Vous êtes sur la page 1sur 15

ORTHOGRAPHE ET LANGUE DANS LES SMS

Conclusions à partir de quatre corpus francophones

Louise-Amélie Cougnon

Klincksieck | « Éla. Études de linguistique appliquée »

2010/4 n°160 | pages 397 à 410


ISSN 0071-190X
ISBN 9782252037713
Article disponible en ligne à l'adresse :
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
https://www.cairn.info/revue-ela-2010-4-page-397.htm
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Distribution électronique Cairn.info pour Klincksieck.


© Klincksieck. Tous droits réservés pour tous pays.

La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les
limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la
© Klincksieck | Téléchargé le 18/01/2021 sur www.cairn.info (IP: 105.156.85.195)

© Klincksieck | Téléchargé le 18/01/2021 sur www.cairn.info (IP: 105.156.85.195)


licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie,
sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf accord préalable et écrit de
l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage
dans une base de données est également interdit.

Powered by TCPDF (www.tcpdf.org)


ORTHOGRAPHE ET LANGUE DANS LES SMS.
CONCLUSIONS À PARTIR
DE QUATRE CORPUS FRANCOPHONES

Résumé : L’article aborde la délicate question du rapport entre écrit sms et


orthographe. En se basant sur un corpus de 60 000 sms couvrant une partie non
négligeable de la francophonie (France, Belgique, Suisse et Québec), nous pré-
sentons les grandes tendances de variation graphique des sms, des tendances
régulières qui permettent une classification claire. Nous expliquons ensuite
comment l’altération de la graphie dans les sms peut résulter de la transcrip-
tion phonétique d’un français régional. Dans une troisième partie, nous abor-
dons la question des rectifications orthographiques en examinant de plus près
les points communs entre les règles régissant l’écrit sms et les principales rec-
tifications orthographiques adoptées en 1990. Enfin, l’article présente les don-
nées sociolinguistiques des usagers du sms, qui offrent un riche témoignage des
représentations linguistiques des auteurs de sms.
© Klincksieck | Téléchargé le 18/01/2021 sur www.cairn.info (IP: 105.156.85.195)

© Klincksieck | Téléchargé le 18/01/2021 sur www.cairn.info (IP: 105.156.85.195)


L’évolution de l’orthographe, tantôt spontanée, tantôt imposée, voire
proposée, s’est vue récemment bouleversée par une nouvelle pratique :
la communication écrite médiée par ordinateur (ou CéMO) (Cougnon
& François, 2011). En effet, depuis une dizaine d’années principalement,
l’usage du sms (ou texto), du courrier électronique, du chat (ou messagerie
instantanée), des réseaux sociaux, etc., s’est intensifié de manière specta-
culaire au point de devenir, au sein des tranches d’âge les plus jeunes, la
pratique principale de l’écrit. Or, une des propriétés essentielles de la CéMO
est son altération de la graphie. Pour répondre à des besoins d’économie
d’espace et de temps, entre autres choses, les usagers de la CéMO montrent
une tendance manifeste à l’abréviation (graphique).
En se fondant sur un corpus de 60 000 sms couvrant une partie non négli-
geable de la francophonie (France, Belgique, Suisse et Québec), le Cental 1
étudie depuis quelques années l’écrit sms (ou eSMS). La notion de varia-
tion est particulièrement au centre de cette attention, notamment la variation

1. Centre de recherche en traitement automatique du langage, attaché à l’UCLouvain (Belgique).


398
(lexicale et syntaxique) du français ou encore la variation par rapport à une
norme graphique.
Tout d’abord, nous présenterons rapidement les corpus à la base de nos
enquêtes, qui constituent autant de sources représentatives des usages quotidiens
actuels. Nous aborderons, de façon très schématisée, les grandes tendances de
variation graphique des sms. Nous montrerons également que, contrairement
aux idées reçues au sujet des sms, les libertés que prennent les usagers par
rapport aux normes graphiques ne sont pas assimilables à une grande « caco-
phonie orthographique ». Les tendances graphiques seront également détaillées
en fonction de la région de la francophonie mise sous la loupe ; nous tenterons
de comprendre comment l’altération de la graphie dans les sms peut être le
résultat d’une transcription phonétique d’un français régional. Ensuite, nous
aborderons la question des rectifications orthographiques en examinant de plus
près les points communs – s’il y en a – entre les règles régissant l’écrit sms
et les principales rectifications orthographiques adoptées en 1990. Enfin, nous
nous intéresserons aux données sociolinguistiques des usagers du sms, que nous
avons également collectées lors de l’enquête, et qui offrent un riche témoignage
des représentations linguistiques des scripteurs du sms.

