Vous êtes sur la page 1sur 34

S ervice Public d ’Assainissement Non Co lle c tif

INFOS ANC POUR LES PARTICULIERS

GUIDE PRATIQUE
pour l’installation d’un équipement
d’assainissement autonome

L’Eau en question...
COLLECTER, PRETRAITER,
TRAITER, EPURER, FILTRER /
CONTROLER LES INSTALLATIONS
/ PROTEGER L’ENVIRONNEMENT
ET LE CADRE DE VIE

Installation d’un équipement d’assainissement autonome


Î Rappels et obligations
Î Les étapes de votre projet
Î Quelques conseils techniques
Î Quels dispositifs ANC choisir ?

Infos/Contact SPANC : Service Public Assainissement Non Collectif -1-


Avril 2005

Communauté de communes Canton de Bourg de Péage – Route du barrage –


Pizançon – 26300 Bourg de Péage - Tél. : 04 75 72 81 81 – Fax : 04 75 72 81 71
accueil@cc-cantonbourgdepeage.fr www.cc-cantonbourgdepeage.fr
Bourg de Péage, le 16 février 2005

Madame,
Monsieur,

Dans le cadre de la Loi sur l’eau du 3 janvier 1992 ; les collectivités locales se sont
vues imposées de nouvelles obligations relatives à l’assainissement non collectif. Elles doivent
désormais prendre en charge son contrôle. Celui-ci comprend :
- Le contrôle de la conception et de la réalisation des installations,
- Le contrôle périodique de leur bon fonctionnement.

« Par assainissement non collectif, on désigne tout système d’assainissement effectuant la


collecte, le prétraitement, l’épuration, l’infiltration ou le rejet des eaux usées domestiques des
immeubles non raccordés au réseau public d’assainissement. »
Art. 1 de l’arrêté du 6 mai 1996

Dans le cadre d’une construction ou d’une réhabilitation d’un bâtiment ne pouvant être
raccordé à un réseau d’assainissement collectif, vous devrez réaliser un équipement
d’assainissement non collectif, qui respectera les normes en vigueur, ceci afin de protéger votre
environnement (nappe, phréatique, cours d’eau, voisinage …). Il sera donc nécessaire de
remplir un dossier de Demande d’installation d’un dispositif d’assainissement non collectif aussi
bien dans le cadre d’un permis de construire que dans celui d’une réhabilitation.

Ainsi, le Service Public d’Assainissement Non Collectif (SPANC) de la Communauté de


communes Canton de Bourg de Péage donnera un avis sur chaque demande d’urbanisme
(permis de construire, permis de lotir, déclaration de travaux …). De plus, il contrôlera la
bonne exécution des travaux et délivrera un certificat de conformité de l’installation réalisée.

Le présent dossier a été réalisé afin de faciliter votre démarche et de vous guider dans
les différentes étapes de votre projet d’installation d’un équipement d’assainissement non
collectif (conseils, présentation technique des différents dispositifs de traitement existants,…).
Toutefois, nous vous rappelons que les informations contenues dans ce guide pratique vous sont
données à titre indicatif ; la validation définitive de votre projet ANC n’intervenant qu’après
l’approbation du SPANC.

Vous souhaitant bonne lecture, nous vous prions de croire, Madame, Monsieur, en l’assurance
de nos sincères salutations.

Christian DASSE-VINAY Pierre BUIS


Vice-président - SPANC de la Président de la
Communauté de communes Communauté de communes
Canton de Bourg de Péage Canton de Bourg de Péage

Infos/Contact SPANC : Service Public Assainissement Non Collectif -2-


Communauté de communes Canton de Bourg de Péage – Route du barrage –
Pizançon – 26300 Bourg de Péage - Tél. : 04 75 72 81 81 – Fax : 04 75 72 81 71
accueil@cc-cantonbourgdepeage.fr www.cc-cantonbourgdepeage.fr
Sommaire
En clair et en bref :
SPANC = Service Public d’Assainissement Non Collectif
ANC = Assainissement Non Collectif
= Assainissement autonome
= Assainissement individuel

PREAMBULE 2
1. Rappels et obligations 5
Î La collecte et le traitement des eaux usées domestiques 5
Î Obligations de l’usager 6
Î Les responsabilités de l’usager 6

2. Les étapes indispensables de votre projet 7


Î Connaître la faisabilité d’une installation d’assainissement non collectif sur votre 7
terrain
Î Adaptation de votre filière 7
Le poste de prétraitement /Le traitement
Î Implantation de votre filière 8
Î Remplir les fiches la « Demande d’installation d’un dispositif ANC » 9
Î L’instruction de votre demande par le SPANC 9
Î Déposer votre demande en mairie (permis de construire, de lotir, déclaration de 9
travaux)
Î Contrôle des travaux avant remblaiement des fouilles et certificat de conformité 9

3. Quelques conseils 10
Î Que demander au bureau d’étude pour votre étude géologique ? 10

Î Que demander à votre terrassier ? 10

4. Assainissement individuel : quelques conseils techniques 11


„ Schéma général : 11
n Le Prétraitement 12
o La Ventilation 13
p Le Traitement 13
„ Comment choisir son dispositif de traitement ? 14
5. Quelques remarques utiles 15

