Vous êtes sur la page 1sur 196

Université Libanaise

Faculté de Génie II

Projet de Fin d’Etudes

présenté en vue de l’obtention du

Diplôme d’Ingénieur Civil

par

Abboud Ghazi
Fakhry Rami

B-Heights Tower

Responsable de projet : Ing Rawad Assaf

2013
Remerciements

Ce projet est réalisé après avoir accompli les neuf semestres


du programme académique à l’ULFG2 durant lesquelles on a
acquis diverses informations et cours, tout d’abord généraux, et
ensuite détaillés dans le domaine de génie civil.

Toutes nos connaissances acquises durant ces cinq années


vont être assemblées et analysées pour enfin utiliser le nécessaire
dans la réalisation de notre projet de fin d’études.

Ces connaissances et informations n’auront été acquises


sans les grands efforts de nos professeurs, docteurs et chef de
département.

Nous remercions tous nos enseignants qui ont contribué à la


réalisation de ce projet et spécialement Mr. Rawad Assaf .

2
Table des matières
Chapitre I : Définition du projet..................................................................................................... 9
I. Introduction : ....................................................................................................................... 9
II. Titre et Définition du projet : .............................................................................................. 9
1. Titre du Projet...................................................................................................................... 9
2. Définition du Projet ............................................................................................................. 9
III. Données De bases et Plan de Travail :........................................................................... 13
1. Codes et Documents de référence utilisés : ...................................................................... 13
2. Logiciel Utilisé : .................................................................................................................. 13
3. Propriétés des sols............................................................................................................. 13
4. Propriétés des matériaux .................................................................................................. 13
5. Chargements ..................................................................................................................... 14
6. Plan de travail .................................................................................................................... 15
Chapitre II : Plancher Nervuré ..................................................................................................... 16
I. Introduction : ..................................................................................................................... 16
1. Epaisseur du plancher(dalle nervure) :.......................................................................... 16
2. Choix des corps creux : .................................................................................................. 17
3. Détermination des charges : ......................................................................................... 18
II. Ferraillage des elements : ................................................................................................. 20
1. Fereillage des poutres principales : ............................................................................... 21
2. Ferraillage des nervures : .............................................................................................. 26
Dispositions constructives : ................................................................................................... 29
Chapitre III : Plancher Dalle ......................................................................................................... 30
I. Introduction : ..................................................................................................................... 30
II. Pré-dimensionnement de la dalle : ................................................................................... 30
1. Predimensionnement de l’epaisseur : ........................................................................... 30
III. Calcul et Ferraillage de la dalle : .................................................................................... 31
1. Charges prises en compte ............................................................................................. 31
2. Calcul des moments sollicitants : .................................................................................. 32
3. Verification a l’effort tranchant :................................................................................... 33

3
4. Vérification du poinçonnement .................................................................................... 34
5. Ferraillage de la dalle..................................................................................................... 35
6. Vérification de la flèche ................................................................................................. 39
Chapitre IV : Pré-dimensionnement et calcul des poteaux ..................................................... 40
I. Descente de charges: ........................................................................................................ 40
1. Introduction ................................................................................................................... 40
2. Démarche de calcul ....................................................................................................... 40
II. Pré dimensionnement des poteaux: ................................................................................. 42
Chapitre V : Etude Sismique ........................................................................................................ 48
I. Introduction:...................................................................................................................... 48
II. Etude Statique: .................................................................................................................. 48
1. Introduction ................................................................................................................... 48
III. Static force procedure: .................................................................................................. 55
1. Calcul du base shear V: .................................................................................................. 55
2. Distribution verticales des forces : ................................................................................ 58
3. Renversement : ............................................................................................................. 59
4. Détermination du centre de torsion ............................................................................. 60
5. Distribution des forces de transaltion et de rotation dans les refends :....................... 60
IV. Etude Dynamique: ......................................................................................................... 66
1. Introduction du modele :.............................................................................................. 66
2. Introduction des charges et surcharge d’exploitation : ................................................ 67
3. Subdivision du modele en elements finis : ................................................................... 67
4. Introduction des cas de charges sismiques : ................................................................. 69
5. Scaling factor et calcul du « dynamic base shear » : ..................................................... 70
6. Introduction des combinaisons de charges : ................................................................. 72
7. Excecution du calcul : .................................................................................................... 73
V. Vérifications:...................................................................................................................... 74
1. Déplacement maximal ................................................................................................... 74
2. Story Drift ...................................................................................................................... 74
Chapitre VI : Eléments Verticaux ................................................................................................. 75
I. Ferraillage des poteaux: .................................................................................................... 75
1. Calcul des armatures longitudinales : ........................................................................... 75

4
2. Calcul des armatures transversales : ............................................................................. 78
II. Ferraillage des Voiles : ....................................................................................................... 79
1. Introduction ................................................................................................................... 79
2. Vérification à l’effort tranchant..................................................................................... 80
Dispositions constructives : ................................................................................................... 98
Chapitre VII : Etude Du Radier ..................................................................................................... 99
I. Introduction : ..................................................................................................................... 99
II. Predimensionnement du radier : .................................................................................... 100
1. Nature du radier : ........................................................................................................ 101
2. Calcul des moments sollicitant : .................................................................................. 102
3. Vérification du Radier au poinçonnement et à l’effort tranchant : ............................ 105
Vérification vis-à-vis de l’effort tranchant : ......................................................................... 105
Vérification vis-à-vis du poiconnement : ............................................................................. 106
4. Feraillage : ................................................................................................................... 106
5. Verification du tassement du radier : .......................................................................... 110
6. Reaction du sol : .......................................................................................................... 110
Chapitre VIII : Etude Economique .............................................................................................. 111
I. Dalle Pleine : .................................................................................................................... 111
II. Dalle Nervurée:................................................................................................................ 112
Chapitre IX : Précontrainte ........................................................................................................ 113
I. Historique : ...................................................................................................................... 113
II. Définition : ....................................................................................................................... 113
III. Avantages du béton précontraint : ............................................................................. 116
IV. Précontrainte par Post-tension: .................................................................................. 116
1. Pourquoi la précontrainte en Post tension pour les bâtiments : ................................ 116
2. Pré-dimensionnement des dalles précontraintes par post-tension............................ 117
V. Modelisation sur « SAFE » : ............................................................................................. 122
1. Model Definition :........................................................................................................ 122
2. Model properties : ....................................................................................................... 123
3. Load combinations : .................................................................................................... 126
4. Analysis results : .......................................................................................................... 132
5. Design summary : ........................................................................................................ 133

5
6. Slab design : ................................................................................................................. 135
7. ACI 318-08 Concrete Strip Design :.............................................................................. 139
8. Beam design : .............................................................................................................. 152
VI. Réalisation de la Post-tension: .................................................................................... 154
1. Principes généraux :.................................................................................................... 154
2. Les kits de précontrainte par post-tension .................................................................. 154
3. Description du kit ......................................................................................................... 155
4. Les dispositions constructives pour les plancher dalle :............................................... 156
5. Le cycle de mise en œuvre ........................................................................................... 157
6. La création d’ouverture dans des ouvrages précontraints existants........................... 159
VII. Aspect économique : ................................................................................................... 160
Chapitre X : Soft story ................................................................................................................ 161
I. Calculations : ......................................................................... Error! Bookmark not defined.
II. Research ................................................................................ Error! Bookmark not defined.
1. Definition : ......................................................................... Error! Bookmark not defined.
2. SUMMARY : ....................................................................... Error! Bookmark not defined.
3. INTRODUCTION : ......................................................................................................... 162
4. OUTLINE OF THE SEISMIC DESIGN CODE IN JAPAN : ................................................... 163
5. FAILURE MECHANISM OF SOFT STORY BUILDING: ...................................................... 165
6. MODEL FOR THE STRUCTURE: ..................................................................................... 165
7. METHOD FOR DERIVING THE FACTOR αp: .................................................................. 166
8. RESULTS AND DISCUSSION: ......................................................................................... 171
9. CONCLUSIONS:............................................................................................................. 173
III. PRACTICAL APPLICATION : ........................................................................................... 173
1. Bracing system :........................................................................................................... 173
2. Implant additional columns and tie them by beams:........ Error! Bookmark not defined.
Chapitre XI : Soutenement ........................................................................................................ 178
1. Caractéristiques géométriques de la fouille : .............................................................. 178
2. Caractéristiques du sol : .............................................................................................. 178
VI. Vérification du déplacement des palplanches : .......................................................... 188
Chapitre XII : Mur sous-sol......................................................................................................... 193
I. Sous charges statiques du sol: ......................................................................................... 193

6
II. Ferraillage du Mur sous-sol : ........................................................................................... 194
III. Instabilités d’origine hydraulique: ............................................................................... 195

7
Liste des figures :
Figure 1: plan de l'etage courant ................................................................................................... 10
Figure 2: coupe longitudinale A..................................................................................................... 11
Figure 3: coupe longitudinale B ..................................................................................................... 12
Figure 4:plan structural ................................................................................................................. 20
Figure 5: moments suivant X ......................................................................................................... 32
Figure 6: moments suivant Y ......................................................................................................... 33
Figure 7: contrainte de cisaillement .............................................................................................. 34
Figure 8:fleche donnee par robot ................................................................................................. 39
Figure 9:surface d'influence pour les poteaux .............................................................................. 42
Figure 10:les refends ainsi que le C.D.G et C.D.R .......................................................................... 64
Figure 11:modele sur robot ........................................................................................................... 66
Figure 12:mesh sur robot .............................................................................................................. 68
Figure 13:finite element model sur SAFE .................................................................................... 122
Figure 14:deformation of the slab............................................................................................... 132
Figure 15:model sur SAFE ............................................................................................................ 133
Figure 16:strips design................................................................................................................. 134

8
Chapitre I : Définition du projet
I. Introduction :

Dans le présent chapitre, nous allons définir le projet, les étapes du travail, la
démarche de calcul suivie et les méthodes de réalisation.

Notre projet est décomposée en deux partie :

La première structurelle dans laquelle on étudie la structure de notre bâtiments


(étude sismique , ferraillage des éléments porteurs dalle radier ).

La deuxième géotechnique où on étudie le soutènement du sol pendant l’ excavage.

II. Titre et Définition du projet :

1. Titre du Projet

B-Heights

2. Définition du Projet

Le projet consiste en un bâtiment résidentiel qui comporte :



2 sous-sols de surface 1350 m2 .

1 étage soft story de surface 370 m2

24 étages identiques de surface 411 m2.

9
Figure 1: plan de l'etage courant

10
Figure 2: coupe longitudinale A

11
Figure 3: coupe longitudinale B

12
III. Données De bases et Plan de Travail :
1. Codes et Documents de référence utilisés :
Les codes suivis pour l’étude de ce projet sont :

ACI Committee 318 Structural Building Code.

UBC 97 : Règles de construction parasismique.

2. Logiciel Utilisé :
 Safe
 Autocad
 Excel
 Robot Structural 2010
 Plaxis
 S-Concrete

3. Propriétés des sols


Le sol de fondation possède les caractéristiques suivantes spécifiées par le rapport
géotechnique :

 Capacité portante : σ adm = 42 T/m2


 Module de deformation : E =150 MPa
 Poids voulmique :  s = 21 KN/m2
 Cohesion : c =120KN/m2
 angle de frottment : ɸ = 23o
 Permeabilite suivant x et suivant y : Kx=Ky=10-5m/s

4. Propriétés des matériaux


BETON :

Résistance à la compression: f’c = 35 MPa pour tous les éléments .

ACIER :

Limite élastique de l’acier torsadé : f y = 500 MPa

Limite élastique de l’acier doux : fy = 235 MPa

13
Diamètres des barres utilisées T8, T10, T12, T16, T20, T25 et T32.

BETON ARME : Poids spécifique : γ = 2.5 T/m3

5. Chargements
Les charges appliquées au bâtiment sont :

CHARGES PERMANENTES :

carrelage 0.2 T/m2


cloisons 0.13 T/m2
enduit 0.05 T/m2

CHARGES D’EXPLOITATION :

Ce sont des charges variables du point de vue intensité et emplacement

Residentiel : LL = 1.92 KN/m2 soit 2 KN/m2

Escalier : LL = 4.79 KN/m2 soit 5 KN/m2

Balcons : LL = 4.79 KN/m2 soit 5 KN/m2

Gym : LL = 4.79 KN/m2 soit 5 KN/m2

Parking : LL = 1.92 KN/m2 soit 2 KN/m2

LES SEISMES :

L’effet sismique sera calculé suivant le code american UBC 97.

 Calcul suivent le code UBC 97.


 Contreventement par voiles et portiques .

14
6. Plan de travail
 On a débuté notre projet par le choix de la structure ,et on a adopte le système
de dalle nervuree.
 Predimensionnement des poutres et nervures et leur verification a la fleche a
longue duree.
 Descente de charges et dimensionnement des poteaux.
 Dimensionnement des murs refends par l’effort sismique statique .
 Le model sera établi afin de vérifier la descente de charge sur le logiciel et tiré les
dimensions exactes des éléments verticaux et horizontaux.
 Le type de fondation est ainsi choisi du a la presence permanente d’eau
souterraine : un radier sera adopté et ferrailler
 Le modèle ayant introduit sur le logiciel, l’étude sismique est donc effectuée.
L’étude statique et l’étude dynamique sont faites.
 Enfin le ferraillage des éléments structuraux (dalle, poteaux, murs refends) est
calculé sous le cas de charge le plus critique indiqué par le logiciel.
 La dernière partie consiste a une etude du soutenement du sol .

15
Chapitre II : Plancher Nervuré
I. Introduction :
C’est un plancher à poutrelles rapprochées entre lesquelles sont disposés des corps
creux de forme trapézoïdale appelés ‘’entrevous’’ .Le tout étant surmonte d’une
épaisseur constante de béton > 4 cm. C’est un plancher utilise sous surcharge modérée
(< 500 Kg/cm2) et surtout dans le cadre de bâtiments a usage d’habitation ou de
bureaux.

1. Epaisseur du plancher(dalle nervure) :


L’épaisseur de la dalle nervurée dans un seul sens ainsi que les poutres du
plancher sera déterminée d’après la section 9.5.2 ACI :

ACI 9.5.2.1-Minimum thickness stipulated in Table 9.5(a) shall apply for one-way
construction not supporting or attached to partitions or other construction likely to be
damaged by large deflections, unless computations of deflection indicates a lesser
thickness can be used without adverse effects.

Minimum thickness h

Simply One end Both ends Cantilever


supported continuous continuous

Member Members not supporting or attached to partitions or


other construction likely to be damaged by large
deflections

Solid one- l/20 l/24 l/28 l/10


way slab

Ribbed one- l/16 l/18.5 l/21 l/8


way slabs

16
On a pris la poutre la plus critique de portee l=5.7m et simplement appuiee :

l=5.7m
hmin = l/16 = 34 cm

Dans la suite on va prendre h = 30 cm , et verifier les poutres a la fleche a longue


duree.

2. Choix des corps creux :

La section 1921.6.12 UBC impose que l’épaisseur de la chape soit de 2 inch = 51mm.
(Diaphragms used to resist prescribed lateral forces shall comply with the
following: thickness shall not be less than 2 inches).

De même la section 8.11.5.2 ACI impose que l’épaisseur « t » de la chape soit :

1/12 de la distance entre nervures 


t  max  1/2 
1 in  3.8cm 

1 * 57/12  4.75
t  max  1/2 
1 in  3.8cm 

24

17
Si on prend des corps creux de dimensions : 24x42x38x20

 t = 6 cm ce qui vérifie ces conditions.

De même d’après la section 8.11.2 ACI la largeur de la nervure bw doit être :

bw  maxhnervure / 3.5;10cm

 bw  max25 / 3.5  8.14;10cm

Soit bw = 15cm.

3. Détermination des charges :

1-Poids de la dalle en zone moyenne :

Vcc/m2 =(7x0.4x0.24x0.2)=0.1344 m3/m2

Vb/m2= VT -Vcc/m2

Vb/m2 =1x1x0.3-0.1344=0.1656 m3/m2

PT(moyenne) = 0.1656 x 2500 + 0.1344x1000

PT(moyenne) = 548.4 Kg/m2

2-Poids de la dalle en Zone nervuré :

Vcc/m2 =(5x0.4x0.24x0.2)/0.57=0.168 m3/ m2

Vb/m2= VT -Vcc/m2

Vb/m2 =1x1x0.3 - 0.168 = 0.132 m3/m2

PT(nervuree) = 0.132 x 2500 + 0.168 x 1000

PT(nervuree) = 498 kg/ m2

18
3-calcul de la charge ultime :

wu = 1.2 D.L + 1.6 L.L

 Dans les zones ou L.L = 200 kg/m2 :

wu = 1.2 ( 584.4 +130 + 200 +50 ) +1.6 (200 )

= 1.47 T/m2

 Dans les zones ou L.L = 500 kg/m2 :

wu = 1.2 ( 584.4 +130 + 200 +50 ) +1.6 (500 )

= 1.96 T/m2

19
II. Ferraillage des elements :

On a feraille 3 poutres primaires et 2 nervures : PP1 , PP2 , PP3 , N1 et N2 .

Figure 4:plan structural

20
1. Fereillage des poutres principales :
Pour PP1 :

PP1
appui 1 travee appui 2
12T20 12T14 12T20

21
Verification a la fleche :

Calculation of Deflection According to ACI 318M-99


Concrete Compressive Strength (f'c) = 350.00 Kg/cm2 = 35.00 MPa
(Eq. 9-
Concrete Modulus of Rupture (fr) = 4.14 MPa 9)
Concrete Modulus of Elasticity (Ec) = 2.8E+04 MPa (Clause 8.5.1)
n
(Es/Ec) = 7.19 (Clause 8.5.2)
Section Properties
Thickness of Section (t) = 35.00 cm Depth of Ten. Reinforcement (d) = 30.25 cm
Breadth of Section (b) = 120.00 cm Depth of Comp. Reinforcement (d') = 3.00 cm
2 2
Tension Reinforcement (As) = 18.46 cm Compression Reinforcement (As') = 37.68 cm
Span m
(l) = 5.70
Nutral Axis Depth (z) = 6.33 cm
4 4
Gross Moment of Inertia (Ig) = 428750.00 cm = 4.29E+09 mm
4 4
Cracked Moment of Inertial (Icr) = 88704.72 cm = 8.87E+08 mm
N (Eq. 9-
Cracking Moment (Mcr) = 1.01E+08 mm = 10.15 m. t 8)
Service Straining Actions
Bending Moment Due to Dead Load only (Md) = 17.36 m.t = 1.7E+08 N. mm
Bending Moment Due to Live Load only (Ml) = 3.54 m.t = 3.5E+07 N. mm
% of Sustained Load from the Live Load = 50%
% of Gross Inertia Used in Calculation = 100%
Bending Moment Due to Sustained Load (Msus) = 19.13 m.t = 1.9E+08 N. mm
Calculated Short Time Deflection (Calculated by total or percentage of gross moment of inertia)
Deflection due to Dead Load (i)d = 0.1354 cm = 1.354 mm
Deflection due to Live Load (i)l = 0.0800 cm = 0.800 mm
(Eq. 9-
Efffective Moment of Inertia 7)
4 4
Under Dead Load Only (Ie)d = 156591.00 cm = 1.57E+09 mm
4 4
Under Sustained Load cm mm
(Ie)sus = 139437.22 = 1.39E+09
4 4
Under Dead + Live Load (Ie)d+l = 127608.543 cm = 1.28E+09 mm
Modified Short time Deflection
Deflection due to Dead Load (i)d = 0.3707 cm
Deflection due to Sustained Load (i)sus = 0.5393 cm
Deflection due to Dead + Live Load (i)d+l = 0.7237 cm
Deflection due to Live Load (i)l = 0.3530 cm
Additional Long Term Deflection (Clause 9.5.2.5)
For 5 years or more (long) = 0.71011 cm For 12 months (long) = 0.49708 cm
For 6 months (long) = 0.42607 cm For 3 months (long) = 0.35505 cm

Results
Flat roofs not supporting and not attached to nonstructural elements likely to be damaged by large defelections:

22
(i)l = 0.3530 cm < l/180 = 3.1667 cm
Floors not supporting and not attached to nonstructural elements likely to be damaged by large deflections:
(i)l = 0.3530 cm < l/360 = 1.5833 cm
Roof or floor construction supporting or attached to nonstructural elements likely to be damaged by
large deflections:
(long) +
(i)l = 1.0631 cm < l/480 = 1.1875 cm
Roof or floor construction supporting or attached to nonstructural elements not likely to be damaged by
large deflections:
(long) +
(i)l = 1.0631 cm < l/240 = 2.3750 cm

23
Pour PP2 :

PP2
appui 1 travee appui 2
9T16 9T14 9T16

24
Pour PP3 :

PP3
appui 1 travee 1 appui 2 travee 2 appui 3 travee 3 appui 4 travee5
7T14 7T14 7T14 7T14 7T14 7T14 7T14 7T14

25
2. Ferraillage des nervures :

Pour N1 :

N1
appui 1 travee appui 2
3T14 3T16 3T14

26
Pour N2 :

N2
appui 1 travee 1 appui 2 travee 2 appui 3 travee 3
3T14 3T14 3T14 3T14 3T14 3T14

27
La nervure sera calculée en flexion par la méthode forfaitaire ou la méthode de Caquot.
Ce sera une section en T de section bn+2

Quant à l’effort tranchant, ce sera toujours une section Te mais de largeur d’âme =
bn

Pour le calcul des nervures, les valeurs des moments et des efforts tranchants sont
données par le logiciel WINFLEX et on ferraille

Ainsi Tous les données introduites, le ferraillage et la quantité d’aciers sera donné
dans chaque nervure.

