Vous êtes sur la page 1sur 24

Licence Mathématique, Informatique, Mécanique, Physique

Algèbre linéaire – M22


Exercices

" #
2 1
Mf = 1
1 2
Ke
rf

f
Im

Exo7

L’essentielle des exercices de ce document proviennent du site web exo7.emath.fr

Ce document est publié sous licences Creative Commons CC-BY-NC-SA.

Janvier 2014

Cité Scientifique - Bâtiment M2, Villeneuve d’Ascq 59655 Cédex


+33(0)3 20 43 42 34 | mathematiques.univ-lille1.fr
Systèmes linéaires

Systèmes linéaires
1
Exercice 1 Résoudre les systèmes suivants
  
x + y − z = 0

  x + y + 2z = 5

  3x − y + 2z = a


x− y =0, x−y− z =1, −x + 2y − 3z = b

 
 

 x + 4y + z = 0 x + z=3  x + 2y + z = c

Exercice 2 Résoudre, suivant les valeurs de m :


( (
x + (m + 1)y = m + 2 mx + (m − 1)y = m + 2
(S1 ) , (S2 )
mx + (m + 4)y = 3 (m + 1)x − my = 5m + 3

Exercice 3 En appliquant l’algorithme de Gauss, résoudre le système linéaire


suivant : 
 2x1 + 4x2 − 6x3 − 2x4 = 2


S : 3x1 + 6x2 − 7x3 + 4x4 = 2 .

 5x + 10x − 11x +

6x4 = 3
1 2 3

Exercice 4 Soit f l’application de R4 dans lui-même définie par


f (x, y, z, t) = (x + y + 2z − t, x + 2y − 2z + 3t, 2x + 3y + 2t, x − 2y + 3z + t).
Trouver des conditions sur b = (b1 , b2 , b3 , b4 ) pour que f (v) = b ait une solution
v = (x, y, z, t).
Déterminants

Exercice 5 Calculer les déterminants suivants.



1 3 2 1 1 1 5 −3 13 1 0 0 0 0 1


3
1 3 3 , 3 3 2 , 0 −1 −16 , 0
2 − 12 , 1 0 0


1
1 3
2 1 2 3 1 0 0 2 0 2 2
0 1 0

Pour aller plus loin

Exercice 6 Résoudre le système :



 x3 y 2 z 6

 = 1
4 5 12
x y z = 2

 x2 y 2 z 5

= 3.
lorsque x, y, z sont réels strictement positifs.

Exercice 7 Trouver trois réels α, β, γ tels que pour tout polynôme de degré ≤ 3
on ait :
Z 4
P (x) dx = αP (2) + βP (3) + γP (4).
2

Exercice 8 P2
On fixe A, B, C trois points du plan complexe, B
donnés par leurs affixes zA , zB , zC . Soit P1 , P2 , P3
P3 d’affixes z1 , z2 , z3 : traduire sous forme d’un A
système (d’inconnues z1 , z2 , z3 ) les conditions C

 A = milieu de [P1 P2 ]


B = milieu de [P2 P3 ] P1


 C = milieu de [P P ]
1 3

En déduire qu’on peut construire un unique triangle P1 P2 P3 vérifiant ces


conditions.
Exercice 9 Étudier l’existence de solutions du système :

 ax + by + z = 1


x + aby + z = b


 x + by + az = 1.

Matrices

Produit de matrices
2
Exercice 10 Lorsque c’est possible effectuer le produit de deux matrices
parmi :
 
! ! ! a b c
2 1 1 −1 1 2 0 
 c

b a 
3 2 1 1 3 1 4  
1 1 1

Exercice 11 On considère les trois matrices suivantes :


 
  7 2
2 −3 1 0   !
   −5 2  −1 2 6
A= 5
 4 1 3 
 B=   et C =
 3 1  3 5 7
6 −2 −1 7

6 0

a) Calculer AB puis (AB)C. Calculer BC puis A(BC).

b) Que remarque-t-on ?
Exercice 12On considère les deux matrices suivantes :
   
2 3 −4 1 3 −1 −3 7
   
 5 2 1 0 
  4 0 2 1 
A= , B= 
 3
 1 −6 7 

 2
 3 0 −5 

2 4 0 1 1 6 6 1
a) Calculer AB.
b) Calculer BA.
c) Que remarque-t-on ?
 
Exercice 13 0 a b c
 
2 3 4 5
 0 0 d e 
Calculer M , M , M et M , où M = 
 0
.
 0 0 f 

0 0 0 0

Inverse de matrice

Exercice 14 Calculer (s’il existe) l’inverse des matrices :


 
  0 1 1 1
! 1 2 1 
a b    1 0 1 1
,  1 2 −1 , 
  ,
c d 
 1 1 0 1

−2 −2 −1
1 1 1 0
1 2 3 n
 
1 1
 
0 
 
  0 

 3, 

.

