Vous êtes sur la page 1sur 15

Dossier

> Le bois, formation et structure Futura-Sciences

27/10/2004 - Par
Roger Prat, Professeur physiologie végétale

Le bois, formation et structure

Le bois est un matériau naturel issu des arbres utilisé dans le chauffage, la construction, l'ameublement,
la fabrication d'outils et d'objets artistiques. Son mode de formation et sa structure microscopique
expliquent ses propriétés remarquables.

Page 1/7 - Le bois, formation et structure


Le bois est le matériau obtenu à partir du tronc et des branches des arbres. Il possède des propriétés
chimiques et mécaniques remarquables qui ont permis de l'utiliser à la fois dans la construction des
maisons, des meubles, des outils mais aussi dans la sculpture d'objets d'art et dans des produits dérivés
comme certains textiles et le papier. Il constitue de plus un combustible intéressant.

Pour le biologiste, le bois est le xylème secondaire qui assure la conduction de la sève brute chez les
plantes ligneuses (Gymnospermes (conifères) et Angiospermes Dicotylédones).

© Photo T. Lombry - tous droits réservés

Chez les plantes perennes (arbres, arbustes et buissons), le xylème secondaire ou bois se développe
chaque année et forme un tissu résistant qui assure à la fois la conduction de la sève et la résistance
mécanique de la plante. C'est ce tissu qui permet aux arbres de se développer à des hauteurs
considérables.

Au point de vue du matériau, les usagers distinguent les bois selon leurs propriétés mécaniques et
chimiques (bois durs et bois tendres). Pour l'anatomiste, il existe deux types de bois : les bois homoxylés
caractéristiques des Gymnospermes (pins, sapins, épicéas, thuyas, cyprès, etc.) et les bois hétéroxylés
caractéristiques des Angiospermes Dicotylédones (chêne, hêtre, tilleul, bouleau, merisier, etc.). Ces bois

Source : http://www.futura-sciences.com/magazines/nature/infos/dossiers/d/botanique-bois- Page 1 / 15


formation-structure-475/
Dossier > Le bois, formation et structure Futura-Sciences

diffèrent par les cellules qui les composent.

Page 2/7 - Comment se forme le bois ?


Les plantes herbacées possèdent des tissus conducteurs ; le xylème conduit verticalement la sève brute du
sol vers les feuilles.

Le phloème conduit la sève élaborée par les feuilles vers toutes les régions de la plante. Ces tissus, différenciés
chez les jeunes plantes sont dits primaires.

Chez les plantes ligneuses, entre le xylème primaire et le phloème primaire, se met en place une zone de cellule peu
différenciées à divisions actives. Cette zone génératrice appelée cambium libéro-ligneux produit des cellules qui se
différencient en xylème secondaire (le bois, d'où le qualificatif ligneux) et en phloème secondaire (ou liber).

Figure 2. Fonctionnement du cambium libéro-ligneux. Les cellules du cambium (en jaune) se divisent et produisent vers
l'intérieur des cellules qui se différencient en cellule de xylème secondaire (ou bois) et vers l'extérieur des cellules qui se
différencient en cellules de phloème secondaire (ou liber). Le xylème primaire étant du côté du centre de la tige, sa
position est fixe. Par suite de son activité, le cambium se déplace donc vers l'extérieur
© Photo R. Prat

Figure 3. Vue générale du fonctionnement du cambium dans une tige d'un an. Un cylindre continu de bois (en vert) est
formé par le cambium (en jaune) qui au fur et à mesure de son fonctionnement se déplace vers l'extérieur. Le liber (en
rouge) est repoussé vers l'extérieur au fur et à mesure de sa formation. Il en est de même du phloème primaire qui est
écrasé à la périphérie. L'épiderme sous tension éclate. La protection vis à vis du milieu extérieur sera alors réalisée par
un nouveau tissu secondaire, le liège (en bleu)
© Photo R. Prat

Source : http://www.futura-sciences.com/magazines/nature/infos/dossiers/d/botanique-bois- Page 2 / 15


formation-structure-475/
Dossier > Le bois, formation et structure Futura-Sciences

Figure 4. La zone rouge correspond au phloème secondaire ou liber ; la zone verte correspond au xylème secondaire ou
bois ; le cambium se situe à la base de la zone rouge où l'on observe des cellules très plates venant de se diviser.
© Photo R. Prat

Les cellules du bois se différencient en édifiant une paroi secondaire composée en partie de lignine. Cette
paroi permet des transferts intercellulaires par des amincissements (ponctuations) ou par de véritables
perforations.

