Vous êtes sur la page 1sur 11

Energétique

 du  point  matériel  


en  référentiel  galiléen  
 

I. Théorème  de  l’énergie  mécanique  -­‐  Intégrale  première  du  mouvement  

Exercice  1  :  Intégrale  première  du  mouvement  -­‐  Position  d’équilibre  


Un   point   matériel   M   de   masse   m   glisse   sans   frottement   sur  
un   axe   horizontal   𝑂𝑥 .   Ce   point   matériel   est   accroché   à   un  
ressort   de   constante   de   raideur   𝑘 > 0   et   de   longueur   à  
vide  𝑙! .  L’autre  extrémité  du  ressort  est  attaché  en  un  point  
H  tel  que  𝑂𝐻 = ℎ < 𝑙! .  
Le   référentiel   d’étude   ℛ  associé   au   repère   d’espace  
orthonormé  (O,  ex,  ey,  ez)  est  supposé  galiléen.  
A   l’instant   initial,   on   lâche   le   point   M   sans   vitesse   à   partir  
d’un  point  situé  à  l’abscisse  𝑥! < 𝑙! .  
   

1) Calculer  l’énergie  potentielle  associée  à  la  résultante  des  forces  qui  s’exercent  sur  M.  
2) En   appliquant   le   théorème   de   l’énergie   mécanique,   déterminer   l’intégrale   première   du  
mouvement  de  M.  
3) Retrouver  une  expression  équivalente  à  partir  du  principe  fondamental  de  la  dynamique.  
4) En   utilisant   l’expression   de   l’énergie   potentielle,   déterminer   les   positions   d’équilibre   de   M   et  
leur  stabilité.  

Correction  :  
1) Bilan  des  forces  exercées  sur  M  :  
-­‐  poids  de  résultante  𝑷 = 𝑚𝒈 = −𝑚𝑔𝒆𝒚  et  d’énergie  potentielle  𝐸! 𝑷  
-­‐  réaction  du  support  de  résultante  𝑹 = 𝑅𝒆𝒚  et  d’énergie  potentielle  𝐸! 𝑹  
-­‐  force  de  rappel  du  ressort  de  résultante  𝑻 = −𝑘 𝑙 − 𝑙! 𝒖𝑯𝑴  et  d’énergie  potentielle    𝐸! 𝑻  
Par  additivité  de  l’énergie  potentielle,  on  peut  écrire  :  
𝐸! = 𝐸! 𝑷 + 𝐸! 𝑹 + 𝐸! 𝑻  
𝐸! 𝑷 = 𝑚𝑔𝑦                          
𝑎𝑣𝑒𝑐     1  
𝐸! 𝑻 = 𝑘 𝑙 − 𝑙! !
2
Pour  la  réaction  du  support,  l’énergie  potentielle  est  par  définition  :  
𝑑𝐸! 𝑹 = −𝛿𝑊 𝑹 / ℛ = −𝑹. 𝒗(𝑀)/(ℛ) 𝑑𝑡 = 0  
𝑑𝑜𝑛𝑐  𝐸! 𝑹 = 0  
Remarque  :  Les  constantes  d’intégration  des  énergies  potentielles  ont  été  choisies  égales  à  0.  
 
Ainsi  :  
1
𝐸! 𝑀 = 𝑚𝑔𝑦 𝑀 + 𝑘 𝑙 𝑀 − 𝑙! !  
2
1 !
𝐸! 𝑀 = 𝑚𝑔𝑦 𝑀 + 𝑘 𝑥 𝑀 ! + ℎ! − 𝑙!  
2
1 !
 𝐸! 𝑀 = 𝑘 𝑥 ! + ℎ ! − 𝑙!  
2

2) On   applique   le   théorème   de   l’énergie   mécanique   à   M  dans   ℛ   galiléen  entre   l’instant   𝑡 = 0   et   un  


