Vous êtes sur la page 1sur 11

Mehadji Soufiane

Khouani Foued

Changement Hamanjati Changi

Climatique Noriah

1
Company Your Company Name (C) Copyright (Print Date) All Rights Reserved
Logotype
1. Le climat de la terre - Une entité
dynamique
1.1.Introduction Le climat, selon la définition de l'Organisation
météorologique mondiale (OMM) est la
La probabilité d'un changement climatique à "synthèse des conditions météorologiques dans
l'échelon mondial et ses effets possibles, une région donnée, caractérisée par les
notamment sur les statistiques à long terme des variables de l'état
forêts, est l'un des de l'atmosphère". Les changements saisonniers
problèmes comme le passage de l'hiver au printemps, à
d'environnement qui a l'été et à l'automne dans les zones tempérées et
fait l'objet des débats de l'humidité à la sécheresse dans les régions
les plus passionnés tropicales font aussi partie du climat.
dans les années 90.
Le climat de la Terre Le climat joue un rôle essentiel dans la
va-t-il changer dans répartition des végétaux et des animaux et dans
l'avenir? La réponse la formation des sols, par le jeu de l'altération
est sans aucun des matériaux géologiques et de la
doute oui. Depuis le début de son histoire, soit décomposition ou de la conservation de la
une période de 3,5 milliards d'années, notre matière organique
planète a connu des périodes d'alternance de
climat froid et chaud. On ne voit donc pas
pourquoi le climat actuel de la Terre, qui règne 1.3. Dans quelle mesure le
pratiquement depuis le début du développement
humain, resterait stable. climat de la terre a-t-il varie
au cours de l’histoire
Les questions plus importantes et plus
complexes sont les suivantes: géologique
1. Comment le climat de la Terre va-t-il changer? Si le climat de notre planète a été suffisamment
stable pour entretenir la vie pendant des millions
2. Comment un climat changeant influera-t-il sur d'années, le climat est dynamique et sujet
les capacités des sociétés humaines à maintenir
et améliorer la qualité de leur vie?

3. Quelles mesures peut-on prendre pour


s'adapter aux effets du changement climatique
ou les atténuer?

1.2. Comment le temps et le


aux changements. Les donnés fournies par les
climat sont-ils définis ? fossiles et d'autres indicateurs comme le
diamètre des cernes des arbres, les taux de
Le temps est la condition atmosphérique croissance des organismes marins et les types
dominante dans une zone à un moment de végétation révélés par les pollens fossiles,
déterminé, se traduisant par la chaleur ou le
froid, un ciel clair ou nuageux, la sécheresse ou prouvent clairement que le climat de la Terre a
l'humidité, le vent ou le calme. été caractérisé par des périodes de temps chaud

2
Company Your Company Name (C) Copyright (Print Date) All Rights Reserved
Logotype
et de temps froid dès son origine (Fig. 1.1). Par En noir, périodes plus froides que la période
exemple, il y a plus de 230 millions d'années, actuelle. Les tirets indiquent des données
vers la fin du Paléozoïque, les glaciers fragmentaires (Source: Goodess et al, 1992).
recouvraient la plus grande partie des tropiques
actuels. Cependant, durant une bonne partie du
Mésozoïque, alors que les dinosaures et
d'autres reptiles dominaient la Terre (il y a 180
millions à 65 millions d'années), les
températures étaient beaucoup plus élevées
qu'elles ne le sont aujourd'hui.

