Vous êtes sur la page 1sur 8

DOSAGE DES CHLORURES

Introduction :

L'eau contient toujours de chlorures, mais en proportion très variable. En effet,


les eaux prévenant des granitiques sont pauvres en chlorures, alors que les
eaux des régions sédimentaires en contiennent d'avantage, d'ailleurs, la
teneur en chlorure augmente avec le degré de minéralisation d'une eau (aussi
de la conductivité).

Définition :

Les chlorures sont présents en grande quantité dans l'eau de mer. Leur
concentration dans l'eau de pluie est approximativement de 3mg/l.

La teneur en chlorures d'une eau dépend de l'origine de l) eau et de la nature


du terrain qu'elle traverse.

Les chlorures participent à la conductivité électrique des cours d'eau.

Concentration supérieure à 200mg/l : eau laxatives et éventuellement


dangereuses pour les patients atteints de maladies cardio-vasculaires ou
rénales, pollution possible (rejet industriel ou rejet d'eaux usées).

Niveau guide de la concentration en chlorures des eaux destinées à la


consommation humaine :25mg/l.

Concentration maximale admissible des chlorures dans les eaux destinées à


la consommation humaine : 200mg/l. Seuil gustatif : à partit de 200 mg/l
environ.

Les ions cl- participent dans la formulation moléculaire de KCl , NaCl ,et HCl. 

Les sels ont la propriété de déposer sur les parois de la tuyauterie et


provoquent un bouchage.

Il est important pour le laboratoire de connaître la quantité de chlorure dans


une eau distillée, afin d'empêcher le bouchage des tuyauteries.

Précipiter : composé chimique formé lors de la transformation d'un alliage par


suite d'un abaissement de la solubilité d'un ou de plusieurs éléments
constitutifs.
Indicateur coloré : un indicateur coloré est un couple de deux espèces
chimiques (ou plusieurs couples faisant intervenir l’une des espèces du
premier couple) dont l’une de ces espèces prédomine par rapport aux autres
en solution, et ce en fonction des propriétés du milieu. En fonction de l’espèce
qui prédomine, la couleur de la solution est différente. Une espèce peut être
incolore.

A/ METHODE DE MOHR :

Introduction :

L'eau contient toujours de chlorures, mais en proportion très variable. Ainsi,


les eaux provenant des régions granitiques sont pauvres en chlorures, alors
que les eaux de s régions sédimentaires en contiennent d'avantage. D'ailleurs,
la teneur en chlorures augmente avec le degré de minéralisation d'une eau.
Certaines eaux souterraines sont très saumâtres. L'eau de mer contient
environ 20 000 mg/l d'ions chlorure et la salinité des rivière qui s'y déversent
peut être très élevée au voisinage de l'embouchure.

Principe :

Les chlorures sont dosés en milieu neutre par solution titrée de nitrate d'argent
en présence de chromate de potassium. La fin de la réaction est indiquée par
l'apparition de la teinte rouge caractéristique du chromate d'argent.

Réactifs :

Acide nitrique pur;

Carbonate de calcium pur;

Solution de chromate de potassium (10%);

Solution de nitrate d'argent (0,1N).


Limite de la méthode de Mohr :

En milieu basique (pH > 7,5) une partie des ions Ag+(aq) est consommée par
une réaction parasite de précipitation qui forme AgOH (s). Cette méthode ne
peut donc pas être utilisée en milieu basique avec pH >7,5.

En milieu acide (pH < 6,5), le précipité de chromate d’argent Ag 2CrO4(s)  qui est
un indicateur de fin de réaction est soluble : on ne peut donc plus repérer
l’équivalence du dosage par apparition du précipité rouge brique. Cette
méthode ne peut donc pas être utilisée en milieu acide avec pH <6,5.