instant  t  quelconque  :  
∆𝐸! !⟶! (𝑀)/ ℛ = 𝑊!⟶! (𝑭!" )/ ℛ  
avec  𝑭!"  résultante  des  forces  non  conservatives  
La  résultante  des  forces  non  conservatives  étant  nulle  (𝑭!" = 𝟎),  on  en  déduit  :  
𝐸! 𝑀, 𝑡 / ℛ = 𝐸! 𝑀, 𝑡 = 0 / ℛ  
L’énergie  mécanique  du  point  M  à  un  instant  t  est  donnée  par  :  
𝐸! 𝑀, 𝑡 / ℛ = 𝐸! 𝑀, 𝑡 / ℛ + 𝐸! 𝑀, 𝑡 / ℛ  
1 1 !
𝐸! 𝑀, 𝑡 / ℛ = 𝑚𝑥(𝑡)! + 𝑘 𝑥(𝑡)! + ℎ! − 𝑙!  
2 2
A  l’instant  initial  :  
𝑥 𝑡 = 0 = 𝑥!    𝑒𝑡  𝑥 𝑡 = 0 = 0  
1 !
𝑑𝑜𝑛𝑐  𝐸! 𝑀, 𝑡 = 0 / ℛ = 𝑘 𝑥! ! + ℎ ! − 𝑙 !  
2
On  en  déduit  donc  l’intégrale  première  du  mouvement  :  
1 1 ! 1 !
𝑚𝑥(𝑡)! + 𝑘 𝑥(𝑡)! + ℎ! − 𝑙! = 𝑘 𝑥! ! + ℎ ! − 𝑙 !  
2 2 2
! !
 𝑚𝑥(𝑡)! + 𝑘 𝑥(𝑡)! + ℎ! − 𝑙! =𝑘 𝑥! ! + ℎ ! − 𝑙 !  

3) On  applique  le  principe  fondamental  de  la  dynamique  à  M  dans   ℛ  galiléen  :  


𝑚𝒂(𝑀)/ ℛ = 𝑷 + 𝑹 + 𝑻  
𝑚𝒂(𝑀)/ ℛ = −𝑚𝑔𝒆𝒚 + 𝑅𝒆𝒚 − 𝑘 𝑙 − 𝑙! 𝒖𝑯𝑴  
On  projette  cette  équation  selon  l’axe   𝑂𝑥  :  
𝑚𝑥 = −𝑘 𝑙 − 𝑙! sin 𝛼  
où  𝛼 = (𝑶𝑯, 𝑯𝑴)  
𝑥
𝑚𝑥 = −𝑘 𝑙 − 𝑙!  
𝑙
𝑙!
 𝑚𝑥(𝑡) = −𝑘𝑥 1 −  
𝑥(𝑡)! + ℎ!

Cette   expression   est   équivalente   à   l’intégrale   première   du   mouvement   trouvée   précédemment.   En  


effet,  si  on  dérive  l’intégrale  première  du  mouvement  par  rapport  au  temps,  on  obtient  :  
2𝑥𝑥
2𝑚𝑥𝑥 + 2𝑘 𝑥 ! + ℎ! − 𝑙! × = 0  
2 𝑥 ! + ℎ!
𝑙!
𝑚𝑥 = −𝑘𝑥 1 −  
𝑥 ! + ℎ!
De   façon   générale,   l’application   du   principe   fondamental   de   la   dynamique   ou   du   théorème   de  
l’énergie   mécanique   conduit   à   des   expressions   identiques.   Cependant,   l’intégrale   première   du  
mouvement   (déduit   de   l’application   du   théorème   de   l’énergie   mécanique)   est   plus   riche   en  
information  que  l’équation  déduite  du  principe  fondamental  de  la  dynamique  car  pour  l’obtenir,  il  
a  fallu  tenir  compte  des  conditions  initiales  du  système.  

4) Positions   d’équilibre   de   M  :   on   cherche   les   valeurs   de   x   pour   lesquelles   la   dérivée   de   l’énergie  


potentielle  s’annule  :  
1 !
𝐸! 𝑥 = 𝑘 𝑥 ! + ℎ ! − 𝑙!  
2
𝑑𝐸! 2𝑥 𝑙!
=𝑘 𝑥 ! + ℎ ! − 𝑙! × = 𝑘𝑥 1 −  
𝑑𝑥 2 𝑥 ! + ℎ! 𝑥 ! + ℎ!
𝑑𝐸! 𝑥 = 0                          
= 0     ⇔       !  
𝑑𝑥 𝑥 + ℎ! = 𝑙!!
𝑥 = 0                                    
𝑑𝐸!
= 0     ⇔        
𝑑𝑥 𝑥 = ± 𝑙!! − ℎ!

Il  existe  donc  trois  positions  d’équilibre  :  

 𝑥!! = − 𝑙!! − ℎ!
𝑥!! = 0                                    

 𝑥!! = + 𝑙!! − ℎ!

Stabilité  des  positions  d’équilibre  de  M  :  une  position  d’équilibre  𝑥!  est  dit  stable  si  :  
𝑑 ! 𝐸!
𝑥 = 𝑥! > 0  
𝑑𝑥 !
Calculons  donc  la  dérivée  seconde  de  l’énergie  potentielle  :  
𝑑 ! 𝐸! 𝑙! 1 2𝑥
!
=𝑘 1− − 𝑘𝑥𝑙! × −  
𝑑𝑥 𝑥 ! + ℎ! 2 𝑥 + ℎ!
! !/!

