Vous êtes sur la page 1sur 8

ANNEE UNIVERSITAIRE 2014 / 2015

SESSION D’AUTOMNE
MENTION : GSAT Collège
PARCOURS / ETAPE : GS7M02EX Code UE : Sciences et
O5GS7M02 technologies
Epreuve : Contrôle Non Destructif
Date : 14 décembre 2015 Heure : 8h30 Durée : 1h30 Masters
Documents : non autorisés
Calculatrice : autorisée
Epreuve de Mme Isabelle DUFOUR

Partie 1 : Thermographie infrarouge (5 points)


On considère un échantillon de matière d’émissivité 0 = 0,2 et de température T0 placé dans
un environnement (supports métalliques, four) de température Te = 320°C et dans une
atmosphère de température Ta (Figure 1).

Figure 1 : Configuration de la mesure.

La caméra et le système d’acquisition utilisés permettent de tracer des courbes de


températures étalonnées sur un corps noir, dans la gamme de longueur d’onde [8µm ; 12µm]
(Figure 2). En présence d’un autre type de corps il est nécessaire d’effectuer une correction
pour obtenir la température réelle.

Nous ferons les hypothèses suivantes :


 Le matériau contrôlé est opaque et se comporte comme un corps gris dans la gamme
de longueurs d’onde utilisée.
 L’environnement se comporte comme un corps noir.
 L’atmosphère ne réfléchit pas de rayonnement.

Compte tenu de la configuration de la mesure (Figure 1), la luminance mesurée par la caméra
provient :
 du rayonnement émis par le matériau contrôlé à la température T0,
 du rayonnement émis par l’environnement à la température Te et réfléchi par la surface
du matériau,
 et du rayonnement émis par l’atmosphère.
180

160

140

Luminance (W.m-2.sr-1)
120

100

80

60

40

20

0
0 25 50 75 100 125 150 175 200 225 250 275 300 325 350 375 400
Température (°C)

Figure 2 : Courbe d’étalonnage de la caméra de bande spectrale [8µm ; 12µm].

1. Déterminer la valeur du coefficient de réflexion r0 du matériau contrôlé.

2. Déterminer l’expression de l’émissivité de l’atmosphère (a) en fonction du coefficient


de transmission de l’atmosphère (ta).

3. Exprimer la luminance mesurée par la caméra en fonction de l’émissivité du matériau,


(0) du coefficient de transmission de l’atmosphère (ta) et des luminances du corps noir
aux différentes températures présentes dans l’expérience (LCN(T0), LCN(Te) et LCN(Ta)).

4. Le facteur de transmission de l’atmosphère est quasiment égal à 1 : ta ≈ 1. Peut-on


négliger un terme dans l’expression de la luminance mesurée par la caméra ? Si oui
lequel ?

5. La luminance mesurée par le système est de 100W.m-2.sr-1, qui correspond à 300°C


d’après la courbe d’étalonnage. En déduire la température de la pièce contrôlée.

Partie 2 : Ultrasons (5 points)


Lorsqu’une onde de compression (onde P) rencontre une interface entre deux milieux avec
une incidence oblique (angle d’incidence Pin), plusieurs ondes peuvent être générées suivant
la valeur de cet angle d’incidence et la différence acoustique entre les deux milieux :

- une onde P réfléchie avec un angle Pre,

- une onde P transmise avec un angle Ptr,

- une onde T réfléchie avec un angle Tre,

- une onde T transmise avec un angle Ttr.


Ainsi il peut y avoir une conversion entre une onde de compression P et une onde transverse
T. L’existence et l’angle sont définis par la loi de Snell-Descartes (Figure 3).
sin Pin ou T sin Preou T sin Ptr ou T
 
CinP ou T CreP ou T CtrP ou T
 sont les angles par rapport à la normale à l’interface et C est la vitesse de l’onde dans le
milieu.
Figure 3 : Illustration de la loi de Snell-Descartes.
On souhaite contrôler une soudure avec une onde transversale ayant une incidence de
t = 60°. Pour cela, on utilise un sabot en plexiglas auquel on accole un transducteur à onde
longitudinale (voir figure 4). On donne les vitesses des ondes longitudinales et transversales
pour le plexiglas et l’acier : CPplexi = 2700m/s, CTplexi = 1400m/s et CPacier = 5900m/s et
CTacier = 3000m/s.

Figure 4 : Pièce à contrôler et utilisation d’un sabot en plexiglas.

