Vous êtes sur la page 1sur 27

LE GRAND HYMNE DIVIN

Par Torsten Schwanke

Créateur éternel du monde,


Qui gouverne la nuit comme le jour
Et laisser le temps au temps de se lever,
Pour prendre le relais.

Une lumière nocturne pour les vagabonds, qui donne,


Une partie de la nuit se sépare de l'autre, l'annonceur du jour
Fait déjà résonner son appel et attire les rayons du soleil.

Par lui, l'étoile du matin s'éveille et libère


La voûte du ciel de l'obscurité,
À travers lui, laisse toute la bande du mal
Les fantômes de la position de nuit.

Grâce à elle, le capitaine acquiert une nouvelle force


Et lisser les vagues de la mer:
À son appel, le rocher de l'église a expié
Sa faute.

Levons-nous donc en toute hâte,


Le coq réveille les inclinables
Et gronder les somnolents,
Le coq accuse le négligent.

Avec le chant du coq, l'espoir revient,


Les malades vont mieux,
Le poignard du voleur est caché,
La foi revient aux déchus.

O Jésus, attention à ceux qui trébuchent


Et nous améliorer par votre regard;
Si tu nous regardes, alors les péchés s'effacent,
Et en pleurant, la dette est remboursée.

O lumière, tu brilles dans les cœurs


Chasser le sommeil de l'âme:
Tu loueras d'abord notre voix,
Et ce que nous nous engageons à vous réserver.

Le messager ailé du jour


Annonce la lumière qui s'approche;
Le Christ nous appelle maintenant,
L'éveil des esprits, à la vie.

Celui qui élève, appelle, les lieux de repos,


Vous, les oisifs, de la lenteur du sommeil:
Se réveillent purs, saints et sobres,
Et je suis proche.

Appelons Jésus à haute voix,


Pleurer, plaider et être sobre:
Et en priant
Le cœur pur du sommeil.

Ô Christ, tu fais fuir le sommeil,


Briser les liens de la nuit,
Nous libérer de l'ancienne culpabilité
Et apportent une nouvelle lumière à nos vies.

Maintenant que les étoiles du jour se sont levées,


Prions Dieu,
Qu'il pourra nous aider pour les affaires du jour
De choses nuisibles.

Qu'il tienne sa langue fermement en échec,


Afin qu'aucune querelle terrifiante ne survienne;
Et qu'il garde le visage avec miséricorde,
De peur qu'il n'absorbe la vanité.

Que l'intérieur du cœur soit pur,


Gardez aussi votre ignorance à l'écart;
Et que l'exubérance de la chair soit contenue.
La modération dans la nourriture et la boisson.

Pour que, quand la journée est finie


Et le destin a fait que la nuit est arrivée,
C'est uniquement le résultat de l'abstinence
Peut chanter ses louanges.

O créateur infini du ciel,


Vous fixez le ciel comme limite,
Séparer les crues d'eau, de sorte
Qu‘ils n'ont pas été réunis en une seule entité.

Vous allez mettre de la place pour les eaux


Du ciel comme de la terre,
Que l'eau modère la chaleur et cela
Ne fend pas le sol de la terre.

Maintenant, ô Très Gracieux, verse en nous le cadeau


De la grâce éternelle, afin que nous puissions
Pas la vieille erreur par coïncidence
D‘un à de nouvelles escroqueries.
La foi augmente la lumière et apporte
Donc les rayons de lumière, cette
Que toute vanité soit piétinée, rien
Que le mal le remplace.

O meilleur créateur de lumière,


Que tu laisses s'élever la lumière des jours
Et la création du monde commence
Avec les débuts de la nouvelle lumière.

Que vous commandez le matin et le soir,


Le jour de la connexion peut être appelé:
L'abîme sombre nous menace,
Puis entendre nos appels et nos supplications,

Pour que l'âme, alourdie par le péché,


N'est pas exclu du don de la vie,
Car s'ils ne croient pas à l'impérissable
Pense et se tache de péché.

Qu'ils frappent à la porte du ciel


Et pour recevoir les récompenses de la vie:
Nous voulons éviter tous les péchés
Et nous purifier de toute culpabilité.

Partit, nuit, obscurité et brouillard,


Qui confond et terrifie le monde;
La lumière apparaît, le ciel s'éclaire,
Le Christ arrive.

L'obscurité sur la terre se déchire,


Brisée par les rayons du soleil;
La couleur revient aux choses
Par la vue de l'étoile brillante.

Toi, ô Christ, nous reconnaissons seul,


Nous vous le demandons avec un cœur pur et simple,
Avec des larmes et des chants:
S'empresser de venir en aide à notre esprit.

Beaucoup de choses sont peintes


Avec les mauvaises couleurs,
Ce qui apparaître en bonne et due forme
À travers votre lumière
Que vous soyez la vraie lumière de la lumière céleste,
Apporter la lumière avec votre visage clair.
*

O Saint-Esprit,
Un avec le Père et le Fils,
Etre plus que disposé à venir dans notre maison
En se déversant dans nos cœurs.

La bouche, la langue, l'esprit, le sens et le pouvoir


Que tu puisses déclarer ta louange,
Flamme brillante sur l'amour,
Les braises enflamment la suivante.

