Vous êtes sur la page 1sur 6

INTRODUCTION

Un télécopieur ou téléfax, plus couramment appelé « fax », du latin « fac-


similé », est née au XIXe siècle. Le premier chercheur sur cet engin est
l’inventeur écossais Alexander Bain. Cet appareil électronique convertit l'image
de documents en impulsions électriques pour les transmettre à un destinataire au
travers d'une ligne téléphonique. À la réception, on utilise un appareil similaire à
celui de l’émission pour faire la conversion inverse et imprimer un document
identique à l'original.
C’est dans ce contexte nous nous posons la question à savoir ; qu’est-ce que le
télécopieur ?
Ici, notre travail consistera à montrer dans un premier temps l’utilité du
télécopieur, ensuite le principe du télécopieur et le fonctionnement et enfin les
avantages et inconvénients du télécopieur.

I- HISTORIQUE DU TELECOPIEUR

1- Contexte de création
Les tentatives pour transmettre des images et des textes manuscrits sont
contemporaines de la construction des premiers réseaux télégraphiques. Dès
l'origine, ils exploitent le principe de l'analyse du document ligne par ligne. Les
procédés vectoriels sont d'ailleurs mis au point à la même époque ; ils captent le
mouvement de la main qui dessine ou écrit. La téléautographie est généralement
traitée dans les mêmes ouvrages.
2- Invention du télécopieur
Les tentatives pour transmettre des images et des textes manuscrits sont
contemporaines de la construction des premiers réseaux télégraphiques. Dès
l'origine, ils exploitent le principe de l'analyse du document ligne par ligne. Les
procédés vectoriels sont d'ailleurs mis au point à la même époque ; ils captent le
mouvement de la main qui dessine ou écrit. La téléautographie est généralement
traitée dans les mêmes ouvrages. L'inventeur écossais Alexander Bain conçoit le
principe de la transmission de documents écrits par le réseau télégraphique et
effectue les premiers essais en 1842. Il en dépose la demande de brevet le 27 mai
1843. Son procédé utilise, à l'analyse, un stylet mû par un balancier, et à la
réception, la décomposition d'un colorant par le courant électrique. Après
quelques expériences, il abandonne son invention.
Brackwell présente au public en 1851 un appareil qui transmet une image écrite
au vernis isolant sur une feuille d'étain, enroulée sur un cylindre. Le récepteur
utilise le même principe que celui de Bain. Giovanni Caselli met au point le pan
télégraphe au milieu des années 1850, qui entre en service commercial en 1861.
1
3- Biographie de l’inventeur du télécopieur (Alexander Bain)
Alexander Bain est né en octobre 1811, à Watten, en Écosse, au sein d'une
famille nombreuse. Il avait en effet six frères et six sœurs, dont une sœur jumelle.
Fils d'un agriculteur, il est un élève ordinaire et apprend le métier d'horloger. Il
part à Edimbourg puis à Londres où il devient artisan.
Assidu aux conférences de l'Institut polytechnique, il ouvre son propre
atelier, mais ne parvient pas à vivre de ses inventions. En 1840, il rencontre Sir
Charles Wheatstone, un scientifique, qui s'approprie l'une des inventions de Bain,
une horloge électrique et la présente devant la Royal Society. Cependant, Bain
avait au préalable déposé un brevet pour ce système, et se voit offrir 10.000 livres
et une place à la tête de l'Electric Telegraph Company, fondée par Wheatstone.
En décembre 1841, il dépose le brevet d'un système permettant de contrôler
électriquement les locomotives.
De 1843 à 1846, Alexander Bain se concentre sur le projet d'un télécopieur,
mais une machine plus performante avait déjà été proposée en 1848 par Frederick
Blackwell. En 1846, il travaille sur un modèle de télégraphe chimique, plus
rapide que les télégraphes traditionnels. Cependant ce système n'est utilisé que sur
une seule ligne, en raison des revendications de Morse qui le fait interdire au nom
de sa propriété intellectuelle. Malgré ces échecs, Bain continue de développer ses
horloges électriques, utilisant parfois des systèmes complexes.
À la fin de sa vie, Alexander Bain n'a pas fait fortune malgré l'argent
récolté grâce à ses inventions, et reçoit une pension annuelle de 80 livres de la
part du Premier ministre William Ewart Gladstone. Il décède le 2 janvier 1877.
Alexander Bain est le premier à avoir conçu une horloge électrique, même si son
modèle n'a jamais été produit en masse.

II- FONCTIONNEMENT DU TELECOPIEUR

1- Phase d’évolution du télécopieur


La télécopie s'applique à un document préexistant. L'appareil procède à une
analyse par échantillonnage, ligne par ligne. Il transmet une information de
forme, et non de signification.
Les données passent, soit par une ligne téléphonique, soit par une liaison
spécialisée. Un autre télécopieur, un ordinateur, un téléphone cellulaire, etc.
reçoivent le flux de données et le convertissent en images. Le protocole de
communication indique la résolution de l'image et le nombre de teintes par point.
Il prévoit la possibilité de basculer la communication entre le mode voix et le
mode copie. Il peut authentifier et chiffrer la communication si les correspondants
ont échangé des clés de chiffrement au préalable.

