Vous êtes sur la page 1sur 12

L’énergie éolienne

I. Introduction

Les énergies renouvelables constituent une alternative prometteuse et de substitution des


énergies conventionnelles qui continuent de causer de sévères dégâts écologiques et qui sont
dans tous les cas des ressources limitées. Parmi ces énergies renouvelables : L’énergie
éolienne.
L’énergie éolienne, qui tire son nom du mot grec Éole (Dieu du vent), est tout simplement
l’énergie produite par le vent. Comme toutes les formes d’énergie, l’énergie éolienne tire son
origine du soleil, puisque ce sont les différences de températures et de pressions induites dans
l’atmosphère par l’absorption du rayonnement solaire qui mettent les vents en mouvement.
II. Le vent : définition et caractéristiques
Le vent, c’est le déplacement d’une masse d'air résultant à des différences locales de
température et de pression. Dans la langue courante et dans le langage des météorologistes, on
appelle « vent » le seul mouvement horizontal de l’air. Les mouvements verticaux ou presque
verticaux de l’air existent aussi : les météorologistes parlent de vitesse verticale ou de
courants verticaux.
La mesure du vent se fait dans des stations météorologiques, où deux éléments servent à la
caractériser : sa vitesse et sa direction.
II.1 La vitesse du vent
a) Unités :
La vitesse du vent peut être exprimée par différentes unités :
_ Mètre par seconde m/s (unité Internationale)
_ Kilomètre par heure km/h
b) Instrument de mesure :

1
Emplacement de l’anémomètre :
Un anémomètre doit respecter certaines règles d’emplacement. Il doit être situé à une hauteur
dégagée de 10 mètres.
II.2 La direction du vent
En ce qui concerne la direction du vent, elle est toujours donnée par la direction d’origine.
On parlera par exemple d’un vent du nord lorsque le vent souffle du nord vers le sud.
L’instrument qui sert à déterminer la direction du vent est nommé « girouette ».

III. L’éolienne
III.1 Définition
Une éolienne est un dispositif qui transforme l’énergie cinétique du vent, c’est-à-dire le
fluide en mouvement, en énergie mécanique. Le plus souvent cette énergie est elle-même
transformée en énergie électrique par l’intermédiaire d’une génératrice.
Les éoliennes produisant de l’électricité sont appelées aérogénérateurs, tandis que les
éoliennes qui pompent directement de l’eau sont parfois appelées éoliennes de pompage
III.2 Structure d’une éolienne
Une éolienne se compose d’un grand nombre d’éléments que l’on peut regrouper en trois
parties bien distinctes : Le mât, le rotor et la nacelle.

2
Une éolienne se caractérise principalement par :
· Sa puissance nominale
· Le diamètre de son rotor
· La hauteur de son mât
III.2.1 Le mât :
Le mât, généralement fait du métal, est un support qui permet d’élever le rotor à une hauteur
suffisante pour permettre son mouvement (le vent est plus fort et plus régulier en altitude
qu’au niveau du sol).
La seconde fonction du mât est de protéger les câbles reliés depuis le générateur jusqu’à
l’armoire de couplage située à la base du mât où on trouve un ordinateur (armoire de
couplage) qui permet de contrôler le fonctionnement de l’éolienne. C’est cet ordinateur qui,
grâce aux informations prélevées par l’anémomètre et la girouette, agit sur l’éolienne pour
freiner ou arrêter ses pales si le vent est trop fort ou encore de bien orienter le rotor face au
vent.
Le mât d’une éolienne peut atteindre jusqu’à 150m de hauteur; il est posé sur un socle en
béton armé et fixé au sol qui garantit sa stabilité.
Pourquoi les éoliennes sont-elles suspendues si haut ?
Parce que plus on est en hauteur, plus le vent souffle fort et moins il est gêné par certains
obstacles (immeubles, maisons…).
III.2.2 Le rotor :
Le rotor, appelé aussi hélice, est la partie tournante de l’éolienne. Il est composé des pâles,
généralement au nombre de 3, et du nez de l’éolienne (il contient un moyeu et une commande
du rotor). Le rotor est entraîné par l’énergie du vent.