Contrôleur tout-puissant, vrai Dieu,


Vous êtes chargé de changer les choses,
Illuminer le matin avec de la luminosité
Et la chaleur de midi.

Éteignez les flammes des conflits,


Éliminer la chaleur nocive,
Donner du bien-être au corps
Et une véritable joie pour le cœur.

Ô Dieu, puissance durable de la création,


Que vous restiez inchangé en vous-même,
Délimiter les temps par la séquence
De la lumière quotidienne.

Donnez-nous une lumière abondante le soir,


Pour que la vie ne s'enfuie jamais,
Mais en récompense d'une mort heureuse
La gloire éternelle.

O reflet de la gloire du Père,


Faire jaillir la lumière de la lumière,
Lumière de la lumière et source de luminosité,
La lumière du jour.

Et laisse-toi aller, vrai soleil,


Que vous brillez d'un éclat éternel
Et s'enfoncer dans nos cœurs
Les rayons du Saint-Esprit.

Faisons également appel au Père dans les pétitions,


Le Père de la grâce puissante,
Le Père de la gloire impérissable,
Pour éloigner la dangereuse dette.
Qu'il nous donnerait la force pour des actes virils,
Arracher les dents des envieux,
Nous aider dans une situation difficile
Et les instructions pour l'action sont justes.

Que l'Esprit guide et gouverne,


Que la sainte pureté reste en nous,
La foi a flambé de plus en plus fort
Et ne savent rien de l'esprit de doute.

Que le Christ soit notre nourriture


Et notre potion est la foi,
Buvons joyeusement la sobriété,
La donation du Saint-Esprit.

Que ce jour passe joyeusement,


Comme l'aube est l'impudeur,
Comme le midi est la foi,
Mais un crépuscule peut ne pas connaître l'âme.

L'aube mène à la lumière,


Avec la lumière mais peut avec nous
S'arrêter avec le Père tout le Fils
Et avec les mots, tout à fait le Père.

Avant la disparition de la lumière


Nous te le demandons, ô Créateur des choses,
Que dans votre bonté
Notre protecteur et gardien.

Lointain, que les rêves s'envolent


Et des notions illusoires de la nuit,
Et maintenir notre ennemi dans ses limites,
Afin que le corps ne soit pas souillé.

Les dons impérissables du Christ,


La gloire des apôtres, entrons
Chants de victoire et et appropriés
Chanter les louanges de chansons joyeuses.

Ce sont les princes de l'église, ce sont


Les leader victorieux au combat,
Les arguments de la cour céleste
Et les vraies lumières du monde.

L'humble foi des saints,


L'espoir invaincu des fidèles,
L'amour parfait du Christ
Piétiner le prince du monde.

C'est là que la gloire triomphe


Du Père, en qui le Fils,
En la volonté du Saint-Esprit,
Le ciel est rempli de joie.

Étoile de la mer, je te salue,


La douce Mère de Dieu,
Vierge pure de tous les temps,
Le ciel est loin seul.

Je vous salue, Mère, tournez


Le nom d'Ève, envoyer
La miséricorde pour le péché,
Trouvez-nous en paix!

Libéré de toute culpabilité,


Donnez une lumière aveugle,
Détournez tout le mal,
Tout le meilleur désir.

Montrez-vous comme une Mère,


Faire pencher la balance
Notre supplication sur terre,
Qui a voulu être votre Fils!

Vierge par choix,


Douceur et pureté de naissance:
Payer ce que nous devons,
Rends-nous chastes, patients.

Je veux une vie pure,


Un moyen sûr de nous donner,
Que nous voyons Jésus,
Soyez heureux devant lui!

Chantons d'une voix joyeuse


Le sang versé pour le Christ
Et les victoires des martyrs et les lauriers,
Digne du ciel.

Ils ont surmonté la peur du monde


Et méprisait l'agonie du corps,
Par l'endurance rapide d'un saint lorsqu'ils meurent,
Ils prennent possession de la vie bénie.
Les martyrs sont condamnés au feu
Et les dents des animaux sauvages;
La main armée de griffes
Du bourreau insensé.

Les intestins sont dénudés et pendus,


Le sang consacré coule à flot,
Mais ils restent inébranlables
Par la grâce de la vie éternelle.

À vous, Sauveur, nous vous demandons maintenant


Dans la communauté des martyrs que nous sommes,
Vos serviteurs implorants, ont reçu
Pour toute l'éternité.

Soleil de justice,
Christ, faites jour dans la poitrine noire,
Pour que la lumière de la vertu brûle à nouveau,
Lorsque vous renouvelez le jour des couloirs.

Et donnez-lui le temps qu'il désire,


Alors, créez le cœur aussi dans la rue,
Cette indulgence équitable est préférable,
Que votre douceur dure longtemps.

Faisons un peu pénitence,


Un sentiment dans le cœur, grâce à la faveur,
Que l'on distribue plus richement
Et qui efface même les péchés les plus graves.

Le jour viendra, votre jour viendra,


Puisque tout est nouveau dans les fleurs:
Alors, réjouissons-nous d'être en votre faveur
Réconciliés à travers cette journée.

Toi, Très Gracieuse Trinité,


Vénérer l'universalité des choses:
Et nous, en expiation, nous avons reconstruit,
Préparez une nouvelle chanson pour vous.

