Vous êtes sur la page 1sur 217

DISCOURS

SUR LE SECRET

DE LA

FRANC-MAÇONNERIE
PAR

MGR AMAND-JOSEPH F A V A

K V Ê QUE DE GRENOBLE

LIBRAIRIE H. O U D I N , ÉDITEUR

PARIS POITIERS
5l, Rl'E BONAPARTE, 5l 4, Rl'E DE L'ÉPERON, 4

1882
Biblio!èque Saint Libère

http://www.liberius.net
© Bibliothèque Saint Libère 2008.
Toute reproduction à but non lucratif est autorisée.
DISCOURS

SUR LE

S E C R E T D E LA FRANC-MAÇONNERIE
POITIERS. — IMPRIMERIE OUDIX .
DISCOURS

SUR LE

SECRET D E LA FRANC-MAÇONNERIE

LA FRANC-MAÇONNERIE

L y a de par le monde une société qui


s'appelle la Franc-Maçonnerie. On a pu
discuter jusqu'à nos jours sur son ori-
gine et la lin qu'elle se propose, mais
il n'est pas possible de nier son existence, puis-
que cette société se montre à tous les yeux, parle,
agit ets'aiHrme elle-même, chezles divers peuples
de la terre.
Elle est dite : Société secrète, parce que ses
membres se réunissent secrètement, dans des lo-
caux appelés loges, dont l'entrée est interdite aux
profanes , c'est-à-dire à ceux qui ne sont pas
2 Le Secret

francs-maçons. Leurs resolutions doivent demeu-


rer ignorées du public, la loi du silence est im-
posée à chaque membre, sous la foi du plus ter-
rible serment et sous les peines les plus graves,
même la mort, suivant la gravité du cas : malheur
au franc-maçon oublieux de son devoir! Rien ne
saurait le soustraire à la punition de sa faute.
Toutefois, si la Franc-Maçonnerie est société
secrète, elle n'est pas inconnue.
Un homme peut dissimuler ses pensées, vivre
seul et cacher le secret de sa vie intime, sans ce-
pendant demeurer ignoré de ses semblables, s'il
vit au milieu d'eux.
De même, la Franc-Maçonnerie a beau vouloir
dérober à notre connaissance ses assemblées, ses
décisions, son action et son but : on sait son exis-
tence; les yeux attentifs la suivent dans les voies
où elle marche, si ténébreuses soient-elles, et ses
actes révèlent la lin qu'elle se propose, comme les
fruits font connaître l'arbre.
C'est pourquoi Ton doit s'étonner de voir af-
firmer, par certains auteurs, que l'origine de la
Franc-Maçonnerie se perd dans la nuit des temps*
Evidemment, quand cette société a existé, on Ta
vue, et l'histoire, attentive à enregistrer les faits
de cette nature, a pris soin d'en parler. Un h o m m e
seul, vivant parmi ses semblables, ne saurait passer
inaperçu : comment donc une association tout
entière pourrait-elle échapper aux regards et à la
curiosité du monde ?
Désireux nous-inêmc de voir clair dans celte
De la Franc-Maçonnerie 3

question, nous avons interrogé les siècles passés.


Tandis que nous en redescendions Je cours, nous
avons rencontré maintes sociétés de maçons con-
structeurs. Il y en avait à la T o u r de Babel, aux
Pyramides, au Temple de Salomon, au second
Temple, et ailleurs.
Nous en trouvâmes encore à la solde de Julien
l'Apostat, qui voulait rebâtir le temple de Jéru-
salem pour donner un démenti à la parole de Jésus-
Christ, annonçant la ruine absolue de cet édifice.
Plus tard, se présentèrent à nous les architectes
et maçons, connus sous le nom de Logeurs du
Bon Dieu ; c'étaient encore des ouvriers con-
structeurs.
On a prétendu que les Templiers avaient donné
le jour à la Maçonnerie; ce qui est certain, c'est
que POrdre des Templiers fut aboli en 1 3 1 2 , et
que tous ses membres se dispersèrent aussitôt.
L'histoire ne nous montre aucune association
formée de leurs débris, et plusieurs siècles s'é-
coulent, après leur supplice ou leur fuite, sans
que la Franc-Maçonnerie se montre.
Le premier document historique qui nous la
signale, sans avoir aucune liaison avec ledit
Ordre, est connu sous le titre de : Charte de Co-
logne^ i535.
E n lisant cette pièce, dont l'original se trouve
dans les archives de la mère-loge d'Amsterdam,
avec dix-neuf signatures à la fin, ce qui n'a pas
empêché les historiens de mettre à plusieurs re-
prises son authenticité en question, on voit, au
4 Le Secret

p r e m i e r c o u p d ' œ i l , qu'elle est le fait de maçons


q u i d o g m a t i s a i e n t et bâtissaient en m ê m e temps.
D i s o n s q u e cette société a jeté dans le m o n d e
européen r i d é e de la F r a n c - M a ç o n n e r i e , avec
ses trois grades f o n d a m e n t a u x , d ' a p p r e n t i , de
c o m p a g n o n et de m a î t r e ; puis deux grades supé-
r i e u r s , et u n chef s u p r ê m e à qui tout obéit.
D'après cette C h a r t e , cette association date d u
xv° siècle, car elle dit, d a n s u n de ses considérants :
« R i e n ne n o u s i n d i q u e q u e notre association ait
été c o n n u e avant 1 4 4 0 , après la naissance d u
C h r i s t , sous d'autre d é n o m i n a t i o n q u e celle des
F F . \ de J e a n ; c'est a l o r s , d'après ce q u ' i l nous a
p a r u , qu'elle c o m m e n ç a à p r e n d r e le n o m de
confraternité des Francs-Maçons, spécialement à
Valcnciennes, en F l a n d r e , parce q u ' à cette é p o q u e
on c o m m e n ç a p a r l e s s o i n s et les secours des F F . ' .
M a c . ' , de cet o r d r e à bâtir, dans q u e l q u e s parties
du H a i n a u t , des hospices p o u r y g u é r i r les p a u -
vres q u i étaient alors attaqués de l'inflammation
d a r t r e u s e dite : Mal de Saint-Antoine ».
E n o u t r e , cette C h a r t e e l l e - m ê m e n o u s p r o u v e
q u e l'association d o n t elle parle, n'est pas celle
d ' a u j o u r d ' h u i . E n effet, celle-ci a p o u r caractère
spécial la h a i n e contre Jésus-Christ, t a n d i s q u e
l'autre n'admettait dans son sein q u e des chrétiens
p o u r m e m b r e s ; t é m o i n le c o n s i d é r a n t s u i v a n t :
« Q u o i q u e en acecordant nos bienfaits, n o u s ne
d e v i o n s n u l l e m e n t n o u s i n q u i é t e r de r e l i g i o n , ni
de p a t r i e , il nous a c e p e n d a n t paru nécessaire et
p r u d e n t de ne recevoir jusqu'à présent dans
5

notre ordre que ceux qui, dans le monde pro-


fane, ou non éclaire, professent la Religion chré-
tienne ».
Donc, la Charte de Cologne, qu'elle soit authen-
tique ou non, rédigée pour le besoin de la cause
ou d'après la vérité, ne nous montre pas encore la
Franc-Maçonnerie, telle que nous la connaissons.
A partir de i 5 4 5 , la question devient plus claire
et les documents historiques s'offrent nombreux
pour fixer définitivement le berceau de la Franc-
Maçonnerie à Viccnce, près Venise, en Italie.
Dans ce discours, adressé a nos lecteurs et di-
visé en deux parties, nous prouverons : i° que le
secret de la Maçonnerie, fondée par FausteSocin,
consiste dans le projet conçu à Vicence, et déve-
loppé ensuite, de détruire le Christianisme et de
le remplacer par le Rationalisme.
Après avoir exposé ce qui concerne le fonda-
teur de la secte maçonnique ou Socinienne, nous
parlerons de Cromwell, qui l'a accueillie et comme
naturalisée en Angleterre; d'Ashmole, qui lui a
prêté son intelligent et puissant appui dans ce
même pays; puis de Voltaire, qui l'a rendue si puis-
sante en France, de concert avec les philosophes,
ses admirateurs et ses esclaves. E n Allemagne,
nous étudierons Adam Weishaupt, fondateur de
r i l l u m i n i s m e allemand, sectaire sans égal et le
plus profond de tous les conspirateurs, dit
M. Louis Blanc. Nous suivrons alors la Maçon-
nerie en Italie, où naquit et mourut le fameux
Cagliostro, auteur du rite de Misraïm , ou rite
6 Le Secret

égyptien, personnage singulier et bateleur de


haute école, qui fascina l'Europe entière. Nous
passerons de là en Espagne, en Portugal, à N a -
pies, où les d'Aranda, les Pombal, les T a n n u c c i ,
unis à Choiscul, exécutent sur la Compagnie de
Jésus les cruels décrets des loges maçonniques,
et, partout, nous constaterons que le secret d e l à
Maçonnerie consiste dans le projet de ruiner ab-
solument le Règne de Jésus-Christ sur la terre,
de détruire le Christianisme jusqu'à sa racine,
pour mettre à sa place le rationalisme, qui triom-
phera, un jour, en France, sous le nom de ; déesse
Raison.

Ce triomphe, nous le contemplerons dans la


grande Révolution française, préparée pendant
cinquante ans par Voltaire et ses amis, qui allu-
mèrent en Europe un incendie dont la flamme se
propagea dans le monde entier.
CP
Après la chute du maçon Napoléon I , aban-
donné et trahi par les loges, qui s'étaient servi de
lui pour avancer plus vite et plus sûrement leur
œuvre, nous suivrons la Maçonnerie, en France,
sous Louis-Philippe, la République de 1848 et
l'Empire. Partout nous la retrouverons avec son
caractère antichrétien , chez nous comme à l'é-
tranger. Si nous pouvions en douter, la parole
des Pontifes romains, Pie IX et Léon X I H , nous
l'affirmerait, avec une autorité toujours respectée
des catholiques, mais malheureusement peu com-
prise et pas assez obéic.
De la Franc-Maçonnerie. 7

Telle sera, en résumé, la première partie de ce


petit travail.
Dans la seconde, i° nous montrerons que le pro-
jet de détruire le Christianisme n'est pas nouveau,
et qu'il a été conçu aussitôt après la naissance de
Jésus-Christ. Après avoir dit rapidement les essais
tentés dans ce but, nous parlerons de Vépidémie
e
de paganisme qui s'abattit sur l'Europe au x n
siècle, pénétra profondément la société chré-
tienne aux siècles suivants, inspira Socin, fon-
dateur de l'hérésie maçonnique, avec laquelle
0
elle s'est perpétuée jusqu'à nos j o u r s ; 2 nous
montrerons le sort réservé à cette erreur ; 3° nous
prouverons que le projet de la Maçonnerie est
hostile à la liberté religieuse, improprement ap-
0
pelée : Liberté de conscience ; 4 contraire aux
bonnes m œ u r s ; 5° antisocial; 6° antifrançais;
0
7 enfin, antihumanitaire et insensé.
Nous ajouterons à cette étude quelques conclu-
sions où nous indiquerons nos craintes, nos es-
pérances et quelques résolutions à prendre.
Ce travail n'a point été fait en haine des francs-
maçonsjfrères égarés que Dieu nous ordonne d'ai-
mer et que nous aimons, mais par amour de la
vérité et aversion de l'erreur : Celui qui aime
Dieu, dît l'Ecriture, doit haïr le mal.
Plusieurs fois déjà nous avons parlé de la
Franc-Maçonnerie : dans ce petit volume, nous
avons voulu résumer la question, en y ajoutant
des aperçus nouveaux, de manière à mettre entre
les mains de tous ceux qui savent lire, une syn-
8 Le Secret de la Franc-Maçonnerie

thèse doctrinale de la Maçonnerie, si peu connue,


même de ses adeptes, a écrit lui-même l'illustre
maçon Ragon.
Qu'il plaise à Dieu de bénir ces pages rapides
et aux lecteurs de les bien accueillir !
PREMIÈRE PARTIE

LE SECRET DE LA FRANC-MAÇONNERIE CONSISTE A>

VOULOIR DÉTRUIRE LE CHRISTIANISME POUR LE REM-


PLACER PAR LE RATIONALISME.

Fauste Socin, fondateur de la Franc-Maçonnerie.

AUSTE Socin n a q u i t à Sienne , en 1 5 3 g . Il


F appartient à la famille des So^ini— Socins —
q u i a d o n n e le j o u r aux plus grands hérésiarques
de Tltalie.
« F a u s t e S o c i n , dit Feller, fut gâté de b o n n e
h e u r e , ainsi que p l u s i e u r s de ses p a r e n t s , p a r l e s
lettres de son oncle, L œ l i u s Socin, a u t e u r de la
secte S o c i n i e n n e , o u , si Ton veut, restaurateur de
la secte A r i e n n e . P o u r éviter les poursuites de
T l n q u i s i t i o n , il se retira en F r a n c e : nouvelle
p r e u v e q u e c'est à ce t r i b u n a l que l'Italie et l ' E s -
pagne doivent la t r a n q u i l l i t é dont elles ont joui,
t a n d i s que l'état p o l i t i q u e et religieux du reste de
l ' E u r o p e était é b r a n l é par les nouvelles sectes.
« L o r s q u ' i l était a L y o n , n'étant âgé que de
vingt a n s , il apprit la mort de son oncle et alla
recueillir ses papiers à Zurich. »
Q u e renfermaient ces papiers?
Feller n o u s le dit à l'article qu'il consacre dans
son Dictionnaire historique à Socin Lélie : « Gelui-
10 Le Secret

ci assista à une conférence tenue à Vicence, en


1 5 4 7 , où la destruction du Christianisme fut ré-
s o l u e ; il concentra ses efforts à renouveler l'Aria-
nisme et à saper la religion par ses fondements,
en attaquant la T r i n i t é et l'Incarnation. »
Le même auteur, en parlant d'Oc/n/z, qui avait
aussi assisté à ladite conférence, s'exprime dans
les termes suivants : ce Dans cette assemblée de
Vicence, on convint des moyens de détruire la reli-
gion de Jésus-Christ, en formant une société qui,
6
par ses succès progressifs, amena, à la finduxvm
siècle, une apostasie presque générale. Lorsque la
République de Venise, informée de cette conjura-
tion, fit saisir JulesTrévisan et François de R u g o ,
qui furent étouffés, Ochin sesauva avec les autres :
la société ainsi dispersée ne devint que plus dan-
gereuse, et c'est elle que Von connaît aujourd'hui
sous le nom de Francs-Maçons. » Voir le Voile
levé', etc. (Edition de 1 8 2 1 - L y o n ) .
L'auteur de cet ouvrage est l'abbé Lefranc,
tombé sous lahache des assassins à Paris, le 2 sep-
tembre 1 7 9 2 . Voici ce qu'il dit dans l'ouvrage
précité, le Voile levé pour les curieux, ou histoire
de la Franc-Maçonnerie, depuis son originejusqu'à
nos jours : « Vicence fut le berceau de la Maçon-
n crie en 1546. Ce fut dans la société des athées
et des déistes, qui s'y étaient assemblés pour con-
férer ensemble sur les matières de la Religion,
qui divisaient l'Allemagne en un grand nombre
de sectes et de partis, que furent jetés les fonde-
ments de la Maçonnerie; ce fut dans cetteacadémie
De la Franc-Maçonnerie. il

célèbre que Ton regarda les difficultés qui con-


cernaient les mystères de la religion chrétienne
comme des points de doctrine qui appartenaient à
la philosophie des Grecs et non à la foi.
« Ces décisions ne furent pas plus tôt parvenues à
la connaissance de la République de Venise qu'elle
en ht poursuivre les auteurs avec la plus grande
sévérité. On arrêta Jules Trévisan et François
de Rugo, qui furent étouffés. Bernardin, Ochin,
Lœlius Socin, Péruta, Gentilis, Jacques Ghiari,
François Lenoir, Darius Socin, Alicas, l'abbé
Léonard se dispersèrent où ils purent ; et cette
dispersion fut une des causes qui contribuèrent à
répandre leur doctrine en différents endroits de
l'Europe. Lœlius Socin, après s'être fait un nom
fameux parmi les principaux chefs des hérétiques
qui mettaient l'Allemagne en feu , mourut à
Zurich, avec la réputation d'avoir attaqué le plus
fortement la vérité du mystère de la Sainte Trinité,
de celui de l'Incarnation, l'existence du péché
originel et la nécessité de la grâce de Jésus-
Christ.
« Lœlius Socin — q u ' o n nous permette de le
redire — laissa dans Fauste Socin, son neveu, un
défenseur habile de ses opinions; et c'est a ses
talents,à sa science,à son activité infatigable et à la
protection des princes qu'il sut mettre dans son
parti, que la Franc-Maçonnerie doit son origine,
ses premiers établissements et la collection des
principes qui sont la base de sa doctrine.
« Fauste Socin trouva beaucoup d'opposition
Le Secret

à vaincre p o u r faire a d o p t e r sa d o c t r i n e p a r m i les


sectaires de l'Allemagne ; mais son caractère s o u -
ple, son é l o q u e n c e , ses ressources, et s u r t o u t le
but qu'il manifestait de déclarer la g u e r r e à l'Eglise
r o m a i n e et de la d é t r u i r e , lui attirèrent b e a u c o u p
de partisans. Ses succès furent si r a p i d e s , q u e ,
q u o i q u e L u t h e r et C a l v i n eussent attaqué l ' E g l i s e
r o m a i n e avec la violence la p l u s o u t r é e , Socin les
surpassa de b e a u c o u p . O n a m i s p o u r épitaphe
s u r son t o m b e a u , à L u c l a v i c , ces deux vers :

Tota liect Babylon destruxit tecta Luthcrus,


Mur os Calvinus, sedfundamcnta Socinus.

q u i signifient q u e , si L u t h e r avait détruit le toit


de l'Eglise catholique, désignée sous le n o m d e
B a b y l o n e , si Calvin en avait renversé les m u r s ,
Socin pouvait se glorifier d'en avoir arraché j u s -
q u ' a u x f o n d e m e n t s . Les prouesses de ces sectaires
contre l'Eglise r o m a i n e étaient représentées d a n s
des caricatures aussi indécentes q u e glorieuses ù
c h a q u e p a r t i ; car il est à r e m a r q u e r q u e l'Allema-
gne était r e m p l i e de g r a v u r e s de toutes espèces,
dans lesquelles chaque parti se disputait la gloire
d'avoir fait plus de m a l à l'Eglise.
a Mais il est certain q u ' a u c u n des sectaires n e
conçut u n plan aussi vaste, aussi impie, q u e c e -
lui q u e forma Socin contre l'Eglise ; non s e u l e -
m e n t il chercha a renverser et à d é t r u i r e , il e n -
treprit, de plus, d'élever u n nouveau temple ,
d a n s lequel il se proposa de faire entrer tous les
De la Franc-Maconnerie. i3

sectaires, en r é u n i s s a n t tous les partis, en a d -


mettant toutes les e r r e u r s , en faisant u n tout
m o n s t r u e u x de p r i n c i p e s c o n t r a d i c t o i r e s ; car il
sacrifia tout à la gloire de réunir toutes les sectes,
pour fonder u n e n o u v e l l e église à la place de celle
Je Jésus-Christ, quil se faisait un point capital
de renverser, afin de retrancher la foi des m y s t è -
res, l'usage des sacrements, les t e r r e u r s d'une
autre vie, si accablantes p o u r les méchants.
« C e grand projet de bâtir u n n o u v e a u temple,
de fonder u n e n o u v e l l e religion, a d o n n é lieu aux
disciples de Socin de s'armer de tabliers, de m a r -
teaux, d ' é q u e r r e s , d ' a p l o m b s , de truelles,de p l a n -
ches à tracer, c o m m e s'ils avaient envie d'en faire
usage dans la bâtisse d u nouveau temple q u e leur
chef avait projeté; m a i s , dans la vérité, ce ne sont
que des bijoux, des o r n e m e n t s qui servent de pa-
rure , plutôt q u e des i n s t r u m e n t s utiles p o u r
bâtir.
« Sous l'idée d ' u n nouveau temple , il faut
e n t e n d r e u n n o u v e a u système de religion conçu
par Socin , et à l'exécution d u q u e l tous les
sectateurs p r o m e t t e n t de s'employer. C e système
ne ressemble en rien au plan de la religion catho-
l i q u e , établie p a r Jésus-Christ ; il y est m ê m e
d i a m é t r a l e m e n t o p p o s é , et toutes les parties ne
t e n d e n t q u ' à jeter du ridicule sur les dogmes et les
vérités professées dans l'Eglise q u i ne s'accor-
dent pas avec l ' o r g u e i l de la raison et de la cor-
r u p t i o n d u c œ u r . C e fut l ' u n i q u e moyen q u e
t r o u v a Socin p o u r r é u n i r toutes les sectes qui s'é-
i4 Le Secret

taient formées dans l'Allemagne; et c'est le secret


qu'emploient aujourd'hui les francs-maçons p o u r
peupler leurs loges des hommes de toutes les
religions, de tous les partis et de tous les sys-
tèmes.
« Ils suivent exactement le plan que s'était
prescrit Socin de s'associer les savants, les p h i l o -
sophes, les déistes, les riches, les hommes, en
un mot, capables de soutenir leur société, par
toutes les ressources qui sont en leur pouvoir ;
ils gardent au dehors le plus grand secret sur
leurs mystères : semblables à Socin, qui apprit par
expérience combien il devait user de ménage-
ments p o u r réussir dans son entreprise. Le bruit
de ses opinions le força de quitter la Suisse en
1 5 7 9 , pour passer en Transylvanie, et de là en
Pologne. Ce fut dans ce r o y a u m e qu'il trouva les
sectes des Trinitaires et des Antitrinitaires, d i -
visées entre elles. En chef habile, il commença par
s'insinuer adroitement dans l'esprit de tous ceux
qu'il voulait gagner; il affecta une estime égale
pour toutes les sectes; il approuva hautement les
entreprises de Luther et de Calvin contre la Cour
romaine ; il ajouta même qu'ils n'avaient pas mis
la dernière main à la destruction de Babylonc ,
qu'il fallaiten arracher les fondements pour bâtir,
sur ses ruines, le temple véritable.
« Sa conduite répondit à ses projets. Afin que son
ouvrage avançât sans obstacle, il prescrivit un si-
lence profond sur son entreprise : comme les
francs-maçons le prescrivent dans leurs loges, en
De la Franc-Maçonnerie. i5

matière de religion, afin de n ' é p r o u v e r a u c u n e


contradiction s u r l'explication des symboles r e -
ligieux dont leurs loges sont p l e i n e s ; et ils font
faire serment de ne jamais parler, devant les p r o -
fanes, de ce q u i se passe en loge, afin de ne p a s
d i v u l g u e r u n e d o c t r i n e q u i ne peut së perpétuer
que sous u n voile mystérieux. P o u r lier plus
étroitement e n s e m b l e ses sectateurs, Socin v o u l u t
qu'ils se traitassent de frères, et qu'ils en eussent
les sentiments. D e là sont venus les n o m s q u e les
Sociniens o n t portés successivement de Frères-
Unis, de Frères-polonais, de Frères-Moraves,
de Frey-Maurur, de Frères de la Congrégation,
de Free-Murer , de Freys-Macons , de Free-
Maçons.Emrz e u x , i l s se t r a i t e n t t o u j o u r s de frères
et o n t , les u n s p o u r les autres, l'amitié la p l u s d é -
monstrative.
« Socin tira u n g r a n d avantage de la r é u n i o n de
toutes les sectes des anabaptistes, des unitaires et
des trinitaires, q u ' i l sut ménager. Il se vit maître
de tous les établissements q u i appartenaient à ces
sectaires; il eut p e r m i s s i o n de prêcher et d'écrire
sa d o c t r i n e ; il fit des catéchismes, des livres, et s e -
rait venu à b o u t de pervertir, en peu de t e m p s ,
t o u s les c a t h o l i q u e s de la P o l o g n e , si la diète de
Varsovie n ' y avait pas m i s obstacle. E n effet, ja-
mais doctrine ne fut p l u s opposée au dogme c a -
t h o l i q u e q u e celle de S o c i n . ' G o m m e les u n i t a i r e s ,
il rejetait de la r e l i g i o n tout ce q u i avait l'air de
m y s t è r e s ; selon l u i , Jésus-Christ n'était fils de
Dieu q u e p a r a d o p t i o n et p a r les prérogatives q u e
i6