   
 2 0 0 1
 
0 0 1

Exercice 15
Résoudre les systèmes linéaires de l’exercice 1 par inversion de matrices.
Exercice 16
Sans chercher à le résoudre, discuter la nature des solutions du système
suivant, en fonction de α, a, b et c :

 x − y − αz = a


x + 2y + z = b

 x+ y − z =c

 
−1 1 1
  2
Exercice 17 Soit A = 
 1 −1 1 . Calculer A et montrer que
1 1 −1
A = 2I − A. En déduire que A est inversible et calculer A−1 .
2

Pour aller plus loin

Exercice 18
Que peut-on dire d’une matrice A ∈ M3 (R) qui vérifie tr(AAT ) = 0 ?

Exercice 19 [ Effet des arrondis ]


   
1 21 13 1 0.5 0.33
    −1 −1
Soient A =  1 1 1
 2 3 4  et B = 0.5 0.33 . Calculer A et B .
0.25
 
1 1 1
3 4 5 0.33 0.25 0.20
 
Exercice 20 1 0 0
 
a) Trouver les matrices qui commutent avec A = 
 0 1 .
1 
!
a b 3 1 2
b) De même avec A = .
0 a
Espaces vectoriels et
applications linéaires

Espaces vectoriels
3
Exercice 21 Montrer que les ensembles ci-dessous sont des R-espaces vecto-
riels :

a) E0 = {(x, y, z) ∈ R3 | x + 2y − 3z = 0};

b) E1 = f : [0, 1] → R : l’ensemble des fonctions à valeurs réelles définies
sur l’intervalle [0, 1], muni de l’addition f + g des fonctions et de la
multiplication par un nombre réel λ · f .

c) E2 = (un ) : N → R : l’ensemble des suites réelles muni de l’addition
des suites définie par (un ) + (vn ) = (un + vn ) et de la multiplication par
un nombre réel λ · (un ) = (λ × un ).

d) E3 = P ∈ R[X] | deg P ≤ n : l’ensemble des polynômes à coefficients
réels de degré inférieur ou égal à n muni de l’addition P +Q des polynômes
et de la multiplication par un nombre réel λ · P .

Exercice 22 Déterminer si R2 , muni des lois internes et externes suivantes,


est ou n’est pas un R-espace vectoriel :

a) (a, b) + (c, d) = (a + c, b + d); λ(a, b) = (a, λb), λ ∈ R.


b) (a, b) + (c, d) = (a + c, b + d); λ(a, b) = (λ2 a, λ2 b), λ ∈ R.
c) (a, b) + (c, d) = (c, d); λ(a, b) = (λa, λb), λ ∈ R.
Pour aller plus loin

Exercice 23 Soit R∗+ muni de la loi interne ⊕ définie par a⊕b = ab, ∀a, b ∈ R∗+
et de la loi externe ⊗ telle que λ ⊗ a = aλ , ∀a ∈ R∗+ , ∀λ ∈ R. Montrer que
E = (R∗+ , ⊕, ⊗) est un R-espace vectoriel.

Sous-espaces vectoriels

Exercice 24 Déterminer lesquels des ensembles sont des sous-espaces vecto-


riels :
a) {(x, y, z) ∈ R3 | x + 2y = 0} ; h) {(x, y, z, t) ∈ R4 | y = 0, x = z};
b) {(x, y, z) ∈ R3 | xy = 0} ; i) {(x, y, z) ∈ R3 | x = 2} ;
c) {(x, y, z) ∈ R3 | x2 − z 2 = 0} ;
j) {(x, y) ∈ R2 | x2 + xy ≥ 0};
d) {(x, y, z) ∈ R3 | x − y − 2z =
k) {(x, y) ∈ R2 | x2 + xy + y 2 ≥ 0} ;
x + y + 2z = 0} ;
l) {f ∈ C(R, R) | f (1) = 0};
e) {(a + b, a − 2b) | a, b ∈ R} ;
f) {(x, y, z) ∈ R3 | ex ey = 0} ; m) {f ∈ C(R, R) | f ( 12 ) = 1} ;

g) {(x, y, z) ∈ R3 | z(x2 + y 2 ) = 0} ; n) {f ∈ C(R, R) | f est croissante}.