O Jésus, Sauveur de tous,


Couronne impérissable des dignitaires de l'église,
Pardonner gracieusement à ceux qui demandent
Ce jour-là.

Ce jour-là, en effet, il y a eu
Le glorieux confesseur de ton saint nom,
Dont le festival annuel
Les fidèles font la fête.

Il a méprisé à juste titre


Les plaisirs éphémères de ce monde
Et a reçu une récompense éternelle
Parmi les anges.

Accordez-nous votre clémence,


Pour suivre ses traces,
Intervenir la culpabilité
Du péché sur vos serviteurs.

Souviens-toi, ô Créateur du monde,


Que tu une fois à la naissance du saint ventre
De la Vierge la figure
De notre corps.

Ah Marie, Mère de la Miséricorde,


Douce Mère de la Miséricorde,
nous protéger de l'ennemi
Et nous aider à l'heure de la mort.

O la plus glorieuse des jeunes filles,


Le plus exalté parmi les célestes,
Celui qui vous crée, vous nourrissez.
Aux seins de votre mère quand vous étiez enfant.

Ce que la malheureuse Ève a volé


À travers votre Fils exalté. Alors
Les malheurs passent dans les annales,
Vous ouvrirez à nouveau les portes du ciel.

Vous, la plus haute porte du roi,


L'atrium de lumière rayonnante;
La vie donnée par la Vierge
Vous priez pour les peuples rachetés.

O Vierge Marie,
La fille bénie de votre Fils,
Plus noble et plus humble
Que toutes les créatures.

Vous, éternellement debout


L‘achèvement du conseil divin,
Ornement et dignité suprême
De notre nature:
Que vous incarnez si sublimement,
Que leur Créateur suprême
Est née en elle à travers vous,
Créé de manière merveilleuse.

Dans le corps de la Vierge enflammé


Une flamboyante histoire d'amour,
Dont la chaleur sur terre
Des fleurs célestes poussent.

Un soleil plus brillant proclame


La joie de Pâques du monde,
Comme les apôtres de Jésus dans la nouvelle
Voir la lumière briller.

Dans l'admiration, ils voient que les blessures


Le Christ sur son corps comme des étoiles
Brillent, et ce qu'ils voient,
Qu'ils proclament comme des témoins fiables.

Ô Christ, roi très gracieux,


Vous prenez possession de nos cœurs,
Pour que nos langues soient dans votre
Je vous suis redevable.

Pour que toi, ô Jésus, tu rendes grâce à nos cœurs


La joie éternelle de Pâques,
Nous libérer, nous, ceux qui renaissent à la vie,
De la terrible mort du péché.

Vous êtes une étoile brillante


De la charité dans le ciel, Vierge,
Et nous, les mortels,
Un puits d'espoir vivant,

Vous pouvez le faire, Vierge exaltée,


Au cœur du Fils le plus aimant,
Que quiconque demande quelque chose en toute confiance
C'est parce que vous êtes insouciant.

Votre bonté n'accorde pas seulement


De mendier de l'aide,
Mais elle aime venir encore plus souvent
Les prières de ceux qui le demandent.

En vous se trouve la miséricorde,


En vous, la générosité;
Vous unissez en vous tout
Ce qui est inhérent à la bonté des créatures.

La terre, la mer, les étoiles


Adorer, vénérer, proclamer,
Le leader du triple ordre mondial
Que porte le ventre de Marie.

Lui, la lune et le soleil et l'univers


Est soumis à tout moment,
Porte le ventre de la Vierge,
A coulé à flots avec la grâce du ciel.

Ô Mère, heureuse dans le don,


Sur les genoux duquel elle s'est enfermée
Le Créateur céleste, qui dans
Son main tient l'espace.

Eclairé par le message du ciel,


Éclipsé par l'Esprit-Saint,
Sont sortis de leurs gonds
Celle que le peuple désire ardemment.

La langue te louera et te plumera!


Oui, que le monde entier chante vos louanges!
Mais la renommée de Mère Monique sera
En temps de rayonnement.

L'Afrique, votre patrie, laissée derrière vous,


Ne prêtent pas attention aux dangers de la mer écumante,
Suit le fils dans des villes lointaines
De tristesse.

Le flot de larmes tempête la Sagesse boursouflée,


Jusqu'à ce que le fils finisse par succomber et cède.
Les monstres de toute fausseté tremblent, envoyez-les
Victorieux jusqu'en enfer.

Pour les larmes que vous versez, vos prières


C'est que le cœur de votre fils s'est endurci
Un véritable culte de la Divinité éternelle.
Femme, c'est grâce à toi!

Vous vainquez les apostats dans le Fils,


Mille fois les ennemis de la vraie foi.
Vous seul avez ce triomphe, le grand,
Acquis pour nous.
Mère, fatiguée par une longue prière,
Vous voulez retourner en Afrique? Ah, le ciel
Veut que vous vous précipitez vers lui à la place,
Sainte héroïne.

Les apôtres étaient tristes


Sur le dur enterrement du Christ,
Le serviteur impie d'un cruel,
La mort avait laissé mourir.

En vérité, l'ange
Prédit aux femmes:
Bientôt, le Christ sera oralement
Du troupeau de fidèles.

