Vous êtes sur la page 1sur 7

Histologie de l’appareil respiratoire 

:
Origine embryologique : (pas détaillé)
-L’ENDOBLASTE sera à l’origine de toutes les structures épithéliales pulmonaires( les épithéliums de
revêtements et glandulaires) .A partir de la paroi ventrale de l’intestin primitif ,on note l’apparition
d’un bourgeon épithéliale qui va subir des divisions .
-LE MESOBLASTE sera à l’origine :
. du tissu conjonctif de tout l’appareil.
. du feuillet viscéral de la plèvre: splanchnopleure
. du feuillet pariétal : somatopleure
Structure histologiques générale de l’appareil respiratoire :
Muqueuse Epithélium cylindrique pseudo-stratifié cilié à pôle muqueux ouvert (à caliciforme)
-D’abord pseudo-stratifié puis uni-stratifié.
Glandes séro-muqueuses qui s’amenuisent en allant vers les poumons.
Les cellules :
1. les cellules ciliées:4à5μm de hauteur ,200à300 cils par cellule
2. Cellules caliciformes: cellules glandulaires à mucus riche en glycoprotéines, visqueux et
gluant.
Chorion 1cellule caliciforme/4cellules ciliées
3. neuro- endocrines: argentaffines
Peu nombreuses
La mise en évidence de ces cellules se fait par immun-histochimie, ou coloration de
grimelius ; elles appartiennent au système APUD.
Points lymphoïdes.

Organisation des voies respiratoires :


Voies aériennes

Supérieures Profondes
-Nez
-Nasopharynx Extra-pulmonaire Intra-pulmonaire
-Larynx -Trachée -Bronches cartilagineuses
-Bronches souches -Bronchioles
-Canaux alvéolaires
-Alvéoles
-Bronchiole terminale
(purement conductrice)

-La partie respiratoire représente le siège des échanges gazeux et comprend :


Bronchioles respiratoires, canaux alvéolaires, sacs alvéolaires, alvéoles (entourées d’un réseau dense
de capillaires).
-Toutes les voies sont tapissées d’un épithélium quasi-identique sauf :
Le voile du palais sur sa face endo- buccale, l’oro pharynx, l’épiglotte , les cordes vocales sont
recouverts d’un épithélium malpighien.
1-Voies aériennes supérieures :
1.Epithélium malpighien kératinisé se continu à partir de la peau dans une
légère dilatation située juste à l’intérieur des narines: vestibule, contient des
poils.
2.Epithélium cubique non cilié ou cylindrique.
3.Epithélium pseudo stratifié cylindrique cilié à pôle muqueux ouvert (en
arrière) et des cellules basales de remplacement.
Le chorion : -Richement vascularisé (réchauffement de l’air) 
-Plexus veineux : plexus caverneux nasal.
-Glandes séro-muqueuses tubulo-acineuses.
-Glandes muqueuses (majoritaires) à granulations basophiles
(amylase) ou éosinophiles (lysozyme).
-L’air inspiré est humidifié par la sécrétion séreuse pour éviter

le dessèchement des alvéoles.


