Vous êtes sur la page 1sur 22

Gestion de la rémunération du salarié

A rappeler que le salaire désigne la rémunération versée au personnel. Cette rémunération est
déterminée par l’employeur à l’issue d’un calcul mettant en valeur un certains nombres de rubriques
composant le bulletin de paie du salarié.

Ces rubriques sont classées en deux catégories :

 Les gains, d’une part et


 les retenues, d’autre part.

Les gains renferment le salaire et les accessoires du salaire. Il s’agit des éléments du salaire brut.

A- Les éléments du salaire brut :

Le salaire brut est composé :

 du salaire de base ;
 des heures supplémentaires ;
 des indemnités ;
 des primes et gratifications ;
 des allocations familiales ; et
 des avantages en argent ou/et en nature.

1- Le salaire de base

Le salaire de base correspond généralement à un montant mensuel calculé en fonction du temps


effectif de travail.

Salaire de base = Nombre d’heures travaillées * Taux horaire normal

Exemple :
Monsieur Hamza a travaillé 176 heures durant le mois de Mars. le taux horaire normal est 9,50
dirhams.
Son salaire de base pour le mois sera donc : (44 * 4) * 9,50 = 1 672,00 dh
N.B : Pour certaines professions, notamment les fonctionnaires, le salaire de base est déterminé
conformément à une grille indiciaire.
Exemple :
La situation de Monsieur OULAAJEB formateur auprès de l’Ofppt, est comme
suite : Catégorie : Cadre Superieur
Echelle : 17
Echelon : 11
Indice : 1643 points
Coefficient indiciaire : 5,50 dh le point.
Salaire de base : 1643 *5,50 = 9036,5 dh
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

2- Les heures supplémentaires

Sont donc considérées comme heures supplémentaires les heures de travail accomplies au-
delà de la durée normale de travail du salarié.

Quel que soit le mode de rémunération du salarié, les heures supplémentaires donnent lieu à une
majoration de salaire de :
 25 % si elles sont effectuées :
 entre 6 heures et 21 heures pour les activités non agricoles ;
 entre 5 heures et 20 heures pour les activités agricoles
 50 % si elles sont effectuées
 entre 21 heures et 6 heures pour les activités non agricoles ;
 entre 20 heures et 5 heures pour les activités agricoles.
 la majoration est portée respectivement à 50 % et à 100 % si les heures supplémentaires sont
effectuées le jour du repos hebdomadaire du salarié, même si un repos compensateur lui est accordé.
La rémunération des heures supplémentaires est calculée tant sur le salaire que sur ses
accessoires, à l'exclusion :

 des pourboires, sauf pour le personnel rémunéré exclusivement au pourboire ;
 des indemnités qui constituent un remboursement de frais ou de dépenses engagés par le salarié
en raison de son travail.
Heures supplémentaires =
Nombres d’heures supplémentaires * Taux horaire normal * (1 + Taux de majoration)

Heures Sup. à 25% = Nombres d’heures supplémentaires * Taux horaire normal * (1 + 0,25)
Heures sup. à 50% = Nombres d’heures supplémentaires * Taux horaire normal * (1 + 0,50)
Heures sup. à 100% = Nombres d’heures supplémentaires * Taux horaire normal * (1 + 1,00)

Exemple :

Monsieur Ihsane, employé de bureau dans une entreprise industrielle, a travaillé 52 heures durant la
première semaine du mois (m).
L’entreprise applique le principe des 44 heures par semaine.
Le taux horaire normal est de 10,00 dirhams l’heure.
Les heures supplémentaires ont été travaillées la nuit, un jour ouvrable à raison de 5 heures et le
reste durant le jour de repos du salarié.

Heures travaillées : 52 heures


Heures normales : 44 heures
Heures supplémentaires : 08 heures

5 heures supplémentaires, la nuit, durant un jour ouvrable ; la majoration est de 50 %


3 heures supplémentaires, la nuit, durant le repos du salarié ; la majoration est de 100 %

La rémunération pour heures supplémentaires est donc : (5*10,00*1,50) + (3*10,00* 2) = 135,00 dh.

3- Les indemnités :

Les indemnités constituent des sommes d’argent attribuées à un salarié :

 en réparation d’un dommage ou d’un préjudice;


 en compensation de certains frais ;
 à titre de sujétions (assujettissements) ; ou
 pour tenir compte de la durée des services rendus.

