Vous êtes sur la page 1sur 5

POINT COMPLET SUR LA CONSULTATION

REHABILITATION 275 LOGEMENTS COLLECTIFS – LE NOMBRE D’OR – MONTPELLIER

Enveloppe prévisionnelle de l’opération : 11 000 0000 € HT

1/ Forme du marché

o Marché global : marché de conception-réalisation

Les marchés de conception-réalisation, prévus par l’article L. 2171-2 du code de la


commande publique, sont des marchés de travaux permettant à l’acheteur de confier
simultanément la réalisation d’études (la conception) et l’exécution de travaux (la
réalisation) à un groupement d’opérateurs économiques ou à un seul opérateur pour les
ouvrages d’infrastructures.

Le recours aux marchés de conception-réalisation par les maîtres d’ouvrage visés par l’article
L. 2411-1 du code de la commande publique, s’avère strictement encadré.

Les organismes d’habitations à loyer modéré mentionnés à l’article L. 411-2 du code de la


construction et de l’habitation (dont les offices publics de l’habitat) et les sociétés
d’économie mixte de construction et de gestion de logements sociaux, bien qu’étant visés,
pour la réalisation de logements locatifs aidés par l’Etat, par l’article L. 2411-1 du CCP,
peuvent recourir sans condition au marché de conception-réalisation. En effet, le dernier
alinéa de l’article L. 2171-2 du CCP précise que les conditions mentionnées à ce même article
ne leur sont pas applicables.
Il n’est donc pas nécessaire de justifier le choix de cette procédure.

Développement durable : Le marché de conception-réalisation est un outil particulièrement


utile à l’acheteur pour satisfaire à ses obligations liées à des préoccupations
environnementales. Pour rappel, tout acheteur doit prendre en compte, à l’occasion de la
définition de ses besoins, « des objectifs de développement durable dans leur dimension
économique, sociale et environnementale », dans le respect des principes généraux de la
commande publique. (De plus, l’État et ses établissements publics sont tenus, en application
de l’article 5 de la loi n° 2009-967 du 3 août 2009 modifiée de programmation relative à la
mise en œuvre du Grenelle de l'environnement, de réduire les consommations d'énergie du
parc des bâtiments existants d'au moins 38 % d'ici à 2020).

Il est conseillé d’ajouter dans cette consultation des clauses d’insertion sociale et des
critères de développement durable.

2/ Procédure

La procédure avec négociation


La procédure avec négociation est une procédure formalisée. La procédure avec négociation
est définie à l’article L. 2124-3 du code de la commande publique (CCP). Elle est la procédure
par laquelle l’acheteur négocie les conditions du marché avec un ou plusieurs opérateurs
économiques.
Pour les pouvoirs adjudicateurs, elle ne peut être mise en œuvre que dans certaines
hypothèses limitativement énumérées à l’article R. 2124-3 du code précité. Le pouvoir
adjudicateur doit pouvoir justifier que les conditions de recours à ces procédures, qui
s’interprètent strictement, sont remplies.