-3-
Infos/Contact SPANC : Service Public Assainissement Non Collectif –
Communauté de communes Canton de Bourg de Péage
ANNEXES 16
Annexe 1 : Communes du Canton de Bourg de Péage possédant une carte d’aptitude des sols 17

Annexe 2 : Critères de choix des filières 18

Annexe 3 : Exemple de plan de masse 19

Annexe 4 : Dispositifs de traitement 20


FICHE 1
Epandage souterrain à faible profondeur 21

FICHE 2 Filtre à sable vertical non drainé 24

FICHE 3 Tertre d’infiltration 27

FICHE 4 Filtre à sable vertical drainé 30

Annexe 5 : références réglementaires 33

Annexe 6 : Lexique 34

-4-
Infos/Contact SPANC : Service Public Assainissement Non Collectif –
Communauté de communes Canton de Bourg de Péage
1. Rappels et obligations

L'arrêté du 6 mai 1996 fixant les prescriptions techniques applicables aux systèmes
d'assainissement non collectif définit l'assainissement autonome comme "tout système
d'assainissement effectuant la collecte, le prétraitement, l'épuration, l'infiltration ou le rejet des
eaux usées domestiques des immeubles non raccordés au réseau public d'assainissement".

Î La collecte et le traitement des eaux usées domestiques


Les ouvrages d’assainissement individuel sont conçus pour la collecte et le traitement des
eaux usées domestiques. Ces eaux proviennent des différents usages domestiques de l’eau.
Elles sont essentiellement porteuses de pollution organique. Les eaux usées domestiques se
répartissent :
- en eaux ménagères, qui ont pour origine les salles de bain et les cuisines, et sont
généralement chargées de détergents, de graisses, de solvants, de débris organiques,
etc.
- en eaux vannes, il s’agit des rejets des toilettes, chargés de diverses matières
organiques azotées et de germes fécaux.

La pollution journalière produite par une personne utilisant de 150 à 200 litres d’eau par jour
est évaluée à :
- de 70 à 90 grammes de MES (Matières En Suspension)
- de 60 à 70 grammes de Matières Organiques
- de 15 à 17 grammes de Matières Azotées
- de 4 grammes de phosphore
- de plusieurs milliards de germes pour 100mL.

Les systèmes d’assainissement non collectif peuvent être efficaces contre la pollution organique,
les matières en suspension et les germes. Ils le sont moins en ce qui concerne l’azote produit par
les déjections humaines. La qualité de leur conception, leur dimensionnement et leur entretien
conditionne leur efficacité pour la protection du milieu naturel.

-5-
Infos/Contact SPANC : Service Public Assainissement Non Collectif –
Communauté de communes Canton de Bourg de Péage
Î Les obligations de l’usager
Les obligations de l’usager sont fixées par la réglementation applicable (cf. Annexe 5) et
par le règlement du SPANC, elles concernent :
9 La conception, la réalisation, le financement des études et des travaux qui relèvent
du propriétaire
9 Le bon état de fonctionnement des ouvrages qui suppose :
• Leur réparation par leur propriétaire,
• Leur entretien et leur bonne utilisation par l’occupant.
9 La soumission des installations aux contrôles de conception et de bonne exécution
pour les propriétaires ainsi qu’aux contrôles de bon fonctionnement et, le cas échéant,
d’entretien pour l’occupant.
9 L’accessibilité aux ouvrages.
9 L’accès des agents du SPANC aux ouvrages sur terrain privé pour contrôles (article
L.1331-11du Code de la Santé Publique).
9 L’adéquation du fonctionnement de l’installation avec son dimensionnement.

Î Les responsabilités de l’usager


Le manquement de l’usager aux obligations ci-dessus est susceptible d’engager sa
responsabilité :
9 Civile : en cas de dommages causés aux tiers par le mauvais fonctionnement de
l’installation,
9 Pénale : en cas d’infraction aux dispositions des codes (Santé, Construction, Urbanisme
et Environnement).

-6-
Infos/Contact SPANC : Service Public Assainissement Non Collectif –
Communauté de communes Canton de Bourg de Péage
2. Les étapes indispensables de votre projet

Î Connaître la faisabilité d’une installation d’assainissement non collectif sur votre


terrain

Dans un premier temps, vous devrez vous assurer de la possibilité d’infiltrer vos eaux
usées sur votre terrain. En effet certains terrains présentent de très fortes contraintes (mauvaise
perméabilité, pente forte, présence de nappe phréatique, surface insuffisante …) qui
compliquent la réalisation d’un assainissement autonome. Afin de déterminer le niveau de
perméabilité de votre sol, renseignez-vous tout d’abord auprès de votre mairie ou du SPANC
(cf. Annexe 1 : Communes du Canton de Bourg de Péage possédant une carte d’aptitude des
sols).
• Si votre parcelle fait partie d’une zone étudiée dans la Carte d’aptitude des sols à
l’assainissement non collectif : le SPANC vous informera sur la qualité de votre terrain.