Pour les nervures ayant une grande portée, on a eu recours à l’utilisation des
doubles nervures (nervures dans les deux sens)

La méthode qui conviendrait le mieux pour le calcul d’un tel cas c’est le système de
poutres croisées en R.D.M

Une solution pratique dans le sens de la sécurité consiste a considéré la dalle croisée
comme étant une dalle articulée ou appuyée sur son contour. Les moments M x et M y
obtenus sur le logiciel Arche pour cette dalle, ont été multiplié par 0.57.

Le détail de ferraillage est donné dans les plans de ferraillage.

En ce qui concerne la dalle au-dessus des corps creux, elle sera ferraillée
forfaitairement de la manière suivante :

 Perpendiculairement aux nervures :

Si b n +l cc≤ 50 cm  A = 200 / f e cm2/ ml

Si 50 cm < b n +l cc ≤ 80 cm  A = 4 (b n +l cc)/f e cm2/ml = 0.456 cm2 Φ 6 @ 50


cm

 Parallèlement aux nervures :

A=A perpendiculaire/2

Ces armatures que nous plaçons dans l’épaisseur supérieure du béton ont un double
rôle à jouer :

 Reprendre le retrait du hourdis (dalle + corps creux) et empêcher les


fissurations.
 Repartir les charges entre les différentes nervures

28
Dispositions constructives :

 Pour les armatures supérieures, elles encaissent les moments aux appuis et
servent pour le montage, elles doivent être choisies telles que le diamètre
supérieur=0.5 diamètre inférieur.
 On choisit le nombre d’armatures supérieurs égal au nombre d’armatures
inferieurs et en rapport avec la quantité d’armatures transversales nécessaire
pour l’effort tranchant.
 Le pourcentage d’acier minimal dans une poutre classique est de l’ordre A /b x h
≥ 0.001

29
Chapitre III : Plancher Dalle

I. Introduction :

La dalle étudiée est celle du rez de chaussée de surface 374 m2 et de dimensions :

Lx = 27.2 m et Ly = 16.8 m

C’est un plancher constitué par des dalles continues sans nervures ou poutres
supportées directement par les piliers. Elle travaille suivant la notion des éléments finis.
Le plancher dalle est souvent adopté et le calcul se fera à partir d’abaques et de
tableaux.

La dalle sera modélisée sur ROBOT afin de déterminée les aciers supérieurs et
inférieurs suivant les deux directions X et Y.

II. Pré-dimensionnement de la dalle :

On dimensionne un ouvrage pour qu’il réponde à certaines règles de résistance et


de flexibilité.

1. Predimensionnement de l’epaisseur :

Suivant le code :

Minimum thickness h

Simply One end Both ends Cantilever


supported continuous continuous

30
Member Members not supporting or attached to partitions or
other construction likely to be damaged by large
deflections

Solid one- l/20 l/24 l/28 l/10


way slab

Soit hmin = 570/20 = 28.5cm

On va prendre ensuite une dalle d’epaisseur h=28cm.

III. Calcul et Ferraillage de la dalle :

1. Charges prises en compte

a. Les charges permanentes :

DL =2.5x0.28=0.7 T/m2
SIDL = 0.38 T/m2

b. Les charges d’exploitation :

LL = 0.3 T/m2

c. Les charges Ultimes :

Pu = 1.2 DL +1.6 LL = 1.2(0.7 + 0.38) + 1.6x0.3


= 1.75 T/m2

d. Les charges de service :

P ser = DL + LL =1.08 + 0.3 = 1.38 T/m2

31
2. Calcul des moments sollicitants :

Pour le calcul des moments sollicitant un model a été effectué sur ROBOT, les cartes
qui suivent montrent la répartition des moments dans les deux directions X et Y, pour le
calcul des armatures supérieures et inférieures.

Figure 5: moments suivant X

32
Figure 6: moments suivant Y

3. Verification a l’effort tranchant :

Pour ne pas introduire des armatures transversales , il faut que :

Vu < ØVc
Vu < 0.75x2x0.265x xbxd avec : b = 100cm
Et d = 0.9 h = 25.2 cm

ØVc = 17.99 T

33
La figure suivante represente les contraintes de cisaillement :

Figure 7: contrainte de cisaillement

contrainte maximale de cisaillement = 54.4 T/m2

Vu = 54.4 x 1 x 0.28 = 15.2 T

Vu < ØVc donc la verification a l’effort tranchant est verifiee.

4. Vérification du poinçonnement

Dans le cas d’une charge localisée éloignée des bords de la dalle, on admet
qu’aucune armature d’effort tranchant n’est requise, si la condition suivante est
satisfaite.

Resistance du beton au poinconnement :


Vu<ΦVc
Vc = ( 2 + )x0.265x xb0xd < 4x0.265x xb0xd

34
Avec :  c = B0 : perimetre cisaille

5. Ferraillage de la dalle

Armatures Principales inférieures :

Le calcul s’effectue pour une bande de 1m d’épaisseur 28 cm d’où :


b =100cm
d = 0.9 h = 27 cm

Dans le sens de X :

35
Dans le sens de Y :

Armatures Principales supérieures:


Pour les armatures supérieures, la quantité d’acier est indiquée sur cette carte
dans le sens de X et de Y.

36
Dans le sens de X :

Dans le sens de Y :

37
Armatures supplémentaires sur les appuis :

Des armatures supplémentaires sont disposées sur les appuis dans les deux
directions dans le cas où le moment sollicitant est supérieur au moment repris par les
armatures principales.

Le ferraillage sur les appuis dans le cas de la présence de section d’acier supérieurs à
6 cm2 (Ces moments peuvent être pris à nu des appuis) est évoqué en détail dans les
plans de ferraillage présentés.

Dispositions Pratiques :
 Le diamètre des armatures longitudinales ≤ h0/10
 L’écartement des armatures « t » d’une même nappe doit être :

≤ Min (3 h0 ,33 cm) Pour les aciers Parallèles au Petit coté

≤ Min (4 h0, 45 cm) Pour les aciers parallèles au grand coté

 En ce qui concerne la longueur des armatures, Les aciers en travée d’une dalle A
x ou Ay doivent être prolongée jusqu’aux appuis.
 Pour les armatures inferieurs, une barre est filante de longueur Lx+2Ls ou Ly+2Ls
La deuxième barre à cote aura une longueur L1 = 0.8 Lx
 Pour les armatures supérieurs en chapeau, L3=Max (L s, 0.25 Lx) et L4 = Max ( L s ,
0.5 L3) (dans les deux directions).Et parfois si l’épaisseur de la dalle est
supérieures à 15 cm(comme dans notre cas), nous adoptons des armatures
supérieurs filantes comme pour les armatures inferieurs.

38
6. Vérification de la flèche

Les valeurs de la flèche sont données par la carte suivante tirée du model effectué
sur ROBOT pour le cas de charge DL+LL

Figure 8:fleche donnee par robot

La flèche maximale est de 0.3 cm

39
Chapitre IV : Pré-dimensionnement
et calcul des poteaux

I. Descente de charges:

1. Introduction
La descente des charges permet d’évaluer la distribution des charges entre les
différents éléments porteurs de la structure ce qui permettra de les dimensionner ainsi
que leurs fondations appropriées.
Le calcul de descente de charge serait mené en admettant la discontinuité des
différents éléments du plancher .Cette supposition conduit à estimer que tous les
éléments sont simplement appuyés et sans liaison. Dans le cas où les charges sont
uniformes tout se passe comme si chaque appui absorberait la moitie c’est-à-dire tout
ce qui est situé entre l’appui et l’entre axe de deux appuis. Ainsi la méthode utilisée
pour le pré-dimensionnement des poteaux consiste à chercher la surface d’influence de
l’élément porteur dans les différents étages. Ayant le chargement par m2, et en
multipliant par la surface d’influence, on aura la charge sur le poteau.

2. Démarche de calcul
La charge axiale de service Psi reprise par un poteau au niveau d’un étage donné
comprend :

 La charge axiale permanente donnée par:

Avec :

40
: La charge axiale permanente dans l’étage surmontant l’étage considéré

: Poids propre du poteau dans l’étage considéré donné par :

Avec a et b les dimensions du poteau

DL : la charge permanente répartie sur la surface d’influence du poteau = 0.9 T/m2


(calculée précédemment)

S inf =La surface d’influence du poteau donnée précédemment.

 La charge axiale d’exploitation de service donnée par:

: La charge axiale d’exploitation dans l’étage -i+1- surmontant l’étage considéré.

LL : la charge d’exploitation répartie sur la surface d’influence du poteau = 0.5 T/m2

La charge axiale ultime Pui reprise par un poteau au niveau d’un étage donné
sera alors :

B.A.E.L.91 (B.8.2, 11)

Les charges ainsi obtenues doivent être majorée de :

 15 % pour les poteaux centraux dans le cas des poutres à deux travées.
 10 % pour les poteaux intérieurs voisins des poteaux de rive dans les poutres
contenant plus de trois travées.

41
II. Pré dimensionnement des poteaux:

Le dimensionnement des poteaux doit répondre aux critères de flambement et de


résistance à la compression.

Voici une figure illustrant les poteaux et les surfaces d’influence correspondantes :

Figure 9:surface d'influence pour les poteaux

Pour cela on a pris le poteau A ayant la plus grande surface d’influence et le plus
grand chargement.

=11.78 m2 d’où =337 324 kg

Or pour des poteaux courts :


Pu  Pn  0.8 Ag [0.85 f c'   g ( f y  0.85 f c' )]

Pn etant la charge maxiamle que le poteau peut supporter


avec  = 0.7 tied columns

 = 0.75 spiral columns

42
g
= purcentage d’armatures longitudinales.

1%   g  8%

On obtient Ag =1488 cm2 Soit un poteau de 25x75 cm2

Determination du type des poteaux:

Les poteaux sont classes en 2 categories:

 si :
Klu M
 34  12 1  40 pour les structures contreventees
r M2
Klu
 22
r
pour les stuctures non contreventes

 Poteaux elances ACI code 10.12.2 and 10.13.2

Notre calcul a été base sur la supposition que notre poteaux sont courts.

Conformément au code de l'ACI 10.12.1, k s'imposent comme 1.0 pour cadres dilatées, à
moins qu'une valeur inférieure est pris en charge par l'analyse. Pour les cadres de
balancement, k doit être déterminée par l'analyse dans tous les cas, conformément au
code de l'ACI 10.13.1.

Une manière approximative mais globalement satisfaisante de la détermination de k est


au moyen de cartes d'alignement basés sur l'isolation de la colonne indiquée ainsi que
de tous les membres encadrant dedans en haut et en.

 sur chaque extremite est calculee par :  


 ( EI / l )columns
c

 ( EI / l )beam

43
I
r= rayon de giration= A = 0.3h or 0.3b selon l’axe de flexion.

 Pour les poteaux du deuxieme etage jusq’au dernier : H=3.8m :


r = 0.3 h = 0.3x25 = 7.5 cm
Klu
k= 0.54  = 27.6 < 34 – M1/M2 ou M1= M2=0
r

 Pour les poteaux du premier etage et du sous-sol ( soft story ) : H=5m :


r = 0.3 h = 0.3x25 = 7.5 cm
Klu
k= 0.69  = 46 > 34 – M1/M2  poteau elance
r
on modifie la section , soit 75x45 cm2 :
r = 0.3 h = 0.3x45 =10.5 cm
Klu
k= 0.88  = 32.6 < 34 – M1/M2  condition verifiee  poteau court.
r

D’où la transition des sections suivantes :

poteau A dimensions
Level x (cm) y (cm) h (m)
Roof 75 25 3.8
L14 75 25 3.8
L13 75 25 3.8
L12 75 25 3.8
L11 75 25 3.8
L10 75 25 3.8
L9 75 25 3.8
L8 75 25 3.8
L7 75 25 3.8
L6 75 25 3.8
L5 75 25 3.8
L4 75 25 3.8
L3 75 25 3.8
L2 75 35 3.8
L1 75 45 7.4
B2 75 45 5
B1 75 45 3.1

44
poteau B dimensions
Level x (cm) y (cm) h (m)
Roof 40 40 3.8
L14 40 40 3.8
L13 40 40 3.8
L12 40 40 3.8
L11 40 40 3.8
L10 40 40 3.8
L9 40 40 3.8
L8 40 40 3.8
L7 40 40 3.8
L6 40 40 3.8
L5 40 40 3.8
L4 40 40 3.8
L3 40 40 3.8
L2 40 40 3.8
L1 45 45 7.4
B2 45 45 5
B1 45 45 3.1

poteau C dimensions
Level x (cm) y (cm) h (m)
Roof 75 25 3.8
L14 75 25 3.8
L13 75 25 3.8
L12 75 25 3.8
L11 75 25 3.8
L10 75 25 3.8
L9 75 25 3.8
L8 75 25 3.8
L7 75 25 3.8
L6 75 25 3.8
L5 75 25 3.8
L4 75 25 3.8
L3 75 25 3.8
L2 75 35 3.8
L1 75 45 7.4
B2 75 45 5
B1 75 45 3.1

45
poteau D dimensions
Level x (cm) y (cm) h (m)
Roof 75 25 3.8
L14 75 25 3.8
L13 75 25 3.8
L12 75 25 3.8
L11 75 25 3.8
L10 75 25 3.8
L9 75 25 3.8
L8 75 25 3.8
L7 75 25 3.8
L6 75 25 3.8
L5 75 25 3.8
L4 75 25 3.8
L3 75 25 3.8
L2 75 35 3.8
L1 75 45 7.4
B2 75 45 5
B1 75 45 3.1

poteau E dimensions
Level x (cm) y (cm) h (m)
Roof 30 40 3.8
L14 30 40 3.8
L13 30 40 3.8
L12 30 40 3.8
L11 30 40 3.8
L10 30 40 3.8
L9 30 40 3.8
L8 30 40 3.8
L7 30 40 3.8
L6 30 40 3.8
L5 30 40 3.8
L4 30 40 3.8
L3 30 40 3.8
L2 30 40 3.8
L1 35 45 7.4
B2 35 45 5
B1 35 45 3.1

46
poteau F dimensions
Level x (cm) y (cm) h (m)
Roof 30 40 3.8
L14 30 40 3.8
L13 30 40 3.8
L12 30 40 3.8
L11 30 40 3.8
L10 30 40 3.8
L9 30 40 3.8
L8 30 40 3.8
L7 30 40 3.8
L6 30 40 3.8
L5 30 40 3.8
L4 30 40 3.8
L3 30 40 3.8
L2 30 40 3.8
L1 35 45 7.4
B2 35 45 5
B1 35 45 3.1

Le ferraillage des poteaux sera fait ultérieurement .Comme ayant pré-


redimensionné tous les éléments structuraux, nous allons modéliser notre structure sur
le logiciel ROBOT 2010 afin de réaliser l’étude sismique. Ainsi un cas de charge sera
ajoute autre que le cas ultime et de service.

La descente de charge sera aussi effectuée par le logiciel et les efforts transmise par
chaque poteaux seront calculées sous le cas de charge le plus critique (ultime,
sismique).Alors le ferraillage des poteaux et des voiles sera détaillés ultérieurement.

47
Chapitre V : Etude Sismique

I. Introduction:

Le calcul sismique est nécessaire pour les bâtiments de grande hauteur (h=40
m).Plus le bâtiment est rigide plus qu’il absorbe le séisme .Il doit avoir une grande
période donc être plus ou moins souple.

Tout d’abord, le calcul statique est effectué en laissant de côté le modèle dynamique
qui fait entrer en jeu des spectres de séismes réels à être effectué par le logiciel
ROBT2012.

II. Etude Statique:

1. Introduction
Le principe de l’étude statique est de trouver un ensemble de forces à appliquer à la
structure qui entraine la même déformée maximum que l’action dynamique. L’action du
séisme se traduit par un brusque déplacement horizontal ou vertical du sol entrainant
les fondations et les parties enterrées de l’ouvrage. Chaque partie sera donc soumise à
une force horizontale proportionnelle à sa masse avec des coefficients pour tenir des
différents paramètres rentrant en compte. En fait, la force sismique dépend de plusieurs
paramètres qui sont : la zone sismique, caractéristiques du site, la distribution de la
masse sur la hauteur, la répartition des contreventements et flexibilité.

Selon Le code UBC 97 :

Definitions, symboles et notations:

 Base shear V: force totale latterale

48
 PDeffect: is the secondary effect on shears, axial forces and moments of frame
members induced by the vertical loads acting on the laterally displaced building
system.

 Story drift: is the lateral displacement of one level relative to the level above or
below.

 Seismic load W: is the total dead load and applicable portions of other loads
listed below:
In storage and warehouse occupancies, a minimum of 25% of floor live load
should be applicable.
Where a partition load is used in the floor design, a load not less than 0.48
KN/m2 shall be included.
Design snow loads of 1.44 KN/m2 or less shall not be included. Where design
snow loads exceed 30psf, the design snow load shall be included, but may be
reduced up to 75% where consideration of sitting, configuration and load
duration warrant when approved by the building official.
Total weight of permanent equipment shall be included.

 Story drift ratio: is the story drift divided by the story height.

 hn: height in feet (m) above the base level i, n or x respectively.

 Ds: design level response displacement, which is the total drift or total story drift
that occurs when the structure is subjected to the design seismic forces.

Basis for design:

The structure shall be designed with adequate strength to withstand the lateral
displacements induced by the design basis ground motion, considering the inelastic

49
response of the structure and the inherent redundancy, over strength and ductility of
the lateral force resisting system.

Configuration requirements:

Each structure shall be designated as being structurally regular or irregular in


accordance with tables 5.1 and 5.2

Table 5.1 –Vertical structural irregularities

Irregularity type and definition

1.Stiffness irregularity soft story

A soft story is one in which the lateral stiffness is less than 70% of that in the story
above or less than 80% of the average stiffness of the three stories above

2. Weight(mass) irregularity

Mass irregularity shall be considered to exist where the effective mass of any story is
more than 150% of the effective mass of an adjacent story

3. Vertical geometric irregularity

It shall be considered to exist where the horizontal dimension of the lateral force
resisting system in any story is more than 130% of that in an adjacent story.

4. In-plane discontinuity in vertical lateral force resisting element

An in plane offset of the lateral load resisting elements greater than the length of
those elements.

5.Discontinuity in capacity weak story:

A weak story is one in which the story strength is less than 80% of that in the story
above. The story strength is the total strength of all seismic resisting elements sharing
the story shear for the direction under consideration.

50
Table 5.2 –Plan structural irregularities

Irregularity type and definition

1.Torsion irregularity to be considered when diaphragms are not flexible:

Torsion irregularity shall be considered to exist when the maximum story drift,
computed including accidental torsion, at one end of the structure transverse to an axis
is more than 1.2 times the average of the story drifts of the two ends of the structure.

2. Re-entrant corners:

Plan configurations of a structure and its lateral force resisting system contain re-
entrant corners, where both projections of the structure beyond a re-entrant corner are
greater than 15% of the plan dimension of the structure in the given direction.

3. Diaphragms discontinuity:

Diaphragms with abrupt discontinuities or variations in stiffness, including those


having cutout or open areas greater than 50% of the gross enclosed area of the
diaphragm, or changes in effective diaphragm stiffness of more than 50% from one story
to the next.

4. In-plane discontinuity in vertical lateral force resisting element

An in plane offset of the lateral load resisting elements greater than the length of
those elements.

5.Discontinuity in capacity weak story:

The vertical lateral load resisting elements are not parallel to or symmetric about the
major orthogonal axes of the lateral load force resisting system

51
Structural System:

Cette ctructure est classifiee comme bearing wall system: it is a structural system without a
complete vertical load carrying space frame. Bearing walls or bracing systems provide support
for all or most gravity loads.

Resistance to lateral loads is provided by shear walls or braced frames

Occupancy category:

For purpose of earthquake resistant design, each structure shall be placed in one of the
occupancy categories listed in table 16-K in chapter 4.

Since this structure has a special occupancy:

Seismic importance factor I = 1.00

Site geology and soil characteristics:

The soil profile type is defined in the following table:

Soil profile Type Soil profile name – Generic description

SA Hard Rock

SB Rock

SC Very dense soil and soft Rock

SD Stiff soil profile

SE Soft soil profile

SF Soil requiring site specific evaluation

Comme le sol de notre structure est rocheux, donc : SB

52
Seismic zone:

UBC 97 – Table 16.I – Seismic zone factor Z

Zone 1 2A 2B 3 4

Z 0.075 0.15 0.20 0.30 0.40

Comme notre tour est situee a Beyrouth, donc zone 2B , Z=0.25

Seismic zone response coefficients:

Each structure shall be assigned a seismic coefficient Ca in accordance with table 16-Q from the
UBC code 97 and a seismic coefficient Cv from table 16-R as follows:

UBC 97 – Table 16.Q – Seismic coefficient Ca

Soil Seismic Zone factor Z


profile type
Z=0.075 Z=0.15 Z=0.2 Z=0.3 Z=0.4

SA 0.06 0.12 0.16 0.24 0.32Na

SB 0.08 0.15 0.20 0.30 0.40 Na

SC 0.09 0.18 0.24 0.33 0.40 Na

SD 0.12 0.22 0.28 0.36 0.44Na

SE 0.19 0.30 0.34 0.36 0.36Na

SF See footnote 1

Site specific geotechnical investigation and dynamic site response analysis shall be
performed to determine seismic coefficients for soil profile type SF

53
UBC 97 – Table 16.R – Seismic coefficient Cv

Soil Seismic Zone factor Z


profile type
Z=0.075 Z=0.15 Z=0.2 Z=0.3 Z=0.4

SA 0.06 0.12 0.16 0.24 0.32Nv

SB 0.08 0.15 0.20 0.30 0.40 Nv

SC 0.13 0.25 0.32 0.45 0.56 Nv

SD 0.18 0.32 0.40 0.54 0.64Nv

SE 0.26 0.50 0.64 0.84 0.96Nv

SF See footnote 1

Site specific geotechnical investigation and dynamic site response analysis shall be
performed to determine seismic coefficients for soil profile type SF

Z = 0.25 and Soil type profile = SB Ca = 0.25

Z = 0.25 and Soil type profile = SB Cv = 0.25

Selection of lateral force procedure:

Any structure may be, and certain structures defined below shall be, designed using the
dynamic lateral force procedures.

