Vous êtes sur la page 1sur 7

Ecole Nationale Polytechnique

Cycle Préparatoire
Analyse Mathématique III

Série de TD n◦ 02 — Analyse Vectorielle


B. Kebli, M. A. Mahdi
2020 — 2021

Partie I — Champs et opérateurs différentiels

Exercice 1.
Soit f le champ scalaire bidimensionnel défini par f (x, y) = x3 − xy 2 − 4x2 + 3x + x2 y.

1. Quelle est la figure qui montre la distribution du champ f ?

2. Donner des encadrements pour f (1.5, 1), f (1, 0.5) et f (0.5, 1.5).

3. Désigner la figure représentant le champ vectoriel F = gradf .

Exercice 2.
Soit le champ de vecteurs donné par

F(x, y, z) = x2 i + y 2 j + z 2 k

1. Calculer la divergence et le rotationnel de F.

2. Justifier que F est un champ de gradient.


Série de TD n◦ 02 — Analyse Vectorielle ENP Cycle Préparatoire

Exercice 3.
On considère le champ de vecteurs F donné par

F(x, y, z) = z 2 sin y i + xz 2 cos y j + 2 xz sin y k


1. Vérifier que le champ F est conservatif.
2. Déterminer un potentiel de F.

Exercice 4.
Soit F(x, y, z) = (1 − x2 ) i + ϕ(y) j + (2x − y)z k un champ de rotationnels, où ϕ est une fonction continûment
dérivable telle que ϕ(0) = 0.
1. Calculer la fonction ϕ.
2. Trouver le champ de vecteurs G(x, y, z) = (P, Q, 0) tel que F = rot G, où P (x, y, 0) = Q(x, y, 0) = 0.

Exercice 5.
Soit F un champ de vecteurs rotationnel donné par
F = ϕ(x)i + ϕ0 (y)j − 3z(x2 + 2y)k,
où la fonction ϕ : t 7→ ϕ(t) est de classe C 2 (R) telle que ϕ(0) = 0.
1. Montrer que la fonction ϕ vérifie (
ϕ0 (t) + At2 = C
ϕ00 (t) + Bt = −C
où A, B et C sont des coefficients à déterminer.
2. En déduire que ϕ(t) = αtβ + γ, en déterminant les coefficients α, β et γ.
3. Soit le champ vectoriel G(x, y, z) = P (x, y, z)i + Q(x, y, z)j, tel que P |z=0 = Q|z=0 = 0.
Déterminer G, sachant que rotG = F.

Exercice 6.
Soient f et g deux fonctions scalaires, continûment dérivables, définies sur R2 telles que f (x, y) = g(u, v), où u et
v sont données par
u = x2 − y 2 , v = 2 xy.
Vérifier que g est harmonique si, et seulement si, f l’est aussi.

Exercice 7.
Dans cet exercice, le domaine d’étude Ω est l’espace R3 complet, excepté le demi-plan x ≥ 0. Un fil métallique
L est placé verticalement sur l’axe Oz. Un courant électrique d’intensité I passe à travers ce fil engendrant un
champ magnétique statique B défini par
µ0 I −y x
 
B= , 2 ,0 ,
2π x + y x + y2
2 2

où µ0 est la perméabilité magnétique de l’espace. La force exercée par ce champ sur une charge q se déplaçant
dans le domaine Ω avec une vitesse v est donnée par l’expression F = q v ∧ B et elle s’appelle force de Lorentz.
1. Donner l’expression du champ B en coordonnées cylindriques et tracer quelques valeurs.
2. Vérifier que B est conservatif dans Ω, puis déterminer un potentiel φ de B vérifiant φ(π) = µ0 I.
3. Le champ B, est-il un champ rotationnel ? Si oui, donner un champ vectoriel A tel que B = rot A.
4. Une charge q se trouve dans le domaine Ω à une distance R par rapport à l’axe Oz, et elle est animée par
une vitesse v = (0, 0, w). Déterminer la force de Lorentz exercée par le champ magnétique B agissant sur la
charge q.

