Vous êtes sur la page 1sur 47

Lakhdar DJAAFAR

e-mail : lakhdar.djaafar@yahoo.com
3 è m e année Licence
Département d’électronique
Institut des Sciences
Centre Universitaire Morsli Abdallah de Tipaza
ACQUIS D’APPRENTISSAGE : À la fin du cours, chaque
étudiant doit être capable :
- Présenter la fonction et la structure des adresses IP.
- Définir les différentes classes de réseaux.
- Identifier les adresses de réseaux et de broadcasts.
- Diviser un réseau en sous-réseaux.
- Comprendre l'intérêt de la notation CIDR.
Structure des adresses IP

Classes d'adresses

Masque de réseau

Adresses particulières

Les sous-réseaux

Exemple de découpage d'un réseau en sous-réseaux

La notation CIDR (Classless Inter-Domain Routing)

Protocole IPV6

Attribution des adresses IP.


• un nœud sur un réseau TCP/IP est appelé hôte,
• il identifie une station de travail, un serveur, un routeur ou tout
autre périphérique TCP/IP au sein du réseau.
• adresses IP sont des nombres de 32 bits qui contiennent 2
champs :
• Un identificateur de réseau :
• tous les systèmes du même réseau physique doivent
posséder le même identificateur de réseau,
• lequel doit être unique sur l'ensemble des réseaux gérés.
• Un identificateur d'hôte.
• La concaténation de ces deux champs constitue une adresse IP
unique sur le réseau.
• les adresses 32 bits sont découpés en quatre blocs de
huit bits.
• Chaque bloc est ensuite converti en un nombre
décimal.
• Ce format est appelé la notation décimale pointée,
• Chacun des octets peut être représenté par un nombre
de 0 à 255.
Exemple :

• L'adresse IP :

10010110 11001000 00001010 00000001

150 . 200 . 10 . 1
• Les adresses disponibles : de 0.0.0.0 à 255.255.255.255
• ont été découpées en plages réservées à 5 catégories de
réseaux :
• Exemples de réseaux :
• classe A : Les grands réseaux tels que : IBM, Xerox , DEC,
Hewlett-Packard,
• classe B : les réseaux de taille moyenne : Microsoft
• classe C : les réseaux de petites taille.
• Le premier bit d'une adresse de classe A est toujours 0.
• On peut donc représenté entre 00000000 (0 en décimal) et
01111111 (127 en décimal).
• Les valeurs 0 et 127 sont réservées et ne peuvent pas être
utilisées comme adresses réseau.
• Toute adresse comprise entre 1 et 126 dans le premier octet
est une adresse de classe A.
• Les deux premiers bits du premier octet d'une adresse de classe B
sont toujours 10.
• Les six bits suivants peuvent être des 1 ou des 0.
• dans une classe B, on peut représenter entre 10000000 (128 en
décimal) et 10111111 (191 en décimal).
• Toute adresse comprise entre 128 et 191 dans le premier octet
est une adresse de classe B.
• Une adresse de classe C commence par la valeur binaire 110.
• On peut représenter entre 11000000 (192 en décimal) et
11011111 (223 en décimal).
• Toute adresse contenant un nombre compris entre 192 et
223 dans le premier octet est une adresse de classe C.
• L'adresse de classe D est réservée à la diffusion multicast
d'une adresse IP.
• Une adresse de multicast est une adresse réseau unique qui
achemine les paquets associés à une adresse de
destination vers des groupes prédéfinis d'adresses IP.
• Ainsi, une station peut transmettre simultanément un
même flux de données vers plusieurs destinataires.
• les quatre premiers bits d'une adresse de classe D doivent
correspondre à 1110.
• On peut donc représenter entre 11100000 et 11101111
(soit 224 et 239 en décimal).
• Toute adresse IP commençant par une valeur comprise
entre 224 et 239 dans le premier octet est une adresse de
classe D.
• Le groupe IETF (Internet Engineering Task Force) utilise ces
adresses à des fins expérimentales.
• Aucune adresse de classe E n'est disponible sur Internet.
• Les quatre premiers bits d'une adresse de classe E sont
toujours des 1.
• On peut donc représenter entre 11110000 et 11111111
(soit 240 et 255 en décimal).
0.0.1 à
A 0 bits 1-7 1 à 126 bits 8-31
255.255.254
B 10 bits 2-15 128 à 191 bits 16-31 0.1 à 255.254
C 110 bits 3-23 192 à 223 bits 24-31 1 à 254
Exemple :