Simplified static:

The simplified static lateral force procedure may be used for the following structures of
occupancy category 4 or 5:

Building of any occupancy not more than three stories in height excluding basements,
that use light frame construction.

Other buildings not more than two stories in height excluding basements.

54
Static :

The static lateral force procedure may be used for the following structures:

1. All structures, regular or irregular, in seismic zone 1 and in occupancy categories 4


and 5 in seismic zone 2.

2. Regular structures under 73.152 m in height except where the dynamic procedure for
structures located on soil profile type SF, that have a period greater than 0.7 seconds applies.

3. Irregular structures not more than five stories or 19.812m in height.

4. Structures having a flexible upper portion supported on a rigid lower portion where both
portions of the structure considered separately can be classified as being regular, the average
story stiffness of the lower portion is at least 10 times the average story stiffness of the upper
portion considered as a separate structure fixed at the base.

Dynamic:

The dynamic lateral force procedure shall be used for all other structures including the
following:

1. Structures 73.152m or more in height, except as permitted in the static procedure


item1.

2. Structures having a stiffness, weight or geometric vertical irregularity of type 1, 2 or 3, as


defined in table 5.1

3. Structures over 5 stories or 19.812m in height in seismic zone 3 and 4 not having the
same structural system throughout their height.

4. Structures, regular or irregular, located on soil profile type SF that have a period greater
than 0.7 second.

III. Static force procedure:

1. Calcul du base shear V:

UBC code 97 section 1630.2.1 implies that the total design base shear in a given direction
shall be determined from the following formula:

55
CV I
V  W
RT

Where T is the structure period and can be calculated from section 1630.2.2 in the UBC
code 97 as follows:

T  C t (hn ) 3 / 4

Ct = 0.035 (0.0853) pour steel moment-resisting frame

Ct = 0.030 (0.0731) pour reinforced concrete moment-resisting frames


and eccentrically braced frames.

Ct = 0.020 (0.0488) for all other buildings.

Then,

T  0.0731 613 / 4  1.596s >0.07s  Wiplash Effect

Or the UBC indicates that if T > 0.07 s then Ft exists and is equal to:

Ft = 0.07 T V (section 1630.5)

CV I 0.25  1
V W W
RT 4.5  1.596

V  0.035W

The total base shear need not exceed the following:

56
2.5C a I
VMAx  W
R
2.5  0.25  1
VMAx  W
4.5
VMAX  0.1389W

And, the total design base shear shall not be less than the following:

Vmin  0.11C a IW
Vmin  0.11  0.25  1  W
Vmin  0.0275W

Vmin< V < VMAX

Calcul du poids de la structure W:

W = DL+0.25LL

A=411m2 , pour 17 etages : DL = 0.88T/m2x411x17

= 6149 T

LL = 0.3 T/m2x411x17

= 2096 T

W = 6673 T

V = 230 T et Ft = 26 T

57
2. Distribution verticales des forces :

The UBC code 97 section 1630.5 requires that the remaining portion of the base shear shall
be distributed over the height of the structure, including level n, according to the following
formula:

(V  Ft ) w x h x
Fx  n

w h
i 1
i i

At each level designated as x, the force Fx shall be applied over the area of the building in
accordance with the mass distribution at that level. Structural displacements and design seismic
forces shall be calculated as the effect of forces Fx and Ft applied at the appropriate levels
above the base.

LEVEL HEGHT(m) Wi (T) hi (m) Wixhi (m) Fx (T) Mov (Tm)


1 3 392 3 1176 0.954758 2.864275
2 5 392 8 3136 2.546022 20.36817
3 7.4 392 15.4 6036.8 4.901092 75.47682
4 3.8 392 19.2 7526.4 6.110452 117.3207
5 3.8 392 23 9016 7.319813 168.3557
6 3.8 392 26.8 10505.6 8.529173 228.5818
7 3.8 392 30.6 11995.2 9.738534 297.9991
8 3.8 392 34.4 13484.8 10.94789 376.6076
9 3.8 392 38.2 14974.4 12.15725 464.4071
10 3.8 392 42 16464 13.36661 561.3978
11 3.8 392 45.8 17953.6 14.57598 667.5797
12 3.8 392 49.6 19443.2 15.78534 782.9526
13 3.8 392 53.4 20932.8 16.9947 907.5168
14 3.8 392 57.2 22422.4 18.20406 1041.272
15 3.8 392 61 23912 19.41342 1184.218
16 3.8 392 64.8 25401.6 20.62278 1336.356
17 3.8 392 68.6 26891.2 21.83214 1497.685
251272 204 9730.959

58
3. Renversement :

Le moment total de renversement est egal a :

M OVERTURNIN G   M i  M FT

Or M Ft  Ft  ht  26  68.6  1783.6 T.m

M OVERTURNIN G   M i  M FT
=9730.959+ 1783.6

M OVERTURNIN G  11515 T.m

On the other hand, in the short direction, the resisting moment is equal to:

W D
M resisting 
2
6673 x14.9
M resisting 
2
M resisting  49713.85 T.m

Le facteur de securite est egal a :

M resisting 49713.85
S .F    4.317 > 3
M overturning 11515

Comme c’est verifiee dans la direction la plus courte, donc elle est verifiee dans l’autre
direction aussi.

59
4. Détermination du centre de torsion
Les efforts horizontaux sont repris par une série de refends. La déformation en plan d’un
bâtiment sous l’action des charges horizontales peut être décomposée en deux :

Une déformation de translation parallèle a la charge horizontale et une déformation de


rotation autour d’un point fixe qui est le centre de torsion.

Le centre de torsion est le point par lequel passe l’axe autour duquel l’immeuble subit une
rotation. Le centre de torsion sera donc caractérisé par les deux propositions suivantes :
 Un effort horizontal passant par ce point entraîne uniquement une translation.
 Un couple dont l’axe vertical passe par le centre de torsion n’entraîne qu’une rotation
des refends.

Soit n le nombre de refends, Ixi l’inertie propre du refend n° i par rapport à un axe passant
par son centre de gravité et parallèle à l’axe O’x, Iyi … à l’axe O’y.
(xi ; yi) sont les coordonnées du centre de gravité du refend i par rapport aux axes O’x ; O’y.

5. Distribution des forces de transaltion et de rotation dans les refends :

Sous l’action de l’effort horizontal H , le bâtiment va subir une déformation qu’on peut
décomposer en deux :

une force de translation parallèle à H .

une force de rotation ( torsion ) autour d’un axe vertical passant le centre de torsion .

L’effort repris par un refend est proportionnel à son inertie et au déplacement qu’il subit .

Après avoir placé les refends , on doit chercher le centre de torsion et le centre de masse .

60
Calcul du centre de torsion :

Les coordonnées du centre de torsion sont données par rapport à une origine arbitraire O
telles que :

Xr 
 Ix  x et Yr 
 Iy  y
 Ix Iy
avec ,
Ix , Iy : inerties de chaque refend par rapport à leurs axes locaux

x et y ,

x , y : coordonnées du centre de gravité du refend par rapport à

l’origine O .

Force de translation :

Vu l’indéformabilité horizontale du plancher , tous les refends subissent le même déplacement

horizontal proportionnel à son inertie .

Pour H parallèle à l’axe X :

H  Iy
V1x 
 Iy
Pour H parallèle à l’axe Y :c

H  Ix
V1y 
 Ix

61
Force de rotation :

Vu la non coïncidence du centre de masse du bâtiment avec le centre de rigidité ( centre de

torsion ) , la structure sera sujette à un moment de torsion horizontal autour du centre de

torsion .

En outre , la structure doit résister à une excentricité accidentelle due au mouvement de la

terre , à une distribution défavorable des charges et surcharges et aux différences entre les

valeurs réelles et calculées des rigidités des éléments de contreventement .

D’après UBC ( p.215-section 1630.6 ) , l’excentricité accidentelle est de 5% de la dimension

maximale , à chaque niveau , perpendiculaire à la direction de la force considérée .

Conditions du moment de torsion :

Il ne doit pas être inférieur à l’une des deux grandeurs suivantes :

- la moitié du produit de l’effort tranchant calculé , de l’étage


considéré , et de l’excentricité maximale des étages inférieurs .

- la moitié du moment de torsion maximal calculé pour les étages


supérieurs .

Le moment sera donné par :

Mrx = Hy ( ex + 5% D ) pour force // à y

Mry = Hx ( ey + 5% D ) pour force // à x

On négligera l’effet pris par les refends dont la plus grande dimension est perpendiculaire à la
direction de la force .

62
D’où ,

Pour H parallèle à l’axe X :

M ry  I y  y G
V2 x 
Jr

Pour H parallèle à l’axe Y :

M rx  I x  x G
V2 y 
Jr
avec ,

xG , yG : coordonnées du centre de gravité de chaque refend par rapport au centre de torsion .

Jr : rigidité rotationnelle .

Jr =  ( Ix . x2 + Iy . y2 )

Effort tranchant total :

L’effort tranchant total repris par chaque refend est :

Vx = V1x +V2x pour H // X

Vy = V1y +V2y pour H // Y

Les coordonnées du centre de rotation sont calculées et données dans le tableau ci-
contre ainsi que l’excentricité au centre de gravité :

63
X(cdr) = 11.24738
Y(cdr) = 10.21207

X(cdg)= 11.6
Y(cdg)= 8

ex= 0.36
ey= 2.2

Figure 10:les refends ainsi que le C.D.G et C.D.R

L’effort tranchant total doit etre inferieur a la capacite portante du mur refend :

f 'c
Vtot <  Vc avec :  Vc = 0.569 x 10 x x Ag ;

Ag : section du mur

64
Pour les murs horizontaux :

Ag (m2) Ix(m4) X2 Xi(m) xg Ix*Xi F(trans) f(rot) f(tot)  Vc status


1 1.62 2.13 8.41 2.9 8.34 6.177 49.2857 0.182836 49.46855 545.292 ok
2 1.72 2.65 33.64 5.8 5.44 15.37 61.3179 0.148375 61.46628 578.952 ok
3 1.4 1.12 94.09 9.7 1.54 10.864 25.9155 0.017752 25.93325 471.24 ok
4 1 0.52 193.21 13.9 -2.66 7.228 12.0322 -0.01424 12.01796 336.6 ok
5 1.5 1.76 313.29 17.7 -6.46 31.152 40.7243 -0.11702 40.60733 504.9 ok
6 1.5 1.76 542.89 23.3 -12.06 41.008 40.7243 -0.21846 40.50588 504.9 ok
9.94 111.799

Pour les murs verticaux :

Ag Iy Y2 Yi yg Iy*Yi F(trans) f(rot) f(tot)  Vc status


a 0.78 0.62 49 7 -3.21 4.34 2.787334 -0.12518 2.662155 262.548 ok
b 3.87 39.44 149.8176 12.24 2.03 482.7456 177.3104 5.035797 182.3462 1302.642 ok
c 0.77 0.3 149.8176 12.24 2.03 3.672 1.34871 0.038305 1.387015 259.182 ok
d 1.79 3.87 57.76 7.6 -2.61 29.412 17.39836 -0.63531 16.76305 602.514 ok
e 0.47 0.07 57.76 7.6 -2.61 0.532 0.314699 -0.01149 0.303208 158.202 ok
f 0.7 0.23 57.76 7.6 -2.61 1.748 1.034011 -0.03776 0.996253 235.62 ok
g 3 5.63 0 0 -10.21 0 25.31079 -3.61551 21.69528 1009.8 ok
h 2.04 0.78 0 0 -10.21 0 3.506646 -0.50091 3.005741 686.664 ok
i 0.84 0.07 0 0 -10.21 0 0.314699 -0.04495 0.269746 282.744 ok
j 0.72 0.07 0 0 -10.21 0 0.314699 -0.04495 0.269746 242.352 ok
k 0.51 0.08 0 0 -10.21 0 0.359656 -0.05137 0.308281 171.666 ok
51.16 522.4496

65
IV. Etude Dynamique:

1. Introduction du modele :
Notre bâtiment est introduit sur le logiciel Robot2012 afin de réaliser l’étude dynamique
et en tirer les efforts transmis par les éléments verticaux ainsi que les efforts
horizontaux sur les refends.
on a construit notre modele avec ses differents elements et caracteristiques : poteaux,
voiles , poutres et dalles :

Figure 11:modele sur robot

66
2. Introduction des charges et surcharge d’exploitation :

Charge permanente SIDL = 0.38 T/m2


Surcharge d’exploitation = 0.3 T/m2

Le Logiciel fera ainsi le calcul de la descente de charge qui sera détaillée ultérieurement.

3. Subdivision du modele en elements finis :

On realise le « meshing » en choisissant des elements de dimensions 1m et on verifie qu’il


n’y a pas d’erreurs.

67
Figure 12:mesh sur robot

68
4. Introduction des cas de charges sismiques :
Introduction du cas de charge modale, et verifications que la masse participante
converge de plus que 90

 Effort sismique suivant X global :

69
 Effort sismique suivant Y global :

5. Scaling factor et calcul du « dynamic base shear » :

Apres avoir calcules manuellement le static base shear, on introduit le scaling factor qui va etre
R= ,et on fait le calcul pour avoir un dynamic base shear tres proche du
static base shear .

Dynamic base shear suivant x : Vx= 175.25T

Dynamic base shear suivant y : Vy= 132.85 T

70
Rx= =1.31 Ry= =1.73

D’où, le dynamic base shear final :

Vx= 229.57 T Vy= 229.83 T

Une combinaison quadratique est aussi définie (CQC)

71
6. Introduction des combinaisons de charges :

Selon le code UBC 97 ,la combinaison de charges a verifer est :

1612.2.1 Basic load combinations. Where Load and Resistance


Factor Design (Strength Design) is used, structures and all portions
thereof shall resist the most critical effects from the following
combinations of factored loads:
1.4D (12-1)
1.2D + 1.6L + 0.5 (Lr or S) (12-2)
1.2D + 1.6 (Lr or S) + (f1L or 0.8W) (12-3)
1.2D + 1.3W + f1L + 0.5 (Lr or S) (12-4)
1.2D + 1.0E + (f1L + f2S) (12-5)
0.9D � (1.0E or 1.3W) (12-6)
WHERE:
f1 = 1.0 for floors in places of public assembly, for live loads
in excess of 100 psf (4.9 kN/m2), and for garage live
load.
= 0.5 for other live loads.
f2 = 0.7 for roof configurations (such as saw tooth) that do
not shed snow off the structure.
= 0.2 for other roof configurations.

72
7. Excecution du calcul :

Une fois les combinaisons de charges sont introduites, on fait run et le programme effectue le
calcul.

On utilise les resultats pour avoir les efforts les plus defavorable sur les voiles, les

poteaux et le radier , et pour ensuite faire le fereillage de ces differents elements qui sera
detaille dans le chapitre qui suit.

73
V. Vérifications:
1. Déplacement maximal
Le code nous fixe un déplacement maximale de H/250 avec H= hauteur de
dimensionnement H=63 m donc le déplacement maximal admissible est : 25.2 cm.

Ce qui est vérifiée comme le déplacement maximal donné par le logiciel est de 12.2 cm.

2. Story Drift

Le déplacement différentiel maximal est : ∂ =0.02 h

Si T > 0.7s ; or T = 1.6s > 0.7s

Le déplacement sur chaque étage est tire du logiciel et présenté dans le tableau ci-contre :

h (m) dr UX [cm] dr UY [cm] max dr [cm] status


3.1 0 0.1 6.2 ok
5 0.2 0.3 10 ok
3.27 0.2 0.4 6.54 ok
1.73 0.1 -0.2 3.46 ok
2.4 0.2 0.7 4.8 ok
3.8 0.3 0.6 7.6 ok
3.8 0.4 0.6 7.6 ok
3.8 0.4 0.7 7.6 ok
3.8 0.4 0.7 7.6 ok
3.8 0.4 0.8 7.6 ok
3.8 0.4 0.8 7.6 ok
3.8 0.5 0.8 7.6 ok
3.8 0.5 0.8 7.6 ok
3.8 0.5 0.8 7.6 ok
3.8 0.5 0.9 7.6 ok
3.8 0.5 0.9 7.6 ok
3.8 0.5 0.9 7.6 ok
3.8 0.5 0.9 7.6 ok
3.8 0.5 0.9 7.6 ok

74
Chapitre VI : Eléments Verticaux
I. Ferraillage des poteaux:

Apres avoir effectué le modèle, les efforts transmis par les dalles sur les poteaux (tous cas de
charges pris en compte) sont donnes dans le tableau ci-dessous et par suite, le ferraillage des
poteaux est alors effectué.

1. Calcul des armatures longitudinales :

Ayant déterminé la section B et l’effort normal ultime Nu la section des armatures ‘A s’


sera tel que :

Pu  Pn  0.8 Ag [0.85 f c'   g ( f y  0.85 f c' )]


Avec As=  g Ag
Voici le fereillage de tous les poteaux :
Surface
poteau A dimensions d'influence Pu cumul As
Level x (cm) y (cm) h (m) m^2 T cm^2
Roof 75 25 3.8 10.5 20.22 18.75
L14 75 25 3.8 10.5 40.43 18.75
L13 75 25 3.8 10.5 60.65 18.75
L12 75 25 3.8 10.5 80.86 18.75
L11 75 25 3.8 10.5 101.08 18.75
L10 75 25 3.8 10.5 121.29 18.75
L9 75 25 3.8 10.5 141.51 18.75
L8 75 25 3.8 10.5 161.72 18.75
L7 75 25 3.8 10.5 181.94 18.75
L6 75 25 3.8 10.5 202.15 18.75
L5 75 25 3.8 10.5 222.37 18.75
L4 75 25 3.8 10.5 242.58 18.75
L3 75 25 3.8 10.5 262.80 18.75
L2 75 35 3.8 10.5 283.72 26.25
L1 75 45 7.4 10.5 308.40 33.75
B2 75 45 5 10.5 331.05 33.75

B1 75 45 3.1 10.5 352.10 33.75

75
Surface
poteau B dimensions d'influence Pu cumul As
Level x (cm) y (cm) h (m) m^2 T cm^2
Roof 40 40 3.8 12 22.59 16
L14 40 40 3.8 12 45.17 16
L13 40 40 3.8 12 67.76 16
L12 40 40 3.8 12 90.35 16
L11 40 40 3.8 12 112.94 16
L10 40 40 3.8 12 135.52 16
L9 40 40 3.8 12 158.11 16
L8 40 40 3.8 12 180.70 16
L7 40 40 3.8 12 203.28 16
L6 40 40 3.8 12 225.87 16
L5 40 40 3.8 12 248.46 16
L4 40 40 3.8 12 271.05 16
L3 40 40 3.8 12 293.63 18.85805
L2 40 40 3.8 12 316.22 28.09504
L1 45 45 7.4 12 341.03 20.25
B2 45 45 5 12 364.63 21.00568
B1 45 45 3.1 12 387.27 30.26286

Surface
poteau C dimensions d'influence Pu cumul As
Level x (cm) y (cm) h (m) m^2 T cm^2
Roof 75 25 3.8 10.7 20.57 18.75
L14 75 25 3.8 10.7 41.13 18.75
L13 75 25 3.8 10.7 61.70 18.75
L12 75 25 3.8 10.7 82.26 18.75
L11 75 25 3.8 10.7 102.83 18.75
L10 75 25 3.8 10.7 123.40 18.75
L9 75 25 3.8 10.7 143.96 18.75
L8 75 25 3.8 10.7 164.53 18.75
L7 75 25 3.8 10.7 185.10 18.75
L6 75 25 3.8 10.7 205.66 18.75
L5 75 25 3.8 10.7 226.23 18.75
L4 75 25 3.8 10.7 246.79 18.75
L3 75 25 3.8 10.7 267.36 18.75
L2 75 35 3.8 10.7 288.64 26.25
L1 75 45 7.4 10.7 313.67 33.75

B2 75 45 5 10.7 336.67 33.75


B1 75 45 3.1 10.7 358.07 33.75

76
Surface
poteau D dimensions d'influence Pu cumul As
Level x (cm) y (cm) h (m) m^2 T cm^2
Roof 75 25 3.8 10.7 21.27 18.75
L14 75 25 3.8 10.7 42.54 18.75
L13 75 25 3.8 10.7 63.81 18.75
L12 75 25 3.8 10.7 85.07 18.75
L11 75 25 3.8 10.7 106.34 18.75
L10 75 25 3.8 10.7 127.61 18.75
L9 75 25 3.8 10.7 148.88 18.75
L8 75 25 3.8 10.7 170.15 18.75
L7 75 25 3.8 10.7 191.42 18.75
L6 75 25 3.8 10.7 212.68 18.75
L5 75 25 3.8 10.7 233.95 18.75
L4 75 25 3.8 10.7 255.22 18.75
L3 75 25 3.8 10.7 276.49 18.75
L2 75 35 3.8 10.7 298.47 26.25
L1 75 45 7.4 10.7 324.20 33.75
B2 75 45 5 10.7 347.91 33.75
B1 75 45 3.1 10.7 370.01 33.75

Surface
poteau E dimensions d'influence Pu cumul As
Level x (cm) y (cm) h (m) m^2 T cm^2
Roof 30 40 3.8 5.5 10.80 12
L14 30 40 3.8 5.5 21.59 12
L13 30 40 3.8 5.5 32.39 12
L12 30 40 3.8 5.5 43.18 12
L11 30 40 3.8 5.5 53.98 12
L10 30 40 3.8 5.5 64.77 12
L9 30 40 3.8 5.5 75.57 12
L8 30 40 3.8 5.5 86.37 12
L7 30 40 3.8 5.5 97.16 12
L6 30 40 3.8 5.5 107.96 12
L5 30 40 3.8 5.5 118.75 12
L4 30 40 3.8 5.5 129.55 12
L3 30 40 3.8 5.5 140.35 12
L2 30 40 3.8 5.5 151.14 12
L1 35 45 7.4 5.5 163.71 15.75
B2 35 45 5 5.5 175.34 15.75

B1 35 45 3.1 5.5 186.21 15.75

77
Surface
poteau F dimensions d'influence Pu cumul As
Level x (cm) y (cm) h (m) m^2 T cm^2
Roof 30 40 3.8 14 25.72 12
L14 30 40 3.8 14 51.44 12
L13 30 40 3.8 14 77.16 12
L12 30 40 3.8 14 102.87 12
L11 30 40 3.8 14 128.59 12
L10 30 40 3.8 14 154.31 12
L9 30 40 3.8 14 180.03 12
L8 30 40 3.8 14 205.75 12
L7 30 40 3.8 14 231.47 18.74028
L6 30 40 3.8 14 257.18 29.25776
L5 30 40 3.8 14 282.90 39.77524
L4 30 40 3.8 14 308.62 50.29272
L3 30 40 3.8 14 334.34 60.81021
L2 30 40 3.8 14 360.06 71.32769
L1 35 45 7.4 14 387.55 58.84646
B2 35 45 5 14 414.10 69.70286
B1 35 45 3.1 14 439.90 80.25331

2. Calcul des armatures transversales :

Section 7.10.5.1 calcule que l'espacement vertical de liens ne doit pas dépasser 16 diamètres
longitudinaux de bar, 48 bar ou un fil cravate diamètres ou moins la dimension de l'élément de
compression, ce qui peut se résumer ainsi:

16db
s max  min 48dav
b

En outre, nous devons attacher ensemble tous les bars qui ont un espacement qui dépassent 6 "ou
15cm.

