Vous êtes sur la page 1sur 16

….

ETUDE DE LA NERVURE hyperstatique N2 SITUE AU


PLANCHER HAUT 3Emme ETAGE

I. Introduction:
La nervure est un élément du plancher destiné à supporter des dalles de faibles portées. La
nervure traitée dans notre exemple est la nervure N….. appartenant au plancher haut (16+5)
du, 3emme ETAGE elle est composée de deux travées.

II. Donnés de calcul de la nervure:

1. Schéma mécanique de la nervure :


2. Pré-dimensionnement de la section de la nervure:
La largeur de la table de compression b ainsi que celle de l’âme b 0 sont imposées par le type
des corps creux à savoir : b = 33 cm et b0 = 7 cm.

La hauteur est déterminée d’après le règlement BAEL.

On raisonne par rapport à la plus grande portée :

Lmax =4.85 m

Lmax 4.85
h≥ = =0.203 m
22,5 22,5

Lmax 2,78
Soit h ≥ = =0,1235 m un plancher de (16+5)=21cm.
22,5 22,5

I. Evaluation des charges:

Le plancher est intermédiaire alors : (G=5.45KN/m² et Q=1.5 KN/m²)

La charge par mètre linéaire : G= 5.45KN/m²×0.33=1.8KN/m

Q= 1.5KN/m²×0.33=0.495KN/m

À l ‘ELU : Pu=(1.35G+1.5Q)=3.17KN/m

À l’ELS : Ps=G+Q= 2.29KN/m

III. Calcul des sollicitations:

1. Choix de la méthode :
 Q=1.5 KN/m2 < 2×G= 2×5.45=10.9 KN/m2  ( Ok)
 Q=1.5 KN/m2 <5 KN/m2.  (Ok)

 La fissuration est peu préjudiciable.

 La nervure a la même inertie pour toutes les travées.

Li 4.58
 Les portées vérifient : 0,8< = =1.24 <¿1,25.  (Ok)
Li+1 3.69

 Absence des forces concentrées.

Les conditions sont vérifiées permettant l’application de la méthode forfaitaire.

1. Moment fléchissant dans les travées de référence :


M i0 : C’est le moment maximal dans la travée isostatique (de référence) « i », il est
Pu × l 2i
i
donné par : à L’ELU: M = 0u
 :
8

1 Pu . L2 3.17 × 4.582
M0 = = =8.31 KN . m
8 8

2 Pu . L2 3.17 ×3.69 2
M0 = = =5.39 KN .m
8 8

P s × l2i
à L’ELS : M i0 ser = :
8

1 Ps . L2 2.29 × 4.582
M0 = = =6 KN . m
8 8

2 Ps . L2 2.29 × 3.692
M0 = = =3.9 KN . m
8 8

Travée ‘’i" Li(m) M0u(KN.m) M0s (KN.m)

1 4.58 8.31 6

2 3.69 5.39 3.9

Tab1 : tableau des moments isostatiques

1. Moments fléchissant maximaux sur appuis :


à L’ELU:

M uA= M uc = 0

M 0AB
u
M = 0.6*max
B
M BC
0
{
= 0.6*8.31=¿5KN.m
à L’ELS :

M ser ser
A =M c = 0

M 0AB
ser
M = 0.6*max
B
M BC
0
{
= 0.6*6= 3.6KN.m

Appui Moment à L’ELU (KNm) Moment à l’ELS (KNm)

1 0 0

2 5 3.6
3 0 0

Tab2 : Tableau des moments fléchissant sur appuis

2. Moments fléchissant maximaux en travées :


On doit vérifier la condition suivante :

M w+ M e i
≥ max (1+0,3 α )×i M 0
Mt+
2 { 1,05 M 0

Avec :

 M₀ : Moment isostatique maximal de la travée de référence « i ».

 Me et Mw : sont respectivement les valeurs absolues des moments maximaux sur
appui droite et gauche de la travée « i ».