Figure 5. Différenciation d'un élément du bois


A, jeune file de cellules ligneuses non différenciées. Les cellules sont vivantes et leur paroi primaire est composée de
pectines et de cellulose (en rouge).
B, file de trachéides différenciées : les cellules ont secrété une nouvelle substance, la lignine (en vert). Cette paroi
secondaire épaisse n'est pas complète et laisse par endroits des plages fines composées seulement de la paroi primaire.
Ces ponctuations permettent le passage de la sève par diffusion.
C, un vaisseau. Les parois terminales des éléments sont perforées, ce qui améliore considérablement la circulation.
© Photo R. Prat

Le bois des Gymnospermes est dit homoxylé car il ne contient que des trachéides qui assurent à la fois le soutien
et la conduction de la sève.

Le bois des Angiospermes, au contraire, contient deux types d'éléments verticaux : des fibres de type trachéide
qui assurent le soutien et des vaisseaux qui assurent la conduction.

Page 3/7 - Structure d'un tronc d'arbre

Source : http://www.futura-sciences.com/magazines/nature/infos/dossiers/d/botanique-bois- Page 3 / 15


formation-structure-475/
Dossier > Le bois, formation et structure Futura-Sciences

Chez les espèces ligneuses et pérennantes (arbres, arbustes, buissons), le fonctionnement du cambium suit un
cycle (saisonnier dans les climats comportant des saisons bien tranchées). En région tempérée, le fonctionnement
s'interrompt à l'automne et reprend au printemps. Chaque année, un nouveau cylindre de bois est formé à
l'extérieur du précédent. Sur une coupe transversale de tronc, ces couches concentriques annuelles s'appellent
des cernes.

Figure 6. Schématisation d'un tronc de 6 ans. Autour des faisceaux de xylème primaire (au centre), six cernes de bois ont
été formées ; la plus externe est la plus récente ; elle est en contact avec le cambium (en jaune) ; celui-ci a également
formé six cernes de phloème mais les plus anciennes ont éclaté par suite de l'augmentation du diamètre du tronc ; seule
la plus récente (en rouge) est visible ; toute l'écorce ancienne a disparu, et est remplacée par la dernière production de
liège.© Photo R. Prat

Figure 7. Coupe anatomique transversale d'un tronc de tilleul de 8 ans. Comparer avec le schéma précédent. Les cernes
de bois sont irrégulières ; leur épaisseur dépend des conditions climatiques de l'année durant laquelle elles se sont
formées. Le liber est éclaté vers l'extérieur par suite de l'augmentation du diamètre ; le cambium est la ligne qui sépare
le bois (zone verte) et le liber (zone rouge) ; le liège est la zone foncée située en bas à droite. © Photo R. Prat

La partie fonctionnelle d'un tronc d'arbre est constituée du liber des dernières années, du cambium et du
bois des dernières années.

Lorsqu'on sectionne un arbre, cambium et liber, tissus vivants, sèchent et disparaissent rapidement. Il ne reste
plus de l'écorce que le liège à l'extérieur et le bois à l'intérieur.

Source : http://www.futura-sciences.com/magazines/nature/infos/dossiers/d/botanique-bois- Page 4 / 15


formation-structure-475/
Dossier > Le bois, formation et structure Futura-Sciences

Figure 8. Tronc de genêt fraîchement coupé. Il est très facile de séparer l'écorce du bois. La séparation s'effectue au
niveau du cambium qui est le tissu le moins différencié donc le plus fragile.© Photo R. Prat

Page 4/7 - Le bois de pin


Le bois de pin est pris comme exemple de bois de Gymnospermes (conifères). Ce bois est dit homoxylé car il ne
comporte qu'un seul type d'éléments verticaux ; des trachéides.

