Vous êtes sur la page 1sur 120

Autre

livre de l’auteure aux éditions Le Dauphin Blanc

Votre signe astrologique, 2013


LA GRANDE INVOCATION

Du point de vue de lumière dans la pensée de Dieu,


Que la lumière afflue à la pensée des hommes,
Que la lumière descende sur terre.
Du point de vue d’amour dans le cœur de Dieu,
Que l’amour afflue au cœur des hommes.
Puisse le Christ revenir sur terre.
Du centre où la volonté de Dieu est connue,
Que le dessein guide le faible vouloir des hommes,
Le dessein que les maîtres connaissent et servent.
Du centre que nous appelons la « race des hommes »,
Que le plan d’amour et de lumière s’épanouisse.
Puisse-t-il sceller la porte de la demeure du mal.
Que lumière, amour et puissance restaurent le plan sur terre.

« La beauté et la force de cette invocation résident dans sa simplicité et dans l’expression de certaines vérités fondamentales que tous les
hommes acceptent normalement et spontanément : la vérité de l’existence d’une intelligence supérieure, à laquelle nous donnons vaguement le
nom de “Dieu”; la vérité que, derrière toutes les apparences, la puissance motrice de l’univers est l’amour; la vérité qu’une grande individualité,
appelée par les chrétiens “Christ”, est apparue sur terre pour incarner cet amour sous une forme intelligible; la vérité que l’amour et l’intelligence
émanent de ce que l’on appelle la “volonté de Dieu”; et enfin la vérité évidente que le plan divin ne peut se manifester que par l’entremise de
l’humanité. »
– Alice A. Bailey

La grande invocation nous a été donnée à l’origine par le maître tibétain Djwal Khul. Elle a été par la suite modifiée par les maîtres de lumière de
l’univers.
REMERCIEMENTS

e remercie toutes les personnes qui m’ont aidée dans l’élaboration de cet ouvrage :
J l’équipe du Dauphin Blanc (Alain Williamson, Sonia Marois, Marjorie Patry);
l’équipe d’Astromag;
Rachel Asselin;
Catherine Guin;
Suzanne Lachance;
Sylvie Lemieux;
Raynald Bilodeau (CD des photos).

Je remercie toutes les personnes qui m’ont inspirée par leur enseignement et m’ont accordé l’autorisation d’en utiliser des extrait:
Suzanne Fiset de l’École Réjean Déziel (« Les lois cosmiques d’Adéla Tremblay Sergerie »), www.ecolerejeandeziel.com;
Marie-Thérèse Chagnon du Centre d’étude Summit Lighthouse de Québec (« Horloge cosmique »), 418 688-1163;
Catherine Guin, auteure du livre Le tarot, mon miroir (ATMA Internationales),
www.oasisverseau.com;
Charles-Rafaël Payeur (« L’astrologie de l’hermétisme chrétien »);
Sun Bear, coauteur du livre La roue de la médecine (Albin Michel).
Je remercie également toutes les personnes qui me font confiance depuis de nombreuses années en tant qu’astrologue professionnelle,
professeure, conférencière et animatrice.
AUTORISATION

our chacun des signes, le plan initiatique, l’apôtre et le plan planétraire sont tirés du livre L’astrologie de l’hemétisme chrétien, de Mgr Charles-
P Rafaël Payeur, publié aux Èditions de l’Aigle. Leur utilisation est autorisée par Mgr Charles-Rafaël Payeur.
Les 12 lois cosmiques sont tirées des enseignements de Adela Tremblay Sergerie. Leur utilisation est autorisée par Madame Suzanne Fiset et
Monsieur Réjean Déziel, de L’école Réjean Déziel (www.ecolerejeandeziel.com).
L’horloge cosmique Centre Summit Lighthouse de Québec. Son utilisation est autoriée par Madame Marie-Thérése Chagnon.
Le cheminement spirtiruel selon le tarot initiatique est tiré de l’enseignement du livre Le tarot, mon miroir, de Catherine Guin, publités chez
ATMA Internationales, année, Son utilisation est autorisée par Madame Catherine Guin (www.oasisverseau.com).
AU SUJET DE L’AUTEURE

arie-Claude Nadeau est astrologue professionnelle depuis plus de trente ans et diplômée de l’Institut d’astro-psychologique de Québec du
M maître Werner Hirsig, en 1983. Depuis 2004, elle anime une émission de télévision hebdomadaire, Astromag, à Télé Mag Québec (610) et sur
Internet au www.tele-mag.tv.
Pour une consultation privée à L’Ancienne-Lorette (Québec), une conférence dans votre région ou des cours d’astrologie pour débutants ou
professionnels, téléphonez au 418 8714251 ou envoyez un courriel à nadeaumariec@videotron.ca.
INTRODUCTION

«Monnais-toi toi-même et tu seras libre, car l’ignorance des lois est la cause de bien des maux. »
Charles Vouga

Qu’est-ce que l’astrologie spirituelle? Il ne s’agit pas d’une astrologie différente de celle traditionnelle. Les bases sont toujours les mêmes, seule
l’approche est différente. Le spiritualiste reconnaît dans tout homme un principe d’esprit éternel. Il croit en la réincarnation et en son corollaire, la
loi des conséquences (ou le karma), qui veut que toute action entraîne une réaction.
À l’image de notre monde qui a basculé dans le matérialisme et le spiritualisme, l’astrologie a succombé au même mirage. Depuis la
condamnation de l’astrologie par Colbert, les astrologues ont développé un complexe d’infériorité vis-à-vis des scientifiques. Ils ont perdu leur
identité à trop vouloir prouver la réalité matérielle de ce savoir et lui donner le rang de science officielle.
Le psychisme, l’ensemble des caractères psychiques de l’homme, est une entité trop évoluée et trop complexe pour être mise en équation ou
classée par données statistiques. En enfermant l’astrologie dans le carcan de la science matérialiste, on a délibérément occulté l’esprit. Malgré tout,
de nombreux astrologues sont convaincus de l’utilité d’une approche spirituelle de l’astrologie. Ils croient en la réincarnation, mais ils n’osent pas
en parler aux esprits rationalistes. Pourtant, il existe une telle demande de l’homme pour connaître le sens de la vie. Seule une astrologie
spiritualiste peut répondre à cette demande, car elle s’adresse à l’esprit. Cet ouvrage veut pallier cette carence.
Ce livre s’adresse à tous ceux qui aspirent à comprendre ce qu’est le destin de l’homme et pourquoi ce destin serait inscrit dans les astres.
À chacun sa mission.
Astrologiquement vôtre,
Première partie

Les clans élémentaires


selon La roue de la médecine
de Sun Bear
LES SIGNES DE LA TERRE

Le clan de la terre :
Taureau, Vierge, Capricorne
eux qui appartiennent au clan de la terre possèdent la stabilité qui vient de l’association avec le plus stable des éléments, la terre. Ils sont
C enracinés dans cet élément qui nous soutient tous depuis notre naissance. Comme la terre, ils ont tendance à soutenir tous ceux avec qui ils
sont en contact. Quand ils s’établissent dans un lieu ou dans une situation, ils s’ancrent immédiatement et se procurent ainsi une base stable sur
laquelle « construire ».
Les gens de l’élément terre sont en général les pierres de fondations de leur famille, de leur entreprise, de leurs amis. Ils sont très loyaux. Une
fois qu’ils ont décidé que quelque chose est bon pour eux, ils ont beaucoup de difficulté à changer d’avis. Ils font preuve de constance dans leurs
opinions, leurs idéaux et leurs idées. Ce trait peut être à la fois une grande source de sécurité ou de frustration pour ceux qui les connaissent. Si
vous avez des amis possédant un signe de la terre, vous pouvez compter sur eux pour leur fidélité, à moins que vous ne heurtiez un idéal qu’ils
chérissent plus que votre amitié. Mais, malheur à vous si vous leur promettez que vous ferez quelque chose avec eux et que, pour une raison ou
une pour autre, vous changez d’avis. Ils tiennent parole, quoi qu’il advienne, et ne comprennent pas que les autres ne fassent pas de même.
Les natifs de la terre incarnent aussi bien le concept de croissance que celui de stabilité. Une fois ancrés, ils aideront leurs amis à grandir dans
leurs affaires comme dans leurs idées. L’aide qu’ils apportent est solide, constructive et canalisée. Ils avancent, un pas après l’autre, plutôt que de
se précipiter en avant sous l’impulsion de leur intuition. Cette attitude apparemment lente rend en général leurs changements permanents et
constructifs. Si vous mettez en chantier un projet, pensez à y inclure au moins une personne du signe de la terre. Ainsi, vous serez sûr que le projet
progressera mieux.
Les natifs de l’élément terre paraissent parfois lents, même maladroits, mais ce n’est souvent qu’en apparence. Comme la terre, ils sont
intelligents et astucieux. Ils atteignent en général tous les buts qu’ils se sont fixés pour la simple raison qu’ils continuent d’essayer bien après que
leurs concurrents ont abandonné.
Ils font de bons parents, mais il leur arrive d’avoir certaines idées fixes sur la manière d’élever leurs enfants. Ils s’inquiètent, souvent
inutilement, à propos de situations sur lesquelles ils croient n’avoir aucun contrôle. Ce sont des parents protecteurs et méthodiques. Aussi
comprennent-ils difficilement que leurs enfants agissent d’une manière imprévisible pour eux. Ils essaieront souvent de les pousser dans un
modèle sécurisant à leurs yeux, mais qui ne l’est pas forcément pour leurs enfants. Pourtant, ils les aiment et seront toujours là quand ces derniers
auront besoin d’eux, quel que soit leur âge, mais ils doivent prendre garde à ne pas tenter de mener leur vie à leur place.
Les enfants de l’élément terre paraissent « démarrer » plus lentement que les autres du même âge, mais, grâce à leur ténacité, ils rattraperont ou
dépasseront ceux qui les devançaient. Ce sont des enfants qui ont besoin de plans de travail et de règles de conduite pour être heureux. Une fois
qu’ils les ont, ils sont très stables, intelligents et heureux.
Les natifs du signe de la terre ont tendance à se sacrifier. Lorsqu’ils peuvent rendre un grand service, ils s’efforcent de le faire au détriment de ce
qu’ils sont censés faire pour eux. En raison de leur courage et de leur obstination, ils ont de la difficulté à se retirer de situations qui s’avèrent
intenables. Cela peut parfois les conduire à devenir dépendants d’une cause ou d’une personne qu’ils auraient dû laisser depuis longtemps.
Étant des représentants de la terre, ils en sont responsables. Ils ressentent en général une grande affinité avec la nature et se sentent mal à l’aise
s’ils n’ont pas l’occasion d’y aller fréquemment pour se ressourcer. Les lieux extérieurs et naturels restaurent et revitalisent leur esprit. Ce sont de
merveilleux jardiniers et ils adorent être entourés de plantes. Ils ont toujours la main verte.
Ils ont la responsabilité de la Terre mère. Puisqu’ils lui appartiennent, ils doivent se souvenir d’elle et prendre le temps de la regarder et de
l’apprécier. Ils ne doivent pas oublier de remercier la terre, dans leur cœur, pour toute la nourriture merveilleuse qu’elle leur donne. Ils sont
également reliés aux minéraux. Ils devraient donc prendre le temps de les admirer et leur être reconnaissants d’être là. Ils découvriront que ces
minéraux peuvent leur parler s’ils prennent le temps de les écouter.
L’un des messages que les pierres peuvent leur transmettre est de prendre garde à ne pas devenir trop semblables à elles. C’est sans doute le
plus grand piège potentiel que peuvent affronter les natifs de la terre : devenir entêtés et inflexibles, voire se cristalliser. Ils sont alors sujets aux
maladies telles que l’arthrite, les rhumatismes, les douleurs chroniques du dos et toutes les autres maladies provoquées par la raideur des muscles
ou des os.
Pour être heureux et épanouis dans la vie, ils devront vivre de manière à être toujours proches de la nature. Dans cette vie, ils feront l’expérience
de la stabilité, de la ténacité et de la nature solide de la terre.
LES SIGNES DE L’EAU

Le clan de l’eau :
Cancer, Scorpion, Poissons
es gens qui appartiennent au signe de l’eau ont les qualités associées à cet élément, soit le changement et le renouvellement.
L Comme l’eau qui s’infiltre partout, les natifs de cet élément ne cessent d’être envahis par leurs émotions. Ils ressentent en leur cœur tout ce
qui se passe en eux et autour d’eux. Ce sont eux qui partagent vos larmes de bonheur et de tristesse. Ils ont des sentiments profonds et éprouvent
toujours de la compassion pour leurs semblables. Comme l’eau, ils renvoient aux autres le reflet de ce qu’ils ressentent exactement à un moment
donné.
L’eau est fortement reliée au pouvoir de la lune. Ils ont donc plus tendance que les autres à être gouvernés par la lune et ses phases. Lors de la
pleine lune, ils sont sous l’influence de la force de leurs émotions. Lors de la nouvelle lune, ils sont plus calmes et paisibles.
Leur ressenti permet d’apporter une nouvelle vie à tout projet. Ils sont des agents purificateurs dans la vie des gens qu’ils rencontrent. Aussi est-
il bon qu’ils soient impliqués dans des projets qui semblent ne pouvoir aboutir; ils trouvent la fissure par où s’infiltrer et brisent ainsi les blocages.
Ils ont tendance à ne pas faire les choses à moitié. Puis, quand ils brisent un blocage, ils le font d’une façon radicale et définitive.
En tant que parents, les natifs de l’eau donnent à leurs enfants un amour inconditionnel. Proches de leurs émotions, ils ont tendance à arrondir
les angles pour leurs enfants avant même que ceux-ci ne vivent la situation. Ils deviennent ainsi surprotecteurs, car tout chagrin qui touche leur
enfant les atteint au plus profond de leur âme.
Les natifs de l’eau sont émotifs et empathiques. Jusqu’à ce qu’ils soient assez grands pour comprendre leur empathie, ils ont besoin d’être
protégés, sinon ils se rendront malades chaque fois que quelqu’un ira mal ou ils refuseront d’aborder des sujets que leurs meilleurs amis ne
peuvent comprendre. S’ils ont été protégés et dirigés jusqu’à ce qu’ils aient compris tous leurs états d’âme, ils sont affectueux, joyeux et
reconnaissants.
L’eau est un élément de guérison. Ses natifs ont donc souvent le don naturel de soulager le corps physique et émotionnel. Un blocage émotionnel
est souvent à l’origine d’un désordre physique. Ces natifs, pouvant localiser ce blocage, sauront donc diriger le flot de leur énergie vers celui-ci, qui
commencera alors à se dissoudre. Les natifs de l’eau sont ceux vers lesquels vous devez vous tourner, quel que soit le trouble dont vous souffrez.
Et si vous êtes capable d’exprimer vos émotions négatives sous forme de larmes, vous aurez fait le premier pas vers la guérison.
Très créatifs, qu’ils travaillent dans les arts ou les domaines humanitaires, ils se feront remarquer par leurs idées originales. Ces dernières sont
de celles qui entraînent les révolutions.
Les natifs de l’eau sont toujours à l’écoute de ce qui est nouveau et de ce qui semble meilleur; ils sont toujours prêts à faire l’essai de nouveautés.
S’ils ne peuvent y arriver, ils se sentent insatisfaits et se mettent à désirer ardemment ce qu’ils ne peuvent obtenir.
C’est alors qu’ils doivent être prudents, car s’ils font une fixation sur quelque chose qui est trop difficile à obtenir, ils se bloquent et empêchent
l’énergie de vie de les diriger dans la bonne direction. Et ils risquent d’exploser à tout moment.
Parfois, ils essaieront de se convaincre et de convaincre leur entourage qu’ils sont insensibles. Tant que se poursuivra cette illusion, leurs
émotions s’accumuleront de plus en plus, et plus elles seront fortes, plus ils auront peur de les relâcher.
Ainsi, ces natifs traversent parfois leur vie en retenant et en réprimant leurs émotions et l’énergie qu’ils sentent en eux et autour d’eux. Quand
cela leur arrive, ils ont tendance à être atteints de maladies qui font paraître le corps gonflé ou couvert de bosses – obésité, œdème, déformation
des os ou des muscles. Pour se guérir, il leur faut trouver le moyen de libérer leurs émotions sans blesser leur entourage.
Les natifs de l’eau sont rafraîchis par l’eau, que ce soit celle de la mer, d’un lac, d’une mare, d’une rivière ou même d’une baignoire. On peut
souvent calmer les enfants de l’eau et éviter leur accès de colère le plus violent en leur faisant entendre le bruit de l’eau courante.
Ces natifs sont responsables de l’eau; ils doivent l’apprécier et ne pas la gaspiller. Dites merci chaque fois qu’il pleut.
Les natifs de l’eau devraient connaître les phases lunaires qui permettent de diriger les émotions. Ils devraient aussi apprendre à connaître leurs
propres émotions et à les extérioriser de manière constructive. Quand ils sauront cela, ils pourront aider ceux qui sont bloqués dans leurs
émotions.
Pour être heureux dans la vie, ils doivent s’assurer de toujours rester dans le flot liquide des énergies universelles. Il leur faut apprendre à
apprécier l’eau qui est en eux et autour d’eux. Dans cette vie-ci, ces natifs feront l’expérience de l’empathie, de la créativité et du pouvoir de
guérison qui les caractérisent.
LES SIGNES DE L’AIR

Le clan de l’air :
Gémeaux, Balance, Verseau
es natifs de l’élément air sont toujours en mouvement. Ils ont le pouvoir de transformer les choses et les gens qu’ils côtoient. Le changement
L constant est, comme pour l’eau, la caractéristique de leur énergie. Cependant, les transformations qu’ils apportent sont soudaines plutôt que
progressives.
Les natifs de l’air sont physiquement, mentalement et émotionnellement toujours en mouvement. L’énergie de la vie souffle à travers eux et leur
apporte de nouvelles idées, de nouveaux sentiments, de nouvelles pensées, mais leur énergie est si rapide et si inattendue qu’il leur est parfois
difficile de s’arrêter à une seule idée ou à un seul projet.
Tandis que l’eau guérit, rajeunit et rafraîchit, l’air transforme.
Ces natifs sont comme l’air. Quand ils entrent dans une pièce, entreprennent un projet ou une affaire, ils en oublient les détails et parfois même
en modifient les fondations. Leur énergie est très active. Quand ils ressentent un besoin de changement, ils veulent que ce dernier soit fait le jour
même. Ils ont tendance à être manipulateurs afin que les changements s’effectuent le plus tôt possible. Mais, même dans leur attitude
manipulatoire, ils sont convaincus de leur bien-fondé et leur intention reste pure.
Comme l’air, ils possèdent le souffle de la vie, ce qui les rend capables de transformer les choses dans lesquelles ils sont impliqués. Parce qu’ils
possèdent ce souffle de vie, ils ont toujours plein de nouvelles idées et de nouveaux projets et chacun leur paraît essentiel. Ils vivent pleinement
leur vie, parfois trop. Ils doivent faire attention à ne pas trop s’éparpiller et à ne pas essayer d’accomplir plus qu’il ne leur est possible.
Ils sont toujours à la recherche de moyens pour rendre service à leurs semblables. Ce qui les rend très heureux est de servir leurs frères humains
ainsi que leurs frères des règnes minéral, végétal et animal. Ce sont des thérapeutes de l’âme et de l’esprit.
Intelligents et créatifs, ils voient rapidement les points faibles des projets et les soulignent de façon discrète afin que personne n’ait l’impression
d’avoir été corrigé. Le Gémeaux sera comme la brise légère de l’été, la Balance, comme la douceur du vent d’ouest d’automne, et le Verseau, comme
la fougue et la rapidité du vent du nord. Ces vents peuvent devenir des tornades lorsque le natif est contrarié.
Les natifs de l’eau doivent apprendre à maîtriser ce vent qui les caractérise de façon à parvenir à leurs objectifs. Sinon, ils seront désordonnés,
vaniteux, ballotés par ces vents non maîtrisés. L’air, à travers sa manifestation, ou le vent peut adoucir ou détruire.
Les natifs de l’air ne contrôlant pas leur énergie seront sujets aux maladies liées au souffle : problèmes pulmonaires et cardiaques, congestions
cérébrales, états de dissociation mentale. S’ils ont de tels problèmes, ils doivent tenter de diriger leur énergie avec plus de douceur et décider de la
nécessité vitale de leurs différents projets.
Les parents natifs de l’air se sacrifient parfois trop pour leurs enfants, car la responsabilité familiale leur donne une mission à laquelle ils ne
sauraient se dérober. Ils s’investissent tant dans cette mission qu’ils ont tendance à oublier leurs propres rêves et projets. Ils font d’excellents et
affectueux parents. Par contre, ils peuvent reprocher à leurs enfants de leur avoir fait rater une partie de leur vie et de ne pas recevoir d’eux toute
la reconnaissance pour tous les sacrifices vécus.
Quant aux enfants de l’élément air, il faut savoir les diriger et canaliser leurs énergies au risque de les voir instables et inconstants dans leurs
choix de vie. S’ils ont acquis la stabilité donnée par les parents, ils sont alors habiles, vifs. Ils ont le sourire et le rire aisés et ils s’adaptent
facilement à toutes les situations.
Les natifs de l’air sont donc responsables de l’air. Ils aiment la lumière et l’air pur. Ils aiment être dehors quand le vent souffle. C’est ainsi qu’ils
se sentent faire un avec la vie et qu’ils trouvent leurs meilleures inspirations : marcher dehors par un jour de grand vent.
S’ils vivent dans les villes, ils souffrent de la pollution de l’air et aspirent à des fins de semaine à la campagne ou près de l’océan, là où le vent
souffle toujours de l’air frais. Dans leur vie, ils n’aiment jamais être enfermés dans des pièces dont les fenêtres ne s’ouvrent pas.
Dans cette vie, ces natifs font l’expérience du mouvement constant, doux et transformateur de l’air.
LES SIGNES DU FEU

Le clan du feu :
Bélier, Lion, Sagittaire
es natifs de l’élément feu ont la capacité de se purifier eux-mêmes ainsi que leur entourage. L’énergie qui brûle constamment en eux éclaire
L ceux qui les entourent. Ils peuvent apporter du changement grâce au pouvoir de leur cœur, et pour réaliser ce changement, ils doivent projeter
les choses à changer dans la lumière.
Ces natifs sont avant tout des personnes d’action, constamment en quête de nouvelles choses à réaliser, toujours occupées à entreprendre de
nouveaux projets et à ouvrir de nouveaux sentiers pour d’autres. Ce sont souvent des leaders en action, en pensée et en sentiment et ils sont
généralement au centre des événements.
Ils ne cessent de se tourner vers leur feu intérieur pour trouver le meilleur à prendre. Ils ont une grande intuition qu’ils savent utiliser comme
guide, même s’ils ne savent en expliquer la raison à leurs compagnons, plus logiques et plus calculateurs. Même les intellectuels de cet élément se
tournent vers leur cœur lorsqu’il s’agit de prendre les décisions importantes de leur vie.
Chaque fois qu’une nouvelle idée ou un nouveau projet se met en route, vous vous apercevrez qu’une personne du feu lui prête son énergie. Tant
que cette nouvelle idée les intéresse, ils la feront progresser remarquablement. Mais, lorsqu’ils se sont trop « investis », leur intérêt peut s’éteindre
avant même que le projet soit achevé.
On les remarque, et ce, dans tous les domaines grâce à l’éclat de leur intuition ouvrant de nouveaux chemins. Mais, ils doivent prendre garde à ne
pas se lancer trop vite sous peine de se retrouver dans des difficultés où leur intuition ne pourra leur venir en aide.
Les natifs du feu sont en général séduisants et pleins d’esprit. Ils se font facilement des amis. Ils sont clairvoyants et ont, plus facilement que la
plupart des gens, la capacité de voir à travers les êtres. Et comme ils sont directs et francs, ils ne peuvent cacher ce qu’ils voient. Qu’il s’agisse
d’une souffrance ou d’un aspect négatif chez autrui, ils souhaitent le consumer par le feu afin que l’autre redevienne la pure lumière qu’ils voient
en lui. Souvent, ayant dit ce qu’ils voient, ils le regrettent quand l’autre personne ne semble pas comprendre leur intention. Ils ne mettent aucune
malice dans leurs critiques : ils essaient simplement d’aider les autres à être les personnes remarquables qu’elles peuvent être.
Leur énergie peut provoquer en eux aussi bien que chez les autres une purification spirituelle. Leur intuition étant vraiment exceptionnelle, ils
se trouvent souvent dans des positions de pouvoir spirituel. C’est lorsqu’ils ont atteint ces positions qu’ils doivent affronter leur épreuve
personnelle la plus sérieuse, leur ego spirituel, ayant oublié la source de leur pouvoir
En tant que parents, les natifs du feu affrontent parfois bien des difficultés; étant très vifs, ils ont de la difficulté à s’ajuster au pas lent d’un enfant
ou d’un bébé. Ils ne sont pas d’un naturel très patient, qualité nécessaire à un bon parent. L’expérience de la paternité ou de la maternité pourra
développer chez eux cette qualité, ce qui leur évitera plus tard bien des problèmes. Ils sont généreux, affectueux et ne refusent rien à leurs enfants.
Mais, ils ont tendance à manquer de constance dans leur exigence de discipline, ce qui peut être déroutant pour leurs enfants. Sachant que ces
derniers ont besoin d’une attention, d’une patience et d’un amour constants, ils doivent apprendre comment leur donner tout cela à chaque instant
et pas seulement quand ils en ont envie. Il leur faut prendre garde à ne pas trop éblouir leurs enfants, sinon ceux-ci, les admirant trop, ne voudront
pas quitter le nid.
Les enfants du feu sont brillants et énergiques. Ils apprennent très tôt dans leur enfance tout ce qui leur est possible d’apprendre. Ce sont des
enfants précoces et capables de faire n’importe quoi, sauf rester tranquillement assis. Ils sont ouverts et amicaux et ils arborent un large sourire et
un regard coquin.
Comme le soleil, les natifs du feu sont directs, chaleureux et dotés d’une grande perception. Ils apportent une nouvelle vie aux choses qu’ils
touchent. Ils ouvrent de nouveaux chemins, font germer de nouvelles idées et « réchauffent » tout autour d’eux. S’ils n’apprennent pas à contrôler
leur chaleur et leur perception, ils auront tendance à se brûler les ailes au cours de leur jeunesse. Trop intenses, ils se consument dans leur propre
feu; ils sont alors sujets à des maladies qui les obligent à ralentir et à se « refroidir » : problèmes du cœur, de la tête ou de la circulation. Pour se
soigner, ils doivent apprendre à tempérer leur lumière de façon à ce qu’elle éclaire paisiblement tout en restant active.
Ces natifs ont besoin de soleil pour se sentir heureux et se renouveler. La chaleur du soleil les apaise et les détend. Ils sont contents de regarder
les flammes de leur cheminée ou d’un feu de camp et leurs meilleures idées leur viendront souvent lorsqu’ils contemplent ces flammes.
Ils aiment l’éclair qui vient avec les orages, manifestation de l’énergie qu’ils sentent en eux. Ils apprécient l’air après les orages pour sa qualité
apaisante.
Les natifs du feu ont la responsabilité de chacun des éléments
suivants : le soleil, le feu et l’éclair. Ils doivent toujours être reconnaissants de leur lumière et de leur chaleur.
Ces natifs chercheront toujours à se placer dans des lieux ensoleillés, où le tonnerre et l’éclair viendront parfois les interpeller. Il semble que
l’énergie du feu naturel sous toutes ses formes leur soit nécessaire pour fortifier et renouveler le feu qui brûle constamment en eux. En
s’incarnant, ces natifs font l’expérience de l’énergie purificatrice qui leur est donnée.

EAU et TERRE
Eau : Cancer, Scorpion, Poissons
Terre : Taureau, Vierge, Capricorne
Si l’on considère la relation de la terre à l’eau et de l’eau à la terre, on comprend aisément combien les personnes de ces éléments sont
complémentaires. Sans la base stable qu’offre la terre, il n’y aurait pas d’endroit où les eaux peuvent couler.
Les natifs de la terre, avec leur énergie stable et solide, construisent de bonnes fondations.
Où seraient les natifs de l’eau sans les fondations bâties par les natifs de la terre? Leur énergie coulerait sans aucun canal pour la contenir. Ils
manqueraient de direction et n’auraient pas le pouvoir que donne une direction à tout individu, à tout projet. Ils seraient prisonniers de leurs
sentiments et de leurs émotions, incapables de les contrôler ou de les canaliser. Que feraient les natifs de la terre sans les natifs de l’eau? Ils
enfonceraient si solidement leurs racines qu’ils ne bougeraient plus jamais. Ils deviendraient prisonniers de leur stabilité et de leurs fondations.
Les natifs de ces deux éléments s’apportent un équilibre réciproque, comme le font les éléments réels, l’eau et la terre. Ensemble, la terre et l’eau
créent des images agréables dans notre esprit : les vagues des océans sur les rivages des continents, les fleuves puissants à travers les montagnes,
les ruisseaux paisibles à travers les forêts.
Les gens de la terre et ceux de l’eau font de bonnes combinaisons qui se révèlent bénéfiques pour eux et pour leur entourage. Il y aura certes des
moments de désaccord, mais leurs relations seront source de croissance pour toutes les personnes concernées.
Les natifs de l’eau, parce qu’ils savent s’identifier à l’autre, comprennent les natifs de la terre dans leur besoin de loyauté pour s’engager dans
une relation et tenir leur parole. Ils peuvent faire éclater les émotions des natifs de la terre pour les en libérer.
En retour, les natifs de la terre empêchent leurs amis de l’eau d’être submergés par leurs sentiments, ce qui les bloque à réaliser quoi que ce soit.
Grâce à leur intelligence, à leur ténacité et à leur ruse, ils peuvent les aider à transformer leurs idées créatrices en quelque chose de réel sur une
base solide. Ils peuvent soutenir ces idées neuves pendant que leurs amis de l’eau essaient de nager vers des eaux tranquilles. Leurs attitudes
rigides sont exactement ce qu’il faut pour libérer la digue émotionnelle des personnes de l’eau.
Sur le plan émotionnel, des relations entre personnes de ces éléments peuvent très bien fonctionner, car la faculté d’identification des gens de
l’eau permet à ceux de la terre de se sentir en sécurité pour s’ouvrir. Inversement, la stabilité des gens de la terre donne à ceux de l’eau la sécurité
qui leur permet d’explorer le flot de leur nature émotive. Les personnes de ces deux éléments, étant très introverties, permettent aux uns et aux
autres d’explorer leurs sentiments à leur propre rythme. Cela est essentiel, car un affrontement direct est considéré par l’un et par l’autre comme
une attaque personnelle, ce qui provoque chez chacun une fermeture.
Dans cette relation, les natifs de la terre et de l’eau apprennent à harmoniser leurs énergies grâce aux éléments qui les aident à se transformer.