 Mt : Moment maximal dans la travée continue.

Q
 Le rapport de chargement :α = =0.22
G+Q

l’ELU :
Travée AB :

1.2+ 0.3 α 1
M tAB = M0
2
1.2+ 0.3× O.22
M tAB = × 8.31=5.26 KN . M
2

M A+ M B 1
≥ max (1+ 0.3 α )M
M tAB +
2 { 1.05 M 10

≥ max ( 1+0.3 ×O .22 )∗8.31=8.86


−0.15+5
M tAB +
2 { 1.05 ×8.31=8.72

M tAB =6.43 KN . m

Travée BC :

1.2+0.3 α 2
M tBC = M0
2

1.2+0.3 ×O .22
M tBC = × 5.39=3.41 KN . M
2

M B+ M C 2
≥ max (1+0.3 α ) 2M
M tBC +
2 { 1.05 M 0

5+−0,15
≥ max ( 1+0.3 ×O .417 ) 5.39=5.74
M tBC +
2 { 1.05 × 5.39=5.66

M tBC =3.41 KN . m

L’ELS :
Travée AB :

1.2+ 0.3 α 1
M tAB = M0
2

1.2+ 0.3× O.22


M tAB = × 6=3.8 KN . M
2

M A+ M B 1
≥ max (1+ 0.3 α )M
M tAB +
2 { 1.05 M 0
1

≥ max ( 1+0.3 × O.22 ) 6=6.4


−0,15+3.6
M tAB +
2 {1.05× 6=6.3

M tAB =4.67 KN . m
Travée BC :

1.2+0.3 α 2
M tBC = M0
2

1.2+0.3 ×O .22
M tBC = × 3.9=2.47 KN . M
2

M B+ M C 2
≥ max (1+0.3 α ) 2M
M tBC +
2 {1.05 M 0

3.6+−0,15
≥ max ( 1+0.3 ×O .22 ) 3.9=4.15
M tBC +
2 {1.05 ×3.9=4.1

M tBC =2.47 KN . m

Moment en travée ELU ELS


(KN.m)

Travée 1 6.435 4.67

Travée 2 3.41 2.47

Tab 3 : Tableau récapitulatif des moments en travées maximales

ELU ELS

A 0 0

AB
6.435 4.67

B 5 3.6 KN.m
BC 2.47
3.41

C 0 0

Tab 4 : Tableau récapitulatif des moments en travées et sur appuis

1. Effort tranchant :
P× Li
On désigne par : V 0 i=  : Effort tranchant de la poutre isostatique associée i.
2

ELU:
Travee AB

P u∗L
V0=
2

P u∗l 1 3.17∗4.58
= = 7.25K
2 2

V(4.58)= – 1.15*7.25 =8.33

Travee BC

P u∗L
V0=
2

P u∗l 1 3.17∗3.69
= = 5.85KN
2 2

1.15*5.85=6.72

ELS:
Travee AB

P S∗L
V0=
2

P S∗l1 2.29∗4.58
= = 5.24
2 2

-1.15*5.24=-6.02

Travee BC

P u∗L
V0=
2

P s∗l 1 2.29∗3.69
= = 4.22KN
2 2

1.15*4.22=4.853
ELU ELS
Appui V wA 0 0
A
V EA 7.25 5.24
w
Appui VB -8.33 -6.02
B
V BE 6.72 4.85

Appui V wC -5.85 -4.22


C
V CE 0 0
Tab 5: Tableau récapitulatif des efforts tranchants
IV. Ferraillage de la nervure:
La nervure travaille en flexion simple, étant donné que la fissuration est peu préjudiciable on
va dimensionner à l’ELU et ensuite vérifier à l’ELS tout en respectant la CNF (Condition de
non fragilité).Le calcul sera développé uniquement pour la première travée, le reste sera
résumé dans des tableaux.

