écoulement
quelconque dans un canal.

θ
Niveau de référence
Berrada Faouzi 3 Chapitre 3- HH

L’équation de Bernoulli associé à cet écoulement entre les sections 1 et 2 s’écrit donc :

J est la hauteur de perte de charge et α est un coefficient correctif dû au fait que la vitesse
n’est pas la même en tout point de la section mouillée. Dans tout ce qui suit, on prendra
toujours :
Remarquons ici, que les lignes, de fond du canal, de la surface libre et de la ligne d’énergies
ne sont pas parallèles et par conséquent, la pente du fond du canal, noté s0 et la pente de la

ligne de l’énergie, notée sf, ne sont pas égales :

1. Écoulement uniforme

Un écoulement est dit uniforme dans un tronçon de rivière si les conditions suivantes sont
vérifiées :
 Le tirant d’eau y, la section mouillée A, la vitesse v, et le débit Q reste constants tout au
long de ce tronçon ;
 Les lignes de fond du canal, la surface libre et la ligne d’énergies sont parallèles.
D’où : pour un écoulement uniforme.
Généralement, ce type d’écoulement a lieu lorsque la pente du font du canal est très faible, ou
encore, si l’angle θ, que fait cette pente avec l’horizontale est très petit :

y1
y2

Niveau de référence

L’équation de Bernoulli associé à cet écoulement uniforme entre les sections 1 et 2 s’écrit :

Comme et donc et et aussi la profondeur reste inchangée entre ces


deux sections, , l’équation de Bernoulli se réduit à : .
Or ;
Berrada Faouzi 4 Chapitre 3- HH

Donc :
La hauteur de perte de charge « j » par unité de longueur d’un canal, lors d’un
écoulement uniforme représente la pente du fond du canal

2. Vitesse moyenne d’un écoulement à surface libre

La vitesse moyenne d’écoulement d’eau dépend des caractéristiques du canal ou de la rivière


telles que, sa pente, sa profondeur et sa section mouillée, mais aussi, de la nature de la
surface de ses parois. Deux formules permettent d’évaluer cette vitesse d’écoulement :

 La formule de CHEZY : ou bien :

 La formule de MANNING, très souvent utilisée :

, (m/s si RH en m) ou bien :

est le rayon hydraulique et est la pente de la ligne d’énergie.


et sont les coefficients respectivement de Chezy et de Manning.
Remarque : Dans le cas où l’écoulement est uniforme :
Autre remarque :
Ces deux formules sont identiques lorsque les deux coefficients de Chezy et de Manning sont

reliés par l’équation :

Question :
Quelle est la profondeur de l’eau dans un canal rectangulaire de largeur 6m, établi sur une
pente de 0,0001 et débitant 6m3/s . On donne :
Réponse :

Question :
Soit un canal à sections composées. On se propose de calculer le débit si l’écoulement est
uniforme de pente s0 = 0,0001 et de coefficient de Manning n = 0,02 par deux méthodes :
1. Méthode 1 : En considérant la section totale A1 + A2
Berrada Faouzi 5 Chapitre 3- HH

2. Méthode 2 : En calculant le débit qui passe par chacune des deux sections A1 et A2 et d’en
déduire le débit total
3. Comparer et précisez quelle est la méthode utilisée qui ne s’éloigne pas trop de la réalité.
20m 20m

A2
A1
5m 4m

Réponse :
1. Méthode 1 : RH = 2,61m Q = 113,7m3
2. Méthode 2 : RH1 = 3,33m; RH2 = 0,91m; Q1 = 111,6m3 et Q2 = 9,4m3. D’où: Q = 121,0m3
3. C’est la méthode 2 que l’on utilise car c’est elle qui s’approche le plus de la réalité.