𝑑 ! 𝐸! 𝑙! 𝑘𝑙! 𝑥 !
= 𝑘 1 − +  
𝑑𝑥 ! 𝑥 ! + ℎ! 𝑥 ! + ℎ! !/!
𝑑 ! 𝐸! 𝑙! 𝑥! 𝑙!
!
= 𝑘 1 − + ! !
×  
𝑑𝑥 !
𝑥 +ℎ ! 𝑥 +ℎ 𝑥 + ℎ!
!

𝑑 ! 𝐸! 𝑙! 𝑥!
= 𝑘 1 + − 1  
𝑑𝑥 ! 𝑥 ! + ℎ! 𝑥 ! + ℎ!
𝑑 ! 𝐸! 𝑙! ℎ !
= 𝑘 1 −  
𝑑𝑥 ! 𝑥 ! + ℎ! !/!

On  étudie  alors  le  signe  de  cette  grandeur  pour  les  3  positions  d’équilibre  :  
𝑑 ! 𝐸! 𝑙! ℎ ! 𝑙! ℎ ! ℎ!
𝑥 = 𝑥 !! = 𝑘 1 − =𝑘 1− =𝑘 1− > 0  
𝑑𝑥 ! 𝑙!! − ℎ! + ℎ! !/! 𝑙!! 𝑙!!

𝑥!!  est  une  position  d’équilibre  stable  


 
𝑑 ! 𝐸! 𝑙! ℎ ! 𝑙! ℎ ! 𝑙!
!
𝑥 = 𝑥 !! = 𝑘 1 − ! !/!
= 𝑘 1 − !
=𝑘 1− < 0  
𝑑𝑥 ℎ ℎ ℎ
𝑥!!  est  une  position  d’équilibre  instable  
𝑑 ! 𝐸! 𝑙! ℎ ! 𝑙! ℎ ! ℎ!
𝑥 = 𝑥 !! = 𝑘 1 − =𝑘 1− =𝑘 1− > 0  
𝑑𝑥 ! 𝑙!! − ℎ! + ℎ! !/! 𝑙!! 𝑙!!
𝑥!!  est  une  position  d’équilibre  stable  
Bilan  :  

 𝑥!! = − 𝑙!! − ℎ! ∶  𝑝𝑜𝑠𝑖𝑡𝑖𝑜𝑛  𝑠𝑡𝑎𝑏𝑙𝑒        


𝑥!! = 0                                     ∶ 𝑝𝑜𝑠𝑖𝑡𝑖𝑜𝑛  𝑖𝑛𝑠𝑡𝑎𝑏𝑙𝑒    

 𝑥!! = + 𝑙!! − ℎ! ∶ 𝑝𝑜𝑠𝑖𝑡𝑖𝑜𝑛  𝑠𝑡𝑎𝑏𝑙𝑒          

Exercice  2  :  Bille  dans  une  cuvette  


Une   bille   M   de   masse   𝑚   est   accrochée   à   l’extrémité   d’un  
élastique   MBA   de   constante   de   raideur   𝑘 > 0  et   de  
longueur  au  repos  𝑙! = 𝐴𝐵.  
La   bille   roule   dans   une   cuvette   ayant   la   forme   d’un   quart  
de  sphère  de  rayon  R.  
On   ne   s’intéressera   qu’à   un   mouvement   plan   de   M   et   on  
négligera  tout  frottement  en  M  et  en  B.  
Le  référentiel  d’étude   ℛ  associé  à  la  cuvette  sera  supposé    
galiléen.    
La  force  de  rappel  de  l’élastique  est  de  la  forme  :    
𝑓 = −𝑘𝐵𝑀  
A  l’instant  initial,  on  lâche  la  bille  sans  vitesse  initiale  à  partir  de  la  position  𝜃 = 𝜋/2.  
1) Calculer  l’énergie  potentielle  associée  à  la  résultante  des  forces  qui  s’exercent  sur  M.  
2) En   appliquant   le   théorème   de   l’énergie   mécanique,   déterminer   l’intégrale   première   du  
mouvement  de  M.  
3) Retrouver  cette  expression  à  partir  du  principe  fondamental  de  la  dynamique.  
4) En   utilisant   l’expression   de   l’énergie   potentielle,   déterminer   les   positions   d’équilibre   de   M   et  
leur  stabilité.  