IBM a obtenu l'adresse 9.X.X.X. X est bien de classe A car 9 est 00001001
Cela signifie que chaque adresse IP du type
00001001.xxxxxxxx.xxxxxxxx.xxxxxxxx,
• Un masque réseau : en anglais netmask
• se présente sous la forme de 4 octets séparés par des
points : comme une adresse IP.
• un masque de sous-réseaux permet d'identifier le
réseau associé à une adresse IP.
• comprend dans sa notation binaire :
• des zéros aux niveau des bits de l'adresse IP que
l'on veut annuler
• et des 1 au niveau de ceux que l'on désire
conserver à savoir ceux de l'identifiant du réseau.
A 255.0.0.0
B 255.255.0.0
C 255.255.255.0

• L'adresse du réseau est calculée simplement en faisant


un ET logique entre l'adresse IP et le masque de
réseau.
• soit l'adresse IP 12.32.23.15
• Il s'agit d'une adresse de classe A.
• Quelle est l'adresse du réseau ?
• Le masque par défaut pour une adresse de classe A est
255.0.0.0, donc si on fait le ET logique:
Adresse en binaire : 12.32.23.15 = 00001100.00100000.00010111.00001111
Masque en binaire : 255.0.0.0 = 11111111.00000000.00000000.00000000