2020 — 2021 2 B. Kebli, M. A. Mahdi


Série de TD n◦ 02 — Analyse Vectorielle ENP Cycle Préparatoire

Partie II — Intégrales curvilignes

Exercice 8.
En utilisant laˆ définition, calculer les intégrales curvilignes suivantes sur les courbes indiquées:
(a) I1 = x(1 + 4y)d`, où L est la parabole d’équation y = x2 allant de (0, 0) à (1, 1).
ˆL
(b) I2 = x(1 + 4y)dx, où L est la même courbe précédente.
ˆL 
(c) I3 = x2 + y 2 + z 2 d`, où L est l’hélice d’équations x = a cos t, y = a sin t, z = bt, avec 0 : t : 2π.
ˆL
(d) I4 = xy dx + y 2 dy, où L est la partie de la parabole d’équation y = x2 , avec −1 : x : 1.
˛L
x2 y 2
(e) I5 = (x + y) dx − (x − y)dy, où L est l’ellipse 2 + 2 = 1 parcourue dans le sens trigonométrique.
ˆL a b
(f) I6 = y dx + zdy + xdz, où L est l’hélice d’équations x = a cos t, y = a sin t, z = bt, avec 0 : t : 2π.
ˆL
(g) I7 = xyz d`, où L est l’hélice d’équations paramétriques x = cos t, y = sin t, z = 3t, avec 0 : t : 4π.
ˆL  
(h) I8 = y 2 − z 2 dx + 2yz dy − x2 dz, où L est la courbe définie par les équations paramétriques
L
x = t, y = t2 , z = t3 , avec 0 : t : 1 (parcourue dans le sens de t croissant).

Exercice 9.
En utilisant la˛formule de Green, calculer les intégrales curvilignes suivantes sur le chemin L orienté positivement.
(a) I1 = xy 2 dx − yx2 dy, où L est le cercle d’équation x2 + y 2 = R2 , avec R > 1.
˛L
2 +y 2
(b) I2 = e−x [cos(2xy)dx + sin(2xy)dy], où L est le cercle d’équation x2 + y 2 = R2 , avec R > 1.
˛L
x2 y 2
(c) I3 = (x + y) dx − (x − y)dy, où L est l’ellipse d’équation + 2 = 1.
L a2 b

Exercice 10.
On considère le cercle L1 d’équation x2 + y 2 = by, (b > 0), ainsi que le contour fermé L2 orienté positivement et
composé de l’arc sinusoïdal y = sin x et du segment de l’axe des abscisses 0 : x : π.
˛ q
1. Calculer l’intégrale curviligne I1 = x2 + y 2 d` par deux systèmes différents de coordonnées polaires.
L
˛
2. Déterminer par deux méthodes différentes la valeur de l’intégrale curviligne I2 = (x + y) dx + (y − 1)dy.
L

Exercice 11.
On considère le champ de force F = 3x2 y 2 i + (2x3 y − 1) j, agissant sur une particule physique qui se déplace du
point (0, 0) au point (1, 4) le long des chemins A, B et C définis par A : y = 4x, B : y = 4x2 , C : y = 4x3 .

1. Calculer le travail fourni le long de chaque chemin.

2. Ce résultat est-il prévisible ?

Exercice 12.
En utilisant les équations paramétriques x = ϕ(t), y = ψ(t) et z = χ(t), avec a : t : b, décrire :

1. Les chemins Li , i = 1, ..., 5.


z q
2. Les chemins A → B, B → C, ..., J → A, sachant que Σ1 : √ = x2 + y 2 , Σ2 : z = 4 x2 + y 2 et
2
2 2 2
Σ3 : x + y + z = 1. On donne l’angle DEC = π/4.
\

2020 — 2021 3 B. Kebli, M. A. Mahdi


Série de TD n◦ 02 — Analyse Vectorielle ENP Cycle Préparatoire

3. La courbe de Viviani allant du point P vers le point Q dans l’octant positif, i.e., x, y, z > 0.

Exercice 13.
Les intégrales de Fresnel en cosinus et en sinus sont définies par
ˆ ∞   ˆ ∞  
Ic = cos x2 dx et Is = sin x2 dx.
0 0

Les méthodes classiques d’intégration (par parties, par changement de variable, etc.) échouent dans le calcul de
telles intégrales. Dans ce problème, nous introduisons une méthode différente basée sur les intégrales curvilignes
appliquée sur une fonction complexe.
2
Soit la fonction f telle que f (z) = e−z , où z est la variable complexe donnée par z = x + iy, où i2 = −1.
3
[
Dans le plan complexe, on considère le contour Γ = Γk indiqué par la figure ci-contre, où R > 0.
k=1

1. (a) En utilisant la représentation d’Euler, montrer que l’on a f (z) = u(x, y) + i v(x, y), où u et v sont deux
2 2 2 2
fonctions réelles données par u(x, y) = ey −x cos(2xy) et v(x, y) = −ey −x sin(2xy).
∂u ∂v ∂u ∂v
(b) Vérifier que = et =− .
∂x ∂y ∂y ∂x
(c) Etablir la relation ˛ ˛ ˛
   
f (z) dz = u dx − v dy + i v dx + u dy ,
Γ Γ Γ
où dz = dx + i dy.
˛
(d) A l’aide du théorème de Green, en déduire que f (z) dz = 0.
Γ

ˆ
2. On pose Ik (R) = f (z)dz.
Γk

(a) Donner les équations paramétriques des chemins Γk , k = 1, 2, 3.