Au cours du dernier million d'années, le climat


de la Terre a été caractérisé par de longues
périodes de temps froid durant lesquelles les
glaciers continentaux couvraient de vastes
surfaces. Chacune de ces périodes durait de 80
000 à 100 000 ans et elles étaient entrecoupées
par des périodes plus brèves de temps plus
chaud, de 10000 à 15000 ans chacune. Au
dernier maximum glaciaire, il y a environ 18000
ans, le niveau des océans était inférieur de 130
m à celui d'aujourd'hui. A cette époque, les
Bahamas étaient une énorme masse de terres
émergées et la région sahélienne de l'Afrique
était un désert. Les glaciers continentaux
commencèrent à se retirer il y a à peu près 10
000 ans. Il y a environ 6 000 ans, alors que les
glaciers étaient encore en phase de retrait, la
Terre est entrée dans une période durant
laquelle les températures moyennes étaient à
peu près égales à celles d'aujourd'hui mais avec
des étés légèrement plus chauds et des hivers
plus froids. Les précipitations augmentèrent
dans le Sahel africain et le niveau du Lac Tchad
monta jusqu'à plus de 40 m au-dessus de celui
d'aujourd'hui. En Afrique, les civilisations étaient
considérablement plus avancées qu'en Europe.
Les plaques de glace continuant à se retirer vers
le nord, le Sahel devint à nouveau une région à
faible pluviosité, ses zones septentrionales étant
envahies par le désert du Sahara.

De nombreux scientifiques estiment que la


période de températures relativement douces
dont nous bénéficions aujourd'hui finira par
conduire à une autre ère glaciaire (Easterling,
1990; Harrington, 1987).

Figure 1.1 - Tableau général des variations de


1.4. Quels changement sont
températures et de précipitations au cours de intervenue dans le climat
l'histoire géologique. Les courbes indiquent
les écarts aux moyennes globales actuelles.

3
Company Your Company Name (C) Copyright (Print Date) All Rights Reserved
Logotype
de la terre depuis le début en Islande et la vigne prospérait dans le sud de
l'Angleterre. Les forêts canadiennes s'étendaient
de l’histoire de l’humanité beaucoup plus loin vers le nord qu'elles ne le
font aujourd'hui, les colonies agricoles
prospéraient dans les hautes terres du nord de
l'Ecosse et une colonie viking était établie au
D'après les données historiques, au cours des Groenland.
1100 dernières années, la terre a connu des
variations climatiques, du moins à l'échelon L'Optimum Médiéval se termina au XIIIe siècle et
régional, suffisamment stables et d'assez longue fut remplacé par 600 années de refroidissement
durée pour être considérées comme des prononcé. Le froid s'intensifiant, cette période
changements climatiques (Easterling, 1990). est devenue connue sous le nom de Petit Age
Glaciaire. La couverture de neige et de glace
Durant la période de l'histoire de l'Europe n'avait jamais été aussi étendue depuis le
connue sous le nom de Moyen Age, un climat Pléistocène et ses immenses glaciers. Les
chaud, qui a duré à peu près de 900 à 1200 colonies vikings qui existaient au Groenland
après J.-C. a dominé la plus grande partie de entre 985 et 1500 après J.-C. disparurent. Les
l'Europe; il fut appelé Optimum Médiéval. Cette forêts d'Amérique du Nord se retirèrent vers le
période a permis à l'homme de s'installer dans sud et, dans le nord de l'Europe, les canaux
des régions qui seraient aujourd'hui considérées étaient souvent gelés pendant tout l'hiver,
comme trop rudes sur le plan climatique. Durant bloquant les transports par voie d'eau.
l'Optimum Médiéval, on cultivait l'avoine et l'orge

4
Company Your Company Name (C) Copyright (Print Date) All Rights Reserved
Logotype
2. L'effet de serre
3.

2.1. Qu'entend-t-on par "effet de


serre" et comment influence-t-il le
climat de la terre?
L'effet de serre est la rétention de chaleur dans la
couche inférieure de l'atmosphère due à l'absorption et à
la réémission par les nuages et certains gaz. La Terre
reçoit son énergie du soleil sous forme de rayonnement
solaire. Le rayonnement solaire (visible) à ondes courtes
traverse l'atmosphère sans rencontrer d'obstacles ou
presque et réchauffe la surface terrestre. Le
rayonnement thermique à ondes longues émis par la
surface réchauffée de la Terre est partiellement absorbé
par un certain nombre de gaz à l'état de trace ou "à effet
de serre" (GES). Ces gaz sont présents en petites
quantités dans l'atmosphère et réfléchissent le
rayonnement thermique à ondes longues dans toutes les
directions. Une partie du rayonnement est dirigée vers la
surface de la Terre

La quantité de gaz à effet de serre dans l'atmosphère


peut influer sur les températures globales. Si ces gaz
devaient augmenter, les températures pourraient
s'élever. S'ils devaient diminuer, les températures
globales s'abaisseraient.

