Vous êtes sur la page 1sur 16

Campus_81_OKdefOK_Arp 14.6.

2006 13:26 Page 12

recherche dossier extra-muros étudiants actualités


sexologie

Le plaisir fé
> Orgasmes multiples, point G, éjaculations féminines,
excitation vaginale ou clitoridienne: la sexualité
des femmes est beaucoup plus riche et variée que
celle des hommes. Explications du nouveau responsable
de la Consultation de gynécologie psychosomatique
et sexologie, Francesco Bianchi-Demicheli

12 > La sexualité féminine est encore largement méconnue.


Plusieurs études auxquelles collaborent des chercheurs
genevois se penchent sur le désir sexuel chez
les femmes à l’aide de l’imagerie cérébrale

> La sexologie genevoise bénéficie depuis quatre décen-


nies d’un rayonnement international. Rencontre avec
Georges Abraham, cofondateur, avec Willy Pasini, de
la première unité universitaire de sexologie européenne

Dossier réalisé par Vincent Monnet et Anton Vos


Photographies: Olivier Vogelsang

Campus N° 81
Campus_81_OKdefOK_Arp 14.6.2006 13:26 Page 13

recherche dossier extra-muros étudiants actualités


sexologie

féminin
13

Université de Genève
Campus_81_OKdefOK_Arp 14.6.2006 13:26 Page 14

recherche dossier extra-muros étudiants actualités


sexologie

un orgasme
«Il n’y a pas
supérieur à l’autre»
La Consultation de gynécologie psychosomatique et sexologie à Genève a un nou-
veau chef en la personne du docteur Francesco Bianchi-Demicheli. Sa spécialité:
la sexualité féminine. L’occasion de faire le point sur un sujet controversé

La sexualité féminine a souffert durant l’éjaculation féminine (lire les encadrés Francesco Bianchi-Demicheli. On peut
des millénaires d’une oppression sans ci-contre), il existe des différences très admettre, bien que cela soit discutable, que
pitié. Aujourd’hui, elle se libère de son importantes non seulement entre les l’homme ait un désir sexuel capable de
carcan et, au lieu du néant ou du diable, femmes, mais aussi selon le moment, la s’éveiller à tout moment. Chez la femme, cela
les sexologues y découvrent une situation et l’âge considérés. Certaines se passe autrement. Elle a davantage besoin
richesse et une diversité surprenantes, ont expérimenté des orgasmes mul- d’intimité, d’un bien-être avec son parte-
obligeant la notion de «normalité» à tiples et d’autres jamais. Mais, à l’occa- naire pour faire naître le désir. Il lui faut un
devenir très élastique. Signe de l’intérêt sion d’un changement de partenaire, climat sentimental particulier. De plus, une
que suscite le sujet, le nombre de contro- par exemple, une femme peut subite- femme sera nettement plus disposée à avoir
verses scientifiques entourant l’excita- ment devenir multi-orgasmique sans un autre rapport avec un homme si elle a été
tion et l’orgasme féminin est important. l’avoir jamais été auparavant. satisfaite, non seulement pendant l’acte,
Fraîchement arrivé à la tête de la «Certains chercheurs ont tenté de modéliser mais aussi après, c’est-à-dire au cours de ce
Consultation de gynécologie psychoso- les différences qui existent dans la sexualité moment de tendresse qui suit les ébats
matique et sexologie à Genève, le doc- des hommes et des femmes, poursuit amoureux. Curieusement, c’est aussi le
teur Francesco Bianchi-
Demicheli fait le point en
regard des dernières connais-
sances scientifiques. L’occasion
également de trier le bon grain
de l’ivraie face à l’avalanche Les orgasmes multiples des femmes multi-orgasmiques qui
d’informations plus ou moins > Les études indiquent que 17% s’ignorent: celles qui n’ont pas encore
fausses déversées chaque jour des femmes peuvent ressentir plusieurs exploré leur sexualité jusqu’au bout ou
14 sur le sujet par la presse fémi- orgasmes de suite, sans pause. qui n’ont peut-être pas encore rencontré
nine. Contrairement à l’homme qui, dans la très le partenaire susceptible de leur apporter
«On a accepté le fait que la femme grande majorité des cas, passe, après ce genre de sensations. Il existe d’ailleurs
ressente un plaisir sexuel compa- la jouissance, par une période réfractaire des femmes qui sont passées de l’état
plus ou moins longue (de quelques anorgasmique à multi-orgasmique uni-
rable à celui de l’homme que très
secondes jusqu’à plusieurs jours, selon quement en changeant de partenaire.
récemment, explique Francesco
l’âge et le degré d’excitation), les femmes
Bianchi-Demicheli. Toutefois, si le
peuvent être multi-orgasmiques. Clitoridienne ou vaginale?
plaisir est comparable, la sexualité Certaines, assez rares, peuvent atteindre
féminine reste beaucoup plus com- > Sigmund Freud prétendait qu’une
le climax plus d’une trentaine de fois femme n’était pas mûre tant qu’elle
plexe.» par jour. n’avait pas de plaisir vaginal. Aujourd’hui
Les controverses scientifiques > La proportion de 17% est toutefois discu- encore, il existe certaines écoles de pensée
sont là pour le montrer. Que ce table, puisqu’elle ne comprend que les qui prétendent la même chose. Pour
soit pour le légendaire point G, femmes ayant effectivement vécu une Francesco Bianchi-Demicheli, il s’agit de
l’excitation clitoridienne ou telle expérience. Selon Francesco Bianchi- revoir cette vision en tenant compte des
vaginale, la multiplicité des Demicheli, ce chiffre pourrait atteindre connaissances scientifiques actuelles.
orgasmes et même pour le phé- 40%, à l’appui de résultats de certaines Ces dernières indiquent que la différence
nomène rare et spectaculaire de études cliniques, si l’on tient compte entre l’orgasme clitoridien et vaginal n’a

