Vous êtes sur la page 1sur 8

1

Département Math-info 2018-2019


1 ère année
Algèbre linéaire

Feuille d’exercices N 1
Ex. 1 — Espace vectoriel produit
1. Soit K un corps commutatif.
a) Vérifier que K est un K-espace vectoriel.
b) Donner une base de cet espace vectoriel et calculer sa dimension.
c) Aplication : En déduire que R est un R-espace vectoriel et donner une base.
d) Vérifier que C est un C−espace vectoriel de dimension 1 et que c’est un R−espace
vectoriel de dimension 2.
2. Espace vectoriel produit
a) Soit n ∈ N∗ . Montrer que Kn est un K-espace vectoriel.
b) Donner une base de Kn .
c) Application : Vérifier que R4 est un R espace vectoriel et donner une de ses bases.
 
3. La famille v1 = (1, 0, 0), v2 = (0, 1, 1), v3 = (1, 1, 1) est elle libre dans R3 ?
4. On considère dans Rn une famille de 4 vecteurs linéairements indépendants (v1 , v2 , v3 , v4 ).
Les familles suivantes sont elles libres (v1 , 2v2 , v3 ); (v1 , v3 ); (2v1 + v2 , v1 − 3v2 , v4 , v2 − v1 ) ?

5. Soit E = {(x1 , x2 , x3 , x4 ) ∈ R4 : x1 + x2 + x3 + x4 = 0}.


a) E est il un sous-espace vectoriel de R4 ?
b) Si oui donner une base et sa dimension.
6. Soient v1 = (0, 1, −2, 1), v2 = (1, 0, 2, −1), v3 = (3, 2, 2, −1), v4 = (0, 0, 1, 0), v5 = (0, 0, 0, 1)
des vecteurs de R4 . Les propositions suivantes sont elles vraies ou fausses ? Justifier votre
réponse.
a) V ect(v1 , v2 , v3 ) = V ect((1, 1, 0, 0), (−1, 1, −4, 2)).
b) (1, 1, 0, 0) ∈ V ect(v1 , v2 ) ∩ V ect(v2 , v3 , v4 ).
c) dim(V ect(v1 , v2 ) ∩ V ect(v2 , v3 , v4 )) = 1.
d) V ect(v1 , v2 ) + V ect(v2 , v3 , v4 ) = R4 .
e) V ect(v4 , v5 ) est un sous-espace vectoriel de supplémentaire V ect(v1 , v2 , v3 ) dans R4 .
7. Soient E = {(x, y, z) ∈ R3 : x + y − 2z = 0 et 2x − y − z = 0} et F = {(x, y, z) ∈ R3 :
x + y − z = 0}. Soeint a = e1 + e2 + e3 , b = e1 + e3 et c = e2 + e3 .
a) Montrer que E est un sous-espace vectoriel de R3 .
b) Déterminer une base de E.
c) Vérifier que F est un sous-espace vectoriel de R3 et que (b, c) est une de ses bases.
d) Montrer que (a, b, c) est une famille libre de R3 .
2

e) A-t-on E ⊕ F = R3 ?
f) Ecrire u = (x, y, z) dans la base {a, b, c}.
8. Déterminer le rang des familles suivantes de vecteurs :
a) {v1 , v2 , v3 } avec v1 = (1, 1, 1, 1), v2 = (1, −1, 1, −1), v3 = (1, 0, 1, 1).
b) {v1 , v2 , v3 , v4 } avec v1 = (1, 1, 0, 1), v2 = (1, −1, 1, 0), v3 = (2, 0, 1, 1) et v4 =
(0, 2, −1, 1).