L'effet de serre est un phénomène bien compris


reposant sur des principes scientifiques établis. La
température moyenne de la surface de la Terre, par
exemple, est supérieure d'environ 33°C à ce qu'elle
serait sans la présence de ces gaz. Des observations
par satellite du rayonnement émis par la surface
terrestre et à travers l'atmosphère confirment l'action des
gaz à effet de serre. La composition des atmosphères de
Vénus, de la Terre et de Mars est très différente mais
leurs températures de surface sont en accord avec les
principes de l'effet de serre. Enfin, des mesures de
carottes de glace remontant à 160 000 ans montrent que
la température de la Terre a varié avec les quantités de
dioxyde de carbone et de méthane, deux des principaux
gaz à effet de serre présents dans l'atmosphère (Fig.
2.2). Les variations survenant dans les quantités de ces
gaz peuvent expliquer, mais en partie seulement, les
grandes différences de températures globales (5-7°C)
entre les époques glaciaires et les périodes
interglaciaires (Houghton, 1991). Selon certaines études

5
Company Your Company Name (C) Copyright (Print Date) All Rights Reserved
Logotype
récentes, les températures et les gaz à effet de serre sont si étroitement corrélés qu'il est difficile de
déterminer quelle est la cause et quel est l'effet.

2.2. Quels gaz sont considères comme gaz a effet de serre et quels
sont les sources de ces gaz ?
Les gaz à effet de serre (GES) présents dans l'atmosphère terrestre comprennent la vapeur
d'eau (H2O), le dioxyde de carbone (CO2), le méthane (CH4), l'oxyde nitreux (N2O), les oxydes
d'azote (NOx), l'ozone (O3), le monoxyde de carbone

(CO) et les chlorofluorocarbones (CFC). Les concentrations de ces gaz dans l'atmosphère terrestre ont
varié au cours des périodes géologiques. Depuis la dernière période glaciaire, les niveaux de ces gaz
sont restés relativement constants. A mesure que l'agriculture et l'élevage se développaient, que la
population mondiale augmentait et que les sociétés s'industrialisaient, les niveaux de certains de ces gaz
augmentaient sensiblement (Houghton, 1991). On trouvera ci-dessous une description des principaux
GES et de leurs sources:

VAPEUR D'EAU (H2O) - La vapeur d'eau est le plus répandu des GES et celui qui exerce le plus fort
effet de serre. La quantité de vapeur d'eau n'est affectée que dans une faible mesure par les activités
humaines comme l'irrigation ou la construction de réservoirs. La quantité de vapeur d'eau augmente
quand l'atmosphère se réchauffe. Des quantités accrues de vapeur d'eau pourraient renforcer l'effet de
serre.

DIOXYDE DE CARBONE (CO2) - Le dioxyde de carbone est le plus important des GES influencé par
l'activité humaine aussi bien en terme de quantité dans l'atmosphère que pour ses effets potentiels sur le
réchauffement de la planète. Ce gaz provient de la respiration des animaux et des végétaux, de
l'utilisation des combustibles fossiles et de la combustion ou de la décomposition des plantes et des
arbres. Les cimenteries sont une autre source importante de CO2 (IPCC, 1992).

Depuis le début de la révolution industrielle, au milieu du XVIIIe siècle, l'utilisation de combustibles


fossiles a augmenté. Il faut ajouter à cela la déforestation à grande échelle et le brûlage des déchets.
Ces activités et d'autres interventions humaines ont entraîné une augmentation de près de 25% de la
concentration de dioxyde de carbone dans l'atmosphère, de 290 ppmv (parties par million en volume) à
355 ppmv à l'époque actuelle. Cette augmentation a surtout eu lieu depuis 1940 (Hair et Sampson,
1992). On a observé dernièrement une diminution du taux de croissance du CO2 dans l'atmosphère
(Sarimento, 1993, voir encadré 2.1).