Dieu lui avait accordées, d'être notre médiateur,


notre prêtre, notre pontife, quoiqu'il ne fût q u ' u n
pur homme. Selon* Socin et les unitaires, le Saint»
Esprit n'est pas Dieu ; et bien loin d'admettre
trois personnes en Dieu, Socin n'en voulait qu'une
seule qui était Dieu. Il regardait comme des rêve-
ries le mystère de l'Incarnation, la présence réelle
de Jésus-Christ dans l'Eucharistie, l'existence du
péché originel, la nécessité d'une grâce sancti-
fiante. Les Sacrements n'étaient à ses yeux que de
pures cérémonies établies pour soutenir la reli-
gion du peuple. La tradition apostolique n'était
point, à ses yeux, une règle de foi ; il ne recon-
naissait point l'autorité de l'Eglise pour interpré-
ter les Saintes Ecritures. En un mot, la doctrine
de Socin est renfermée dans deux cent vingt-neuf
articles qui ont tous pour objet de renverser la
doctrine de Jésus- Christ. »
L'abbé Lefranc a puisé ses renseignements à
bonne source, car il est en parfait accord avec
l'historien César Cantu, si bien instruit de l'his-
toire de l'Italie, son pays, et si bien renseigné sur
la vie de Socin.
« Neveu et disciple de Lélio, dit-il, il naquit à
Sienne, le 5 décembre i53<) : bel écrivain, parleur
facile, distingué dans ses manières, il étudia la
jurisprudence et ensuite les sciences à Lyon.
Ayant appris la mort de son oncle, il courut en
Pologne pour rassembler les livres du défunt, et
y fut accueilli comme un prophète destiné à met-
tre la dernière main à la doctrine arienne. Pour
le moment, il retourna dans sa patrie, et pendant
douze ans remplit à la Cour de Florence d'hono-
rables emplois ; puis, lorsque ses parents fu-
rent persécutés, il transféra sa résidence à Baie,
en T 5 J 4 , malgré les instances du grand-duc, qui
cherchait à l'en dissuader. Il se mit à étudier la
théologie et la ramena à un sens opposé à celui
qu'on lui donnait ordinairement; il publia des
œuvres anonymes, par exemple, le traité de Jdsu
Servatore ; mais , ayant eu une querelle avec
François Pucci, en 1 5 7 8 , il dut quitter Baie.
Fauste fut alors appelé en Transylvanie et en
Pologne, où l'hérésie antitrinitaire avait pris
racine. »
« Sa présence, continue César Cantu, jeta un
nouvel élément de confusion parmi les nombreu-
ses sectes de ce pays, en mettant au jour un n o u -
veau symbole tiré des papiers de son oncle, sym-
bole qui différait sur des points essentiels de ce-
lui des unitaires polonais. D'après ces nombreux
écrits, Luther et Calvin avaient bien mérité, mais
cependant leurs mérites ne devaient pas satis-
faire, puisqu'il fallait, selon lui, débarrasser la foi
de tout dogme qui surpasse la raison... Fauste
Socin fut donc un véritable hérésiarque, un héré-
siarque bien caractérisé, puisque, en proclamant
les droits de la raison, il n'a respecté aucune li-
mite. Luther et les autres avaient sécularisé la
religion, lui sécularisa Dieu; s'il n'osa pas bannir
ouvertement le supra-sensible, il nia tous les dog-
mes, il conduisit à l'incrédulité, et fut le père du
iS Le Secret

rationalisme, qui est l'hérésie de notre temps. Il


enseignait même des erreurs sociales : en exagé-
rant la doctrine de la mansuétude évangélique et
celle du pardon, il niait non seulement la légiti-
mité de la guerre, mais encore celle de toute a u -
torité répressive... Cette doctrine fut soutenue par
ses disciples, qui en étendirent les conséquences
jusqu'à nier le droit pénal, et principalement la
peine de mort... E n fait, la Réforme n'était par-
venue qu'à arracher les âmes au Pape pour les
donner soit à un roi, soit à un consistoire, soit à
u n pasteur. Le Socinianisme seul implanta l'au-
tonomie de la raison; c'estdelui que sortent Des-
caries, Spinosa, Bayle, H u m e , Kant, Lessing,
Hegel, Baucr, Feuerbash. Strauss et ses adeptes,
en niant le Christ positif et en y substituant u n
Christ idéal, ne firent qu'ajouter au plan socinien
l'élaboration scientifique, laquelle est le propre
de l'âge m o d e r n e : les blasphèmes arcadiques de
Renan et les propos de carrefour de Bianchi-
Giovani et de plusieurs Italiens n'ont pas d'autre
origine. Ce sont eux qui ont supprimé d'un seul
coup la question suprême, la clé de voûte de l'his-
toire, celles de la vie, de la mort, de l'avenir, l'in-
telligence du monde mystérieux. » Ainsi parle
César Cantu.
Il est donc évident, pour tout h o m m e qui sait
lire, que le Socinianisme est fils de la Réforme
protestante, et Socin le fondateur de la secte
maçonnique : Socinianisme et Maçonnerie ne font
qu'un.
De la Franc-Maçonnerie. ig

« Les s o c i n i e n s , dit e n c o r e César C a n t u , en


qualité de disciples de L u t h e r , se p r o c l a m a i e n t
les r e s t a u r a t e u r s du christianisme primitif, par
cela seul q u ' i l s p r e n a i e n t la Sainte E c r i t u r e p o u r
u n i q u e règle de foi et p o u r mesure de leurs actions.
Luther, en é l i m i n a n t de la Bible ce qui n'était pas
de son g o û t , conserva les dogmes de la T r i n i t é ,
du péché o r i g i n e l , de l ' I n c a r n a t i o n et de la divi-
:
nité du C h r i s t , le b a p t ê m e et une sorte d E u c h a -
ristie : Socin s u p p r i m a tout. Le L u t h é r a n i s m e
avait d o n n é la p r é p o n d é r a n c e à l'élément divin,
le S o c i n i a n i s m e à l'élément h u m a i n ; les réformés
exagérèrent le d o g m e du péché héréditaire, les
sociniens ne le r e c o n n u r e n t pas. Selon ceux-là,
Dieu seul opère la justification, e t T h o m m e r e s t e u n
être e n t i è r e m e n t passif ; s u i v a n t c e u x - c i , l ' h o m m e
seul est agissant, il s'élève et se perfectionne de
l u i - m ê m e , sans q u e Dieu fasse autre chose q u e de
lui révéler sa d o c t r i n e . P o u r les protestants, le
divin S a u v e u r est v e n u s u r la terre afin de n o u s
racheter par son sacrifice ; pour les sociniens,
c'est u n h o m m e q u i a été envoyé sur la terre afin
de d o n n e r à l ' h u m a n i t é u n e nouvelle doctrine et
de leur m o n t r e r en sa p e r s o n n e le m o d è l e à i m i -
ter. Les p r o t e s t a n t s , se fiant e n t i è r e m e n t en la
grâce, m é p r i s e n t la r a i s o n ; les sociniens p r o c l a -
ment q u e la r a i s o n et ses d r o i t s sont au-dessus de
tout mystère, et qu'elle est seule compétente p o u r
dissiper les nuages épais q u i enveloppent les Sain-
tes E c r i t u r e s . « Les protestants (dit Gioberti) ont
puisé d a n s les ouvrages des païens les accessoires
20 Le Secret

et l'éloquence ; les s o c i n i e n s en o n t r e n o u v e l é
s u b s t a n t i e l l e m e n t les tendances, l'esprit et les d o c -
t r i n e s . E n rejetant le s u p r a - i n t e l l i g i b l e idéal et
révèle, ils obscurcissent l'intelligible à force de
l o g i q u e , ils lui enlèvent cette pureté et cette per-
fection qui s u r a b o n d e n t dans les préceptes évan-
g é l i q u c s ; ils r é d u i s e n t la sagesse du C h r i s t aux
étroites p r o p o r t i o n s de celle de Socratc et de P l a -
ton ; à l'idée l u m i n e u s e et pleine d ' h a r m o n i e de
la chrétienté c a t h o l i q u e , ils s u b s t i t u e n t l'idée b o i -
teuse et n é b u l e u s e de la p h i l o s o p h i e p a ï e n n e . Ils
conservèrent s e u l e m e n t en apparence les vérités
s u p r a - r a t i o n n e l l e s de la révélation p o u r établir
u n e h a r m o n i e a p p a r e n t e entre l'aristocratie soci-
n i e n n e et la m u l t i t u d e , et p o u r former u n e doc-
t r i n e cxotériquc à l'usage exclusif d u v u l g a i r e . »
P o u r résumer la q u e s t i o n , disons q u ' a p r è s avoir
pu prêcher librement sa doctrine, m u l t i p l i e r ses
adeptes, tenir ses assemblées, organiser sa société
secrète et s y m b o l i q u e , verser l'erreur dans le sein
de la m a l h e u r e u s e P o l o g n e , F a u s t e Socin, aidé par
S i g i s m o n d - À u g u s t c , qui avait accordé la liberté
de conscience à tous les e n n e m i s de la P a p a u t é ,
put s'applaudir d'avoir réalisé son plan, a u t a n t
q u ' i l est accordé à l'hérésie de le f a i r e ; c'est-à-
d i r e , jusqu'à perdre des âmes et à r u i n e r un ou
plusieurs pays, mais jamais au point de d é t r u i r e
le C h r i s t i a n i s m e , d i v i n et i m m o r t e l de s i n a -
ture.
« Cependant Fauste Socin eut à essuyer de sé-
rieuses contradictions à propos de ses doctrines,
De la Franc-Maçonnerie. 21

dit César Cantu. Protégé par quelques grands per-


sonnages, il épousa Agnès, jeune fille de bonne
famille, qu'il perdit en I 5 8 J . Ses adversaires ex-
citèrent contre lui le peuple de Varsovie, qui le
traîna dans les rues de la ville. Il échappa à grand'-
peine à ces mauvais traitements, et se retira dans
un obscur village, où il mourut le 3 mars 1604.»
« La secte socinienne, ajoute Feller, bien loin
de m o u r i r ou de s'affaiblir par la mort de son
chef, devint considérable par le grand nombre de
personnes de qualité et de savants qui en adoptè-
rent les principes. Les sociniens furent assez
puissants, pour obtenir dans.les diètes de Polo-
gne la liberté de conscience; mais divers excès
qu'ils commirent contre la religion de l'Etat les
lirent enfin chasser en i658. Les cendres de
Socin furent déterrées, menées sur les frontières
de la petite Tartarie, puis mises dans un canon
qui les envoya au pays des infidèles. »
« A Sienne, où la famille des Socins s'était
illustrée, dès les temps les plus reculés, par les
charges que ses membres avaient remplies, ainsi
que par leur savoir, écrit César Cantu, nous
avons recherché soigneusement quelques souve-
nirs d'eux, mais il n'en reste presque aucun. On
dit seulement que la villa de Scopeto appartenait
à cette famille. Il y a peu d'années encore, on y
voyait u n grand arbre à l'abri duquel, selon la
tradition, les religionnaires tenaient leurs assem-
blées ; aussi fut-il abattu par l'ordre de la pieuse
dame à qui il appartenait. »
22 Le Secret

Les historiens sont d'accord sur la vie et la


doctrine de Fauste Socin. Nous ne voulons ajou-
ter aux témoignages déjà cités que les paroles
d'un théologien bien connu : Bergier.
« Ce fut vers Tan i S j y , dit l'auteur du Diction-
naire de Théologie, que Fauste Socin, neveu et
héritier des sentiments de Lélio Socin, arriva en
Pologne. Il y trouva les esprits divisés en autant
de sectes qu'il y avait de docteurs : toutes ces p r é -
tendues églises n'étaient réunies qu'en un seul
point, savoir : l'aversion contre le dogme de la
divinité de Jésus-Christ. A force de disputes, d'é-
crits, de ménagements, de souplesse, Socin vint
à bout de les rapprocher et de les amener à peu
près à la même opinion, du moins à l'extérieur ;
il devint ainsi le principal chef de ce troupeau
qui a retenu son nom. Il mourut en 1 6 0 4 . »
Après avoir exposé longuement la doctrine so-
cinienne, le même auteur ajoute : « Aussi voyons-
nous, par les écrits des déistes modernes^ qu'ils
ont pris chez les Sociniens la plus grande partie
de leurs objections contre les dogmes que nous
soutenons être révélés, de même que les Sociniens
ont emprunté leurs principes et la plupart de leurs
dogmes, des protestants. Puisque les premiers ne
refusent point de reconnaître ceux-ci pour leurs
maîtres, les protestants ont mauvaise gnice de ne
vouloir point avouer les sociniens pour leurs dis-
ciples. Mais nous avons fait voir ailleurs que le
déisme lui-même est un système inconséquent ians
lequel un ruisonneur ne peut demeurer ferme ;
De la Franc-Maçonnerie. 23

que de conséquence en conséquence il se t r o u v e


bientôt entraîné à l'athéisme, au matérialisme, enfin
au p y r r h o n i s m e a b s o l u , d e r n i e r terme de l ' i n c r é d u -
lité. N o u s en s o m m e s c o n v a i n c u , n o n s e u l e m e n t
par les a r g u m e n t s q u e les matérialistes ont o p p o -
sés aux déistes, mais e n c o r e par le fait, p u i s q u e
nos plus célèbres i n c r é d u l e s , après avoir prêché
q u e l q u e t e m p s le déisme, en sont venus à ensei-
gner h a u t e m e n t le m a t é r i a l i s m e . Rien ne p r o u v e
m i e u x la liaison des vérités qui c o m p o s e n t la
religion chrétienne des catholiques q u e l ' e n c h a î -
n e m e n t des e r r e u r s dans lesquelles t o m b e n t né-
cessairement tous ceux q u i s'écartent du p r i n c i p e
sur l e q u e l cette religion divine est fondée. »

Cromipell (Olivier) , adepte de Socin, fonde la


Maçonnerie en Angleterre.

« U n e fois établis en P o l o g n e , dit Bergier, les


s o c i n i e n s envoyèrent des émissaires prêcher sour-
d e m e n t l e u r doctrine en A l l e m a g n e , en H o l l a n d e ,
en A n g l e t e r r e . Ils n ' e u r e n t pas b e a u c o u p de suc-
cès en A l l e m a g n e ; les protestants et les catholi-
ques se r é u n i r e n t p o u r les d é m a s q u e r . E n H o l -
lande, ils se mêlèrent p a r m i les a n a b a p t i s t e s ; en
A n g l e t e r r e , ils t r o u v è r e n t des partisans p a r m i les
différentes sectes qui partageaient les esprits dans
ce r o y a u m e . Ainsi dispersés, ils furent désignés
sous différents n o m s . . . . O n les a n o m m é s partout
u n i t a i r e s ou sociniens ^ et ce n o m de sociniens
24 Le Secret

est devenu c o m m u n à tous les sectaires qui nient


la divinité de Jésus-Christ. » — A n . '.Sociniens.
L'abbé Lefrane, déjà cité, aflirme que la Ma-
çonnerie agissante passa de Pologne en Angle-
terre. « La Franc-Maçonnerie, dit-il, est la q u i n -
tessence de toutes les hérésies qui ont divisé
l'Allemagne dans le seizième siècle. Les L u t h é -
riens, les Calvinistes, les Zuingliens, les Anabap-
tistes, les nouveaux Ariens, tous ceux,en un mot,
qui attaquent les mystères de la religion révélée,
tous ceux qui disputent L\ Jésus-Christ sa divinité,
à la Sainte Vierge sa maternité divine; tous ceux
qui ne reconnaissent point l'autorité de l'Eglise
catholique, ou qui rejettent les sacrements ; ceux
qui n'espèrent point une autre vie; qui ne croient
pas en Dieu,soit parce qu'ils se persuadent qu'il ne
se mêle pas des choses de ce monde, soit parce
qu'ils désirent qu'il n'y en ait point,voilà tons ceux
qui ont donné naissance à la Franc-Maçonnerie,
ou avec lesquels les Francs-Maçons se sont associés
et dont leur ordre est aujourd'hui formé. »
« C'est de l'Angleterre,continue l'abbé Lefrane,
que les francs-maçons de France prétendent ti-
rer leur o r i g i n e ; c'est donc chez nos voisins qu'il
faut examiner les progrès de la Maçonnerie. Il n'y
était pas question d'eux au commencement du xvu*
siècle. Ce ne fut que vers le milieu qu'ils y fu-
rent soufferts sous le règne de Cromwell, parce
qu'ils s'incorporèrent avec les indépendants qui
formaient alors un grand parti. Après la mort
du grand protecteur, leur crédit diminua, et ce ne
De la Franc-Maçonnerie. n5

fut que vers la fin du même siècle qu'ils parvin-


rent à former des assemblées à part, sous le
nom de Freys-Maçons, d'hommes libres ou de
maçons-libres; et ils ne furent connus en France
et ne réussirent à s'y faire des prosélytes que par le
moyen des Anglais et des Irlandais, qui passèrent
dans ce royaume avec le roi Jacques et le préten-
dant. C'est parmi les troupes qu'ils ont été d'abord
connus, et par leur moyen qu'ils ont commencé
à se fairedes prosélytes, qui se sont rendus redou-
tables depuis 1 7 6 0 , qu'ils ont eu à leur tête M. de
C l c r m o n t , abbé de Saint-Germain-des-Prés. »
L'auteur de l'ouvrage intitulé : Les Francs-
Maçons écrases— l'abbé Larudan — est d'ac-
cord avec l'abbé Lefrane,l'auteur que nous venons
de citer. Imprimé à Amsterdam en 1 7 4 7 , ce vo-
lume consacre à la doctrine de la Franc-Maçon-
nerie des pages où le secret de la secte est claire-
ment dévoilé : il consiste à nier la divinité de
Notre-Seigneur Jésus-Christ,comme nous l'avons
dit, pour remplacer ce dogme, qui est la base du
Christianisme, par la religion naturelle ou le ra-
tionalisme.
« Cromwcll, dit l'auteur de l'ouvrage : Les
Francs-Maçons écrasés, donna ù son Ordre le ti-
tre d'Ordre des Francs-Maçons, parce que son but
était de balircn liberté un nouvel édifice, c'est-à-
dire de réformer le genre humain, en exterminant
es rois et les puissances,dont cet usurpateur était
je fléau. Or, pour donner à ses partisans une idée
sensible de son dessein, il leur proposa le réta-
26 Le Secret

blisscmcntdu Temple de Salomon ; et c'est dans


ce projet que Ton doit admirer encore davantage
la vaste intelligence de cet homme extraordinaire,
qui, sous la cendre la plus paisible, voulait cacher
ce feu redoutable dont je fais apercevoir aujour-
d'hui les étincelles. Et, en effet, quelle idée eut ja-
mais plus de rapporta un projet de cette nature? Et
c'est ici principalement que je prie le lecteur
d'en examiner attentivement jusqu'aux moindres
parties. »
« Le Temple de Salomon avait été bâti par
l'ordre que Dieu en signifia à ce prince. C'était le
sanctuaire de la religion, le lieu consacré spécia-
lement ù ses augustes cérémonies; c'était pour la
splcndeurde ccTcmple quecesage monarqueavait
établi tant de ministres chargés du soin de veiller
à sa pureté et à son embellissement. Enfin, après
plusieurs années de gloire et de magnificence,
vient une armée formidable, qui renverse cet
illustre monument. Le peuple qui y rendait ses
hommages ù la Divinité est chargé de fers et con-
duit ù Babylone; d'où, après la captivité la plus
rigoureuse, il se voiltiré par la main de son Dieu.
U n prince idolâtre, choisi pour être l'instrument
de la clémence divine, permet a ce peuple infor-
tuné non seulement de rétablir le Temple dans sa
première splendeur, mais encore de profiter des
moyens qu'il leur fournit p o u r y réussir. »
« Or c'est dans celle allégorie que les francs-
maçons trouvent l'exacte ressemblance de leur
société. Ce Temple, disent-ils, dans son premier
De la Franc-Maçonnerie* 27

lustre, est la figure de l'état primitif de l'homme,


au sortir du néant. Cette religion, ces cérémonies
qui s'y exerçaient, ne sont autre chose que cette
loi commune et gravée dans tous les cœurs, qui
trouve son principe dans les idées d'équité et de
charité auxquelles les hommes sont obligés entre
eux. La destruction de ce Temple, l'esclavage de
ses adorateurs, ce sont l'orgueil et l'ambition,
qui ont introduit la dépendance parmi les hom-
mes. Ces Assyriens, cette armée impitoyable, ce
sont les rois, les princes, les magistrats, dont la
puissance a fait fléchir tant de malheureux qu'ils
ont opprimés. Enfin ce peuple choisi et chargé de
rétablir ce Temple magnifique, ce sont les francs-
maçons, qui doivent rendre à l'univers sa pre-
mière dignité. »
Il est facile au lecteur de voir que l'auteur de
ces pages attribue à Cromwell u n e allégorie
qui appartient à Fauste Socin, ainsi que nous
l'avons exposé plus h a u t ; mais reconnaissons que
Cromwell Ta bien développée et imprimée si vive-
ment dans l'esprit de la Maçonnerie anglaise
qu'elle a passé sur le continent européen pour se
répandre, de là, dans la Maçonnerie universelle.
D'où il résulte que Cromwell, fidèle disciple de
Socin, répudia la Révélation chrétienne et rejeta
le dogme de la divinité de Jésus-Christ, pour
suivre les simples données de la raison; en un
mot, pour embrasser le rationalisme socinien.
L'ouvrage que nous citons : Les Francs-Maçons
écrasés, a été imprimé à Amsterdam en 1 7 4 7 ;
28 Le Secret

d o n c q u a r a n t e a n s avant q u e A d a m W e i s h a u p t ,
fondateur de r i l l u m i n i s m e a l l e m a n d , ne f o r m u l â t
la d o c t r i n e m a ç o n n i q u e avec la netteté q u i carac-
térise son esprit. C'est p o u r q u o i n o u s c r o y o n s
utile et intéressant de citer ici q u e l q u e s pages
dudit o u v r a g e , p o u r m o n t r e r , dès m a i n t e n a n t , q u e
la d o c t r i n e m a ç o n n i q u e anglaise, puisée chez
F a u s t e Socin, est i d e n t i q u e , au fond, à celle de
r i l l u m i n i s m e a l l e m a n d , adoptée e l l e - m ê m e à
W i l h c m s b a d , en 1 7 8 1 , d a n s le grand couvent q u i
s'y r é u n i t , et d'où elle se r é p a n d i t i m m é d i a t e m e n t
dans l'univers entier,grâce aux députés qui y étaient
- c n u s d e toutes les parties d u m o n d e .
« O n me d e m a n d e r a sans doute, c o n t i n u e l ' a u -
t e u r cité, c o m m e n t j'ai pu pénétrer le sens de cette
allégorie, p o u r en faire la juste application ? Q u e l
rayon l u m i n e u x est venu percer la sainte h o r r e u r
de cette n u i t p r o f o n d e q u i m ' e n voilaitla structure?
A cela je r é p o n d s q u e , l o n g t e m p s plongé dans les
ténèbres, c o m m e u n e infinité d'autres, j'ai erré ainsi
qu'eux à ]'aventurc>sans p o u v o i r hasarder l a m o i n -
dre décision, jusqu'à ce qu'enfin mille réflexions
sur la m o r a l e q u e l'on me c o m m u n i q u a i t m ' a i e n t
dessillé les yeux au point de m'en faire e n t r e v o i r
le but, et de m ' e n m o n t r e r à m o i - m ê m e l'évi-
dence, après u n parallèle exact des c é r é m o n i e s et
des usages dont j'ai été t é m o i n dans les différen-
tes loges q u e j'ai fréquentées et où j'ai t o u j o u r s
r e n c o n t r é les mêmes h i é r o g l y p h e s à deviner, et
c o n s é q u e m m e n t le même sens à pénétrer. Mais
revenus encore à cette Liberté et à cette Egalité,
De la Franc-Maqonnerie. 29

figurées par le T e m p l e de Salomon, ces attri-


buts si essentiels à l'homme, disent les francs-
maçons, et si inséparables de sa nature, ne lui
ont été donnés par le Créateur que comme un
bien propre, et sur lequel personne n'avait aucun
droit. C'est ce Dieu qui, en tirant la nature du
néant, en a fait l'homme, le chef et l'ornement
principal, sans le soumettre à d'autre puissance
qu'à la sienne. C'est lui qui ne lui a donné la
terre à habiter qu'à titre d'être indépendant de ses
semblables, auxquels il ne peut rendre ses hom-
mages sans devenir sacrilège et contrevenir for-
mellement à ses ordres. C'est en vain, poursui-
vent-ils, que la supériorité des talents dans les
uns, et la sublimité du génie dans les autres, a
semblé demander le tribut de son respect et de sa
vénération. T o u s ces avantages, réunis ailleurs
dans un degré plus éminent que chez lui, n'ont
rien qui justifie son impiété : le Dieu jaloux qui
l'a formé ne veut point de partage, et son encens
est impur à ses yeux, dès qu'il en a brûlé quel-
ques grains sur l'autel de ces idoles fragiles et
périssables qui ne valent pas qu'on leur sacrifie
de si nobles victimes. E n un mot, c'est dégrader
sa nature, c'est en obscurcir la splendeur, c'est en
perdre tout le prix, que de reconnaître dans tout
homme quelque chose de plus qu'un égal et dont
la condition soit préférable à la nôtre. Tel est le
raisonnement des francs-maçons, qu'ils tâchent
de rendre plausible, et par la peinture du mal-
heur des hommes, et par les moyens qu'ils pro-
3o Le Secret

posent pour y remédier. Voici comment ils expo-


sent la première.— Si l'homme, disent-ils, a vu
s'anéantir ses privilèges, s'il est déchu de cet état
glorieux, propre de sa nature ; en un mot, s'il se
voit aujourd'hui subordonné avec flétrissure et
ignominie, ou l'ambition de ses semblables, ou
l'oubli de son propre intérêt, l'ont plongé dans
cet abime ; si l'ambition l'y a précipité, c'est donc
à lui à en sortir, c'est à lui à relever eniin cet éten-
dard d'indépendance et d'égalité, ravi par les
mains de l'orgueil, et ù l'arborer sur les débris du
monstre impitoyable qui a causé sa ruine. Au
contraire, s'il est lui-même l'artisan de son m a l -
heur, si son abaissement est l'ouvrage de ses
mains, qu'il ouvre donc les yeux sur les fers où il
s'est condamné l u i - m ê m e ; qu'il accepte le se-
cours de cette main qui s'offre à les briser et à en
charger les tyrans. C'est aux francs-Maçons seuls
qu'il est réservé d'accomplir ces miracles, de ras-
sembler en un corps toutes ces familles différen-
tes qui, à mesure qu'elles se sont éloignées de
leur commune origine, quoiqu'elles ne compo-
sassent qu'un tout, sont venues à se méconnaî-
tre au point de vouloir composer par elles-mêmes
ce tout, dont elles n'étaient que les parties. »
0
Evidemment, les maçons d u x v i u siècle pen-
saient comme ceux d'aujourd'hui, et ils s'expri-
maient comme leurs frères de l'époque actuelle. Si
quelqu'un en doute, qu'il écoute la page suivante,
extraite du même auteur : « Or celte doctrine
une ibis bien digérée, dit-il, il ne reste plus qu'à
De la Franc-Maçonnerie. 3i

ia mettre à profit; et c'est alors que les francs-


maçons font voir clairement que rien n'est dif-
ficile à quiconque ose entreprendre : — vous en-
tendez , Messieurs les conservateurs ? — que le
contraire doit se détruire par le contraire ; que la
révoltedoit succéder à l'obéissance,le ressentiment
à la faiblesse ; qu'il faut opposer la force à la force,
renverser l'empire de la superstition pour élever
celui d'une religion véritable , dissiper Terreur et
l'ignorance pour ne suivre que les lumières de la
n a t u r e ; que c'est Dieu qui a gravé lui-même cette
lumière dans le cœur de l'homme, qui l'y a pla-
cée comme une lampe éternelle pour éclairer ses
actions, comme un oracle sûr qui doit l'inspirer,
comme un guide invariable qui doit le c o n d u i r e ;
que le Maître du m o n d e , indifférent d'ailleurs
aux actions de ses créatures, n'est jaloux que de
leurs hommages; que le culte principal qu'il en
exige est une simple reconnaissance de ses bien^
faits, un tendre souvenir de ses dons, mais que
pour cette dépendance, accréditée depuis si long-
temps par l'aveuglement et le préjugé, il faut enfin
dissiper le prestige, effacer un spectacle injurieux
à la Divinité, briser ces idoles qui ont osé lui dis-
puter l'encens, et, libre par la nature, rentrer en
possession de ses privilèges. Morale, comme on
le voit, digne de ses a u t e u r s , et qui a donné lieu
sans doute à ces termes mystiques dont se servent
les francs-maçons lorsqu'ils disent que leur so-
ciété est appuyée sur trois colonnes principales,
c'est-à-dire sur la Sagesse, la Force et la Beauté,
32 Le Secret

q u i ne sont précisément q u e les attributs de cette


loi de n a t u r e dont je viens de parler, et l'usage
de cette violence q u e Ton doit e m p l o y e r . C'est à
elle p a r e i l l e m e n t q u e l ' O r d r e doit ces n o m s m a -
gnifiques de Temple de la Vérité, de VEntrée de la
Lumière, de Monde nouveau, d'* Astre radieux, de
Soleil incomparable, etc.
Q u i ne voit dans ces termes de superstition, de
préjugés, d'aveuglement, di idoles u s u r p a n t les
h o n n e u r s d u s au seul D i e u de la n a t u r e , le m é -
pris jeté à pleines m a i n s s u r la Religion chrétienne
et son d i v i n A u t e u r ? Le projet de la M a ç o n -
nerie anglaise était donc celui de Socin : la des-
truction du Christianisme.
Mortcn i 6 5 8 , Cromwell eutdemagniliquesfuné-
railles. <c Son cadavre, dit Feller, fut e m b a u m é et
enterré dans le t o m b e a u des rois, avec b e a u c o u p de
magnificence ; mais e x h u m é en 1660. au c o m m e n -
c e m e n t d u règne de C h a r l e s i l , trainé s u r la claie,
p e n d u et enseveli au pied du gibet. » C'est ainsi q u e
e r
le fils de Charles I vengeait son père s u r celui
q u ' o n appelait : le Protecteur de VAngletcrre.
Ces événements dispersèrent ceux q u i s'étaient
g r o u p é s a u t o u r de C r o m w e l l ; mais les sociniens
c o n t i n u è r e n t a i n s i n u e r p a r t o u t leur d o c t r i n e , q u i
n'est autre que la M a ç o n n e r i e . R a g o n , m a ç o n fort
instruit et très suivi par la secte, complète ce q u e
n o u s v e n o n s de dire, en r é s u m a n t l'histoire de la
M a ç o n n e r i e anglaise, dans son o u v r a g e i n t i t u l é :
Orthodoxie maçonnique, pages 28 et suivantes.
« E n 1 6 4 6 , écrit-il, le célèbre a n t i q u a i r e Elie
33