Campus N° 81
Campus_81_OKdefOK_Arp 14.6.2006 13:26 Page 15

recherche dossier extra-muros étudiants actualités


sexologie

moment où beaucoup d’hommes choisissent ment. Son désir pour un nouveau rapport incomparables, etc. Pour lui, il n’existe
de partir. De fuir comme des voleurs, comme sexuel se nourrit de ces instants.» pas de hiérarchie dans les orgasmes,
le disent beaucoup de mes patientes. Peu de Concernant l’acte sexuel lui-même, le l’un n’est pas supérieur à l’autre. Et le
sexologues s’intéressent à ce qui se passe sexologue genevois s’élève contre toutes fait que celui-ci soit vaginal ou clitori-
après le coït. Pourtant, c’est un moment où les «recettes» et autres «trucs» vendus dien n’a rien à voir avec la maturité de
la femme se ressource tout en faisant une lec- par la presse féminine pour atteindre le la femme, contrairement à ce que la psy-
ture cognitive et émotionnelle de l’événe- «septième ciel», de vivre des orgasmes chanalyse a laissé entendre à ses débuts.
De même, expérimenter des orgasmes
multiples n’est pas forcément plus satis-
faisant que de se contenter d’un seul.
Tous les types de jouissance se valent.
La satisfaction d’une femme ne se
mesure d’ailleurs pas au nombre d’or-
gasmes qu’elle peut vivre. «On confond
souvent la satisfaction globale que l’on retire
d’une relation avec ce que peut être le plaisir
de l’orgasme, note Francesco Bianchi-
Demicheli. Evidemment, l’idéal serait
d’être amoureux et d’avoir un plaisir phy-
sique avec la même personne. Cela existe.
Mais il est tout aussi possible qu’une femme
puisse jouir plusieurs fois sans être satisfaite
dans sa relation. Ou, au contraire, n’avoir
jamais d’orgasmes et être heureuse avec son
partenaire. On le voit, la palette des com-
portements est très large. Il est d’ailleurs dif-
ficile de définir une normalité à partir de
laquelle on peut reconnaître des pathologies.
A mes yeux, tant qu’il n’y a pas de souf-
france, il n’y a pas de pathologie.» ■

rien à voir avec la maturité ou un quel- On retrouve en effet chez certaines varier selon le partenaire sexuel ou l’état
conque degré de féminité. Du point femmes des résidus des cellules embryon- d’esprit. Mais si toutes les conditions sont
de vue de la réponse du cerveau, qui est naires prostatiques – un vestige de prosta- remplies, les femmes semblent alors
le siège du plaisir et des sensations, rien te pourrait-on dire – autour de l’urètre ressentir des sensations beaucoup
ne distingue les deux types d’orgasmes. à peu près à la même hauteur que plus intenses dans la région du point G. 15

> S’il existe des femmes plutôt «clitori- le point G. Leur quantité varie d’une
femme à l’autre. Quelques études ont
diennes» ou plutôt «vaginales», c’est
découvert une plus grande concentration
Ejaculations féminines
certainement dû au développement tout > Certaines femmes voient leurs
au long de la vie de réseaux neuronaux de fibres nerveuses à cet endroit, d’autres
orgasmes accompagnés d’éjaculations
sous l’action de stimuli plutôt que n’ont rien trouvé.
de liquide. Et ce en des quantités parfois
d’autres. Certains de ces réseaux sont > Les choses sont nettement plus claires beaucoup plus importantes que chez
d’ailleurs déjà présents à la naissance du point de vue clinique. La littérature un homme. A tel point que les femmes
pour des raisons autres que sexuelles. scientifique abonde en témoignages sur concernées en éprouvent souvent de
le sujet. Seulement, toutes les femmes la honte. Elles pensent être incontinentes.
Le point G n’y sont sensibles, et celles qui le sont Il est vrai que le liquide est éjecté par
> La controverse se poursuit aujourd’hui ne le sont pas toujours. En d’autres l’urètre (et non par le vagin), mais il est
sur l’existence du point G (décrit pour termes, ce n’est pas un bouton que l’on différent de l’urine dans sa composition.
la première fois par le médecin allemand presse et qui s’active de façon automa- De même, il se distingue du liquide
Ernest Grafenberg en 1953). Du point de tique. La condition préalable pour qu’il secrété durant l’excitation. La question
vue anatomique, il serait localisé quelque fonctionne est que la femme soit déjà en demeure donc ouverte.
part dans le tiers inférieur du vagin. état d’excitation. Ce facteur peut aussi

Université de Genève
Campus_81_OKdefOK_Arp 14.6.2006 13:26 Page 16

recherche dossier extra-muros étudiants actualités


sexologie

Un nombre croissant d’études démontrent le rôle prépondérant du système


nerveux central dans la fonction sexuelle de la femme

«S i l’on veut en savoir davantage sur le l’autre ou selon le moment et l’humeur, femmes atteignant l’orgasme par la
plaisir sexuel féminin, il faut concentrer la explique-t-il. Les sexologues ont eu trop seule pensée (autosuggestion d’images
recherche sur le cerveau.» Pour Francesco tendance à ne s’intéresser qu’à la périphérie érotiques) sans aucune stimulation phy-
Bianchi-Demicheli, responsable de la (point G, orgasme clitoridien ou vaginal…) sique. Les chercheurs ont également
Consultation de gynécologie psychoso- en oubliant que la sexualité est en réalité observé que les caractéristiques de ces
matique et sexologie à Genève, cela ne gérée par le cerveau.» orgasmes (augmentation de la pression
fait aucun doute: c’est dans le système De plus en plus d’études tendent à ren- sanguine, du rythme cardiaque et du
nerveux central que se trouvent les clés forcer cette vision. L’une des plus spec- diamètre de la pupille) sont compa-
de la compréhension de l’orgasme fémi- taculaires a été publiée dans la revue rables à celles des orgasmes provoqués
nin. «C’est pour cela que l’on observe autant Archives of Sexual Behaviour du mois par la masturbation. «Sur la base de ces
de différences chez les femmes, que les d’avril 1992. Beverly Whipple, de résultats, nous affirmons que la stimula-
mêmes stimulations peuvent engendrer des l’Université du New Jersey, et ses col- tion physique des parties génitales n’est à
réponses très variables d’une personne à lègues y présentent l’exemple de l’évidence pas nécessaire pour reproduire un

Le cerveau, organe
Campus_81_OKdefOK_Arp 14.6.2006 13:26 Page 17

recherche dossier extra-muros étudiants actualités


sexologie

Un homme spécialiste
état correspondant à celui d’un orgasme et de l’orgasme féminin?
qu’il est justifié de redéfinir la nature de
celui-ci», concluent-ils. Dans la même Francesco Bianchi-Demicheli, responsable de la pas parler de sexualité
veine, une étude plus ancienne, menée Consultation de gynécologie psychosomatique et féminine. Je suis chercheur
en 1976, rapporte des cas d’orgasmes sexologie, s’est spécialisé dans la sexualité fémini- et clinicien et cela fait des
nocturnes. ne. Il est souvent questionné sur sa légitimité, en années que je m’occupe
Toutefois, en majorité, le plaisir sexuel tant qu’homme, à s’exprimer sur ce sujet. Voici sa exclusivement des
réponse: «Il existe des hommes qui ne compren- femmes. Je m’y intéresse
est induit par stimulation physique.
nent pas la sexualité féminine. Mais il y en a et je possède une longue
Mais même dans ce cas, on sait que les d’autres qui la comprennent bien. De même, il expérience dans ce domai-
zones érogènes ne se limitent pas aux existe des femmes qui n’y entendent que peu sur ne. Je peux donc fournir
parties génitales. Bien d’autres régions le fonctionnement de leur sexualité. Le fait que des réponses éclairées et
du corps peuvent provoquer une excita- je sois un homme ne signifie pas que je ne puisse légitimes sur la question.»
tion sexuelle. Certains résultats per-

