Vous êtes sur la page 1sur 14

232

1 e 11ivc:1u 111é thl,du l,,g lq11 e

Pour en s.·woir plus Chapitre 111

Ali Bouacha A (coord.) . • \ -~-r.; un n ivea u :) •. le F1-an çai.s dans le !vfonde,


Recherches et Appliçarr:Ons, fév.-m :11'$ 1987. Méthodolo gies et méthodes
Bolto_n S., Évalu.a.t:ion de la co111péte11ce commun.icative en langue, Cré dif-
Hat1er, LAL. 1987.
Borg S., La Notion de prug1·essi01l en did.actologie des langues-c ultures :
o~seroations cen.tn§es sur la didactique du /rançais langue étrangere,
these d e doc torat. dir. J. Cortes. Rouen, 1997. . . 3.L HISTOIRE DES MÉTHODOLOGIE S
Co:1sei1 de l'Euro pe. Cadre e u ropéen commun de refàence pour l 'appren-
tissage et l 'enseignement des langues, Comité d e l'éducation, Strasbourg, L'histoire des m é tho d o logies de l'enseignernent/ apprentissage des
1996, Didier, 200 1.
Jangues a fait l'objet de no mbre u x travaux e t o n ne donnera dans le cadre
Conseil de l'Europe, Les Langues uivantes : apprendre, enseigner, évaluer. de cet ouvrage que les grandes lignes de cette évolution, qu'il esc ce pen-
Un Cadre européen commun de référence, Comité de l'é ducation , .dane indispensable de connaüre pour comprendre la co mplexicé du
Strasbourg, 1998. présent. De l'art d 'enseigner Ies tangu es à la pédagogie des tangues vivan-
Co~s~il de l'Europe, P orifolio européen des tangues pour jeunes et adultes,
tes pour arriver à Ia linguistique appliquée , les changemems mi:me:; de
Didier, 200 1 ; Mon premier porifolio, Didier, 2001. ~ désignation témoignent d 'une émergence disciplinaire progressive dom o n
ne perçoit souvent qu 'apres coup l'unité relative d es périodes.
Coste D . ( dir.) , Études de Linguistique Appliquée, n º 16, 1974 .
Coste D ., Courtillon]. , Ferenczi V. , Martins-Baltar M. , Papo E., Roulet E. , Un
niveau-seuil, C onseil de l'Europe, Hatier, 1976.
3.1.1. Méthodes et méthodologies
Coste D ., • U n ni veau-seuil-, Le Français dans le /vfonde, nº 126,
Un des exemples les plus évide ms d'évolutio n termino logique concerne
janvier 1977, p . 17-22.
deux cermes employés avec d es se ns différents o u ambigus par les spéci:t -
Coste D ., Véronique D . (coord.), La Notíon de progression, Notions en
Question, ENS de Fo mena y-Saint-Cloud, Paris 3 Sorbonne nouvelle , 2000.
Dayez Y. , Cuide du concepteur de sujets DELF-DALF, Didier-Ha tier,
j lis tes : il s'agit des mots. m éthod e e c méthodologie.
Généralement, le terme de méthode esc utilisé dans de1,,ix __ac_c;_ep lio n s
difféLentes,_m::lis essentielles, pour d és igne r :
Commission nationale du DELF et du DALF, 1994. -- soit !e matériel ct· e nseigneme nc qui peut se limicer à un seul o util
Dayez Y, Monnerie A ., Cuide d e l 'examinateur (DELF) , Didier-Hatier, ( m a nuel ou livre + cassette audio o u v idéo) ou faire référence à une suüc:
Commission natio nale du DELF e c du DAlF, 1993. qui pre nd e n ch arge l'e nsemble eles ni ve:nL,. Par e xemple , Espc1ces o u Café
De Landsheere V. e c G ., Déjinir les objectifs de l'éducation , PUF, 1984 . criJm e;
De Landsh~e re G ., Évaluatio n continue et examens. Précis de d ocímologie, -- so it une m a nie re ele s'y pre nclre pour e nseigner et pour apprencl rc: : il
Nachan, Educacion 2000, 7<= édíci o n , 199 2. s':1o it clone cl'un e nse mble ra iso nn2 ele procéelés et de (echniqu es ele classe:
cle:tinés à favori se r une o rie nt:i.t io n panic ulie re pou r acqu érir les ru dunencs
H a dji C., L 'Évaluation, regles du jeu , ESF Édice ur, 1995.
ele la tangu e e r souten us p:i.r un e nsemb le de príncipes théo riques . P:i.r
Nataf R ( coord.), • Le N iveau 2 d ans J'ense ígnemenc du frança is la ngu e exe mple, la m éthode directe qui v ise à e nse ig ner clirectement L1 l:rn~uc:
étrangere ", Le Français dans te M onde, n º 73, juin 1970. é trange re sa ns le passage o u le reco urs :'\ b lan g ue m a ternelle o u a b
Sheils]. (coord.), Le Français dans fe Monde, numéro s pécí a J, Apprentissage craclu c tion e t q ui re p ose s ur un e nsemb le de pratiques qui e n courage nt à
et usage des langues dans le cadre e uropée n, Ha c h e tte , "Recherc h es e t no mme r clirecce m e nt les c hoses e t les actio ns qui peuvent être observahles
applications ", juillet 1998. dans une classe. Dans cette acce ptio n , une méthocle p e uc donc clo nne r
T aglianre Ch., L'Évaluation, Clé Inte rn a cio n a l, ,Techniques d e classes .. , n a issa nce à eles m :rnuels o u eles e nse mbles péelagogiques re lativem('m
1991. diffé re nts les uns eles a utres e t, elans ce cas, le terme est tres proche clu
se ns co uramme nt e mployé p o ur dé~gner une rnéthodologie.
234 235
1'vfé 1ho d n lng 1c .s e ! rné thnd,. ~

Quant ::i.u te rrne 111db,, t,,1t1,~ r,·. ti n ..' n,, 1k ~1..' th.:- r.1k1ne 11t : - L'impo rta nce d o n néc ~, la gra mm a ire
- soit à l'é rude cks m t"llh, ks çt ...k lc urs apptic 1tio 11s ;
L'c nse ign e m c nt fo rm e i el e la gra rnma ,re co 11 vre l'e nse mb le_ des d é b uts
- so it à un enscrnt-- k ,'\...,nstru il ,k p ro\.'1.."\.lé:-- , d e techniq ut:s , d e mé t.h o -
d e l'acquis iti o n c t se ré a li~e cl a ns une a p p r, ,c he me n rak; ce q u 1 ca lqu e des
d es. le t1.."">ut ..uticuk· .1urc,u r , r ~-,pti('nS o u de discours th é t, ri s:inls o u
c;,té go ries el e la la ng ue s u r c e ifes d e la pe nsée . La progress 1o n e s [ d o nc
théo rique.., d\-.tig inc~ ..:l.1 , -cr:-~ · q_u , te so us-te nd e nt. Comm e te fai t re m a r-
so uve nt a rbitra ire p u isqu 'c ll e re pose s u r les panies du discou rs : l'a n 1cl e, 1e
que r à jusre ricn::- <.-.--:11.n stu n I'urcn 1 d .1 11.-. l'introdu ctio n gé n é 1-:_1l e , de so n
no m , l'a cljc cti.f, le ve rbe. le s co mplé men ts d u verbe, les a dve rbe_s. e [c .
o u,T3ge. k s méth,,...i ,..,k-._gk s mctt <::'. n t c n U:'. uvre d c s é lé me nts v:iriable s ,
Chaqu e lc ço n es t o rga nisée a uto u r d ' u n po int gra mmatíca l . l'e x po se de la
à b fo is n ...,u, --e.nL, l.:'t .u11..'iêns . e n é tro ite inter:ic ti o n avcc te
co nre xte le ço n e t l'ex plica tio n progre ss ive d es regles <; íJn[ s uivis d 'u~e bacte n e
hi:-to riqu e qui lc"s , -0 ie m na itre o u q ui co nditio nne nt ku r n a issan ce.
d 'exe rc ices d 'a ppl ica tio n qui p rivil ég.ie nt le s exe rcices de ve rs 1o ns o u de
D ::m s ...::e h.isce.1u inter:1cri on nd q ui d é te rmine to ute mé tho d o log ie , les
the m es.
ob je ctifs d e Lif'prent i&:---age. les c o nte m.J S ling uisciqu e s e t c ulturels qui La gramma ire es t ex p lic i[e e c so n e nseigne-m ent utilise u n métalan g a ge
d é pendem d es thé0ries de réfé re nce e c le s situ ati o ns d 'enseign ement
lo urd.
peu , ·e.m , -:2.rieí rrofo ndément d 'une époque à une a utre .
- L'e nseigne m e nt d·u ne la ngue no rm a cive centrée s ur l'é cric
No us d.ispo.--o ns 1ujourct·hui d e p lu sie urs c hro n o lo gies d es mé thodes et
d es m éthodolo g ies. Ce rtain es rem o m e nc aLLx o rigines les plus lo intaineme nt Malgré la présence d' exerc ice s d e prono n ciaüo n au dé_bu[_d e l'a p ~ ~e n-
tissage mais qui som e n réa.lité co u s o ri entés vers l'o ra li.sac1o n d e I ec rtt
connues ; d ·aua-es. plus succinct es s 'a rta ch e nt davantag e, à crave rs l'é vo lu-
comme la récitatíon ele tex te s é cr its , p uis la lecture à haure vo ix des [e x tes
tio n rypo lo gi qu e . à montre r le urs co hé re nces _ Ce pe nda nc, si h a bile soit-elle,
- · d 'auceurs, c 'e st l'ense ignem e nc d e l' éc rit q ui pré d o miné: ec q ui s 'e ffec tue
u ne prése mar.io n chron o lo giq u e n e re nd p as to ta leme nc cornpce de la
selon la gradatio n m o t- phrase-[e:<:te . [l n 'y esc question q ue du fran ça
complex ité d cS s itua tions ec d u fait q u e de n o mbreu x o utils p é dagogiq ues is
normacif, qui trouve sa me ül e ure e xp res s io n c hez les é criva ins. Tre s r::t. p
e ntremê lent de,, d o nnées thé o riq ue s que lq ue fois fo n diffé re ntes e t appar- 1-
dement, le p o int gramma [ica l a b o rdé est illustré p a r une p h rase ct·au teu r e
tenam à d.íYers coura m s m éthodolo giqu e s. c
explic ité par les activi[és d e [raductio n de [e:xres licréraire s. La no rme
à
enseigne r était d o n c ce lle q ui é c1 it véhiculb::: p a r lês écrics li n é ra i.res q ui
3.1.2. La méthodologie traditionnelle d'enseignement des langues 1 -
1 re présenta ie nc le - b o n us::ige • e t cen e co ncepcio n ne so u ffra ic pas l 'o mb rc:
étrangeres ! d 'une re mise e n qu estio n ta nc e lle é[ait fo rre e c rép::t.ndu e .
- l e rec ours à l::t tra d uctio n
L'appella lio n do:: -m éthod o lo g ie traditio n n e lJ e .. rcco uvre gé n é ra le m e nt
Qu 'elle soit au s e n ·ice de l'J.pp re ntiss::i. ge ele b g r::i.mm:ür e o u d u voca-
co utes le s m éthod0!0gics qu i s e .s.o nt con srit uéc:s s u r 1c: c::d q ue plus o u
bul a ire, la traclu c ti o n jou c un rô le imporu n c d ::t.ns c e dis p os icif
m oin s fid c::le d e I en.x:igne ment des lang ues a nc ie n ne s, à s;;ivoir le g rec e
t d 'e nse igne m e nt. Elle repo se ~g::i. lcme nc s ur l' illusio n 4u·o n pouvait p asse
le la tín , e r q ui sonc ba <.é.es s ur Je s m é thr,des , gram m ;;i ire- tra du c tio n ,. o u r
d 'une la n.g ue à une ::t. u[re e c c e u c co nv ic tio n e s t su rto u c p résente d::i.ns
- le ccu re -trad uc11on ,,_ Q ud q ucfoi ~, e l le e n g lo b e <.J '.:1u cre s m é th o d es co m m e la lc
c::i rn e t d e voca bula ire q ui p ro p os~tit u n ::t.[='p re nt.iss:ige p:.:i.r cc:e ur d u vo c::i-
m é tho d e dire c te . C:H la d l':n '.Jm in.acio n , pa r c xte n siu n , e s t sr.J u ve nc s yno n ym
e hula ire p a r che m e ( b po s te , l':1é ro po rt , b f'.l mil k , b fe rme . e cc .) .
d e n o n-a udiovJ.5,u e l.
- L'impo rc a n ce de l.t liu é r::i cure co rn.me L·u uro n.neme nc d e l'a ppre ntis-
U n 'est p a s fac ilé: d e d r r:: s':k r un b iJan succ in u d ..: liJ m é rh r,do log ic rr::t di -
s;,ge d 'une bng ue .
tio nne lle d 'e nse ignc m e n.t d e s Ja ngu f: '> viv:m tes p :J r<.: e q u 'e lle :,'é ta lé: s ur plu
s l.'J cce s à la litcé ra cure , g é n é r::ile m e nc so us la forme de m o rcea ux c ho is is ,
d e tro i.s sie c le s , ec r1 u 'é:l k p rt:n d d ,-., f ,Jf nV :'> v~; n é,- <; a u u 111r.,; d l'. -,o n é vo lu
- ._:o ns1i1ue l'o hj c:c tif ulcinw d e L-tp pi·e ntiss~\ge d 'un<: brig u e é tra n g ere d a
ti o n . On p e uc noce r U:: p t-ntJ an L r~u e , ,-s 1111é: Lh rJCJ1J]u gi 1: -; so nr Ll >Ut c ns
s l'c nsdgne rne nl craclitio nnd d e s Ltng u es . L t liué ra cure esc a ppré h e ndée
m a rqu é e s p a r :
n Hnmt.: un co rpus unique qui ~Lli m<:'. nce CO Ul l'e n:--e ig ne m e nt ele la ta ng u e
et
il esc cliffic ile d 'é[a bl1r une dis tin.L"t io n e nt.re un a ppre ntissage ele la langue
l. Pure n Ch ., f-1,stoire des rné/h ,,d r,/f,J,!, IR I d e t 'e u , e1); 11 e111 e ,11 e/,,; illYl/'1 U I' ),
N .11l1 ,J11 C I,':
p a r la litc~r;itur c: o u un ;1ppr~· n t1s:·ug e ele l::t. liué r::i.ture p:ir la bng ue t,Lnt ces
lnce rn a ti o n.11 , -Dida u ique ü es Jangu e~ élrn ng, ·r•-~··, l 'JH K, r, 1r,-~(J clc:11 x cluinai1w s su nc i111 i,1 1e ,uc rn li<:":- cbns k co ur:tnt traclitio nne l. Co nune
~
237
236 te nivea u méthodologique Méthodologies et mé thodes

