Vous êtes sur la page 1sur 84

Rapport annuel

ADRAO

1999

Association pour le développement de la riziculture en Afrique de l’Ouest

West Africa Rice Development Association

ContentsPgs_POL.p65 1 3/8/02, 11:49 AM


© Association pour le développement de la riziculture en Afrique de l'Ouest (ADRAO/WARDA) 2002

L'ADRAO exhorte les lecteurs à faire un bon usage de cet ouvrage. Une citation correcte est requise.

ADRAO (Association pour le développement de la riziculture en Afrique de l'Ouest), 2002.


Rapport annuel 1999. Bouaké, Côte d’Ivoire, 74 pp.

Cette publication est aussi disponible en anglais, sous le titre : WARDA Annual Report 1999.

Traduit de l'anglais et corrigé.

ISBN 92 9113 225 X

Couverture : Une paysanne avec sa récolte de la variété Sahel 108, périmètre de N'Diaye, delta du
fleuve Sénégal, Sénégal. Sahel 108 a été sélectionnée par l’ADRAO et homologuée au Sénégal en
1994.

ContentsPgs_POL.p65 2 3/8/02, 11:49 AM


Table des matières
Avant-propos 1

Bilan et perspectives 5

Points saillants des activités

Nouveau riz pour l’Afrique… avec le coup de pouce de nos amis 9

Infrastructures de biologie moléculaire à l’ADRAO 16

Sur la voie de vaincre l’acidité des sols en riziculture de plateau 23

Une approche holistique du problème de production en riziculture


irriguée englobe bien plus que la seule dégradation des sols 30

La perception est conforme à la réalité 38

Profil d’un pays donateur : le Royaume-Uni 46

Annexes 51

L’année en revue : 1999 51

Etats financiers 55

Conseil d’administration 59

Cadres de l’ADRAO et chercheurs d’institutions coopérantes 60

Activités de formation 62

Publications 65

Sigles et abréviations 70

ContentsPgs_POL.p65 3 3/8/02, 11:49 AM


ContentsPgs_POL.p65 4 3/8/02, 11:49 AM
Rapport annuel ADRAO 1999
Avant-propos

Message du Directeur général et du


Président du Conseil d’administration

ETTE ANNÉE qui clôture les « mille neuf cents » a été une année de grande activité pour tous ceux qui sont impliqués dans
C le travail de l’ADRAO. Plusieurs projets majeurs étaient ou arrivaient au terme de leur première phase et de nouveaux projets
et orientations émergeaient. C’est le début d’une période passionnante et laborieuse de l’histoire de l’ADRAO et celle-ci va nous
conduire dans le nouveau millénaire avec de meilleures perspectives pour la tant attendue révolution verte du riz en Afrique de
l’Ouest et du Centre.
Pour montrer la croissance de nos activités et celles de nos partenaires, nous initions une nouvelle rubrique dans notre rapport
annuel : L’année en revue. Cette annexe est une chronique des événements et elle illustre l’envergure des thèmes de recherche-
développement couverts par l’Association.
L’événement le plus important, du point de vue de la gestion, a peut-être été la quatrième Revue externe des programmes et de
la gestion (REPG) de l’ADRAO. Le panel de revue comprenait six membres et un consultant. Il était présidé par Mandivamba Rukundi
du Zimbabwe, Directeur des programmes de la Fondation W.K. Kellogg et avait en son sein des expertises en gestion de la recherche
agricole internationale, en politiques alimentaires et agricoles ainsi qu’en économie de l’irrigation. Le panel a apporté une forte note
d’expérience internationale dans la revue critique des programmes et de la gestion de l’ADRAO, car la plupart des membres ont
servi dans des revues externes d’autres centres du Groupe consultatif. Le processus de revue comportait une série d’interactions
avec le personnel, la Direction et le Conseil d’administration ainsi que des visites de programmes nationaux sélectionnés et des
stations de recherche de l’ADRAO au Sénégal et au Nigéria.
Le rapport de la revue, atteste du progrès de l’ADRAO dans la recherche et la gestion au cours des six dernières années (depuis
la troisième revue externe), et le travail d’hybridation interspécifique qui a conduit au développement des riz interspécifiques ou
NERICA a été vivement salué. Deux extraits du rapport méritent d’être cités.
« L’ADRAO est à la croisée des chemins à un niveau où une percée scientifique peut générer une forte
augmentation de la production dans beaucoup de pays en développement où les petits riziculteurs restent à la traîne
du progrès technologique. La différence fondamentale c’est que l’ADRAO est maintenant en train de développer
des technologies adaptées à l’environnement africain, sans le modifier pour qu’il convienne à la technologie. »
« L’ADRAO est bien partie pour opérer une révolution verte à base riz en Afrique de l’Ouest et du Centre. Le panel
l’encourage dans sa voie de focaliser l’impact de son travail sur la vie des populations, en mettant plus de riz dans
l’assiette des pauvres ne mangeant pas à leur faim et plus d’argent dans leurs poches. »
Cependant, une contrainte majeure identifiée dans l’impact général des produits de notre recherche était le manque d’incitations
économiques pour une adoption large et massive, en raison (a) de la faiblesse du transfert de technologies et des systèmes de
livraison, particulièrement pour ce qui est des semences et (b) des politiques agricoles inappropriées : il est indispensable d’avoir
des politiques qui encouragent la compétitivité de la production rizicole locale contre des importations fortement subventionnées
et bon marché. Ceci est vraiment crucial en Afrique de l’Ouest, où nourriture rime de plus en plus avec riz pour plus de 240 millions
de personnes et où la demande augmente à un taux annuel de 6 % occasionnant des importations de plus de 3,2 millions de tonnes
pour un montant faramineux de 1 milliard de $ EU par an. L’ADRAO est donc confrontée à un défi majeur et elle a un rôle central

01_04_POL.p65 1 3/8/02, 11:49 AM


Rapport annuel ADRAO 1999
Avant-propos

dans l’amélioration des capacités nationales aussi bien individuelles qu’institutionnelles, dans l’analyse et la formulation de
politiques en vue de relever les défis de la sécurité alimentaire du 21e siècle.
Cette année, on a observé un flux d’arrivées de personnel au-dessus de la moyenne, en particulier, dans le cadre du récent système
des postes de responsabilité intermédiaire intervenu en 1998 et 1999. Les nouveaux visages de 1999 sont : Frank Abamu (agronome/
modélisation des cultures), Mark Abekoe (agronome/sols, chercheur visiteur du Ghana), Antoinette Baroan (gestion du personnel),
Olivier Briët (médecin entomologiste, DGIS), Mory Cissé (responsable achats et approvisionnements), Gilbert Kato (responsable
transports), Mohamed Kebbeh (agro-économiste, chercheur visiteur de la Gambie), Rebecca Kent (malherbologiste, DFID), Adrian
Labor (responsable, technologie de l’information et de la communication, CRDI), Frédéric Lançon (économiste, analyse des
politiques), Marie-Noëlle Ndjiondjop (biologie moléculaire), Francis Nwilene (entomologiste), Takeshi Sakurai (agro-économiste,
JIRCAS), Fassouma Sanogo (traducteur), Olusegun Olubowale (comptable principal), Gaston Sangaré (gestion de la ferme), Nko
Umoren (auditrice interne) et Norberte Zézé (assistante aux relations publiques).
Comme nous aimons à le rappeler, le partenariat est le modus operandi de l’ADRAO. En décembre, nous avions abrité un atelier
international sur le thème ‘Partenariats efficaces et durables dans un système de recherche globale : cas de l’Afrique subsaharienne’
que nous avions co-parrainé et coordonné avec le centre frère du Groupe consultatif, International Service for National
Agricultural Research (ISNAR), en collaboration avec Organizational Change Program (OCP) et avec un appui significatif
d’autres organisations internationales de recherche agricole. L’atelier a renforcé la compréhension mutuelle des succès et échecs
des partenariats CIRA-SNRA en Afrique subsaharienne et a noté que la transparence, la confiance et une juste attribution des
réalisations et des opportunités financières constituent d’importants gages de succès. Le partage de ces expériences de partenariat
passées doit guider ceux en charge d’identifier de nouveaux partenariats globaux novateurs.
Comme indiqué dans le rapport de l’année dernière, 1999 a vu la fusion des groupes d’action de l’ADRAO avec le Réseau riz
de la Conférence des responsables de la recherche agricole en Afrique de l’Ouest et du Centre (CORAF-WECARD) et la formation
du Réseau ouest et centre africain du riz (ROCARIZ). Le rôle du ROCARIZ est de servir de liaison entre les acteurs de la filière riz
de la région afin de générer des technologies rizicoles améliorées et adaptées et de veiller à une adoption vaste et réussie. Son but
est de renforcer la capacité et la compétence de la recherche agricole nationale et des services de vulgarisation en vue d’une
planification coordonnée de la recherche, une génération de technologies ainsi qu’une évaluation et un transfert aux utilisateurs
finaux. Au point ultime, ce travail – comme toutes les activités de l’ADRAO – vise la réduction de la pauvreté et de la malnutrition
à travers une amélioration de la production rizicole et un développement des marchés. Une stratégie de cinq ans a été élaborée et
son financement a été accepté par l’USAID.
La première phase de notre projet porte-drapeau, le Projet d’hybridation interspécifique (PHI) tirait à sa fin (il a officiellement
pris fin en début 2000). Ses principaux donateurs : le Programme des Nations Unies pour le développement – Coopération technique
entre pays en développement (PNUD/CTPD) et le Ministère des affaires étrangères du Japon (MAE), ont évalué le progrès réalisé
au cours de la première phase de trois ans et ont conclu que :
« L’équipe recommande fortement … de consolider le financement et d’identifier des “ champions ” qui vont aider
l’ADRAO à transférer cette révolution naissante du stade de la recherche-développement à la production, à la
commercialisation, puis vers les ménages consommateurs. Autrement, la communauté internationale et les amis de
l’Afrique laisseraient échapper une chance en or de transformer enfin ce continent demandeur d’aide alimentaire en
un continent excédentaire en riz. »
Le système semencier communautaire (CBSS) est devenu une composante majeure du PHI depuis son introduction à
l’ADRAO en 1998 (voir « Des semences produites par les agriculteurs pour les agriculteurs », Rapport annuel de l’ADRAO 1998,
page 40). Nous avions introduit cette formule parce que le système formel de production de semences certifiées des variétés
cultivées est très faible dans la plupart des pays de la région. Le CBSS permet aux paysans de produire « des semences de qualité
acceptable », pour eux-mêmes et pour leurs voisins dans la perspective du nouveau riz africain (NERICA) en cette période de forte
demande ; cependant, même avec cette initiative, on n’arrive pas à satisfaire la demande comme l’a relevé l’équipe :

01_04_POL.p65 2 3/8/02, 11:49 AM


Rapport annuel ADRAO 1999
Avant-propos

« L’équipe pense fermement que la participation des paysans aux stades initiaux du développement des
technologies du projet PHI à travers des approches comme “ les jardins variétaux au village ”, les essais de sélection
variétale participative (PVS) et le CBSS, a été efficace et a produit les résultats positifs de large et immédiate
acceptation des NERICA pour les zones de plateau. Deux variétés en Côte d’Ivoire et trois en Guinée sont non
seulement cultivées par beaucoup de paysans, mais la demande de semences excède de loin l’offre […] L’accès à
des semences adéquates de NERICA est la contrainte majeure à une adoption plus massive de la nouvelle
technologie [...] La demande de semences par les participants au PVS, CBSS, leurs voisins ou les paysans qui ont
simplement pris part à des journées portes ouvertes, a toujours été le premier des besoins en intrants exprimés
durant les visites de l’équipe en Côte d’Ivoire, en Guinée et au Nigéria. Bien que l’actuel CBSS soit une bonne
initiative pour laquelle elle salue l’ADRAO, ce système ne constitue pas une source adéquate de semences.
L’ADRAO et ses partenaires du CBSS devront inclure des producteurs de semences contractuels et des compagnies
semencières privées. »
Ainsi, ce n’est pas seulement la Revue externe des programmes et de la gestion, mais aussi la revue des donateurs du PHI qui
reconnaissent la valeur des NERICA et des technologies associées. A travers leurs commentaires, plusieurs responsables
expérimentés en matière de recherche-développement reconnaissent que nous sommes au seuil d’une révolution verte à base riz
en Afrique de l’Ouest et du Centre. Le financement de la seconde phase du PHI est assuré et nous en appelons aux gouvernements,
aux décideurs politiques et aux investisseurs du secteur privé de nos Etats membres pour qu’ils mettent en place un environnement
adéquat (politique, socio-politique, financier) afin de faire de cela une réalité.
A la lumière de cette perspective, nous prenons l’opportunité de jeter un coup d’œil rétrospectif sur cette percée du
développement des NERICA avec des remerciements particuliers aux donateurs qui ont permis le succès de la phase I (page 9).
Les effets du PHI ont été d’une portée considérable et ont eu plusieurs retombées, parmi lesquelles la mise en place d’infra-
structures de biologie moléculaire au siège de l’ADRAO. Ce sujet est traité dans le second point saillant des activités cette année
(page 16).
La dégradation des sols est un problème potentiel majeur dans plusieurs systèmes de production à travers le monde. Cette année,
nous mettons en exergue la recherche financée par le Royaume-Uni sur les systèmes irrigués au Sahel (page 30) et les problèmes
d’acidité des sols dans la zone forestière humide (page 23).
Le Consortium santé humaine abrité par l’ADRAO est un autre projet qui tire à sa fin en cette année 2000. En guise d’illustration
du fait que la recherche ne constitue pas toujours une réponse aux maux de la planète, nous mettons l’accent sur les difficultés
associées aux perceptions locales de la schistosomiase, maladie potentiellement dangereuse (page 38). Le consortium est en train
de finaliser la publication de ses recherches en 2000, mais l’ADRAO continue d’attacher un intérêt particulier aux questions de santé
puisqu’elle commence à examiner les avantages nutritionnels des variétés NERICA au niveau communautaire.
Le profil de pays donateur, cette année, fait la lumière sur nos relations complexes avec les collègues et institutions du
Royaume-Uni. Nous apprécions particulièrement le solide appui que nous apporte le Royaume-Uni en ce moment de réductions
générales des contributions à usage non restreint aux centres GC.
A présent permettez-nous de partager avec vous la vision de l’ADRAO, au moment où nous entrons dans le troisième millénaire.
De notre point de vue, l’ADRAO doit jouer un triple rôle de centre d’excellence dynamique, d’institution régionale modèle et
de noyau ou pivot d’un système de diffusion de technologies efficaces et de connaissances. A court terme, notre priorité en tant
que centre d’excellence sera de favoriser et de maintenir un environnement propice de soutien à tout le personnel pour que chacun
contribue à une recherche excellente, effective et efficace : la recherche est notre raison d’être. Le rôle central et de leadership pour
l’ADRAO en ce troisième millénaire est d’être une institution régionale servant de pivot à des systèmes basés sur la science et
les technologies. Un système institutionnel englobera un vaste partenariat (modus operandi de l’ADRAO) entre tous les acteurs
et parties prenantes, à l’inverse du concept de centre isolé. L’élément final de notre triple rôle est de servir de pivot à un système
efficace basé sur la connaissance et les technologies. Ceci s’appuiera sur la réussite de nos groupes d’action, les approches de
centre ouvert et de recherche participative en vue d’outiller et de responsabiliser les paysans. Il constituera un cadre durable de

01_04_POL.p65 3 3/8/02, 11:49 AM


Rapport annuel ADRAO 1999
Avant-propos

réponse aux défis actuels et à venir, avec l’objectif de fournir un flux constant de nouvelles technologies (biens publics
internationaux) aux paysans. Ce triple rôle de l’ADRAO représente un système dynamique interactif ayant pour objectif ultime de
contribuer à l’allègement de la pauvreté et à la sécurité alimentaire dans la sous-région.
Il n’est donc pas surprenant que cette vision développée en 1999 cadre parfaitement avec la stratégie pour l’Afrique
subsaharienne récemment développée par le GCRAI en collaboration étroite avec les centres du Groupe consultatif, des
organisations sous-régionales et tous les partenaires SNRA.
Nous espérons qu’en lisant les différents points de ce rapport, vous aurez le même plaisir que nous avons eu à vous les
présenter.

Kanayo F. Nwanze N. Lindsay Innes


Directeur général Président du Conseil d’administration

01_04_POL.p65 4 3/8/02, 11:49 AM


Rapport annuel ADRAO 1999
Bilan et perspectives

Programmes de l’ADRAO pour le


prochain millénaire : gérer la continuité
et le changement
Amir Kassam
Directeur général adjoint chargé des programmes

’ANNÉE 1999 à l’ADRAO a été marquée par un intense programme d’activités de revue et de planification. D’abord, en début
L 1999, l’ADRAO a réexaminé son processus de revue et de planification des programmes dans le but d’évaluer la performance
des plans de travail annuels et la pertinence continue des priorités et stratégies du programme pluriannuel présentées dans le
Plan à moyen terme (PMT) de trois ans en cours. Puis, en juin 1999, la stratégie et la gestion des programmes de l’ADRAO ont fait
l’objet d’une Revue externe des programmes commanditée par le Centre (CCER). Ensuite, en prélude à la quatrième Revue
externe des programmes et de la gestion (REPG), dont la phase initiale avait eu lieu en novembre 1999 et la phase principale en
février 2000, l’ADRAO a inventorié en détails et documenté les réalisations de ses programmes depuis la troisième REPG. Les
détails et le résultat de la quatrième REPG ainsi que les réponses apportées par l’ADRAO seront publiés dans le rapport annuel
2000.
L’exercice annuel de revue et de planification des programmes de 1999 a servi à évaluer de manière critique les propositions du
programme pluriannuel de l’ADRAO présentées dans son PMT 1998-2000 et à formuler un PMT significativement revu pour la
période 2000-2002. Tel qu’élaboré ci-dessous, le PMT révisé a un mandat opérationnel plus pointu et un cadre de programme
dynamique et robuste répondant effectivement aux défis régionaux de démographie galopante et de pauvreté, de demande
croissante de nourriture (particulièrement du riz), de risques de dégradation de l’environnement, de faiblesse des capacités
nationales de recherche-développement et d’inadéquation de la base de capital social pour le développement. Le PMT 2000-2002
prend en compte le potentiel agricole de la région et s’appuie sur des réalisations scientifiques significatives de l’ADRAO depuis
1991, l’avantage de son partenariat spécial avec les SNRA et son concept de « centre ouvert ».
En gros, l’ADRAO continue de renforcer son rôle de centre-pivot régional pour les systèmes à base riz, en axant essentiellement
ses investissements sur les problèmes spécifiques à l’Afrique de l’Ouest et du Centre. La vision programmatique de l’ADRAO est
de créer un programme de recherche régional en vue de promouvoir un changement technique et économique respectueux de
l’environnement dans le secteur riz, au niveau national et local. Ce changement doit conduire à une amélioration équitable de la
sécurité alimentaire pour les pauvres et une réduction durable de la pauvreté rurale. La réponse programmatique de l’ADRAO reflète
son mandat opérationnel qui vise à assurer le maintien de son excellence scientifique en : (i) amélioration génétique du riz ; (ii)
génération, évaluation et diffusion de technologies pour les systèmes à base riz ; et (iii) leadership pour les activités éco-régionales
de bas-fonds.

05_08_POL.P65 5 3/8/02, 11:49 AM


Rapport annuel ADRAO 1999
Bilan et perspectives

L’ADRAO va poursuivre sa recherche stratégique et appliquée en vue de générer des technologies d’une nécessité urgente pour
la région. Pendant la période du PMT 2000-2002, la stratégie de recherche de résultats sera mise en œuvre de manière plus effective
à travers le renforcement d’une recherche rizicole orientée vers le développement et un travail collaboratif d’évaluation et de
transfert de technologies soutenu par des activités complémentaires d’information et de formation. Dans ce cadre et conformément
à des initiatives déjà prises en 1998, l’ADRAO restera ouverte à la participation des chercheurs travaillant sur le riz en Afrique
orientale, centrale et australe (ECSA), à travers ces groupes d’action. Elle répond ainsi à une demande directe de la région ECSA
et veille à ce que le reste de l’Afrique bénéficie du grand potentiel de retombées de sa recherche. Elle va également renforcer sa
recherche écorégionale sur les systèmes d’exploitation des bas-fonds à travers le Consortium bas-fonds (CBF). Le CBF s’est érigé
en un véhicule testé et prouvé d’évaluation et de livraison des technologies générées par l’ADRAO et d’autres pour l’amélioration
de la productivité dans les systèmes de bas-fonds. Pour le PMT 2000-2002, le CBF mettra l’accent sur la gestion intégrée des
ressources naturelles en vue de soutenir l’intensification et la diversification d’une exploitation durable des terres.
Tirant des leçons de plusieurs décennies de recherche agricole en Afrique, les programmes de recherche de l’ADRAO sont
en rupture avec la structure du programme agro-climatique qui a caractérisé l’Association avant 1997 et vont au-delà de celle
proposée dans le PMT 1998-2000. La structure révisée proposée pour le PMT 2000-2002 permet la consolidation des activités
et consiste en deux programmes de génération de technologies, le Programme riz pluvial (Programme 1) et le Programme riz
irrigué (Programme 2) ; un Programme d’appui aux politiques (Programme 3) ; et un Programme 4 élargi et renforcé prenant la
nouvelle appellation de Programme développement de systèmes et transfert de technologies. Une description complète des
programmes avec leurs buts, objectifs, résultats et points de repère est contenue dans le PMT.
Nous pensons que la nouvelle structure des programmes constitue une fondation solide pour le prochain millénaire et permet
à l’ADRAO de : (a) répartir de manière logique les activités de recherche tout au long du Continuum recherche-développement ;
(b) reconnaître explicitement les systèmes de production ciblés pour la génération et le développement de technologies ainsi que
leur diffusion ; (c) réaliser une intégration plus étroite des activités de recherche éco-régionale du CBF avec la recherche stratégique
de l’ADRAO sur la génération de technologies et de connaissances pour les systèmes de bas-fonds ; (d) créer des liens forts entre
programmes pour s’assurer que le travail global est de la plus haute pertinence, d’une grande valeur scientifique et économique
et qu’elle bénéficie d’une gestion efficace.
Cette structure concorde parfaitement avec les quatre piliers de la stratégie du GCRAI pour l’Afrique subsaharienne et offre
une plate-forme solide pour répondre aux défis de recherche-développement en agriculture dans la région.
Le panel du CCER sur la stratégie et la gestion des programmes a été présidé par le Dr Bernard Tinkler de l’université d’Oxford.
Le panel a conclu que : « L’ADRAO est maintenant un membre actif et respecté de la communauté de recherche rizicole d’Afrique
de l’Ouest. Sa recherche appliquée produit de nouvelles technologies qui sont en train d’être utilisées à un taux croissant. Certaines
de ces technologies sont des adaptations de principes bien connus comme dans les sols à problèmes de salinité et d’alcalinité du
Sénégal et du Mali. D’autres sont des prolongements de son amélioration variétale pour le rendement et contre les ravageurs, les
maladies et les contraintes de sol en Afrique de l’Ouest. La plus importante est la production d’hybrides interspécifiques (les
nouveaux riz pour l’Afrique), qui promettent beaucoup dans plusieurs écosystèmes. Sans doute, qu’elle génère maintenant un
impact à un rythme accru […] L’ADRAO a été traitée de manière relativement généreuse au regard de la quantité [de riz] produite
dans la région de son mandat. L’augmentation de la demande de riz et cette perspective de développements véritablement importants
de la recherche montrent que ceci était mérité et à bon escient. »
Au-delà des réalisations présentées dans ce rapport annuel, il y en a beaucoup d’autres qui méritent d’être mentionnées. Le
nouveau type de riz interspécifique – dénommé « Nouveau riz pour l'Afrique » ou NERICA – a été homologué et activement
diffusé. On a achevé la mise en place du réseau régional de l’ADRAO pour l’amélioration participative du riz – un processus qui
a commencé en 1998, associant des partenaires de tous les 17 pays membres. Le développement d’outils de décision pour
intensifier la gestion intégrée des éléments nutritifs, de l’eau et des ravageurs dans les agro-écosystèmes rizicoles irrigués du Sahel
a également bien progressé. La recherche en formulation de politiques pour une compétitivité de la production rizicole a été renforcée
avec l’étude du rôle des services financiers ruraux dans l’adoption de la technologie rizicole et la gestion des ressources. La seconde

05_08_POL.P65 6 3/8/02, 11:50 AM


Rapport annuel ADRAO 1999
Bilan et perspectives

phase du Consortium bas-fonds a été initiée avec plus de membres et un programme de recherche plus étoffé. Le transfert de toutes
les responsabilités en matière de gestion des ressources génétiques du riz en Afrique, de l’IITA à l’ADRAO, a finalement été
achevé et une unité de ressources génétiques du riz a été mise en place.
Dans les années 1980, l’ADRAO a réussi à améliorer la productivité du riz de mangrove avec un impact considérable. Dans les
années 1990, l’ADRAO a fait de grands progrès dans l’augmentation de la productivité et du rendement du riz irrigué dans le Sahel,
où des rendements de 4 à 6 t/ha sont tout à fait normaux. Maintenant, le cadre est en place pour une révolution verte dans le riz
irrigué et le riz pluvial à travers la région du mandat de l’ADRAO, dans la première décennie du nouveau millénaire.
La gestion de la continuité et du changement est au cœur du processus programmatique de l’ADRAO, afin que les efforts à court
terme soient en conformité avec les objectifs à long terme. Cet esprit est bien illustré dans les articles qui suivent. Dans le rapport
annuel 1998, je disais : « Nous demeurons confiants et sommes convaincus que la qualité des performances de l’ADRAO se
maintiendra au plus haut niveau l’année prochaine et les années qui suivront. » En 1999, engagés et avec une qualification
appropriée, les chercheurs et le personnel d’appui de l’ADRAO travaillant main dans la main avec les collaborateurs nationaux et
internationaux, ont certainement tenu cette promesse. Je suis confiant que l’ADRAO restera un investissement à haut rendement
dans le système du GCRAI.

05_08_POL.P65 7 3/8/02, 11:50 AM


05_08_POL.P65 8 3/8/02, 11:50 AM
Rapport annuel ADRAO 1999
Points saillants des activités

Nouveau riz pour l’Afrique… avec le


coup de pouce de nos amis

OMME NOTRE projet porte-drapeau d’hybridation interspécifique arrive au terme de sa première phase, nous
C jetons un coup d’œil sur notre point de départ et où nous en sommes, tout en rendant hommage à ceux qui nous
ont ouvert la voie.

Le Projet d’hybridation interspécifique (PHI) a commencé en poursuit Jones. « Les seules variétés suffisamment tolérantes au
1997 avec l’appui du gouvernement japonais, de la Fondation sel pour y pousser étaient des glaberrima. » Dans les années
Rockefeller et du Programme des Nations Unies pour le qui ont conduit à ses tentatives novatrices d’hybridation des
développement (PNUD). Il s’est fondé sur la percée majeure de deux espèces de riz, Jones a aussi noté que dans les environ-
l’ADRAO, réalisée en 1994, de produire des descendances nements marginaux des plateaux, c’était encore les glaberrima
fertiles à partir de croisements entre le riz indigène africain qui poussaient et non les sativa asiatiques. « Il semblait donc,
(Oryza glaberrima) et le riz asiatique (O. sativa). Aujourd’hui, que les glaberrima avaient des gènes de résistance ou de
le nouveau type de riz, dénommé « Nouveau riz pour tolérance aux contraintes locales comme l’acidité des sols, la
l’Afrique » ou NERICA, est cultivé dans au moins quelques toxicité ferreuse et la pyriculariose, gènes que l’on ne trouvait
champs dans chaque pays de la région du mandat de l’ADRAO pas chez les sativa. »
et le cadre est ainsi établi pour une révolution verte à base riz
en Afrique subsaharienne.