Il existe une grande variété d’indemnités, on peut en citer à titre d’exemple : l’indemnité de
résidence, de fonction, de transport, de déplacement, d’habillement, de congé payé, de nourriture, de
panier ou de repas, de mutation ou déménagement, de cherté de la vie, de logement, de licenciement,
de préavis …

N.B : L’indemnité de licenciement

L’indemnité de licenciement ou congédiement est déterminée conformément à la loi n° 65-99


formant code du travail, stipulant que :

Le salarié, lié par un contrat de travail à durée indéterminée, a droit à une indemnité, en cas de
licenciement après six mois de travail dans la même entreprise, quels que soient le mode de
rémunération et la périodicité du paiement du salaire.
Le montant de l'indemnité de licenciement pour chaque année ou fraction d'année de travail effectif
est égal à :
 96 heures de salaire pour les cinq premières années d'ancienneté ;
 144 heures de salaire pour la période d'ancienneté allant de 6 à 10 ans ;
 192 heures de salaire pour la période d'ancienneté allant de 11 à 15 ans ;
 240 heures de salaire pour la période d'ancienneté dépassant 15 ans.

L’indemnité de licenciement est calculée sur la base de la moyenne des salaires perçus au cours des
cinquante-deux semaines qui ont précédé la rupture du contrat.
Le salaire entrant en ligne de compte pour le calcul de l'indemnité de licenciement ne peut être
inférieur au salaire minimum légal.
Entrent en ligne de compte pour le calcul de l'indemnité de licenciement, le salaire proprement dit et
ses accessoires énumérés ci-après :
 primes et indemnités inhérentes au travail à l'exclusion :
 des indemnités constituant un remboursement de frais ou de dépenses supportés par le salarié
en raison de son travail ;
 des indemnités de responsabilité, sauf les indemnités de fonction, telles que les indemnités
de chef d'équipe ou de chef de groupe ;
 des indemnités pour travaux pénibles ou dangereux ;
 des indemnités constituant un dédommagement pour un travail exécuté dans des zones
dangereuses ;
 des indemnités pour remplacement temporaire d'un salarié appartenant à une catégorie
supérieure ou pour un travail exécuté temporairement ou exceptionnellement, sauf les indemnités
pour heures supplémentaires.
 les avantages en nature ;
 les commissions et les pourboires.

Exemple :
Un salarié licencié après 4 ans et 3 mois de travail dans une entreprise. Le taux horaire moyen est 10
dh l’heure.
L’indemnité de licenciement à laquelle il a droit est [ 96 (h) * 10,00 (dh/h) * 5 (ans) ] soit 4800 dh.
S’il aurait travaillé pendant 8 ans et 8 mois, l’indemnité serait déterminée en deux tranches : sur les
5 premières années, et puis sur le reliquat
[ 96 (h) * 10,00 (dh/h) * 5 (ans)] + [ 144 * 10 * (9 – 5) ]=4.800 + 5.760 = 10.560 dh.

4- Les primes :
Une prime est une somme d’argent accordée à un salarié à titre d’encouragement ou de récompense.
Les primes sont diverses ; à titre d’exemple, on cite la prime d’ancienneté, de responsabilité, de
technicité, d’assiduité, de fin d’année, de bilan, de naissance…

N.B : La prime d’ancienneté est déterminée conformément à la loi n° 65-99 formant code du
travail, stipulant que :
https://www.facebook.com/groups/tsge.alhoceima/
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------
A moins que le salaire ne soit basé sur l'ancienneté, en vertu d'une clause du contrat de travail, du
règlement intérieur ou d'une convention collective de travail, tout salarié doit bénéficier d'une prime
d'ancienneté dont le montant est fixé à :

 5% du salaire versé, après 2 ans de service ;


 10 % du salaire versé, après 5 ans de service ;
 15 % du salaire versé, après 12 ans de service ;
 20% du salaire versé, après 20 ans de service ;
 25% du salaire versé, après 25 ans de service.

A noter aussi que les services visés ci-dessus s'entendent des périodes de service, continues ou non,
dans la même entreprise ou chez le même employeur.