• Si votre terrain ne fait pas partie d’une telle zone, ou si la commune ne possède pas
encore de carte d’aptitude des sols : vous êtes dans l’obligation de faire réaliser, à vos
frais, une étude de sol et de filière auprès d’un bureau d’études spécialisé. Ce dernier vous
assurera la faisabilité d’un dispositif d’assainissement individuel sur votre terrain et vous
conseillera sur la filière préconisée et son implantation (qui sont les étapes suivantes de
notre marche à suivre). Si toutefois, vous estimez que ce document n’est pas nécessaire, le
service assainissement se réserve le droit de refuser votre demande d’installation d’un
assainissement individuel pour votre permis de construire en cas de doute sur les
potentialités de votre terrain.

Î Adaptation de votre filière


La filière retenue devra suivre obligatoirement les prescriptions techniques de la carte
d’aptitude des sols à l’assainissement non collectif ou le rapport du bureau d’étude. Les
différentes filières réglementaires sont définies dans l’Arrêté Ministériel du 6 mai 1996 relatif
à la loi sur l’eau du 3 janvier 1992.
Un assainissement individuel se compose généralement d’un poste de collecte et de
prétraitement, et d’un poste de traitement avec infiltration ou rejet.

• Le poste de prétraitement : Il se compose d’une fosse toutes eaux qui récolte les eaux
vannes (toilettes) et les eaux ménagères (cuisines, salle de bain, machine à laver …). Cette
fosse ne reçoit en aucun cas les eaux pluviales (eaux de toiture, terrasse …), qui doivent
être complètement séparées. Elle permet d’éliminer les particules solides et les graisses
(grâce aux phénomènes naturels de décantation, fermentation et liquéfaction) afin de ne

-7-
Infos/Contact SPANC : Service Public Assainissement Non Collectif –
Communauté de communes Canton de Bourg de Péage
pas perturber le traitement ultérieur. En sortie de fosse, l’eau est débarrassée des éléments
solides, mais elle est encore fortement polluée. Elle doit donc être traitée.
• Le poste de traitement : l’élimination de la pollution est obtenue par infiltration de l’eau
prétraitée dans le sol ou dans un massif de sable, grâce à l’action des micro-organismes
qui y sont naturellement présents. L’eau ainsi traitée se disperse par écoulement dans le
sous-sol. Si l’infiltration naturelle est impossible (sol argileux, fissuré …) alors un rejet vers
un exutoire (fossé, ruisseau, puits d’infiltration) peut être envisagé.
Différents systèmes de traitement peuvent être utilisés (selon la nature du sol) :
- épandage souterrain
- filtre à sable vertical non drainé
- filtre à sable vertical drainé
- tertre d’infiltration.
Les différentes filières de prétraitement et de traitement, ainsi que leur dimensionnement, sont
détaillés ci-après (cf annexes 4).

Î Implantation de votre filière


Après avoir choisi votre filière et en ayant connaissance de son dimensionnement, vous
devez réaliser ou faire réaliser (par votre architecte ou constructeur) un plan de masse de
votre projet sur lequel devra figurer impérativement :
y Les limites de votre propriété,
y L’implantation de votre projet de construction,
y L’implantation des accès, aire de stationnement, piscine, géothermie …,
y Les éventuelles servitudes,
y L’implantation exacte des dispositifs d’assainissement (prétraitement, traitement et
exutoire) à l’échelle,
y Les indications sur la topographie (pente, sens de la pente, pourcentage …).

Si vous n’êtes pas l’auteur du projet architectural, il est indispensable de fournir les
prescriptions de ce dossier à la personne concernée (architecte, constructeur …) afin de ne pas
rallonger les délais d’instruction de votre demande d’installation.

Ce plan de masse devra être impérativement joint à votre demande de permis de


construire lors du dépôt en Mairie.

-8-
Infos/Contact SPANC : Service Public Assainissement Non Collectif –
Communauté de communes Canton de Bourg de Péage
Î Remplir le formulaire « Demande d’installation d’un dispositif d’assainissement
non collectif » et l’attestation d’engagement pour la réalisation des travaux
d’installation ANC
Ces documents fourniront au SPANC les informations nécessaires pour ne pas retarder
le dépôt de votre permis de construire. Remplissez-les précisément avec attention. N’oubliez
pas de prendre contact avec le SPANC afin d’organiser au plus vite une visite sur le terrain.

Î L’instruction de votre demande par le SPANC


Une fois la visite de terrain effectuée et les différents documents transmis (le dossier de
Demande d’installation, l’attestation d’engagement, le plan de masse et l’étude de sol
éventuelle), le SPANC pourra instruire rapidement le volet assainissement de votre projet
(délai de 4 semaines). Toutefois, s’il y a des modifications à apporter, le service peut être
amené à vous contacter et à vous demander de préciser ou de modifier votre plan.
Le SPANC donnera alors un avis sur votre projet (favorable, favorable avec réserves ou
défavorable) qui sera transmis en Mairie et à la DDE. Une copie vous sera bien
évidemment envoyée.

Î Déposer votre demande en mairie (Permis de Construire, de lotir, déclaration de


travaux)
Une fois l’avis du SPANC émis, vous pouvez déposer votre dossier d’urbanisme en
mairie en n’oubliant pas de joindre le plan de masse pour la partie assainissement. La Mairie
joindra alors l’avis du SPANC à votre dossier avant de le faire suivre à la DDE.