ET logique = 00001100.00000000.00000000.00000000
• Traduire en décimal, nous obtenons 12.0.0.0 =
adresse du réseau
• Adresse réseau :
• Chaque réseau IP a une adresse qui est celle
obtenue en mettant tous les bits de l’identificateur
de l'hôte à 0.
• Un réseau IP est complètement défini par son
adresse de réseau et son masque de réseau.
• Adresse réseau :
• Adresse réseau :
• Adresse de diffusion (broadcast) :
• permet à une machine d’envoyer un paquet à
toutes les machines d’un réseau.
• Cette adresse est celle obtenue en mettant tous les
bits de l’identificateur de l'hôte à 1.
• il est interdit d’attribuer à une machine d’un
réseau IP, l’adresse du réseau et l’adresse de
broadcast.
• Adresse de diffusion (broadcast) :
• Adresse de diffusion (broadcast) :
• L'adresse de bouclage(loopback):
• l'adresse de réseau 127 n'est pas attribuée à une
société,
• Cette adresse sert à tester le fonctionnement de votre
carte réseau.
• Un ping 127.0.0.1 doit retourner un message correct.
• Le paquet envoyé avec cette adresse revient à
l'émetteur.
• On dit qu’elle est utilisée comme adresse de bouclage
dans tous les réseaux.
• Toutes les adresses de type 127.X.X.X ne peuvent pas
être utilisées pour des hôtes.
• Adresses privées (non routables sur l'Internet) :
• Un certain nombre de ces adresses IP sont réservées pour un
usage interne aux entreprises.
• Elles ne doivent pas être utilisées sur l'internet où elles ne
seront de toute façon pas routées.
• Il s’agit des adresses :
• Lorsque trop de machines sont sur un même sous-réseau :
• le trafic augmente,
• entraînant un nombre grandissant de collisions
• ce qui à pour conséquence de diminuer l’efficacité du réseau.
• En divisant en sous-réseau, et en séparant physiquement ces
sous-réseaux par des routeurs :
• faciliter la gestion du réseau
• on réduit le trafic en confinant le broadcast
• et on augmente l’efficacité du réseau.
• garantir une certaine sécurité sur le réseau LAN.
• découpage en sous-réseaux : des bits de la partie hôte
doivent être réattribués au réseau.
• Cette opération est souvent appelée « emprunt » de bits.
• L'emprunt se fait toujours à partir du bit d'hôte situé le plus
à gauche :
• à savoir celui le plus proche du dernier octet de la partie
réseau.
• Le nombre de sous-réseaux est égal à 2n, n étant
le nombre de bits emprunté à 1 du masque :
• utilisés pour coder les sous-réseaux.
• Soit le réseau :
• d'adresse 134.214.0.0
• et de masque 255.255.0.0.
• On veut découper ce réseau en 8 sous-réseaux.
• Pour chaque sous-réseau, on veut obtenir le masque et
l’adresse.
• Calcul du masque : On veut découper le réseau en 8. Or 8 =
23. En conséquence, le masque de chaque sous-réseau est
obtenu en ajoutant 3 bits à 1 au masque initial :
• L’ancien masque 255.255.0.0 comprend 16 bits à 1
suivis de 16 bits à 0.
• Le nouveau masque comprendra donc 16 + 3 = 19 bits à
1 suivis de 13 bits à 0.
• Il correspond à 255.255.224.0.
• Calcul de l'identificateur de sous-réseau de chaque
sous réseau : L'identificateur de réseau de chaque sous-
réseau sera constitué de 19 bits :
• Les 16 premiers bits seront ceux de l’écriture binaire du
préfixe d'adresse 134.214 ;
• Les 3 bits suivants seront constitués du numéro du
sous-réseau : 000 (0), 001 (1), 010 (2), 011 (3), 100 (4),
101 (5), 110 (6) ou 111 (7).
• Calcul de l'adresse de chaque sous-réseau : Pour obtenir
l'adresse réseau, tous les bits de l'identificateur d'hôte sont
positionnés à 0 :
• Sous-réseau1  134.214.(000 00000).0 soit 134.214.0.0
• Sous-réseau2  134.214.(001 00000).0 soit 134.214.32.0
• Sous-réseau3  134.214.(010 00000).0 soit 134.214.64.0
• Sous-réseau4  134.214.(011 00000).0 soit 134.214.96.0
• Sous-réseau5  134.214.(100 00000).0 soit 134.214.128.0
• Sous-réseau6  134.214.(101 00000).0 soit 134.214.160.0
• Sous-réseau7  134.214.(110 00000).0 soit 134.214.192.0
• Sous-réseau8  134.214.(111 00000).0 soit 134.214.224.0.
Obtention des adresses de broadcast : Pour obtenir l’adresse de
broadcast, on met à 1 tous les bits l'identificateur d'hôte :
Sous-réseau1  134.214.(000 11111).255 soit 134.214.31.255
Sous-réseau2  134.214.(001 11111).255 soit 134.214.63.255
Sous-réseau3  134.214.(010 11111).255 soit 134.214.95.255
Sous-réseau4  134.214.(011 11111).255 soit 134.214.127.255