Ashmole, grand alchimiste, fondateur du musée


d'OxIord, se fait admettre avec le colonel Main-
jparraing dans la confrérie des ouvriers maçons,
à Warrington, dans laquelle on commençait à
agréger ostensiblement des individus étrangers à
Part de bâtir.
« Cette même année, une société de Rose-
Croix, formée d'après les idées de la Nouvelle
Atlantis de Bacon, s'assemble dans la salle de
réunion des Freemasons à Londres. Ashmole et les
autres frères de la Rose-Croix, ayant reconnu que
le nombre des ouvriers de métier était surpassé
par celui des ouvriers de l'intelligence, parce que
le premier allait chaque jour en s'affaiblissant,
tandis que le dernier augmentait continuellement,
pensèrent que le moment était venu de renoncer
aux formules de réception de ces ouvriers, qui
ne consistaient qu'en quelques cérémonies à peu
près semblables à celles usitées parmi tous les
gens de métier, lesquelles avaient jusque-là servi
d'abri aux initiés pour s'adjoindre des adeptes.
Ils leur substituèrent, au moyen de traditions
orales dont ils se servaient pour leurs aspirants
aux sciences occultes, un mode écrit d'initiation
calquée sur les anciens mystères et sur ceux de
l'Egypte et de la G r è c e ; et le premier grade ini-
tiatique fut écrit tel, à peu près, que nous le
connaissons. Ce premier degré ayant reçu l'ap-
probation des initiés, le grade de compagnon fut
rédigé en 1 6 4 8 ; et celui de maître, peu de temps
er
après. Mais la décapitation de Charles I , en
34 Le Secret

1 6 4 9 , et le parti que prit Ashmole en faveur des


StuarLs\ apportèrent de grandes modifications à
ce troisième et dernier grade devenu biblique,
tout en lui laissant pour base ce grand hiéro-
glyphe de la nature symbolisée vers la fin de
décembre. Cette même époque vit naître les grades
de maître-secret, maîlre-parfait, élu, maître-
01
irlandais, dont Charles I ' est le héros, sous le
nom tVHiram ; mais ces grades de coteries po-
litiques n'étaient professés nulle part ; néanmoins,
plus tard, ils feront l'ornement de YEcossisme. »
« î f o o . Mais les membres non travailleurs,
acceptés dans la corporation, lui font prendre
secrètement, surtout en Ecosse, une tendance po-
litique; les chefs (protecteurs) des ouvriers écos-
sais, partisans des Stuarts, travaillent dans l'ombre
au rétablissement du trône détruit par Cromwell.
On se sert de l'isolement qui protège les réunions
des Freemasons^ pour tenir, dans leur local, des
conciliabules où les plans sont concertés en sé-
er
curité. La décapitation de Charles I devait
être vengée ; pour y parvenir et s'y reconnaître,
ses partisans proposèrent un grade templier, où
la mort violente de l'innocent J.-B. Molay ap-
pelle la vengeance. Ashmole , qui partageait le
même sentiment politique, modifia donc son grade
de maître, et substitua ù la doctrine égyptienne,
qui en faisait un tout uniforme avec les deux
premiers degrés, un voile biblique, incomplet
et disparate, ainsi que l'exigeait le système jé-
suitique, et dont les initiales des mots sacrés de
De la Franc-Maçonnerie. 35

ces trois degrés 'reproduisaient celles du nom


du grand maître des Templiers. Voilà pourquoi
depuis cette époque, les initiés ont toujours r e -
gardé le grade de maître, seul complément de
la Franc-Maçonnerie, comme un grade à re-
faire ; c'est sans doute d'après cette réforme que
les deux colonnes et les paroles des deux, premiers
grades ont aussi reçu des noms bibliques. »
« 1 7 0 3 . Décision importante des formations qui
admettent ouvertement, dans l'association à Lon-
dres, les personnes étrangères à Part de bâtir. Les
maçons philosophes, dits acceptés, mêlés, depuis
longtemps, aux ouvriers constructeurs, vont se
trouver plus puissants p o u r opérer publiquement
la transformation tant désirée. *>
e r
« 1 7 1 4 . Georges I commence sonrègne. Les
auteurs maçons regardent cette époque comme la
fin des temps obscurs de VOrdre maçonnique. Ils
se trompent, il n'existe pas encore d'Ordre maçon-
n i q u e ; cette époque n'est quelafindesassociations
d'ouvriers constructeurs, dont l'existence était de-
venue fort précaire, depuis que leurs secrets en ar-
chitecture étaient tombés dans le domaine public.
« 1 7 1 7 . De cette époque seule date FORDRE
MAÇONNIQUK: l'association des constructeurs n'é-
tait qu'un ou plusieurs corps de métiers et ne fut
jamais un ordre. Quant au mot maçonnique, ce
qualificatif n'a pas été créé pour eux, l'irréflexion
ou l'ignorance pouvait seule les en doter; car,
nous le répétons, un ouvrage de maçonnerie n'est
pas un ouvrage maçonnique.
36 Le Secret

a Cctlc année, la corporation ne comptait plus,


à Londres, que quatre sociétés, dites Loges, pos-
sédant l e s registres et anciens titres de la confra-
ternité et opérant sous le chef cFordre d'York.
Elles se réunissent en février ; elles adoptent les
trois rituels rédigés par Ashmole ; elles secouent
le joug d'York et se déclarent indépendantes et
gouvernement de la confraternité, sous le titre de
GuANDE LoGi: DE LoNDKES.
« C'est de ce foyer central et unique que la
EKANC-MA(;ONNKKIK, c'est-à-dire la rénovation os-
tensible de la philosophie secrète des mystères an-
ciens, partit dans toutes les directions pour s'é-
tablir chez tous les peuples du monde.
« }j25. A compter de cette é p o q u e , la FUANC-
MAÇONNKHIK se répand dans les différents Etats de
l'Europe ; elle a débuté en France, dès 1 7 2 1 , par
l'institution, le i3 octobre, de la loge Y Amitié et
Fraternité à D u n k c r q u e ; à Paris, en 1725 ; à
Bordeaux, en 1732 (la loge Y Anglaise), et à Valen-
vr
ciennes, le \ janvier 1 7 3 3 , la Parfaite-Union.
Elle pénètre en Irlande en 1 7 2 9 ; en Hollande
en 1730 ; la même année, une loge s'établit à Sa-
vunnah, Etat de Géorgie (^Amérique), puis à Bos-
ton en 1 7 3 3 . Elle paraît en Allemagne e n 173(">;
la Grande-Loge de I lambourg est instituée le 9 dé-
c e m b r e 1737 ; ainsi de suite dans les autres Etats
de l'Europe et des pays extra-européens, toujours
sous l'active et intelligente direction de la Grande-
Loge d'Angleterre, »
Quelle était donc la doctrine de toutes ces
De la Franc-Maconnerie.

loges ? Le Saint - Siège va n o u s le d i r e .


0
E n i / 3 8 , le 4 j o u r des calendes de mai, C l é -
ment X I I écrivait ù tout l'univers c a t h o l i q u e u n e
lettre apostolique où n o u s lisons les passages s u i -
vants :« N o u s avons a p p r i s par la r u m e u r p u -
blique elle-même l'extension, la contagion, et les
progrès c h a q u e j o u r plus rapides de certaines
sociétés, assemblées ou conventicules appelés de
Liberi muratori ou de Francs-Maçons ou de quel-
que a u t r e n o m , suivant la variété des langues.
Dans ces associations, des h o m m e s de toute r e l i -
gion et de toute secte, attentifs à affecter u n e appa-
rence d ' h o n n ê t e t é n a t u r e l l e , liés entre eux par u n
pacte aussi étroit q u ' i m p é n é t r a b l e , suivant les lois
et les statuts qu'ils se sont faits, s'engagent par u n
serment r i g o u r e u x prêté s u r la Bible,et sous les pei-
nes les p l u s terribles, à tenir cachées par un serment
inviolable les p r a t i q u e s secrètes de l e u r société.
ce Mais telle est la n a t u r e d u crime q u ' i l se trahit
l u i - m ê m e , et q u ' i l pousse u n cri qui le révèle :
c'est ainsi que les sociétés ou conventicules dont
nous p a r l o n s ont excité dans les esprits des fidèles
des s o u p ç o n s si graves, q u e l'affiliation à ces so-
ciétés est a u p r è s des h o m m e s sages et h o n n ê t e s
une m a r q u e de d é p r a v a t i o n et de perversion. E n
effet, s'ils ne faisaient p o i n t le mal, ils n ' a u r a i e n t
pas cette h a i n e de la l u m i è r e . Et la défiance qu'ils
i n s p i r e n t a grandi jusque-là que dans t o u s les
pays le p o u v o i r séculier a p r u d e m m e n t proscrit et
banni ces sociétés c o m m e ennemies de la sécurité
des E t a t s .
2
38 Le Secret

« C'est pourquoi nous défendons absolument


et en vertu de la sainte obéissance, t\ tous et à
chacun des lidùlcs de Jésus-Christ, de quelque
état, grade, condition, rang, dignité et préémi-
nence qu'ils soient, laïques ou clercs séculiers ou
réguliers... d'avoir l'audace ou la présomption
d'entrer, sous quelque prétexte ou sous quelque
couleur que ce soir, dans ces dites sociétés de
Francs-Maçons... sous peine de Y excommunica-
tion qu'encourent tous les contrevenants à la dé-
fense qui vient d'être portée, et par le fait même
et sans autre déclaration... »
En 1 7 5 1 , le i 5 des calendes d'avril,Benoît XIV,
analysant la Constitution de Clément XII, parle
dans le même sens et renouvelle les mêmes con-
damnations. Ainsi feront les Pontifes romains ,
leurs successeurs.
Plût ix Dieu que le cri d'alarme poussé par le
Saint-Siège eut été entendu. L'Eglise, et les di-
vers Etats où la Maçonnerie a pénétré, eussent
évité les maux de tous genres dont ils ont été les
victimes, et dont nous-mêmes nous souffrons si
cruellement à l'heure présente.

Voltaire, libre-penseur et franc-maçon, attise ,


en France, le feu de la haine contre Jésus-
Christ.

Dans son Histoi)*e de Voltaire , Paillet de


Warcj' a écrit ce qui suit : « Voltaire fut mis à la
Bastille, et au bout de six mois, on lui rendit la
De la Franc-Maçonnerie. 3g

liberté, avec ordre de sortir de France.Il passa en


Angleterre. Ainsi, à 3i ans, Voltaire avait été
chassé de chez son père et de chez le procureur,
renvoyé de la Hollande, souffleté par u n comé-
dien, châtié plus sérieusement encore par u n of-
cier, mis à la Bastille et exilé de France. Ce n'é-
tait certainement pas avoir, observe M. Lepan,
de grandes dispositions à la philosophie ; mais
celle qu'il se proposait, peut-on répondre, n'en
demandait pas d'autre. »
« Voltaire arrive à Londres, où il passe les an-
nées 1 7 2 6 , 27 et 28. Ce fut là, dit notre historien,
dans la société d'un Toland, dont l'impiété fut
poursuivie et condamnée même en Angleterre, et
dont les dernières paroles en mourant furent : Je
vais dormir; d'un Chubb, Socinien, qui disait :
Jésus-Christ a été de la religion de Thomas
Chubb, mais Thomas Chubb n'est pas de la reli-
gion de JésusChrist ; de Snnt^, le Rabelais de
l'Angleterre, et qui, malgré ses dignités dans l'E-
glise, avait essayé sur la religion les armes les
plus affilées du ridicule ; d'un Antoine Collins, le
plus terrible des ennemis du christianisme; d'un
Wolston, d'un Tindal, qui vendait tour à tour sa
plume aux amis et aux ennemis d e l à foi ; de l'é-
vêque Tailor, a u t e u r du Guide des douleurs ; de
lord Hébert de Cherbury; de lord Shafsterbury,
d'un Bolingbrocke enfin ; ce fut dans la société de
tous ces hommes devenus ses oracles,que Voltaire
acheva dese pénétrer des sentiments les plusirré-
ligieux. Dès ce moment, ses opinions parurent
4o Le Secret

fixées. Il les retint quelquefois avec p r u d e n c e ;


m a i s , c o m m e Ta observé M. M a z u r e , c'est lors-
q u ' i l y était engagé par la crainte, l'espérance o u
l'ambition. »
T o l a n d était l'àme de la société des Free-Thin-
kers ou Libres-Penseurs, formée par les divers
p e r s o n n a g e s ci-dessus n o m m é s . Voltaire y fut ad-
m i s avant de r e n t r e r en F r a n c e . De r e t o u r à
P a r i s , il c o m m e n c e c o n t r e le c h r i s t i a n i s m e u n e
g u e r r e sans trêve ; il se lie à tous les e n n e m i s de
la religion, en attendant q u ' i l s'affilie à la Ma-
ç o n n e r i e de F r a n c e et q u e , semblable à u n g é -
néral en chef, il lance l ' a r m é e des p h i l o s o p h e s
i n c r é d u l e s , qui se s o u m e t t e n t à ses o r d r e s , c o n t r e
Y Infâme : c'est ainsi qu'il appelait la religion
chrétienne et son divin F o n d a t e u r .
Le baron d ' H o l b a c avait écrit : « U n aveugle
fatalisme e n t o u r e des chaînes de la nécessité
l ' h o m m e , la n a t u r e , Dieu l u i - m ê m e , s^il existe.
L ' h o m m e , c o m m e la pierre b r u t e , est sans rap-
p o r t avec D i e u , o u plutôt la n a t u r e est D i e u ; elle
est la cause de tout, et sa p r o p r e cause. Tout sca-
ndant it à Vheure de la mort. La d o u l e u r , le plai-
sir sont les u n i q u e s mobiles de toute la m o r a l e . L e
b o n h e u r est dans tout ce q u i Halte les sens. Les de-
voirs ? ce sont les chaînes imposées par le d e s p o -
tisme. Les b o u r r e a u x et les gibets sont plus à
c r a i n d r e que la conscience et les dieux. Enfin,
p u i s q u e la société est c o r r o m p u e , il faut se cor-
r o m p r e p o u r t r o u v e r le b o n h e u r . »
T e l l e s furent les maximes i m m o n d e s auxquelles
De la Franc-Maçonnerie 41

s'abandonna Voltaire, « Après avoir puisé dans


les sources obscures que lui offraient les réforma-
teurs du seizième siècle — en particulier Socin —
il s'empara des blasphèmes des Toland, des Collins,
des Wolston, des Tindal et des Bolingbrocke; il crut
que le moment était venu de renverser les autels
de l'Europe chrétienne ; il se promit d'écraser
Vinfâme et se flatta d'établir une ère nouvelle dans
les annales du monde. » (Mazure.)
Condorcet, en écrivant la vie de Voltaire, a pu
dire de lui : « Il n'a point vu tout ce qu'il a fait,
mais il a fait tout ce que nous voyons. Les obser-
vateurs éclairés prouveront à ceux qui savent ré-,
fléchir que le premier auteur de cette grande Ré-
volution est sans contredit Voltaire »,
« Je suis las d'entendre répéter, disait Voltaire,
que douze hommes ont suffi pour établir le chris-
tianisme, et j'ai envie de leur prouver qu'il n'en
faut q u ' u n pour le détruire.»
U n lieutenant de police dit à Voltaire : « Quoi
que vous écriviez, vous ne parviendrez pas à dé-
truire la religion chrétienne. — Oest ce que nous
verrons*, répondit-il.
« Les progrès de l'impiété causaient à Voltaire
une joie qu'il ne pouvait plus contenir. Dans un
souper de ces philosophes, chez d'Alembert, Vol-
taire,en regardant la compagnie,dit: t Messieurs,je
crois que le Christsetrouveramalde cette séance ».
Et d'Alembert avoue, dans une de ses lettres,
qu'entendant leurs infâmes propos, les cheveux
lui dressèrent sur la tête ; il les prenait, écrit-il,
42 Le Secret

pour les conseillers du prétoire de Pilate ».


t Voltaire fit un jour les plus vifs reproches à
son ami d'Alembert de ce que celui-ci avait écrit
dans l'Encyclopédie, en parlant de Bayle : Heu*
veux s^il avait plus respecté la religion et les
mœurs J'ai vu avec horreur, lui écrivait Vol-
taire, ce que vous dites de B a y l e ; vous devez
faire pénitence toute votre vie de cesdeux lignes...
que ces lignes soient baignées de vos larmes ! »
A la suppression de la Société des Jésuites, Vol-
taire s'était écrié avec transport : « Voilà une tête
de l'hydre coupée ; je lève les yeux au ciel et je
crie : écrase^ Vinfâme ! » Toutes ses lettres à ses
amis intimes finissaient par ces mots : Ecrasons
Vinfâme ! Ecrase^ Vinfâme ! « Je finis toutes mes
lettres par dire : Ecrase^ F infâme, comme Gaton
disait toujours : « Tel est mon avis, et qu'on dé-
truise Carthagc ». Tandis qu'il faisait à la cour de
Rome toutes ses protestations de respect p o u r
PÉiîlisc. il écrivait à Damilaville : « Oncmbrasse
les philosophes, et on les prie d'inspirer pour Y in-
fâme toute l'horreur qu'on lui doit ; courez tous
sus kY infâme, habilement. Ce qui m'intéresse, c'est
la propagation de la foi et de la vérité, et l'avilis-
sement de l'infâme: Delendaest Carlhago*.
M. d'Argcntal lui ayant fait des reproches sur
le scandale de ses contradictions, il répond : « Si
j'avais cent mille hommes, je sais bien ce que je
ferais; mais comme je ne les ai pas, je communie-
rai à Pâques, cl vous m'appellerez hypocrite tant
que vous voudrez». Alors le roi venait de réta-
De la Franc-Maçonnerie. 43

blir sa pension, et V o l t a i r e , en effet, c o m m u n i a à


Pâques de l'année s u i v a n t e .
Q u i saura lire dans l'âme de cet h o m m e , maître
de ceux qui l ' e n t o u r a i e n t , d o m i n é l u i - m ê m e par
une vanité i m m e n s e ? A u j o u r d ' h u i il b l a s p h è m e
contre le Christ, le l e n d e m a i n il le reçoit en c o m -
m u n i a n t . Il se relève, p o u r l'outrager bientôt en-
core ; puis t o m b a n t , u n j o u r , après s'être brisé u n
vaisseau dans la p o i t r i n e , en déclamant avec v i o -
lence, tandis qu'il v o m i t le sang à g r a n d s flots et
que T r o n c h i n , son docteur, déclare qu'il y a dan-
ger p o u r sa v i e : « Vite, s'écrie-t-il, q u ' o n envoie
chercher le prêtre...» Et il se confessa, et il signa
de sa m a i n u n e profession de foi, dans laquelle il
d e m a n d a i t p a r d o n ù D i e u et à l'Eglise de ses of-
fenses. Il o r d o n n a q u e cette rétractation fût impri-
mée dans tous les papiers publics. Rétabli, il
r e c o m m e n ç a la g u e r r e contre Jésus-Christ, qu'il
c o n t i n u a j u s q u ' a u j o u r où il fut frappé à mort
par u n e cruelle m a l a d i e . L'abbé Gaultier et le curé
de Saint-Sulpice r e p a r u r e n t ace m o m e n t s u p r ê m e ;
m a i s Voltaire était e n t o u r é de D i d e r o t , de d'A-
l e m b e r t , M a r m o n t e l , la H a r p e , G r i m m , etc. « Le
c u r é de Saint-Sulpice perça j u s q u ' à son lit et lui
dit avec d o u c e u r ces propres paroles : ce M o n s i e u r
de Voltaire, vous êtes au dernier terme de votre vie,
r e c o n n a i s s e z - v o u s l a divinité de Jésus-Christ »? Le
m o u r a n t hésita u n m o m e n t , puis étendant la main
et repoussant le c u r é , il répondit : « Monsieur le
c u r é , laissez-moi m o u r i r en paix. » Les ecclésias-
t i q u e s sortirent. « Q u a n d ils furent partis (raconte
44

l'historien), M. Tronchin, médecin de Voltaire, le


trouva dans des agitations affreuses, criant avec
fureur : Je suis abandonne de Dieu et deshommes.*..
Le docteur Tronchin, qui a raconte ce fait ù des
personnes respectables, n'a pu s'empêcher de leur
dire : « Je voudrais que tous ceux qui ont été sé-
duits par les livres de Voltaire eussent été témoins
de sa mort ; il n'est pas possible de tenir contre
un pareil spectacle.» — Recueil des particularités
curieuses de la vie et de la mort de M. de Voltaire,
Porcntruj'y 776*2.

Voici l'épitaphe de Voltaire par un des siens :

P l u s bel esprit que grand génie,


Sans loi, sans m œ u r s et sans vertu,
Il est mort c o m m e il a v é c u ,
Couvert de gloire et d'infamie.

J.-J. R O U S S E AI:.

Ajoutons avec l'auteur de Y Histoire de Voltaire ;


« O n a vu que des philosophes s'opposèrent,
autant qu'ils le purent, à ce que Voltaire reçût les
visites et les exhortations du curé de Saint-Sul-
pice et de l'abbé Gaultier. Dans le nombre, nous
avons cité d'Alembert, Diderot et Marmontel.
Nous jugeons à propos, à l'instar de M. Lepan,
de rappeler que Condorcet joua le même rôle en
1 7 8 3 , à la mort de d'Alembert, en empêchant
d'entrer dans sa chambre le curé de Saint-Ger-
main, qui vint s'y présenter. « Si je ne m'étais
De la Franc-Maçonnerie. 45

pas trouve là (a dit Condorcet), // faisait le plon-


geon. » L'année suivante, Diderot resta longtemps
chez lui, retenu par des plaies aux jambes, et reçut
plusieurs fois M. de T e r s a c , curé de S a i n t - S u l -
pice ; les adeptes de la philosophie, effrayés de
ces visites, t r o u v è r e n t m o y e n de les empêcher
jusqu'à sa mort, arrivée le 2 juillet 1 7 8 4 .
M a r m o n t e l , p l u s h e u r e u x , se m o n t r a religieux
à la fin de ses j o u r s ; il les termina, Je 3 1 décembre
1 7 9 9 , dans u n e retraite modeste qu'il avait
achetée au h a m e a u d'Ableville, près de G u i l l o n .
Q u a n t à C o n d o r c e t , il s'était e m p o i s o n n é le
28 mars 1 7 9 4 , à B o u r g - l a - R e i n e , près de P a r i s ,
dans u n cachot où il avait été jeté.
T e l l e fut la fin des q u a t r e personnages qui ont
le p l u s m a r q u é , dans la m o d e r n e philosophie,
auprès de Voltaire.
T o u s les détails que n o u s venons de d o n n e r
p r o u v e n t m a l h e u r e u s e m e n t , jusqu'à l'évidence,
ce q u e n o u s a v o n s dit, à savoir : q u e le secret de
la secte n'est pas autre q u e la h a i n e de J é s u s -
C h r i s t , et le projet de détruire le christianisme.
N o u s p o u r r i o n s citer à l'appui de cette thèse
mille autre témoignages, mais nous n o u s en a b -
s t i e n d r o n s . Voltaire, à lui seul, r é s u m e la société
française depuis 1 7 2 8 jusqu'en 1 7 7 8 , année de
sa m o r t ; il a fait à son image ceux q u i l'en-
t o u r a i e n t , l i b r e s - p e n s e u r s et francs-maçons, et
par eux et leurs écrits, aussi multipliés q u e r é -
p a n d u s à profusion, il a c o r r o m p u son siècle et
le m o n d e .
2*
4 Le Secret

Adam Wcishaupt fonde rilluminisme allemand.