Correction  :  
1) Bilan  des  forces  exercées  sur  M  :  
-­‐  poids  de  résultante  𝑷 = 𝑚𝒈 = −𝑚𝑔𝒖𝒚  et  d’énergie  potentielle  𝐸! 𝑷  
-­‐  réaction  du  support  de  résultante  𝑹 = −𝑅𝒖𝒓  et  d’énergie  potentielle  𝐸! 𝑹  
-­‐  force  de  rappel  de  l’élastique  de  résultante  𝒇 = −𝑘𝑩𝑴  et  d’énergie  potentielle    𝐸! 𝒇  
Par  additivité  de  l’énergie  potentielle,  on  peut  écrire  :  
𝐸! = 𝐸! 𝑷 + 𝐸! 𝑹 + 𝐸! 𝒇  
 
Calculons  les  énergies  potentielles  associés  à  chacune  des  forces  :  

∘     𝑑𝐸! 𝒇 = −𝛿𝑊 𝒇 / ℛ = −𝒇. 𝒗(𝑀)/ ℛ 𝑑𝑡  


𝑑𝐸! 𝒇 = −𝑘𝑩𝑴. 𝒗(𝑀)/ ℛ 𝑑𝑡  
∘     𝐸! 𝑷 = 𝑚𝑔𝑦   𝑩𝑴 = 𝑩𝑶 + 𝑶𝑴 = −𝑟𝒖𝒙 + 𝑟𝒖𝒓
𝑎𝑣𝑒𝑐  𝑦 = −𝑟 sin 𝜃   𝑎𝑣𝑒𝑐    
𝒗(𝑀)/ ℛ = 𝑟𝜃𝒖𝜽                                                        
𝐸! 𝑷 = −𝑚𝑔𝑟 sin 𝜃   𝑩𝑴 = −𝑟 cos 𝜃 𝒖𝒓 − sin 𝜃 𝒖𝜽 + 𝑟𝒖𝒓
               𝑠𝑜𝑖𝑡    
𝒗(𝑀)/ ℛ = 𝑟𝜃𝒖𝜽                                                                        
𝑑𝜃
∘     𝑑𝐸! 𝑹 = −𝛿𝑊 𝑹 / ℛ = −𝑹. 𝒗(𝑀)/ ℛ 𝑑𝑡   𝑑𝐸! 𝒇 = 𝑘𝑟 ! sin 𝜃 𝜃𝑑𝑡 = 𝑘𝑟 ! sin 𝜃 𝑑𝑡  
𝑑𝑡
𝑑𝐸! 𝑹 = 0  
𝑑𝐸! 𝒇 = 𝑘𝑟 ! sin 𝜃 𝑑𝜃  
𝐸! 𝑹 = 0  
𝑑𝐸! 𝒇 = 𝑘𝑟 ! 𝑑 − cos 𝜃  
𝐸! 𝒇 = −𝑘𝑟 ! cos 𝜃  

Remarque  :  Les  constantes  d’intégration  des  énergies  potentielles  ont  été  choisies  égales  à  0.  

 𝐸! 𝑀 = −𝑚𝑔𝑟 sin 𝜃 − 𝑘𝑟 ! cos 𝜃    

2) On   applique   le   théorème   de   l’énergie   mécanique   à   M  dans   ℛ   galiléen  entre   l’instant   𝑡 = 0   et   un  


instant  t  quelconque  :  
∆𝐸! !⟶! (𝑀)/ ℛ = 𝑊!⟶! (𝑭!" )/ ℛ  
avec    𝑭!"  résultante  des  forces  non  conservatives  
La  résultante  des  forces  non  conservatives  étant  nulle  (𝑭!" = 𝟎),  on  en  déduit  :  
𝐸! 𝑀, 𝑡 / ℛ = 𝐸! 𝑀, 𝑡 = 0 / ℛ  
L’énergie  mécanique  du  point  M  à  un  instant  t  est  donnée  par  :  
𝐸! 𝑀, 𝑡 / ℛ = 𝐸! 𝑀, 𝑡 / ℛ + 𝐸! 𝑀, 𝑡 / ℛ  
1
𝐸! 𝑀, 𝑡 / ℛ = 𝑚𝑣 ! (𝑀)/ ℛ − 𝑚𝑔𝑟 sin 𝜃 − 𝑘𝑟 ! cos 𝜃  
2
1
𝐸! 𝑀, 𝑡 / ℛ = 𝑚𝑟 ! 𝜃 ! − 𝑚𝑔𝑟 sin 𝜃 − 𝑘𝑟 ! cos 𝜃  
2
A  l’instant  initial  :  
𝜋
𝜃 𝑡=0 =    𝑒𝑡  𝜃 𝑡 = 0  
2
𝑑𝑜𝑛𝑐  𝐸! 𝑀, 𝑡 = 0 / ℛ = −𝑚𝑔𝑟  
On  en  déduit  donc  l’intégrale  première  du  mouvement  :  
1
𝑚𝑟 ! 𝜃 ! − 𝑚𝑔𝑟 sin 𝜃 − 𝑘𝑟 ! cos 𝜃 = −𝑚𝑔𝑟  
2
1
  𝑚𝑟𝜃 ! + 𝑚𝑔 1 − sin 𝜃 − 𝑘𝑟 cos 𝜃 = 0  
2