Î Contrôle des travaux avant remblaiement des fouilles et certificat de conformité


Une fois votre permis délivré, vous pouvez commencer vos travaux. Dès que votre
installation d’assainissement est achevée, vous devez contacter le SPANC afin de fixer un
rendez-vous pour le contrôle des travaux avant recouvrement des installations. A la suite
de ce contrôle le technicien vous délivrera alors :
y un certificat de conformité (Procès Verbal) si votre installation a été réalisée
conformément au projet validé
y un certificat de non-conformité si votre installation ne respecte pas les prescriptions
du projet validé ou si le contrôleur n’a pas été en mesure de vérifier l’installation avant
remblaiement des fouilles.
L’original restera dans votre dossier d’urbanisme, une copie vous sera délivrée.

-9-
Infos/Contact SPANC : Service Public Assainissement Non Collectif –
Communauté de communes Canton de Bourg de Péage
L’instruction de votre projet d’assainissement et le contrôle de votre installation
représentent un coût de 150 Euros. Ce montant vous sera facturé en deux fois : 75 Euros après
l’instruction de la demande et 75 Euros après le contrôle de bonne exécution des travaux.

Les conséquences d’un certificat de non-conformité


- Il diminue la valeur de votre habitation dans le cas d’une vente par exemple.
- La commune peut ensuite vous refuser vos demandes d’urbanisme à venir (piscine …)
- Si votre installation engendre des nuisances reconnues (pollution du milieu naturel,
écoulement d’eaux usées chez un voisin …), le maire peut intervenir et faire jouer son
pouvoir de police en vous mettant en demeure de rénover votre installation en
conformité avec la législation en vigueur.
- Il ne vous permet pas d’obtenir une dérogation de 10 ans, vous exonérant de vous
raccorder au réseau d’assainissement collectif si une extension de réseau se réalisait
sur votre secteur (vous seriez donc tenu de vous raccorder dans le délai de 2 ans).

3. Quelques conseils
Î Que demander au bureau d’étude pour votre étude géologique ?
Dans le cadre de l’étude géologique demandé par le service assainissement, vous
aurez soin de demander une étude de faisabilité pour un assainissement individuel sur votre
parcelle. Par la suite, celui-ci effectuera des sondages (au tractopelle, à la tarière…) sur votre
terrain en fonction de la disposition de votre projet (habitation, piscine, géothermie, chemin
d’accès…). Ces sondages lui permettront de connaître la nature de votre sol. Ensuite, il doit
vous définir la filière d’assainissement individuel à choisir, ainsi que son implantation et ses
prescriptions particulières (cf. Annexe 2: Critères de choix des filières).

Î Que demander à votre terrassier ?


Si vous disposez d’une étude géologique, pensez à la transmettre à votre terrassier
afin qu’il établisse son devis en fonction des prescriptions demandées. En tout état de cause, les
travaux devront être conformes aux prescriptions du permis de construire.

- 10 -
Infos/Contact SPANC : Service Public Assainissement Non Collectif –
Communauté de communes Canton de Bourg de Péage
4. Assainissement individuel : Conseils techniques

„ Schéma général :
Le dispositif d’assainissement individuel doit être installé de façon à respecter quelques
distances réglementaires (rappelées sur le schéma ci-dessous).

L’installation d’un assainissement autonome repose sur 3 principes :


n Le Prétraitement
o La Ventilation
p Le Traitement

- 11 -
Infos/Contact SPANC : Service Public Assainissement Non Collectif –
Communauté de communes Canton de Bourg de Péage
n LE PRÉTRAITEMENT
„ LA FOSSE TOUTES EAUX
La fosse toutes eaux est un élément essentiel et obligatoire dans le dispositif
d’assainissement individuel. Elle reçoit toutes les eaux usées domestiques (eaux vannes (WC)
et les eaux ménagères (salles de bain, cuisine, machine à laver ...)). Elle permet un
prétraitement des effluents par des phénomènes de :
- décantation et flottation des matières solides
- liquéfaction des boues par digestion anaérobie
- un début d’épuration réalisé par les bactéries de fermentation.
Dimensions :
Nombre de pièces principales Nombre de chambres Volume minimal (m )
3

jusqu’à 5 jusqu’à 3 3
6 4 4
7 5 5
(+ 1m3/chambre supplémentaire)
Entretien : Vidange minimum tous les 4 ans pour éviter le colmatage du dispositif aval
d’épandage.

„ BAC DÉGRAISSEUR
Le bac dégraisseur est un élément facultatif. Il n’est préconisé que dans le cas où la sortie des
eaux usées domestiques se situe à plus de 15 m de la fosse toutes eaux. Dans ce cas, le bac
dégraisseur s’installe le plus près possible de l’habitation en amont de la fosse. Il est destiné à
assurer un dégraissage et un dessablage des eaux ménagères uniquement.
Dimensions :
Volume minimal (Litre)

Eaux de cuisines seules 200

Eaux ménagères 500

Entretien : Vérification régulière (environ tous les 6 mois) - Vidange totale du dispositif lors
de la vidange de la fosse toutes eaux ou si nécessaire.