A la même é p o q u e , naquit en Allemagne


Adam Wcishaupt. Il était âgé de trente ans
quand mourut Voltaire. Doué d'un profond génie
d'organisation, il se servit des matériaux amassés
par la secte maçonnique depuis Socin jusqu'à
lui ; il les façonna, et pour achever d'en faire
un être moral complet, il donna pour âme à ce
corps la doctrine de Spinosa , c ' e s t - à - d i r e le
Panthéisme.
Le secret de r i l l u m i n i s m e allemand est celui
de la Maçonnerie, avec laquelle il s'est identifié
pour ne faire qu'un : la haine de Jésus-Christ et
le projet de détruire le christianisme. P o u r le
prouver, il nous suffira de citer quelques passages
des écrits de Wcishaupt lui-même, dont nous
avons parlé déjà ailleurs,
« Souvenez-vous, disait-il à ses adeptes, que
dès les premières invitations que nous vous
avons faites pour vous attirer parmi nous, nous
avons commencé par vous dire que, dans les
projets de notre ordre, il n'entrait aucune inten-
tion contre la religion ; souvenez-vous que cette
assurance vous a été donnée de nouveau quand
vous avez été admis aux rangs de nos novices;
qu'elle vous a été encore répétée lors de votre
entrée à notre Académie mincrvalc. Souvenez-
vous aussi combien, dans ces premiers grades,
nous vous avons parlé de morale et de vertu ;
De la Franc-Maçonnerie. 47

mais c o m b i e n les études q u e n o u s vous pres-


crivions et les leçons q u e n o u s v o u s d o n n i o n s
rendaient et la vertu et la morale indépendantes
de toute religion; c o m b i e n , en vous faisant l'éloge
de notre religion, n o u s avons su vous prévenir
qu'elle n'était rien m o i n s que ces mystères et ce
culte dégénéré entre les m a i n s des prêtres. Souve-
nez-vous avec q u e l art, avec quel respect simulé
nous v o u s a v o n s parlé du C h r i s t et de son E v a n -
gile, dans vos grades à?Illuminé majeur, de Cheva-
lier écossais et d'Epopte ou prêtre ; c o m m e n t
nous avons s u , de cet E v a n g i l e , faire celui de
notre raison, et de la m o r a l e , celle de la n a t u r e ,
et de la religion, de la r a i s o n , de la m o r a l e , de la
n a t u r e , faire la r e l i g i o n , la morale des Droits de
Vhomme, de VEgalité ^ de la Liberté. Souvenez-
vous q u ' e n v o u s i n s i n u a n t toutes les diverses
parties de ce système, n o u s les avons fait éclore
de vous-mêmes c o m m e vos propres o p i n i o n s .
N o u s v o u s avons mis sur la v o i e ; v o u s avez r é -
p o n d u à nos q u e s t i o n s bien plus que n o u s aux
vôtres. Q u a n d n o u s vous d e m a n d i o n s , par exem-
ple, si les religions des peuples remplissaient le
but p o u r lequel les h o m m e s les ont adoptées ; si
la r e l i g i o n p u r e et simple du Christ était celle q u e
professent a u j o u r d ' h u i les différentes sectes, n o u s
savions assez à q u o i n o u s en tenir ; mais il fallait
savoir a quel point n o u s avions réussi à faire
g e r m e r en v o u s nos sentiments. N o u s avons eu
bie;i des préjugés à v a i n c r e chez v o u s , avant de
vous p e r s u a d e r q u e cette p r é t e n d u e religion d u
48

Christ n'était que l'ouvrage des prêtres, de l'im-


posture et de la tyrannie. S'il en est ainsi de cet
Évangile tant proclame, tant admiré, que devons-
nous penser des autres religions? Apprenez donc
qu'elles ont toutes les mêmes fictions pour ori-
ginc;qu'elles sont également toutes fondées sur
le mensonge, Terreur, la chimère et l'imposture :
VOILA NOTRE SECRET. »
« Les tours et les détours qu'il a fallu prendre,
les promesses même qu'il a fallu vous faire, les
éloges qu'il a fallu donnerait Christ et à ses pré-
tendues écoles secrètes,la fable des Francs-Maçons
longtemps en possession d e l à véritable doctrine,
et notre Illuminisme, aujourd'hui seul héritier de
ses mystères,ne vous étonnent plus en ce moment.
Si pour détruire tout christianisme ^ toute religion,
nous avons fait semblant d'avoir seuls la vraie
religion, souvenez-vous que la fin légitime les
moyens, que le sage doit prendre pour le bien tous
les moyens du méchant pour le mal. Ceux dont
nous avons usé pour vous délivrer, ceux que
nous prenons pour délivrer un jour le genre hu-
main de toute religion, ne sont qu'une pieuse
fraude que nous nous réservons de dévoiler dans
le grade de Mage ou de Philosophe illuminé. »
Remarquons bien q u ' u n e assemblée, ou convent
universel, s'est tenue en 1 7 8 1 , à Wilhcmsbad,
dans le Hanau, à l'effet de délibérer sur la doc-
trine que la Franc-Maçonnerie adopterait pour
s'unifier, sous ce rapport, et que ce fut celle de
l'Illuminismc allemand qui fut adoptée. De sorte
De la FranC'Maçonnerie. 49

que la de'cision prise en 1 7 8 1 , dans ledit convent,


décision suivie et gardée jusqu'à nos jours par
les diverses loges maçonniques de l'univers en-
tier, fait loi dans la secte, généralement. E n con-
séquence, la divinité de Jésus-Christ est une chi-
mère pour les francs-maçons, et le christianisme
est un édifice qu'il faut au plus tôt détruire.
Parlant de ce convent, le Père Deschamps,
dans son ouvrage magistral :Les Sociétés secrètes,
revu par M. Claudio Janct, nous dit que les socié-
tés maçonniques, avant 1 7 8 1 , étaient divisées
comme les sectes protestantes, et que cette di-
vision nuisait beaucoup à leur action. <c On ré-
solut donc, dit-il, d'en venir à une réunion ou
convent général de députés de tous les rites ma-
çonniques de l'univers, pour mettre plus d'acti-
vité dans les travaux, plus d'ensemble dans la
marche, et arriver plus sûrement et plus vite au
but commun : une révolution universelle, Wil-
hemsbadj dans le H a n a u , près de la ville de ce
nom, et à deux ou trois lieues de Francfort-sur-le-
Mcin, fut choisi pour le lieu de la réunion. De
toutes les assemblées générales tenues depuis
vingt ans par les francs-maçons, aucune encore
n'avait approché de celle de Wrlhemsbad ,
soit par le nombre des élus, soit par la variété
des sectes dont elle se composait. Donc en 1 7 8 1 ,
sous l'inspiration secrète de Wcishaupt et sur la
convocation officielle du duc de Brunswick,
de toutes les parties de l'Europe, du fond de
l'Amérique et des confins même de l'Asie ,
5o Le Secret

étaient accourus les agents et les députés des


sociétés secrètes. C'était en quelque sorte tous
les éléments du chaos maçonnique, dit Barruel,
réunis dans le même antre. »
Wcishaupt se fit représenter au convent par
Knigge, le plus habile de ses adeptes, et par Ditt-
furt. Ils avaient surtout pour émules les dépu-
tés de r i l l u m i n i s m e français ou Martinisme de
Lyon.
c Cependant, écrit le Père Deschamps, rillu-
minisme français ou le Martinisme n'était point
resté oisif devant ce travail de r i l l u m i n i s m e ba-
varois. Il venait de tenir lui-même u n e grande
assemblée à Lyon sous le nom de Convent des
Gaules, et où il avait projeté de choisir pour chef
le duc Ferdinand de Brunswick, qu'avec leur
appui et à leur instigation sans doute, l'assemblée
de Wilhcmsbad nomme bientôt en effet chef su-
prême de toute la Maçonnerie, leur loge centrale,
dite des Chevaliers bienfaisants, à Lyon, ayant
acquis, on ne sait a quel titre, dit Clavel, u n e
haute prépondérance sur les loges d'Allema-
gne. Elle était en quelque sorte considérée, même
par les différentes fractions de la stricte obser-
vance, et par les ateliers qui admettaient, soit ex-
clusivement, soit en partie, le système templier,
comme la loge-mère de l'association.
« Les loges Martinistes avaient député à
Wilhcmsbad, avec Saint-Martin lui-même, le
président du convent des Gaules, F . \ de Viller-
moz, négociant lyonnais, et La Chape de la H e u -
De la Franc-Maçonnerie 5i

zicrc. Le Martinisme, qui avait sourdement pro-


voqué ce convent, et dont celui des Gaules n'avait
été que le précurseur, ajoute Clavel, y exerça la
plus grande part d'influence; ses doctrines do-
minèrent dans les nouveaux rituels, et le nom
de sa loge-mère, les Chevaliers bienfaisants, figura
dans le titre même de la réforme, avec l'addition:
de la cité sainte. Aussi ses loges adoptèrent sans
exception le régime rectifié qui fut substitué à la
Maçonnerie de Saint-Martin. »
« T o u s ces envahissements de la Maçonnerie
par le Martinisme et r i l l u m i n i s m e de W e i s -
haupt sont également attestés par Barruel, ajoute
le P. Deschamps. « Forts de la protection du
vainqueur de Creveld et de Minden, dit Barruel,
Ferdinand de Brunswick, les députés Martinistes
au congrès de Wilhemsbad, dont ce prince était
président, Saint-Martin et La Chape de la Heu-
zière, n'épargnèrent rien, et eux et leurs agents,
pour y t r i o m p h e r ; ils furent appuyés, et leur vic-
toire eût été infailliblement complète, sans le
grand nombre de députés déjà gagnés par Knigge
(avec lequel cependant ils s'entendirent et s'alliè-
rent), dit M. Lecoulteux de Canteleu. »
Si le lecteur se demande comment on a pu con-
naître tous ces renseignements sur les sociétés
secrètes, les historiens de cette époque nous four-
nissent la réponse, et Barruel, en particulier,
nous en donne les détails, résumés par le Père
Deschamps, dans les termes suivants : c E n Alle-
magne, un événement, ménagé par la Providence
52

c o m m e un dernier avertissement aux m o n a r c h i e s ,


faillit i n t e r r o m p r e le progrès de la secte. La ja-
lousie (it éclater u n e r u p t u r e violente entre W c i s -
h a u p t et Knigge. E n o u t r e , r é l e c t e u r de Bavière,
i n q u i e t des menées souterraines de ce qu'il
croyait la F r a n c - M a ç o n n e r i e p r o p r e m e n t dite,
o r d o n n a la fermeture de toutes les loges. Les
i l l u m i n é s , se croyant déjà assez forts p o u r résister
à r e d i t de l'électeur, refusèrent d'y o b t e m p é r e r .
Le hasard fit d é c o u v r i r la secte, d o n t on ne s o u p -
ç o n n a i t pas même l'existence. U n m i n i s t r e p r o -
testant, n o m m é L a n z c , fut frappé de la foudre en
juillet r 7 8 5 . O n t r o u v a s u r lui des i n s t r u c t i o n s
par lesquelles il constait q u ' i l était chargé, en qua-
lité d ' i l l u m i n é , de voyager en Silésie, de visiter
les loges et de s'enquérir entre autres de l e u r o p i -
n i o n s u r la persécution des francs-maçons en
Bavière.
a Mis s u r la trace, le g o u v e r n e m e n t procéda à
u n e e n q u ê t e sévère. Les abbés C o s a n d e y et R e n -
nes, le conseiller a u l i q u e U t s c h n e i d e r et l'académi-
cien G r ù n b e r g e r , q u i s'étaient retirés de l'ordre,
dès qu'ils en avaient c o n n u toute l ' h o r r e u r ,
firent u n e déposition j u r i d i q u e . L e i i octobre
1 7 8 6 , la justice fit u n e visite d o m i c i l i a i r e dans la
m a i s o n de Zwach, à L a n d s h u t , ainsi q u e dans le
château de C h a n d c r d o r , appartenant à l'adepte
b a r o n de Bassus. O n y découvrit tous les papiers
et toutes les archives des conjurés, q u e la cour
de Bavière fit i m p r i m e r sous le titre Ecrits ori-
ginaux de Vordre et de la secte des illumines.
De la Franc-Maçonnerie. 53

Etrange aveuglement des princes! L'appel de l'é-


lecteur de Bavière ne (ut pas entendu. L'interdic-
tion de Tordre des illumines dans l'électorat et
dans l'empire d'Autriche fut sans portée, car tous
les chefs de la secte trouvèrent une protection dé-
clarée dans tout le reste de l'Allemagne. Le roi de
Prusse se refusa à toute mesure contre eux. Weis-
haupt se retira chez vin de ses adeptes, le prince
de Saxe-Cobourg-Gotha, qui lui donna une place
honorifique et lucrative. De là, il put continuer
à diriger l'ordre. » E n note, on lit : « Nous
avons entendu dire par M . le pasteur Munier,
président du consistoire de Genève, que W c i s -
haupt, ayant trouvé un asile chez le prince de
Cobourg, lui promit de l'en récompenser, et la
Maçonnerie a peuplé de Cobourg les trônes de
l'Europe. » M. Léon P a g e s , Valmy , p. i 3 .
Voir : Les Sociétés secrètes, tome II, page 1 1 2 .

La Franc-Maçonnerie en Italie — Cagliostro/b/z-


dateur du Rite de Misraïm ou Rite Egyptien.

Puisque l'Italie était le berceau de la secte


maçonnique , ainsi que nous l'avons montré en
parlant de l'Académie de Vicence et, en particu-
lier, des Socins, il était naturel que la société des
maçons y eût son centre et reçût d'elle le mouve-
ment. Il n'en fut pas ainsi : Socin Lœlius et
Fauste, son neveu, furent obligés de quitter leur
pays, où les semeurs de fausses doctrines étaient
54

traités c o m m e le sont a u j o u r d ' h u i p a r m i n o u s les


fabricants de fausse m o n n a i e . O n pensait alors, et
à juste titre, que T e r r e u r religieuse est plus p e r n i -
cieuse à une société que le faux a r g e n t , et les gou-
v e r n e m e n t s pénétres et armés de ce principe d e -
m a n d a i e n t a l'Eglise de leur signaler les d o c t r i n e s
e r r o n é e s , dont la prédication p o u v a i t diviser les
esprits et fomenter ces troubles, ces r é v o l u t i o n s ,
ces guerres qui ont ensanglanté l ' E u r o p e , en
dehors d c T J l a l i e c l de l ' E s p a g n e , m i e u x défendues
p a r leurs i n s t i t u t i o n s q u c l c s autres n a t i o n s .
C e p e n d a n t Tltalic ne d e m e u r a pas c o m p l è t e -
m e n t étrangère à la F r a n c - M a ç o n n e r i e . César
C a n t u , dans son ouvrage : LVieresie dans la Révo-
lution — page 45 — nous fournit de précieux ren-
seignements à ce sujet. E n voici q u e l q u e s - u n s :
« O n ne sait pas d ' u n e m a n i è r e certaine, dit-il,
c o m m e n t cette société ténébreuse pénétra en Italie.
P a r m i les c i m é l i u m s de la M a ç o n n e r i e se t r o u v e
u n e médaille frappée à Florence, en 1 j3 3, en l'hon-
n e u r du grand m a î t r e le duc de M i d l e s e x . E n
173<), elle fut i n t r o d u i t e en Savoie, dans le P i é -
m o n t et en Sardaigne ; ces trois pays n'avaient q u ' u n
g r a n d maître p r o v i n c i a l , n o m m é par la loge
principale d'Angleterre. A R o m e , rendez-vous
d ' u n si grand n o m b r e d'étrangers, il y avait des
loges en 1 7 4 2 , année où elles décernèrent u n e
médaille a Martin F o l k c s , président de la So-
ciété royale de L o n d r e s ; mais elles d e m e u r è r e n t
secrètes jusqu'en 1 7 8 9 . »
Si Ton ignore de quelle manière la M a ç o n n e r i e
55

pénétra en Italie, il est facile au lecteur de voir


que la secte est d'importation anglaise, en Italie
comme en France, et que les loges ne demeurèrent
pas tellement secrètes qu'elles aient pu échapper
à la vigilance du Saint-Siège, puisque ClémentXII
les condamna par une lettre apostolique datée
de la huitième année de son pontificat, c'est-à-
dire en i J 3 8 . Cette condamnation et les termes qui
l'expriment prouvent bien que la Maçonnerie
n'avait pas changé de doctrine.
a La loge des Amis sincères de la Trinité du
Mont y fut fondée, dit César Cantu, le 6 novem-
bre 1787^, par cinq Français, un Américain et un
Polonais q u i , en qualité de membres de loges
étrangères, gémissaient de vivre au milieu des
ténèbres... »
« La loge de Rome fut d'abord indépendante,
puis elle se fit conférer une institution régulière
par le Grand-Orient de France » — créé lui-
même, d'après Ragon, le 24 décembre 1 7 7 2 , en
remplacement de la Grande-Loge de France, tom-
bée en sommeil depuis quelque temps, sous son
grand maître le prince de Clermont, qui mourut
le 15 juin 1 7 7 1 .
<t Naples eut diverses loges, qui toutes se fusion-
nèrent, en 1 7 5 6 , en une loge nationale, laquelle
correspondait avec l'Allemagne. En 1 7 6 7 , un mo-
ribond par scrupule deconscience, et un adepte, à
qui la société avait supprimé les larges subventions
qu'elle lui accordait, révélèrent son existence et
firent connaître le grand prieur du royaume, le
56 Le Secret

duc de San Severo. Celui-ci fut arrêté ; mais au


même instant le feu fut mis à son palais ; le peu-
ple Tétcignit, en sorte que Ton put saisir la cor-
respondance. Le duc ne nia rien, exposa la fin et
les moyens de l'association, assura qu'il y avait
soixante-quatre mille maçons dans la seule ville
de Naplcs, et qu'il fallait compter les adeptes par
millions. » Cantu ajoute: « Suivant une notice
publiée alors avec l'i ncertitude don tétaient envelop-
pées les sociétés secrètes, la Maçonnerie remontait
à cent soixante-cinq ans en arrière, à l'époque où
C r o m w e i r fonda une chambre de quatre secrétai-
res et sept assesseurs, un par nation ; chaque na-
tion était subdivisée en cinq provinces, avec un
assesseur par province. »
a A Venise, des loges furent ouvertes dès l'ori-
gine de la secte; mais on en prescrivit la ferme-
t u r e e n 1 7 8 G . — Le livre p o r t e : 1 6 8 6 . — C'est
sans doute une faute d'impression. — Cependant
la chose, quoique improbable, est possible, puis-
que Socin est mort en 1 6 0 4 , et qu'il a pu plaire à
quelqu'un de ses adeptes de venir implanter la
secte maçonnique à Venise.
« Q u o i q u ' i l en soit, un certainScssa, de Naples,
les rétablit ; des nobles, des abbés, des négociants
s'y alîilièrent. Les vigilants inquisiteurs d'Etat en
furent informés par un rouleau de papiers que
Jérôme Julian oublia dans une gondole. Aussitôt
la loge près Saint-Simon-le-Grand fut envahie
pendant qu'il n'y avait personne; on en emporta
tout cet attirail mystique et burlesque de crânes, de
De la Franc-Maçonnerie. 5?

compas, de pentagones, de tambours, de truelles,


de tabliers, et Ton brûla le tout en présence du
peuple, qui crut à un sabbat. On défendit alors
les loges, non seulement ù Venise, mais à Padoue
et à Vicence, sans pourtant sévir contre les affiliés,
peut-être parce qu'ils étaient trop nombreux et
trop puissants ; ils ne tardèrent pas, du reste, à se
rallier et à conspirer pour la destruction de la
république. »
Remarquons, ici, que la Maçonnerie ne s'offre
pas seulement avec le caractère de haine directe
et personnelle contre Jésus-Christ, mais aussi
avec une opposition réelle et un mépris formel
de la vérité chrétienne. A l'appui de cette pro-
position, nous citerons une page très instructive
de César Cantu, qui ne laisse pas que d'avoir sa
note gaie :
<c Observons, avant d'aller plus loin, dit-il,
qu'avec la disparition des vraies doctrines, la
superstition grandit en Allemagne et en France
d'une manière surprenante : c'est que l'aspiration
aux réalités idéales est si bien dans la nature de
l'homme, que, plutôt que de renoncer à l'espé-
rance, cette divinité suprême, il se jette tête baissée
dans les sciences occultes. On vit donc apparaître
de nouveaux thaumaturges : on avait tourné en
ridicule la métaphysique, on avait coupé les ailes
aux aspirations légitimes de l'ame; mais, ne p o u -
vant se contenter d'une philosophie sans idéal, on
ajouta foi aux charlatans, ou bien l'on recourut
au merveilleux, pour se soustraire aux sévères
Le Secret

leçons de la vérité. Quelques-uns de ces hiéro-


phantes étaient des mystiques, comme Sweden-
borg, Lewater, Saint-Martin ; d'autres des révo-
lutionnaires, comme Wcishaupt, Knigge, Bode ;
d'autres des charlatans et des fourbes, comme
Jean-Georges Schropfer, un garçon d'hôtel qui
parvint à fasciner des ministres, des diplomates
et des princes, au moyen d'opérations thauma-
turgiques, jusqu'au moment où, se voyant re-
connu pour u n véritable escamoteur, il se tua.
Peu de siècles furent aussi sottement crédules que
le dix-huitième: la grande cilé des philosophes
fut pleine de démons, de vampires, de sylphes,
de convulsionnaircs, de magnétiseurs, de caba-
listcs, de rose-croix, d'évocatcurs, de fabricants
d'élixirs de longue vie. Le marquis de Saint-
Germain, que servait une mémoire vaste et te-
nace, traitait les grands, les savants, la société,
avec le plus grand sans-gène, débitait les contes
les plus bizarres, se disait le témoin oculaire des
événements les plus éloignés ; il avait connu
David, avait assisté aux noces de Cana, chassé
avec Charlemagne, bu avec Luther, et les Pa-
risiens le croyaient. Il était, à ce que l'on pense,
fils du prince Rakasky de Transylvanie : il voya-
geait également beaucoup en Italie, se donnant
successivement pour le marquis de Montfcrrat et
le comte de Bellamare à Venise, pour le chevalier
Schoning à Pisc, pour le chevalier Wedon à
Milan, pour le comte Sollikof à G ê n e s ; il rappe-
lait souvent ses aventures d'Italie et d'Espagne;
De la Franc-Maçonnerie.