Exercice 25 On munit Rn des lois produit usuelles. Parmi les sous-ensembles


suivants de Rn , lesquels sont des sous-espaces vectoriels ?
n
a) {(x1 , ..., xn ) ∈ Rn | x1 = 0} d) {(x1 , ..., xn ) ∈ Rn |
P
xi = 0}
n i=1
b) {(x1 , ..., xn ) ∈ R | x1 = 1}
c) {(x1 , ..., xn ) ∈ Rn | x1 = x2 } e) {(x1 , ..., xn ) ∈ Rn | x1 .x2 = 0}
Pour aller plus loin

Exercice 26 Dire si les objets suivants sont des espaces vectoriels :


a) L’ensemble des fonctions réelles sur [0, 1], continues, positives ou nulles,
pour l’addition et le produit par un réel.
b) L’ensemble des fonctions réelles sur R vérifiant limx→+∞ f (x) = 0.
c) L’ensemble des fonctions impaires sur R.
d) L’ensemble des fonctions sur R qui sont nulle en 1 ou nulle en 4.
e) L’ensemble des nombres complexes d’argument π/4 + kπ, (k ∈ Z).
f) L’ensemble des points (x, y) de R2 , vérifiant sin(x + y) = 0.
g) L’ensemble des vecteurs (x, y, z) de R3 orthogonaux au vecteur (−1, 3, −2).
h) L’ensemble des polynômes ne comportant pas de terme de degré 7.
L’ensemble des polynômes de degré exactement n.

Exercice 27
VRAI ou FAUX ?

a) L’ensemble {0} est un espace vectoriel réel.


b) L’ensemble {0, 1} est un espace vectoriel réel.
c) Tout sous-espace vectoriel autre que {0} possède un sous-espace strict.
d) L’intersection de deux sous-espaces vectoriels (d’un même espace plus
grand) est un espace vectoriel.
e) La réunion de deux sous-espaces vectoriels est un espace vectoriel.
f) La somme de deux sous-espaces vectoriels est un espace vectoriel.
g) Le produit cartésien E × F de deux espaces vectoriels est un espace
vectoriel.
Applications linéaires

Exercice 28 Déterminer si les applications fi suivantes sont linéaires :


f 1 : R2 → R2 , f1 (x, y) = (2x + y, x − y)
3 3
f2 : R → R , f2 (x, y, z) = (xy, x, y)
f 3 : R3 → R3 , f3 (x, y, z) = (2x + y + z, y − z, x + y)
f 4 : R2 → R4 , f4 (x, y) = (y, 0, x − 7y, x + y)
3

f5 : R3 [X] → R , f5 (P ) = P (−1), P (0), P (1)

Pour aller plus loin

Exercice 29 Dire si les applications suivantes sont des applications linéaires :

−−→ →−
a) R → R : x 7→ 4x − 3 i) R3 → R : M 7→ OM · V ,
√ →

b) R → R : x 7→ x2 où V = (4, −1, 1/2)
C([0, 1], R) → C([0, 1], R) :
c) j) R2 → R2 : (x, y) 7→ la solu-
f (t)
f 7→ {t 7→ 1+t2 } tion du système d’équations en
d) C([0, 1], R) → R : f 7→ f (3/4)
p (u, v) :
e) R2 → R : (x, y) 7→ 3x2 + 5y 2 (
3u − v = x
f) R2 → R : (x, y) 7→ xy
6u + 2v = y.
2
g) R
( → R : (x, y) 7→
y
x+y si x + y 6= 0 k) R[X] → Rn [X] : A 7→ quotient
0 sinon de A par B, où B est polynôme
3

h) R → R : x 7→ (2x, x/π, x 2) fixe de degrée n + 1
Image et noyau

Exercice 30 Soit E un espace vectoriel de dimension 3, {e1 , e2 , e3 } une base


de E, et t un paramètre réel. Démontrer que la donnée de
{φ(e1 ) = e1 + e2 , φ(e2 ) = e1 − e2 , φ(e3 ) = e1 + te3 }
définit une application linéaire φ de E dans E. Écrire le transformé du vecteur
x = α1 e1 +α2 e2 +α3 e3 . Comment choisir t pour que φ soit injective ? surjective ?

Exercice 31 Soit f la fonction de R4 dans R4 définie par :


f (x, y, z, t) = (x + y + z + t, x + y + z + t, x + y + z + t, 2x + 2y + 2z + 2t) .
a) Montrer que f est linéaire.
b) Vérifier que les vecteurs ~a = (1, −1, 0, 0), ~b = (0, 1, −1, 0) et ~c = (0, 0, 1, −1)
appartiennent à Ker f .
c) Vérifier que le vecteur d~ = (5, 5, 5, 10) appartient à Imf .