des surprises. Dans l’article paru dans L’orgasme féminin passe donc sans

e sexuel la revue Brain Research du 22 octobre


2004, une équipe de l’Université du New
Jersey expose le cas de femmes qui, mal-
gré une lésion complète de la mœlle
épinière, ressentent des sensations vagi-
doute par l’activation de réseaux neu-
ronaux spécifiques et complexes et les
pathologies touchant le cerveau sont
susceptibles de les perturber. Plusieurs
études épidémiologiques ont notam-
nales. Certaines d’entre elles ont même ment montré que les personnes dépres-
mettent même de penser que le corps atteint l’orgasme par masturbation. En sives présentent davantage de troubles
entier est une zone érogène, et que c’est s’appuyant sur l’imagerie par réso- de la fonction sexuelle que la popula-
le traitement des stimulations par le nance magnétique fonctionnelle, les tion normale. De plus, la majorité des
cerveau qui détermine la réponse (ou chercheurs suggèrent que la transmis- traitements antidépresseurs ont des
l’absence de réponse) sexuelle. sion de la stimulation passe par le nerf effets néfastes sur la libido, même si les
«L’orgasme ne dépendrait pas uniquement vague – une fibre nerveuse impliquée études sur ce sujet ont de la peine à
des mécanismes ascendants (bottom-up) de dans la régulation végétative (digestion, identifier avec précision par quel méca-
traitement de l’information reçue de la péri- fréquence cardiaque, etc.) . nisme précis. Il n’en va pas autrement
phérie pendant la stimulation sexuelle, pour les femmes épileptiques. Un
mais également de mécanismes associatifs Tempête électrique de plaisir article paru dans la revue Epilepsy
cognitifs descendants (top-down) pouvant La localisation de régions du cerveau Behavior du 7 décembre 2005 montre
inhiber ou activer la réponse sexuelle», écrit spécialisées dans l’orgasme féminin qu’environ 20 à 30% des femmes souf-
Francesco Bianchi-Demicheli dans la semble toutefois plus ardue. «Peu de frant de cette affection présentent des
Revue médicale suisse du 22 mars. recherches ont été menées sur le sujet, note troubles sexuels concernant la libido,
17
La recherche sur la transmission des Francesco Bianchi-Demicheli. Des l’excitation et l’orgasme. L’auteure,
signaux entre le système nerveux cen- orgasmes ont néanmoins été suivis par ima- Cynthia Harden de l’Université de
tral et la périphérie dans le cas de la sti- gerie cérébrale. On a remarqué que durant Cornell, précise que ces dysfonctionne-
mulation sexuelle a également réservé l’excitation certains noyaux s’allument un ments peuvent également venir de fac-
peu partout dans le cer- teurs psychosociaux liés à la maladie
veau et, au moment de l’or- comme la dépression et la peur de faire
gasme, l’activité se généra- une crise durant un rapport sexuel.
L’orgasme féminin passe lise de manière impres- Mais elle pointe aussi les médicaments
sionnante à un grand antiépileptiques, particulièrement
sans doute par l’activation nombre de réseaux et ceux qui agissent sur la sérotonine. ■
structures neuronaux
de réseaux neuronaux dans les deux hémi-
sphères: une véritable tem-
spécifiques et complexes pête électrique de plaisir
suivie par un retour au
calme.»

Université de Genève
Campus_81_OKdefOK_Arp 14.6.2006 13:26 Page 18

recherche dossier extra-muros étudiants actualités


sexologie

Troubles du désir,
une affection toute relative
Le désir sexuel, chez les femmes, ne précède pas toujours l’excitation.
Il peut venir après ou même rester absent durant l’acte sexuel
sans empêcher la femme de parvenir à l’orgasme

Tous les sexologues s’accordent sur ce nues au cours de l’enfance


point, c’est le manque de désir sexuel qui entre la sexualité et la mort
amène le plus de patientes dans leur par exemple. Dans ces cas, «Le manque d’envie de
cabinet de consultation. Les causes de cela se révèle paralysant
cette affection sont multiples. C’est pour la patiente.» la femme n’était pas une
même le trouble sexuel qui en a le plus, Les troubles du désir peu-
et de loin. vent également être des raison de renoncer à l’acte»
«Le manque de désir peut être l’aboutisse- effets secondaires de
ment d’un dysfonctionnement psychologique maladies très représenta-
ou physique très variable, explique Ursula tives de l’époque contem-
Pasini, psychologue-psychothérapeute, poraine. La dépression, le stress, le sur- «Auparavant, le manque de désir chez la
thérapeute de couple, sexologue et coor- menage ou encore la prise de certains femme ne posait pas de problème, précise
dinatrice de la formation continue uni- médicaments sont en effet connus pour Ursula Pasini. On pensait que les choses
versitaire en sexologie clinique (lire ci- leur action néfaste sur la libido. étaient ainsi: l’homme éprouve un désir
dessous). En d’autres termes, la patiente Mais il existe aussi une cause plus pro- sexuel qu’il est en droit d’assouvir quand il le
évite inconsciemment d’éprouver du désir fonde, liée à une différence entre souhaite et sa partenaire doit remplir son
sexuel, car cela réveillerait d’autres senti- l’homme et la femme. En moyenne – car devoir conjugal. Le manque d’envie de la
ments ou sensations désagréables liés à des tous les cas de figure sont possibles – femme n’était pas une raison de renoncer,
événements du passé. Ceux-ci peuvent être l’homme est plus demandeur. Résultat, mais était plutôt considéré comme une don-
graves, comme des abus sexuels, qui sont plus il arrive que la femme culpabilise en rai- née de la nature. Avec l’avènement des droits
fréquents que l’on pense, ou plus anodins, son de son manque d’enthousiasme à de la femme, l’idée du consentement mutuel
comme des associations involontaires surve- répondre aux avances de son partenaire. a fait son chemin. Du coup il faut gérer l’en-
18

Un siècle de sexologie
1898: Parution de Studies in the tut qui sera détruit par les nazis en 1933. Plexus (1952) et Nexus (1959), l’écrivain
Psychology of Sex de Havelock Ellis (USA), Henri Miller devient l’instigateur
ouvrage fondateur de la sexologie scien- 1928: Copenhague accueille la première de la révolution sexuelle.
tifique (28 volumes), mais qui sera large- réunion de la Ligue mondiale pour
ment récusé par la pensée freudienne. la réforme sexuelle dont le but est 1947: Alfred Charles Kinsey, professeur
de lutter pour l’égalité sociale et juri- de zoologie à l’Université de l’Indiana,
1905: Publication des Trois Essais sur la dique des sexes, le droit à la contracep- fonde l’Institute for Sex Research. L’année
théorie de la sexualité de Sigmund Freud, tion et à l’éducation sexuelle. La même suivante, il publie le rapport qui va le
fondement de sa théorie psycho-sexuelle année, le gynécologue berlinois Ernst rendre célèbre dans le monde entier
qui prétend que la libido (l’énergie sexuel- Graffenberg, qui est aussi le «père» (Sexual Behavior in the Human Male).
le) sous-tend toute activité humaine. du «point G», invente le stérilet. Sur la base d’une enquête menée auprès
de 12 000 Américains, ce travail révèle
1919: Magnus Hirschfeld ouvre le pre- 1940: Avec Le Monde du sexe (1940) que 90% des hommes disent pratiquer la
mier institut de sexologie à Berlin, insti- et plus tard sa trilogie Sexus (1949), masturbation; 50 % reconnaissent avoir