3
Le rotor transforme de l’énergie cinétique du vent en énergie mécanique (rotation de son arbre
principal).
Les pales :
Les pales de l’éolienne sont fixées en haut du mât, que l’éolienne soit horizontale ou verticale.
Elles sont entraînées par le vent, et leur mouvement actionne le générateur qui produit ainsi de
l’électricité.

La taille des pales varie d’une éolienne à l’autre. Leur longueur atteint actuellement entre 30
et 55 mètres, soit un diamètre du rotor compris entre 60 et 110 mètres.
Les pales tournent à une vitesse relativement lente, de 10 à 20 tours/min, d’autant plus lente
que l’éolienne est grande.
Les pales d’éolienne sont fabriquées à partir de matériaux composites (Polyester renforcé
par de la fibre de verre et/ou du carbone) qui allient à la fois les qualités de rigidité et de
légèreté.
Le moyeu :
Le moyeu, appelé aussi « nez », est en général une pièce d’acier moulée. Il supporte les pales
et relie le rotor à la nacelle (à travers un arbre). Il fait varier l’angle d’attaque des pales.

III.2.3 La nacelle :
La nacelle, située en haut du mât, derrière le rotor, est un élément qui abrite (couvre ou
protège) les composants mécaniques, électriques et électroniques nécessaires au
fonctionnement de l’éolienne.
La nacelle comporte :

4
Le multiplicateur de vitesse (arbre de transmission) :
Il sert à élever la vitesse de rotation entre l’arbre primaire (lent) et l’arbre secondaire
(rapide) qui entraîne la génératrice électrique. En effet, la faible vitesse de rotation de
l’éolienne ne permettrait pas de générer du courant électrique dans de bonnes conditions avec
les générateurs de courant classiques.
L’arbre secondaire comporte généralement un frein mécanique qui permet d’immobiliser le
rotor au cours des opérations de maintenance et d’éviter tout risque de destruction de la
machine.

La génératrice (l’alternateur) :
C’est elle qui convertit l’énergie mécanique en énergie électrique. La rotation du rotor induit
un champ électromagnétique qui entraîne la création du courant dans le stator de la
génératrice. Ça puissance maximale délivre jusqu’à 2500 kW.
Le système de commande (contrôleur électronique) :

5
Il est chargé de surveiller le fonctionnement de l’éolienne (démarrage, freinage, orientation du
rotor,…etc).
Les dispositifs d’orientation de la nacelle :
Les dispositifs d’orientation permettent d’orienter le rotor et les pales des éoliennes dans la
direction du vent.
III.3 Schéma global d’une éolienne :

6
❶ : Mât ❷ : Pales ❸ : Arbre lent
❹ : arbre rapide ❺ : Nacelle ❻ : Anémomètre
❼ : Girouette ❽ : Système d’orientation ❾ : Génératrice
❿ : Boite d’engrenage 1 ❾1 : Système de contrôle
IV. Les différents types d’éoliennes
IV.1 Le nombre de pales
Les éoliennes se différencient par leur nombre de pales. C’est pourquoi il existe des éoliennes
dites tripales (éolienne à trois pales), bipales (avec deux pales) et monopales (une pale).

Eolienne monopale

Eolienne bipales

Eolienne tripales

7
Eolienne tripales :
Principalement pour des raisons de stabilité, la plupart des éoliennes modernes sont tripales
(nombre impaire en générale).
Eolienne bipales :
Le grand avantage des éoliennes bipales par rapport à celles tripales est le fait qu’elles
permettent d’économiser le coût d’une pale de rotor, ainsi que le poids de celle-ci bien
évidemment. Les éoliennes bipales ont cependant eu certaines difficultés à pénétrer le marché,
entre autres parce qu’il leur faudra une vitesse de rotation bien plus élevée pour produire la
même quantité d’énergie qu’une éolienne tripale, ce qui constitue un inconvénient.
Remarque :
De nombreuses éoliennes possèdent également quatre pales voire beaucoup plus mais elles
sont plutôt destinées à un usage privé.
IV.2 Les différents axes des éoliennes
Généralement, il existe deux grandes familles d’éoliennes ayant chacune leurs spécificités :
IV.2.1 Les éoliennes à axe horizontal :
Une éolienne à axe horizontal est une éolienne dont le rotor du type hélice est monté sur un
axe horizontal, c’est-à-dire un arbre principal horizontal (Les pales tournent autour d’un axe
horizontal).
Toutes les éoliennes raccordées aujourd’hui au réseau sont construites avec un rotor monté sur
un axe horizontal. (Tous les schémas d’éoliennes ci-dessus sont des éoliennes à axe
horizontal).
IV.2.2 Les éoliennes à axe vertical :
Une éolienne à axe vertical est une éolienne dont le rotor est monté sur un axe vertical (Les
pales tournent autour d’un axe vertical).