Rappel : la percée dans l’amélioration


variétale du riz
Le cerveau et la force d’impulsion de la recherche sur l’hybrida-
tion interspécifique à l’ADRAO c’est Monty P. Jones, sélection-
neur et chef du programme riz pluvial au siège de l’ADRAO, en
Côte d’Ivoire.
« Tout le concept date du milieu des années 1970 », explique
Jones, « lorsque je travaillais dans mon programme national en
Sierra Leone. L’ADRAO avait son programme riz de mangrove
à Rokupr et j’y étais détaché ». Jones avait un intérêt particulier
pour la mangrove de marais de courte saison, où l’incursion de
l’eau de mer ne permettait une écologie sans sel que pour un Oryza glaberrima a été domestiquée en Afrique, il y a de cela
plus de 4500 ans. Elle s’est bien adaptée aux environnements
maximum de trois mois. « Les variétés de riz de cette écologie locaux, mais a un faible rendement en raison de la verse et de
devaient donc être ou à cycle court ou tolérantes au sel », l’égrenage

09_15_POL.p65 9 3/8/02, 11:50 AM


Rapport annuel ADRAO 1999
Points saillants des activités

Dans la perspective d’accéder à ces gènes fort utiles et de les


exploiter, Jones avait rassemblé, à l’ADRAO, tout le matériel Partenaires au sein du Projet d’hybridation
génétique glaberrima disponible à l’Institut international de interspécifique
recherche sur le riz (IRRI, Philippines) et à l’Institut international
Donateurs
d’agriculture tropicale (IITA, Nigeria), pour l’évaluer aux I Programme des Nations Unies pour le dévelop-
champs. « Nous avions 1 500 accessions », se souvient Jones. pement – Coopération technique entre pays en
développement (PNUD-CTPD)
« Nous les avons d’abord cultivées pendant la grande saison à I Ministère des Affaires étrangères du Japon (MOFA)
M’bé [siège de l’ADRAO], puis nous avons été si impression- I Fondation Rockefeller
nés par les résultats que nous les avons amenées au Sud, à I Programme du GCRAI à l’échelle du système pour la
recherche participative et l’analyse de la population
Gagnoa [Centre-Sud de la Côte d’Ivoire] pour une réévaluation paysanne (en termes de genre)
en contre-saison ». Sur ces 1 500 accessions, l’équipe a sélec- I Donateurs fournissant des subventions à usage non
tionné 48 variétés prometteuses et a testé leur compatibilité restreint à l’ADRAO

potentielle pour un croisement interspécifique – seules huit ont Institutions de recherche


survécu à ce processus de sélection ! I Association pour le développement de la riziculture en
Afrique de l’Ouest (ADRAO)
Des tentatives antérieures de croisement des deux espèces
I Centre international pour l’agriculture tropicale (Centro
se sont soldées par des échecs : les descendances étaient ou Internacional de Agricultura Tropical, CIAT, Cali, Colom-
infertiles ou alors les quelques graines fertiles étaient perdues bie)
I Cornell University (Ithaca, New York, Etats-Unis d’Améri-
dans les graines infertiles. Mais la détermination de Jones a que)
conduit l’équipe à des extrémités sans précédent ! Même les huit I Institut international de recherche sur le riz (IRRI), Los
variétés compatibles ne donnaient que très peu de graines dans Baños, Philippines)
I Institut de recherche pour le développement (IRD, pré-
la première génération de croisement (connue comme généra- cédemment ORSTOM, Montpellier, France)
tion F1), en fait moins de 5 % de graines. « Nous récoltions cinq I Université de Tokyo
I Yunnan Academy of Agricultural Sciences (YAAS, Kun-
graines ou moins sur des plants apparemment stériles », pour- ming, China)
suit Jones en riant, « mais quelle mine d’or nous venions de
mettre à jour » ! Institutions de recherche ayant du personnel basé à
l’ADRAO
Ces graines F1 ont fait l’objet d’une attention très particulière
I Centre de coopération internationale en recherche
et les plants cultivés à partir d’elles ont été utilisés pour agronomique pour le développement (CIRAD, France)
« rétrocroisement » avec un parent sativa. Après deux ou trois I Agence japonaise pour la coopération internationale
(JICA)
rétrocroisements, la fertilité des plants a augmenté à un seuil
I Centre japonais de recherche internationale pour les
« raisonnable », mais les plants étaient encore en disjonction : sciences agricoles (JIRCAS)
il n’y avait pas de lignées fixées, même après la quatrième ou I Ministère japonais de l’agriculture, des forêts et de la
pêche (MAFF)
cinquième génération. Ainsi, en 1993, l’équipe a décidé
I Natural Resources Institute (NRI, Royaume-Uni)
d’adopter la culture d’anthères pour fixer génétiquement les I Nations Unies (volontaires des Nations Unies, à partir de
lignées (voir « Infrastructures de biologie moléculaire à 2000)
l’ADRAO », dans ce rapport). Les premières lignées inter-
spécifiques fixées n’ont donc été obtenues à l’ADRAO, qu’en
1994.
de l’ADRAO à usage non restreint ne nous permettaient pas de
le faire ». En 1995, l’équipe a soumis une note conceptuelle au
Naissance et développement du Projet PNUD et au Ministère japonais des affaires étrangères (MOFA).
d’hybridation interspécifique La réponse immédiate du PNUD a été de financer un atelier sur
« Avec cette percée, nous avions perçu le besoin d’étendre le l’amélioration variétale interspécifique axée sur le riz, en décem-
travail », se souvient Jones, « mais à l’époque, les financements bre 1996. Cette rencontre a réuni toutes les institutions déjà

10

09_15_POL.p65 10 3/8/02, 11:50 AM


Rapport annuel ADRAO 1999
Points saillants des activités

engagées dans la recherche sur l’hybridation interspécifique : le représentant aux deux réunions et le second l’aurait fait s’il n’y
Centre international d’agriculture tropicale (CIAT, Colombie), avait pas eu des problèmes de logistique pour le voyage. Les
l’université Cornell (Etats-Unis d’Amérique), l’Institut inter- réunions ont porté sur des présentations de la recherche
national de recherche sur le riz (IRRI) et l’Institut français de agricole nationale et des services de vulgarisation de Côte
recherche scientifique pour le développement en coopération d’Ivoire et de Guinée ainsi que des paysans de Côte d’Ivoire.
(ORSTOM, France), ainsi que sept programmes nationaux Mme Delphine Koudou a été ovationnée à la réunion à mi-
d’Afrique de l’Ouest en vue de faire l’état d’avancement dans parcours – c’est elle qui a prêté son image pour représenter
le domaine de l’amélioration variétale interspécifique du riz Bintou en médaillon (voir ci-dessous) !
et d’identifier les problèmes majeurs à résoudre. L’atelier a été
suivi d’une réunion de planification stratégique financée par Sélection variétale participative
MOFA. Le résultat de ces deux réunions a été que le gouverne-
La caractéristique majeure du projet PHI fortement encouragée
ment japonais (à travers MOFA) et l’organe de Coopération
par les donateurs, c’est l’utilisation de la sélection variétale
technique entre les pays en développement (CTPD) du PNUD participative ou PVS comme double mécanisme d’obtention
acceptaient de financer la recherche en cours ; ainsi naissait la
d’un feedback sur les préférences des paysans en matière de
recherche conjointe Afrique/Asie en hybridation interspécifi-
nouvelles variétés de riz et de transfert de technologies. Les
que entre les espèces de riz africain et asiatique (Oryza glaber-
mécanismes conventionnels d’homologation variétale nécessi-
rima et O. sativa).
tent plusieurs années de tests en station et aux champs avant
Le projet MOFA/PNUD-CTPD (connu sous le sigle PHI)
l’homologation, puis il faut souvent plusieurs années pour
a été mis en place pour trois ans, 1997/98 à 1999/2000 avec
produire suffisamment de semences à fournir aux paysans.
un financement de 450 000 $ EU par an et un supplément de
L’ADRAO et ses partenaires voulaient désespérément que les
474 000 $ EU du budget à usage non restreint de l’ADRAO sur
nouveaux riz parviennent aux paysans le plus tôt possible. Elle
la période des trois ans.
a donc organisé en mars-avril 1996 une réunion des acteurs de
la filière riz : chercheurs des programmes nationaux, vulgarisa-
Rigueur dans les rapports d’activités teurs, paysans et organisations non gouvernementales, en vue
Nos amis du Japon et du PNUD étaient soucieux de s’assurer que de discuter des stratégies pour que les nouveaux riz parviennent
nous tirions le maximum de notre nouvelle connaissance et de aux paysans. Sachant que la recherche participative a servi de
nos ressources. Ainsi, des réunions d’évaluation ont été tenues catalyseur à l’adoption agricole en Inde et au Népal à un coût
à mi-parcours (novembre-décembre 1998) et vers la fin de la relativement faible et qu’elle a été adaptée aux paysans pour la
première phase (novembre 1999). Ceci a été une bonne chose sélection des haricots au Rwanda, les délégués
pour les chercheurs qui tendaient à être un peu laxistes dans la ont opté pour l’approche PVS.
préparation des rapports ; l’état d’avancement du projet PHI La première PVS adoptée par l’ADRAO a
était bien documenté avec des rapports informels chaque année été un programme de trois ans. Au cours de la
(1997, 1998 et 1999) pour les réunions d’évaluation, des rapports première année, l’ADRAO et les agents des
sur les réunions elles-mêmes et une publication formelle des services de vulgarisation mettent en place un
points saillants de la recherche annuelle dans Focus : « jardin variétal » dans un village cible, souvent
Interspecifics (points saillants 1998) et Rice Interspecific dans le champ d’un paysan bien en vue ou
Hybridization Project Research Highlights 1999. ayant le sens de l’innovation. Le « jardin varié-
Les réunions d’évaluation ont rassemblé les chercheurs et tal » comprend une parcelle de démonstration
des membres du Conseil d’administration de l’ADRAO, des avec entre 60 et 100 variétés de riz, pas seule-
représentants des institutions collaboratrices et des principaux ment des interspécifiques, mais aussi des
donateurs ; en plus, la Banque mondiale et l’USAID ont montré sativas modernes améliorés, des variétés loca-
un grand intérêt pour ces travaux ; le premier en envoyant un les et régionales bien connues et quelques

11

09_15_POL.p65 11 3/8/02, 11:50 AM


Rapport annuel ADRAO 1999
Points saillants des activités

de celles-ci par rapport à leurs variétés traditionnelles. Après


le démarrage de l’approche en Côte d’Ivoire en 1996, et sa
transposition au Ghana, en Guinée et au Togo en 1997, l’ADRAO
a décidé de disséminer l’information dans les autres pays
membres. Un atelier de formation a été organisé en mai 1998 et
six pays supplémentaires ont été invités à y prendre part :
Bénin, Burkina Faso, Gambie, Guinée Bissau, Nigeria et Sierra
Leone. Avec les équipes venant des quatre pays de départ, 10
pays d’Afrique de l’Ouest étaient ainsi outillés pour mener
leurs propres activités PVS. En avril 1999, l’ADRAO a tenu
deux réunions consécutives. La première était un atelier de
compte rendu et de planification au cours duquel les 10
équipes de 1998 ont fait des rapports sur l’acceptation de
l’approche participative par les paysans dans leurs pays. La
Le programme de sélection variétale participative a été conçu seconde était un séminaire de formation au cours duquel, les
pour atteindre autant de paysans que possible. Les hommes et sept autres pays membres de l’ADRAO – Cameroun, Libéria,
les femmes sont séparés pour permettre aux chercheurs d’obtenir
des données relatives aux genres Mali, Mauritanie, Niger, Sénégal et Tchad – ont été initiés à la
méthodologie PVS. Pour ces réunions, l’ADRAO a reçu un
financement complémentaire du PNUD et du Programme du
glaberrimas. Les paysans du village cible et ceux des villages GCRAI à l’échelle du système pour la recherche participative et
environnants sont encouragés à visiter le « jardin variétal » l’analyse de la population paysanne. Un rapport intégral des
aussi souvent qu’ils le désirent pour suivre l’évolution des activités 1998/99 présentées aux réunions d’avril 1999 a été
plantes, mais trois sessions d’évaluation formelles sont organi- publié par l’ADRAO dans la seconde moitié de 1999 dans un
sées. La première, au stade de tallage maximal, permet aux ouvrage intitulé Participatory Varietal Selection : The Spark
paysans de sélectionner les variétés sur la base des caractéris- that Lit a Flame.
tiques végétatives comme la vitesse de croissance, la capacité
de compétition avec les adventices et la performance contre les Le problème des semences
maladies et les insectes. La seconde visite, au stade de maturité, Ayant réussi à atteindre un certain niveau d’acceptation des
juste avant la récolte, permet aux paysans d’évaluer la hauteur nouvelles variétés par les paysans, l’étape suivante était de
de la plante, la structure de la panicule, le taux de croissance, la produire suffisamment de semences et de les mettre à disposi-
résistance aux ravageurs et le type de plant. A la troisième visite, tion pour une large distribution. Dans beaucoup de pays d’Afri-
après la récolte, les paysans notent le rendement et les aspects que de l’Ouest et du Centre, les mécanismes étatiques de
de qualité comme le pourcentage de brisures, l’aptitude à la production et distribution de semences sont sous-financés,
cuisson et le goût. surdimensionnés et incapables de faire face à la demande. Nos
Ces trois évaluations fournissent aux paysans les informa- lecteurs réguliers ont déjà une idée des systèmes semenciers
tions dont ils ont besoin pour sélectionner jusqu’à cinq variétés communautaires de riz promus par l’ADRAO pour permettre aux
dans le « jardin variétal », variétés qu’ils cultiveront la deuxième paysans de produire des semences pour leurs communautés
année dans leurs propres champs et sous leurs conditions de (« Des semences produites par les agriculteurs pour les agricul-
gestion. Là, ils pourront faire une comparaison directe avec teurs » Rapport annuel de l’ADRAO 1998, pages 40-44). Avec
leurs variétés traditionnelles. Au cours de la troisième année, il le succès initial en Côte d’Ivoire, le système a été adapté et
est demandé aux paysans de payer les semences de leurs adopté en Guinée et on espère son utilisation au Nigeria en
variétés favorites – ceci donne une idée de degré de préférence 2000. En raison essentiellement de sa nature « aide-toi, toi-

12

09_15_POL.p65 12 3/8/02, 11:50 AM


Rapport annuel ADRAO 1999
Points saillants des activités

« NERICA » : que revêt le nom ?

Les interspécifiques sont passés à travers plusieurs « incarna-


tions » en termes d’appellation, depuis la fixation des premiè-
res lignées en 1994. Mais, la décision cruciale a été l’utilisation
du terme « Nouveau riz pour l’Afrique » pour la première fois
en 1998, puis conventionnellement à partir du début 1999.
« Après tout », explique Dr Tatsuo Fujimura du PNUD/CTPD,
New York, « WAB 450-bla-bla ne signifie vraiment pas grand
chose pour un paysan. C’est tout simplement trop long ».
En fin 1999, la décision a été prise de standardiser les
« NERICA ». Ceci servira non seulement de label pour les
interspécifiques glaberrima x sativa, mais aussi de série
numérotée pour les variétés homologuées.
En début 2000, les sept premières variétés vont être
homologuées à grande échelle en Côte d’Ivoire et en
Guinée. Pour ceux qui s’intéressent aux détails, voici ces
Les paysans ont bien accueilli l’idée d’utiliser leurs ressources variétés :
propres pour multiplier les semences de NERICA pour les besoins I NERICA 1 = WAB 450-I-B-P-38-HB
de leurs communautés
I NERICA 2 = WAB 450-11-1-P31-1-HB
I NERICA 3 = WAB 450-I-B-P-28-HB
I NERICA 4 = WAB 450-I-B-P-91-HB
même » le système semencier communautaire est une autre I NERICA 5 = WAB 450-11-1-1-P31-HB
I NERICA 6 = WAB 450-I-B-P-160-HB
activité du projet PHI bien appréciée de nos donateurs.
I NERICA 7 = WAB 450-I-B-P-20-HB

Informer le monde de l’histoire de « Bintou


et son nouveau riz pour l'Afrique »
Depuis que le projet PHI est devenu notre projet « porte- cheurs de l’ADRAO impliqués dans différents aspects du
drapeau » à l’ADRAO, nos donateurs ont fourni des ressources projet PHI et ceux-ci ont exposé les vertus des nouveaux riz.
pour la sensibilisation du grand public. Bien avant le démarrage Entre temps, une brochure générale sur le projet PHI a été
officiel du projet, nous avions publié en 1996 une brochure publiée en 1997, suivie de New Rice for Africa en 1998. « La
intitulée Unlocking the Treasures of African Rice Species : publication des comptes rendus des activités PVS, aussi bien
Bintu and Biodiversity. Ainsi, le concept de Bintou représen- The Spark that Lit a Flame en 1999
tant la rizicultrice typique ouest-africaine précède sa dernière que The Flame Spreads à paraître
ascension à la célébrité du « petit écran ». en 2000, contribuent beaucoup à
« J’ai beaucoup aimé le concept de Bintou », indique le la sensibilisation du grand
Directeur général de l’ADRAO Kanayo F. Nwanze, « à tel point public », explique le responsable
qu’elle est devenue le thème central de nombreuses présenta- de l’information de l’ADRAO,
tions de séminaires que j’ai données au nom de l’ADRAO, Guy Manners.
depuis mon arrivée en 1996 ». « En plus », commente Monty
En 1998, nos donateurs nous ont encouragés à promouvoir Jones, « nos publications annuel-
le « nouveau riz pour l’Afrique » aussi bien en écrit qu’en les sur les points saillants de la
images. Le film vidéo intitulé Bintou et son nouveau riz recherche ont été conçues pour
africain, raconte l’histoire de Bintou dont le rôle est tenu répondre au double besoin de
cette fois par la rizicultrice Delphine Koudou, une participante science solide et de langage simple
au PVS. Il comporte aussi des interviews avec plusieurs cher- de style “grand public” ».

13

09_15_POL.p65 13 3/8/02, 11:50 AM


Rapport annuel ADRAO 1999
Points saillants des activités

« Papa NERICA » formels comme lors des évaluations à l’échelle du projet


Monty Jones et
« Bintou » parlent avec toutes les parties, mais plutôt une “table ronde” des
des vertus des discussions en “tête-à-tête” entre individus et groupes de
NERICA pour le
chercheurs. » L’équipe d’évaluation discutera aussi de la ges-
tournage du film-
video Bintou et tion financière du projet avec la division des finances de
son nouveau riz l’ADRAO. Ceci constituera la fin officielle de la phase I du projet
africain réalisé en
1998 PHI, mais les principaux donateurs, le MOFA et le PNUD-CTPD,
se sont déjà engagés pour une deuxième phase. La phase II
fait aussi appel à d’autres donateurs. « Les activités PVS
semblent particulièrement attirer d’autres donateurs », explique
Jones. La Fondation Rockefeller a d’abord montré son intérêt
en 1998, en injectant un peu de fonds et elle projette maintenant
de financer les activités au Mali et au Nigéria pour trois ans à
partir de 2001. Tandis que la Fondation Gatsby soutient les
activités PVS au Ghana et au Nigeria de 2000 à 2002 et l’USAID
le travail au Nigeria en 2001.
« L’avenir s’annonce sous de bons auspices pour nous »,
ajoute Jones enthousiaste. « Nous sommes vraiment au seuil
d’une révolution verte à base riz en Afrique de l’Ouest et du
Centre, sinon à travers toute l’Afrique subsaharienne ! NERICA
1 et NERICA 2 vont être homologuées en Côte d’Ivoire vers la
mi-2000 et elles seront exploitées sur quelques 500 ha. » Entre
temps, les NERICA 3 à 7 sont en train de s’étendre à partir de sites
Où en sommes nous actuellement ? où elles ont été beaucoup appréciées en Guinée. Amadou
Vers la fin 1999, deux variétés interspécifiques étaient bien Moustapha Bèye, agronome, transfert de technologies est à
avancées dans le processus d’homologation variétale en Côte l’avant-garde du système semencier communautaire, il est
d’Ivoire. Dans le même temps, quatre interspécifiques don- fortement engagé « sur le terrain » en Guinée. « Malgré le manque
naient de bons résultats dans les PVS et d’autres essais d’adop- de mécanisme officiel d’homologation variétale », explique-t-il,
tion variétale en Guinée. Ces importantes étapes avaient déjà été « le programme national de recherche agricole a déjà “homolo-
prédites vers le début de l’année et accentuaient un besoin gué” NERICA 3, 4 et 5 avec les paysans. On pense qu’en 2000,
les paysans guinéens cultiveront les cinq variétés NERICA sur
exprimé par les donateurs lors de l’évaluation à mi-parcours, en
quelques 5 000 ha ». Pour la Guinée, les projections de culture
fin 1998 : le besoin d’un nom spécifique pour les nouveaux riz
de NERICA s’élèveraient à 400 000 ha en 2002.
afin qu’ils puissent être reconnus où qu’ils se trouvent.
« La première décennie du nouveau millénaire promet d’être
« Etant parvenu à un accord sur le terme “nouveau riz pour
vraiment passionnante », indique Nwanze. « Avec le premier
l’Afrique” », explique le Directeur général Nwanze, « il ne
succès des NERICA de plateau, nous commençons à cibler
restait qu’une simple étape pour arriver au nom NERICA ».
les bas-fonds pluviaux et les systèmes irrigués avec des croise-
ments interspécifiques propres à ces écosystèmes. » Pour
La prochaine étape ? l’écologie irriguée, les premiers NERICA ciblés sont en train
« La réunion d’évaluation de novembre 1999 a été dénommée d’être fixées, le stade où était le matériel de plateau, il y a cinq-
“ réunion finale ”, mais nous attendons la visite d’une délégation six ans. « L’ADRAO entre de plain-pied dans le nouveau
du PNUD pour préparer un rapport d’évaluation finale en juin millénaire », explique Nwanze « en projetant une stratégie à
et juillet 2000 », explique Jones. « Ce ne sera pas des séminaires trois dimensions : la stabilisation de la production rizicole des

14

09_15_POL.p65 14 3/8/02, 11:50 AM


Rapport annuel ADRAO 1999
Points saillants des activités

plateaux dans laquelle les NERICA et autres technologies voulons maintenant c’est un mouvement d’enchaînement où
associées jouent un rôle vital ; une intensification et diversifi- les gains de productivité généreront des revenus, où ces revenus
cation des bas-fonds pluviaux, en particulier les fonds de seront investis en intrants et où ces intrants entraîneront des
vallées ; une maximisation de l’efficacité d’utilisation des res- gains de productivité encore plus importants. Et ainsi, nous
sources dans les systèmes irrigués. Maintenant, nous avons le pourrions vraiment avoir des perspectives de sortir les rizicul-
matériel végétal, notamment les NERICA, résistants ou tolérants teurs de subsistance du piège de la pauvreté ».
à la plupart des contraintes de la région, survivant et produisant Avec ce type de perspective, il n’est pas surprenant que la
avec un minimum d’intrants tout en ayant une réponse abon- phase II du projet PHI attire plus de donateurs que tout autre
dante lorsque ces intrants sont disponibles. Ce que nous projet de l’Association.

Juste une partie du vaste réseau que constitue l’équipe du PHI : l’ADRAO, les
chercheurs collaborateurs, les représentants des donateurs et le personnel
d’appui ayant pris part à l’évaluation à mi-parcours du projet en 1998

15

09_15_POL.p65 15 3/8/02, 11:50 AM


Rapport annuel ADRAO 1999
Points saillants des activités

Infrastructures de biologie moléculaire


à l’ADRAO
A BIOLOGIE moléculaire est généralement considérée comme une science avancée que beaucoup de gens
L ne s’attendent pas à trouver dans une institution basée en Afrique de l’Ouest. Quelles sont les raisons qui ont
amené l’ADRAO à mettre en place ses propres infrastructures et qu’est-ce qu’elle en fait ?

Perspective historique
Au début des années 1990, les sélectionneurs riz de l’ADRAO
se sont rendu compte que tout au long des trois à quatre
dernières décennies, les efforts de sélection conventionnelle
n’ont permis aucun impact significatif, notamment, dans les
écologies pluviales. C’est à ce moment que l’idée de créer des
hybrides interspécifiques issues des riz africain (Oryza glaber-
rima) et asiatique (O. sativa ) avait été avancée en vue d’une
utilisation des gènes pour une adaptation locale dans les espèces
africaines (voir « Nouveau riz pour l’Afrique… avec le coup de
pouce de nos amis », dans ce même rapport annuel). Cependant,
il est vite devenu clair qu’il y avait des problèmes pour « fixer »
(stabiliser) la descendance de ces croisements et que quelque
chose manquait.
« Au début des années 1990, nous n’avions pas pensé à
adopter la biologie moléculaire à l’ADRAO », explique le La culture d’anthères : là où tout a commencé à l’ADRAO

sélectionneur et responsable du programme riz pluvial Monty


Jones. « Mais, nous nous sommes rendu compte que l’adoption
de la culture d’anthères serait une réponse à notre problème de identiques. « La culture d’anthères a plusieurs avantages
fixation des interspécifiques. » La culture d’anthères est une comparativement à la sélection conventionnelle », explique
technique moléculaire par laquelle on peut doubler le complément Jones, « tout d’abord, elle nous a permis de fixer des lignées en
génétique des grains de pollen. Le pollen est l’équivalent du deux ans, au lieu de cinq ou six ans par la voie conventionnelle.
sperme pour les plantes, il ne contient donc que la moitié du Deuxièmement, le processus a aidé à réduire le problème de
complément génétique parental à combiner avec un équivalent stérilité au sein de la descendance première génération des
œuf pour produire un nouvel individu. En doublant les chromo- hybrides interspécifiques ; et, troisièmement, elle nous a permis
somes du pollen, nous obtenons immédiatement une lignée fixe, de récupérer les lignées “recombinantes” c’est-à-dire les
puisque les deux ensembles du matériel génétique sont lignées combinant les caractéristiques des deux parents, en fait

16

16_22_POL.p65 16 3/8/02, 11:50 AM


Rapport annuel ADRAO 1999
Points saillants des activités

l’objectif premier du projet ». L’ADRAO a eu la chance


d’obtenir le plein appui de la Fondation Rockefeller pour mettre
en place ses infrastructures de culture d’anthères en 1992/93 et
vers 1996, plusieurs descendances interspécifiques de lignée
pure étaient obtenues par le biais de cette technique.
« Les nouveaux matériels semblaient combiner les carac-
téristiques des deux parents comme nous l’avions espéré »,
poursuit Jones « y compris la vigueur de croissance précoce
qui confère à glaberrima une capacité de suppression des
adventices et les autres caractéristiques glaberrima de
résistance ou tolérance à la sécheresse, à la pyriculariose, au
virus de la panachure jaune et aux sols acides. Mais, nous
devions réellement savoir ce qui a été exactement transféré de
Oryza glaberrima vers les nouvelles descendances, où se
localisaient les gènes et comment on pouvait les utiliser ». Ces L’équipe de la biologie moléculaire à l’ADRAO, en fin 1999 : à
partir de la gauche, Irène Dopeu, Jeanette A. Kouakou, Thierry
questions pouvaient trouver leurs réponses dans la biologie Cadalen, Kouamé Ipou, Marie-Noëlle Ndjiondjop et Félix B. Guela
moléculaire ; et plus précisément par le biais des marqueurs
génétiques.
Dans le projet d’hybridation interspécifique, les activités de
celle d’un technicien à temps partiel en juin 1998. « La formation
biologie moléculaire étaient dévolues à l’université Cornell des
à Cornell n’était pas à mon seul avantage », explique Cadalen,
Etats-Unis et à l’Institut de recherche pour le développement
« il était de mon devoir de former le nouveau personnel pour un
(IRD, précédemment ORSTOM) en France, mais par la suite, il a
bon fonctionnement du laboratoire ». Une absence forcée suite à
été décidé de mettre en place des infrastructures à l’ADRAO,
un accident de la route a montré que Cadalen avait bien fait son
avec l’aide de nos partenaires.
travail : l’assistant de recherche, Pierre Louis Amoussou, a
poursuivi le travail avec les microsatellites pendant quatre mois
Mise en place du laboratoire de biologie sur la base unique de contacts par téléphone et courrier électronique
moléculaire avec le monde extérieur !
Le matériel nécessaire à la méthodologie de choix (coloration
Thierry Cadalen a été le premier chercheur en biologie moléculaire
au nitrate d’argent et électrophorèse sur gel polyacrylamide ou
de l’ADRAO en octobre 1997. « Mon premier objectif était
d’installer le laboratoire de biologie moléculaire de l’ADRAO », PAGE et d’autres équipements) n’étaient parvenus qu’en fin
se souvient Cadalen « Monty Jones avait déjà pris contact avec 1998 et les procédures microsatellites ne furent fonctionnelles
Susan McCouch à Cornell avant mon arrivée et l’orientation qu’en fin février 1999.
était que l’ADRAO devait travailler avec des marqueurs Même après l’arrivée des matériels de coloration au nitrate
microsatellites. Bien que chercheur en biologie moléculaire, je d’argent et de PAGE, tout ne tournait pas encore rond. Des
n’avais pas de formation spécifique en microsatellites ». Cadalen problèmes techniques ont continué à contrarier le travail en
devait donc se former dans les techniques appropriées à Cornell août/septembre 1999. C’était essentiellement la qualité de l’eau
dans le laboratoire de Susan McCouch. « Mais, avant de pouvoir (la coloration au nitrate d’argent nécessite de l’eau
y aller, nous devions équiper le laboratoire. » L’équipement exceptionnellement pure) ; une nouvelle cartouche commandée
essentiel de biologie moléculaire générale et pour le travail par pour le purificateur d’eau en février 1999, ne fut reçue qu’en fin
microsatellites a été commandé en début 1998 et Cadalen était août. L’utilisation de l’eau impure a donné des résultats
ainsi libre pour aller suivre une formation de trois mois à Cornell. imprévisibles, inattendus et tout à fait inutiles. Un autre problème
Cadalen a regagné l’ADRAO en avril 1998 et un assistant de était l’obtention des produits chimiques nécessaires (en
laboratoire a été recruté. Puis, le personnel du laboratoire s’est particulier les enzymes) dans un délai court. Ces problèmes ont
enrichi avec l’arrivée d’un assistant de recherche en mai 1998 et causé d’inévitables retards dans la recherche.

