Vous êtes sur la page 1sur 7

Auscultation des ouvrages en

béton par la méthode d’impact-


écho

Par BABAKA LELO Kevin

Ingénieur d’études DED/ACGT

0
1. Introduction

1.1. Contexte et problématique


L'évaluation des caractéristiques géométriques et mécaniques des ouvrages existants en
béton constitue un préalable indispensable à toute ébauche de projet de réparation ou de
réhabilitation. Le réseau routier de la République Démocratique du Congo compte
beaucoup d’ouvrages de franchissement en béton et la plupart de ces ouvrages accuse une
vétusté criante. La maitrise de risque liée au vieillissement et à l’optimisation du budget
d’entretien est un enjeu majeur pour les gestionnaires. Il s’avère donc nécessaire
d’identifier et d’exploiter des bons outils de diagnostic structural en vue d’établir un
programme rationnel pour la réhabilitation ou la reconstruction de ces infrastructures en
fonction du budget disponible.
Les méthodes d’essais non destructifs constituent l’une des voies adaptées pour la collecte
d’informations nécessaires à cette évaluation et parmi ces méthodes, on compte la
technique d’impact-écho, qui est fréquemment utilisée pour l’auscultation des structures
en béton.
L’Agence Congolaise des Grands Travaux qui aspire à se hisser au niveau d’un grand
bureau d’ingénierie dans le pays et dans le monde s’intéresse au plus haut point à toute
question relative aux méthodes d’évaluation des structures en béton de manière à assurer
la consolidation des données techniques indispensables au processus d’évaluation de la
sécurité structurales des constructions en béton.
1.2. Problématique
Les méthodes destructives utilisées pour l’évaluation de l’état des structures fournissent
généralement des résultats satisfaisants sur la connaissance des propriétés du matériau
prélevé. Il en est de même pour certaines méthodes non destructives comme l’essai aux
ultrasons. Cependant, les conditions de mise en œuvre de ces techniques ne permettent
pas toujours d’atteindre les résultats escomptés, compte tenu de situations suivantes :
• Prélèvements par carottages très localisés pour les essais destructifs ne permettant
ainsi de donner une image globale correcte de l’état des structures de l’ouvrage
ausculté
• Sensibilité de certains ouvrages aux prélèvements par carottage : cas des
structures nucléaires
• Problème d’accessibilité de certaines parties de l’ouvrage, empêchant notamment
de réaliser l’essai aux ultrasons : cas du radier en béton d’une fondation où seule
la face supérieure est accessible.

1
La méthode d’impact-écho s’illustre comme l’une des solutions adaptées pour pallier aux
difficultés ci-avant évoquées.
1.3. Objectifs et intérêt du sujet
Le principal objectif poursuivi dans ce travail est de mettre à la disposition des ingénieurs
de l’ACGT une méthodologie pratique d’évaluation des caractéristiques géométriques et
structurales des ouvrages en béton.
L’Agence Congolaise des Grands Travaux ayant notamment pour mission l’assistance à la
maitrise d’ouvrage et le conseil auprès du Ministère de tutelle pourra ainsi disposer
d’informations techniques nécessaires pour déterminer le niveau de sécurité structurale
des infrastructures en béton en vue de fournir avec précision des informations utiles sur
l’état du patrimoine infrastructurel de notre pays.
2. Principes de la méthode d’impact-échos

La méthode d’impact-échos est une technique de contrôle non-destructive développée à


la fin des années 1980 et est dédiée à l’auscultation des structures en béton et en
maçonneries. Elle est basée sur la mesure de la propagation d’une onde de pression
résultant d’un impact mécanique de courte durée dans la structure à ausculter. Lorsque
les ondes générées rencontrent les défauts et interfaces situés dans les structures, elles
sont réfléchies en forme d’écho à la surface où ils sont captés à l’aide d’un récepteur.
L'impact donne lieu à des modes de vibration et la fréquence de ces modes est liée à la
géométrie de l'objet à tester et à la présence de défauts.

Figure 1: Principe de la méthode Impact-écho

La fréquence de résonance est donnée par la formule suivante :

2
Où :
- ࢼ est un paramètre qui dépend de la géométrie de l’élément et du coefficient de
poisson du béton.
- ࢉ࢖ représente la vitesse des ondes de pression ou ondes de compression.
- ࢋ est l’épaisseur de l’élément
ߚ prend la valeur de 0,95 pour le cas d’une poutre en béton pour lequel le coefficient de
poisson est pris égal à 0,2.