Exemple 1 :

Un salarié travaillant pendant 4 ans, percevant un salaire de base de 2000 dh et des prestations ou
allocations familiales de 400 dh et effectuant des heures supplémentaires de 500 dh, va percevoir
une prime d’ancienneté de :
5% * (Salaire de base + Heures supplémentaires) = 5% * (2000 + 500) = 125,00 dh.
5- Les gratifications :
Les gratifications représentent des libéralités en plus du salaire de base.
ème
Il s’agit principalement du 13 mois, de la prime de vacance et de la gratification d’inventaire…
6- Les avantages en argent et/ou en nature :
Les avantages constituent des rémunérations accessoires, en argent ou en nature, attribuées par
l’employeur, à une partie ou à l’ensemble du personnel, en plus des rémunérations proprement dites.
Les avantages en nature sont des biens ou des prestations accordés au salarié, notamment des
dotations en produits fabriqués ou vendus par l’entreprise, des prestations de domesticité (chauffeur,
jardinier, cuisinier, gardien…), des prestations d’eau, d’électricité et de téléphone, une voiture de
service, un logement de fonction, de la nourriture…
Les avantages en argent représentent des allègements des dépenses personnelles pour le salarié prises
en charge, en totalité ou en partie, par l’employeur. Il s’agit à titre d’exemple de frais
médicaux et d’hospitalisation, de frais de voyage et de séjours particuliers, de loyer du logement
personnel acquitté par le salarié et remboursé par l’employeur, d’impôts remboursés, de primes
personnelles d’assurance, de participations aux frais scolaires au profit des enfants du personnel…
7- Les prestations (ou allocations) familiales :
Ce sont des prestations servies par la Caisse Nationale de Sécurité Sociale CNSS aux salariés ayant
des enfants à charge.

 300 par mois pour chacun des 3 premiers enfants et


 36 dirhams pour chaque enfant du quatrième au sixième.
Le plafond donc des allocations familiales est donc dh par mois.
https://www.facebook.com/groups/tsge.alhoceima/
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Exercices de synthèse :

Exercice n°1 :

Au cours du mois janvier 2008 :

Un salarié, marié ayant 4 enfants à charges, a travaillé 160 heures normales au taux horaire de 10 dh
l’heure ;
Il a également travaillé 6 heures supplémentaires majorées à 50% et 4 autres heures majorées à
100% ;
Il a une ancienneté chez le même employeur de 7 ans ;
Il a bénéficié d’une indemnité de déplacement de 300 dh et d’une indemnité de qualification de 500
dh ;
L’employeur lui a remboursé des frais médicaux à titre de dédommagement pour 450 dh.

Travail à faire : Déterminer le salaire brut de ce salarié pour le mois Janvier 2008.

Solution :

La rémunération brute de ce salarié est composée du salaire de base, des heures supplémentaires, de
la prime d’ancienneté, de la prime de qualification, de l’indemnité de déplacement, des allocations
familiales et du dédommagement pour frais médicaux.

Rubriques du salaire brut Eléments de calcul Montants


Salaire de base 160 * 10,00 1.600,00
Heures supplémentaires majorées à 50% 6 * 10,00 * 1,50 90,00
Heures supplémentaires majorées à 100% 4 * 10,00 * 2 80,00
Prime d’ancienneté 10% * (1600,00 + 90,00 + 80,00) 177,00
Indemnité de qualification --- 500,00
Indemnité de déplacement justifiée --- 300,00
Allocations familiales (3 * 200,00) + (1 * 36) 636,00
Avantages en espèces (frais médicaux) --- 450,00
Salaire brut du mois --- 3.833,00

Exercice n° 2 :

La société Itqane vous communique les quelques éléments suivants, relatifs à la rémunération brute
globale de ses quatre salariés, au titre de la paie du mois de Décembre 2008 :

Salaire de Indemnité de Indemnité de


Nom du salarié Heures supplém.
base logement transport justifiée
Ikhlass 9.000 --- 1.700 700
Charaf 3.500 1.200 --- 500
Ihsane 4.500 1.000 --- ---
Aafaf 8.000 --- ---
https://www.facebook.com/groups/tsge.alhoceima/
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Mr Ikhlass a travaillé au sein de la société depuis dix ans en qualité de gérant-salarié. Il est marié et
père de deux enfants.

Mr Charaf a été embauché depuis 3 ans, Mr Ihsane depuis 6 ans et Mme Aafaf depuis 15 ans.