1. UN CORPUS DE SMS POUR LES ÉTUDES EN LINGUISTIQUE

Le corpus de sms francophones sur lequel est fondée notre étude recouvre
cinq zones 2 géographiques : la Belgique francophone (30 000 sms), La
Réunion (12 000 sms), la Suisse (4 000 sms), le Québec (5 000 sms) et les
Hautes-Alpes et l’Isère (9 000 sms, en cours de collecte).
© Klincksieck | Téléchargé le 18/01/2021 sur www.cairn.info (IP: 105.156.85.195)

© Klincksieck | Téléchargé le 18/01/2021 sur www.cairn.info (IP: 105.156.85.195)


Ces corpus de sms ont été assemblés dans le cadre d’un projet plus vaste
de collecte de sms plurilingue nommé sms4science 3. Ce projet a été fondé
en 2007 par une plateforme technologique de l’Université catholique de
Louvain 4 en Belgique grâce à l’impulsion émanant d’un premier projet-
pilote belge organisé en 2004. Des chercheurs de plusieurs pays, isolés ou
en équipe, s’associent afin de constituer rigoureusement de vastes corpus de
sms plurilingues et de profils d’usagers. Cette constitution de corpus a pour
ambition d’étudier à la fois les messages eux-mêmes, les propriétés extra-
linguistiques de ce type de communication, mais également l’identité et les
pratiques de leur auteur.
À l’heure actuelle, le consortium international compte 10 partenaires offi-
ciels 5. Quant aux corpus, nous possédons à ce jour 130 000 sms plurilingues
et 5 000 profils sociolinguistiques.

2. Nous appelons « zone » un espace géographique qui ne coïncide pas toujours avec les fron-
tières territoriales d’un pays.
3. Pour plus d’information, visiter : www.sms4science.org.
4. Il s’agit plus précisément du Cental (Centre de traitement automatique du langage :
www.uclouvain.be/cental).
5. Belgique, Chypre, Espagne, Grèce, Italie, France, Canada, Roumanie, Royaume-Uni et
Suisse.
399
Le but du projet sms4science peut se résumer en deux points majeurs :
obtenir des données « véritables » (c’est-à-dire des copies de messages
échangés entre usagers du sms et non rédigés dans le but de participer à une
enquête) et « objectives » en obtenant des corpus comparables (issus d’une
méthodologie identique), en assurant une couverture de la population assez
large (par des ciblages hétérogènes) et en utilisant l’informatique (pour la
collecte, le stockage et le recopiage des données).

2. TENDANCES GRAPHIQUES DE L’ESMS

Une analyse superficielle de l’eSMS (ou écrit sms) laisserait volontiers


croire que cette pratique est truffée d’erreurs orthographiques et syntaxiques.
Nous proposons de regarder de plus près le message suivant :
(1) QdOnVa à Bxl,On CommenceLa Chasse o Trésor..
OnFera d Paris&Tt. TuVerra,OnVa sMarré.J c k
ConcernantLé Mecs,TuGagneraTjs MsBon.. Schnoufette,Jt
VxForte,Indépendant,FoLé Manipulé à TnAvantageLéMec!
PersonneMérit 1SeulDtéLarme&Moi k G Dékoné,Jfré Tt c
KiFoPr RetrouvéMaPlace DsTnCoeur 6.
À la vue d’un message tel que (1), qui contient de très nombreuses abré-
viations en tous genres, il est légitime de se demander de quelle manière
distinguer ce qui est méconnaissance des règles et ce qui est stratégie de
communication.
Afin d’éclaircir ce point, nous avons entrepris de répertorier clairement les
© Klincksieck | Téléchargé le 18/01/2021 sur www.cairn.info (IP: 105.156.85.195)

© Klincksieck | Téléchargé le 18/01/2021 sur www.cairn.info (IP: 105.156.85.195)


phénomènes graphiques employés dans l’eSMS. Une telle typologie permet,
a minima, d’identifier les productions qui n’appartiennent pas à ces phéno-
mènes, et de les rapprocher d’une maîtrise moins effective des règles linguis-
tiques traditionnelles.
La plupart des tendances graphiques identifiables dans les sms permettent
une abréviation du message. On notera tout d’abord le phénomène d’apo-
cope. À cette catégorie appartiennent les sous-types de l’apocope simple
(univ pour université), de l’abréviation sémantisée 7 (la lettre t pour tu ou
te), de l’abréviation suivie d’un point (auj. pour aujourd’hui), de la neu-
tralisation des graphèmes muets en finale absolue (ils port pour ils por-
tent) 8, ainsi que les sigles et acronymes (mdr pour mort de rire, asv pour
âge sexe ville, etc.). On observera, plus rarement, le phénomène d’aphérèse

6. Certains messages sont transcrits en graphie standard en note de bas de page pour des raisons
évidentes de compréhension. Transcription (1) : Quand on va à Bruxelles, on commence la chasse
au trésor… On fera des paris et tout. Tu verras, on va se marrer. Je sais que concernant les mecs,
tu gagneras toujours mais bon… Schnoufette, je te veux forte, indépendante, faut les manipuler à
ton avantage les mecs ! Personne mérite une seule de tes larmes et moi que j’ai déconné, je ferais
tout ce qui faut pour retrouver ma place dans ton cœur.
7. C’est-à-dire réduite à l’initiale (Panckhurst, 2008).
8. Un sous-type qui entraîne conséquemment la suppression des marques de flexion et qui per-
met plus difficilement la distinction entre stratégie d’abréviation et faute d’orthographe.
400
(lut pour salut) 9. Le troisième phénomène propre à l’eSMS est la syncope.
On retiendra les sous-catégories suivantes : la syncope simple (aple pour
appelle), l’effacement du schwa à l’intérieur du mot (ramner pour ramener),
la réduction de certains digrammes ou trigrammes (sel pour seul) ainsi que
les squelettes consonantiques 10 (prbl pour problème). La phonétisation 11 est
également un phénomène très récurrent dans nos corpus. On présentera la
phonétisation par la lettre (r pour air), la phonétisation par le chiffre ou par
le nombre (2mande pour demande, 10cute pour discute), la phonétisation
par le signe (pl@ pour plate) et la phonétisation par des graphies supposées
plus proches du phonétisme réel, plus proche d’un accent régional ou d’un
« style sms » (koi pour quoi).
Une tendance graphique inhérente à l’eSMS et peu courante dans d’autres
types d’écrit est la casse fonctionnelle : en effet, contrairement aux conven-
tions traditionnelles associées à l’usage de la casse (début de phrase, distinc-
tion adjectif/substantif, unicité/pluralité, noms propres, etc.), la majuscule
revêt d’autres fonctions dans les sms. Retenons les deux fonctions majeures :
1. le marquage d’une séparation entre des mots agglutinés (fonction
typographique) ;
(2) 2m1PaDCiné,GPréfèrPaséMySwaréDsTèBra.. 12
2. la prosodie 13 (fonction expressive).
(3) C salima!dsl pr hier,ms j avai plu de crèdi!je te rép du num de
mon pèr,dc ne rep JAMAI sur ce num!TOUJOUR SUR LE
MIEN.stp!14
Enfin, on note dans l’eSMS la chute massive de l’accentuation, qu’elle
© Klincksieck | Téléchargé le 18/01/2021 sur www.cairn.info (IP: 105.156.85.195)