Enfin, une reprise de 1,5 "ou 4 cm est nécessaire.

78
Dispositions constructives :

Ancrage : L’ancrage est rectiligne, un ancrage courbe ne sert à rien. En compression simple la
longueur d’ancrage est de 27  pour f c j = 30 MPa (BAEL91 A.6.1.221), et pour tenir en compte
de l’effet du séisme la longueur d’ancrage sera de 60

Recouvrement :

Le recouvrement l r est de 0.6 l s dans le cas courant, mais dans le but d’avoir une bonne
rigidité et une meilleure sécurité contre les oscillations verticales du séisme on va prendre l r = ls
comme dans le cas des chocs.

II. Ferraillage des Voiles :


1. Introduction
Les murs refend sont les éléments verticaux porteurs de la dalle et qui vont aussi absorber
les sollicitations horizontales auxquelles est soumis le bâtiment.

Les murs en voiles doivent présenter une épaisseur minimale de 15 cm et une largeur au
moins égale à quatre fois l'épaisseur (selon le PS 92 Article 11.4.1)

Et la longueur doit être supérieure a cinq fois l’épaisseur b0, ainsi que l’élancement
mécanique au plus égal 80  λ = l f (12)0.5/ b

Les éléments ne satisfaisant pas à cette condition sont considérés comme des éléments
linéaires.

Ces murs refend sont localisés dans notre bâtiment comme suit (le plan étudié est celui de
l’étage courant:

79
2. Vérification à l’effort tranchant

La vérification au cisaillement est effectuée pour chaque voile, ainsi si la condition est vérifiée,
on n’aura pas recours aux armatures à l’effort tranchant, sinon on augmentera l’épaisseur de la
voile considérée.

Le code exige que :

Vu < ØVc ou ØVc = 0.569x10 xAg

Avec Ag : section du mur refend

Si la condition précédente n’est pas satisfaite, on a recours à augmenter l’épaisseur de


la voile. Nous allons alors tirer du logiciel les efforts horizontaux, verticaux et le moment sur
chaque voile (tous cas de charges sont considérés) et alors les épaisseurs des voiles sont donc
vérifiées.

Ces murs vont absorber les sollicitations horizontales comme déjà mentionné. Les forces
horizontales obtenues d’après l’ACI sont plus ou moins estimés forfaitairement, tandis que le

80
logiciel donne des résultats basés sur un calcul par éléments finis qui est plus précis et qui sera
adopté pour le ferraillage.

La figure ci_dessous represente la serie des 3 murs q’on a etudie sur les differents etages de
notre batiment.

Pour le fereillage des voile , on a utilise le software S Conrete dans lequel on a introduit les
efforts sur chaque voile d’apres les resultats de ROBOT .

Les valeurs de N, Vy et Mz sont respectivement la force verticale sur l’élément, la force


horizontale // à la grande direction et le moment autour de l’axe perpendiculaire au plan du
mur auxquels est soumis ce mur.

81
Pour les voile de 40x678 cm2 :

H = 300 cm :

LC N (kN) T (kNm) Vz (kN) My (kNm) Vy (kN) Mz (kNm) Load Type

1 -12594.7 0.0 1.5 0.1 -329.9 -2466.1 Earthquake

2 -12041.5 0.0 1.3 -4.0 -294.4 -1324.3 Earthquake

3 -12567.0 0.0 1.4 -8.4 96.6 -1450.2 Earthquake

4 -1752.0 0.0 -0.3 0.1 2104.2 942.9 Earthquake

5 -2047.1 0.0 0.0 -0.5 334.4 864.5 Earthquake

6 -2500.0 0.0 0.5 0.3 -2810.6 988.4 Earthquake

Panel 1 Zone A

30-T16 @ 300 V.E.F 24-T20 Vert

T12 @ 200 H.E.F. T10 Ties @ 200 mm

Tangential Splice

As = 7540 mm2

Y: 12@80

Z: 2@276

82
H = 500 cm :

LC N (kN) T (kNm) Vz (kN) My (kNm) Vy (kN) Mz (kNm) Load Type

1 -11678.0 0.0 0.3 -5.7 -90.4 -850.0 Earthquake

2 -11593.6 0.0 -0.4 -4.5 -64.9 -1169.9 Earthquake

3 -11790.8 0.0 -0.7 -2.7 -40.3 -1342.0 Earthquake

4 -231.7 0.0 -1.7 0.6 -76.1 -46.9 Earthquake

5 -472.1 0.0 0.1 -2.8 59.7 -264.6 Earthquake

6 -676.6 0.0 0.4 2.0 561.3 -642.9 Earthquake

Panel 1 Zone A

30-T16 @ 300 V.E.F 24-T16 Vert

T14 @ 300 H.E.F. T10 Ties @ 200


mm

Tangential Splice

As = 4825 mm2

Y: 12@80

Z: 2@276

H = 327 cm :

LC N (kN) T (kNm) Vz (kN) My (kNm) Vy (kN) Mz (kNm) Load Type

1 -8483.0 0.0 3.1 -0.1 -37.5 -760.3 Earthquake

2 -10870.4 0.0 4.1 -0.2 -48.8 -983.1 Earthquake

3 -9458.0 0.0 3.3 -0.1 -39.0 -816.5 Earthquake

4 -8970.5 0.0 3.2 -0.1 -38.3 -788.4 Earthquake

5 -11083.5 0.0 4.0 -0.1 -47.1 -972.2 Earthquake

6 -7498.8 0.0 2.6 -0.1 -31.0 -647.4 Earthquake

83
LC N (kN) T (kNm) Vz (kN) My (kNm) Vy (kN) Mz (kNm) Load Type

7 -7498.8 0.0 2.6 -0.1 -31.0 -647.4 Earthquake

8 751.6 0.0 -1.0 6.3 -287.3 2696.2 Earthquake

9 -8215.7 0.0 2.7 -9.7 -70.9 -863.8 Earthquake

10 -10528.8 0.0 3.5 -12.6 -92.1 -1117.7 Earthquake

11 -9157.2 0.0 2.9 -10.1 -74.9 -925.4 Earthquake

12 -8686.5 0.0 2.8 -9.9 -72.9 -894.6 Earthquake

13 -10732.5 0.0 3.4 -12.2 -89.8 -1103.0 Earthquake

14 -7260.4 0.0 2.3 -8.0 -59.4 -733.7 Earthquake

15 -7260.4 0.0 2.3 -8.0 -59.4 -733.7 Earthquake

16 475.3 0.0 -0.9 4.2 -231.6 2507.6 Earthquake

17 -8471.7 0.0 2.9 -19.4 -95.4 -1016.5 Earthquake

18 -10860.0 0.0 3.7 -25.2 -123.5 -1315.7 Earthquake

19 -9431.3 0.0 3.0 -20.4 -102.3 -1087.4 Earthquake

20 -8951.5 0.0 2.9 -19.9 -98.8 -1052.0 Earthquake

21 -11059.2 0.0 3.6 -24.5 -121.9 -1297.0 Earthquake

22 -7477.7 0.0 2.4 -16.2 -81.1 -862.2 Earthquake

23 -7477.7 0.0 2.4 -16.2 -81.1 -862.2 Earthquake

24 735.0 0.0 -0.7 2.6 -204.5 2417.3 Earthquake

25 -240.5 0.0 -0.3 -0.6 -177.4 -53.0 Earthquake

26 -306.4 0.0 -0.4 -0.8 -228.7 -69.0 Earthquake

27 -274.4 0.0 -0.4 -0.5 -193.1 -55.5 Earthquake

28 -257.5 0.0 -0.3 -0.6 -185.3 -54.3 Earthquake

29 -318.5 0.0 -0.4 -0.7 -228.6 -66.8 Earthquake

84
LC N (kN) T (kNm) Vz (kN) My (kNm) Vy (kN) Mz (kNm) Load Type

Panel 1 Zone A

30-T16 @ 300 V.E.F 24-T16 Vert

T14 @ 300 H.E.F. T10 Ties @ 200


mm

Tangential Splice

As = 4825 mm2

Y: 12@80

Z: 2@276

H= 173cm :

LC N (kN) T (kNm) Vz (kN) My (kNm) Vy (kN) Mz (kNm) Load Type

1 -7937.1 0.0 1.4 5.2 -44.4 -712.3 Earthquake

2 -10169.6 0.0 1.8 6.8 -58.9 -920.1 Earthquake

3 -8854.4 0.0 1.4 5.3 -42.2 -768.6 Earthquake

4 -8395.8 0.0 1.4 5.2 -43.3 -740.5 Earthquake

5 -10373.7 0.0 1.7 6.4 -53.1 -913.3 Earthquake

6 -7020.2 0.0 1.1 4.2 -33.5 -609.4 Earthquake

7 -7020.2 0.0 1.1 4.2 -33.5 -609.4 Earthquake

8 589.7 0.0 -1.3 5.6 -288.9 2328.5 Earthquake

9 -7855.4 0.0 1.4 2.6 -54.1 -732.7 Earthquake

10 -10064.9 0.0 1.8 3.4 -70.7 -946.6 Earthquake

11 -8763.1 0.0 1.4 2.6 -55.6 -789.6 Earthquake

85
LC N (kN) T (kNm) Vz (kN) My (kNm) Vy (kN) Mz (kNm) Load Type

12 -8309.3 0.0 1.4 2.6 -54.8 -761.2 Earthquake

13 -10266.9 0.0 1.7 3.2 -67.5 -938.8 Earthquake

14 -6947.9 0.0 1.1 2.1 -44.1 -626.1 Earthquake

15 -6947.9 0.0 1.1 2.1 -44.1 -626.1 Earthquake

16 582.2 0.0 -1.3 4.3 -228.2 2291.5 Earthquake

17 -7773.7 0.0 1.4 0.0 -63.8 -707.8 Earthquake

18 -9960.3 0.0 1.8 0.1 -82.5 -914.4 Earthquake

19 -8671.9 0.0 1.4 0.0 -68.9 -763.4 Earthquake

20 -8222.8 0.0 1.4 0.0 -66.4 -735.6 Earthquake

21 -10160.1 0.0 1.7 0.0 -81.9 -907.3 Earthquake

22 -6875.6 0.0 1.1 0.0 -54.6 -605.3 Earthquake

23 -6875.6 0.0 1.1 0.0 -54.6 -605.3 Earthquake

24 574.7 0.0 -1.3 3.9 -213.3 2301.6 Earthquake

Panel 1 Zone A

30-T16 @ 300 V.E.F 24-T16 Vert

T14 @ 300 H.E.F. T10 Ties @ 200


mm

Tangential Splice

As = 4825 mm2

Y: 12@80

Z: 2@276

86
H=240 cm :

LC N (kN) T (kNm) Vz (kN) My (kNm) Vy (kN) Mz (kNm) Load Type

1 -7912.4 0.0 1.7 0.3 -68.0 -828.1 Earthquake

2 -10141.7 0.0 2.2 0.4 -89.5 -1071.6 Earthquake

3 -8813.6 0.0 1.8 0.2 -67.1 -886.8 Earthquake

4 -8363.0 0.0 1.7 0.2 -67.5 -857.4 Earthquake

5 -10332.5 0.0 2.2 0.3 -82.9 -1057.2 Earthquake

6 -6987.9 0.0 1.4 0.2 -53.2 -703.1 Earthquake

7 -6987.9 0.0 1.4 0.2 -53.2 -703.1 Earthquake

8 873.1 0.0 -0.8 3.9 -258.2 2093.6 Earthquake

9 -7676.7 0.0 1.2 -3.1 -59.6 -824.2 Earthquake

10 -9839.3 0.0 1.6 -4.0 -78.0 -1066.5 Earthquake

11 -8551.9 0.0 1.2 -3.3 -61.0 -882.8 Earthquake

12 -8114.3 0.0 1.2 -3.2 -60.3 -853.5 Earthquake

13 -10025.3 0.0 1.5 -3.9 -74.2 -1052.3 Earthquake

14 -6780.4 0.0 1.0 -2.6 -48.3 -699.9 Earthquake

15 -6780.4 0.0 1.0 -2.6 -48.3 -699.9 Earthquake

16 334.9 0.0 -0.9 3.3 -231.6 1954.7 Earthquake

17 -7904.8 0.0 1.5 -7.5 12.5 -1077.1 Earthquake

18 -10135.1 0.0 1.9 -9.8 16.5 -1394.9 Earthquake

19 -8794.3 0.0 1.5 -7.9 12.5 -1149.6 Earthquake

20 -8349.5 0.0 1.5 -7.7 12.5 -1113.4 Earthquake

21 -10315.2 0.0 1.9 -9.5 15.4 -1372.5 Earthquake

22 -6972.6 0.0 1.2 -6.2 9.9 -911.5 Earthquake

87
LC N (kN) T (kNm) Vz (kN) My (kNm) Vy (kN) Mz (kNm) Load Type

23 -6972.6 0.0 1.2 -6.2 9.9 -911.5 Earthquake

24 819.8 0.0 -0.9 2.1 -211.5 1969.1 Earthquake

Panel 1 Zone A

30-T16 @ 300 V.E.F 24-T16 Vert

T14 @ 300 H.E.F. T10 Ties @ 200 mm

Tangential Splice

As = 4825 mm2

Y: 12@80

Z: 2@276

H=380 cm :

LC N (kN) T (kNm) Vz (kN) My (kNm) Vy (kN) Mz (kNm) Load Type

1 -446.4 0.0 -1.6 -0.1 -29.3 48.3 Earthquake

2 -571.8 0.0 -2.1 -0.1 -38.4 63.3 Earthquake

3 -498.9 0.0 -1.7 -0.1 -29.6 48.9 Earthquake

4 -472.7 0.0 -1.7 -0.1 -29.4 48.6 Earthquake

5 -584.1 0.0 -2.0 -0.1 -36.2 59.7 Earthquake

6 -395.5 0.0 -1.4 -0.1 -23.5 38.7 Earthquake

7 -395.5 0.0 -1.4 -0.1 -23.5 38.7 Earthquake

8 31.9 0.0 -4.0 6.7 -59.3 169.6 Earthquake

9 -454.0 0.0 -0.5 -1.2 -93.4 -159.9 Earthquake

88
LC N (kN) T (kNm) Vz (kN) My (kNm) Vy (kN) Mz (kNm) Load Type

10 -585.2 0.0 -0.6 -1.5 -121.9 -208.0 Earthquake

11 -494.1 0.0 -0.5 -1.2 -96.2 -167.4 Earthquake

12 -474.0 0.0 -0.5 -1.2 -94.8 -163.6 Earthquake

13 -584.9 0.0 -0.6 -1.5 -116.6 -201.5 Earthquake

14 -391.7 0.0 -0.4 -1.0 -76.3 -132.7 Earthquake

15 -391.7 0.0 -0.4 -1.0 -76.3 -132.7 Earthquake

16 62.4 0.0 -2.5 3.0 -43.7 203.1 Earthquake

17 -557.4 0.0 1.2 -2.3 -11.0 -530.9 Earthquake

18 -722.7 0.0 1.6 -3.0 -14.5 -691.3 Earthquake

19 -591.9 0.0 1.3 -2.4 -10.9 -553.1 Earthquake

20 -574.6 0.0 1.2 -2.4 -11.0 -542.0 Earthquake

21 -708.2 0.0 1.5 -2.9 -13.5 -667.3 Earthquake

22 -469.3 0.0 1.0 -1.9 -8.6 -438.6 Earthquake

23 -469.3 0.0 1.0 -1.9 -8.6 -438.6 Earthquake

24 38.9 0.0 -1.7 8.3 -27.9 236.0 Earthquake

Panel 1 Zone A

30-T16 @ 300 V.E.F 24-T16 Vert

T14 @ 300 H.E.F. T10 Ties @ 200 mm

Tangential Splice

As = 4825 mm2

Y: 12@80

Z: 2@276

89
Pour les voile de 60x500 cm2 :

H=300cm :

LC N (kN) T (kNm) Vz (kN) My (kNm) Vy (kN) Mz (kNm) Mres (kNm) Theta

1 (E) -12132.0 1.0 -12.1 10.5 701.1 8693.3 8693.3 90º

2 (E) -11734.1 1.0 -12.4 -29.4 748.8 7684.3 7684.3 90º

3 (E) -11722.0 1.0 -8.6 -61.5 762.7 7157.1 7157.3 90º

Panel 1 Zone A

20-T20 @ 356 V.E.F 12-T20 Vert

T16 @ 254 H.E.F. T10 Ties @ 203 mm

Tangential Splice

As = 3770 mm2

Y: 5@122

Z: 3@234

H=500cm :

LC N (kN) T (kNm) Vz (kN) My (kNm) Vy (kN) Mz (kNm) Mres (kNm) Theta

1 (E) -11267.9 1.0 -43.4 379.9 822.4 6565.9 6576.9 93º

2 (E) -11066.4 1.0 -46.2 121.6 779.2 5637.2 5638.5 91º

3 (E) -10949.2 1.0 -42.7 -132.5 736.1 4806.7 4808.5 88º

Panel 1 Zone A

20-T20 @ 356 V.E.F 12-T20 Vert

T16 @ 254 H.E.F. T10 Ties @ 203 mm

Tangential Splice

90
LC N (kN) T (kNm) Vz (kN) My (kNm) Vy (kN) Mz (kNm) Mres (kNm) Theta

As = 3770 mm2

Y: 5@122

Z: 3@234

H=327 cm :

LC N (kN) T (kNm) Vz (kN) My (kNm) Vy (kN) Mz (kNm) Mres (kNm) Theta

1 (E) -10485.9 1.0 -41.0 323.0 739.6 4384.9 4396.8 94º

2 (E) -10353.6 1.0 -41.7 173.2 686.4 4050.7 4054.4 92º

3 (E) -10274.7 1.0 -45.3 24.0 621.5 3737.0 3737.1 90º

Panel 1 Zone A

20-T20 @ 356 V.E.F 12-T20 Vert

T16 @ 254 H.E.F. T10 Ties @ 203 mm

Tangential Splice

As = 3770 mm2

Y: 5@122

Z: 3@234

H=173 cm :

LC N (kN) T (kNm) Vz (kN) My (kNm) Vy (kN) Mz (kNm) Mres (kNm) Theta

1 (E) -10226.0 1.0 -43.0 43.0 557.4 3220.3 3220.5 91º

2 (E) -10180.1 1.0 -53.2 -45.8 685.9 3543.8 3544.1 89º

3 (E) -10060.8 1.0 -58.6 -119.8 785.1 2973.9 2976.3 88º

Panel 1 Zone A

91
LC N (kN) T (kNm) Vz (kN) My (kNm) Vy (kN) Mz (kNm) Mres (kNm) Theta

20-T20 @ 356 V.E.F 12-T20 Vert

T16 @ 254 H.E.F. T10 Ties @ 203 mm

Tangential Splice

As = 3770 mm2

Y: 5@122

Z: 3@234

H =240 cm :