3. Vitesse et débit d’un écoulement superficiel dans une conduite


circulaire

Pour une conduite à section circulaire, communément rencontrée dans les réseaux
d’assainissement, trouver une profondeur à partir d’un débit ou une vitesse est un peu plus
compliqué. Pour résoudre ce problème, on peut utiliser la courbe suivante :
1 Relation débit /
profondeur pour un
0,8
canal à section circulaire
0,6
y/D

0,4

et
0,2

0
0,0 0,2 0,4 0,6 0,8 1,0 1,2
Q/Qp V/Vp

4. Forme optimale d’une section d’un canal

C’est la forme la moins coûteuse qu’on chercherait à connaitre pour véhiculer un certain
débit. En effet, on peut remarquer que pour une même section donnée, plus faible est le
périmètre mouillé, plus le débit à véhiculer peut être élevé.
Berrada Faouzi 6 Chapitre 3- HH

Exemple : A quelle profondeur doit-on creuser un canal rectangulaire si on veut véhiculer le


plus grand débit ?
Réponse :
Il s’agit ici de minimiser le périmètre mouillé : , pour une section donnée.
Cela revient à dire qu’il faut minimiser .
Le minimum de cette dernière expression est alors obtenu pour .
Donc la forme la plus optimale est obtenue lorsque et donc : et
On montre ainsi que les caractéristiques hydrauliques de la section optimales pour les
différentes formes de conduites sont données au tableau suivant :

Forme conduite A P RH B
Trapèze
Réctangle
Triangle
Demi cèrcle
Parabole

III. NOTION D’ENERGIE SPECIFIQUE

On appelle énergie spécifique E, d’une rivière ou d’un canal, la quantité :

A, est la section mouillée. Elle est fonction de la profondeur y : A=A(y).

Les représentations graphiques de l’énergie spécifique pour différents débits


sont données dans la figure suivante :
30
Hauteur d'énergie spécifique E

25

20
(en m)

15

10

0
0 4 8 12 16 20
Profondeur y du canal (en m)
Débit Q = 40m3/(sm) Débit Q = 30m3/(sm) Débit Q = 20m3/(sm) Energie E = y

Pour un débit donné, le minimum de la courbe est obtenu à partir de la relation suivante :
Berrada Faouzi 7 Chapitre 3- HH

; ou encore :

Or, pour tout canal, la différentielle de sa section mouillée s’exprime :


par conséquent, et donc le minimum de l’énergie

spécifique est obtenu lorsque :

La profondeur obtenue, solution de cette équation est ainsi appelée profondeur critique et
est notée yc. Dans ce cas l’énergie spécifique minimale associée à cette profondeur est

appelée énergie critique Ec est :

 Pour un débit et une profondeur donnés, il ne correspond qu’un type d’écoulement et une
seule énergie spécifique
 Pour un débit et une énergie spécifique donnés > à Ec, il correspond deus profondeurs et
donc deux types d’écoulement différents et ceci, selon la pente du canal et la rugosité.
 A chaque débit, il correspond une énergie spécifique Ec et une seule profondeur critique.

1. Les régimes d’écoulement à surface libre : Nombre de Froude, Fr

Pour caractériser les écoulements à surface libre, on utilise le nombre de Froude défini par :
.
Et dans ce cas, on peut écrire : .
Ainsi :

 Pour ; , , , l’écoulement est dit fluvial

 Pour ; , , , l’écoulement est dit torrentiel

 Pour ; , , l’écoulement est dit critique.


Berrada Faouzi 8 Chapitre 3- HH

30

25
Hauteur d'énergie spécifique (en m)

20
Ecoulement Ecoulement
torrentiel fluvial
15

10 Ecoulement
critique
Ec
5

yc y2
y1
0
yc
0 4 8 12 16 20
Profondeur y (en m)
Débit Q = 30m3/s Débit Q = y

2. Notion de pente critique :

La pente critique est la pente qui correspond à : (Fr)²=1. Soit :

et d’après Manning : et par conséquent :

Or généralement, la profondeur critique d’une rivière << sa largeur, par conséquent, on peut
écrire : et .
Donc si on note par : le débit par unité de largeur de la rivière (en (m3/s)/m), on a :

implique : et d’où, après simplification, on trouve :

ou bien :

Ces deux équations montrent que :


 Si n↑, alors sc↑ et la pente de la rivière a plus de chance d’être plus faible que la pente
critique : . On dira alors que la pente de la rivière est douce et que le régime a
tendance d’être fluvial.
 En période de crue, le débit croit : q↑, donc : sc↓ et la pente de la rivière a plus de chance
d’être plus forte que la pente critique (pente raide) et donc son régime a tendance
d’être torrentiel.
Berrada Faouzi 9 Chapitre 3- HH

 En période d’étiage, le débit décroit : q↓, donc : sc↑ et la pente de la rivière a plus de
chance d’être plus faible que la pente critique sc (pente douce) et donc son régime a
tendance d’être fluvial.
Question : Trouvez toutes les coordonnées d’un écoulement critique lorsque le canal est de
section rectangulaire.