17

16_22_POL.p65 17 3/8/02, 11:50 AM


Rapport annuel ADRAO 1999
Points saillants des activités

Résultats de la recherche En tant que gènes, les microsatellites peuvent se présenter


Malgré toutes ces lacunes, la recherche s’est poursuivie dans le sous une forme unique ou en deux ou plusieurs formes plus
laboratoire de biologie moléculaire de l’ADRAO et il y a eu des connues sous le nom d’allèles. Comme les gènes se présentent
progrès dans la réalisation des objectifs. sur les deux membres de la paire de chromosomes, chaque
Comme indiqué plus haut, la décision de travailler avec des organisme individuel « normal » a un ou deux allèles d’un gène
marqueurs microsatellites a été prise assez tôt. Ceci, en raison du particulier. Lorsqu’un individu est d’une sélection pure pour un
fait qu’un certain nombre de travaux ont déjà été menés avec gène particulier, il porte le même allèle du gène sur chaque
d’autres marqueurs, en particulier les polymorphismes de membre de la paire de chromosomes et on l’appelle homozygote.
longueur de fragments de restriction réduits (RFLP) et les Pour la résistance à une maladie, comme le virus de la panachure
microsatellites ont plusieurs avantages comparativement à jaune du riz (RYMV), par exemple, dans un individu non
ceux-ci. Peut-être le plus important c’est que les analyses résistant, l’allèle du gène qui confère cette résistance est remplacé
RFLP sont techniquement complexes, lentes et coûteuses. par un allèle qui ne confère pas de résistance. Pour éviter une
En plus, les RFLP et les autres systèmes de marqueurs ont confusion de termes, la position d’un gène est appelée son
révélé très peu de diversité (polymorphisme) au sein d’Oryza locus, ainsi nous parlons de nombre d’allèles par locus, plutôt
glaberrima. A l’opposé, les microsatellites sont moins chers à que par gène.
analyser et ont montré un bon polymorphisme au sein d’Oryza En vue d’exploiter les potentialités du génome O. glaberrima
glaberrima. Les premiers travaux avec des microsatellites au (c’est-à-dire le complément génétique entier), en particulier
sein du projet PHI ont été menés à Cornell, où 94 nouveaux son adaptation aux contraintes prévalant en Afrique, nous
marqueurs avaient été cartographiés en 1997. devions identifier et localiser les marqueurs « informatifs » sur
Depuis sa mise en place, le laboratoire de biologie moléculaire le génome. Les marqueurs « informatifs » se trouvent là où les
a concentré ses efforts sur deux thèmes principaux : la carte allèles des microsatellites, à un locus particulier, présentent une
génétique de la descendance interspécifique à l’aide de différence entre O. sativa et O. glaberrima. Nous avons utilisé
microsatellites (pour l’identification des loci de caractères 132 marqueurs dans notre comparaison des parents choisis et
quantitatifs) et les études de la diversité d’Oryza glaberrima avons trouvé un haut niveau de polymorphisme entre les
toujours à l’aide de marqueurs microsatellites. espèces dans les marqueurs à travers tout le génome (Figure 1).

Figure 1. Carte du lien génétique entre Oryza glaberrima et O. sativa avec les sous-espèces japonica représentées en cercles et les
sous-espèces indica en forme de puce telle que développée à l’Université Cornell. Le bleu représente les marqueurs de polymor-
phisme et le blanc ceux de monomorphisme.

18

16_22_POL.p65 18 3/8/02, 11:50 AM


Rapport annuel ADRAO 1999
Points saillants des activités

C’est une bonne nouvelle : elle peut permettre de trouver des (ancien agent de l’ADRAO) à l’université Cornell. Entre temps,
marqueurs « informatifs » associés aux caractéristiques qui des études préliminaires ont été menées par Cadalen sur un
nous intéressent sur le génome O. glaberrima (par exemple, la sous-ensemble de 83 des 200 O. glaberrima de Mandé, au cours
capacité de suppression des adventices, la résistance au RYMV, d’une seconde visite à Cornell, de mars à mai 1999. Cadalen a
la tolérance à la sécheresse. Et ceci, à son tour offre la possibilité identifié 155 allèles sur 30 marqueurs microsatellites, ce qui
d’utiliser les microsatellites dans la sélection assistée par donnait une moyenne de 6,13 allèles par locus – chiffre similaire
marqueurs. Dans ce type de sélection, une procédure simple à celui d’un ensemble de 13 O. sativa (6,63 allèles par locus).
peut déterminer la présence ou l’absence du gène souhaité dans Mais, les glaberrima ont fait montre d’une variation plus large
une petite quantité d’ADN extrait d’un matériel végétal jeune ou au sein des loci par rapport au nombre d’allèles, comme l’illustrent
de première génération, sans avoir à faire un criblage à grande six marqueurs ayant 11-25 allèles, alors qu’à l’autre extrémité, 11
échelle au champ, qui serait extensif et coûteux pour voir quels marqueurs avaient entre 1 et 3 allèles. Une fois encore, les
sont les plants qui héritent des caractéristiques requises. Ce test microsatellites montrent beaucoup plus de polymorphisme au
précoce minimise aussi l’effet environnemental non désiré qui sein des glaberrima que toute autre étude antérieure par
pourrait résulter du criblage au champ. marqueurs.
La première étude sur la diversité des allèles de O. glaberrima
a été menée sur des croisements entre quatre variétés. Des
combinaisons en pairs ont montré de faibles niveaux de Partenariats
polymorphisme (entre 15 et 28 %), mais une comparaison entre Comme pour beaucoup d’activités de l’ADRAO, la clé du
les quatre variétés a montré que 46 % des 77 microsatellites succès du travail de biologie moléculaire est le partenariat
étudiés étaient en fait polymorphiques (avec au moins un institué et maintenu avec les autres institutions. Nous avons
parent montrant un allèle différent par rapport aux 3 autres). déjà mis en exergue le rôle crucial du laboratoire de Susan
Ceci a confirmé que les microsatellites constituaient un bon McCouch à l’université Cornell dans la formation du
choix de marqueurs pour l’étude de la diversité au sein de O. personnel, l’octroi d’expertise technique sous la forme de
glaberrima. conseil pour la mise en place initiale des infrastructures à
Le travail détaillé sur la diversité des allèles au sein de O. l’ADRAO et l’accueil de l’étude sur la diversité des allèles O.
glaberrima a été le thème de recherche PhD de Sémon Mandé glaberrima (thèse de recherche de Sémon Mandé).

Figure 2. Profil de la diversité allélique du microsatellite RM 333 : 11 allèles détectés sur 83 accessions d’Oryza glaberrima.

19

16_22_POL.p65 19 3/8/02, 11:50 AM


Rapport annuel ADRAO 1999
Points saillants des activités

Le Centre japonais de recherche internationale pour les Le laboratoire de l’ADRAO tire un bénéfice direct du
sciences agricoles (JIRCAS) a détaché le physiologiste Satoshi travail réalisé à l’IRD, puisque c’est Marie-Noëlle Ndjiondjop
Tobita auprès du laboratoire de biologie moléculaire de qui assume présentement les fonctions de spécialiste en biologie
l’ADRAO, dans le cadre du projet PHI, en janvier 1998. Il doit moléculaire à l’ADRAO.
examiner les aspects physiologiques de la carte génétique. Il
explique : « Nous avions besoin de toute une équipe pour L’avenir
enclencher le travail de sélection à l’aide de marqueurs : le Ainsi, qu’en est-il de l’avenir ? Et, Ndjiondjop prend le relais :
chercheur en biologie moléculaire, le sélectionneur, et un « Le travail de cartographie génétique se poursuit avec la
physiologiste. Lorsque nous avons commencé à identifier des génération “d’une population cartographique” issue d’un
marqueurs pour la résistance aux maladies, nous avions aussi croisement interspécifique. Ceci est essentiel pour l’identification
eu besoin d’un phytopathologiste. » Dans la sélection assistée des marqueurs associés aux QTL. La stérilité des hybrides de
par marqueurs, nous identifions des marqueurs étroitement première génération constitue un problème majeur : elle nous
associés au gène d’une caractéristique qui nous intéresse, cette laisse très peu de graines pour travailler. Beaucoup de
identification est appelée : « l’étiquetage des gènes. » Dans le rétrocroisements sont nécessaires pour relever la fertilité à un
projet IHP, ce sont des microsatellites qui sont utilisés en vue seuil utile. Donc, nous travaillons encore sur un programme de
d’étiqueter des gènes pour des caractéristiques telles que la croisements interspécifiques de base (bien entendu, en
tolérance à la sécheresse, la résistance au RYMV et la croissance utilisant les mêmes variétés parentales) et de rétrocroisements,
de la plante. On pense que chacune de ces caractéristiques car il nous faut générer environ 300 descendances à partir de la
ciblées est gouvernée par plusieurs gènes qui ont un effet première génération de rétrocroisements, d’ici la fin de l’an
additif au sein de la plante. Ainsi, les allèles concernés sont 2000 ». La culture d’anthères sera appliquée pour fixer les lignées
après le second rétrocroisement. C’est ces plants à générer par
quantitatifs – c’est à dire chacun d’eux fournit un certain niveau
culture d’anthères qui seront utilisés pour le travail de
de la caractéristique – ce sont des loci de caractères quantitatifs
cartographie.
(QTL). Les microsatellites associés à ces QTL forment donc la
« Présentement, nous utilisons les meilleures lignées
base de l’outil de sélection.
NERICA sélectionnées et caractérisées par les chercheurs de
L’autre partenaire principal dans la recherche en biologie
l’ADRAO pour une “classification graphique des géno-
moléculaire au sein du projet PHI est l’Institut de recherche pour types” », continue Ndjiondjop. Des microsatellites sont utilisés
le développement (IRD), France. Marie-Noëlle Ndjiondjop a fait pour déterminer la fréquence des allèles O. glaberrima au sein
sa recherche de PhD à l’IRD, en mettant l’accent sur la résistance des lignées NERICA. « Des collègues de l’IRD nous ont
au virus du RYMV. On a trouvé une forte résistance au RYMV spécialement demandé de faire une rapide “classification
conférée par un gène unique aussi bien dans O. glaberrima que graphique des génotypes” d’une lignée NERICA particulière
O. sativa. Les marqueurs moléculaires associés à cette résistance qui est résistante aux nématodes. » Sachant que la résistance
ont été identifiés et localisés sur le chromosome n° 4. Ces aux nématodes vient du parent glaberrima, les chercheurs de
marqueurs vont maintenant être utilisés dans un programme de l’IRD essaient de rétrécir le champ de recherche du gène de
sélection assistée par marqueurs pour transférer cette résistance résistance en effectuant seulement des recherches sur les par-
dans des variétés populaires de riz de bas-fonds d’Afrique de ties du génome NERICA provenant du parent glaberrima.
l’Ouest. Un autre travail à l’IRD a permis de produire, en 1999, Le phytopathologiste de l’ADRAO, Yacouba Séré est
une carte de lien génétique d’un croisement interspécifique. Elle enthousiaste à l’idée d’un progrès dans la lutte génétique
montre une très bonne compatibilité avec les cartes existantes contre la panachure jaune (RYMV). « Avec le marqueur
réalisées sur O. sativa. Une contribution importante de cette moléculaire identifié à l’IRD, nous sommes sur la voie de générer
nouvelle carte a été la localisation d’un gène majeur de stérilité du “matériel de jonction” », il poursuit en expliquant « le matériel
au sein d’O. glaberrima sur le chromosome 6 dont on connaissait de jonction » c’est des descendances interspécifiques portant
l’existence mais pas la localisation. le gène de résistance à RYMV à partir du parent glaberrima. Elles

20

16_22_POL.p65 20 3/8/02, 11:51 AM


Rapport annuel ADRAO 1999
Points saillants des activités

sont utilisées simplement parce que la fertilité des croisements Comparaison


entre l’espèce
entre elles et les variétés cibles sera beaucoup plus importante glaberrima
que celle des croisements directs entre le donneur glaberrima résistante au
et la variété cible. « Une fois que ces “matériels de jonction” RYMV (à gauche),
l’espèce sativa
seront disponibles », continue Séré, « nous commencerons à sensible (à droite)
les croiser avec des variétés de bas-fonds bien appréciées et la lignée
dans la région, particulièrement Bouaké 189 ». Beaucoup de NERICA (au milieu)
variétés appréciées des paysans en Afrique de l’Ouest et du
Centre sont limitées dans leurs potentialités par la sensibilité au
RYMV. Nous pensons qu’en introduisant ce gène unique de
résistance, nous pourrons multiplier la valeur de ces variétés.
En plus, l’équipe de sélection examine comment elle peut
transférer le « gène IRD » dans des NERICA qui ont déjà une
résistance QTL au RYMV. Cette « exploitation pyramidale »
des gènes de résistance a pour but de s’assurer que la résistance
ne s’estomperait pas dans un avenir proche. Les lignées
nouvellement développées seront ensuite testées, en condi-
tions isolées (serres), contre tout le spectre d’isolats RYMV
disponibles, avant leur test dans les champs de l’ADRAO
contre l’isolat local ivoirien.
Ainsi, malgré différents aléas tout au long de son chemine-
ment, le laboratoire de biologie de l’ADRAO est fonctionnel et
apporte une contribution précieuse au programme de l’intérêt d’avoir une certaine capacité et un certain niveau
sélection. « C’est avec fierté que nous parlons souvent de d’infrastructures sur place et aujourd’hui, nous récoltons les
nos partenariats », note le Directeur général de l’ADRAO fruits de cette décision. Cependant, nous n’aurions pas pu
Kanayo F. Nwanze. « Il y a dix ans, beaucoup de gens auraient faire ce travail tout seul et nous sommes sincèrement
demandé que nous nous contentions de nos seuls partenaires reconnaissants aux partenaires et collègues qui l’ont rendu
pour le travail de biologie moléculaire. Mais nous avions perçu possible ».

21

16_22_POL.p65 21 3/8/02, 11:51 AM


16_22_POL.p65 22 3/8/02, 11:51 AM
Rapport annuel ADRAO 1999
Points saillants des activités

Sur la voie de vaincre l’acidité des sols


en riziculture de plateau
’ACIDITÉ DES sols est un problème majeur dans la plupart des plateaux de la zone forestière humide et elle a
L pour résultat une carence en phosphore pour la croissance des cultures. L’ADRAO est en train d’explorer la
possibilité d’utiliser une combinaison de variétés de riz tolérantes avec des applications de phosphate naturel et d’azote
en vue de permettre aux paysans d’améliorer leur production sur les plateaux.

En Afrique de l’Ouest et du Centre, près de 70 % du riz de plateau plateau sont aussi tolérantes aux sols acides parce que les
se cultive dans la zone forestière humide. Mais, la productivité sélectionneurs ont capitalisé sur le travail des paysans et les
du riz sur ces plateaux, tournant autour d’une tonne par hectare, plantes sont spécifiquement sélectionnées en sols de plateau
est probablement la plus faible de tous les écosystèmes de acides. Il est reconnu dans la recherche agricole et beaucoup de
production rizicole en Afrique de l’Ouest et du Centre. Ces sols milieux paysans que l’azote constitue presque toujours un
de plateau sont acides et l’infertilité due à cette acidité est le facteur limitant dans la production agricole, mais dans la zone
problème principal. Les composantes acides contenues dans le forestière humide d’Afrique de l’Ouest et du Centre, le niveau
sol (aluminium et oxydes de fer) entrent en réaction avec le de phosphore du sol est si faible que les cultures ne peuvent pas
phosphore et les plantes en sont ainsi privées. Comme le répondre à une addition d’engrais azoté uniquement. Mais, une
phosphore est un élément vital pour la croissance des plantes, fois le problème de phosphore réglé, la culture a une bonne
cette carence effective dans le sol a un impact direct sur le réponse à l’engrais azoté, que l’on doit donc toujours avoir à
rendement de la culture. côté pour une bonne gestion des cultures.
Le chimiste des sols de l’ADRAO, Kanwar Sahrawat « Déjà vers le début des années 1970, on savait que la carence
poursuit : « En examinant les sols d’Afrique de l’Ouest sur un en phosphore constituait un problème dans les sols tropicaux
axe Nord-Sud, on remarque que plus on va vers le Sud, plus la acides », explique Sahrawat. « Mais, les sols acides sont
pluviométrie est forte et plus l’acidité des sols est importante. également souvent déficitaires en d’autres éléments nutritifs,
En même temps, on constate une réduction du phosphore dans calcium et magnésium. » Ainsi, dans une expérience précédente,
le sol, à tel point que la carence en phosphore devient le l’ADRAO a exploré les effets de l’application de ces éléments
problème d’élément nutritif le plus sérieux pour la croissance nutritifs (en conjonction avec l’azote) dans différentes
des cultures dans la zone forestière humide. » L’acidité est un combinaisons pour voir quel rôle ils jouent dans la réduction de
problème en lui-même, parce qu’elle empêche les variétés non l’infertilité due à l’acidité du sol. Les résultats ont été concluants :
tolérantes d’avoir un quelconque rendement. Les variétés l’addition de phosphore uniquement ou en combinaison avec le
paysannes (connues sous le nom de races locales) sont tolérantes calcium, le magnésium ou les deux en même temps, a augmenté
à l’acidité parce qu’elles ont été sélectionnées pendant plusieurs aussi bien le rendement en grains qu’en paille du riz de plateau.
générations dans des sols acides. Les variétés améliorées de L’application de calcium, de magnésium, ou des deux, sans

23

23_29_POL.p65 23 3/8/02, 11:51 AM


Rapport annuel ADRAO 1999
Points saillants des activités

phosphore, n’a pas augmenté les rendements (Tableau 1). En


fait, l’addition de calcium et de magnésium aux autres engrais n’a
pas eu plus grand effet sur les rendements que l’application
unique de phosphore.
Cependant, d’autres problèmes d’éléments nutritifs peuvent
survenir à long terme. Le physicien des sols de l’ADRAO,
Sitapha Diatta, explique : « Depuis 1997, nous étudions les
effets, à long terme, de la riziculture sur les réserves d’éléments
nutritifs du sol. Ceci a confirmé que l’azote et le phosphore sont
déficitaires dans les plateaux acides de la zone forestière humide.
En plus, nos derniers résultats indiquent que le potassium
pourrait aussi devenir déficitaire au cours de la troisième saison
de culture. Dans la culture traditionnelle itinérante sur brûlis, Comparaison entre une variété de riz recevant du phosphate
naturel du Mali (à gauche) et le témoin de la même variété ne
ceci ne poserait pas de problème, mais comme les paysans sont recevant pas d’engrais P (à droite), dans un sol de plateau
obligés d’exploiter le même lopin de terre pendant plusieurs acide. Notez la réduction du tallage (le sol est plus visible entre
les plants) et le nombre moins important de panicules sur les
saisons et d’y revenir après des périodes de jachère de plus en plants non fertilisés
plus courtes, le potassium pourrait devenir un facteur limitant
sérieux. »
Il est important pour les agriculteurs de subsistance, de phosphate super triple disponible sur le marché) au cours de la
savoir s’ils ont besoin d’appliquer des engrais à leurs cultures, saison précédente. Pour chaque parcelle expérimentale, le phos-
et si oui, dans quelle proportion. La prochaine étape a donc été phore disponible a été déterminé en laboratoire. En raison des
d’évaluer la relation entre la disponibilité du phosphore dans le caprices des sols acides, les parcelles fertilisées au cours de la
sol et le rendement du riz. L’expérience a été menée sur un sol saison précédente avaient des niveaux très variés de phosphore
ayant fait l’objet d’une fertilisation phosphatée (sous forme de disponible pour la croissance des plantes. Mais, ceci était positif

Tableau 1. Effets de la fertilisation au calcium, au magnésium et au phosphate sur le rendement (t/ha) de la variété de riz WAB 56-50,
Ulfisol, Man, Côte d’Ivoire, 1994.

Traitement* Rendement grains Rendement paille

Contrôle** 2,02 2,14


P 3,14 2,99
Ca 2,11 2,43
Mg 2,28 2,86
P + Mg 2,87 2,72
P + Ca 2,79 2,79
Ca + Mg 2,12 2,28
P + Ca + Mg 2,98 2,81
LSD (0,05) 0,364 0,712

* Tous les traitements ont reçu 100 kg de N et 80 kg de K par hectare.


** Aucune application de P, Ca ou Mg.

24

23_29_POL.p65 24 3/8/02, 11:51 AM


Rapport annuel ADRAO 1999
Points saillants des activités

et a permis de calibrer le rendement en grains (sous forme de (Figure 3). Ainsi, une relation a été établie entre le phosphore
rendement en grains relatif, un pourcentage du rendement disponible dans le sol et le rendement relatif, mais aussi (à travers
maximal obtenu) comparativement au phosphore disponible. la quantité absorbée par la plante) entre ce phosphore et le
Les résultats ont établi un « seuil critique » de phosphore rendement en grains réel. Ceci veut dire que le test de sol peut
disponible (pour les variétés testées) de 12,5 à 15 mg de phos- servir d’indicateur direct du rendement potentiel de la culture et
phore par kilogramme de sol. Lorsqu’un test de sol donne un du besoin en engrais phosphaté.
niveau de phosphore disponible en dessous de ce seuil critique,
le paysan doit appliquer de l’engrais phosphaté. Vers un prix abordable pour le phosphate
« La quantité de phosphore effectivement accumulée par les Un problème sérieux avec ce besoin en phosphore est le coût de
plants de riz est un autre indicateur potentiellement plus précis du l’engrais phosphaté commercial (phosphate super triple, TSP).
rendement en grains, » explique Sahrawat. « Nous avons donc, L’expérience qui a confirmé le phosphore comme élément nutritif
conduit une série d’expériences pour mettre en relation la teneur limitant, a utilisé 50 kg de phosphate par hectare et d’autres
en phosphore des plants et le rendement final en grains et pour expériences ont même donné une meilleure réponse avec des
mesurer le phosphore disponible dans le sol. » Pour le test des taux de fertilisation plus élevés (par exemple 90 kg P/ha).
plants, les parties aériennes en entier (c’est-à-dire, toute la partie L’engrais se vend par sac de 50 kg de TSP, mais le TSP ne
du plant au-dessus du sol) ont été collectées au stade de tallage représente que 20 % de phosphore, ainsi donc, 50 kg de phos-
maximal, c’est-à-dire au moment où les plantes sont au maximum phore sont équivalents à 5 sacs de TSP ! A 10.500 FCFA le sac
de leur croissance végétative, juste avant la production des de TSP est un investissement tout simplement hors de portée
fleurs et des grains. Comme pour le sol, la teneur en phosphore des agriculteurs de subsistance !
des plants a été testée en laboratoire. Là encore, les résultats « Et pour compliquer le problème de coût, il faut ajouter que
étaient positifs, démontrant une relation linéaire entre le phos- le TSP n’est réellement efficace dans le sol que pendant une ou
phore absorbé par la culture (mesuré au stade de tallage maximal) deux saisons. Nos expériences de test du sol pour la disponibilité
et le rendement en grains final et également entre le prélèvement en phosphore ont montré une réponse significative de rendement
de phosphore de la plante et le phosphore disponible dans le sol au TSP appliqué en première année, par la culture de la deuxième

2,0

Y = 0,232 X + 0,649
1,8 r = 0,810 Y = 0,236 X + 0,293
Absorption totale de P (kg/ha)

r = 0,826

1,6
Rendement grain (t/ha)

1,4

1,2

1,0

0,8 (a) (b)

0,6
1,0 1,5 2,0 2,5 3,0 3,5 4,0 4,5 5,0 5,5

Absorption totale de P (kg/ha) P broyé extractible (mg/kg)

Figure 3. Relation entre le rendement en grains et l’absorption totale de P par la plante (a) et entre l’absorption totale de P par la
plante et le P extractible du sol (b) pour quatre variétés de riz de plateau