= -_.
..,,
pour l'enseignement dt:'s l:rngues mo nes, le texte littéraire clevient par la
suite le support privilégi~ de:: b rraduction orale et son explication s'insêre
dans l'acquisitio n d 'une histoire Littéraire et d'un apprentissage de 1::i
civilisation ou plus ex:.ictement d'un enseignement littér::iire de la
À ce stade, on perçoit bien J'influence de la - méthode nature lle", qui
englobe les différentes manieres d'acquérír une langue au contact _de ceux
qui Ia parlent. On peut dire que c'est la façon à la, f~is la pl~s ancie~ne de
s'approprier une langue (e/ Je préceptorat 2 dans I anstocraue europeenne)
et Ia plus pérenne puisqu 'on la pratique touJours en dehors de

---..
civilisation .
l'apprentissage scolaire (e/ l'acquisition • naturelle • de la langue par les
immígrés par exemple).
3.1.3. La méthodologie directe
Les caractéristiques essentielles de la méthodologie directe sont :
La méthodologie directe ouvre le XX' siêcle puisqu 'elle a été officíelle- - l'apprentissage du vocabulaire courant : on commence par les mots de
m e nt imposée dans l'enseignement secondaire français par les instructions vocabulaire concret quí désígnent des réalités palpables, puis progressive-
ministérielles de 1901 , mais elle évoluera três rapidement vers une méfüo- ment et selon une gradation, on introduit d 'autres mocs plus abstraits que

--..
dologie mixte, c 'est-à-dire mi-directe, mi-traditionnelle et se maintiendra l'on explicítera à partir des mots connus;
~ jusqu 'à la Prem.iere Guerre mondiale. Com.me la plupart des méthodes, elle - la grammaire est présentée sous forme inductive et implicite ; à partir
marquera une évolution importante pour les débuts de l'apprentissage, d'exemples bíen choisis, on conduit l'apprenant à découvrir les régularités
mais aura du mal à détrôner les lignes de force irÍ;tituées par les méthodo- de certaines forines ou strucrui-es et à induiré la ·rêgle qui ne peut être
logies traditionnelles pour les niveaux intermédiaire et avancé, même si à explicitée ni dans la langue matemel!e, ni vraiment dans la tangue é tran-

--- l'exercice de version se substitue la lecture expliquée des textes et que les
trais pôles langue-littérarure-civilisation trouvent une nouvelle orientation,
fort détaillée dans les instructions ministérielles. C'est pourquoi, certains
spécialistes la classent dans les mérhodes de l'enseignement rraditionnel
gêre étant donné que le bagage lexical de l'élêve est réduit au vocab ulaire
concret;
- l'accent est mis sur l'acquisition de !'oral et l'écude de la prononci:i-
tion , qui repose sur une démarche analytique (d 'abord le phonê me , puis

---
tout en notam ses spécificités propres. la syllabe, !e mot, le groupe de mots , etc. pour arriver au rythme e t à l'in-
Comme pour toute méthodologie, la méthodologie direcce s'élabore tonation) et suppose une véricable gymnastique des o rganes vocaux.
d'une part en fonction de nouveaux besoin~soçiaux mis à jour par la révo 0 occupe une place importante dans les débuts de l'appre ntissage. La prédo-
lution industrielle ec, d'autre part, _ en réaction à - la méthodologie minance de !'oral, qui s 'exerce par tout un jeu de saynêtes ou d 'accivicés de

--..
traditionnelle qui accordait une place écra~ante à la traductiQ!L~q.ui préco- dramatisation qui engagent le corps, conduit à poser !e problême de ce que
nisait l'acquisition d'un bagage culturel important. 1Or, en ce débm de siecle, l'on appellera plus tard le passage à l'écrit; en effet, dans cecte méi:hodo-
face à l'extension du commerce ec de !'industrie se répand fortement l'idée logie, l'écrit est d'abord envisagé essentiellernent cornme un auxiliai.re de
que le but principal de l'enseignemenc des langues consiste à apprendre à !'oral (diccée, questions sur eles te.xtes qui appellenc la reprise quasi tocaie
les parler, puis à les écrire, et que leur connaissance pratique doit prévaloir du texte ec qui rappellent le questionnai.re déclencheur d 'activicés o rales ,

--- su r l'acquisition d 'une culcure littéraire. On revendique donc la nécessité de


démarquer l'enseignement eles langues vivances de celui eles langues
m o rres.
L'enseignement direct de la langue écrangere:
etc.);
- la progression prend en compte les capacités et les besoins d es
étudiants: la réutilisation de ce qui :.1 é té :tppris po ur apprendre du
nouveau régit encierement la progression qui p:i.rt clo ne du connu po ur

--- La principale originalícé de la méthodologie dírecte consiste à utilise r, aller vers l'inconnu, du plus sirnple au plus com pliqué e c du plus conc re t
dês les débuts d e J'apprentissage et dês la premiêre leçon, la langue au plus abstrait;
étrangere pratique e n s'interdisa nt to ut recours à la langue maternelle et en - l'approche globale clu sens: par exemple , on favorise toujours la co ns-
s 'appuyant d 'une part s ur les é lé mems du non-verbal de la communication truction du sem; d'un mot par rnppo rt à l:1 phrase ou b proposition
comrne les mirniques ec les gestes, ec, d'autre part, sur Ies dess ins, Ies
2. Le , précepceur•, qui sou vem n 'avaic co nune co mpétc:nce que cellc: d'être n:uif de la
images, et surrom l'environnement ímm éd íat de la classe. On :ipprend ainsi

--
langue étrangere (cf la nurse), p:irlaic aux enfants do nt 11 av:.1ic la charge de maniere
iiil à J'éleve à nommer directemenc les c hoses qui l'entoure nt et les acc ions qu'il aussi n:.1rurelle que poss ible , s:.1ns cracluccio n ni progrc:ssio n . ni explication grn.mmati-
voit faíre et, au cours de cerre é tape, il acq uie tt oralemenr le s mots co nc re ts. cale .
239
238 M élhoclologícs ct rn ér.h odcs
l.c n lvenu 111élhoclolo,1tlq11c