METHANE (CH4) - La principale source de ce gaz est la décomposition anaérobie (décomposition par


des microorganismes en absence d'oxygène libre dans l'air). Elle a lieu dans les rizières et les
marécages. Le méthane provient également des bovins et autres ruminants, y compris des animaux
sauvages, dont la digestion est fondée sur la fermentation entérique. Les termites, très abondants dans
les forêts tropicales, sont une autre source de méthane (Zimmerman et al, 1982). D'autres sources
comprennent la combustion de la biomasse et la décomposition des remblais et des marécages. Les
incendies de forêt dégagent une unité de méthane pour 100 unités de dioxyde de carbone. Le niveau de
méthane dans l'atmosphère qui était de 0,8 ppmv en 1850 atteint aujourd'hui 1,7 ppmv. Depuis 1970,
pour des raisons inconnues, le taux de croissance du CH4 dans l'atmosphère terrestre a baissé, passant
d'environ 20 ppbv/an à 10 ppbv/an (IPCC, 1992).

OXYDE NITREUX (N2O) - Ce gaz est dégagé par la déforestation et le feu qui y est associé, la
combustion de la biomasse, l'intensification des processus de nitrification et dénitrification du sol dans

6
Company Your Company Name (C) Copyright (Print Date) All Rights Reserved
Logotype
des zones humides par intermittence, l'application d'engrais azotés et l'utilisation des combustibles
fossiles.

Emission annuelle degaz a effet 2.4. les pays qui contribuent


de serre par secteur actuellement le plus aux niveaux
centrales élevés de GES
energetique
Les dix pays qui contribuent le plus aux émissions de
elimination et
gaz à effet de serre sont les Etats-Unis, l'ex-URSS, le
traitement des
23% déchets
combusion de
Brésil, la Chine, l'Inde, le Japon, l'Allemagne, le
biomasse Royaume-Uni, l'Indonésie et la France. Dans bon
47% résidences nombre de ces pays, le secteur de l'industrie et des
commerces et
22% autes services est très développé et utilise des volumes
considérables de combustibles fossiles (Watson et al,
8%
1990). En 1990, 36% des émissions globales de
carbone dues à la consommation d'énergie provenait
des pays en développement (y compris la Chine et
l'ex-URSS). Cette valeur est en augmentation par
rapport à l'estimation de 28% faite en 1970 (Global Environmental Change Report, 1994).

7
Company Your Company Name (C) Copyright (Print Date) All Rights Reserved
Logotype
3. Les changements prévus dans le climat de la terre et les effets attendus
attendus
3.1. En général, quels sont les effets prévus de l'augmentation des
concentrations de GES sur le climat de la terre?
L'augmentation des concentrations de CO2 et d'autres GES dans l'atmosphère peut avoir des
conséquences de grande portée, en particulier une élévation des températures moyennes et des
fluctuations dans les précipitations, le nombre de jours sans gel et la fréquence et la violence des
orages . Une élévation du niveau des océans est aussi probable

Les plantes vertes utilisent le CO2 durant la photosynthèse. Par conséquent, une augmentation des
concentrations de GES pourrait avoir des effets sensibles sur la croissance et la survie des plantes
vertes, y compris des arbres . De plus, des variations climatiques pourraient affecter la répartition des
animaux et des végétaux et les processus participant à la formation du sol . Ces effets pourraient avoir
de graves implications dans l'avenir pour l'agriculture, la pêche et la foresterie.

3.2. Comment réagir au changement climatique prévu?


Il existe deux stratégies globales pour répondre au changement climatique
prévu: l'adaptation et l'atténuation. Ces approches s'appliquent à tous les secteurs concernés par le
problème du changement climatique.

L'ADAPTATION concerne les réponses aux effets du changement climatique Elle se rapporte à tout
ajustement, qu'il soit passif, réactif ou prévisionnel pouvant être adopté en vue de compenser les effets
nocifs prévus, attendus ou réels du changement climatique. L'adaptation implique également de tirer parti
de tous les effets bénéfiques éventuels comme des périodes de croissance plus longues qui
permettraient de pratiquer certaines cultures à des latitudes plus élevées.