FEU et AIR
Feu : Bélier, Lion, Sagittaire
Air : Gémeaux, Balance, Verseau
La relation du feu à l’air et de l’air au feu est évidente. Sans air, le feu ne peut brûler. Sans le feu et le soleil, l’air serait froid.
Il en est de même pour les personnes de l’air et du feu. Les natifs de l’air ne cessent de bouger et de se transformer. Ils vont constamment d’un
projet à un autre. Quand ils rencontrent un natif du feu, au cœur ardent et capable de concrétiser une idée, ils sont transportés par leur énergie, ce
qui leur permet d’entrevoir la réalisation de leurs pensées. Sans la poussée légère que les natifs de l’air peuvent leur donner, ceux du feu
resteraient figés trop longtemps dans une manière d’être ou de penser.
Le feu rougeoie quand le vent est calme, mais il brûle et s’enflamme dès que le vent se met à souffler. Ainsi en est-il des gens du feu. Ils
entretiennent une idée ou un projet en mettant toute leur solide énergie dans ses bases. Mais, ils le réalisent grâce à l’énergie aérienne d’un natif
de l’air.
Les natifs de l’air ont tendance à beaucoup discourir sur tout ce qu’ils pourraient faire, jusqu’à ce qu’un natif du feu brûle les idées erronées
qu’ils ont à propos de tout. Les natifs de l’air ont souvent l’air distant en raison du mouvement de l’air qui les entoure en permanence. Ils ont
besoin de la chaleur du feu pour que leur mouvement croisse et ne gèle pas.
Les natifs de l’air enseignent à leurs amis du feu le plaisir réel de servir les autres, leçon qui les aide à équilibrer la partie égotique de leur nature.
Ils les aident à élargir leurs horizons, les encourageant à dépasser les limites qu’ils se sont données. Ils voient rapidement les points faibles des
projets que leurs amis du feu démarrent et les empêchent de prendre de faux départs.
Les natifs du feu apprennent à ceux de l’air le pouvoir de se concentrer sur un projet ou une idée au lieu de se contenter du « superficiel ». Ils les
aident à connaître les avantages qu’il y a à aller directement vers les choses plutôt que d’une façon détournée. Grâce à leur intuition, ils trouveront
de nouveaux projets et des idées nouvelles que les natifs de l’air seront heureux de poursuivre. Quand c’est nécessaire, ils mettent en jeu leur
énergie de feu afin d’éliminer chez leurs amis de l’air les discours sans lendemain.
Sur le plan émotionnel, les natifs de l’air sont chaleureux, affectueux et amicaux lorsque leur énergie circule bien et qu’ils vous connaissent
suffisamment. Ils sont plus à l’aise en restant à la surface de leurs émotions. Quant aux natifs du feu, ils ressentent les choses au plus profond de
leur âme, bien qu’ils ne le montrent pas souvent. Ensemble, les natifs de l’air et du feu équilibrent leur vie émotive. Ceux de l’air apprennent à
ressentir les choses plus profondément et ceux du feu apprennent à exprimer certaines choses qu’ils ressentent.
Les relations entre les personnes de ces deux éléments sont souvent orageuses, car elles sont actives toutes deux et pensent, la plupart du temps,
qu’elles ont raison. Cependant, ces relations sont précieuses, car elles activent une croissance rapide chez les individus concernés et ceux qui les
entourent. Comme les deux natifs sont actifs, ils ont un respect et une amitié réciproques, même lorsqu’ils traversent un violent désaccord.
Lorsqu’ils ont dépassé leur période d’ajustement, leurs relations sont durables, agréables et très productives.

AIR et TERRE
Air : Gémeaux, Balance, Verseau
Terre : Taureau, Vierge, Capricorne
Les natifs de l’air et de la terre sont opposés de bien des façons. Les natifs de l’air sont toujours en mouvement tandis que les natifs de la terre
ont la stabilité de la terre. Ce peut être une combinaison utile si les personnes engagées prennent conscience des différences qu’elles doivent
surmonter.
De même que les vents changent la terre, les natifs de l’air peuvent aider ceux de la terre à grandir : tout en restant chaleureux et en optant pour
un ton taquin, ils peuvent éliminer les problèmes les uns après les autres. Les natifs de la terre peuvent aider les natifs de l’air en s’ouvrant à eux et
en leur permettant d’aller et de venir comme il leur plaît. Les natifs de ces deux éléments doivent apprendre à être détendus et enjoués les uns
avec les autres pour que leurs relations soient productives. Lorsque les natifs de l’air parlent pour ne rien dire, ceux de la terre doivent apprendre
à ne pas se détourner d’un air ennuyé. Quand les natifs de la terre essaient d’inculquer le sens de la stabilité, de la direction ou de l’objectif à
atteindre aux natifs de l’air, ceux-ci doivent les écouter au lieu de s’esquiver. Les relations entre ces éléments requièrent dès le début de la douceur
et un certain sens de l’humour. Si elles prennent un bon départ, elles seront bénéfiques pour les deux natifs, car ces derniers apprennent alors
beaucoup les uns des autres.
Comme l’un et l’autre prennent plaisir à rendre service, leurs énergies combinées ajoutent beaucoup à toute association à laquelle ils pourraient
appartenir. Les natifs de ces deux éléments sont intelligents et respectent en général le point de vue d’autrui, même lorsqu’ils sont en désaccord
sur la vitesse des plans d’action.

AIR et EAU
Air : Gémeaux, Balance, Verseau
Eau : Cancer, Scorpion, Poissons
Les natifs de l’air et de l’eau ont des ressemblances en raison de leur nature fluide. Ils ont toujours l’air de bouger physiquement, mentalement et
émotionnellement. Tandis que les natifs de l’air se déplacent rapidement, volant d’une pensée ou d’un projet à un autre, les natifs de l’eau se
déplacent en général de façon plus lente. Leur mouvement est un peu plus sûr que celui des natifs de l’air.
À cause de leurs ressemblances, les natifs de l’air et de l’eau se font des critiques réciproques, car les faiblesses des uns sont amplifiées et
réfléchies par les autres. Ensemble, étant toujours en mouvement différent, ils ont tendance à ne pas avoir de direction.
S’ils sont capables de persévérer au-delà de leur période de réflexion initiale, ils découvrent qu’ils sont capables de s’apporter un grand
réconfort réciproque. Leurs natures étant semblables, ils se comprennent l’un l’autre et s’encouragent mutuellement à grandir de toutes les façons
possibles. Cependant, pour que leur relation dure, l’un des partenaires doit atteindre la stabilité des éléments terre et feu pour apporter une
certaine direction à leur relation. Sans cela, l’un et l’autre ont tendance à se déplacer sans but et il leur est difficile de mener à bien ce qu’ils ont
entrepris ou même de décider quels projets ils doivent poursuivre ensemble.
De leurs amis de l’eau, les natifs de l’air peuvent apprendre à apporter des changements d’une façon plus prévisible et régulière. Ils apprennent à
prendre le temps de sentir les choses plus profondément et à faire l’effort de mieux comprendre les gens. Auprès des natifs de l’air, ceux de l’eau
peuvent apprendre à utiliser leurs sentiments profonds pour se transformer et transformer les choses autour d’eux. Ils arrivent à voir les points
faibles de projets auxquels ils tiennent depuis longtemps et ainsi à libérer l’énergie retenue.
Comme les natifs des deux éléments sont créatifs et qu’ils aiment les nouveaux projets et les nouvelles idées, en travaillant ensemble sur un
objectif, ils lui apportent beaucoup d’énergie positive.
Les relations entre ces deux éléments peuvent être curatives, transformatrices et créatrices. Lorsque ces natifs sont ensemble et ont appris à
bien fonctionner, l’union de leurs énergies peut les aider à s’apporter mutuellement la guérison.

FEU et EAU
Feu : Bélier, Lion, Sagittaire
Eau : Cancer, Scorpion, Poissons
Les natifs du feu et de l’eau ont beaucoup à s’apprendre mutuellement. Comme ils sont opposés, chacun peut aider à apporter des changements
importants chez l’autre. Lorsque les natifs de ces éléments sont ensemble, ils peuvent s’améliorer s’ils savent quand s’arrêter. S’ils ne le font pas,
ils peuvent se blesser sérieusement l’un et l’autre.
Les natifs de l’eau peuvent souvent frustrer ceux du feu à cause de leur nature « vif-argent ». Lorsqu’un natif du feu rencontre un natif de l’eau, il
veut apporter un peu de son éclat brillant à sa nature trop fluide. Il lui dit directement comment progresser et acquérir plus de force. En retour, le
natif de l’eau y voit une attaque personnelle. Si les natifs de ces deux éléments peuvent dépasser ce cap sans dommage, ils ont une chance de
construire une relation utile pour les deux.
Les natifs de l’eau peuvent apprendre de ceux du feu à « rayonner » et à réchauffer le cœur de leur être. Ils peuvent ainsi trouver de nouvelles
façons de canaliser l’énergie qui ne cesse de passer à travers eux. Ils apprennent à voir les choses plus clairement et avec plus d’optimisme. De
l’eau, les natifs du feu peuvent apprendre à tempérer leurs flammes, à laisser s’apaiser leurs énergies lorsqu’elles sont ardentes. Ils peuvent
apprendre à mieux s’identifier aux autres et à laisser sortir leurs sentiments profonds. Ils apprennent à exprimer ceux-ci en se laissant guider par
le courant universel des énergies plutôt que par leur propre volonté. Ils apprendront enfin comment contrôler leur feu de façon à ce qu’il aide au
lieu de détruire.
Dans leur aspect « soleil », les natifs du feu peuvent aider à réchauffer la nature parfois fraîche des natifs de l’eau. Le feu a le pouvoir de pénétrer
l’eau ainsi que la terre et l’air. En observant comment l’eau accepte les changements opérés, les natifs du feu apprennent la patience et
l’acceptation qui sont nécessaires pour tempérer leur nature.

FEU et TERRE
Feu : Bélier, Lion, Sagittaire
Terre : Taureau, Vierge, Capricorne
Les natifs du feu et de la terre ont beaucoup de choses en commun. Bien que les natifs du feu aient tendance à être plus actifs dans leur manière
de vivre, les natifs des deux éléments ont la stabilité que donne un centre solide. À cause de ces ressemblances, à l’exemple des natifs de l’air et de
l’eau, ils sont souvent le miroir réciproque de traits qu’il est difficile d’accepter et avec lesquels il est difficile de s’accorder. Cela peut provoquer
une rupture au début de toute relation entre des personnes de ces deux éléments. Si elles parviennent à contourner cette première difficulté, la
relation peut être très enrichissante pour les deux personnes concernées.
Le soleil et la terre ont besoin l’un de l’autre pour pouvoir accomplir les buts de leur existence.
La même chose se passe pour les personnes de ces deux éléments. Les natifs de la terre ont besoin, dans leur stabilité solide, de la chaleur du
soleil pour leur permettre de bouger au lieu de figer sur place. Ceux du feu ont besoin de la base ferme des natifs de la terre pour que leur passion
brûle. Bien que tous deux aient une nature stable, la terre l’est plus que le feu.
Auprès de leurs amis du feu, les natifs de la terre apprivoisent mieux le changement, acquièrent plus de clairvoyance, progressent plus
rapidement. Ils apprennent à devenir plus chaleureux et plus optimistes. Auprès de leurs amis de la terre, les natifs du feu apprennent les
bénéfices qu’il y a à tenir parole et à rester sur un même projet jusqu’à sa fin. Ils apprennent à s’apprécier mutuellement dans le plaisir de servir
aussi bien que celui de diriger.
Les relations entre les natifs de ces éléments deviennent plus solides après un premier désaccord. Si elles sont bien entretenues, tout en se
développant, elles deviennent les plus solides parmi toutes les relations entre les éléments. Lors de cette association, les natifs de la terre
découvrent l’énergie qui est la base de leur être, tandis que les natifs du feu apprennent la façon de mettre des bases encore plus solides à tout ce
qu’ils entreprennent.
Deuxième partie

La mission spirituelle
de chaque signe astrologique
LE SIGNE DU BÉLIER

21 mars au 20 avril
Signe masculin, du feu, cardinal
Soleil en exaltation
Saturne en chute
Mars en domicile
Vénus en exil
Apôtre : saint André
Mission : agir de manière aimante et désintéressée; s’éveiller à des valeurs personnelles pour en prendre pleinement conscience.

Plan initiatique
Sur le plan initiatique, le signe du Bélier incarne une pulsion à transcender son passé karmique, qui le retient encore prisonnier de ce monde,
d’où la nécessité de mener une vraie guerre sainte contre tout ce qui n’est pas conforme à son essence profonde. Pour ce faire, il devra se placer à
l’écoute des impulsions de son cœur en agissant selon la volonté de l’esprit du don et de la gratuité et non plus selon la volonté de son ego, marqué
par un sens de l’appropriation.
C’est par la puissance de l’amour qu’il pourra transformer en lui le vieil homme afin d’accéder à l’homme nouveau. L’objectif ultime de ce signe
consiste à agir dans sa vie quotidienne de manière gratuite et désintéressée : cette attitude est au cœur même de son processus de transformation
spirituelle.
Sur le plan symbolique, ce feu purificateur de nature divine est le feu de l’esprit (ou de l’amour) qui entretient la vie spirituelle.

L’apôtre saint André


La tradition de l’hermétisme chrétien attribue l’apôtre André à ce signe. Or il fut le premier apôtre à répondre à l’appel du Christ. De ce fait, on
l’associe clairement aux forces vives du renouveau permettant la mise en place d’un nouvel ordre des choses.

Plan planétaire
Pour le signe du Bélier, Saturne est en chute. Cette planète, liée à l’« assumation » du destin, se trouve très affaiblie dans ce signe. Ce natif devra
focaliser tous ses efforts pour transcender le cercle clos de son ego qui le rend incapable de trouver un sens véritable à sa vie et lui inspire un
sentiment d’insécurité existentielle. Pour ce faire, il devra s’appuyer sur la force de Vénus (en exil) en se plaçant à l’écoute des impulsions de son
cœur. Ainsi, il s’ouvrira plus spontanément à l’autre en cessant de focaliser son intérêt sur lui-même, s’affranchissant du même coup de l’emprise
aliénante de l’ego. C’est par des actes gratuits qu’il pourra le mieux intégrer l’enjeu vénusien. L’injonction de Saturne et de Vénus l’aidera à
développer spontanément les qualités de Mars (en domicile). Il pourra ainsi agir conformément à ce que lui dicte l’esprit de manière gratuite et
désintéressée, sans idée de contrepartie. Voilà l’essentiel de l’enjeu initiatique proposé par le signe du Bélier.
Le Soleil (en exaltation) décrit la mission d’essence divine que ce natif sera amené à développer par la puissance de rayonnement intérieur, de
pouvoir et d’autorité qui lui sera accordée.1

Le chemin spirituel de l’âme


Nœud nord en Bélier (maison I)
Dans cette vie, le natif du Bélier doit développer l’indépendance et la capacité de décision. Le nœud sud en Balance (son passé) le rend sensible
au jugement d’autrui. Son incarnation présente doit lui apprendre à faire des choix par lui-même à partir de ce qui lui paraît juste. Un passé
karmique lié à l’ordre établi peut le rendre réticent à lutter pour affirmer ses vues. L’âme est invitée à s’ouvrir sur l’inconnu. Oser fait partie de son
apprentissage. Lorsqu’elle franchit les limites imposées consciemment, lorsqu’elle prend des risques, elle découvre une énergie nouvelle. Sa
créativité peut enfin se libérer. Au fur et à mesure que ce natif prend conscience de sa créativité, il doit trouver son équilibre entre trop imposer ou
subir. Ses désirs personnels peuvent se heurter à l’harmonie qu’il veut maintenir entre les autres et lui-même. Le couple sera source de prises de
conscience. L’alternance entre vivre pour les autres et accomplir ses désirs personnels sera ressentie comme une dualité difficile à équilibrer.

Le chemin d’apprentissage (le chemin spirituel)


Chiron en Bélier (maison I)
Le natif du Bélier devra affronter le risque, le pouvoir de l’impulsion et la passion. Il se retrouve soit entravé dans sa capacité d’initiative, soit
porté à exagérer, ce qui peut le pousser à aller au bout de ses capacités. L’instinct et le flair de notre Bélier sont mis au défi de trouver une
expression juste. Gare à la violence ou à l’impulsivité incontrôlées, subies ou provoquées. Il devra apprendre à mieux gérer ses pulsions. Dans le
sens positif, l’intuition, le courage, l’enthousiasme, la force, le leadership sont des atouts agréables. Ces qualités s’exprimeront comme un guide
apte à diriger et à canaliser le surplus d’énergie en esprit d’initiative et d’entreprise. Il sera un guide, voire un maître qu’on appréciera
grandement.

Les séraphins (anges-guides) et le signe du Bélier


21 au 26 mars : Véhuiah
Le natif est destiné à vivre certaines épreuves afin de grandir spirituellement. En retour, de nombreuses satisfactions tant sur le plan personnel
que professionnel ne manqueront pas de survenir afin d’assurer une vie satisfaisante. La qualité dominante, innée ou acquise, est la détermination.
C’est par elle que tout peut arriver.
27 au 31 mars : Jéhiel
Le natif est destiné à connaître une vie où la franchise et la transparence seront déterminantes. Il cherchera à connaître le fond des choses. La
qualité dominante, innée ou acquise, est la patience. Elle est déterminante pour le succès ou l’échec à survenir.
1er au 5 avril : Sitaël
Le natif est destiné à connaître une vie inspirée par la compassion et le désir d’aider les autres. Gare à la naïveté qui pourrait être sa pire
ennemie. La qualité dominante, innée ou acquise, est la dignité ou le respect de soi. Elle déterminera l’orientation que prendra la vie de ce protégé.
6 au 10 avril : Élémiah
Le natif est destiné à connaître une vie où l’art et le perfectionnisme seront importants. Plus marginal que la plupart avec une hypersensibilité à
gérer. La qualité déterminante, innée ou acquise, est la faculté de garder les pieds sur terre. Elle déterminera la qualité de vie sociale. Apprendre à
écouter les autres et répondre à leurs attentes légitimes seront ses leçons.
11 au 15 avril : Nahasiah
Le natif est destiné à connaître une vie où la communication et la relation interpersonnelle prendront une place de choix. La qualité dominante,
innée ou acquise, est l’humilité. C’est par elle que le succès ou l’échec arrivera.
16 au 20 avril : Lélahel
Le natif est destiné à connaître une vie dictée par l’ambition et le désir de réaliser de grandes choses. Il aura tendance à surévaluer ses forces. La
qualité dominante, innée ou acquise, est la faculté d’accepter les autres tels qu’ils sont. Elle est l’instrument par qui tout peut arriver.
La loi cosmique à observer
Première loi : « J’ai la simplicité d’un enfant. »
La simplicité est la pierre angulaire des lois cosmiques. Tout doit avoir la couleur de la simplicité.
ANALYSE DE LA LOI
Un être simple est celui qui comprend toutes les nuances de la vie et des sentiments. La simplicité est la facilité d’adaptation à chaque milieu. La
simplicité est raisonnée, elle n’est pas naïve. La simplicité accepte de ne pas tout savoir. La simplicité n’est pas l’humilité. Il est simple celui qui
reconnaît ses torts et ses bévues; celui qui reconnaît aussi ses qualités et ses talents.
Prudence et simplicité sont des amies, mais la peur, elle, est l’amie des préjugés. La méfiance appelle la méfiance, la peur appelle la peur. L’adulte
simple est capable de s’adapter à tous les milieux et à tous les gens. Il accepte avec respect les autres tels qu’ils sont, sans discrimination de milieu
social, de couleur de peau, de langue et de religion. Il n’a donc pas de préjugés. L’être simple s’accommode de toutes les conditions. Il s’adapte, s’il
n’y a pas d’autres alternatives, même aux situations les plus difficiles.
La simplicité est raisonnée, elle n’est pas naïve, elle ne « gobe » pas tout ce qu’on lui dit, mais elle ne réfute rien avant de l’avoir analysé ou
d’avoir la preuve de l’erreur qu’on lui présente. L’être simple, s’il ne croit pas ce qu’on lui dit, se tait, n’engage pas de polémiques inutiles.
LOI OBSERVÉE
Observer la première loi rend l’homme confiant et croyant en la bonté et en la beauté de la création. L’homme simple n’est pas susceptible.
LOI VIOLÉE
Violer la première loi atteint l’homme dans sa sensibilité la plus profonde, le rend soupçonneux, inquiet et distant quant aux autres. Cela fatigue
le système nerveux.
Énergie associée à la première loi : le rouge
Vie ardente, dynamique, pleine de ressources, énergique et volontaire. La personnalité cosmique rouge a une grande vitalité. C’est une
personnalité qui ne demande qu’à agir, qu’à réaliser avec persévérance le but qu’elle s’est donné. Cette énergie donne à la personnalité une force
de caractère qui lui permet de monter dans l’échelle de ceux qui ont des responsabilités importantes dans la société, d’atteindre les plus hauts
postes administratifs dans de grandes organisations. Personnalité à la fermeté de chef, au jugement droit, à la décision prompte, suivie de l’action.
Personnalité débordante de vie, active, entreprenante, énergique, défiant les obstacles comme un jeu. Personnalité travailleuse et aimant les
travaux d’envergure. Regard embrassant un large horizon. Personnalité conquérante qui œuvre dans ce sens avec ardeur. Elle veut conquérir le
monde.
Les propriétés de l’énergie rouge
• L’énergie rouge est celle qui domine toutes les autres.
• Elle est l’essence même de Dieu absolu.
• Elle reste toujours très puissante où elle se trouve.
• Elle comporte, au point de vue de l’énergie pure, tous les attributs de puissance du Père :
❍ elle représente toujours, en psychologie, la force de caractère, la volonté créatrice et réalisatrice. Cependant, il n’y entre pas de poésie et de
mysticisme;
❍ elle domine chez les hommes d’État et de guerre, les grands explorateurs, les grands pionniers et les grands constructeurs.
• Elle est difficile à « désharmoniser », car sa force harmonise automatiquement les énergies qui lui sont contraires.
• Elle est le catalyseur le plus parfait entre les énergies antagonistes.
• Elle coupe les vibrations négatives et automatiquement elle les met au positif.
• Ses attributs sont à l’image de la puissance de Dieu le Père même.
• Elle est l’énergie la plus importante, la chef de file de la matière et de toute la création du cosmos.
• Elle porte dans ses cellules le plan ultime de tout le grand univers. Rien n’est morcelé en elle.
1. Charles-Rafaël Payeur, L’astrologie de l’hemétisme chrétien, Le Bélier, le Taureau et les Gémaux, vol. no 1, pages 22, 24 et 26.
LE SIGNE DU TAUREAU

21 avril au 20 mai
Signe féminin, de la terre, fixe
Lune en exaltation
Uranus en chute
Vénus en domicile
Mars en exil
Apôtre : saint Philippe
Évangéliste : saint Luc
Mission : assurer la valorisation et la concrétisation de ses richesses personnelles; découvrir le caractère sacré de la matière reliée à l’esprit.

Plan initiatique
Sur le plan initiatique, le signe du Taureau invite le natif à découvrir que la matière est l’expression même de l’esprit. Il « conscientise » que
l’incarnation n’est pas l’entrée dans un corps matériel, mais l’engendrement d’un processus d’extériorisation. La dimension matérielle devient
l’expression extérieure de l’esprit, le corps étant considéré comme son lieu de rayonnement. Pour prendre conscience du caractère sacré de la
matière, le natif ne doit pas se laisser enfermer dans les apparences, mais les dépasser pour atteindre la racine même des choses. Son besoin de
palper, de voir et de goûter s’inscrit dans une dimension de transcendance, d’où sa capacité à harmoniser les formes et à sublimer les corps. Il
dispose alors de qualités esthétiques et artistiques qui témoignent de la présence de l’esprit (l’art étant l’union entre l’esprit et la matière).
En prenant conscience que la matière n’est pas un obstacle à l’esprit, mais son aboutissement, le natif accède à un état de paix. Ne nourrissant
plus aucune angoisse quant au monde, il ne craint plus pour sa survie.

L’apôtre saint Philippe


La tradition de l’hermétisme chrétien attribue l’apôtre Philippe au signe du Taureau. Celui-ci s’illustre au cours de la première multiplication des
pains et de la dernière cène. Le Christ éprouve alors son disciple sur sa capacité à gérer la matière.

Plan planétaire
Pour le signe du Taureau, Uranus est en chute. Cette planète permet de prendre conscience de l’unité entre les dimensions extérieures et
intérieures d’une chose; le natif devra chercher à ne plus opposer matière et esprit, mais à les considérer comme deux réalités liées. Pour ce faire,
Mars (en exil) incarne l’action dynamique neutralisant les forces des ténèbres pour révéler la vérité en pleine lumière. Le natif devra apprendre à
ne plus se laisser enfermer dans les apparences, mais à les transcender pour aller plus loin dans sa réalité. Grâce aux injonctions d’Uranus et de
Mars, il développera diverses aptitudes et qualités incarnées par Vénus (en domicile). Il jouira d’une certaine aptitude à percevoir la matière
comme une terre sacrée, tel l’enjeu proposé par le signe du Taureau. La Lune (en exaltation) dans ce signe indique la concrétisation du principe
divin dans le monde terrestre. Cela dit, le natif fera de la matière un reflet fidèle de la divinité (son corps, son esprit).2

Le chemin spirituel de l’âme


Nœud nord en Taureau (maison II)
Ce signe invite à développer la stabilité. S’ancrer dans des valeurs solides fait partie de l’apprentissage au cours de cette incarnation. Le nœud
sud en Scorpion ravive quelques angoisses, un peu de manques, la crainte du changement. Le nœud nord en Taureau risque de devenir un système
de compensation; accumuler et posséder peut faire partie d’un processus qui rassure la personne, mais qui n’engendre pas l’évolution. Trop de
remises en question dans la vie antérieure peuvent donner la peur des grands bouleversements. L’être du Taureau doit apprendre à trouver la
sécurité intérieure, à mettre de la constance dans ses choix en œuvrant avec patience dans l’orientation qu’il prend. L’amour et la profondeur
affective sont les valeurs qu’il doit développer. La nature et la vie artistique peuvent le transformer.

Le chemin d’apprentissage de l’âme


Chiron en Taureau (maison II)
Le défi d’apprentissage pour le natif du Taureau réside dans le besoin de sécurité affective ou matérielle, souvent très difficile à acquérir. Il le vit
comme un combat continuel pour combler ses besoins. Il peut développer un attachement excessif à toute forme de sécurité, d’où une incapacité à
envisager quelque perte que ce soit. La force de réalisation et la sensualité sont présentes. La sécurité sous toutes ses formes ne va pas de soi; il
faut l’acquérir durement. Des abandons ou des difficultés matérielles importantes peuvent brimer la base du sentiment de sécurité personnelle.
Cela rend souvent difficiles les relations personnelles, car la peur de l’abandon empêche le développement de bons rapports. Une attitude
compensatoire peut amener le natif à exagérer ses besoins d’acquisitions matérielles en devenant un consommateur compulsif. La sensualité,
n’étant pas très bien comblée, peut l’amener aux excès. Ou si elle est bloquée, elle doit être redécouverte. Le natif devra apprendre à utiliser à bon
escient les forces de ce signe terrien. Les qualités d’engagement, d’intimité, de solidité, de ténacité sont à reconquérir ou à utiliser sainement. Le
désir de régler des problèmes matériels ou des solutions concrètes et stables est alors envisagé. Avec le temps, le sentiment de sa propre valeur lui
sera transmis par le sentiment de sécurité émotionnelle et physique.

Les séraphins (anges-guides) et le signe du Taureau


21 au 25 avril : Achaiah
Le natif est sous la protection d’Achaiah. Il est destiné à connaître une vie axée sur le travail et l’effort. Très actif, il devra son succès à sa ténacité.
La qualité dominante, innée ou acquise, est la maîtrise de soi. Elle lui apportera l’équilibre tant financier qu’émotionnel.
26 au 30 avril : Cahétel
Le natif est destiné à connaître une vie mouvementée sur tous les plans. Doté d’une forte personnalité, il intervient dans les situations injustes
pour protéger les gens qui lui sont chers. La qualité dominante, innée ou acquise, est la ténacité. Il est reconnu comme un bâtisseur ou un
visionnaire.

Les chérubins et le signe du Taureau


1er au 5 mai : Haziel
Le natif est destiné à connaître une vie où la solitude et le besoin d’être face à lui-même prédominent. Solitaire dans l’âme, il trouve ses propres
solutions en s’intériorisant. Les qualités dominantes, innées ou acquises, sont la capacité d’adaptation et la compassion.
6 au 11 mai : Aladiah
Le natif est destiné à connaître une vie où l’intégrité et la malhonnêteté intellectuelle seront souvent affrontées. Seuls son bon sens et son tact
auront un dénouement positif. Les qualités dominantes, innées ou acquises, sont l’ouverture d’esprit et la faculté de réprimer ses émotions. Elles
seront déterminantes dans la réussite ou non de sa vie.
12 au 16 mai : Lauviah
Le natif est destiné à connaître une vie où l’amour et l’amitié seront favorisés. Il aura la faculté de semer l’harmonie autour de lui. La qualité
dominante, innée ou acquise, est la modération en toute chose. Il doit se rappeler qu’un juste milieu est de bon aloi en tout.
17 au 21 mai : Hahaiah
Le natif est destiné à connaître une vie de justice que ce soit dans sa vie professionnelle ou sociale. Souvent contesté, il devra faire face à
l’adversité. La qualité dominante, innée ou acquise, est la faculté de discerner le vrai du faux.
La loi cosmique à observer
Neuvième loi : « Je comprends et j’observe la loi naturelle. »
Le respect des lois naturelles est l’application d’une vie au positif dans tous les domaines.
ANALYSE DE LA LOI
La compréhension d’une loi est la possibilité de la vivre. La vivre est l’application de cette compréhension à tous les actes quotidiens (sur les
quatre plans) :
1. Plan physique : le corps réclame une nourriture et un environnement sains et appropriés à sa constitution. L’attitude positive permet une
meilleure circulation du sang, un équilibre nerveux plus sûr et une digestion meilleure.
2. Plan intellectuel : nourriture de l’intelligence qui demande à connaître le pourquoi des événements, l’explication de ce qui lui paraît insolite et
l’obligation de respecter ces besoins. Chaque jour apporte des expériences nouvelles et des bribes de connaissances inédites des hommes et de
l’organisation humaine.
3. Plan psychique : le psychisme sert de lien entre l’être et ce qui l’entoure. Les psychismes s’influencent les uns les autres, c’est la
communication énergétique de la pensée. Si l’on sème de l’amour, on récoltera de l’amour.
4. Plan spirituel (âme) : l’homme doit être conscient de son âme. Elle lui demande de la faire évoluer en réalisant son plan de vie. L’âme a besoin,
en début de chaque journée, de s’unir à la conscience de l’homme afin d’œuvrer en synergie avec le cosmos et le Créateur.