Alors qu'ils sont immédiatement envoyés


Comme messagers aux apôtres anxieux,
Comme ils embrassent les pieds de ceux qui brillent
Le Christ qui vient à leur rencontre.

Vers les hautes montagnes de Galilée


Les apôtres s'en vont,
Leur souhait sera exaucé,
Ils ont béni par la sainte lumière de Jésus.

Pour que toi, ô Jésus, tu sois la lumière de nos cœurs


La joie éternelle de Pâques,
Nous libérer, nous, ceux qui renaissent à la vie,
De la terrible mort du péché.

De la porte du matin de la voie du soleil


Jusqu'au dernier espace de la terre
Sonnez notre chanson au prince Christ,
Fils de Marie, la femme pure.

Le grand créateur de tout être


Enveloppé dans une robe d'esclave,
Hum, insulter la viande par la chair,
Ne pas révéler l'œuvre qu'il a créée.

Dans la maternité chaste


La grâce se niche dans le ciel;
Le plus secret se trouve dans le ventre de la Vierge,
Ce qu'aucune Vierge n'a jamais appris.

La salle de ces seins chastes


Devient le temple de Dieu du jour au lendemain;
Ce que l'homme, intact, ne sait pas,
Recevez le Fils dans la parole de l'ange.

Ainsi, la femme qui accouche le donne,


Gabriel avant lui,
Celui-là, toujours enfermé dans le ventre de sa Mère,
Je me suis sentie bénie par Jean.

Il a dû souffrir de se reposer sur le foin,


La crèche ne lui a pas déplu;
Un peu de lait le rassasiera,
Qui ne veut pas d'oiseau.

Le ciel s'ouvre avec un chœur de joie.


Et les anges chantent des louanges à Dieu:
Et on a dit aux bergers
Le berger qui a créé toutes choses.

O Créateur miséricordieux, écoute


À notre plaidoyer, que nous avons fait en larmes
En ce saint quarantième jour
Ejecter la période de jeûne.

Ô chercheur de cœur le plus gracieux,


Vous connaissez la faiblesse de nos pouvoirs ;
Accordez-nous ceux qui se tournent vers vous
La grâce du pardon des péchés.

Il est vrai que nous avons péché à de nombreuses reprises,


Mais épargnez-nous, puisque nous l'avouons;
Pour la glorification de ton nom
Guérir les faibles.

Faire en sorte que nos corps soient guéris,


L'abstinence est maintenue dans des limites,
Pour que les cœurs, libérés du péché,
Quitter le pâturage du péché.

Le tyran entend avec crainte,


Le Prince des Rois est ici,
Qui gouvernent le peuple d'Israël
Et prendre le trône de David.

Il a été amené par la nouvelle de ses sens,


Il crie à haute voix:
Un successeur est déjà là!
Nous sommes chassés.

Le bourreau s'en va! Prenez l'épée,


Remplir de sang les berceaux.

Mais à quoi bon un tel scandale?


À quoi sert le crime pour Hérode?
Parmi tant de morts,
Seul le Christ sera sauvé sans danger.

L'aube colore le ciel en violet,


L'air résonne à nouveau de chants de louange,
Le monde se réjouit triomphalement,
L'enfer grésille d'horreur.

Comme ce roi tout-puissant


De la crypte souterraine
L'hôte libéré des pères
Au soleil matinal de la vie.

Sa tombe, entourée de nombreux


Gardiens, scellez une pierre:
Mais il triomphe en tant que vainqueur, et dans son
Il enterrera la mort dans sa propre tombe.

Assez de lamentations, assez de larmes,


Assez de douleur; ressuscité
Est le vainqueur de la mort,
S'exclame l'ange qui brille.

Pour que toi, ô Jésus, tu suives notre cœur


La joie éternelle de Pâques,
Nous libérer, nous, ceux qui renaissent à la vie,
De la terrible mort du péché.

Le Christ, Sauveur du monde,


De Père en Père seulement,
Seul avant le début de l'origine
Né irrémédiablement.

Tu es le reflet de la splendeur de ton Père,


Vous, tous les espoirs sont sans fin,
Entendre ce qui est passé dans le cercle de la terre,
Votre peuple est chaud de supplications.

Souvenez-vous, racine de tout salut,


Comme l'était notre corps,
Depuis l'utérus d'une Vierge intacte
Né, adopté.

Comme en témoigne ce jour,


Récurrent dans les années sonnent,
Où seulement vous du siège de votre Père
Descendre comme Sauveur du monde.

Et le ciel, le couloir de la terre et la mer,


Et tout ce qui a de la vie en lui,
En tant que fondateur de votre arrivée dans le monde.
Des sons de louange jubilatoire à son égard.

Et nous aussi, qui portons ton saint,


Le sang versé a fait l'objet d'une rançon,
Le jour de votre naissance
Proposons un nouvel hymne.

Créateur d'étoiles tout-puissant, toi,


La lumière éternelle des croyants,
Jésus, Sauveur du monde,
Entendez notre humble prière.

Qui vous a vu sombrer dans le chagrin


Du l'humanité dans la gueule de la mort,
Et, pour guérir le monde fatigué,
Vous étiez l'élixir-donneur des pénitents:

Le soir approchant, le moment est venu,


Puis, comme si elle venait de la chambre nuptiale.
Le marié, du plus digne
Le ventre de la Mère-Vierge.