25

23_29_POL.p65 25 3/8/02, 11:51 AM


Rapport annuel ADRAO 1999
Points saillants des activités

année, mais seulement comme une fraction de la “réponse du phosphate naturel sur le rendement du riz. Ce phosphate
immédiate” », explique Sahrawat. Vers la quatrième année, naturel provenait de six différentes sources : du Burkina Faso,
l’effet résiduel du TSP appliqué est négligeable, sauf pour les du Mali, du Niger, du Sénégal (deux sources) et du Togo. « Le
parcelles ayant reçu des doses très élevées (Figure 4). « Avec rendement des parcelles recevant du TSP a significativement
ces faits à l’esprit, nous avons commencé à explorer des sources dépassé celui des parcelles recevant du phosphate naturel.
alternatives de phosphate potentiellement abordables pour la Cependant, le phosphate naturel du Mali a eu de bons résultats
riziculture. » et a montré un bon potentiel comme substitut au TSP, qui est
Et c’est au tour de Diatta de prendre le relais : « Nous avions trop cher », explique Sahrawat. L’année suivante (1998), un essai
connaissance des travaux sur les cultures exigeantes en phos- a été initié à Man, Côte d’Ivoire, en vue de comparer les effets
phore dans les zones de forêt humide, de savane et du Sahel : résiduels d’une application unique de phosphate naturel avec
arachide, maïs, mil et sorgho, comportant l’utilisation du phos- ceux d’une application annuelle de TSP. Cette année-là, le
phate naturel local. Ces cultures ont eu une bonne réponse à phosphate naturel du Mali a eu une aussi bonne performance
l’application du phosphate naturel comme engrais. » Une bonne que le TSP (Figure 5). Au cours de la seconde année (1999), tous
partie de ce travail prometteur a été menée par le Centre interna- les traitements de phosphate naturel ont donné des réponses en
tional de développement des engrais (IFDC), dont le siège est rendement de riz significativement plus élevé par rapport à la
en Alabama, Etats-Unis, avec une division africaine basée à première année : une démonstration claire de l’effet résiduel.
Lomé, Togo. Il existe des gisements de phosphate naturel dans Et Sitapha Diatta d’expliquer : « Le phosphate naturel est
les zones de savane sèche et du Sahel en Afrique de l’Ouest et relativement insoluble, nous ne sommes donc pas surpris que,
l’IFDC a caractérisé beaucoup de ces gisements par rapport à généralement, la première année, les rendements des parcelles
leur réactivité et solubilité dans les sols acides. En 1997, l’ADRAO fertilisées au phosphate naturel n’aient pas la même perfor-
a initié des essais en vue de comparer les effets du TSP à ceux mance que celles fertilisées au TSP qui, lui, est soluble. Mais,

WAB 56-50 WAB 56-125


Réponse de rendement en grains (kg/ha)

Réponse de rendement en grains (kg/ha)

P appliqué (kg/ha) P appliqué (kg/ha)

Figure 4. Effets résiduels de l’engrais phosphate super triple après une application unique en 1993 sur le rendement de
deux cultivars de riz de plateau en sol acide, Man, Côte d’Ivoire
La réponse de rendement en grains est le rendement additionnel obtenu sur le témoin n’ayant pas reçu d’engrais P.
WAB 56-125 a démontré des effets dominants du temps qu’il a fait au cours de la saison, effets déjà constatés sur
d’autres cultivars

26

23_29_POL.p65 26 3/8/02, 11:51 AM


Rapport annuel ADRAO 1999
Points saillants des activités

cette solubilité du TSP annihile ses potentialités d’effet résiduel,


Le travail de l’IFDC sur lequel nous nous sommes basés puisqu’il peut être progressivement immobilisé par les oxydes
de fer et d’aluminium si fréquents dans les sols acides. »
Le International Fertilizer Development Corporation (IFDC) a
pour mandat d’entreprendre et de développer une recher- « Les réactions chimiques ne sont pas des événements à
che détaillée dans le domaine de la fertilité des sols. Son siège sens unique, ce sont plutôt des réactions qui ont lieu jusqu’à
se trouve en Alabama, Etats-Unis et son Bureau pour l’Afrique
est basé à Lomé (Togo). obtenir un certain équilibre. » Ainsi, en l’absence de phosphore
L’IFDC possède une base de données comportant les soluble, les éléments acides sont libres pour entrer en réaction
caractéristiques des sources de phosphate naturel à travers
le monde, y compris en Afrique de l’Ouest et du Centre. Ce avec le phosphate naturel et dégager ainsi le phosphore,
qui est particulièrement important avec le phosphate naturel lentement mais de manière continue. Il y a donc du phosphore
c’est de savoir s’il entre facilement en réaction avec les sols
acides et s’il est soluble dans ces sols. Ces critères sont utilisés disponible pour la nutrition de la plante au cours des saisons
comme mesures pour savoir si le phosphate naturel d’une qui suivent l’application du phosphate naturel. Le phosphate
source donnée est approprié comme engrais en application
directe. Ces données ont déjà été utilisées dans des tests de naturel semble être de plus en plus une alternative viable au TSP
l’IFDC sur l’utilisation du phosphate naturel comme engrais sur pour la fertilisation du riz dans les plateaux humides.
des cultures de zones plus sèches de l’Afrique de l’Ouest,
comme l’arachide, le mil et le sorgho. Le phosphate naturel
du Mali, qui semble prometteur dans les essais de l’ADRAO
a une spécification IFDC « moyennement réactive » et, en tant Amélioration de la tolérance des variétés
que tel, il est potentiellement la source la plus utile de toutes
celles testées. « Le travail de fond de l’IFDC nous a permis de de riz à l’acidité
mieux cibler notre recherche et nos ressources, » explique
Parallèlement aux essais de gestion de la fertilité, les sélectionneurs
Sahrawat, « mais, nous travaillons sur une combinaison culture
essaient d’améliorer la tolérance à l’acidité des variétés
et environnement [riz de plateau dans la zone forestière
humide] qui n’a pas été explorée par l’IFDC. Le riz réagit très
disponibles. Trois des quatre variétés utilisées pour les tests du
différemment aux sols et à la fertilisation phosphatée que les
cultures des zones sèches. Comparativement aux cultures
sol et des plantes étaient des matériels de sélection de l’ADRAO
des zones sèches testées par l’IFDC, le riz est tolérant aux sols
plus tolérants à l’acidité que la variété locale traditionnelle, IDSA
acides et moins exigeant en engrais phosphaté, mais il
répond encore bien à l’application de phosphate, particuliè-
6. Ces variétés améliorées ont servi de base pour l’évaluation de
rement, en sols acides ».
la performance des descendances d’hybrides interspécifiques
de l’ADRAO (récemment dénommées NERICA, sigle du Nouveau
riz pour l’Afrique). « Le Projet PHI a été
Phosphate naturel du Mali
2 2
établi initialement en vue de développer de
Y = -0,003x + 1,99x + 1099, r = 0,92
nouveaux types de plants pour les
Rendement de grains de riz (kg/ha)

plateaux », explique le sélectionneur riz de


plateau et responsable du programme riz
pluvial, Monty Jones, « on ne devrait donc
pas s’étonner de voir les NERICA avoir de
bonnes performances dans les sols acides
déficitaires en phosphore de la zone
forestière humide ». Au site de sols acides
de Man, en Côte d’Ivoire, 15 NERICA ont
Phosphate super triple eu un rendement moyen de 1,16 t/ha sans
Phosphate naturel du Burkina Faso Y = -0,0336x + 8,20x + 1113, r = 0,99 2 2

Y = -0,001x + 0,98x + 1126, r = 0,99 2 2


engrais phosphaté, en comparaison avec
0,89 t/ha pour la meilleure variété O. sativa.
En fait, le meilleur NERICA a eu un
Taux d'apport de P (kg/ha) Taux d'apport de P (kg/ha) rendement surprenant de 2,9 t/ha sans ap-
Figure 5. Réponse du riz au phosphate naturel du Mali et du Burkina Faso (à gauche) plication de phosphore. En 1999, deux
et au super triple (à droite) dans un ulfisol acide NERICA ont eu un rendement supérieur à

27

23_29_POL.p65 27 3/8/02, 11:51 AM


Rapport annuel ADRAO 1999
Points saillants des activités

3 t/ha dans un sol non fertilisé, à Man. L’un de ceux-ci est possibilités, mais il nous reste encore quelques années pour
programmé pour être le premier NERICA officiellement pouvoir faire des recommandations aux paysans ». Les
homologué dans la région : NERICA 1 [=WAB 450-I-B-P-38-HB] résultats des essais en cours, qui pourraient être disponibles
en Côte d’Ivoire en 2000. dès la fin 2000, devraient déterminer une fois pour toute la
« Ce que nous voulons vraiment, c’est encourager les paysans viabilité agronomique du phosphate naturel comme engrais de
sur la voie du développement », explique Monty Jones. « Tout riziculture de plateau, puis nous devons explorer plus
d’abord, nous avons besoin d’une variété tolérante à l’acidité sérieusement les aspects socioéconomiques. Le phosphate
et à la carence en phosphore qui augmente les rendements des naturel est disponible en grandes quantités dans le Nord du
paysans et donc leurs revenus. Mais, après cela nous voulons Sahel et les zones de savane sèche de la région, mais il en faut
les encourager vers l’étape suivante : l’application d’engrais. pour la zone forestière humide. A ce jour, le phosphate naturel
Ainsi, nous voulons des variétés qui donnent bien sans intrants, du Mali n’a pas été exploité de manière commerciale comme
mais qui répondraient également bien aux intrants lorsque la engrais, il y a donc des questions de logistique en suspens. Le
situation financière des paysans peut le leur permettre. » En phosphate naturel peut-il être conditionné, à partir du gisement,
conséquence, l’ADRAO est aussi en train de tester la réponse en un produit facilement transportable et immédiatement utilisable
à l’application de phosphore des NERICA tolérants à l’acidité. aux champs ?
En 1999, toujours à Man, quatre NERICA ont été testés pour leur Le seul phosphate naturel disponible dans le commerce en
réponse à l’application de phosphore aussi bien sous forme de Côte d’Ivoire vient du Sénégal et il est distribué par une société
TSP que de phosphate naturel du Mali. Et voici la bonne basée à Abidjan, heureusement un centre approprié pour la
nouvelle : tous les quatre NERICA ont une réponse positive à distribution en zone forestière humide. Les autres phosphates
l’application du phosphate naturel et l’un d’entre eux a même naturels utilisés dans les expériences de l’ADRAO ont été
donné une réponse linéaire à une application jusqu’à 450 kg transportés à partir de leurs sources. « Dans nos expériences »,
P/ha (Figure 6). En plus, les rendements de ces NERICA étaient explique Diatta, « nous avons utilisé du phosphate naturel en
supérieurs à ceux du témoin traditionnel à tous les niveaux de 0 poudre. Mais, ceci a plusieurs désavantages. Il occupe beaucoup
à 450 kg P/ha. de place et est donc difficile à transporter. Et, peut-être le point
le plus important : son application exige beaucoup de travail.
Questions en suspens Avec l’application manuelle, le paysan se retrouve tout couvert
Il est clair que nous sommes en train de développer une approche de poussière, il est donc peut-être mieux de mélanger d’abord la
à trois dimensions par rapport au problème d’infertilité inhérent poudre avec de la terre humide. La fertilisation d’un hectare peut
à l’acidité du sol en riziculture de plateau dans la zone forestière prendre toute une journée, et encore nous ne parlons pas d’un
humide. Nous développons des variétés tolérantes aussi bien événement annuel ! Nous pensons qu’il est possible de formuler
à l’acidité du sol qu’à la carence en phosphore, mais qui seraient le phosphate naturel en granules ». Ainsi, son transport et son
aussi en mesure de répondre à l’addition de phosphore une fois application seraient plus faciles. Une fois la formulation
que les paysans pourraient se le permettre. Puis, nous travaillons appropriée obtenue, c’est le coût du transport qui déterminera
vers une stratégie d’engrais phosphaté à long terme associant la viabilité de l’utilisation du produit telle que proposée. Si le coût
le phosphate naturel local, probablement avec l’utilisation du de transport est trop élevé, les paysans de la zone forestière
TSP au cours de la première année de culture du riz. Après cela, humide ne pourront pas se permettre le phosphate naturel et ne
nous serions en position de raffiner les recommandations sur l’utiliseront donc pas. Nous pensons que l’engrais de phos-
l’engrais azoté en vue d’améliorer encore le rapport bénéfice – phate naturel fabriqué et distribué dans la région coûtera moins
coût de la riziculture de plateau. cher que les engrais importés comme le TSP. Celui-ci coûte très
« Nous sommes bien avancés », explique avec enthousiasme cher et il faut chercher un mécanisme pour mettre le produit du
Sahrawat, « mais il nous reste encore du chemin à faire. Jusque phosphate naturel à la disposition des petits agriculteurs à un
là, tout ce travail a été un exercice académique pour explorer les prix abordable.

28

23_29_POL.p65 28 3/8/02, 11:51 AM


Rapport annuel ADRAO 1999
Points saillants des activités

O. glaberrima ∞ sativa hybride taux d’immobilisation de la fixation du phosphore du sol par


Y4 = -1,95x + 1456, r2 = 0,96
l’action de l’aluminium et des oxydes de fer », note Diatta.
L’ADRAO n’a pas les infrastructures pour un tel travail, mais
Diatta a des contacts en France et il espère collaborer avec eux
Rendement de grains de riz (kg/ha)

à la réalisation de ce travail.
Les premiers essais aux champs avec le phosphate
O. glaberrima ∞ sativa hybride
Y3 = -0,007x2 + 4,93x 887, r2 = 0,97 naturel auront lieu sur trois sites en Côte d’Ivoire (forêt
humide et savane), en 2000. Ils viendront en appoint au
programme d’amélioration variétale participative en cours
Oryza sativa
Y1 = -0,005x2 + 3,38x _ 653, r2 = 0,86
(« Nouveau riz pour l’Afrique… avec le coup de pouce de nos
amis » dans ce rapport) et impliqueront 25 paysans dans chaque
site.
Une voie d’avenir potentielle serait d’adjoindre au
« paquet » notre travail agronomique sur les jachères
légumineuses. L’utilisation de légumineuses à la place de
jachères traditionnelles a le double avantage de réduire les
Taux d'apport de phosphate naturel du Mali (kg/ha) populations d’adventices et de ne pas épuiser les réserves
d’azote du sol. En fait, lorsque des légumineuses sont utilisées
Figure 6. Réponse de deux NERICA et d’un témoin au phosphate
naturel du Mali en sol acide de forêt humide comme culture de couverture et que toute la plante est retournée
au sol à travers le labour, les légumineuses restituent
effectivement l’azote du sol et réduisent le besoin d’engrais
Perspectives d’avenir azoté (Rapport annuel de l’ADRAO 1998, pages 36-37). « Rien
« Nos études sont loin d’être terminées, il nous reste à examiner que l’azote, contenu dans les feuilles, peut améliorer le statut du
l’absorption par la plante du phosphore de l’engrais de phos- sol en azote », explique Diatta. Il examine donc la possibilité de
phate naturel de la même manière que nous avons calibré le commencer au cours de la saison 2001, des essais de rotation
rendement par rapport à l’absorption de TSP par la plante. Une avec le niébé dont les graines pourront être récoltées et servir
autre voie serait l’analyse par isotope P-32 pour déterminer le de nourriture.

29

23_29_POL.p65 29 3/8/02, 11:51 AM


Rapport annuel ADRAO 1999
Points saillants des activités

Une approche holistique du problème


de production en riziculture irriguée
englobe bien plus que la seule
dégradation des sols
PREMIÈRE vue, Foum Gleita dans le Sud de la Mauritanie est un endroit idéal pour la production de riz irrigué.
A Mais, moins de dix ans après la construction d’un barrage pour retenir la quantité d’eau nécessaire, les paysans
se plaignent de la salinité et commencent à abandonner les parcelles. Un chercheur de l’ADRAO a visité le site en 1996
et trouvé que ce serait un laboratoire de terrain idéal pour des études sur la dégradation des sols, mais il devait d’abord
avoir la confiance des paysans en examinant le problème sous l’angle de leur perception.

Contexte che effrénée de partenaires pour l’aider à résoudre les problèmes


Le barrage sur la rivière Gorgol, construit en 1984 avec le des paysans. « L’eau d’irrigation de Foum Gleita avait une
financement de divers donateurs (dont la Banque mondiale), a alcalinité résiduelle positive de calcite, signe qu’une dégradation
permis de créer un grand lac artificiel avec une capacité normale du sol pouvait résulter de la concentration de l’eau dans la zone
de rétention d’eau d’environ 500 millions de mètres cubes. Ceci racinaire », explique Marco Wopereis, l’agronome de l’ADRAO
permet une irrigation par gravitation des terres en aval et sur la faisant partie de la mission de 1996. « Nous avions pensé que le
pente douce (1-2 %) ainsi qu’un drainage par gravitation vers la site serait un bon laboratoire de terrain pour étudier les proces-
rivière. Vers 1989, l’infrastructure était en place pour assurer sus de dégradation des sols en général, et d’alcalinité, en
l’irrigation de quelques 1950 ha de terres pour la riziculture. particulier. » L’hypothèse était que la concentration d’eau
Initialement, les rendements étaient raisonnables (4,6-5,2 tonnes alcaline pouvait conduire à une dégradation plus rapide des sols
par hectare), mais ils ont rapidement baissé à 2,7-4,6 t/ha en 1992- de Foum Gleita comparativement aux autres sites le long de la
1996. Aux alentours de 1993, quelque 237 ha avaient déjà été vallée du fleuve Sénégal et que le site pourrait servir de système
abandonnés par les paysans. d’alerte précoce pour ce qui pourrait advenir ailleurs, à plus long
En 1996, une mission conjointe ADRAO/ORSTOM (Institut terme.
français de recherche scientifique pour le développement en C’est dans ce contexte que le Department for International
coopération, maintenant devenu Institut de recherche pour le Development (DFID, Royaume-Uni) est en train de financer un
développement, IRD) étudiant les problèmes de salinité et projet de trois ans en vue de déterminer l’étendue du problème
d’alcalinité dans la vallée du fleuve Sénégal, est arrivée sur le site de dégradation et ses processus majeurs, de fournir au service
et a trouvé que le service local de vulgarisation (Société nationale de vulgarisation une formation sur un système de suivi de la
pour le développement rural, SONADER) était dans une recher- qualité de l’eau et du sol et de développer des options alterna-

30

30_37_POL.p65 30 3/8/02, 11:51 AM


Rapport annuel ADRAO 1999
Points saillants des activités

semblaient prêts à leur accorder. Ainsi, l’ADRAO avait décidé


Le projet DFID sur la dégradation des sols d’étudier aussi les pratiques culturales en vue de faire des
recommandations pour améliorer la production à court terme.
Organisations internationales
I Association pour le développement de la riziculture en Des travaux effectués ailleurs ont montré que le processus
Afrique de l’Ouest (ADRAO) d’alcalinisation est pratiquement irréversible et pouvait
I International Water Management Institute (IWMI) sérieusement affecter les rendements. L’alcalinité est le résultat
de l’accumulation des carbonates de sel en solution,
Instituts nationaux de recherche
I Centre national de recherche agronomique et de déve- particulièrement en rapport avec des concentrations relativement
loppement agricole (CNRADA, Mauritanie) faibles de calcium et de magnésium (voir encadré).
I Institut de l’environnement et des recherches agricoles
(INERA, Burkina Faso)
Les chercheurs suivent les indices
Services de vulgarisation disponibles
I Société nationale pour le développement rural (SONADER,
Mauritanie)
La recherche s’est donc élargie, examinant deux thèmes à la fois :
I Autorité de mise en valeur de la vallée de Sourou (AMVS, la dégradation du sol et les pratiques culturales.
Burkina Faso) Une première étape était de faire une carte de la salinité à
travers l’aménagement au moyen d’un outil (connu sous le nom
de EM38) ne nécessitant pas d’échantillonnage du sol ni
d’études extensives en laboratoire. Cette cartographie a été
tives peu coûteuses de gestion de l’eau et du sol taillées sur le menée en collaboration avec le Centre national de recherche
contexte de production (voir encadré). agronomique et de développement agricole (CNRADA) et
SONADER. L’étude a révélé que la salinité du sol était en fait
Ce que disent les paysans et ce que très faible à Foum Gleita et que les champs abandonnés
n’étaient pas nécessairement ceux ayant la plus forte salinité. Il
pensent les chercheurs
y avait une relation étonnamment faible entre les tests de
Lors d’un atelier en juin 1998, les paysans se plaignaient de la
salinité EM38 et ceux en laboratoire pour les mêmes sols. La
dégradation des sols dans les zones au Nord de la rivière Gorgol
raison en a été découverte par nos partenaires de l’IRD : des
(la plupart des champs abandonnés se situaient au Nord de la
rivière) et disaient que la salinité du sol était la contrainte minéraux précipités comme la calcite, n’affectaient pas les données
principale à la production. Ils aimeraient que les chercheurs de EM38 parce qu’ils n’étaient pas en solution dans le sol, alors
apportent une solution immédiate à ce problème. Mais, en même que le processus en laboratoire re-dissolvait la plupart de ces
temps, ils étaient fortement sceptiques sur le travail des minéraux et fournissait ainsi des données de salinité plus
chercheurs en général : une recherche antérieure sur la élevées. Les tests de laboratoire ont révélé de l’alcalinité dans
dégradation du sol du site ne les a pas associés, pas plus qu’elle le sol de Foum Gleita, mais pas au même degré qu’à l’aménagement
n’a donné des résultats concrets qu’eux ou les agents de de l’Office du Niger au Mali, où l’on réalise encore une bonne
vulgarisation pouvaient comprendre. production de riz. Nous commencions donc à douter un peu de
Les chercheurs et vulgarisateurs de l’ADRAO et de la l’assertion des paysans selon laquelle la salinité était leur
Mauritanie, eux, ont adopté une approche plus holistique. problème de production majeur.
Même si des poches de sel avaient été observées à la surface du Puis, le personnel du Programme riz irrigué dans le Sahel
sol, il n’était pas du tout clair que la salinité était effectivement de l’ADRAO a appliqué son ensemble standard d’outils de
la principale contrainte à la production du riz, mais il pourrait pratiques culturales à la situation de Foum Gleita. Ils y ont
facilement le devenir dans l’avenir. Dans tous les cas, la suivi les pratiques culturales : en conduisant, aussi bien sur
dégradation du sol par alcalinisation est un processus à long les bons sols que sur les sols à problème, des essais d’omission
terme et, pour parvenir à des résultats pratiques, les chercheurs d’éléments nutritifs dans lesquels on n’appliquait délibérément
avaient besoin de plus de temps que ce que les paysans ni azote, ni phosphate ou potassium aux parcelles expérimentales

31

30_37_POL.p65 31 3/8/02, 11:51 AM


Rapport annuel ADRAO 1999
Points saillants des activités

individuelles dans le but de déterminer leur importance rela-


Qu’est-ce que l’alcalinisation ? tive ; en conduisant des essais où des petites parcelles sans
engrais (appelées parcelles T0 — voir Rapport annuel de
Bien que tous les deux phénomènes soient associés à ce que l’ADRAO 1998, pages 18-19) sont laissées à l’intérieur des
nous appelons les sels, les processus de « salinisation » et
« d’alcalinisation » sont qualitativement différents : la salinisation champs en vue de déterminer l’efficacité du régime d’engrais
survient en présence de chlorure de sodium et de sulfate de des paysans. En plus, des essais variétaux ont été menés pour
calcium avec un minimum d’ions de carbonate, alors que
l’alcalinisation est un résultat de fortes concentrations d’ions
voir s’il y avait des variétés qui auraient une meilleure perfor-
de carbonate en relation avec du calcium et du magnésium. mance que celles des paysans dans les mêmes conditions de
Tous les grands fleuves du Sahel ont une alcalinité rési- gestion. A plusieurs reprises, au cours de la saison, les
duelle positive de calcite. Les sols relativement riches en
calcium peuvent servir de tampon à l’alcalinité de l’eau vulgarisateurs de la SONADER ont réuni des groupes de
d’irrigation. Mais, si le lessivage du sol (c’est-à-dire le curage paysans pour évaluer les essais.
des sels par l’eau d’irrigation) est insuffisant et que des mesures
préventives ne sont pas prises, cette capacité-tampon peut Comme on s’y attendait, la potentialité de production de riz
s’éroder au fil du temps. Et, par la suite, la solution du sol sera à Foum Gleita est beaucoup plus élevée qu’on l’aurait supposée
essentiellement constituée d’ions de carbonate et de sodium,
entraînant une augmentation du « pourcentage de sodium à la vue de la performance des paysans et c’est toute une série
échangeable » (sodication) et une élévation du pH de pratiques de gestion qui contribuent à la faiblesse des
(alcalinisation). La sodication détruit la structure du sol et
entraîne la formation d’une masse imperméable comparable rendements sur ce site. Les paysans utilisent des semences de
à du béton. Le riz peut s’accommoder de telles propriétés mauvaise qualité et ne prennent pas suffisamment soin du lit de
défavorables du sol jusqu’à un certain seuil, mais d’autres
cultures non-inondées ne le peuvent pas. Leur complexité
semis. La préparation du sol avant le repiquage était ou minimale
rend difficile l’identification des phénomènes d’alcalinisation ou inexistante. Il n’y avait pas d’application d’engrais phosphaté
et de sodication. En plus, les processus sont plutôt irréversibles,
en termes pratiques, du fait des coûts associés à l’ajout
et l’engrais azoté était mal géré. Quant aux semis et repiquage,
d’acide et de gypse et l’utilisation des machines lourdes ils se faisaient en général après les dates optimales. Le repiquage,
nécessaires au labour pour les mélanger au sol. Pour cela, il est
essentiel de surveiller l’alcalinisation (et la sodication) de sorte
en lui-même, n’était pas bien mené aussi bien en termes de
à pouvoir intervenir avant que la sodication ne détruise la profondeur que d’espace entre les plants. Les champs n’étaient
structure du sol. L’avantage du site de Foum Gleita c’est que
les premiers relevés de l’alcalinité sont trois fois supérieurs à la
pas drainés lors de la maturation des grains et la récolte était
moyenne dans la vallée du Fleuve Sénégal, donc tardive et prenait trop de temps (jusqu’à un mois), résultant en
l’alcalinisation y interviendrait beaucoup plus tôt que dans la
grande vallée. Nous pourrions donc utiliser Foum Gleita comme
une perte de grains et de qualité. Mais, en comparant les tests
un laboratoire de terrain pour ce qui pourrait intervenir à une de sol et de laboratoire avec la performance du riz dans les
plus grande échelle à l’avenir. champs, il y avait une relation claire entre le niveau d’alcalinité
Pour compliquer davantage la situation, l’augmentation
de l’alcalinité réduit la solubilité du phosphate et ceci, aussi, du sol et le rendement en grains du riz : plus l’alcalinité était forte,
est une perte pour le sol. C’est la cause principale de la
mauvaise performance du riz à Foum Gleita où, en général,
de l’engrais phosphaté n’est pas appliqué à la culture.

Dans les essais


d’omission
d’éléments nutritifs,
un traitement sans
phosphate (au
milieu) se distingue
clairement des
autres

Figure 7. Essais d’omission d’éléments nutritifs, saison sèche 1999.