Exercice 32 Pour les applications linéaires suivantes, déterminer Ker fi et


Im fi . En déduire si fi est injective, surjective, bijective.
f 1 : R2 → R2 , f1 (x, y) = (2x + y, x − y)
3 3
f2 : R → R , f2 (x, y, z) = (2x + y + z, y − z, x + y)
f 3 : R2 → R4 , f3 (x, y) = (y, 0, x − 7y, x + y)
3

f4 : R3 [X] → R , f4 (P ) = P (−1), P (0), P (1)

Exercice 33 Donner des exemples d’applications linéaires de R2 dans R2


vérifiant :
a) Ker(f ) = Im(f ).
b) Ker(f ) inclus strictement dans Im(f ).
c) Im(f ) inclus strictement dans Ker(f ).

Exercice 34 Soient f : E → F et g : F → G deux applications linéaires.


Montrer que Ker(f ) ⊂ Ker(g ◦ f ) et Im(g ◦ f ) ⊂ Im(f ).
Exercice 35 Soient f et g deux endomorphismes de E tels que f ◦ g = g ◦ f .
Montrer que Ker f et Im f sont stables par g.

Pour aller plus loin

Exercice 36 Soit f ∈ L(E) telle que f 3 = f 2 + f .


Montrer que E = Ker(f ) ⊕ Im(f ) (on remarquera que f ◦ (f 2 − f − Id) = 0).

Exercice 37 Soit f ∈ L(E) où E est un K−espace vectoriel. On suppose que


∀x ∈ E ∃λ ∈ K f (x) = λx. Montrer que ∃µ ∈ K f = µ Id.

Dimension finie

Familles libres
4
Exercice 38 Les familles suivantes sont-elles libres ?
a) v1 = (1, 0, 1), v2 = (0, 2, 2), v3 = (3, 7, 1) dans R3 .
b) v1 = (1, 0, 0), v2 = (0, 1, 1), v3 = (1, 1, 1) dans R3 .
c) v1 = (2, 4, 3, −1, −2, 1), v2 = (1, 1, 2, 1, 3, 1), v3 = (0, −1, 0, 3, 6, 2)
dans R6 .
d) v1 = (2, 1, 3, −1, 4, −1), v2 = (−1, 1, −2, 2, −3, 3), v3 = (1, 5, 0, 4, −1, 7)
dans R6 .

Exercice 39 On considère dans Rn une famille libre de 4 vecteurs :


(e1 , e2 , e3 , e4 ). Les familles suivantes sont-elles libres ?
a) (e1 , e3 ) c) (3e1 + e3 , e3 , e2 + e3 )
b) (e1 , 2e1 + e4 , e4 ) d) (2e1 + e2 , e1 − 3e2 , e4 , e2 − e1 )

Exercice 40 On suppose que v1 , v2 , v3 , . . . , vn sont des vecteurs indépendants


n
de R .

a) Les vecteurs v1 − v2 , v2 − v3 , v3 − v4 , . . . , vn − v1 sont-ils linéairement


indépendants ?
b) Les vecteurs v1 + v2 , v2 + v3 , v3 + v4 , . . . , vn + v1 sont-ils linéairement
indépendants ?
c) Les vecteurs v1 , v1 + v2 , v1 + v2 + v3 , v1 + v2 + v3 + v4 , . . . , v1 + v2 + · · · + vn
sont-ils linéairement indépendants ?

Famille génératrice

Exercice 41 Les familles suivantes sont-elles génératrices ?

a) (1, 1), (3, 1) dans R2 .


b) (1, 0, 2), (1, 2, 1) dans R3 .

Exercice 42 Soient les vecteurs v1 = (1, 2, 3, 4), v2 = (1, −2, 3, −4) de R4 .


Peut-on déterminer x et y pour que (x, 1, y, 1) ∈ Vect{v1 , v2 } ? pour que
(x, 1, 1, y) ∈ Vect{v1 , v2 } ?

Exercice 43 Prouver que dans R3 , les vecteurs u1 = (2, 3, −1) et u2 =


(1, −1, −2) engendrent le même sous-espace vectoriel que les vecteurs v1 =
(3, 7, 0) et v2 = (5, 0, −7).
Base

Exercice 44
a) Montrer que les vecteurs v1 = (0, 1, 1), v2 = (1, 0, 1) et v3 = (1, 1, 0)
forment une base de R3 . Trouver les composantes du vecteur w = (1, 1, 1)
dans cette base (v1 , v2 , v3 ).
b) Montrer que les vecteurs v1 = (1, 1, 1), v2 = (−1, 1, 0) et v3 = (1, 0, −1)
forment une base de R3 . Trouver les composantes du vecteur e1 = (1, 0, 0),
e2 = (0, 1, 0), e3 = (0, 0, 1) et w = (1, 2, −3) dans cette base (v1 , v2 , v3 ).
c) Dans R3 , donner un exemple de famille libre qui n’est pas génératrice.
d) Dans R3 , donner un exemple de famille génératrice qui n’est pas libre.