ˆ ∞ √
−t2 π
(b) i. A l’aide des intégrales doubles, montrer que e dt = .
0 2
ii. En déduire lim I1 (R).
R→+∞
(c) i. Vérifier que
ˆ π
2
h i
it −R cos(2t)+i sin(2t)
4
I2 (R) = iR e e dt.
0

2020 — 2021 4 B. Kebli, M. A. Mahdi


Série de TD n◦ 02 — Analyse Vectorielle ENP Cycle Préparatoire

ii. Prouver que le module de I2 (R) peut être majoré comme suit:
ˆ π
R 2 2
I2 (R) ≤ e−R cos τ
dτ.

2 0

π 2
 
iii. Sachant que ∀τ ∈ 0, , cos τ ≥ 1 − τ, montrer que lim I2 (R) = 0.
2 π R→+∞
ˆ
1 + i ∞ −i t2
(d) Calculer l’intégrale I3 (R) et prouver que lim I3 (R) = − √ e dt.
R→+∞ 2 0
3. En déduire les valeurs des intégrales de Fresnel.

Commentaire — Les intégrales de Fresnel apparaissent dans plusieurs applications d’engineering, dont la con-
ception des autoroutes et des voies ferrées, en particulier les zones de transition de courbure, i.e., les virages.

Partie III — Intégrales de surface

Exercice 14.
1. Calculer les intégrales de surface de première espèce que voici:
‹  
x2 + y 2 dσ, où Σ1 est la surface externe du corps x2 + y 2 ≤ z ≤ 1,
p
(a) I1 =
Σ1
¨
p
(b) I2 = (xy + yz + zx) dσ, où Σ2 est la partie de la surface conique z = x2 + y 2 située à l’intérieur
Σ2
du cylindre x2 + y 2 = 2ax (a > 0).

2. Déterminer l’aire de :

(a) la fenêtre de Viviani, i.e., la partie de la sphère x2 + y 2 + z 2 = a2 située à l’intérieur du cylindre


x2 + y 2 = ay (a > 0),
p
(b) la partie du cône z = x2 + y 2 située à l’intérieur du cylindre x2 + y 2 = 2y.

Exercice 15.
Calculer les intégrales de surface de deuxième espèce suivantes en utilisant deux méthodes différentes.

1. Φ1 = F · n dσ, où F = 4xyi − y 2 j + yzk, et Σ1 est la surface du cube délimité par les six plans x = 0,
Σ1
x = 1, y = 0, y = 1, z = 0, z = 1. La normale n est dirigée vers l’extérieur du cube.
¨ h i
2. Φ2 = (y − z) cos α + (z − x) cos β + (x − y) cos γ dσ, où Σ2 est la surface conique ouverte d’équation
Σ2
x2 + y 2 = z 2 , avec 0 ≤ z ≤ h et cos γ < 0. α, β et γ sont les angles que fait la normale n par rapport aux
axes Ox, Oy et Oz, respectivement.

Exercice 16.
Soit le champ scalaire f (x, y, z) = (x2 + y 2 + z 2 )−1/2 .

1. Calculer le gradient F = ∇f et représenter graphiquement le champ scalaire f et le champ vectoriel F dans


le domaine bidimensionnel [0, 1]2 , z = 0.

2. Valider ces représentations graphiques sur Matlab à l’aide des commandes >> meshgrid, >> contour et >>
quiver.

3. Evaluer le flux de F sur la sphère de rayon a et centrée à l’origine O.

4. Vérifier que div F = 0. Est-ce que le résultat obtenu en (3) contredit le théorème d’Ostrogradski ? Expliquer.

2020 — 2021 5 B. Kebli, M. A. Mahdi


Série de TD n◦ 02 — Analyse Vectorielle ENP Cycle Préparatoire

Exercice 17.

Soit Σ une surface fermée délimitant le domaine Ω. On considère la fonction f de classe C 2 (Ω).
‹ ˚
1. En utilisant le théorème d’Ostrogradski, montrer que ∇f · n dσ = ∆f dxdydz. Que peut-on déduire
Σ Ω
?
‹ ˚  
2. Montrer que l’on a f ∇f · n dσ = f ∆f + |∇f |2 dxdydz.
Σ Ω

3. Utiliser ce résultat pour montrer que, si la fonction f est harmonique partout dans Ω et nulle sur le bord Σ,
alors f est nécessairement nulle partout dans le domaine Ω.

4. En déduire que, si deux fonctions f et g sont harmoniques partout dans Ω, et f = g sur le bord Σ, alors
f = g partout dans le domaine Ω.