Lorsque l’homme a compris l’interinfluence de ces quatre parties de sa personnalité, il est sur le chemin d’une évolution équilibrée, sa vie est
transformée, il ne voit plus les gens et les choses comme des systèmes isolés, mais comme un tout qui doit fonctionner en harmonie. Une pensée
positive doit donc naître chez l’homme dès son réveil.
LOI OBSERVÉE
Observer la neuvième loi mène l’homme au chemin d’une évolution équilibrée sur les quatre plans. L’homme voit les gens et les choses comme
un tout qui doit fonctionner en harmonie. C’est la santé parfaite sur les quatre plans. Le rayonnement est présent. L’homme est heureux. Il vit
positivement, il comprend les bienfaits d’un état optimiste, il est tourné vers le bon côté des choses, il est équilibré et son influence est bénéfique.
LOI VIOLÉE
Violer la neuvième loi perturbe l’estomac par les réactions négatives qui entraînent des soucis et de l’angoisse et qui finissent par sécréter des
sucs gastriques acides qui occasionneront des ulcères d’estomac. L’homme se replie sur lui-même, égoïstement, n’ayant confiance qu’en ses
propres forces. Cet homme est malheureux, il retarde son évolution et prive les autres de l’aide qu’un homme équilibré devrait donner.
Énergie reliée à la neuvième loi : le bleu ombré
L’énergie bleu ombré est un élément créateur actif qui donne à la personnalité beaucoup d’imagination et d’initiative pour concevoir et réaliser
un projet, un désir inassouvi de créer sans cesse, des idées inédites, des goûts très personnels qui le placent hors de la foule et une imagination
féconde à la recherche continuelle d’inventions.
La personnalité est créative, mais sa créativité réalise surtout des mécaniques délicates et complexes. De plus, elle n’est pas suffisamment
dynamique et persévérante pour réaliser ce qu’elle a conçu. Elle a un goût insatiable de changement, de nouveauté; le statu quo la fatigue et
l’ennuie. Elle démontre un goût insatiable de découvrir les secrets de la nature.
Les propriétés de l’énergie bleu ombré
• L’énergie bleu ombré est surtout réparatrice de la matière intellectuelle, soit le système nerveux central.
• Elle guérit les dépressions nerveuses.
• Elle favorise le développement neuronique.
• Elle active les lobes paresseux du cerveau.
• Elle est peu propice à la réparation de la matière inanimée.
• Elle peut aider seulement les autres énergies, mais dans le domaine nerveux, elle est très curative.
2. Ibid, pages 75,77 et 83.
LE SIGNE DES GÉMEAUX

21 mai au 21 juin
Signe masculin, de l’air, mutable
Jupiter en exil
Mercure en domicile
Apôtre : saint Thomas
Mission : parfaire la découverte de ses propres valeurs dans un rapport plus ouvert avec le monde extérieur; réconcilier les contraires dans une
découverte de leur unité profonde.

Plan initiatique
Sur le plan initiatique, le signe des Gémeaux invite le natif à prendre conscience de l’importance du rapport de complémentarité entre sa
conscience corporelle (orientée vers les réalités extrêmes) et sa conscience spirituelle (focalisée sur les réalités intérieures). Seule une juste
relation entre ces deux dimensions de l’être peut lui permettre de s’exprimer pleinement sans succomber aux forces négatives. Tout l’enjeu
initiatique du signe des Gémeaux consiste à mettre en relation les deux dimensions qui constituent son être (la conscience corporelle et la
conscience spirituelle).

L’apôtre saint Thomas


La tradition de l’hermétisme chrétien associe saint Thomas au signe des Gémeaux : le nom de l’apôtre en hébreu signifie « jumeau ». Son nom, en
grec, Thomos, signifiait « division » ou « partage », évoquant à nouveau le principe de dualité que le signe des Gémeaux incarne. Cet apôtre est
principalement connu dans la tradition par le fait qu’il douta de la résurrection du Christ en demandant des preuves tangibles. Ce besoin de
constater concrètement les faits évoque assez bien l’intelligence pragmatique caractérisant tout natif des Gémeaux, avide de connaître le pourquoi
et le comment des choses.
Ainsi, Thomas est convié par le Christ à se convertir. Pour ce faire, il devra instaurer un rapport de complémentarité entre son apparence (ce que
sa conscience corporelle lui renvoie de lui-même) et son essence (sa vraie nature révélée par sa croissance spirituelle). Saint Thomas, compagnon
du Christ, incarne l’aspirant qui sait demeurer fidèle à sa dimension interne dans son rapport avec le monde extérieur.

Plan planétaire
Pour le signe des Gémeaux, il n’existe pas de planète en chute ni en exaltation. Par contre, Jupiter est en exil. Cette planète incarne la force qui
devra être utilisée par l’aspirant pour mieux vivre les enjeux de ce signe. Jupiter évoque la confiance et la foi qui permettent d’échapper à toute
forme d’instabilité résultant de diverses formes d’angoisse spirituelle sur lesquelles le natif devra travailler. La confiance et la foi lui permettent de
transcender efficacement les craintes qu’il pourrait ressentir quant aux véritables contrastes et à certaines oppositions affrontées en s’ouvrant au
monde extérieur. Grâce aux injonctions de Jupiter, le natif acquerra naturellement certaines qualités incarnées par Mercure (en domicile) : celles-
ci en rapport avec la médiation. Ainsi, il développera une force intérieure qui l’amènera à établir un rapport dynamique entre ses propres valeurs
(celles de son être profond) et les valeurs de son environnement extérieur. Une grande facilité d’adaptation, une souplesse mentale ainsi qu’une
capacité à relativiser les faits de l’existence lui seront accordées. Voilà l’essentiel de l’enjeu de ce signe.3

Le chemin spirituel de l’âme


Nœud nord en Gémeaux (maison III)
Le monde de l’incarnation est la communication. Partager des idées, s’ouvrir, s’intéresser à ce qui se passe autour de soi fait partie des attitudes
que le Gémeaux doit mettre en œuvre activement et consciemment.
Le nœud sud en Sagittaire suggère un passé d’optimisme, de voyages et de philosophie. Dans l’incarnation présente, l’être doit affronter le
quotidien. Cela peut réveiller de la nostalgie d’un certain idéal perdu. Le travail intérieur s’effectue en pratiquant les convictions que l’on porte en
soi. Faire passer son idéal dans la vie de tous les jours et se mettre à la portée des autres l’oblige à trouver un autre mode de communication en
s’adaptant sans cesse. Pour parfaire son évolution, le natif peut agir par l’enseignement en divulguant des idées. Il doit s’assouplir et s’adapter sans
cesse.

Le chemin d’apprentissage de l’âme


Chiron en Gémeaux (maison III)
Le chemin d’apprentissage en Gémeaux passe par tout ce qui se rapporte à l’environnement immédiat : la communication, la découverte, le goût
d’apprendre et d’enseigner. La vivacité et la spontanéité communicatives sont constamment affrontées, ce qui oblige le Gémeaux à plus de
réflexions.
Des événements difficiles en lien avec la fratrie ont laissé des marques. Un inconfort se traduit par le manque de confiance en sa capacité
intellectuelle, d’analyse et de communication. Le natif a tendance à accumuler un savoir varié, mais sans substance approfondie. Les événements
de vie aideront ce natif à mieux les canaliser. Il devra apprendre à utiliser sciemment le pouvoir de la communication et celui de la pensée. Chiron
en Gémeaux, mû par son insécurité intellectuelle, pousse à toujours mieux approfondir et à élargir son champ de connaissances. Se sentant
toujours en apprentissage, en essai ou en analyse, le natif vit une mise en ordre continuelle de ses connaissances. Transmettre son savoir lui est
primordial : un vrai talent de communicateur peut en ressortir. Il cherche à atteindre tout le monde avec une grande clarté de propos.
La dualité est associée aux Gémeaux : avec Chiron, cela peut entraîner une grande sensibilité devant toute division, tout antagonisme, toute
opposition. Une paralysie quant à toute situation conflictuelle en résulte souvent. Excellent arbitre dans les conflits, capable de relier et de voir au-
delà de la dualité, avec une belle ouverture d’esprit.

Les séraphins (anges-guides) et le signe des Gémeaux


22 au 26 mai : Yézalel
Le natif est destiné à connaître une vie axée sur la recherche du pourquoi des choses. Son esprit analytique saura vulgariser les problèmes les
plus complexes. La qualité dominante, innée ou acquise, est la confiance en soi. Par elle, tout peut arriver.
27 mai au 31 mai : Mébahel
Le natif est destiné à connaître une vie très active où les relations interpersonnelles prendront une place importante. La qualité déterminante,
innée ou acquise, est le sens de l’équité. Elle déterminera l’orientation de sa vie.
1er au 6 juin : Hariel
Le natif est destiné à connaître une vie où la recherche de l’harmonie intérieure prend une place importante. Porté par la spiritualité et tout ce
qui touche au surnaturel, il sera de bon conseil et un guide de recherche. La qualité dominante, innée ou acquise, est la modération.
7 au 11 juin : Hékamiah
Le natif est destiné à connaître une vie axée sur la loyauté et la sécurité. Son franc-parler lui vaudra autant de succès que d’échecs. Les qualités
dominantes, innées ou acquises, sont l’humour et l’autodérision. Elles seront déterminantes dans les relations interpersonnelles professionnelles
et sociales.
17 au 21 juin : Caliel
Le natif est destiné à connaître une vie où le dépassement de soi prévaudra sur tout. De caractère altruiste, il fera profiter son entourage de ses
succès. Les qualités dominantes, innées ou acquises, sont l’humilité et la maîtrise de ses émotions.

La loi cosmique à observer


Deuxième loi : « J’ai la joie de vivre. »
Lorsqu’un homme vit en harmonie avec son être biologique, qu’il répond à l’élan de son âme, il ressent la joie de vivre, car il porte en lui la
plénitude qui alimente le fonctionnement parfait de sa personnalité, corps et âme.
La joie de vivre n’est pas extérieure à nous, mais en nous. Une bonne santé est le point de départ de la joie de vivre. L’organisme doit donc obéir
aux lois physiques – l’intelligence, aux lois de sa conscience d’homme, et la conscience, aux lois de son âme. La joie de vivre naît aussi de l’amour de
son travail. La joie de vivre s’acquiert par la volonté persévérante d’évoluer.
Cette loi met en marche les énergies capables de produire dans l’homme ce sentiment de joie, sentiment merveilleux et très propice à la santé de
l’homme, santé tant spirituelle que psychique, physique et intellectuelle.
La joie de vivre, c’est la conscience que nous avons de nous-mêmes, la consience de la place que nous occupons dans l’univers, la consience de
notre avenir. Lorsqu’un être humain respecte les lois universelles et divines, il possède inévitablement la joie de vivre, car il sait, même dans le
malheur, découvrir le côté positif des événements.
La joie de vivre s’acquiert par la volonté persévérante d’évoluer.
LOI OBSERVÉE
Observer la deuxième loi et respecter les lois physiques, intellectuelles et spirituelles entraîne la joie de vivre. L’état de santé sera d’autant plus
stable et plus résistant aux agents négatifs extérieurs.
LOI VIOLÉE
Violer la deuxième loi mène à l’intoxication du foie de la personne, ce qui la rend morose, inquiète et soucieuse pour tout et rien.
Énergie reliée à la deuxième loi : le jaune
L’énergie jaune attire et retient les gens, elle les influence par sa parole, son regard et sa présence. Elle est magnétique. Elle possède un charme
naturel, elle attire et retient ceux qu’elle aime. Elle présente un psychisme capable de communiquer avec les énergies et les êtres invisibles. Le
magnétisme relié au jaune rend la personnalité influente dans son milieu et habile pour communiquer son enthousiasme. Elle a beaucoup d’attrait,
elle plaît au sexe opposé.
Les propriétés de l’énergie jaune
• L’énergie jaune est essentiellement créatrice. Sans elle, la matière serait uniforme. Elle crée des formes nouvelles à chacun de ses mouvements,
formes invisibles d’abord à des yeux humains, mais en continuelle formation au sein de la matière.
• Elle influence tout ce qu’elle touche en y ajoutant une parcelle de création, et pour l’homme, un désir d’inventer, de construire de créer des
formes inédites, des pensées nouvelles qui pourront, par leur diffusion, influencer l’humanité.
• Elle a plusieurs propriétés qui semblent antagonistes à première vue. Elle est d’abord énergie dynamique, énergie magnétique et, si nécessaire,
énergie statique.
• Elle est l’énergie dont se servent les créateurs de mondes, les constructeurs de superunivers où tout est combiné dans une harmonie parfaite.
Les créateurs d’univers sont essentiellement des êtres divins personnalisés, des fils de l’énergie jaune. Quand on dit « fils d’une énergie », ce
sont les termes, car l’énergie est Dieu même.
3. Ibid, pages 118, 124 et 127.
LE SIGNE DU CANCER

22 juin au 22 juillet
Signe féminin, de l’eau, cardinal
Lune en domicile
Mars en chute
Mercure en exil
Jupiter en exaltation
Apôtre : saint Thaddée
Mission : se constituer une personnalité et un milieu de vie reflétant au mieux ses atouts personnels; se placer à l’écoute de l’esprit pour assurer en soi
le développement d’une conscience nouvelle.

Plan initiatique
Sur le plan initiatique, le signe du Cancer incarne une impulsion invitant le natif à entreprendre en lui-même une profonde introspection dans
une attitude d’ouverture, de réceptivité et d’écoute pour y extraire les ressources spirituelles nécessaires à une conscience nouvelle.
Dans la théologie mystique, saint Jean de la Croix écrit : « Dieu enseigne l’âme en secret et l’instruit en perfection d’amour, sans qu’elle ne fasse
rien, ni ne sache comment est cette contemplation infuse… »
Cela est une épreuve difficile, car en se plaçant à l’écoute des impulsions de son essence profonde (son esprit), le natif réalise que celles-ci
correspondent rarement aux valeurs de la société.

L’apôtre saint Thaddée


La tradition de l’hermétisme chrétien associe l’apôtre Thaddée au signe du Cancer. Il est nommé « Jude » dans les actes des apôtres et « Judas »
dans les Évangiles selon saint Luc et saint Jean.

Plan planétaire
Pour le signe du Cancer, Mars est la planète en chute. Elle incarne le pouvoir d’action. Cette portion planétaire indique que le natif devra
travailler à harmoniser cette attitude en vue d’incarner ce qu’il porte au plus profond de lui-même et se forger ainsi une personnalité en harmonie
avec son identité profonde. Pour ce faire, il devra s’appuyer sur les forces de Saturne (en exil) qui l’obligera à pénétrer au plus profond de lui-
même pour accomplir une ascèse lui permettant d’évacuer toute dimension étrangère à son essence véritable.
Les injonctions de Mars et de Saturne correspondent à la principale dynamique du signe incarné par la Lune (en domicile). En ce sens, le natif
jouira d’une attitude lui permettant de refléter de manière tangible ce qu’il porte à l’intérieur de lui, répondant ainsi à l’enjeu de ce signe.

Jupiter (en exaltation) l’incitera à développer une attitude de foi sachant s’ouvrir à la nature pour la faire fructifier.4

Le chemin spirituel de l’âme


Nœud nord en Cancer (maison IV)
Cette existence invite le natif à explorer la richesse des sentiments. Un passé de rigueur et d’austérité, indiqué par le nœud sud en Capricorne, a
incité l’être à intérioriser sa sensibilité ou même à la brimer. Celle-ci peut revenir en force avec une demande affective difficile à extérioriser. Il y a
souvent un lien karmique avec la mère ou l’enfant. La famille est un lieu d’évolution et de métamorphoses profondes voulues ou imposées. Le natif
doit accéder à la tendresse qu’il porte au fond de lui et qu’il a tendance à réprimer ou à laisser surgir en trop-plein. Il lui est demandé, dans cette
vie, de faire fondre la dureté qu’il porte en lui pour développer sa réceptivité. Le besoin de foyer et de famille peut être transposé dans un rôle de
père ou de mère symbolique.

Le chemin d’apprentissage de l’âme


Chiron en Cancer (maison IV)
L’apprentissage se rapporte aux besoins d’appartenance et d’identité : famille, maternité, patrie, tribu. L’imagination et la sensibilité
représentent une source de débat intérieur constant.
La mère et l’enracinement familial constituent la principale source de blessures. Le natif n’a pas eu la sécurité ou le refuge attendus, ce qui crée
une faille dans le sentiment de protection. Il ne peut s’identifier au milieu de sa provenance. Il lui faut donc construire les bases de sa personnalité
en dehors de cette source. Un sentiment de coupure et de déracinement l’habite. Un attachement plus ou moins infantilisant à l’image maternelle
ou familiale peut l’habiter. Dans le positif, un esprit communautaire peut émerger de ces expériences. Le besoin de réparations passe par la
collectivité. Créer sa propre famille est nécessaire et réparateur de ce qui a manqué. De même, savoir gérer ses émotions lui apporte une écoute
intuitive importante dans la gestion de sa vie. La quête de racines peut éveiller un grand sens de l’histoire.

Les trônes (anges-guides) et le signe du Cancer


22 au 27 juin : Leuviah
Le natif est destiné à connaître une vie de découverte du monde et un grand besoin de voyager. Il devra se méfier de toute forme d’inconscience.
Les qualités dominantes, innées ou acquises, sont l’ouverture d’esprit et le respect envers les autres.
28 juin au 2 juillet : Pahaliah
Le natif est destiné à connaître une vie axée sur l’altruisme et le dévouement. Il sera de bon conseil et vivra en harmonie avec lui-même. Les
qualités dominantes, innées ou acquises, sont la pondération et le discernement.
3 au 7 juillet : Nelchaël
Le natif est destiné à connaître une vie basée sur la dignité et l’émancipation sociale. Il est révolutionnaire dans l’âme et sa vie sera vouée à la
liberté et à la dignité sociale. La qualité dominante, innée ou acquise, est la probité.
8 au 12 juillet : Hélayel
Le natif est destiné à connaître une vie où l’amitié et l’affection prendront une place importante. Il devra se méfier d’une sensibilité à fleur de
peau. La qualité dominante, innée ou acquise, est la résignation ou la faculté d’accepter l’inévitable.
13 au 18 juillet : Mélahel
Le natif est destiné à connaître une vie de combat contre la violence et la cruauté qui prendra une place importante. Il devra opter pour la
négociation au lieu de l’affrontement. La qualité dominante, innée ou acquise, est la droiture d’esprit.
19 au 23 juillet : Haheuiah
Le natif est destiné à connaître une vie où l’espoir et l’optimisme primeront. Doté d’une grande force de caractère, il est capable de déplacer les
montagnes. Les qualités dominantes, innées ou acquises, sont l’indulgence et le pardon.

La loi cosmique à observer


Quatrième loi : « Je suis compréhensif. »
La compréhension, c’est la faculté de comprendre. C’est un acte de l’intelligence qui a acquis une connaissance d’un sujet ou d’un objet par
l’observation, la réflexion et la recherche. La compréhension est la clé de la paix, qui permet aux hommes de vivre ensemble. Comprendre l’autre
signifie ne pas le juger selon son propre critère. Chaque homme est unique. Comprendre, c’est pardonner, c’est se projeter dans l’autre et se
demander ce que l’on aurait fait à sa place dans les mêmes circonstances. La compréhension demande patience, tolérance et écoute.
LOI OBSERVÉE
Observer la quatrième loi est gage de paix, d’entraide, de fraternité. L’homme qui comprend autrui est indulgent, patient et cherche les raisons
qui l’ont fait agir.
LOI VIOLÉE
Violer la quatrième loi fait naître chez l’homme un état de suspicion, ce qui fatigue le système nerveux sympathique ou autonome et s’attaque au
plexus solaire, le cerveau des entrailles de l’homme.
Énergie reliée à la quatrième loi : le vert
L’énergie verte est transformatrice. Elle rend la personnalité capable de réaliser des projets concrets. Elle lui confère un caractère entreprenant
qui met en marche des projets d’envergure, la faculté de construire des œuvres inédites, révolutionnaires pour l’époque, la faculté de changer
l’orientation des lois sociales et même religieuses, si son état de vie le lui permet, et de transformer son milieu écologique et social. Elle donne la
souplesse de caractère et de volonté. L’être est compréhensif, positif et trouve le moyen d’être heureux partout où il se trouve.
Les propriétés de l’énergie verte
• Tout comme les hommes s’aident entre eux, combinent leurs forces et leurs idées, le jaune et le bleu s’unissent pour donner naissance à une
autre forme d’énergie plus constructive encore et transformatrice de la matière.
• L’énergie verte porte en elle non seulement les qualités constructives du jaune, mais les qualités spirituelles du bleu, puisqu’elle transforme
non seulement la matière inanimée, mais la matière vivante imprégnée de l’énergie vitale divine.
• Elle est indispensable à l’entretien de la vie. Elle est la transformatrice de tête de tout ce qu’il y a à transformer et à réparer.
• Avec d’autres énergies, elle reconstitue les plantes et transforme les éléments du sol en éléments nutritifs du règne végétal.
• Elle est chimiste par excellence de la digestion, de l’assimilation et de la transformation des éléments inanimés en éléments vivants.
4. Charles-Rafaël Payeur, L’astrologie de l’hemétisme chrétien, Le Cancer, le Lion et la Vierge, vol. no 2, pages 21, 22 et 25.
LE SIGNE DU LION

23 juillet au 22 août
Signe masculin, du feu, fixe
Soleil en domicile
Saturne en exil
Apôtre : saint Pierre
Évangéliste : saint Marc
Mission : faire rayonner pleinement ses valeurs personnelles afin d’exprimer entièrement son être profond; témoigner du nouvel ordre mondial qui
doit venir (celui de l’esprit).

Plan initiatique
Sur le plan initiatique, le signe du Lion incarne la nécessité de témoigner d’un nouvel ordre du monde. Le natif ne doit plus brimer l’expression
de sa nature profonde et il doit l’exprimer avec force et puissance. C’est ce qu’affirme le Christ lorsqu’il déclare : « Vous êtes la lumière du monde. »
Répondant à l’enjeu initiatique du Lion, le natif apprend à rendre témoignage de l’esprit en prophétisant et en éclairant la conscience de ceux qui
l’entourent tout en les éveillant à leurs forces spirituelles présentes en chacun d’eux. Le natif doit vivre une grande ascèse et une certaine capacité
à transcender les limites de l’ego. Il devient un canal vivant qui ne conserve pas la lumière pour lui-même, mais la transmet autour de lui. Le Christ
le répéta maintes fois : « Je ne cherche pas ma volonté, mais la volonté de Celui qui m’a envoyé. Si je me rends témoignage à moi-même, mon
témoignage n’est pas valable. »
La force dont le signe du Lion est l’incarnation sur un plan initiatique n’est donc pas une force extérieure. Elle est tout autre. C’est la puissance de
l’amour qui n’impose rien et offre tout.

L’apôtre saint Pierre


La tradition de l’hermétisme chrétien associe l’apôtre Pierre au signe du Lion. Surnommé le « prince des apôtres », il apparaît comme étant celui
qui parle ou agit au nom des douze. Cette primauté lui fut confirmée par le Christ : « Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Église. » Ainsi,
Pierre représente l’homme nouveau qui, missionné pour rendre témoignage, est investi des pouvoirs requis.

Plan planétaire
Pour le signe du Lion, Saturne est en exil. Il incarne la force qui devra être utilisée pour mieux vivre les enjeux solaires. Saturne évoque une force
d’introspection, de concentration et d’ascèse amenant le natif à se détacher de certains principes qui lui sont imposés par le monde extérieur.
Saturne suscite l’acceptation et l’assumation de ses valeurs personnelles lui permettant d’atteindre une certaine maturité. Répondant aux
injonctions saturniennes, le natif acquerra certaines qualités incarnées par le Soleil (en domicile). Il pourra ainsi s’exprimer avec une puissance de
rayonnement prenant sa source au plus profond de son être. Il pourra témoigner clairement en faveur de l’esprit et jouira d’une grande autorité
pour commander et diriger avec noblesse et dignité sans recourir à la force ou à la contrainte. Voilà l’essentiel de l’enjeu de ce signe.5

Le chemin spirituel de l’âme


Nœud nord en Lion (maison V)
L’âme s’incarne pour exprimer ses émotions et pour s’impliquer dans la relation aux autres. Le nœud sud en Verseau a privilégié la pensée,
l’action ou l’engagement axés sur des concepts abstraits. Dans cette vie-ci, le natif reprend un idéal de perfection exigeant et sélectif. Son évolution
passe par l’acceptation du sentiment. L’âme doit se dégager de la pensée pure, des principes qui pourraient régir sa relation aux autres. Il lui est
demandé d’écouter son cœur, de s’impliquer sur le plan affectif. Être un père symbolique, chaleureux, rigoureux, protecteur et guide à la fois. Le
danger est de manifester l’orgueil du pouvoir et de la réussite. L’âme découvre un sentiment de joie et de force intérieure dans cette incarnation.

Le chemin d’apprentissage de l’âme


Chiron en Lion (maison V)
Avec Chiron en Lion, le sens de la dignité, la fierté, le rayonnement et l’expression personnelle au travers des œuvres, de l’éducation ou de la vie
affective sont en cause pour l’apprentissage de l’âme. Le rapport avec le père est primordial en bien ou en mal, selon les expériences vécues. Le
besoin d’admirer, d’avoir des repères est important. Le natif doit développer la confiance en soi, savoir prendre sa place, ouvrir son cœur et
exprimer ses sentiments. Tous les domaines affectifs sont sollicités. Le chemin de la réparation guérisseuse passe par les enfants pour récupérer
sa propre enfance blessée.
Positivement, le natif a un besoin de « participer », de s’exprimer. Très performant, il cherche à sortir le meilleur de lui-même, les difficultés
peuvent servir de dépassement.

Les dominations (anges-guides) et le signe du Lion


24 au 28 juillet Nith-haiah
Le natif est destiné à connaître une vie où l’aisance et la prospérité lui seront offertes en récompense. Il devra se méfier de tout égocentrisme ou
narcissisme qui pourrait tout compromettre. La qualité dominante, innée ou acquise, est la persévérance. Souvent impatient, il devra faire preuve
de ténacité tout au long de sa vie.
29 juillet au 2 août : Hahaiah
Le natif est destiné à connaître une vie où la recherche de l’harmonie intérieure et la passion prédomineront. Porté vers la spiritualité et le
mysticisme, allant plus au fond des choses que le commun des mortels. La qualité dominante, innée ou acquise, est la faculté d’adaptation.
3 au 7 août : Yérathel
Le natif est destiné à connaître une vie pleine de rebondissements et d’étonnements. Grande capacité d’adaptation avec une grande force de
caractère. La qualité dominante, innée ou acquise, est la faculté de pondérer les émotions lors d’échecs. Il devra apprendre à savoir reconnaître
son tort et réfréner toute colère.
8 au 13 août : Séhéiah
Le natif est destiné à connaître une vie où la discipline et la fidélité primeront. Sa grande force de caractère le rendra apte à faire face à toutes les
situations. La qualité dominante, innée ou acquise, est la volonté.
14 au 18 août : Reiyiel
Le natif est destiné à connaître une vie où la quiétude et le détachement prendront de l’importance. De bon conseil pour ses proches, en
harmonie avec lui-même. Les qualités dominantes, innées ou acquises, sont l’ouverture d’esprit et la modestie.
19 au 23 août : Omaïl
Le natif est destiné à connaître une vie axée sur l’humanisme et le respect de tous. Il aura un caractère revendicateur pour tout ce qui touche les
opprimés et les démunis.

La loi cosmique à observer


Troisième loi : « Je suis miséricordieux. »
Le mot miséricorde vient du mot latin misereri, qui signifie « avoir pitié », et de cor, cordis, qui signifie « cœur ». Il faut donc s’attendre à ce que le
cœur occupe la place importante dans la pratique de cette loi, plus que la logique et l’esprit calculateur auxquels la vie a habitué l’homme, bon gré,
mal gré. La miséricorde est une vertu qui porte à la compassion envers les « misères » d’autrui et qui mène à les soulager. La miséricorde est un
sentiment qui n’approuve pas le mal mais qui pardonne tout. Le pardon doit être inconditionnel, sans limites. Il existe trois degrés dans le pardon :
un acte normal d’humain, un acte hautement spirituel et un acte divin. Pour être parfaite, la miséricorde doit atteindre ce dernier degré.
LOI OBSERVÉE
Observer la troisième loi entraîne un cœur en santé. L’optimisme règne. La personne s’exprime bien et retrouve la liberté.
LOI VIOLÉE
Violer la troisième loi rend l’homme malade, haineux, pessimiste et las de vivre (le cœur est attaqué).
Énergie reliée à la troisième loi : le bleu
L’énergie bleue est électrique. Elle rend la personnalité attachante par sa vivacité d’esprit et ses réactions spontanées. Les activités sont
nombreuses, la pensée est vive et les gestes sont rapides. Elle confère une allure de jeunesse, un regard vif et une compréhension rapide en plus de
talents artistiques reliés à la scène. La personne aimera aussi la contemplation, la méditation et la prière. L’énergie bleue est d’une grande
spiritualité. On y retrouve des mystiques.
Les propriétés de l’énergie bleue
• L’énergie bleue « achève » la beauté, la bonté de la Création.
• Elle est un élément rajeunissant de l’organisme physique.
• Elle est l’énergie de l’électricité, de l’intuition, de la communication, du temps, de la spiritualité.
• Elle peut conserver les archives du temps.
• Elle est à la base de ces espaces d’énergie invisibles, mais pourtant réels du monde des esprits.
5 Ibid, pages 19-21 et 25.
LE SIGNE DE LA VIERGE

22 août au 21 septembre
Signe féminin, de la terre, mutable
Vénus en chute
Jupiter en exil
Mercure en domicile et en exaltation
Apôtre : saint Mathieu
Mission : remettre en question ses acquis personnels pour les mettre au service de la collectivité; se placer au service des autres dans une disposition
d’offrande et de don.