Figure 9. Section transversale d'un tronc de pin. On distingue une région centrale ou coeur et une région périphérique ou
aubier et tout à fait à l'extérieur, l'écorce. Le bois est formé de 38 couches concentriques ou cernes. © Photo R. Prat

Chaque cerne, dans nos régions tempérées, représente le bois formé pendant une année. Dans chaque
cerne, on distingue vers l'intérieur une région poreuse qui correspond au bois formé au printemps et une région plus
lisse qui correspond au bois formé en été. En comptant les cernes, on peut déterminer l'âge de l'arbre ou de
la branche étudiée (38 ans dans l'exemple photographié). Une étude approfondie de l'épaisseur des cernes et
de leur porosité peut permettre de connaître la qualité des conditions extérieures au cours du temps
(dendrochronologie).

L'écorce située à l'extérieur est principalement formée de liège ou suber. Le cambium qui a donné naissance au
bois et le liber qui conduit la sève élaborée sont des tissus fragiles qui ont disparu lorsque le tronc coupé a
séché. Ils se trouvaient à la limite du bois et de l'écorce.

Des préparation microscopiques ont été réalisées à partir de coupes fines transversales, longitudinales
tangentielles et longitudinales radiales puis colorées par le vert d'iode, colorant topographique sélectif de la lignine.

Source : http://www.futura-sciences.com/magazines/nature/infos/dossiers/d/botanique-bois- Page 5 / 15


formation-structure-475/
Dossier > Le bois, formation et structure Futura-Sciences

A - Coupe Transversale

On distingue les éléments verticaux (trachéides) sectionnés transversalement. Ce type de coupe permet de bien
comprendre la structure du bois observé macroscopiquement.

Figure 10. Coupe transversale de bois de pin à la limite de deux cernes. On distingue le bois d'été d'une année n à
gauche (trachéides de faible diamètre) et le bois de printemps de l'année n+1 à droite (trachéides de fort diamètre). Les
files de cellules qui traversent la coupe de gauche à droite sont les rayons. © Photo R. Prat

B - Coupes longitudinales tangentielles

Ce type de section montre les éléments verticaux (trachéides) sectionnés longitudinalement et les éléments
horizontaux (rayons) sectionnés transversalement. Les trachéides sont les éléments conducteurs. Elles sont
munies de parois transversales à leurs extrémités. Elles communiquent latéralement entre elles par des
ponctuations aréolées.

Source : http://www.futura-sciences.com/magazines/nature/infos/dossiers/d/botanique-bois- Page 6 / 15


formation-structure-475/
Dossier > Le bois, formation et structure Futura-Sciences

Figure 11. Coupe longitudinale tangentielle de bois de pin © Photo R. Prat

Figure 12. Ponctuations aréolées permettant la communication latérale entre les trachéides en section tangentielle (à
gauche) et radiale (à droite). © Photo R. Prat

C - Coupes longitudinales radiales

On distingue les éléments verticaux (trachéides) et les éléments horizontaux (rayons) sectionnés
longitudinalement. Ces deux types d'éléments se croisent au niveau de champs de croisement. Les
différents éléments communiquent par des ponctuations simples.

Source : http://www.futura-sciences.com/magazines/nature/infos/dossiers/d/botanique-bois- Page 7 / 15


formation-structure-475/
Dossier > Le bois, formation et structure Futura-Sciences

Figure 13. Coupe longitudinale radiale de bois de pin à la limite de deux cernes. On distingue le bois d'été d'une année n
à gauche et le bois de printemps de l'année n+1 à droite. Les éléments verticaux (trachéides) et horizontaux (rayons)
communiquent par des ponctuations simples au niveau de champs de croisement. © Photo R. Prat

Page 5/7 - Le bois de chêne


Le bois de chêne est un des bois les plus prestigieux des régions tempérées. Il est utilisé à la fois comme bois de
chauffage et comme bois de construction (poutres, planchers). Il est pris ici comme exemple de bois
hétéroxylé. Il comporte en effet plusieurs types d'éléments verticaux (fibres et vaisseaux).