Exercice 18.
p
Considérons les trois surfaces définies par les équations z = x2 + y 2 , x2 + y 2 = R2 /4 et x2 + y 2 + z 2 = R2 ,
z > 0. Soient les surfaces Σ1 : la portion conique extérieure au cylindre et intérieure à la sphère, Σ2 : la surface
cylindrique comprise entre le cône et la sphère et Σ3 : la partie sphérique extérieure au cône.

1. Déterminer l’aire des surfaces Σ2 et Σ3 .

Calculer les masses de Σ2 et Σ3 si leurs densités surfaciques respectives sont données par ρ2 = z et ρ3 =
2. p
R 2 − x2 − y 2 .

3. Déterminer les composantes de la normale unitaire à Σ1 telle que cos γ < 0.

4. Soit le champ vectoriel F = yi + 2xj + z 2 k.


¨
(a) Calculer par la méthode directe le flux du champ F à travers Σ1 , i.e., Φ = F · n dσ.
Σ1
(b) Retrouver ce résultat à l’aide de la formule d’Ostrogradski.

5. On note Σ+
1 la partie de Σ1 correspondant à y > 0.
˛
(a) Déterminer la circulation du champ F le long du contour L = ∂Σ+
1, i.e., I = F · dr.
L
(b) Reprendre le calcul moyennant la formule de Stokes.

Exercice 19.
p
On considère le paraboloïde d’équation z = x2 + y 2 et le cône d’équation z = 2 − x2 + y 2 , avec z ≥ 0. Soient les
surfaces Σ1 : la partie conique située à l’intérieur du paraboloïde, Σ2 : la partie paraboloïdale située à l’intérieur
du cône et Σ = Σ1 ∪ Σ2 .

1. Déterminer l’intersection des surfaces Σ1 et Σ2 , puis calculer leurs aires respectives.

2. Donner le volume du domaine de Ω délimité par les deux surfaces.

3. Déterminer les normales n1 et n2 extérieures à Σ1 et Σ2 , respectivement, telles que cos γ1 > 0 et cos γ2 < 0.

4. Soit le champ vectoriel F = (1, x, z).



(a) Calculer, par la méthode directe, le flux de F à travers Σ, i.e. Φ = F · n dσ.
Σ
(b) Retrouver le résultat précédent en utilisant la formule d’Ostrogradski.

2020 — 2021 6 B. Kebli, M. A. Mahdi


Série de TD n◦ 02 — Analyse Vectorielle ENP Cycle Préparatoire

Exercice 20.

On considère l’hémisphère supérieur S de rayon unitaire et le cône Cω d’axe


Oz, de sommet O et ayant un angle d’ouverture ω ( l’angle entre l’axe et la
surface latérale), i.e.,
1 q 2
S : x2 + y 2 + z 2 = 1, z ≥ 0 et Cω : z = x + y 2 , 0 < ω < π/2.
tan ω
Soit Σω la partie sphérique extérieure au cône telle que y ≥ 0 et cos γ > 0,
cf. la figure ci-contre. On définit le champ vectoriel F = y i + 2x j + x k.

1. Donner les équations paramétriques des contours Lkω ; k = 1, 2, 3, 4,


délimitant la surface Σω .

2. En utilisant les deux méthodes suivantes, montrer que la circulation


4
[
le long du contour complet Lω = Lkω est donnée par l’expression
˛ k=1

f (ω) = F · dr = A ω + B sin(2ω) + C sin2 (ω), où A, B et C sont



des constantes à déterminer.

(a) Par la méthode directe, en calculant la circulation


ˆ du champ F le
long des contours élémentaires fk (ω) = F · dr.
Lkω
(b) Par la formule de Stokes, en considérant:
i. ˆ
la surface Σω , sachant que
1
r2 π ω 1
p dr = − + sin(2ω), 0 < ω < π/2,
sin ω 1−r 2 4 2 4
ii. la surface H illustrée ci-contre.
iii. la sphère unitaire complète T , exceptée la surface Σω .
3. (a) Etudier la fonction f sur l’intervalle ]0, π/2[.
Ind. Réduire l’équation f 0 (ω) = 0 en une expression de cos ω et sin ω, et remarquer que f (ω) < 0, ∀ ω ∈
]0, π/2[.
(b) En déduire l’angle ω? pour lequel la circulation du champ F est minimale.

4. Pour ω = ω? , calculer:
¨
(a) le flux de F à travers la surface Cω? , i.e., F · n dσ par la méthode directe, puis en utilisant la
Cω?
formule d’Ostrogradski,
(b) la longueur du contour Lω? ,
(c) l’aire de la surface Σω? ,
(d) le volume du domaine délimité par la surface Σω? , le cône Cω? , le plan Oxy et le plan Ozx.

2020 — 2021 7 B. Kebli, M. A. Mahdi

Vous aimerez peut-être aussi