Le domaine de pH pour lequel on peut utiliser la méthode de Mohr est restreint


au domaine : 6,5 < pH < 7,5

Mode opératoire :

On introduit dans un erlenmeyer 50 ml d'eau à analyser préalablement filtrée,


on ajoute 2 à 3 gouttes d'acide nitrique, une pincée de carbonate de calcium
0,2 gr de carbonate de calcium et 3 gouttes de chromate de potassium à 10%.
On verse alors au moyen d'une burette la solution de nitrate d'argent jusqu'à
l'apparition d'un précipité de teinte rougeâtre ; cette couleur doit persister.

Soit V le nombre de millilitres de nitrates d'argent 0,1 N utilisés pour le titrage.

 
1) Expression des résultats :

Teneur en Cl- = VAgNO3*N AgNO3 * 1000*MC / V' (prise d'essai) l

Teneur en Cl- = (12.6* 0.1*1000*35.5)/100

Teneur en Cl- = 1 2.6*0.1*35.5*10

Teneur en Cl- = 447.3mg/l

Teneur en NaCl = VAgNO3*NAgNO3 *1000*MNaCl / V'(prise d'essai)

Teneur en NaCl = (12.6 * 0.1* 1000 * 58,5)/100

Teneur en NaCl = 12.6 * 0.1* 58,5*10

Teneur en NaCl = 737.1 mg/l

Les réactions mises en jeu dans ce dosage sont :

Ag+NO3- + Cl-  AgCl  + NO3-

2(Ag+NO3-) + 2K+CrO42-  Ag2CrO4 + 2(K+NO3-)

L'utilisation de K2CrO4 à titrer d'indicateur est basée sur la propriété de l'ion


CrO42- de donner avec ion Ag+ un précipité rouge brique de Ag2CrO4 qui ne
commence toutes fois à se déposer qu'après que les ions Cl- à doser ont été
pratiquement tous précipités sous forme de AgCl.

2 Ag NO3 + K2CrO42-  Ag2CrO4 + 2 KNO3


B/ Méthode de Charpentier Volhard :

Principe :

Les chlorures d'un volume connu d'eau sont précipités en présence d'acide
nitrique par un excès de nitrate d'argent titré. L'excès de nitrate d'argent est
déterminé par une solution titrée de sulfocyanure d'ammonium en présence
d'alun ferrique.

Réactifs :

Acide nitrique pur.

Solution de nitrate d'argent (0,1N).

Solution de sulfocyanure de potassium ou d'ammonium à 0.1 N.

Solution d'alun ferrique saturée et décolorée par quelques gouttes d'acide


nitrique.

Mode opératoire :

Introduire 50ml d'eau à analyser dans un erlenmeyer de 250ml puis ajouter


une quantité connue de nitrate d'argent N/10 en excès.

Soit V(ml) de nitrate d'argent utilisées , ajouter alors 5ml d'acide nitrique
concentré et 2 ml d'alun ferrique et titré l'excès de nitrate d'argent par la
solution de sulfocyanure d'ammonium N/10 jusqu'à coloration rougeâtre
persistante en agitant après chaque addition . Soit v" (ml) le nombre de ml de
sulfocyanure versé.

1) Expression des résultats :

[Cl -]= (v - v") * NAgNO3* 1000 * MCl / V'

[Cl -] = (5 -4) * 0,1 * 35,5 *10

[Cl  - ] = 35.5 mg Cl/l d'eau

[NaCl] = (v - v") * NAgNO3* 1000 * MNaCl / V'

[NaCl] = (5-4) * 0,1 * 58,5 *10

[NaCl] = 58.5 mg Cl/1 d'eau


2) Comparaison entre la méthode de «Mohr» et la méthode de
«Volhard» : 

Le plus souvent, lors de titrage argentrimétrique à titre indicateur de solution


de chromate de potassium K2 CrO4 (méthode de Mohr) ou d'alun
feroammonaicaux NH4Fe (SO4)2 méthode de VOLHARD .

La méthode de MOHR de est basée sur le titrage d'une solution de sel d'un
halogène (par exemple de NaCl) par une solution de AgNO3 en présence de
l'indicateur K2CrO4.