3) On  applique  le  principe  fondamental  de  la  dynamique  à  M  dans   ℛ  galiléen  :  


𝑚𝒂(𝑀)/ ℛ = 𝑷 + 𝑹 + 𝒇  
𝑚𝒂(𝑀)/ ℛ = −𝑚𝑔𝒖𝒚 − 𝑅𝒖𝒓 − 𝑘𝑩𝑴  
𝑚 −𝑟𝜃 ! 𝒖𝒓 + 𝑟𝜃𝒖𝜽 = −𝑚𝑔 − sin 𝜃 𝒖𝒓 − cos 𝜃 𝒖𝜽 − 𝑅𝒖𝒓 + 𝑘𝑟 cos 𝜃 𝒖𝒓 − sin 𝜃 𝒖𝜽 − 𝑘𝑟𝒖𝒓  
On  projette  cette  équation  selon  𝒖𝜽  :  
 𝑚𝑟𝜃 = 𝑚𝑔 cos 𝜃 − 𝑘𝑟 sin 𝜃    
Cette   expression   est   équivalente   à   l’intégrale   première   du   mouvement   trouvée   précédemment.   En  
effet,  si  on  dérive  l’intégrale  première  du  mouvement  par  rapport  au  temps,  on  obtient  :  
1
𝑚𝑟×2𝜃𝜃 + 𝑚𝑔 −𝜃 cos 𝜃 + 𝑘𝑟𝜃 sin 𝜃 = 0  
2
𝑚𝑟𝜃 − 𝑚𝑔 cos 𝜃 + 𝑘𝑟 sin 𝜃 = 0  
De   façon   générale,   l’application   du   principe   fondamental   de   la   dynamique   ou   du   théorème   de  
l’énergie   mécanique   conduit   à   des   expressions   identiques.   Cependant,   l’intégrale   première   du  
mouvement   (déduit   de   l’application   du   théorème   de   l’énergie   mécanique)   est   plus   riche   en  
information  que  l’équation  déduite  du  principe  fondamental  de  la  dynamique  car  pour  l’obtenir,  il  
a  fallu  tenir  compte  des  conditions  initiales  du  système.  

4) Positions   d’équilibre   de   M  :   on   cherche   les   valeurs   de   𝜃   pour   lesquelles   la   dérivée   de   l’énergie  


potentielle  s’annule  :  
𝐸! 𝜃 = −𝑚𝑔𝑟 sin 𝜃 − 𝑘𝑟 ! cos 𝜃  
𝑑𝐸!
= −𝑚𝑔𝑟 cos 𝜃 + 𝑘𝑟 ! sin 𝜃  
𝑑𝜃
𝑑𝐸!
= 0     ⇔     −𝑚𝑔𝑟 cos 𝜃 + 𝑘𝑟 ! sin 𝜃 = 0  
𝑑𝜃
𝑑𝐸! 𝑚𝑔
= 0     ⇔     tan 𝜃 =  
𝑑𝜃 𝑘𝑟
Il  existe  donc  une  unique  position  d’équilibre,  telle  que  :  
𝑚𝑔
 𝜃! = 𝐴𝑟𝑐𝑡𝑎𝑛  
𝑘𝑟
Stabilité  de  la  position  d’équilibre  de  M  :  une  position  d’équilibre  𝜃!  est  dit  stable  si  :  
𝑑 ! 𝐸!
𝜃 = 𝜃! > 0  
𝑑𝜃 !
Calculons  donc  la  dérivée  seconde  de  l’énergie  potentielle  :  
𝑑 ! 𝐸!
= 𝑚𝑔𝑟 sin 𝜃 + 𝑘𝑟 ! cos 𝜃  
𝑑𝜃 !
On  étudie  alors  le  signe  de  cette  grandeur  pour  la  position  d’équilibre  :  
𝑑 ! 𝐸! 𝜋
!
𝜃 = 𝜃! = 𝑚𝑔𝑟 sin 𝜃! + 𝑘𝑟 ! cos 𝜃! > 0    𝑐𝑎𝑟    𝜃! ∈ 0,  
𝑑𝜃 2
𝜃!  est  une  position  d’équilibre  stable  

 
II. Théorème  de  l’énergie  cinétique  

Exercice  3  :  Distance  d’arrêt  


Un   point   matériel   M   de   masse   𝑚   est   lâché   sans   vitesse   initiale   depuis   un   point   𝐴!   et   glisse   sans  
frottements   sur   un   plan   incliné   jusqu’à   un   point   𝐴! .   Il   poursuit   ensuite   sa   course   sur   un   plan  
horizontal  où  il  subit  une  force  de  frottements  𝐹    de  norme  :  
𝐹 = 𝐹   = 𝑓𝑚𝑔  
où  𝑓  est  un  coefficient  de  frottements  constant  positif.  
Finalement,  le  point  M  s’immobilise  au  point  𝐴! .  
Le   référentiel   du   laboratoire   ℛ ,   associé   au   repère   d’espace   cartésien   𝑂, 𝑒! , 𝑒! , 𝑒!   ,   est   supposé  
galiléen.  

