Vous êtes sur la page 1sur 6

MINISTERE DE L’ENSEIGNEMENT

SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE
SCIENTIFIQUE

Année académique :--------------------
2019-2020
Institut Universitaire d'Abidjan

--------------------

FACULTE D’ADMINISTRATION DES AFFAIRES


--------------------

Département : Administration Des Affaires


--------------------

Option : Finance
--------------------

MASTER 1

COMPOSITION DE DIAGNOSTIC
FINANCIER APPROFONDI

Etudiant : Professeur :
ALLECHI Kaudjis Lilian Trévis M. BLEU
EXERCICE 1

1) Lorsqu’une société possède des titres d’une autre société, le pourcentage de contrôle
de droit (ou contrôle juridique) est égal au pourcentage de droits de vote détenu par
rapport aux droits de vote qui peuvent normalement s’exprimer dans les assemblées de
la société. Le pourcentage d’intérêts est égal au pourcentage du capital détenu. Il est
donc lié au droit pécuniaire (ou droits financiers).
Le calcul au sein du groupe des pourcentages de contrôle a pour objectif de déterminer
quelles sont les entreprises sur lesquelles le groupe exerce un contrôle exclusif.
Le pourcentage de contrôle indirect détenu par la société consolidante dans une autre
société est égal au pourcentage de contrôle direct détenu par une filiale dans cette
société. Le pourcentage d’intérêts indirects détenu par la société consolidante dans une
société est égal au produit des pourcentages d’intérêts tout au long de la chaîne
d’intérêts qui va jusqu'à la société concernée que cette chaîne soit une chaîne de
contrôle ou pas.

2) Au vu des principes et du schéma qui nous a été présenté, les pourcentages de contrôle
se calculeront comme suit :
La société A exerce un contrôle direct sur les sociétés B, C, D et E donc les
pourcentages de contrôle respectifs concernant ces sociétés sont ceux indiqués sur le
schéma 25%, 70%, 30% et 80%.
Pour les sociétés sous contrôle indirecte, la société exerce bel et bien un contrôle
indirect sur une société seulement par l’intermédiaire d’une autre société sur laquelle
elle a un contrôle exclusif, et pas un autre. Partant de cela les sociétés sur le contrôle
indirect de A sont CC par l’intermédiaire de C (70%), et EE par l’intermédiaire de E
(80%) et ces deux sociétés sont contrôlées respectivement à 20% et 70%.

EXERCICE 2

Dans la consolidation des comptes d’un groupe d’entreprise, nous avons d’abord trois types
de contrôle et à chacun de ces types correspond une méthode de consolidation. Ces trois types
sont : le contrôle exclusif, le contrôle conjoint, qui implique un partage du contrôle entre un
nombre restreint d'associés, de telle sorte que les décisions importantes ne puissent résulter
que de leur accord, l'influence notable, lorsqu'une entreprise détient directement ou

1
indirectement au moins 20% des droits de vote dans une autre entreprise. À chacun de ces
trois types de contrôle correspond une méthode de consolidation : intégration globale, dans le
cas des entreprises sur lesquelles le groupe exerce un contrôle exclusif, intégration
proportionnelle, dans le cas des entreprises dans lesquelles le groupe exerce un contrôle
conjoint, mise en équivalence, dans le cas des entreprises sur lesquelles le groupe exerce une
influence notable.

EXERCICE 3

1) Rappelons les principes des trois méthodes de consolidation du bilan :

Méthode la mise en équivalence :

Le principe est de substituer à la valeur des titres de participations (ou de les réévaluer), la
valeur des capitaux propres en fonction du pourcentage d’intérêts détenus par la société mère.

Méthode l’intégration proportionnelle :

Le principe consiste à intégrer dans le bilan de la société mère, une fraction de chacun des
postes d’actif et de dettes de la filiale, en fonction du pourcentage d’intérêt, afin de la
substituer aux titres de participation.

Méthode l’intégration globale :

Le principe est de remplacer, dans le bilan de la société mère, la valeur des titres de
participation, par les postes d’actif et de dettes évalués pour leur montant total.

Les capitaux propres de la filiale se décomposent en deux parties : La part correspondant aux
droits de la société mère, la part correspondant aux droits des autres associés de la filiale.