Réponse : On trouve : avec : ; et

3. Exemple de mise en évidence d’un écoulement critique

En pratique, lors d’un écoulement critique, on voit apparaitre des ondulations sur la surface
libre :
 Lorsque ces perturbations se situent aussi bien en amont qu’en aval d’un endroit où
apparaissent ces ondulations, l’écoulement est alors infracritique et le nombre de Froude
se situe entre 0,86 et 1.
 Lorsque ces perturbations se situent en aval d’un endroit où apparaissent ces ondulations,
l’écoulement est alors supercritique et le nombre de Froude se situe entre 1 et 1,13.
Afin de mettre en évidence l’écoulement critique, essayons de résoudre le problème suivant :
Problème : Soit un débit de 10m3/s dans un canal rectangulaire de 10m de large. Sa
profondeur en amont d’une surélévation est de 2m.
1. Quelle est la profondeur au dessus de cette surélévation si Δz = 1m ?
2. Quelle est la profondeur au dessus de cette surélévation si Δz = 1,2865m ?
3. Quelle est la profondeur au dessus de cette surélévation si Δz = 1,5m ? Que se passe t-il
alors ? On prendra g = 9,81m/s²
1

Δz
y2 = ? 2
y1 = 2m
Réponse :
Δz
y2
Berrada Faouzi 10 Chapitre 3- HH
Berrada Faouzi 11 Chapitre 3- HH

IV. ECOULEMENT VARIANT GRADUELLEMENT : COURBES DE REMOUS

C’est un écoulement pour lequel, le fond du canal et la surface libre ne sont pas parallèle. On
le rencontre notamment au niveau de la transition entre une rivière et un barrage car à ce
niveau, la profondeur varie graduellement. Le problème ici se pose ainsi : connaissant la
profondeur de l’eau en une section de la rivière, comment connaitre sa profondeur, en amont
ou en aval de cette même section. On parle alors de courbes de remous. Objectif : prévenir les
inondations. Dans le cas où l’écoulement est uniforme, ce problème ne se pose pas.

1. Equation de la courbe de remous

Pour déterminer l’équation reliant la profondeur d’eau en toute section et connaitre ainsi le
profil de la surface libre de l’eau, profil, communément appelée courbe de remous, on se
donne les hypothèses suivantes :
 La pente de la ligne de l’énergie sf se calcule à partir de l’équation de Manning. Cette
hypothèse reste valable en faisant de telle sorte que l’écoulement graduellement varie
est une succession d’écoulement uniforme par portion d’intervalle
 Le coefficient de Manning reste constant en fonction de la profondeur
 La pente du canal reste faible
 Le coefficient α de réajustement effectué dans l’équation de Bernoulli est
approximativement égal à 1.

SfΔx

y2
θ
Niveau de référence

L’équation de Bernoulli de la section 1 à la section 2 s’écrit :


avec :

Donc : où : avec :
Berrada Faouzi 12 Chapitre 3- HH

D’où : (équation i)

Or : ; Ceci implique :

Soit :

Ou bien :

Mais on sait aussi que : ou encore :

Par conséquent, l’équation (i) devient :

Soit : ; est le débit par unité de longueur échangé avec

l’extérieur le long du tronçon de longueur dx.


Si l’on suppose que le long de ce tronçon, il n’y a eu ni infiltration, ni exfiltration le long
de ce tronço, on obtient l’équation qui permet de déterminer la courbe de remous :

ou encore

2. Les courbes de remous

Les différentes courbes de remous que l’on obtient sont obtenues à partir d’une discussion sur

le signe de , et donc en tenant compte de la différence entre les pentes d’énergie et du fond

du canal ainsi qu’en fonction du régime d’écoulement. On rappelle à cet effet, les relations
suivantes :

et

Le tableau suivant indique ainsi les différentes formes de la surface libre. Ces formes sont
obtenues par comparaison de la profondeur réelle mesurée yref dans une section données avec

deux profondeurs, celle yn que l’on aurait pu avoir si l’écoulement était uniforme et celle

critique yc si l’écoulement était critique.