Ex. 2 — Espace vectoriel des polynômes :


1. Soit P1 = X 3 + X 2 + X + 1; P2 = X 3 + 2X 2 + 3X + 4; P3 = 3X 3 + X 2 + 4X + 2 ;
P4 = 10X 3 + 4X 2 + 13X + 7 des polynômes de R3 [X].
a) La famille {P1 , · · · , P4 } est elle libre ?
b) Donner une base de V ect(P1 , · · · , P4 ).
2. Soit E = {P ∈ R3 [X] : P (−1) = P (1) = 0}.
a) Montrer que E est un s.e.v. de R3 [X].
b) Déterminer une base et la dimension de E.
c) Donner un supplémentaire de E dans R3 [X].

Ex. 3 — Espace vectoriel de l’ensemble des fonctions :


1. On note par F(R, R) l’ensemble des fonctions de R dans R.
a) Vérifier que F(R, R) est un R-espace vectoriel.
b) Les fonctions f, g et h définies par f (x) = sin(x), g(x) = sin(2x) et h(x) = sin(3x)
sont elles linéairement indépendantes ?
2. (Rang d’une famille)
Soient les fonctions de R dans R par fn (x) = sin(x + n), pour n ∈ N∗ .
a) Démontrer que (f0 , f1 ) est une famille libre de F (R, R).
b) Démontrer que fn+1 est une combinaison linéaire defn et fn−1 on pourra calculer
fn+1 + fn−1 ). En déduire pour n > 1 le rang de la famille (f0 , f1 , ..., fn ) éléments de
F (R, R).

Ex. 4 — Espace vectoriel des solutions des équations différentielles linéaires et


homogènes :
1. Soit (a, b) ∈ R2 . Montrer que l’ensemble des solutions réelles de l’équation différentielle
Y 00 + aY 0 − bY = 0 est un R−espace vectoriel.
a) Déterminer en fonction de a et b une base de cet espace.

Ex. 5 — Espace vectoriel des suites :


1. Montrer que l’ensemble des suites réelles de Fibonacci (un+2 = un+1 + un , ∀n ≥ 0) est
un R−espace vectoriel et déterminer sa dimension.
3

Département Math-info
1 ère année
Algèbre linéaire

Feuille d’exercices N 2

Ex. 6 — Applications linéaires sur Rn .


Les applications suivantes sont elles linéaires ?
1. f1 (x, y) = (2x, 5y + 1).
2. f2 (x, y) = (2x, 5y).
3. f3 (x, y, z) = (x + 3y, y − x, xz).

Ex. 7 — Image et noyau d’une application linéaire Rn .


On considère l’application linéaire f de R3 dansR4 définie par
f (x, y, z) = (x + z, y − x, z + y, x + y + 2z).
1. Déterminer une base de Im(f ).
2. Déterminer une base de ker(f ).
3. L’application f est-elle injective ? surjective ?

Ex. 8 — Application linéaire définie à partir d’une base.


Soit B = {e1 , e2 , e3 } la base canonique de R3 et u l’endomorphisme de R3 défini par la donnée
des images des vecteurs de la base : u(e1 ) = −2e1 + 2e3 , u(e2 ) = 3e2 et u(e3 ) = −4e1 + 4e3 .
1. Calculer u(x, y, z).
2. Déterminer une base de ker u.
3. u est-il injectif ? Peut-il être surjectif ? Pourquoi ?
4. Donner une base de Im u.
5. Quel est le rang de u ?
6. Montrer que R3 = ker u ⊕ Im u.

Ex. 9 — Application linéaire définie par une contrainte.


Soit B = (e1 , e2 , e3 , e4 ) la base canonique de R4 . Montrer qu’il existe un unique endomorphisme
f de R4 qui vérifie f (e1 ) = e1 −e2 +e3 , f (2e1 +3e4 ) = e2 et ker(f ) = {(x, y, z, t) ∈ R4 , x+2y+z =
0 et x + 3y − t = 0}.

Ex. 10 — Applications linéaires sur l’espaces des polynômes.


Soit E = Rn [X] et soit f l’application définie sur E par f (P ) = P (X + 1) + P (X − 1) − 2P (X).