Solution :

Indemnité Salaire
Nom du Salaire de Heures Prime Allocations Indemnité
transport brut
salarié base sup. d’ancient. familiales logement
justifiée global
Ikhlass 9.000 --- 900 400 1.700 700 12.700
Charaf 3.500 1.200 235 --- --- 500 5.435
Ihsane 4.500 1.000 550 --- --- --- 6.050
Aafaf 8.000 --- 1.200 --- --- 9.200

B- Les retenues sur salaire :

Le salarié ne perçoit pas, au moment de la paie, la totalité de sa rémunération brute. L’employeur


opère un certain nombre de retenues, dont principalement :

 les cotisations salariales à la CNSS pour les prestations sociales à court et à long terme ;
 les cotisations salariales de retraite à la Caisse interprofessionnelle Marocaine de Retraite
CIMR ;
 les cotisations salariales aux organismes de prévoyance sociale ;
 la part salariale des prime d’assurance-groupe maladie, maternité, invalidité et décès … ;
 les avances et acomptes récupérés ;
 les cessions de salaire ;
 les oppositions ;
 l’impôt sur le revenu (l’IR – catégorie des revenus salariaux)

1- Les cotisations salariales à la CNSS :


https://www.facebook.com/groups/tsge.alhoceima/
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------
er
Les taux au 1 Janvier 2008 des cotisations salariales sont indiqués dans le tableau récapitulatif
suivant :

Risques Part salariale Part patronale Plafond/mois Total


Prestations familiales (4) --- 6,40 % Sans plafond 6,40 %
Maladie, maternité, décès (1) 0,33 % 0,67 % 6 000 dH 1%
Pensions (2) 3,96 % 7,93 % 6 000 dH 11,89 %
Prestations sociales (3) = (1) + (2) 4,29 % (1/3) 8,60 % (2/3) 6 000 dh 12,89 %
Solidarité AMO obligatoire (5) --- 1,5 % Sans plafond 1,5 %
AMO de base (6) 2% 2% Sans plafond 4%
Taxe Formation Professionnelle (7) --- 1,6 % Sans plafond 1,6 %
Total (3) + (4) + (5) + (6) + (7) 6,29 % 19,70 % --- 25,99 %

Exemple 1 :
Une entreprise vous demande de retenir les cotisations salariales de ses trois salariés : Mr Badr,
Mme Ghita et Mlle Hiba dont les salaires bruts sont respectivement 16.500 dh, 5.000 dh et 7.900 dh.
Salariés Salaire brut Salaire brut plafonné
Mr Badr 16 500 6 000
Mme Ghita 5 000 5 000
Mlle Hiba 7 900 6 000
Total 29 400 17 000
Les cotisations salariales (parts salariales) à la CNSS pour prestations sociales sont de 4,29% sur le
salaire brut plafonné à 6.000 dh par mois et par salarié : 17.000 * 4,29 % = 729,30 dh
Les cotisations salariales (parts salariales) à l’assurance-maladie obligatoire (AMO) sont au taux de
2 % sur l’ensemble de la rémunération brute sans plafond : 29.400 * 2 % = 588 dh
Le total des cotisations salariales à la CNSS est donc 1.317,30 dh.
Exemple 2 :
La rémunération annuelle d’un salarié est composée des éléments suivants :

 salaire de base de 50.000 dh ;


 prime d’ancienneté de 10% ;
 indemnités de déplacements justifiés de 3.600 dh ;
 des allocations familiales pour deux enfants ;
 indemnité de panier de 4.680 dh.
https://www.facebook.com/groups/tsge.alhoceima/
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Calcul du salaire brut annuel et des cotisations salariales à la CNSS :
Salarié X Calcul Montant
Salaire de base --- 50.000
Prime d’ancienneté 10 % * 50.000 5.000
Allocations familiales 200 * 2 *12 4.800
Indemnité de déplacement justifié --- 3.600
Indemnité de panier --- 4.680
Salaire brut 68.080
https://www.facebook.com/groups/tsge.alhoceima/
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

2- Les cotisations salariales de retraite CIMR :

En résumé,
le taux des cotisations salariales varie entre 3% et 6% du traitement de base qui comprend tous les
éléments bruts de la rémunération (salaire de base, heures supplémentaires, indemnités, primes,
gratifications…) à l’exception des avantages en nature et les sommes destinées au
remboursement des frais effectifs d’emploi.