© Klincksieck | Téléchargé le 18/01/2021 sur www.cairn.info (IP: 105.156.85.195)


permette de distinguer des homographes ou non.
(4) Sorry ma belle, j’en n’avais deja pas pour moi j’ai du m’en ache-
ter un.
Celle-ci ne participe pas à un abrègement du message dans le sens d’un
raccourcissement de ce dernier, mais bien à une simplification d’encodage
(les lettres accentuées nécessitant un plus grand nombre de pressions dans la
méthode de saisie multi-pressions).
Afin de clore ce résumé des phénomènes graphiques propres aux sms,
notons qu’il existe des lieux de résistance à l’abréviation. Ainsi, nous

9. Un phénomène qui marque plus souvent un effet de style qu’une volonté réelle d’abréger.
10. Il s’agit de l’abréviation d’un mot quasiment charpenté autour de ses consonnes (Prochasson
et al., 2007) ; ce type d’abréviation met en avant la plus forte valeur informative des consonnes.
11. Anis (2002 : 60) la nomme « graphie à connotation oralisante ».
12. Transcription (2) : Demain pas de ciné, je préfère passer my swarée dans tes bras…
13. L’étude des phénomènes de l’accentuation et de l’intonation (variations de hauteur, de durée
et d’intensité)
14. Transcription (3) : C’est Salima ! Désolée pour hier, j’avais plus de crédit ! Je te réponds du
numéro de mon père, donc ne réponds JAMAIS sur ce numéro ! TOUJOURS SUR LE MIEN. S’il te
plaît !
401
retiendrons toute une série de digrammes et de trigrammes qui sont très
majoritairement maintenus 15. Il semblerait par exemple qu’on ne remplace
pas un en par un an 16 bien que e soit plus difficile à encoder que a. De la
même façon, il y a une tendance manifeste à garder les consonnes doubles,
surtout lorsque la simplification de celles-ci entraîne une altération de la
valeur phonique. On aura par exemple :
(5) ele vient demain
mais
(6) c’est sa famille
Ce bref panorama des tendances graphiques dans les sms a permis de
montrer qu’il n’existait pas réellement de « cacophonie orthographique »,
mais bien des règles propres à la CéMO, conscientes ou inconscientes, appli-
cables ou non. Observons le message suivant :
(7) Salut Sandrine, comment te portes-tu en ce jour de debauche de
cours et de fusoir… J’espère ke tu ne t’es pas laissee depravee par
le week-end !
Il est dès lors tout à fait possible d’interpréter debauche comme un phé-
nomène de chute de l’accentuation et ke comme une phonétisation par une
graphie « style sms ». Par contre, il est plus difficile d’expliquer laissee et
depravee, étant donné qu’ils n’entrent dans aucune des catégories énumérées
et ne participent pas à un abrègement du message.

3. TRANSCRIPTION DE TRAITS PHONÉTIQUES DANS L’ÉCRIT


© Klincksieck | Téléchargé le 18/01/2021 sur www.cairn.info (IP: 105.156.85.195)

© Klincksieck | Téléchargé le 18/01/2021 sur www.cairn.info (IP: 105.156.85.195)


SPONTANÉ 17

Nous venons de montrer que la variation de la graphie dans les sms servait
notamment à abréger un message afin que l’acte de communication écrite
devienne plus court, plus rapide et moins cher. Ceci répond donc à la fois
à la célèbre loi du moindre effort (Bauche, 1920) et à une adaptation aux
exigences de l’environnement car, comme l’a très bien expliqué Éco (2002) :
« nous vivons à une époque où le diminutif, le bref et le simple ont une
valeur inestimable dans la communication ».
Pourtant, malgré l’exigence de notre époque en matière d’efficacité com-
municationnelle, on note un certain nombre d’autres facteurs qui condi-
tionnent l’eSMS et ne répondent pas à cette exigence. Ainsi, les auteurs de
messages désirent, par exemple, marquer leur appartenance géographique
et renforcer une complicité avec leur interlocuteur de même appartenance.