Figure 14 Coupe transversale de tronc de chêne. Du centre vers la périphérie, on observe le coeur de couleur foncée,
l'aubier plus clair et l'écorce. L'aubier et le coeur sont formés de cernes concentriques. © Photo R. Prat

On observe deux types de discontinuités :

- des fentes radiales qui correspondent aux rayons du bois et qui montrent que le bois peut être fendu
verticalement,

- une discontinuité circulaire entre le bois et l'écorce.


Elle correspond à des tissus fragiles, le liber (ou phloème secondaire) et le cambium (ou zone génératrice
libéroligneuse).

Source : http://www.futura-sciences.com/magazines/nature/infos/dossiers/d/botanique-bois- Page 8 / 15


formation-structure-475/
Dossier > Le bois, formation et structure Futura-Sciences


Figure 15. Coupe transversale de bois de chêne. © Photo R. Prat

On distingue nettement les rayons et les cernes. Ces derniers sont constitués d'une alternance de zones poreuses
(gros vaisseaux, bois de printemps) et de zones plus compactes (bois d'été). Le bois a été mouillé : les cellules
sectionnées transversalement ont absorbé l'eau et apparaissent foncées ; les rayons sectionnés
longitudinalement apparaissent en clair.


Figure 16. Coupe longitudinale tangentielle de bois de chêne. Le bois a été mouillé. Les rayons sont sectionnés
perpendiculairement à la direction de leurs éléments ; ils apparaissent foncés. Le reste de la coupe constitué de
vaisseaux et fibres longitudinaux apparaît clair. La coupe n'étant pas parfaitement longitudinale, le bois de printemps de
deux cernes (gros vaisseaux) apparaît sous forme d'arceaux plus foncés. © Photo R. Prat

Source : http://www.futura-sciences.com/magazines/nature/infos/dossiers/d/botanique-bois- Page 9 / 15


formation-structure-475/
Dossier > Le bois, formation et structure Futura-Sciences

Figure 17. Coupe longitudinale tangentielle de bois de chêne. Les gros vaisseaux verticaux du bois de printemps des
différents cernes apparaissent nettement. Ils sont discontinus car la section n'est pas parfaitement longitudinale. Les
rayons du bois apparaissent sous forme de stries perpendiculaires aux vaisseaux (champs de croisement). © Photo R.
Prat

Figure 18. Reconstitution tridimensionnelle d'un cube de bois de chêne de 1 cm de côté réalisé à partir des
macrophotographies des 3 types de sections d'un même échantillon (transversale en haut, radiale à gauche et
tangentielle à droite). © Photo R. Prat

Les observations en microscopie permettent de préciser la structure

A - Coupe transversale

Source : http://www.futura-sciences.com/magazines/nature/infos/dossiers/d/botanique-bois- Page 10 / 15


formation-structure-475/
Dossier > Le bois, formation et structure Futura-Sciences

Figure 19. Coupe transversale de bois de chêne. La section est effectuée à la limite de deux cernes. En bas, le bois d'été
(année n) dans lequel on distingue quelques petits vaisseaux. En haut, le bois de printemps (année n + 1) dans lequel
on observe de nombreux vaisseaux de très fort diamètre. Des rayons (certains très fins, certains très épais) traversent
les cernes de haut en bas. Ils sont sinueux au contact des gros vaisseaux. © Photo R. Prat

Figure 20. Détail du bois de printemps. On distingue nettement les gros vaisseaux, les fibres, les rayons fins
(monosériés) et les rayons épais plurisériés). © Photo R. Prat

B - Coupes tangentielles

Source : http://www.futura-sciences.com/magazines/nature/infos/dossiers/d/botanique-bois- Page 11 / 15


formation-structure-475/
Dossier > Le bois, formation et structure Futura-Sciences


Figure 21. Coupes longitudinales tangentielles de bois de chêne. On distingue les fibres verticales, des rayons
monosériés (à gauche) et des rayons plurisériés (à droite) sectionnés transversalement. © Photo R. Prat

Page 6/7 - Les propriétés mécaniques du bois


La structure du bois étudiée macroscopiquement et microscopiquement explique les propriétés mécaniques du bois


Figure 22. Utilisation d'une hache pour fendre un rondin de bois de chêne. On observe (à gauche) des fentes radiales
apparues au cours du séchage au niveau des rayons. © Photo R. Prat