il fut puissamment protégé par le dernier grand-


duc de Toscane, dont il avait fait un initié. »
« Ici se place, écrit le P . Deschamps, de 1780
à 1789, un curieux épisode de l'action des sociétés
secrètes : l'intervention du fameux Cagliostro,
qui depuis longtemps était un de leurs agents les
plus habiles... Nous avons dit que la Maçon-
nerie comptait, entre autres origines, la Kabale.
Les pratiques cabalistiques, jointes aux rêves de
c
l'alchimie, avaient au xvin siècle, en pleine lu-
mière philosophique, autant d'adhérents qu'au
c
xv . L'histoire de la Maçonnerie à cette époque
est remplie de récits des réunions de loges de
Kabalc. Des supercheries de tout genre s'y mê-
laient à des prestiges démoniaques, dont il est
impossible de contester la réalité. Ainsi en est-il
dans le spiritisme moderne, dont nous avons
signalé la liaison avec la Franc-Maconneric
(livre i*r, ch. n, § 9). La Maçonnerie cabalistique
exerçant une fascination toute particulière sur cer-
tains esprits, Cagliostro eut pour mission de la pro-
pager. Nous allons raconter cet épisode de l'his-
toire de la Révolution, en faisant remarquer que
la Maçonnerie ne peut pas se dégager de la so-
lidarité de ce personnage, chez qui le charlatan
se joignait au possédé, car le Rite de Misraïm ou
Egyptien, dont il est fondateur, n'a jamais cessé
de faire partie de l'orthodoxie maçonnique.
« Né à Palerme en 1 7 4 3 , Balsamo, qui changea
plus tard son nom en celui de Cagliostro, après
voir parcouru une grande partie de l'Orient, de-
6o Le Secret

vint l'agent voyageur du double Illuminisme fran-


çais etaUemand auquel Pavait initié Saint-Ger-
main, et qu'il rendait plus attrayant encore par
l'alchimie, la cabale et les secrets médicinaux, ma-
giques et fantasmagoriques qu'il y mêlait. Il par-
courait, présidant en secret ou bien ouvertement
les loges, en fondant de nouvelles, l'Allemagne,
lTtalic méridionale, l'Espagne, puis l'Angleterre,
toujours accompagné de Lorenza, femme remar-
quable par sa beauté, qu'il avait épousée dans son
premier voyage à Rome, et qu'il avait façonnée à
tous les genres de séduction. De là il passait à
Venise sous le nom de marquis Pclligrini, et tra-
versait de nouveau l'Allemagne pour s'entendre
avec les chefs des sociétés secrètes, et retrouver le
comte de Saint-Germain dans le Holstein, d'où
il partait pour Courlande et Saint-Pétersbourg,
avec la riche cargaison qu'il avait amassée. Il quit-
tait bientôt la capitalede laRussie, avccvingtmille
roubles de plus, don de l'impératrice Catherine,
la correspondante de Diderot, de Voltaire et de
d'Alembert, et la grande protectrice des loges ma-
çonniques qu'il avait fondées dans cette ville, ainsi
qu'à Mittau, pour les hommes et pour les femmes.
C'est alors qu'il parut à Strasbourg précédé d'une
réputation extraordinaire, et muni d'un brevet de
colonel délivré par le roi de Prusse. Il y fonda de
nouvelles loges et y lit de nouveaux prosélytes. De
là il se rendit à Lyon, où il fut reçu avec de
grands honneurs par la loge de la Stricte obser*
vanec ; il y fonda avec un luxe extrême celle de
De la Franc-Maçonnerie. 61

la Sagesse triomphante, qui devait devenir


la mère de toutes les a u t r e s . De L y o n , il se rendit
ù Bordeaux, où il resta onze mois à organiser les
loges m a ç o n n i q u e s , et arriva enfin à Paris p o u r la
seconde fois. Ce f u r a l o r s qu'il fonda u n e m è r e -
loge d ' a d o p t i o n o u de femmes de la h a u t e M a -
çonnerie égyptienne, p u i s dans son logis môme
une seconde p o u r ses disciples les plus instruits
et les p l u s sûrs ; et q u e , dans u n e séance solen-
nelle o ù les 7 2 loges de P a r i s avaient envoyé des
députés, il fascina en q u e l q u e sorte p a r s o n é l o -
quence et ses prestiges les frères ébahis. Mais
bientôt c o m p r o m i s d a n s l'affaire du Collier, mis
a la Bastille, il n'en sortit q u e p o u r passer de n o u -
veau en A n g l e t e r r e . C'est la qu'il rédigea — 1 7 8 7
— cette lettre célèbre a u p e u p l e français, où il
annonçait l'œuvre et la réalisation des plans des
sociétés secrètes, et prédisait la R é v o l u t i o n , la
destruction de la Bastille et de la monarchie, et
l'avènement d ' u n p r i n c e , P h i l i p p e - É g a l i t é , q u i
abolirait les lettres de cachet, c o n v o q u e r a i t les
Etats g é n é r a u x et rétablirait la vraie religion
ou le culte de la raison. » O n le voit, le secret de
la M a ç o n n e r i e égyptienne est le même q u e celui
de r i l l u m i n i s m e a l l e m a n d et français, q u e celui
de la M a ç o n n e r i e anglaise : c'est du socinianisme
à haine dose, c'est-a-dire la négation de la Révé-
lation c h r é t i e n n e et les orgies intellectuelles d u
p a g a n i s m e , sans excepter ses saturnales, ni les
mystères de la b o n n e déesse. E t dire q u e Caglios-
tro d o m i n a i t l ' E u r o p e ! q u ' i l fondait partout des
Le Secret

loges ! qu'il donnait son nom au Rire de Misraïm


ou Rite Egyptien, encore suivi aujourd'hui par le
monde maçonnique ! Quelle paternité !
« Wcishaupt, dit M. Louis Blanc, avait t o u -
jours professé beaucoup de mépris pour les ruses
de l'alchimie et les frauduleuses hallucinations
de quelques rose-croix. Mais Cagliostro était
doué de puissants moyens de séduction ; il fut dé-
cidé qu'on se servirait de lui. »
« Ceci vaut qu'on le note dans l'histoire des
aventures dcVesprit humain, dit encore M. Louis
Blanc; il se fit autour de Cagliostro un bruit
qui ressemblait à de la gloire. On vit afllucr vers
lui, mêlés à des gens du peuple et à de simples
ouvriers , princes , savants , nobles de race et
nobles d'épéc. Il put compter au nombre de ses
partisans des personnages du plus haut rang, tels
que le duc de Luxembourg et des hommes d'un
mérite reconnu, tels que le naturaliste Ramond,
maçon du rang le plus élevé. Ses disciples ne l'ap-
pelaient que père adoré, maître auguste, et met-
taient à lui obéir un empressement plein de fer-
veur. On voulait avoir son portrait sur des mé-
daillons, sur des éventails ; et taillé en marbre,
coulé (2ii bronze, son buste fut mis dans des pa-
lais avec cette inscription : Le divin Cagliostro. »
Ces paroles de M. Louis Blanc, décrivant la
gloire, la puissance et la folle admiration du
monde pour Cagliostro, rappelle naturellement
au lecteur la scène de l'Evangile où Satan trans-
porte le Fils de Vliomme sur une haute montagne;
63

puis, lui m o n t r a n t les divers royaumes d e l à terre,


il lui dit : Si, tombant à mes pieds, tu ni" adores je
te donnerai tous ces empires. — Il y a vraiment
dans Thistoire de l'esprit h u m a i n des choses qui
ne s'expliquent q u e par des puissances mysté-
rieuses. Ces explications, les spirites les deman-
dent aux tables t o u r n a n t e s , et nous, à l'enseigne-
ment infaillible de l ' E g l i s e . L'esprit de vérité est
avec l ' E g l i s e , l'esprit d ' e r r e u r avec les autres.
Mais le sujet est t r o p instructif p o u r l ' a b a n d o n -
ner si vite. E c o u t o n s l'illustre maçon Clavel
nous parler de C a g l i o s t r o , ù son t o u r :
oc Le g r a n d Cophte,dit-il,—c'est ainsi q u ' e n loge
s'appelait C a g l i o s t r o , — p r o m e t t a i t à ses sectateurs
de les c o n d u i r e à la perfection, à l'aide de la régé-
nération physique et de la régénération morale.
Par la régénération p h y s i q u e , ils devaient t r o u -
ver la matière p r e m i è r e ou la pierre philosophale
et l'acacia qui m a i n t i e n t l ' h o m m e dans la force de
la jeunesse et le rend i m m o r t e l . Par la régénéra-
tions m o r a l e , il p r o c u r a i t aux adeptes u n penta-
gone, ou feuille vierge, sur laquelle les anges ont
gravé l e u r chiffre et l e u r s sceaux, et d o n t l'effet
est de r a m e n e r l ' h o m m e à l'état d'innocence, et de
lui c o m m u n i q u e r la puissance qu'il avait avant la
c h u t e de notre p r e m i e r père, et qui consiste parti-
c u l i è r e m e n t ù c o m m a n d e r aux purs esprits. Ces
esprits, au n o m b r e de sept, entourent le trône de
la D i v i n i t é et sont préposés aux gouvernements
des sept planètes.
a Les h o m m e s et les femmes étaient a d m i s aux
64

mystères du rite égyptien ; et quoiqu'il y eût une


Maçonnerie distincte pour chaque sexe,cependant
les formalités étaient à peu près les mêmes dans
les deux rituels.
« Dans le rituel de la réception aux deux pre-
miers grades, les néophytes se prosternaient à
chaque pas devant le Vénérable comme pour l'a-
dorer. — C'est toujours Clavel qui parle. — Ce ne
sont ensuite qu'insufflations, encensements, fumi-
gations, exorcismes, prières, évocations de Moïse,
des sept esprits, des anges primitifs, qui sont cen-
sés apparaître et répondre (comme dans le spiri-
tisme) par des médiums,qui doivent être ici un
jeune garçon ou une jeune tille dans un état d'in-
nocence parfaite. Le Vénérable leur soufHe sur le
visage, en prolongeant le souffle jusqu'au menton ;
il ajoute quelques paroles sacramentelles, après
quoi la colombe ou pupille, c'est le nom donné à
ces médiums, voit les purs esprits, qui leur d é -
clarent si les candidats présentés sont,oui ou non,
dignes d'être reçus, et leur montrent dans une ca-
rafe pleine d'eau et entourée de plusieurs bougies
allumées ce qu'ils doivent répondre aux interro-
gations curieuses qui leur sont faites sur des cho-
ses cachées ou fort éloignées. » — Histoire pitto-
resque de la Franc-Maçonnerie et des sociétés
e
secrètes, par le F . \ Clavel, 3 édition, Pagnerre,
1844, pages 175 et s.
César Cantu parle longuement aussi de Ca-
gliostro :
« Annoncé par des affiches apocalyptiques et par
De la Franc-Maçonnerie. 65

les journaux, écrit-il, il arriva à Paris, prit un


appartement somptueux, avec une table magnifi-
que, où se donna rendez-vous tout ce qu'il y avait
de riche, de beau, de docte et d'influent. Pendant
quelque temps, on ne parla que de lui dans la
grande ville, où Ton est sûr que toute espèce de
nouveauté, d'extravagance, excite momentanément
l'enthousiasme. C'était l'époque où la raison, ré-
voltée contre D i e u , se prosternaitdevant les rose-
croix ; où l'on niait les miracles, mais où l'on
admettait les évocations d'esprit de Gossner, les
conjurations de Cazotte, les puissances invisibles
de Lewater... » « Bordes, dans ses Lettres sur la
Suisse, ne peut se lasser de l'admirer : « Son as-
pect, dit-il, révèle le génie; ses yeux de feu lisent
au fond des âmes. Il connaît presque toutes les
langues de l'Europe et de l'Asie ; son éloquence
étourdit; il entraîne même dans les choses qu'il
connaît le moins ». — O n sait pourtant , dit
Cantu, que Cagliostro avait les yeux de travers,
le regard effaré, le corps difforme, un caractère
emporté, orgueilleux, dominateur, aucune poli-
tesse dans les manières, aucune grâce, aucune
correction dans son langage. »
Obligé de fuir d'Angleterre, puis de quitter la
Suisse, T u r i n , Venise, chassé enfin de partout, il
se flatta de trouver plus facilement des dupes à
Rome. Sa femme l'entraînait aussi de ce côté, où
l'attirait le désir de revoir sa patrie. Cagliostro
essaya vainement de recommencer son rôle habi-
tuel : il fut pris par le Saint-Office, en 1789, avec
66 Le Secret

tous ses papiers, tous ses symboles ettous ses livres.


On instruisit son procès. Il avoua tout. Il se montra
change et repentant;c'est pourquoi il ne fut pas
livre au bras séculier, c'est-à-dire qu'il évita la mort.
Son manuscrit auquel il avait donné ce titre : La
Maçonnerie égyptienne, fut solennellement ré-
prouvé et brûlé publiquement avec les insignesde
la secte ; les Francs-Maçons furent de nouveau
condamnés, avec une mention particulière du Rite
Egyptien et des Illuminés (7 avril 1791).
« Enfermé au fort San-Léo, dit Cantu, Caglios-
tro ne ht plus de miracles. Il demanda à se con-
fesser et tenta d'étrangler le capucin qu'on lui
avait envoyé, espérant s'échapper sous le couvert
de sa robe. Surveillé de plus près à partir de ce
moment, on n'entendit plus parler de lui. Les
Jacobins le mirent au nombre des martyrs de
l'Inquisition, et je m'attends à ce que, d'un jour à
l'autre, on en fasse une des saintes victimes de la
tyrannie romaine. »
Que le lecteur ne s'étonne pas du soin que nous
avons pris de lui peindre Cagliostro; mais qu'il se
souvienne plutôt du rôle important joué par ce
personnage étrange, dans l'histoire de la Maçon-
nerie. Voyant alors qu'il est le fondateur d'un
rite encore aujourd'hui suivi dans la société
maçonnique, il comprendra qu'en vertu de cette
paternité, Joseph Balsamo, dit Cagliostro, devait
être traité comme nous l'avons fait.
Arrêtons-nous ici pendant quelques instants,
et demandons à quelques écrivains de cette même
De la Franc-Maçonnerie. 67

époque leur jugement sur les faits et gestes de la


e
Maçonnerie au x v m siècle.
Ecoutons d'abord u n franc-maçon anglais, John
Robison, secrétaire de l'Académie d'Edimbourg,
qui publia en 1 7 9 7 un livre intitulé : Preuves des
conspirations contre toutes les religions et tous
les gouvernements de VEurope, ourdies dans les
assemblées secrètes des illuminés et des francs-
maçons.
G J'ai eu, dit-il, les moyens de suivre toutes les
tentatives faites pendant cinquante ans, sous le
prétexte spécieux d'éclairer le monde avec le flam-
beau de la philosophie et de dissiper les nuages
dont la superstition religieuse et civile se servait
pour retenirtout le peuple de l'Europe dans les
ténèbres et l'esclavage. J'ai observé les progrès de
ces doctrines se mêlant et se liant de plus en plus
étroitement aux différents svstemcs de la Maçon-
nerie; enfin j'ai vu se former une association
ayant pour but unique de détruire jusque dans
leur fondement tous les établissements religieux
et de renverser tous les gouvernements existant en
Europe. J'ai vu cette association répandre ses
systèmes avec un zèle si soutenu, qu'elle est de-
venue presque irrésistible, et j'ai remarqué que les
personnages qui ont l e p l u s d e p a r t à la Révolution
française étaient membres de cette association ;
que leurs plans ont été conçus d'après ses princi-
pes et exécutés avec son assistance. Je me suis con-
vaincu qu'elle existe toujours, qu'elle travaille
toujours sourdement, que toutes les apparences
68

nous p r o u v e n t que non s e u l e m e n t ses émissaires


s'efforcent de p r o p a g e r p a r m i n o u s ces d o c t r i n e s
a b o m i n a b l e s , mais m ê m e q u ' i l y a en A n g l e t e r r e
d c s l o g c s q u i depuis 1 7 8 4 c o r r e s p o n d e n t avec la
mère-loge. C'est p o u r la d é m a s q u e r , p o u r p r o u -
ver que les meneurs étaient des fourbes q u i prê-
chaient une morale et u n e d o c t r i n e dont ils c o n -
naissaient la fausseté et le d a n g e r , et que l e u r v é r i -
table i n t e n t i o n était d ' a b o l i r toutes les r e l i g i o n s ,
de renverser tous les g o u v e r n e m e n t s et de faire
du m o n d e entier u n e scène de pillage et de meur-
tre, que j'offre au public un extrait des i n f o r m a -
tions q u e j'ai prises sur cette m a t i è r e . » — Les
Sociétés secrètes, tome I I , p . i 3 2 .
Le lecteur t r o u v e r a dans cette citation u n e
preuve bien positive de ce q u e n o u s avons avancé,
à savoir : q u e le secret de la M a ç o n n e r i e consiste
dans le projet de d é t r u i r e le r è g n e de J é s u s - C h r i s t
sur la t e r r e . J o h n R o b i s o n va plus loin ; il dit de
toute religion.
Est-ce q u e la secte s'est convertie, d e p u i s cette
époque ?
N o n , elle n e s ' e s t p a s c o n v e r t i e . F a t i g u é e de des-
t r u c t i o n , elle a p u s'arrêter u n m o m e n t , c o m m e
autrefois les b o u r r e a u x , lassés de frapper les m a r -
tyrs chrétiens, laissaient t o m b e r leurs bras ; m a i s
elle garde sa doctrine et ne d é s a r m e jamais.
N o u s lisons dans le P , D e s c h a m p s ce qui suit :
« N a p o l é o n Bonaparte était en effet f r a n c - m a ç o n
avancé, et son règne a é t é l ' é p o q u e du p l u s g r a n d
é p a n o u i s s e m e n t delà F r a n c - M a ç o n n e r i e . O n a vu
6 9

comment, pendant la T e r r e u r , le Grand-Orient


avait cesse son activité. Dès que Napoléon se fut
emparé du pouvoir, les loges se rouvrirent de
toutes parts. »
« Ce fut l'époque la plus brillante de la Ma-
çonnerie, dit le secrétaire du G.*. 0 . \ , Bazot ;
près de douze cents loges existaient dans l'Empire
français ; à Paris, dans les départements, dans les
colonies, dans les pays réunis, dans les armées,
les plus hauts fonctionnaires publics, les maré-
chaux, les généraux, une foule d'officiers de tous
grades, les magistrats, les savants, les artistes, le
commerce, l'industrie, presque toute la France,
dans ses notabilités, fraternisait maçonniquement
avec les maçons simples citoyens : c'était comme
une initiation générale. »— Tableau historique de
la Maçonnerie, p. 38.
« L'IIiuminisme et la Franc-Maçonnerie, dit éga-
lement Alexandre Dumas, ces deux grands en-
nemis de la royauté, dont la devise était ces trois
initiales : L . \ P.*. D . \ , c'est-à-dire Lilia pe-
dibus destrue : — Foule% aux pieds les lis,— eurent
une grande part à la Révolution française...
Napoléon prit la Maçonnerie sous sa protection. »
Il en fut le chef et l'instrument. « Le gouver-
nement impérial, dit le F / . Bazot, se servit de
son omnipotence, à laquelle tant d'institutions,
tant d'hommes cédèrent si complaisamment, pour
dominer la Maçonnerie. Elle ne s'effraya ni ne
se révolta... Que désirait-elle, en effet ? Etendre
son empire. Elle se laissa faire sujette du despo-
Le Secret

tisme p o u r devenir s o u v e r a i n e . » Code des


Francs-Maçons, p . 8 3 . T o u s ensemble q u e v o u -
laient-ils ? Asservir l'Eglise et la d é t r u i r e .
« Q u e l q u e s jours après la signature d u Con-
cordat de 1 8 0 2 , c o m m e Volncy, l'impie a u t e u r
des Ruines, dont N a p o l é o n avait fait u n sénateur,
lui demandait : Est-ce là ce que vous avic% pro-
mis ? C a l m e z - v o u s , lui r é p o n d i t le p r e m i e r con-
sul, la religion en F r a n c e a la m o r t d a n s le
v e n t r e : v o u s en jugerez dans dix a n s . » A la
m ê m e é p o q u e , le t r i b u n S a n i l h l u i disait qu'avec
le C o n c o r d a t il d o n n a i t d u p o u v o i r en F r a n c e à
u n prince étranger : « Pensez-vous, r é p o n d i t - i l ,
q u e p o u r cela je m e sois m i s dans la d é p e n d a n c e
du Pape ? »
« T a n t q u e la F r a n c e d o m i n a dans la p é n i n -
sule, dit C a n t u , soit au t e m p s de la R é p u b l i q u e
cisalpine, soit au temps des r o y a u m e s d'Italie,
de N a p l e s , d ' E t r u r i e , la toute-puissance de Na-
poléon pesa s u r l'Eglise. Le maitre prétendait
soumettre ù ses décrets les volontés et les c o n -
sciences. Le C o n c o r d a t q u ' o n avait conclu avec la
R é p u b l i q u e italienne ne devait pas imposer d'aussi
grands sacrifices, parce q u ' i l ne s'agissait pas de r é -
tablir la religion, q u i n'avait jamais été abolie
dans la p é n i n s u l e ; les concessions furent m o i n d r e s ,
et on y inséra la promesse de n ' i n t r o d u i r e a u c u n e
i n n o v a t i o n , si ce n'est d'accord avec le S a i n t -
Siège. C e p e n d a n t on publia aussi en Italie l c s y l r -
ticles organiques, q u e N a p o l é o n avait a r b i t r a i r e -
ment joints au Concordat, et q u i le d é n a t u r a i e n t
De la Franc-Maconnerie. 7*

en quelque partie. Si on feignit de les retirer,


pour faire droit aux plaintes du Pape, ils sub-
sistèrent réellement dans les décrets du vice-pré-
sident Melzi et du ministre du culte. Quand la
République italienne fut devenue le royaume
d'Italie, Napoléon supprima plusieurs couvents,
et plus tard tous les autres ; il réduisit les pa-
roisses ; il iixa le nombre des séminaristes et
entoura d'espions le Vatican et les cardinaux. »
Au fond de ces mesures tyranniques, il faut
voir la passion de dominer, qui caractérisait le
conquérant ; toutefois, n'oublions pas qu'il était
toujours Vinstrument de la secte maçonnique, et
pour lui plaire, et p o u r garder ses suffrages, il
était obligé de lui donner sans cesse des satis-
factions qu'elle réclamait, c'est-à-dire des chaînes
imposées à l'Église. On Ta dit avec raison : des
gouvernants, de par la Maçonnerie, ressemblent
au voyageur qui traverse les forêts de la Russie,
poursuivi par une troupe de loups. Il n'échappe
à leur dent meurtrière qu'en leur jetant, dans sa
fuite, quelque chose à dévorer, jusqu'au moment
où il devient lui-même leur proie. Tel fut Napo-
léon.
E n effet, dit César Cantu, « le moment vint où,
dans ses desseins, il n'y eut plus de place pour la
prudence et la modération. Il ne savait plus s'ar-
rêter sur ce chemin rapide qui paraissait le por-
ter au sommet et qui le conduisait cependant à
l'abîme. Résolu d'enserrer même les croyances et
le culte dans son despotisme administratif, il son-
72 Le Secret

geait à s'emparer du reste de l'Etat pontifical. A


ceux qui lui montraient qu'un Pape sans royaume
serait nécessairement asservi à un roi, et par suite
repoussé des autres, Napoléon répondit : «. Tant
que l'Europe a reconnu plusieurs maîtres, il
n'était pas décent que le Pape lut soumis ù l'un
d'eux, en particulier. Mais aujourd'hui qu'elle
n'en reconnaît plus d'autre que moi?.... T o u t e
l'Italie (écrivait-il militairement au Pape) sera
soumise à ma loi... Votre Sainteté est souveraine
de Rome, mais moi, j'en suis l'Empereur. T o u s
mes ennemis doivent être les siens.... »
Ces phrases à effet, publiées au loin, retentis-
saient jusqu'au fond des loges. Elles faisaient
prendre patience a la secte, sans toutefois la satis.
faire. Vainement Napoléon traîna Pie VII en
prison, menaça le Pontife, et même osa, dit-on,
le maltraiter; rien ne sut apaiser la Révolution
maçonnique, et la secte insatiable finit par l'aban-
donner en 1809.
« L'ordre maçonnique, dit Eckert—maçon ins-
ep
truit—considérait l'empereur Napoléon I comme
un instrument destiné ù renverser toutes les na-
tionalités européennes; après ce gigantesque dé-
blai, il espérait réaliser plus facilement son plan
d'une République universelle. »
« A Francfort et dans toute l'Allemagne, ra-
conte un illustre historien, Jansscn, les Juifs
l'acclamaient comme le Messie, tant ils avaient
conscience du renversement de l'édifice social
chrétien qui s'accomplissait par ses armes, »
De la Franc-Maconnerie. 73

« Dès q u e les chefs m a ç o n n i q u e s , écrit le P .


Deschamps, c o m p r i r e n t q u e le despotisme i m p é -
rial se concentrait t o u t entier dans u n e a m b i t i o n
personnelle et des intérêts de famille, et q u e la
Maçonnerie n'avait été p o u r lui q u ' u n i n s t r u m e n t ,
dès ce m o m e n t c o m m e n ç a à b o u i l l o n n e r l'effer-
vescence p o p u l a i r e , par le moyen des Tngend-
bund, oeuvre des s o m m i t é s m a ç o n n i q u e s . »
« La c o r r e s p o n d a n c e d u haut maçon Stein, mi-
nistre de P r u s s e . . d é m o n t r e q u e la conversion
hostile à N a p o l é o n s'étendait au loin... Sa d i c -
tature marcha de défaite en défaite jusqu'à File
d'Elbe et à S a i n t e - H é l è n e , c o m m e elle avait a u -
trefois marché, avec l'appui de la Maçonnerie, de
victoire en victoire. »
La M a ç o n n e r i e s'était aussi propagée dans les
pays d u midi de l ' E u r o p e p a r les Anglais. « C'est
de 1 7 2 6 , dit Clavel, q u e date l'introduction de la
F r a n c - M a ç o n n e r i e en E s p a g n e . E n cette année,
des constitutions furent accordées par la Grande-
Loge d'Angleterre à u n e loge q u i s'était formée à
G i b r a l t a r ; en 1 7 2 7 , u n e autre loge fut formée à
Madrid. J u s q u ' e n 1 7 7 9 , celle-ci r e c o n n u t la j u r i -
diction d e l à G r a n d e - L o g e d'Angleterre,delaquelle
elle tenait ses p o u v o i r s ; mais, à cette é p o q u e , elle
secoua le joug et constitua des ateliers tant a Cadix
qu'a Barcelone , à Valladolid et dans d'autres
villes. »
« Les p r e m i è r e s loges, ajoute i m m é d i a t e m e n t
le m ê m e historien, q u i s'établissent en P o r t u g a l , y
furent érigées, en 1 7 2 7 , p a r des délégués des S o -
3
74

ciéles de Paris; la Grande-Loge d'Angleterre fonda


aussi, à partir de 1 7 3 5 , plusieurs ateliers à Lis-
bonne et dans les provinces. Depuis lors, les tra-
vaux maçonniques ne furent jamais entièrement
suspendus dans ce royaume; mais, sauf les excep-
tions que nous signalerons ailleurs, ils y furent
constamment entourés du silence le plus pro-
fond. » — Voir les Sociétés secrètes, vol. 11, p. 8.
Ce silence si profond, observé en Portugal, ne
fut pas moins gardé en Espagne, si Ton en juge
par certain exposé que nous trouvons dans l'ou-
vrage déjà cité par nous : le Voile levé pour
les curieux, lequel renferme, avec les documents
de l'abbé Lefrane, d'autres pièces intéressantes.
« L'Espagne, y lisons-nous, pouvait à peine comp-
er
ter jusqu'alors — (les guerres de Napoléon I ) —
quelques-uns de ses enfants isolés, qui, loin de
leur patrie, avaient été initiés aux mystères de la
Maçonnerie; cette secte était presque inconnue
parmi nous. Lorsque l'Inquisition fut détruite, on
ne trouva dans les archives de ce tribunal q u ' u n
très petit nombre des procès relatifs à la Maçonne-
rie, et encore les documents offraient-ils tant
de confusion et des circonstances si vagues et si
discordantes, que l'Inquisition paraissait n'être
point du tout versée dans les causes relatives à la
Maçonnerie. Bien plus, lorsque les prisons du
Saint-OHicc furent ouvertes dans toute l'Espagne,
on n'y trouva que trois individus arrêtés comme
maçons. On doit conclure de tout cela que jus-
qu'en 1 8 1 8 les francs-maçons n'y existaient point
De la Franc-Maçonnerie. j5

comme Société, car, d a n s le cas contraire, ils au-


raient difficilement échappé à la surveillance de
l'inquisition,
« Les apôtres, ou, si Ton veut, les premiers p r o -
pagateurs de cette secte dans la p é n i n s u l e , furent
plusieurs militaires au service de N a p o l é o n , parmi
lesquels les g é n é r a u x L . . . et M... se firent r e m a r -
quer par leur esprit de prosélytisme. Le p r e m i e r
propagea la M a ç o n n e r i e dans l ' A n d a l o u s i e , et le
second d a n s la province de Soria. D'autres m i l i -
taires travaillèrent en m ê m e temps, et réussirent
a l'établir à M a d r i d , ù côté d u t r ô n e éphémère et
usurpé de J o s e p h . E t , soit attrait de la nouveauté,
soit nécessité de se r é u n i r et de resserrer les
nœuds de l'amitié p o u r des h o m m e s q u i avaient
suivi le même p a r t i , on vit a c c o u r i r aux loges les
ministres du roi i n t r u s , des conseillers d'Etat,
des écrivains p o l i t i q u e s , et enfin tous les pre-
miers personnages p a r m i ceux q u i avaient e m -
brassé la cause de la n o u v e l l e d y n a s t i e ; et le
G r a n d - O r i e n t s'établit à M a d r i d , sous la d é n o m i -
nation de S a i n t e - B a r b e ou de Sainte-Eulalie, »
N o u s ne suivrons pas les diverses phases de la
M a ç o n n e r i e en E s p a g n e ; n o u s d i r o n s seulement,
avec l'auteur cité p l u s h a u t , q u e les sociétés secrè-
tes, « maîtresses de t o u s les m o y e n s de c o m m u n i -
cation parmi les m a l h e u r e u x E s p a g n o l s , après
avoir étouffé l ' o p i n i o n p u b l i q u e et les cris des
gens de bien, q u i ne p o u v a i e n t se p l a i n d r e sans
s'exposer a m o n t e r sur l'échafaud, ces sociétés
g o u v e r n a i e n t ou p l u t ô t bouleversaient despotique-
76