15. Exemples repris de Fairon et al. (2006).


16. Le corpus belge montre moins de 1 % (0,21 %) de an remplacés en en.
17. Cette étude porte sur l’ensemble des corpus, excepté le corpus français (Hautes-Alpes et
Isère), qui est en cours de collecte.
402
Nous proposons ci-dessous un aperçu des nombreux traits phonétiques
de chaque région étudiée qui sont transcrits dans les sms. Nous verrons à
cette occasion que, si certains abrègent bien le message, ce qui pourrait donc
expliquer leur emploi, d’autres au contraire l’allongent.
En Belgique francophone, nous avons relevé 18 un nombre important de
traits phonétiques abrégeant, dont voici deux exemples :
1. La transformation des consonnes finales sonores en sourdes :
– [v] en [f] :
(8) Je quitte le bureau maman, jarif 19
2. La simplification des groupes de consonnes finales :
– [tR] en [t] :
(9) Je te les referai quand je rent.
Or, l’abrègement 20 n’est manifestement pas la motivation de cet emploi de
variétés régionales, puisque nous trouvons autant de transcriptions phoné-
tiques régionales qui occasionnent ce que l’on appellera un « allongement »
de la forme standard. En voici deux exemples :
3. La cassure des diphtongues avec adjonction de [w] : altère les formes
puisque, boire, moitié, nuit et le pronom moi :
(10) Eh j’ai fini mes devoirs maintenant pour ne pas m’endormir et
oublier… je te souhaite une bonne nuwi comme d’habitude fais
de beaux rêves aussi…
4. La diphtongaison de la voyelle finale :
– [e] en [ei] :
© Klincksieck | Téléchargé le 18/01/2021 sur www.cairn.info (IP: 105.156.85.195)

© Klincksieck | Téléchargé le 18/01/2021 sur www.cairn.info (IP: 105.156.85.195)


(11) pour le fun je t’ai envoyé une carte par mail alléi pour le fun
– [ø] en [øw] :
(12) j’ai essayé de t’appeler pour savoir si ça va mieuw
– [u] en [uw] :
(13) Au fait ça m’a fait très plaisir de te voir mon chouw !
Le corpus de la Réunion, comme présenté de façon approfondie dans
(Cougnon et Ledegen, 2008), contient quelques exemples de variations pho-
nétiques qui traduisent une volonté de transmettre une identité linguistique.
1. L’élision du [R] postvocalique :
(14) Tu sais quoi, hier soir j’ai regaD un match de foot
(15) il y a 1 lézard qui est su ton front, c’est bon je l’ai chassé lol…

18. Voir une analyse plus détaillée des traits spécifiques de Belgique dans Cougnon (2008).
19. Pour une lecture plus aisée, les exemples sont donnés en transcription standardisée, exception
faite de la partie sur laquelle porte l’analyse (en gras) qui est laissée en version brute.
20. Défini ici comme une réduction du nombre de caractères.
403
2. La simplification des groupes de consonnes finales :
– [tR] en [t] :
(16) Mon amour j’ai même pas démarré la journée j’ai déjà hâte
qu’elle se termine pour et avec toi
L’élision participe à l’abrègement du message. Cependant, nous trouvons
des particularités de l’île de la Réunion dont l’emploi allonge le message.
Ainsi, la Réunion a donné naissance à :
3. Une variété locale de l’acronyme lol (« laughing out loud ») et de la forme
française standard mdr (« mort de rire »), plus importante en termes de
nombre de caractères que ses variantes : atpr (« à terre pour rire »).
(17) Ah oui quoi, j’ai sursauté au plafond ! atpr
Cette caractéristique, plutôt lexicale, reste néanmoins un exemple perti-
nent de tendances morphologiques dues à la volonté de marquer une identité
et non de s’écarter inconsciemment des standards de l’orthographe.
Au Québec, la présence de traits phonétiques régionaux est très mani-
feste. On recensera d’abord les variétés régionales dont l’emploi, comparé
à celui de la variété standard, abrège le message. Quelques exemples de ce
recensement :
1. La simplification de la diphtongue [yi] en [i]
– Puis, en pis (très récurrent dans notre corpus) :
(18) La dernière fois qu’on s’est parlés, c’était pour le hors-glace, pis
tu ne m’as jamais rappelé
2. L’affaiblissement de la consonne liquide [l]
© Klincksieck | Téléchargé le 18/01/2021 sur www.cairn.info (IP: 105.156.85.195)

© Klincksieck | Téléchargé le 18/01/2021 sur www.cairn.info (IP: 105.156.85.195)