 
Calculer  la  distance  d’arrêt  𝐷 = 𝐴! 𝐴! .  

Correction  :  
Phase  1  :  M  va  de  𝐴!  à  𝐴!  
Bilan  des  forces  exercées  sur  M  :  
-­‐  poids  de  résultante  𝑷 = 𝑚𝒈 = −𝑚𝑔𝒖𝒛  
-­‐  réaction  du  support  de  résultante  𝑹 = 𝑅𝒖𝑵  
On  applique  le  théorème  de  l’énergie  cinétique  à  M  dans   ℛ  galiléen  entre  𝐴!  et  𝐴!  :  
∆𝐸! ! (𝑀)/ ℛ = 𝑊!! ⟶  !! (𝑭!"! )/ ℛ  
! ⟶  !!

∆𝐸! ! (𝑀)/ ℛ = 𝑊!! ⟶  !! (𝑷)/ ℛ + 𝑊!! ⟶  !! (𝑹)/ ℛ  


! ⟶  !!

Calculons  les  travaux  associés  à  chacune  des  forces  :  


!!
∘  𝑊!! ⟶  !! (𝑷)/ ℛ = −∆𝐸! ! (𝑷)/ ℛ  
! ⟶  !! ∘  𝑊!! ⟶  !! (𝑹)/ = 𝑹. 𝒗(𝑀)/ 𝑑𝑡  
ℛ ℛ
𝑊!! ⟶  !! (𝑷)/ ℛ = − 𝑚𝑔𝑧 𝐴! − 𝑚𝑔𝑧 𝐴!  
!!
𝑊!! ⟶  !! (𝑷)/ ℛ = 𝑚𝑔ℎ   𝑊!! ⟶  !! (𝑹)/ = 0  

⇒   𝑊!! ⟶  !! (𝑭!"! )/ ℛ = 𝑚𝑔ℎ  

Calculons  la  variation  de  l’énergie  cinétique  entre  𝐴!  et  𝐴!  :  
1
∆𝐸! ! (𝑀)/ ℛ = 𝐸! (  𝐴! )/ ℛ − 𝐸! (  𝐴! )/ ℛ 𝑚  𝑣 ! (  𝐴! )  
! ⟶  !! 2
1
𝑑𝑜𝑛𝑐       𝑚  𝑣 !  𝐴! = 𝑚𝑔ℎ    
2
Phase  2  :  M  va  de  𝐴!  à  𝐴!  
Bilan  des  forces  exercées  sur  M  :  
-­‐  poids  de  résultante  𝑷 = 𝑚𝒈 = −𝑚𝑔𝒖𝒛  
-­‐  réaction  du  support  de  résultante  𝑹 = 𝑅𝒖𝑵  
-­‐  force  de  frottements  𝑭 = −𝑓𝑚𝑔𝒖𝒙  
On  applique  le  théorème  de  l’énergie  cinétique  à  M  dans   ℛ  galiléen  entre  𝐴!  et  𝐴!  :  
∆𝐸! ! (𝑀)/ ℛ = 𝑊!! ⟶  !! (𝑭!"! )/ ℛ  
! ⟶  !!

∆𝐸! ! (𝑀)/ ℛ = 𝑊!! ⟶  !! (𝑷)/ ℛ + 𝑊!! ⟶  !! (𝑹)/ ℛ + 𝑊!! ⟶  !! (𝑭)/ ℛ  
! ⟶  !!