„ PRÉFILTRE
Le préfiltre est également un élément facultatif mais conseillé du système d’assainissement
autonome. Il assure la protection de l’épandage en arrêtant les matières en suspension. Ce
dispositif peut être intégré directement à la fosse ou placé en amont du traitement des
effluents par le sol.
Dimensions :
Volume minimal (Litre)

Pour T1 ou T2 200

Au-delà 500

Entretien : Vérification régulière (environ tous les 6 mois) et nettoyage au jet lors des
vidanges de la fosse toutes eaux ou si nécessaire. Remplacement des matériaux filtrants
tous les ans.

- 12 -
Infos/Contact SPANC : Service Public Assainissement Non Collectif –
Communauté de communes Canton de Bourg de Péage
o LA VENTILATION
„ Deux systèmes sont prévus :
• La ventilation primaire : l’entrée d’air est assurée par la canalisation de chute des eaux
usées, prolongée en ventilation dans son diamètre, jusqu’à l’air libre.
• La ventilation de la fosse toutes eaux : extraction des gaz. Le prétraitement des
effluents dans la fosse produit des gaz de fermentation qui doivent être évacués par un
système de ventilation muni d’un extracteur statique ou éolien. La canalisation doit être
prolongée suffisamment haut au-dessus de la toiture (faîtage). Le piquage est réalisé par
une canalisation de diamètre 100 mm, en sortie de fosse, sur le préfiltre ou avant
épandage.

Remarque : La ventilation primaire doit être distincte de la ventilation de la fosse toutes eaux.

p LE TRAITEMENT
Il s’agit d’assurer l’épuration des effluents prétraités par la fosse.
Le dispositif de traitement permet :
• La dispersion des effluents,
• L’épuration des eaux par les bactéries du sol,
• La rétention des germes pathogènes.
L’épuration est réalisée par le sol en place ou reconstitué.

- 13 -
Infos/Contact SPANC : Service Public Assainissement Non Collectif –
Communauté de communes Canton de Bourg de Péage
„ COMMENT CHOISIR SON DISPOSITIF DE TRAITEMENT ?
• Aidez-vous de la carte d’aptitude des sols à l’assainissement individuel élaborée dans le
cadre de l’étude de zonage d’assainissement réalisée sur la commune concernée, lorsque celle-
ci existe (document consultable en Mairie ou au SPANC, cf. Annexe 1).
• Ou, faites réaliser une étude à la parcelle par un bureau d’étude spécialisé afin d’évaluer la
perméabilité de votre sol en fonction de sa nature.

Sols sableux à peu argileux


SOLS PERMEABLES
Sols fissurés

Sols argileux SOLS IMPERMEABLES

Plusieurs dispositifs sont susceptibles de correspondre à votre type de terrain.

SOLS PERMEABLES SOLS IMPERMEABLES

Epandage à faible profondeur FICHE 1

FICHE 2 FICHE 4
Filtre à sable vertical non drainé Filtre à sable vertical drainé

Tertre d’infiltration FICHE 3

Ces fiches vous aideront à déterminer la filière adéquate (cf. Annexe 4).

„ CERTAINES PENTES SERONT À RESPECTER POUR L’INSTALLATION DE VOTRE DISPOSITIF


D’ASSAINISSEMENT.

2 à 4 % 0,5 à 1 % Regard de
Habitation 0,5 à 1 % contrôle

Fosse Toutes Eaux Regard


de
répartition

- 14 -
Infos/Contact SPANC : Service Public Assainissement Non Collectif –
Communauté de communes Canton de Bourg de Péage
5. Remarques utiles

- Une fosse toutes eaux ne peut collecter que des produits biodégradables : Eaux vannes
(W.C) et eaux ménagères (cuisines, salle de bains).
Y sont à proscrire : les matières solides (plastiques, déchets de cuisine, etc.…), les produits
polluants (huile de vidange, peinture synthétique, produits chimiques, etc.…).

- La vidange des boues et des matières flottantes est à effectuer en moyenne tous les 4 ans
(selon le dimensionnement et les conditions d’utilisation), pour une fosse toutes eaux ou
septique, par une entreprise ou un organisme spécialisé. Un certificat doit être délivré par
l’entreprise précisant plusieurs informations dont le lieu de destination des matières de
vidange. Une copie de celui-ci devra être remise au SPANC.

- Le bac dégraisseur, il retient les matières solides, graisses et huiles contenues dans les eaux
ménagères de manière à éviter le colmatage des canalisations. La fréquence d’entretien est en
moyenne de deux fois par an selon les conditions d’utilisation.

- Une simple vérification des regards de contrôle en amont et en aval de la zone de


traitement des eaux usées (épandage, filtre à sable ou tertre d’infiltration) doit être effectuée
afin de constater le bon écoulement des eaux et l’absence d’accumulation de matières.

- Le préfiltre, indicateur de fonctionnement souvent intégré dans la fosse toutes eaux, il assure
la rétention des matières en suspension et la protection du traitement en aval. Son entretien
consiste en un changement ou lavage du matériau filtrant au moment de la vidange du système
de prétraitement.

- Pour avoir un bon fonctionnement du système de traitement, la circulation et le stationnement


de charges sur le système sont à proscrire.

- Le système d’épandage doit rester perméable à l’air et à l’eau. Pour préserver les drains,
une distance suffisante pour la plantation des arbres et autres arbustes doit être respectée. Il
est seulement recommandé d’engazonner la surface du système de traitement.