8
Les éoliennes à axe vertical ont quelques avantages par rapport à celles à axes horizontaux :
Elles vous permettent de placer les composants présents dans la nacelle d’une éolienne à axe
horizontal à terre, et vous n’avez pas besoin de munir la machine d’une tour.
Un mécanisme d’orientation n’est pas nécessaire pour orienter le rotor dans la direction du
vent.
Les inconvénients principaux sont les suivants :
Les vents sont assez faibles à proximité de la surface du sol et donc sur la partie inférieure de
l’éolienne.
L’éolienne ne démarre pas automatiquement : (Ainsi, il faut par exemple pousser les
éoliennes pour qu’elles démarrent. Cependant, ceci ne constitue qu’un inconvénient mineur
dans le cas d’une éolienne raccordée au réseau, étant donné qu’il est alors possible d'utiliser la
génératrice comme un moteur absorbant du courant du réseau pour démarrer l’éolienne).
IV.3 Le sens du vent (seulement pour les éoliennes à axe horizontal)
Il existe deux sortes d’éoliennes à axe horizontal selon le sens d’écoulement du vent : les
éoliennes « amont » et les éoliennes « aval ».

9
Schéma d’une éolienne à axe horizontal amont

Schéma d’une éolienne à axe horizontal aval

Amont : Le vent souffle sur le devant des pales en direction de la nacelle. Les pales sont
rigides, et le rotor est orienté selon la direction du vent par un dispositif.
Aval : Le vent souffle sur l'arrière des pales en partant de la nacelle. Le rotor est flexible,
auto-orientable
V. Avantages et inconvénients de l’énergie éolienne
V.1 Avantages :
Parmi les avantages de l’énergie éolienne, nous pouvons citer les suivants :
L’énergie éolienne est une énergie indéfiniment durable et propre.
L’énergie éolienne est une énergie renouvelable qui ne nécessite aucun carburant, ne crée pas
de gaz à effet de serre et qui ne produit pas de déchets toxiques ou radioactifs.
L’énergie éolienne produit de l’électricité sans dégrader la qualité de l’air, sans polluer les
eaux (pas de rejet dans le milieu aquatique, pas de pollution thermique) et sans polluer les
sols.

10
Lorsque de grands parcs d’éoliennes sont installés sur des terres agricoles, seulement 2 % du
sol environ est requis pour les éoliennes. La surface restante est disponible pour l’exploitation
agricole et pour d’autres utilisations.

Après son temps de fonctionnement (environ 20 ans), une éolienne est entièrement
démontable et recyclable.
La période de haute productivité, située en hiver où les vents sont les plus forts, correspond à
la période de l’année où la demande d’énergie est la plus importante.
A une grande échelle, l’énergie éolienne est la moins chère de toutes les énergies
renouvelables (surtout dans les régions bien ventées).
-Les éoliennes permettent l’électrification en site isolé.
-L’énergie éolienne peut être produite en mer (éolienne offshore).
V.2 Inconvénients :
Parmi les inconvénients de l’énergie éolienne, nous pouvons citer les suivants :
- Le principal inconvénient est le coût élevé d’un projet éolien (de l’étude à l’exploitation).
- La production d’énergie a lieu en fonction du vent et non de votre consommation.
- Dans certains cas, il est nécessaire de recourir au stockage par des batteries pour faire face
aux périodes de vent faible, ce qui augmente le coût.
-Seuil physique de capacité « Limite de BETZ » : seulement 59 % de l’énergie cinétique
apportée par le vent peuvent être au maximum récupérés pour être convertis.
- Le bruit généré par les éoliennes.
- Risque de collision des oiseaux avec les pales.

11
VI. Quantification des performances d’une éolienne
VI.1 L’énergie disponible :
On considère une colonne d’air de longueur, de section, de masse volumique _ animée d’une
vitesse conformément à la figure suivante :

12