Exercice 45 Dans R3 , les vecteurs suivants forment-ils une base ? Sinon


décrire le sous-espace qu’ils engendrent.
a) v1 = (1, 1, 1), v2 = (3, 0, −1), v3 = (−1, 1, −1).
b) v1 = (1, 2, 3), v2 = (3, 0, −1), v3 = (1, 8, 13).
c) v1 = (1, 2, −3), v2 = (1, 0, −1), v3 = (1, 10, −11).

Exercice 46 Montrer que dans R3 , les trois vecteurs ~a = (1, 0, 1), ~b =


(−1, −1, 2) et ~c = (−2, 1, −2) forment une base, et calculer les coordonnées dans
cette base d’un vecteur ~x = (x, y, z).

Exercice 47 Soient v~1 (1, 2, 3, 4), v~2 (2, 2, 2, 6), v~3 (0, 2, 4, 4), v~4 (1, 0, −1, 2),
v~5 (2, 3, 0, 1) des vecteurs dans R4 . Soient F = Vect{v~1 , v~2 , v~3 } et G =
Vect{v~4 , v~5 }. Déterminer une base des sous-espaces F ∩ G, F, G et F + G.

Exercice 48 Déterminer une base de P = (x, y, z) ∈ R3 | x + y + z = 0 .

Exercice 49 Déterminer une base de


D = (x, y, z) ∈ R3 | x + y = 0, x − y + z = 0 .

Pour aller plus loin

Exercice 50 On considère dans R3 , P = Vect {(1, 1, 1), (1, 1, −1)} et D =


Vect {(0, 1, −1)}. Montrer que R3 = P ⊕ D.

Exercice 51 Dans l’espace R5 [X] des polynômes de degré ≤ 5, on définit les


sous-ensembles :
E1 = {P ∈ R5 [X] | P (0) = 0}
E2 = {P ∈ R5 [X] | P 0 (1) = 0}
E3 = {P ∈ R5 [X] | x2 + 1 divise P }
E4 = {P ∈ R5 [X] | x 7→ P (x) est une fonction paire}
E5 = {P ∈ R5 [X] | ∀x, P (x) = xP 0 (x)}
a) Déterminer des bases des sous-espaces vectoriels E1 , E2 , E3 , E4 , E5 ,
E1 ∩ E2 , E1 ∩ E3 , E1 ∩ E2 ∩ E3 , E1 ∩ E2 ∩ E3 ∩ E4 .
b) Déterminer dans R5 [X] des sous-espaces supplémentaires de E4 et de
E1 ∩ E3 .

Dimension

Exercice 52
a) Décrire les sous-espaces vectoriels de R ; puis de R2 et R3 .
b) Dans R3 donner un exemple de deux sous-espaces dont l’union n’est pas
un sous-espace vectoriel.

Exercice 53 Par des considérations géométriques répondez aux questions


suivantes :
a) Deux droites vectorielles de R3 sont-elles supplémentaires ?
b) Deux plans vectoriels de R3 sont-ils supplémentaires ?
c) A quelle condition un plan vectoriel et une droite vectorielle de R3 sont-ils
supplémentaires ?
Exercice 54
Compléter la famille {(1, −3, 2, 0), (0, 1, −2, 1)} en une base de R4 .

Exercice 55 On considère, dans R4 , les vecteurs : v1 = (1, 2, 3, 4),


v2 = (1, 1, 1, 3), v3 = (2, 1, 1, 1), v4 = (−1, 0, −1, 2), v5 = (2, 3, 0, 1).
Soit F l’espace vectoriel engendré par {v1 , v2 , v3 } et soit G celui engendré
par {v4 , v5 }. Calculer les dimensions respectives de F , G, F ∩ G, F + G.