– Plus, en pus (abrégé en pu dans notre corpus) :
(19) Non, je ne crois pas qu’elle consomme et lui aussi, il ne
consomme pratiquement pu
3. L’affaiblissement de la consonne liquide [R]
– Sur, en su :
(20) Ben là, tu as juste à lui dire d’aller su Facebook … je l’ai déblo-
qué l’autre jour.
Pourtant, les particularités phonétiques du Québec allongeant le message
sont aussi, sinon plus, nombreuses.
4. La substitution de [wa] par [ε] :
– Froid, en frette :
(21) Il fait frette à l’ombre, en tout cas.
5. Le redoublement de la consonne finale [s] suivie de [ə] :
– Plus, en plusse :
(22) Il y a nécessairement plusse pour chaque chose au monde …
6. L’adjonction d’une prononciation [t] ou [tə] en finale :
– Bout, en boutte ou boute :
(23) Après le pont à Trois-Rivières, tu prends la sortie 176, (autou-
route 30 E), pis il reste un boutte en ligne droite.
404
En Suisse, comme à la Réunion, les traits phonétiques régionaux retrans-
crits dans le corpus de sms sont moins nombreux 21. L’analyse a permis de
mettre en avant deux phénomènes, dont le premier est plus important en
termes de nombre de caractères :
1. L’allongement de la syllabe finale :
– [u] en [uə] :
(24) T’es choue… Oui, la semaine dernière C’était pas le joie, mais je
remonte la pente.
(25) Coucou doudoue. Ca va? C’est allé ta journée? On vient te cher-
cher vers 19h30 ok ? Désolé ça fait toujours un peu tôt mais ma
mère a un cours le lundi a 20h a Neuchâtel …
2. Réalisation approximative de [v] en [w] 22 :
(26) Holà! Dis-woir… Qu’est-ce que tu lui as fait, samedi, à ma
sœur ?… Elle me parle bien souvent de toi… il me semble… 23

4. ÉCRIT SPONTANÉ ET RECTIFICATIONS ORTHOGRAPHIQUES

Un papier portant sur les rapports entre sms et orthographe gagne à exa-
miner également les liens entre sms et rectifications orthographiques. En
l’honneur des 20 ans des Rectifications de l’orthographe 24, nous avons
récemment pris l’initiative d’étudier les phénomènes des Rectifications au
sein de nos corpus.
Une présentation portant à la fois sur l’eSMS et les réformes de l’ortho-
graphe peut paraître inadéquate, en ce que l’on aurait tendance à confondre
rectifications orthographiques (pensées, justifiées, argumentées) et liberté
© Klincksieck | Téléchargé le 18/01/2021 sur www.cairn.info (IP: 105.156.85.195)

© Klincksieck | Téléchargé le 18/01/2021 sur www.cairn.info (IP: 105.156.85.195)


orthographique autoproclamée par les usagers dans les diverses formes de
CéMO. Il serait évidemment incorrect d’assimiler les deux phénomènes. Le
but ici n’est donc pas de consacrer les rectifications de l’orthographe en prou-
vant leur usage dans les sms mais plutôt d’identifier les pratiques spontanées
des usagers qui montrent des phénomènes semblables à ceux évoqués dans
les Rectifications. Un corpus d’eSMS peut être intéressant à l’analyse étant
donné qu’il s’agit d’un écrit à la fois spontané et quotidien. Sa fréquence de

21. Ceci est peut être dû à la taille restreinte du corpus suisse francophone (approximativement
4 000 messages), mais nous en doutons étant donné la petitesse du corpus québécois (5 000) qui
montre lui, pourtant, un très grand nombre de traits régionaux. Pour information, notons que le cor-
pus suisse présente toutefois un très grand nombre d’alternances codiques qui feront l’objet d’une
recherche future.
22. Présentée par Detey et al. (2010) comme propres aux cantons de Valais et de Berne.
23. Cette occurrence pourrait aussi être interprétée comme une faute de frappe (méthode de saisie
multi-pressions). Le fait que les lettres v et w ne se trouvent pas sur la même touche ni ne néces-
sitent le même nombre de pressions sur des touches différentes, nous éloigne pourtant de cette
hypothèse.
24. Colloque international « 20e anniversaire des Rectifications de l’orthographe de 1990 :
enseignement, recherche et réforme, quelles convergences ? ». Campus CNRS de Villejuif – 6 et
7 décembre 2010.
405
production est donc un bon indicateur des phénomènes souvent rencontrés
dans la rédaction journalière.
L’analyse réalisée sur nos quatre corpus 25 montre deux phénomènes récur-
rents cités dans les Rectifications : la syncope de l’accent circonflexe sur i et
u et la soudure des mots composés avec trait d’union. Ces deux phénomènes
répondent parfaitement à la logique de simplification de l’eSMS, telle qu’elle
a été présentée précédemment : faire court et encoder facilement, tout en
restant compréhensible.
La syncope de l’accent circonflexe, phénomène le plus largement repré-
senté dans nos corpus, répond à une facilité d’encodage (les lettres accen-
tuées 26, comme nous l’avons dit, demandent plus de pressions dans la
méthode multi-pressions que les lettres non accentuées) ainsi qu’à un gain
d’espace, étant donné qu’une lettre accentuée par un accent circonflexe coûte
de l’espace à l’usager du sms 27. La syncope de l’accent apparaît dans 99 %
des cas pour û et 97 % pour î. Les unités lexicales les plus concernées sont
sûrement, boîte, plaît, paraître et dîner. Retenons toutefois que la syncope de
l’accent circonflexe ne se cantonne pas aux seules lettres i et u et qu’elle a
justement lieu, quelle que soit la lettre qu’elle accentue.
La soudure des mots composés avec trait d’union permet elle aussi un gain
en termes de caractères : l’agglutination à la place du blanc typographique ou
du tiret abrège le message d’un caractère. Dans le corpus, les unités lexicales
les plus concernées par ce phénomène sont week-end, pique-nique, porte-
monnaie et strip-tease. Si l’on prend le mot week-end seul, le phénomène
est plus qu’intéressant. En effet, bien que l’on s’attende à voir apparaître la
forme abrégée w-e qui permet un gain d’espace considérable, 62 % 28 des sms
© Klincksieck | Téléchargé le 18/01/2021 sur www.cairn.info (IP: 105.156.85.195)