Plan initiatique
Sur le plan initiatique, le signe de la Vierge incarne une aptitude à servir incitant le natif à mettre tout ce dont il dispose au service de l’autre. Le
service évoque plutôt un état de conscience conditionnant l’être en entier vers une nouvelle expérience de vie. Cette disposition de l’être sera le
fruit d’une longue maturation intérieure où la personnalité sera pleinement épanouie. Le natif pourra aller vers l’autre facilement de façon
gratuite, de manière aimante et désintéressée. En d’autres termes, le signe de la Vierge évoque une prise de conscience pour découvrir que le
pouvoir, l’avoir et le « valoir » ne peuvent constituer une fin en soi. Il lui faudra donc mettre cela au service des autres. C’est dans ce sens que Max
Heindel déclarait que « servir en tout désintéressement est la voie la plus courte, la plus sûre et la plus joyeuse qui mène à Dieu ».

L’apôtre saint Mathieu


La tradition de l’hermétisme chrétien associe l’apôtre Mathieu au signe de la Vierge. Il appartient à la classe des agents du Trésor public. Il est
doté d’une aptitude à « classifier » dans un souci du détail, de précision, d’exactitude et d’une importante rigueur à travers la charge incarnée par
l’apôtre. Il a une capacité à se mettre au service d’une collectivité. L’épuration de la personnalité répond à l’enjeu du signe de la Vierge.

Plan planétaire
Pour le signe de la Vierge, Vénus (en chute) est l’élément principal sur lequel le natif doit travailler. C’est sur le plan émotionnel et affectif qu’il
est le plus fragilisé. Pour répondre à l’enjeu du signe (remettre en question ses acquis pour les mettre au service de la collectivité), le natif devra
apprendre à se placer à l’écoute des impulsions de son cœur. Jupiter (en exil) lui demandera d’éveiller en lui une capacité à faire confiance, ce qui
est le principal enjeu de cette planète.
Grâce aux injonctions de Vénus et de Jupiter, le natif développera certaines aptitudes associées à Mercure (en domicile) comme un bon sens lui
permettant de prendre une distance par rapport à ses acquis. Mercure (en exaltation) dans ce signe incarne le processus de médiation et de
communication. En accomplissant cet enjeu, le natif sera amené à s’ouvrir à l’autre par la communication.6

Le chemin spirituel de l’âme


Nœud nord en Vierge (maison VI)
Pour poursuivre sa croissance psychique et spirituelle, le natif doit développer les qualités d’analyse, le sens des réalités, l’acceptation du
concret. Il doit apprendre à s’extraire de ses émotions présentées par le nœud sud en Poissons. Être plus lucide, plus réaliste, plus logique, plus
organisé fait partie du travail intérieur. Fini les crises d’hypersensibilité ou d’introspection excessive. Grande tendance à douter de soi, qui peut se
corriger par le raisonnement et par l’action concrète. Attention à ne pas se perdre dans les détails. Retrouver un équilibre en acceptant la vie telle
qu’elle est. Accepter le sentiment de limitation que procure le fait d’être incarné. Le dévouement aux autres et la notion de service à autrui peuvent
participer à son évolution.

Le chemin de l’apprentissage de l’âme


Chiron en Vierge (maison VI)
La capacité d’intégration au milieu, le rythme quotidien, les règlements à observer sont des éléments desquels il faut tenir compte avec Chiron
en Vierge. Il oblige à contenir un souci de perfection qui peut paralyser le mouvement rendant trop susceptible à la critique. L’intégration sociale
peut s’avérer ardue ainsi que tout changement de groupe. Excellente position de Chiron pour les sciences de guérison. La main guérisseuse prend
tout son sens dans ce signe. L’esprit scientifique développe ici une connaissance approfondie et une maîtrise dans tel domaine. Le natif a besoin de
servir la communauté, d’y apporter sa contribution.

Les dominations (anges-guides) et le signe de la Vierge


24 au 28 août : Lécabel
Le natif est destiné à connaître une vie où les valeurs et les relations interpersonnelles sont importantes. Affable et solitaire à la fois. Il devra se
méfier d’une sensibilité à fleur de peau dans ses décisions. Les qualités dominantes, innées ou acquises, sont la vigilance et la faculté de faire la
part des choses.
29 août au 2 septembre : Vasariah
Le natif est destiné à connaître une vie mouvementée où les expériences se succéderont. Intrépide dans l’âme, à la recherche de sensations
fortes. La qualité dominante, innée ou acquise, est la reconnaissance dans la gratitude.
3 au 8 septembre : Yéhuiah
Le natif est destiné à connaître une vie où l’argent et tout ce qui le concerne seront importants. Doté d’un sens du partage personnel et
professionnel. La qualité dominante, innée ou acquise, est la modération.
9 au 13 septembre : Léhahiah
Le natif est destiné à connaître une vie où l’esprit et la recherche de l’excellence auront la priorité. Tenace, porté vers les projets à long terme. La
qualité dominante, innée ou acquise, est la faculté de reconnaître ses limites.
14 au 18 septembre : Chavakiah
Le natif est destiné à connaître une vie où la passion, l’amitié et les relations interpersonnelles seront favorisées. Entouré de ses proches, il a la
faculté de semer la joie autour de lui. La qualité dominante, innée ou acquise, est la discrétion.
19 au 23 septembre : Ménadel
Le natif est destiné à connaître une vie où l’aspect physique et l’esthétisme primeront. Il a un sens inné de la beauté et un tempérament
artistique. La qualité dominante, innée ou acquise, est la simplicité.

La loi cosmique à observer


Huitième loi : « Je suis libre de préjugés. »
Un préjugé est une idée ou une opinion formulée par l’intelligence, mais elle n’a pas été examinée sous tous ses angles. Il est toujours injuste
parce que basé sur des apparences et des données incomplètes qui nous parviennent le plus souvent déformées et parfois assaisonnées de
fantaisie venant de l’imagination plus ou moins active de l’informateur. Contraire à la loi de la générosité, un préjugé est malhonnête et négatif. Il
est l’œuvre d’une imagination trop vive, d’une tournure d’esprit non scientifique, d’une logique qui manque de rigueur et d’un sens de la justice qui
n’atteint même pas la moyenne. Il est signe d’ignorance.
LOI OBSERVÉE
Observer la huitième loi mène à la connaissance de la vérité et à une liberté agrandie par un état de conscience supérieur. Cela libère l’homme de
ses préjugés, ce qui lui permet de communiquer avec les êtres vivants et spirituels et d’en recevoir des réponses.
LOI VIOLÉE
Violer la huitième loi entrave la respiration et intoxique les poumons ainsi que les voies respiratoires. Cela entraîne la dégénérescence cellulaire,
l’affaiblissement de la conscience et l’obscurcissement intellectuel et psychique.
Énergie reliée à la huitième loi : le jaune ombré
L’énergie jaune ombré est réparatrice de matière brisée pour en faire une matière harmonieuse. Elle agit sur le système nerveux en le
ralentissant, ce qui favorise la détente. La personnalité jaune ombré est souvent dotée d’un dynamisme presque inépuisable, ce qui lui donne une
force d’action appréciable. Elle présente une attitude de conquérante, un don de chef, de meneur de foule et un don oratoire et dramatique. Elle
possède aussi le goût de l’aventure, du danger, du risque. Elle est extrêmement active, productrice et réalisatrice, mais elle s’active souvent dans le
vide, car la réflexion et la persévérance ne sont pas toujours suffisantes.
Les propriétés de l’énergie jaune ombré
• L’énergie jaune ombré a des propriétés ressemblant à celles du rouge ombré.
• Elle est guérisseuse de plaies et favorise la reconstitution cellulaire et la réparation de la matière.
• Elle entraîne l’assainissement des terrains, de l’eau, de l’air.
6. Ibid, pages 62, 65 et 71.
LE SIGNE DE LA BALANCE

23 septembre au 22 octobre
Signe masculin, de l’air, cardinal
Soleil en chute
Mars en exil
Vénus en domicile
Saturne en exaltation
Apôtre : saint Jacques le Majeur
Mission : s’ouvrir à l’autre en s’éveillant aux réalités de l’amour; prendre conscience que toute réalisation spirituelle repose sur l’expérience de
l’amour.

Plan initiatique
Sur le plan initiatique, le signe de la Balance éveille une aptitude à conscientiser le fait qu’il est impuissant à se sauver lui-même puisque toute
rédemption est œuvre d’amour. Tout salut rapprochant l’homme de Dieu repose sur une rencontre intime avec l’autre. « Dieu est amour : celui qui
demeure dans l’amour demeure en Dieu et Dieu demeure en lui. » Ainsi, chaque fois que l’homme exprime l’amour, il participe à la nature divine et
demeure en Dieu et Dieu, en lui. Toutefois, l’amour ne saurait exister sans la présence de l’autre.

L’apôtre saint Jacques le Majeur


La tradition de l’hermétisme chrétien associe Jacques le Majeur au signe de la Balance. Ce dernier fut surnommé, le « fils du tonnerre », parce
qu’il avait voulu faire descendre un feu justicier (le feu du ciel) sur une cité inhospitalière. Il incarne donc un certain sens de justice. Il fut le
premier des apôtres à verser son sang pour le Christ, c’est-à-dire à s’affranchir du cercle clos de son ego, le retenant prisonnier de sa condition
terrestre. Cette prise de conscience salvatrice l’amena à s’ouvrir aux valeurs de l’amour et à la gratuité impliquant de laisser l’autre exister sans
rien exiger de lui. Il subsiste alors une véritable alchimie de l’être.

Plan planétaire
Dans le signe de la Balance, le Soleil est en chute. Ce « luminaire » évoque l’expression et le rayonnement de l’identité profonde. Se trouvant ici
maléficié, le natif devra travailler à son harmonisation et chercher à réveiller et à valoriser les forces qui lui permettraient de s’affranchir du cercle
clos de l’ego pour mieux exprimer les valeurs qu’il porte en lui. Pour ce faire, il devra s’appuyer sur les forces incarnées par Mars (en exil). Il sera
donc appelé à agir de manière juste, conformément à ses impulsions intérieures et non aux convoitises de son ego. La sécurité, la transparence et
l’intégrité, tant sur le plan des sentiments que des opinions, devront donc être privilégiées. Le natif devra rejeter toute forme de superficialité et
combattre ainsi l’hypocrisie et le mensonge par le développement d’un véritable amour de la vérité. Les injonctions du Soleil et de Mars
correspondent à la dynamique primaire du signe et permettent de développer les diverses qualités incarnées par Vénus (en domicile). Dans cette
perspective, le natif jouira d’une certaine ouverture et d’une véritable réceptivité à l’autre. Il saura lui ouvrir son cœur en instaurant une profonde
communion affective. Cela lui permettra de vivre pleinement l’enjeu proposé par le signe de la Balance.
Saturne est en exaltation. Le natif sera donc amené à transcender les revendications et les exigences de son ego (mourir à lui-même) pour
accéder à un nouvel état de conscience (celui de l’homme nouveau transformé par la puissance de l’amour).7

Le chemin spirituel de l’âme


Nœud nord en Balance (maison VII)
La paix est un mot-clé pour cette âme au passé tumultueux. Le chemin de l’évolution se fait par une recherche consciente du juste milieu. Des
réactions compulsives, réveillées par le nœud sud en Bélier, se heurtent au désir de tranquillité auquel l’âme aspire. Elle s’achemine vers
l’accomplissement au fur et à mesure qu’elle apprend à tenir compte des autres autant sur le plan personnel que social. D’individualiste, le natif
apprend à se réaliser, à être plus attentif aux autres. La notion de justice fait partie d’une conviction, d’un choix de vie, d’une action qu’il peut
mener pour lui-même ou pour la société. L’âme apprend à contrôler les désirs en leur donnant un sens. D’un tempérament entier et autoritaire,
manifesté dans la vie antérieure (nœud sud en Bélier), le natif développe plus de nuances, de tact, de diplomatie, de courtoisie et de respect de
l’autre.

L’apprentissage spirituel de l’âme


Chiron en Balance (maison VII)
Une quête de justice, d’harmonie et d’équilibre sert d’apprentissage pour ce Chiron en Balance. Le couple, les associations, les contrats
représentent un domaine plus ou moins difficile que le natif doit affronter. Une blessure affective, un rejet, une séparation ou le divorce des
parents ont pu créer une insécurité affective ou une vive sensibilité à l’égard de toute séparation ou tension relationnelle. Le natif ne tient jamais
pour acquis les liens déjà établis. Il se préservera de cette sensibilité en gardant son indépendance. Sinon, il s’investira dans des relations de
dépendances relationnelles. Il a peur de rester seul ou de ne pas plaire, et se sentir seul avec l’autre lui arrive souvent. Il lui faut apprendre à
découvrir quelles sont les relations qui lui conviennent réellement. L’équilibre entre s’ouvrir à l’autre et rester soi-même permet finalement
l’harmonie si désirée.
Un grand besoin de justice anime le natif porteur de Chiron en Balance. A-t-il subi des injustices ou en a-t-il été témoin? Il demeure en quête
perpétuelle de rétablir l’équité et la justice, étant trop sensible au conflit ou à toute division. Ce natif possède un esprit de réconciliation et de
respect de l’autre sans oublier le respect de soi-même.

Les puissances (anges-guides) et le signe de la Balance


29 septembre au 3 octobre : Haamiah
Le natif est destiné à connaître une vie où la recherche de l’harmonie intérieure et le dévouement pour autrui prédomineront. Très porté vers la
spiritualité. Il devra se méfier de sa grande naïveté. La qualité dominante, innée ou acquise, est la confiance en soi.
4 au 8 octobre : Réhaël
Le natif est destiné à connaître une vie où l’activité physique prendra une grande place. Il aura une grande énergie. Les qualités dominantes,
innées ou acquises, sont la loyauté et la fidélité.
9 au 13 octobre : Jéiazel
Le natif est destiné à connaître une vie où le partage et le dévouement seront au centre de ses priorités. La qualité dominante, innée ou acquise,
est la persévérance. Sans elle, le natif risque de se décourager facilement.

Les vertus
14 au 18 octobre : Hahahel
Le natif est destiné à connaître une vie axée sur la recherche d’une confiance en soi et d’une audace propres à la réalisation de ses buts. La
qualité dominante, innée ou acquise, est la faculté d’accepter les échecs et de s’en servir positivement.
19 au 23 octobre : Mikhaël
Le natif est destiné à connaître une vie axée sur la recherche du succès et le désir de réaliser de grandes choses. Il se donnera corps et âme dans
les projets qui lui tiennent à cœur; mais gare à l’épuisement. La qualité dominante, innée ou acquise, est la faculté de reconnaître les lacunes et de
les corriger.

La loi cosmique à observer


Neuvième loi : « Je comprends le sexe opposé au mien. »
La compréhension du sexe opposé demande beaucoup de psychologie naturelle, de simplicité et de justice. La femme est plus diplomate,
l’homme est plus direct. Les deux forment un couple qui constitue un noyau harmonieux d’où jaillissent les rameaux qui établiront une famille,
cellule vivante de la société. L’homme doit donc tenir compte de la psychologie de la femme et la femme, de celle de l’homme pour qu’il y ait
harmonie entre les deux sexes. Les champs d’intérêt de l’un ne sont pas nécessairement ceux de l’autre, lors même qu’ils sont unis par le mariage.
Il faut d’abord regarder le sexe opposé comme un complément de soi-même. Puis, il faut savoir identifier, comprendre, accepter, aimer et vivre le
sexe opposé en soi (polarité). Ensuite, en regardant le sexe opposé en chair et en os, il faut essayer de voir, d’identifier, de comprendre, d’accepter
et d’aimer la polarité chez l’autre. C’est alors que l’on possède une attitude particulière à comprendre, à accepter et à aimer le sexe opposé en chair
et en os devant soi, parce qu’il est en soi.
LOI OBSERVÉE
Observer la neuvième loi est gage de compréhension, d’harmonie et d’équilibre parfait de la personnalité, de meilleure compréhension de toutes
les lois, d’un grand pas vers l’autonomie.
LOI VIOLÉE
Violer la neuvième loi affecte les glandes endocrines. Les surrénales surproduisent l’adrénaline, l’hypophyse et la thyroïde déversent dans le
sang un excès de sécrétions préjudiciables à l’équilibre naturel de l’organisme.
Énergie reliée à la neuvième loi : l’orangé ombré
L’énergie orangé ombré agit sur les cinq sens. Cette personnalité change rapidement son physique soit en augmentant ou en diminuant son
poids, soit en guérissant rapidement une plaie, un os brisé, etc. Elle embellit tout ce qui l’entoure. Elle tend vers l’harmonie en toute chose, elle est
généreuse et serviable et très aimante. Cette énergie est créatrice et correctrice. Sous son influence, la personne aura une personnalité volontaire
et convaincante, équilibrée et optimiste.
Les propriétés de l’énergie orangé ombré
• L’énergie orangé ombré ressemble à celle de l’énergie orangée par ses propriétés de raffinement de la matière.
• Elle guérit et répare, bien sûr, mais elle répare surtout la finesse du grain qui s’est détérioré par des agents extérieurs.
• Elle pose une pellicule de fins tissus sur les choses.
• Elle est applicable dans les soins de beauté pour faire des cosmétiques, des eaux de toilette, des poudres.
• Elle resserre les pores de la peau, elle donne un épiderme satiné.
7. Ibid, pages 104-106, 109.
LE SIGNE DU SCORPION

23 octobre au 21 novembre
Signe féminin, de l’eau, fixe
Lune en chute
Vénus en exil
Mars en domicile
Uranus en exaltation
Apôtre : saint Simon
Évangéliste : saint Mathieu
Mission : atteindre un mieux-être par un dépassement de soi.

Plan initiatique
Sur le plan initiatique, le signe du Scorpion évoque une aptitude à se laisser pénétrer par l’amour jusqu’au plus profond de son être. Sous cette
influence, une véritable œuvre de transmutation s’accomplit tant sur le plan mental qu’émotionnel, énergétique et physique. Ce processus permet
de conscientiser toutes les pulsions intellectuelles à l’origine de son enfermement psychique de l’ego. En les plaçant en pleine lumière, ses pulsions
instinctives sont immédiatement transmutées en une forme de pouvoir spirituel, source de régénération et d’illumination. C’est le feu secret de
l’alchimiste et de l’initié : la puissance d’exorcisme incarnée par l’amour, les limites et les faiblesses de la nature humaine étant “alchimisées” sous
le rayonnement de cette lumière divine. Le natif est alors conduit vers sa propre rédemption et affranchi de toute forme d’ombre. Le natif
développe ainsi une transparence émotionnelle; il en résulte une grande force charismatique et un puissant mysticisme, une vision pénétrante
quant aux êtres et aux choses qui l’entourent. Par un simple regard, il peut saisir, avec une grande acuité, l’essence spirituelle dont l’autre est
porteur. Son rapport à autrui revêt donc une dimension profonde et sacrée. Il s’inscrit dans une relation conjugale, il trouvera son plein
achèvement dans l’acte sexuel en tant qu’union ultime venant sceller l’ouverture authentique établie entre les deux partenaires.

L’apôtre saint Simon


La tradition de l’hermétisme chrétien associe l’apôtre Simon au signe du Scorpion. Surnommé le « zélote », dans l’Évangile selon saint Luc, Simon
faisait partie d’une secte juive regroupant de redoutables fanatiques, ultranationalistes, s’insurgeant contre la domination romaine. Ils furent les
instigateurs de la révolte juive (années 66 à 73). Toutefois, le terme zélote associé à Simon ne signifie pas nécessairement qu’il ait appartenu à
cette secte. C’est plutôt à titre d’image pour le qualifier d’une ardeur extrême au service du Christ. Les Évangiles de Mathieu et de Marc le
surnomment le « cananéen » qui signifie « zélé ». Ainsi, Simon incarne l’action de transmutation opérée par la puissance de l’amour (la puissance
du Christ dont l’apôtre est investi), consistant à ramener les forces instinctuelles sous la tutelle de l’esprit.

Plan planétaire
Dans le signe du Scorpion, la Lune est en chute. Or elle incarne la force de coagulation permettant à une réalité subtile de s’incarner dans le
monde terrestre. Se trouvant maléficié en Scorpion, le natif devra chercher à concrétiser certaines valeurs transcendantes échappant à sa
conscience. Pour ce faire, la puissance de Vénus (en exil) lui sera essentielle. Le natif devra se placer à l’écoute des impulsions de son cœur pour
s’ouvrir à une sexualité vécue en tant qu’accomplissement d’un sentiment amoureux. Cela suscitera en lui un dépassement réel de son « moi »
personnel (une mort à lui-même) et l’accès à un niveau supérieur d’être.
Les injonctions de la Lune et de Vénus correspondent ainsi à la dynamique du Scorpion. Par la suite, le natif développera diverses qualités
incarnées par Mars (en domicile) : une attitude à se libérer courageusement des formes cristallisées qui le retenaient prisonnier pour accéder à
d’autres valeurs plus conformes aux réalités de l’esprit; répondant à l’enjeu proposé par ce signe. Uranus (en exaltation) amènera le natif à
transcender les murs édifiés par sa raison en s’ouvrant aux sphères divines et aux réalités spirituelles.8

Le chemin spirituel de l’âme


Nœud nord en Scorpion (maison VIII)
L’âme s’est incarnée pour se transformer en profondeur. Elle garde de sa vie antérieure (nœud sud en Taureau) un fond solide. Habituée à la
stabilité, elle devra accepter de vivre activement les grands changements de sa vie. Elle s’est donné pour but d’accomplir une grande
métamorphose. Il lui est demandé de se dépouiller. C’est une obligation karmique. Le natif ressent cet appel à se transformer, mais cela réveille
des craintes et de la possessivité. Partagé entre le besoin de sécurité et la capacité à se renouveler, l’être voudrait se rattacher à ses certitudes ou à
ses acquis. La vie l’oblige à passer ce cap et à lâcher prise. Il lui faudra se défaire de l’emprise de la matière et de l’argent. Les attitudes de
possessivité risquent d’engendrer des souffrances. La sexualité peut en faire partie.
Dès que l’âme comprend qu’en se détachant elle grandit, son évolution s’accomplit avec une belle ouverture. La sexualité peut permettre à l’être
de se découvrir. Une recherche sur l’« occulte » aide à son évolution en ayant accès à des prémonitions. Des crises intérieures fortes et salutaires
lui permettent de se régénérer.

L’apprentissage spirituel de l’âme


Chiron en Scorpion (maison VIII)
Chiron met en valeur les qualités de dépassement, de « passage d’âme » et de force courageuse dans l’épreuve; du moins le natif doit-il les
découvrir par une force morale et une éthique poussée. Une grande peur de se retrouver en victime peut amener le natif à développer un contrôle
répressif sur lui-même.
La discipline, la capacité de dépassement et de dépouillement dont fait preuve le natif l’aide énormément dans son évolution spirituelle. Le
porteur de Chiron en Scorpion doit apprendre à trouver la voie de passage sans s’autodétruire ni détruire autrui. Il lui faut savoir mourir à
certaines choses pour faire place à l’émergence d’une force nouvelle.
La résilience et la maîtrise de soi et de ses pulsions instinctives sont des atouts importants. Ce natif a le talent de développer la force intérieure
chez chacun, le courage d’affronter les problèmes, de se transformer.
Il devient l’initiateur, en quelque sorte, en quête de dévoiler la vérité. Le natif doit trouver la voie pour exprimer, avec justesse, sa grande volonté
de changements. Sans « imposer », il doit savoir gérer autant le pouvoir que le sentiment d’impuissance.

Les vertus (anges-guides) et le signe du Scorpion


24 au 28 octobre : Véuliah
Le natif est destiné à connaître une vie où l’élévation de l’esprit et le respect de la nature seront importants. Les qualités dominantes, innées ou
acquises, sont la faculté de garder les pieds sur terre et celle de réprimer tout excès.
29 octobre au 2 novembre : Yélahiah
Le natif est destiné à connaître une vie où les émotions prendront une place importante. Ses talents artistiques peuvent le mener vers la gloire et
le succès. La qualité dominante, innée ou acquise, est la faculté de faire la part des choses.
3 au 7 novembre : Séaliah
Le natif est destiné à connaître une vie où la recherche de la vérité prendra une place importante et où la probité en sera l’enjeu principal. La
qualité dominante, innée ou acquise, est la faculté de pondérer ses émotions quant aux situations de la vie.
8 au 12 novembre : Ariel
Le natif est destiné à connaître une vie où l’art du compromis occupera une place importante. La qualité dominante, innée ou acquise, est le
détachement par rapport à l’argent et à tout ce qu’il peut apporter. Le natif devra apprendre à vivre le plus simplement possible.
13 au 17 novembre : Asaliah
Le natif est destiné à connaître une vie inspirée par le désir d’aider les autres et de lutter contre toute injustice. Sa crédulité peut lui nuire. La
qualité dominante, innée ou acquise, est la faculté de réagir promptement aux situations imprévisibles.
18 au 22 novembre : Mikhaël
Le natif est destiné à connaître une existence où l’inconnu et les mystères de la vie prendront une place importante. Il préférera une vie affective
ordonnée où l’aventure sera évitée. La qualité dominante, innée ou acquise, est la faculté de reconnaître ses limites temporelles.

La loi cosmique à observer


Cinquième loi : « Mes intentions sont pures. »
L’intention pure est inséparable de la simplicité dans la pensée et dans l’action, de la joie de vivre et de la compréhension du prochain. Cette loi
est celle de la loyauté parfaite. Lorsqu’un homme a des intentions droites, il n’expose que ce qu’il croit être la vérité. S’il fait des erreurs, c’est par
manque de réflexion ou de connaissances. Alors, s’il trompe les autres, il le regrette et s’en excuse. Une intention est pure quand le motif qui
préside à l’acte est conforme aux lois qui doivent diriger le développement de l’homme, sur tous les plans. Une intention pure est sans calcul
égoïste, sans désir de tromper en paroles ou en actes. Cette loi correspond à l’énergie de la vie.
LOI OBSERVÉE
Observer la cinquième loi est gage de justice, de sincérité et d’unité.
LOI VIOLÉE
Violer la cinquième loi intoxique surtout les reins. L’homme est un tout. L’intelligence et la pensée sont supérieures aux organes vitaux sur
lesquels ils reposent. L’homme les influence donc en bon ou en mal selon la direction que prennent ses pensées et ses intentions.
Énergie reliée à la cinquième loi : le violet
L’énergie violette est la réalisatrice de la plénitude de vie et de l’art sous toutes ses formes. Elle est constituée du mélange de l’énergie rouge et
bleue, c’est-à-dire la puissance et la spiritualité. Cette énergie donne une personnalité bienveillante, miséricordieuse, altruiste et dévouée. La
personnalité est aussi très active, ayant toujours un projet à réaliser, et riche en imagination. Elle a un désir très vif d’aider les autres, une âme
d’apôtre.
Les propriétés de l’énergie violette
Que dire de cette énergie qui ne soit pas merveilleux?
• L’énergie violette est surtout humaine, elle cherche à corriger ce qui est déficient chez l’homme.
• Sa partie spirituelle entre en harmonie avec la partie spirituelle de l’homme. Tout de suite, elle s’y harmonise et exerce son pouvoir réparateur
sur les cellules dans lesquelles elle s’introduit.
• Elle est indispensable dans toute la création. De plus, elle ajoute de la beauté, de la douceur aux choses qu’elle influence.
• Elle est la grande sculptrice des fleurs volumineuses aux riches parfums.
• Elle aide la compréhension entre les gens, elle contribue, si on l’invoque, à diriger sagement ce qui dépend de nous.
• Malgré ces multiples services qu’elle rend au cosmos, elle reste l’énergie par excellence de l’homme.
8. Charles-Rafaël Payeur, L’astrologie de l’hemétisme chrétien, La Balance, le Scorpion et le Sagittaire, vol. no 3, pages 62-63 et 67.
LE SIGNE DU SAGITTAIRE

22 novembre au 20 décembre
Signe masculin, du feu, mutable
Mercure en exil
Jupiter en domicile
Apôtre : saint Jacques le Mineur
Mission : découvrir d’autres valeurs en élargissant son champ de conscience habituel; se libérer de ses certitudes pour s’ouvrir aux réalités de l’esprit.

Plan initiatique
Sur le plan initiatique, le signe du Sagittaire évoque une aptitude à s’abandonner totalement à l’amour qui transcende toute compréhension
humaine pour le porter dans les sphères célestes. Pour y arriver, le natif sera appelé à se libérer de ses certitudes, de ses points de référence, de
ses convictions et de ses acquis (aussi nobles soient-ils) pour ainsi s’ouvrir aux réalités transcendantes de l’esprit. Autrement dit, affranchie de
toute limitation, sa conscience sera placée face à l’essentiel. Il vivra un véritable processus d’illumination qui lui permettra de participer aux
sphères divines. L’enjeu initiatique du Sagittaire amène à cultiver une vie intérieure intense tant sur le plan psychique que spirituel. Ainsi, la
conscience s’orientera vers les plans supérieurs tout en demeurant parfaitement incarnée dans le monde.

L’apôtre Jacques le Mineur


La tradition de l’hermétisme chrétien associe Jacques le Mineur au Sagittaire. Présenté comme une colonne de l’Église au même titre que Pierre
et Jean, il fut responsable de la première communauté de Jérusalem. Il incarne la foi qui habite la conscience faisant participer l’être tout entier aux
œuvres de l’esprit. Il fut l’auteur de la première des sept épîtres catholiques, l’épître de saint Jacques. Dans cette épître, Jacques proclame l’inutilité
de la foi sans les œuvres : « À quoi cela sert-il, mes frères, que quelqu’un dise “J’ai la foi” s’il n’a pas les œuvres? » Saint Jacques amène l’aspirant à
cultiver une vie intérieure intense en participant à la réalité quotidienne afin de rendre tangibles les forces spirituelles qui l’animent.