Exercice 56 Soient v1 = (0, 1, −2, 1), v2 = (1, 0, 2, −1), v3 = (3, 2, 2, −1),


v4 = (0, 0, 1, 0) et v5 = (0, 0, 0, 1) des vecteurs de R4 . Les propositions suivantes
sont-elles vraies ou fausses ? Justifier votre réponse.

a) Vect{v1 , v2 , v3 } = Vect{(1, 1, 0, 0), (−1, 1, −4, 2)}.


b) (1, 1, 0, 0) ∈ Vect{v1 , v2 } ∩ Vect{v2 , v3 , v4 }.
c) dim(Vect{v1 , v2 } ∩ Vect{v2 , v3 , v4 }) = 1 (c’est-à-dire c’est une droite vec-
torielle).
d) Vect{v1 , v2 } + Vect{v2 , v3 , v4 } = R4 .
e) Vect{v4 , v5 } est un sous-espace vectoriel supplémentaire de Vect{v1 , v2 , v3 }
dans R4 .

Pour aller plus loin



Exercice 57 Soient E = (x, y, z, t) ∈ R4 | x + y + z + t = 0 et

F = (x, y, z, t) ∈ R4 | x + y = z + t .
Déterminer dim E, dim F, dim(E + F ), dim(E ∩ F ).

Exercice 58 Soit E un espace vectoriel de dimension 3 et f ∈ L(E) telle que


f 2 6= 0 et f 3 = 0. Soit x0 ∈ E tel que f 2 (x0 ) 6= 0.

a) Montrer que (x0 , f (x0 ), f 2 (x0 )) est une base.


b) Montrer que l’ensemble des endomorphismes qui commutent avec f est
un sous-espace vectoriel de L(E) de base (id, f, f 2 ).
Exercice 59 Soient u = (1, 1, ..., 1) et F = Vect(u) puis G = {(x1 , ..., xn ) ∈
R | x1 + ... + xn = 0}. Montrer que G est un sous-espace vectoriel de Rn et
n

que Rn = F ⊕ G.

Matrices et
applications linéaires

Rang d’une famille de vecteurs


5
Rang d’une matrice

Exercice 60 Déterminer suivant la valeur de x ∈ R le rang de la famille de


vecteurs e1 = (1, x, −1), e2 = (x, 1, x), e3 = (−1, x, 1).

Exercice 61 Soit E le sous ensemble de M3 (R) défini par


 
n a 0 c o
 
E = M (a, b, c) =  0 b 0  a, b, c ∈ R .
 
c 0 a
a) Montrer que E est un sous-espace vectoriel de M3 (R) stable pour la
multiplication des matrices. Calculer dim (E).
b) Soit M (a, b, c) un élément de E. Déterminer, suivant les valeurs des
paramètres a, b et c ∈ R son rang. Calculer (lorsque cela est possible)
l’inverse M (a, b, c)−1 de M (a, b, c).
c) Donner une base de E formée de matrices inversibles et une autre formée
de matrices de rang 1.
Pour aller plus loin

Exercice 62  
1 1
1 2 3

Discuter suivant les valeurs de λ ∈ R le rang de la matrice  1 1 1 .
2 3 4
1 1
3 4 λ

Théorème du rang

Exercice 63 Soit E un espace vectoriel et soient E1 et E2 deux sous-espaces


vectoriels de dimension finie de E, on définit l’application f : E1 × E2 → E par
f (x1 , x2 ) = x1 + x2 .
a) Montrer que f est linéaire.
b) Déterminer le noyau et l’image de f .
c) Que donne le théorème du rang ?

Exercice 64
a) Soit f une application linéaire surjective de R4 dans R2 . Quelle est la
dimension du noyau de f ?
b) Soit g une application injective de R26 dans R100 . Quelle est la dimension
de l’image de g ?
c) Existe-t-il une application linéaire bijective entre R50 et R72 ?

Exercice 65 Calculer une base de l’image et une base du noyau de l’application


linéaire
(
R3 −→ R5
f :
(x, y, z) 7−→ (x + y, x + y + z, 2x + y + z, 2x + 2y + z, y + z)
Quel est le rang de f ?
Pour aller plus loin

Exercice 66

a) Vérifier qu’il existe une unique application linéaire de R3 dans R2 vérifiant


f ((1, 0, 0)) = (1, 1) puis f ((0, 1, 0)) = (0, 1) et f ((0, 0, 1)) = (−1, 1).
Calculer f ((3, −1, 4)) et f ((x, y, z)) en général.

b) Déterminer Kerf . En fournir une base. Donner un supplémentaire de


Kerf dans R3 et vérifier qu’il est isomorphe à Imf .

Exercice 67 Soit E = R[X] le R-espace vectoriel des polynômes à coefficients


réels.
(
E → E
a) Soit f : .
P 7→ P 0

(i) L’application f est-elle linéaire, injective, surjective ?

(ii) Fournir un supplémentaire de Kerf .


(
E → E
b) Les mêmes questions pour g : Rx .
P 7→ 0 P (t) dt

Exercice 68 Soit g : R → R une fonction, et des réels a0 < a1 < · · · < an .