Campus N° 81
Campus_81_OKdefOK_Arp 14.6.2006 13:26 Page 19

recherche dossier extra-muros étudiants actualités


sexologie

vie des deux partenaires, et plus d’un seul. La


question de savoir quand on fait l’amour
n’est plus si triviale et peut déstabiliser
autant l’homme que la femme.»
Ce manque de désir relatif, qui apparaît
en cas de différence de tempérament
sexuel entre les partenaires, n’est pas for-
cément une pathologie. Il est au
contraire plutôt attendu. Le taux d’hor-
mones sexuelles est – en moyenne – dix
fois plus important chez les hommes que
chez les femmes (lire encadré ci-dessous).
Cela se traduit par une importance de la
sexualité (et donc du désir) beaucoup
plus grande dans la vie de la plupart des
hommes que dans celle des femmes.

A la base de la sexualité
Des observations relativement récentes
ont également montré que le désir ne
joue pas exactement le même rôle dans
la sexualité de la femme que dans celle
de l’homme, contrairement à ce que lais-
sent entendre les modèles théoriques.
Selon Helen Kaplan, qui a conceptualisé
pour la première fois cette notion, le
désir est en effet à la base de tout le pro-
cessus sexuel. Selon elle, le déroulement
des événements, chez l’homme comme
chez la femme, serait linéaire: d’abord le
désir, suivi de l’excitation puis de l’or-
gasme. Un tel schéma explique com-
ment un désordre du désir est de nature
à affecter la qualité de la réponse
sexuelle, que ce soit au niveau de la
phase d’excitation ou de celle de l’or-
gasme. Mais il ne correspond pas tou-
jours à la réalité.
«L’étude de la sexualité féminine, beaucoup
plus riche et diversifiée que celle de l’homme,
nous enseigne que le désir apparaît ➔
PHOTOALTO

19

des liaisons extraconjugales; plus d’un 1953: Alfred Charles Kinsey publie son 1966: le gynécologue William H.
tiers ont eu au moins un rapport homo- étude sur la sexualité féminine (Sexual Masters et sa femme Virginia Johnson,
sexuel ayant mené à l’orgasme; 10% des Behavior in the Human Female). Ce docu- psychologue de formation, publient leurs
répondants étaient exclusivement ou ment révèle que 62 % des femmes décla- observations sur les réactions physiolo-
presque exclusivement homosexuels. rent se masturber; que près de la moitié giques durant l’activité sexuelle dans
avouent avoir eu des relations sexuelles Human Sexual Responses. Pour la premiè-
1949: Simone de Beauvoir publie avant le mariage; que 26 % entretiennent re fois, la sexualité est étudiée et contrô-
Le Deuxième Sexe, tandis que une liaison en dehors de leur mariage. lée scientifiquement in vivo sur un large
le gynécologue new-yorkais Robert Latou échantillon de 694 personnes. Les résul-
Dickinson (1861-1950) signe son Atlas 1956: Découverte de la pilule contracep- tats de cette étude assurent une prédo-
of Human Sex Anatomy, ouvrage tive par J. Roch et G. Pincus. Avec la com- minance durable des thérapies du com-
d’avant-garde qui confirme l’hégémonie mercialisation de ce produit au cours des portement sur l’analyse freudienne de
américaine sur la sexologie occidentale. années 1960, procréation et sexualité l’inconscient en matière de sexologie.
deviennent dissociables. Suite en page 22

Université de Genève
Campus_81_OKdefOK_Arp 14.6.2006 13:26 Page 20

recherche dossier extra-muros étudiants actualités


sexologie

parfois après le début de la stimulation


Formation continue
sexuelle, explique Francesco Bianchi-
Demicheli, responsable de la
en sexologie clinique
Consultation de gynécologie psychoso- > Depuis cinq ans, il existe à l’Université de chologues, physiothéra-
matique et sexologie. Autrement dit, une Genève un Certificat de formation continue en peutes, etc.). De l’autre, la
femme peut aussi s’exciter et avoir un sexologie clinique. Celui-ci a été lancé par des pro- formation attire des repré-
orgasme sans pour autant avoir ressenti de fesseurs des Facultés de médecine, de droit, de sentants de tous les can-
désir préalable. Et puis le désir peut être psychologie et sciences de l’éducation, de sciences tons romands. Cela permet
satisfaisant en lui-même, sans que cela se ter- économiques et sociales, de théologie et de d’implanter cette connais-
lettres. La troisième promotion va terminer son sance aux quatre coins de
mine par un orgasme.»
cursus en automne 2007. En moyenne, plus d’une la région et évite, entre
«Selon certaines recherches, menées par des trentaine de personnes sont inscrites à ce certifi- autres, aux patients de
membres de la Société internationale des cat. devoir se rendre à Genève
études sur la santé sexuelle des femmes* , ou à Lausanne pour consul-
beaucoup de femmes n’éprouveraient aucun > La formation s’adresse aux professionnels de la
ter.
désir sexuel avant un rapport mais une émer- santé et du social bénéficiant d’une base universi-
taire et de deux ans d’expérience. Dans les faits, > Au total, la formation
gence de plaisir sexuel – avec ou sans
un tiers des participants est formé de médecins, comprend vingt jours d’en-
orgasme –, jugée totalement satisfaisante», un autre tiers de psychologues et le reste d’infir- seignement étalés sur
renchérit Ursula Pasini. miers-ères, de physiothérapeutes, de sages- deux ans et répartis en
femmes, de théologiens, etc. sept modules: santé
Mesurer le désir sexuelle, fonctions et dys-
> L’enseignement est plurifacultaire et regroupe
Ces constatations ont poussé Francesco fonctions sexuelles, théra-
une cinquantaine d’orateurs. Il fournit une
Bianchi-Demicheli à creuser la question pies sexuelles, sexologie
connaissance de base en sexologie qui demande
du désir, une notion finalement assez médicale, sexologie légale
des approfondissements supplémentaires notam-
méconnue. «Les chercheurs ont beaucoup et contrôle social, formes
ment si l’on veut acquérir différentes techniques
étudié le plaisir, mais jamais le désir», de conjugalités et théra-
thérapeutiques.
pies de couple, langages de
estime-t-il. Lui et son équipe vont donc
> L’objectif des responsables de ce certificat est de l’amour.
tenter de mesurer ce sentiment directe-
former des professionnels et de diffuser la
ment dans le cerveau des femmes grâce > Coût: 5500 francs pour
connaissance. D’un côté, un réseau de compé-
à l’imagerie par résonance magnétique. deux ans.
tences interdisciplinaires très riche se constitue
Soutenue par le fonds Maurice promotion après promotion (psychiatres, théra- www.unige.ch/formcont/
Chalumeau, cette étude sera menée à peutes de couples, urologues, gynécologues, psy- AAdiplomant/sexologieclinique.html
Genève. Elle consistera à comparer des
femmes présentant des troubles du désir
avec d’autres considérées comme nor-
males de ce point de vue. Une fois pla-
cées dans le scanner à résonance magné-
tique, les volontaires seront soumises à
des stimuli visuels explicites ou «roman-
tiques» ainsi qu’à d’autres d’ordre émo-
tionnel dont on connaît déjà les
réponses cérébrales (tristesse, peur, joie,
20 etc.). Le protocole d’expérience est dressé
de manière à pouvoir extraire de la
réponse cérébrale ce qui est purement
sexuel.
«En d’autres termes, nous allons essayer de
débusquer la libido, précise le sexologue.
Ce n’est pas rien si l’on pense qu’elle est la
base de toute la psychanalyse. C’est ce qui
rend cette recherche particulièrement fasci-
nante.» Pour l’heure, le projet de
recherche en est à la phase d’acceptation
par les différents comités d’éthique. Les
chercheurs commenceront à recruter
les volontaires dès qu’il recevront le feu
vert. Avis aux amatrices. ■