1. Calculer l’angle d’incidence i pour obtenir une onde de cisaillement transmise de t = 60°
dans l’acier.
2. Dans cette configuration, y a-t-il une onde longitudinale transmise dans l’acier ?
3. Quel est l’intervalle d’angle d’incidence i dans le plexiglas pour générer une onde
longitudinale dans l’acier ?
4. Quel est l’intervalle d’angle d’incidence i dans le plexiglas pour générer une onde
transversale dans l’acier ?
5. Une fois que l’onde transversale est transmise avec un angle de 60° dans l’acier, elle se
propage jusqu’au fond de la pièce.
- Avec quel angle par rapport à la normale l’onde transversale va-t-elle se réfléchir dans
l’acier ?
- Y aura-t-il une onde longitudinale réfléchie et si oui avec quel angle ?
Partie 3 : Questions à Choix Multiples (QCM) concernant le CND. 10 Points.

ATTENTION
Répondre directement sur la feuille ‘réponse’. En fin d’épreuve mettre la feuille
‘réponse’ avec vos réponses dans la copie double d’examen anonymée (dont
vous aurez pris soin de remplir la partie avec votre nom, votre prénom, votre n°
d’anonymat, etc.) et dans laquelle vous aurez répondu aux questions des
parties 1 et 2.

ATTENTION : ne répondez qu’aux questions dont vous êtes sûrs car la notation
pour chaque question sera :
- Réponse juste : +0,5 point
- Réponse fausse : -0,5 point
- Pas de réponse : 0 point

Il n’y a qu’une seule réponse juste par question.

Courants de Foucault
CF.1. La pénétration des courants de Foucault dans un matériau conducteur diminue
lorsque :
A La fréquence de l'essai ou la conductivité électrique de l'échantillon diminue
B La fréquence de l'essai diminue ou la conductivité électrique augmente
C La fréquence de l'essai, la conductivité électrique ou la perméabilité
magnétique de l'échantillon augmentent
D La perméabilité magnétique de l'échantillon diminue
CF.2. Les variations d'impédance d'un enroulement dans le cas d'un matériau non
magnétique sont généralement reportées sur un diagramme comportant deux axes : l'un
horizontal représentant la partie résistive normalisée, l'autre vertical représentant la partie
inductive de l'impédance normalisée. Sans matériau en regard de l'enroulement, le point
représentatif de l'impédance est sur la figure ci-dessous :
XCN
A

A Le point A
C B Le point B
D C Le point C
D Le point D

C
RCN

CF.3. Lorsque la distance capteur-matériau augmente, la variation d'impédance normalisée


de la sonde, reportée sur la figure ci-dessous, est dans la direction :
XCN

A BB1
B2 B1 B BB2
B B4 C BB3
B3 D BB4

RCN
CF.4. Lors du contrôle d'une plaque à l'aide d'un palpeur, on constate que l'amplitude du
signal de sortie varie en fonction de la distance du palpeur au produit. Le terme qui rend
compte de cet effet est :
A Effet de peau
B Effet d'éloignement
C Effet de phase
D Effet d'extrémité

Thermographie Infrarouge
T.1. L'énergie émise par un objet, à une température donnée, est d'autant plus importante
que :
A Son émissivité est voisine de l'unité
B Son émissivité est très faible
C Le rapport émission sur réflexion est supérieur ou égal à 0,2
D Son émissivité est voisine de 0,5
T.2. Le facteur de réflexion d'un matériau opaque :
A Est d'autant plus élevé que son émissivité est faible
B N'a aucune corrélation avec son émissivité
C Est d'autant plus élevé que son émissivité est élevée
D Est d'autant plus faible que son émissivité est faible
T.3. Quelle est la proposition correcte ?
A Certains appareils de thermographie mesurent la température des objets et
d'autres leur luminance
B Tous les appareils de thermographie mesurent la luminance des objets
C La transcription en température résulte toujours d'un certain nombre
d'hypothèses sur la situation de mesure
D B et C
T.4. Le "corps noir"
A Absorbe intégralement tous les rayonnements incidents
B Emet un maximum de rayonnement à une température donnée
C Réfléchit un maximum de rayonnement
D A et B