LC N (kN) T (kNm) Vz (kN) My (kNm) Vy (kN) Mz (kNm) Mres (kNm) Theta

1 (E) -9477.9 1.0 -99.7 340.0 643.0 3086.5 3105.2 96º

2 (E) -9755.7 1.0 -93.3 79.2 590.8 2706.3 2707.4 92º

3 (E) -9401.0 1.0 -100.4 -177.4 634.7 2923.1 2928.5 87º

Panel 1 Zone A

18-T20 @ 406 V.E.F 12-T20 Vert

T16 @ 254 H.E.F. T10 Ties @ 203 mm

Tangential Splice

As = 3770 mm2

Y: 5@122

Z: 3@234

H=380cm :

LC N (kN) T (kNm) Vz (kN) My (kNm) Vy (kN) Mz (kNm) Mres (kNm) Theta

1 (E) -613.9 1.0 -98.0 297.6 193.4 446.2 536.3 124º

92
LC N (kN) T (kNm) Vz (kN) My (kNm) Vy (kN) Mz (kNm) Mres (kNm) Theta

2 (E) -500.9 1.0 -102.7 -65.0 182.9 347.0 353.1 79º

3 (E) -370.3 1.0 -102.2 -391.7 174.5 256.7 468.3 33º

Panel 1 Zone A

18-T20 @ 406 V.E.F 12-T20 Vert

T16 @ 254 H.E.F. T10 Ties @ 203 mm

Tangential Splice

As = 3770 mm2

Y: 5@122

Z: 3@234

93
Pour les voiles L 300x400 :

H=300cm :

LC N (kN) T (kNm) Vz (kN) My (kNm) Vy (kN) Mz (kNm) Load Type

1 -572.2 0.0 80.8 198.3 -45.7 -67.6 Earthquake

2 -717.1 0.0 105.2 258.2 -59.0 -86.6 Earthquake

3 -694.1 0.0 84.3 206.9 -49.3 -75.3 Earthquake

4 -633.1 0.0 82.6 202.6 -47.5 -71.4 Earthquake

5 -785.7 0.0 101.7 249.5 -58.5 -88.3 Earthquake

6 -550.3 0.0 66.9 164.1 -39.1 -59.7 Earthquake

7 -550.3 0.0 66.9 164.1 -39.1 -59.7 Earthquake

8 24.2 0.0 -13.6 18.3 -98.5 308.2 Earthquake

9 -454.7 0.0 79.5 -86.2 -46.4 29.2 Earthquake

10 -576.1 0.0 103.5 -112.1 -60.4 37.8 Earthquake

11 -529.9 0.0 83.0 -90.2 -48.6 30.9 Earthquake

12 -492.3 0.0 81.2 -88.2 -47.5 30.1 Earthquake

13 -609.7 0.0 100.0 -108.6 -58.5 37.0 Earthquake

14 -420.2 0.0 65.8 -71.5 -38.6 24.5 Earthquake

94
LC N (kN) T (kNm) Vz (kN) My (kNm) Vy (kN) Mz (kNm) Load Type

15 -420.2 0.0 65.8 -71.5 -38.6 24.5 Earthquake

16 20.8 0.0 -13.4 19.8 -96.7 194.3 Earthquake

17 -318.7 0.0 101.6 -359.1 -36.3 180.6 Earthquake

18 -409.1 0.0 132.2 -467.4 -47.1 234.1 Earthquake

19 -352.8 0.0 106.2 -375.3 -38.4 192.2 Earthquake

20 -335.8 0.0 103.9 -367.2 -37.4 186.4 Earthquake

21 -414.7 0.0 127.9 -452.2 -46.0 229.7 Earthquake

22 -279.7 0.0 84.2 -297.5 -30.5 152.3 Earthquake

23 -279.7 0.0 84.2 -297.5 -30.5 152.3 Earthquake

24 25.0 0.0 -6.2 36.1 -88.2 77.6 Earthquake

Panel 1 Panel 2 Zone A Zone B Zone C

8-T20 @ 300 V.E.F 14-T12 @ 406 V.E.F 8-T14 Vert 20-T14 Vert 10-T20 Vert

T20 @ 250 H.E.F. T20 @ 406 H.E.F. T10 Ties @ 203 mm T10 Ties @ 203 mm T10 Ties @ 203 mm

Tangential Splice Tangential Splice Tangential Splice

As = 1232 mm2 As = 3079 mm2 As = 3142 mm2

Y: 4@152 Y: 4@152 + 3@133 Y: 3@130

Z: 2@116 Z: 2@116 + 2@152 Z: 4@152

H=500cm :

Panel 1 Panel 2 Zone A Zone B Zone C

8-T20 @ 300 V.E.F 14-T12 @ 406 V.E.F 8-T14 Vert 20-T14 Vert 10-T20 Vert

T20 @ 250 H.E.F. T20 @ 406 H.E.F. T10 Ties @ 203 mm T10 Ties @ 203 mm T10 Ties @ 203 mm

Tangential Splice Tangential Splice Tangential Splice

95
Panel 1 Panel 2 Zone A Zone B Zone C

As = 1232 mm2 As = 3079 mm2 As = 3142 mm2

Y: 4@152 Y: 4@152 + 3@133 Y: 3@130

Z: 2@116 Z: 2@116 + 2@152 Z: 4@152

H=327cm :

Panel 1 Panel 2 Zone A Zone B Zone C

8-T20 @ 300 V.E.F 14-T12 @ 406 V.E.F 8-T14 Vert 20-T14 Vert 10-T20 Vert

T20 @ 250 H.E.F. T20 @ 406 H.E.F. T10 Ties @ 203 mm T10 Ties @ 203 mm T10 Ties @ 203 mm

Tangential Splice Tangential Splice Tangential Splice

As = 1232 mm2 As = 3079 mm2 As = 3142 mm2

Y: 4@152 Y: 4@152 + 3@133 Y: 3@130

Z: 2@116 Z: 2@116 + 2@152 Z: 4@152

H=173cm :

Panel 1 Panel 2 Zone A Zone B Zone C

8-T20 @ 300 V.E.F 14-T12 @ 406 V.E.F 8-T14 Vert 20-T14 Vert 10-T20 Vert

T20 @ 250 H.E.F. T20 @ 406 H.E.F. T10 Ties @ 203 mm T10 Ties @ 203 mm T10 Ties @ 203 mm

Tangential Splice Tangential Splice Tangential Splice

As = 1232 mm2 As = 3079 mm2 As = 3142 mm2

Y: 4@152 Y: 4@152 + 3@133 Y: 3@130

Z: 2@116 Z: 2@116 + 2@152 Z: 4@152

96
H=240cm :

Panel 1 Panel 2 Zone A Zone B Zone C

8-T20 @ 300 V.E.F 14-T12 @ 406 V.E.F 8-T14 Vert 20-T14 Vert 10-T20 Vert

T20 @ 250 H.E.F. T20 @ 406 H.E.F. T10 Ties @ 203 mm T10 Ties @ 203 mm T10 Ties @ 203 mm

Tangential Splice Tangential Splice Tangential Splice

As = 1232 mm2 As = 3079 mm2 As = 3142 mm2

Y: 4@152 Y: 4@152 + 3@133 Y: 3@130

Z: 2@116 Z: 2@116 + 2@152 Z: 4@152

H=380 cm :

Panel 1 Panel 2 Zone A Zone B Zone C

8-T20 @ 300 V.E.F 14-T12 @ 406 V.E.F 8-T14 Vert 20-T14 Vert 10-T20 Vert

T20 @ 250 H.E.F. T20 @ 406 H.E.F. T10 Ties @ 203 mm T10 Ties @ 203 mm T10 Ties @ 203 mm

Tangential Splice Tangential Splice Tangential Splice

As = 1232 mm2 As = 3079 mm2 As = 3142 mm2

Y: 4@152 Y: 4@152 + 3@133 Y: 3@130

Z: 2@116 Z: 2@116 + 2@152 Z: 4@152

97
Dispositions constructives :

Un chainage de plancher doit être établi :

En ceinturage de façade : A = 1.5 cm2 (4 aciers HA 10)

Au croisement de chaque mur : A=0.28 L avec un plancher étant la largeur de plancher s


reportant sur le mur.

La section du chainage est constituée des aciers situes dans le volume commun et dans la
partie de plancher limitée de part et d’autre du mur a quatre fois l’épaisseur du plancher. Ces
armatures doivent être ancrées a partir des extrémités des murs et présenter les
recouvrements nécessaires à la continuité.

Dans le PS 92 Article 11.4.3, on donne :

A chaque extrémité de mur est prévu un chaînage vertical (CV) en acier Fe E 500 ainsi qu'au
droit de toute ouverture et de chaque intersection de murs. Ces chaînages sont disposés de la
manière suivante :

- Tous les chaînages verticaux sont continus sur toute la hauteur de l'étage, de plancher à
plancher et se recouvrent d'étage à étage avec acier de couture au droit des recouvrements.
- Les chaînages horizontaux (CH) des planchers sont continus.
- Les chaînages des linteaux (CL) sont constitués en acier Fe E 500 et ancrés de 50 diamètres

Les chaînages minimaux des zones courantes d'un mur principal sont :

- CV : quatre armatures Ø 10 à haute adhérence (HA) avec des armatures transversales


constituées de cadre en Ø 6 espacés d'au plus de 10 cm.

- CL : deux armatures Ø 10 HA.

Au niveau le plus bas du bâtiment et sur une hauteur d'étage on dispose les chaînages
minimums verticaux CV suivants aux bords de chaque trumeau :

-CV : quatre armatures HA Ø 12 ligaturées avec des armatures transversales en Ø 6 espacés de


10 cm au plus.

98
Chapitre VII : Etude Du Radier
I. Introduction :

Les fondations d’une structure sont constituées par les ouvrages de transition entre les éléments
porteurs et le sol sous-jacent.

Elles sont essentiellement de deux ordres :

 Reprendre les charges et les surcharges supportées par la structure


 Transmettre ces charges et surcharges au sol dans de bonnes conditions, de façon à assurer la
stabilité de l’ouvrage.

Les massifs de fondation doivent être établis de telle sorte qu’ils soient stables, c’est-à-dire, qu’ils ne
donnent lieu ni à des tassements ni à des glissements sous l’action des efforts qu’ils supportent.

Le terrain d’assise ne doit pas tasser sous les massifs de fondation. Dans la pratique, ces tassements
peuvent être de l’ordre de 5 à 25 mm

Pour éviter ce phénomène, il faut toujours adapter les massifs de fondation a la nature du terrain et au
type de l’ouvrage à supporter.

Dans notre projet, nous avons recours à un radier. Le radier est une fondation continue sous tout le
bâtiment. La solution de fondations par radier général est en principe adoptée quand la construction peut
être fondée sur une couche de terrain rencontrée a une profondeur généralement faible en dessous du
niveau inférieur des sous-sol et quand la répartition de l’ensemble des charges sur la totalité de la surface
occupée en plan par la construction conduit à une pression voisine de celle qui est admissible sur la couche
de terrain considérée.

Le radier répartissant les charges sur un sol a faible capacité portante. Ce cas rencontre quand la
superficie totale des semelles isolées prévues dépasse de 50% la superficie du sol de fondation,

Ayant un sol de faible capacité portante, de grandes charges et des semelles rapprochées, on opte
pour la construction d’un radier. Le radier sera étudié comme un plancher industriel renversé appuyé sur
les poteaux et soumis à la réaction du sol comme chargement. On l’étudie :

99
 Soit en plancher industriel avec des poutres et des panneaux de dalle
 Soit on l’étudie en planche-dalle (ce n’est autre que l’application de la théorie des plaques.
Il est conseillé de prévoir des petits débords sur le périmètre du radier pour assurer la condition de
compression des bielles en ancrant suffisamment les armatures.

Fig10-Plan du sous-sol B3

II. Predimensionnement du radier :


En estimant que la superficie des semelles isolées est supérieure à la moitié de la superficie totale
du bâtiment et comme on a de grandes charges appliquées , il est indispensable d’avoir recours à
un radier ( mat foundation ) qui est un plancher qui relie toutes les colonnes dans tous les sens.
On a S = 518m2.
Le calcul de radier sera faite sur robot.

100
1. Nature du radier :

1.75
Pourque le radier soit rigide , il faut que  < avec ,
L
B K s
4
4EI

où ,
Ks : cœfficient de déformation du sol = 40 × SF × qa ( KN/m3) .
B : largeur de la bande étudiée .
SF : facteur de sécurité
1.7 < SF < 3 pour un radier
qa : contrainte admissible au sol .
E : module d’élasticité du béton de fondation .
I : inertie de la bande étudiée
Bh 3
I= où h est l’épaisseur du radier .
12
L : entre distance des colonnes .

Soit SF = 2
qa = 4.2 Kg/cm2 = 420 KN/m2
 Ks = 40 × 3 × 420 = 33600 KN/ m3
f 'c
E = Ec = 15100 = 282 105 KN/m2

Pour h = 100 cm , on a
I = 0.083 m4
L = 6.7 m

1.75
  = 0.24 < = 0.26 le radier est rigide
6 .7

101
2. Calcul des moments sollicitant :
Le radier sera modélise sur le logiciel ROBOT, afin d’en tirer les moments et le ferraillage. Notre radier
a une épaisseur de 1 m. Ainsi que les contraintes en chaque point du radier sont déterminées.

Moments suivants xx :

Moment suivant yy :

102
Vérification à l’ELS :

Suivant xx :

Suivant yy :

0.38 < 0.4 donc la condition est vérifiée à l’état limite de service.

103
Vérification à l’ELU :

Suivant xx :

Suivant yy :

0.52 <1.5 x 0.4 = 0.6 donc la condition est vérifiée.

104
3. Vérification du Radier au poinçonnement et à l’effort tranchant :

Vérification vis-à-vis de l’effort tranchant :

Suivant la section 11.12.3.2 de l’ACI Code :

Dans le cas d’une charge localisée éloignée des bords de la dalle, on admet qu’aucune armature d’effort
tranchant n’est requise, si la condition suivante est satisfaite :

Vu < ØVc
Vu < Øx2x0.265x xbxd

Contrainte excercee par toutes les charges au-dessus de la base de la semelle :


Q1 = SIDL + LL
= 0.68 T/m2
σ sol adm = σ a - Q1 = 41 T/m2

BxL = avec BxL : dimensions de la semelle


Pserv = charge de service appliquee sur le poteau
Dans notre cas, Pserv = charge appliquee sir le poteau B
= 17.81 T
Semelle a debord constant ,donc :
BxL = (b + 2e)(l + 2e) avec : b,l = dimensions du poteau

D’où on tire : e = 12.5 cm


Qu net = = = 0.0045 T/m2

Avec Pu = charge ultime dur le poteau B

Vu = Qu net x100xl
= 5.6 T
ØVc = 0.75x2x0.265x x100x90
= 66.9 T

Vu < ØVc
Donc la verification a l’effort tranchant a été verifiee.

105
Vérification vis-à-vis du poiconnement :

Resistance du beton au poinconnement :

Vc = ( 2 + )x0.265x xb0xd < 4x0.265x xb0xd


Avec :  c = = =3
B0 : perimetre cisaille
B = 2 [(l+d)(b+d)]
= 560 cm

D’où : ØVc = 624 T

Two way shear :


Vu = Qu net x ( BxL – (l+d)(b+d) )
= 0.0045 x 3125 cm2
Vu = 14.1 T

Comme Vu < ØVc , donc la resistance au poinconnement est verifiee.

4. Feraillage :

Armature minimale :

La section A.4.2 du code B.A.E.L.91 spécifie que :

Dans le cas de la flexion simple on peut prendre comme bras de levier 0.9d, on obtient pour une section
rectangulaire simplement fléchie, de largeur b, armée d’une section As la condition :

0.23  Ftj
 Amin Ft
Fe  0.23 28
=> bd Fe
Avec
As

bd
106
Armatures principales superieures :

Le calcul s’effectue pour une bande de 1m d’épaisseur 100cm d’où :


b =100cm
d = 0.9 h = 90 cm

La section d’aciers est donnée par ROBOT dans les 2 directions X et Y, les détails de ferraillage sont
présentés dans les plans de ferraillage.

Suivant la direction X :

107
Suivant la directionY :

Armatures inferieures principales :


Suivant la direction X :

108
Suivant la direction Y :

Armature supplementaires sur les appuis :

Des armatures supplémentaires sont prises sur les appuis dans les deux directions dans le cas où le
moment sollicitant est supérieur au moment repris par les armatures principales.

Le ferraillage sur les appuis dans le cas de la présence de la section d’acier supérieur à 20 cm2 est
évoqué en détail dans les plans de ferraillage présentés.

Ancrage et armatures d’attente :

Aux jonctions des points d’appui avec les semelles de fondation, on vérifie les conditions de
transmission des efforts des points d’appui aux semelles et notamment les conditions d’ancrages des
barres.

Dans le cas où les poteaux de la structure sont sollicités au niveau supérieur des semelles par des
moments fléchissants susceptibles de déterminer des efforts de traction sur une ou plusieurs faces, on est
souvent conduit à retourner horizontalement les barres longitudinales des poteaux en les croisant à la
partie inférieure des semelles.

109
5. Verification du tassement du radier :

Le tassement maximal de notre radier est de 1.3 cm < tassement maximal.

6. Reaction du sol :

La reaction du sol etant partout positive, donc le sol est toujours comprime, donc c’est verifie .

110
Chapitre VIII : Etude Economique

I. Dalle Pleine :

Le calcul du ferraillage de la dalle d’épaisseur 30 cm étant fait, l’étude économique est ainsi munie de
la dalle du rez de chaussée de surface 875 m2. La quantité d’armatures totales utilisée est déterminée
(aciers inferieurs, supérieurs, supplémentaires) de même que la quantité du béton coulé.

Au début les avantages des dalles pleines sont indiqués ainsi que les désavantages :

 Les Avantages :

 épaisseur moindre, charges (très) supérieures aux poutrelles-hourdis en fonction du ferraillage,


mise en œuvre rapide. Simple ragréage avant peinture.
 Pouvoir établir un projet sans se soucier de la distribution interne des locaux
 La présence d’une charge concentrée importante qui risque de poinçonner plus facilement le
plancher à corps creux
 La rigidité du plancher dalle qui est nettement avantageuse dans les études de distribution des
efforts horizontaux entre les éléments verticaux de contreventement.
 Sous face plane, sans enduit avec coffrage lisse.
 Les Désavantages :

 Difficulté de l’exécution, la pose du ferraillage est complexe et les calculs et l’étude sont longs et
complexes.
 L’excès du poids qui va à l’encontre des études sismiques
 La barrière acoustique n’est pas parfaite, la barrière thermique est acceptable, l’étanchéité est
bonne.
 Matériel onéreux (étais, contreplaqué, poutrelles bois en I en grand nombre) quantité de béton
accrue nécessitant un moyen de levage pour des coulages économiques au camion-toupie voire
une centrale sur le chantier, si l'on veut éviter le recours très onéreux au béton pompé (volumes
importants!). Haute qualification de la main d'œuvre (coffreurs, ferrailleurs)

111
II. Dalle Nervurée:

Le calcul du ferraillage de la dalle d’épaisseur 35 cm étant fait, l’étude économique est ainsi munie de
la dalle du rez de chaussée de surface 875 m2. La quantité d’armatures totales utilisée est déterminée de
même que la quantité du béton coulée.

Au début les avantages des dalles nervurées sont indiqués :

 Les Avantages :

L’intérêt de faire une dalle en corps creux au lieu de la dalle pleine, c’est de réduire son poids propre et
par conséquent on peut faire de portée plus importante.

La dalle en corps creux à l’avantage d’avoir une hauteur (épaisseur) relativement importante pour
résorber les efforts intérieurs de flexion d’une part, et un poids réduit par la présence de corps creux.

Pour des petites portées en peut faire des dalles pleines.

 Excellente barrière acoustique provoquée par le vide des corps creux. Il y a une conductance
thermique nettement plus faible qu’un plancher plein de mémé épaisseur.
 Du point de vue poids, il présente pour une même épaisseur une réduction de poids :
- 20 cm plein : 500 Kg/m2
- 20 cm creux : 325 Kg/m2

112
Chapitre IX : Précontrainte

I. Historique :

Les premières réalisations de structures précontraintes par post-tension sont européennes dans les
années 1920-1930, mais c’est aux USA et en Australie que le développement de la précontrainte dans le
bâtiment a connu son plus grand essor dès les années 60. Les avantages apportés par cette technique ont
rapidement été mis en évidence et amélioré grâce aux efforts développés par les entreprises dans la
recherche et le développement de méthodes efficaces encadrées par l’édition de recommandations
techniques. En quelques années, plusieurs dizaines de millions de m² de planchers post-contraints ont été
construits sur le seul territoire des USA.
En France, c’est dans les années 70-80 que la précontrainte a réellement commencé à faire son
apparition dans les planchers de bâtiment comme adaptation des techniques employées dans les ouvrages
d’art.
À ce jour, de nombreuses applications ont été réalisées en France ; cependant, celles-ci ont souvent
été initiées du fait des limites techniques du béton armé plutôt qu’en réponse à une volonté
d’optimisation des structures.