a. -Le mucus des c. caliciformes piège tous les contaminants et
Fosses contient des c. immunitaires.
nasales 4.Epithélium olfactif (région supérieure) : Pseudostratifié cylindrique, est formé
de 3 types de cellules :
i. Les cellules de soutien: sont cylindriques hautes avec une bordure striée, le
cytoplasme contient des grains pigmentaires qui donnent à l’épithélium une
couleur jaunâtre pale.
1. ii. Les cellules sensorielles olfactives: sont des neurones bipolaires, leur partie
Nez apicale est rétrécie par un prolongement cylindrique mince appelé le bâtonnet
olfactif qui se projette au dessus de l’apex des cellules de soutien.
-Elles contiennent des corpuscules basaux de 6 à 8 cils olfactifs.
-Le corps de la cellule se rétrécit vers le bas pour former un axone qui traverse la
membrane basale et rejoint les axones des autres cellules olfactives pour former
des faisceaux d’axones : le filet olfactif entourés par des cellules de Schwann,
ceux-ci traversent la lame criblée de l’ethmoïde et font synapse dans le bulbe
olfactif du cerveau.
iii. Les cellules basales: sont de petites cellules profondément basophiles elles
représentent des cellules souches capables de se diviser et de se différencier soit
en cellules de soutien, soit en cellules olfactives.
Le chorion : il existe des glandes tubulo-alvéolaires ramifiées les glandes de
Bowman faites de cellules pyramidales portant des granulations sécrétoires
apicales; leur sécrétion crée un environnent liquide autour des cils qui peuvent
faciliter l’arrivée des odeurs provenant de l’air jusqu’au récepteurs sensitifs des
cils olfactifs.
sont des cavités situées dans les os frontaux, maxillaire et éthmoïde, tapissés par
une muqueuse mince constituée d’un épithélium de type respiratoire,
Cellules caliciformes et les glandes sous muqueuses secrètent un tapis de mucus,
b. le battement des cils déplace ce mucus vers l’ouverture des sinus dans la fosse
Sinus de nasale.
la face La fonction normale des sinus n’est pas éclaircie; les sinus maxillaires sont
souvent le site d’infections douloureuses, le mécanisme inflammatoire peut
détruire les cils, provoquant un drainage médiocre et une accumulation de pus
dans la cavité
-Représente la partie supérieure du carrefour des voies aériennes et digestives.
-Il est revêtu en grande partie par un épithélium respiratoire avec quelques
2.Nasopharynx plages isolées d’épithélium pavimenteux stratifié non kératinisé sur sa paroi
(Rhinopharynx) postérieure.
-Le chorion : contient des glandes pharyngées muqueuses produisant une espèce
de salive lubrifiante.
-Il participe à la fois à l’axe aérien et à la phonation.
- Deux replis de muqueuse tapissant le larynx se projettent de chaque côté vers
l’intérieur.
3.Larynx -La paire supérieure est appelée les plis vestibulaires (fausses cordes vocales) et
la paire inférieure constitue les plis vocaux (vrais cordes vocales)
- Les cordes vocales sont couvertes par un épithélium malpighien non
kératinisé, mais tout le reste du larynx est tapissé par un épithélium
respiratoire.

2-Voies profondes extra-pulmonaires :


1-MUQUEUSE :
Epithélium : de type respiratoire dont la membrane basale est épaisse,comprend :
des c. ciliées,
des c.caliciformes
des c.chromaffines (c. dendritiques chargées de granulations de type endocrine,
peuvent s’associer à des terminaisons nerveuses. Elles sont équivalentes aux entéro-
chromaffines du tube digestif),
rares c. en brosse (pas de granulations sécrétoires, terminaisons nerveuses à leur base
donc elles peuvent avoir un rôle sensitif),
une rangée de petites cellules basales pyramidales (renouvellement)
Chorion : Formé par du tissu conjonctif lâche, riche en vaisseaux sanguins et
lymphatiques, contient des fibroblastes et des lymphocytes.
1.La trachée -Sa partie superficielle contient surtout des fibres de collagène et quelque fibre
élastique.
-Dans sa partie profonde les fibres élastiques se condensent en lame continue et les
cellules et les vaisseaux se raréfient.
-Contient des glandes mixtes à prédominance muqueuse.
2-LA SOUS-MUQUEUSE: contient de nombreuses glandes séro-muqueuses tubulo-
acineuses, leurs canaux traversent la couche élastique pour s’ouvrir à la surface de
l’épithélium.
3-LA MYO-FIBRO-CARTILAGINEUSE: la tunique moyenne comporte une vingtaine(20)
d’anneaux incomplets de cartilage hyalin chez le jeune et fibro-hyalin chez le sujet âgé.
En forme de fer à cheval à ouverture dorsale.
4-L’adventice: c’est une couche conjonctivo-adipeuse, très lâche dans laquelle sont
logés des nerfs, des vaisseaux sanguins et lymphatiques.
1-MUQUEUSE :
Epithélium : de type respiratoire, les mêmes types cellulaires que la trachée, dont
l’épaisseur diminue avec les divisions successives.
Chorion : dépourvu de glandes formé par du tissu conjonctif, des vaisseaux sanguins,
des lymphatiques, une limitante élastique épaisse (responsable des replis de la
muqueuse.