© Klincksieck | Téléchargé le 18/01/2021 sur www.cairn.info (IP: 105.156.85.195)


analysés comportent la forme non abrégée, dont non moins de 40 % connais-
sent la soudure en weekend.
Concernant les anomalies diverses énumérées dans les Rectifications,
peu de mots sont réellement concernés dans les sms, puisque non utilisés.
L’infinitif asseoir fait exception à la règle. La nouvelle orthographe du verbe
permet le gain d’un caractère. On note que la moitié des occurrences obser-
vées dans le corpus sont effectivement écrites assoir.
(27) Premier moment où je peux m’assoir, et même plus, me cou-
cher! Je suis lessivé… J’arrive enfin bientôt te rejoindre dans tes
rêves… 29

25. Grâce à un outil d’analyse automatique développé par Richard Beaufort, que nous remercions
vivement.
26. On notera qu’une exception dans ce domaine est le recours au « é universel » ; dans ce cas les
auteurs introduisent une difficulté d’encodage (le e accentué) pour abréger les ai, ez, er, etc.
27. D’un point de vue technique, l’utilisation de caractères spéciaux (accents circonflexes,
cédilles, etc.) force l’utilisation d’un encodage sur 16 bits, ce qui, sur de nombreux téléphones,
réduit à 70 caractères la taille d’un sms simple au lieu de 160 (encodage sur 7 bits).
28. Calcul basé sur le corpus belge uniquement.
29. Notons qu’il est difficile de conclure quant à cet emploi puisqu’il peut s’agir du résultat d’une
méconnaissance des règles tout comme d’une application des Rectifications orthographiques.
406
Un nombre important de formes concernées par les Rectifications mon-
trent, dans le contexte de l’eSMS, une adaptation contextuelle qui ne per-
met pas de les rapprocher de ces Rectifications. C’est le cas de la règle du
tréma, dans les formes finales en -gue(s), se mettant dorénavant sur le -u. En
contexte sms, on aura, comme pour l’accent circonflexe, une simple syncope
du tréma. De la même façon, la règle du trait d’union imposé entre tous les
numéraux composés exprimant un nombre entier n’apparaît pas dans le cor-
pus ; nous aurions pu nous attendre à la simple suppression des traits, favori-
sant une soudure, mais la réalité montre surtout des nombres représentés en
chiffres arabes, ce qui permet une économie de caractères plus importante.

5. ORTHOGRAPHE ET REPRÉSENTATIONS LINGUISTIQUES

Pour clore ce panorama des liens entre orthographe et sms, nous pré-
sentons une ultime source d’information que nous possédons grâce à notre
méthode de collecte originale 30. En effet, au moment de collecter les infor-
mations sociolinguistiques des auteurs des messages, nous avons eu l’idée de
proposer dans le formulaire un espace de commentaire libre. Contrairement
aux attentes, cet espace de discours libre s’est révélé très populaire et le sujet
de l’orthographe a été abordé spontanément et avec engouement. Ces com-
mentaires offrent une source d’information très précieuse sur les représenta-
tions linguistiques31 des usagers.
Une première série de commentaires concerne la volonté des usagers
d’abréger (pour diverses raisons) leurs messages et leur conscience des
erreurs qu’ils commettent à cette fin.
© Klincksieck | Téléchargé le 18/01/2021 sur www.cairn.info (IP: 105.156.85.195)

© Klincksieck | Téléchargé le 18/01/2021 sur www.cairn.info (IP: 105.156.85.195)


(28) J’ecrit mes sms asser vite et je ne fai pa souvent attention a l’hor-
thographe et je raccourcit souvent les mots car plus le sms est
long plus je paye. 32
(29) Je recherche l’efficacité avant tout. Le moins de caractères pos-
sible pour faire passer le même message, sans toutefois devoir
éliminer trop de mots des prhases.
(30) Je trouve que s’appliquer à écrire en bon français et tout corriger
tout le temps serait une perte de temps énorme.
Une deuxième classe de commentaires concerne la conscience d’abréger
le langage, mais pas à n’importe quelle condition. La première limite de cette
abréviation concerne la compréhension du message.

30. Pour obtenir plus de détails concernant cette méthode, voir par exemple Cougnon et François
(2011).
31. Compris comme « les savoirs sociaux partagés dont les locuteurs disposent quant à leur
langue » (Petitjean, 2009), ou, plus précisément, quant à leurs pratiques.
32. Nous transmettons ces commentaires en version brute, c’est-à-dire sans en corriger la gra-
phie, puisque nous pensons que chaque faute fait sens dans ce contexte.
407
(31) j’essaye d’écrire le plus brièvement possible, mais en restant
compréhensible pour tous. Pas trop de language sms pour ne pas
oublier l’orthographe correcte des mots!
(32) De manière rapide, avec le moins de lettres possibles, mais
compréhensible pour mes contacts.
Dans la pratique du sms, il semble d’ailleurs y avoir une véritable logique
d’adaptabilité du langage en fonction du destinataire, que l’auteur situe sur
un continuum compréhension/incompréhension de l’eSMS, et de la relation
que ce destinataire entretient avec l’auteur du message (relation située sur un
continuum proximité/distance).
(33) J’ecris mes textos de maniere abregee mais ca depend aussi du
destinataire. En general je sais "qui" comprendra "quoi".
(34) En général, français classique avec quelques abbréviations, ceci
varie en fonction du destinataire (s’il comprend le langage sms
ou pas) et du contenu (j’utilise plus d’abbréviations si le contenu
contient plus d’informations).
(35) Pour les amis plus proches je me permets d’écrire avec le langa-
gue texto et de mélanger plusieurs langues mais avec les connais-
sances je m’efforce d’écrire dans un francais (ou anglais tout
dépendamment du destinataire) convenable (sans être parfait).
Une troisième série de commentaires libres comprend quelques représen-
tations relatives à ce qui est linguistiquement « bon » ou « mauvais » dans la
pratique du sms. Les auteurs qualifient généralement le français en termes de
« bon », « correct » ou « normal » et offrent un témoignage pertinent, surtout
lorsqu’on le confronte aux productions effectives de ces même auteurs.
© Klincksieck | Téléchargé le 18/01/2021 sur www.cairn.info (IP: 105.156.85.195)