- 15 -
Infos/Contact SPANC : Service Public Assainissement Non Collectif –
Communauté de communes Canton de Bourg de Péage
ANNEXES
Annexe 1 : Communes du Canton de Bourg de Péage possédant une carte d’aptitude
des sols
Annexe 2 : Critères de choix des filières
Annexe 3 : Exemple de plan de masse
Annexe 4 : Dispositifs de traitement

FICHE 1 Epandage souterrain à faible profondeur

FICHE 2 Filtre à sable vertical non drainé

FICHE 3 Tertre d’infiltration

FICHE 4 Filtre à sable vertical drainé

Annexe 5 : références réglementaires


Annexe 6 : Lexique

- 16 -
Infos/Contact SPANC : Service Public Assainissement Non Collectif –
Communauté de communes Canton de Bourg de Péage
ANNEXE 1: Communes du Canton de Bourg de Péage possédant une carte d’aptitude des sols :
Barbières, Bourg de Péage, Charpey, Châteauneuf-sur-Isère, Chatuzange-le-Goubet, Hostun, Jaillans, Rochefort-Samson

- 17 -
Infos/Contact SPANC : Service Public Assainissement Non Collectif –
Communauté de communes Canton de Bourg de Péage
ANNEXE 2 : CRITERES DE CHOIX DES FILIERES
Aujourd'hui, des bureaux d'études spécialisés dans l'assainissement autonome proposent
une étude adaptée au site.

Outre le recueil des données générales (topographie, hydrographie, géologie, surface et


pente de la parcelle ...), les études de faisabilité d'installation de filières d'assainissement
individuel comportent nécessairement des sondages pédologiques réalisés à la tarière à main,
à une profondeur d'environ 1,20 m, complétés par un test de percolation.

L'analyse des sols prend en compte:

Š L'hydromorphie : Elle indique la profondeur d'apparition des tâches d'oxydation et de


réduction. Son intensité est graduée de rare à faible (10 %), puis moyenne (inférieure à
50 %) et élevée (supérieure à 50 %),

Š La texture : Elle est déterminée suivant des critères granulométriques : sableuse, sablo
limoneuse, limoneuse, sablo argileuse, argileuse ;

Š La charge en cailloux : indiquée si elle est supérieure à15 % ;

Š La perméabilité du sol : Cette mesure essentielle est effectuée selon la méthode du


niveau constant ou méthode argileuse, qui permet de déterminer, pour le sol, quatre
niveaux de perméabilité (de faible à grande).

Selon les informations générales recueillies et le résultat des essais de percolation, le


bureau d'études préconisera une filière et la dimensionnera. Il se peut que le terrain soit estimé
inapte à recevoir un assainissement autonome individuel. Le choix de la filière s'effectue en
fonction des contraintes pesant sur le projet, dont les principales sont liées à des surfaces
disponibles réduites, des terrains avec pente, une épaisseur de sol meuble faible, une
hydromorphie proche de la surface et une perméabilité faible.

- 18 -
Infos/Contact SPANC : Service Public Assainissement Non Collectif –
Communauté de communes Canton de Bourg de Péage
ANNEXE 3 : Exemple de Plan de Masse

- 19 -
Infos/Contact SPANC : Service Public Assainissement Non Collectif –
Communauté de communes Canton de Bourg de Péage
ANNEXE 4 : Dispositifs de traitement

FICHE 1
Epandage souterrain à faible profondeur

FICHE 2 Filtre à sable vertical non drainé

FICHE 3 Tertre d’infiltration

FICHE 4 Filtre à sable vertical drainé

- 20 -
Infos/Contact SPANC : Service Public Assainissement Non Collectif –
Communauté de communes Canton de Bourg de Péage
FICHE 1

ÉPANDAGE SOUTERRAIN A FAIBLE PROFONDEUR


Quand mettre en place ce dispositif ?
Cette filière est mise en place sur des sols meubles et perméables. Le type de sol
adapté est épais, majoritairement limoneux (les calcaires durs se trouvent à plus de 1 m de
profondeur).

Mise en oeuvre :
L'épandage souterrain doit être réalisé par l'intermédiaire des tuyaux d'épandage
placés horizontalement dans un ensemble de tranchées. Ceux-ci doivent être placés aussi près
de la surface du sol que le permet leur protection. La longueur totale des tuyaux d'épandage
mis en œuvre doit être fonction des possibilités d'infiltration du terrain et des quantités d'eau à
infiltrer. Les tuyaux d'épandage doivent avoir un diamètre au moins égal à 100 millimètres. Ils
doivent être constitués d'éléments rigides en matériaux résistants munis d'orifices dont la plus
petite dimension doit être au moins égale à 5 millimètres (espacement de 10 à 30 cm entre les
fentes). La longueur d'une ligne de tuyaux d'épandage ne doit pas excéder 30 mètres.
L'épandage souterrain doit être maillé chaque fois que la topographie le permet. Il
doit être alimenté par un dispositif assurant une égale répartition des effluents dans le réseau
de distribution.