Magnétoscopie
M.1. Qu'appelle-t-on champ coercitif ?
A C'est le champ correspondant à la valeur de l'induction rémanente
B C'est le champ à appliquer pour que l'induction devienne nulle après une
première aimantation
C C'est le champ correspondant à la valeur de l'induction maximale
D C'est le champ correspondant à la valeur de l'induction minimale
M.2. Les radiomètres UV-A sont des appareils de mesure utilisés en contrôle non destructif :
A On s'en sert pour mesurer l'éclairement énergétique UV-A émis par le soleil
lors de contrôles en plein air à l'aide des produits fluorescents
B Grâce à un radiomètre UV-A, on peut facilement mesurer la réémission visible
des produits fluorescents et ainsi déterminer leur sensibilité
C Grâce au radiomètre UV-A, on s'assure qu'il n'y a pas d'UV-B ni d'UV-C en
cabine d'inspection sous UV-A
D Le radiomètre UV-A permet de s'assurer que l'éclairement énergétique UV-A
est suffisant sur la surface des pièces à contrôler
M.3. Quels sont parmi les matériaux énumérés ci-dessous, ceux qui peuvent être contrôlés
par magnétoscopie ?
A Tous les matériaux non ferreux
B Tous les métaux et alliages
C Les aciers ferromagnétiques
D Les aciers non magnétiques
M.4. Quelle est la direction de la discontinuité, par rapport au champ magnétique, qui donne
une indication maximale ?
A Perpendiculaire
B Oblique
C Parallèle
D Quelconque

Ressuage
R.1. Dans l'opération de contrôle par ressuage, le rôle du révélateur est :
A De faciliter le nettoyage (après contrôle)
B D'assurer l'émulsification du pénétrant en surface
C D'adsorber le pénétrant présent dans les discontinuités
D De faciliter le séchage du pénétrant
R.2. Laquelle des propositions suivantes n'est pas vraie pour le contrôle par ressuage ?
A La méthode peut mettre en évidence tous les types de discontinuités
B La méthode est simple dans son principe et relativement facile à comprendre
C La méthode est simple à appliquer
D La gamme des formes et dimensions des produits contrôlés par cette méthode
est assez large
R.3. Un produit qui, appliqué sur un film de pénétrant, se mélange avec celui-ci pour rendre
possible l'élimination du pénétrant par de l'eau, est :
A Un émulsifiant
B Un révélateur
C L'eau de rinçage
D Un détergent
R.4. En contrôle par ressuage fluorescent, le rayonnement UV-A est nécessaire pour :
A Provoquer la fluorescence du pénétrant
B Faciliter le ressuage du pénétrant
C Neutraliser l'excès de pénétrant
D Abaisser la tension superficielle du pénétrant

Ultrasons
US.1. Les ondes ultrasonores dans les matériaux à contrôler sont :
A Des ondes électromagnétiques
B Des champs électriques de basse tension
C Des ondes radio discontinues
D Des vibrations mécaniques
US.2. Un produit placé entre la face d'un traducteur et la pièce à examiner pour permettre ou
améliorer la transmission des ondes ultrasonores s'appelle :
A Agent de mouillage
B Milieu de couplage
C Réflecteur acoustique
D Agent de lubrification
US.3. La vitesse de propagation des ondes ultrasonores longitudinales est fonction de :
A La fréquence
B La longueur d'onde
C La nature du matériau
D La période
US.4. La représentation sur un appareil de contrôle par ultrasons de l'amplitude des ultrasons
réfléchis en fonction du temps ou de la profondeur dans le métal s'appelle :
A Une représentation de type B
B Une représentation de type A
C Une représentation de type C
D Une perspective ultrasonore
Pour la partie 3, répondre directement sur cette feuille ‘réponse’.
En fin d’épreuve mettre cette feuille ‘réponse’ avec vos réponses dans la copie
double d’examen dans laquelle vous avez mis les réponses des parties 1 et 2.

Numéro d’anonymat
Partie 3 : Questions à Choix Multiples (QCM) concernant le CND. 10 Points.
Pour chaque question cocher très clairement la case correspondant à votre réponse (colorier
entièrement la case)

CF T M R US
CF.1. T.1. M.1. R.1. US.1.
A A A A A
B B B B B
C C C C C
D D D D D
CF.2. T.2. M.2. R.2. US.2.
A A A A A
B B B B B
C C C C C
D D D D D
CF.3. T.3. M.3. R.3. US.3.
A A A A A
B B B B B
C C C C C
D D D D D
CF.4. T.4. M.4. R.4. US.4.
A A A A A
B B B B B
C C C C C
D D D D D