Plan planétaire
Pour le Sagittaire, Mercure est en exil. Cette planète incarne la force qui devra être utilisée pour mieux vivre les enjeux de ce signe. Incarnant un
processus de médiation visant à interpréter les impulsions divines pour les rendre plus compréhensibles et pouvoir mieux les conscientiser. Le
mental du natif sera transformé en un véritable canal pouvant accueillir les forces de l’esprit sans les assujettir en les interprétant à travers ses
préjugés.
Les injonctions de Mercure l’amèneront à certaines qualités incarnées par Jupiter (en domicile). Ainsi, il développera une attitude de confiance
et de foi qui lui permettra d’exprimer diverses formes de bonté et de charité. Il sera appelé à s’éveiller au partage, à l’offrande et au pardon.
Cultivant de nobles idéaux, dans une vie mystique profonde, le conduisant à se sensibiliser à la dimension sacrée et religieuse. Ce sera l’essentiel
de l’enjeu du natif du Sagittaire.9

Le chemin spirituel de l’âme


Nœud nord en Sagittaire (maison IX)
Le signe du Sagittaire symbolise l’évolution spirituelle. La dimension philosophique est le but de l’âme. Ouvrir sa conscience et élargir sa
compréhension du monde fait partie du programme d’évolution. L’expérience peut se vivre sur le plan matériel, par le voyage, la recherche du
lointain, l’ouverture sur l’étranger. Selon le passé karmique (nœud sud en Gémeaux), la tentation de l’âme serait de vivre cette implication
philosophique avec intolérance. Le feu du Sagittaire suggère une implication passionnée; ce nœud sud en Gémeaux rappelle une tendance à la
dispersion qui se manifeste tant que l’on n’a pas trouvé sa voie. L’âme a déjà appris à s’adapter à la vie de tous les jours. Dans cette vie-ci, il lui faut
trouver une autre dimension qu’elle devra vivre avec un engagement social ou spirituel. Le natif a une quête de sincérité et des coups de cœur et
des déceptions à gérer à cause d’une certaine naïveté mise dans la poursuite de son idéal. L’âme passe d’un plan cérébral à une dimension plus
humaine, bienveillante et sensorielle. Elle aura tendance à protéger les autres, soit dans la relation affective ou sociale, en incarnant des
responsabilités. Une discipline reliant le corps, l’âme et l’esprit serait très bénéfique à son évolution.

L’apprentissage spirituel de l’âme


Chiron en Sagittaire (maison IX)
Chiron est très à l’aise dans ce signe, car il en est le maître. L’esprit philosophique et la capacité d’accumuler les connaissances encouragent le
natif enseignant. S’il est ralenti dans son élan de vie physiquement et intellectuellement, son expansion s’avère ardue. Chiron en Sagittaire est une
excellente position pour engendrer un esprit d’une grande ouverture toujours à la recherche du meilleur. Excellent communicateur, heureux de
transmettre une vision. Philosophe généreux, enseignant et motivateur-né. Il sait vulgariser les choses complexes. Excellent guide spirituel.
Voyageur dans l’âme, désireux d’explorer des lieux inédits.
L’enjeu de Chiron en Sagittaire est de trouver son équilibre entre la liberté personnelle et le besoin de position sociale, de canaliser ses passions
et son enthousiasme, de modérer ses excès, d’assurer avec justesse son leadership et de différencier la fausse sagesse de celle véritablement
acquise.

Les principautés (anges-guides) et le signe du Sagittaire


23 au 27 novembre : Véhuel
Le natif est destiné à connaître une vie où l’élévation de l’esprit et le respect de la nature sont importants. Les qualités dominantes, innées ou
acquises, sont la faculté de garder les pieds sur terre et celle de réprimer tout excès d’exaltation.
28 novembre au 2 décembre : Daniel
Le natif est destiné à connaître une vie où les émotions prendront une place importante. Artiste-né, le succès et la gloire l’attendent. La qualité
dominante, innée ou acquise, est la faculté de faire la part des choses entre la réalité et la fiction.
3 au 7 décembre : Hahasiah
Le natif est destiné à connaître une vie où l’aisance et la prospérité surviendront au prix d’efforts. Tenace et courageux, il obtiendra toujours ce
qu’il désire. La qualité dominante, innée ou acquise, est l’acceptation de ses faiblesses.
8 au 12 décembre : Imamiah
Le natif est destiné à connaître une vie où l’argent, le succès et la charité prévaudront. Les qualités dominantes, innées ou acquises, sont la
sobriété et la modération en tout.
13 au 17 décembre : Nanaël
Le natif est destiné à connaître une vie où la recherche de l’excellence prendra une place importante. Tenace dans les projets grandioses afin de
se surpasser. La qualité dominante, innée ou acquise, est la faculté de favoriser sa vie affective au détriment de son ambition professionnelle.
18 au 22 décembre : Nithaël
Le natif est destiné à connaître une vie où les bonnes et mauvaises expériences alternent pour laisser place à une saine sérénité. La qualité
dominante, innée ou acquise, est la prévoyance. Grande prudence lui est recommandée dans ce qu’il entreprend.

La loi cosmique à observer


Sixième loi : « Je suis positif à 100 %. »
Être totalement positif, ce n’est pas facile. Cela exige de suivre à la perfection la loi naturelle. Être positif à 100 %, c’est être simple, gai,
miséricordieux, compréhensif et pur d’intention. L’être positif est le plus évolué, le plus équilibré, le plus vertueux, car être positif parfaitement
suppose toutes les vertus. L’être positif ne trompe pas, ne ment pas sciemment, ne condamne pas; mais il « explique » et s’efforce de comprendre.
Si tous les hommes étaient positifs, il n’y aurait plus de guerre, de haine; il n’y aurait que de l’entraide, de la compréhension. L’être positif évolue
ainsi en équilibre sur les quatre plans : physique, intellectuel, psychique et spirituel.
LOI OBSERVÉE
Observer la sixième loi mène à l’entraide et à la compréhension. L’être positif est l’être le plus évolué, le plus équilibré, le plus vertueux. L’être
positif explique et s’efforce de comprendre.
LOI VIOLÉE
Violer la sixième loi propage le « négatif » et empoisonne tout l’organisme. De cette intoxication naissent toutes les maladies qui étiolent le corps
et obscurcissent la conscience.
Énergie reliée à la sixième loi : l’orangé
L’énergie orangée est celle de la beauté, des couleurs, de la finesse, de l’harmonie et de l’art sous toutes ses formes. La personnalité orangée a
l’âme d’une artiste qui ne se plaît que dans le beau et l’harmonie. Elle aime le beau dans toutes ses formes. Le désordre la fait souffrir et le
mensonge la répugne. Elle est ardente, passionnée, équilibrée. Elle aime l’ordre, la propreté, l’harmonie. L’énergie orangée favorise la
communication avec les êtres invisibles. Elle agit sur le système éliminatoire.
Les propriétés de l’énergie orangée
• L’énergie orangée est composée de jaune et de rouge, soit de puissance et de création.
• Elle a donc des propriétés très fortes de créer.
• Elle embellit, elle polit et elle donne à l’homme, en harmonie avec l’énergie violette, ses pouvoirs de réalisation, son imagination dans le
domaine des arts.
• Elle crée de la beauté dans toute la nature, car n’oubliez pas que la « violette » est l’énergie par excellence des êtres vivants et surtout de
l’homme.
• Elle est excellente pour guérir beaucoup de déficiences organiques.
9. Ibid, pages 97-99, 103.
LE SIGNE DU CAPRICORNE

21 décembre au 20 janvier
Signe féminin, de la terre, cardinal
Lune en exil
Jupiter en chute
Saturne en domicile
Mars en exaltation
Apôtres : Judas et saint Mathias, son successeur
Mission : s’engager dans le monde pour concrétiser ses idéaux et incarner pleinement ses objectifs les plus profonds; ne plus rien conserver pour soi-
même et se mettre au service des plans divins.

Plan initiatique
Sur le plan initiatique, le signe du Capricorne évoque le développement d’un état de conscience ne souhaitant plus que l’accomplissement des
plans divins. Le natif est incité à prendre conscience que Dieu l’invite à contribuer par ses œuvres à la réalisation de ses desseins divins. Ce signe
lui inspirera les dispositions intérieures lui permettant de ne plus conserver ses forces pour lui-même, mais de les placer au service de la divinité.
Il devra apprendre à ne plus chercher à satisfaire ses pulsions égocentriques, à ne plus exprimer aucun désir à son profit, à ne plus escompter les
attentions, les faveurs ou les honneurs. Les notions de dépouillement et d’abnégation seront vécues conformément à la volonté divine. L’ascèse du
Capricorne ne correspondra toutefois pas à une privation; on parlera plutôt de renoncement consistant à se dépouiller de ce qui fait entrave à
l’expression de la volonté divine. Maître Eckhart écrit que « beaucoup de gens souhaitant une ascèse estiment qu’ils doivent accomplir de grandes
œuvres extérieures : jeûner, faire pénitence, mais la véritable ascèse pour l’homme est de se détourner de tout ce qui n’est pas complètement Dieu
ni de valeur divine en lui-même, et dans un vrai amour, fasse un retour total et parfait vers Dieu ». L’enjeu du Capricorne est étroitement lié à celui
de la transmutation du monde, dans une dimension rédemptrice.

Les apôtres Judas et Matthias, son successeur


La tradition de l’hermétisme chrétien associe l’apôtre Judas et son successeur, Matthias, au signe du Capricorne. Judas remplissait la fonction
d’économe au service du collège des douze apôtres. Il vivait replié sur lui-même et ramenait tout à lui. Il avait du mal à saisir ce qui relève du plan
affectif ou spirituel (insensibilité à la gratuité, à l’amour ou à la foi).
Matthias est l’abréviation de Mattathias, un nom hébreu qui signifie « don de Yahvé » (donné par Dieu). Il fut très humble dans sa vie, dimension
caractéristique du Capricorne. Renoncement, ténacité, réalisme, esprit pratique et rigueur.

Plan planétaire
Dans le signe du Capricorne, Jupiter se trouve en chute. Le natif devra travailler à son harmonisation en cherchant à réveiller une plus grande
confiance en l’existence, échappant à une forme d’angoisse existentielle entraînée par le manque de foi. Pour ce faire, il devra s’appuyer sur les
forces de la Lune (en exil) en cherchant à rendre tangibles (à incarner, à concrétiser) certaines valeurs transcendantes, c’est-à-dire certains idéaux
qu’il n’aurait pas encore pu réaliser.
Les injonctions de Jupiter et de la Lune l’aideront à développer diverses qualités incarnées par Saturne (en domicile); en ce sens, une certaine
capacité à se dépouiller de toute revendication égocentrique pour s’abandonner à la volonté de l’esprit avec constance et intégrité.
Mars (en exaltation) l’amènera à rejeter toute superficialité; ne se laissant plus piéger par les mirages et les illusions, le natif développera une
capacité à pénétrer au cœur des choses et des situations.10

Le chemin spirituel de l’âme


Nœud nord en Capricorne (maison X)
L’âme est revenue pour incarner la rigueur, le sens du devoir, les responsabilités. Il lui est demandé d’accepter de mûrir. Elle peut s’accomplir au
fil du temps. Il lui faudra concilier le fond fragile qu’elle porte en elle (nœud sud en Cancer) et la dureté que la vie lui demandera. Conscient d’une
nécessité à progresser, l’être a tendance à s’imposer des devoirs aux limites de ses forces. Il en résulte des alternances de maîtrise de soi et des
phases dépressives. Une part d’enfance surgit de façon cyclique et dérange la volonté consciente d’avancer. Le natif doit accepter sa force et sa
faiblesse; s’il les rejette, et il risque de manifester un excès de dureté ou de se réfugier dans un cocon, habité par un sentiment d’amertume et de
frustration. Assumer sa vie de façon autonome est pour lui une obligation karmique. Les responsabilités familiales y sont pour quelque chose.

Le chemin de l’apprentissage
Le grand sage Chiron s’y reconnaît bien dans ce signe. Savoir prendre ses responsabilités, trouver et suivre sa route seul et, malgré les embûches,
étudier en profondeur, faire preuve de prudence et de rectitude, voilà l’enjeu de Chiron.
La force saturnienne se traduit par l’effort, la patience dans les buts gagnés difficilement. L’apprentissage d’une ambition légitime accomplie
avec justesse. Le natif peut se montrer trop exigeant, intolérant à l’égard des faiblesses d’autrui et de lui-même; toujours en quête de perfection, se
voulant irréprochable. Ou, à l’inverse, il fait peu confiance à ses talents, et il se doit de se relever de ses erreurs ou de ses échecs. Souffrant de
solitude ou d’exclusion réelle ou ressentie, il doit apprendre à surmonter les effets négatifs. Vécue plus positivement, cette grande autonomie dont
il fait preuve le rend moins vulnérable au rejet. Le rôle de guidance du père a pu lui faire défaut; quoi qu’il en soit, il lui faut se débrouiller seul,
sans compter sur un cadre sécurisant. Cela fait de lui un sage enseignant les vertus de l’autonomie et de la réflexion

Les archanges (anges-guides) et le signe du Capricorne


23 au 27 décembre (principautés) : Mébahiah
Le natif est destiné à connaître une vie où l’amitié et les relations interpersonnelles seront déterminantes. Il aimera l’harmonie, la paix et
l’humour autour de lui. La qualité dominante, innée ou acquise, est de se respecter lui-même.
28 au 31 décembre (principautés) : Payel
Le natif est destiné à connaître une vie où le savoir et la connaissance prendront une place importante. Il développera une culture propre à lui
faire honneur. Il devra se méfier de la tendance à s’ingérer dans la vie de ses proches. La qualité dominante, innée ou acquise, est la faculté de
réfréner son imagination futile.
1er au 5 janvier : Némamiah
Le natif est destiné à connaître une vie où les arts prennent une place importante, notamment le théâtre ou le cinéma. Hypersensible, il fera un
excellent comédien ou enseignant. La qualité dominante, innée ou acquise, est la faculté de garder les pieds sur terre.
6 au 10 janvier : Yéialel
Le natif est destiné à connaître une vie où l’activité physique sera importante. Il peut se tourner vers l’enseignement d’une discipline. Il aura à se
méfier de dépasser ses limites physiques. La qualité dominante, innée ou acquise, est de ne pas défier le sort aux jeux de hasard.
11 au 15 janvier : Harahel
Le natif est destiné à connaître une vie où les voyages et la découverte du monde seront importants. Rêveur et instable dans sa vie
professionnelle ou affective, il devra respecter sa parole donnée. La qualité dominante, innée ou acquise, est la prudence.
16 au 20 janvier : Mitzraël
Le natif est destiné à connaître une vie mouvementée où les déplacements seront nombreux, car son âme est intrépide. La qualité dominante,
innée ou acquise, est la faculté d’écouter ce que les autres ont à lui communiquer.

La loi cosmique à observer


Dixième loi : « J’ai le sens parfait de la justice. »
Cette loi est extrêmement nuancée. Il faut se servir de son intelligence, de sa charité et de toute sa compréhension des autres. La justice demande
une logique qui ne s’acquiert qu’en maîtrisant ses émotions et sa sensibilité qui est facilement subjective. Pour être juste, il faut savoir distinguer
les véritables valeurs et les placer selon leur degré d’importance. La justice demande aussi de considérer les lois naturelles, de distinguer le degré
d’évolution d’une personne, de placer la vérité en premier lieu et de s’oublier soi-même. Il est souvent facile d’être injuste envers soi en étant trop
sévère ou pas assez.
LOI OBSERVÉE
Observer la dixième loi mène à l’équilibre sur tous les plans, au respect de soi et des autres, et à la liberté de l’être à travers la reconnaissance de
la liberté de l’autre. Elle accorde aussi une plus grande compréhension.
LOI VIOLÉE
Violer la dixième loi provoque des haines, des vengeances, et toutes ces pensées négatives provoquent des contractions nerveuses qui
dégénèrent souvent en maladies intestinales (perturbation de l’intestin).
Énergie reliée à la dixième loi : le vert ombré
L’énergie vert ombré ne sert pas seulement à l’homme, mais à tout être vivant qui a besoin d’être libéré d’un obstacle qui l’empêche d’être en
santé parfaite. C’est une énergie de calme, de détente, de guérison. Le vert ombré est l’énergie transformatrice par excellence de l’énergie pure en
matière solide. Elle confère une personnalité qui peut transformer ses sentiments dans de la musique, qui peut composer et imiter les bruits de la
nature dans des harmonies musicales, matérialiser ses sentiments dans l’architecture, l’environnement et les décors de toutes sortes, matérialiser
ses pensées en des œuvres concrètes. Elle a l’esprit de synthèse et la compréhension des mathématiques, des nombres, des solutions.
Les propriétés de l’énergie vert ombré
• L’énergie vert ombré est caractérisée par ses propriétés régulatrices de l’énergie qui est endiguée dans sa circulation par des obstacles
insurmontables.
• Cette énergie, en l’appliquant d’une manière adéquate, dégage l’obstacle et permet à l’énergie curative d’entrer.
• Son application peut être « utile » à beaucoup de maladies respiratoires comme l’asthme et les maladies occasionnées par le mauvais
fonctionnement des bronches.
10. Charles-Rafaël Payeur, L’astrologie de l’hemétisme chrétien, Le Capricorne, le Verseau et les Poissons, vol. no 4, pages 22-23 et 27.
LE SIGNE DU VERSEAU

21 janvier au 19 février
Signe masculin, de l’air, fixe
Soleil en exil
Uranus (1re) et Saturne (2e) en domicile
Apôtre : saint Jean
Évangéliste : saint Jean
Mission : exprimer pleinement des valeurs nouvelles en vue de contribuer à l’avancement de tous; communiquer par le cœur (l’amour) les valeurs de
l’esprit (la sagesse divine) en vue d’une élévation de l’humanité tout entière.

Plan initiatique
Sur le plan initiatique, le signe du Verseau amène le natif à développer une vision holistique du monde. Il sera appelé à prendre conscience du
rapport étroit qui l’unit à tous les êtres. Il découvrira qu’il ne peut atteindre sa pleine libération qu’en contribuant à celle de l’univers entier.
Solidarité, assistance, amour, charité sont les mots d’ordre du Grand Œuvre (plan divin). Par l’amour et la compassion que le natif fait rayonner
autour de lui, l’esprit transforme peu à peu le monde en un véritable corps mystique. Placé sous le signe du Verseau, le natif doit communiquer par
le cœur les valeurs (celles de l’amour) de l’esprit en vue du perfectionnement de l’humanité. Il devra donc apprendre à communiquer la
connaissance dont il dispose (issue de l’amour) en sachant qu’il n’en est pas l’origine et qu’il doit simplement la transmettre. Sa parole sera juste
en transmettant une émotion et une énergie qui toucheront profondément le cœur des gens. Le natif sera reconnaissant dans les paroles de vérité
qu’il dira ayant l’impression d’avoir toujours été habité par elles.

L’apôtre saint Jean


La tradition de l’hermétisme chrétien associe l’apôtre Jean au signe du Verseau. Surnommé le « fils du tonnerre ». Avec Jean, on évoque la pleine
libération du natif par la libération de l’univers. On assiste donc à un retournement de conscience qui fait réaliser que, sans l’amour de l’autre,
l’homme ne peut se sauver lui-même et participer aux réalités divines.
Il était le préféré de Jésus. On l’associe à l’aigle. Jean veut dire « grâce de Dieu », celui auquel la grâce a été donnée ou auquel un don a été fait de
la part de Dieu.
Les textes bibliques en parlent comme d’un homme prompt à réagir, à la fois progressiste et tolérant, rigoureux et ferme.

Plan planétaire
Pour le signe du Verseau, le Soleil est en exil. Il incarne la force qui devra être utilisée par le natif pour mieux vivre les enjeux de ce signe. Le
Soleil est un astre incarnant une puissance de rayonnement prenant sa source et s’enracinant dans l’intérieur de l’être. Le natif devra donc y
travailler en cultivant la capacité à s’affirmer pleinement, exprimant et faisant rayonner ses valeurs sans égard aux préjugés imposés par la
société.
Répondant aux injonctions du Soleil, il acquerra un certain nombre de qualités incarnées par Saturne et Uranus (en domicile). En ce sens, le natif
jouira d’une remarquable persévérance, d’une grande rigueur et d’une importante intégrité pour communiquer ses valeurs aux autres, répondant
à l’enjeu du signe du Verseau. Il disposera d’une puissante intuition issue de sa capacité à communiquer pleinement avec les sphères de l’esprit.
Voilà l’essentiel de l’enjeu de ce signe.11

Le chemin spirituel de l’âme


Nœud nord en Verseau (maison XI)
Ayant développé les valeurs de l’ego dans sa vie antérieure (nœud sud en Lion), l’âme se donne pour mission de s’investir dans une action
collective. Elle passe du conformisme à l’originalité. Cela l’amène à être plus lucide et plus indépendante par rapport à l’éducation reçue. Elle
possède un sens d’affirmation et un désir de puissance à condition de l’exprimer pour le groupe et non pour sa gloire personnelle. D’émotif, le natif
devient plus objectif en acceptant de prendre du recul, en se mettant à la place de l’autre; il doit faire intervenir la raison et non plus les émotions.
D’individualiste, il développe la conscience du groupe. L’âme se sensibilise à des notions de solidarité, de partage, de fraternité. Le goût du prestige
qu’elle a largement apprécié dans une autre vie (nœud sud en Lion) peut se manifester comme une nostalgie du luxe, d’une vie facile ou au
contraire comme un rejet violent. Elle doit se situer entre ces deux extrêmes. Son évolution spirituelle l’invite à un certain détachement sur le plan
de l’ego et sur le plan naturel. L’action humanitaire peut faire partie d’une vie d’accomplissement. Une démarche intellectuelle, la recherche de
connaissances, un engagement humanitaire et planétaire peuvent faire partie de son évolution.

L’apprentissage de l’âme
Chiron en Verseau (maison XI)
Le natif avec Chiron en Verseau aura à vivre un chemin d’indépendance, de créativité et d’originalité. Le côté uranien est très marqué ainsi. Il
apprendra à vivre des renversements de situations inattendues. Il lui faudra développer la capacité de se détacher quel que soit ce qu’il traverse
dans la vie. Il devra accepter une différence mal perçue ou mal acceptée par la majeure partie de la société. Il suscitera facilement le rejet par son
esprit d’indépendance, voire de révolution.
Positivement, le natif bénéficiera d’un talent créatif, inventif, tourné vers le futur, prêt à refaire le monde, à découvrir d’autres horizons, à se
renouveler sans cesse.
Le Verseau est le signe de l’amitié par excellence. Le natif aime donc les communautés, les collectivités, les regroupements fraternels. Il
contribue à une mission claire et objective des choses : libre penseur capable d’abnégation pour favoriser les besoins collectifs. La liberté pour
tous est bien l’adage du Verseau, « Un pour tous, tous pour un ».
Les archanges (anges-guides)
21 au 25 janvier : Umabel
Le natif est destiné à connaître une vie où le besoin de faire face à des défis de toutes sortes dominera. De type charitable, il n’hésitera jamais à
faire profiter son entourage de ses succès. La qualité dominante, innée ou acquise, est la maîtrise de ses émotions.
26 au 30 janvier : Ihahel
Le natif est destiné à connaître une vie où l’avancement de la société sera son but principal. Il est perçu comme un meneur capable d’accomplir
de grandes choses. La qualité dominante, innée ou acquise, est de pouvoir reconnaître l’amour que l’on a pour lui.
31 janvier au 4 février : Anaüel
Le natif est destiné à connaître une existence où la joie de vivre primera. Il devra se méfier de toute forme d’insouciance. Les qualités
dominantes, innées ou acquises, sont le respect d’autrui et la faculté de contrôler ses émotions.
5 au 9 février : Méhiel
Le natif est destiné à connaître une vie où la solitude et le besoin de faire face à soi-même domineront. La qualité dominante, innée ou acquise,
est la faculté de s’ouvrir aux autres, de communiquer son état d’âme.
10 au 14 février : Damabiah
Le natif est destiné à connaître une vie basée sur la spiritualité et la foi en un être supérieur. Il devra travailler à être à l’écoute des autres, même
si les opinions émises sont différentes de ses propres croyances. La qualité dominante, innée ou acquise, est le discernement.
15 au 19 février : Manakel
Le natif est destiné à connaître une vie où le besoin d’amour et le désir de le partager seront importants. De nature sensible, ouvert aux besoins
des autres. La qualité dominante, innée ou acquise, est la faculté de contenir ses émotions en cas de trahison personnelle.

La loi cosmique à observer


Onzième loi : « Je distingue le degré d’évolution des gens. »
L’évolution est la vie même de l’organisme, elle est l’appel à un complément, c’est le mouvement, c’est la transformation des choses toujours vers
un but plus élevé. S’il n’y avait pas d’évolution, tout serait figé, car il n’y aurait pas de mouvement. Elle se fait sur le plan physique, intellectuel,
psychique et spirituel. Pour comprendre le degré d’évolution d’une personne, il faut développer un sens d’analyse et de psychologie positif.
Distinguer le degré d’évolution d’un homme, c’est mieux le comprendre et lui pardonner plus facilement ses erreurs. C’est toujours au degré
supérieur que revient l’obligation de s’adapter au degré inférieur. L’homme qui sait distinguer le degré d’évolution des autres est compréhensif,
juste, miséricordieux. Plus l’homme est évolué, plus il sait faire la part des choses. Il trouve du bonheur en « partageant » avec les autres.
LOI OBSERVÉE
Observer la onzième loi entraîne une conscience accrue de l’individualité de soi et des autres de même que du trait d’union que nous sommes
entre Dieu et la matière.
LOI VIOLÉE
Violer la onzième loi est à la source des préjugés, des injustices et même de la cruauté. Cette incompréhension alimente des toxines qui
s’agglomèrent principalement dans le pancréas.
Énergie reliée à la onzième loi : le violet ombré
L’énergie violet ombré est la correction de l’amour, de l’esprit, des hommes, des consciences et des âmes. Elle est l’intelligence ouverte à tous les
problèmes humains, à l’échelle locale et planétaire. Elle est l’élément réparateur des cellules vivantes. Elle confère une personnalité qui peut guérir
les déficiences physiques par sa seule influence psychique. Elle possède un magnétisme curatif qui peut agir sur elle et sur les autres. Elle est
similaire à une distributrice d’énergie qui console ceux qui souffrent et qui redonne des forces à ceux qui les ont perdues.
Les propriétés de l’énergie violet ombré
• Les propriétés de l’énergie violet ombré sont presque illimitées.
• Elle équilibre des cellules déficientes des organes.
• Elle favorise la communication avec les animaux.
• Elle est imprimée partout, alors qu’elle paraît invisible à l’œil des hommes de science.
• Elle est là comme un gardien de la santé des êtres vivants.
11 Ibid, pages 57, 59 et 62.
LE SIGNE DES POISSONS

20 février au 20 mars
Signe féminin, de l’eau, mutable
Mercure en chute et en exil
Neptune en domicile, Jupiter est en deuxième maître
Vénus en exaltation
Apôtre : saint Barthélémy
Mission : renoncer à toutes références antérieures pour s’ouvrir à une réalité nouvelle.

Plan initiatique
Sur le plan initiatique, le signe des Poissons incarne l’union et la communion avec Dieu. Union vécue par les grands mystiques. Il s’agit
fondamentalement d’une expérience de réconciliation amoureuse où l’être humain n’est ni appelé à disparaître en Dieu ni à s’anéantir dans
l’absolu. En effet, l’amour est inconcevable sans l’aimé et l’aimant, sans le « moi » et le « toi »; l’absence d’altérité rendant tout amour impossible.

L’apôtre saint Barthélémy


La tradition de l’hermétisme chrétien associe l’apôtre Barthélémy au signe des Poissons. Barthélémy signifie « fils de celui qui suspend les eaux,
fils de celui qui se suspend ». En d’autres termes, fils de celui qui suspend les eaux de Dieu, donc qui élève l’esprit des initiés d’en haut afin qu’ils
versent en bas les eaux de la doctrine. L’image des Poissons évoque l’homme éveillé aux réalités de l’esprit qui se fait intercesseur entre le monde
réel et la divinité.
Le natif des Poissons a la capacité de faire face à l’agression extérieure. Lorsqu’il estime qu’il ne peut plus lutter, il disparaît. Nul ne peut se
vanter de le faire revenir s’il ne le décide pas lui-même.

Plan planétaire
Pour le signe des Poissons, Mercure est en chute. Cette planète est maléficiée. Le natif devra donc essentiellement travailler à son harmonisation
en éveillant sa capacité à établir un juste rapport entre les diverses réalités qui l’entourent. Pour ce faire, il devra s’appuyer sur les forces de
Mercure (en exil). Il sera appelé à cultiver un bon sens de la relativisation lui permettant de prendre une distance par rapport au monde qui
l’« environne » et par rapport à sa propre intériorité. Il développera une mentalité souple et adaptable et n’enfermera pas sa conscience dans des
principes et des schémas préétablis.
Répondant aux injonctions de Mercure, correspondant à la dynamique du signe, il réveillera diverses qualités par Jupiter (en domicile); en ce
sens, il jouira d’une certaine aptitude à s’ouvrir avec foi et confiance aux réalités transcendantes et répondra ainsi à l’enjeu des Poissons. Il
disposera d’une nature bienveillante, sachant être indulgent et pardonner (Neptune en domicile) avec compassion. Par Vénus (en exaltation), il
sera amené à exprimer pleinement les impulsions de son cœur (l’amour), ce qui lui permet de s’élever au-dessus de sa condition terrestre pour
rentrer en contact avec les réalités divines.12

Le chemin spirituel de l’âme


Nœud nord en Poissons (maison XII)
Cet axe de nœud en Poissons est le passage du rationnel au spirituel, de la raison à l’intuition. Un fond d’anxiété (nœud sud en Vierge) peut
surgir dans les moments de décisions. Le natif doit apprendre à quitter ses craintes, son besoin de vouloir tout comprendre et tout expliquer. Faire
confiance à la vie fait partie de l’évolution que l’âme s’est fixée en s’incarnant. Lâcher prise et accepter de se laisser porter par les événements de la
vie sans appréhension fait partie du travail intérieur. Les résistances se situent sur le plan de la méfiance, du doute, du besoin de vérifier par soi-
même. La bienveillance est censée remplacer la critique autant vis-à-vis de soi-même que des autres. L’âme s’est incarnée pour s’ouvrir; elle doit
dépasser la notion de limitation autant sur le plan relationnel que sur le plan de l’action. Elle doit apprendre à penser que tout est possible. Par son
intuition légendaire, elle découvre un autre monde. La méditation et la prière font partie du parcours initiatique de cette incarnation.