1. Armatures longitudinales:
1. Dimensionnement à l’ELU :

Travée AB :

Mu = 6.435KN.m =0.006435 MN ; d=0.189m (enrobage=2.5cm)

h0
(
 M tu =b × h0 × f bu × d−
2 )
=0.33×0.05×12.46 ×(0.189−¿0.05 /2)

=0.033 MN

 Mu<Mtu

La section en T se comporte comme une section rectangulaire (bxh)


Mu 6.435 ×10−3
μ= = =0,043< μ l=0,39
b × d 2 × f bu 0,33× 0,1892 ×12,46

μl= 0.39 car fe=400Mpa

α =1,25 ׿

¿ 1,25 ×[1− √ 1−2.0,055]=0,055

β = (1-0.4α ) = 1-0.4*0.055 = 0.978

Mu 6.435 ×10−3 4
A st = ¿ ×10 =1cm²
β × d∗f et 0.978∗0.189 × 348

 Soit 1HA12=1.131 cm²

2. Vérification à l’ELS  :

La fissuration est peu préjudiciable donc il suffit de vérifier que : σ bc ≤ σ́ bc

 Position de l’axe neutre y1:

b 2
y − [ 15 A st (d − y 1) ]=0
2 1

33 2
y +15 ×1.13 × y 1−15 ×1.13 ×18.9=0
2 1

33 2
y +16.95 × y 1−320.355=0
2 1

∆=b ²−4.ac

=21430.7325

−b+ √ ∆
√ ∆=¿146.39 ; y 1= 2 a =3.92 cm< h0=5 cm  ( Ok)

 Moment d’inertie:
3
b∗y 1
 Ixx = ' +15∗Ast (d − y 1) ²
3
 I x x =4797.5cm⁴
'

 Contrainte dans le béton:


M sr
σ bc= ∗y 1
Ixx '

46.7 ×10−6
×3.92 ×10 =0.038Mpa
−2
¿ −8
4797.5 ×10

=0.038 Mpa < σ bc =13.2 Mpa or σ́ bc=0,6 f c 28=0,6 × 22=13.2 MPa →condition vérifiée

Condition de non fragilité : Il faut vérifier que A st > A min

ft 28
Amin = 0.23 x feE x b x d= 0.68

Danc A st > A min

Spans A B C
Au appui (cm²) - 0.34 -
Reinforcement
s calculer
Au travée (cm²) 1 0.52

Reinforcement Au appuis - 1HA8 -


reelle

Au travée 1HA12 1HA10

Appui B :

1. Dimensionnement à l’ELU :
Mu= 5KN.m = 0.005MN

Ms=3.6 KN.m=0.0036MN

 Mu<Mtu

La section en T se comporte comme une section rectangulaire (bxh)

Mu 5 ×10−3
μ= = =0,034 < μl=0,39
b × d 2 × f bu 0,33× 0.1892 ×12,46

α =1,25 ×[1−√1−2 μ ]

¿ 1,25 ×[1− √ 1−2× 0,034]=0,043

β =(1-0.4α) =0.98

Mu 5 ×10−3 4
A st = ¿ ×10 =0.34 cm²
αβ × f et 0.43∗0.98 × 348

 Soit 1HA8=0.5 cm²

2. Vérification à l’ELS  :

La fissuration est peu préjudiciable donc il suffit de vérifier que : σ bc ≤ σ́ bc .