Calculons  les  travaux  associés  à  chacune  des  forces  :  


∘  𝑊!! ⟶  !! (𝑷)/ ℛ = −∆𝐸! ! (𝑷)/ ℛ  
! ⟶  !! !!
𝑊!! ⟶  !! (𝑷)/ ℛ = − 𝑚𝑔𝑧 𝐴! − 𝑚𝑔𝑧 𝐴!   ∘  𝑊!! ⟶  !! (𝑭)/ = 𝑭. 𝑑𝑶𝑴  

𝑊!! ⟶  !! (𝑷)/ ℛ = 0   !!
!!
!!
𝑊!! ⟶  !! (𝑭)/ ℛ = −𝑓𝑚𝑔 𝑑𝑥  
∘  𝑊!! ⟶  !! (𝑹)/ ℛ = 𝑹. 𝒗(𝑀)/ ℛ 𝑑𝑡  
!!
!!
𝑊!! ⟶  !! (𝑹)/ ℛ = −𝑓𝑚𝑔𝐷  
𝑊!! ⟶  !! (𝑹)/ ℛ = 0  

⇒   𝑊!! ⟶  !! (𝑭!"! )/ ℛ = −𝑓𝑚𝑔𝐷  

Calculons  la  variation  de  l’énergie  cinétique  entre  𝐴!  et  𝐴!  :  
∆𝐸! ! ⟶  ! (𝑀)/ ℛ = 𝐸! (𝐴! )/ ℛ − 𝐸! (𝐴! )/ ℛ  
! !
1 1
∆𝐸! ! (𝑀)/ 𝑚𝑣 ! (𝐴! ) − 𝑚𝑣 ! (𝐴! )  
ℛ =
! ⟶  !! 2 1
1
∆𝐸! ! ⟶  ! (𝑀)/ ℛ = − 𝑚𝑣 ! (𝐴! )  
! ! 2
On  en  déduit  donc  :  
1
𝑚  𝑣 !  𝐴! = 𝑓𝑚𝑔𝐷  
2
𝑚𝑔ℎ = 𝑓𝑚𝑔𝐷  

⇔    𝐷 =    
𝑓

Exercice  4  :  Mouvements  de  glissement  


On  considère  une  bille  M,  de  masse  m,  susceptible  de  glisser  :  
-­‐  soit  sans  frottement  à  l’intérieur  d’une  portion  de  jante  circulaire  (quart  de  cercle  de  rayon  R)  
-­‐  soit  en  présence  de  frottement  solide,  équivalent  à  une  force  de  norme  𝑅 ! = 𝑹𝑻 = −𝑓𝑅! ,  sur  un  
plan  incliné  d’angle  𝛼 .  
 

Déterminer   dans   chaque   cas   la   vitesse   minimale   𝑣!   qu’il   faut   communiquer   à   la   bille   en   𝑀!   pour  
qu’elle  atteigne  le  point  𝑀! .  

Correction  :  
Mouvement  1  :  Bilan  des  forces  exercées  sur  M  :  
-­‐  poids  de  résultante  𝑷 = 𝑚𝒈 = 𝑚𝑔𝒖𝒙 = 𝑚𝑔 cos 𝜃 𝒖𝒓 − sin 𝜃 𝒖𝜽  
-­‐  réaction  du  support  de  résultante  𝑹 = −𝑅𝒖𝒓  
 

 
On  applique  le  théorème  de  l’énergie  cinétique  à  M  dans   ℛ  galiléen  entre  𝑀!  et  𝑀!  :  
∆𝐸! ! (𝑀)/ ℛ = 𝑊!! ⟶  !! (𝑭!"! )/ ℛ  
! ⟶  !!

∆𝐸! ! (𝑀)/ ℛ = 𝑊!! ⟶  !! (𝑷)/ ℛ + 𝑊!! ⟶  !! (𝑹)/ ℛ  


! ⟶  !!

Calculons  les  travaux  associés  à  chacune  des  forces  :  


!!
∘  𝑊!! ⟶  !! (𝑷)/ ℛ = −∆𝐸! ! (𝑷)/ ℛ  
! ⟶  !!
∘  𝑊!! ⟶  !! (𝑹)/ ℛ = 𝑹. 𝑑𝑶𝑴  
𝑊!! ⟶  !! (𝑷)/ ℛ = − 𝑚𝑔𝑧 𝑀! − 𝑚𝑔𝑧 𝑀!  
!!
𝑊!! ⟶  !! (𝑷)/ ℛ = −𝑚𝑔𝑅   𝑊!! ⟶  !! (𝑹)/ = 0  

⇒   𝑊!! ⟶  !! (𝑭!"! )/ ℛ = −𝑚𝑔𝑅  

Calculons   la   variation   de   l’énergie   cinétique   entre   𝑀!   et   𝑀!   dans   le   cas   limite   où   on   a   communiqué  