Berrada Faouzi 13 Chapitre 3- HH
Berrada Faouzi 14 Chapitre 3- HH

3. Méthode itérative de calcul des profondeurs

La méthode consiste à trouver la distance à parcourir pour atteindre une certaine profondeur,
sachant qu’à une section donnée, la profondeur est yref. Pour cela on utilise la relation

suivant : ou par discrétisation :

et

La méthode consiste à se fixer une valeur de positif ou négatif, selon la forme de la courbe
de remous, puis de suivre les itérations suivantes :
 Poser et
 Calculer

 Calculer la section A et le rayon hydraulique en fonction de ymoy


 En déduire de cette première itération qu’on posera égale à
 Refaire la première étape en posant cette fois-ci , puis calculer

puis enfin …

 Les itérations s’arrêtent lorsqu’on atteindra la profondeur demandée.


 La distance totale entre la section de référence et la section où la profondeur demandée
est atteinte est égale alors à la somme de tous les
Berrada Faouzi 15 Chapitre 3- HH

Écoulements à surface libre

EXERCICE 1
Quelle est la profondeur de l’eau dans un canal de 8m de large établi sur une pente de 0,0001,
débitant 10m3/s. et tel que le coefficient de Manning n = 0,015

EXERCICE 2
A quel débit doit-on s’attendre dans un canal rectangulaire de 1,2m de large, revêtu de ciment
(n = 0,015) ayant une pente de 4m pour 10000m si l’eau a 0,6m de profondeur.

EXERCICE 3
Avec quelle pente doit-on établir un tuyau d’égout vitrifié de 60cm de diamètre pour que le
débit soit de 0,162m3/s
1. Quand il est à moitié plein ?
2. Quand il est plein ?

EXERCICE 4
Un canal trapézoïdal de longueur de fond 6m et de pente latéral z = 1 est rempli d’eau sur une
profondeur de 1,2m et une pente de 0,0009. Calculer le débit si n = 0,025

EXERCICE 5
Un canal rectangulaire de 3,6m de long débite 5,4m3/s d’eau. Déterminer
1. La profondeur critique;
2. La vitesse critique
3. Pour quelle pente obtient-on la pente critique ?

EXERCICE 6
Dans un laboratoire d’hydraulique, on a mesuré un débit de 0,393 m 3/s dans un canal
rectangulaire de 1,2m de large et de 0,6 m de profondeur. Si la pente du canal était de 0,0004,
quel est le coefficient de rugosité pour le revêtement du canal ?
Berrada Faouzi 16 Chapitre 3- HH

EXERCICE 7
Un canal à section rectangulaire de largeur B = 10,0m comporte une surélévation de hauteur
Δz à partir du fond. Dans la section 3 de l’écoulement, la profondeur est de 1,0m et la vitesse
d’écoulement est de 5,0m/s. 1 2 3

1. Quelle est la hauteur de charge à la section 3 ?


2. Si l’écoulement est critique dans la section 2;
a- Quelle est la hauteur de charge à cette section ? Δz

b- En déduire la hauteur Δz de la surélévation;


c- Quel est alors le régime d’écoulement dans la section 1 ?

EXERCICE 8
Un réservoir de surface libre égale à 100m2 est rempli d’eau à une profondeur égale à z2. Son
orifice de sortie est de section 0,005 m2.
1. Quelle est cette profondeur z2 de l’eau dans ce réservoir si le débit de sortie est de
0,005m3/s ? On négligera les pertes de charge à la sortie du réservoir.
2. Au fait, initialement la profondeur de l’eau dans le réservoir est de z 1 = 8m. Combien de
temps faut-il pour vidanger le réservoir jusqu’à faire atteindre à l’eau la profondeur z 2
calculée à la question 1.
3. Une fois la profondeur z2 atteinte, on ouvre un robinet qui permet de verser l’eau dans le
réservoir avec un débit de 0,005m3/s. Le niveau d’eau stagne, augmente ou baisse-t-il ?
Pourquoi ?

Vous aimerez peut-être aussi