ment la p é n i n s u l e , d e v e n u e leur p a t r i m o i n e ; et se
disputant le sceptre de fer qu'elles a v a i e n t en
m a i n , en i n v o q u a n t la liberté, elles faisaient ver-
ser au p e u p l e , à c h a q u e q u e r e l l e , des t o r r e n t s de
l a r m e s et plongeaient les familles dans la d é s o -
lation. »
Q u e l l e était leur d o c t r i n e ? E v i d e m m e n t celle
de Socin et de la M a ç o n n e r i e , en général. A u s s i
D o n F e r d i n a n d V I I , roi de Castille, r a p p e l a n t le
décret d u 6 décembre 1 8 2 3 , p a r lequel il ferme les
loges (ou torres) et proscrit la secte m a ç o n n i q u e ,
s'exprime en ces termes :
« A ceux d é m o n Conseil, e t c . . Sachez q u e p a r
décret royal du 6 décembre de Tannée d e r n i è r e
( 1 8 2 3 ) , je jugeai à p r o p o s de dire à m o n C o n s e i l
q u ' u n e des principales causes d e l à r é v o l u t i o n e n
E s p a g n e et en A m é r i q u e , et u n des ressorts les
plus efficaces employés p o u r favoriserses p r o g r è s ,
ont été les sociétés secrètes q u i , sous différentes
d é n o m i n a t i o n s , s'étaient i n t r o d u i t e s p a r m i n o u s ,
t r o m p a n t la vigilance du g o u v e r n e m e n t , et acqué-
rant u n degré de m a l i g n i t é i n c o n n u dans les pays
d'où elles tiraient l e u r origine primitive. C'est
p o u r q u o i , convaincu q u e , p o u r a p p o r t e r u n
p r o m p t et efficace r e m è d e à cette plaie morale et
politique, il ne suffisait pas de q u e l q u e s d i s p o s i -
tions de nos lois destinées à couper le mal, et q u ' a u
m o i n s il était nécessaire de les c o r r o b o r e r et de
les a p p r o p r i e r aux circonstances dans lesquelles
n o u s n o u s trouvons, en r e d o u b l a n t de p r é c a u t i o n s
p o u r découvrir les susdites associations et l e u r s
De la Franc-Maconnerie. 77

sinistres desseins, je voulus que le Conseil, toute


affaire cessante, s'occupât de celle-ci, en me com-
muniquant ce qu'il jugeait le plus convenable sur
la matière. »
er
L'art. i porte : « Sont prohibées de nouveau et
d'une manière absolue, dans tous mes royaumes
et domaines de l'Espagne et des Indes, toutes les
congrégations de francs-maçons et d'autres socié-
tés secrètes, quels que soient leur dénomination
et leur objet ».
L'art. 1 4 est ainsi c o n ç u : « Les archevêques,
évêques et autres prélats ecclésiastiques,dans leurs
sermons, visites et instructions pastorales, feront
tout ce que leur dictera leur zèle pour le salut
des âmes confiées à leurs soins, pour les détour-
ner de Vhorrible crime de Franc-Maçonnerie, et
d'initiation à toute autre société secrète, en leur
répétant qu'elles sont proscrites par le Saini-
SxcgQ comme véhémentement soupçonnées (Thérésie
et subversives du trône et de Vautel ».
Art. i 5 . Je recommande très instamment au
Conseil de redoubler de zèle et de vigilance sur
les règlements des écoles primaires, etc.
c r
Donné à Sacedon, le i août 1824.
Moi, le ROT.

Evidemment cet acte royal et sa teneur prouvent


que la Maçonnerie savait se cacher en Espagne,
retenue sans nul doute par la crainte, car elle y
avait été introduite, ainsi que nous l'a prouvé
7$ Le Secret

Clavcl; et, de plus, elle y avait montre par des


actes bien connus sa haine contre Jésus-Christ et
son Eglise.
D'ARANDA. — « Le comte d'Aranda, écrivait le
marquis de l'Angle, voyageur avancé dans la phi-
losophie maçonnique, comme on va voir, est le
seul homme peut-être de qui la monarchie espa-
gnole puisse s'enorgueillir a présent: c'est le seul
Espagnol denos j o u r s q u c l a postéritépuisse écrire
sur ses tablettes. C'est lui qui voulait faire graver
sur le frontispice de tous les temples et réunir
dans le même ccusson les noms de Luther, de
Calvin, de Mahomet, de William Pcnn et de
Jésus-Christ. C'est lui qui voulait faire vendre la
garde-robe des saints, le mobilier des vierges, et
convertir les croix, les chandeliers, les patènes,
etc., en ponts, en auberges et en grands chemins. »
{Voyage en Espagne, t. i , p. 1 2 7 . )
« Depuis 1 7 6 4 , raconte l'historien prussien, le
protestant Schœll, le duc de Choiseul avait chassé
de France les Jésuites ; il persécutait cet O r d r e
jusqu'en Espagne. On employa tous les moyens
d'en faire un objet de terreur pour le roi,et l'on y
réussit enfin par une calomnie atroce. On assure
qu'on mit sous ses yeux une prétendue lettre du
Père Ricci, Général des Jésuites, que le duc de
Choiseul est accusé d'avoir fait fabriquer,lcttrepar
laquelle le Général aurait annoncé à son corres-
pondant qu'il avait réussi à rassembler des docu-
ments qui prouvaient incontestablement que
Charles III était un enfant de l'adultère. Cette
79

absurde invention fit une telle impression sur le


roi qu'il se laissa arracher Tordre d'expulser les
Jésuites. » — Voir les Sociétés secrètes, t. n,
p. 7 0 .
Et qui donc arracha cet ordre a Charles III ?
Ce fut d'Aranda, qui voyait seul le roi, écartant
de lui Monino et Campomanès, ses collègues, en
disant: « qu'il jouait sa tête ».
« T o u t à coup les autorités espagnoles, dans
les deux mondes, reçoivent des ordres minutés
dans le cabinet du roi. Ces ordres, signés par
Charles I I I , contresignés par d'Aranda, étaient
munis de trois sceaux. A la seconde enveloppe,
on lisait : Sous peine de mort, vous n'ouvrirez ce
paquet que le 2 avril 1767, au déclin du jour. »
La lettre du roi leur ordonnait, sous peine de
mort, de saisir immédiatement tous les Jésuites et
de les embarquer sur des vaisseaux de guerre.
L'historien anglican Adam donne la même ver-
s i o n q u e Schœll,et il ajoute : « On peut,sans bles-
ser les convenances, révoquer en doute les crimes
et les mauvaises intentions attribués aux Jésuites,
et il est plus naturel de croire qu'un parti ennemi,
non seulement de leur rétablissement comme
corps, mais même de la religion chrétienne, en
général,suscita cette ruine. » [Histoire d'Espagne,
t. 4, p. 2 7 1 . )
Le Père Deschamps ajoute : « Ainsi parle Léo-
pold Ranke, dans son Histoire de la Papauté;
ainsi Christophe de Murr, dans son journal ; il
ajoute que le duc d'Albe fit Paveu, au moment de
So Le Secret

m o u r i r , de cette lettre supposée; ainsi parleSis-


mondi, dans son Histoire des Français; ainsi en-
tin l'Anglais Coxe,dans ton Histoire de VEspagne
sous les rois de la maison de B o u r b o n , p o u r ne
citer que les historiens protestants. »
« E n vain Clément X I I I prit-il la défense des
Jésuites espagnols, comme il avait pris celle des
Jésuites portugais et français, en vain prit-il à
témoin Dieu et les hommes que le corps, l'insti-
tution , l'esprit de la Société de Jésus étaient
i n n o c e n t s ; que cette Société était pieuse, utile et
sainte dans son objet, dans ses lois, dans ses m a -
x i m e s ; en vain déclara-t-il que les actes du roi
contre les Jésuites mettaient évidemment son sa-
lut en danger, et que, quand même quelques r e -
ligieux se seraient rendus coupables, on ne de-
vait pas les frapper avec tant de sévérité sans les
avoir auparavant accusés et convaincus : tout fut
inutile.
« D'après les ordres si rigoureux de Charles I I I
à tous les gouverneurs de ses vastes royaumes, au
jour et a l'heure marqué*, la foudre éclata en
même temps en Espagne, au nord et au midi de
l'Afrique, en Asie, en Amérique et dans toutes
les îles de la domination espagnole. Le secret de
cette expulsion fut si bien gardé que non seule-
ment aucun Jésuite, mais encore a u c u n ministre,
aucun magistrat ne s'en doutait, le jour même où
elle devait arriver. T o u s les vaisseaux de transport
se trouvèrent prêts dans les différents ports indi-
qués. Leurs ordres étaient uniformes : C o m m a n -
De la Franc-Maçonnerie. 81

dcmcnt suprême de la part du roi d'aller jeter les


prisonniers sur les côtes de l'État ecclésiastique,
sans se permettre, sous aucun prétexte , d'en dé-
poser aucun autre part, sous peine de mort. Telle
fut la marche du comte d ' A r a n d a : il la regardait
comme le chef-d'œuvre d'une politique sage et
vigoureuse ; il aimait e n c o r e à e n parler longtemps
après.» — [Les Sociétés secrètes t. n , p. 71.)
9

POMBAL. — E n Portugal, Carvalho, dit P o m -


bal, s'était fait déjà l'instrument des loges maçon-
niques pour persécuter aussi les Jésuites. P o u r
déchristianiser le Portugal, il résolut de le pro-
testantiser, et d'une main plaçant dans les u n i -
versités des professeurs protestants, il faisait tra-
duire et répandre les œuvres de Voltaire,de J.-J.
Rousseau, de Diderot et autres philosophes ma-
çons ; il livrait de l'autre son pays à l'Angleterre,
où il avait commencé par être chargé d'affaires et
affilié, comme Voltaire, aux libres-penseurs.
Le panégyriste de P o m b a l , M. de Saint-Priest,
est obligé de dire lui-même : ce Ennemi du clergé
et des moines, qu'il appelait la vermine la plus
dangereuse qui puisse ronger un État,ditla Biblio-
graphie universelle , il en voulut aux Jésuites
encore plus qu'à l'aristocratie, et ces griefs, l'é-
chafaud dressé d'avance dans son esprit contre les
hidalgues, leur mort ignominieuse, n'avaient été
pour lui q u ' u n moyen. » Un moyen! O u i , un
moyen de plaire aux philosophes maçons qui le
nommaient « leur adepte»: un moyen qui allait
bien à sa nature,, car, disent ses historiens , il
3*
82 Le Secret

était a v a r e , c r u e l et raffiné dans sa v e n g e a n c e .


T e l il se m o n t r a à l'égard des J é s u i t e s . « Ils
étaient divisés en trois p a r t s , dit le P . D e s c h a m p s .
L e s novices et scolastiques des p r e m i e r s v œ u x
étaient s o u m i s p a r P o m b a l , sans a u c u n e o m b r e de
p r o c é d u r e , à t o u s les g e n r e s de p r o m e s s e s , de
m e n a c e s et de v e x a t i o n s p r o p r e s à les a m e n e r au
r e n o n c e m e n t de l e u r v o c a t i o n . Les profès furent
jetés s u r les terres du P a p e , en Italie, avec les
p r e m i e r s , q u i refusèrent en g r a n d e m a j o r i t é d'a-
postasier. E n t a s s é s par c e n t a i n e s dans des n a v i r e s
de c o m m e r c e , exposés à toutes les i n t e m p é r i e s ,
sans p r o v i s i o n s , o ù le p a i n et Peau m a n q u a i e n t ù
dessein, ils furent jetés successivement, p o u s s é s
p a r les v e n t s , d a n s les p o r t s d ' E s p a g n e , où ils
furent a b o n d a m m e n t s e c o u r u s , et enfin à C i v i t a -
Vecchia, o ù ils f u r e n t s a l u é s a v e c a d m i r a t i o n . T r o i s
fois ces t r a n s p o r t s se r e n o u v e l è r e n t ; le d e r n i e r se
c o m p o s a des m i s s i o n n a i r e s amenés de la Cafrerie,
d u B r é s i l , d u Malabar, d c t o u s l c s l i c u x o i i ils r é p a n -
daient la civilisation avec la foi c a t h o l i q u e . S e u -
l e m e n t , plus de deux c e n t s , d o n t p l u s i e u r s F r a n ç a i s ,
Italiens, A l l e m a n d s , furent retenus, p o u r a s s o u v i r
la rage de P o m b a l , d a n s les cachots du T a g c , où
q u a t r e - v i n g t - u n p é r i r e n t de misère et de souf-
france.
« P l u s de cent l a n g u i r e n t d i x - h u i t ans d a n s ces
sépulcres jusqu'à la m o r t du roi, esclave de son
l i b e r t i n a g e et de son m i n i s t r e . U n t r i b u n a l , com-
posé du conseil d'Etat et des h o m m e s les p l u s
r e c o m m a n d a b l e s par leur l u m i è r e et leur intégrité,
De la Franc-Maqonnerie. c

fut charge par le nouveau roi et la nouvelle reine


de revoir la sentence du prétendu attentat contre
le roi, déclarée injuste et sans fondement, et il fut
déclaré à la presque unanimité que les personnes,
tant vivantes que mortes, qui furent justiciées, ou
exilées, ou emprisonnées en vertu de la sentence,
étaient toutes innocentes du crime dont on les
avait accusées. Les fatales prisons s'ouvrirent, et
Ton vit sortir de dessous terre et reparaître parmi
les vivants huit cents personnes crues mortes
depuis longtemps ; c'était le reste de neuf mille
enlevées à l'Etat par la haine, la férocité ou les
soupçons du ministre, sans interrogatoire et sans
jugement. Les Jésuites survivants parurent avec les
autres, à d e m i - n u s , sans autre vêtement que la
paille qui leur servait de lit, le teint livide, le
corps enflé, si faibles pour la plupart qu'ils ne
pouvaient ni marcher, ni presque se soutenir,
plusieurs privés de l'usage de la vue par les ténè-
bres profondes où ils avaient été plongés, quel-
ques-uns enfin les pieds pourris et rongés par les
rats et les insectes. »
C a r v a l h o - P o m b a l fut condamné à restituer des
sommes immenses extorquées sous divers prétex-
tes, et relégué, par considération de son grand âge
et des signatures du feu roi dont il s était fait
garantir, à sa terre de Pombal, où, en 1 8 2 9 , les
Jésuites, rappelés par don Miguel, rendirent les
derniers devoirs à son cadavre, privé jusque-là de
sépulture. Sur ces entrefaites arrivèrent des Indes
dix-neuf caisses à V adresse du marquis de Pombal,
Le Secret

pleines d'argenterie et de pierres précieuses enle-


vées au tombeau de saint François-Xavier , à
Goa, où la reine indignée les fit renvoyer sur-
le-champ. Des confiscations, ou plutôt u n pillage
de ce genre, avaient eu lieu dans toutes les m a i -
sons et églises des Jésuites en Portugal et aux co-
lonies. A Porto, un parent du ministre, chargé de
la saisie, se distingua par sa barbarie et son im-
piété. Il laissa trois Pères m o u r i r misérablement,
faute de médecins et de remèdes. Ajoutant le
sacrilège à l'inhumanité, il fit ouvrir le tabernacle
et vider sous ses yeux le saint ciboire dont il s'em-
para, et qu'il mit dans les balances d'un orfèvre
pour le lui faire peser sur l'autel même.
« Qui croirait, dit l'oraison funèbre du roi J o -
seph, prononcée à Lisbonne en 1777, q u ' u n seul
h o m m e , en abusant d e l à confiance et de l'autorité
du roi, pût, durant l'espace de vingt ans, enchaîner
toutes les langues, fermer toutes les bouches, res-
serrer tous les cœurs, tenir la vérité captive, me-
ner le mensonge en triomphe, effacer tous les
traits de la justice, faire respecter l'iniquité et do-
miner l'opinion publique d'un bout de l'Europe
à l ' a u t r e ? » La Maçonnerie seule peut l'expli-
quer.
Il n o u s s o u v i e n t , q u ' o n nous permette ce souve-
nir,qu'en 1858, passant à Mozambique, nous eûmes
Phonncur d'être accueilli par le gouverneur de
l'île avec une extrême bienveillance. Il avait,
comme palais, la maison et le collège des Pères
Jésuites chassés par Pombal, et j'offris le saint
85

sacrifice de la messe, plusieurs fois, dans leur


chapelle encore pleine de splendeur et de richesse.
Il y avait sur File plusieurs autres églises ; mais
tout y tombait en ruine, là, comme sur les rives
du Zambèse, où la Compagnie de Jésus avait formé
de beaux établissements. Pombal, par sa haine,
condamna ces belles contrées à demeurer sauvages
et barbares. Le travail de civilisation chrétienne,
commencé sur cette côte de l'Afrique orientale
parles Jésuites et les autres religieux, fut arrêté,
comme nous Pavons dit, et c'est à peine s'il est
recommencé depuis quelques années, d'une façon
sérieuse. Voilà le fait d'un homme, mais cet
homme pourrait s'appeler : Légion, car il était
Y adepte de la Maçonnerie, l'ennemi acharné de
Jésus-Christ, qui seul est la vie et la résurrection
des peuples, comme des individus.
CHOISEUL. — Après avoir parlé delà haine de la
Maçonnerie contre le règne de Jésus-Christ,en Es-
pagne et en Portugal, nous ne saurions garder le
silence sur ce qu'elle a fait en France et à Naples
contre la Compagnie de Jésus, appelée à juste titre
Y Avant-garde de V Eglise catholique.
e
Dans son Tableau de Paris, t. v i , 2 partie,
p. 342,etc., de Saint-Victor a écrit cequi suit : « La
faveur de Choiseul, déjà grande, s'accrut, à la
nie
mort de M de Pompadour, de toute celle qu'elle
avait possédée, de manière à ne pas même échapper
au soupçon bien ou mal fondé d'avoir contribué à
hâter le trépas de cette maîtresse dont le pouvoir
était si absolu, et que Louis XV oublia si facile-
86

ment. Sans en avoir le titre, il obtint tous les pou-


voirs de premier ministre, les h o n n e u r s qu'il vou-
lut, les richesses qu'il lui plut d'accumuler, et n'y
devint que plus acharné contre les Jésuites, qu'il
avait des motifs particuliers de haïr, motifs que
l'on a cru fort différents de ceux qu'il faisait pu-
bliquement valoir.
« Lié avec les chefs du parti philosophique,
dont il était le disciple, poussé par eux et par une
perversité égale à la leur, cet h o m m e , devenu le
maître de la France, avait conçu le projet insensé
— et des lettres de sa main enfont foi — de dé-
truire dans le monde entier l'autorité du Pape et
d e l à religion catholique. Or, l'entière destruction
d'un ordre religieux si fortement constitué, e t q u i ,
répandu dans les deux hémisphères, soutenait et
propageait de toutes parts la pureté de la foi et la
plénitude de cette autorité apostolique, devenait
la condition première d'un semblable projet : il
s'y porta donc de toute l'activité de son esprit
nourri d'intrigues et de fraudes.»
Quant aux Parlements, on trouve aussi leur
brevet d'affiliation maçonnico-phitosophique dans
la correspondance de Voltaire et d'Alembert, dans
les pèlerinages à Fcrney des conseillers et maîtres
des requêtes, et dans les nombreuses lettres aux
principaux membres de ces cours, aurions-nous pu
dire, s'il eut été nécessaire d'ajouter quelque chose
aux notes premières.
« Les plus dangereux ennemis des Jésuites, dit
M. de Saint-Victor, ceux qui pouvaient servir le
De la Franc-Maçonnerie. 8y

plus efficacement la vengeance de la favorite (au


sujet de l ' a b s o l u t i o n q u ' i l s lui avaient refusée si
elle ne quittait la cour) étaient d a n s le P a r l e m e n t .
Nous avons vu q u e là était le foyer du jansé-
nisme, et q u e la secte p h i l o s o p h i q u e y avait aussi
ses partisans. »
Les Jésuites, finalement, furent chassés de leurs
collèges, c o n d a m n é s par les P a r l e m e n t s à une fai-
ble majorité, sans e n q u ê t e , sans défense, sans té-
moins e n t e n d u s , sans être interrogés e u x - m ê m e s ,
ainsi que cela s'était fait en P o r t u g a l : ils furent
proscrits en masse et i n d i v i d u e l l e m e n t c o m m e J é -
suites ; leurs biens, fondations catholiques de leurs
collèges ou de l e u r s m a i s o n s faites par eux-mêmes
ou l i b r e m e n t p a r des c a t h o l i q u e s , furent confis-
qués; c'est la j u r i s p r u d e n c e m a ç o n n i q u e qui s'é-
tablit et q u i bientôt s'appliquera en grand à tous
les prêtres et a u x biens c a t h o l i q u e s , ù tous les no-
bles et à la famille royale elle m ê m e . Quatre mille
religieux qu'il avait plu à ce tyran en simarre de
placer entre l e u r conscience et la faim furent ar-
rachés à leur famille, à l e u r pays, et forcés d'aller
mendier l e u r pain dans u n e terre étrangère. » {Les
Sociétés secrètes, t. n, p. 64.)
TANNUCCI.—Tannucci, aussi ennemi des J é s u i -
tes q u e du S a i n t - S i è g e et de la religion, sur l'or-
dre de C h a r l e s I I I , q u i l'avait laissé ministre sou-
verain de son fils, roi de Naples, copia en tout le
ministre d ' A r a n d a . E n A u t r i c h e , Marie-Thérèse,
gagnée après de l o n g u e s résistances par son fils
Joseph I I , q u i venait d'être aussi initié aux loges
Le Secret

maçonniques, à nos mystères, écrivait G r i m m à


Voltaire, céda elle-même en pleurant. Désormais,
les instituteurs chrétiens étaient bannis de l'Eu-
rope : la philosophie pourrait à son aise donner
renseignement qui allait préparer la Révolution.
A propos de la Révolution, citons encore le
témoignage d'un franc-maçon, qu'on peut, ici,
croire sur parole. « Il importe, dit M. Louis
Blanc, d'introduire le lecteur dans la mine que
creusaient alors sous les trônes, comme sous les
autels, des révolutionnaires bien autrement p r o -
fonds et agissants que les Encyclopédistes; une
association composée d'hommes de tous pays, de
toute religion, de tout rang, liés entre eux par
des conventions symboliques, engagés sous la foi
du serment à garder d'une manière inviolable le
secret de leur existence intérieure, soumis à des
épreuves lugubres, s'occupant de fantastiques cé-
rémonies, mais pratiquant d'ailleurs la bienfai-
sance et se tenant pour égaux quoique répartis
en trois classes, apprentis, compagnons et m a î t r e s :
!
c cst en cela que consiste la Franc-Maçonnerie.
Or, à la veille de la Révolution française, la
Franc-Maçonnerie se trouvait avoir pris un déve-
loppement immense; répandue dans l'Europe en-
tière, elle secondait le génie méditatif de l'Alle-
magne, agitait sourdement la France, et présen-
tait partout l'image d'une société fondée sur des
principes contraires à ceux de la société civile. »
Remarquons bien ce que dit M. Louis Blanc, si
nous voulons comprendre jusqu'à quel point le
*9

règne de Jésus-Christ sur la terre était menacé, à


rhenre où la Révolution allait éclater. Ce n'est
pas seulement la France qu'elle agitait, mais l'Eu-
rope tout entière. Que dis-je ! le monde était
en puissance de Maçonnerie. T o u s les délé-
gués des loges étaient venus, en 1 7 8 1 , à W i l h e m s -
bad, de toutes les contrées de l'univers : l'Europe,
l'Afrique, l'Amérique, l'Asie, les plus lointains
rivages où avaient abordé les navigateurs, apôtres
zélés de la Maçonnerie,tous ces pays avaient voulu
être représentés à ceconvent sans pareil dans l'his-
toire de la secte, et tous ces députés, désormais pé-
nétrés de l'illuminisme de Weishaupt,dont la doc-
trine n'est pas autre que le panthéisme de Spinosa,
c'est-à-dire l'athéisme, étaient retournés vers ceux
qui les avaient envoyés et leur avaient versé le poi-
son de l'incrédulité religieuse avec une ardeur que
les orateurs du couvent avaient surexcitée en eux.
L'Europe et le monde maçonnique étaient donc
armés contre le catholicisme. Aussi,quand le signal
du combat fut d o n n é , le choc fut terrible, terrible
surtout en France, en Italie, en Espagne, chez les
nations catholiques que Ton voulait séparer du
Pape et jeter dans le schisme, en attendant qu'on
pût achever de les déchristianiser. C'est bien là ce
que prouvent la captivité de Pie VI et de Pie V I I ,
les cardinaux dispersés, les évêques arrachés à
leurs sièges, les pasteurs séparés de leurs trou-
peaux, les congrégations religieuses détruites, les
biens de l'Eglise confisqués,les églises renversées,
les couvents changés en casernes, les vases sacrés
90