II. Définition :
Le béton possède des propriétés mécaniques intéressantes en compression alors que la résistance en
traction est limitée et provoque rapidement sa fissuration et sa rupture. Ainsi le béton armé fissuré ne fait
qu'enrober les armatures mais ne participe pas à la résistance. Il pèse presque inutilement... Lorsque les
sollicitations deviennent très importantes, l'alourdissement de la section de béton armé devient prohibitif
(en général au-delà de 25 m de portée pour une poutre). C'est ainsi qu'il devient intéressant de créer une
compression initiale suffisante pour que le béton reste entièrement comprimé sous les sollicitations ; ainsi
toute la section du béton participe à la résistance: c'est le principe du béton « précontraint ».

Le béton « précontraint » est une technique mise au point par Eugène Freyssinet en 1928 et testée sur
des poteaux préfabriqués destinés au support de câbles électriques. Ultérieurement, le champ
d'application du béton précontraint s'est considérablement élargi. Le béton précontraint convient aussi
bien à des petites dalles préfabriquées qu'à des ouvrages de très grandes portées (100 mètres ou plus).

Il définissait ainsi la précontrainte: « Précontrainte une construction, c’est la soumettre avant


application des charges à des forces additionnelles déterminant des contraintes telles que leur
composition avec celles qui proviennent des charges donne en tout point des résultantes inférieures aux
contraintes limites que la matière peut supporter indéfiniment sans altération. »

113
Lorsque le béton précontraint subit des sollicitations de signe opposé à la précontrainte, le béton se
décomprime ; les variations de tensions dans les armatures sont quasiment négligeables compte tenu de la
forte inertie de la section de béton rapportée à celles des aciers. En pratique, les règlements modernes
(BPEL, Euro codes) autorisent de légères décompressions du béton sensiblement dans la limite de sa
résistance en traction. Les aciers utilisés pour la mise en compression du béton sont des câbles (à torons)
ou des barres de très haute résistance à la rupture.

Selon que cette tension appliquée aux armatures est effectuée avant la prise complète du béton ou
postérieurement à celle-ci, on distingue la précontrainte par

« Pré-tension » et la précontrainte par « post-tension ».

Dans la « pré-tension » (le plus souvent utilisée en bâtiment), les armatures sont mises en tension
avant la prise du béton. Elles sont ensuite relâchées, mettant ainsi le béton en compression par simple
effet d'adhérence. Cette technique ne permet pas d'atteindre des valeurs de précontrainte aussi élevées
qu'en post-tension.

La « post-tension » consiste à disposer les câbles de précontrainte dans des gaines incorporées au
béton. Après la prise du béton, les câbles sont tendus au moyen de vérins de manière à comprimer
l'ouvrage au repos. Le câbles transmettent leur tension au béton et le transforment en béton précontraint.
Il existe deux types de précontrainte par post-tension:
– intérieure au béton;
– extérieure au béton.
La précontrainte extérieure présente de nombreux avantages, notamment l’allégement des structures
par réduction de sections, la facilité de mise en œuvre et surtout les possibilités de remplacement des
câbles endommagés ou de renforcement de structures soumises à des charges accrues.
78 Cette technique, relativement complexe, est généralement réservée aux grands ouvrages (ponts)
puisqu'elle nécessite la mise en œuvre d'encombrantes « pièces d'about » (dispositifs mis en place de part
et d'autre de l'ouvrage et permettant la mise en tension des câbles).

114
N.B : Les ancrages de précontrainte constituent un organe essentiel puisqu’ils permettent d’assurer le
maintien de l’effort de précontrainte dans les armatures après la mise en tension. Dans la plupart des
systèmes de précontrainte, le blocage des armatures par rapport à l’ancrage est obtenu par frottement
(clavetage dans une pièce conique).

Dans tous les cas, l’effet de la précontrainte agit un peu comme la pression exercée par les mains aux
extrémités d’une rangée de livres que l’on soulève ensemble. Bien que les livres du centre ne soient pas
supportés directement, l’ensemble de la rangée reste solidaire

L'équilibre des efforts est obtenu par un tracé judicieux des câbles de précontrainte sur l'ensemble de
la poutre ou de l'élément concerné de telle sorte que les sections de béton restent (quasiment)
entièrement comprimées sous l'effet des différentes actions.

Par exemple, au milieu d'une poutre isostatique, à vide, la précontrainte sera conçue de telle sorte que
la contrainte du béton soit maximale en fibre inférieure et minimale en fibre supérieure (dans ces
conditions, une contre-flèche peut apparaître à vide). Une fois la poutre soumise à sa charge maximale, la
précontrainte en fibre inférieure sera presque annulée par la tension de charge, alors que dans la partie
supérieure la compression sera largement plus importante que dans une poutre en béton armé classique.

Une fois l’ouvrage en service, ce gain en compression va s’opposer aux contraintes de traction créées
par les charges appliquées à l’ouvrage (poids propre, charge d’exploitation, charge climatique, etc.). Le
béton, matériau qui présente une faible résistance à la traction, se trouve ainsi utilisé au mieux de ses
possibilités en ne travaillant qu’en compression.

N.B : Selon l’Euro code 2, le procédé de précontrainte consiste à appliquer des forces à la structure en
béton par la mise en tension d’armatures par rapport à l’élément en béton. Le terme « précontrainte » est
utilisé globalement pour désigner l’ensemble des effets permanents de ce procédé qui comportent des
efforts internes dans les sections et des déformations de la structure

115
III. Avantages du béton précontraint :
Ce béton offre une excellente résistance à la fissuration et il n’y a pas de corrosion des aciers. De
surcroît sa mise en œuvre est rapide et des économies de béton ont été observées. De plus le béton
précontraint est plus rigide que le béton armé ainsi les poutrelles ne se déforment pas. Les limites
habituelles d’un plancher en béton précontraint sont plus élevées qu’un plancher en béton armé.

La précontrainte permet d’augmenter encore la résistance des pièces en béton, et d’allonger la portée
des éléments porteurs.

En résumé donc :

 Il ne se fissure pas (béton comprimé)


 Il supporte les fortes charges et franchit de plus grandes portées
 Il est plus économe à la mise en œuvre : moins de béton et moins d’acier, pas de bois de coffrage,
rapidité de mise en œuvre.
 Il apporte sécurité et garantie : fabrication industrielle selon les normes, autocontrôle journalier...
 Il est rigide et léger : plancher moins épais, étaiement réduit, produit peu fragile adapté aux
conditions de chantier

IV. Précontrainte par Post-tension:


1. Pourquoi la précontrainte en Post tension pour les bâtiments :
Les contraintes, les flèches induites par le poids propre et partiellement les charges d’exploitations
sont compensées par celles générées par la courbure des câbles noyés dans l’épaisseur des dalles.
En fonction du besoin, il est possible d’agir sur de nombreux paramètres : l’effort dans les câbles, leur
courbure et leur espacement. Il est en particulier possible d’améliorer notablement la capacité portante
des planchers par l’application de ce principe dans deux directions perpendiculaires et de cette manière
permettre une meilleure utilisation des caractéristiques isotropes du béton.
La post-contrainte est aussi un acteur efficace du développement durable Les études de l’impact de la
construction d’un bâtiment sur l’environnement montrent que c’est la réduction des quantités de
matériaux mis en œuvre (béton, acier…) qui est la principale source de diminution de l’impact CO2 et des
économies d’énergie.
L’énergie utilisée pour la production des torons à haute limite élastique est largement compensée par
des performances trois fois plus élevées. De ce point de vue, l’utilisation de la post-tension se révèle
particulièrement respectueuse de l’environnement.
L’utilisation de la précontrainte permet en particulier :

116
 La suppression des retombées de poutre si nécessaire, un nombre de poteaux ou piliers réduits
grâce à de plus grandes portées ; ces deux possibilités permettent une augmentation de l’espace
disponible et facilitent grandement le passage des réseaux, des véhicules…
 une plus grande liberté d’agencement des plateaux qui peuvent être distribués à volonté et suivant
les époques en vastes bureaux, en logements évolutifs ou simplement en aire de stockage ;
 une annulation des flèches en service courant ;
 une réduction voire la suppression de joints de retrait pour les dallages ;
 des économies directes de matériaux et de coûts induits ;
 des économies indirectes sur les éléments porteurs et fondations souvent associées à :
− Un gain de hauteur de l’ouvrage qui peut se traduire par une augmentation du nombre de niveaux,
− Une diminution et une simplification des fondations (réalisation hors nappe phréatique),
− La réduction ou la suppression des joints de dilatation,
− La qualité du parement en sous face du plancher,
− Des délais de livraison réduits et une compétitivité financière globale accrue.

2. Pré-dimensionnement des dalles précontraintes par post-tension

On distingue trois types de dalles précontraintes :


 les planchers-dalles (flat-slab) reposant directement sur les poteaux sans aucune poutre, avec ou
sans chapiteau ;
 les dalles reposant sur des files de poutres parallèles dans une seule direction ;
 les dalles reposant sur des files de poutres parallèles dans deux directions perpendiculaires.
Nous allons étudier le premier type.
Pour le pré dimensionnement de la dalle du rez de chaussée, nous avons utilisé la méthode de
portique équivalent (Equivalent Frame Approach) qui est la plus recommandée d’après le code ACI.
Dans cette méthode, la structure tridimensionnelle est représentée par une série de portiques
bidimensionnels qui sera analysée. Ces portiques seront centres sur les fils de colonnes longitudinalement
et transversalement, respectivement sur toute la structure. Chaque portique consiste d’une bande de
colonne (Column Strip) et une bande de la dalle (Mid Strip)
Donc le portique équivalent sera formé de trois parties :
 Toute la bande horizontale (Column + Mid Strip)
 Les colonnes ou autres éléments porteurs en dessous et en dessus de la dalle
 Les éléments de la structure qui assurent la transmission des charges entre les éléments
horizontaux et verticaux.
La transmission du moment entre ces éléments dépend de leur connexion et de leur flexibilité et
rigidité relatif.
En général, la résistance rotationnelle des colonnes doit être prise en compte. Pour cela une colonne
équivalente est considérée. Elle est constituée des colonnes dessus et dessous la dalle et un élément de
torsion transversal a la direction où les moments sont calculés. Cet élément de torsion aura une section
constante consistant à la largeur de la portion de la dalle ayant une largeur égale à celle de la colonne.
117
Donc d’après le code ACI section 13.7.4, la flexibilité de la colonne équivalente sera égale à la somme
des flexibilités des colonnes au-dessus et au-dessous et de l’élément de torsion, c’est-à-dire :

Avec : K ec =Rigidité à la flexion de la colonne équivalente.


Kc = Rigidité a la flexion de la colonne actuelle = 4 E c I/L
Kt = Rigidité de torsion de l’élément de torsion

Avec : E c s= Module d’élasticité de la dalle


L2 = Largeur de la dalle équivalente ou la longueur de la travée transversale à L 1
L1= Longueur de la travée dans la direction ou les moments sont calculés
C2 = Largeur de la colonne transversale a L1
C = Constante de l’élément de torsion = ( )
Ou X et Y sont respectivement la plus petite et la plus grande dimension de chaque partie rectangulaire
étudiée.

Fig 15 : Portique équivalente Fig 16 : Elément de torsion

118
Fig 17 : Slab Strip
Donc ayant la rigidité de la colonne équivalente et de la dalle, le portique pourra être analysé par une
méthode acceptable comme la méthode de distribution des moments (Moment Distribution Méthod)

La bande de la colonne (Column Strip) aura une largeur de chaque côté de la colonne égale à L 1/4 ou
L2/4.
Pour les dalles ayant une longueur / largeur < 1.33 comme notre cas, la distribution des tendons sera
comme suit :
Ayant des travées continues : 65 à 75 % des tendons seront mis dans « Column Strip » et le reste dans
« Middle Strip ».On prend 65 %.

 Epaisseur de la dalle :

L/h pour la dalle portant dans les deux sens ayant une charge d’exploitation d’ordre de 25 KN/m2
est compris entre 40 et 55. On prend 40.Donc on aura une épaisseur de 30 cm.

 Critère de Feu :

Les épaisseurs recommandées varient entre 7.5 et 17.5 cm pour la résistance au feu variant de 1h à
4h.

 Contraintes admissibles :
Quand on utilise la méthode du portique équivalent, les contraintes suivantes sont
recommandées :

Compression dans le béton < 0.3 f ’c


Tension dans le béton sur les dalles
- Pour les moments positifs sans addition d’armatures < -2

119
- Pour les moments positifs avec addition d’armatures < -6
- Pour les moments négatifs sans addition d’armatures < 0
- Pour les moments négatifs avec addition d’armatures < -6

 Moment nominal de calcul :


Il faut s’assurer que :

Le moment nominal = Φ x f’c x b x d2 x q x (1-0.59q) > Moment de fissuration.

Si dans les zones des moments positifs sans addition d’armatures, la contrainte de tension excède l -2
√ l, on a besoin d’armatures avec :
Ou N c est la force de tension dans le béton.
Dans les zones des moments négatifs sur les appuis, la quantité minimale d’armature à
ajouter sera égale à : 0.00075 h x l

Ces armatures seront distribuées dans une dalle ayant comme côté 1.5 h de la face de la colonne.
L’espacement de ces armatures ne doit pas excéder 30 cm et ont une longueur égale au moins 1/6 de la
travée.

 Vérification à l’effort tranchant :

Effort tranchant du type poutre : La dalle est considérée comme poutre, la première zone critique sera à
une distance h/2 de la face de la colonne et ne doit pas excéder Φvc, sinon on aura besoin d’armatures
pour l’effort tranchant.

Punching Shear : La section critique sera prise sur la périphérie distante de d/2 de la colonne. L’effort de
poinçonnement maximal dans le béton :

V c = 3.5 + 0.3 σ g + V p/ (b0 d).

σ g est la contrainte moyenne de pré compression dans la direction du moment transféré.

Vp/ (b0 d) est petite et de l’ordre de 15 psi.

Vu = Max

120
γ = 1-

A c est la surface de la section critique : A c =2(c1+c2 + 2 d) d

Moment d’inertie polaire : Jc =

C3=C4 = (c1+d)/2

Fig 18 : Shear Stress Distribution

 Déflection :
La déflection est due seulement aux charges d’exploitation à cause de l’équilibre des charges
permanentes.

Selon Timoshenko et Woinowsky-Krieger :

∆i = K

∆i est la déflection instantanée


K le coefficient dépendant de la/lb et le coefficient de Poisson du béton = 0.11

La flèche à long terme = 2 x La flèche instantanée.

Dans les tableaux suivant, le calcul détaillé de la dalle précontrainte dans les deux sens est
présenté.

121
V. Modelisation sur « SAFE » :

1. Model Definition :

Figure 13:finite element model sur SAFE

122
2. Model properties :
This section provides model properties, including items such as material properties, section properties,
and support properties.

2.1. Material properties

Table 3: Material Properties 03 – Concrete

Material E U A UnitWt Fc LtWtCon


c
N/mm2 1/C kN/m3 N/mm2
5000Psi 27789.38 0.200000 9.9000E- 2.3563E+ 34.47379 No
133 06 01
C30 26667.31 0.200000 9.9000E- 2.3563E+ 30.00000 No
234 06 01

Table 4: Material Properties 04 – Rebar

Material E UnitWt Fy Fu
N/mm2 kN/m3 N/mm2 N/mm2
CSA- 200000 7.6973E+ 400.0000 500.0000
G30.18Gr40 01 0 0
0

Table 5: Material Properties 05 – Tendon

Material E UnitWt Fy Fu
N/mm2 kN/m3 N/mm2 N/mm2
A416MGr18 196501 7.6973E+ 1690.000 1860.000
6 01 00 00

123
2.2. Section properties

Table 6: Slab Properties 02 - Solid Slabs

Slab Type MatProp Thicknes Ortho


s
Mm
SLAB1 Slab 5000Psi 250.000 No
STIFF Stiff 5000Psi 200.000 No

Table 7: Beam Properties 02 - Rectangular Beam

Beam MatProp Depth WidthTo WidthBo


p t
mm Mm mm
BEAM1 5000Psi 200.000 1000.000 1000.000
BEAM2 5000Psi 200.000 1300.000 1300.000

Table 8: Beam Properties 06 - Design Data

Beam MatRebarL MatRebarS FlngWOp CoverTo CoverBot NoDesig


t p n
mm mm
BEAM1 CSA- CSA- Analysis 35.000 35.000 No
G30.18Gr40 G30.18Gr40 Property
0 0
BEAM2 CSA- CSA- Analysis 35.000 35.000 No
G30.18Gr40 G30.18Gr40 Property
0 0

124
Table 9: Tendon Properties

TendonProp MatProp StrandAr


ea
mm2
TENDON1 A416MGr18 98.71
6

Table 10: Column Properties 02 – Rectangular

Column MatProp SecDim2 SecDim3 AutoRigi AutoDro IncludeC


d p ap
mm mm
COL1 5000Psi 250.000 750.000 Yes No No
COL2 5000Psi 400.000 400.000 Yes No No
COL3 5000Psi 400.000 300.000 Yes No No

Table 11: Wall Properties

Wall MatProp Thicknes AutoRigi OutOfPla


s d ne
mm
WALL1 5000Psi 600.000 Yes Yes
WALL2 5000Psi 400.000 Yes Yes
WALL3 5000Psi 350.000 Yes Yes

125
3. Load combinations :

Table 28: Load Combinations

Combo Load SF Type DSStren DSServI DSServNo DSServLo


gth nit rm ng

LL+DL dead 1.000 Linear No Yes No No


000 Add
LL+DL live 1.000
000
DCONU1 dead 1.400 Linear Yes No No No
000 Add
DCONU1 PT final-HP 1.000
000
DCONU2 dead 1.200 Linear Yes No No No
000 Add
DCONU2 live 1.600
000
DCONU2 PT final-HP 1.000
000
DCONN1 dead 1.000 Linear No No Yes No
000 Add
DCONN1 PT final 1.000
000
DCONN2 dead 1.000 Linear No No Yes No
000 Add
DCONN2 live 1.000
000
DCONN2 PT final 1.000
000
DCONL1 dead 1.000 Linear No No No Yes
000 Add
DCONL1 PT final 1.000
000
DCONL2 dead 1.000 Linear No No No Yes
000 Add
DCONL2 live 0.500
000

126
Table 28: Load Combinations

Combo Load SF Type DSStren DSServI DSServNo DSServLo


gth nit rm ng

DCONL2 PT final 1.000


000

Table 23: Load Assignments - Tendon Loads

Tendon LoadTrans LoadFinal JackLoc JackStres


s
N/mm2
81 PT transfer PT final End 1488.000
00
82 PT transfer PT final End 1488.000
00
83 PT transfer PT final End 1488.000
00
84 PT transfer PT final End 1488.000
00
85 PT transfer PT final End 1488.000
00
86 PT transfer PT final End 1488.000
00
168 PT transfer PT final End 1488.000
00
172 PT transfer PT final End 1488.000
00
261 PT transfer PT final End 1488.000
00
262 PT transfer PT final End 1488.000
00
263 PT transfer PT final End 1488.000
00
264 PT transfer PT final End 1488.000
00

127
Table 23: Load Assignments - Tendon Loads

Tendon LoadTrans LoadFinal JackLoc JackStres


s
N/mm2
265 PT transfer PT final End 1488.000
00
394 PT transfer PT final End 1488.000
00
395 PT transfer PT final End 1488.000
00
399 PT transfer PT final End 1488.000
00
400 PT transfer PT final End 1488.000
00
401 PT transfer PT final End 1488.000
00
402 PT transfer PT final End 1488.000
00
403 PT transfer PT final End 1488.000
00
404 PT transfer PT final End 1488.000
00
405 PT transfer PT final End 1488.000
00
406 PT transfer PT final End 1488.000
00
407 PT transfer PT final End 1488.000
00
408 PT transfer PT final End 1488.000
00
409 PT transfer PT final End 1488.000
00
410 PT transfer PT final End 1488.000
00
411 PT transfer PT final End 1488.000
00
412 PT transfer PT final End 1488.000
00
413 PT transfer PT final End 1488.000
00

128
Table 23: Load Assignments - Tendon Loads

Tendon LoadTrans LoadFinal JackLoc JackStres


s
N/mm2
414 PT transfer PT final End 1488.000
00
415 PT transfer PT final End 1488.000
00
416 PT transfer PT final End 1488.000
00
417 PT transfer PT final End 1488.000
00
418 PT transfer PT final End 1488.000
00
419 PT transfer PT final End 1488.000
00
423 PT transfer PT final End 1488.000
00
424 PT transfer PT final End 1488.000
00
425 PT transfer PT final End 1488.000
00
426 PT transfer PT final End 1488.000
00
427 PT transfer PT final End 1488.000
00
429 PT transfer PT final End 1488.000
00
430 PT transfer PT final End 1488.000
00
443 PT transfer PT final End 1488.000
00
445 PT transfer PT final End 1488.000
00
446 PT transfer PT final End 1488.000
00
447 PT transfer PT final End 1488.000
00
448 PT transfer PT final End 1488.000
00