L’apprentissage de l’âme du natif des Poissons


Chiron en Poissons (maison XII)
La dimension compatissante et guérisseuse de Chiron s’allie parfaitement sur ce signe. Assumer l’hypersensibilité des Poissons, offrir à la
communauté son talent pour adoucir les souffrances, entretenir la source spirituelle constituent les défis à relever du natif des Poissons. Une vie
de constantes recherches l’anime. Un besoin d’œuvrer pour un idéal élevé, spirituel ou collectif l’habite très tôt. Dans le négatif, il se complaît dans
les difficultés pleurant sur son sort, jouant le rôle de la victime offensée. Très vulnérable aux dépendances de toutes sortes. La résilience est sa
porte de sortie.
Dans le positif, sa sensibilité à la souffrance personnelle ou à celle des autres en fait un répondant hors pair. Le sens du sentiment de communion
universelle relié aux Poissons trouve écho chez Chiron, qui cherche à relier le ciel et la terre. Des talents de médiumnité se révèlent. Le sentiment
de l’irrationnel se mêle à celui de l’illimité. Le sens du sacrifice le rend capable d’une véritable abnégation. Il doit se méfier de la tendance à
l’osmose fusionnelle. Trouver la voie du juste milieu s’avère ici la lourde tâche de toute une incarnation.

Les anges (guides)


20 au 24 février : Eiaël
Le natif est destiné à connaître une vie où l’aspect physique et l’élégance sont importants. Il recherchera l’harmonie en tout et ne supportera pas
la vulgarité sous toutes ses formes. La qualité dominante, innée ou acquise, est l’amabilité.
25 février au 1er mars : Habuhiah
Le natif est destiné à connaître une vie où il exercera plusieurs métiers et occupera plusieurs postes dans différentes entreprises. La qualité
dominante, innée ou acquise, est la faculté de faire confiance aux autres, surtout dans le domaine affectif.
2 au 6 mars : Rochel
Le natif est destiné à connaître une vie où la sérénité et le détachement seront importants. Il sera attiré par une vie simple et la philosophie. Les
qualités dominantes, innées ou acquises, sont l’ouverture d’esprit et la modestie.
7 au 11 mars Jabamiah
Le natif est destiné à connaître une vie où l’imagination et le besoin d’évasion sont importants. Il se mêlera difficilement aux autres et pourra
vivre une vie sociale limitée à son entourage familial. La qualité dominante, innée ou acquise, est la faculté de pardonner.
12 au 16 mars : Haiaiel
Le natif est destiné à connaître une vie mouvementée sur tous les plans. Doté d’une forte personnalité, il sera doué pour intervenir dans les cas
d’injustice. La qualité dominante, innée ou acquise, est la faculté de faire la part des choses.
17 au 20 mars : Mumiah
Le natif est destiné à connaître une vie où l’aisance et la richesse pourraient être offertes en récompense aux plus méritants. La qualité
dominante, innée ou acquise, est la volonté de réussir.

La loi cosmique à observer


Septième loi : « Je suis généreux de moi-même et de mes biens. »
La générosité est un sentiment qui vient de l’âme, elle ressemble à la bienveillance. Être généreux ne veut pas dire faire la charité, car la charité
entre dans une partie seulement de cette grande loi qui fait de l’homme un être au-dessus de toute petitesse de pensée et d’action. La générosité
donne une clarté d’esprit qui voit tout ce qu’il peut faire pour aider autrui (service). L’homme généreux donne avec joie à celui qui est dans le
besoin. Il donne de lui-même, c’est-à-dire son amitié, son sourire, ses conseils si on lui en manifeste le désir. Il aide manuellement celui qui est
dans une impasse. Sa charité le rend compréhensif et miséricordieux.
LOI OBSERVÉE
Observer la septième loi de façon consciente et voulue est un marchepied efficace pour monter dans l’immense échelle de l’évolution de notre
personnalité à destinée éternelle.
LOI VIOLÉE
Violer la septième loi est le contraire de la générosité et affecte la lymphe, ce liquide dans lequel baignent tous les organes, ce liquide qui apporte
la vie aux cellules.
L’énergie de la septième loi : le rouge ombré
L’énergie rouge ombré apporte un sens de l’analyse des gens et des choses. Elle donne à la personnalité un idéal intellectuel qui l’incite à
découvrir ce qui lui semble mystérieux autour de lui, un idéal de créateur de machines qui améliorent le travail de l’homme en le rendant plus
facile et plus productif. Elle agit sur le cerveau. C’est une personnalité de grande valeur intellectuelle et spirituelle, au-dessus de la moyenne,
ardente et passionnée de succès.
Les propriétés de l’énergie rouge ombré
• L’énergie rouge ombré est dominée par le rouge et contient un peu de toutes les propriétés des autres couleurs.
• Elle est essentiellement guérisseuse et transformatrice.
• Elle a la particularité de guérir les plaies des êtres vivants et des brisures d’arbres et de sol.
• Elle matérialise à longueur de siècle les plans des êtres intelligents.
12. Ibid, pages 93-94 et 97.
Troisième partie

Le chemin du disciple
selon le tarot initiatique
LE CHEMINEMENT SPIRITUEL SELON LE TAROT INITIATIQUE

our s’extraire de la médiocrité dans laquelle, malheureusement, baignent la plupart des êtres humains, il faut du courage. Et le plus grand
P courage, c’est peut-être celui d’oser être différent des autres. Sans cette capacité à s’émanciper quant aux idées reçues et à s’extraire du
comportement stéréotypé de la foule, il est impossible de laisser s’exprimer l’être d’exception qui se cache en chaque personne.
Un autre exemple, bien que plus atypique du héros non traditionnel, est le Fou du tarot. Il est aussi appelé le « Mat ». En italien, mato signifie
« fou ». Fou pour les hommes, mais sage pour Dieu, tel est le sens profond de cette carte.
Le jeu de tarot est la première bande dessinée. Il représente un extraordinaire livre d’images nous donnant les clés d’interprétation de
l’inconscient individuel et collectif. L’origine des cartes remonte sans doute à des temps très anciens, même si le tarot actuel date apparemment du
roi Charles VI, qui n’était sans doute pas surnommé le « fou » ou le « fol » par hasard.
On raconte que, déjà en Égypte, les initiés, devant la montée de la barbarie, s’étaient résolus à préserver la connaissance en la dissimulant
jusqu’à ce que les hommes assagis puissent de nouveau la recevoir.
Le jeu de tarot se compose de 78 cartes appelées « arcanes » ou « lames ». Il y a 22 arcanes majeurs et 56 mineurs. Les 56 mineurs constituent le
chemin à la fois existentiel, événementiel et terrestre nous invitant à tirer les leçons de la vie en passant par l’expérience des quatre éléments
représentés par le bâton, l’épée, la coupe et le denier, qui symbolisent en fait le feu, l’air, l’eau et la terre, et qui sont devenus ensuite le trèfle, le
pique, le cœur et le carreau. Ces cartes décrivent les expériences que nous sommes susceptibles de faire pendant notre incarnation dans un corps
de chair. Le denier ou le carreau indique quel type de situations d’ordre physique nous pouvons affronter. La coupe ou le cœur donne des
indications sur le domaine émotionnel, l’amour, l’épée ou le pique nous renseigne sur notre vie intellectuelle et le bâton ou le trèfle, sur notre vie
spirituelle.
Les 22 arcanes majeurs représentent, eux, la quête de l’essence, c’est-à-dire de l’essentiel, le plan spirituel ou divin qui s’oppose ici à l’existentiel,
l’événementiel, le terrestre. Ces 22 lames décrivent le chemin de l’élévation qui amène l’âme à retrouver sa patrie d’origine, l’esprit. Elles se
subdivisent en trois séries de sept cartes.
Les sept premières racontent en images les initiations mineures. Les sept suivantes, de la huitième à la quatorzième lame, synthétisent la
première partie des initiations majeures consistant à descendre dans les profondeurs de notre inconscient pour y apporter la lumière. Les sept
dernières cartes illustrent la deuxième partie des initiations majeures constituant les initiations cosmiques destinées à nous permettre de
récupérer notre conscience divine originelle et de réaliser l’ascension dans notre corps de gloire.
La vingt-deuxième lame, le Fou, qui ne porte pas de numéro, représente l’homme libéré par l’illumination à la suite du long chemin accompli au
travers des vingt et une autres cartes.
Pour décrire le symbolisme de ce message universel remontant à la nuit des temps, je m’appuie sur le tarot de Marseille.
La première carte s’appelle le « Bateleur ». Il représente le disciple au début de son cheminement. Tous les éléments dont il a besoin sont devant
lui. Il dispose du bâton, de l’épée, sous forme de poignard, d’une coupe et d’un denier. Cela signifie qu’il a sous la main tout ce dont il a besoin pour
faire face aux événements de la vie. Le bâton, c’est le feu, mais aussi l’esprit. L’épée, c’est l’air, mais aussi la pensée. La coupe, c’est l’eau, mais aussi
le sentiment. Enfin, le denier, c’est la terre, mais aussi le corps physique. En utilisant ces différents outils à bon escient, il apprendra à mettre de
l’ordre en lui et pourra acquérir la maîtrise des différentes composantes de son être. Les outils extérieurs lui permettront de se développer
intérieurement jusqu’à ce qu’il ait surmonté l’illusion de la dualité.
Devant lui se trouve une table à quatre côtés, mais qui, par une curieuse bizarrerie, n’a que trois pieds. Cela signifie que derrière les apparences
de la matière, toujours symbolisée par le chiffre 4, se trouve le 3, chiffre représentant l’esprit. Derrière la matière, il y a toujours l’esprit.
Autrement dit, derrière l’apparente absurdité du monde dans lequel nous évoluons se trouve une cause cachée. Dieu, que nous pouvons découvrir.
C’est le cheminement du disciple, représenté sous les traits du Bateleur. Il cheminera jusqu’à pouvoir devenir le Mat, l’initié détaché, libéré des
contingences extérieures. Et le Bateleur, Mat en devenir, c’est chacun de nous. Le tarot raconte notre propre histoire.
Le Bateleur, dans sa quête de perfection, rencontre d’abord les maîtres extérieurs, dont il recevra l’enseignement nécessaire à sa progression. Il
y a la Papesse, l’Impératrice, l’Empereur et le Pape. Chacun d’eux lui transmettra un aspect de la connaissance afin qu’il l’intègre et le transforme
en qualité. Le maître est avant tout un modèle. L’enseignement qu’il donne est puissant parce qu’il en est l’incarnation vivante. C’est toute la
différence avec l’enseignement purement intellectuel, c’est-à-dire non vécu, des faux maîtres. L’enseignement véritable est toujours exprimé dans
son vécu par le maître.
Après la cinquième lame, le Pape, le Bateleur passe à la sixième lame, l’Amoureux, où il rencontre un dernier maître, sans doute le plus
insaisissable et le plus énigmatique, à savoir la vie avec toutes les options qu’elle propose et les choix concrets que cela suppose. Il se trouve
maintenant à la croisée des chemins. L’Amoureux, c’est la carte du choix symbolisé par deux femmes, l’une représentant le monde profane et
l’autre, le monde divin. Le Bateleur peut encore renoncer à poursuivre sa quête spirituelle et retourner vivre dans le monde matériel.
Cette carte représente l’ultime étape des initiations mineures, celle où le disciple décidait ou non d’entrer dans le temple pour y affronter les
initiations majeures. Seul un amour extraordinaire pour la connaissance et pour Dieu pouvait le déterminer à continuer sur cette voie, puisqu’il lui
était annoncé qu’il resterait esclave dans le temple pour le restant de ses jours au cas où il ne sortirait pas vainqueur des épreuves.
Si, malgré tout, il persistait sur le chemin de l’initiation, il recevait alors tous les attributs apparents du succès en guise de récompense pour les
efforts entrepris. C’est le sens de la septième carte, le Chariot, où le Bateleur nous apparaît coiffé d’une couronne et conduisant un attelage. Mais,
les deux chevaux, le cheval rouge de la matière et le cheval bleu de l’esprit, ne vont pas dans la même direction. Les chevaux représentent aussi la
partie animale que le disciple ne maîtrise pas encore. Il lui reste à apprendre à contrôler véritablement les désirs qui ont le corps pour origine. Il
n’a pas encore atteint l’unité.
Les sept premières cartes représentent donc les initiations mineures ou extérieures. Le Chariot marque la fin de ce premier cycle.
Avec les sept lames suivantes, le Bateleur abordera la première partie des initiations majeures, exigeant qu’il descende dans les profondeurs de
son être pour y affronter et y terrasser le dragon. C’est l’étape psychanalytique où le « connais-toi toi-même » des Grecs devient réalité.
Cette quête des profondeurs prend des formes successives symbolisées par les sept lames suivantes. Il s’agit maintenant pour le disciple
d’extirper de son inconscient toutes les résistances susceptibles d’empêcher que les connaissances qu’il a acquises s’intègrent dans son vécu. En
d’autres termes, il doit passer d’une connaissance intellectuelle purement extérieure à une connaissance cellulaire, c’est-à-dire intériorisée,
incorporée complètement dans ses cellules, de sorte que l’unification entre son conscient et son inconscient soit parachevée.
Cette histoire du Bateleur est celle de chacun de nous dans sa quête d’absolu. Je vous invite donc à vous identifier à lui.
La justice est la première qualité dont il doit vérifier l’intégration. Elle l’invite, en même temps que nous, à prendre conscience de la loi de cause
à effet, à se situer par rapport à cet impératif de justice et enfin à l’appliquer, en toutes circonstances, après avoir pesé le pour et le contre et fait le
point en lui. C’est une étape décisive dans le processus d’évolution, car elle donne accès à la conscience des causes véritables régissant tout
événement. Il n’est plus question désormais d’accuser les autres de notre infortune. Nous sommes l’unique cause des événements qui nous
touchent, en positif comme en négatif. L’épée de la justice permet de trancher tous les conditionnements intérieurs freinant l’évolution, ce que
l’Amoureux n’était pas encore capable de faire. Dégagé de ses attaches émotionnelles archaïques, il peut franchir un nouveau palier
d’expérimentation de la liberté.
Après avoir intégré les leçons de la justice, le Bateleur devient l’Hermite. C’est par excellence la carte de la psychanalyse, de la descente dans les
profondeurs de soi-même permettant l’accès à la connaissance hermétique, c’est-à-dire cachée. Le tarot fait ici une allusion flagrante à Hermès
Trismégiste, « le trois fois grand ». La tradition parle de lui comme de l’un des plus grands maîtres de l’humanité, vraisemblablement fondateur et
en tout cas codificateur des initiations en Égypte. Il était détenteur des secrets des trois mondes : spirituel, psychique et physique, et donc d’un
savoir inouï que l’Hermite commence à découvrir.
Ce savoir est déposé dans les profondeurs de chaque être humain. Il est indissolublement lié à notre ombre. C’est seulement en ramenant cette
dernière à la lumière que nous pourrons libérer notre savoir caché. Dans la psychanalyse, c’est le thérapeute qui dirige l’opération. Dans
l’initiation, le disciple a la conscience suffisamment développée pour poursuivre tout seul ses investigations. Chez l’Hermite, cette conscience est
symbolisée par la lampe qu’il tient à demi cachée sous son manteau et qu’il pourra redonner ensuite avec grande prudence aux hommes.
Si nous n’affrontons pas notre ombre, nous ne pouvons pas trouver la lumière. L’inconscient représente nos racines qui, comme chez l’arbre,
sont invisibles, dissimulées dans le sol. C’est pourtant elles qui commandent la vie. En canalisant la force de nos racines, nous pouvons en retirer
une énergie considérable et commander ensuite directement à la nature. Mais, il est nécessaire d’avancer avec grande prudence et de tâter le
terrain, car le chemin est parsemé d’embûches, d’où le bâton de sourcier dont l’Hermite se sert pour avancer.
Ayant effectué ce travail, le Bateleur passe alors à l’étape suivante et se retrouve devant la roue de fortune illustrée par la dixième carte. Celle-ci
le place devant la dualité apparente, autre illusion qu’il doit apprendre à dissiper. Cette dualité, c’est le conflit éternel du bien et du mal, de
l’involution et de l’évolution, de la vie et de la mort. La roue qui tourne, c’est la vie qui passe. Le Bateleur doit découvrir que derrière la vie, il n’y a
pas la mort, mais une forme de vie supérieure.
Avec la justice, il a abordé la loi de cause à effet dont il a vérifié l’application en lui et dans sa vie présente. Maintenant, il élargit son investigation
aux vies passées et expérimente la réalité intérieure de la réincarnation. Cette étape l’aidera donc à se dégager encore plus de l’illusion des
apparences pour remonter aux causes de tout ce que la vie présente. En même temps qu’il remonte plus loin dans le passé, il peut aussi se projeter
davantage dans l’avenir.
La roue de fortune, c’est un peu la machine à remonter le temps dans les deux sens. Mais, pour cela, il faut sortir de la périphérie où, comme dans
les manèges, nous sommes baladés dans tous les sens et rejoindre le centre de la roue où règne la stabilité. Le centre, c’est aussi le sommet où se
trouve la sphinge, qui symbolise la vision supérieure à laquelle le Bateleur accède avec cette carte et qui lui confère aussi un détachement
appréciable, puisqu’il peut maintenant regarder tourner la roue sans se laisser impliquer dans les hauts et les bas que le mouvement implique.
Nous sommes à mi-chemin des initiations, et à ce stade – j’insiste particulièrement sur ce point –, nous pouvons tous recevoir, comme un cadeau
inestimable, la stabilité intérieure qui s’exprime par le fait de ne plus passer par des hauts et des bas. Alors, seulement, nous devenons fiables pour
le Ciel qui commence à nous confier des responsabilités importantes.
Continuons notre route avec le Bateleur. Avec la lame 10, qui contient le 1 et le prolonge, il a renforcé ses racines divines et acquis la certitude de
l’unité profonde de la vie. Il lui est maintenant proposé d’expérimenter la onzième lame, la Force. Il ne s’agit pas ici de la force musculaire brutale –
d’ailleurs, notre personnage a revêtu une apparence féminine –, mais de celle qui naît de l’ouverture du cœur rempli de l’amour inconditionnel. Cet
amour permet de tenir en respect tous les fauves intérieurs et extérieurs. Même le lion obéit désormais au Bateleur, dont le rayonnement
augmente sans cesse.
L’étape suivante est le Pendu qui représente la grande invitation au lâcher-prise et au renversement des valeurs antérieures. Pour atteindre le
Ciel, il faut savoir remettre en question ses croyances. Les qualités permettant de réussir matériellement sur la terre sont antagonistes de celles
nécessaires à la croissance spirituelle. Comme nous l’avons déjà vu, pour construire dans le plan physique, la volonté est nécessaire, alors que
pour communiquer avec le Ciel, il faut nous laisser pénétrer par lui. Le Pendu est la carte des renversements de polarité. Avec elle, le Bateleur
apprend à être émissif sur la terre et réceptif vis-à-vis du ciel. Il peut désormais passer d’un monde à l’autre instantanément selon les nécessités.
Le lâcher-prise est l’une des formes du détachement prôné par le bouddhisme. Il se heurte généralement à beaucoup de résistances intérieures.
Il déclenche la crainte de perdre ses repères ou, pire, l’angoisse comparable à celle que l’on peut éprouver devant la menace d’avoir à se jeter dans
le vide. La carte nous dit de ne pas avoir peur, car il y a toujours une corde à laquelle nous sommes raccrochés qui nous gardera du précipice. Le
Pendu est une étape importante de l’intégration de la foi.
La treizième lame n’a pas de nom, mais il s’agit bien clairement de la Mort. Celle-ci n’effraie plus le Bateleur. Il sait qu’elle est là uniquement
comme l’ossature, la charpente du monde physique. Il doit apprendre maintenant à la dompter en apprenant à mourir à tout ce qui, en le rendant
esclave de la terre, le limite et l’empêche de retrouver sa patrie divine.
La notion bouddhiste d’impermanence permet de bien cerner ce concept. Ici, sur la terre, tout est impermanent, c’est-à-dire temporaire. En nous
attachant à ce qui meurt, nous nous condamnons à souffrir. Seule l’identification à ce qui est permanent – et donc à la fois intemporel et divin –
peut nous délivrer de la mort.
La treizième lame est le prolongement de l’expérience du lâcher-prise amorcée avec le Pendu.
Ce travail effectué, le Bateleur se rapproche de la fin de la deuxième série d’initiations. Il accède à un état d’équilibre symbolisé par la
tempérance. Cette carte nous indique qu’il a maintenant la maîtrise de ses sentiments. Les deux chevaux qui, à la fin de la première série
d’initiations, dans le Chariot, menaçaient d’aller dans des directions différentes, sont devenus deux cruches de même couleur qu’eux. Le Bateleur
peut faire travailler ensemble l’esprit (la cruche bleue) et la matière (la cruche rouge), justement parce que ses sentiments désormais lui
obéissent. Il a unifié les courants opposés en lui, ce qui lui permet de dégager une énergie considérable dont il pourra faire bénéficier autrui. Il
peut manifester la faculté de guérison. Il devient source de bénédictions et administre l’exemple de l’égalité d’humeur et de l’harmonie. La grande
quête des profondeurs l’a amené à la véritable maîtrise de soi qui, dans le Chariot, était encore fragile.
En récompense, il reçoit deux ailes, allusion à la conscience angélique qu’il a récupérée. Mais ces deux ailes ne sont pas seulement allégoriques.
Elles correspondent à une réalité spirituelle. Dans le dos, à la naissance des omoplates, se trouvent deux chakras peu connus qui, à ce moment de
l’initiation, deviennent le support de deux ailes permettant de voyager dans l’espace-temps, instrument nécessaire pour aborder la suite des
opérations. Il est désormais prêt pour la dernière série d’initiations symbolisée par les sept dernières cartes.
La première série d’épreuves, nous l’avons vu, consiste en la rencontre des maîtres extérieurs. La deuxième exige la descente dans les entrailles
de notre subconscient et l’affrontement de nos dragons intérieurs. La troisième correspond aux initiations cosmiques.
Ultime étape des enseignements reçus dans les temples, elle permettra au Bateleur de prendre conscience de sa véritable identité divine et de sa
vocation cosmique. La plongée dans nos abysses intérieurs entraîne l’ouverture sur l’illimité. Mais ne rentre pas qui veut dans cet univers élargi.
Ici aussi, les Gardiens du seuil sont chargés de barrer l’accès à celui qui n’aura pas la grandeur d’âme requise pour mériter les cadeaux qui
l’attendent au bout du chemin. Le Bateleur voit se dresser devant lui le Diable. C’est l’épreuve de la tentation, par l’argent et le pouvoir, rencontrée
obligatoirement à ce moment de la quête. Elle correspond à la traversée du désert que l’on retrouve fréquemment dans la vie des prophètes.
L’histoire des quarante jours dans le désert, où se retire Jésus après son baptême dans le Jourdain, nous en offre un bon exemple. Après avoir
jeûné pendant quarante jours et quarante nuits, il finit par avoir faim. Satan lui apparaît alors et lui fait subir trois tentations. Dans la première, il
lui demande de transformer les pierres en pains. Il lui suggère ainsi de mal utiliser les pouvoirs qu’il tient de Dieu. Dans la deuxième tentation,
Satan lui propose de se jeter du haut d’une tour et de se faire sauver par les anges pour apporter la démonstration qu’il est bien le Fils de Dieu. Il
lui inflige une épreuve liée à l’orgueil, qui implique aussi une mauvaise utilisation des pouvoirs. Nous la retrouverons dans la seizième lame, la
Maison-Dieu. Dans la troisième tentation, le Diable lui propose tous les royaumes et la gloire de ce monde à la condition de l’adorer, lui. Jésus
répond : « Tu adoreras le Seigneur, Ton Dieu, et à Lui seul tu rendras un culte. » (Mathieu, 3, 4)
Ce dernier épisode est particulièrement révélateur de l’importance du détachement auquel notre Bateleur a été soigneusement préparé et sans
lequel il ne pourrait pas renoncer aux pouvoirs et aux richesses de ce monde et continuer son chemin.
Mais il n’est pas au bout de ses peines, car la Maison-Dieu l’attend. C’est l’épreuve de l’orgueil qui, à tout moment, peut précipiter à terre celui qui
se croyait arrivé au sommet. Rien n’est jamais acquis ici-bas. Nous sommes condamnés à cheminer jusqu’à la libération totale. Nous devrons tous
accomplir un jour ou l’autre la traversée des vingt et une lames. C’est l’apanage de l’humanité. À chacun d’entre nous de choisir sa vitesse de
croisière.
Lorsque le Bateleur réussit à garder son humilité malgré les tentations, il reçoit la récompense de tous ses efforts avec l’Étoile, dix-septième
lame. C’est la première étape de l’illumination proprement dite. Dans la tempérance, l’équilibre des polarités que le Bateleur a atteint lui a permis
de faire circuler les énergies en lui et de répandre l’harmonie autour de lui. Avec l’Étoile, il franchit un nouveau palier. Les énergies dont il dispose
sont désormais illimitées. Elles ne coulent plus d’une cruche vers l’autre, mais se répandent simultanément des deux récipients vers la terre.
Notre héros est représenté avec un corps féminin, c’est-à-dire qu’il est totalement réceptif envers les courants divins passant à travers lui, ce qui
lui permet d’inonder la terre de mille bienfaits. Il est déjà une antenne du ciel sur la terre, un genre de menhir qui laisse passer les eaux d’en haut
pour les déverser en cadeaux.
Il est pour la deuxième fois représenté avec les ailes dans le dos. Il a sans doute aussi des ailes aux talons, autre réalité spirituelle permettant à
l’initié de se déplacer psychiquement dans les autres dimensions. Ces deux paires d’ailes (il en existe même une troisième sur le sommet de la tête
figurant sur le casque de Mercure dans l’Antiquité) lui seront fort utiles pour aborder la dernière phase des initiations cosmiques. Il est
maintenant prêt à laisser sa conscience s’élancer vers le ciel pour en recevoir les secrets.
Avec la Lune, dix-huitième lame, il entre dans le monde astral avec toutes ses illusions, qu’il apprendra à dissiper. Ensuite, le soleil lui permet
d’accéder au monde causal. Cette fois, la dualité s’efface de sa conscience profonde. Il récupère son âme enfantine lavée de toutes les scories
accumulées au cours des incarnations successives. Son cœur et son intellect s’unissent et il entre dans le monde de la pure lumière. En s’identifiant
au soleil, Il devient la lumière. Le fils de l’homme est prêt à devenir le Fils de Dieu.
C’est le sens de la vingtième lame, le Jugement. Sous les yeux de ses polarités masculine et féminine désormais unies dans la prière, le Bateleur
sort du tombeau accompagné par le chant des anges. Cet épisode de l’initiation était décrit en Égypte comme la descente au tombeau. Le grand
prêtre endormait le disciple et l’envoyait dans les mondes spirituels en détachant de son corps éthérique l’éther, réflecteur qui contient la
mémoire. Autrement dit, par une opération extrêmement subtile dont seuls les très grands maîtres avaient le secret, il permettait au disciple de
revenir de son voyage, qui durait trois jours et trois nuits, avec le souvenir parfait des univers visités.
La connaissance des mondes spirituels était dès lors définitivement inscrite dans l’âme de ce dernier. Il avait réussi à réveiller pour de bon le
souvenir de sa patrie divine. C’est ce que l’on appelle dans la tradition la « deuxième naissance » ou encore la « résurrection » qui est toujours
suivie par la sortie du tombeau.
Après le Jugement, il est prêt à entrer dans le monde merveilleux de la conscience cosmique définitive, conférant l’immortalité symbolisée par
cette vingt et unième lame, le Monde. C’est la phase finale des initiations marquée par l’ascension de l’homme dans son corps de lumière. Le
Bateleur se trouve maintenant au centre de l’univers. Les quatre animaux saints – taureau, lion, aigle et homme représentant la croix fixe du
zodiaque avec ses deux axes Taureau-Scorpion et Lion-Verseau – lui obéissent.
Il est désormais le Sphynx qui, rappelons-le, en Égypte était un animal au corps de taureau, aux pattes de lion, aux ailes d’aigle et au visage
d’homme. Cela signifie qu’il maîtrise les quatre éléments dont les quatre animaux saints sont une représentation d’ordre supérieur. Le Sphynx est
le symbole de l’homme libéré de la roue des réincarnations.
Le Bateleur, avant d’« ascensionner », peut toutefois continuer d’agir sur la terre s’il le décide et si les circonstances l’exigent. Dans ce cas, il
prend les traits du Mat (ou du Fou), celui qui est partout et nulle part. C’est la raison pour laquelle cette lame n’a pas de numéro. Le Mat est devenu
le joker dans les jeux de cartes à jouer. Dans le tarot, il représente l’initié qui, par amour pour les hommes, continue à cheminer parmi eux. Son
bagage terrestre, qu’il porte sur l’épaule, est réduit à sa plus simple expression. Sa conscience d’amour est telle qu’il ne ressent même plus les
morsures infligées par le chien attaché à ses basques. Il est l’exemple vivant de toutes les qualités divines enfin exprimées en l’homme. Même s’il
paraît fou pour les hommes, peu lui importe, car il est sage pour Dieu dont il porte le message à la terre.
Chacun de nous est un Mat en puissance. En suivant le chemin de la « séparativité » qui engendra la haine et la violence, nous avons perdu notre
centre. C’est la raison pour laquelle notre cœur n’est plus au centre de notre corps. Le monde physique reflète toujours les attitudes psychiques.
Notre cœur, expression de l’amour divin qui donne la vie à notre corps, n’est plus aligné sur son centre divin parce que nous, êtres humains,
n’exprimons plus l’amour supérieur dans notre existence.
Récupérer cet amour en l’exprimant dans notre vie quotidienne nous permet de nous reconnecter aux courants supérieurs de l’amour et,
ensuite, de manifester ici, dans le plan physique, les possibilités que nous offre le monde divin. Ouvrir notre cœur aux forces de l’amour est le
chemin montré par le Christ et tous les grands maîtres de l’humanité. En suivant leur exemple, nous pourrons nous aussi accomplir des miracles et
vérifier l’affirmation de Jésus : « Les œuvres que je fais, vous aussi vous les ferez, et de plus grandes encore. »
Prier ne sert pas à grand-chose si c’est du bout des lèvres et que le cœur ne suit pas. Toutes les formes de vie méritent d’être aimées ici-bas, de la
petite fleur la plus humble à l’étoile la plus rayonnante. Le véritable amour ne peut pas être purement extérieur. Il implique que nous nous
incluions dans ce grand courant régénérateur, ce qui produit l’autoestime indispensable à notre développement personnel.
Manifester l’amour pour soi et autour de soi, c’est attirer en soi les forces de l’amour divin. Peu importe ici l’appartenance à quelque religion que
ce soit. Le véritable chrétien est celui qui exprime l’amour dans sa vie. Le véritable bouddhiste est celui qui manifeste les qualités de Bouddha. Les
véritables musulmans, juifs ou hindouistes sont aussi ceux qui se rapprochent de Dieu en exprimant Ses qualités. Celles-ci sont toujours les
mêmes : amour, sagesse, tolérance, bonté, justice, vérité, etc. Cette règle vaut pour toutes les confessions de la planète.
La voie de l’unité est le seul chemin possible pour qui veut avancer et trouver le bonheur véritable. Elle conduit au centre de nous-mêmes, au
cœur de notre être que seul l’amour peut nous permettre d’atteindre. Rien ne résiste à celui qui porte la lumière en lui. Tout lui obéit, même
les ténèbres.
L’archange Michel dirige les légions angéliques, mais sa lumière est telle qu’il a aussi tout pouvoir sur les entités chargées de la maintenance des
égouts. C’est à lui que nous pouvons demander de l’aide lorsque nous nous sentons attaqués. Il utilise une épée de flamme bleue pour nous libérer
de tous les liens diaboliques nous menaçant. Nous pouvons le visualiser avec son épée de flamme bleue en train de couper toute la négativité qui
nous entoure et l’appeler à notre secours en récitant la formule suivante :
« Saint Michel au-dessus de ma tête
Saint Michel au-dessous de mes pieds
Saint Michel à droite
Saint Michel à gauche
Saint Michel devant moi
Saint Michel derrière moi
Saint Michel dans la totalité de la protection de l’enveloppe de mon aura
Saint Michel, archange
Je suis dans le flamboiement de ta lumière et ton épée est mon épée. »
(tiré de l’enseignement du Summit Lighthouse)