La non-application de phosphate aux sols à problèmes rend les
autres pratiques de gestion inutiles. Les paysans réalisent, en
général, plus de 2 t/ha avec leurs pratiques actuelles

32

30_37_POL.p65 32 3/8/02, 11:51 AM


Rapport annuel ADRAO 1999
Points saillants des activités

La réponse se trouve dans les résultats des essais d’omission


d’éléments nutritifs où, même avec une gestion optimale des
autres engrais, les parcelles expérimentales sans phosphate
dans les sols à problème ont eu des rendements proches de ceux
des paysans (Figure 7). On savait déjà, par d’autres expériences,
que le phosphate et le zinc pouvaient être déficients dans les sols
alcalins, c’est-à-dire insuffisants pour la croissance de la plante.
En plus, au cours d’une réunion entre les chercheurs, les
vulgarisateurs et les responsables de coopératives paysannes,
à l’occasion de « journées portes ouvertes » il a été demandé aux
paysans de localiser les sols à problème sur une carte. Lorsque
cette localisation a été comparée avec une carte des sols réalisée
antérieurement pour la SONADER, il y avait un lien clair entre les
Le repiquage des plantules de riz est souvent fait par des enfants sols où les paysans percevaient des problèmes et les sols peu
payés sur la base de la surface repiquée (environ 15 $ EU par profonds (moins de 80 cm de profondeur) déterminés par la
hectare) ce qui entraîne souvent un travail négligé : beaucoup recherche. Une représentation graphique de ces zones en termes
d’espace entre les plants ou des plants qui ne sont pas suffisam-
ment introduits dans le sol. A noter aussi qu’il n’y avait pas une de topographie (position sur la pente de la vallée et profondeur
préparation préalable du sol du sol) a montré une relation claire avec le rendement dans les
parcelles sans engrais (T0) et celui dans les champs paysans
(Figure 8).
plus le rendement était faible. Mais, l’expérience de l’Office du L’analyse du sol détaillée subséquente a révélé que l’alcalinité
Niger suggère que les niveaux d’alcalinité à Foum Gleita ne augmente dans le sol au fur et à mesure qu’on approche de la
pouvaient pas être directement responsables de cette perte de roche de fond. C’est cette roche de fond schiste (roche-mère) qui
rendement, que se passe-t-il donc ? est la source du carbone qui est dégagé avec l’action de l’eau

Figure 8. Diagramme de toposéquence montrant la performance des paysans (% d’abandons, rendements Tp et T0) en fonction de la
position topographique et de la profondeur du sol

33

30_37_POL.p65 33 3/8/02, 11:51 AM


Rapport annuel ADRAO 1999
Points saillants des activités

dans le sol adjacent. Dans les sols peu profonds, l’alcalinité est
nettement plus proche des racines des plantes et il en résulte des Recommandations pour l’amélioration de la
problèmes de carence en phosphate qui diminuent les rendements production de riz à Foum Gleita
du riz.
Malgré tout cela, cependant, très peu de sols à Foum Gleita D’un certain point de vue, l’ADRAO a maintenant fait son
travail pour les services de vulgarisation et les paysans de
mériteraient le qualificatif de « sols dégradés » selon les échelles Foum Gleita. Tout ce qui leur reste à faire pour améliorer leur
internationalement reconnues. Lors d’un atelier de fin de saison système de production, c’est de mettre en œuvre les recom-
dans le but de partager les résultats de la recherche avec les mandations pratiques suivantes, mais ils rencontrent encore
de nombreuses contraintes dont certaines ne sont pas sous
paysans, les chercheurs de l’ADRAO ont mis l’accent sur leur contrôle.
l’importance de l’amélioration des pratiques paysannes comme I Les plantules ne doivent pas être laissées trop longtemps
la voie pour une augmentation de la production rizicole (voir en pépinière, mais plutôt repiquées pendant qu’elles
sont jeunes et vigoureuses.
encadré). I Les champs doivent être labourés avant le repiquage.
I Le repiquage exige une meilleure gestion, particulière-
ment en termes d’espacement des plants et de mise en
L’évolution des perceptions et leurs sol.
fondements scientifiques et socio- I Les engrais nécessitent une gestion plus prudente, on
doit appliquer du phosphate ; la période et le dosage
économiques de l’azote doivent être mieux contrôlés, une améliora-
Au cours de la saison sèche 1999, les agents de la SONADER tion minimale est possible dans la production des sols à
problèmes sans addition de phosphate (voir le chapitre
ont encore fait une évaluation des pratiques paysannes et ont sur les problèmes de disponibilité en phosphate) ; une
en plus demandé aux paysans de classer les contraintes à la fois ce problème résolu, une gestion appropriée de
production par ordre d’importance. En général, les paysans ne l’azote peut encore augmenter les rendements, comme
cela aura déjà été le cas sur les ‘bons’ sols.
perçoivent plus la salinité comme un problème, bien que le jeu I Les champs doivent être drainés avant la récolte et
de la moyenne des différents types de sol masque les points de celle-ci doit avoir lieu aussitôt après la maturité et dans
un délai court.
vue de ceux travaillant sur des sols à problème, qui, eux, I L’adoption de nouvelles variétés pourrait encore aug-
perçoivent la salinité comme un problème. Après les dégâts des menter les rendements de 10–25 %.
oiseaux, la disponibilité des engrais est la contrainte majeure à
la production. Ceci est bien connu à l’ADRAO, car l’engrais
phosphaté est rarement disponible pour les paysans en
Mauritanie, peut-être parce que, ne faisant pas partie des bonnes
vieilles recommandations d’engrais de « couverture », les
paysans ne pouvaient jamais obtenir de crédit à la banque pour
en acheter.
Les paysans proclament qu’ils sont conscients que leurs
pratiques de production ne sont pas optimales, mais en attribuent
les causes à des facteurs externes comme la non-disponibilité de
crédit (pour l’achat d’intrants : semences, engrais), d’engrais
phosphaté et de main-d’œuvre et justifient ainsi leur incapacité
à entreprendre les diverses activités à temps (semis, repiquage,
fertilisation).
Les chercheurs mettent une grande partie du problème sur
le compte des pratiques de gestion sous-optimales et
reconnaissent l’importance des facteurs externes tels que la
Comparaison de la pratique paysanne (premier plan) avec des
disponibilité et le prix des intrants. Mais, ils mettent aussi les essais de démonstration de la gestion améliorée : les paysans
faibles rendements sur le compte des paysans eux-mêmes et la étaient clairement en dessous des rendements potentiels

34

30_37_POL.p65 34 3/8/02, 11:52 AM


Rapport annuel ADRAO 1999
Points saillants des activités

mauvaise organisation de leurs coopératives. Les chercheurs Et l’avenir ?


reconnaissent, néanmoins, que le problème de l’alcalinisation Grâce à la prudente inclusion de la recherche sur les pratiques
pourrait s’aggraver et là, une recherche stratégique serait de production dans le projet, l’ADRAO et ses partenaires ont pu
nécessaire pour suivre la dégradation des sols. Des équipements faire des recommandations à court terme aux riziculteurs de Foum
ont été placés dans différents champs pour suivre le mouvement
Gleita et ont ainsi acquis la réputation d’être les premiers
et les propriétés de l’eau dans le cadre de la recherche à long
chercheurs à visiter le site et à revenir avec des informations
terme.
utiles, souvenez-vous combien les paysans étaient sceptiques
Moctar Ould Isselmou, précédemment, chef de service de la
en 1998. Ceci nous donne maintenant l’opportunité d’utiliser le
vulgarisation à Foum Gleita et actuellement chef du service
site pour une recherche stratégique à long terme sur les proces-
vulgarisation et recherche en milieu paysan de la SONADER
sus de dégradation du sol liés à l’alcalinisation, opportunité que
perçoit le problème comme essentiellement un problème finan-
nous n’aurions pas eue autrement. Des équipements de suivi du
cier. « Initialement, nous avions un programme ‘travail contre
sel et de l’eau sont maintenant en place dans différents champs
nourriture’ du Programme alimentaire mondial dans lequel les
(aussi bien dans les bons sols que dans les sols à problème) et
paysans des différentes coopératives assuraient l’entretien des
la qualité de l’eau est suivie dans tout le périmètre par la
canaux d’irrigation et obtenaient de la nourriture pour cela et
SONADER qui y a installé un petit laboratoire acheté sur les
aussi une réduction de leur contribution à la SONADER pour
fonds du projet. « Nous avons encore besoin d’une année pour
l’entretien du périmètre. » Les canaux primaires et secondaires
rassembler des données sur la qualité de l’eau souterraine et les
sont partagés entre les coopératives, mais sont gérés par la
mouvements de l’eau et du sel », explique Piet van Asten, le
SONADER, un service que doivent payer les coopératives pour
chercheur en sciences des sols associé, de nationalité hollandaise
que la SONADER libère l’eau des canaux secondaires vers les
qui gère, pour l’ADRAO la plupart des aspects liés à la fin du
champs. Avec l’interruption subite du programme ‘travail contre
projet DFID. « Puis, nous ferons de la modélisation en vue de
nourriture’ (en 1992), les paysans ne sont plus motivés pour
assurer leur part d’entretien des canaux. déterminer l’importance vraisemblable qu’aurait le processus
Et Moctar poursuit : « Lorsque nous avions des financements d’alcalinisation à Foum Gleita, à long terme. » Ainsi, avec la
extérieurs, la SONADER achetait les semences et les engrais
pour tout le périmètre et les paysans nous remboursaient sur
leurs bénéfices. Maintenant, ils doivent payer directement ces
intrants dans le commerce et payer aussi la contribution de la
SONADER pour l’entretien du périmètre ». Les coopératives
ont de gros problèmes pour coordonner les paiements : beaucoup
de paysans payent leurs contributions en retard et la saison
commence donc tard avec des pertes subséquentes de
rendement. Certains paysans ont aussi du retard dans le
remboursement de leur crédit à la banque et ne peuvent donc pas
prétendre à un crédit supplémentaire pour acheter des intrants.
Les effets combinés du manque de crédit et de la non-disponibilité
des engrais concourent à retarder encore plus le début de la
saison culturale. « La SONADER a donc mis en place une
union des coopératives paysannes pour gérer l’ensemble du
périmètre, y compris les finances », explique Moctar. « La La SONADER n’a plus de ressources financières pour assurer le
redevance versée à la SONADER pour l’entretien du périmètre désherbage mécanique automatique. L’utilisation d’herbicides
ou la vidange (séchage) des canaux ne sont pas possibles car
est gardée dans un compte bancaire auquel le directeur l’eau sert aussi aux besoins domestiques. Les quelques paysans
régional de la SONADER et le président de l’union des sachant nager sont payés pour un désherbage manuel des
canaux. Le tipha est coupé juste en dessous du niveau de l’eau,
coopératives ont un accès égal. » Reste à voir si l’union sera la repousse vigoureuse indique que la mesure n’est bonne que
efficace dans son aide à la gestion de ces fonds. pour une période courte (quelques semaines/mois)

35

30_37_POL.p65 35 3/8/02, 11:52 AM


Rapport annuel ADRAO 1999
Points saillants des activités

La vallée du Sourou, l’autre moitié du Projet DFID

Foum Gleita ne constitue que la moitié du projet ADRAO — DFID sur la dégradation des sols. L’autre moitié est basée dans la vallée
du Sourou, au Burkina Faso. Soma Etienne Barro, chercheur en sciences du sol, basé à Farako-Bâ, une station de l’Institut de
l’environnement et des recherches agricoles (INERA), est le point focal du projet au Burkina. « Le premier programme rizicole a débuté
dans la vallée du Sourou en 1985 », explique Barro, « avec l’exploitation d’une surface de 50 ha ». L’INERA s’est engagé en 1995-96,
lorsque le service local de vulgarisation (Autorité de mise en valeur de la vallée de Sourou, AMVS) l’a contacté ainsi que l’ADRAO,
parce que les paysans se plaignaient de problèmes de salinité et abandonnaient les parcelles, un air déjà entendu ? A cette époque,
quelque 3000 ha étaient sous irrigation et la majorité des parcelles abandonnées se trouvaient dans les anciens périmètres. Dans la
vallée du Sourou, cependant, la mauvaise performance du riz était associée au fait qu’il y avait des poches de mauvaise
performance dans les parcelles et des nodules de calcaire (calcite) dans le sol. Barro poursuit : « Bien avant le Projet DFID, nous étions
en contact avec Marco Wopereis de l’ADRAO ». Ensemble, il a été décidé de suivre les pratiques paysannes et l’INERA a fait les
premiers pas ; la vallée du Sourou est loin de la station du Sahel de l’ADRAO, même en empruntant un vol pour arriver au Burkina.
« Nous avons identifié une grande diversité dans les pratiques paysannes, très peu de paysans observent les recommandations
locales et tous sont en dessous du seuil optimal. Nous pensions que cela suffisait à expliquer en partie la perte de rendement observé
dans les parcelles, mais les paysans n’étaient pas d’accord avec nous : aussi bien sur la classification de leurs pratiques comme ‘sous
optimales’ que sur le fait que nous pensions qu’ils contribuaient à la perte de rendement », dit Barro.
Au début du projet, les chercheurs ont examiné les poches de faible productivité dans les parcelles. Ils ont trouvé que certaines
avaient de fortes concentrations de calcaire et d’autres des problèmes de drainage. « Au
cours d’une visite, les paysans nous ont demandé de trouver une solution », poursuit Barro,
mais, « nous avions voulu connaître leur expérience à eux ». Ils ont indiqué qu’ils avaient un
répit partiel en appliquant de la matière organique dans les parcelles, mais cela ne durait
qu’une saison ; ils avaient également un répit de courte durée en enlevant les nodules de
calcaire. Les objectifs du projet à Sourou sont effectivement les mêmes qu’à Foum Gleita.
« Mais, sur la base de ce que rapportaient les paysans, nous avions décidé de conduire une
série d’essais de matière organique », indique Barro. Nous avons testé les effets du fumier, du
compost et de la paille aussi bien sur le rendement du riz que sur la chimie du sol. Et le fumier,
et le compost ont amélioré les rendements, mais la paille n’a virtuellement eu aucun effet. « Il
y a deux explications possibles pour l’effet du fumier et du compost. Premièrement, ils peuvent
altérer la chimie du sol, permettant ainsi le rassemblement des carbonates, de sorte à ce qu’il
n’y ait plus de problème d’alcalinité. Ou, secundo, ils fournissent tout simplement des éléments
nutritifs pour les plantes. » Une analyse des échantillons de plantes et du sol est en cours, mais
: « Nous pensons qu’il y a peut-être un problème de carence en éléments nutritifs, probablement
le zinc ou le phosphate. » Piet van Asten penche pour la première option : « Il est peu probable
que le phosphate constitue un problème, car tous les riziculteurs burkinabé appliquent des
quantités adéquates d’engrais phosphaté à leurs cultures, et je pense que c’est le zinc qui
constitue ici le facteur limitant. »
L’autre travail préliminaire a consisté à chercher et interpréter les vieilles cartes des sols de
la vallée pour d’éventuels indices, échantillonner l’eau d’irrigation des canaux et des puits
pour analyses, échantillonner les sols des poches productives et improductives dans les
parcelles et mener des tests de salinité rapides EM38. Jusqu’à présent le problème de salinité
n’apparaît pas clairement. Mais, l’eau et le sol sont légèrement alcalins, ce qui suggère un
problème similaire à celui de Foum Gleita et la possibilité d’une dégradation des sols à long
terme. « Si c’est un problème de carence en éléments nutritifs », dit Barro, « est-ce qu’il n’y en
a pas suffisamment dans le sol ou bien est-ce que ces éléments nutritifs sont bloqués par Il est fréquent de trouver des poches
l’alcalinité, par exemple » ? improductives à travers les champs paysans
Des échantillons de profils du sol (pour évaluer les changements dans le sol avec la dans la vallée du Sourou. Elles peuvent être
profondeur) ont montré des concentrations accrues de nodules de calcaire au-delà de 30 associées à des dépôts de calcaire et/ou à
des problèmes de drainage. La forte
cm. Ces nodules sont durs au centre et tendres sur le pourtour — mais il n’est pas encore clair productivité à proximité des diguettes est
s’ils se dissolvent dans le sol pour dégager des carbonates et augmenter l’alcalinité ou si ce l’indication d’un éventuel problème
sont des dépôts de précipitations de calcite à partir du sol. d’éléments nutritifs : les plantes proches des
Il y a bien d’autres problèmes avec les sols de la vallée du Sourou : les nématodes, par diguettes souffrent moins de la compétition
exemple, mais ils ne semblent pas avoir une relation avec les poches improductives. Les pour les éléments nutritifs
paysans se plaignent aussi de l’abondance des vers de terre qui accumulent le sol autour des
plants de riz et réduisent le tallage. Une enquête pathologique a montré beaucoup de maladies de plantes, mais, une fois encore,
rien qui soit spécifiquement associé aux poches.
Des essais d’omission d’éléments nutritifs vont commencer en 2000, pendant au moins deux saisons, pour examiner particulière-
ment le rôle des engrais de phosphate et de zinc, mais aussi le traitement au nématicide. Le suivi des pratiques paysannes va se
poursuivre et la situation des vers de terres sera suivie et évaluée. « Peut-être que l’année prochaine, nous commencerons le test des
bilans hydriques et de sel, ainsi que l’installation de piézomètres pour suivre les changements dans la profondeur de l’eau
souterraine », a conclu Barro.

36

30_37_POL.p65 36 3/8/02, 11:52 AM


Rapport annuel ADRAO 1999
Points saillants des activités

bonne volonté continue des paysans et de la SONADER, il y a


encore possibilité d’utiliser Foum Gleita comme un laboratoire
de terrain pour ce qui pourrait advenir ailleurs.
Le plan à l’origine était que le périmètre devait couvrir 3600
ha. La connaissance générée (les sols peu profonds sont les plus
affectés par la dégradation) à ce jour dans le cadre du projet
DFID, servira de ligne directrice pour positionner une extension
en infrastructures d’irrigation si l’expansion devait se poursuivre.
« En l’an 2000, la SONADER va aider l’union des paysans de
Foum Gleita à travailler ensemble avec les unions de Kaédi et
Moctar Ould Isselmou (deuxième à partir de la gauche) et Boghé à l’achat d’intrants (semences certifiées, phosphate et
Soma Etienne Barro (troisième à partir de la gauche) urée) en gros », déclare Moctar confiant. « Ceci aidera les
contemplent des essais de criblage à la station Sahel de
l’ADRAO, en compagnie de Marco Wopereis (à gauche) et paysans à avoir leurs intrants à bon marché et bien avant la
Piet van Asten (à droite). campagne de la saison des pluies. »

37

30_37_POL.p65 37 3/8/02, 11:52 AM


Rapport annuel ADRAO 1999
Points saillants des activités

La perception est conforme à la réalité


A PERCEPTION moule les réactions des gens au monde qui les entoure. En Afrique de l’Ouest, les perceptions
L qu’ont les communautés de la schistosomiase, maladie potentiellement mortelle, font de celle-ci un défi particulier
pour les programmes de prévention à mettre en œuvre.

On pense que les bas-fonds aménagés et les périmètres irrigués


aggravent l’endémicité des maladies vectorielles en Afrique de Le Consortium santé humaine
l’Ouest et du Centre. Le développement et la promotion des bas-
fonds humides ou la riziculture irriguée ont été ralentis à cause Institutions nationales
de ces inquiétudes d’ordre sanitaire. Mais, avec la demande en Côte d’Ivoire
riz qui connaît une croissance rapide dans la région et les I Centre universitaire de formation en entomologie
limites à l’intensification de la riziculture de plateau, le médicale et vétérinaire (CEMV), Bouaké
I Institut Pierre Richet (IPR) OCCGE, Bouaké
développement de la riziculture dans les bas-fonds humides I Centre de recherche pour le développement interna-
devient une option intéressante pour les décideurs politiques tional (CRDI, Ottawa)

agricoles et les paysans. En Afrique de l’Ouest et du Centre, les Mali


fonds de vallée représentent approximativement 50 % de la I Faculté de médecine, de pharmacie et d’odontosto-
matologie, Centre de formation en recherche sur la
surface totale des bas-fonds humides cultivables (375 000 à malaria, DEAP, Bamako
842 910 km2). I Institut d’économie rurale, Niono/Bamako
I Institut national de recherche en santé publique,
Le Consortium Santé humaine réunit six institutions de Bamako
recherche multidisciplinaire ouest-africaines (voir encadré) dans
le but d’évaluer les impacts sanitaires et sociaux de divers types Institutions internationales
I Association pour le développement de la riziculture en
de gestion de l’eau des bas-fonds humides et de l’irrigation dans Afrique (ADRAO)
les zones de forêt humide, de savane et du Sahel. Ce travail est I Organisation mondiale de la santé, Panel des experts sur
la gestion de l’environnement et la lutte vectorielle
mené dans l’optique de fournir des informations appropriées aux (OMS/PEEM)
planificateurs et décideurs politiques. Le Consortium met l’accent
Donateurs
sur deux maladies vectorielles principales – le paludisme et la I Danemark (DANIDA)
schistosomiase. Les résultats doivent être utilisés pour I CRDI
I Norvège
développer des stratégies de gestion de l’environnement qui
réduiraient au minimum les risques sanitaires liés à l’exploitation Les fonds ciblés pour le Consortium ont été fournis de mai 1994
des sols. Nous avons déjà traité du paludisme ( « La riziculture : à juin 2000, période pendant laquelle, les objectifs ont été
pour le meilleur ou pour le pire ? » Rapport annuel de l’ADRAO atteints. La recherche relative à la santé se poursuit à l’ADRAO
sur l’impact nutritionnel des variétés NERICA sur les familles
1996, pages 27-31) et cette année, nous abordons le volet de la paysannes, notamment les enfants.
schistosomiase.

38

38_45_POL.p65 38 3/8/02, 11:52 AM


Rapport annuel ADRAO 1999
Points saillants des activités

39

38_45_POL.p65 39 3/8/02, 11:52 AM


Rapport annuel ADRAO 1999
Points saillants des activités

La maladie
La schistosomiase, également connue sous le nom de bilharziose
est la seconde maladie parasitique la plus fréquente au monde, Les hôtes alternatifs de la
après le paludisme. On estime que quelque 200 millions de schistosomiase sont de petits
mollusques aquatiques
personnes vivant dans 76 pays en développement sont infectés vivant dans l’eau stagnante
à travers le monde. Environ deux tiers de ceux-ci en montrent les ou à faible courant
symptômes et environ 10 % (c’est-à-dire environ 20 millions de parsemée de végétation
abondante (ci-dessous)
personnes) en souffrent de manière sérieuse et débilitante, 80 %
des cas interviennent en Afrique.
Les organismes responsables de la maladie se développent
alternativement chez l’homme et les mollusques aquatiques.
Des parasites infectant les mollusques sont excrétés dans les
fèces et l’urine humains et des parasites infectant l’homme sont
libérés en millions à partir des mollusques infectés. Ainsi, la
maladie prévaut là où les populations sont en contact fréquent
avec de l’eau infestée de mollusques. Les mollusques vivent aux
alentours des rives couvertes de végétation des lacs et des
fleuves à faible débit. Il n’est donc pas surprenant, que l’on se
soit longtemps inquiété du rôle de l’agriculture, en général, et de
la riziculture irriguée, en particulier, dans l’augmentation de
l’incidence de la schistosomiase.

Impact de l’activité humaine


Les populations ont besoin d’eau pour vivre ; elles modifient
aussi leur environnement pour satisfaire leurs besoins, plutôt
que de s’adapter à leur environnement, ce que font la plupart des l’Ouest et du Centre, nous avons découvert que la situation dans
autres espèces vivantes. Les gens utilisent les sources d’eau chaque écologie est essentiellement tributaire du comportement
pour la boisson, la cuisine, la lessive et les distractions et leur des populations autour des sources d’eau. Il y a une forte
manière de gérer les ressources en eau peut avoir un effet majeur prévalence de la schistosomiase aussi bien dans le Sahel que la
sur l’incidence et le développement de la schistosomiase. Nous zone forestière. Dans le Sahel, la maladie est (probablement à
avons, par exemple, indiqué que les schistosomes infectant les juste titre) perçue comme le résultat direct de l’irrigation
mollusques sont excrétés dans les défécations et l’urine, donc introduite dans les années 1970. Ceci, est particulièrement le
si une communauté permet à ses membres d’uriner et de faire cas pour les périmètres de l’Office du Niger au Mali où les
leurs besoins aux abords d’une source d’eau infestée de agences de développement ont été tenues pour responsables des
mollusques, le cycle de la maladie va être continuellement « épidémies » de schistosomiases, lorsqu’elles ont développé
entretenu. A l’inverse, si ces activités se font loin de la source et réhabilité les infrastructures d’irrigation. Habitat semi-
d’eau, la disponibilité en organismes infectant les mollusques désertique, le Sahel dispose de très peu d’eau stagnante, à
serait significativement réduite. l’exception des périmètres d’irrigation et c’est donc dans ces
zones que pullulent les mollusques et où convergent les popu-
Conditions « sur le terrain » lations pour collecter l’eau dont elles ont besoin.
Même si la schistosomiase peut potentiellement être un Dans la zone forestière, il y a beaucoup d’eau en stagnation
problème dans la plupart des zones de riziculture en Afrique de et à faible débit et la schistosomiase y est associée aux endroits

40

38_45_POL.p65 40 3/8/02, 11:52 AM


Rapport annuel ADRAO 1999
Points saillants des activités

où les chemins traversent les cours d’eau et les rivières à faible système de riziculture et la prévalence de la maladie (voir Tableau
débit. C’est là où il y a le plus de contact entre les populations 2). Les périmètres irrigués mis en place au début des années 1970
et les sources d’eau. En gros, environ 70 % de la population semblent ne pas avoir d’effet sur le poids de la maladie dans les
est affectée avec de fortes concentrations de vers chez les communautés. Aussi bien dans les zones de monoculture que
individus infectés, mais il est difficile de montrer un effet de double culture, la prévalence de la schistosomiase est faible
quelconque de la riziculture de bas-fonds humides dans
l’augmentation de la prévalence de la maladie. Les champs de riz
en eux-mêmes n’ont pas de végétation flottante où peuvent
vivre des mollusques, mais les infrastructures d’irrigation
peuvent être un habitat approprié pour les mollusques. Nous
avons trouvé de grandes différences dans les taux de prévalence
chez les écoliers d’un village à un autre, aussi bien au sein qu’à
travers les systèmes de riziculture : par exemple, 0-51 % pour
Schistosoma haematobium et 4-77 % pour S. mansoni (voir
Tableau 2), mais ceci ne pouvait ni être lié à la surface des
périmètres villageois de riziculture dans les fonds de vallée, ni
au système de culture (une ou deux cultures par an).
La situation dans la savane est en contraste frappant avec
celle de ses habitats où les communautés sont de loin plus
conservatrices dans leurs habitudes de toilettes. Ainsi, bien
qu’il y ait plus d’eau que dans le Sahel, le seul groupe majeur à
risques c’est les enfants qui s’amusent à nager dans ces cours
d’eau. Nous avons encore observé de grands écarts dans les
Les divertissements dans l’eau engendrent un grand risque
taux de prévalence de la maladie entre des villages de milieux d’infection par la schistosomiase, particulièrement, chez les
similaires, ce qui montre l’absence d’un lien simple entre le enfants

Tableau 2. Prévalence de la schistosomiase chez les écoliers de la zone forestière et de la savane en Côte d’Ivoire.