2) Bilan consolidé du groupe selon la méthode la mise en équivalence :

BILAN CONSOLIDE DU GROUPE


ACTIF PASSIF
Immobilisations 74 800 Capital 60 000
Titres mis en équivalence (1) 3 060 Réserves consolidées (2) 17 080
Actif circulant 48 600 Résultat consolidé (3) 1 380
    Capitaux propres consolidés 78 460
    Dettes 48 000

2
Total actif 126 460 Total passif 126 460

Calcul annexes :

(1) Titres mis en équivalence :

- Capitaux propres de la société filiale : 4 000 + 2 400 + 400 = 6 800

- Intérêts majoritaires détenus par la société mère : 6 800 x 45 % = 3 060

(2) Réserves consolidées :

- Réserves de la société mère : 16 000

- Réserves de la société filiale à intégrer : 2 400 x 45 % = 1 080

- Réserves consolidées : 16 000 + 1 080 = 17 080

(2) Résultat consolidé :

- Résultat de la société mère : 1 200

- Résultat de la société filiale à intégrer : 400 x 45 % = 180

- Résultat consolidé : 1 200 + 180 = 1 380

3) Bilan consolidé selon la méthode de l’intégration proportionnelle :

BILAN CONSOLIDE DU GROUPE


ACTIF PASSIF
Immobilisations (1) 77 500 Capital 60 000
Titres de participation   Réserves consolidées (3) 17 080
Actif circulant (2) 50 400 Résultat consolidé (4) 1 380
    Capitaux propres consolidés 78 460
    Dettes (5) 49 440
Total actif 127 900 Total passif 127 900

Calculs annexes :

(1) Immobilisations consolidées :

- Immobilisations de la société mère : 74 800

3
- Immobilisations de la société filiale à intégrer : 6 000 x 45 % = 2 700

- Immobilisations consolidées : 74 800 + 2 700 = 77 500

(2) Actif circulant consolidé :

- Actif circulant de la société mère : 48 600

- Actif circulant de la société filiale à intégrer : 4 000 x 45 % = 1 800

- Actif circulant consolidés : 48 600 + 1 800 = 50 400

(3) Réserves consolidées :

- Réserves de la société mère : 16 000

- Réserves de la société filiale à intégrer : 2 400 x 45 % = 1 080

- Réserves consolidées : 16 000 + 1 080 = 17 080

(4) Résultat consolidé :

- Résultat de la société mère : 1 200

- Résultat de la société filiale à intégrer : 400 x 45 % = 180

- Résultat consolidé : 1 200 + 180 = 1 380

(5) Dettes consolidées :

- Dettes de la société mère : 48 000

- Dettes de la société filiale à intégrer : 3 200 x 45 % = 1 440

- Dettes consolidées : 48 000 + 1 440 = 49 440

4) Bilan consolidé du groupe selon la méthode de l’intégration globale :

BILAN CONSOLIDE DU GROUPE


ACTIF PASSIF
Immobilisations (1) 80 800 Capital 60 000
Titres de participation   Réserves consolidées (3) 17 080
Actif circulant (2) 52 600 Résultat consolidé (4) 1 380
    Capitaux propres consolidés 78 460
    Intérêts minoritaires (5) 3 740

4
    Dettes (6) 51 200
Total actif 133 400 Total passif 133 400

Calculs annexes :

(1) Immobilisations consolidées : 74 800 + 6 000 = 80 800

(2) Actif circulant consolidé : 48 600 + 4 000 = 52 600

(3) Réserves consolidées :

- Réserves de la société mère : 16 000

- Réserves de la société filiale à intégrer : 2 400 x 45 % = 1 080

- Réserves consolidées : 16 000 + 1 080 = 17 080

(4) Résultat consolidé :

- Résultat de la société mère : 1 200

- Résultat de la société filiale à intégrer : 400 x 45 % = 180

- Résultat consolidé : 1 200 + 180 = 1 380

(5) Intérêts minoritaires :

- Dans le capital de la filiale : 4 000 x 55 % = 2 200

- Dans les réserves de la filiale : 2 400 x 55 % = 1 320

- Dans le résultat de la filiale : 400 x 55 % = 220

- Total : 2 200 + 1 320 + 220 = 3 740

(6) Dettes consolidées : 48 000 + 3 200 = 51 200

Vous aimerez peut-être aussi