Le bois est un matériau anisotropique. Sa résistance est très forte dans le sens longitudinal et peut se fendre
aisément dans le sens radial. Ces propriétés permettent de choisir le type de découpe selon l'utilisation souhaitée

Figure 23. Découpe schématique dans un tronc. Dans un tronc (A), la découpe symétrique du bois de cœ ur permet la

Source : http://www.futura-sciences.com/magazines/nature/infos/dossiers/d/botanique-bois- Page 12 / 15


formation-structure-475/
Dossier > Le bois, formation et structure Futura-Sciences

fabrication de poutres (C) ou de poteaux très résistants. Pour la fabrication de planches, la découpe radiale (B) permet la
meilleure résistance. Par contre les découpes tangentielles (D) donnent des planches qui peuvent se voiler en séchant.
© Photo R. Prat

La fabrication de plateau de table peut difficilement se réaliser à partir d'une seule planche (sauf
exception).

L'association de plusieurs planches ou plusieurs tasseaux orientés de manière adéquate permet, de plus, de
compenser les problèmes de voilage.


Figure 24. Structure schématique d'un plateau de table réalisé par l'association de tasseaux parallèles. Les tasseaux
sont associés à l'aide de tenons et de mortaises © Photo R. Prat

Page 7/7 - Les matériaux dérivés ; exemple : le contreplaqué


Pour éviter les problèmes liés aux propriétés mécaniques particulières du bois, on a recours à des matériaux dérivés
dont les plus connus sont les agglomérés et les contreplaqués.

Les agglomérés ou panneaux de particules sont formés de particules de bois pressées avec de la colle.
Le sens des particules étant aléatoire, les propriétés mécaniques sont les même dans toutes les
directions mais la résistance à la cassure est faible. Par contre, ces panneaux sont de bons isolants.

Les contreplaqués sont constitués de fines feuilles de bois découpées dans le sens tangentiel.

Figure 25. Déroulage d'une bille de bois. La bille de bois est animée d'un mouvement de rotation (flèche rouge). Un
couteau est appuyé contre la bille. Une mince feuille de bois en section tangentielle de largeur de la bille et de longueur
indéfinie est formée (flèche verte). © Photo R. Prat

Source : http://www.futura-sciences.com/magazines/nature/infos/dossiers/d/botanique-bois- Page 13 / 15


formation-structure-475/
Dossier > Le bois, formation et structure Futura-Sciences

Figure 26. Deux portions de feuilles tangentielles obtenues placées selon des directions perpendiculaires. La direction
longitudinale est verticale à gauche et horizontale à droite. © Photo R. Prat

Figure 27. Construction schématique d'un contreplaqué. La feuille du milieu, plus épaisse est appelée l'âme. Elle est
encadrée par deux feuilles disposées perpendiculairement puis par deux autres feuilles disposées perpendiculairement
par rapport aux précédentes. © Photo R. Prat

Source : http://www.futura-sciences.com/magazines/nature/infos/dossiers/d/botanique-bois- Page 14 / 15


formation-structure-475/
Dossier > Le bois, formation et structure Futura-Sciences

Figure 28. Les cinq feuilles sont ensuite encollées et pressées pour donner une planche d'épaisseur régulière. © Photo
R. Prat

La planche obtenue est remarquablement résistante. Ses propriétés mécaniques sont les mêmes dans toutes les
directions. Selon les usages, on peut fabriquer des contreplaqués d'épaisseurs différentes comportant un nombre
de feuillets variés (en nombre impair).

Roger Prat vous réponds sur notre forum pour de plus amples discussions alors n'hésitez, c'est si rare de
pouvoir discuter en direct avec un scientifique

Roger Prat en direct....

Pour allez plus loin


N'hésitez pas à nous écrire pour des propositions de dossiers que vous soyez passionné, professeurs, chercheurs...
, et pour de plus amples discussions sur tous les sujets que vous désirez Notre forum vous accueille.

Source : http://www.futura-sciences.com/magazines/nature/infos/dossiers/d/botanique-bois- Page 15 / 15


formation-structure-475/

Vous aimerez peut-être aussi