© Klincksieck | Téléchargé le 18/01/2021 sur www.cairn.info (IP: 105.156.85.195)


(36) J’utilise peu le langage sms. J’essaie de respecter au mieux
l’orthographe. 33
(37) Généralement, qd je suis pressé, j’emploie le dictionnaire, et
donc, c’est un français «correct» excepté fautes d’orthographe et
les lettres muettes à la fin des mots…
(38) utilisation phonétique qs je veux gagner de l’espace ms bon fran-
çais avec abréviations et orthographe ok qd sms court!
(39) Normalement, ils sont écrits en français normal, je fais assez
attention à l’orthographe. J’emploie les abréviations pour dimi-
nuer le nombre de caractères de mon sms.
Enfin, nous retrouvons un ensemble de commentaires montrant un élan de
purisme chez les auteurs de sms : ce purisme concerne autant l’orthographe
que les accents et le style.

33. Cet usager a pourtant écrit des sms aussi abrégés que le suivant : BB tu me mank grav G tro
envi 2te voir detr ds T bra 2tembraC mon coeur tu é tt pr mwa jveu fér ma vi av toi. Transcription :
Bébé tu me manques grave j’ai trop envie de te voir d’être dans tes bras de t’embrasser mon cœur
tu es tout pour moi je veux faire ma vie avec toi.
408
(40) Je me fais une fierté d’utiliser un français correct dans mes textos
et je sensibilise aussi mes interlocuteurs. 34
(41) Sauf en cas de réelle urgence, je tiens absolument à écrire en
français et sans fautes d’orthographe.
(42) J’écris de la façon la plus complète possible. Je soigne ma langue.
(43) Je déteste le language texto.
La classe de thématiques la plus fréquemment abordée dans la zone de
commentaire libre de notre enquête (c’est-à-dire la volonté d’abréger et
conscience des erreurs ; cf. exemples (28), (29) et (30)) révèle une forme
explicite d’insécurité linguistique chez ces usagers du sms. Comme l’ex-
plique Klinkenberg (2007) : « Il y a insécurité dès que le locuteur a d’une
part une représentation nette des variétés légitimes de la langue (norme éva-
luative) mais que, d’autre part, il a conscience de ce que ses propres pra-
tiques langagières (norme objective) ne sont pas conformes à cette norme
évaluative ». L’auteur précise que ce sont des « groupes qui ont à la fois des
pratiques peu conformes et une conscience aiguë de la norme ». Il est inté-
ressant de rappeler que les craintes par rapport à la pratique du sms concer-
nent justement la méconnaissance progressive des règles et des normes de la
langue. Or, si les usagers ont conscience de la distance qui les sépare d’une
norme, c’est qu’ils ont pleinement connaissance de cette norme.

6. CONCLUSIONS

La pratique du sms est un sujet particulièrement brûlant et pertinent parce


qu’il touche à la question de l’orthographe et ce, en de nombreux points.
© Klincksieck | Téléchargé le 18/01/2021 sur www.cairn.info (IP: 105.156.85.195)

© Klincksieck | Téléchargé le 18/01/2021 sur www.cairn.info (IP: 105.156.85.195)


La pratique du sms est perçue par ses détracteurs comme un renforcement
du laisser-aller linguistique, de la perte des règles grammaticales et ortho-
graphiques, ou encore comme un lieu d’encouragement à une simplification
– voire à un décharnement – du langage. Au contraire, une large partie de la
communauté scientifique y voit un retour fondamental des jeunes à la pra-
tique de l’écrit, un tremplin vers les jeux sur la langue, des jeux qui nécessi-
tent une double maîtrise (orthographique et ludique), une voie ouverte à de
nouvelles formes d’expression, sans balayer les anciennes.
Comme nous l’avons présenté, la variation de l’orthographe dans les
sms sert effectivement à abréger un message afin que l’acte de communica-
tion écrite devienne plus court, plus rapide et moins cher. Pour ce faire, les
auteurs de messages ont recours à une série de procédés graphiques spéci-
fiques de la CéMO et qui rejoignent, sur certains points, les propositions des
Rectifications orthographiques. Cependant, nous avons également vu que cet
abrègement ne se réalisait pas à n’importe quelle condition, « comme si les
utilisateurs n’étaient pas prêts à sacrifier n’importe quoi pour gagner en briè-
veté et en vitesse de frappe » (Fairon et al., 2006). Nous avons démontré, par