2
Recommandations
a- Recommandations internationales
Les recommandations de l'Union internationale des télécommunications ont pour
objet de permettre la communication des télécopieurs entre eux, quels qu'en
soient les fabricants.
b- Recommandation T4 (1980, 1984, 1988)
Normalisation des Télécopieurs du GROUPE 3 pour la transmission de
documents.
c- Recommandation T6 (1984, 1988)
Schémas de codage et fonctions de commande de codage de la télécopie pour les
télécopieurs de GROUPE 4.
d- Recommandation T81 (1992)
Schémas de codage et fonctions de commande de codage de la télécopie pour les
images en niveaux de gris (monochrome ou en couleurs) avec perte d’information
(JPEG).
e- Recommandation T82 (1992)
Schémas de codage et fonctions de commande de codage de la télécopie pour les
images multi-plans binaires (monochrome ou en couleurs) sans perte
d’information (JBIG).
f- Recommandation T30 du CCITT (1968, 1976, 1980, 1984, 1988, puis en
continu)
Procédures pour la transmission de documents par télécopie sur le réseau
téléphonique public commuté.
Ces Recommandations constituent les normes de codage et décodage d'images
pour les télécopieurs du groupe 3 (réseau téléphonique commuté analogique) et
du groupe 4 (RNIS). Elles décrivent des algorithmes de compression des données
destinés à minimiser le débit des informations binaires transmises en ligne.

2- Types de télécopieurs
a. Groupe 1
Télécopieurs analogiques de faible résolution, à peu près inexistant aujourd'hui.
Technique de transmission = modulation de fréquence. La transmission d'une
page A4 durait en moyenne six minutes, ce qui rendait leur envoi en interurbain
très onéreux.
b. Groupe 2
Télécopieurs analogiques de faible résolution. Technique de transmission =
modulation d'amplitude. Pris en compte par quelques appareils G.3 (tendance
forte à l'abandon).
3
c. Groupe 3
Télécopieurs « numériques » sur réseau analogique de bonne résolution (200×196
pts/pouce). Constitue la quasi-totalité du parc mondial actuel.
d. Groupe 4
Télécopieurs « numériques » utilisant le réseau RNIS à 64 kbit/s (NUMERIS en
France). Qualité photocopie numérique (400×400 points par pouce).
Depuis 1989, les constructeurs ne prennent plus en compte la compatibilité G.2,
sauf dans quelques pays.
3- Composantes du télécopieur
Chaque télécopieur est à la fois émetteur et récepteur et comprend :
 Un appareil téléphonique incorporé ;
 une reprise de branchement sur une ligne téléphonique ;
 un lecteur qui analyse et code le contenu de la page ligne par ligne et point
par Point ;
 un modulateur qui code les signaux électriques transmis aux télécopieurs
récepteur par le réseau téléphonique ;
 un démodulateur qui décode les signaux électriques reçue ;
 une fonction répondeuse automatique intégrée.

III- OBJECTIFS
La télécopie est constamment utilisée dans les rapports professionnels. Elle
permet la transmission instantanée (lettres, documents, etc.) d’informations par
l’intermédiaire de terminaux appelés télécopieurs ou fax reliés au réseau
téléphonique. C’est la photocopie à distance !

VI- AVANTAGES ET INCONVENIENTS


1- Avantages
 Gain de temps,
 Simplicité d’utilisation,
 Possibilité d’utiliser le télécopieur en photocopieur en utilisation locale,
 Installation simple (prise téléphonique),
 Copie conforme à l’original,
 Transmission de document 24h/24h en l’absence ou en présence du
correspondant,
 Rapport de transmission à la fin du processus d’émission,
 Possibilité de transmettre tout document imprimé ou non (textes, images,
dessins, graphiques...),
 Détection de l’identité du poste émetteur
 Coût réduit équivalent â celui d’une communication téléphonique,
4
 Fiabilité et universalité grâce au réseau téléphonique.
2- Inconvénients
 Pas de secret,
 Pas de valeur juridique,
 Coût élevé de la facture de courant
 Coût important des feuilles Format A4 rigoureusement.

CONCLUSION
Grands consommateurs de papier et d’encre en poudre, les télécopieurs
physiques sont de plus en plus remplacés par des solutions de fax par Internet
dites « messagerie télécopieur », qui envoient et reçoivent les télécopies sous
forme de courriel avec une pièce jointe. Une autre solution utilisée en entreprise
est de brancher la ligne du télécopieur sur un ordinateur via un modem. Cette
installation permet de dématérialiser complètement le papier tout en permettant
en parallèle un usage normal de l’ordinateur. Lorsqu’une télécopie est expédiée
sous forme de message électronique, sa confidentialité n’est pas garantie. On
compare souvent le degré de confidentialité d’un courrier électronique à celui
d’une carte postale.

5
QUELQUES IMAGES DU TELECOPIEUR