Devant les puissants


Inclinez tous les genoux vers le sol;
Qu'il soit céleste, qu'il soit terrestre,
Il est obéissant à ses ordres.

Le soleil suit le coucher,


La lune garde sa pâle lueur,
La lueur se reflète dans les étoiles,
Qui suivent leur cheminement prescrit.

Nous vous le demandons donc, Seigneur,


Vous êtes le futur entonnoir du monde,
Protégez-nous pour l'instant
Devant la flèche de l'ennemi perfide.

Créateur d'étoiles tout-puissant, toi,


La lumière éternelle des croyants,
Jésus, Sauveur du monde,
Entendez notre humble prière.
Ce n'est pas par la ruse et la tromperie de Satan
Vous allez gâcher le monde, vous serez
Par pur amour la jalousie,
Le médecin de la création gravement malade.

Que vous êtes coupable de péchés contre l'humanité


A la croix, vous allez
Des seins sacrés d'une Vierge
Impeccable en tant que victime.

Devant lui, la gloire de la grande violence


Et le son des noms résonne avant tout,
Si la chorale des anges et l'équipe du diable tombent,
Tremblements de terreur dans les genoux.

Alors nous prions, le jour du jugement dernier


Que le Tout-Puissant vous juge:
Avec ton bouclier de grâce céleste
Défendez-nous contre l'ennemi.

Hérode cruel, que craignez-vous


Que le Roi vient?
Il n'arrache pas les royaumes de la terre,
Le ciel pardonne.

Les sages sont partis, en suivant la


Précédant l'étoile qu'ils avaient vue:
La lumière qu'ils recherchent avec l'aide de la lumière:
Ils confessent Dieu par des dons.

L'agneau céleste a reçu


Le bain de la marée pure,
Et en la nettoyant, on a supprimé la
Des péchés qu'elle n'a pas supportés en elle-même.

Un nouvel effet de sa toute-puissance:


Les eaux de la cruche rougissent,
Et la vague change son état d'origine
Sur commande de verser comme du vin.

Enseigné par une mystérieuse coutume,


Observons ce jeûne,
Qui se déroule dans la célèbre
Cycle de quatre fois dix jours.

Tout d'abord, la loi a ordonné


Et les prophètes, sur elle
Le Christ le confirme solennellement:
Il est le Roi et le Créateur de tous les temps.

C'est pourquoi nous voulons pratiquer l'abstinence


En mots, en nourriture et en boisson,
Dans le sommeil et la plaisanterie; plus en colère
Mais restons sur nos gardes.

Évitons les péchés,


Qui pénètrent facilement dans les âmes qui flottent,
Et ne vous admettons pas
La tyrannie de l'ennemi rusé.

Apaisons les sanctions


De la justice, nous pleurons devant le juge;
On pleure devant le juge
Et proclament humblement tout:

Par nos péchés, nous avons,


Ô Dieu, offensé par ta bonté,
Pardonnons du ciel,
Ô donneur de péchés.

N'oubliez pas que nous sommes votre,


Bien que les créatures de la fragilité, et donner
L'honneur de ton nom, nous te prions,
Pas à l'autre.

Pardonner le mal que nous avons fait


Ajouter au bien que nous avons
Afin que nous puissions enfin vous satisfaire
Dans le stand sont là et tout le temps.

Donne, ô Trinité bénie,


Prêter, o Unité simple,
Que les cadeaux du jeûne
Que la vôtre sera fructueuse.

Déjà, le Christ balançait aux étoiles,


Il est retourné à sa sortie,
Envoyer l'un par la gentillesse paternelle
Prêcher le Saint-Esprit.

Le jour solennel s'est levé,


Puisque celui du cercle mystique des sept
La balle a roulé sept fois,
Faire en sorte que le temps de la bénédiction se manifeste.

Là, vers la troisième heure, sonné


Le globe s'ouvre soudainement devant tout le monde
Et a prêché à la prière
Des apôtres de la puissance de Dieu.

D'après les lampes du Père comme origine


L'ornière brillante et noble,
Que le cœur de chaque chrétien
Remplie du courant de feu du mot.

L'âme inondée exulte,


Soufflé par le Saint-Esprit;
Dans les langues, ils parlent souvent
Des grands effets de Dieu.

Par tout le monde,


Barbares, Romains, Grecs,
Et regardé par tout le monde,
Il est rempli de toutes les langues.

Le peuple juif, toujours sans foi,


Excellent travail avec le mauvais esprit,
Disparaît et calomnie les élèves du Christ
Comme un jeune buveur de vin.

Avec des merveilles et des vertus


Pierre enseigne contre eux:
Les négationnistes font semblant d'être dans le faux;
Ce Joël doit être son témoin.

Ô soleil du salut,
Jésus, brille dans l'âme,
La nuit est passée et plus accueillant
Au-dessus du globe, le jour se lève à nouveau.

Le temps de grâce que vous accordez,


Donner aussi que dans les ruisseaux de larmes
Du cœur pour laver les victimes,
Qui aime allumer l'amour.

De la même source que le mal


Les larmes seront éternelles
Coulent quand le bâton de contrition
A brisé le froid du cœur.