En tant que régent du soleil, l’archange Michel est le grand gardien de la lumière pour l’humanité. C’est lui qui en règle l’intensité pour qu’elle
arrive jusqu’à la Terre sans nous détruire. C’est lui qui, actuellement, est en train d’augmenter le voltage afin que nous puissions nous élever à des
niveaux de conscience supérieurs.
Quand nous sommes dans l’amour et le service, les forces lucifériennes se mettent au service du Christ cosmique, et nous devenons des
bienfaiteurs de l’humanité. Mais, quand nous nous servons nous-mêmes, les mêmes forces deviennent destructives. Demandons-nous donc
toujours : « Est-ce que je sers ou est-ce que je me sers? »
Seul l’amour pour la lumière peut nous conduire à la libération. Ouvrir notre cœur à ce courant supérieur permet d’élever nos cellules à la
vibration de l’amour divin. Dès lors, notre corps apprend à obéir à notre esprit et la dualité laisse la place à l’unité. Parfois, cet état de conscience
apparaît spontanément en nous tel un cadeau inespéré. Tout nous semble simple, clair et beau. Nous savons. Nous sommes ce que nous sommes
en réalité. Nous sommes, selon notre véritable identité, en train d’exprimer notre véritable nature, qui est divine.
Le divin en nous sait tout, peut tout, voit tout, nous apporte l’amour et la plénitude de la vie. Notre être véritable est divin. L’imperfection est
l’illusion héritée de notre incarnation dans un monde régi par la dualité, le plan physique. C’est une illusion à déprogrammer. Notre véritable
destinée est de manifester notre réalité divine ici, sur la terre, dans notre corps et dans notre vie quotidienne. Nous portons en nous la capacité de
rectifier tout ce qui est imparfait. Pour cela, la première mesure à prendre est de nous relier à notre être divin qui est en liaison étroite et sous la
protection du Christ et de l’archange Michel. C’est le travail avec la divinité extérieure, transcendante.
Ces programmes peuvent provenir de dimensions bien supérieures à la nôtre. Nous pourrions dire que l’univers psychique est saturé d’ondes de
provenances les plus diverses.
Certaines sont l’expression des entités de lumière. Nous savons que les différentes traditions s’accordent sur l’existence de neuf hiérarchies,
dont la kabbale situe la sphère d’émission dans la région psychique des différentes planètes de notre système solaire. On pourrait dire que les
anges émettent de la région de la Lune, les archanges, de Mercure, les principautés, de Vénus, les vertus, du Soleil, les puissances, de Mars, les
dominations, de Jupiter, les trônes, de Saturne, les chérubins, d’Uranus, les séraphins, de Neptune.
Ce qui est intéressant, c’est que chacune de ces hiérarchies occupe un plan vibratoire supérieur à celui qui la précède. Autrement dit, chacune
d’elles évolue dans une dimension différente. Et chaque dimension se caractérise par un espace-temps différent. Au fur et à mesure que la qualité
vibratoire des êtres augmente, leur univers psychique se modifie, autrement dit, la perception qu’ils ont du monde et d’eux-mêmes change.
À notre niveau de conscience humain actuel, nous ne pouvons guère recevoir que les informations provenant de l’univers vibratoire le plus
proche de nous, c’est-à-dire celui des anges. Mais cet univers angélique est profondément duel. Les ondes envoyées par les anges de lumière sont
brouillées par les anges déchus qui essaient eux aussi d’influencer notre psychisme. Notre univers mental et émotionnel est donc un champ de
bataille entre les forces angéliques opposées qui s’affrontent pour la conquête de nos petits cerveaux.
La bataille des ondes radiotélévisées à laquelle nous assistons actuellement n’est que le reflet dans le plan physique de la véritable bataille livrée
sur le plan psychique.
Les anges lumineux sont dans le don. Ils savent s’alimenter des forces provenant de l’univers. Ils n’ont donc pas besoin de nous. Néanmoins, ils
sont pleins d’amour et souhaitent profondément nous aider. Quand nous dégageons des ondes positives, nous devenons pour eux une source de
beauté et d’émerveillement, comme une rose peut l’être pour nous, humains. En échange, ils nous donnent tout : la joie, l’inspiration et les
informations dont nous avons besoin. Ils s’occupent de nous comme nous des roses. Ils nous comblent de cadeaux et nous aident à évoluer.
En revanche, les anges déchus ont perdu leur capacité de s’alimenter exclusivement des forces de l’univers. Ils ont besoin des nôtres pour vivre.
Quand nous les leur offrons, au lieu de nous remercier, ils nous tyrannisent et nous rendent esclaves. La drogue est un bon exemple de la façon
dont cette catégorie d’anges peut en venir à parasiter complètement l’être humain.
Quatrième partie

Changements planétaires :
urgences spirituelles
CHANGEMENTS PLANÉTAIRES : EXIGENCES SPIRITUELLES

ous avons déjà beaucoup parlé de l’important changement vibratoire en cours sur cette planète. Cette affirmation n’a rien d’extravagant si
N nous considérons que la vie sur la planète Terre a le changement pour caractéristique principale. Ici-bas, tout change en permanence. Tout
est basé sur le mouvement, ce qui signifie que tout naît, grandit, atteint un point d’expansion maximal, puis décroît et meurt. Cela est valable aussi
bien pour les individus que pour les institutions collectives.
Nous savons que plusieurs civilisations très brillantes ont disparu, mais nous avons beaucoup de difficulté à penser que cela pourrait arriver à la
nôtre. De nombreuses prophéties ont prédit de grands changements pour notre époque. Ceux-ci ne manquent pas de se produire…
La chute du communisme a été un véritable cataclysme dont nous avons mal mesuré l’importance. Nous avons véritablement assisté à la fin d’un
monde, à la fin d’une civilisation reposant sur une certaine philosophie. La rapidité de l’effondrement du bloc communiste a surpris tous les
observateurs politiques.
C’est sans doute par les mêmes états d’âme que sont passés les acteurs de la Révolution française en 1793 et ceux de la révolution russe en 1917.
Peu de gens ont une vision historique globale. Ils sont donc incapables de resituer leur époque sur le long fleuve du temps.
Le XXe siècle a été particulièrement riche de changements incroyables. Les deux guerres mondiales furent de véritables cataclysmes collectifs qui
ont changé la face du monde.
Rappelons d’abord que ces guerres ont été créées par l’homme. Elles sont la conséquence de la volonté de pouvoir débridée qui amène les
individus à vouloir prendre avantage les uns sur les autres, d’où les situations de conflits individuels débouchant sur des conflits collectifs.
Lorsque les solutions diplomatiques sont épuisées – et en cas de mauvaise foi, elles peuvent l’être très vite –, c’est la guerre.
Les guerres sont autorisées lorsqu’il n’y a plus aucun autre moyen de faire comprendre à l’humanité qu’elle a pris une direction dangereuse. Les
hommes ont besoin de voir reflétées extérieurement les conséquences de leur voracité et des conflits intérieurs qui en découlent. Un monde basé
sur la recherche du profit et sur l’utilisation égoïste du pouvoir et de l’argent ne peut que produire la destruction. C’est le sens caché des deux
tragédies collectives ayant fait du XXe siècle l’un des plus sombres de l’histoire. La leçon à tirer était : « Changez les valeurs sur lesquelles vous
basez votre civilisation. » Il est certain que nous n’avons pas entendu le message. Individuellement aussi bien que collectivement, nous recevons
toujours deux avertissements nous invitant à rectifier la trajectoire avant la catastrophe finale. « Jamais deux sans trois », dit l’adage. Ici, le
troisième n’est plus un avertissement, mais la leçon elle-même.
Les catastrophes sont déclenchées par les humains eux-mêmes. À force d’accumuler les nuages au-dessus de leurs têtes, ils s’exposent à des
dangers dont ils ne mesurent pas l’ampleur. Les maîtres font le maximum pour évacuer le gros des nuages, mais si leur message de paix et d’amour
n’est pas reçu, ils sont obligés de laisser éclater l’orage.
Une prise de conscience rapide s’impose. Certaines ombres demeurent concernant le futur de notre humanité. Parmi elles, au premier rang, une
forte probabilité de crise économique mondiale, d’une ampleur sans précédent, dont la crise asiatique a marqué le point de départ.
Mais plutôt que de prévoir les tragédies, il vaut mieux réfléchir aux moyens de les éviter. Une forte augmentation du nombre de personnes
travaillant pour la paix et l’harmonie est la meilleure garantie que nous ayons de surmonter et d’éviter des crises de tous ordres.

Prenons conscience toutefois que cette paix et cette harmonie, c’est d’abord à l’intérieur de nous qu’il s’agit de les réaliser.
Et le meilleur moyen de vérifier si nous les avons acquises, c’est de voir comment nous nous comportons avec nos proches, et quel est le niveau
d’harmonie que nous sommes capables d’entretenir avec eux. Il n’y a pas de test plus révélateur.

La véritable école de l’amour, ce sont nos proches qui nous la font vivre.
Cette école est parfois douloureuse, mais chaque victoire de l’amour nous permet de participer à l’élévation du niveau de la conscience collective
de notre humanité, et cela est magnifique.
Mais quelle est la part du libre arbitre aussi bien individuel que collectif dans le processus d’évolution? C’est une question très importante
philosophiquement et les opinions les plus divergentes s’affrontent sur ce sujet. Individuellement, nous pouvons dire que trois lois s’appliquent :
1. La première est la loi de nécessité. Quand nous vivons une vie prosaïque basée uniquement sur la satisfaction des besoins vitaux, nous
sommes réduits à subir aveuglément notre destinée. Nous sommes soumis au déterminisme.
2. Lorsque nous nous mettons à réfléchir, à tirer des leçons de nos expériences et à modifier notre comportement, nous commençons à agir sur
l’extérieur. Une deuxième loi s’applique alors, celle de la volonté libre. C’est une liberté encore relative, mais elle nous permet tout de même de
prendre notre destinée en main et de construire activement notre futur. C’est en nous transformant nous-mêmes que nous transformons
les événements de notre vie.
3. Quand nous arrivons à unifier en nous extérieur et intérieur, une troisième loi s’applique, celle de la divine Providence. À ce niveau, les
événements extérieurs ne reflètent plus que la perfection intérieure. L’harmonie et la paix intérieures se reflètent en perfection extérieure.

Bien sûr, cette liberté a un prix. Ces êtres n’accomplissent plus leur propre volonté, mais celle du Ciel. Ils sont dans le lâcher-prise total. C’est le
grand paradoxe de la vie humaine. C’est seulement en offrant toutes nos forces au divin et en renonçant à notre liberté apparente que nous
rencontrons la liberté véritable. Au lieu d’être « passifs-acceptants », devenons « actifs-réactifs ». Dès lors, il n’y a plus de limites à notre évolution.
N’oubliez jamais que les astres inclinent mais n’obligent pas…
Par contre, sur le plan collectif, les choses sont un peu plus compliquées.
La masse, guidée par l’assouvissement de ses instincts et de ses désirs personnels, va-t-elle conduire le monde à la catastrophe? Ou la voix de
ceux qui invitent à l’amour des autres et au dépassement de soi va-t-elle prévaloir? L’avenir nous le dira. Mais tout doit être mis en œuvre pour
éviter la tempête. Et nous avons collectivement le pouvoir de l’éviter. À nous de construire le nouveau bateau.
À toutes les époques, les écoles de lumière ont enseigné aux aspirants à la connaissance à développer leur plus haut potentiel afin qu’ils puissent
accéder aux sphères de la liberté. C’est ce qui a été appelé les « initiations ». Dans les pyramides d’Égypte, l’étudiant passait des épreuves destinées
à le rendre maître des quatre éléments : la terre, l’eau, l’air et le feu. Il recevait l’enseignement de maîtres, c’est-à-dire d’individus ayant déjà
réalisé la maîtrise d’eux-mêmes, sans laquelle la maîtrise des éléments est impossible.
L’étudiant était appelé « disciple », c’est-à-dire qu’il acceptait la discipline nécessaire pour devenir à son tour maître de lui-même. Les initiations
aux quatre éléments faisaient partie des initiations majeures les plus élevées.
N’étaient admis dans les initiations majeures que ceux qui avaient prouvé leur désintéressement et leur volonté profonde de servir l’humanité.
Les maîtres avaient donc une grande responsabilité dans la communication du savoir.
Mais servir ne signifie pas se dépouiller de tout.
Il y a toujours un équilibre à trouver entre s’occuper des autres et s’occuper de soi-même. Seuls les grands initiés deviennent comme des soleils
capables de donner en permanence. Ils ne distribuent plus leurs propres forces, mais celles de la nature tout entière qu’ils ont appris à laisser
passer à travers eux. C’est l’un des buts de l’initiation aux quatre éléments.
Les initiations mineures enseignent à se remplir de lumière solaire et à la projeter à l’extérieur. Dans les initiations majeures, le disciple
commence par descendre dans les profondeurs de lui-même pour y affronter les dragons, les vaincre et libérer la lumière d’une puissance inouïe
accumulée en lui mais jusque-là emprisonnée. Il est alors prêt pour les initiations cosmiques.
Ces instruments sont généralement l’épée, dotée de pouvoirs surnaturels et symbolisant la lumière, principe masculin que le héros maîtrise, et le
bouclier magique, représentant l’aura puissante que son amour et sa foi lui confèrent.
Les guides de notre humanité, évoluant à partir du monde spirituel, constituent la grande Fraternité universelle de lumière, qui a de nombreuses
ramifications ici, sur la terre. Ce sont ces dernières qui, encore à notre époque, transmettent les enseignements authentiques.
L’épreuve de l’élément terre permet donc d’acquérir la stabilité qui est la qualité de base, le fondement sur lequel le disciple peut s’appuyer.
Quand elle fait collectivement défaut se produisent les tremblements de terre. Ceux-ci sont donc la conséquence du manque de stabilité collective
se reflétant dans une épreuve extérieure. Les lois qui gouvernent la vie sur cette planète sont extraordinaires et infaillibles. Nous nous incarnons
d’après des critères mathématiques dans des temps et lieux qui nous permettront d’expérimenter les situations que nous avons à vivre pour
grandir.
L’humanité est un grand corps collectif. Les événements extérieurs touchant les collectivités humaines sont une manifestation de ce que vivent
dans leur for intérieur les membres qui les composent. Le manque de stabilité général pour toute la planète s’exprimera par un cataclysme sur un
point donné de la surface du globe.
Les gens touchés par une catastrophe payent pour l’ensemble de l’humanité et ont donc droit à la compassion générale et au bénéfice de
l’entraide. Ils ont besoin de la souffrance pour évoluer. Raison de plus pour leur venir en aide, car le don spontané et désintéressé est le plus à
même d’ouvrir leur cœur. En revanche, ceux qui ont acquis la stabilité ne seront pas touchés.
La seconde étape des initiations majeures est l’épreuve de l’eau, qui correspond à la récupération progressive de la pureté originelle. Pureté du
corps d’abord, mais aussi des sentiments et des pensées, l’être tout entier étant impliqué dans ce processus de régénération.
En revanche, nous lavons nos émotions avec de l’eau (d’ailleurs, quand nous sommes tristes, nous pleurons), nous purifions nos pensées avec de
l’air et nous sanctifions notre âme et notre esprit avec le feu de l’amour divin.
Le premier niveau de purification concerne le corps. Pour faire de celui-ci un temple, il faut lui donner une nourriture saine et éviter de le
souiller par l’absorption de substances toxiques. Les drogues, le tabac, l’alcool et les excitants de tous ordres sont à proscrire. Ce ne sont que des
béquilles dont nous devons apprendre à nous passer, car elles entravent notre marche vers la liberté.
Le deuxième niveau de purification concerne les émotions. Nous avons vu qu’elles se lavent avec l’eau. Lorsque nous avons la chance de nager
dans la mer, nous pouvons demander à l’eau de nous libérer de toutes nos impuretés émotionnelles. Si le mot impureté, trop chargé de culpabilité
chez les chrétiens, nous dérange, nous pouvons le remplacer par le mot fardeau. Le sel, qui est un aliment solaire (les mots sel et soleil ont la même
étymologie), constitue un grand agent purificateur.
Si nous laissons les tensions nous submerger, ces vagues s’amplifient avec le temps et finissent par provoquer des inondations. La somme des
inondations individuelles produit les grandes inondations collectives et les raz-de-marée, qui traduisent donc l’accumulation de tensions émotives
non libérées chez les êtres humains.
La cause d’un pareil processus se trouve toujours dans le manque d’amour. C’est l’amour qui fait se répandre l’eau de la vie.
La troisième initiation, l’épreuve de l’air, nous propose de développer le discernement. Celui-ci consiste à distinguer ce qui est bon pour nous et
ce qui ne l’est pas. Il est donc fondamental, car sans lui nous risquons de multiplier les mauvais choix, ce qui ne peut que ralentir considérablement
notre évolution.
La première étape d’acquisition du discernement est la pensée positive. Ensuite, c’est la méditation.
Le manque de discernement individuel entraîne la production de formes-pensées négatives qui peuvent être comparées à des nuages dont
l’accumulation sur le plan collectif finit par produire les ouragans. Ceux-ci ont pour fonction d’éclaircir le ciel obscurci par le manque de contrôle
mental des humains.
L’élément air correspond toujours à la pensée. La façon dont nous mourons est toujours révélatrice de causes cachées bien précises. La loi de
causalité, d’après laquelle chaque événement marquant est la conséquence de causes antérieures, s’applique de façon mathématique. Les victimes
d’une catastrophe aérienne ont en général mal utilisé leurs pouvoirs mentaux dans une vie passée, et ce, généralement dans le pays où se produit
l’accident. Ils ont pu, par exemple, utiliser leur intelligence à des fins égoïstes, souvent pour opprimer le peuple, au lieu de s’en servir pour des buts
altruistes et constructifs, d’où l’importance de toujours accepter avec philosophie les événements qui se présentent dans notre vie. Un bien peut
toujours se cacher derrière un mal apparent.
La dernière initiation consiste à passer l’épreuve du feu, qui est celle de la foi. La foi véritable est une qualité rare, car elle donne la confiance
absolue dans tout ce que la vie apporte, et bien peu d’êtres humains en sont dotés, même s’ils sont persuadés du contraire. Celui qui a réellement
la foi ne peut plus s’inquiéter de rien. Chaque fois que nous sommes préoccupés, nous démontrons que cette qualité nous manque.
Sur la terre, il faut agir pour obtenir ce dont nous avons besoin.
Il est toutefois possible de poser des ultimatums au Ciel et de dire : « Seigneur, je désire aider à la réalisation de Tes projets, je suis à Ton service.
Mais si Tu ne me donnes pas ce dont j’ai besoin pour vivre, je ne servirai plus à rien, donc aide-moi, s’il Te plaît. »
La plupart des gens ne font rien, accusent Dieu de ne pas les aider et ensuite perdent leur foi. En réalité, s’ils la perdent, c’est qu’ils ne l’avaient
pas.
Or, où il y a la peur, la foi est absente.
Le manque de foi dans l’humanité provoque les incendies. Chaque fois que des incendies gigantesques éclatent et brûlent des forêts, c’est une
partie de l’oxygène sur la planète qui disparaît. Le manque de foi nous enlève la vie.
C’est nous-mêmes qui provoquons tous les événements extérieurs. Nous pouvons tous collaborer au sauvetage de la planète.
Si nous en croyons les prophéties, la fin du deuxième millénaire et le début du troisième représentent une période d’examen pour notre
humanité. Que se passe-t-il quand les examens arrivent? Eh bien, nous nous mettons à étudier pour être prêts le jour de l’épreuve. Le problème
n’est donc pas l’examen, mais la préparation pour le passer dans les meilleures conditions. Donc, au travail, tous! C’est ce que nous avons de mieux
à faire!
Il est intéressant de noter que les années 1000 commençaient par 1. Ce dernier signifie l’individualisation qui consiste à prendre conscience de
notre existence en tant qu’êtres uniques mais séparés. Comme nous l’avons déjà vu, le côté positif de l’individualisation est l’expression de ce côté
unique permettant une créativité originale et une diversité extraordinaire des caractéristiques humaines. Grâce à cet élément, nous sommes tous
différents, ce qui est une formidable source de découverte et d’enrichissement. Le côté négatif en est l’égoïsme et la séparativité.
Les années 2000 commencent par un 2. Il faudra donc passer du 1 au 2, ce qui signifie que la préoccupation essentielle de l’humanité ne sera
plus l’individualisation, mais la collaboration avec l’autre afin d’atteindre l’harmonie à deux. La nouvelle ère est bien celle de l’amour et de
l’altruisme. Mais le 2 peut aussi être vécu dans la division et la haine.
Le 2 est par excellence le chiffre du libre arbitre. Il indique toujours deux chemins : celui de la haine provoque la destruction et la mort; celui de
l’amour permet d’accéder à des formes de vie supérieures. Il conduit à la libération. Mais, en réalité, avons-nous d’autres choix que l’amour? J’ai
déjà répondu à cette question en disant que la véritable liberté consiste uniquement à explorer les voies infinies de l’amour.
Astrologiquement, notre époque est marquée par l’entrée du Soleil dans le signe du Verseau. Dans la symbolique, ce dernier est illustré par un
vieillard qui verse de l’eau sur la Terre. Nous retrouvons ici la dualité profonde de l’être humain partagé entre son intellect et son cœur. Le
vieillard représente l’intellect capable d’amener l’homme aux plus grandes découvertes technologiques. L’eau, elle, représente le cœur, l’amour qui
coule et qui vient tempérer le feu de l’intellect. Ce dernier est électrique, il dessèche, alors que le cœur est magnétique et humidifié. On retrouve
cette double composante dans l’être humain. L’homme est électrique et la femme est magnétique.
Le prochain millénaire propose à l’individu comme à la collectivité d’intégrer ces deux données apparemment opposées. Il est demandé à
l’homme d’intégrer son ombre, la composante féminine. Même chose pour la femme qui doit incorporer sa composante masculine.
Équilibrer l’intellect et le cœur, c’est intégrer l’homme et la femme en nous, ce qui revient à pouvoir faire face à toutes les situations. Il s’agit en
fait pour notre partie masculine de devenir émissive, active envers la terre, et pour notre partie féminine de se montrer réceptive envers le ciel.
La pression extérieure demeure donc très forte et contrecarre les aspirations personnelles profondes, mais c’est normal, car il y a toujours un
prix à payer quand il s’agit d’ouvrir un chemin à l’humanité. Les générations actuelles payent donc l’addition, mais avec une contrepartie qui n’a
pas de prix : l’apprentissage d’un niveau supérieur de libre arbitre.
Nous n’avons plus le droit de dormir, nous sommes obligés d’avancer. Le côté négatif de cette situation est la perte de la sécurité, le côté positif
est l’obligation de se remettre en question et d’aller de l’avant. D’ailleurs, tous les paramètres convergent vers ce dénominateur commun :
l’accélération de l’évolution. Cette accélération de l’évolution passe par l’élévation du niveau de conscience de chaque être et de chaque cellule.

L’accumulation de la lumière produit l’accélération des particules qui constituent notre corps permettant l’ouverture et l’accès
conscient à d’autres dimensions.
L’accélération du temps que nous pouvons tous constater sur notre planète est dirigée et voulue par les forces divines qui aident à notre
évolution. Elle a pour objectif de modifier le branchement initial auquel nous sommes connectés, ce qui entraîne obligatoirement une
transformation de l’espace-temps dans lequel nous évoluons.
C’est comme si le courant allait passer de 110 à 350 volts. Cette augmentation de voltage peut déclencher l’illumination – c’est-à-dire le passage
à un état de conscience supérieur – ou bien l’électrocution. Cela signifie que plusieurs êtres disjoncteront, ou qu’ils sont déjà en train de le faire,
d’où l’accroissement considérable des dépressions nerveuses ou des troubles psychologiques. Il est impératif de préparer son corps à recevoir ces
nouveaux courants qui ne peuvent pas circuler sans un minimum de pureté physique et de nettoyage émotionnel. Encore une fois, notre corps est
un temple, et c’est dans notre corps et nulle part ailleurs que la mutation doit s’opérer.
La dimension à laquelle un être appartient dépend de la conscience qu’il en a.
Les hiérarchies spirituelles qui nous dirigent nous préparent à entrer consciemment dans un nouvel univers, celui de la cinquième dimension.
Pour cela, nous avons à travailler sur deux aspects de nous-mêmes : la transparence et la conscience du présent. Devenir transparent, c’est être
clair avec soi-même et avec les autres, c’est sortir des contradictions en n’agissant plus en désaccord avec ses pensées et sa conscience.
Celui qui a la connaissance est beaucoup plus responsable de ses actes que l’ignorant, même si nul n’est censé ignorer la loi. Sans cette
transparence, il n’est pas possible d’entrer dans la cinquième dimension.
La deuxième condition à remplir est d’arriver à vivre dans le présent. Le meilleur moyen d’y parvenir est de cultiver la joie et l’enthousiasme
pour toutes les petites choses de la vie. Cette capacité de vivre dans le présent, c’est la porte étroite dont parlent les Écritures. Il faut savoir se
libérer de l’emprisonnement dans le temps engendré par l’intellect. Autrement dit, apprendre à laisser la tête de côté pour « vivre » le cœur, mais
pas en fuyant les responsabilités. Il s’agit au contraire de les vivre comme une étape dans la grande école de la vie, qui invite l’homme à voyager
vers les grandes terres intérieures inexplorées.
Laissons agir l’amour.
Cinquième partie

L’ère des Poissons et l’ère du Verseau


L’ÈRE DES POISSONS ET L’ÈRE DU VERSEAU

L’ astrologie
collective.
nous montre l’influence des astres sur notre destin individuel. Les astres ont également une très grande influence sur notre vie

Sur le plan cosmique, nous savons que douze constellations sillonnent le zodiaque. Ces douze constellations constituent le zodiaque naturel, elles
ne bougent pas, elles occupent toujours la même place autour du zodiaque.
Mais, à cause d’un certain mouvement du pôle terrestre, le Soleil traverse l’Équateur en un point légèrement différent chaque année. Ce point se
déplace, d’année en année, d’un degré environ tous les 72 ans, et d’un signe environ tous les 2 156 ans. Ce mouvement est appelé la « précession
des équinoxes ». Un cycle complet dure environ 25 868 ans. À la fin de chaque cycle, il y a une concordance complète entre chaque signe et chaque
constellation.
Certaines personnes dénigrent l’astrologie en disant que les signes astrologiques ne correspondent pas exactement aux constellations. Pourtant,
comme nous venons de l’expliquer, il s’agit là d’un phénomène normal, important et explicable du point de vue astrologique.
Ainsi, tous les 2 156 ans commence une nouvelle ère. De l’an 498 après Jésus-Christ à l’an 2 654, l’équinoxe du printemps se produit dans la
constellation des Poissons et, conséquemment, nous sommes techniquement dans l’ère des Poissons. Il faut souligner cependant que l’influence
d’une ère se fait sentir fortement environ de 500 à 800 ans avant la juxtaposition exacte des signes et des constellations. Ainsi, la venue au monde
du Christ a inauguré l’ère des Poissons.
Dans cette troisième partie, nous décrirons brièvement l’ère des Poissons et aussi l’ère du Verseau qui s’en vient et qui nous influence déjà.