1. Vérifier que f est un endomorphisme de E.


4

2. Quel est le degré de f (X p ) ? En déduire ker(f ) et Im(f ).


3. Soit Q un polynôme de Im f . Démontrer qu’il existe un unique polynôme P tel que
f (P ) = Q et P (0) = P 0 (0) = 0.

Ex. 11 — Applications linéaires sur l’espaces des polynômes.


Soit E = Rn [X] et soient A, B deux polynômes de degré n + 1. On définit l’application Φ :
E −→ E qui à un polynôme P associe le reste de AP dans la division euclidienne par B.
1. Démontrer que Φ est linéaire ;
2. Démontrer que Φ est bijective si et seulement si A et B sont premiers entre eux deux à
deux.

Ex. 12 — Théorème du rang.


Soient E un espace
 vectoriel de dimension finie et f, g ∈ LK (E). Montrer que rg(f + g) =
Im(f ) ∩ Im(g) = {0}
rg(f ) + rg(g) ⇔
ker(f ) + ker(g) = E

Ex. 13 — Formes linéaires.


Déterminer la forme linéaire f définie sur R3 telle que
f (1, 1, 1) = 0, f (2, 0, 1) = 1 et f (1, 2, 3) = 4. Donner une base du noyau de ker(f ).

Ex. 14 — Espace dual.


Soient f1 , f2 les deux éléments de L(R2 , R) définis par f1 (x, y) = x + y et f2 (x, y) = x − y.
1. Montrer que (f1 , f2 ) forme une base de L(R2 , R). Exprimer les formes linéaires g(x, y) =
x, h(x, y) = 2x − 6y dans la base (f1 , f2 ) .

Ex. 15 — Les formes linéaires


Soit F = (e1 , ..., en ) une famille de vecteurs d’un K-espace vectoriel E de dimension n. On
suppose que pour tout f ∈ LK (E), f (e1 ) = · · · = f (en ) = 0 alors f = 0. Montrer que F est une
base E.
L’anneau des endomorphismes

Ex. 16 — Soient E un K-espace vectoriel et f un endomorphisme de E nilpotent. Montrer


que Id − f est inversible et exprimer son inverse en fonction de f .

Ex. 17 — Les involutions


Soit E un K-espace vectoriel. Soit s un endomorphisme de E involutif, i.e. tel que s2 = Id. On
pose F = ker(s − Id) et G = ker(s + Id).
1. Montrer que F et G sont des sous-espaces vectoriels supplémentaires de E.

Ex. 18 —
Soit f ∈ LK (E) vérifiant f 3 = IdE . Montrer ker(f − IdE ) ⊕ Im(f − IdE ) = E.
5

Département Math-info
1 ère année
Algèbre linéaire

Feuille d’exercices N 3

Ex. 19 — Sous-espaces des matrices


Soit Ma,b l’ensemble des matrices de forme :
 
a+b 0 −b
 0 a + 2b 0  où a, b ∈ R.
−b 0 a+b

1. Montrer que Ma,b est un sous espace de l’espace des matrices réelles d’ordre trois.
2. Déterminer la dimension du sous-espace Ma,b .

Ex. 20 — Produit de matrices


Soient les matrices :
     
  2 4 3 −1 1   0
1 2 3 1 3
A= ,B =  1 1 ,C =
  4 2 1 ,D =
 ,E =  2 
1 0 4 4 2
3 0 −1 5 3 3

et F = −2 3

1. Calculer si cela est possible :


a) A × B et B × A,
b) A × B + D,
c) A × F + D,
d) (B × A)t + C.