On termine le titrage au moment ou la coloration de la suspension passe du


jaune pâle (ce qui s'explique par la présence dans la solution des ions CrO4 2-)
en rouge brun.

La cause de changement de coloration est le début du dépôt du précipité


rouge de AgCrO4 se produit prés du point équivalent, c'est à dire au moment
ou pratiquement tout Cl- est précipité sous forme de AgCl.

Par contre la méthode de Volhard est basée sur la solution de


feroammoniacaux. NH4Fe (SO4)2 ou CNS-.

La méthode de Mohr est préférable que celle de Volhard, ceci est due à la
précision, et ceci permet de dire que celle de Mohr détermine la qualité de
l'eau précisément, et si on s'appuis sur la teneur en chlorures dans les eaux
naturelles.

Commentaires :

Les teneurs en chlorure des eaux sont exactement variées des témoins
traversés.

Les termes en chlorures des eaux naturelles sont susceptibles de subir des
variations provoquées, le grand inconvénient des chlorures est la saveur
désagréable qu'ils communiquent à l'eau surtout lorsqu'il s'agit de chlorure de
sodium (Na ). Ils sont aussi susceptibles d'amener une comesion dans les
conditions et les réservoirs, les risques augmentent à partir de 150 mg/l.
L'OMS recommande que la teneur en Cl- des eaux ne dépasse pas 250 mg/l.
La directrice des communautés européennes implique comme teneur dans
l'eau de la consommation humaine à 25mg/l.
3) Les inconvénients liés à la présence des ions chlorures :

Il n'y a pas de normes concernant les chlorures dans l'eau potable.


Cependant, si, la teneur est supérieure à 250 mg/l, elle affecte alors le goût de
l'eau (surtout si les ions Cl- sont accompagnés d'ions Na+).quant aux eaux
industrielles, leur teneur élevée en chlorures rend l'eau corrosive (ces ions
attaque les métaux par piqûre)

4) Les differents equationts dans les deux methodes  :

A-Methode de MOHR :
- Pendant le dosage : Ag++ Cl- AgCl (précipité blanc car le chlorure
d’argent est très solide dans l’eau pure ) .

- Après équivalence : 2Ag++ CrO42- Ag2CrO4 (rouge brique ) .

B- Methode de VOLHARD :
Ag++ Cl- AgCl ( les ions Ag+ sont introduit en excés pour tous les ions
de Cl- )

Ag++ SCN- (aq) AgSCN(s) (l’excés d’ions Ag+ est précipité sous la forme de
thiocyanate d’argent AgSCN par les ions SCN- ).

On repère l’équivalence de la 2eme réaction grâce à la coloration orangé


FESCN. SCN- + Fe 3+ FeSCN2+
5) Justification d’ordre :
Le précipité rouge de AgCrO4 précipite apres Blanc AgCl

1) AgCl Ag+ + Cl-

Ks= [Ag+ ] [Cl-]

Ks = S2

Ks= 10-Pks =10-9,7

Ks = 1,995 x 10-10

S = √ Ks

S= 1,41 x 10-5

2) Ag2CrO4 2Ag++ CrO42-

Ks= [Ag+ ] [CrO42-]

Ks = S3

Ks= 10-Pks =10-11,9

Ks = 1,258 x 10-12

S = 3√ Ks

S= 1,079 x 10-4

Remarque : Ks (Ag2CrO4 ) < Ks (AgCl)


S (Ag2CrO4 ) > S (AgCl)

Alors AgCl précipite le premier

D’après MOHR il devrait précipite la couleur rouge après couleur blanc mais
dans notre manipulation on Remarque l’inverse car c’est le blanc qui a apparu
le premier , la matière devient une solution ou ne faut pas de
précipitation ,d’autre manière AgCl est moins soluble que Ag2CrO4 car il
précipite le premier .

Vous aimerez peut-être aussi