2. MUSCULEUSE
Constitue 2 nappes superposées de cellules musculaires lisses dont les fibres sont
2.Bronches orientées dans deux plans obliques croisés se qui explique l’aspect discontinu observé
souches sur les coupes(en spirale):muscle de Reissenssen
Des fibres élastiques séparent les deux couches musculaires et sont pénétrées par un
réseau vasculaire dense et des fibres nerveuses

3. SOUS MUQUEUSE
Contient des vaisseaux, des nerfs des glandes sero-muqueuses s’ouvrant dans la
lumière bronchique par de fin canaux excréteurs.

4. TUNIQUE CONJONCTIVO CARTILAGINEUSE


Faites de pièces de cartilage hyalin pouvant contenir quelques fibres élastiques formant
un anneau cartilagineux entoure par un périchondre collagène.
5. PERICHONDRE OU GAINE PERICHONDRO-VASCULAIRE
Elle forme une couche fibro-élastique et renferme les artères et les veines bronchiques
ainsi que les vaisseaux et les formations lymphoïdes. Contient également un plexus
nerveux d’origine sympathique et para sympathique.
3- Voies aériennes profondes intra-pulmonaires :
Muqueuse : de type respiratoire, présente
Une lumière : plissée (en forme d’étoile) sur les préparations histologiques.
Un épithélium : cylindrique pseudo stratifié cilié Son épaisseur tend à diminuer avec les
divisions successives. Il possède les mêmes types cellulaires que ceux de la trachée.
Le chorion s’amincit graduellement, pour être réduit à une lame élastique au niveau
des petites bronches.
Sous muqueuse : faite d’un tissu conjonctif contenant des glandes séro-muqueuses, qui
déversent leur contenu dans la lumière. Les cellules muqueuses sécrètent un mucus
1.Bronches fluide, tandis que les cellules séreuses sont spécialisées dans la synthèse de protéines
intra de défense (lysozyme, lactoferrine)
pulmonaires Tunique fibro-cartilagineuse : le cartilage n’est pas annulaire, il se fragmente en un
certains nombre de plaques irrégulières réparties sur toute la circonférence, reliées par
des bandes de tissu conjonctif fibreux.
Plus les bronches ne sont périphériques et petites, plus le nombre et la taille relative
des pièces cartilagineuses diminuent.
Adventice ou Périchondre : est une gaine conjonctive lâche :
– Riche en vaisseaux sanguins et lymphatiques.
– Contient des plexus nerveux, formés par des nerfs amyéliniques et des cellules
ganglionnaires.
– Relie les bronches au parenchyme pulmonaire environnant.
Une muqueuse : a –épithélium : de type cylindrique simple
comportant :
– Des cellules ciliées.
– Peu de cellules caliciformes.
– Des cellules neuroendocrines, isolées ou groupées en corpuscules.
-Cellules de Clara : sont des cellules pyramidales, caractérisées par:
- un pôle apical saillant, garni de microvillosités irrégulières.
- un cytoplasme riche en mitochondries et en REL.
-des granules sécrétoires riches en glycosamino-glycanes, libérant leur
a.Bronchioles contenu par exocytose.
proprement Rôle des cellules de Clara :
dites * protection contre les toxines et les carcinogènes inhalés
(Renferment des oxydases)
* participation à la production et à l’élimination du surfactant .
* cellules souches susceptibles de se différencier en d’autres types de
cellules épithéliales bronchiques.
Chorion : de très faible épaisseur, contenant des fibres élastiques en
abondance, des capillaires et un infiltrat lymphocytaire
Une musculeuse : le muscle de Reissessen est important, innervé par
les fibres parasympathique.
La gaine conjonctive péri-bronchiolaire est très mince
La muqueuse comporte :
2.Bronchiole b.Bronchiole Un épithélium cubique simple, pauvre en cellules ciliées et dépourvu de
s s terminales cellules caliciformes, riche en cellules de Clara.
Un chorion conjonctif fibreux.
Le muscle Reissessen : toujours présent, mais réduit.
Se distinguent des bronchioles terminales par la présence d’ouvertures
limitées par les parois alvéolaires typiques.
Après deux ou trois divisions, elles donnent naissance à plusieurs
c.Bronchioles canaux alvéolaires, dont l’ensemble forme : l’acinus pulmonaire.
respiratoires Leur paroi comprend :
-un épithélium cubique simple avec de rares cellules ciliées reposant
sur une membrane basale épaisse.
Pas de cellules caliciformes.
- un chorion : contenant des cellules musculaires lisses dispersées
3à 6 par acinus
d. Canaux et Les canaux alvéolaires s’ouvrent dans une série d’alvéoles juxtaposées
sacs dans espace commun : le sac alvéolaire.
alvéolaires Un reliquat bronchiolaire ou bourrelet alvéolaire (pied d’insertion des
alvéoles), forme un sphincter autour du pore alvéolaire.