34. Cet usager a notamment rédigé ce message : okaaay… J’ai LA photo qui va te faire chier….
Check ben ça. Transcription : ok… J’ai LA photo qui va te faire chier… Check bien ça.
409
exemple, qu’une volonté de marquer l’appartenance géographique pouvait
encourager un locuteur à choisir une variante plus longue que la variante
standard.
En ce qui concerne la perte des règles, l’analyse sociolinguistique réalisée
sur le corpus amène à penser que la majorité des usagers a, au contraire,
pleinement connaissance de la norme dont elle s’écarte. Sous l’effet d’un
contexte « relâché », d’une complicité voulue avec l’interlocuteur, d’un
désir d’abréger l’acte de communication ou de répondre à une « mode », elle
jongle avec de nouvelles règles graphiques qu’elle semble maîtriser, comme
un nouveau sous-langage, en plus des règles traditionnelles.
Louise-Amélie COUGNON
UCL, Institut Langage et Communication, Cental

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

ANIS, Jacques. 2002. « Communication électronique scripturale et formes langa-


gières : chats et sms ». In Actes des Quatrièmes Rencontres Réseaux Humains/
Réseaux technologiques, Université de Poitiers, Poitiers.
BAUCHE, Henri. 1920. Le langage populaire, Paris : Payot.
COUGNON, Louise-Amélie. 2008. « Le français de Belgique dans “l’écrit spon-
tané”. Approche d’un corpus de 30 000 SMS ». In Travaux du Cercle Belge
de Linguistique [En ligne] http://webh01.ua.ac.be/linguist/SBKL/sbkl2008/
cou2008.pdf (Consulté le 28 février 2011).
—. 2011. « “Tu te prends pour the king of the world ?” ». Language contact in text
messaging context ». In Cornelius Hasselblatt et al. (dir.). Language Contact
© Klincksieck | Téléchargé le 18/01/2021 sur www.cairn.info (IP: 105.156.85.195)

© Klincksieck | Téléchargé le 18/01/2021 sur www.cairn.info (IP: 105.156.85.195)


in Times of Globalization, Studies in Slavic and General Linguistics, 38,
Amsterdam-New York : Rodopi. To appear.
COUGNON, L.-A, FRANÇOIS, T. 2010. « Quelques contributions des statistiques
à l’analyse sociolinguistique d’un corpus de SMS ». In Sergio Bolasco et al.
(dir.). Statistical Analysis of Textual Data. Proceedings of 10th International
Conference JADT, 9-11 juin 2010, Sapienza University of Rome, volume 1,
p. 619-630.
COUGNON, L.-A., FRANÇOIS, T. 2011. « Étudier l’écrit SMS. Un objectif du
projet sms4science ». In Adrian Stähli et al. (dir.) (2011), La communica-
tion par SMS en Suisse. Usages et variétés linguistiques. Linguistik Online
(Themenheft).
COUGNON, L.-A., LEDEGEN, G. 2008. « c’est écrire comme je parle. Une étude
comparatiste des variétés du français dans l’écrit sms. » In Actes du Congrès
annuel de L’AFLS. Oxford. 3-5 septembre 2008. Bern : Peter Lang, p. 39-57.
DETEY, S. et al. (dir.). 2010. Les variétés du français parlé dans l’espace franco-
phone : ressources pour l’enseignement. Paris : Ophrys.
ECO, Umberto. 2002. « Diminutive, but perfectly formed », Guardian Newpaper,
20 avril 2002.
FAIRON C. et al. 2006. Le langage SMS, Louvain-la-Neuve : Presses universitaires
de Louvain.
FRANCARD, Michel et al. 1994. L’insécurité linguistique dans les communau-
tés francophones périphériques, Volume I, Cahiers de l’Institut Linguistique de
Louvain, 19 (3-4).
410
KLINKENBERG, Jean-Marie. 2007. « La norme du français : d’un modèle centré
au modèle polycentrique ? ». In Publif@rum, 2 [En ligne] http://www.publifa-
rum.farum.it/ezine_articles.php?art_id=49 (Consulté le 28 février 2011).
PANCKHURST, R. 2008. « Short Message Service (SMS) : typologie et problé-
matiques futures ». In Teddy Arnavielle (coord.). Polyphonies, pour Michelle
Lanvin, Montpellier : Éditions LU.
PETITJEAN, C. 2009. Représentations linguistiques et plurilinguisme. Sous la
direction de Alain GIACOMI. Thèse soutenue le 16/10/2009. Université de
Provence Aix Marseille I (co-tutelle Simona PEKAREK Doehler, Université de
Neuchâtel).
PROCHASSON, et al. 2007. « Language Models for Handwritten Short Message
Services ». In Proceedings of the 9th International Conference on Document
Analysis and Recognition (ICDAR’07), Curitiba, Brésil, septembre 2007.
VILLERS (DE), Marie Éva. « La réforme de l’orthographe est-elle restée lettre
morte ? », Correspondance, vol. 4, n° 1 (septembre 1998), p. 5-7.
© Klincksieck | Téléchargé le 18/01/2021 sur www.cairn.info (IP: 105.156.85.195)

© Klincksieck | Téléchargé le 18/01/2021 sur www.cairn.info (IP: 105.156.85.195)

Vous aimerez peut-être aussi