complete qui le véhicule: nuis c e tTc m é tho de est s urtout visible dans les ['e nse igne m e nt d es langue s vivances : il s 'agit d'abord du magnétophone ,
procédures mises e.n ceu v~ po ur Ltpprod1e des textes: dégager l'idé e puis du labora toire d e langues /
d 'ensemble, le sens géné ral. pré ·~wr toujo urs sur la p e rception du clé tail ou
Comme !'indique son appeUation , cette m é ch odologie donne la priorité
l 'explicatio n d es mots.
à la langue orale et la pron o n c iatíon devient un ~ bjecüf ~n_a je ur : nombreux
Cette m é thodologie est p~1rticu lierement aclive: l'apprentissage repose sont les exercices de répé titíon et de di..sc rim inat1on aud1c1ve e c ta prono n-
pour l'essentie l e t, e n dehors de l'aide apporté parle manuel, sur un jeu de ciatíon bénéficíe des atouts d e s e nregistrements de différentes voLX de
questions-réponses et dane sur les interactions et les échanges constants natifs.
ernre le pro fesseur et le.s é leves: c'est dans ce dialogue permanent, qui
La langue étant conçue comme un réseau de struc cu res syn~qu es quy
solücite à la fois le corps et resprit et qui tient compte des acquis, que se
faut acquérir sous la forme d 'auromatísmes, les leçon.s de la memodolog1e
trouve le noy:rn d ur de la méthodologie directe. Comme le souligne
audio-orale sont dane centrées sur des d ialogues de langue courance ~e-
Christian Puren3 cerre m é tho dologie met en ceuvre plusieurs méthodes qui
gistrés sur Ies magnétophones et é labo rés en fo nccion d ' une progression
la structurent en profondeur, notammem les méthodes orale et active.
rigoureuse: chaque réplique e s t construice sur une sr.rucrure de base , ou
Si elle n 'a pa.s pu répondre à tous les problemes posés par I'enseigne- pattern, qui sert de modele à l'érudiant p o ur produire d 'aurres phrase5
menr des langues , ·ivantes, la méthodologie directe a posé, cependant, les grâce au jeu des opérations de substi:rutio n ec de rran.sformauon et qu il
jalons d e base qui onr engagé l'appre ntissage des langues vers la moder- s'approprie en l'apprenant par cceur.
nité ec a s u soulever les questions qui sont toujours d'actualité en
didac tique des langues. Les structures véhiculées par les dia logues sane renforcées au co urs
d'exercices ou l'étudiant esc invité à les manipuler en exerçant des subsü-
tution; et des transforrnations guidées : ce sane les exercices sc.rucruraux
3.1.4. La méthodologie audio-orale (pattern drills) destinés, par des répétitions intensives, à automatiser le s
structures de base acquises lors des dialogues . Ces exercices mercenc en
/ La mérn.odologie audio-orale s'est développée aux États-Unis grosso relation les éléments de la phrase et permettent de pratíquer crois cyp es
modo duram la période 1940-1970 et s 'est inspirée d'une expérience didac- d'ópération:
r.ique menée dans l'armée pour former rapidement un grand nombre de - des substitutions sur l'axe paradigmatique ( par exemple , la pronomi-
milicaires à comprendre et à parler les langues des différents champs de nalisation),
bataille de la Seconde Guerre mondiale/ The Army Nlethod proposait des - eles additions sur l'axe syntagmatique ( par e.'{emple, l'insertio n de
dial ogues de langue courante qu 'il fallait mémoriser avant de comprendre certains éléments à des endroíts clés de la phr:ise),
le fonctionnemenc grammacical des phrases qui les composaienc ec elle - des rransformations (par exemple, la nominalisation , le passif) ou des
dis tribuaü ses leçons au cours de scages incensifs. Les succes obcenus ont intégrations (réunir deux é lémencs en une pb.rase) o u m ê m e des
comribué à ébranle r la mécho dologíe tradítionnelle pratíquée alars aux transpositions.
Écats-Unís. Plus tard, Je lancemenc du premíer Spoutnik russe, en 1957, a lui
aussi accéléré Je process us de m o dernísatio n de l'enseígnement des Le langage, d 'apres les psychologies b é haviorisce e c s urto uc s kinné riste ,
Jangues , car les Ét:ats-Unis n e voul.aienc pas s 'isoler, li.nguistíquemenr, des n'est qu 'un type de co mporte m e nc humai n (behr:wio r e n améric::ün) :
autres natíons. apprendre une tangue consis te à acqué rir un cert:lin n o mbre d ' habicudes
qui repose sur le fondement du conclitionnemént du cype : s timulus - réac-
Riche de l'expé rien ce de l'ASTP ( The Army Speciali:zed Training tion - re nforcemenc, la réponse é tant ains i assoc iée auwm a tique ment à
Program, 1942-1943)/ la méchodologie audío-orale a également bénéficié toute réapparition du scimulus.
des apports de deux d omain e .s qu i se s o nt re nco ntrés , l'un li.nguistique avec
!e" strucruralísme, l'a utre p s ychoJogíque avec !e béhaviorí.sme, et a imégré L'acquísition eles structures obéit à une prog ress io n p as à pas (step by
des techniqu es nouve lles quí a Jl aient profondément modifier le paysage de step), é tablie pour c haque langue à partir d 'une a n a ly_se concras tive o u
di.fférentielle afin cl'évile r les e rre urs dues alue incerfére n ces e ntre la la.ngue
so urce e t la langue c iblc e t s elo n une gradation calculée :i.fin de n e p'..ls
3. Pure n C h ., op. cit., p. 121 -175. clonner à \'étudia nt plus qu 'il n e pem a pprendre .
~
~ 240 24 1
Le nive au m éth0dologlciuc M étho d o logíes ct m éthod c s

~ ~ é n1orisati o n e t l'im itation c0mm:1 ndc nt l'acquisition d'une gram- l'a vu le Bureau po ur l'e nse ign e me nt de la la ngue e t de la c ivi lisa tio n fra n -
malfe mduc t1ve implic ite et l"appre ntissage privilé gie la fo rme au d étrime m çaises à l'é tra nge r (BE LC), va favo rise r le s reche rc hes en didacriqu e et
du sen s: le vcx--abulairt' ~Yupe une place seconda ire e t il est limité au donne r na issa nce au no uvea u m atériel d 'e nse ign e ment.
vocabulaire d e base,
Comme a ux Éta ts-U nis, c 'est la lingu istique, ou plus exactem e nt la
La métho d o logie a u dio-ora le a é té tres rapidement contestée dans ses linguis tiqu e a ppliqu ée, qui se ra le mo teur princ ipa l du ch a ngeme nt. C'est
f~ndem~ ts théoriques : s ur le plan linguistique, par la gramma ire généra- a utour d e Petar G ube rina de l'[ns titut de phonétíque de l' u nive rs ité de
, tt~~-transfom1ation neUe et_ sur le plan psychologiqu e, par les vio le ntes Zag reb (S lo vénie) que va se d éve lo p pe r la m étho doJogie SGAV avec
cnttques de Ch omsh.-y pour qui l'acquisition d 'une ta ng u e releve prLncipa- nota mme nt Paul Ríve n c de l'école n o rmale de Saint-Clo ud e t Ra ymond
le~: nt d e processus innés. EUe a néanmo ins joué un rô le important e t e lle Renard d e l'unive rs ité d e Mo ns e n Belgique . Et ce so nt les méthodologues
~ ete l_a _~rem.iere :'3. mertre en ceu v re l'inte rdis'ciplina rité dans l'approche d e du Crédif qui vo nt é laborer le m atér.ie l d 'a pprentissage se lo n les príncipes
I acqws1tton des la.n.,,,c:rues et à place r les moye ns audiov isuels au centre du sgaviens, la pre mie re m é tho de Voix et lmages de France6- paraissam en
reno u veilement méthodologique. 1960.
Même s i le s truc tura lis me américain a exercé quelque peu son
3.L;. La méthodologie structuro-globale audiovisuelle: 1960-1980 influence , ce sont les travaux de Fe rdinand de Saussu re et su rto uc d e
Charles Bally qui vont servir de théo ries d e référence à la mé thodo logie
En Europe, à l'exception de l'Angle terre ou prédomine Ia méthode situa- SGAV La langue est avant tout un moyen d 'expression e t de co mmunica-
t.ionnelle forternent influencée par le s tru cturalis me américain, ce sont Ies tion orales et, plus que la langue, c'est la parole en siruation q ue vise à
méthodologies g-rammaire-r:raductio n et directe qui ont coexisté jusqu'au enseigner cette méthodologie . La notion de structur o-global illuscre bien
milieu du siecle. Comme aux États-Unis, ce som des préoccupations poli- cet aspect: s i toute s tructure s'exerce par des moyens verbaux , elle se
tiques qui seronr à !'origine du renouveau d a ns l'enseig nemem des langues. réalise également par des moyens n o n verbau..,'<:: tout aussi impo rtants :
Au lendernain de la Seconde Guerre m o ndiale, la France doit renforcer son rythme, intonation , gesrueUe , cadre s patio-cemporel , comexce so cia l e c
implanra.tion dans ses colon.ies , intégrer une vague d'immigrams , lutter psychologique, e tc. ; l' adjectif •glo b a l • rend compre de l' en semble d e ces
1
contre l'expansíon de l'anglaís qui devient de plus en plus la tangue d es facteurs qui inte rvienne m dans la communicat.ion orak: . La struc ture est
communications internationales et, enfin, rescaure r son pres tige à l'exté- donc intimement liée à une situa t.ion qui la fait naicre e t qu' il fau t e n visa-
rieur. Le gouvernemem va engager une politique de di.ffusion de la tangue ger globalement san s séparer les différents éléments intrinseques qui la
française à l'étranger et adopter d es mes ures pour faciliter son a pprentis- composent : si l'into n a tion et l'ensemble du corps fone panie d e la s cruc-
sage . C'esr ainsi qu 'un linguiste, Georges Gougenheim, est ch a rgé de diriger ture , celle-ci pre nd con s is ta oce d a ns un dialogue qui prend lui- même se ns
une éq uipe af.in de mener une écude de sta tistique lexicale e t gramrnatica le dans un contexte . C'est pourquoi, le n oyau dur de t0ute leçon a udiov i-
et de mettre au p o inc, à partir d'un e analyse de la langu e parlée, un /ran- s uelle consiste e n u n dialogue qui véhicule la tangue de co us les jours e t
çais élérnenta ire. Ce projet se concré tise avec Ja publi ca tio n e n 1954 d e qui se cléveloppe dans une sirua tio n ele communic:.1t.io n de la vie qumi-
deux lis tes qui voru être urilisées par l'équipe du Cré dif qui va concevoir clienne conc ré tisée par eles images qui mettent e n sce ne sa réa licé : d 'o u
les prernie rs cours audiovisuels: iJ s'agit d ' un Français f onda mental l'importance d e b sy n chro nisatio n d a ns la m anipula tio n du m agn é to pho ne
premier degré d e 1 475 moes e t d'un Français fúndam e ntal second degre-5 (e nreg is tre m e nt eles d ialogu es) e t du füm fL'<e (cléro u.lemem eles images qu i
de 1609 m oes. se ve ule nt s itu a rio nne lles) qui plo nge l'é rudiant da ns une si(U a tio n d e
co mmunication qu ' il perço it el'ab o.rcl g lo balem e nt p a r voie a ucliov isue lle;
La cr:.éation du Cen tre de rech e rch e e t d 'érude pour la diffusion du fran-
Ce tte re prése nta tio n eles usages ele la p :iro le d o it favori.se r l' acces a u sens ,
ça is (:Crédif), pu is, en 1959, d u Bure au d'é cude e t d e li a ison p o ur ·
ce qui n e peut se fa irc q u \\ p a rtir ele b s itu:ition v isu alisée. Il e n résulte
l'ense igneme nt du français dans le m o nde (BE L) qui d e vie ndra comme o n
que les s u·uc tures SG AV so nr beaucoup plus sé mantico-pragma tiques q ue
4. Gou genhe im G . et alii, Le l"rançais frmdamen ta l prumier d eg ré, Puhlica ti o n d e J'lnsritur m o rpho-syntaxiques, co mme le souligne Henri Besse : on acco rde de l'im-
n a cional de recherc h e et de doc umt::ni:ation p .C...dagogiqu o:s , Pa ris, 1970 . po rtance a u se ns me mt.· s i la forme ling uis tique est pri.v ilégiée.
S. Gougenheim G . el alii, Le Fru nçaisf ondamental ,ecrmde d eg ré , Publi c:i tion J c: J'Jn slirur
n acio nal d e rech e rc he et de d o c um.entatir,n p l ,L, gng iqu c:s , l'a rl s , J 97 2. 6. l{ivenc P., G :rn vent'l H , í\o udo c J.. M oge t M .-T., v'oix et Jm ages ele Frarzce, Didier-Haüe r,
P:tris, 1')60 .
242
Lc niveau 111éth0 J o logiqu e Méth oc.lo logies ec rnérho des 243