Il s’agit d’un épithélium pavimenteux simple reposant sur une lame basale
continue, deux types cellulaires le composent :
les pneumocytes de type I : pneumocytes membraneux ou petites cellules
e. alvéolaires, c’est une monocouche de cellules jointives
Les alvéoles • représentent 40% de l’ensemble des cellules alvéolaires.
• Cellules pavimenteuses pauvres en organites, munies de voiles
cytoplasmiques.
• Participent à la constitution de la barrière air-sang et jouent un rôle dans la
diffusion des gaz respiratoires.
Pneumocytes de type II : Granuleux ou grandes cellules alvéolaires
– Représentent 60% de cellules en nombres, mais n’occupent que 5à10% de
la surface alvéolaire.
Cellules globuleuses, plus haute que large et non jointives (ne sont présentes
qu’à partir du 7eme mois de la grossesse). Renfermant des inclusions
lamellaires riches en produits de sécrétion.
Leur principale fonction est de sécréter un film liquidien à la surface
alvéolaire, le surfactant dont le rôle est de diminuer la tension de surface et
d’empêcher l’aplatissement de la paroi alvéolaire en fin d’expiration.

2. La cloison inter alvéolaire


Sont des espaces conjonctifs qui séparent les alvéoles voisins,
constituant l’interstitium pulmonaire. Ces cloisons renferment des
fibres, des cellules et des capillaires sanguins.
Les fibres : de collagènes et élastiques
Les cellules sont des Cellules septales ou fibrocytes interstitiels :
produisent le collagène et l’élastine.
Macrophages alvéolaires ou cellules à poussières :
Douées de pouvoir phagocytaire important, phagocytes les débris
inhalées (poussières fines) et forment une ligne de défense importante
contre les bactéries inhalées.
Les capillaires alvéolaires :
Sont des capillaires de type continu ; forment avec les pneumocytes de
type I : la barrière alvéolo-capillaire:
Epaisseur de 0,35 μm et constitue l’interface ou barrière air/sang
exclusivement composée de 4 éléments:
1- le surfactant
2- un voile cytoplasmique de pneumocyte I
3- une membrane basale résultant de la fusion d’un pneumocyte I et la
membrane basale d’une cellule endothéliale.
4- un voile cytoplasmique de la cellule endothéliale.
Les plèvres :
Les plèvres sont des tuniques séreuses formées de 2 feuillets

Feuillet pariétal : Feuillet viscéral :


En rapport avec le gril costal formant un revêtement et pénétrant dans
les scissures inter-lobulaires
Vascularisation  systémique Vascularisation: bronchique et pulmonaire
Innervation  : systémique Innervation : pneumogastrique+plexus
sympathique bronchique

Se réunissent au niveau du hile pulmonaire


Délimitent une cavité virtuelle : la cavité pleurale
Structure histologique : Chaque feuillet comprend :

Mésothélium Qui est fait de cellules aplaties, étalées en une seule couche
Couche sous- Qui est très mince ; ne comportant ni cellules ni vaisseaux (seulement des
mésothéliale fibres élastiques et de réticuline)
Plan fibro-élastique Lame épaisse parfois dédoublée, composée de fibres élastiques et
superficiel collagènes.
Lame conjoctivo-élastique, faite de faisceaux de collagènes, d’histiocytes, de
Couche sous- fibres musculaires lisses, de vaisseaux sanguins et lymphatiques. Elle se
pleurale continue dans les cloisons inter lobulaires, solidarisant ainsi la plèvre
viscérale avec le poumon. Dans la plèvre pariétale, elle renferme des lobules
adipeux.
Plan fibro-élastique Présente la même structure que la 3ème couche
profond
Comblé par un liquide pleural formé de la lymphe interstitielle contenant des
Cavité pleurale cellules desquamées.
Il permet le glissement de la plèvre pariétale sur la plèvre viscérale au cours
des mouvements pulmonaires respiratoires

PS : Les détails anatomiques et physiologiques ne sont pas cités.

Bon courage
Ahlam Bsd