en  𝑀!  la  vitesse  minimale  pour  que  le  point  M  atteigne  le  point  𝑀!  avec  une  vitesse  nulle  :  
∆𝐸! ! ⟶  ! (𝑀)/ ℛ = 𝐸! (𝑀! )/ ℛ − 𝐸! (𝑀! )/ ℛ  
! !
1 1
∆𝐸! ! (𝑀)/ ℛ 𝑚  𝑣 ! (𝑀! ) − 𝑚  𝑣 ! (𝑀! )  
=
! ⟶  !! 2 1
1
∆𝐸! ! ⟶  !   (𝑀)/ ℛ = − 𝑚𝑣!!  
! ! 2
On  en  déduit  donc  :  
1
− 𝑚𝑣!! = −𝑚𝑔𝑅  
2
 𝑣! = 2𝑔𝑅    
Mouvement  2  :  Bilan  des  forces  exercées  sur  M  :  
-­‐  poids  de  résultante  𝑷 = 𝑚𝒈 = −𝑚𝑔𝒖𝒛 = 𝑚𝑔 sin 𝛼 𝒖𝑻 − cos 𝛼 𝒖𝑵  
-­‐  réaction  du  support  de  résultante  𝑹𝑵 = 𝑅! 𝒖𝑵  
-­‐  force  de  frottements  :  𝒇 = −𝑓𝑅! 𝒖𝑻  

 
On  applique  le  théorème  de  l’énergie  cinétique  à  M  dans   ℛ  galiléen  entre  𝑀!  et  𝑀!  :  
∆𝐸! ! (𝑀)/ ℛ = 𝑊!! ⟶  !! (𝑭!"! )/ ℛ  
! ⟶  !!

∆𝐸! ! (𝑀)/ ℛ = 𝑊!! ⟶  !! (𝑷)/ ℛ + 𝑊!! ⟶  !! (𝑹)/ ℛ + 𝑊!! ⟶  !! (𝒇)/ ℛ  
! ⟶  !!

Calculons  les  travaux  associés  à  chacune  des  forces  :  


∘  𝑊!! ⟶  !! (𝑷)/ ℛ = −∆𝐸! ! (𝑷)/ ℛ  
! ⟶  !!
𝑊!! ⟶  !! (𝑷)/ ℛ = − 𝑚𝑔𝑧 𝑀! − 𝑚𝑔𝑧 𝑀!   !!
𝑊!! ⟶  !! (𝑷)/ ℛ = 𝑚𝑔ℎ  
∘  𝑊!! ⟶  !! (𝒇)/ ℛ = 𝒇. 𝑑𝑶𝑴  
!! !!

∘  𝑊!! ⟶  !! (𝑹)/ ℛ = 𝑹. 𝑑𝑶𝑴   𝑊!! ⟶  !! (𝑹)/ ℛ = −𝑓𝑅!  
sin 𝛼
!!
𝑊!! ⟶  !! (𝑹)/ ℛ = 0  


⇒   𝑊!! ⟶  !! (𝑭!"! )/ ℛ = 𝑚𝑔ℎ − 𝑓𝑅!  
sin 𝛼
Pour   déterminer   l’expression   de   𝑅! ,   on   applique   le   principe   fondamental   de   la   dynamique   au   point  
M  dans   ℛ  galiléen,  que  l’on  projette  selon  l’axe  𝒖𝑵 ,  axe  selon  lequel  le  point  M  est  immobile  :  
𝑚𝒂(𝑀)/ ℛ = 𝑷 + 𝑹 + 𝒇  
𝑚𝒂(𝑀)/ ℛ . 𝒖𝑵 = 0 = −𝑚𝑔 cos 𝛼 + 𝑅!  
⇒     𝑅! = 𝑚𝑔 cos 𝛼  
Ainsi,  le  travail  des  différentes  forces  le  long  du  trajet  vaut  :  
𝑓𝑚𝑔ℎ cos 𝛼
𝑊!! ⟶  !! (𝑭!"! )/ ℛ = 𝑚𝑔ℎ −  
sin 𝛼
𝑓𝑚𝑔ℎ
𝑊!! ⟶  !! (𝑭!"! )/ ℛ = 𝑚𝑔ℎ −  
tan 𝛼
Calculons   la   variation   de   l’énergie   cinétique   entre   𝑀!   et   𝑀!   dans   le   cas   limite   où   on   a   communiqué  
en  𝑀!  la  vitesse  minimale  pour  que  le  point  M  atteigne  le  point  𝑀!  avec  une  vitesse  nulle  :  
∆𝐸! ! ⟶  ! (𝑀)/ ℛ = 𝐸! (𝑀! )/ ℛ − 𝐸! (𝑀! )/ ℛ  
! !
1
∆𝐸! ! (𝑀)/ ℛ = − 𝑚𝑣!!  
! ⟶  !!   2
On  en  déduit  donc  :  
1 𝑓𝑚𝑔ℎ
− 𝑚𝑣!! = 𝑚𝑔ℎ −  
2 tan 𝛼

𝑓
 𝑣!   = 2𝑔ℎ − 1    𝑒𝑥𝑖𝑠𝑡𝑒  𝑠𝑖   𝑓 > tan 𝛼    
tan 𝛼