Le jour arrive, votre jour,


Où tout s'épanouit à nouveau;
Nous aussi aimerions nous réjouir alors,
Ssur le chemin tracé par votre main droite.

Puisses-tu, ô Sainte Trinité,


L'humilité pour vénérer l'ordre mondial,
Et nous, remodelés par votre grâce,
Veulent vous chanter une nouvelle chanson.

L‘éloge, la langue, le secret


Ce corps glorieux
Et le sang inestimable,
Qui, dédié au salut du monde,
Jésus-Christ a versé,
Seigneur des nations de tous les temps.

Donné à nous, né à nous


De la Vierge, chaste et pure,
Il a marché sur la terre,
Pour semer les graines de la vérité,
Et à la fin de sa vie
Il utilise ce secret.

Au dernier repas de la nuit,


Il s'est assis parmi les disciples,
Quand, selon les termes de la loi,
L'agneau était maintenant apprécié,
A donné de sa propre main à son
Il s'offre à la nourriture.

Et le Verbe, fait chair,


Crée par la parole à partir du pain et du vin
De la chair et du sang pour le sacrifice,
Cela n'a pas de sens non plus.
C'est suffisant pour le cœur pur,
Ce qu'on lui dit par la foi seule.

Alors, adorons profondément


Un grand sacrement;
Ce pacte sera éternel,
Et l'ancien a une fin,
Que notre foi nous enseigne
Ce que l'œil ne peut pas voir.

Auteur du salut de l'humanité,


Ô Jésus, béatitude du cœur,
Créateur du monde racheté
Et la pure lumière des amoureux.

Par quelle bonté vous êtes-vous permis


Pour supporter nos péchés,
Innocent de porter le chapeau,
Pour nous libérer de la mort.
Vous allez aux enfers,
Vous enlevez les chaînes de ceux qui sont attachés,
En tant que vainqueur dans de glorieuses processions triomphales
Vous êtes assis à la droite du Père.

Que la bonté vous émeuve,


Pour guérir nos dommages
Et en face de nous
Avec la lumière béate.

Vous guidez et dirigez vers les corps célestes,


Etre l'objectif de nos cœurs,
La joie dans les larmes,
Le doux salaire de la vie.

Je vous salue, fleurs de martyrs,


Que les persécuteurs du Christ
Démoli au seuil de la vie
Alors que la tempête déploie les roses qui s'épanouissent.

Comme premier sacrifice au Christ,


Comme un jeune troupeau de sacrifiés,
Vous jouez avec des palmiers et des couronnes
Dans l'innocence juste sous l'autel.

Reviens sur terre, Esprit tout-générateur,


Prenez l'appartement dans votre poitrine,
Réalisation avec grace céleste
Les âmes que vous avez créées.

Plus réconfortant, on vous appelle,


Un cadeau du Dieu Très-Haut,
Printemps vivant, amour, braises
Et l'huile d'onction sacrée de l'esprit humain.

Vous êtes un septuple propitiatoire,


Doigt de la main droite de Dieu,
Du vœu festif du Père,
A la bouche, le donneur de parole.

Allumez le pouvoir de la pensée à la lumière,


Des ventricules pour l'amour;
Ce qui était faible et fragile était flétri dans notre corps,
Redonner de la fermeté à la vertu.

Chasser l'ennemi,
Faites une longue alliance avec la paix;
Si tu veux nous montrer le chemin,
Évitons tout mal.

Par votre intermédiaire, laissez-nous voir le Père,


Reconnaissons également le Fils,
Et vous, en tant que ces deux fantômes,
Enseignez-nous la foi dans le temps.

La parole céleste est apparue,


Sans abandonner les droits du Père,
À son travail, il est sorti
Et est arrivé au soir de sa vie.

Quand un étudiant lui a dit de dire à ses ennemis


Devait être livré à la mort,
Il s'est donné en premier lieu à ses disciples
Pour l'alimentation de la vie.

Sous deux formes, il leur a donné


Sa chair et son sang, à l'homme,
Qui se compose de deux éléments
Est de manger entier.

Par sa naissance, il s'est donné à nous


À un camarade, où les repas
Pour la nourriture, par sa mort pour la rançon,
En tant que dirigeant, il se donne comme récompense.

O agneau sacrificiel qui apporte la rédemption,


Qui ouvre les portes du ciel,
Nous poussent à des tentations hostiles,
Puis donner de la force, apporter de l'aide.

Les drapeaux du roi flottent,


Le mystère de la croix s'éclaire,
Depuis le Créateur de la chair
A été crucifié dans la chair.

Le corps percé de clous,


Mains et pieds tendus,
A été sacrifié pour le salut
A massacré la victime ici.

Qui a d'ailleurs été blessé


Par la pointe grisâtre de la lance;
Pour nous laver de toute offense,
L'eau et le sang ont coulé.

A rempli ce que David


Chanté dans une chanson crédible,
En prêchant au peuple:
Que des bois, Dieu règne.

Ô splendide et excellent arbre,


Orné de la pourpre du roi,
Choisis, de qualité
Pour toucher ces membres sacrés.

Heureux celui sur les branches duquel


Le prix de la rançon du monde est suspendu;
Il est devenu la balance du corps,
Et il a arraché le butin de l'enfer.