Zone Système N° de Prévalence (%) Prévalence (%)


riz* villages S. haematobium S. mansoni

Moyenne Portée Moyenne Portée

Forêt R0 7 1,7 0,4-4,9 17,5 3,7-50


R1 7 4,4 0-51,2 46,6 16,7-65,1
R2 7 0,9 0-2,6 61,3 20,3-77,2

Savane R0 8 0,7 0-2,2 2,1 0-6,3


R1 8 2,3 0,5-6,2 11,9 1,5-26,9
R2 8 4,8 0-30,8 16,1 4,9-38,3

* R0 = villages sans riziculture ; R1 = village avec une culture annuelle de riz dans des bas-fonds sans maîtrise ou avec maîtrise partielle de l’eau ; R2 = villages situés dans des bas-
fonds avec maîtrise partielle ou entière de l’eau permettant deux cultures de riz ou plus par an
Les données individuelles des villages ont fait l’objet d’une transformation angulaire, du test ANOVA à un sens et du test posthoc de Scheffé pour des comparaisons multiples.
(1) Pour les 2 zones, il n’y avait pas de différence significative entre les systèmes culturaux en ce qui concerne S. haematobium. (2) Pour les 2 zones, la prévalence de S. mansoni
en R0 était significativement (∝ = 0,05) plus faible qu’en R1 et R2

41

38_45_POL.p65 41 3/8/02, 11:52 AM


Rapport annuel ADRAO 1999
Points saillants des activités

Schistosomiase
S. haematobium
S. mansoni
La hauteur des rectangles
représente l'abondance relative
Pas de schistosomiase

Culture de riz (m2/personne)


750 à 1.000 (18)
500 à 750 (3)
250 à 500 (10)
0 à 250 (38)

Figure 9. Distribution de la schistosomiase en Côte d’Ivoire

et il y a un petit nombre de parasites chez les individus infectés. infestée essentiellement à travers l’hygiène et l’éducation
A l’inverse, les populations ayant accès aux retenues d’eau sanitaire. La lutte chimique contre les mollusques est difficile et
des barrages tendent à être fortement infectés – par exemple, coûteuse. En Afrique de l’Est, il a été découvert une plante qui,
environ 80 % des enfants autour du lac qui fournit de l’eau de une fois écrasée ou pilée, libère un produit chimique toxique pour
boisson à la ville ivoirienne de Katiola souffrent de la maladie les mollusques ; mais le produit est aussi toxique pour les
causée par S. haematobium. poissons et lorsqu’il y a eu des tentatives de son introduction
pour lutter contre les mollusques, elle a été plutôt utilisée pour
Efforts pour lutter contre la maladie la pêche !
Dans le passé, les efforts de lutte contre la maladie se sont La schistosomiase s’est avérée facile à combattre avec des
concentrés à réduire le contact entre les populations et l’eau médicaments modernes très efficaces. Une dose suffit et a un

42

38_45_POL.p65 42 3/8/02, 11:52 AM


Rapport annuel ADRAO 1999
Points saillants des activités

minimum d’effets secondaires. Ainsi, il semble plus simple de problème, c’est la perception que les communautés locales ont
gérer la maladie à travers un programme sanitaire basé sur le des maladies.
diagnostic et le traitement, bien que la ré-infection soit fréquente La perception des communautés rurales de production rizicole
chez les groupes à hauts risques. Les campagnes de lutte dans dans la forêt humide et la savane d’Afrique de l’Ouest et du
les écoles, en particulier, ont connu un certain succès – là où Centre est que toutes les maladies sont déjà à l’intérieur du
elles ont été maintenues. corps. Elles pensent que c’est le ‘comportement à risque’ qui fait
Une autre pratique potentiellement utile pour éviter la que les maladies se manifestent et non pas que ce comportement
maladie est tout simplement le port de bottes. Les schistosomes augmente la probabilité d’une infection par un microbe externe
ne sont pas les seules menaces dans les bas-fonds humides, les (la compréhension scientifique). En plus, ce n’est que dans les
paysans (et autres riverains) sont aussi sous la menace des zones à forts taux d’infection de parasites que les gens identifient
sangsues, de mollusques plus grands et d’autres animaux effectivement la schistosomiase comme une maladie spécifique.
connus sous le nom de « serpent à deux têtes ». Les bottes La schistosomiase intestinale est souvent associée à la dysenterie
protègent contre tous ces dangers. Les travailleurs migrants qui et la schistosomiase urinaire aux maladies sexuellement
optent pour le port des bottes le font pour éviter toutes ces transmissibles chez les adolescents et les adultes. Même dans
menaces. Mais, dans les communautés paysannes sans les zones où la maladie est identifiée en tant que telle et qu’on
ressources, les bottes sont considérées comme un outil de la reconnaît comme associée aux bas-fonds (les régions où il y
travail et un outil qui coûte cher ; ainsi comme les dépenses sont a eu de grandes campagnes de sensibilisation), les gens
contrôlées par le chef de ménage, ce serait vraisemblablement l’attribuent au fait de boire de l’eau impropre plutôt qu’au fait de
lui seulement (ou exceptionnellement elle) qui en possèderait et se tenir ou de travailler dans l’eau. Ainsi, le ‘comportement à
le reste de la famille serait encore en situation de risque. Aussi risque’ proviendrait du contact avec l’eau, mais on n’accorde
bien en savane qu’en forêt, alors que les hommes sont ceux qui pas d’importance ou très peu aux mesures de prophylaxie comme
possèdent et portent des bottes, la majeure partie du travail de le port de bottes ou l’utilisation de toilettes même dans des
bas-fonds est faite par les femmes qui n’ont pas accès aux bottes régions où la maladie est bien connue.
(avec l’exception notable des migrants des pays sahéliens où En plus, la schistosomiase n’est tout simplement pas perçue
les hommes sont fortement impliqués dans l’agriculture de comme une menace à la vie ou même pas comme une maladie
bas-fonds).
En plus de la collecte d’informations de base, le Consortium
santé humaine a aussi examiné les voies de contrôler l’expansion
de la maladie. Il est parti de l’hypothèse que dans les grandes
zones d’irrigation comme l’Office du Niger couvrant quelque
70.000 ha, il doit être possible d’identifier les types de végétations
responsables du maintien des mollusques dans les zones de
contact et de contrôler le vecteur par la destruction de cette
végétation. Une fois qu’il est possible d’identifier ces blocs de
végétation, une série d’expériences de désherbage serait
nécessaire pour tester l’hypothèse ; mais le travail n’a jamais
atteint ce stade…

Perceptions locales de la maladie


Un blocage majeur a rendu cette théorie d’intervention hésitante
au point où la poursuite du travail aurait été peine perdue. Le Des schistosomes vus au microscope

43

38_45_POL.p65 43 3/8/02, 11:52 AM


Rapport annuel ADRAO 1999
Points saillants des activités

débilitante. Il en est ainsi parce que beaucoup de gens infectées


ne souffrent pas outre mesure. La schistosomiase urinaire est La schistosomiase en Afrique de l’Ouest
plutôt perçue comme une maladie d’adolescence, un signe qui
La schistosomiase est une maladie parasitique causée par
montre qu’un enfant (en particulier, un garçon) est en train de des vers connus sous le nom de schistosomes. Deux types de
devenir adulte. Chez 90 % des individus infectés, « l’urine schistosomiase infectent les gens en Afrique de l’Ouest et du
rouge » est le seul symptôme de l’infection par le schistosome Centre : la forme urogénitale causée par Schistosoma
haematobium et la forme intestinale causée par Schistosoma
(voir encadré) et il intervient à un stade tardif de l’enfance (l’âge mansoni. Dans les deux cas, la maladie est plutôt causée par
d’aller à l’école) et au début de l’adolescence. la réaction immune du corps aux œufs des vers déposés dans
les tissus d’organes cibles, que par les schistosomes eux-
Les schistosomiases urinaire et intestinale sont faciles à mêmes. Le système immunitaire cherche à ingérer les œufs
soigner. La forme intestinale nécessite des analyses de laboratoire déposés et c’est la réponse inflammatoire à ces œufs qui
cause les symptômes de la maladie.
pour la différencier de la dysenterie amibienne ou bactérienne,
puis, elle peut être traitée par l’administration d’une dose unique La schistosomiase urogénitale
d’un médicament anthelminthique approprié. Mais, la ré-infec- Les vers adultes migrent à travers le système veineux et
déposent des œufs sur la paroi de la vessie. La réponse
tion est très fréquente, car les gens sont, en général, exposés de inflammatoire à ces œufs cause un saignement de la paroi
manière continuelle. de la vessie. Ceci entraîne ce qui est souvent le seul symp-
tôme de la maladie, « du sang dans les urines ». Comme les
Le fait que la maladie est chronique et que le non-traitement
œufs des vers sont ingérés à la base des urètres (tubes
de « l’urine rouge » durant l’adolescence peut conduire à une urinaires), ceux-ci sont bloqués au fil du temps, ce blocage
défaillance des reins vers l’âge de 45-55 ans, est simplement du flux d’urine peut s’étendre au rein et provoquer une
défaillance rénale qui devient inévitablement fatale lorsque
ignoré ou pas connu. Pour une raison non encore élucidée, la les deux reins sont atteints ; mais, ceci est invraisemblable
schistosomiase intestinale non traitée cause moins de maladies avant que le patient n’atteigne 45 ans. Dans d’autres cas,
l’infection chronique de la vessie peut éventuellement en-
de foie sévères en Afrique que dans d’autres continents. traîner un cancer. Mais, chez ces populations ayant une
espérance de vie courte, les effets chroniques (à long terme)
de la schistosomiase ne sont souvent simplement pas appa-
rents.

La schistosomiase intestinale
La schistosomiase intestinale se manifeste initialement par
une dysenterie douloureuse avec rejet de sang, ce qui
conduit le patient (ou sa famille) à chercher des soins
médicaux et un traitement curatif rapide. Les vers migrent à
travers le système veineux jusqu’au foie où l’inflammation
causée par les œufs provoque un granulome, qui, au fil du
temps, va détruire les tissus normaux du foie et causer une
cirrhose. La cirrhose du foie est fatale elle aussi ; mais, dans
la plupart des cas, la maladie est traitée dès le début de la
diarrhée ou de la dysenterie ou bien, les gens meurent
d’autres causes avant que les effets de la défaillance du foie
ou de la cirrhose ne deviennent manifestes.

Leçons retenues
Le travail du Consortium santé humaine sur la schistosomiase
Urine avec du sang (à gauche en comparaison à l’urine
normale, à droite) — souvent le seul symptôme de la a clairement montré que les perceptions communautaires
schistosomiase peuvent avoir un effet marqué sur la réussite des interventions

44

38_45_POL.p65 44 3/8/02, 11:52 AM


Rapport annuel ADRAO 1999
Points saillants des activités

scientifiques. En théorie, il devait être possible d’identifier les


types de végétation associés aux mollusques vecteurs de schis- Etablir un lien entre la recherche et le
tosomes, mais l’incompréhension du mode de transmission de développement communautaire
la maladie a comme conséquence que la suggestion de défricher
Une recherche ciblée sur la communauté représente un
la végétation indiquée pour réduire l’habitat des mollusques investissement en temps substantiel pour les participants et il
n’est pas prise en compte. Il s’avère tout aussi difficile de est, par conséquent, nécessaire qu’il y ait des dividendes ou
persuader les communautés paysannes impliquées dans cette des retombées bénéfiques pour les populations concer-
nées. Beaucoup de projets de recherche bio-médicale
recherche d’adopter des moustiquaires pour éviter le paludisme assurent cela sous la forme d’une prise en charge sanitaire
alors que celui-ci est bien connu comme maladie mortelle ! Ainsi, à court terme, avec le personnel médical offrant des soins
la recherche agricole (et celle orientée vers le développement) lorsqu’il est en visite sur le site (ou faisant des visites spécifiques
pour procurer des soins). Le Consortium santé humaine a
doit examiner au-delà de sa propre sphère et prendre en compte décidé d’apporter une assistance durable aux villages
des domaines comme la sociologie dans le développement de participant à ses activités de recherche dans la zone des
savanes en soutenant la stratégie de fonds renouvelable de
technologies en vue d’améliorer les conditions de vie de ses dépôts pharmaceutiques villageois mis en place par le
populations cibles. gouvernement ivoirien. La stratégie vise à faciliter l’accès
A l’inverse de « l’échec » de la technologie de contrôle des aux médicaments essentiels dans les villages ne disposant
pas de services de santé (la majorité des villages en Côte
mollusques, les enquêtes sociologiques conduites par le Con- d’Ivoire). Le Consortium a fourni les fonds initiaux d’investisse-
sortium et d’autres institutions ont montré des voies ments sous forme d’un trousseau complet de médicaments
dans chaque village participant. Le Consortium a aussi aidé
d’amélioration de l’état sanitaire des communautés paysannes. à la mise en place des outils de gestion appropriés du fonds
Lorsque les femmes parviennent à une plus grande indépendance de roulement au niveau de la communauté. Une fois le
à travers la diversification des revenus (c’est-à-dire qu’elles ont trousseau mis en place, les villageois achètent les produits,
établissant ainsi un fonds de roulement pour réapprovision-
plusieurs sources de revenus plutôt qu’une seule denrée ner le trousseau. L’un des 12 villages associés au Consortium
agricole), elles sont en meilleure position pour prendre en charge a remporté un prix du Ministère de la santé publique pour
avoir réussi une bonne mise en œuvre de la stratégie,
la santé familiale. Alors que traditionnellement, ce sont les montrant l’exemple à suivre pour les autres communautés
hommes qui sont en charge des décisions et des dépenses rurales.
relatives à la santé, dans la pratique, ce sont le plus souvent les Les activités de recherche ont aussi fourni un cadre
approprié pour la formation de jeunes chercheurs. Les
femmes qui identifient les besoins médicaux de la famille et activités du Consortium comportaient la formation d’étu-
lorsqu’elles ont des ressources financières, elles jouent un rôle diants (niveaux maîtrise et doctorat) pour 12 jeunes cher-
accru dans la prise de décision et le choix du traitement médical. cheurs en Côte d’Ivoire et au Mali. Trois de ces étudiants ont
reçu des prix de meilleures thèses dans leurs universités, une
Il a été démontré que dans les familles où les femmes ont des indication claire de la qualité de la recherche conduite et du
sources de revenus diversifiées, il y a jusqu’à 40 % moins soutien fourni à ces étudiants.
d’épisodes de paludisme comparativement à celles où les femmes
n’ont pas de sources de revenues diversifiées. En clair, plus la
femme concernée est indépendante, plus elle a une liberté de
prise de décision financière pour obtenir rapidement cette aide. visant la diversification des pratiques de production des femmes
Ainsi, une prescription simple pour l’amélioration de la santé en et une assistance pour qu’elles atteignent une plus grande
milieu paysan serait d’initier des projets de développement autonomie financière.

45

38_45_POL.p65 45 3/8/02, 11:52 AM


Rapport annuel ADRAO 1999
Points saillants des activités

Profil d’un pays donateur : le


Royaume-Uni
ES RELATIONS entre l’ADRAO et le Royaume-Uni remontent au moins à 1975. Le Royaume-Uni a
L fourni un appui financier direct aussi bien sous forme de subventions à usage restreint qu’à usage non restreint,
des subventions en nature et détaché du personnel auprès de l’Association. Au cours de ces dernières années,
l’ADRAO s’est associée en partenariat de recherche avec plusieurs institutions de technologie avancée du Royaume-
Uni.

Très tôt, le Royaume-Uni a instauré des liens d’aide- Afrique de l’Ouest ; étudier le rôle de l’écologie des déprédateurs,
développement avec les pays membres du Commonwealth ; des hôtes alternatifs et des pratiques culturales dans les
puis ces liens ont été étendus aux pays hors Commonwealth de dynamiques de populations ; identifier les ennemis naturels
l’Afrique subsaharienne et aux agences multilatérales comme (prédateurs, parasites) de la cécidomyie et leur importance dans
l’ADRAO. la régulation naturelle des populations de déprédateurs ;
développer des variétés de riz résistantes ayant des
caractéristiques agronomiques appréciées et une bonne qualité
Détachement d’experts
En 1993, le Department for International Development (DFID,
auparavant Overseas Development Administration, ODA) a
détaché des chercheurs d’institutions du Royaume-Uni auprès
de l’ADRAO pour travailler sur des projets mis en œuvre
conjointement. Charles Williams, entomologiste du Centre for
Agriculture and Biosciences International (CABI) a été
détaché à la station de l’ADRAO, au Nigéria, basée à l’Institut
international d’agriculture tropicale (IITA), Ibadan. Le projet sur
la cécidomyie africaine du riz financé par ODA a réuni des
expertises de Institute of Biological Control et Institute of
Entomology du CABI, du personnel de l’ADRAO, des membres
des Groupes d’action ADRAO/SNRA sur la gestion intégrée
des déprédateurs (IPM) et la sélection du riz de bas-fonds ainsi
que d’autres chercheurs des SNRA d’Afrique de l’Ouest et du
Centre, alors que l’IITA a assuré un appui en infrastructures et
administration. Le travail visait à : évaluer la répartition et Sur une variété de riz sensible, la cécidomyie africaine du riz peut
l’importance économique de la cécidomyie africaine du riz en causer une perte totale de rendement

46

46_50_POL.p65 46 3/8/02, 11:52 AM


Rapport annuel ADRAO 1999
Points saillants des activités

les adventices en Afrique de l’Ouest et du Centre – certains


spécifiques à l’ADRAO et d’autres où le chercheur NRI/ADRAO
a donné un appui à des projets autres que projets ADRAO. Une
bonne partie du travail NRI/ADRAO sur les adventices a fait
l’objet de rapport, l’an dernier ( « Alliés dans la lutte contre les
adventices », Rapport annuel de l’ADRAO 1998, pages 33-39).
En 1999, l’équipe de malherbologie avait été renforcée par
l’arrivée de Rebecca Kent dans le cadre du programme Associate
Professional Officer du DFID.
En 1994, Daniel Coyne, nématologue également du NRI a
été détaché au siège de l’ADRAO. Le projet de nématologie
NRI/ADRAO a aussi fait appel à l’expertise de Institute of
Parasitology du CABI. Le projet a souligné la nature insidieuse
Cisadane, que l’on voit ici au stade de remplissage des grains, de l’infestation des nématodes sur le riz – un problème
est tolérante à la cécidomyie et produit des panicules malgré
pratiquement inconnu des paysans d’Afrique de l’Ouest et du
l’infestation
Centre, bien que presque tous les champs soient infestés à un
degré ou un autre et qu’on estime que les nématodes sont
de grains. Le projet a fait une carte de la répartition de la responsables de quelques 10 % des pertes de cultures. Quelque
cécidomyie dans au moins 6 pays de la région et a développé des huit genres de nématodes sont responsables de dégâts sur les
équations pour prédire les pertes de rendement à partir d’une racines et les feuilles du riz dans la région. Une brochure est en
connaissance du niveau d’infestation. A travers des enquêtes cours de préparation (par NRI/CABI et International Rice
sur le terrain et des tests d’insectarium, le personnel du projet Research Institute, IRRI) dans l’optique d’attirer l’attention des
a déterminé que la cécidomyie africaine du riz se limite aux plantes agents de recherche, de vulgarisation et de développement
du genre Oryza avec l’adventice O. longistaminata et le riz de travaillant sur le riz à travers le monde, sur l’importance de ces
repousse comme principaux hôtes alternatifs permettant aux déprédateurs.
populations de survivre pendant la saison non culturale. Deux
parasitoïdes ont été identifiés comme les principaux ennemis
naturels du déprédateur – l’un de ceux-ci parasite une cécidomyie
parente d’une adventice fréquente dans la région, donc une
gestion appropriée de l’adventice peut permettre d’avoir plus de
parasitoïdes pour attaquer la cécidomyie du riz. La résistance à
la cécidomyie s’est étrangement avérée aléatoire chez le riz,
malgré le criblage de milliers de lignées. La meilleure découverte
était une variété indonésienne, Cisadane, qui a été homologuée
pour la culture dans la région endémique du Sud-Ouest du
Nigéria. Entre-temps, les activités du projet ont permis de
développer une méthodologie de criblage appropriée pour la
résistance à la cécidomyie. La recherche sur la cécidomyie
africaine du riz se poursuit aujourd’hui sur un financement à
usage non restreint.
Presque au même moment, David Johnson, malherbologiste
du Natural Resources Institute (NRI) a été détaché au siège de
l’ADRAO. Depuis 1994, le DFID a financé plusieurs projets sur David E. Johnson, malherbologiste NRI/ADRAO, 1992-2000

47

46_50_POL.p65 47 3/8/02, 11:52 AM


Rapport annuel ADRAO 1999
Points saillants des activités

Figure 10. Financement du Royaume-Uni à l’ADRAO, 1988-1999

Davantage de travail sur les Afrique (INGER-Afrique) de l’IITA à l’ADRAO. Opérant,


auparavant, directement sous les auspices de l’IRRI, INGER-
déprédateurs… mais aussi sur les
Afrique est, maintenant, pleinement intégré dans le programme
ressources génétiques, les sols et la ADRAO ; il élabore des pépinières à la mesure des besoins et des
sécheresse ressources de ses partenaires des programmes nationaux partout
L’expertise et le vif intérêt du Royaume-Uni pour la gestion des en Afrique subsaharienne. La première réunion d’INGER-
déprédateurs sont clairement exprimés dans les spécialisations Afrique, depuis sa délocalisation est prévue pour début 2000 et
de ses quatre cadres détachés. Des fonds britanniques ont le réseau reçoit un appui important et continu de DFID.
également été orientés vers les problèmes causés par les En 1997, DFID a accepté de soutenir un projet spécial sur la
principales maladies du riz en Afrique de l’Ouest et du Centre. dégradation du sol en systèmes de riziculture irriguée au Sahel.
Depuis 1996, l’équipe de phytopathologie assiste CABI et Ce projet spécial est mené par l’ADRAO et ses partenaires
Horticulture Research International (HRI) dans la nationaux au Burkina Faso et en Mauritanie. Un compte rendu
caractérisation de sites de criblage pour la résistance à la détaillé d’une partie de ce travail est fourni dans le chapitre « une
pyriculariose et à l’échaudure, en Côte d’Ivoire, au Ghana et au approche holistique de la problématique de production en
Nigéria. Puis, en 1997, DFID a commencé à nous fournir des riziculture irriguée englobe bien plus que la seule dégradation
fonds pour le criblage de variétés pour leur résistance à la des sols », de ce rapport.
panachure jaune (RYMV), au Mali et au Niger. Plus récemment, Toujours en 1997, des chercheurs de l’ADRAO ont été
DFID a alloué des fonds (à partir de 1999) pour la recherche sur associés au travail du DFID sur le test de variétés de riz pluvial
la gestion intégrée du RYMV et la diversité génétique du tolérantes à la sécheresse mené au Ghana, en collaboration avec
champignon pathogène de la pyriculariose. l’université de Reading.
En 1994-1996, DFID a pris en charge le déménagement de En 1998, un projet de priming (traitement d’amorçage de la
Réseau international pour l’évaluation génétique du riz en germination) a été initié, qui est une composante de la gestion

48

46_50_POL.p65 48 3/8/02, 11:52 AM


Rapport annuel ADRAO 1999
Points saillants des activités

intégrée des adventices. Ce projet associe une autre institution cartographier les gènes de résistance naturelle aux nématodes
du Royaume-Uni – le Centre for Arid Zone Studies de l’université et au RYMV, ainsi que les gènes de compétitivité contre les
du pays de Galles. Il est prévu d’intégrer le priming dans les adventices. Avec le succès rapide de la recherche transgénique
essais de sélection variétale menés à travers la région du mandat pour la résistance au RYMV, nous envisageons d’entrer en
de l’ADRAO. rapport avec l’université de Leeds pour étudier la possibilité
En 1999, un projet d’une durée de trois ans appelé « riz d’une résistance transgénique aux nématodes.
sauvage » a été initié. Il est basé à l’ADRAO avec des essais en
milieu paysan au Ghana et au Mali. Deux espèces de riz
Gatsby Foundation
sauvage posent problème aux paysans dans plusieurs régions
« Travailler avec le Royaume-Uni ne concerne pas seulement
en Afrique : Oryza longistaminata (pérenne) et O. berthii
l’aide et le financement direct du gouvernement », indique le
(annuelle). L’un des principaux problèmes, c’est qu’au cours
Directeur général de l’ADRAO, Kanayo Nwanze, « un autre
des premières étapes de la croissance, les espèces sauvages
aspect important en est le développement de nos relations avec
ressemblent beaucoup aux espèces cultivées. Le projet vise à
Gatsby Foundation ». En tant qu’institution philanthropique,
développer une gamme de mesures de lutte pour une approche
Gatsby Foundation est un soutien idéal pour la recherche et le
intégrée : son équipe comprend aussi bien des chercheurs en
développement agricoles. En 1997, Gatsby a contribué aux
biologie qu’en sciences sociales. Il comporte aussi des activités
efforts de l’ADRAO pour construire une infrastructure de
de terrain en Tanzanie et les études en serres sont conduites à
quarantaine, à son siège de M’bé, dans le cadre de son mandat
la station de recherche de Long Ashton au Royaume-Uni.
de bio-sécurité dans la région. On s’attend à un renforcement de
ce soutien en 2000.
Travail en réseau Gatsby a aussi montré de l’intérêt pour l’aspect sélection
L’ADRAO se voit, de plus en plus, comme un trait d’union entre variétale participative du Projet d’hybridation interspécifique et
les institutions dites de recherche avancée et les services a accepté de financer les activités PVS au Ghana et au Nigéria
nationaux de recherche et de vulgarisation de la région. Notre pour trois ans, à partir de 2000 ( « Nouveau riz pour l’Afrique…
but est de veiller à ce que les ressources de chaque partenaire avec un coup de pouce de nos amis » dans ce rapport).
soient utilisées de la manière la plus efficace et de tout rassembler
au bénéfice de toutes les parties et de notre clientèle ultime : les
ménages paysans sans grandes ressources en Afrique de Formation
l’Ouest et du Centre. Un ensemble d’opportunités de formation a été mis en place à
L’équipe de l’ADRAO continue à bénéficier de l’expertise du travers la collaboration entre le Royaume-Uni et l’ADRAO.
Royaume-Uni dans le domaine des déprédateurs et des mala- Entre 1977 et 1987, quatre chercheurs de la région ont été
dies. La collaboration en cours dans la recherche sur la pyricu- parrainés par ODA pour mener des travaux de maîtrise à
lariose associe NRI, CABI et Commonwealth Mycological l’université de Reading en collaboration avec la station de
Institute pendant que l’analyse moléculaire et l’identification recherche de Rokupr (faisant alors partie de l’ADRAO).
des types pathogènes sont menées par HRI. NRI reste toujours DFID parraine actuellement trois étudiants Postgraduate à
associé au travail sur le RYMV, examinant notamment la trans- l’ADRAO : Tien Hoang (Hollandais) faisant un Msc sur la
mission du virus par les insectes. Un projet initial de tolérance à la salinité en riziculture irriguée à l’université de
développement d’une résistance transgénique du riz au Wageningen, Daba Ndour (Sénégalaise) faisant des travaux de
RYMV a été obtenu grâce à un effort de collaboration entre doctorat sur la sélection du riz irrigué à l’université Cheick Anta
Sainsbury Laboratory (section de l’University of East Anglia) Diop de Dakar et Jill Cairns (Ecossaise) faisant des travaux de
et l’ADRAO. Mais, le dernier projet de ce type est en train d’être PhD sur la génétique du riz à l’université d’Aberdeen.
mené en collaboration avec John Innes Centre où des En outre, il est prévu que deux cadres de l’ADRAO
collègues entreprennent de faire la caractérisation moléculaire entreprennent en 2000, des études de PhD à l’université East
du virus en vue de développer une résistance transgénique Anglia dans le cadre du programme de recherche RYMV
au RYMV. John Innes Centre utilise aussi les NERICA pour ADRAO/John Innes Centre.