* www.isswsh.org/

Campus N° 81
Campus_81_OKdefOK_Arp 14.6.2006 13:26 Page 21

recherche dossier extra-muros étudiants actualités


sexologie

La libido des femmes est très dépendante


d’une hormone masculine que les ovaires
produisent en quantités non négligeables

La testostérone,
clé du désir
C’est un paradoxe: l’hormone princi- mesures montrent que ces traitements font L’orgasme, quant à lui, est également
pale impliquée dans le désir sexuel fémi- remonter le taux de l’hormone à des niveaux accompagné par un relâchement d’hor-
nin est la testostérone. Les ovaires pro- proches de la normale et les patientes s’esti- mones. Durant cette phase, le cerveau
duisent en effet cette substance à un ment satisfaites.» est littéralement submergé par les
taux non négligeable, plus élevé que Le médecin met néanmoins en garde endorphines qui entraînent un senti-
celui de l’œstrogène, d’ailleurs, qui est, contre toute une série de traitements ment de bonheur et d'euphorie. Il sem-
avec la progestérone, la principale hor- qui circulent sur le marché et qui peu- blerait que l’ocytocine soit également
mone féminine. «On a observé chez les vent s’avérer dangereux. Ainsi, les suc- produite en plus grandes quantités à ce
femmes qu’une chute de la production de la cédanés de testostérone administrables moment. Cette hormone serait donc
testostérone entraîne rapidement des par voie orale et divers
plaintes concernant une diminution de la produits dopants ne doi-
libido, explique Dominique de Ziegler, vent en aucun cas être
professeur adjoint au Département de consommés dans le but Durant l’orgasme,
gynécologie et d’obstétrique. Cela peut se de retrouver son désir
produire à la suite d’une ablation des sexuel. le cerveau est submergé
ovaires, d’une chimiothérapie ou d’une
radiothérapie. Cela dit, cette baisse n’est pas Plaisir hormonal par les endorphines
toujours liée à la testostérone. C’est d’autant Le plaisir sexuel – à ne pas
plus vrai qu’il est difficile de mesurer la cor- confondre avec désir
rélation entre les deux, notamment en rai- sexuel, qui peut exister
son des petites quantités d’hormones en jeu.» indépendamment de la réalisation de également liée à la notion de plaisir,
Cela n’empêche pas le médecin genevois l’acte sexuel – est également piloté par mais les recherches dans ce domaine ne
de proposer à ses patientes un remède à des hormones bien que l’on connaisse sont encore que frémissantes.
base de testostérone. Avec un certain moins bien les mécanismes impliqués. L’ocytocine, connue d’abord pour son
succès. «Nous prescrivons une crème vagi- L’œstrogène et la progestérone y jouent rôle dans la contraction de l’utérus lors
nale que le pharmacien fabrique sur un rôle, mais de manière plutôt méca- de l’accouchement, possède d’ailleurs
demande, précise Dominique de Ziegler. nique. Ce sont elles qui ont modelé le de nombreuses autres fonctions dans
Nous proposons également un patch à la tes- corps féminin et qui maintiennent les des domaines comme l’allaitement, le
tostérone, originellement destiné aux organes génitaux en état de marche. stress, l’affection… ■
hommes, mais qui peut être porté deux Leur manque peut, entre autres, entraî-
heures par jour par les femmes afin de limi- ner un amincissement des muqueuses
ter la dose reçue. (Une firme américaine vaginales, augmenter les risques d’in-
tente actuellement de commercialiser un flammation et donc de douleur. Ce qui
patch adapté aux besoins des femmes.) Nos diminue d’autant le plaisir.

Université de Genève
Campus_81_OKdefOK_Arp 14.6.2006 13:26 Page 22

recherche dossier extra-muros étudiants actualités


sexologie

Le sexe après
l’accouchement
Sylvain Meyer, médecin-chef à l’Hôpital de Morges atteindre. Je précise que les sensations
clitoridiennes ne sont pratiquement
et professeur d’urogynécologie au CHUV, porte un jamais altérées par l’accouchement.
soin particulier à la réponse sexuelle des femmes
Comment peut-on traiter ces pro-
ayant accouché. Il y consacre un chapitre important blèmes?
dans un ouvrage paru récemment. Rencontre > L’une des interventions est la plastie
vaginale. Cela signifie que l’on peut
remodeler le vagin en cas de rupture de
la sangle pubo-rectale ou de béance vul-
Campus: Quels effets l’accouchement perd ainsi sa conduction. Du coup, la vaire. Cela se fait depuis longtemps et ce
par voie basse peut-il avoir sur les tissus tonicité des muscles du périnée dimi- genre d’intervention est remboursé par
et organes impliqués dans la réponse nue. Il arrive aussi que des femmes souf- l’assurance maladie. Les femmes en sont
sexuelle? frent de béance vulvaire, la vulve n’étant satisfaites, plusieurs études le confir-
> Sylvain Meyer: Le passage de l’enfant plus capable d’assurer la coaptation du ment. En remodelant le vagin, on fait en
peut tout d’abord occasionner une rup- pénis lors de la pénétration. Finalement, sorte que le pénis soit dirigé de manière
ture de la sangle pubo-rectale, c’est-à- on rencontre aussi des lésions des petits plus intense contre la paroi antérieure
dire une partie de la musculature du mécanorécepteurs de la paroi anté- du conduit, ce qui peut stimuler davan-