Dimensionnement des tranchées :


- largeur minimale : 0,5 m - profondeur maximale : 1m
- longueur maximale : 30 m - profondeur conseillée : 0,6 m

Fond de tranchée :
- horizontal
- lit de pose de sable : 10 cm - gravier lavé et
- remblai gravier : 30 cm granulométrie : 20 à 40 mm

Dimensions :

Longueur de tranchées Surface du lit


Perméabilité
filtrantes d’épandage
Sol peu perméable 20 à 30 m/chambre 20 m2/chambre

Sol perméable 15 m/chambre 20 m2/chambre

- 21 -
Infos/Contact SPANC : Service Public Assainissement Non Collectif –
Communauté de communes Canton de Bourg de Péage
- 22 -
Infos/Contact SPANC : Service Public Assainissement Non Collectif –
Communauté de communes Canton de Bourg de Péage
- 23 -
Infos/Contact SPANC : Service Public Assainissement Non Collectif –
Communauté de communes Canton de Bourg de Péage
FICHE 2

FILTRE A SABLE VERTICAL NON DRAINE

Quand mettre en place ce dispositif ?


Cette filière est mise en place sur des sols peu perméables. Les calcaires fissurés se
trouvent à plus ou moins 1 m sous la surface du sol.

Mise en oeuvre :
Dans le cas où le sol présente une perméabilité insuffisante, un matériau plus
perméable (sable siliceux lavé) doit être substitué au sol en place sur une épaisseur minimale
de 0,70 mètre sous la couche de graviers qui assure la répartition de l'effluent distribué par
des tuyaux d'épandage. N.B : Le sable doit être de nature strictement siliceuse.
La surface du lit filtrant vertical non drainé doit être au moins égale à 5m 2 par pièce
principale (minimum : 20m2).

Fouille :
- exécutée en une seule passe - profondeur : 1m10 à 1m60
- longueur minimale : 4m - largeur: 5m

Fond de fouille :
- géogrille
- 70 cm de sable silicieux, lavé, roulé
- 20 cm de gravier roulé, lavé 20-40mm
- tuyaux d’épandage (diamètre 100mm, orifices dirigés vers le bas, pente à 0.5%)
- géotextile
- 20 cm de terre végétale

Dimensions :

Nombre de pièces principales Nombre de chambres Surface (m2)

4 2 20

5 3 25
+ 5 m2/chambre supplémentaire

- 24 -
Infos/Contact SPANC : Service Public Assainissement Non Collectif –
Communauté de communes Canton de Bourg de Péage
- 25 -
Infos/Contact SPANC : Service Public Assainissement Non Collectif –
Communauté de communes Canton de Bourg de Péage
- 26 -
Infos/Contact SPANC : Service Public Assainissement Non Collectif –
Communauté de communes Canton de Bourg de Péage
FICHE 3

TERTRE D’INFILTRATION

Quand mettre en place ce dispositif ?


Cette filière est mise en place sur des sols rocheux où la réalisation d’un lit filtrant
vertical est difficile et sur les sols où l’on constate la présence d’eau à faible profondeur.
Mise en oeuvre :
Dans le cas où la nappe phréatique est trop proche, l'épandage doit être établi à la
partie supérieure d'un tertre réalisé au-dessus du sol en place.
Il utilise un matériau d’apport granulaire comme système épurateur et le sol en place
comme moyen dispersant. Il peut être en partie enterré ou totalement hors sol et nécessite, le
cas échéant, un poste de relevage. Dans les cas de topographie favorable ou de construction
à rez-de-chaussée surélevé, permettant l’écoulement gravitaire des effluents, la mise en place
du poste de relevage pourra être évitée. Le tertre d’infiltration se réalise sous la forme d’un
massif sableux sous le niveau de la canalisation d’amenée.
La surface du tertre d’infiltration doit être au moins égale, à son sommet, à 5m2 par
pièce principale (minimum : 20m2).
N.B : Le sable doit être de nature strictement siliceuse. Dispositif utile comme palliatif pour les
réhabilitations en zone inondable. Il faut néanmoins s’assurer de la perméabilité du sol à la
base du tertre.

Dimensions :
Surface minimale à la base du
Surface minimale au tertre (en m2)
Nombre de pièces Nombres de sommet du tertre
principales chambres
(en m2) Sol peu
Sol perméable
perméable

4 2 20 60 40
5 3 25 90 60
+1 +1 +5 +30 +20

Î Dispositifs assurant l'épuration des effluents avant rejet vers le milieu


hydraulique superficiel ou vers un puits d’infiltration (nécessite une dérogation
préfectorale)

- 27 -
Infos/Contact SPANC : Service Public Assainissement Non Collectif –
Communauté de communes Canton de Bourg de Péage
- 28 -
Infos/Contact SPANC : Service Public Assainissement Non Collectif –
Communauté de communes Canton de Bourg de Péage
- 29 -
Infos/Contact SPANC : Service Public Assainissement Non Collectif –
Communauté de communes Canton de Bourg de Péage
FICHE 4

FILTRE A SABLE VERTICAL DRAINE

.
Quand mettre en place ce dispositif ?
Cette filière est mise en place lorsque le sol en place ne permet pas d’assurer
l’épuration des effluents et leur dispersion, en raison de sa nature principalement
imperméable. .
L’épuration se fait à travers un horizon sableux, puis les eaux sont récupérées pour être
rejetées dans un exutoire superficiel : fossé, réseau pluvial, ruisseau... .
N.B : Le sable doit être de nature strictement siliceuse

Mise en oeuvre :
Il comporte un épandage dans un massif de sable propre rapporté formant un sol
reconstitué tel que décrit dans la présente annexe. A la base du lit filtrant, un drainage doit
permettre d'effectuer la reprise des effluents filtrés pour les diriger vers le milieu hydraulique
superficiel ; les drains doivent être, en plan, placés de manière alternée avec les tuyaux
distributeurs.
La surface des lits filtrants drainés à flux vertical doit être au moins égale à 5 mètres
carrés par pièce principale, avec une surface minimale totale de 20 mètres carrés.