Sous-réseau5  134.214.(100 11111).255 soit 134.214.159.255
Sous-réseau6  134.214.(101 11111).255 soit 134.214.191.255
Sous-réseau7  134.214.(110 11111).255 soit 134.214.223.255
Sous-réseau8  134.214.(111 11111).255 soit 134.214.255.255.
• Le nombre de sous-réseaux est égal à 2n, n étant
le nombre de bits emprunté à 1 du masque.
• 2n – 2 = sous-réseaux .
• Moins deux : pour les adresses réservées que sont
l'adresse du réseau et l'adresse de broadcast du réseau.
• 2(nombre de bits hôtes restants) – 2 = hôtes .
• Moins deux : pour les adresses réservées que sont
l'adresse du sous-réseau et l'adresse de broadcast du
sous-réseau.
• L’attribution de plages IP pose actuellement problème :
• la constante croissance de la demande,
• et le nombre d’adresses IP limitées,
• nous montrent les limites de l’adressage par classe.
• Exemple : une entreprise possédant 2000 ordinateurs se
voit assigner une plage d’adresse de 65534 ordinateurs.
• La notation CIDR définit une convention d'écriture qui
spécifie le nombre de bits utilisés pour identifier la partie
réseau (les bits à 1 du masque).
• Les adresses IP sont alors données sous la forme :
• 142.12.42.145 / 24 qui signifie :
• Adr IP = 142.12.42.145 Masq rés = 255.255.255.0
• 153.121.219.14 / 20 qui signifie :
• Adr IP = 153.121.219.14 Masq rés = 255.255.240.0
• Dans cette écriture les nombres 24 et 20 représentent le
nombre de bits consacrés à la codification du réseau (et
sous-réseau).
• Ainsi, une entreprise qui possède 800 ordinateurs, le
routage CIDR permet à l’entreprise de n’utiliser que 1022.
• adresses IP ( /22) contre les 65534 en classe B.
• Le protocole IPv4, le standard actuel, était censé avoir une
taille suffisante pour fournir des adresses IP :
• 2³², soit 4 294 967 296 adresses possibles.
• Néanmoins cette limite est en passe d’être atteinte.
• Différentes solutions ont été mises en place, dans un
premier temps afin de réduire cette consommation d’IP :
• Exemple du routage CIDR.
• En 1992, l’organisme IETF (Internet Engineering Task
Force) a alors décidé de mettre à jour le système
d’adressage IP afin de palier à la probable pénurie des
adresses IP.
• Le protocole IPv6 apporte des améliorations à la version
IPv4 et fournit un espace d'adressage beaucoup plus
important.
• IPv6 emploie 128 bits à la place des 32 bits actuellement
utilisés par IPv4.
• IPv6 emploie des nombres hexadécimaux pour représenter
une adresse.
• IPv6 fournit 3,4*1038 adresse IP (2128).
• Cette version d'IP devrait donc fournir assez d'adresses
pour les futurs besoins des nouveaux pays développés.
• Exemple d’une adresse IP v4 :
• Valeur : 34.208.123.12
• Nombre d’octets utilisés : 4
• Exemple d’une adresse IP v6 :
• Valeur : 21DA:00D3:0000:2F3B:02AA:00FF:FE28:9C5A
• Valeur simplifiée: 21DA:D3::2F3B:2AA:FF:FE28:9C5A
• Nombre d’octets utilisés : 16
• 2 méthodes d’attribution d’adresses IP pour les hôtes :
chaque équipement est configuré
manuellement avec une adresse unique
• 2 méthodes d’attribution d’adresses IP pour les hôtes :
chaque équipement est configuré
manuellement avec une adresse unique
On utilise des protocoles qui attribuent des
IP aux hôtes.
• RARP : Protocole associant les adresses MAC aux
adresses IP.
• Il permet à des stations sans disque dur local
connaissant leur adresse MAC de se voir attribuer
une IP.
• 2 méthodes d’attribution d’adresses IP pour les hôtes :
chaque équipement est configuré
manuellement avec une adresse unique
On utilise des protocoles qui attribuent des
IP aux hôtes.
• BOOTP : est un protocole réseau d’amorçage.
• permet à un équipement de récupérer son adresse IP
au démarrage.
• L’émetteur envoi un message de broadcast
(255.255.255.255)
• reçu par le serveur qui répond lui aussi par un
broadcast contenant l’adresse MAC de l’émetteur
ainsi qu’une adresse IP.
• 2 méthodes d’attribution d’adresses IP pour les hôtes :
chaque équipement est configuré
manuellement avec une adresse unique
On utilise des protocoles qui attribuent des
IP aux hôtes.
• DHCP : beaucoup plus avancé que BOOTP, il permet
l’obtention dynamique d’IP.
• Lorsqu’un ordinateur entre en ligne, il
communique avec le serveur qui choisit une
adresse et un masque de sous réseau et
l’attribue à l’hôte.