CORBIS
plancher pelvien. Des études par réso- rieure du vagin qui peut conduire à une tage cette région. C’est un avantage,
nance magnétique montrent qu’envi- insensibilité de la région du point G. En pour autant que l’on considère la péné-
ron 20% des femmes qui accouchent pré- général, nous observons une combinai- tration comme le nec plus ultra de la
sentent des lésions à cet endroit. son de un ou plusieurs de ces quatre fac- relation sexuelle. Ce qui n’est pas le cas
Cependant, ces atteintes n’ont pas de teurs. Ces affections peuvent, chez une de tout le monde.
conséquences sur la fonction sexuelle. partie des patientes, diminuer ou élimi- Cela dit, d’autres femmes ayant accou-
La naissance d’un bébé peut aussi pro- ner les sensations érotiques, rendre l’or- ché rapportent des troubles de l’or-
voquer l’étirement du nerf honteux qui gasme difficile, voire impossible à gasme sans que l’on puisse détecter des

Un siècle de sexologie (suite)


1970: A Genève, Georges Abraham sement et à un épanouissement 1990: Création à Genève de la
et Willy Pasini mettent en place de la personnalité humaine, Fédération européenne de sexologie sous
le premier enseignement universitaire de la communication etde l’amour». l’impulsion du professeur Willy Pasini.
structuré de sexologie clinique. Cet organisme, qui rassemble une cin-
1976: Publication du rapport Hite. Sur quantaine de sociétés scientifiques,
1974: Lors d’un symposium internatio- la base d’une vaste étude auprès de 3000 cherche à coordonner leurs activités,
nal réunissant des sexologues et femmes, Shere Hite montre que la sexua- à encourager la recherche et à promou-
des experts en santé publique autour lité féminine n’est pas le simple miroir de voir les enseignements dans la perspecti-
de l’enseignement et des thérapies la sexualité masculine. Selon ses résultats, ve de la construction européenne.
sexuelles, l’Organisation mondiale 88% des femmes déclarent avoir
de la santé définit la notion de «santé des orgasmes, contre 11,6% qui n’en ont 1998: Mise sur le marché du Viagra,
sexuelle». Cette dernière correspondrait jamais; 52% ont des orgasmes liés au coït; premier médicament facilitateur
à «l’intégration des aspects somatiques, 29% n’ont pas d’orgasmes dus au coït et de l’érection, qui inaugure l’ère de
affectifs, intellectuels et sociaux de l’être 19% ont des orgasmes durant le coït avec la chimiothérapie dans le traitement
sexué de façon à parvenir à un enrichis- stimulation manuelle du clitoris. des dysfonctions sexuelles.

Campus N° 81
Campus_81_OKdefOK_Arp 14.6.2006 13:26 Page 23

CORBIS

lésions organiques. Dans ce cas, il s’agit que trois fois et, deux fois, les femmes mode à l’autre. L’homme, lui, est plutôt
probablement des fibres sensitives sur ont observé une réponse satisfaisante. monofonctionnel. C’est pour cela qu’il
la paroi antérieure du vagin qui ont été On ne sait pas pourquoi cela peut fonc- interprète souvent, à tort, cette période
touchées. Récemment, j’ai expérimenté tionner, mais on pense qu’en regon- durant laquelle sa partenaire n’exprime
une nouvelle technique. Elle consiste à flant le point G, celui-ci devient turges- pas d’envie pour des rapports sexuels
cent et pourrait bien comme un signe de désamour.
réveiller des méca-
nismes neuronaux qui Est-ce nouveau de la part des gynéco-
ont été désactivés. logues de s’intéresser aux sensations
«Après l’accouchement, la sexuelles des femmes après l’accouche-
23
L’accouchement peut-il ment?
plupart des femmes entrent aussi avoir une in- > Le corps médical a longtemps psychia-
fluence sur la libido de trisé le problème. On disait aux femmes
dans le rôle de mère et la femme? qui se plaignaient de troubles d’ordre
> Oui, c’est un phéno- sexuel que c’était normal car elles étaient
oublient celui de maîtresse» mène classique. En devenues mères, qu’un événement
général, après l’accou- comme la naissance d’un enfant faisait
chement, la plupart des ressortir des conflits intérieurs, etc. Aux
femmes entrent dans le femmes qui ne faisaient que poser des
rôle de mère et oublient questions, on répondait d’aller voir le psy-
regonfler la région du point G avec une quelque peu celui de maîtresse. Leur chiatre. Ces propos, parfois ressentis
substance habituellement utilisée dans désir sexuel diminue et il leur faut entre comme insultants, voire dégradants, tra-
la chirurgie esthétique pour masquer six et douze mois pour que les choses hissaient l’ignorance que l’on avait de
les rides. Il n’existe aucune littérature redeviennent comme avant. C’est une cette problématique à cette époque. ■
scientifique sur ce sujet. Je ne l’ai testé grande richesse de pouvoir passer d’un «Osons en parler!», par Sylvain Meyer, Ed Favre, 2005

Université de Genève
Campus_81_OKdefOK_Arp 14.6.2006 13:26 Page 24

recherche dossier extra-muros étudiants actualités


sexologie

L’orgasme
un heureux accident
«P endant les huit premières semaines de la ment admise depuis une douzaine d’an-
gestation, l’embryon mâle et l’embryon nées affirme que l’orgasme féminin
femelle ont la même structure anatomique. produit des contractions qui aspirent le
L’orgasme existe chez la femme parce que sperme pour aider à la conception. «Les
l’homme en aura besoin plus tard, de même données manquent vraiment de rigueur,
que l’homme a des seins parce que la femme explique-t-elle dans le Guardian. Par
en aura besoin plus tard.» L’auteur de cette exemple, dans un des tableaux présentant
réflexion, parue récemment dans le cette théorie, 73% des données proviennent
quotidien britannique The Guardian, est d’une seule et même femme. Il est franche-
Elisabeth Lloyd, biologiste et profes- ment scandaleux que l’on enseigne depuis
seure d’histoire et de philosophie des douze ans cette théorie aux Etats-Unis, au
sciences à l’Université d’Indiana aux Canada et au Royaume-Uni comme étant
Etats-Unis. C’est la conclusion à laquelle avérée.»
elle est arrivée dans un livre sorti de La biologiste précise que le plaisir
presse en mai 2005. Cet ouvrage, qui sexuel, lui, est le résultat de l’adapta-
s’est attiré les foudres des féministes, de tion. Le clitoris, par exemple, favorise le
la communauté scientifique et des reli- rapport, facilite l’excitation, la lubrifi-
gieux, s’attache à évaluer ce que la cation, etc. Tout ce qui fait qu’une
science sait exactement sur la fonction femme a envie d’avoir des rapports
de l’orgasme féminin du point de vue de sexuels est adaptatif. «Mais rien ne prouve
l’évolution. En d’autres termes, l’or- que le réflexe physique de l’orgasme le soit,
gasme féminin est-il une adaptation bio- affirme-t-elle. Si c’était le cas, il y aurait
logique qui apporterait un avantage du une corrélation entre orgasme et taux de
point de vue de la reproduction? Et si reproduction. A l’échelle de l’évolution,
oui, lequel? toutes les femmes devraient avoir des
Elisabeth Lloyd a passé en revue vingt orgasmes. Or, ce n’est pas le cas.»
théories exposées dans la littérature Du coup, pour la biologiste, qui est que la nature a oublié de désactiver. Un
scientifique. Elle s’est aperçue que proche du grand penseur de l’évolution «heureux accident».
celles-ci ne sont absolument pas étayées Stephen Jay Gould décédé en 2002, l’hy-
«The Case of the Female Orgasm: Bias in the Science of
par les faits, qu’elles n’ont aucun fonde- pothèse la plus satisfaisante consiste à Evolution», par Elisabeth Lloyd, Harvard University
ment scientifique. La plus communé- dire que l’orgasme est quelque chose Press, 2005