Cette conce ptio n de 1'.1pi~re nris...-,a~e d e la la ng


ue va e rre influe ncée e t • une ph ase d e trcm sp osition q u,· co nduJt· l'e' l'eve ' ' ·1·
soute nue pa r la théori e psn:h o lo giq ue d e la a reut1 ,se r ~vec plus
Gesta lt qui pro pose une ele s po nta né ité les é lé me n ts acqu is d a ns des s itua
pe rcepti o n globa le de l.t fo nne ou de la struct tío ns _d e _m eme type
ure: si ce lle-ci ré unit des sous la forme de je ux d e rô le o u d 'activítés de
é lé ments en un e nsem h k o rg,rn is~. chaq ue é dram a t1sat1o n.
lé me nt consti tutif e ntre tie nt
· avec les a utres d es r.1ppo rrs intrin sequ es e t solida
ires qui oe pe uvent ê_tre
déco mpos és. La mé tho do logie SGAV, qui d o it plus à la mé th
od o logie direc te qu 'à la
Les é lé ments acoustiques du l:rnga ge jou e nt égale mé tho do logie a udio- orale mê me s i l'on re trouv
rne nt un rô le préd o- e des poi n ts fo rts cornm uns
mina.nt : selo n Pe ur Gu berin a , la la ngue est un (prio rité à la ta ngu e parlée , dialog ues é la bo rés
e nsem ble acous tico-visue l; e n fo nction d 'un_e ~ro gre~:
d 'ou l"impo rran ce de l'oreille (audi o) e t d e la sio n rigou re use, e tc.), va conn attre une évoluti
vue (visue l) d ans ce syste me o n co nséqu e nte , s1 b1e ~ _qu a
méth odolo gique . Ll théo rie ve rbale -to nale de Petar partir des année s 1970, les h isto rie ns d e la did
Gube rina , qui est avant actiqu e du 1:-:Ecara; te ~ent
to ut une théorie de la perce ptio n auditi ve, pro de seco nde génér atio n a ussi bie n la ré flexio n
pose une mé thode origin ale q ue les maren a ux d apph ca-
d e corre ction pho né tique e t me t l'acce nt sur la tio n réalis és .
ma1trise des é léme nts proso -
dique s de la la ngue étran gere (rythm e e t into natio
n) . C'est la rigue ur de l'édifice e t la pa uvre té des
dialog ues , véhic ulé~ par
L'ense ignem ent gram matic al est implic ite e t induc des perso nnage s sans épais seur psych o lo gique
tif e r s 'inspi re du struc- , qui vom ê tre essent1e lle-
turalisme e uropé en rout e n s'inté ressa nr plus à ment remis e n cause e t re ma niés . L'asso upliss
la parole qu 'à la langue. La emen t va po rter sur la
p rogre ssion de la gram maire et du vocab ulaire progr ession et sur les mom ents de la leçon .
re leve du français fonda - Deu x p rocéd ures novatrices
me n ral 1 e r degré e t le prínc ipe de la fréqu e nce vont cepen dant davan tage engag er l'apprenant
comm ande l'ense mble des : il s'agit d e la parap hrase ,
dialog ues qu i so m cous fa briqu és à des fins lingui cechn ique mise en ceu vre d es la phase de prése
stique s et pédag ogiqu es. ntation et q ui invite les
Les exercices structuraux p e rmerr e nr d e réemp éleve s à irnag iner plusie urs possibilités d 'éch a
loye r e t de fixer \es strnctu- nge sur une mêm e image du
res du dialo gue dans d es siruations diffé re ntes dialog ue, puis sur les irnage s d e uans positi on,
: ils o nt dane une visée et du disco urs ra ppo rté qui
siru atio nnelle. va leur perme ctre de pre ndre une certai ne distan
ce par ra pport a u dialogu e
L'écrü n ·esc consi dé ré que comm e un d érivé d e de base én les incita m à racon cer les irnages de
!'o ral ; son appre nrissa ge la leçon., puis à ra ppo rte r
e sc d a ne d ifféré afin que les signe s écrits ne nuise le dialog ue à la troisie me pe rso nne . U ne des
nt pas à la prono nciation réalis ation s qui a conn u une
et à sa co rrecrion. C'est ainsi que, généraleme grand e diffus ion e t qui met en a pplica tion ces
nt, le livre de l'élev e n'est pri.ncipes est De Vive Voix7 ,
constiru é que des image s, sans la tra nscrip tio n pa ru en 1972, mais celle qui marq ue une a vancé
des dialog ues. Lo rsqu e l'écrit e did acü q ue inco ntesta ble
a ppara ü , a pres 60 he ures d e cours e nviro n , est la mé thode C'est le printem.ps8 qui date d e
c'est essentiellem ent l'aspe ct 1975 e r q ui assur e une cran s-
g raphi que qui esr re re nu . ition é vide nte entre la m é thod ologi e SGAV e t
l'a pproch e co mmu nicali ve.
La leçon SGAV re po se s ur d iffé rernes phase s Mais a u d é buc d e b d écenn ie 1970, les didac
succe ss ives appe lées les cicie ns s'inte rroge nt sur la
m om ents de la classe e t q ui o m ch acune un objec suite à donn e r a ux prínc ipes sgav ien s a u-de là
tif précis : d es débucs d e \"appre ntis-
• une phase de p résen tatíon du d ialo gu e e nregi sage . Un numé ro du Fra nçais dans le i'vlon de9
stré accom pagné d es es r entie re m ent consa cré à
im ages come nues d:rns le film fixe avec p o cette probl é macique: Le N iveau 2 dans l'enseig
ur o bjectif prin cipal la n em ent d u f rança is tangu e
comp ré he ns ion glo bale de la s icuacio n : étrangere défini t à la fois un co nte nu ling uistiq ue
e t ci.vilis atio nne l, propo se
d 'unir é tro ite me nt l'e nse ig ne me nt d e la lan g ue
• une phase d'exp ficatio n q ui consiste à re pre ndre à celu i de la c ivilisa tio n e t
le di alog ue séque nce de co ncilie r ces no uvelle s o ptio ns avec les prínc
par séqu e nce o u image par image afin d 'expli ipes a udiov isuels mis en
quer les é lé me ncs ce uvre po ur l'acqu isition des mdim ents ling uistiq
no uvea ux e t s'ass ure r q ue l'éle ve isole corre ues. Le suppo rt à privil é-
cteme nt chaqu e unité gie r serait !e d oc ume nt authe ntiqu e d 'a utant
sono re; plus qu' il perme t un co ncact
direc t avec la la ngue rée lle urilisé e d a ns un co
• une phase d e rép étitío n avec co rrec ti o n pho ncext e réel. Les fonde ments
né tiqu e e t mé mo risatio n
d es scruc tures et du dialog ue ; 7. Collec tif Créclif, De Vi ve Vo i.."I'. , D id ier, 1972.
• une phase d 'explo itatio n o u d e réemp loi des 8. Co llectif CLAB, C'estte printem ps "/, Clé lntern
élé me nts no uve lle me nt atio nal, 1975 : C'estte pri ntemps 2, 1978.
appri s e t mé mo risés pa r co:: ur d a ns d es ,;; it ua 9. Nataf R. (clir.) , l e Niuetiu 2 da ns /'enseig nemen
ti ons légere me nt diffé- t du _{ra nçais tangue étra nge-re, Le
re nces d e celle dan s laqu elle il s o rn é lé p résem Prtm çu (~ da ns te Mo11de, nº 73 , Hache tce-Lar ousse
és; , ju in 1970.
244 Méthodologies et méthod es
245
Le ni ve:iu méthodologique

ainsi défmis vont donner naissance ;1 un 1naté rie l qui va se présenter sous la ngues, et, d 'a utre pa rt, pou r inc íte r Jes adu ltes à appre ndre les langues
la f~rme de doss ier : c 'est le eis de La n g 11e et civilisation 10 et d'Interlignes 11 . étrangeres, mettant ainsí e n valeur de nouveaux besoins sociaux e t profes-
Mais, par un •choc e n re to ur 12 -, les hypotheses m éthodolog iques émises sionnels. Leurs analyses vont être centrées s ur un seu i1 mjnimum en deçà
po~ le niveau, 2 vont remertre en cause les cara ctéristiques qui gouvetnent duquel un adulte ne peut se débrouille r e n tangue é rrangere et vont
le_niveau 1 e(
avec l'émergence de nouvelles conceptions linguist1ques, le donne r naissance en 1975 au Threshold Levei Eng!ish pour l'enseignemenc
developpernent de nouvelles théories de référt-nce et l'apparition . d'un de l'anglais comme Iangue étrangere d 'ou sera dérívé , e n 1976, Un niueau-
nouveau public , celui des scientifiques, qui va donner na issance à la seuif13 pour ]e fran ça is langue étrangere. Une des caractéristiques
problématique du frança is instrumental, puis du fran çais Jonctionnel, la essentielles de cet ouvrage est qu 'il dresse, pou r chaque fo nctio n langa-
didactique des lang ues va s 'o rienter vers de nouvelles options méthodolo- giere ou acte de parole, une sé rie d 'éno ncés possibles qu i couvrent
giques: il s'agit de l'approche communicative, que certains didacticiens, l'ensemble des situations de communication do nt les différents parametres
comme Christian Puren, considerent comme la troisieme génération de la conditionnent la réalisacion de cout message. La deuxie me caractéristique
méthodologie audiovis uelle. fondamentale réside dans la typologie des catégories de publics potentiels
et des domaines sociaux d'activité langagiere qu 'il dresse et q u'il croise,
3.1.6. L'approche communicative: de 1980 à aujourd'hui faísant ainsi jaillir la notion de besoin quí va conditionner wus les program-
mes de l'approche cornmunicative et offrir la possibilité d 'une ucilísacion • à
la carte,, des matériaux d'apprencissage.
Bien qu 'elle soit dans la continuité de la problématique de la méthodo-
logie audiovis ue lle, l'approche communicative réalise de profondes Díverses analyses 14 ont mis en valeur les diffé rents éléments qui inre r-
modifications par rappon aux: pratiques précédentes et les lignes d 'opposi- viennent dans la compétence de communication 15 . En regle géné rale, o n
tion sont quelquefois plus fortes qu 'il n'y parait à premiere vue. La peut distinguer quatre composantes essencielles :
linguistique de l'é nonciation, l'analyse du discours et la pragmatique vont - une composante linguistique, c'est-à-dire la connaissance des regl es e r
offrir de solides bases scientifiques ec réorienter les matériaux d'apprentis- des structures grammaticales, phonologiques, du vocabulaire, e tc.
sage. Comme !'indique son appellation, l'approche communicarive a pour Cette composante conscirue une condition nécessaire, mais no n suffi-
objeccif essentiel d 'apprendre à communiquer en langue étrangere. Bien sante pour pouvoir communiquer en tang ue é trangere ;
qu 'elle recouvre des pratiques quelquefois fort différences ou diversifiées à - une composante sociolinguistique qui renvoie à la co nnaissance de.,.;
l'extrême comme !e s uggere, du reste , !e cerme d' . approche . qu 'elle préfere regles socioculturelles d 'emploi de la tangue ec qui impose de savo ir
à mérhodologie p our souligne.r sa souplesse, elle repose sur un consensus utíliser les formes linguistiques appropriées e n fo nccio n de la sirna-
partagé en ce quí conce rne l'appropriacion d 'une compé te nce de commu- tion et de l'inte ntion de communicacion ;
nication. - une composante discursive qui assure la cohésion e [ la cohé rence des
Comme les précédentes méthodologies , l'approche communicative est différents types de discours e n fonctioo des p arame cres de la sicua tio n
née d 'un croisemem de facteurs poliriques et de nouvelles théories de réfé- de communícatíon dans bquelle ils s' insere m ;
rence. Pour !e premie r poinc, l'élargíssement d e l'Europe a sans doure été
Jourd de conséquences : nouveaux besoins d'ordre ling uiscique, formation 13. Coste D., Courtillo n J, Ferencz i V., M::trtins-füdc::ir M., P::tpo E . Ro ulet E., Un niueau-
seu il, H atier-Conse il ele l'Eu rope, 1976; Po rcher L ec alit, Adapcation de · Un
cominue en tangu es des adulces, e tc.. Ainsi, en 1972, !e Conseil de L'Europe
niueau-seuil- pour des conle:xces sco/(lires, Hacier, 1979.
réunit un groupe d 'experrs, d 'un e pare, p our promo uvo ir la. mobilité des 14. Les plus importantes so nt ce lles de C::uule M . ec Swain , Theorecical bC1Ses of
populations ec favo riser l'íntégra tíon européenne par l'apprentissage des Commttnicaliue Approaches to Seco nd Lwigag1c: T,m ching and Testing, Applié:cl
linguistics, vo l. 1, nº 2, 1980 ec de M o ir:md S. , Enseigner à communiquer en lw1gue
10. Cardinal]., Cornbe N. ,Firmin F , Langue e, ciuilísati.on, nouze dossiers p our la classe étrcmgere, Hach ecce, "f .. , 1982.
auec exploilalion d e d ocuments sonares, BELC, Paris, 1971, mulcigr. 15 . Pour des étucles approfondies, vo ir : Auscin J L , How lo do Things with Wo rds, 196·2 , cr.
11. Moget M .-T., B esse H ., Lapeyre F., Papo E., l nterllgnes, 18 volumes, D idier-Crédif, Paris, fr. Quand e/ire c'est faire, Seuil , 1970; H ymes D ., On Cumm unicarive Co mpelen ce,
1975-1979 1972, tr. fr. Vers lt1 compétence de co mmtrnicatio n, Crédif-H:itier, L\L, t 98'Í ;
W iclclowso n H ., Tec1cbing Lcing 1w.g<1 as Co nwwnica1ion , 1978, tr. fr. Urze approche
12. Debyser F., -Le c hoc en rewur du Nive3u 2-, le França/s dans !e 1l'f onde, nº 133,
communicatiue ele l'enseignem ent des langues, Crédif-Hacier, LAL, 198 1.
n ovembre-d écembre 1977, p . 38-42.
246 247
Le niveau m é lhodolo giqu e M élhudo lugies el m étho dcs