Dimensions :

Nombre de pièces principales Nombre de chambres Surface (m2)

4 2 20
5 3 25

+ 5 m²/chambre supplémentaire
• Largeur du filtre à sable vertical : 5 m
• Longueur minimale : 4 m

- 30 -
Infos/Contact SPANC : Service Public Assainissement Non Collectif –
Communauté de communes Canton de Bourg de Péage
- 31 -
Infos/Contact SPANC : Service Public Assainissement Non Collectif –
Communauté de communes Canton de Bourg de Péage
- 32 -
Infos/Contact SPANC : Service Public Assainissement Non Collectif –
Communauté de communes Canton de Bourg de Péage
ANNEXE 5 : Références réglementaires

Loi n°92-3 du 3 janvier 1992 sur l’eau : définit les enjeux en matière de police et de gestion
des eaux, et le rôle des collectivités territoriales dans le domaine de l’eau et de
l’assainissement.

Arrêté du 6 mai 1996 fixant :


Les prescriptions techniques applicables aux systèmes d’assainissement non collectif (JO
du 8 juin 1996) modifié par l’arrêté du 3 décembre 1996 ( JO du 28 janvier 1997).
Les modalités du contrôle technique exercé par les communes sur les systèmes
d’assainissement non collectif (JO du 8 juin 1996)

Circulaire n° 97-49 du 22 mai 1997 relative à l’assainissement non collectif : elle abroge la
circulaire du 20 août 1984 modifiée relative à l’assainissement autonome des bâtiments
d’habitation, ainsi que les circulaires 30, 48, 49 et 50 du titre II du règlement sanitaire
départemental type (circulaire modifiée du ministre de la santé du 8 août 1978).

Code général des collectivités territoriales :


Articles L.2224-7 à L.2224-11 relatifs aux services d’assainissement municipaux.
Articles R. 2333-121 à R.2333-132 relatifs aux redevances assainissement.

Code de la santé publique :


Articles L.1331-1 à L.1331_16 relatifs à la salubrité des immeubles et à l’obligation
de raccordement.

Code de la construction et de l’habitation :


Articles L.111-4 et R.111-3 relatifs aux règles de construction des bâtiments
d’habitation.

Code de l’urbanisme :
Articles L.421-3 et R.421-2 relatifs aux permis de construire.
Articles L.123-1 et R.123-9 relatifs aux plans locaux d’urbanisme (PLU).

Règlement sanitaire départemental.

Arrêtés préfectoraux et municipaux.

Plan d’Occupation des Sols ou Plan local d’Urbanisme.

Règlement du service d’assainissement.

Norme expérimentale XP P 16-603 AFNOR ou DTU 64.1 d’août 1998 : document technique
qui fixe la mise en œuvre des dispositifs d’assainissement autonome.

Norme NF 12566-1 (mars 2000) : Petites installations de traitement des eaux usées jusqu’à 50
PTE

- 33 -
Infos/Contact SPANC : Service Public Assainissement Non Collectif –
Communauté de communes Canton de Bourg de Péage
ANNEXE 6 : Lexique

9Assainissement non collectif = assainissement autonome = assainissement individuel :


Tout système d’assainissement effectuant la collecte, le prétraitement, l’épuration, l’infiltration
ou le rejet des eaux usées domestiques des immeubles non raccordés au réseau public
d’assainissement.

9 Eaux usées domestiques = eaux vannes + eaux ménagères

9 Anaérobie : se dit d’un micro-organisme qui ne peut vivre et se développer qu’en l’absence
d’oxygène.

9 Germe pathogène : se dit d’un micro-organisme (bactérie ou virus) susceptible de


déclencher des maladies.

9 Matières en suspension : Substances non dissoutes pouvant être soit déposées, soit retenues
par filtration.

9 Décantation : Séparation des matières en suspension de densité supérieure à celle de l’eau


entraînant leur accumulation graduelle au fond de la fosse et la clarification du surnageant.

9 Fermentation : Phénomène anaérobie qui consiste à la transformation des matières


organiques sous l’action d’enzymes sécrétées par des micro-organismes.

9 Liquéfaction : Passage des matières organiques des eaux usées d’un état insoluble à l’état
soluble, entraînant ainsi une réduction du pourcentage des matières en suspension.

9 Extracteur : ventilateur aspirant ou prise d’air

9 Matière Organique : Substance chimique dont la structure est essentiellement à base de


carbone et qui comporte des composés hydrocarbonés et leurs dérivés.

- 34 -
Infos/Contact SPANC : Service Public Assainissement Non Collectif –
Communauté de communes Canton de Bourg de Péage

Vous aimerez peut-être aussi