Traitement de base (TB) = Salaire brut (SB) –


( Remboursement des frais effectifs d’emploi + Avantages en nature)

3- Les cotisations salariales aux autres organismes de prévoyance sociale (mutuelles)


:

Les taux et les bases de calcul sont variables d’un organisme à l’autre. En effet, l’employeur peut
disposer d’une couverture médicale, auprès d’une compagnie d’assurance, d’une société mutualiste
ou d’une caisse interne.La couverture auprès d’une compagnie d’assurance ou d’une société
mutualiste est régit par les
clauses (dispositions) prévues dans le
contrat.

5- Les avances et acomptes récupérés :


L’avance sur salaire est une somme versée par l’employeur au salarié en contrepartie d’un travail
non encore effectué.
L’avance sur salaire n’est pas un droit pour le salarié : l’employeur peut refuser de lui verser tout ou
partie du salaire avant l’exécution du travail.
L'acompte consiste à verser à un salarié la rémunération d'une période de travail déjà effectuée,
mais avant son échéance normale
6- Les cessions et les saisies-arrêts (oppositions) de salaires :
Lorsqu’un salarié a des dettes (pension alimentaire non versée, impôt dû au fisc, loyers impayés…),
il peut s’en acquitter volontairement en acceptant de plein gré qu’une partie de sa rémunération soit
retenue par son employeur pour être versée directement à son créancier pour fin de remboursement :
c’est la cession du salaire.
8- L’impôt sur le revenu – l’IR :

Loin de faire un cours de fiscalité, le module de la paie se réserve la tâche de calculer un salaire net
à percevoir par le salarié à la fin du mois. L'impôt sur le revenu traité à ce niveau ne concerne donc
que la catégorie des revenus salariaux.

L'IR ainsi calculé est retenu à la source par l'employeur sur les salaires de son personnel.

La liquidation de l'IR passe par la détermination de la base imposable ou salaire net imposable (SNI)
avant d’appliquer un taux conformément au barème en vigueur.

a- Le salaire net imposable


Le salaire net imposable est déterminé selon la démarche suivante :

Rémunération globale brute (SGB)


– Eléments exonérés
--------------------------------------------------
= Salaire brut imposable (SBI)
– Eléments déductibles
--------------------------------------------------
= Salaire net imposable (SNI)

i- Les éléments exonérés :

Les éléments exonérés (ou exonérations) sont constitués toutes les indemnités réparatrices
justifiées.

ii- Les éléments déductibles :

Il s'agit :

 des frais professionnels inhérents à la fonction ou à l’emploi, à des taux forfaitaires variables de
20%, 25%, 35%, 40%, 45% .. calculés sur le salaire brut imposable à l'exclusion des avantages en
nature ou en argent, et dont le montant déductible est plafonné à 28.000 dh par an (LF 2009) ;

 des retenues (cotisations salariales) supportées pour la constitution de pensions ou de retraites en


application :
 du régime des pensions civiles ;
 du régime des pensions militaires ;
 du régime collectif d’allocation de retraite RCAR ;
 du régime de sécurité sociale (CNSS) selon les taux et le plafond en vigueur ;
 des régimes de retraite prévus par les statuts des organismes marocains de retraite (la caisse
interprofessionnelle marocaine de retraite CIMR…) ;

 des cotisations salariales de sécurité sociale pour la couverture de dépenses relatives aux
prestations à court terme ;

 des cotisations salariales aux organismes marocains de prévoyance sociales (caisses de


mutuelle)… ;

 de la part salariale des primes d'assurance-groupe couvrant les risques de maladie, maternité,
invalidité et décès, dans la limite du plafond prévu par le contrat ;

 des remboursements en principal et intérêts relatif à un prêt contracté par le salarié pour
l’acquisition d’un logement social destiné à l'habitation principale (d'une superficie couverte
2
inférieure ou égale à 100 m et d'une valeur mobilière n'excédant pas 200.000 dh). Sinon, seuls sont
déductibles les intérêts du prêt dans la limite de 10 % du salaire brut imposable.
https://www.facebook.com/groups/tsge.alhoceima/
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Application 1 :
Pour le mois Février 2009, la rémunération brute globale de Monsieur Tayeb, marié et père de trois
enfants, est composée des éléments suivants :

 un salaire de base de 8.000 dh ;


 une prime d'ancienneté de 1.000 dh ;
 une indemnité de transport justifiée de 500 dh ;
 le logement en tant qu'avantage en nature de 3.000 dh ;
 et des allocations familiales selon le barème en vigueur.
Par ailleurs, Mr Tayeb :

 cotise à la CNSS au taux en vigueur ;