- c t, e nfin. une co mpêtt►n ce stratég i,q ue consti tu ée p ar ,


la capac ité d 'utili- Pour to utes ces ra 1so ns, 1,app roc h e comm unica tive va préfér er les docu-
se r des stra tégies , -erbalc s et non verbal es pour • · · ,
· comp enser les me nts dits authen tzques , qu'ds x ou éc nts aux docum ents
défail lances o u les -ratés• de b comm unicat ion . Ces s01en t o rau , .
phé nomen es d e fabriq ués e n foncti on de critere s lin g uis tiqu es précis
co mpen sation peu,-e.nc s'exercer soit sur la comp é tence . S' ils ne s~nt pas dlíec-
lingui stique , te m e nt pris dans la réa lité cultur elle, Jes s uppor t5
soit sur h comp étence sociol onguis tique. d 'appre ntissa ge seront
é labo rés ele manie re à ce qu'ils soie nt proc hes de l'auth
entiqu e et des rypes
Ces quatre compo sa ntes , qui metten t en valeur les d'écha nges qui existe nt dans la réa lité ,
condit ions pragm a-
ciques de l'usag e de la la ngue , vont consti tuer le noyau
dur de toutes les Les théo ries de la comm unicat ion vont orient er l'appr
unités didact iques du matéri el p édago gique : que ce soit e ntissa ge de la
pour l'oral ou pour grarnm aire des les début s de l'acqu isi tion et Jes forme
l'éciit , o n appre nd à comm uniqu er en appre nant à savoir s vo nt ê tre génér ale-
adapte r les énon- ment abord ées dans une perspe ctive n otíonn elle. Une
cés linguis tiques en foncti on de la situati on de comm large place est faire
unicat ion (statut social à la gramm ai(e explic ite et à la conce prualí sarion
des imerlo cuteur s. rang, âge , lieu de l'écha nge, canal, ; les activit és de décou -
etc.) et e n foncti on verte du foncti onnem ent de la langu e jouen t
de l'inten tion de comm unicat ion (dema nder une inform souve nt un rôle non
ation, donne r un néglig eable à côté des activir és d'assim i1ation des réalisa
o rdre. conva incre. etc.). Dans cette perspe ctive , le tions lingui stique s
sens réside davan tage en foncti on des usage s socioc ulture ls, Par ailleur s ,
dan s l'inter action des interlo cuteur s que dans un simple des exerci ces de rype
messa ge transm is traditi onnel ou strucru ral perme ttent d 'acqué rir eles
par un locure ur. Dans tous les cas, savoir comm uniqu autom atisme s et de
er ne se réduit en
:iucun cas à la simple conna issanc e de la langue , systém atiser le foncti onnem ent morph osynta ..xique de
mais impliq ue d'une la tangu e.
manie re ou d 'une a utre la conna issanc e des regles d 'emplo Parmi les autres orient ations de cette appro che, il
i de cette langue faut égalem ent rele-
mises en valeur par les quatre compo santes qui forme ver un chang ement radica l en ce qui conce rne
m la compé tence de la con ceptio n de
cornm unicat ion. l'appr entiss age. En effet, le béhav iorism e est rejeté
e t rempl acé p ar la
Un autre poim fo rt qui décou le des divers es théori psych ologie cognit iviste qui rnet la partic ip a tion de l'app
es qui sous-t endem renan t au cceu r de
l'appr oche comm unicaü ve conce rne la notion de besoin 16 son appren tissag e, ce demie r étant consid éré comm
qui a été notam - e un processus acüf e t
mem mise en valeur par l'équi pe du niueau -seuil, créate ur dom le rythm e dépen d de l'indiv idu , e t qui
Les métho des instau re une pédag o-
d'ense ignem em de type généra liste vont merrre en a'.uvre gie moins répéti tive que celle ins tituée par la m é thodo
les besoin s langa- logie SGAV. Dans
g iers Les plus object ifs et les plus génér aux alors cette conce ption, la pe nsée joue un rô le fonda menta
que le matéri el l dans la décou verrc:
compl éme maire prend ra plutôt en charge des besoin des reg les qui perme nent de pro duire de nouve aux
s plus spécia lisés en é noncé s et la mémo ire
foncti on d 'un profil précéd emme nt analys é ou ciblera à long terme integr e les nouve lles inform ations
davan tage une des aux conna issanc es anté-
quatre habile tés qui condit ionne nt l'appre ncissa ge d rieure s , qui consti tuent ce que l'on a ppelle la conna
'une la ngue étrang ere. issanc e du m o nde ou
Dans tous les cas, ce n 'est plus une progre ssion de rype l'ency clopé die de tout indivi du ( théori e des scbem es).
gramm atical qui va La centra tion de l'e n-
go uvem e r le com enu du matéri e l pédag ogiqu e, mais seigne ment s ur l'a ppre n a nt va modif ie r le rô le de l'ense
les besoin s langag ie rs ignan t q ui doit plus
formu lés e n terme de foncti ons langag ieres qui vont favori ser les intera ctio n s e ntre les appre n ants, le
inlléc hir aussi bie n la ur fo umir les divers
progre ssion gramr natica le et lexica le que les suppo rts moyen s linguis riques n écessa ires e t leur propo
des leço ns . La flexi- ser des siruati o ns de
bilité des matér iaux d 'appre ntissa ge est la consé quenc comm unica tio n s timula ntes que distrib uer des s timuli
e logiqu e de l'analy se , comm e c'é rait le e is
d es besoin s: celle-c i va faire éclate r la progre ssion tres pour la psych ologie béhav ioriste _
rigou reuse install ée
par la métho dolog ie audiov isuelle ; e lle va égalem ent
favo ris~r le dévelo p-
pemen t d 'un matér id conçu p ou r un public précis Les reto mbées péclag ogiqu es de to ures ces théori es
et des maté riaux sont co nséqu enres :
compl ément aires qui peuve m s'ajou ter o u n o n à une - L'o ral occup e une place ele c hoi,x e t l'expr ession
rnétho de de base de se déplo ie gé nér:i le -
rype univer saliste . mem cbns eles activit és ele s imula tion e t ele jeu
de rô le: les ca n evas 17
propo sés impliq u e nt eles éch a nges qui se d êro ule nt
dans !e cadre de si[u::t-
tion s a uthe ntiqu es qui favori sent souve nt l'usag
e ele l'impl icite de la
16, Chance re l J -L , Ríchceri c h R, , L'Jdenti flcatton des besu/ns
d es adultes appren an t un e
tangue étrange re, Conseil d e l'Europ e , 1977 , 17 , Vuir no ra mment Co un:illon J,, R:1ilbrd S , drcbipe
l 1 , 1982 ec Arc h,pe l 2, Didier- H:itier,
i 98J ,
248 M éthodologies et méth odes 249
Le ni ve:i u m éthocl o logique

lang~e , propose nt une va n:m o n sur les dive rses réalisations linguistiques une certaine évolution quí re pose néa nmoi ns s ur des príncipes de base
possib~es pour une mê me intentio n langagiere ec integrent, par ses fondamentaux : enseigner une co mpétence de communicatíon en
contramtes , l'acquisitio n des compé te nces socioculturelle et stratégique. De travaillant ses différentes composa ntes, ense igner la langue dans sa dimen-
plus, l'appropriation des actes de parole est renforcée par un enseignement sion sociale, appréhender !e discours dans une perspecrive globale et
de la grammaire centre sur la communication et la construction du sens: la privilégier !e sens sont autant de poin ts fores qui perdurent. L'édectisme,
conjonction de ces fucteurs permet de proposer une véritable grarnmaire dénoncé par Christian Puren 21 , s'il a souvent des effets pervers, n'en
de !'oral qui prendra tou t so n sens avec la réflexion menée ators sur les demeure pas moins un irlgrédient de cene approche . Dans l'éclectisme qui
simulations g lobales 1S_ domine dans les méthodes d 'a pprentissage actue Ues, et ce depuis la décen-
- L'écrit est ré h abilité des les débuts de l'apprentissage même si la nie 1990, on peut cependant relever un certain nombre de points communs
production écrite est le pare nt pauvre des débuts de l'approche communi- qui semblent peut-être autant de corrections o u de modulations apportées
cative. L'impan de la didactique de l'écrit se fera toutefois sentir au cours aux applications fa-ites dans -les manuels en foncrío-n de nouv elles descrip-
de la décennie 1990 avec, noramment, la méthode F.spaces 19 qui prendra tions théoriques ou de réajustements méthodologiques. Tom se passe
vraimern en charge er de maniere suivie !e perfectionnement de la produc- comme si une "méthodologie-compromís• s'était irlstaUée sur les lignes de
tion écrite . Une place somme toute importante est accordée à la créativité force du courant communicatif, avec noramment un retour à un enseigne-
à côté des exercices de production plus classiques . ment plus systématique de la grammaire, du lexique et de la correction
phonétique.
- Dans les deux cas, on favorise la compréhension globale ou sélective
et on généralise l'approche globale des écrits selo~ les príncipes méthodo- Toutefois, avec les avancées de la recherche en didactique des tangues
logiques mis en place par Sophie Moirand 2º pour la lecrure des documents et avec la publication des trava ux réalisés par le Conseil de l'Europe 22 , ü
authentiques. est possible de penser que la mé thodo logie du FLE entre , avec le nouveau
millénaire, dans une ere nouvelle : deux méthodes, Studicl- 3 e c Fo nim 24
- Le d éploiemenr du matériel complémemaire ou périphérique, qui cible
integrent ces nouvelles données et s 'appuient noramment sur les ré t1exions
davanrage une compérence ou un domaine , est particulieremem spectacu-
décrites dans le Cadre européen commun de référence pour l'apprentissage
laire er offre souvenr des actívités plus créatives ou origirlales.
et l 'enseignement des tang ues. Cet ouvrage clé da ns le domaine de l'ensei-
- Au niveau de la culture, en accord avec les applications des sciences gnement eles langues offre non se ulemem une base commune puur
de la communication, ce sont les éléments de la vie quotidienne qui sont l'élaboration de programmes de ta ngues vivances, de référenriels, d 'exa-
privilégiés même si, au niveau avancé, les supporrs choisis parmi les textes · mens, etc., mais définit égalernent les niveaLLx de compécence qui
médiatiques permerrent de dispenser un enseignement plus général de la permettent de mesurer les progres de l'a pprenam à cbaque é tape de l'ap-
civilisation française. prentissage. II y a lieu de parier qu 'a vec l'a pproche actionne lle e t les
opérations d 'apprentissage e t d 'êvaluatio n qu 'ü préconise, il engagera les
To ures les m éthodes o u tou s les rrunuels élaborés depuis le début des activités communica tives , et clone la mé thodologie du FlE. vers des va ies
années 1980 se réclament d u co uram communicatif. Force est de constater plus rigoureuses e t porreuses d'ave nir. fa mulüplic:1tion des ir1strume nts, et
que cetce revendicatio n est qu e lqu efois irnpropre ou du moíns couvre un
21. Puren Ch., la Oidactiqtte des /ang ues étrcmgeres ii la croisée des méthodes. Essai sttr
champ tres vaste, car l'express ion -approche comm unicacive .. fait so uvent l'éc/eccisme, Didier. "Es..sais -, 1994 .
référence à d es pratiques e t db déma rches d 'e nse ignement t;:es diverses et 22 . Conseil de l'Europe, Ce1dre européen commw, de référen .:e pour l'czpprent-issage et I'en-
hétérogenes . D est vra i que J'app r0che cornmunicative a connu et co nnút seigneme/11 d es lcmgues. Projet l d 'ime propo~·ition de Cadre, Scrnsbourg, 1996 ; les
Lcmgues uivantes : Clpprendre, ense1g ne1; ét•aluer. Un Ct:1dre e1.1ropéen commun de réfé·
rence, Strasbourg, l 998: Un Cc1dre eti ropé,m com nw n de référence pour les tangues,
18. Caré J .-M . et alíi, • Que-lg ues pnncipes méúiodc,logíqu es des simubtio ns .. , Le Françals
D idier, 2000.
dt;ms te Monde, n º 252, o c c. 19'; 2 et fJebyse r P.. L'lm meuhle, !-lacherte, 1986, pour ne
23 . Lavenne C., Béra rd E., Breco n G ., Canier Y. , T::igli::i.nte Ch., Studio 60 ec Studio 100,
cicer que l 'essenciel de J'époquc
Méchodes ele frança is - ni ve:n1 1, D idier, 2000.
19. Capelle G . ec Gidon N., Espaces 1, 2 cC 3, J·fad ,<:Lte, 1990-199 1.
. 20. Mo irand S., S ituations d 'écrit . Clé Jm ern ario n~ I. - D 1da c tíq 1J e des la ng u e s étrJ nger es-, 21t , [bylo n Ch ., Campa A., Mes cre it C. , l\lurillo J.. Tos e M., Forum , Méchode de français 1,
H achene, 2000.
1979.
250
Lc nl vco u m t'th odo logiq u c 1'vlétho cl o lngics c t rnéth od eq 251