Montrer qu’il existe un unique polynôme P (appelé polynôme interpolateur de
Lagrange) de degré inférieur ou égal à n tel que
∀i = 0, . . . , n, P (ai ) = g(ai )
Matrice d’une application linéaire

Exercice 69 Soient trois vecteurs e1 , e2 , e3 formant une base de R3 . On note φ


l’application linéaire définie par φ(e1 ) = e3 , φ(e2 ) = −e1 + e2 + e3 et φ(e3 ) = e3 .

a) Écrire la matrice A de φ dans la base (e1 , e2 , e3 ). Déterminer le noyau de


cette application.
b) On pose f1 = e1 − e3 , f2 = e1 − e2 , f3 = −e1 + e2 + e3 . Calculer e1 , e2 , e3
en fonction de f1 , f2 , f3 . Les vecteurs f1 , f2 , f3 forment-ils une base de R3
?
c) Calculer φ(f1 ), φ(f2 ), φ(f3 ) en fonction de f1 , f2 , f3 . Écrire la matrice B
de φ dans la base (f1 , f2 , f3 ) et trouver la nature de l’application φ.
 
1 1 −1
 
d) On pose P =  0 −1 . Vérifier que P est inversible et calculer
1 
−1 0 1
−1
P . Quelle relation lie A, B, P et P −1 ?

Exercice 70 Soit h l’homomorphisme de R3 dans R2 défini par ! rapport à


2 −1 1
deux bases (e1 , e2 , e3 ) et (f1 , f2 ) par la matrice A = .
3 2 −3
a) On prend dans R3 la nouvelle base :
e01 = e2 + e3 , e02 = e3 + e1 , e03 = e1 + e2 .
Quelle est la nouvelle matrice A1 de h ?
b) On choisit pour base de R2 les vecteurs :
1 1
f10 = (f1 + f2 ), f20 = (f1 − f2 )
2 2
en conservant la base (e01 , e02 , e03 ) de R3 . Quelle est la nouvelle matrice A2
de h ?
 
3 −1 1
 
Exercice 71 Soit f ∈ L(R3 ) de matrice   0 2 0  dans la base

1 −1 3
canonique. Déterminer la matrice de f dans la base (1, 0, −1), (0, 1, 1), (1, 0, 1).
Exercice 72
π
a) Écrire la matrice de la rotation du plan d’angle 4 centrée à l’origine.
π
Idem dans l’espace avec la rotation d’angle 4 d’axe (Ox).

b) Écrire la matrice de la réflexion du plan par rapport à la droite (y = −x).


Idem dans l’espace avec la réflexion par rapport au plan d’équation
(y = −x).

c) Soit f la réflexion du plan par rapport à l’axe (Ox) et soit g la rota-



tion d’angle 3 centrée à l’origine. Calculer la matrice de f ◦ g de deux
façons différentes (produit de matrices et image de la base canonique).
Cette matrice est-elle inversible ? Si oui, calculer l’inverse. Interprétation
géométrique. Même question avec g ◦ f .

d) Soit f la projection orthogonale de l’espace sur le plan (Oxz) et soit g


π
la rotation d’angle 2 d’axe (Oy). Calculer la matrice de f ◦ g de deux
façons différentes (produit de matrices et image de la base canonique).
Cette matrice est-elle inversible ? Si oui, calculer l’inverse. Interprétation
géométrique. Même question avec g ◦ f .

Exercice 73 Soit n
 
0 0 1
 
 
A= 0 0  n
 
 
 
1 0 0

En utilisant l’application linéaire associée de L(Rn , Rn ), calculer Ap pour p ∈ Z.


Exercices de synthèse

Exercice 74 Soit E l’espace vectoriel des polynômes de degré inférieur ou


égal à n.
a) Justifier que (1, X, . . . , X n ) est une base de E (appelée base canonique).
b) En utilisant la formule du binôme de Newton, décomposer (1 + X)k dans
la base canonique de E, et écrire la matrice M donnant l’expression des
(1 + X)k (k = 0, . . . , n) dans cette base.
c) Quel est le rang de M ? Que peut-on en déduire sur la famille {(1 +
X)k | k = 0, . . . , n} ?

Exercice 75 Soit E un espace vectoriel de dimension finie n, et u, v deux


endomorphismes de E.
a) Montrer que u ◦ v = 0 si et seulement si l’image de v est contenue dans le
noyau de u.
b) Soit (e1 , . . . , en ) une base de E. On suppose dans cette question que u et
v s’expriment dans cette base par
u(e1 ) = e1 , u(ei ) = 0 si i 6= 1,
v(e2 ) = e2 , v(ei ) = 0 si i 6= 2.
Trouver les matrices de u, v et u ◦ v dans cette base.
c) Si u est un endomorphisme quelconque non nul de E, quelle condition
doit vérifier le noyau de u pour qu’il existe un endomorphisme non nul v
tel que u ◦ v = 0 ? Dans ce cas, u est-il bijectif ?