En général, la méthodologie d’application de cette technique peut se résumer aux deux


cas suivants :
 Etalonnage de la vitesse de propagation à la suite d’une série de mesure de
fréquences sur des zones où l’épaisseur est bien connue puis déduction de
l’épaisseur à d’autres points de mesure par impact écho ou détection des défauts
dans la structure. Dans ce dernier cas, l’épaisseur mesurée est réduite à la
profondeur de la discontinuité.

 Si l’épaisseur est connue avec précision, il est possible de calculer le module


d’élasticité dynamique de la structure en béton par la formule suivante :

Avec , ߩ et ߥ respectivement la masse volumique et le coefficient de poisson du béton.

Figure2 : Vue schématique de la méthode d’impact-écho

3
3. Domaine d’application

La méthode d’impact-écho est une technique bien adaptée à l’auscultation des structures
en béton, armé ou précontraint se présentant sous forme de plaques planes ou de faible
courbure tels que les parois de tunnels. On peut également y faire recours pour
l’auscultation des poutres de section suffisamment élancée.

De manière générale, la technique d’impact-échos peut être exploitée pour les besoins
suivants :

 Détermination de l’épaisseur d’éléments de structure en béton (poutres, plaques,


etc.),
 Détection de vides, de fissures, de délaminages, de décollements au sein des
structures en béton
 Recherche des vides dans les gaines de précontrainte.
 Evaluation du module d’élasticité dynamique du béton
 Auscultation des chaussées et trottoirs d’ouvrages maçonnés tels que les briques
ou les pierres scellées au mortier
 Auscultation des couches des couches de béton projetées sur les parois des galeries
des mines souterraines

L’utilisation de la méthode d’impact-écho s’était révélée très efficace dans la campagne


d’auscultation de la poutre VIPP du viaduc de Merlebach en France en permettant une
mise en évidence des vides dans les conduits de précontrainte et leur localisation avec une
précision de ± 10 cm.

4. Matériels utilisés

L’équipement dédié à l’essai d’impact-écho est constitué d’un capteur piézo-électrique


relié à une carte d’acquisition et d’un logiciel de traitement de données, spécifique au
problème posé. Pour générer l’impact, on peut utiliser soit un impacteur par électro-
aimant synchronisé avec le récepteur mais qui présente l’inconvénient d’être de faible
puissance, soit un jeu de billes d’acier de différents diamètres à choisir en fonction de
l’épaisseur de la structure. Les mesures sont stockées et traitées sur ordinateur portable
ou stockées dans le système portatif et traitées a posteriori.

4
Figure 3 : Appareil d’impact-écho de marque Vu-Con System

Il est important de préciser que la précision de mesures des épaisseurs effectuée par la
méthode d’impact-écho est de l’ordre de 0,5 cm si les conditions de calibration sont
bonnes tandis que celle relative à la mesure du module d’élasticité dynamique par la
même méthode tourne autour de 1 GPa en cas de calibration sur carotte avec des
capteurs ultrasonores de même fréquence.
A titre d’information, le coût d’achat de ce type d’équipement s’élève à environ 8500 $.
5. Conclusion
Le diagnostic de la sécurité structurale des infrastructures en béton constitue une étape
indispensable à la maitrise des risques inhérents à la perte de stabilité de ces ouvrages et à
l’optimisation du budget à allouer pour leurs réparations. La collecte d’informations sur
l’état des structures des ouvrages en béton se révèle donc nécessaire.
La méthode d’impact-écho qui s’inscrit dans le registre des essais non destructifs
constitue l’une des voies appropriées pour réaliser l’auscultation des structures en béton.
Se lancer dans la maitrise de l’utilisation de cette méthode non destructive représente une
opportunité considérable pour l’ACGT en ce qui concerne la consolidation des
connaissances pratiques en vue d’assister le Gouvernement de la république à gérer
efficacement les infrastructures socio-économiques du pays.

5
Références bibliographiques

1. IFSTTAR, Méthode d’auscultation du matériau en place-Béton-Impact écho, Collections


de l’IFSTTAR, Juin 2018.
2. Ferri P.Hassani- Moe Momayez, Conception d’un nouvel appareil d’auscultation des
couches de béton projeté sur les parois des galleries de mines souterraines,
Département de Génie des mines, Université McGill, 2004.
3. Ngoc Tan Nguyen, Evaluation non destructive des structures en béton armé : Etude de la
variabilité spatiale et de la combinaison des techniques, Thèse de doctorat, Université
de bordeaux, 2014.