par cons équ e nt de:- surpon:-, ~r:k' t' IK'ta


mnw nt:) l'util isati on de la vid éo et d 'un c tang ue é trang e re : se lo n cetre
d 'Inte rnet , ne peut qut' S\.)Ut-:-nir un tcl m ét ho d e, tous les é lé m e n r.s de la
p rn je t. pe rson n a llté de l'adu lte so nt impl iqué
s da ns l'app re ntíss age et non pas
scu le me nt les aspe cts ínte ll ectu els. C'es
Au tem1 e de ce r;1~-.idt:' p ,m _'\."'ILH-:- t po urqu oi, un dim at de conf tanc e
. il n ·e:,t peut -être pas inutile
d e souli - e t d e resp ect mutu e i d o it prév a loir
gner la cohé ren ..."\:' ~k"'lb:1le des prin e ntre les diffé re nts mem bres _d'u ne
cipe s dida cti ques , des obje ctifs com mun auté cons titué e parl e grou pe
méth odo logiq ue.s et du c 1dre théo riqu class e, l'ens eígn ant joua nt le role de
e qui sous -te nd la cons tituti o n prop re cons ei lle r lingu istiq ue et veill a nt à ce
de chaq ue meth odo logie et e_,pl ique que les cond ition s néce ssaires p o ur
so n évolution . un a ppre ntiss age opti mum soie nt res pect
ées. D' ap res Cb.a rles A.- Curr an , s ix
Pour les be5o ins de b cius e, les diffé é lé me nts impo rtants enga gent la réu
re nts cour ants o nt é té déco upés ss ite de l'app renti ssage d 'une tang ue
dans !e temp s et ont été sé paré s du é trang ere : la sécu rité, l'affi rmat ion de
poin t de vlJe d es irnplicati o ns théo - soi, l'atte ntion , la réfle xion , la réten -
rique s. mais il Y3. de soi que les prin tion e t, e nfin, la discr irnin ation . Les appr
cipe s méth o dolo giqu es e t le urs mises e nant s app renne nt par inter actio ns
en reune n ·ont p1s surg i b rut.ale me avec les autre s et le cont enu des co
nt des appo rts théo riqu es e t qu'il est urs prov ient, dans un prem ier temp
difficile de rend.re com pte de la cons uniq uem ent des mess ages qu 'ils veul s,
titut ion prog ressi ve de toute méth o- ent se trans men re , mêm e si, par la
dolo gie. suite , l'ens eign ant peut avoi r reco urs
à des man uels . La lang ue es t
conç ue com me un moy en d 'inte racc ion donc
Pa r a illeu rs, ct·au tres méth odes , mise s soci ale et la méth ode , qui pren d en
en plac e à l'étra nger , qui n'on t pas char ge esse ntiel leme nt la com pré hens
donn é lieu à d e Yéritable s expé rime ion et l'exp ress ion o rales , cher che à
ntari ons en Fran ce, ont néan moin s ce que les appr enan ts appr enne nt à
influ encé cert3 ines appr oche s franç appr endr e.
aises . C'es t le cas nota mme nt des
méc hodo logie s dites no n conv entio nnel 25 Des marq ues de cette resp onsa bilis ation
les qui , s 'insp irant de cour ants de l'app renanc par rapp o rt à
psyc holo giqu es. o m pesé sur les conc son appr entis sage se trouv ent dans
eptio ns de l'app rentissag e et du fonc - la méth ode Cartes sur tablé!- 8 qui
tionn eme nr gro upe-dass e. prop ose des cons eiJs pou r appr endr
e er énon ce les regle s du jeu de l'ap-
pren anc pour pren dre e n char ge son
apprentis sage . II y a égaJ eme m . dans
3.1.í . Les méthodologies non conv la méth ode com mun auta ire , les prém
entionnelles isses des anal yses de l'app roch e
com mun icati ve sur l'a uton omie de l'app
rena nt et l'a ppre ntiss age de l'au ro-
nom ie.
Parm i une série d 'app roch es 26 pour
.. appr endr e les lang ues é trang eres
a utrem enr- er dom cena ines re le vent
de l'édu catio n dite hum anis te ou de 3.1. 7.2. La métb ode par le silen ce
cour ants psyc ho logiq ues, on ne peut
négliger les o riem ation s préc onis ées
p3.r :
Mis e n plac e par Cale b Ga rtegn o des
1963 , the Siíen t Way met 1'3.ccent
sur l'imp lica tion d e l'app rena nt e n tant
3. 1. 7. 1. La méth úde com mun auta
que pers onn e dans son a ppre ntis-
ire sage : elle se ré:1. lise e n parti culie r,
grâc e au silen ce, par la prise de
cons cien ce eles é léme nts ca racté ris tiqu
Élab o ré par le p sych o logu e aroé ricai es de b lang ue é tr:1.ngere . A l3. ré pé-
n Char les A. Curr a n 27 e n 1961 , puis üti o n et à l'imi tatio n qui s truct uren t géné
reprise e n 197 1 par d es colla bora teurs ra le men t to ut e nsei gnem e nt , cerre
, Com mun ity Lang uage Lea rning appr oche prô ne le s ilenc e qui , el 'une
pren d e n consid érati on les aspe c r.s hum pan , favo rise b conc enrr a tion, la
ains e c affectifs d e l'app re ntiss::ige mé mori satio n , la eléco uve rte d e b
lang ue e t l':iut oco rrectio n e t, d'au tre
p::in, e ncou rage l'autonom ie e t les initi3
25. Voir L e Fran çais dar/.S te Múnd e, n º
.tive s ele Ltpp rena nt : ce dern ier est
J 75 , Dída ctíqu es nrm cún vention invit é :'I app renc lre à app re ndre une
1983 nelles, févri er-ma rs lang ue étra nger e e t l'ens eign ant a, du
co up , un rô le e ffa cé , bie n qu 'il !ui inco
26. Po ur un invent.aire exJi.austif t [ une mbe ele cons truir e les leço ns, sa ns
anal y.se d.étaíll ée, voi r, ou tre le numé man ue l, mais avec l'aicle ele ré gle ttes
dans le Mond e, n º 175, Caré J.-M. ( C/f ro du Fran çai,; d e coul e LLr e t ele tJ.bleaLLX qui repo
J fd .) , /.e Fran çais dans le Mond e, Appr endre les sent sur <les asso ciati ons : cable au eles -
tangu es étrangeres autre m.ent , n º spéci sons -cou leurs , table a u de moes et
a l, Rech erch e8 et A.ppli ca1.io n s, janvie
r 1999 . tah lea u ele corr es po nclan ces sons - le ti:res
27. Curra n C. A ., -Co unseLing SkiJls
Adap ttd LfJ che Le:irn ing . Cett e mét hod e :1.cco rde beau coup
Bu/le tin o/ the Menn inger Foru m , rnars o f Porei gn Lan guag es ", cl'impo rranc e au voca bula ire e t à b pron
1961, repro duil dans Hl air H. W., onc ia tion et é tablir tout un sysre me
Appr oach es to La ngua ge Tea ching, Ro fnno uatiue
w ley, Mass , Ne wb ury llr,1 1se, 1') 8
2, ( ré/>d .J. 28 . Ri('ht erich f!.., Suter FI ., CC1rces sur wble
I e c 2, H::ich ecce, 1981 -1983 .
2 52 M éthoclolo gies et m é tho dcs 253
Le nivea u m éth oclologlque