L'odeur de vous vient de votre écorce,


Vous dépassez le goût du nectar,
Ravi de porter ses fruits,
Vous applaudissez ce noble triomphe.

Grêle, autel, grêle, sacrifice,


De la gloire de la souffrance,
Dans laquelle la vie a enduré la mort
Et, par la mort, a repris vie.

Je te salue, ô Croix, seul espoir,


En ces temps de souffrance
Accroître la grâce des pieux
Et les pécheurs effacent leurs fautes.

Écoutez, une voix brillante retentit,


Pénètre clairement la nuit noire
Sa douce illusion de rêve,
Le Christ brille au firmament.

Chassez la lourdeur du sommeil, esprit


Couvert de la poussière et des malheurs du péché;
La nouvelle étoile brille déjà,
Il réduit toutes les dettes.

Du ciel, l'Agneau est envoyé,


Pour effacer toute iniquité,
Demandez pardon au club,
Avec des larmes chaudes, des cris forts.

Quand il était une fois, vous brillez,


Le monde est effrayé,
Alors, ne soyez pas un juge sévère,
Soyez donc aimant notre parapluie et notre abri.

*
Guide éternel des corps célestes,
Qui prendra tout ce qui existe avec une grande
Pouvoir et avec la même
D'une grande attention.

Soutenez la multitude des coupables,


Qui vous supplient,
Et à la lumière de l'aube
Donner une nouvelle lumière à nos cœurs.

Et ton ange qui est choisi


Pour notre protection,
Qu'il soit là pour nous aider
Préserver de la contagion du péché.

Que la ruse du dragon envieux,


Il sera inoffensif pour nous,
Afin que la toile de la tromperie
N'embrassez pas les cœurs négligents.

La peur des ennemis qu'il effraie


Loin de nos terres,
Il veille à la paix des habitants
Et de prévenir toute maladie.

La cité céleste Jérusalem, bénie,


Voyez la paix que vous voyez en vivant
Des pierres empilées dans les étoiles
De se lever et, comme une fiancée,
De mille fois mille anges
Entouré par vous.

O à de nombreuses mariées heureuses,


Doté de la gloire de la Père,
Comblé de la grâce de la fiancée,
La plus belle des reines,
Unis au Christ le Prince,
La brillante cité céleste.

Les portes d'ici brillent de leurs pierres précieuses


Et sont ouverts à tous,
Car le chemin de la vertu est ici le mortels:
Toute personne qui a été
Imprégné de l'amour du Christ,
Qui endurent la souffrance.

A travers les coups du puissant ciseau


Et par les nombreux coups
De la marteau de maître lissé,
Les pierres forment cette structure
Et convenablement assemblés
Ils sont mis en place pour former
Une splendide œuvre d'art.

Du haut siège céleste est venu


Le Fils du Père suprême,
En tant que la pierre coupée de la montagne
Et il a fait tomber la terre
Le lien entre l'habitation céleste et terrestre.

Mais ce siège du ciel résonne


Sans cesse réitéré par des hymnes de louange
Et loue en chantant constamment celui
Et Dieu à trois personnes; pour lui être proche
Nous chantons les uns pour les autres,
En nous efforçant après la Sainte Sion.

Ces églises, ô Roi de Père céleste,


Remplis de ton bonne lumière;
O venez ici nos demandes et accepter les prières
Du peuple et laisser nos cœurs
S'écoulent avec la grâce du ciel.

Voici les paroles des fidèles


Et les supplications des mendiants
De la maison bénie
Et peut se réjouir de la réception
Cadeaux jusqu'à, rachetés du corps
Dans des résidences de rêve.

O Jésus, couronne de vierges,


Que cette Mère reçoit,
Qui a accouché seule comme une Vierge,
Recevoir nos pétitions avec bienveillance.

Toi qui marche parmi les lys,


Entouré par les chœurs de vierges,
Comme le marié couronné de gloire,
Récompense donnée aux mariées.

Partout où vous allez, les mariées vous suivent,


Vierges, et avec des chants de louange
Ils marchent après vous en chantant
Et laisser résonner de doux hymnes.

Nous vous en prions,


Que vous donnez à notre âme,
Ne rien savoir du tout
Des blessures de l'impureté.
*

A la demande de la mère gracieuse


Le résultat est une progéniture multipliée par sept,
Qui, par leur réputation,
La colline de Senarium s'est élevée.

Quels sont les fruits que la terre va produire,


Au fur et à mesure que la progéniture sacrée se développe,
C'est ce qu'enseigne la vigne,
Soudainement chargé de raisins pleins.

Ceux qui se distinguent par de nobles vertus


Une mort sainte consacre le ciel,
Et les fidèles serviteurs de la Vierge accueillent
Posséder les habitations du royaume des cieux.

Béni sois-tu, toi qui fais le royaume des cieux


Regardez ceux que vous avez acquis
Partir d'ici, entourés par l'illusion
Qui laisse des ennemis derrière lui.

Nous demandons donc


Aux blessures de la mère miséricordieuse:
Chasser l'obscurité de l'esprit,
Supprime les pulsions du cœur.

Toi, Sainte Trinité,


Nous pénétrer avec une puissance sacrée,
Afin que nous puissions suivre avec plaisir l'exemple
Pour suivre les traces des pères.