voles et fondus par le sacrilège avide , les cloches


changées en monnaie ou en canons, les échafaùds
dressés de toutes parts,et les victimes par milliers,
par hécatombes,choisies surtout dans le clergé ; en
u n mot, toutes les horreurs de ce qu'on appelle :
la Révolution, et surtout le crime qui était la tin
qu'elle se proposait , et le grand mobile de
ses actions : le Christ jeté à bas de ses autels
pour y être remplacé par la Raison. Ce jour-
là, les disciples de Socin, les maçons enten-
dus, crurent que leur maître triomphait ; et, en
effet, il avait le triomphe que Dieu laisse a Ter-
reur, et qui consiste en des ruines morales et ma-
térielles amoncelées par l'abus de la liberté h u -
maine, par la liberté devenue folle indépendance
et changée en furie satanique ; spectacle étrange
et mystérieux, où l'on voit se briser tous les liens
qui unissent les hommes, et les hommes s'entr'égor-
ger, en attendant que, lassés de carnage, de désor-
dre, de débauche et d'impiété, ils rappellent parmi
eux l'Etre suprême, leur Créateur et leur père,
qui revient a ses prodigues, avec son pardon et son
a m o u r infini, avec la paix des a m e 3 , l'honneur des
familles, le bonheur et la prospérité des nations.
Qui donc, encore une fois,a fait la Révolution ?
Ce n'est pas nous qui répondrons ; la réponse sera
faite, ce coup-ci, par un maçon illustre dont la
voix s'unira a celle de M.Louis Blanc : Lamartine.
Le 10 mars 1848, le suprême Conseil du rit
écossais alla féliciter le Gouvernement provisoire,
et L-imirtine lui répondit : « Je suis convaincu
9*

que c'est d u fond de v o s loges q u e sont émanés


d'abord dans l ' o m b r e , p u i s d a n s le demi-jour et
cntin en pleine l u m i è r e , les sentiments qui o n t
fini par faire la s u b l i m e explosion dont n o u s
avons été t é m o i n s en 1 7 8 9 , et dont le peuple de
Paris vient de d o n n e r au m o n d e la seconde et, j ' e s -
père, la dernière r e p r é s e n t a t i o n , il y a peu de jours.»
Lamartine n'était ni p h i l o s o p h e , ni prophète : il
était poète. S'il avait été p h i l o s o p h e , dans le sens
vrai du m o t , il a u r a i t su q u e les mêmes principes
produisent les m ê m e s conséquences. Il aurait e n -
trevu les r é v o l u t i o n s q u i o n t ensanglanté et b r û l é
Paris ; sans m ê m e être prophète, il aurait a n n o n c é
que la parole est u n e semence q u i produit fatale-
ment des fruits selon s o n espèce, et q u e les parla-
geux de 1848 deviendraient les communards de
favenir, s u r t o u t si o n laissait les semeurs, façon-
nés p a r l e s loges, c o n t i n u e r l e u r œ u v r e contre la
religion, les g o u v e r n e m e n t s et la p r o p r i é t é .
Ce regard jeté en avant n o u s montre q u e la
Maçonnerie n'est pas restée sous les ruines qu'elle
avait faites e l l e - m ê m e ; q u ' e l l e n'a rien c o m p r i s
en face des m a l h e u r s d o n t elle a couvert, soit la
France et l ' E u r o p e , où elle s'est établie avec les
armées t r i o m p h a n t e s de N a p o l é o n , soit le m o n d e
entier, qu'elle a s o u l e v é , p a r l e combat contre Dieu
et l'autorité.
E n effet, nos Sociniens m o d e r n e s n'ont pas dés-
e r
armé. A p r è s avoir chassé N a p o l é o n I , q u i , ne
voulant pas se s o u m e t t r e , fut obligé de se d é m e t -
tre, ils r e c o m m e n c è r e n t l e u r guerre a n t i c h r é -
t)2 Le Secret

tienne au fond de leurs loges. P u i s , ils agirent


sur l'opinion publique, dont on sait la puissance
tyrannique, et ils jetèrent tant de discrédit sur la
religion, qu'il était rare, vers i83o, de voir des
h o m m e s dans les églises. Ils s'emparèrent, comme
toujours, de l'enseignement, afin de propager dans
les esprits le libéralisme maçonnique, sous le nom
de: Liberté de conscience. On n'a pas assez re-
marqué la parenté qui existe entre le libéralisme
et la Franc-iMaçonnerie, qui est iïlie du libre exa-
men protestant. Maçons et libéraux ne sont tels
que pour avoir abandonné le magistère infaillible
de PEglisc catholique et avoirpris leur propre rai-
son pour guide.
Puis, la secte ne craignit pas de déverser à flots
les doctrines fausses etdc l'Eclectisme,qui mit en si
grand honneur le Mahométisme, et du Panthéisme
de Spinosa ou d'Averroès. Elle s'acharna a propa-
ger les divers systèmes, plus faux les uns que les
autres, concernant la propriété, résumés par Prou-
dhon en ces mots : La propriété c'est le vol ; en-
fin elle prépara de nouvelles attaques contre le
catholicisme.
CONGRUS DEVKROXE. — a E n 1822, dit le P . Des-
champs, les sociétés secrètes venaient de faire ex-
plosion en Espagne, à Naples, dans le Piémont,
par autant de mouvements révolutionnaires ; les
souverains, pour garantir et leurs couronnes et la
vraie liberté parmi leurs peuples, s'étaient réunis
en congrès dans la ville de Vérone, Ce fut alors
que le comte de Haugwitz, ministre du roi de
De la Franc-Maçonnerie. $3

Prusse, qu'il accompagnait, fit part à l'auguste as-


semblée d'un rapport où il disait: « Arrivé à la tin
de ma carrière, je crois qu'il est de mon devoir de
jeter un coup d'oeil sur les sociétés secrètes dont
le poison menace l'humanité aujourd'hui plus que
jamais. Leur histoire est tellement liée à celle de
ma vie, que je ne puis m'empécher de la publier
encore une fois et de vous en donner quelques dé-
tails.
« Mes dispositions naturelles et mon éducation
avaient excité en moi un tel désir de la science que
je ne pouvais me contenter des connaissances ordi-
naires, je voulais pénétrer dans l'essence même
des choses ; mais l'ombre suit la lumière; ainsi
une curiosité insatiable se développe en raison
des nobles efforts que l'on déploie pour pénétrer
plus avant dans le sanctuaire de la science. Ces
deux sentiments me poussèrent dans la société des
francs-maçons.
« On sait combien le premier pas qu'on fait dans
l'ordre est peu de nature à satisfaire l'esprit. C'est
là précisément le danger qui est à redouter pour
l'imagination si inflammable de la jeunesse. A
peine avais-je atteint ma majorité que déjà non
seulement je me trouvais à la tête de la Maçonne-
rie, mais encore j'occupais une place distinguée
au chapitre des hauts grades. Avant de pouvoir
me connaître moi-même, avant de comprendre la
situation où je m'étais témérairement engagé, je
me trouvais chargé de la direction supérieure des
réunions maçonniques d'une partie de la Prusse,
94

de la Pologne et de la Russie. La Maçonnerie était


alors divisée en deux partis dans ses travaux'se-
crets. Le premier plaçait dans ses emblèmes l'ex-
plication de la pierre philosophale ; le déisme et
même Y athéisme étaient:1a religion de ses sectai-
res ; le siège centrai de ses travaux était à Berlin,
sous la direction du docteur Zinndorf.
« Il n'en était pas de même de l'autre parti,
dont le prince F . de Brunswick était le chef ap-
parent. En lutte ouverte entre eux, les deux par-
tis se donnaient la main pour parvenir à la domi-
nation du monde ; conquérir les trônes, se servir
des rois comme de Y ordre , tel était leur but. Il
serait superflu de vous indiquer de quelle ma-
nière, dans mon ardente curiosité, je parvins à
devenir maître du secret de P u n e t d e l'autre parti;
la vérité est que le secret des deux sectes n'est
plus un mystère pour moi. Ce secret me révolta.
« Ce fut en 1 7 7 7 que je me chargeai de la di-
rection d'une partie des loges prussiennes, trois ou
quatre ans avant le convent de Wilhcmsbad et l'en-
vahissement des loges par r i l l u m i n i s m e ; mon
action s'étendit même sur les frères dispersés dans
la Pologne et la Russie. Si je n'en avais pas fait
moi-même l'expérience, je ne pourrais donner
moi-jTiême d'explications plausibles de l'insou-
ciance avec laquelle les gouvernements ont pu
fermer les yeux sur un tel désordre, u n véritable
status in statu (Etat dans l'Etat) ; non seulement
les chefs étaient en correspondance assidue et
employaient des chiffres particuliers, mais encore
De la Franc-Maçonnerie. g5

ils s'envoyaient r é c i p r o q u e m e n t des émissaires.


Exercer u n e influence d o m i n a t r i c e sur les t r ô n e s
et les s o u v e r a i n s , tel était n o t r e b u t . . .
« J ' a c q u i s alors la ferme conviction q u e le
drame c o m m e n c é en 1 7 8 8 et 1 7 8 9 , LA RÉVOLU-
TION FRANÇAISE, LE RÉGICIDE AVEC TOUTES SES HOR-
REtîRs,non seulement y avaient été résolus alors,
mais encore étaient le résultat des associations et
des serments..., etc.
« De tous les c o n t e m p o r a i n s de cette é p o q u e , il
ne m'en reste q u ' u n s e u l . . . M o n p r e m i e r soin fut
de c o m m u n i q u e r à G u i l l a u m e I I I toutes mes dé-
couvertes. N o u s a c q u î m e s la conviction que t o u -
tes les associations maçonniques > depuis la plus
modeste j u s q u ' a u x grades les p l u s élevés, ne peu-
vent se p r o p o s e r q u e exploiter les sentiments
religieux, d? exécuter les plans les plus criminels,
et de se servir des p r e m i e r s c o m m e manteaux
pour c o u v r i r les seconds.
« Cette c o n v i c t i o n , q u e S. A . le prince G u i l -
laume partagea avec m o i , m e fit p r e n d r e la ferme
résolution de r e n o n c e r a b s o l u m e n t à la M a ç o n -
nerie... »
Le congrès de V é r o n e , éclairé sans doute p a r ce
noble aveu de M . de H a u g w i t z , prit des m e s u r e s
en c o n s é q u e n c e , s u r t o u t en ce qui regarde la
Russie et l ' A u t r i c h e , a A l e x a n d r e , dont les Illu-
minés axaient pu surprendra la bonne foi à cer-
tains m o m e n t s , é t a i t c o m p l è t e m e n t éclairé sur leurs
vraies m e n é e s . A u lieu de protéger la M a ç o n n e r i e ,
comme en 1807, il la p r o s c r i v i t a b s o l u m e n t en
f)b Le Secret

1 8 2 2 ; au lieu d'expulser les Jésuites comme en


1 8 1 6 , il se rapprochait tous les jours du catholi-
cisme, et il envoya, en 1 8 2 4 , son aide de camp,
le général Miehaud, au Saint-Père pour préparer
le retour de la Russie a la grande et véritable
unité chrétienne. Sa mort mystérieuse ( 1 8 2 5 } à
Taçanro:; doit-elle être attribuée aux sociétés
secrètes, qui avaient toujours conservé des afli-
dés parmi son entourage? Il y a là u n mystère
qui ne sera peut-être jamais éclairci ; mais on
doit constater qu'immédiatement après sa mort
éclata une insurrection contre Nicolas, son suc-
cesseur désigné, à ce cri de constitution , qui
était alors le mot d'ordre des sociétés secrètes
dans tous les pays. Il fut établi qu'elle avait été
préparée de longue main, dès 1 8 1 9 , par une so-
ciété modelée sur celle des Carbonari et appelée
les Esclavoniens-Unis. Un écrivain bien informé
sur ces événements ailirme que cette société avait
eu, comme toutes les sectes particulières, sa base
d'opération dans les loges maçonniques, qui s'é-
taient dissoutes seulement en apparence. » (Les
Sociétés secrètes, t. n, p. 2 4 2 . )
Carbonari.— Les Carbonari, dont il vient d'être
question, formaient, en qualité de Charbonniers,
la Haute-Vente, expressions employées, comme
celle de maçons, pour cacher la nature et le but
de la société, qui n'était autre que la continua-
tion de Tordre maçonnique, tel qu'il existait avant
la grande Révolution. Elle se composa d'abord de
quelques grands seigneurs corrompus et de Juifs.
97

« A s s u r é m e n t , dit le P è r e Deschamps, tous les


francs-maçons étaient loin d'être des Carbonari,
mais ils n ' e n c o n c o u r a i e n t pas moins au m ê m e
dessein; car. i ° les loges, par u n e première initia-
tion, p r é p a r a i e n t le p e r s o n n e l où ils se recrutaient :
ainsi, d'après la c o n s t i t u t i o n de la Carbonara —
Charbonnerie — italienne , les francs-maçons,
quand ils d e m a n d a i e n t à être initiés, étaient dis-
pensés d u p r e m i e r grade, q u i est celui d ' a p p r e n t i ,
pour a r r i v e r à ceux de c o m p a g n o n s et de maîtres,
qui existent dans t o u s les rites ; 2° elles facili-
taient les d é m a r c h e s de l e u r s m e m b r e s ; et enfin,
par la direction donnée au grand troupeau de sots
enrégimenté d a n s les loges, elles formaient ce
poids irrésistible de Vopinion publique d'où sor-
taient des élections q u i acculaient la m o n a r c h i e
dans u n e charte, dans u n e impasse à laquelle u n
coup d'Etat offrait seul u n e issue. »
« Les loges avaient été, dit le Siècle, le berceau
et la pépinière de la célèbre société àesCarbonari,
laquelle m i t en d a n g e r la R e s t a u r a t i o n et c o n t r i -
bua dans u n e si large p r o p o r t i o n à la renaissance
du parti r é p u b l i c a i n . »
J e a n W i t t , S u é d o i s , a écrit : « Les Carbonari t i -
rent l e u r véritable o r i g i n e d e la F r a n c - M a ç o n n e r i e .
Aussitôt q u e N a p o l é o n p a r v i n t au trône, il d é t r u i -
sit (?), en la favorisant, u n e association qui avait d u
danger p o u r l u i . E l l e p e r d i t ainsi son indépen-
dance, et devint u n e institution de police q u i ne
servit q u ' à s u r p r e n d r e les sentiments des adeptes
dont elle se composait. A l o r s s'assemblèrent les
3**
Le Secret

Francs~Maçons qui tenaient e n c o r e p o u r la défunte


R e p u b l i q u e ; ils formèrent (dans le sein de la Ma-
ç o n n e r i e ) u n e a u t r e affiliation. B e s a n ç o n était le
q u a r t i e r général de ces m a ç o n s charbonniers (ou
b o n s - c o u s i n s ) et maçons philadelphcs. Le colonel
O u d e t était l e u r chef; la p l u p a r t des m e m b r e s
étaient des militaires ; ceux-ci p r o p a g è r e n t Tordre
d a n s le P i é m o n t et dans les Etats s e p t e n t r i o n a u x
de r i t a l i c . Ce ne fut q u e b e a u c o u p p l u s tard q u ' i l
s'établit d a n s le sud de la p é n i n s u l e , où, favorisé
par Pex-gouvcrncment ( M u r â t ) , il se r é p a n d i t avec
r a p i d i t é . O n établit en 1 8 0 9 , à C a p o u e , la pre-
mière Vendita, q u i fut en m ê m e t e m p s la p r i n c i -
p a l e . » N o t o n s q u e ce J e a n W i t t était i n s p e c t e u r
g é n é r a l et m a ç o n élevé de tous les rites.
La H a u t e - V e n t e était en pleine activité sous la
R e s t a u r a t i o n , dès 1 8 1 9 , deux ans avant l'assassi-
nat du duc de B e r r y , et q u o i q u e « son p r i n c i p a l
objectif-fût la destruction de la puissance spiri-
tuelle de V Eglise, on voit par la c o r r e s p o n d a n c e
de ses m e m b r e s qu'elle se ramifiait à P a r i s , à
V i e n n e , à L o n d r e s , en Suisse, à B e r l i n , où elle
avait des afîidés très h a u t placés. E l l e p o u s s a i t
activement au r e n v e r s e m e n t du roi C h a r l e s X et
de la dynastie. (Les Sociétés secrètes, 1.11, p. 2 4 4 . )
Aussi ne faut-il pas s'étonner q u ' u n e fois la r é -
volution de J u i l l e t faite, D u p i n l'aîné, u n h a u t
maçon de la loge des Trinosophes, disciple de
R a g o n , ait pu dire : « Ne croyez pas que trois
jours aïeul tout fait. Si la révolution a été si
p r o m p t e et si subite, c'est qu'elle n'a pris personne
99

au dépourvu... Mais nous l'avons faite en quelques,


jours, parce que nous avions une clé à mettre à la
voûte, et que nous avons pu immédiatement sub-
stituer un nouvel ordre de choses complet à celui
qui venait d'être détruit ». (Ibid.)
« Pendant les dix-huit années où se déroula le
gouvernement de Juillet, écrit le Père Deschamps,
les sociétés secrètes continuèrent leur oeuvre de
L

destruction de la Papauté et préparèrent ïaRépu-


blique universelle.
« Deux courants se dessinèrent bientôt parmi
les hommes qui poursuivaient l'asservissement de
l'Eglise
ie et voulaient modérer la marche d e <l à Revo- „
lution à leur profit, la fixer dans des gouverne-
ments constitutionnels : c'était la politique de la
Haute-Vente, des révolutionnaires aristocrates
qui avaient conduit le mouvement de 1 8 1 5 et les
insurrections de 1 8 2 1 . De l'autre étaient les hom-
mes nouveaux qui, par delà la destruction de
1 Eglise, voulaient idéaliser légalité de fait et pré-
parer les voies au socialisme par la République
universelle. »
Le lecteur lira avec plaisir, et aussi avec profit,
une page de l'histoire universelle de l'Eglise ca-
tholique, par l'abbé Rohrbacher, si connu et si
apprécié, concernant la question des Carbonari.
En outre, cette lecture sera comme une confirma-
tion de plusieurs aperçus déjà placés par nous sous
les yeux de nos lecteurs.
« Les sociétés secrètes, écrit l'illustre historien,
qui ne se forment que pour détruire la société
ioo Le Secret

publique, principalement la société universelle,


autrement 1'Eglise catholique, réunissent toujours
les deux ou trois caractères de Satan : le mensonge,
Phomicide, l'impureté. Il y en a deux principales
de nos j o u r s , la secte des francs-maçons et la
secte des Carbonariou Charbonniers. La première,
née en Angleterre sous le protestant et régicide
Cromwell, en a importé l'esprit en France et dans
le reste de l'Europe. Plusieurs princes, par anti-
pathie contre la société universelle du catholi-
cisme, ont favorisé un ennemi de la société publi-
que et des trônes. La seconde secte, les Carbonari,
qui a le même but, s'est formée parmi les Italiens
sous le prétexte de procurer la liberté de l'Italie.
Le chef actuel est un carbonaro génois, l'avocat
Joseph Mazzini, qui lui a donné une nouvelle
forme sous le nom de Jeune Italie, laquelle ne
devait être qu'une branche de la Jeune Europe. La
Jeune Italie diffère du carbonarisme, quant aux
principes religieux. Les Carbonari professent l ' i n -
différence en matière de religion, ou plutôt le
matérialisme voltairien. L'avocat Mazzini, au
contraire, fait parade d'une certaine religion poli-
tique, d'un panthéisme protestant, qui se trouve
affiché dans son ouvrage : Devoirs de Vhomme.
« Dieu, dit-il, existe parce que nous existons. Il
est dans notre conscience, dans la conscience de
l'humanité, dans l'univers qui nous entoure...
Vous l'adorez, même sans le nommer, toutes les
fois que vous sentez votre vie et la vie des person-
nes qui sont autour de vous... L'humanité est le
De la Franc-Maçonnerie. loi

verbe vivant de D i e u . . . D i e u s'incarne successi-


vement dans l ' h u m a n i t é . » Cette hérésie ou i m -
piété est déjà vieille. C'est l'ancien g n o s t i c i s m e ,
l'ancienne idolâtrie des païens, qui confond Dieu
avec la créature et la c r é a t u r e avec D i e u . C'est le
panthéisme i d o l â t r i q u e de l ' I n d e , le panthéisme
prussien ou protestant i m p o r t é de nos j o u r s en
France par Victor C o u s i n . C'est la cent m i l l i è m e
répétition de ce p r e m i e r m e n s o n g e du p r e m i e r
s o p h i s t e : N o n , n o n , v o u s ne m o u r r e z pas de m o r t
en m a n g e a n t du fruit q u e Dieu v o u s a d é f e n d u ;
au. c o n t r a i r e , v o u s serez c o m m e des dieux, sachant
le bien et le m a l .
« L o r s q u e Mazzini et ses pareils s u p p r i m e n t la
divinité de J é s u s - C h r i s t et qu'ils l'appellent s i m -
plement u n grand h o m m e , u n p h i l o s o p h e , ils ne
sont q u e l'écho de M a h o m e t et de l'Antéchrist...
« E n q u o i Mazzini et les nouveaux sectaires ne
s'accordent pas m o i n s avec le faux prophète de la
Mecque, c'est d a n s le second caractère de Satan
d'être h o m i c i d e . . . L ' a n n é e 1835 , u n é t u d i a n t
n o m m é L e s s i n g f u t assassiné à M u n i c h . P l u s tard,
q u a t r e réfugiés i t a l i e n s , q u i v o u l a i e n t bien c o m -
battre contre les princes d'Italie, n'acceptaient pas la
d o c t r i n e s a n g u i n a i r e de la secte M a z z i n i e n n e , et
s'en étaient e x p l i q u é s o u v e r t e m e n t . Le t r i b u n a l
secret s'assemble à Marseille sous la présidence
de Mazzini , c o n d a m n e deux des q u a t r e aux
verges et aux galères, et les deux autres à mort.
C o p i e de ce j u g e m e n t fut saisieetexiste. Les c o n -
d a m n é s étant d o m i c i l i é s à R h o d e z , la pièce por-
¥
3* *
102

tait comme chapitre additionnel : Le président de


Rhodez fera choix de quatre exécuteurs de la p r é -
sente sentence, qui en demeureront chargés dans
le délai de rigueur de vingt jours : celui qui s'y
refuserait encourrait la mort ipso facto. Quelques
jours après, l'un des condamnés, M. E m i l i a n i ,
passant par les rues de Rhodez, est attaqué par six
de ses compatriotes, qui lui portent des coups de
poignards et se sauvent. Les assassins sont arrêtés
et condamnés par le jury français à c i n q a n s d e
réclusion. M. Emiliani , tout maladif encore,
sortait de la Cour d'assises avec sa femme, lorsque
lui et sa femme sont poignardés, à mort, par un
nommé Saviali, qui ne fut arrêté qu'avec peine.
L'assassin, jugé et condamné, porta la peine de
son crime. Quant à Mazzini, ajoute l'auteur que
nous citons, rentré en Suisse, comme le tigre ren-
tre dans sa caverne, après une scène de carnage,
il se remet froidement à son œuvre de destruc-
tion sociale. » {Guerre et révolution d'Italie en
1S4S et i$4f), par le comte Edouard Lubienski,
p. 4 0 - 4 4 . )
Disons que l'avocat Mazzini ne se cachait pas
pour déclarer que la société par lui instituée avait
pour but « la destruction indispen?ablc de tous
les gouvernements de la péninsule, afin de former
un seul Etat del'Italie ».— Art. 2. « En raison des
maux dérivant du régime absolu et de ceux plus
grands encore des monarchies constitutionnelles,
nous devons réunir tous nos efforts pour consti-
tuer une république une et indivisible. » R o h r -
De la Franc-Maconnerie. io3

bâcher ajoute : « Quelle sera donc la forme de la


république mazzinienne » ? Un autre chef socia-
liste, Riceiardi, nous l'apprend : « Pour conduire
le peuple, dit-il, il ne s'agit pas d'une assemblée
populaire, flottante, incertaine, lente a délibérer ;
mais il faut une main de fer, qui seule peut ré-
genter un peuple jusqu'alors accoutumé aux di-
vergences d'opinions, à la discorde, et, ce qui est
plus encore, u n peuple corrompu, cnervé, avili
par Vesclavage. »
Si le pape Grégoire XVI n'a pas été poignardé
avec d'autres prêtres, le même Ricciarci nous en
donne la raison. « Je crois, d i t - i l ^ crois que no-
tre cause sainte serait tachée par l'assassinat d'un
vieillard; outre qu'il ne suffirait pas d'étouffer le
Pape, il faudrait assassiner jusqu'au dernier car-
dinal, jusqu'au dernier prêtre, jusqu'au dernier
religieux de tout l'univers catholique. » Plus
loin, le même socialiste ajoute : « La plante fu-
neste née en Judée n'est arrivée à ce haut point de
croissance et de vigueur que parce qu'elle fut
abreuvée de flots de sang. Si vous désirez qu'une
erreur prenne racine parmi les hommes, mettez-y
le fer et le feu ! Voulez-vous qu'elle t o m b e ? . . .
faites-en l'objet de vos moqueries ».
On le voit, charbonniers ou maçons, ils ont tous
au cœur la haine de Jésus-Christ : c'est leur se-
cret à tous.
Dans son ouvrage : VEglisc romaine en face de
la Révolution, Crétineau-Joly, à propos de la
Haute-Vente, nous parle d'un comité formé d'une
io4 Le Secret

quarantaine de membres, préside' par u n jeune


homme admirablement apte au rôle de conspira-
teur, et qui était parvenu à se saisir de la direc-
tion générale de la Haute-Vente, en dehors de
Mazzini. Ce jeune h o m m e avait pris, suivant la
coutume des illuminés, un nom maçonnique,'qui
était Nubius. Son but était, à lui aussi, la des-
truction du christianisme. Il disait que le meil-
leur poignard pour frapper l'Eglise catholique au
cœur, c'était la corruption. Dépraver le prêtre, la
femme et Venfant, telle était la tactique de N u -
bius, et l'on voit que certains parmi nous s'en
souviennent. Cependant Mazzini , éloigné de
Rome, où était le siège dudit comité, voyait ve-
nir des ordres jusqu'à lui, sans qu'il en pût con-
naître la source. Il résolut de pénétrer le mystère
et finit par découvrir l'existence du comité ; mais
lorsquePaolo, ami de N u b i u s , ht part à celui-ci du
désir qu'avait Mazzini d'être admis dans ce conseil
le président répondit qu'on n'avait pas besoin de
Mazzini avec ses poisons et ses poignards, et lui
fit envoyer un refus formel.
« Sur ces entrefaites, dit Crétineau-Joly, N u -
bius fut atteint d'une de ces fièvre lentes qui con-
sument par une prostration graduée. O r d i n a i r e -
ment l'art ne peut ni les guérir, ni les expliquer.
Cette maladie venue si à propos avait sa raison
d'être. Les complices de Nubius n'en recherchè-
rent point la cause. Ils savaient depuis longtemps
que, dans les sociétés secrètes, la surdité com-
mande au mutisme, et qu'il vient encore des let-
De la Franc-Maqonnerie. 10S

très de C a p r é e , c o m m e au t e m p s de T i b è r e et de
Séjan. N u b i u s frappé d ' i m p u i s s a n c e et ses amis
de t e r r e u r , les sociétés secrètes n'avaient plus à
redouter u n e action i n d é p e n d a n t e . » C'est p o u r -
quoi le comité t o u t entier d i s p a r u t , et Mazzini
put ressaisir l u i - m ê m e la direction des loges.
LOUIS-PHILIPPE. — C e n'était pas seulement en
Italie q u ' o n t r o u v a i t des c o m p l o t s contre la P a -
pauté ;en F r a n c e et s u r t o u t en Angleterre,le P a p e -
Roi était l'objet p r i n c i p a l en butte à la haine des
sociétés secrètes.
« L o u i s - P h i l i p p e , dit le P . D e s c h a m p s , qui
n'avait m é c o n n u la M a ç o n n e r i e active que dans la
crainte de voir se t o u r n e r à la fois contre lui les
puissances légitimes et les plus avancées des sociétés
secrètes e l l e s - m ê m e s , v o u l u t d o n n e r à ces d e r -
nières q u e l q u e satisfaction, sans r o m p r e cepen-
dant ostensiblement avec l ' E u r o p e m o n a r c h i q u e .
Bien convaincu, par sa p r o p r e expérience, q u e les
plaintes mises en avant par le c a r b o n a r i s m e
italien p o u r justifier son i n s u r r e c t i o n n'étaient
que des prétextes, il eut l'air de les p r e n d r e au
sérieux devant les c o u r s et les peuples. A p p u y é ,
ou plutôt dirigé par l'Angleterre et P a l m e r s t o n ,
chef s u p r ê m e des sociétés secrètes, et p e n d a n t
longtemps m i n i s t r e t o u t - p u i s s a n t dans son pays,
il entraîna dans cette c a m p a g n e d i p l o m a t i q u e les
ministres francs-maçons conservateurs de l ' A u -
triche, de la P r u s s e et de la R u s s i e . Ils osèrent
bien tous e n s e m b l e d e m a n d e r des réformes au
S o u v e r a i n Pontife. »
jo6 Le Secret

