Vous êtes sur la page 1sur 4

Chapitre 03: Mouillabilité

Définition de la mouillabilité
C’est la capacité de la roche d’attirer un fluide et d’expulser un autre, cette propriété diffère
d’une roche à une autre et selon le fluide. Généralement les roches sont mouillable à l’eau, c-
ad que l’eau occupe les parties angulaires des pores et couvre les éléments solides. L’huile est
pratiquement très rare est en contacte avec les roches.
Angle de contacte
Trois gouttelettes sont observées d'un côté comme illustré sur la figure. Il est à noter que le
mercure conserve une forme sphérique, la gouttelette d'huile développe une forme
approximativement hémisphérique, mais l'eau a tendance à s'étaler sur la surface. L’angle
mesurée du liquide au solide, est appelé angle de contact theta θ. plus l’angle de contacte
augmente plus le fluide est non mouillable. Lorsque l’interface est en contact avec les parois
d’un récipient exemple un tube capillaire, l’interface coupe la surface reliée à un angle (  ),
l’angle est en fonction des tensions adhésive relative des liquides et des solides

Angle de contacte

La tension superficielle
Lorsque deux fluides non miscibles sont en contact et ces deux fluides sont un liquide et un
gaz, le terme tension superficielle est utilisé pour décrire les forces agissant sur l'interface. La
tension superficielle est la force de traction agissant sur un élément de surface situé dans un
plan tangent à la surface et qui s’oppose à la dilatation de celle-ci , ce coefficient est
homogène au quotient d’une force par une longueur. La tension superficielle a souvent été
exprimée en dyn · cm–1 (1 dyn·cm–1 = 1 mN · m–1).
La tension superficielle exprime la force par unité de surface avec laquelle les molécules sont
attirées vers l’intérieur du liquide.
Tension interfaciale
La tension interfaciale entre deux liquides non miscibles est la différence entre les tensions
superficielle de chacun de ces fluides par rapport à l’air. Lorsque l'interface est entre deux
liquides, les forces agissantes sont appelées tension interfaciale. La tension interfaciale est la
force nécessaire pour rompre la surface entre deux liquides immiscibles.
Lorsque deux fluides non miscibles (gaz-liquide, liquide-liquide) sont en contact, ces fluides
sont séparés par une interface bien définie, qui est de quelque diamètre de l’épaisseur de
molécule. Les molécules attirent l’un des autres dans toutes les directions par contre dans la
surface entre deux fluides non miscibles, il n y a pas de molécules similaire et par conséquent
il existe une force dirigé vers l’intérieure qui vise à réduire au minimum la surface en le tirant
de forme sphère

Evaluation de la mouillabilité
Le test Amott-IFP consiste à comparer les quantités de fluides récupérées par imbibition
spontanée et par injection forcée, d’une part avec de l’eau et d’autre part avec de l’huile
Description du test Amott-IFP. Avant d’effectuer le test, l’échantillon est saturé en saumure
puis une huile visqueuse est injectée pour mettre en place l’eau irréductible. L’huile en place
est ensuite remplacée par déplacement miscible par une huile moins visqueuse. La procédure
expérimentale du test est la suivante :
Imbibition spontanée en saumure et mesure du volume d’huile déplacée V1,
Déplacement forcé par la saumure et mesure du volume d’huile déplacée V2,
Imbibition spontanée en huile et mesure du volume de saumure déplacée V3,
Déplacement forcé par l’huile et mesure du volume de saumure déplacée V4.
Les déplacements forcés sont effectués aux mêmes débits. De ces mesures, sont déduits les
indices suivants :
Iw un indice de mouillabilité à l’eau

Io indice de mouillabilité à l’huile

WI indice global de mouillabilité de la roche

Interprétation du test Amott-IFP


A l’aide des valeurs des trois indices, il est possible de qualifier l’état de mouillabilité de
l’échantillon étudié. Lorsqu’une roche est franchement mouillable à l’eau, Io est nul ou très
faible et Iw est d’autant plus proche de l’unité que l’affinité pour l’eau est forte. Lorsqu’une
roche est franchement mouillable à l’huile, les valeurs des deux rapports sont inversées.
L’indice de mouillabilité se trouve donc compris entre les valeurs –1 pour un milieu
franchement mouillable à l’huile et +1 pour un milieu franchement mouillable à l’eau. Les
valeurs intermédiaires caractérisent les mouillabilités intermédiaires, fractionnaires ou mixtes.

La mouillabilité en fonction de l’indice de Amott .

Interfaciale activité Eau-huile -roche


On a constaté que les composés de type surfactant dans les pétroles bruts, qui sont
partiellement solubles dans l'eau, passent rapidement à travers le mince film d'eau sur des
surfaces humides et s'adsorbent fortement sur la roche.
Asphaltenes pénètrent dans le film aqueux pour produire des surfaces mouillable d'huile dans
la roche. Ainsi, les roches contenant des huiles asphaltiques auront des tendances à
mouillabilité a l'huile. L'interface eau silicate est acide. Les composés acides des pétroles
bruts (ceux contenant des groupes carboxyliques et phénols) ne s'adsorbent pas sur les
surfaces silicates, mais les constituants basiques (composés azotés tels que les amines et les
amides) s'adsorbent facilement, rendant la surface mouillable d'huile. Des composés azotés
basiques et des esters organiques ont été trouvés adsorbés sur le sable de quartz, tandis que les
acides sulfoniques ainsi que les groupes carbonyle et les phénols ont été adsorbés sur les
surfaces de kaolinite.
Les huiles brutes contiennent des composés tensioactifs qui peuvent modifier la mouillabilité
du réservoir en changeant les espèces chimiques au niveau du fluide et les interfaces
rocheuses, en fonction du pH, de la salinité et de la nature des composés actifs en surface. En
fonction des conditions environnementales immédiates, différents types de composés
tensioactifs présents dans le pétrole brut se déplaceront vers les interfaces fluide et roche et
régiront la mouillabilité du réservoir. La salinité et le pH contrôlent apparemment la liaison
cationique interfaciale aqueuse-minérale et les réactions acide-base des composés. La liaison
des composés tensioactifs présents dans les pétroles bruts et les molécules précipitées de type
asphaltène se produit aux interfaces des roches pétrolières
Tous les réservoirs de pétrole étaient à l'origine considérés comme mouillable parce que les
roches propres de tous types présentent des tendances préférentielles à l'eau. De plus, les
roches sédimentaires contenant du pétrole étaient à l'origine saturées d'eau qui a été déplacée
lorsque le pétrole a migré dans le piège géologique. Cependant, les composés organiques
polaires du pétrole sont expulsés de la phase en vrac et réagissent chimiquement avec l'argile
et d'autres minéraux de la roche pour former des systèmes neutres, mixtes ou de préférence
humides d'huile.

Vous aimerez peut-être aussi