49

46_50_POL.p65 49 3/8/02, 11:52 AM


Rapport annuel ADRAO 1999
Points saillants des activités

Un récent développement inhabituel est le cas de Cary Clark Afrique et nous a encouragé en intensifiant son soutien à nos
(Américaine) qui finance elle-même son travail de recherche de activités, en ces moments difficiles. Nous les en remercions et
PhD sur la gestion des ressources communautaires et les leur témoignons de notre reconnaissance, tout en espérant une
systèmes de crédit à l’université de Reading. collaboration fructueuse et soutenue à travers ce nouveau
millénaire.
L’influence britannique : présidence du
Conseil et autres membres du personnel
En 1997, Lindsay Innes du Scottish Crop Research Institute a Leçon de géographie politique : qu’est-ce que le
été élu au Conseil d’administration de l’ADRAO. Ses qualités Royaume-Uni ?
de clairvoyance et de leadership ont ensuite conduit à son
élection à la présidence du Conseil d’administration à partir de « Une chose qui crée la confusion chez les gens », dit Guy
2000. Manners, le « très anglais » responsable de l’information de
l’ADRAO, « c’est la relation entre la Grande Bretagne, le
Entre 1996 et 1997, Andrew Urquhart, de nationalité Royaume-Uni et les entités qui les composent ».
britannique, a servi à l’ADRAO en qualité de responsable Voici un guide simple pour comprendre la complexité
intérimaire des finances et du personnel. Puis, en 1998, deux politique et géographique de ces îles au large de la côte
Nord-Ouest de l’Europe continentale :
autres Britanniques ont été recrutés comme cadres du I Grande Bretagne = Angleterre, Ecosse et Pays de Galles
personnel principal de l’ADRAO : Amir Kassam, comme (politiquement)
Directeur général adjoint chargé des programmes et Guy I Royaume-Uni = Grande Bretagne et Irlande du Nord
(politiquement)
Manners comme responsable de l’Information. I Iles Britanniques = Royaume-Uni, République irlandaise
et toutes les îles associées ou (à l’origine) Grande Breta-
gne et Irlande (géographiquement)
Un engagement de plus en plus fort « Ce qui crée la plus grande confusion », poursuit Guy,
A un moment où beaucoup de nations donatrices semblent se « c’est qu’on s’attend généralement à ce que ceux d’entre
nous qui venons du Royaume-Uni se présentent comme des
désintéresser de la recherche agricole internationale, il est Britanniques ! Je n’ai jamais compris ça ! Je suis anglais,
heureux de constater la foi et la confiance que le Royaume-Uni britannique et citoyen du Royaume-Uni. Personnellement, je
place en l’ADRAO. DFID, en particulier, a reconnu l’intérêt de préfère dire que je suis anglais ».
confier à l’ADRAO, les activités de recherche sur le riz en

50

46_50_POL.p65 50 3/8/02, 11:52 AM


Rapport annuel ADRAO 1999
Annexes

L’année en revue : 1999

’ANNÉE 1999 a été une année très active pour l’ADRAO et ses nombreux partenaires. Avec plusieurs projets
L majeurs étant ou arrivant au terme de leur première phase et de nouveaux projets et orientations qui émergeaient,
c’est un moment de revue et de planification. Elle a marqué le début d’une période passionnante et active dans l’histoire
de l’ADRAO.

En janvier, l’Unité nationale de coordination du Consortium Du 17 au 20 février, 16 participants venant de la GTZ, de


bas-fonds (CBF) de Côte d’Ivoire a tenu son Atelier national l’ADRAO, de l’université de Hohenheim, des SNRA du Nigéria
sur les bas-fonds en Côte d’Ivoire, à Gagnoa. Des représentants et du Bénin, du système de vulgarisation agricole du Bénin et
du CBF, du Consortium Santé humaine, du Programme national des organisations paysannes du Nigeria et du Bénin ont pris
de Côte d’Ivoire (CNRA), de l’université de Bouaké, de part à un Atelier de planification sur l’amélioration de la
différentes agences de développement et ONG ont pris part à la participation paysanne et l’adaptation des technologies de
réunion. Celle-ci a revigoré l’Unité nationale de coordination production des systèmes à base riz pluvial en Afrique de
ivoirienne et préparé, pour les années à venir, un plan d’action l’Ouest : cas du Nigeria et du Bénin, au siège de l’ADRAO. Le
comportant des activités de renforcement des liens entre la résultat de cet atelier et de la proposition de projet subséquente,
recherche et le développement. c’est que la BMZ finance actuellement un projet sur ce thème.
Il est mis en œuvre par l’ADRAO en collaboration avec l’université
Un événement majeur de sensibilisation du public a eu de Hohenheim.
lieu à Abidjan, Côte d’Ivoire : la Journée de l’ADRAO, le 16
février, à l’hôtel Ivoire. C’était un événement, où l’ADRAO a eu Au cours du mois de mars, ont eu lieu les réunions finales des
à se présenter à la communauté diplomatique de la région et Groupes d’action ADRAO/SNRA, réunions au cours desquelles
aux autres visiteurs. Il a été parrainé par la BAD, la FAO, le ils ont commencé leur fusion avec le ROCARIZ. Une réunion des
PNUD et la Banque mondiale et a connu un grand succès avec acteurs des Groupes d’action a eu lieu du 15 au 17 et la réunion
plusieurs allocutions des sponsors, du Conseil des ministres de proprement dite, les 18 et 19. Plus de 100 délégués comprenant
l’ADRAO, du ministre ivoirien de l’agriculture et des ressources des membres des Groupes d’action des SNRA, des chercheurs
animales, des paysans et des partenaires nationaux. Le Premier de l’ADRAO et des représentants du CORAF, y ont pris part.
Ministre ivoirien en a été l’hôte d’honneur et on notait la Un Comité directeur intérimaire a été mis en place et il a été
présence des principales missions diplomatiques basées à mandaté pour établir des règles de fonctionnement du nouveau
Abidjan et dans la région, représentant la communauté des réseau en vue de leur approbation à la première réunion de revue
donateurs, les Etats membres de l’ADRAO et d’autres pays de la recherche rizicole régionale en début 2000.
africains. L’exposition a été ouverte au public dans l’après-midi
et le nombre de visiteurs a été estimé à quelques 600 à 1000 Un cours de formation sur l’Analyse des systèmes et la
personnes. simulation de la production rizicole et des interactions

51

51_54_POL.p65 51 3/8/02, 11:53 AM


Rapport annuel ADRAO 1999
Annexes

riz-adventices a eu lieu au siège de l’ADRAO du 22 au 30 mars. tive du riz, qui a suivi, a initié les équipes des sept autres pays
Il a été conduit par le Department of Theoretical Production restants de l’ADRAO en techniques PVS et ainsi, tous les 17
Ecology de l’université de Wageningen, Pays-Bas et a concerné Etats membres ont maintenant reçu une formation en PVS.
essentiellement le personnel de recherche de l’ADRAO, même L’atelier de présentation de rapports et de planification a été
si 5 agents des SNRA y ont participé. retenu comme événement annuel, car de plus en plus, les
donateurs soutiennent cette initiative de recherche en matière
Un autre événement de sensibilisation du public a eu lieu du de transfert de technologies.
25 mars au 4 avril : Carnaval de Bouaké. Environ 2 à 3000
personnes ont pu visiter le stand de l’ADRAO sur l’une des En mai, ce fut notre équipe des finances qui a été passée au
grandes voies de la cité hôte de l’ADRAO. microscope par la Revue externe commanditée par le Centre. Le
panel de revue a fait 23 recommandations et a conclu qu’un
Le Consortium bas-fonds (CBF) était aussi en phase de mécanisme pour améliorer de façon significative les rapports
transition en 1999, puisque c’était la fin de la phase I et la mise financiers, est en place.
en place d’un nouveau statut pour la préparation de la phase II.
Les responsables des institutions membres du CBF ont eu une L’année a également été cruciale pour le Consortium santé
réunion les 13 et 14 avril, immédiatement suivie de l’Atelier humaine puisque le projet arrivait à son terme et a atteint ses
annuel de planification jusqu’au 16 avril. Un accord de collabo- objectifs (ou, pour le cas de la schistosomiase, a montré que
ration a été signé par les responsables des institutions et un certaines voies de recherche sont vouées à être improductives
comité de gestion du consortium a été mis en place. Le cadre était – voir « La perception est conforme à la réalité » dans ce rapport).
ainsi en place pour faire le point sur les activités de la phase I Le Consortium est une initiative conjointe entre des agences de
(principalement certains travaux inachevés de caractérisation recherche et de vulgarisation en Côte d’Ivoire et au Mali,
l’ADRAO et le panel d’experts sur la gestion de l’environnement
agro-écologique dans plusieurs pays) en 1999-2000 et démarrer
pour la lutte vectorielle de l’Organisation mondiale de la santé
la phase II en 2000 avec de nouveaux points saillants et de
(OMS/PEEM). Le Comité consultatif scientifique du Consor-
nouvelles activités, tout en s’appuyant sur les leçons de la
tium, présidé par l’OMS/PEEM, a eu une rencontre avec le
phase I et d’autres initiatives sur les bas-fonds et le transfert de
CRDI (représentant les donateurs), à Bouaké, du 24 au 26 mai,
technologies. Le CBF est maintenant une composante intégrale pour leur réunion annuelle afin de discuter des résultats et de
de la structure de recherche de l’ADRAO, constituant un projet planifier les activités jusqu’à la fin du projet, en 2000.
Développement de systèmes dans les bas-fonds et transfert de Malheureusement, en l’absence de financement pour une
technologies dans le Programme développement de systèmes et seconde phase, la fin de ce projet sera aussi la fin des activités
transfert de technologies, plutôt qu’une entité à part ayant peu du Consortium basé à l’ADRAO.
d’interactions avec le programme général de l’ADRAO.
En juin, ce fut au tour du personnel de recherche de l’ADRAO
Capitalisant sur le succès de la sélection variétale participa- de faire l’objet d’une évaluation par une Revue externe
tive (PVS) dans plusieurs pays jusqu’en 1998, l’ADRAO a commanditée par le Centre. La revue présidée par le Dr Bernard
organisé deux ateliers du 19 au 28 avril 1999. Le premier : Atelier Tinkler a, en général, été positive et a donné un précieux
de présentation de rapports et de planification sur le thème feedback sur des questions comme l’équilibre entre la recherche
« Analyse de la population paysanne et amélioration variétale adaptative et la recherche stratégique. La revue a été programmée
du riz avec la participation des agriculteurs », a rassemblé les en vue de servir de feedback et d’intrant à la Revue externe des
équipes PVS de 10 pays (dont la plupart avaient été formées en programmes et de la gestion qui a débuté vers la fin de l’année.
1998) pour qu’elles fassent part de leurs expériences, échangent
des idées et planifient des activités pour la campagne 1999. « L’été » est toujours une période calme dans les centres
L’atelier de formation sur l’amélioration variétale participa- internationaux puisque beaucoup de responsables prennent

52

51_54_POL.p65 52 3/8/02, 11:53 AM


Rapport annuel ADRAO 1999
Annexes

leurs congés annuels pour se reposer auprès de leurs familles. La phase initiale de la quatrième revue externe des
Mais, « l’automne » a fait sa rentrée avec les 16 et 17 septembre, programmes et de la gestion (REPG) de l’ADRAO a eu lieu du
la vingt-deuxième session ordinaire du Conseil des 20 au 30 novembre avec des présentations générales devant le
Ministres, où les ministres de l’agriculture des Etats membres Panel (présidé par le Dr Mandi Rukundi du Zimbabwe) et des
se sont rencontrés pour discuter des progrès de l’ADRAO et discussions préliminaires sur des questions intéressant les
faire des recommandations pour l’avenir. Cette année, la membres du Panel. Ceci avait pour objet de planter le décor pour
réunion est entrée dans l’histoire, en étant le premier forum la phase principale en début 2000. Le rapport de la REPG a été
international à se tenir au Libéria depuis le début de la guerre présenté à la réunion à mi-parcours du GCRAI à Dresde, en mai
civile dans ce pays. Huit pays membres ont été représentés 2000. Les défis qui se posent à l’ADRAO à l’aube de ce nouveau
dont cinq au niveau ministériel. Malgré l’absence de quorum, millénaire et l’évaluation générale du Panel de revue sont
neuf résolutions et deux motions de remerciements ont été présentés dans le message du Directeur général et du Président
préparées pour soumission et approbation à la plénière du du Conseil d’administration (page 1).
Conseil.
Lors de la réunion de novembre du Conseil d’administration,
Crop Science Society of America (CSSA) a offert au GCRAI le nouveau centre de l’Information et de la Documentation
l’opportunité de présenter des séminaires et un stand (IDC) et l’extension des bâtiments de recherche ont été inaugurés.
d’exposition lors de ses réunions annuelles, en commençant Le coût des bâtiments d’un montant de 1 677 084 $ EU a été
par l’IRRI et l’ADRAO en octobre-novembre 1999, à Salt Lake supporté par les Etats membres de l’ADRAO, ce qui atteste de
City, Utah, Etats-Unis. Nous avons, bien entendu, sauté sur leur soutien politique et de l’appropriation de l’Association.
l’occasion pour parler de notre travail devant l’élite des Cette réunion a été aussi une étape remarquable du fait qu’elle
chercheurs en sciences agricoles des Etats-Unis. Trois était la dernière à laquelle prenait part le Président Just Faaland
présentations ont été faites par le personnel de l’ADRAO. Ces de la Norvège. Le Dr Faaland a servi en qualité de Président
présentations et l’exposition ont été bien accueillies. pendant six ans et a prolongé son mandat à une septième année
pour permettre une bonne continuité et une transition
Un autre événement important pour le Consortium santé harmonieuse pendant l’année de la REPG. Le professeur Lind-
humaine a été l’Atelier analytique sur la santé de l’écosystème say Innes d’Ecosse (Royaume-Uni) a été élu Président entrant
tenu du 6 au 24 novembre. La réunion partagée entre Abidjan et pour compter de juin 2000, date de la prochaine réunion du
le siège de l’ADRAO, s’est appesantie sur l’Atlas du risque de Conseil d’administration.
la malaria en Afrique (ARMA), Afrique de l’Ouest : rôle des
zones humides et des points d’eau. Les résultats combinés de L’évaluation finale de la Phase I du Projet d’hybridation
plusieurs groupes de recherche ont été rassemblés pour interspécifique a eu lieu les 29 et 30 novembre, avec des
développer la première carte du risque de la malaria en Afrique, représentants du PNUD/CTPD, de la Banque mondiale, du
maintenant disponible sur Internet. ministère japonais des Affaires étrangères, de l’ambassade
du Japon à Abidjan, de la JIRCAS, ainsi que des représentants
Le Salon international de l’agriculture et des ressources des partenaires de la recherche venant de l’IRRI, de l’IRD, de
animales (SARA), un forum biennal régional pour la promotion l’université Cornell, de Yunnan Academy of Agricultural
des produits agricoles aussi bien à caractère commercial que Sciences (Chine) et de la Guinée. (« Nouveau riz pour
non lucratif, a été organisé à Abidjan du 12 au 19 novembre. l’Afrique… avec un coup de pouce de nos amis » dans ce
L’ADRAO y a eu aussi un stand et les cadres ont tour à tour rapport.)
discuté de notre travail avec le public, des producteurs
commerciaux et des hauts responsables venus de toute la En décembre, l’ADRAO a abrité un Atelier international
région – les visiteurs ont été estimés à 8 000. sur un partenariat efficace et durable dans un système de

53

51_54_POL.p65 53 3/8/02, 11:53 AM


Rapport annuel ADRAO 1999
Annexes

recherche globale : cas de l’Afrique subsaharienne. L’atelier a l’année 2000 et au-delà. Les événements relatés dans ce docu-
été organisé et coordonné par l’ADRAO et ISNAR en collabo- ment ne sont que les premiers signes de l’énergie et de
ration avec Organizational Change Program (OCP) et avec un l’enthousiasme renouvelés de l’ADRAO pour le travail qu’elle
appui significatif des autres centres du Groupe consultatif, de a devant elle ; ils fournissent aussi une plate-forme sur laquelle
Global Forum for Agricultural Research (GFAR) et du Centre peuvent se baser les réunions à venir en 2000 : la première revue
technique pour la coopération agricole et rurale (CTA). Trentre- régionale de la recherche rizicole (ROCARIZ), le premier atelier
neuf participants ont représenté 27 organisations et 18 pays. INGER-Afrique sous les auspices de l’ADRAO, la troisième
série des ateliers PRIGA/PVS, la seconde réunion biennale du
Les activités de 1999 ont mis en place le processus pour que Comité des experts nationaux et la plate-forme collaborative des
l’ADRAO initie un programme complet et passionnant pour universités.

54

51_54_POL.p65 54 3/8/02, 11:53 AM


Rapport annuel ADRAO 1999
Annexes

Etats financiers
1. Bilan au 31 décembre 1999 (en dollars des Etats-Unis)

ACTIF 1999 1998


Actif à court terme
Disponibilités 2 637 527 1 669 204
Débiteurs:
Donateurs 1 044 533 1 662 227
Employés 177 948 201 862
Autres 902 768 864 039
Stocks 683 361 832 388
Charges comptabilisées d’avance 30 670 57 925

Total actif circulant 5 476 807 5 287 645

IMMOBILISATIONS
Fonciers et installations 19 768 974 18 936 253
Moins : amortissements cumulés (5 415 464) (4 941 190)
Total immobilisations nettes 14 353 510 13 995 063

TOTAL ACTIF 19 830 317 19 282 708

PASSIF ET SOLDE DU FONDS


Exigibilités à court terme
Découvert bancaire 71 067 808 166
Montants à payer :
Donateurs 3 875 936 2 581 774
Employés 129 818 187 039
Autres 1 288 254 1 234 384
Provisions et charges à payer 1 024 696 1 053 154
Total exigibilités à court terme 6 389 771 5 864 517
Total passif 6 389 771 5 864 517
Actif net
Fonds affectés aux immobilisations
Propriété du Centre 14 353 510 13 995 063
Fonds de remplacement des immobilisations 12 301 281 933
Fonds d’exploitation (925 265) (858 805)
Total actif net 13 440 546 13 418 191
TOTAL PASSIF ET ACTIF NET 19 830 317 19 282 708

55

55_61_POL.p65 55 3/8/02, 11:53 AM


Rapport annuel ADRAO 1999
Annexes

2. Etat des revenus et des dépenses par origine des fonds pour l’exercice clos au 31 décembre 1998 et 1999 (en dollars des
Etats-Unis)
Fonds à usage Total
non restreint restreint 1999 1998

REVENUS

Dons et subventions 6 511 825 2 557 817 9 069 642 8 077 201
Contributions des Etats membres 83 924 83 924 762 497
Autres revenus 399 778 399 778 305 974

TOTAL REVENUS 6 995 527 2 557 817 9 553 344 9 145 672

DEPENSES DE FONCTIONNEMENT

Programmes de recherche 3 048 070 2 482 766 5 530 836 5 901 627
Dépenses administratives et générales 3 298 922 3 298 922 2 931 510
Amortissement 735 660 735 660 625 600

Dépenses brutes de fonctionnement 7 082 652 2 482 766 9 565 418 9 458 737

Récupération de charges indirectes (258 498) (258 498) (291 459)

DEPENSES NETTES DE FONCTIONNEMENT 6 824 154 2 482 766 9 306 920 9 167 278

EXCEDENT (DEFICIT) DES REVENUS SUR LES


DEPENSES 171 373 75 051 246 424 (21 606)

Réparti comme suit :

Fonds d’exploitation (171 373) (171 373) 135 643


Fonds de remplacement des immobilisations (75 051) (75 051) (114 037)

POUR MEMOIRE

Dépenses de fonctionnement par nature

Frais de personnel 3 569 585 624 306 4 193 891 4 707 373
Fournitures et services 2 406 769 1 533 464 3 940 233 3 460 476
Transport 370 638 324 996 695 634 665 288
Amortissement 735 660 735 660 625 600

Total charges d’exploitation 7 082 652 2 482 766 9 565 418 9 458 737

56

55_61_POL.p65 56 3/8/02, 11:53 AM


Rapport annuel ADRAO 1999
Annexes

3. Subventions pour l’exercice clos au 31 décembre 1999 (en dollars des Etats-Unis)

Subvention à usage non restreint


1999 1998

Belgique 115 796


Canada 468 133 478 077
Côte d’Ivoire 109 176
Danemark 294 737 342 773
France 89 455 121 296
Allemagne 328 940 349 627
Japon 1 584 382 1 367 018
Pays-Bas 247 083 260 824
Norvège 279 641 293 403
Suède 442 938 473 100
Royaume-Uni* 260 720 168 574
Etats-Unis d’Amérique (USAID) 250 000 200 000
Banque mondiale 2 150 000 1 100 000

Total subventions à usage non restreint 6 511 825 5 263 868

Subvention à usage restreint

Banque africaine de développement (appui institutionnel) 155 787


Canada (projet université Laval) 45 134 48 579
Canada (santé – projet maladies transmises par les vecteurs) 365 631
Canada (projet FDCIC) 11 342 11 111
Danemark (projet Phytosanitaire/semences) 24 107 22 671
France (projet agrophysiologie) 74 488
France (projet Consortium bas-fonds) 87 337 100 248
Fondation Gatsby (installation d’endiguement) 30 708
Allemagne (GTZ) (projet pesticides) 14 448
Allemagne (GTZ) (projet azote du sol) 48 691 17 673
Allemagne (GTZ) (projet riz nord) 78 032 40 499
Allemagne (GTZ) (gestion améliorée des nutriments) 91 011 59 910
FIDA (projet RADORT) 132 984 277 226
IVC/CFC Spirivwa 149 391
Japon (études post-doctorales) 41 120 57 542
Japon (études sur la qualité des grains) 40 381 98 892
Japon/PNUD (projet CTPD) 427 000 427 000
Japon (projet MAFP/ADRAO 115 951
Pays-Bas (projet Consortium bas-fonds) 323 258 361 297
Norvège (projet maladies transmissibles par les vecteurs) 132 997 34 555
Norvège (projet formation) 46 745 72 967

*Les fonds du Royaume-Uni sont « alloués » aux projets spécifiques du plan à moyen terme de l’ADRAO.

57

55_61_POL.p65 57 3/8/02, 11:53 AM


Rapport annuel ADRAO 1999
Annexes

Subvention à usage restreint (suite)

1998 1997

Fondation Rockefeller (projet culture d’anthères) 178 250 157 745


Fondation Rockefeller (études post-doctorales) 5 978
Royaume-Uni (projet adventices) 15 851
Royaume-Uni (projet diagnostic et lutte contre les nématodes) 11 065
Royaume-Uni (projet CRF RYMV) 22 439 38 000
Royaume-Uni (projet CRF dégradation des sols) 27 128 33 590
Royaume-Uni (projet traitement d’amorçage de la germination) 14 343 11 732
Royaume-Uni (INGER-Africa Phase 2) 7 895
Royaume-Uni (projet riz sauvage) 11 716
Royaume-Uni (Université de Wales) 19 400
Royaume-Uni (Université d’Aberdeen) 7 026
UNDP (projet IAEG évaluation du matériel génétique) 13 999
Etats-Unis d’Amérique (USAID) (projet liaison avec Arkansas) 11 199 5 712
Etats-Unis d’Amérique (USAID) (projet réseau) 194 409 356 670
Etats-Unis d’Amérique (USAID) (projet dissémination de technologies) 2 732 50 286
Etats-Unis d’Amérique (USAID) (projet AfricaLink) 43 477 63 797

Total subvention à usage restreint 2 557 817 2 813 333

Total des subventions 9 069 642 8 077 201

58

55_61_POL.p65 58 3/8/02, 11:53 AM


Rapport annuel ADRAO 1999
Annexes

Conseil d’administration

Président Just Faaland (Norvège)

Membres Midred A. Amakiri (Nigeria)**


Jacob Ayuk-Takem (Cameroun)
Alois Basler (Allemangne)
Ba Diallo Daoulé (Mali)**
Mamadou Diomandé (Côte d’Ivoire)
Lindsay Innes (Royaume-Uni)
Ryuichi Ishii (Japon)
Diana McLean (Canada)
Richard Musangi (Kenya)
Akilagpa Sawyerr (Ghana)**

Membre ex-officio : Directeur général de l’ADRAO Kanayo F. Nwanze (Nigeria)

** mandat terminé en 1999

59

55_61_POL.p65 59 3/8/02, 11:53 AM


Rapport annuel ADRAO 1999
Annexes

Cadres de l’ADRAO et chercheurs


d’institutions coopérantes
Bureau du Directeur général
Kanayo F. Nwanze Directeur général
P.-Justin Kouka Assistant exécutif du Directeur général
Adrian Labor* Responsable des technologies de l’information et de la communication (CRDI)
Nko Umoren* Auditrice interne
Guézi Norberte Zézé* Assistante de relations publiques

Division de l’administration et des finances


Michael F. Goon Directeur général chargé de l’administration et des finances
Bola Andrews Responsable des services d’appui
Antoinette Baroan* Chef du personnel
Chitti Babu Buyyala Chef des opérations
Mory Cissé*† Responsable des achats & approvisionnements
Gabriel Dao Responsable par intérim des ressources humaines et des services administratifs
Vincent Elegbo Responsable du garage
Mark Etsibah Comptable principal
Casimir Grouto Responsable des services d’entretien
Gilbert Kato* Chef du transport
Robert C. Lemp** Chef de l’administration et des services d’appui
George Maina Chef des finances
Olusegun Olubowale* Comptable principal
Gaston Sangaré* Régisseur de la ferme expérimentale

Division des programmes de recherche


Amir Kassam Directeur général adjoint chargé des programmes
Chef du programme appui aux politiques
Frank Abamu* Agronome/modélisation des cultures (Université Laval/ACDI)
Mark Abekoe* Pédologue (chercheur visiteur)
Abdoulaye Adam Biométricien
Coordinateur de la formation par intérim**
Folkard Asch** Modélisation des cultures (Université Laval/ACDI)
Mathias Becker** Agronome (systèmes de cultures)
Amadou Moustapha Bèye** Agronome/sélectionneur (chercheur visiteur)
Thierry Cadalen** Biologie moléculaire
Timothy J. Dalton** Economiste (production)
Alassane Diallo Documentaliste
Sitapha Diatta Pédologue

60

55_61_POL.p65 60 3/8/02, 11:53 AM


Rapport annuel ADRAO 1999
Annexes

Koichi Futakuchi Ecophysiologiste des cultures


Robert Guei Coordinateur INGER-Afrique
Monty P. Jones Chef du programme riz pluvial
Sélectionneur riz pluvial
Mohamed Kebbeh* Economiste agricole (chercheur visiteur, Sahel)
Frédéric Lançon* Economiste (analyse des politiques)
Nina Lilja** Economiste agricole
Guy Manners Responsable de l’information
Kouamé Miézan Chef du programme riz irrigué (Sahel)
Sélectionneur riz irrigué
Sié Moussa** Sélectionneur riz (chercheur visiteur, Sahel)
Marie-Noëlle Ndjiondjop* Biologie moléculaire
Francis Nwilene* Entomologiste
Olumuyiwa Osiname Coordinateur par intérim, Station de l’ADRAO au Nigeria
Kanwar L. Sahrawat Chimiste des sols
Fassouma Sanogo* Traducteur
Yacouba Séré Pathologiste
Mémouna Sidi-Touré Traductrice
Brent Simpson Chef du programme développement de systèmes et transfert de technologies
B.N. Singh** Sélectionneur riz de bas-fond
Aïssata Sylla Assistante de publication assistée par ordinateur
Thomas Teuscher Coordinateur du projet santé humaine
Marco Wopereis Agronome (Irrigation, Sahel)

Chercheurs d’institutions coopérantes


Alain Audebert Physiologiste (CIRAD)
Olivier Briët* Entomologiste médical associé (DGIS)
Niels Hannsens** Coordinateur du projet RADORT (Winrock International)
Stephan Häfele Agronome associé (Sahel, GTZ)
Wilfried Hundertmark Gestion de l’eau (IWMI)
Jean-Yves Jamin Coordinateur régional du Consortium bas-fonds
(Coopération française)
David E. Johnson Malherbologiste (NRI)
Rebecca Kent* Malherbologiste associée (DFID)
Takeshi Sakurai* Economiste agricole (JIRCAS)
Satoshi Tobita Physiologiste/ Biologie moléculaire (JIRCAS)
Petrus van Asten Pédologue associé (Sahel, DGIS)
Hideo Watanabe Qualité des grains (JICA)
Peter Windmeijer** Coordinateur de recherche du Consortium bas-fonds (SC-DLO)