 cotise à la CIMR au taux de 6 % du traitement de base ;
 cotise à une assurance-groupe maladie au taux de 1,50 % du salaire de base ;
 paye 1.800 dh dont 800 dh d’intérêts à titre de remboursement mensuel d’un emprunt contracté
pour l’acquisition d’un logement moyen standing destiné à son habitation principale.
Solution :
A rappeler que le traitement de base comprend tous les éléments bruts de la rémunération (salaire de
base, heures supplémentaires, indemnités, primes, gratifications…) à l’exception des avantages en
nature et les sommes destinées au remboursement des frais effectifs d’emploi.
TB = S Brut – (Allocat Fam + Remboursement des frais effectifs d’emploi + Avantages en nature)
Ou TB = Salaire Brut Imposable (SBI) – Avantages en nature (AEN)
Ou directement, et dans notre cas bien sûre : TB = Salaire de base + Prime d'ancienneté
Eléments de calcul Montants
Rémunération brute globale :
Salaire de base 8.000
Prime d'ancienneté 1.000
Indemnité de transport justifiée 500
Avantage en nature (logement) 3.000
Allocations familiales (3 * 200) 600
Salaire brut global (SBG) 13.100
Eléments exonérés :
Allocations familiales 600
Indemnité de transport justifiée 500
Salaire brut imposable (SBI) 12.000
Eléments déductibles :
Frais professionnels 20 % * (12.000 – 3.000) 1.800
CNSS (4,29 % * 6.000) CIMR 6 257,40
% * (8.000 + 1.000) 540
Assurance-groupe maladie (1,50 % * 8.000) 120
Intérêts du prêt logement 800
Salaire net imposable (SNI) 8.482,60
N.B : Mr Tayeb ne contribue pas à l’AMO puisqu’il bénéficie d’une assurance maladie facultative.
Seul son employeur y cotise, au titre de la solidarité AMO obligatoire, au taux de 1,50 %.

Application 2 :
er
Mr X, marié et père de deux enfants, responsable du service juridique depuis son recrutement le 1
Juin 2000, vous communique les quelques éléments de son salaire du mois de Janvier 2009 :

 un salaire de base de 16.000 dh ;


 une indemnité de transport justifiée de 2.000 dh ;
 un avantage en nature de 800 dh ; et
 une avance sur salaire de 800 dh.

A noter également que Mr X est immatriculé à la CNSS sous le numéro 1xxx et ne dispose d’aucune
couverture d’assurance maladie facultative.

Travail à faire : Calculer le salaire brut et le salaire net imposable de Mr X

Calcul du salaire brut du mois :

Eléments de calcul Montants


Rémunération brute globale :
Salaire de base 16.000
Prime d'ancienneté 10%*16.000 1.600
Indemnité de transport justifiée 2.000
Avantage en nature 800
Allocations familiales (2 * 200) 400
Salaire brut global (SBG) 20.800

Calcul du salaire net imposable :

Eléments de calcul Montants


Salaire brut global (SBG) 20.800
Eléments exonérés :
Allocations familiales 400
Indemnité de transport justifiée 2.000
Salaire brut imposable (SBI) 18.400
Eléments déductibles :
Frais professionnels 20 % * (18.400 – 800) > plafond de 28.000/12 2.333,33
CNSS (4,29 % * 6.000) Cotisation 257,40
AMO 2% * 18.400 368
Salaire net imposable (SNI) 15.441,27

b- L’impôt sur le revenu

Pour déterminer l’impôt sur le revenu à retenir sur la rémunération du salarié, on procède en deux
temps :
https://www.facebook.com/groups/tsge.alhoceima/
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 d’abord, on calcule l’impôt brut avant les réductions, en appliquant le barème des taux en
vigueur, sur le salaire net imposable ;

 ensuite, on opère les réductions pour charges de famille.