Art R. 2124-3

Le pouvoir adjudicateur peut passer ses marchés selon la procédure avec négociation dans
les cas suivants :
1° Lorsque le besoin ne peut être satisfait sans adapter des solutions immédiatement
disponibles ;
2° Lorsque le besoin consiste en une solution innovante. Sont innovants les travaux,
fournitures ou services nouveaux ou sensiblement améliorés. Le caractère innovant peut
consister dans la mise en œuvre de nouveaux procédés de production ou de construction,
d’une nouvelle méthode de commercialisation ou d’une nouvelle méthode organisationnelle
dans les pratiques, l’organisation du lieu de travail ou les relations extérieures de
l’entreprise ;
3° Lorsque le marché comporte des prestations de conception ;
4° Lorsque le marché ne peut être attribué sans négociation préalable du fait de
circonstances particulières liées à sa nature, à sa complexité ou au montage juridique et
financier ou en raison des risques qui s’y rattachent ;
5° Lorsque le pouvoir adjudicateur n’est pas en mesure de définir les spécifications
techniques avec une précision suffisante en se référant à une norme, une évaluation
technique européenne, une spécification technique commune ou un référentiel technique,
définis à la section 2 du chapitre Ier du titre Ier du présent livre ;
6° Lorsque, dans le cadre d’un appel d’offres, seules des offres irrégulières ou inacceptables,
au sens des articles L. 2152-2 et L. 2152-3, ont été présentées pour autant que les conditions
initiales du marché ne soient pas substantiellement modifiées. Le pouvoir adjudicateur n’est
pas tenu de publier un avis de marché s’il ne fait participer à la procédure que le ou les
soumissionnaires qui ont présenté des offres conformes aux exigences relatives aux délais et
modalités formelles de l’appel d’offres. Toutefois, par dérogation aux dispositions de l'article
R. 2144-4, ne peuvent participer à la procédure que le ou les soumissionnaires ayant justifié
au préalable ne pas être dans un cas d'exclusion et satisfaisant aux conditions de
participation fixées par l'acheteur.

1.3. Lorsque le marché comporte des prestations de conception (3° de l’article R. 2124-3 )
Le pouvoir adjudicateur peut avoir recours à une procédure avec négociation lorsqu’il passe
un marché public qui a pour unique objet des prestations de conception ou qui en comporte.
Cette procédure pourra ainsi être utilisée dans le cadre de marchés de conception-
réalisation prévus à l’article L. 2171-2 du code de la commande publique ou de marchés
incluant de la conception tels que des marchés de travaux ou de services d’ingénierie.

Il est donc possible d’utiliser cette procédure (3°).


Spécificités de la procédure avec négociation
La procédure avec négociation est une procédure formalisée. Elle doit donc respecter les
dispositions auxquelles sont soumises toutes les procédures formalisées, en plus des
dispositions particulières qui lui sont applicables.
Les principales étapes de la procédure avec négociation sont prévues aux articles R. 2161-12
à R. 2161-20 du CCP pour les pouvoirs adjudicateurs et R. 2161-21 à R. 2161-23 du CCP pour
les entités adjudicatrices. .

- Exigences minimales que les offres doivent respecter


o Les informations que le pouvoir adjudicateur fournit doivent être suffisamment
précises pour permettre aux opérateurs économiques de déterminer la nature et la
portée du marché public et de décider de participer à la procédure. Aucune
négociation sur ce point n’est autorisée

- Délai minimal de réception des candidatures : 30 jours


L’acheteur fixe les délais de réception des candidatures en tenant compte de la complexité du
marché et du temps nécessaire aux opérateurs économiques pour préparer leur candidature.

- Délai minimal de réception des offres : 30 jours


L’acheteur fixe les délais de réception des offres en tenant compte de la complexité du
marché et du temps nécessaire aux opérateurs économiques pour préparer leur offre.

- Sélection des candidats


o Conformément à l’article R. 2142-15 du code de la commande publique, l’acheteur
peut limiter le nombre de candidats qui seront admis à négocier, à condition que ce
nombre soit suffisant pour assurer une concurrence effective. Pour les pouvoirs
adjudicateurs, ce nombre minimal ne peut être inférieur à trois (Si le nombre de
candidats satisfaisant aux critères annoncés n’atteint pas le minimum prévu par
l’acheteur, ce dernier peut poursuivre la procédure avec les candidats ayant les
capacités requises).