* arrivé en 1999
* * parti en 1999
† Mory Cissé est décédé le 1er Janvier 2000

61

55_61_POL.p65 61 3/8/02, 11:53 AM


Rapport annuel ADRAO 1999
Annexes

Activités de formation

Cours dispensés en 1999

Intitulés et dates Emplacement Langue Participants


utilisée
Hommes Femmes Total

Systems Analysis and Simulation of Rice Production M’bé, Bouaké, Anglais 18 2 20


and Rice-Weed Interactions [Cours post-universitaire Côte d’Ivoire
du Department of Theoretical Production (ADRAO)
Ecology, Wageningen Agricultural University]
22-30 mars

Participatory Rice Improvement and Gender/User Yamoussoukro, Anglais, 28 3 31


Analysis/Analyse de la population paysanne et Côte d’Ivoire Français
amélioration variétale du riz avec la participation (Hôtel Président)
des agriculteurs
19-25 avril

Système semencier communautaire Sérédou, Guinée Français, 28 8 34


26-29 avril Kissien,
Mandingou
Formation agronomique de base M’bé, Bouaké, Français 30 0 30
26-30 avril Côte d’Ivoire
(WARDA)
Système semencier communautaire Kindia, Guinée Français, 22 6 28
1-3 mai Peulh,
Soussou

Les techniques de production de riz irrigué Rosso, Français 24 1 25


29 mai au 10 juin Mauritanie
Rice Seed Production Techniques, Organization, Ghana (CRI) Anglais 17 1 18
Management and Varietal Release Procedures
26 septembre au 9 octobre

Total 167 21 186

62

62_76_POL.p65 62 3/8/02, 11:53 AM


Rapport annuel ADRAO 1999
Annexes

Stagiaires post-universitaires en 1999


Nom et sujet de la thèse Institut Sponsor Grade

Ajayi, Oluyedi Olutomide Clifford* University of GTZ/WARDA PhD


Pesticide use practices, productivity and farmers’ Hannover
health : the case of cotton-rice system in Côte d’Ivoire,
West Africa

Akanvou, René Wageningen Netherlands/ PhD


Optimizing rice-legumes intercropping in inland valleys Agricultural WARDA
in West Africa : A systems approach to interspecific University
competition

Aluko, Kiodé Gabriel Louisiana State Rockefeller PhD


Genetic studies of soil acidity tolerance in rice University Foundation

Bousquet, Violaine Institut National CIRAD DEA


Variation de l’enracinement du riz pluvial en fonction Polytechnique
du cultivar et du type de sol de Nancy

Cairns, Jill University of DFID PhD


Root penetration and QTL mapping in upland rice Aberdeen

Clark, Cary University of Private/ PhD


Rural finance systems and related constraints for lowland Reading WARDA
rice intensification

Guèye, Talla University of Göttingen DAAD PhD


Nitrogen use efficiency in irrigated rice

Häfele, Stephan University of Hamburg GTZ PhD


Soil fertility management in irrigated rice

Jalloh, Alpha Bella University of AfDB MPhil


Genetics of iron toxicity tolerance in indica rice Sierra Leone

Maji, Alpha Tswako University of Ibadan Rockefeller PhD


Genetics of resistance to African rice gall midge in Foundation
Oryza glaberrima

Mandé, Sémon Cornell University Rockefeller PhD


Assessment of biodiversity in Oryza glaberrima Foundation
using microsatellite markers

63

62_76_POL.p65 63 3/8/02, 11:54 AM


Rapport annuel ADRAO 1999
Annexes

Masiyandima, Mutsa* Cornell University Rockefeller PhD


Impact of land use on recharge to shallow groundwater Foundation

Ojehomon, Ohifeme University of Ibadan WARDA PhD


Effects of parboiling, storage, and cultivar management on
rice grain quality

Ouassa, Anne-Marie* University of Abidjan/ AfDB/ PhD


Control of mosquito populations in Gambian rice fields Institut Pierre Richet WARDA
(Health Consortium)

Somado, Eklou Attiogbévi University of DAAD PhD


Enhancing nutrient cycling in rice-legume rotations Göttingen
through phosphate rock in acid soil

Timmerman, Henk-Jan* Université IVC/Université MSc


The impact of land use intensity on soil degradation d’Amsterdam d’Amsterdam

van Asten, Petrus Wageningen UR DGIS PhD


Salt-related soil degradation in irrigated rice-based cropping
systems in the Sahel

* Thèse finie en 1999

64

62_76_POL.p65 64 3/8/02, 11:54 AM


Rapport annuel ADRAO 1999
Annexes

Publications
Afun, J.V.K., D.E. Johnson et A. Russell-Smith, 1999. The effects of weed residue management on pests, pest
damage, predators and crop yield in upland rice in Côte d’Ivoire. Biological Agriculture & Horticulture 17 :
47-58.
Afun, J.V.K., D.E. Jonhson et A. Russell-Smith, 1999. Weeds and natural enemy regulation of insect pests in upland
rice; a case study from West Africa. Bulletin of Entomological Research 89(5) : 391-402.
Asch, F., A. Sow et M. Dingkuhn, 1999. Reserve mobilization, dry matter partitioning and specific leaf area in seedlings
of African rice cultivars different in early vigor. Field Crops Research 62 : 191-202.
Asch, F., M. Dingkuhn, C. Wittstock et K. Doerffling, 1999. Sodium and potassium uptake of rice panicles as affected
by salinity and season in relation to yield and yield components. Plant and Soil 207 : 133-145.
Becker, M. et D.E. Johnson, 1999. Rice yield and productivity gaps in irrigated systems of the forest zone of Côte
d’Ivoire. Field Crops Research 60 : 201-208.
Becker, M. et D.E. Johnson, 1999. The role of legume fallows in intensified upland rice-based systems of West Africa.
Nutrient Cycling in Agroecosystems 53 : 71-81.
Ceuppens, J. et M.C.S. Wopereis, 1999. Impact of non-drained irrigated rice cropping on soil salinization in the
Senegal River delta. Geoderma 92 : 125-140.
Chipili, J., S. Sreenivasaprasad, Y. Séré et N.J. Talbot, 1999. Characterisation of the rice blast pathogen populations
at screening sites in West Africa. In : S. Sreenivasaprasad et R. Johnson (éd.) Major Fungal Diseases of Rice
Present Status and Perspectives. Kluwer Academic, The Netherlands.
Clausnitzer, D.W., M.M. Borman et D.E. Johnson, 1999. Competition between Elymus elymoides and Taeniatherum
caput-medusae. Weed Science 47(6) : 720-728.
Coyne, D.L. et R.A. Plowright, 1999. Susceptibility of some cereal crops to cyst nematode Heterodera sacchari in
West Africa. International Rice Research Notes 24(3) : 17.
Coyne, D.L., D.E. Johnson, M.P. Jones et R.A. Plowright, 1999. Influence of weeds and rice cultivar on nematode
population densities in lowland rice. International Rice Research Notes 24(1) : 25-26.
Coyne, D.L., R.A. Plowright et B. Fofana, 1999. Observations on the susceptibility of Oryza sativa and resistance of
Oryza glaberrima to the cyst nematode (Heterodera sacchari) and the influence of weed management in
upland rice in Ivory Coast. International Journal of Pest Management 45(4) : 255-258.

65

62_76_POL.p65 65 3/8/02, 11:54 AM


Rapport annuel ADRAO 1999
Annexes

Coyne, D.L., R.A. Plowright, J. Twumasi et D.J. Hunt, 1999. Prevalence of plant parasitic nematodes associated with
rice in Ghana with a discussion of their importance. Nematology 1(4) : 399-405.
Coyne, D.L., B. Thio, R.A. Plowright et D.J. Hunt, 1999. Observations on the community dynamics of plant parasitic
nematodes of rice in Côte d’Ivoire. Nematology 1(4) : 433-441.
Dingkuhn, M. et F. Asch, 1999. Phenological responses of Oryza sativa, O. glaberrima and interspecific rice cultivars
on a toposequence in West Africa. Euphytica 110 : 109-129.
Dingkuhn, M., A. Audebert, M.P. Jones, K. Etienne et A. Sow, 1999. Control of stomatal conductance and leaf rolling
in O. sativa and O. glaberrima upland rice. Field Crops Research 61 : 223-236.
Dingkuhn, M., D.E. Johnson, A. Sow et A.Y. Audebert, 1999. Relationships between upland rice canopy character-
istics and weed competitiveness. Field Crops Research 61 : 79-95.
Dionisio-Sese, M.L., M. Shono et S. Tobita, 1999. Effects of proline and betaine on heat inactivation of ribulose-
1,5-bisphosphate carboxylase/oxygenase in crude extracts of rice seedlings. Photosynthetica 36(4) : 557-
563.

Donovan, C., M.C.S. Wopereis, D. Guindo et B. Nébié, 1999. Soil fertility management in irrigated rice systems in the
Sahel and Savanna regions of West Africa. Part II. Profitability and risk analysis. Field Crops Research 61 :
147-162.

Duale, A.H. et K.F. Nwanze, 1999. Incidence and distribution in sorghum of the spotted stem borer Chilo partellus
and associated natural enemies in farmers’ fields in Andhra Pradesh and Maharashtra states. International
Journal of Pest Management 45(1) : 3-7.

Häfele, S., M.C.S. Wopereis, P. Boivin et A.M. Ndiaye, 1999. Effect of puddling on soil desalinization and rice seedling
survival in the Senegal River delta. Soil and Tillage Research 51 : 35-46.

Harris, K.M., C.T. Williams, O. Okhidievbie, J. LaSalle et A. Polaszek, 1999. Description of a new species of Orseolia
(Diptera : Cecidomyiidae) from Paspalum in West Africa, with notes on its parasitoids, ecology and relevance
to natural biological control of the African rice gall midge, O. oryzivora. Bulletin of Entomological Research
89 : 441-448.

Ishii, R. et K. Futakuchi, 1999. Report on the recent research activities and achievement in West Africa Rice Develop-
ment Association (WARDA). International Cooperation of Agriculture and Forestry 22(3) : 20-24.

Jagtap, S., F.J. Abamu et Kling, 1999. Long term assessment of nitrogen and variety technology on attainable maize
yields in Nigeria using CERES-maize. Agricultural Systems 60(2) : 77-86.

Johnson, D.E., M.P. Jones, T. Dalton et M. Dingkuhn, 1999. Rice plant types for areas of low-input management in
West Africa. 19th Session of International Rice Commission, 7-9 September 1998, Cairo. FAO, Rome, Italy,
pp. 205-210.

66

62_76_POL.p65 66 3/8/02, 11:54 AM


Rapport annuel ADRAO 1999
Annexes

Johnson, D.E., M.P. Jones et M.C. Mahamane, 1999. Screening for weed competitiveness among selection of rice in
West Africa. Weeds (1-3) : 963-968.
Jones, M.P., 1999. Food security and major technological challenges : The case of rice in Sub-Saharan Africa.
Japanese Journal of Crop Science 67 (extra issue 2) : 57-64.
Jones, M.P., 1999. Basic breeding strategies for high yielding rice varieties at WARDA. Japanese Journal of Crop
Science 67 (extra issue 2) : 133-136.
Jones, M.P., 1999. Food security and major technological challenges : the case of rice in sub-Saharan Africa. In :
Proceedings of the International Symposium “World Food Security,” Kyoto. Pp. 57-64.
Jones, M.P. et B.N. Singh, 1999. Basic breeding strategies for high yielding rice varieties at WARDA. In : Proceedings
of the International Symposium “World Food Security,” Kyoto. Pp. 133-136.
Jones, M.P., K.F. Nwanze, K.M. Miezan, B.N. Singh et R. G. Guei, 1999. Rice germplasm evaluation and
enhancement at WARDA. In : J.N. Rutger, J.F. Robinson et R.H. Dilday (éd.) Proceedings of the
International Symposium on Rice Germplasm Evaluation and Enhancement. Arkansas Agricultural
Experiment Station. Pp. 29-37.
Li, C., S. Yanagihara, I.H. Somantri, Y. Zhang, T. Nagamine, K. Ise et S. Tobita, 1999. Selection and characterization
of MNU-induced salt-tolerant mutants from a sensitive rice variety (Oryza sativa L. cv. Hitomebore). In :
Abstracts of the General Meeting of the International Program on Rice Biotechnology, 20-24 September
1999, Phuket, Thailand, pp. 168.
Lorieux, M., M.-N. Ndjiondjop et A. Ghesquière, 1999. A first interspecific Oryza sativa ∞ O. glaberrima
microsatellite-based genetic linkage map. Theoretical and Applied Genetics 100 : 593-601.
Miézan, K., M.C.S. Wopereis et C. Donovan, 1999. Technology transfer through partnerships : WARDA’s experience
with irrigated rice in the Sahel. Entwicklung und laendlicher raum (99/4) : 30-32.
Narteh, L.T. et K.L. Sahrawat, 1999. Influence of flooding on electrochemical and chemical properties of West
African soils. Geoderma 87 : 179-207.
Ndjiondjop, M.-N., L. Albar, D. Fargette, C. Fauquet et A. Ghesquière, 1999. The genetic basis of high resistance
to rice yellow mottle virus (RYMV) in cultivars of the two cultivated rice species. Plant Disease 83 : 22-
24.
Nwilene, F.E., 1999. Current status and management of insect vectors of rice yellow mottle virus (RYMV) in Africa.
Insect Science and its Application 19(2/3) : 179-185.
Owusu Nipah, J., O. Safo-Kantanka, M.P. Jones et B.N. Singh, 1999. Genetics of tolerance for iron toxicity in rice.
International Rice Research Notes 24(1) : 11.
Oyediran, I.O. et E.A. Heinrichs, 1999. Seasonal abundance of rice-feeding insects and spiders in continuously cropped
lowland rice in West Africa. Insect Science and its Application 19(2/3) : 121-129.

67

62_76_POL.p65 67 3/8/02, 11:54 AM


Rapport annuel ADRAO 1999
Annexes

Oyediran, I.O., E.A. Heinrichs et D.E. Johnson, 1999. Abundance of rice arthropods and weeds on the continuum
toposequence in a West African inland valley. Insect Science and its Application 19(2/3) : 109-119.

Plowright, R.A., D.L. Coyne, P. Nash et M.P. Jones, 1999. Resistance of the rice nematodes Heterodera sacchari,
Meloidogyne graminicola and M. incognita in Oryza glaberrima and O. glaberrima ∞ O. sativa interspecific
hybrids. Nematology 1(7-8) : 745-751.

Sahrawat, K.L., 1999. Phosphate sorption in benchmark Vertisol and Alfisol profiles. Journal of the Indian Society
of Soil Science 47 : 144-146.

Sahrawat, K.L., 1999. Assessing the fertilizer phosphorus requirement of grain sorghum. Communications in Soil
Science and Plant Analysis 30(11&12) : 1593-1601.

Sahrawat, K.L., S. Diatta et B.N. Singh, 1999. Nitrogen responsiveness of lowland rice varieties under irrigated
conditions in West Africa. International Rice Research Notes 24(2) : 30.

Sahrawat, K.L., M.P. Jones et S. Diatta, 1999. Phosphorus, calcium, and magnesium fertilization effects on upland rice
in an Ultisol. Communications in Soil Science and Plant Analysis 30(7&8) : 1201-1208.

Sahrawat, K.L., M.H. Rahman et J.K. Rao, 1999. Leaf phosphorus and sorghum yield under rainfed cropping of a
Vertisol. Nutrient Cycling in Agroecosystems 54 : 93-97.

Simpson, B.M. 1999. The Roots of Change : Human Behaviour and Agricultural Evolution in Mali. Intermediate
Technology Publications, London.

Teuscher, T., 1999. The effects various livestock farming systems have on the environment. The case of humid
tropics and subtropics. Agricultural and Rural Development 6(1) : 52-54.

Watanabe, H., K. Futakuchi, M.P. Jones, I. Teslim et B. Sobambo, 1999. Grain quality of glaberrima/sativa
progenies in relation to their parents. Japanese Journal of Crop Science 68 (Extra Issue 1) : 204-205.

Watanabe, H., K. Futakuchi, M.P. Jones et B. Sobambo, 1999. Characteristics of protein content in glaberrima
and their interspecific progenies with sativa. Japanese Journal of Crop Science 68 (Extra Issue 1) : 206-
207.

Williams, C.T., O. Okhidievbie, K.M. Harris et M.N. Ukwungwu, 1999. The host range, annual cycle and parasitoids
of the African rice gall midge Orseolia oryzivora (Diptera : Cecidomyiidae) in central and southeast Nigeria.
Bulletin of Entomological Research 89 : 589-597.

Williams, C.T., O. Okhidievbie, M.N. Ukwungwu, D. Dakouo, S. Nacro, A. Hamadoun et S.I. Kamara, 1999.
Multilocational screening of Oryza sativa and O. glaberrima for resistance to African rice gall midge Orseolia
oryzivora in West Africa. International Rice Research Notes 24(1) : 26-27.

68

62_76_POL.p65 68 3/8/02, 11:54 AM


Rapport annuel ADRAO 1999
Annexes

Williams, C.T., M.N. Ukwungwu, B.N. Singh, O. Okhidievbie et J. Nnabo, 1999. Farmer-managed trials in south-east
Nigeria to evaluate the rice variety Cisadane and estimate yield losses caused by the African rice gall midge,
Orseolia oryzivora Harris and Gagné. International Journal of Pest Management 45(2) : 117-124.
Wopereis, M.C.S., C. Donovan, B. Nébié, D. Guindo, M.K. Ndiaye et S. Häfele, 1999. Nitrogen management
in irrigated rice-based systems in West Africa : Examples from Burkina Faso and Mali. Declining
Productivity, Phase I, 28 October to 01 November 1996. International Rice Research Institute, Manila,
Philippines.
Wopereis, M.C.S., C. Donovan, B. Nebié, D. Guindo et M.K. N’Diaye, 1999. Soil fertility management in irrigated rice
systems in the Sahel and savanna regions of West Africa. Part I. Agronomic analysis. Field Crops Research
61 : 125-145.

Documents publiés par l'ADRAO


Annual Report 1998. 1999. WARDA, Bouaké, Côte d’Ivoire, 71 p. ISBN 92 9113 191 1.
Bunds and Bugs in West Africa. Does Rice Irrigation Threaten Farmers’ Health? [dépliant] WARDA/WHO-
PEEM Health Consortium, 1999. WARDA, Bouaké, Côte d’Ivoire, [6] p.
Current Contents at WARDA (Monthly issue).
Diguettes et moustiques en Afrique de l’Ouest. La riziculture irriguée favoriserait-elle le paludisme ? [dépliant]
Consortium “Santé” ADRAO, OMS-TEAE, CRDI, DANIDA, Gouvernement norvégien, 1999. ADRAO/
WARDA, Bouaké, Côte d’Ivoire, [6] p.
Guide to Living in Bouaké. 1999. WARDA, Bouaké, Côte d’Ivoire, 75 p. ISBN 92 9113 194 6.
Medium-Term Plan 2000-2002. 1999. WARDA, Bouaké, Côte d’Ivoire, 117 p.
Participatory Varietal Selection : The Spark that Lit a Flame. 1999. WARDA, Bouaké, Côte d’Ivoire, 32 p. ISBN
92 9113 201 2.
Program Report 1996-1997. 1999. WARDA, Bouaké, Côte d’Ivoire, 132 p. ISBN 92 9113 192 X.
Rapport annuel 1997. 1999. ADRAO/WARDA, Bouaké, Côte d’Ivoire, 71 p. ISBN 92 9113 115 6.
Rice Interspecific Hybridization Project : Research Highlights 1999. 1999. WARDA, Bouaké, Côte d’Ivoire, 34
p. ISBN 92 9113 203 9.

69

62_76_POL.p65 69 3/8/02, 11:54 AM


Rapport annuel ADRAO 1999
Annexes

Sigles et abréviations
ACDI Agence canadienne de développement international
ADRAO Association pour le développement de la riziculture en Afrique de l’Ouest
AMVS Authorité de mise en valeur de la vallée de Sourou (Burkina Faso) [Service de vulgarisation de la vallée du
Sourou]
AOC Afrique de l’Ouest et du Centre
BAD Banque africaine de développement
BMZ Bundesministerium für Wirtschaftliche Zusammenarbeit (Allemagne)
Ca calcium
CABI Centre for Agriculture and Biosciences International (Royaume-Uni)
CBF Consortium bas-fonds (ADRAO)
CBSS Community-Based Seed (production) System(s)
CCER Center-Commissioned External Review
CEA Commission économique pour l’Afrique (Nations Unies)
CEMV Centre universitaire de formation en entomologie médicale et vétérinaire (Côte d’Ivoire)
CFC Common Fund for Commodities [donor] (Fonds commun pour les produits de base)
CG Consultative Group on International Agricultural Research (Groupe consultatif pour la recherche agricole
internationale)
CIAT Centro Internacional de Agricultura Tropical (Centre international d’agriculture tropicale)
CIRA Centre international de recherche agricole (GCRAI)
CIRAD Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (France)
CNRA Centre national de recherche agronomique (Côte d’Ivoire)
CNRADA Centre national de recherche agronomique et de développement agricole (Mauritanie)
CORAF Conseil Ouest et Centre africain pour la recherche et le développement agricoles (autrefois : Conférence des
responsables de la recherche agronomique africaine)
CRDI Centre de recherche pour le développement international (Canada)
CRF Competitive Research Funds (DFID)
CRI Crops Research Institute (Ghana)
CSH Consortium santé humaine (ADRAO)
CSSA Crop Science Society of America
CTA Technical Centre for Agricultural and Rural Cooperation (the Netherlands)
cv. cultivar
DAAD Deutscher Akademischer Austauschdienst (Allemagne)
DANIDA Danish International Development Agency (Danemark)
DEA Diplôme d’études approfondies
DEAP Département d’épidémiologie des affections parasitaires (Mali)
DFID Department for International Development (précédemment ODA, UK)
DGIS Directorate General for International Cooperation (The Netherlands)
ECSA Eastern, Central and Southern Africa

70

62_76_POL.p65 70 3/8/02, 11:54 AM


Rapport annuel ADRAO 1999
Annexes

éd. éditeur(s)
EU Etats-Unis d’Amérique
FAO Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture
FDCIC Fonds de contrepartie ivoiro-canadien
FIDA Fonds international pour le développement agricole
GCRAI Groupe consultatif pour la recherche agricole internationale
GFAR Global Forum for Agricultural Research
GTZ Gesellschaft für Technische Zusammenarbeit (Allemagne)
HRI Horticultural Research International (Royaume-Uni)
IAEG Impact Assessment and Evaluation Group (GCRAI)
IDC Information and Documentation Center (ADRAO) (Centre d’information et de documentation)
IFDC International Fertilizer Development Corporation
IITA International Institute of Tropical Agriculture (Ibadan, Nigeria)
INERA Institut de l’environnement et de recherches agricoles (Burkina Faso)
INGER International Network for the Genetic Evaluation of Rice
IPR Institut Pierre Richet (Côte d’Ivoire)
IRD Institut de recherche pour le développement (autrefois ORSTOM, France)
IRRI International Rice Research Institute (Los Baños, The Philippines)
ISBN International Standard Book Number
ISNAR International Service for National Agricultural Research (La Haye, Pays-Bas)
IWMI International Water Management Institute
JICA Japan International Cooperation Agency
JIRCAS Japan International Research Center for Agricultural Sciences
K potassium
LSD least significant difference
MAFF Ministry of Agriculture, Forestry and Fisheries (Japon)
MARA Mapping malaria Risk in Africa (Cartographie du risque de la malaria en Afrique)
Mg magnésium
MOFA Ministry of Foreign Affairs of Japan (Ministère des affaires étrangères du Japon)
MPhil Master of Philosophy (diplôme)
MSc Master of Science (diplôme)
N azote
NERICA New Rice for Africa (Nouveau riz pour l’Afrique)
NRI Natural Resources Institute (Royaume-Uni)
OCCGE Organisation de Coordination pour la lutte Contre les Grandes Endémies (Côte d’Ivoire)
OCP Organizational Change Program
ODA Overseas Development Administration (maintenant DFID, UK)
OMS Organisation mondiale de la santé
OMS-TEAE Organisation mondiale de la santé - Tableau mixte d’experts sur l’aménagement de l’environnement pour la
lutte antivectorielle
ONG organisation non gouvernementale
ORSTOM Institut français de recherche scientifique pour le développement en coopération (présentement IRD, France)
P phosphore
p./pp. page(s)/pages
PAGE polyacrylamide gel électrophorèse
PEEM Joint Panel of Experts on Environmental Management for Vector Control (WHO/FAO/UNEP/UNCHS)

71

62_76_POL.p65 71 3/8/02, 11:54 AM


Rapport annuel ADRAO 1999
Annexes

PhD Doctor of philosophy (doctorat)


PHI Projet d’hybridation interspécifique (ADRAO)
PMT Plan à moyen terme
PNUD Programme des Nations Unies pour le développement
PRIGA Participatory Rice Improvement and Gender/User Analysis (WARDA) (Analyse de la population paysanne
et amélioration variétale du riz avec la participation des agriculteurs)
PVS participatory varietal selection (sélection variétale participative)
QTL(s) quantitative trait locus (loci) (loci de caractères quantitatifs)
RADORT Research on Accelerated Diffusion of Rice Technology (WARDA/Winrock International project)
REPG Revue externe des programmes et de la gestion
RFLP restriction fragment length polymorphism
ROCARIZ Réseau Ouest et Centre africain du riz (WARDA/CORAF Rice Research and Development Network for
West and Central Africa)
R-to-D recherche-développement
RYMV rice yellow mottle virus (panachure jaune du riz)
SARA Salon international de l’agriculture et des ressources animales
SC-DLO Winand Staring Centre for Integrated Land, Soil and Water Research (Wageningen, the Netherlands)
SNRA système national de recherche agricole
SONADER Société nationale pour le développement rural (Mauritanie)
subsp. subspecies
TCDC Technical Cooperation among Developing Countries (UNDP)
TSP triple super phosphate
UK United Kingdom (Royaume-Uni)
USA United States of America
USAID United States Agency for International Development
WARDA West Africa Rice Development Association (anglais de ADRAO)
WECARD West and Central African Council for Research and Development (anglais de CORAF)
WHO-PEEM World Health Organization Panel of Experts on Environmental Management for Vector Control
YAAS Yunnan Academy of Agricultural Sciences (Chine)

72

62_76_POL.p65 72 3/8/02, 11:54 AM


Rapport annuel ADRAO 1999
Annexes

73

62_76_POL.p65 73 3/8/02, 11:54 AM


Rapport annuel ADRAO 1999
Annexes

Sources
Photos :

S.E. Barro : p. 36
ADRAO : toutes les autres
WHO/TDR : p. 43
© WHO/TDR
WHO/TDR/Crump : pp. 39, 40 (en haut)
© WHO/TDR
WHO/TDR/Furu : p. 40 (milieu de page)
© WHO/TDR
WHO/TDR/Lengeler : p. 44
© WHO/TDR

Figures:

Cornell University: p. 18
ADRAO : toutes les autres
WARDA/WHO-PEEM/IDRC/DANIDA/Norvège Consortium « Santé » : p. 42

Tableaux: ADRAO

Impression et reliure : Pragati Offset Pvt. Ltd., Hyderabad, Inde.

74

62_76_POL.p65 74 3/8/02, 11:54 AM


Rapport annuel ADRAO 1999
Annexes

75

62_76_POL.p65 75 3/8/02, 11:54 AM


62_76_POL.p65 76 3/8/02, 11:54 AM