N.B : Les différentes réductions d’impôt prévues par le code général des impôts sont :

 les réductions pour charge de famille ;


 les réductions au titre des retraites de sources étrangères ; et
 l’imputation de l’impôt étranger.

i- Calcul de l’impôt sur le revenu avant réductions :

L’impôt brut est obtenu par application, au salaire net imposable, de l’un des taux d’imposition
issus du barème suivant (barème en vigueur depuis le 01 Janvier 2009) :

Tranches du salaire net imposable Sommes à déduire


Taux %
(en dh par an) (en dh par an)
de 0 dh à 28.000 dh 0 0,00
de 28.001 à 40.000 12 3.360,00
de 40.001 à 50.000 24 8.160,00
de 50.001 à 60.000 34 13.160,00
de 60.001 à 150.000 38 15.560,00
au-delà de 150.000 dh 40 18.560,00

Le barème mensuel est donc :

Tranches du salaire net imposable Sommes à déduire


Taux %
(en dh par mois) (en dh par mois)
de 0 dh à 2.233,33 dh 0 0,00
de 2.334 dh à 3.333,33 dh 12 280,00
de 3334 dh à 4.166,67 dh 24 680,00
de 4.167 dh à 5.000 dh 34 1.096,67
de 5.001 dh à 12.500 dh 38 1.296,67
au-delà de 12.500 dh 40 1.546,67

C- Le bulletin de paie :
A rappeler que le code de travail stipule que tout employeur est tenu de délivrer à ses salariés, au
moment du règlement des salaires, une pièce justificative dite " bulletin de paye " qui doit
mentionner obligatoirement les indications fixées par l'autorité gouvernementale chargée du travail.
Ainsi, dans la pratique, le bulletin de paie, délivré aux salariés à l’occasion de chaque paie et au
moment du règlement des salaires, se présente sous forme d’un tableau décrivant par rubrique les
modes de calcul de la rémunération nette du salarié.
https://www.facebook.com/groups/tsge.alhoceima/
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Il n’existe pas de modèle standard prédéfini. Toutefois, certaines indications obligatoires fixées par
l'autorité gouvernementale chargée du travail, doivent être mentionnées sur le bulletin.
Le tableau suivant présente, à titre indicatif, un modèle de bulletin de paie :
En-tête de la société
Indications à propos du salarié
Indications à propos des modalités de paiement
Rubriques Gains Retenues
Salaire de base x
Heures supplémentaires x x x x
Primes Indemnités x
Avantages
Avances et acomptes sur salaire
Retraite (cnss, rcar, cmr, …)
AMO xxxx
CIMR Mutuelle xxxx
Assurance-groupe
Cessions / Oppositions sur salaire
Impôt sur le revenu (IR)

Totaux x x
Salaire net x

Exercice n°1 :

Pour le mois Janvier 2009, la rémunération brute globale de Monsieur Hakim, marié et père de
quatre enfants, est composée des éléments suivants :

 un salaire de base de 12.000 dh ;


 une prime d'ancienneté de 10% du salaire de base ;
 une indemnité de fonction de 2.000 dh ;
 des frais de déplacement justifiés de 1.200 dh ;
 le logement en tant qu'avantage en nature de 2.500 dh ;
 et des allocations familiales selon le barème en vigueur.

Par ailleurs, Mr Hakim cotise :

 au régime de sécurité sociale CNSS au taux en vigueur ;


 à la CIMR au taux de 6 % du traitement de base ;
 à une assurance-groupe maladie au taux de 3 % du salaire de base, (le contrat d’assurance
prévoit un plafond de 145 dh par mois.
https://www.facebook.com/groups/tsge.alhoceima/
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Calcul du salaire net imposable :

Eléments de calcul Montants


Rémunération brute globale :
Salaire de base 12.000
Prime d'ancienneté (10%*12.000) 1.200
Indemnité de fonction 2.000
Frais de déplacement justifiés 1.200
Avantage 2.500

Salaire brut global (SBG)


Exercice n°3 :
Soit la rémunération brute globale pour le mois de Février 2009 de quatre salariés d’une entreprise :
Indemnité Salaire
Salaire de Heures Prime Allocations
Nom du salarié transport brut global
base sup. d’ancient. familiales
justifiée
Mokhliss 9.000 --- 900 700 11.000
Chakour 3.500 1.200 235 CC 500 5.435
Mohsine 4.500 1.000 550 --- --- 6.050
Tahra 8.000 --- 1.200 --- 9.200
Par ailleurs, les salariés cotisent :

 au régime de sécurité sociale CNSS au taux en vigueur ; et


 à la CIMR au taux de 3 % du traitement de base ; plafond contractuel de 200 dh par mois.

