Vous êtes sur la page 1sur 12

Office de la Formation Professionnelle

& de la Promotion de Travail


Institut Spécialisé en Technologie Appliquée de Hay ENNAHDA

Cadre de référence

Réalisé par :

ABOULBAQA Ibtissam

AITHAMMADI Salwa
AADI Hassan
AMID Aymane
 :
 Introduction .

 Définition d’un cadre de référence.

 D’où vient le cadre de référence .

 La percéption.

 Cadre de référence et l'image de soi.

 Image de soi et travail.

 Conclusion.

1
La réussite et l’échec de la communication dépendent d’une
multitude d’éléments qui ont été abondamment étudies par la
psychologie et qui dépassent notre propos.
Sachant que la personnalité de l’émetteur et son interaction
avec le récepteur ont un effet sur le résultat de la
communication, c’est pour cela on fait une étude sur le cadre
de référence.

Que signifie le cadre de référence en


communication?

2
Cadre de référence : ensemble d’idées, d’opinions, de
valeurs propres à un individu (ou à un groupe) et en fonction
duquel cet individu donne un sens à ce qu’il dit ou reçoit .

 chacun évalue la réalité avec son propre cadre de référence


 un même sujet peut avoir des différentes opinions .

3
 la manière de percevoir le message et d’agir de diffère
selon :

4
ce que l’on sait : c'est-à-dire ce que chaque personne à
acquis pendent toute sa vie
ce que l’on comprend : toute chose qu’on a su en plus on
le comprendre.
Ce que l’on accepte : c’est ce qu’on sait et ce qu’on
comprend en plus en accepte.

5
L’homme a souvent tendance à penser qu'il est actif ou inactif
dans une situation de communication:
-Actif: Quand il envoie des messages, (quand il parle, fait des
gestes)
-Passif: Quand il écoute, regarde, ressent. (Situation la plus
fréquente).
En réalité nous sommes toujours actifs, consciemment ou
inconsciemment:
-Nous sélectionnons, choisissons ce que nous percevons:(une
mère entend son enfant dans le bruit ambiant),
-Nous organisons, structurons, interprétons et donnons un
sens aux signes et signaux qui nous parviennent: (Conduite
«automatique» d'une voiture en pensant à autre chose).
La perception : C’est le phénomène psychologique qui nous
relie au monde sensible par l’intermédiaire de nos sens.
Et le mot perception à un double sens a la fois perception par
les sens, et perception par l’esprit.
La perception est un processus physique et mental qui utilise
nos cinq sens.
‘Cette perception n'est pas la même pour tous’

*’Pour une température donnée, certains ont chaud, d'autres


ont froid’.

6
*’Le contenu d'un film peut être totalement différent entre
deux personnes’.
Nous agissons avec le postulat que la plupart des gens voient
et ressentent les mêmes choses que nous. (Ils voient les
mêmes couleurs, les mêmes sons, les mêmes formes,
certaines personnes ici, comprennent ce que je dis). Ce
postulat est largement confirmé par la vie courante et c'est ce
qui permet la communication. Mais parfois les gens ne voient
pas ou n'entendent pas les mêmes choses (certaines personnes
ne comprennent pas ou mal ce que je dis en ce moment).
C/C
 La plupart des problèmes de communication résultent de
ces affirmations :

1. La réalité que nous percevons est le fruit de notre culture et


de nos filtres personnels (culture, langage, émotion,
désirs, attentes, histoire, vécu, milieu social, etc.) Notre
perception de la réalité est subjective. Dès lors, il est
normal que des personnes différentes voient des choses
différentes et fassent des lectures diverses des mêmes
faits. En conséquence, une bonne perception exige une
bonne connaissance de soi, de notre culture, de
nos filtres etc.,
2. Nous communiquons à l'aide de codes (vocabulaire, geste,
vestimentaire) personnels qui résultent de notre culture et ils
sont différents de ceux des nos interlocuteurs. (Nous ne
donnons pas les mêmes sens aux mots, aux gestes et aux

7
vêtements). Une bonne communication doit nous conduire
à utiliser un langage « universel » compréhensible et
perceptible par notre interlocuteur. (Exemple de mauvaise
communication : le langage de la justice, de la médecine ou
des banlieues ; une tenue sportive lors d’un entretien
d’embauche etc.)

 Une personne qui ne comprend pas un message n'est pas


imbécile, ou ne fait pas forcément preuve de mauvaise
volonté, elle peut ne pas avoir le même cadre de référence
ou la même grille de perception que l'émetteur.
(Unétranger ne peut vous comprendre s'il ne parle pas votre
langue, les syndicalistes ne peuvent comprendre la logique
patronale qui conduit à privilégier les profits sur les emplois
etc.)
La communication peut être représentée ainsi :

La connaissance de soi est un processus essentiel d’ouverture


à ses propres réactions, à ses propres capacités, à ses

8
croyances et valeurs, donc à sa propre identité. Psychologues
et sociologues s’accordent à dire que se comprendre et se
connaître soi-même est indispensable pour mener à bien toute
communication avec les autres.
Parmi les éléments qui constituent notre cadre de référence,
il en est un particulièrement marquant dont on privilégie
l'usage:
-L’image que nous avons de nous-mêmes. Il s'agit de
l'ensemble des perceptions que nous avons à notre sujet:
Je suis beau, moche, dans la moyenne, de bonne compagnie,
drôle, appliqué, relaxé, persuasif, habile à résoudre des
problèmes ,intelligent, compétent, j'ai plus de jugement que
mon voisin, etc.
-L'ensemble de ces idées que nous nous faisons sur notre
propre compte forme l'image de soi.

9
Le processus d’autoévaluation consiste pour une personne à
évaluer sa performance par rapport aux buts qu’elle s’est
fixés.
Dans le contexte professionnel, le processus d’autoévaluation
joue un rôle important car s’est par son intermédiaire que
l’ employeur se construit une opinion sur sa capacité de
réussir dans certains domaines de travail et à certains
niveaux d’études .
Toute activité de travail prend un sens particulier pour celui
qui l'exécute et ce sens personnel influe considérablement sur
le degré de motivation et de performance de la personne qui
agit.
 Les attitudes à privilégier :
Chercher a comprendre son cadre de référence.
Un comportement indésirable n'existe pas de manière isolée.
Faire une évaluation objective de la situation.
Renforcer positivement la compétence de la personne à se
prendre en main et à résoudre ses problèmes (contradiction)
entre ses aspirations, ses valeurs et son agir par une
confrontation douce qui relève l'irréalisme de conduite
(surtout à un stade plus avancé de motivation).
Susciter des commentaires favorables ay changement de la
part du client lui-même.

10
La manière de percevoir les événements et d’agir est différent
d’un individu à l’autre, elle est déterminer par le vécu,
l’histoire personnelle et l’environnement
dans lequel l’individu évolué, c’est ce qu’on appelle le cadre
de référence qui est un composant relationnel de la
communication .
En effet en distingue quiet influencé par:
1) ce que l’on sait : c'est-à-dire ce que chaque personne à
acquis pendent toute sa vie
2) ce que l’on comprend : toute chose qu’on a su en plus on
le comprendre.
3) Ce que l’on accepte : c’est ce qu’on sait et ce qu’on
comprend en plus en accepte.
Finalement pour avoir une communication réussite il faut que
l’émetteur et le récepteur essayent chacun de sa part de ce
mettre dans la place de l’autre et de dominer le même cadre.

11

Vous aimerez peut-être aussi