Ex. 21 — Rang de matrices


Calculer le rang des matrices suivantes :
   
2 4 3 −1 1
B =  1 1  et C =  4 2 1 ,
3 0 −1 5 3
6

Ex. 22 — Puissance de matrice


Soient les matrices  
1 2 0
A =  0 1 3  , B = A − I3
0 0 1

1. Calculer B n pour n ≥ 1.
2. En déduire la valeur de An pour n ≥ 1.
3. Montrer que A est inversible et calculer A−1 .
7

Département Math-info
1 ère année
Algèbre linéaire
Feuille d’exercices N 4
Ex. 23 — Changement de bases

Soit f ∈ L(R4 ) dont la matrice est


 
0 1 5 9
 2 1 6 8 
A=
 0

0 0 3 
0 0 1 −2
dans la base canonique. On pose que 1 = (−13, −37, 3, 1), 2 = (1, −1, 0, 0), 3 = (1, 2, 0, 0), et
4 = (−7, 1, −5, 5).
 
1. Montrer que B = 1 , 2 , 3 , 4 forme une base de R4 .
2. Montrer que la matrice A0 de f dans la base B est diagonale.
3. Calculer A0n où n ∈ N∗ .

Ex. 24 — Changement de bases

Soit E un K-espace vectoriel muni d’une base B = (e1 , e2 , e3 ). Soit f l’endomorphisme de E


définie par f (x, y, z) = (2x − y, −2x + y − 2z, x + y − 3z). Soit B 0 = (1 , 2 , 3 ) la famille définie
par : 1 = e1 + e2 − e3 , 2 = e1 − e3 , 3 = e1 − e2 .
1. Déterminer A = MB (f )
2. Montrer que B 0 est une base de E.
3. Former la matrice D de f dans B 0 .
4. Exprimer la matrice de passage P de B à B 0 .
5. Calculer P −1 .
6. Quelle relation lie les matrices A, D, P et P −1 ?
7. On suppose que D est diagonale, calculer An pour tout n ∈ N.

Ex. 25 — Soit E un K-espace vectoriel muni d’une base B = (e1 , e2 , e3 ). Soit f l’endomor-
phisme de E dont la matrice dans B est
 
3 −2 2
A= 1 2 0 
1 1 1
8

1. Montrer qu’il existe une base C = (1 , 2 , 3 ) de E dans laquelle la matrice représentative
de f est une matrice diagonale D de coefficients diagonaux : 1, 2, 3.
2. Déterminer la matrice de passage P de B à C
3. Calculer P −1 .
4. Quelle relation lie les matrices A, D, P et P −1 ?
5. Calculer An pour tout n ∈ N.

Ex. 26 — Déterminant : Propriétés


Soit A ∈ M2 (R) de lignes L1 et L2 et de colonnes C1 et C2 .
1. Vérifier que det(A) = det(At ).
2. Vérifier que det(α1 L1 , α2 L2 ) = α1 α2 det(A).
3. Vérifier que det(β1 C1 , β2 C2 ) = β1 β2 det(A).
4. Vérifier que det(C1 , C1 ) = 0. En déduire que si rgA < 2 alors det(A) = 0.
a21 a12
5. Vérifier que det(A) = det(L1 , L2 ) = det(C1 , C2 ) qui est le déterminant de la
a11 a11
matrice A échelonnée respectivement en lignes et en colonnes.

Ex. 27 — Déterminer avec les différentes méthodes (définition, Sarrus, échlonnage) le déter-
minant de la matrice suivante :  
1 0 6
 3 4 15 
5 6 21

Ex. 28 — Résolution des systèmes linéaires


Résoudre les systèmes suivants :
 
 x −2y +3z = 5  x −y +3z = 1
2x −4y +z = 5 ; −x +4y +z = −1
3x −5y +2z = 8 2x −2y +6z = 2
 

Ex. 29 — Calcul de l’inverse d’une matrice


Soit A ∈ M2 (R) une matrice inversible. Déterminer A−1 en appliquant la définition de l’inverse
d’une matrice.
Ex. 30 — Montrer que A est inversible et trouver son inverse.
 
0 1 1 1
 1 0 1 1 
A=  1 1 0

1 
1 1 1 0