Solution :

Salaire net imposable et IR dû :

Eléments de calcul Mokhliss Chakour Mohsine Tahra


Rémunération brute globale :
Salaire de base 9.000 3.500 4.500 8.000
Heures supplémentaires --- 1.200 1.000 ---
Prime d'ancienneté 900 235 550 1.200
Indemnité de transport justifiée 700 500 --- ---
Allocations familiales 400 --- --- ---
Salaire brut global (SBG) 11.000 5.435 6.050 9.200
Eléments exonérés :
Allocations familiales 400 --- --- ---
Indemnité de transport justifiée 700 500 --- ---
Salaire brut imposable (SBI) 9.900 4.935 6.050 9.200
Eléments déductibles :
Frais professionnels 20%*SBI 1.980 987 1.210 1.840
CNSS (4,29 % * SBI Plafonné) 257,40 211,71 257,40 257,40
AMO 2%*SBI 198 98,70 121 184
CIMR 3%*(S.Base+HS+PA) Plfn 200 148,05 181,50 200
Salaire net imposable (SNI) 7.264,60 3.489,54 4.280,10 6.718,60
IR Brut 1.463,88 157,49 358,56 1.256,40
Réduction pour personnes à charge 90 --- --- ---
IR à payer 1.373,88 157,49 358,56 1.256,40

Le bulletin de paie de Mokhliss du mois Février 2009 se présente comme suit :

Rubriques Gains Retenues


Salaire de base 9.000
Prime d'ancienneté 900
Indemnité transport justifiés 700
Allocations familiales 400
Retraite (CNSS) 257,40
AMO 198
CIMR 200
Impôt sur le revenu (IR) 1.373,88
Totaux 11.000 2.029,28
Salaire net 8.970,72
N° du compte bancaire ………….. Chez ………………………
https://www.facebook.com/groups/tsge.alhoceima/
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Le bulletin de paie de Chakour du mois Février 2009 se présente comme suit :

Rubriques Gains Retenues


Salaire de base 3.500
Heures supplémentaires 1.200
Prime d'ancienneté 235
Indemnité transport justifiés 500
Retraite (CNSS) 211,71
AMO 98,70
CIMR 148,05
Impôt sur le revenu (IR) 157,49
Totaux 5.435 615,95
Salaire net 4.819,05
N° du compte bancaire ………….. Chez ………………………

Le bulletin de paie de Mohsine du mois Février 2009 se présente comme suit :

Rubriques Gains Retenues


Salaire de base 4.500
Heures supplémentaires 1.000
Prime d'ancienneté 550
Retraite (CNSS) 257,40
AMO 121
CIMR 181,50
Impôt sur le revenu (IR) 358,56
Totaux 6.050 918,46
Salaire net 5.131,54
N° du compte bancaire ………….. Chez ………………………

Le bulletin de paie de Tahra du mois Février 2009 se présente comme suit :

Rubriques Gains Retenues


Salaire de base 8.000
Prime d'ancienneté 1.200
Retraite (CNSS) 257,40
AMO 184
CIMR 200
Impôt sur le revenu (IR) 1.256,40
Totaux 9.200 1.897,80
Salaire net 7.302,20
N° du compte bancaire ………….. Chez ………………………

L’ensemble de ces bulletins de paie est transcrit dans un livre de paie, établit par les soins de
l’entreprise, et servant de pièce justificative comptable pour la passation au livre-journal des
écritures de paie du mois.
Livre de paie du mois Février 2009 :

Nom du N° Entrée Nmbr de Jours Salaire Salaire Salaire Salaire Retenues sur salaires
Salaire
Situat°
salarié Bullde Fonct° en déduct° de brut brut brut net net à
famil.
paie service travail global imposbl imposbl imposbl CNSS AMO CIMR IR payer
plafonné
Gérant- j/m/ (n- M+2
Mokhliss Bp1 3 26 j 11.000 9.900 6.000 7.264,60 257,40 198 200 1.373,88 8.970,72
salarié 10) enfants

j/m/
Chakour Bp2 Célibat 0 26 j 5.435 4.935 4.935 3.489,54 211,71 98,70 148,05 157,49 4.819,05
(n-3)

j/m/
Mohsine Bp3 Célibat 0 26 j 6.050 6.050 6.000 4.280,10 257,40 121 181,50 358,56 5.131,54
(n-6)

j/m/ (n-
Tahra Bp4 --- 0 26 j 9.200 9.200 6.000 6.718,60 257,40 184 200 1.256,40 7.302,20
15)

Totaux --- --- --- --- --- --- 31.685 30.085 22.935 21.752,84 983,91 601,70 729,55 3.146,33 26.223,51