de correspond ances p o ur fo.voriser la mémorisa tion et J'acquisition des d é tente, intég ration d es arts dans l'e nse ign e m e nt et p a rticulie reme nc de la
s tructures nouvelles , introduites à partir des acquis ele J'apprenant . mus iqu e, etc.) e t en ac tivant les ca pa c ités du ce rvea u avec n ota mm e nc la
mémorisatio n inconsciente : l'apprenanc s'ímpregne de la langue .sa ns avoir
L'originalité d e cette 1nê thode, qui s'est déployée a lars que la m é thodo- conscience ou plus exactement sans faire appel à la concencratio n_ d e son
logie audiovisuel le batt:iit son plein dans l'enseignem ent américain, réside attention. L'activité de base, déployée pa r les cours s uggestopéd iques, est
sans doute dans b part :1.ccordée au silence dans l'apprentiss age de la la dramatisatio n qui permet de leve r les barrieres p sychotogiqu es e t d e
langue ec à la prise de conscience du rôle joué par l'apprenant pour acqué- stimuler l'imaginatio n, qui p e ut favoriser l'acquisicio n d ' une tangue étran-
rir son indépendance et son a utonomie . gere: t'a pprenanc s'attribue une autre íde ncité se lo n sa fantaisie ( nom ,
emploí, biographie, etc.) au cours de simulatíons o u de jeux de rô le.
3. / . 7.3. La. rn.é tbode parle mouvemen t L'enseignan t représente t'autorité et le savoir ec doic créer une re la tio n de
prestige et de confiance avec le groupe clone il a la charge. L'enseignem ent
Conç ue par J ames A.sher29 dans les années 1965, the Total Physical suggestopéd ique vise à développer les quatre compétence s même s i l'o ral
Response J\.le:thod, a ppelée également the Comprehen sion Approach , car elle est nettement privilégié et dispense une conn aissan ce pratique d e la
privilégie netteme m la compréhen sion orale au début de l'apprentiss age, langue, fondée essentiellem ent sur !e vocabulaire et s ur la mémorisation de
cerre méthcxk s'appuie s ur des activités physiques qui correspond ent à des listes de paires de mots (mor en langue écrangere suivi de sa r.raduction ) .
réponses données s ur Je mode impératif, étant donné que c 'est la forme Le point de départ de la leçon cons iste e n la lecrure d 'un texte long, choisi
priv ilégiée par l 'enfam dans l'acquisition desa premiere langue: ce procédé pour son intérêt ou son côté amusant : dans un prem.ier temps . les appre-
renfo rce la mémorisati on et évite le blocage et le stress que peut entramer nants suivent à l'écrit le dialogue lu p ar l'enseignanc de n1aniere cres
la nécess icé de répondre par une production orale, même si l'expression expressive sur fond de mus ique classiqu e; les documencs distribués
orale con s rirue l'obje ctif à atteindre . D'autres activités et d 'autres supports comprenne nt Je cexte, mais aussi des n o tes co ncerna m le vocabulaire e t la
sont e n visagés a pres 120 heures de cours, mais l'ensemble reste toutefois grammaire ainsi que la traduction dans la lan gue source . Dans un
sous !'égide de la fonction incitacive de la tangue . Dans cette méthode , l'en- deuxieme temps, le texte est relu , selon un d é bit plus narurel , par l'e nsei-
se ig n a m est assirnilé à un metteur en scene et les apprenants jouent le rôle gnanc, toujours sur fond de musique , pendanc que les appre n ants écouce rn
d 'acteurs . d a ns une posirion de relaxatio n . L'explo ita tion du dialogue est basé e , pour
l'essentiel, sur la dramacisatio n .
Selon J a m es A..sher, il est souhaitable d 'utiliser la méthode par le mouve-
menc a vec d 'au r.res m é thodes et, à ce titre, cenaines techniques peuvent Selon des biians effectués, la méthode suggesco pédique a o b ce nu de
porte r leurs fruits . meilleurs résultats en Bulgarie qu'au Canada . En Fra.nce. bíe n qu'elle n 'ait
pas été mise en application, elle a s uscité un granel inté rê c p armi les didac-
ticiens30 et influencé nora mmem les techniques d e s imubc io n g lo bale.
3 . 1 . 7.4. La suggestopé die

La m é r.hode s uggescopéd ique de Georgi Lozanov a été mise en place J. J. 7.5. L'approche naturelle
dans les ann ées 1965 e n Butgarie à p a rtir d ' un príncipe clef selon leque! il
Fruit de la colbboratio n ele Tracy Têrrel e t de Ste phen D . K.ras he n , the
est possible d 'accélé re r l'appre m issage d'une langue étrangere en suppri-
Natural Approach31 s 'esc d éveloppé aLL'< Ét.1ts-Unis à partir ele 1977: cecce
mam tes inhibicions d'o rdre p s yc h o logique qui diminue m le rendement des
approch e repose, pour l'essenciel, sur la c.ransposirio n , e n milieu scolaire ,
capacicés humain es, nmamm e nc celles du cerveau (d'apres c'ertaines hypo-
ele la façon clone les a dultes parvie nne nc 3 :icquérir une l:lngue é cra ngê re
theses, l' h o mme n 'u tili.sera it qu'environ 4 % des capacités de son cerveau).
e n mitie u n a rure l. Par conséquent , e lle v:1 se dist.inguer p a r l'a b se nce d e
II s'agic clone, p o ur l'essenríe l, d e -dés ugges ci o nne r • l'apprenant en créam
eles condicio ns favorables d 'app re ncissage (acmos phe re agréable ou d e
30 . G aiisso n R, Lei Sttggestio ri d cm s l 'ense'ignem e m . Hiswire e, e njeu ci'ime prcuiq ue wbou .
Clé lnterna tio n ai , 1983.
A, h e r J ., •Th e Scrategy o f Total Ph ys ic al Response : :rn Appli cation to Learnlng Ru ssian •,
29 31 . Krashen S. LJ ., Terrd T. O ., The Ncuu ra l Approach : Lariguage Acqui.sitio ri in che
!l&U 3, 1965 e t -The T oca i Ph ysic al llesp o n se App ro ach w Seco nd L;m guage Learnin g .. , Clmsronm , Pergarno n Press, New Yo rk , 1983 .
Th eil4o d ern languagejour n.a/, n º 53, 1969.
255
254 Mé th oclo lugics et rn é th o d cs
Le ni ve;i u m é thodologiq u c

to ut e n scignem e nt gramm atic:1\ sy:-tém atisé ai n s i qu e p a r l'abse nce du XX" s iecle qui a vu n a'itre un e tre ntaíne33 d 'ou tils d 'a n a lyse
représen t~--1
du
recours à la tr:lduc tio n : elk Y:1 s':.1 ttad1e r à dévelop per essentieU ement
la tifs, maintes fo is recon s truits e t c h a qu~ f'::1.s iuge_
• , · · f · ts comme s 1
c_o mpré h e n sion et 3ccorder une place d e c b o ix a u vocabula ire : les leço
sont organ isées 3.Utour de s ujets qui p o rtent s ur un élément d e la vie quoli-
ns
s _ins a us a1Sa~ : . difficile
é tait impossib le d e réa lise r une gnlle 1dea le, m aL5 com.me s etait
d'e n faire )' impasse tant la n écessi té d e ce t examen est forte •
t
dienne e t les 3.c fr,i tés sont centrées s ur \e sens plutôt que sur la forme .
Par Parmi les o utils de présenta ti o n et/ou d 'évaluati on, _il eo es t _deux, _parti-
ailleurs , le m :.uétiel did:.1ctiq ue , s' il doit viser la compré hens ion e
t la c ulie rement détaillés , que tout furur enseigna nt do1t conna.itr e aftn
conm1un icitio n , doi t éga le.me nt é tablir des lie ns é tro its e ntre le monde de
de question ner Jes m é thodes ou pour constíru er ~a propr_e grille d 'ai:13 lyse
la dasse et la réalité ex:té rie ure ; c 'est p o urquoi , l'utilisati on du matériel : il
- a uthentique - est p réco nisée dans toute sa diversité . s'agit d 'une p a rt de la grille réa lisée par Mana ,Cec iJ1a Berto leru a~ec
l~
coUa boration de Patrick Dahlet35 e n 1984 e t, d autre part, _:=elle d _Anne
La théorie é labo rée par Tracy Terrel e t Stephen D . K.rashen , s i e Marie Thierry36, publiée en 1987 et qui a l'avaotag e d ' e tre aus e
lle en
présenre des poinrs controve rsés que cenains caractéri sent d 'uto piques,
a pplica tion .
n ·e n demeure pas moins originale : elle dévelop pe des concepts
clés La grille d 'analyse proposé e par Maria Cecília Berto l~ttí permer _l'exame
comrne. par e..x:emple , celui d 'acquisit ion ( processu s inconsci ent) qui s n
'op- systémat ique e t co mplet d'une méthode tant ses e ntrees sont d1v~ses
p ose à apprenti ssage et elle a favorisé l'entrée du monde extérieu r dans er
la détaillée s . Elle répertori e mus les paramet res en deux sect.1ons : 1analyse
classe de langue avec, nmamm ent , l'introdu ction des documen ts
dits fa c tuelle et l'évaluar ion qui, daos la présenra tion m a térielle de la g riHe ,
authenti ques. sont
réparties sur deux colonne s qui se côtoient et qu i se don_r:~t donc à_
Aü1s i, d 'une rnamere générale , s 'il n 'y a pas eu de véritable applicati on tire
sirnultan ément. Comme tout cadre d 'étude, cette gnlle obe1t a une log.ique
des méthodo logies non conventi onnelles en France, les retombé es sont, qui va du général au particuli er, du plus global au plus spécifiq ue
cep end.ant, évidente s et ont d 'une maniere ou d 'une autre alimenté le débat et
di dacti.que. . ::i3. Les plus significaci ves se s irue m au milie u du s ieé le dernier et som da.n.s
:
- Mackey W ., Principes de didaaiqu e anaty tique . A nalyse scientifiqu e
de L'enseigne -
3.1.8. Comment choisir une méthod e? ment eles tangues , (traductio n d e Lang u.age Tea cb ·i ng Analysis, Longm::ms
, Lo ndres,
1965), Didier, 1972;
- Ministêre de l'Éducatio n du Québec. - Projet d e rapport d 'évalu:auo n
d e ma n uels-
Po ur enseigne r le FLE, les enseigna nts disposen t d 'un matériel particu- n º 2, document 4-2, Divisio n clu fr:m çais langue secon de, i\.IEQ . reproduit
dans
liereme nt abondan r et peuvent se sentir perplexe s, s i ce n 'est perdus, Laforgue L. , La Sélection e n d idac tique cm alylique, PUL, 19 72 :
devam la pro lifération de manuels ou tout s implem e nt démunis quant - Laforgue L. , La Séleai.on er1 didactiqu e analytiqu e. P UL. 1972;
au - Gagné G ., • Essa i d 'établissem ent de critêres d 'évalu a ü o n d e méthodes
c h oíx d e la -bonne méthode • o u du .. b o n livre .. , ta nt le paysage é dito ct·enseigne -
rial m e nt du frança is Jangu e é trangere :i eles débutants - , clans Ro ndeau G ..
est vasre . D es grilles 32 de présenta tion e t d 'a nalyse de m é thodes ont Contribut i.ons
été ccmadien nes à la ling llistique appliquée , 1973 ;
é labo rées pour permettr e un examen fiable d e celles-ci ; elles se prése ntent - Ge rmai n e., -Tro is g rille.s d":mal yse eles méchodes d 'e nse.igne ment
des la n gues
générale mem comrne un o util pratique p o ur fac ilite r la sélection , p a r
enseigna nts o u les a u torités scola ires , du manuel qui ré p o nd le rnieux
les secondes: e xame n c ritique-, d ::m s Vingc -ci nq an.s de lingui.siiq ue ª"
Canada, Centre
à é clucatif e c c ulrure l, 1976.
le urs aspiratio ns e t a u x s iruations de classe dans lesque ll es ils intervie nne 34 . Polir un e xame n eles prob le mes p osés par l' é labor:1tio n d 'une grille
nt. ct·a nalyse, voir
Elles témo ignent égaleme nt d'une préoccup ati o n con s tante depuis le début Ve rde lhan M ., • Problémaü que p o ur l" é labor.J.cion ct·une g ri.Ue d 'analyse eles
manuels de
L.1ngage e n u s:ige e n Afriqu e•, Trcwai,:x de D-iclactiq,. ,e du Frc:1nçczis Langu.e
Êtrangere,
n º 30, CFP - Université Paul Valéry - Mo ntpe llie r 3, 1993. p . 89-103.
35 . Be rtol e rti M.-C. avec la co lla b oratio n ele D:.thle c P., - i\.13.nuels et matériels
scoh ires po ur
l'appre nüssage du FLE Ébauc h e ct·une g riUe d' an:ilyse -, l e François dczns
te J\,(o n de ,
32. Pour un recensem e nc exhau stif d e s grí ll es d 'anal ysc , voi r Co rdi e r-Ga uthi er n º 186, juille t 198 4, p 55-6:\ .
C. , Essa i de
caractéris atíon du discou rs du manuel de fran çais lanRue scconde 36 . Thierry A.-M., Anczly se de m éthocles. Fmn ça is Langue Étra ngere, Centre
et étrangêre. i.nte maüo nal
Parcours à travers les manuets u.11/isé,- au Canada ( 19 70- 1')')5), repé rage d 'é rucles pé clagogique s, Sev res , 19 ~7 . Ce dossier, co nstirué ele fich es,
e t d esc ription co ns tinie une
d e /e urs éléments constiluti fs, d1b,e d e D o c L<Jrn l ,n us la dtrecci o n d e Ve rnise :'I jo ur d 'un trava il é 1:1bli e n 1980, é dité parle m i nis ce re des Affaires
rdc:lhan M., é crange res , ec
Université Paul Valé ry-Mo mpe ll ier :\, 1999. il est corn pl é té pé rio dique m e nt e n fo nLtio n eles p a rutio ns de n ouvelles
m é tho d es .
256 257
Lc ni vcau m é tho d o lo g iqu c M é tho dol og ics e t m é th o d es