 Position de l’axe neutre y1:

b0 2
y − [ 15 A st (d − y 1) ]=0
2 1

7 2
y +15 ×0.5 × y 1 −15× 0.5 ×18.9=0
2 1

3.5 y 21+ 7.5× y 1−141.75=0

∆=b ²−4.ac

=2040.75

−b+ √ ∆
√ ∆=¿45.17 ; y 1= 2 a =5.38cm
 Moment d’inertie:
3
b 0∗y 1
 Ixx = ' +15∗Ast (d− y 1) ²
3
 I x x =1746.47cm⁴
'

 Contrainte dans le béton:

M sr
σ bc= ∗y 1
Ixx '

0.0036
¿ −8
× 5.32× 10−2=10.96 Mpa
1746.47× 10

=9.8 Mpa < σ bc =13.2 Mpa or σ́ bc=0,6 f c 28=0,6 × 22=13.2 MPa : condition vérifiée

Condition de non fragilité : Il faut vérifier que A st > A min

ft 28
Amin = 0.23 x feE x b0 x d=0. 146

Danc A st > A min


2. Calcul des armatures transversales :
Evaluation des sollicitations: L’effort tranchant maximal : Vu max= 7.25×10-3 MN

Vérification du béton vis-à-vis l’effort tranchant :

V umax 7.25× 10−3


La contrainte tangentielle : τ u = = =0.54 MPa
b0 d 0,07 × 0.189

Pour une fissuration peu préjudiciable et pour un angle d’inclinaison des armatures α=90° : La
contrainte limite.

22
(
τ´u =min 0,2×
1,5 )
; 5 MPa =2,93 MPa → τ u < τ´u

⇒ Le béton est vérifié vis-à-vis la contrainte tangentielle de cisaillement.

Pourcentage minimal des armatures transversales :

At At 0,4 b0 0,4 × 0,07


( )( )
St

St min
=
f et
=
215
=1.3 ×10
−4

Diamètre minimal des armatures transversales :


h b
{
Фt ≤ min φlmin ; ;
35 10 }
→ φt ≤ min { 10 mm ; 6 mm ;7 mm }

⇒ Soit Фt =6 mm on disposera un étrierφ 6 (RL), c'est-à-dire 2 brinsφ 6 ⇒ (At = 0.56


cm²)

Espacement maximal des armatures : 

Śt =min ( 0,9 d ; 40 cm )=min ( 17.01 ; 40 )=¿ Śt =17 cm

Espacement initial St0 : A partir de la règle de couture, on détermine l’espacement initial


St 0 au
droit de l’appui en assurant que  : 7 cm ≤ St 0 ≤ Ś t

Cette règle est donnée par:


At b0 ×γ s ×(τ ¿u−0,3× K × f t 28)

St0 0,9× f et ×(sinα + cosα)

* f t 28=1.92 MPa

*K=1 (Flexion simple, sans reprise de bétonnage, FPP)

*γ s =1,15

*α=90°

¿V ¿u
*τ =u
b0 d

V ¿u L’effort tranchant réduit, il est calculé forfaitairement pour toutes les travées de la
nervure :

Pu 5
¿
Avec : V 0 i= (
l− h
2 i 3 )
Travée Li(m) V0i red (KN)

1 4.58 6.7
2 3.69 5.01

Tab7 : Effort tranchant réduit au droit des appuis

ré d V ru é d 5× 10−3
τ u = = =0.37 MPa
b0 × d 0,07 ×0,189

At 0,07 ×1,15 ×(0,37−0,3× 1× 1.92)


=
St0 0,9 ×215

At At A t At At
St0
≥−0.0000857 → <
St0 St ( ) min
→ on prend
St0 ( )
=
St min
=1,3 ×10
−4

Or At  : est un étrier Ø6  At  = 0.56 cm².

 St0 = At/1,3= 0,56/1,3 =43 cm > Śt

 soit St₀ = Śt = 17cm.

St = 17 cm, la première nappe sera disposée à St/2= 8.5 soit 8 cm.

Nombre de répartition :

N = L/2 = 4.58/2 = 2.29 N =3

D’après la règle de Caquot pour les espacements on adopte 

(4 ¿ 8) + (3 ¿ 9) + (3x10)+ (3 ¿ 11) + (3 ¿ 13) + (3x16)+ (1 ¿ 20 )


3. Schéma de ferraillage :

Vous aimerez peut-être aussi