129
Table 23: Load Assignments - Tendon Loads

Tendon LoadTrans LoadFinal JackLoc JackStres


s
N/mm2
449 PT transfer PT final End 1488.000
00
450 PT transfer PT final End 1488.000
00
451 PT transfer PT final End 1488.000
00
452 PT transfer PT final End 1488.000
00
453 PT transfer PT final End 1488.000
00
454 PT transfer PT final End 1488.000
00
455 PT transfer PT final End 1488.000
00
456 PT transfer PT final End 1488.000
00
457 PT transfer PT final End 1488.000
00
459 PT transfer PT final End 1488.000
00
460 PT transfer PT final End 1488.000
00
461 PT transfer PT final End 1488.000
00
462 PT transfer PT final End 1488.000
00
463 PT transfer PT final End 1488.000
00
464 PT transfer PT final End 1488.000
00
465 PT transfer PT final End 1488.000
00
466 PT transfer PT final End 1488.000
00
467 PT transfer PT final End 1488.000
00

130
Table 23: Load Assignments - Tendon Loads

Tendon LoadTrans LoadFinal JackLoc JackStres


s
N/mm2
468 PT transfer PT final End 1488.000
00
469 PT transfer PT final End 1488.000
00

131
4. Analysis results :

Figure 14:deformation of the slab

132
5. Design summary :

Figure 15:model sur SAFE

133
Figure 16:strips design

134
6. Slab design :

Bottom X :

135
Top X:

136
Bottom Y:

137
Top Y:

138
7. ACI 318-08 Concrete Strip Design :

Geometric Properties

Combination = Overall Envelope


Strip Label = CSA1
Length = 17.7 m
Distance to Top Rebar Center = 24 mm
Distance to Bot Rebar Center = 24 mm
PT System = Unbonded
Min CGS Tendon Top = 25 mm
Min CGS Tendon Bottom Ext. Bay = 40 mm
Min CGS Tendon Bottom Int. Bay = 25 mm

Material Properties

Concrete Comp. Strength = 34.47379 N/mm2


Concrete Modulus = 27789.38133 N/mm2
Longitudinal Rebar Yield = 400 N/mm2
PT Strand Ult. Strength = 1860 N/mm2

Number of strands: 5

139
140
Geometric Properties

Combination = Overall Envelope


Strip Label = CSA2
Length = 21.00073 m
Distance to Top Rebar Center = 24 mm
Distance to Bot Rebar Center = 24 mm
PT System = Unbonded
Min CGS Tendon Top = 25 mm
Min CGS Tendon Bottom Ext. Bay = 40 mm
Min CGS Tendon Bottom Int. Bay = 25 mm

Material Properties

Concrete Comp. Strength = 34.47379 N/mm2


Concrete Modulus = 27789.38133 N/mm2
Longitudinal Rebar Yield = 400 N/mm2
PT Strand Ult. Strength = 1860 N/mm2

Number of strands: 8

141
142
Geometric Properties

Combination = Overall Envelope


Strip Label = CSA3
Length = 27.3 m
Distance to Top Rebar Center = 24 mm
Distance to Bot Rebar Center = 24 mm
PT System = Unbonded
Min CGS Tendon Top = 25 mm
Min CGS Tendon Bottom Ext. Bay = 40 mm
Min CGS Tendon Bottom Int. Bay = 25 mm

Material Properties

Concrete Comp. Strength = 34.47379 N/mm2


Concrete Modulus = 27789.38133 N/mm2
Longitudinal Rebar Yield = 400 N/mm2
PT Strand Ult. Strength = 1860 N/mm2

Number of strands: 6

143
144
Geometric Properties

Combination = Overall Envelope


Strip Label = CSA4
Length = 14.6 m
Distance to Top Rebar Center = 24 mm
Distance to Bot Rebar Center = 24 mm
PT System = Unbonded
Min CGS Tendon Top = 25 mm
Min CGS Tendon Bottom Ext. Bay = 40 mm
Min CGS Tendon Bottom Int. Bay = 25 mm

Material Properties

Concrete Comp. Strength = 34.47379 N/mm2


Concrete Modulus = 27789.38133 N/mm2
Longitudinal Rebar Yield = 400 N/mm2
PT Strand Ult. Strength = 1860 N/mm2

Number of strands: 7

145
146
Geometric Properties

Combination = Overall Envelope


Strip Label = CSB8
Length = 16.7 m
Distance to Top Rebar Center = 42 mm
Distance to Bot Rebar Center = 42 mm
PT System = Unbonded
Min CGS Tendon Top = 25 mm
Min CGS Tendon Bottom Ext. Bay = 40 mm
Min CGS Tendon Bottom Int. Bay = 25 mm

Material Properties

Concrete Comp. Strength = 34.47379 N/mm2


Concrete Modulus = 27789.38133 N/mm2
Longitudinal Rebar Yield = 400 N/mm2
PT Strand Ult. Strength = 1860 N/mm2

147
148
Geometric Properties

Combination = Overall Envelope


Strip Label = CSB6
Length = 15.5 m
Distance to Top Rebar Center = 42 mm
Distance to Bot Rebar Center = 42 mm
PT System = Unbonded
Min CGS Tendon Top = 25 mm
Min CGS Tendon Bottom Ext. Bay = 40 mm
Min CGS Tendon Bottom Int. Bay = 25 mm

Material Properties

Concrete Comp. Strength = 34.47379 N/mm2


Concrete Modulus = 27789.38133 N/mm2
Longitudinal Rebar Yield = 400 N/mm2
PT Strand Ult. Strength = 1860 N/m

149
150
Geometric Properties

Combination = Overall Envelope


Strip Label = CSB1
Length = 12.2 m
Distance to Top Rebar Center = 42 mm
Distance to Bot Rebar Center = 42 mm
PT System = Unbonded
Min CGS Tendon Top = 25 mm
Min CGS Tendon Bottom Ext. Bay = 40 mm
Min CGS Tendon Bottom Int. Bay = 25 mm

Material Properties

Concrete Comp. Strength = 34.47379 N/mm2


Concrete Modulus = 27789.38133 N/mm2
Longitudinal Rebar Yield = 400 N/mm2
PT Strand Ult. Strength = 1860 N/mm2

151
8. Beam design :

152
Punching check/design

Table 41: Concrete Slab Design 02 - Punching Shear Data, Part 1 of 3


Table 41: Concrete Slab Design 02 - Punching Shear Data, Part 1 of 3
Point GlobalX GlobalY Location Perimete Depth Status Ratio
r
m m mm mm
55 1.72826 10.60000
93 4.52826 11.80000 Interior 1833.214 217.000 OK 0.438167
96 7.32826 16.19998 Corner 717.200 217.000 Ok 01.47336
7
99 22.62826 16.19998 Edge 1434.200 217.000 OK 0.722529
250 17.85326 16.19996 Edge 1434.234 217.000 OK 0.922033
255 13.05326 16.19998 Edge 1234.201 217.000 OK 0.567054

Table 41: Concrete Slab Design 02 - Punching Shear Data, Part 2 of 3


Table 41: Concrete Slab Design 02 - Punching Shear Data, Part 2 of 3
Point Combo Vu ShrStrMa Mu2 ShrStrCa
x p
kN N/mm2 kN-m N/mm2
55
93 DCONU2 147.811 0.597835 2.4209 1.364399
96 DCONU2 156.246 1.675218 -14.1886 1.136999
99 DCONU2 151.591 0.821515 -17.9157 1.136999
250 DCONU2 188.978 1.048351 -20.7222 1.136999
255 DCONU2 152.346 0.773688 -0.8308 1.364399

Table 41: Concrete Slab Design 02 - Punching Shear Data, Part 3 of 3


Table 41: Concrete Slab Design 02 - Punching Shear
Data, Part 3 of 3
Point Mu3 ReinfTyp NumRails StudPerR
e ail
kN-m
55 None
93 -13.3222 None
96 3.7257 None

153
Table 41: Concrete Slab Design 02 - Punching Shear
Data, Part 3 of 3
Point Mu3 ReinfTyp NumRails StudPerR
e ail
kN-m
99 0.3832 None
250 3.6278 None
255 10.4897 None

VI. Réalisation de la Post-tension:


1. Principes généraux :

La post-contrainte mise en œuvre dans le bâtiment est de manière courante réalisée par la
mise en place de gaines ou conduits contenant un ou plusieurs torons en acier équipé(s)
d’organes d’ancrage à leurs extrémités.
De manière simple, on peut distinguer :
 la précontrainte adhérente : un ou plusieurs torons nus sont enfilés dans des gaines
nervurées métalliques ou plastiques. Ils sont protégés après mise en tension par une
injection rigide au coulis de ciment ;
 le précontraint non adhérent : des torons gainés et lubrifiés en usine sont directement
positionnés dans les coffrages.

2. Les kits de précontrainte par post-tension


On appelle « kit de précontrainte » l’ensemble des composants et accessoires qui sont
nécessaires à la réalisation des unités de précontrainte. Ceux-ci sont fournis par les entreprises
spécialisées de précontrainte et font l’objet d’une traçabilité conforme aux différents
règlements applicables.
Le kit comprend notamment :
 un conduit ;
 une armature ;
 des organes d’ancrage ;
 une protection définitive des armatures.

154
La précontrainte adhérente :

3. Description du kit
Les kits de précontrainte adhérente mis en œuvre sont constitués par :
 des conduits ; ils sont de types métalliques réalisés, à partir de feuillard d’acier ou
plastiques, de formes circulaire ou rectangulaire. Ces conduits peuvent être équipés
de systèmes d’injection intermédiaire positionnés en fonction du tracé ;
 une armature ; elle est composée de un ou plusieurs torons caractérisés par une
section nominale et une classe de résistance.
 des ancrages ; on distingue les ancrages actifs et passifs, noyés ou non. La mise en
tension est effectuée à partir des ancrages actifs disposés à une ou aux deux
extrémités du câble en fonction de la longueur. Dans le cas d’une mise en tension du
câble à une seule extrémité, l’autre ancrage est dit passif.

Une protection définitive des armatures; elle est assurée par l’injection sous pression d’un
coulis de ciment préparé dans un malaxeur.

Fig21: Conduit gaine rectangulaire métallique

Fig22 : Exemple d’ancrage avec système d’injection

155
4. Les dispositions constructives pour les plancher dalle :
Ce type de structure est constitué par une dalle mince d’épaisseur constante, en général
continue sur plusieurs travées et reposant ponctuellement sur des poteaux. Le câblage de la
précontrainte peut être réalisé dans deux directions orthogonales, ou dans une direction
préférentielle avec compléments d’armatures passives dans la direction perpendiculaire.
Le positionnement des câbles peut être concentré sur poteaux (bandes porteuses) ou
réparti sur la largeur entre files d’appui. Le tracé des câbles suit préférentiellement la courbe
des moments.

Support des câbles le long du tracé


Pour optimiser la résistance vis-à-vis des charges verticales, les câbles sont généralement
ondulés. Le tracé est assuré par des supports ponctuels (chaises d’appui) disposés sur le
coffrage. La distance entre support est de l’ordre du mètre dans les parties courantes et plus
réduite aux points hauts ou bas avec des courbures plus prononcées.
Utilisation de coupleurs
Ces accessoires permettent d’assurer la continuité de la précontrainte entre des parties
d’ouvrages bétonnées en plusieurs phases distinctes.
Arrêt de câble contre un obstacle

156
Les câbles sont arrêtés et équipés d’ancrages passifs noyés ou non (sortie du câble dans une
niche en surface). Dans le cas de sortie d’ancrages dans des niches superficielles, des vérins
équipés de nez spéciaux permettent d’assurer la mise en tension avec recul faible.

Fig23 : Exemple de mise en place des chaises support

5. Le cycle de mise en œuvre

Sur les projets de construction de bâtiment, la construction des différents niveaux est
réalisée suivant un cycle de mise en œuvre répétitif. Ainsi, la réalisation d’un étage nécessite les
différentes étapes successives suivantes :

 création des éléments verticaux (murs et poteaux porteurs) ;


 coffrage du plancher ;
 ferraillage passif éventuel ;
 pose des câbles de précontrainte ;
 bétonnage puis cure du béton ;
 mise en tension quand le béton a atteint la résistance requise ;

157
Le coffrage
Le coffrage d’une dalle post-tendue est de même type que celui nécessaire pour réaliser
un plancher béton armé coulé en place. Les épaisseurs de dalle post-contrainte étant plus
réduites, le coffrage peut donc être « allégé ».
L’utilisation de coffrages industriels permet de réduire les enrobages et diminuer les
épaisseurs de dalle.
Au niveau des abouts de dalle, il existe toute une gamme d’accessoires permettant la
fixation aisée des ancrages sur les coffrages ou partie courante.

Le ferraillage
Les gaines sont mises en œuvre en même temps que le ferraillage passif éventuellement
nécessaire.
Les câbles de précontrainte peuvent être préfabriqués, sur chantier ou en usine, avant
leur pose sur des chaises supports permettant le réglage altimétrique dans l’épaisseur de la
dalle ou des poutres.
Dans le cas d’une précontrainte adhérente, les torons sont préférentiellement enfilés
dans les gaines avant bétonnage.
Dans le cas d’une précontrainte non adhérente, les câbles avec ou sans ancrages à leurs
extrémités sont installés directement sur le coffrage dans le ferraillage passif éventuel.

Fig24 : Accessoire de coffrage en partie courant

Le bétonnage
Le bétonnage ne demande pas de précaution particulière (avec notamment l’utilisation
des bétons auto plaçants) par rapport au bétonnage d’un plancher béton armé coulé en place.
Celui-ci est généralement effectué par pompage ce qui peut permettre le coulage de gros
volumes en un temps réduit.

La mise en tension
Le matériel de mise en tension adapté aux unités de précontrainte pour le bâtiment est
un matériel léger, permettant une manipulation manuelle des vérins monotoron d’un poids
d’environ 25 kg.
La mise en tension peut intervenir lorsque le béton a atteint la résistance minimale définie par
les études d’exécution (de 15 à 25 MPa sur cylindre) qui, suivant les unités de précontrainte, la
tension à appliquer et la qualité du béton, peut être obtenue dans les un à trois jours suivant le
bétonnage.

158
Fig25: Exemple d’équipement de mise en tension

Le décoffrage
La dépose du coffrage peut intervenir immédiatement après mise en tension. Le
plancher devient autoporteur, contrairement au plancher béton armé qui nécessite le maintien
d’un étaiement pendant plusieurs semaines. Seul un faible étaiement est nécessaire pour la
poursuite du chantier et la mise en place du coffrage des niveaux supérieurs.
La mise en œuvre de la protection
Dans le cas d’une précontrainte adhérente, l’injection des gaines au coulis de ciment
peut être réalisée en temps masqué, dans un délai maximum d’environ un mois après mise en
place des armatures dans les conduits (sauf si l’on a prévu une protection anticorrosion
provisoire à valider par test sur site en cas d’atmosphère corrosive)

6. La création d’ouverture dans des ouvrages précontraints existants

La première étape consiste à repérer les câbles de précontrainte dans le plancher existant.
Cette opération est menée sur la base du dossier de plans de récolement et complétée par une
vérification de la position réelle des câbles à l’aide d’un détecteur d’armatures (magnétique ou
ultrasonique).
Cette recherche préalable est largement facilitée si lors de la réalisation du coffrage et de la
mise en place des torons, un système permettant de matérialiser la position des torons après
décoffrage a été judicieusement prévu.
À titre d’exemple, la mise en place en fond de coffrage d’un repère visible après le
décoffrage permet de signaler les extrémités des câbles. Cela peut également consister à
réaliser des marquages à la peinture (ou autres techniques) sur le fond de coffrage et qui
resteront visibles après le décoffrage.
Comme dans le cas d’autres techniques mettant en œuvre des armatures passives, une
vérification structurelle est indispensable préalablement à l’ouverture de la trémie.

159
Des renforts peuvent alors s’avérer nécessaires afin de reprendre et redistribuer les efforts
présents dans les câbles.
Réalisés avant les ouvertures, ils peuvent être réalisés de manière classique par :
 un renforcement en béton armé ;
 l’ajout de structures métalliques ;
 par fibre composite directement collé au support suivant les techniques habituelles
 ou éventuellement par post-tension suivant l’importance des efforts à reprendre.
Lors de l’élaboration des méthodes et procédures de réalisation, il convient de distinguer deux
situations :
 le cas de la précontrainte adhérente, l’auto-ancrage par adhérence des câbles permet
de réaliser les ouvertures (après renforcements éventuels) par carottage ou par sciage,
sans précaution particulière comme pour un plancher en béton armé
 le cas de la précontrainte non adhérente, après une étude spécifique, le transfert de
l’effort de précontrainte sera assuré par la mise place avant coupure, d’ancrages
spéciaux permettant le ré-ancrage des torons devant être interrompus.

VII. Aspect économique :


Lorsque l’on envisage le recours à la post-contrainte dans un bâtiment le premier réflexe est
bien entendu de faire référence à des expériences passées de chiffrage associées à des
interrogations que l’on pourrait avoir sur le coût réel du changement des méthodes de travail.
Cela conduit généralement à la comparaison rapide de ratios ou de prix ramenés au m² qui
n’intègrent pas tous les gains induits par la post contrainte. Pour que l’étude économique
comparative soit représentative de la réduction des coûts réels, elle doit être globale et intégrer
au minimum les aspects suivants :

 la réduction des descentes de charges et l’allègement induit des fondations ;


 la suppression du coffrage des retombées de poutre et la simplification de la
gestion des réservations pour les réseaux ;
 la réduction des armatures passives
 la réduction des volumes de béton ;
 la réalisation de plus grande surface sans poteau.
.la réduction des coûts est obtenue à la construction mais aussi durant toute la vie de la
structure par la réduction des charges d’exploitation et d’entretien.

160
Chapitre X : Soft story

I. Definition :

Buildings are classified as having a "soft story" if that level is less than 70% as stiff as the floor
immediately above it, or less than 80% as stiff as the average stiffness of the three floors above
it. Soft story buildings are vulnerable to collapse in a moderate to severe earthquake in a
phenomenon known as soft story collapse. The inadequately-braced level is relatively less
resistant than surrounding floors to lateral earthquake motion, so a disproportionate amount
of the building's overall side-to-side drift is focused on that floor. Subject to disproportionate
lateral stress, and less able to withstand the stress, the floor becomes a weak point that may
suffer structural damage or complete failure, which in turn results in the collapse of the entire
building.

In our case:

First story: K1=

With L= 5m and I = 9.94

Second story: K2=

With L= 3.8m and I = 9.94

= = 0.44 < 0.7

So our first story is a soft story.

161
II. Research :

Soft first story buildings are one of the most vulnerable structural types during severe
earthquakes. Such structures, notably RC buildings are required in overpopulated areas. Kobe
earthquake, which is considered to be one of the most devastating and costly natural disaster in
recent history, bearing in mind the number of buildings destroyed, the number of people killed
and injured, and the damage extended to a wide range of structural types. It was found that
many buildings that were constructed with open retail space or parking on the first floor
collapsed. The collapse of the soft first story structure was attributed to inadequate transverse
reinforcement in terms of its amount and detailing, more flexible and/or weaker story and to
relatively smaller amount of shear walls to allow for the access to the open space than the ones
above. Hence, the Building Standard Law Enforcement Order of Japan, revised after the Kobe
earthquake, adopted stricter guidelines for the construction of soft first story buildings. That
was a tentative approach, but no reliable methodology for the design of this type of structure
exists so far. The aim of this study is to evaluate the seismic capacity and conduct non-linear
numerical analyses of typical RC buildings of 6-, 10- and 14 stories with soft first story,
investigate the response characteristics and improve the seismic design method of this type of
structures. An expression is derived based on the energy constant law for the strength
increasing factor, and compared with results from the numerical analyses to verify the
adequacy of this expression.

1. Introduction:

Ground shaking produced by an earthquake will search for any structural vulnerability. These
vulnerabilities are usually created by sharp changes in stiffness, strength and/or ductility, lack
of shear walls in the first story, and the effects of these vulnerabilities are accentuated by poor
distribution of masses. As a result, one of the most vulnerable structural types is the multistory
commercial and residential buildings built of reinforced concrete with little or no lateral
resistance of the first story. These buildings are called “Piloti” or “soft” first story
buildings.Generally, soft stories have less stiffness than the upper stories. Together with a lack
of ductile capacity in the reinforced concrete columns, beams, and joints, these soft stories can
cause many brittle failures during an earthquake ground motion. The 1978 Miyagi-ken Oki
Earthquake caused brittle and severe damage of the columns of the first floors to RC buildings,
which had shear walls except in the first floors. This type of damage was more noticed in the
1995 Kobe Earthquake. Based on this fact, a design procedure which does not allow column
side-sway mechanism (soft first story collapse) was recommended in the Japanese Seismic
162
Design Guidelines. On the other hand, soft first story collapse might be permissible even in
Piloti buildings if the maximum response deformation angle of the first story can be kept to the
level of the maximum response deformation angle supposed in beam sideway mechanism
(total collapse) buildings. And since soft first story buildings have fewer and/or no shear walls to
absorb the energy generated by an earthquake than those total collapse buildings, thus in order
to hold the maximum response deformation angle of soft first story buildings to the same level
as that of total collapse buildings, and according to the energy constant law, the horizontal
loadcarrying capacity required in the soft first story buildings must be increased in comparison
with total collapse buildings. In this paper, a procedure to determine the failure modes of a
building with a soft first story from the failure modes of columns and walls at the soft story is
demonstrated. This will be used to develop a design procedure to secure the safety of those
buildings allowing the soft first story collapse mechanism. Then a strength increasing factor, αp,
which represents the capacity demand for the soft story in order to get the same total collapse
of the system, is determined based on the energy constant law so that the ductility factor for
buildings with a soft first story collapse, µ', is equal to the ductility factor for buildings with total
collapse mechanism, µ . The buildings considered in this study are designed according to the
specification prior to the 1995 Japanese code. The values of the base shear coefficient Cb
divided by the vibration factor Rt are 0.43, 0.46, and 0.43, for the considered RC buildings of 6-,
10- and 14 stories with soft first story, respectively. Then the base shear is varied with respect
to the original value and the stiffness of the first story is assumed as constant.