Physiologie de l’orgasme
«Au sens physiologique, l’orgasme périphériques peuvent aussi apparaître de la pensée dans le ressenti de l’orgas-
survient au plus fort de l’excitation et telles que l’augmentation de la tension me. Ces variations inter- et intra-indivi-
reflète l’expression d’un plaisir intense. artérielle (+20-40 mmHg; systolique et duelles peuvent être en fonction de l’âge
Chez la femme, lorsque l’excitation éro- diastolique), de la fréquence cardiaque (à partir de 40 ans, les femmes ont plus
tique s’intensifie et que la tension sexuel- qui peut atteindre 160 battements d’orgasmes qu’entre 18 et 29 ans),
le et musculaire augmente, le premier par minute ou encore la dilatation du degré d’excitation, du partenaire, du
tiers du vagin se gonfle, resserre l’ouver- des pupilles. Des contractions volontaires contexte, de l’éducation et de la culture.
ture et les deux tiers du fond du vagin et involontaires des grands muscles, La durée d’un orgasme est généralement
s’arrondissent. Le pic de l’orgasme fémi- comme les muscles faciaux et un spasme de quelques secondes (entre 3 et 25), mais
nin est caractérisé par 3 à 15 contractions carpo-pédal sont aussi souvent associés. peut aussi aller jusqu’à deux minutes.» ■
involontaires du tiers externe du vagin Cependant, l’ensemble de ces réactions
et de fortes contractions de l’utérus et physiologiques est variable d’une femme Tiré de l’article «Le cerveau au coeur du plaisir
féminin», par Stéphanie Ortigue et Francesco
des sphincters interne et externe à l’autre. Une même femme peut égale- Bianchi-Demicheli, paru dans la «Revue médicale
de l’anus. Ces contractions se produisent ment ressentir des orgasmes différents suisse» du 22 mars 2006.
à des intervalles de 0,85 seconde. Au pic selon le partenaire et le moment,
de l’orgasme, d’autres manifestations soulignant ainsi le rôle fondamental

Campus N° 81
Campus_81_OKdefOK_Arp 14.6.2006 13:26 Page 25

recherche dossier extra-muros étudiants actualités


sexologie

Georges Abraham compte parmi les pionniers de la sexologie moderne.


Cofondateur de la première unité universitaire de sexologie européenne,
il a largement contribué au rayonnement dont Genève bénéficie depuis
plus de quatre décennies dans ce domaine

La sexologie genevoise,
fruit de la passion et du hasard
Genève tient une place particulière Souhaitant témoigner de sa reconnais- fesseur Geisendorf, lequel avance que
dans l’histoire de la sexologie contempo- sance à William Geisendorf, doyen de la pour tenter de mieux comprendre les
raine. Première ville d’Europe à avoir Faculté de médecine et promoteur du minorités sexuelles, il faut d’abord
mis sur pied un enseignement universi- planning familial à Genève, le vieil ori- apprendre à connaître la réalité vécue
taire structuré en matière de sexologie gnal choisit de léguer près de 4 millions par la majorité. C’est ainsi que naît
clinique en 1970, elle accueille depuis de dollars à l’Université dans le but de l’unité dite «psychosomatique et sexolo-
1990 le siège de la Fédération euro- créer un centre d’étude sur les «minorités gique», qui ne connaît alors pratique-
péenne de sexologie. Régulièrement érotiques». ment pas d’équivalent, si ce n’est sur
consultés par des instances internatio- le continent américain. En plus
nales, ses chercheurs ont par ailleurs Un «mini-rapport Kinsey» des consultations, mandat lui est confié
tenu un rôle important dans l’adoption Un peu farouche, l’alma mater hésite à de mettre sur pied des projets
par l’OMS, en 1974, de la première défi- se lancer dans l’entreprise, mais elle de recherche, ainsi qu’un cursus d’en-
nition générale de la «santé sexuelle»*. finit par céder aux arguments du pro- seignement académique. Jeune ➔
Deux hommes incarnent
plus particulièrement
cette réussite: Willy Pasini,
qui poursuit aujourd’hui
sa carrière au sein de
l’Université de Milan, et
Georges Abraham qui,
après avoir longtemps
25
enseigné à Genève, à
Marseille et à Turin, profite
aujourd’hui de sa retraite
académique. Deux cher-
cheurs qui ont profité d’un
concours de circonstances
plutôt singulier. Le 6 juin
1970, lorsque s’éteint
Maurice Chalumeau,
homosexuel fortuné ne
laissant aucun héritier,
Willy Pasini et Georges
Abraham sont loin de se
douter que cet événement
va radicalement modifier
le cours de leur existence.