- Négociation avec les candidats


Pour les pouvoirs adjudicateurs comme pour les entités adjudicatrices, la négociation n’est
pas obligatoire. En effet, l’acheteur peut décider d’attribuer le marché public sur la base des
offres initiales sans négociation, à condition d’avoir indiqué dans l’avis de marché ou dans
l’invitation à confirmer l’intérêt qu’il se réserve la possibilité de le faire (aucun intérêt mais on
peut toujours le prévoir dans l’avis de marché).

o Déroulement de la négociation
Conformément à l’article R. 2161-17 du CCP, à l’issue du délai de réception des offres
initiales, le pouvoir adjudicateur négocie avec les soumissionnaires le contenu de ces
offres. Les offres ultérieures, à l’exception des offres finales, pourront également
faire l’objet d’une négociation. La procédure de négociation peut se dérouler en
phases successives de manière à réduire le nombre d’offres à négocier en appliquant
les critères d’attribution indiqués dans l’avis de marché, dans l’invitation à confirmer
l’intérêt ou dans un autre document de la consultation. Le pouvoir adjudicateur doit
alors le prévoir expressément dans l’un de ces documents (les phases successives
rallongent la durée de la procédure et complique la phase de négociation  ; il est
conseillé de ne pas les prévoir)
Dans la phase finale de négociation, le nombre d’offres restant à négocier doit être
suffisant pour assurer une concurrence réelle, pour autant qu’il y ait un nombre
suffisant d’offres remplissant les conditions requises.
La négociation doit être conduite dans le respect du principe d’égalité de traitement
entre tous les soumissionnaires. Le pouvoir adjudicateur doit donc s’abstenir de
donner toute information susceptible d’avantager certains soumissionnaires par
rapport à d’autres. Le respect de ce principe implique également qu’il informe par
écrit tous les soumissionnaires dont les offres n’ont pas encore été éliminées de tous
les changements apportés aux spécifications techniques ou aux autres documents de
la consultation. Ces changements ne peuvent porter sur les exigences minimales
initialement fixées. Il doit laisser aux soumissionnaires un délai suffisant pour leur
permettre de modifier leurs offres et en présenter une nouvelle le cas échéant.

o Contenu de la négociation
La négociation peut porter sur l’ensemble du contenu des offres et des documents de
la consultation, à l’exception toutefois, pour les pouvoirs adjudicateurs, des
exigences minimales mentionnées à l’article R. 2161-13 du décret et des critères
d’attribution définis dans les documents de la consultation.

Il est ainsi possible de négocier sur :

- le prix ou ses éléments : peuvent, par exemple, être négociés le coût d’acquisition,
le coût de stockage ou de transformation, le prix des accessoires, des options, des
pièces de rechange, des garanties, de l’entretien, de l’assurance, du transport, etc. ;

- la quantité : peuvent être négociées la quantité nécessaire, la fréquence des


commandes, la structure des remises accordées, etc. ;

- la qualité : peuvent être négociés la qualité, suffisante ou, au contraire, surestimée


au regard des besoins, son incidence sur le prix, si le niveau de qualité demandé est
modifié à la hausse ou à la baisse ;

- le délai : peuvent être négociés l’incidence sur le prix des exigences en terme de
délai, la part du transport et des formalités diverses, etc. ;

- les garanties de bonne exécution du marché (pénalités, résiliation...).

A l’issue de la procédure, le pouvoir adjudicateur doit établir un rapport de présentation. Ce rapport


comprend notamment les motifs de recours à la procédure avec négociation (il est conseillé de
justifier le recours à la procédure avec négociation dès le lancement, dans le règlement de la
consultation). Dans la mesure où l’avis d’attribution, si un tel avis a été publié, contient les
informations exigées, le rapport de présentation peut renvoyer à cet avis.

- Indemnités à prévoir (étape offre)


Calendrier prévisionnel

• Lancement de la consultation : semaine 11


• Date limite de remise des candidatures : semaine 15/16
• Établissement de la liste des 3 équipes admises à déposer une offre : CAO 29/04
• Transmission des dossiers de consultation aux candidats admis : semaine 18/19
• Visite du site (le cas échéant) : semaine 21 ou semaine 22
• Date limite de réception des offres initiales : semaine 24
• Ouverture des offres : CAO 24/06
• Négociation : semaine 26
• Date d’envoi du cahier des charges définitif : semaine 27
• Date limite de réception des offres finales : semaine 29
• Attribution du marché : fin juillet