2. Outline of the seismic design code:

Significant developments occurred since the restoration of Meiji period in 1968. Following the
1923 Kanto Earthquake, the Urban Building Law, which concerned only six major cities in Japan,
required the use of a seismic coefficient of 0.1 in conjunction with a materials safety factor of 3
on ultimate stress. These requirements were revised from time to time following devastating
earthquake disasters. The first Building Standard Law, applicable to all buildings in Japan, was
revealed in May 1950. The purpose of the law is to safeguard the life, health, and property by
providing minimum standards concerning the site, structure, equipment, and use of building.
The Law requires that a building owner must submit, before construction work, an application
to building officials to confirm that the building, plan, site, structure and equipment satisfy the
provisions of the law. This requirement made the code prescriptive because building officials
must be able to judge the conformity. The structural design was based on the allowable stress
design. The 1978 Miyagi-ken Oki Earthquake which caused serious damage, led to accelerated
implementation of the revised Building Standard Law in 1981. The Building Standard Law

163
included a seismic coefficient that varies with structural vibration period, and introduced a two-
level design procedure. The first level design follows the traditional allowable stress design
approach, with steel allowable stress equal to the yield stress, and concrete allowable stress
equal to 2/3 of the specified compressive strength. The second level design is a direct and
explicit evaluation of strength and ductility, and maybe regarded as a check of whether these
are sufficient for severe ground motion. In the first level design, the seismic (elastic response)
coefficient Ci at each floor level i is determined as:

Ci = Z . Rt . Ai . C0 = ⋅ ⋅ ⋅ Eq.(1)

where, Z: seismic zone factor, Rt: vibration characteristic factor, Ai: factor representing vertical
distribution of the seismic story shear coefficient, Co: basic base shear coefficient (0.2 for
allowable stress design and 1.0 for the examination of story shear resisting capacity).

Further, in the second level design, the story shear resisting capacity must be greater than the
required horizontal load-carrying capacity Qun at the soft story, which is given by:

Qun = DS⋅Fe⋅Fs⋅Ci⋅∑Wi……..Eq.(2)

where, Ds: structural characteristic factor (0.30 – 0.55), representing the ductility of hinging
members of the story, Fe: coefficient representing the eccentricity in a story, Fs: representing
the distribution of stiffness along the height, Ci: story shear coefficient, ∑Wi: total dead and live
loads above story i. However, buildings not more than 31 m and satisfying certain conditions
are not required to examine the story shear resisting capacity. Other structures of heights
between 31 m and 60 m, must be checked by both design procedures. Structures over 60 m in
height are subject to special approval.

When the first story is ductile, Ds become small, and so is the required horizontal load-carrying
capacity. In this case the whole building dissipates the energy uniformly. However, a soft story
building needs to dissipate almost all the earthquake energy at the first floor. If Eq.(2) is applied
to the soft first story building, the latter shows a large deformation. Hence, it is proposed that
the maximum ductility or maximum deformation angle of the soft first story building must be
kept to the same level as for the total collapse building. Therefore, considering the fact that the
damage concentrates in the soft first story, for the required horizontal load-carrying capacity of
the first story, the larger of αp and Fs, as shown in Eq.(3), should be used instead of Fs in Eq.(2).

( α p,Fs) max…………………. Eq.(3)

164
where αp is the strength increasing factor to limit the deformation of the soft first story.

3. Failure mechanism of soft story building:

Inspections of earthquake damage as well as the results of analytical studies have shown that
structural systems with a soft story can lead to serious problems during severe earthquake
ground shaking. For instance, Fig.1 and 2 illustrate such damages. Fig. 1 shows the failure
mechanism of soft story building. These are: a) Bending (tensile yielding of reinforcing bar), b)
collapse of first story (yield in column), and c) collapse of first story (shear failure of column). As
for a soft story with walls, two types of failure mechanism are observed in a frame with a wall:
a) bending (bending yield at wall bottom), and b) shear collapse of first story (shear failure). The
failure mechanism of the frame with wall is predominant and therefore controls the failure
mechanism of the whole system (building).

Based on the above observed types of failure, the following section illustrates the Model which
is considered in this study.

4. Model for the structure:

The model considered in this study is shown in Fig. 3. Continuous shear walls from the second
to the top story are modeled as equivalent one column as shown in Fig. 3(a), and each mass
represent the weight of each floor. Columns in the first story are modeled as two columns. The
total weight of the first story is distributed into three masses and each mass of the first story is
equivalent mass. Beams in the first story are modeled as a rigid element.

165
For the first story, the shear and the axial springs are assumed to be elastic as shown in Fig.
3(b). As for the flexural spring, the Takeda Model is applied. For the second story and above,
the shear, the axial and the flexural springs are assumed to be linear. Moreover, the applied
damping is proportional to the instant stiffness of 5%.

5. Method for deriving the factor αp:

The energy constant law as shown in fig. 5 was considered when investigating the responses of
soft first story and total collapse mechanism buildings. The assumed magnitude of external
forces is based on an elastic response of 1.0G. For strengths lower than 1.0G, the building
yields. As a result, and assuming that the energy constant law is satisfied, the shear strength
coefficient Ds and ductility µ can be expressed by Eq.(4) given as:

Furthermore, fig. 5 shows the relationship between the strength and the deformation for a
one-mass system. Assuming that the constant energy law is satisfied, it can be shown for
instance that the Work W(1)= W(0.3). Also, in cases where all stories yield in the same manner
and the restoring force characteristics of each story constitute a perfect elasto-plastic system,

166
the ductility of a one-mass system is identical to the ductility of each story of multi-mass
system.

As for the factor αp, it is determined so that the ductility factor µ' for column sidesway building
is equal to the ductility factor µ for beam sidesway building. It is assumed that the required
internal work for both types of buildings is the same and the distribution of external load and
displacement is an inverted triangle. The weight and the height of each floor are the same for
both types of building. The structural characteristic index is ' DS for the soft first story building
and DS for the total collapse building as shown in Fig. 6. Furthermore, the hysteresis for the i-th
floor is assumed as an elasto-plastic model, and each floor has the same stiffness for both
buildings. Hence, the ratio of ' DS to DS to obtain µ = µ' can be expressed by Eq. (5);

By assuming n is the number of stories in the total collapse system; m and h are the weight and
height of each story, respectively; and are equal for both types of collapses; and h θ y⋅ is the
yield displacement (story drift); and also by considering an inverted triangular distribution of
the external force deformation as shown in Fig. 7, the internal work for the total collapse
system, Win, is expressed by Eq. 6 given below:

167
where, Ds: is the demand story shear coefficient defined in the 2001 Japanese Seismic Design
Regulation (Cb for first story), and µ: is the maximum ductility factor to assume a total collapse
system. The displacement of each floor is described in Fig.8.

As for the soft first story collapse system, almost the whole deformation is concentrated at the
first floor, hence the distribution shape shown in Fig. 9 is considered. It is assumed that the
weight and height are uniform in all stories, and are the same as in the total collapse system.
Thus, the internal work done by the soft story is given by Eq. (7):

168
The upper stories of the soft first story building are assumed elastic. This elastic work with
respect to the total work changes depending on the capacity and stiffness of each floor. Here
the distribution shape is assumed to be an inverted triangle as shown in Fig. 10. As can be seen
from the figure, the upper stories perform no work for α=0.0 and if α=1.0, upper stories can
dissipate the same amount of energy as the first story, which is elastic. Hence, the elastic work
of the i-th story is expressed by Eq. 8 given as:

169
170
Since the internal work for the total collapse and soft first story collapse systems is equal and
using Eqs. (6), (9), and (10), Eq.(11) for αp can be expressed as:

6. Results and discussion:

171
For 14- and 10-story buildings, for ductilityµ = 6.0, a value of Ds equal or greater than 0.6 is
obtained from the non-linear numerical analyses as shown in figs. 13 and 14, respectively. For a
value of 0.6 or greater, the response becomes small enough, however for a value Ds of 0.4, the
response is much greater and gets close to a value of α p of about 1.0, requiring, as a result, a
high ductility. In the design of new structural elements (columns) of soft first story building, it is
recommended therefore, that a value of Ds of 0.6 or greater to be applied to avoid a soft first
story collapse. On the other hand, for a 6-story building, and for ductilityµ = 6.0, a value of Ds
equal or greater than 0.55 can be applied in the design of new structural elements (columns) of
soft first story building to avoid a soft first story collapse. The result from the non-linear
numerical analyses presenting the relationship (Ds – µ ) is shown in fig. 15. Furthermore, fig. 16
below summarizes the Ds-Deformation angle relationship for 6-, 10-, and 14-story. It can be
seen clearly that the deformation angle decreases as Ds increases. Finally, fig. 17 shows the
relationship between the number of stories and αp x Ds for 6-, 10-, and 14-story. As shown
earlier, the value of the required lateral load factor αp x Ds is 0.55 for 6-story building and
increases to a value of 0.60 for 10-story building or greater.

172
7. Conclusions:

A new seismic design procedure that could secure the structural safety of soft first story
buildings during severe earthquake motions by allowing column sideway mechanism at the first
story has been proposed. A relationship between the required design strength of the soft first
story and seismic response of “Piloti” buildings is clearly obtained by an analytical study. From
the non-linear numerical analyses and for ductility µ = 6.0, a required lateral load factor αp x Ds
equal to 0.55 is obtained for 6-story building, and increases to a value of 0.60 for 10-story
building or greater.

III. SOLUTIONS :

1. Bracing system :

Typically, where this type of problem is found, the weak story is reinforced to make it stronger
than the floors above by adding shear walls or moment frames. Moment frames consisting of
inverted U bents are useful in preserving lower story garage access, while a lower cost solution
may be to use shear walls or trusses in several locations, which partially reduce the usefulness
for automobile parking but still allow the space to be used for other storage.

173
174
In our case we will use a metallic bracing system to increase the first story stifness.

To begin with :

F = KxΔy

Where, F :force applied on the story

K :stiffness of the story

Δy :displacement of the story

We used Robot software and got the maximum displacement for this story in each direction.

For Y direction, maximum displacement Δy1 = 2.2 cm

For first iteration we added 2 bracings HD 400x900 as shown in figure below

Maximum displacement Δy’1 = 2.0 cm

After numerous iterations, for the bracing system shown below :

175
Maximum displacement for Y direction is Δy’1 = 1.3 cm

But F is constant K1 Δy1 = K’ Δy’1

= = 1.69 K’1 = 1.69 K1

Where K1 = 0.44 K2

Therfore, the stiffness of the new reinforced story is to be :

K’1 = 1.69 x 0.44 K2

= 0.75 K2 > 0.7 K2

First story is not to be taken as a soft story anymore.

Same work is to be done for X direction.

2. Verification :

For every bracing, one bar is compressed while the other is tensioned. Compressed bar is not to be
taken into consideration while the other is to be verified for the maximum tensile strength.

Using Robot software, we verified maximum tensile strength for each bar.

176
Using S 275 steel, σ allowable = 275 MPa

Maximum tensile stress for all bars is : σ max = 31 MPa < σ allowable

VERIFIED.

177
Chapitre XI : Soutenement

I. Soutènement Provisoire:

Notre projet consiste en la création d'un parking sous-terrain pour un bâtiment résidentiel de
15 étages en superstructure.
Notre étude sera limitée à la phase d’excavation et soutènement de la fouille avec rabattement
de la nappe.
L’étude sera réalisée par modélisation sur le logiciel Plaxis et les vérifications suivantes seront
effectuées :
 . Fiche de la paroi (Rapport de la butée mobilisable/butée mobilisée supérieur à 1.4)
,

 Déplacement en tête de la paroi < 20 mm .


 Au niveau du radier du bâtiment existant < 30 mm.
 Déplacement au ventre de la paroi < 35 mm .
 Effort limite de compression sur les butons.

La méthode adoptée pour le calcul du facteur de sécurité est la méthode Fi/c reduction . Le
facteur de sécurité relatif à la fiche de la paroi vaut 1,5.

Données :

1. Caractéristiques géométriques de la fouille :

Le parking s'étendra sur 2 niveaux souterrains pour une superficie totale de 1400 m² (40 m x35
m) et la profondeur de l’excavation est de 10 m. ( voir figure )

2. Caractéristiques du sol :

Notre sol est forme d’une couche de sable avec l’existence d’une nappe phreatique a 1m au-
dessous de la surface libre du sol.

178
Les caracteristiques des 2 couches sont les suivantes :

Sol sableux :
 Poids voulmique :  s = 20 KN/m2
 unsat = 18 KN/m2
 Cohesion : c = 0
 angle de frottment : ɸ = 30o
 Permeabilite suivant x et suivant y : Kx=Ky=10-4m/s
 Rinterface = 2/3
 Nu =0.3
 Eref = 5x104 KN/m2
 Ka=0.283

II. Principe du choix du type du systeme de soutenement


Comme la profondeur du radier est limitee jusq’a 10m, on peut donc adopter le système de
soutenemet forme par de palplanches battues, ne necessitant pas l’utilisation de paroi moulee
ou de pieux forees.
De plus, comme on a la presence d’une nappe phreatique au niveau du sol d’excavation, c’est
aventageux d’utiliser un rideau de palplanches en acier impermeable.
Comme le sol est sableux et de cohesion c=0 , on ne peut pas donc utiliser des tirants d’ancrage
qui travaille par forces de frottemenet le long le la longueur scelle ls . On a donc utiliser des
butons en acier.

Avantages :
 Rapidite d’excecution
 Robustes et susceptible de reemploi
 Adequates pour des traveaux en sites fluviaux et lacustres

179
III. Caractéristiques des matériaux utilisés :
A- paroi :

la paroi utilisee est formee par un rideau de palplanches.


 Type : PU 28 Classe 25240
 A = 216 cm /ml2

 Moment d’inertie : I = 64460 cm4/ml


 Classe 25240
 Module de flexion : 3269 cm3/ml
 Poids lineaire : W = 1.7 KN/m/ml
 Eacier = 2x108 KN/m2

180
B-Butons :

Les butons utilsees sont formes en acier. Comme la larger de la fouille est grande (35m),
les butons ne peuvent pas etres normal a l’ecran,ils sont donc disposes en faisant un
angle de 45o par rapport a la normale a l’ecran comme indique la figure suivantes.
Caracteristiques : Dexterieur = 323.9 mm A =50.09cm2 l = 5.66m
Dexterieur = 355.6 mm A =65.9cm2 l = 5.66m
2
Dexterieur = 406.4 mm A =75.47cm l = 5.66m

K b cos 2 (45)
Rigidite d’un buton : K b / m  ou d est
d
l’espasement entres les butouns ; d = 4m.

IV. Etapes d’excecution du soutenement :


Comme premiere iteration, on a choisit une fiche de profondeur 4m.

Les differentes etapes d’excecution sont les suivantes :

1. Application de la surcharge au niveau de 0m


2. Rabattement de la nappe puis excavation jusqu'à -2.2m
3. Installation du premier buton a -2.2m
4. Rabattement de la nappe puis excavation jusqu'à -4.4m
5. Installation du deuxieme buton a -4.4m
6. Rabattement de la nappe puis excavation jusqu'à -6.8m
7. Installation du troisieme buton a -6.8m
8. Rabattement de la nappe puis excavation jusqu'à -10m
9. Excavation de la rampe jusqu'à -3m du cote droit
10. Execution du radier
11. Deactivation du troisieme buton
12. Execution de la premiere dalle au niveau de -5m
13. Desactivation du deuxieme buton
14. Desactivation du premier buton
15. Execution de la dalle au sol

Les dalles joueront le role de support permanent pour le rideau le palplanches.

181
V. Modelisation sur Plaxis :
Les differents phasages d’execution de cet ouvrage de soutenement sont modelises dur Plaxis.
Ce programme nous calcule finalement le facteur de securite par la methode Fi/c reduction qui
doit etre superieur a 1.5

Etape1 : Application de la surcharge :

Etape2 : Rabattement de la nappe puis excavation jusqu'à -2.2m :

Etape3 : Installation du premier buton a -2.2m :

182
Etape4 : Rabattement de la nappe puis excavation jusqu'à -4.4m :

Etape5 : Installation du deuxieme buton a -4.4m :

Etape6 : Rabattement de la nappe puis excavation jusqu'à -6.8m :

183
Etape7 : Installation du troisieme buton a -6.8m :

Etape8 : Rabattement de la nappe puis excavation jusqu'à -10m :

Etape9 : Excavation de la rampe jusqu'à -3m du cote droit :

184
Etape10 : Execution du radier :

Etape11 : Deactivation du troisieme buton :

Etape12 : Execution de la premiere dalle au niveau de -5m :

185
Etape13 : Desactivation du deuxieme buton :

Etape14 : Desactivation du premier buton :

Etape15 : Execution de la dalle au sol :

186
FS =1.7 > 1.5 donc acceplable. ( sinon on aurait du modifier la profondeur de la fiche )

On peut verifier sur le modele de Plaxis , les deplacements de la palplanches et les efforts de
compression sur les butons a chaque phase d’excavation :

Fplaxisespacement A f y
Fbut  < Fmax  ( sinon on aurait du modifier les
cos(45) M 1
dimensions des butons )

l
avec :  = , ou l : longueur du buton i = rayon de giration
i

M 1 = 1.1 et f y = 235 MPa

Fbut : force axiale de compression sur le buton.

Fmax : effort limite de compression qui prend en compte l’effet de flambement.

 Déplacement en tête de la paroi < 20 mm .


 Au niveau du radier du bâtiment existant < 30 mm.
 Déplacement au ventre de la paroi < 35 mm .

187
VI. Vérification du déplacement des palplanches :
Etape1 : Application de la surcharge :

Etape2 : Rabattement de la nappe puis excavation jusqu'à -2.2m :

188
Etape3 : Installation du premier buton a -2.2m :

Etape4 : Rabattement de la nappe puis excavation jusqu'à -4.4m :

189
Etape5 : Installation du deuxieme buton a -4.4m :

Etape6 : Rabattement de la nappe puis excavation jusqu'à -6.8m :

190
Etape7 : Installation du troisieme buton a -6.8m :

Etape8 : Rabattement de la nappe puis excavation jusqu'à -10m :

191
Etape9 : Excavation de la rampe jusqu'à -3m du cote droit :

192
Chapitre XII : Mur sous-sol
I. Sous charges statiques du sol:

On doit aussi dimensionner les murs sous-sol :


D’ après winflex/RDM 6 on introduit les données des charges ci-dessous et on calcule les
moments fléchissant et les efforts tranchants maximales :

Les charges appliqués sur le murs sont :


 Contraintes effectives du sol
 Pression de l’eau

Pression du sol : pression de l’eau :

a -1m : P = Ka
s1

a -10m : P = Ka
 s 1 + Ka  ' 9 a -10m : P =  w 9

193
II. Ferraillage du Mur sous-sol :
Le mur va être modélisé comme une poutre de largeur 1m .
L’épaisseur du mur est de 30 cm.

Le moment fléchissant maximal en travée est : 7.9 T.m / ml


Le moment fléchissant maximal au niveau des appuis est : 13.3 T.m / ml
L’effort tranchant maximal est : 18.5 T /ml
Alors La quantité d’armatures longitudinale requise est donc de : 4T16/ml par face.
Alors La quantité d’armatures longitudinale requise est donc de : 4T20/ml par face.
La quantité d’armatures longitudinale transversale requise est donc de : 4.1 cm2 par face. (As
requise / 3)

194
verification a l’effort trenchant :
Vu < 0.75x2x0.265x xbxd avec : b = 100cm
=19.63 T Et d = 0.9 h = 25.2 cm

L’effort tranchant maximal est Vu = 18.5 T


Alors 18.19 T/ ml < 19.63 T/ ml

Donc la verification a l’effort trancahnt est verifiee.

III. Instabilités d’origine hydraulique:


Il s’agit de vérifier les instabilités hydrauliques suivantes :
 Boulance
 Soulèvement du radier

Boulance :

Pour toutes les étapes, la contrainte effective du sol est positive et ne s’annule pas, de ce fait, la
boulance est automatiquement vérifiée.

Soulèvement du radier :

Le radier est soumis à la pression de l’eau donnée par :


P=10x9x411=36 990 KN
Cette pression est équilibrée par le poids de la structure donné par :
P= 66 730 KN
Le rapport de la force stabilisante sur la force motrice vaut : 1.8 > 1.2

La stabilité au soulèvement est donc vérifiée.

195
References
ACI318 and PCA notes: Building Code Requirements for Structural Concrete, 2005 Edition.

American Society for Civil Engineers, ASCE7: Minimum Design Loads for Buildings and Other Structures,
2005 Edition

Unified Facilities Criteria, UFC3-310-01: Structural Load Data, 2005 and 2007 Editions

UBC97: Seismic Design for Buildings, 2007 Edition

Le béton précontraint aux états limites (1992 2nd ed. revue et corrigée) par H. Thonier

pdf.directindustry.com/pdf/mageba/prospect-elastomeric-bearings/38983-24482-5.

http://elements of spatial structures analysis and design.html

http://en.wikipedia.org/wiki

196

Vous aimerez peut-être aussi