Université de Genève
Campus_81_OKdefOK_Arp 14.6.2006 13:26 Page 26

recherche dossier extra-muros étudiants actualités


sexologie

La sexualité féminine:
un «continent noir»
La révolution sexuelle des années 1970, l’avène- ment, selon le professeur,
ment de la pilule et l’évolution des mœurs lais- par une différence fonda-
sent supposer de grands changements dans la mentale dans la fonction
sexualité féminine. L’expérience de praticien du recouverte par l’orgasme
docteur Abraham le pousse pourtant à un constat chez l’homme et chez la
radicalement différent. Si d’incontestables pro- femme. Pour le premier en
grès ont été réalisés s’agissant des hommes, ne effet, l’orgasme est quasi-
serait-ce que grâce au Viagra, la science peine en ment obligatoire au cours
effet encore à cerner le fonctionnement de la d’un rapport sexuel puisque
sexualité féminine. c’est lui qui permet l’éjec-
«Lorsque nous avons commencé à organiser des tion du sperme. L’orgasme
consultations à Genève, la majorité des hommes féminin n’est en revanche rents centres menant des
qui venait nous voir souffrait de problèmes liés à lié à aucune nécessité biolo- études comportementalistes,
diverses formes d’éjaculation précoce, explique gique et il n’est pas indis- tandis qu’à Saint-Louis, ils pro-
Georges Abraham. On savait qu’il existait égale- pensable à une relation
fitent des lumières du célèbre
ment des éjaculateurs lents et difficiles, mais on ne sexuelle en dehors de sa
les voyaient pratiquement jamais. Aujourd’hui, on valeur érotique. «Cette couple formé par le gynéco-
constate exactement l’inverse. Du côté de la configuration place les logue William H. Masters et sa
femme, par contre, il n’y a pas de grand change- femmes dans une situation femme Virginia Johnson, psy-
ment. Bien sûr, elle est plus émancipée et elle a d’infériorité apparente, com- chologue de formation.
davantage de poids dans la relation de couple, si mente Georges Abraham. La méthode est fructueuse.
bien que c’est souvent elle qui décide quand et Mais plus qu’un handicap, Hors des Etats-Unis, les deux
comment se déroule un rapport sexuel. Mais, en c’est un formidable stimulus chercheurs font bientôt figure
dehors de ces données culturelles, rien n’a vraiment qui doit nous pousser à par- de spécialistes. On les
évolué depuis Freud qui, pour évoquer la sexualité courir des chemins vers la demande un peu partout, en
féminine, parlait d’un continent noir.» sexualité qui n’ont pas enco-
Amérique latine, en Asie, en
Cette plus grande complexité s’expliquerait notam- re été entrevus.»
Europe. «A la manière de mis-
sionnaires, nous promenions
notre bâton de pèlerin pour
répandre la bonne parole,
assistant dans le service du docteur tion, je n’avais pas de vocation particulière s’amuse Georges Abraham.
Gaston Garrone, alors directeur du pour la sexologie, commente le professeur. Mais, contrairement à des gens
Département de psychiatrie, Willy Pasini L’idée est venue comme ça, par une sorte d’in- comme Kinsey dont le but avéré
se porte volontaire pour participer à l’ex- tuition. Et c’était le bon moment.» C’est donc était de libérer la sexualité de
périence. A ses côtés, Georges Abraham assez naturellement qu’il se voit propo- toute forme d’oppression, notre
dispose d’une expérience de huit années ser de participer au projet genevois. objectif consistait surtout à
à l’Hôpital psychiatrique de Malévoz en conforter la sexologie en tant que
Valais. Dans ce cadre, le psychiatre a discipline médicale à part entière.
26 notamment eu l’opportunité d’effectuer Commis voyageurs Car à cette époque, les facultés de
une sorte de «mini-rapport Kinsey», en «Durant les premières années, Willy Pasini et médecine jugeaient généralement
s’intéressant à la vie sexuelle de patients moi sommes devenus des sortes de commis que ces questions n’étaient pas dignes d’un
internés durant de longues périodes. voyageurs de la sexologie, se souvient le grand intérêt.»
«Infirmiers, infirmières, nonnes, patients: professeur. Nous passions énormément de Cultivant l’art de se trouver au bon
tout le monde a participé à l’expérience avec temps à l’étranger, car nous avions tout à endroit au bon moment, l’équipe gene-
une certaine désinvolture, explique le pro- apprendre à cette époque-là.» Pour donner voise est appelée à la rescousse pour
fesseur. Ce qui m’a permis de rassembler un davantage de corps aux recherches et à organiser le premier Congrès mondial
nombre conséquent d’informations sur ce l’enseignement progressivement mis de sexologie qui se tient à Paris en 1974.
sujet encore largement méconnu.» Ce pre- sur pied à Genève, le duo de chercheurs Dans la foulée, ils participent également
mier travail scientifique, plutôt novateur commence par arpenter les Etats-Unis au deuxième, qui se déroule au Canada.
pour l’époque, est très bien reçu par la qui disposent en la matière comme en C’est l’occasion de nouer des contacts
communauté scientifique. Il offre à d’autres d’une bonne longueur d’avance durables avec une région également
Georges Abraham une notoriété que sur le Vieux Continent. A New York, pionnière en matière de sexologie et en
confirme bientôt un premier ouvrage Georges Abraham et Willy Pasini particulier avec l’équipe du professeur
publié à Paris et intitulé Sexologie cli- côtoient l’ancienne psychanalyste Helen Jean-Yves Desjardins, prêtre défroqué et
nique (Douin, 1967). «Psychiatre de forma- Kaplan. En Californie, ils visitent diffé- docteur en psychologie devenu le pre-

Campus N° 81
Campus_81_OKdefOK_Arp 14.6.2006 13:26 Page 27

recherche dossier extra-muros étudiants actualités


sexologie

mier directeur du Département de tournés vers nous pour mettre sur place un Georges Abraham. Mais l’arrivée du profes-
sociologie de l’Université du Québec au cursus. J’ai ensuite donné ces cours pendant seur Bianchi-Demicheli en octobre dernier
tout début des années 1970. une dizaine d’années, avec des élèves comme confirme que la flamme n’est pas morte. C’est
l’éthologue Boris Cyrulnik ou Robert Porto, à lui qu’il revient de la raviver.» ■
Raviver la flamme l’actuel président de la Fédération euro-
«Au moment où Simone Weil à été nommée péenne de sexologie.» * En 1974, se tient à Genève le Symposium international
de l’Organisation mondiale de la santé. Il réunit des
ministre de la Santé, elle a envoyé des recom- C’est d’ailleurs à Genève, et à l’initiative sexologues et des experts en santé publique autour de
mandations aux différentes universités fran- du docteur Pasini, que cet organisme qui l’enseignement et des thérapies sexuelles. Outre une
proposition visant à faire de la sexologie une discipline
çaises afin qu’elles mettent sur pied des rassemble une cinquantaine de sociétés autonome, les participants s’entendent pour définir la
cours de sexologie à destination des jeunes scientifiques voit le jour en 1990 confir- notion de santé sexuelle comme «l’intégration des
médecins, complète Georges Abraham. mant une nouvelle fois le rôle moteur aspects somatiques, affectifs, intellectuels et sociaux de
l’être sexué de façon à parvenir à un enrichissement et
Peu de facultés ont réagi à l’époque, mais joué par «l’école» genevoise. «Ces dernières à un épanouissement de la personnalité humaine, de
celle de Marseille a mordu à l’hameçon. années, la sexologie genevoise a peut-être la communication et de l’amour».
Comme ils manquaient terriblement d’expé- connu un petit passage à vide, comme cela se
rience dans ce domaine, ils se sont également produit souvent avec les fins de règne, conclut

Université de Genève

Vous aimerez peut-être aussi