Exercice 76 Soit E un espace à n dimensions et f un endomorphisme de E.


a) Montrer que la condition f 2 = 0 est équivalente à Imf ⊂ Ker f . Quelle
condition vérifie alors le rang de f ? On suppose dans le reste de l’exercice
que f 2 = 0.
b) Soit E1 un supplémentaire de Ker f dans E et soit {e1 , e2 , . . . , er } une
base de E1 . Montrer que la famille des vecteurs
{e1 , e2 , . . . , er , f (e1 ), f (e2 ), . . . , f (er )}
est libre. Montrer comment on peut la compléter, si nécessaire, par des
vecteurs de Ker f de façon à obtenir une base de E. Quelle est la matrice
de f dans cette base ?
c) Sous quelle condition nécessaire et suffisante a-t-on Imf = Ker f ?
3
d) Exemple : Soit f l’endomorphisme
 de R dont la matrice dans la base
1 0 1
  2
canonique est M (f ) =  2
 0 . Montrer que f = 0. Déter-
2 
−1 0 −1
miner une nouvelle base dans laquelle la matrice de f a la forme indiquée
dans la question b).

Exercice 77 Soit f ∈ L(R3 ) telle que f 3 = −f et f 6= 0.


a) Montrer que Ker(f ) ∩ Ker(f 2 + I) = {0}, Ker(f ) 6= {0} et Ker(f 2 + I) 6=
{0}.
b) Soit x un élément distinct de 0 de Ker(f 2 + I). Montrer qu’il n’existe pas
α ∈ R tel que f (x) = αx. En déduire que {x, f (x)} est libre.
c) Calculer dim(Ker(f )) et dim(Ker(f 2 + I)).
 
0 0 0
 
d) Déterminer une base ε de R3 telle que : Mat(f, ε) = 
 0 0 −1 .

0 1 0

Exercice 78 Soit (e1 , e2 , e3 ) une base de l’espace E à trois dimensions sur un


corps K. IE désigne l’application identique de E. On considère l’application
linéaire f de E dans E telle que :
f (e1 ) = 2e2 + 3e3 , f (e2 ) = 2e1 − 5e2 − 8e3 , f (e3 ) = −e1 + 4e2 + 6e3 .
a) Étudier le sous-espace Ker(f − IE ) : dimension, base.
b) Étudier le sous-espace Ker(f 2 + IE ) : dimension, base.
c) Montrer que la réunion des bases précédentes constitue une base de E.
Quelle est la matrice de f dans cette nouvelle base ? et celle de f 2 ?
Pour aller plus loin

Exercice 79 Soient A, B deux matrices semblables (i.e. il existe P inversible


telle que B = P −1 AP ). Montrer que si l’une est inversible, l’autre aussi ; que si
l’une est idempotente, l’autre aussi ; que si l’une est nilpotente, l’autre aussi ;
que si A = λI, alors A = B.

Exercice 80 Soient (xn )n∈N et (yn )n∈N deux suites réelles, vérifiant la relation
de récurrence linéaire suivante :
(
xn+1 = −9xn −18yn
yn+1 = 6xn +12yn
avec x0 = −137 et y0 = 18. On se propose dans ce problème de trouver les
termes généraux de ces deux suites.

a) Montrer qu’il existe une matrice A ∈ M2 (R) telle que la relation de


récurrence linéaire
! ci-dessus soit équivalente à la relation Un+1 = AUn ,
xn
où Un = .
yn
b) Trouver une expression de Un en fonction de A et de U0 .
c) Trouver le noyau de A, et en donner une base B1 . Calculer le rang de A.
d) Montrer que l’ensemble des vecteurs X ∈ R2 tels que AX = 3X est un
sous-espace vectoriel de R2 . Quelle est sa dimension ? En donner une
base, qu’on notera B2 .
e) Montrer que la réunion B1 ∪ B2 forme une base B de R2 . Soit P la
matrice formée des composantes des vecteurs de B relativement à la base
canonique de R2 . Montrer que P est inversible, et que le produit P −1 AP
est une matrice diagonale D qu’on calculera.
f) Montrer que An = P Dn P −1 . Calculer Dn , et en déduire An , pour tout
n ∈ N.
g) Donner les termes généraux xn et yn .