L’ère des Poissons


Le symbole des poissons sert en fait à interpréter cette ère des Poissons. Cette influence dure depuis au moins deux mille ans. En voici quelques
exemples.
Le Christ nomma ses disciples « pêcheurs d’hommes ». Il faisait ainsi allusion aux poissons, à la pêche.
Il naquit, nous dit la Bible, d’une Vierge, signe opposé aux Poissons. Notons que le signe de la Vierge est aussi associé à l’épi de blé, d’une
blancheur immaculée. C’est ainsi que le Christ a nourri de poissons et de pain la foule qui l’accompagnait.
La religion occidentale (catholique, notamment) a été véhiculée par des prêtres célibataires qui se voulaient chastes et purs, comme l’épi de blé.
Ces prêtres vouaient un culte à la Vierge. Ce même clergé nous a même enjoints à remplacer, le vendredi, la viande par le poisson.
Le pape porte encore une mitre qui a la forme d’un poisson.
Le signe des Poissons est un signe de sacrifice, de charité, de miséricorde, de compassion, de pardon. Ainsi, toute la religion chrétienne est
orientée en ce sens. La période annuelle religieuse qui correspond au signe des Poissons est le carême, période de sacrifice.
Le poisson était aussi l’emblème de l’Église primitive. La figure du poisson était utilisée dans les catacombes afin d’identifier les premiers
chrétiens. À cet égard, le mot grec ichtus désignait un poisson. Les premiers chrétiens en ont fait un idéogramme, c’est-à-dire qu’ils ont pris
chacune des lettres du mot i-ch-t-u-s pour former d’autres mots qui se rapportent au Christ : Iesus Christus Theou Uios Sôter. Ces mots se traduisent
par « Jésus-Christ, Fils de Dieu, Sauveur. »
Le Christ, nous dit la Bible, a changé de l’eau en vin. C’était un miracle. Le signe des Poissons est un signe de l’eau.
Lors de son dernier repas avec ses disciples, il prit du pain et du vin en disant : « Ceci est mon corps, ceci est mon sang. » Depuis ce temps, pain et
vin sont utilisés lors du sacrifice de la messe. Depuis lors, le prêtre, à la messe, communie sous les deux espèces : le vin et l’hostie blanche,
immaculée. Durant la messe, on fait aussi l’élévation de l’hostie et du calice.
Le Christ donnait souvent ses enseignements au bord d’un lac. Qu’on se rappelle la pêche miraculeuse : là encore une multitude de poissons
furent capturés par ses disciples.
Le Christ s’est fait baptiser par Jean le Baptiste, dans un lac. Aujourd’hui encore, on baptise les nouveau-nés avec de l’eau. Selon le prêtre latin
Tertullien, qui vécut au IIe siècle après Jésus-Christ, le chrétien, né de l’eau du baptême, est comparé à un petit poisson, à l’image du Christ lui-
même. Pour Tertullien, le baptême est aussi nécessaire au chrétien que l’eau au poisson.
Il faut mentionner également l’eau bénite, disponible dans les églises, avec laquelle les chrétiens faisaient un signe de la croix. Encore là peut-on
y voir une réminiscence de l’importance de l’eau dans la liturgie de l’Église; cela se comprend aisément, le signe des Poissons est un signe de l’eau.
Le prêtre encore de nos jours asperge d’eau bénite les chrétiens qui l’accompagnent.
Le signe des Poissons est associé à Neptune, à la foi et à la divinité. Durant l’ère des Poissons, l’humanité tout entière a été invitée à croire en
Dieu. Des martyrs, très croyants, terminèrent leur vie dans les pires supplices, témoignant ainsi de leur foi.
Le signe des Poissons est aussi associé aux lieux sacrés, aux sanctuaires qui attirent des foules de chrétiens venus prier. Signe de divinité, de foi
et aussi d’hérésie, le signe des Poissons est associé enfin aux conflits de religion, aux croisades, qui ont eu lieu notamment au Moyen Âge. On
appelait les « ennemis » les « infidèles », autrement dit « ceux et celles qui ne partageaient pas notre foi ». On combattait alors l’« ennemi » sous
prétexte qu’il ne partageait pas nos opinions religieuses. Ces croisades étaient dirigées par des chevaliers, pieux, fidèles, bien intentionnés, gonflés
à bloc par la religion.
Comme l’ère des Poissons n’est pas terminée, nous en ressentons encore des effets. En somme, actuellement, il y a encore des guerres de religion
sur la planète, mais ce phénomène disparaîtra progressivement au fur et à mesure que nous serons influencés par l’ère du Verseau.
Le signe des Poissons correspond aussi à la douzième maison du zodiaque, maison de prière, de réclusion. Durant l’ère des Poissons, nous avons
assisté à la création de monastères : pour une grande part, la vie des moines et de nombreuses communautés religieuses consistait à méditer et à
prier Dieu. Il y eut même des communautés religieuses cloîtrées qui refusaient tout contact avec l’extérieur et préféraient se consacrer à leurs
activités spirituelles.
Signe de réclusion, l’influence du signe des Poissons s’est aussi manifestée dans d’autres concepts apparentés à la réclusion : qu’on songe au
purgatoire ou à l’enfer, lieux de réclusion dans lesquels les âmes ne peuvent communiquer avec Dieu.
Le signe des Poissons est aussi associé à la pitié : c’est ainsi que les chrétiens demandaient souvent à Dieu d’avoir pitié de nous. On chantait en
fait le Kyrie eleison (« Seigneur, ayez pitié de nous »), à la messe du dimanche.
Précisons aussi que les pieds sont associés au signe des Poissons, symbolisant ainsi les pèlerins qui font leur pèlerinage, les missionnaires qui se
déplacent dans les lointains pays pour propager la foi chrétienne. Sur le plan local, dans les églises, il était toujours possible de faire son chemin de
croix, de parcourir les douze stations et de prier : il s’agissait là d’un minipèlerinage. D’ailleurs, les jeudis saints, une cérémonie spéciale est
consacrée au lavement des pieds d’une douzaine de fidèles par le pape et les prêtres dans leur paroisse.
L’ère des Poissons était en somme une ère très spirituelle. Le pape était reconnu comme un leader spirituel, infaillible, on devait lui obéir, croire
en lui et en Dieu.
Soulignons enfin que Vénus, la planète de l’amour, est exaltée dans le signe des Poissons : voilà une influence du message d’amour de Jésus-
Christ qui est mort sur la croix pour nous racheter parce qu’il nous aimait. Il nous a aussi enseigné à aimer Dieu de tout notre cœur et notre
prochain comme nous-mêmes.

L’ère du Verseau
Comme nous l’avons vu précédemment, techniquement parlant, vers l’an 2654, nous sentirons l’ère du Verseau à son maximum. D’ici là, nous en
éprouvons des influences de plus en plus fortes.
C’est une ère caractérisée par les progrès techniques, la technologie, des inventions spectaculaires : imprimerie, média, médicament, moteur à
explosion, automobile, avion, fusée, électricité, ampoule électrique, chauffe-eau, téléphone, radio, télévision, cinéma, photographie, photocopieur,
télécopieur, montre, horloge, radar, télécommunications, Internet, inforoute, satellite, appareil domestique sophistiqué, boîte vocale, répondeur,
four à micro-ondes, ordinateur, disque compact, CD-ROM, carte magnétique, carte à puce, guichet bancaire automatique, baladeur, chaîne stéréo,
magnétophone, magnétoscope, écouteur, projecteur, etc.
Les Américains ont même envoyé un astronaute sur la Lune. Notre monde n’a plus de frontières. D’une certaine façon, nous nous sommes
affranchis de l’espace et du temps.
L’influence de cette ère nous a aussi apporté la bombe atomique, les divorces…
Les savants succéderont aux prêtres. Nous vivons déjà dans une civilisation basée sur les connaissances, l’information, la communication.
Bientôt, nous connaîtrons une véritable fraternité universelle.
Le signe opposé au Verseau est celui du Lion. Cela nous indique que nous devons orienter nos efforts vers l’excellence, la perfection, le respect
mutuel. Durant l’ère du Verseau, l’homme sera réellement le roi de la création, à l’image de son Créateur.

Votre mission sur terre


Il est certes pertinent de nous demander pourquoi nous sommes nés, quelle est notre mission sur terre. À cet égard, l’ère des Poissons et l’ère du
Verseau peuvent nous éclairer. En fait, nous sommes en ce moment dans l’ère des Poissons tout en étant influencés par l’ère du Verseau.
L’influence de l’ère des Poissons nous invite à faire preuve d’amour, de bonté, de miséricorde, de compassion, de générosité envers notre
prochain. À cet égard, Jésus a dit à ses apôtres : « Aime ton prochain comme toi-même. » La prière du Notre Père nous incite de plus à « demander
pardon à Dieu pour nos offenses comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés ».
D’autre part, l’influence de l’ère du Verseau nous invite à faire preuve d’altruisme et à privilégier les solutions scientifiques, systématiques ou
technologiques. Ceux et celles qui dirigeront leur carrière dans ces domaines seront certes favorisés.
L’influence de l’ère du Verseau a aussi débuté lors de la Révolution française. Le slogan à la mode alors était « Liberté, égalité, fraternité ». Voilà
trois valeurs qui nous influencent depuis ce temps. Il s’agit en fait d’affirmer sa liberté de façon positive et constructive, dans le respect des
opinions et des droits d’autrui. L’égalité entre les humains est un autre objectif à atteindre, notamment l’égalité dans le domaine économique, ce
qui implique les mêmes avantages, un même pouvoir d’achat pour tous. La fraternité universelle est enfin un autre objectif important à atteindre
afin de mettre un terme aux guerres et aux conflits entre individus et nations.
En somme, ces deux ères nous invitent à faire grandir notre âme en faisant preuve d’amour envers nos semblables et en nous appropriant les
moyens scientifiques et technologiques à notre disposition pour améliorer notre confort et notre bien-être. Ainsi, l’homme réalisera pleinement
son rôle sur terre en s’affirmant comme le roi de la création, en se réalisant lui-même, en se maîtrisant lui-même et en maîtrisant la nature.
Adéla T. Sergerie, 1974
ANNEXES
ANNEXE 1

Heureux les cœurs purs


oulignons cette phrase de Jésus-Christ telle qu’elle est reproduite dans l’Évangile selon Saint-Mathieu : « Heureux ceux qui ont le cœur pur,
S puisqu’ils verront Dieu. » Au hasard de la vie et des événements, nous avons tous de nombreuses occasions de purifier notre âme, notre cœur,
nos sentiments.
Comme un lapidaire, c’est-à-dire une personne qui taille et polit des pierres précieuses, la vie polit notre cœur et nos sentiments comme s’il
s’agissait d’un diamant. Chaque fois que le lapidaire polit un diamant, « on peut entendre le grincement de la pierre, semblable à un cri de
douleur », nous dit Max Heindel dans son livre Astrologie scientifique simplifiée.
C’est donc au gré de certaines expériences pénibles que nous faisons progresser notre âme, que nous purifions notre cœur. Ainsi, après de très
nombreuses incarnations, nous aurons, comme dit Jésus, un cœur pur et nous verrons Dieu.
Comme le rapporte Max Heindel, « Dieu et ses ministres, les sept esprits planétaires, sont les lapidaires, et l’homme est le diamant dans sa
gangue. Des expériences variées sont nécessaires pour découvrir et polir sa nature spirituelle. Ces expériences peuvent être agréables ou
désagréables, selon que les aspects sont bons ou mauvais. On peut dire cependant que les expériences malheureuses, amenées par les soi-disant
mauvais aspects, n’ont d’autre but que de développer puissamment le muscle spirituel; elles nous corrigent de notre égoïsme, nous donnent plus
de tolérance et de sympathie; elles agissent comme la meule qui enlève au diamant son enveloppe grossière ».
Les mauvais aspects qui apparaissent dans notre carte du ciel sont donc pour nous des occasions de progresser dans la voie de la vérité, de la
pureté et de l’amour.
Celui qui suit le chemin de la liberté libère les autres.
Adéla Sergerie, 1974
ANNEXE 2

Le pouvoir des anges


« Car il ordonnera à ses anges
de te garder dans toutes tes voies;
Ils te porteront sur les mains,
de peur que ton pied ne se heurte
contre une pierre. » (Psaume 91 : 11-12)

REDEVENEZ AMI AVEC LES ANGES!


Le mot ange vient du mot grec angelos qui signifie « messager ». Depuis longtemps, les anges sont considérés comme les messagers de Dieu. On
retrouve, dans les enseignements traditionnels, de fréquentes mentions de l’intervention de ces êtres divins auprès des hommes pour les instruire,
les aider et les sauver. La Bible mentionne également à maintes reprises l’action des anges sur la terre.
Malheureusement, à cause d’une certaine incompréhension sur la nature et le rôle des anges, l’enseignement sur les anges est disparu peu à peu.
Très peu de gens font maintenant appel à ces êtres divins et tout-puissants. Pire encore, peu de gens réalisent leur présence! À cause de cette
indifférence envers ces êtres célestes, les peuples de la terre se privent des innombrables grâces des anges et ils deviennent la proie de différentes
calamités et de divers accidents. Plusieurs se demandent : « Si les anges sont si puissants, pourquoi n’interviennent-ils pas dans notre vie quand
nous en avons besoin? » La réponse est simple… Par la loi cosmique, les anges ne peuvent intervenir dans nos vies que si nous le leur
demandons!
C’est donc avec beaucoup de tristesse que les anges assistent, impuissants, à nos difficultés personnelles et aux difficultés qui existent en ce
moment sur la planète, qu’elles soient d’ordre matériel, psychologique, économique, politique ou social.
Les anges ont besoin de nos appels! Sans cela, ils ne peuvent pas travailler; ils sont en « chômage forcé »! À nous de rétablir le contact
perdu avec eux, car ce n’est qu’avec leur intervention divine que nous pourrons faire face à toute la négativité qui nous entoure!

Qui sont les anges?


Les anges sont des émanations de Dieu, des esprits de Dieu. Ils sont la lumière divine manifestée dans une forme. Non seulement reflètent-ils
l’image parfaite de Dieu, mais ils sont également remplis de connaissances et de sagesse. Ils ont été créés par Dieu pour manifester ses sentiments
et pour être les gardiens des hommes. Ils sont des architectes, traçant les plans pour aider les hommes à manifester dans le plan physique les
qualités divines de Dieu. Ils « arquent » la lumière de Dieu vers les hommes. Il est dit que lorsque l’on se tient dans la présence des anges, on se
tient réellement dans la présence de Dieu!
Il existe des millions d’anges partout dans le cosmos et sur la terre et aucun n’est semblable à un autre. Ils ont une personnalité et des attributs
qui leur sont propres et qu’ils peuvent utiliser pour nous aider.

Comment les anges peuvent-ils nous aider?


Les anges sont à notre service pour servir la nature divine qui est en nous. Leurs capacités sont innombrables. Entre autres, leur rôle est de nous
protéger, nous guider, nous guérir, nous réconforter et nous enseigner dans le but de nous aider à réaliser notre plan divin. Les anges peuvent
créer une armure de lumière autour de nous pour nous protéger contre toutes formes de dangers, maladies, malheurs et accidents. Ils peuvent
apporter un soutien considérable dans le monde des affaires et de la politique, dans notre vie de couple et notre famille, dans notre travail et nos
études. Ils peuvent nous assurer un degré de bonheur que sans leur assistance nous ne pourrions jamais atteindre.
Ils sont tout-puissants et, n’étant pas soumis à la loi du temps et de l’espace, ils peuvent se manifester à plusieurs endroits à la fois. C’est leur
grand désir d’être nos amis et ils nous aiment avec toute l’intensité de leur nature divine.

QUE FAIRE POUR OBTENIR L’AIDE DES ANGES?


Par loi cosmique, les anges doivent répondre à tout appel venant d’un enfant de Dieu.
Afin de maximiser nos appels, il est bon d’adresser nos demandes aux « archanges » qui sont les hiérarques (chefs) des anges. En effet, chaque
archange a sous ses ordres de nombreuses légions d’anges prêtes à lui obéir.
Les anges peuvent devenir notre armée personnelle, une armée prête à nous servir jour et nuit, et ce, 365 jours par année! Qui peut se vanter
d’avoir une armée aussi disponible? Imaginez les changements personnels et planétaires qui surviendraient si chacun de nous décidait de
commander aux légions d’anges de résoudre nos problèmes de tous les jours!
Faites-en la preuve par vous-même…
Appelez les anges en vous servant des appels qui suivent. Commencez votre appel par la simple formule dite à voix haute : « Au nom de Dieu, au
nom du Christ qui est en moi, bien-aimé archange… » Puis, visualisez l’archange de votre choix et ses millions d’anges au-dessus et autour de
vous accourant pour répondre à vos demandes. Ces appels et mantras vous aideront à charger votre corps de la qualité de vibration des sept
archanges.
Dimanche
Bien-aimé archange Jophiel, par le pouvoir de Dieu, je reçois, j’accepte et j’absorbe les énergies des anges de la flamme de l’illumination qui me
font connaître ici et maintenant le plan parfait pour ma vie, ma famille, mes finances et ma santé.
JE SUIS le Christ en action ici et maintenant. (3x)
Lundi
Bien-aimé archange Chamuel, je demande que tu m’enseignes ton habileté à voir la beauté et le Christ chez les autres, à développer et à libérer
en moi mes propres talents et pouvoirs, à harmoniser, à élever, à purifier et à perfectionner mes sentiments et ceux des autres.
Ô Dieu, Tu es si magnifique! (3x)
Mardi
Archange Michel, libère-moi de toute tentation et de tous les ennemis au-dedans et au-dehors de moi qui s’opposent à ma victoire ici et
maintenant. Libère-moi de cette condition et de cette substance qui m’emprisonnent (nommez ici vos difficultés personnelles).
Archange Michel, aide-moi! Aide-moi! Aide-moi! (3x)
Mercredi
Ô bien-aimé archange Raphaël, j’invoque ton pouvoir de guérison pour moi-même et pour (nommez ceux qui ont besoin de guérison). Scelle-moi
dans ta flamme de perfection. Déverse tes grâces de guérison et d’abondance cosmique sur moi et sur tous les porteurs de lumière.
JE SUIS la résurrection et la vie de ma santé parfaite et de mon abondance matérielle et spirituelle manifestées ici et maintenant! (3x)
Jeudi
Bien-aimé archange Uriel, j’accepte le cadeau de ta paix!
J’accepte le cadeau de ta paix dans mon cœur!
J’accepte le cadeau de ta paix dans mon âme!
J’accepte le cadeau de ta paix dans mon esprit!
J’accepte le cadeau de ta paix dans mon corps!
J’accepte le cadeau de ta paix dans mon plexus solaire!
Archange Uriel, fais de moi un instrument de ta paix! (3x)
Vendredi
Au nom de l’archange Gabriel, je refuse d’« engager » mes énergies dans tout ce qui n’est pas la perfection de Dieu!
JE SUIS la pureté de Dieu!
JE SUIS la pureté de l’amour!
JE SUIS la pureté de la joie!
JE SUIS la pureté de la grâce!
JE SUIS la pureté de l’espérance!
JE SUIS la pureté de la foi!
JE SUIS pur, pur, pur!
Voyez, JE SUIS digne de la pureté de Dieu! (3x)
Samedi
Bien-aimé archange Zadkiel, enflamme ma conscience entière et mon monde de la flamme violette de transmutation. Aide-moi à me pardonner
tout ce que j’ai fait qui n’était pas en accord avec les lois divines et à pardonner aux autres le mal qu’ils m’ont fait, en particulier (nommer ici les
personnes avec lesquelles vous avez eu des difficultés au cours de votre vie). Purifie mes pensées, mes paroles et mes actions!
JE SUIS un être de feu violet
JE SUIS la pureté que Dieu désire! (3x)
« Au nom de Dieu, au nom du Christ en moi, au nom des sept archanges, je fais appel aux milliers d’anges autour de la planète. Venez nettoyer la
terre de toutes ses impuretés : drogue, alcool, nicotine, musique rock, avortement, suicide, colère, jalousie, haine, peur… Éliminez tout ce qui est
noirceur en moi et sur terre et remplissez le vide ainsi créé par la lumière de Dieu partout et pour toujours! Amen. »
ANNEXE 3

La flamme violette
ÊTES-VOUS PRÊT À ENTRER DANS L’ÈRE DU VERSEAU?
Annoncée depuis des siècles par les grands prophètes, l’ère du Verseau est cet âge qui est destiné à être un temps de grande paix et de
prospérité matérielle et spirituelle sur la terre et qui durera plus de deux mille ans.
La plupart d’entre nous ne sont pas tout à fait prêts à recevoir cette vague de lumière qui déferlera sur la planète, car pour faire de la place à
cette lumière, la noirceur doit d’abord être éliminée sur le plan personnel aussi bien que planétaire. C’est pourquoi il nous faut passer par une
période de transition, une période de nettoyage de notre « karma ».

D’où nous vient ce karma?


Le karma est le résultat de toutes les pensées, paroles et actions que nous avons qualifiées positivement et négativement depuis notre première
manifestation sur terre.
Les énergies négatives que nous avons créées nous reviennent tel un boomerang et sont la cause de toutes nos difficultés, qu’elles soient d’ordre
financier, physique, émotionnel, etc.
La plupart des gens transmuent leur karma en subissant des difficultés et des souffrances; pourtant, il n’est pas nécessaire qu’il en soit ainsi!
Le karma peut se transmuer par le service et plus rapidement encore par l’action de la flamme violette.

LA FLAMME VIOLETTE
Dissolvant cosmique universel
LA FLAMME VIOLETTE est l’un des plus grands cadeaux que Dieu, par l’entremise du maître ascensionné saint Germain, hiérarque de l’ère du
Verseau, ait donnés à l’humanité. Elle est l’outil idéal pour nous aider dans notre vie physique, matérielle, émotionnelle et spirituelle.
Appelée également la « flamme du pardon et de la miséricorde », cette flamme violette représente la vibration du Saint-Esprit. Quand elle est
invoquée, son action cosmique est complète; elle transmue notre karma, guérit notre corps, notre esprit, notre âme et élève notre niveau de
conscience.
Cette énergie à haute vibration pénètre notre système nerveux, notre cœur, notre cerveau, accroissant ainsi notre énergie et nous assurant une
meilleure vie. Ce dissolvant unique peut éliminer la cause des maladies et nettoyer notre système de ses problèmes émotionnels et physiques. À
son contact, nos pensées et sentiments négatifs – stress, colère, dépression – deviennent positifs et harmonieux.
Ce feu spirituel consume la manifestation extérieure du karma ainsi que ses racines et ses causes. Il se rend même dans la mémoire des vies
antérieures pour en nettoyer les registres.
Faites-en l’expérience, répandez la flamme violette sur vos mauvaises habitudes et vous les verrez disparaître par son utilisation régulière.
Donc, si vous n’aimez pas ce que vous êtes ou ce que vous voyez chez les autres ou dans votre environnement, utilisez la flamme violette et vous
verrez des changements. Ces changements se feront en douceur, mais les résultats seront frappants. Vos amis seront les premiers à vous dire :
« Comme tu es radieux! »
COMMENT UTILISER LA FLAMME VIOLETTE?
LA FLAMME VIOLETTE est pratique et facile à utiliser. La façon la plus puissante de s’en servir est de la visualiser tout en récitant à voix haute
des mantras, affirmations ou décrets spécifiques pour qu’elle se manifeste. La visualisation est une clé importante pour qu’elle soit efficace. Par
contre, son pouvoir demeure scellé dans notre « moi » supérieur jusqu’à ce que nous l’invoquions par la science du verbe. Rappelons-nous que la
pensée crée, mais que le verbe manifeste!
Un minimum de quinze minutes par jour est recommandé pour obtenir des résultats marquants. Plus loin, vous trouverez une série de mantras
et de décrets à la flamme violette. Choisissez-en quelques-uns et récitez-les un minimum de trois fois chacun en suivant les instructions ci-dessous.
De plus, dès que vous en aurez mémorisé un ou deux, vous pourrez les utiliser partout : au volant, en marchant, au travail, en lavant la vaisselle et
pourquoi pas en prenant un bain ou une douche de feu violet! Apprenez aussi à purifier votre nourriture en récitant le bénédicité présenté plus
loin.

Instructions pour une session de flamme violette


1) Asseyez-vous le dos droit, jambes et bras décroisés.
2) Concentrez-vous sur le plan du cœur.
3) Récitez l’invocation du début.
4) Répétez à voix haute les mantras et décrets de votre choix présentés dans ce volume pendant un minimum de quinze minutes tout en
demeurant bien centré dans votre cœur.
5) Tout en récitant, visualisez la flamme violette autour de vous, au-dedans de vous, autour de ceux que vous aimez, de votre maison, de votre
ville, de votre pays, de la planète (selon vos besoins). Voyez cette flamme comme un feu ou, si vous préférez, comme un nettoyeur liquide
violet. Par exemple, si vous désirez un nettoyage interne, profond et intense, visualisez cette flamme pénétrant tout votre corps. Faites-la
couler dans vos artères et vos veines et voyez-la délogeant toute la saleté sur son passage et blanchissant les taches de karma, de maladie et de
dégénérescence.
Laissez libre cours à votre imagination! N’oubliez pas que la ferveur et l’intensité du cœur y ajouteront du pouvoir!
6) Terminez en récitant l’invocation de la fin.
Invocation du début
« Au nom de Dieu, au nom du Christ qui est en moi, au nom du Saint-Esprit, j’invoque la flamme violette et je demande aux anges de la flamme
violette de (ici, faites vos demandes pour vous, votre famille, vos amis, votre ville, votre pays, votre planète)

Mantras pour la purification des chakras
Mon cœur est un chakra de feu violet, mon cœur est la pureté que Dieu désire!
Mon chakra de la gorge est une roue de feu violet, mon chakra de la gorge est la pureté que Dieu désire!
Mon plexus solaire est un soleil de feu violet, mon plexus solaire est la pureté que Dieu désire!
Mon troisième œil est un centre de feu violet, mon troisième œil est la pureté que Dieu désire!
Mon chakra de l’âme est une sphère de feu violet, mon âme est la pureté que Dieu désire!
Mon chakra de la couronne est un lotus de feu violet, mon chakra de la couronne est la pureté que Dieu désire!
Mon chakra de la base est une fontaine de feu violet, mon chakra de la base est la pureté que Dieu désire!
Mantras de l’ère du Verseau
JE SUIS un être de feu violet, JE SUIS la pureté que Dieu désire!
(nom au choix) est un être de feu violet, (même nom) est la pureté que Dieu désire!
Ma famille est une famille de feu violet, ma famille est la pureté que Dieu désire!
Ma maison est une maison de feu violet, ma maison est la pureté que Dieu désire!
Québec est une ville de feu violet, Québec est la pureté que Dieu désire!
Le Canada est un pays de feu violet, le Canada est la pureté que Dieu désire!
La Terre est une planète de feu violet, la Terre est la pureté que Dieu désire!
Tube de Lumière
Pour ce décret, visualisez autour de vous un tube de lumière blanche rempli de flamme violette.
Brillante présence, JE SUIS bien-aimé
Scelle autour de moi ton tube de lumière
De la flamme des maîtres ascensionnés
Invoquée maintenant au nom même de Dieu.
Qu’il garde mon temple libre
De toute discorde qui m’est envoyée.
JE SUIS celui qui invoque le feu violet
Pour qu’il flambe et transmue tout désir,
Persévérant au nom de la liberté
Jusqu’au moment où JE SUIS un avec la flamme violette.
Pardon
JE SUIS le pardon agissant ici,
Chassant tout doute et toute peur,
Rendant les hommes pour toujours libres
Sur des ailes de victoire cosmique.
JE SUIS celui qui implore de toute sa force
Le pardon à toute heure;
Sur toute vie, en tout lieu,
Je verse à flots la grâce du pardon.
Invocation de la fin
Au nom du Christ en moi, je demande que ces décrets soient multipliés comme les lois cosmiques le permettront et j’accepte que cela soit fait ici
et maintenant selon la volonté de Dieu. Amen.
Protection
Il est important de terminer la session de décrets en invoquant la protection de l’archange saint Michel. Pour une plus grande protection, visualisez
la flamme bleue autour de vous pendant que vous récitez le décret qui suit.
Saint Michel devant!
Saint Michel derrière!
Saint Michel à droite!
Saint Michel à gauche!
Saint Michel au-dessus!
Saint Michel en dessous!
Saint Michel, Saint Michel partout où je vais!
JE SUIS son amour qui protège ici!
JE SUIS son amour qui protège ici!
JE SUIS son amour qui protège ici!
Bénédicité
Placez vos mains au-dessus de votre nourriture et visualisez la flamme violette la purifiant.
Au nom du Christ en moi, je demande à la flamme violette de purifier cette nourriture et de la charger d’amour, d’énergie et de toute substance
nécessaire pour garder mon corps en parfaite santé. Amen.
BIBLIOGRAPHIE

Les lois cosmiques – Adéla T. Sergerie


Paramètres de l’horloge cosmique – Elizabeth Clare Prophet
La grande prophétie des anges, René Durocher, Cardinal.
Le Cercle de vie, Maud Séjournant, Albin Michel.
La roue de la médecine, Sun Bear et Wabun, Albin Michel.
Le tarot, mon miroir, Catherine Guin, ATMA Internationales.
Le tarot, cartes de la route initiatique, Lise Bouchard, Collection Arcanes.
Astrologie spiritualiste, Jean-Paul Labrousse, Maison Rocicrucienne.
Le message des astres, Max Heindel, Maison Rocicrucienne.
Chiron, Renée Lebeuf, Christian Feuillette.
Omraam Mikhaël Aïvanhov, Prosveta :
Vers une civilisation solaire, vol. #201.
Le zodiaque, clé de l’homme et de l’univers, vol. #220.
L’homme à la conquête de sa destinée, vol. #202.
Approche de la Cité céleste (apocalypse), vol. #230.
Charles-Rafaël Payeur, de l’Aigle :
Zodiaque et développement spirituel
L’astrologie planétaire
Les quatre visages de l’ange
Comment découvrir son identité par les grands axes astrologiques
Astrologie sacrée (signes et planètes)
Merci à tous ces auteurs qui ont su m’inspirer dans mes recherches spirituelles depuis une vingtaine d’années.
ADRESSES POUR VOTRE QUÊTE SPIRITUELLE

AMORC, www.rose-croix.org.
ECKANKAR, www.eckankar-francais.org.
Summit Lighthouse, www.summitlighthouse.org.
Le Cercle de Bruno Groening, www.bruno-groening.org/francais.
La Fraternité Blanche, www.fbucanada.com.
École Réjean Déziel, www.ecolerejeandeziel.com.