O plus heureux grâce à la famille,


Hospitalière, sublime résidence de Nazareth,
Qui a posé les fondements divins de l'église
Et soigné.

Le soleil, avec sa lumière dorée


Se précipite à travers les terres en contrebas,
N'a rien vu à travers les siècles
Plus agréable, pas plus sacré que cette maison.

A celui-ci volent en grand nombre


Ensemble les messagers de la cour céleste
Voir ce sanctuaire de la vertu,
Les regarder, les vénérer.

Avec quelle volonté


Jésus travaille dur pour réaliser les souhaits du Père!
Avec quelle joie la Vierge cherche-t-elle
Pour remplir les devoirs maternels.

Aimer et se soucier des autres, Joseph


À la femme,
Avec mille fils embrasse à la fois
La fontaine de la vertu gracieusement.

S'unir dans l'amour mutuel


Ils sont amoureux de Jésus,
Jésus donne des récompenses aux deux
D'amour mutuel.

Que nous aussi


L'amour s'unit dans l'union éternelle,
Qu'elle nourrisse notre paix intérieure
Et soulager les soucis de la vie.

O lumière béate des habitants du ciel


Et le plus grand espoir des mortels,
O Jésus, à qui à la naissance
L'amour parental a souri

À Marie, riche en grâce,


O vous seul pouvez donner Jésus
À votre sein sacré
En l'embrassant avec le lait.

Et vous des vieux pères


Protecteur choisi de la vierge,
Celui qui porte le joli nom de père
Le Fils de Dieu appelle.

Tous deux issus de la racine sublime de Jesse


Pour le salut des nations,
Entendez-nous, qui nous prions
Debout devant vos autels.

Comme le soleil se couche,


Enlève la luminosité des choses,
Nous avons volé jusqu'ici pour remonter des profondeurs
Du cœur pour présenter nos appels.

La grâce à chaque vertu avec laquelle votre


L'appartement était meublé,
Peut-elle aussi s'exprimer
Dans notre vie domestique.

*
Vous tous qui cherchez le christianisme,
Levez les yeux en l'air
Il est accordé d'y regarder
Le signe de la gloire éternelle.

Nous voyons quelque chose qui brille,


Qui ne peut jamais se terminer,
Élevé, sublime, illimité,
Plus vieux que le ciel et le chaos.

C'est ce roi des païens


Et le roi du peuple juif,
A promis au père Abraham
Et sa semence pour l'éternité.

En présence des prophètes,


Qui étaient aussi ses prédicateurs,
Commande le testateur et le père,
Pour l'écouter et y croire.

Déjà les temples de la lumière brillent


Illuminé, l'autel est déjà entouré de couronnes,
L'encens dégage des vapeurs et des odeurs
Par pieuse adoration.

Ne pourrait-on pas simplement célébrer la naissance royale


Du fils du Père suprême en chantant glorifier?
Pas la maison de David et de la nom
Célèbre de l'ancienne race?

Mais nous préférons avoir la petite maison


À Nazareth et la vie simple sage;
Mieux, la vie cachée de Jesu
Chanter pour glorifier.

En tant que vagabond, le garçon se dépêche de venir de loin


Les rives du Nil sous la conduite du jeûne de l'ange
De nombreux dangers, mais en toute sécurité
Dans le domicile parental,

Jésus grandit dans la vie secrète d'un jeune


En exerçant le simple métier
Comme Joseph; et il s'offre en tant
Que les camarades de la menuiserie.

La sueur, dit-il, que mes membres


Les humidifier avant qu'ils ne soient mouillés
Par verser du sang; cet effort doit également être durable
Devenir l'expiation de la race humaine.
La mère pieuse se tient à ses côtés le fils,
La femme gracieusement mariée est à la disposition
De son mari, heureux de voir le côté fatigué
Avec un coup de main peut rendre l'effort plus facile.

O, que vous avez connu le labeur et les ennuis,


Qui connaissent leur misère, aident les nécessiteux,
Qui, aux prises avec la situation critique du monde.
Presse.

Prendre au monde la guirlande dans laquelle son bonheur


Scintille de loin en loin, donne une sérénité indulgente
Au monde extérieur: tous ceux qui voient le sommet du ciel
S'efforcer, regarder avec un œil bienveillant.

O pousse de la vierge et la créatrice-mère,


Que la vierge a porté et la vierge est née,
Nous les chantons par une mort glorieuse
A remporté des victoires de vierge.

Car elle est béatement en possession d'un double


Le palmier de la victoire, parce qu'elle a tellement essayé de briser
Pour maintenir les vaisseaux sanguins du corps sous contrôle,
Et a vaincu le tyran sanguinaire.

Elle n'a donc pas reculé devant la mort,


Avant même ce qui est lié à la mort,
Les mille sortes de tourments: elle a versé son sang
Et méritait de monter dans le ciel clair.

Sur son intercession, ô Dieu miséricordieux, prenons


Les péchés méritaient une punition, afin que nous puissions
Vous récompense avec un cœur pur
Une belle chanson pour chanter.

Gloire au Père qui nous aime comme une mère,


Et le Fils, la Sagesse divine,
Et le Saint-Esprit, bel amour,
La seule divinité vierge. Amen.