s'inscrit
. . - un e, ct~
dans ---!·h:, t·0 1Kt.1o
__.,,..11'-- - e e n visage , sou s forme ele
· nne li e . Ell
E. Tests e t é valuation : cette rubrique envisage , quand ils sont présents , le
gnlles p a rtie lles, cinq c h .nnps de rdé re n ce qu 'e lle d écompose e n plusieurs type de tests (niveau , progres , co ntrô le , autoévaluation) er les o utils pour la
rubnques :
conduite de ces tests et l'appréciation des ré.sultats
A . Présentation matérie Ue
1. Fich e sign a létiqu e : ce paragraphe regroupe tou s les é lé m e nts tradi - Cette d escription fac tue lle est complé tée par un questionnement ,
tioi:mels qui perrne tte nt d 'identifier un o uvrage ( titre , auteur(s) , rubrique p a r rubrique , sectio n par secrio n , qui favorise , par croisement ,
m a 1son d 'ooition. date . n o mbre de volumes , etc.). l'évaluatio n de la méthode e t pe rmet ainsi d 'avoir des éléments d 'appré-
2 . Ma té riel complé mentaire (inventaire quand i1 est présent). ciation d 'e ns emble ou sur des poirtts pa rticuliers . Cette grille , o utre sa
précision e t son amplitude , est un des rares outils qui propose une vérita -
3 . P_réface du manuel ou du livre du professeur ( relevé des irtdicatio ns
ble é valua tio n du maté riel pédagogique.
diverses et des prises de positio n méthodologique).
4 . Strucmre du manuel : cette partie focalise l'analyse s ur les unités
d id.3.ctiques e t leur organisation interne, sur la présence ou l'absence La grille é\aborée par Anne-Marie Thierry, plus analytique , propose
d :unités de révision , d 'index thématique, de tableaux de grammaire, tre ize entrées pour appréhender les méthodes d 'apprentissage :
d un glossaire, etc. 1 . Fic h e signalétique .
2 . Descriptif du maté rie l didactique et pri:x : i.ngrédiencs con s ticutifs d e la
B. Supports et documems : qui propose une typologie des textes écrits, des
s u1;ports iconiques et des documents sonores et oriente l'analyse vers leur m é rhode (livre(s) , cassettes, diapositives , etc.) et invern:ai.:r:e du maté-
riel requis pour son urilisarion .
p~esencation, leur origine (textes fabriqués , remaniés ou authentiques) et)eur
dimension 3 . Public v isé : enfants , adolescents , adultes, public scolarisé, no n s cola-
risé , débutants , faux d ébutants , etc.
C. Contenus linguistiques
4. Type de langue privilégié : langue soutenue, standard, tangue d e
1. Lexi que : nombre de lexe mes introduits par unité. communication orale , écrit oralisé, plusieurs registres de lan gue se lo n
2 . Pho nétique : érude de phonemes, de phénomenes prosodiques, les niveaux, etc.
présence d 'explication , d e transcriptions phonétiques , présenta tion 5. Fina Lités : apprentissage d e la langu e outil de communication,
intégrée ou n o n imégrée à l'unité didactiqu e. connaissance du français de survie , renfo rcernent ou approfondisse-
3 . Grarrunaire : procédés de présentation (schémas, tableaux, etc.), type m e nts des connaissances , découvene d 'aspects socioculrure ls ,
de présentation ( contrastive , inductive, déductive) , présence d 'expli- autonomie de i'apprentissage , etc.
cations (en langue m a te melle , e n langue étrangere) . 6 . Type de rné thode : a udiovisuelle , notionnelle-fonctio nnelle , résultat
4. Ex e rcices : typologie des opératio n s requises e n phoné tique (discrimi - d'un cornpromis, etc.
natio n auditive, correc tion phonétique, correctio n rythmique e t 7 . Structure de la m é tho de : pla n d 'e nsernble . détail d ·u n e leçon ou
inco nacive) , e n m o rpho-syntaxe et en sémantique ( répétition , formu - d 'une unité didactique .
lation , s ubs titution , rransfo rmation, e tc .) et , e nfín , en
8 . Duré e e t tythme cl'app rentissage .
express ion/comrnunication (expression dirigée , libre, jeux de rô les,
e tc .) . 9 . Contenu linguis t ique :
- a n a lyse du rype de tangue ;
5 . Exerc ices : e n cadreme nc p édagog ique portant s ur les modalités d 'e xé -
- lexique ( les moes "actifs .. , les expressions im::i.gées , syn o nymes à
cuci o n <indi v idue ], e n groupes , e tc.) , d e correction e t la prése nce ele
diffé rents niveaux d e tangue , e tc .) ;
con signes .
- rapport o ral/écrit ( primauté de l'un o u d e l'autre , recherc he d ' un
D . Contenus n o rionnels/chématiques : cetce sec rion propose de faire le éq uilibre);
relevé des chemes , des nCJtion.s er des fon c tí o ns langagi e res
258
Le nivca u m éLho clo log iquc M6tho do logies el métho des 259

- exerc ices d e lang ue - principalL"X typc:


::s d 'e xc:: rcice s à l'écrit com me , 1 t' ons méth odol ogiq ues e t/ou théo
à !'o ral (exe rcice s stn JCll..1r.1LL,, Q - d ec ara 1 ries de réfé re nce ; , .
CM, ques tio ns/ ré po nses , exe rcice s plac e donn ée à la com pé te nce lingu . . (1 . ho
contextt1 alisé s. exc:::rc.icc:::s de créa tivité
, d e prod uctio n libre , e tc.); 1st1q ue ex1q ue, p ne u q u e,
- gra.m mair e (imp licite . c:::xpl icite , mod gram mair e);
es d 'intro ductio n, tab\e aux - plac e donn ée à la com péte nce de d arole
traditio nnel s de syn thes e ou de conc
epru a\isa tio n , etc.) . com mun icati on (actes e p . .).,
10. Pho né tique : pho nétiq ue a rt.iculato _ prise e n com pte des com posa ntes d 1 ·t t' on de com mum cat1o n
ire, exercices d'int onatio n , trans- e a s1 ua _1 _
c riptio n phon é tiq ue. (asp ects soci olog ique s et aspe cts psy
c ho lingu1~t~q u : s) ;º . ue .
11 . App areil de cont.rôle : no mbre
- o rgan isati on géné rale et com posi tion
, fréqu ence et cons igne s de pass ation d 'une umte peda ºogt q '
. - plac e acco rdée :
12. Rõ le de l'im age : type s d 'ima
ges (illustrati o ns dess inée s pour la
mé thod e ou d ocurne nts auth e ntiqu es), • à !'ora l
rapp o rt texte / imag e (aide à la • à l'écr it
com p ré hens ion . com rnen taíre , poin t
de dé part d 'ex~rcices, 'illus tratio n • à la lectu re
en com plé me nt à un tõ.."te, etc.), élém
ent de civilisatio n. • à la civil isati on
13. Co nte nu soci ocul turel : cent res d 'inté
rêts tradi tionn els ou docu rnen ts • aux tests d'év alua tion ou à l'a uwé valu
a uthe ntiq ues, class es sociales , Paris , a tio n ;
la prov ince , une régio n parti cu- - rôle de l'ima ge;
liere . les pays fran coph on es , prob leme
s socio -éco nom iques, etc. - typo logie des texte s e t des disco urs
;
- prog ressi on ;
Po ur aussi inté ressa ntes qu 'e Ues soie _ inve ntair e des type s d 'exe rcice s e t , . ,
nt, les grilles d 'anal yse se ré vele nt dé finit ion des com pe tenc es vtsee s.
qu elqu efois inadéqua tes pour saisir le
disco urs dida ctiqu e des méth o des ou
le ur vale ur inrri nseq ue. li faut e n cons Tous ces para metr es pose nt les jalo
éque nce crée r ses prop res outil s ns pour co ~dui re u ~e a naly se de
d 'a naly se e t les adap te r à la métho do méth ode , mais celle -ci ne peut être com
log ie o u aux théo ries vé hicu lées par ple te que s1 elle envisage l~s- rela -
la mé tho de soum ise à l'exa men . To us rians entre les diffé rente s rubr ique
les outils d'ob serv atio n refle tem les s. D 'a urres crite res d 'app re oau o n
préo ccup ation s de l'épo que de leur com me le rô le de la tradu ction , de l'err
co ncep tion : il est donc légit irne que eur, les type s d e tang ue priv ilégi é:',
ce rtain es rubr iq ues soie nt plus dé velo etc. , peuv ent être intro duits pour repé
ppées que d 'autr es. Ana lyser un rer les o uv:rages les rrue u_--x: adap ~es
maté riel qui se récla me de la méth 1 a ux beso ins du publ ic. Tou te grille
odol ogie SGA V, par exem ple, sans le est rédu ctric e, wut e analy~e est theo
ques tio nne r selo n ce rtain es opti ons rique , mais ces deux rega rds sont -
cons tituti ves de ce cour ant com me la précieu_x pa u ~ _la r~fle xio n e t
prise en com pre du franç ais fond ame indis pens a bles pour une é valu ation
ntal , le rôle de l'irna ge ou la prog res- obje ctive du m a te n el pedagog1q_u e
sion lirig uisti que sera ir une aber ratio vé ritable méd iateu r entr e la théo rie ,
n ; d e mêm e , négl iger l'é tucle des et la pra tiqu e . L'an alys e ne peu t e rre
cons e ils p édag ogiq ues véhi culé s dans vraim ent effic ace que si elle e st acco
le livre du mait re cons titlle rait un mpa gnée d 'une p art par l'exp é rime n-
o ubli qui fa usse rait l'ana lyse des assis tatio n , c'est -à-di re par l'util isatio n e n
es de la méth o de . Inve rsem ent, utili- sirua tio n réell e d u maté riel obse rvé
ser certe m ême grille d 'anal yse pour et, d' autre p a rr, par l' évalua tion d e ,
les mé thod es se récla man t de l'app re ntiss age par l'app re na nt lui-
l'a ppro che com mun icati ve ne p e rmet mêm e .
crait pas une a naly se fine des cara cté-
ristiq ues irlhé rern es e t o rgan isa trice
s de ce ll es-c i. C'est p o urqu o i, d e
nom bre uses griU es d 'anal yse o nt vu
!e jo ur dans wus les gra nds ce ntres de
fo rmat ions de form ateu rs e n Fra nce
p o ur appré he nder !e n:iaté rie l clida c-
tíque de ces dern ie res déce nní es.

Les gran des o ríe ntací ons à p ri vil ég íe


r p o ur con stitu e r un ques ti o nnaire
p o ur l'ana lyse de méth o d es réce ntes
p o urraie nt ê tre les suiv ante s :
- fi che sig nalé tiqu e ec prés enta tío n gé
né ra le;
- c ho ix du publ ic ec ide ntifi ca tio n d
e ses beso ins : prés e nce o u a bse nce
d 'obje ctifs expl i cites ;

_ _ _ _ ,j