De nombreuses stratégies d'adaptation sont valables indépendamment du changement climatique car la


variabilité climatique actuelle et les phénomènes climatiques extrêmes, comme les sécheresses, les
violents orages et les inondations causent déjà des dégâts importants dans la plupart des régions du
monde. L'adaptation à ces phénomènes peut aider à réduire les dégâts à court terme indépendamment
d'éventuels changements climatiques à long terme.

3.2. Réchauffement de climate consequences:


a) Élévation du niveau des océans

 L'océan va encore se réchauffer et s'acidifier.

8
Company Your Company Name (C) Copyright (Print Date) All Rights Reserved
Logotype
 L'élévation du niveau des mers va se poursuivre à un rythme encore plus rapide: elle
pourrait aller de 26 cm à 82 cm, en fonction des émissions, entre 1986-2005 et la fin du 21e
siècle; la hausse ne sera pas uniforme sur le globe.
 Avec une hausse de 2 degrés de la température mondiale, des zones habitées par 280
millions de personnes seraient submergées, selon Climate Central, un centre de recherche
basé aux Etats-Unis. Ces changements interviendraient dans un délai pouvant atteindre
2.000 ans. 

b) Évènements météorologiques extremes

Les vagues de chaleur seront plus fréquentes,


les vagues de froid moins fréquentes sur la
majeure partie de la planète.
Les changements concernant les précipitations
ne seront pas uniformes: précipitations annuelles
en hausse dans le Pacifique équatorial, aux
latitudes élevées et dans les régions humides
aux latitudes moyennes, baisse dans les régions
subtropicales sèches.
Les fortes pluies risquent de provoquer des inondations poussant les populations à fuir leur
domicile, et détruisant habitations et récoltes.

c) Fontes des glaces

Le volume global des glaciers, à l'exception


de l'Antarctique, devrait baisser de 15 à
55% avec le scénario d'émissions le plus
faible et de 35 à 85% avec la trajectoire la
plus élevée. Les glaciers des Pyrénées
pourraient avoir disparu en 2050.
La banquise arctique d'été se réduit et il est
de plus en plus probable, selon les
climatologues, de voir l'océan Arctique libre
de glace d'ici à 2050.
d) Biodiversité

Risques accrus d'extinction pour de


nombreuses espèces (animales ou

9
Company Your Company Name (C) Copyright (Print Date) All Rights Reserved
Logotype
végétales) qui ne pourront pas se déplacer assez vite pour s'adapter. 20 à 30% des espèces
animales et végétales sont menacées d'extinction en cas de hausse des températures de 1,5
à 2,4° par rapport aux 20 dernières années du XXe siècle.
e) Impacts socio-économiques
La sécurité alimentaire sera affectée notamment dans les régions dépendant de la pêche.
Baisse des rendements céréaliers (blé, riz, maïs) dans les régions tempérées et tropicales.
Baisse des ressources d'eau potable dans les régions subtropicales sèches.
Risques accrus dus aux inondations, glissements de terrain, tempêtes.
Hausse des déplacements de population.
Risques de conflits accrus pour l'accès aux ressources.
XXe siècle.
f) Forets

Les indices de forets vont se multiplier dans


tout la zone tropicales et équatoriale. Les
damiers forets vierges risquent de disparaitre

CONCLUSION

• Le réchauffement climatique et un fait, et il est maintenant


admis de tous qu'il est dû aux activités de l'homme
• les hommes se sont réunis afin de lutter contre celui-ci plus
efficacement cependant pour que l’on puisse aboutir à un
10
Company Yourrésultat il faut
Company l'action
Name de de (Print
(C) Copyright tous Date) All Rights Reserved
Logotype
• l'énergie parfaite ça n'existe pas, on ne pourra jamais réduire
11
Company Your Company Name (C) Copyright (Print Date) All Rights Reserved
Logotype