« L ' E u r o p e consternée tremble devant la R é v o -


l u t i o n , a écrit F a u t e u r de Y Eglise romaine en
face de la Révolution. Elle n'ose ni la combattre
ni l'affronter: c'est tout au plus si, d a n s sa pa-
n i q u e , elle a la force de lui offrir le pontificat en
p â t u r e . La Révolution annonce qu'elle va en finir
avec VEglise. L ' E u r o p e saisit ce m o m e n t p o u r
d e m a n d e r au Saint-Siège des réformes d o n t le car-
b o n a r i s m e a p r o c l a m é l'indispensable nécessité.
L ' A u t r i c h e , q u i cherche à m a i n t e n i r à t o u t prix la
paix dans la p é n i n s u l e i t a l i e n n e , est d'avis q u e le
Pape peut très b i e n , vu l ' i m m i n e n c e du p é r i l , se
prêter à des concessions inoffensives. La F r a n c e
en propose un s i m u l a c r e , afin, s'il est possible, de
fermer la bouche aux o r a t e u r s et a u x j o u r n a u x
qui stipulent au n o m des sociétés secrètes. »
O n sait q u ' u n e conférence eut lieu et q u ' i l en
sortit u n Mémorandum en quatre articles, source
des m a l h e u r s futurs de P i c IX, et cet acte vient
des loges m a ç o n n i q u e s d ' E u r o p e , p l u t ô t q u e de
la d i p l o m a t i e e l l e - m ê m e .
Q u a n d on le présenta à Grégoire X V I , il s o u -
rit, a O h ! s'écria-t-il, la b a r q u e de P i e r r e a subi
de plus r u d e s épreuves q u e celles-là. N o u s brave-
rons certainement la tempête. Q u e le roi P h i l i p p e
d ' O r l é a n s tienne donc en réserve p o u r l u i - m ê m e
la bonaccia qu'il v o u d r a i t n o u s vendre au prix de
l ' h o n n e u r : son t r ô n e c r o u l e r a , m a i s c e l u i - l à ,
n o n . » Et Rcrnctti r é p o n d i t à l ' a m b a s s a d e u r de
L o u i s - P h i l i p p e , d'abord, q u e la garantie française
paraissait très précieuse au Saint-Siège, m a i s q u e
De la Franc-Maçonnerie. IOJ

le Pape croyait impossible de Tacheter par des


mesures qui seraient une véritable abdication de
rindépendance pontificale; puis aux autres, que
la garantie des cours est acquise de droit au
Saint-Siège, mais que ce siège romain, en appa-
rence si faible, ne consentira jamais à sanction-
ner des réformes qui lui seraient dictées impé-
rieusement et à jour fixe ; qu'il se réserve sa li-
berté d'action et son entière indépendance; qu'il
a depuis longtemps, d'ailleurs, prouvé par sa con-
duite l'empressement qu'il met à chercher et ù
réaliser toutes les améliorations désirables et com-
patibles avec la sécurité publique. (Sociétés secrè-
tes, t. II, p . 268.)
Nubius, alors qu'il était chef delà Haute-Vente,
disait : « Si neus pouvions avoir un Pape avec
nous, il en ferait plus avec le petit doigt que nous
tous ensemble ».
Nubius avait raison, car, dans cette hypothèse
irréalisable, celui qui est chargé de défendre
l'Eglise du Christ deviendrait son plus mortel
ennemi ; celui à qui il a été dit : « Confirme tes
frères dans la foi », les égarerait lui-même ; celui
à qui a été confié le soin de paître le troupeau
l'empoisonnerait cruellement. Aussi c'est là u n
rêve insensé.
On rencontre des chefs d'Etat qui poussent l'a*
veuglement jusqu'à jeter leur pays dans le
schisme et l'hérésie, jusqu'à trahir ses intérêts les
plus sacrés, pour suivre l'impulsion que la pas-
sion antireligieuse leur imprime : il n'en sera
ïo8 Le Secret

j a m a i s a i n s i d u Vicaire de J é s u s - C h r i s t . Q u e Ton
i n t e r r o g e les siècles écoulés d e p u i s P i e r r e jusqu'à
L é o n X I I I , on verra les Pontifes r o m a i n s , divine-
m e n t aidés par l ' E s p r i t de D i e u , m a i n t e n i r l'Eglise
d a n s la vérité, et faire t r i o m p h e r l ' u n i t é doctri-
n a l e , en t o u t t e m p s et en t o u s l i e u x , m a l g r é tous
les obstacles. C'est là v r a i m e n t le p l u s grand de
t o u s les m i r a c l e s q u ' u n esprit élevé p u i s s e désirer
p o u r e n c o u r a g e r sa foi, et cette p r e u v e a u r a pour
lui u n e force i n v i n c i b l e , s ' i l veut se s o u v e n i r d e l à
faiblesse et de l'inconstance c o m m u n e s à tous les
h o m m e s , quelle q u e soit la dignité d o n t ils sont
revêtus.
Les c o n s p i r a t e u r s r o m a i n s savent e u x - m ê m e s
q u ' i l en est ainsi, et cependant ils essayèrent d'at-
t i r e r à eux le successeur de G r é g o i r e XVI.
« Dès son e x a l t a t i o n , d i t ' l e P è r e D e s c h a m p s ,
P i e IX fut acclamé d ' u n bout du m o n d e à l'autre,
c o m m e le Pape si l o n g t e m p s désiré, le r e s t a u r a -
t e u r de la liberté et le libérateur des p e u p l e s . A
R o m e , en France, en A l l e m a g n e , en Angleterre
et j u s q u e dans les R é p u b l i q u e s de l ' A m é r i q u e , on
exaltait ses vertus, on p r o c l a m a i t son libéralisme,
on m u l t i p l i a i t son buste et son portrait, o n l'im-
p r i m a i t , on Pétalait j u s q u e sur les foulards et les
châles. O n dressait à R o m e des arcs de t r i o m p h e
à chacun de ses pas ; on applaudissait avec u n en-
thousiasme inouï à c h a c u n e de ses p a r o l e s ; on le
couvrait de vivat et de fleurs ; jamais on n'avait
vu de telles d é m o n s t r a t i o n s et des o v a t i o n s aussi
universelles. »
De la Franc-Maconnerie. 10g

« H o m m e de foi, de prière, de travail, de vertu


et de science, d'une bonté ineffable, d'une candeur
et d'une aménité vraiment célestes, et qui se pei-
gnaient dans tous ses traits, Pie IX joignait à une
droiture et à une charité qui ne soupçonne pas le
mal, comme parle l'Apôtre, une fermeté d'dme et
de conscience que rien n'était capable de faire dé-
vier de la ligne du devoir connu. Avec d'aussi
eminentes qualités, il ne pouvait songer, Pontife-
Roi, qu'à faire le bien de ses Etats et à ramener
par la liberté vraiment chrétienne et les peuples et
les rois à la vérité et à la pratique des vertus qui,
en préparant à la vie éternelle, peuvent seules faire
le bonheur ici-bas. »
« Bientôt on s'aperçut que les bandes qui se
rassemblaient au Quirinal ne suivaient plus le sen-
timent de la reconnaissance et du dévouement au
Saint-Siège, mais qu'elles obéissaient à une i m -
pulsion secrète, qu'elles avaient une organisation
occulte et des chefs reconnus. »
Le Saint-Père renvoyait le peuple au travail, et
Mazzini, dans son manifeste aux amis de l'Italie,
en novembre 1 8 4 6 , leur recommandait le con-
traire.
« Profitez, leur disait-il, de la moindre conces-
sion pour réunir les masses, ne fût-ce que pour
témoigner leur reconnaissance. Des fêtes, des
chants, des rassemblements, des rapports n o m -
breux établis entre les hommes de toute opinion,
suffisent pour faire jaillir des idées, donner au
peuple le sentiment de sa force et le rendre exi-
4
no Le Secret

géant. La difficulté n'est pas de convaincre le peu-


ple ; quelques grands mots : liberté, droit de
Thomme, progrès, égalité, fraternité, despotisme,
privilèges, tyrannie, esclavage, suiîisentpour cela;
le dillieile, c'est de le réunir. Le jour où il sera
réuni sera le jour de l'ère nouvelle. »
Et Pie IX, dans ce même mois de novembre,
adressait au monde catholique son encyclique
Quipluribusjam, où il disait: « N u l d'entre vous
n'ignore, Vénérables Frères, que, dans ce siècle
déplorable, une guerre furieuse et acharnée est
faite au catholicisme par des hommes qui, liés
entre eux par une société criminelle, repoussant les
saines doctrines et fermant l'oreille à la voix de
la vérité, produisent au grand jour les opinions
les plus funestes et lont tous leurs efforts pour les
répandre dans le public et les faire triompher.
« Nous sommes saisi d'horreur et pénétré de
la douleur la plus vive, quand nous réfléchissons
à tant de monstrueuses erreurs, à tant de moyens
de nuire, tant d'artifices et de coupables m a n œ u -
vres dont se servent les ennemis de la vérité et de
la lumière, si habiles dans Part de tromper, [pour
étouffer dans les esprits tout sentiment de piété,
de justice et d'honnêteté, pour corrompre les
m œ u r s , fouler aux pieds tous les droits divins et
humains, ébranler la religion catholique et la
société civile, et même les détruire de fond en
comble, s'il était possible. Vous le savez, en effet,
Vénérables Frères, ces implacables ennemis du
nom chrétien, emportés par une aveugle fureur
De la Franc-Maçonnerie. ni

d'impiété, en sont venus à ce degré inouï d'au-


dace : ouvrant leur bouche aux blasphèmes contre
%
Dieu, ils ne rougissent pas d enseigner publique-
ment que les augustes mystères de notre religion
sont des erreurs et des inventions des hommes ; que
la doctrine de VEglise catholique est opposée au
bien et aux intérêts de la société, et aussi ils ne
craignent pas de renier le Christ et Dieu. »
E n quelques mots, le saint Pontife résumait la
doctrine impie de la secte maçonnique, qui renie
le Christ et Dieu; il était saisi d'horreur, il versait
des larmes : et c'est à peine si le bruit des triom-
phes et des vivat dont il avait été le héros, s'étei-
gnait dans les rues de R o m e . Nous l'avons dit
ailleurs : d'autres larmes avaient précédé les sien-
nes. U n e Mère auguste, une divine Mère avait
gémi et pleuré dans nos montagnes des Alpes,
unissant sa parole et sa douleur à celles du Vicaire
de son Fils. Elle disait : / / s blasphèment mon Fils !
Ils l'abandonnent, ils le laissent seul sur les au-
tels ! Et Pie IX, en même temps, au Quirinal,
sans connaître les plaintes de la Messagère céleste,
lui faisait écho en répétant ; Ouvrant leur bouche
aux blasphèmes... ils ne craignent pas de renier
la Christ et Dieu.
Nous n'avons pas à retracer ici la vie de Pie IX.
On sait son exil à Gaëtc, son retour à Rome,
d'où il avait dû fuir ; on n'ignore pas qu'il fut
attaqué et crucifié moralement, durant tout son
pontificat, par les Sociniens modernes, qui ne su-
rent pas même respecter ses cendres et son cer-
IllÈ

cueil. Il necraignait pas, il est vrai, durant sa vie,


de flétrir leurs maximes et de les condamner.
Q u ' o n se souvienne, en particulier, de son a l l o -
cution prononcée en consistoire secret, le 25 sep-
tembre Î865^ où il d i s a i t : «Vénérables Frères,
parmi les nombreuses machinations et les moyens
par lesquels les ennemis du nom chrétien ont
osé s'attaquer à l'Eglise de Dieu, et ont essayé,
quoique en vain, de l'abattre et de la détruire, il
faut sans nul doute compter celte société per-
verse d'hommes, vulgairement appelée maçonni-
que, qui, contenue d'abord dans les ténèbres et
l'obscurité, a tini par se faire jour ensuite, pour
la ruine commune de la religion et de la société
h u m a i n e . . , . Plût au ciel que les monarques eus-
sent prêté l'oreille aux paroles de notre prédéces-
seur ! plût au ciel q u e , dans une affaire aussi
grave, ils eussent agi avec moins de mollesse !
Certes, nous n'aurions jamais eu, ni nos pères
non plus, a déplorer tant de mouvements sédi-
tieux, tant de guerres incendiaires qui mirent
l'Europe en feu, ni tant de maux amers qui ont
affligé et qui affligent encore aujourd'hui l'É-
glise.... Aussi n'avons-nous pas vu sans douleur
des sociétés catholiques si bien faites pour exciter
la piété et venir en aide aux pauvres, être attaquées
et même détruites en certains lieux, tandis qu'au
contraire on encourage, ou tout au moins on
tolère la ténébreuse société maçonnique, si enne-
mie de l'Eglise et de Dieu, si dangereuse même
pour la sûreté des royaumes....»
De la Franc-Maçonnerie. n3

T e l est le langage a p o s t o l i q u e d e Pie IX, renou-


velant les instructions et les e x c o m m u n i c a t i o n s
prononcées par ses vénérés prédécesseurs, depuis
Clément X I I , dont n o u s avons rappelé l ' E n c y -
clique datée de 1 7 3 8 , j u s q u ' à Pie IX l u i - m ê m e .
M a r c h a n t sur les traces de ces courageux P o n -
tifes, n o t r e S a i n t - P è r e L é o n X I I I a signalé au
monde, avec des accents n o n m o i n s énergiques et
une pleine l u m i è r e , ces h o m m e s qui en sont ve-
nus, après avoir b l a s p h é m é le Christ et D i e u , à
vouloir d é t r u i r e la propriété et la famille, entraînés
qu'ils sont fatalement, par la marche logique de
l'erreur, q u i va d'abîme en abîme. Dans sa der-
nière E n c y c l i q u e du Ï 5 février 1 8 8 2 , Sa Sainteté,
écrivant à ses Vénérables F r è r e s les Archevêques
et les E v ê q u e s d ' I t a l i e , disait : « U n e secte per-
nicieuse, dont les a u t e u r s et les chefs ne cachent ni
ne voilent leurs v o l o n t é s , a pris position depuis
l o n g t e m p s en Italie ; après avoir déclaré la guerre
à Jésus-Christ, elle s'efforce de dépouiller le
peuple des institutions chrétiennes. J u s q u ' o ù déjà
sont allées ses audaces, il n o u s est d'autant m o i n s
nécessaire de l e ' d i r e , Vénérables F r è r e s , que les
brèches et les r u i n e s faites aux m œ u r s et à
la religion s'étalent sous vos yeux. Au milieu des
p e u p l e s de l'Italie, toujours si c o n s t a m m e n t
fidèles à la foi de leurs pères, la liberté de l'Eglise
est de toute part atteinte ; chaque jour, on r e d o u -
ble d'efforts poureffacer des institutions publiques
cette forme, cette e m p r e i n t e chrétienne qui a été
t o u j o u r s et à bon droit le sceau des gloires de P I -
Le Secret

talie. Les m a i s o n s religieuses s u p p r i m é e s , l e s biens


de l'Eglise confisqués, les u n i o n s conjugales for-
mées en d e h o r s des lois et des rits c a t h o l i q u e s , le
rôle de l'autorité religieuse effacé dans l'éducation
de la jeunesse : c l l c e s t s a n s fin et sans m e s u r e , cette
cruelle et déplorable g u e r r e d é c l a r é e a u Siègeapos-
t o l i q u e , cette g u e r r e p o u r l a q u e l l e l'Eglise g é m î t
sous le poids d ' i n e x p r i m a b l e s souffrances, et le
Pontife r o m a i n se t r o u v e réduit aux plus i n e x p r i -
mables angoisses ; car, d é p o u i l l é du p r i n c i p a l
civil, il lui a fallu t o m b e r à la merci d ' u n autre
p o u v o i r . E l R o m e , cité la plus auguste des cités
c h r é t i e n n e s , est u n e place o u v e r t e à tous les e n -
nemis de l'Eglise ; de profanes n o u v e a u t é s la
souillent, cà et là des temples et des écoles y sont
consacrés à l'hérésie. O n dit m ê m e q u ' e l l e va
recevoir, celte année, les députés et les chefs de la
secte la p l u s acharnée contre le catholicisme, q u i
s'y sont d o n n é r e n d e z - v o u s p o u r u n e solennelle
assemblée. Les raisons q u i ont d é t e r m i n é le choix
de ce théâtre ne sont p o i n t u n mystère : ils v e u l e n t
par cette outrageante provocation assouvir la h a i n e
qu'ils n o u r r i s s e n t c o n t r e l'Eglise, et a p p r o c h e r
de plus près leurs torches incendiaires d u Pontifi-
cat r o m a i n , en l'attaquant d a n s son siège m ê m e .
L ' E g l i s e , sans a u c u n d o u t e , enfin victorieuse,
déjouera les menées impies des h o m m e s ; il est
p o u r t a n t acquis et d'expérience que leurs com-
plots ne tendent à rien m o i n s qu'à renverser t o u t
le corps de l'Eglise avec son chef, et, s'il était
possible, éteindre la religion.» Et tel est, p o u -
De la Franc-Maçonnerie.

vons-nous ajouter, le secret de la Maçonnerie.


Les personnes qui ne lisent pas le compter-
rendu des loges maçonniques ignorent ce qui s'y
passe et ne voient pas le mal tel qu'il est. Qu'elles
écoutent donc l'extrait suivant d'une réunion de
la Grande-Loge symbolique écossaise qui a eu
lieu à Paris, en décembre 1882 ;
« T e n u e du 21 décembre. Le F / . Gaston, m e m -
bre de la loge, a fait une très intéressante confé-
11
rence sur ce sujet : Dieu devant la science.
a L'ordre des travaux, très chargé, a malheureu-
sement restreint le temps qu'il eût fallu au confé-
rencier pour développerson sujet, et il a dû en une
demi-heure renfermer la matière d'une confé-
rence d'une heure et demie.
« Nous espérons que ce n'est que partie remise,
et que notre F. •. Gaston aura l'occasion prochaine-
ment de traiter de nouveau cette question, mais,
cette fois, dans des conditions meilleures, et peut-
être devant un auditoire beaucoup plus nombreux.
« Q u o i q u ' i l e n soit, les bravos de l'assistance ont
maintes fois soulignéla parole, à la fois sérieuse et
spirituelle, mais surtout convaincue, du conféren-
cier, ainsi que les citations, fort heureusement
trouvées, qu'il a apportées à l'appui de sa thèse.
« L'espace nous manque pour entrer dans des dé-
tails à ce sujet. Du reste, ainsi que nous l'avons
déjà annonce, notre F . ' . H . Gaston va, sous peu
de jours, publier un ouvrage intitulé : Dieu, voilà
Vennemi ! dans lequel il expose d'une façon très
II6 Le Secret

nette les idées qu'il n'a pu qu'effleurer dans cette


conférence.
« Notre prochain bulletin contiendra un article
bibliographique sur ce livre que nous avons en
ce moment sous les yeux, et que nous voudrions
voir dans toutes les mains. »
(Communication du F . \ Dumonchcl.)
Bulletin maçonnique de la Grande-Loge symbo-
10
lique écossaise, 2" année, n° 22, janvier 1882,
P- 2 9 5 .

Après ce cri d'impiété : Dieu, voilà l'ennemi!


on ne pouvait, scmble-t-il, aller plus loin. Il n'y
avait plus qu'à rappeler la déesse Raison pour la
placer de nouveau sur les autels de Jésus-Christ ;
e r r e u r ! Ils ont trouvé moyen de dépasser toutes
ces impiétés, et, dans leur joie triomphante, ils se
sont souvenus instinctivement de leur père. Ecou-
tez, lecteur, écoutez, en tremblant, l'hymne qu'ils
viennent de chanter, cette année même, en plein
théâtre, à T u r i n :
« Voici qu'il passe , ô peuples, voici Satan le
grand. Il passe bienfaisant, de lieu en lieu, sur
son char de feu... Salut, ô Satan, salut, révolté !
Que montent sacrés vers toi notre encens et nos
vœux ! T u as vaincu le Jéhovah des prêtres !.., »
Et la foule, dit le journal auquel nous emprun-
tons ce récit, applaudissait l'œuvre infâme de
Josué Carducci.
Bergier avait raison : le libre examen du pro-
De la Franc-Maçonnerie. uj

tcstantisme devait c o n d u i r e à ces négations et à


ces impiétés. Il faut à l ' h o m m e u n maître : Dieu
ou Satan, et il ne saurait les servir tous deux a la
fois. O u bien il o u v r e son c œ u r à son C r é a t e u r ,
ou bien il le lui ferme. S'il le lui ferme, il d e -
vient l'esclave d u péché, par q u i il a été v a i n c u ;
l'esclave de celui q u e Jésus-Christ a n o m m é :
Princeps hujus mundi^le prince de ce m o n d e , et
saint P a u l : Deus hujus sœculi, le Dieu de ce
siècle.
N o u s p o u v o n s c o n c l u r e , il n o u s semble, q u e le
but de la F r a n c - M a ç o n n e r i e est bien celui q u e
nous avons i n d i q u é : la destruction du règne de
Jésus-Christ, d ' u n e part, et, de l'autre, le triomphe
du rationalisme.
Ce dessein a été conçu par F a u s t e Socin : n o u s
l'avons p r o u v é h i s t o r i q u e m e n t , en nous a p p u y a n t
sur le témoignage d'auteurs sérieux, et malgré
les efforts que la secte a faits p o u r d o n n e r à son
origine u n e a n t i q u i t é reculée, le regard de l'his-
toire a discerné la vérité et pris soin de n o u s l'in-
diquer.
Des historiens graves, sans r e m o n t e r jusqu'à
Socin, ont vu en C r o m w e l l le père de la Maçonne-
rie : il n'en fut q u e l'habile et puissant p r o t e c t e u r
en Angleterre, l'organisateur secret et le sangui-
naire d i s c i p l e .
U n instant rentrée dans le silence et,sans d o u t e ,
obligée de se cacher p a r p r u d e n c e , après la t e r r i -
ble vengeance exercéesur C r o m w e l l par Charles I I ,
]a Maçonnerie t r o u v e dans la p e r s o n n e d ' A s h m o l e ,
4*
Le Secret

l'illustre antiquaire, u n protecteur qui la recueille


et lui prodigue ses soins. Bientôt elle est assez
forte pour reprendre son élan à travers le
monde.
Voltaire lui fraie la route en France. Aidé puis-
samment parles sophistes, il propage de tous côtés
Phérésie socinienne et en pénètre tous les esprits
de son temps.
Doué d'un rare génie d'organisation, Adam
Weishaupt, en Allemagne, résume les divers tra-
vaux maçonniques antérieurs à lui, auxquels il
unit les systèmes des sophistes anglais et français ;
il en compose un tout, qu'il nomme Illuminisme,
et dans ce travail, unissant son âme de sectaire à
celle du panthéiste Spinosa, il préparc le couron-
nementdc la Maçonnerie universelle.
Mais déjà la secte avait grandi et poussé ses
adeptes à l'action. O n avait vu des bras se lever
et frapper cruellement la Compagnie de Jésus,
avant-garde du catholicisme, en Portugal, en E s -
pagne, à Naples, aussi bien qu'en France.
De cette action combinée et de tous ces travaux
qui se multipliaient chez les diverses nations,
sous mille formes différentes, agitant tous les es-
prits, dépravant les cœurs, tournant en dérision
ce qu'il y avait de plus sacré, allumant, surtout
dans les rangs de la plus haute société française, la
soif des voluptés païennes, de toutes ces folles dé-
bauches de Pesprit et des sens devait nécessaire-
ment résulter une tempête sociale : ce fut la grande
De la Franc-Maçonnerie.

Révolution française, d o n t l'univers entier fut


ébranlé.
Elle f u t - p o u r l'Eglise c a t h o l i q u e ce qu'avait été
pour le Christ, son E p o u x , l'agonie du jardin des
Oliviers, et m ê m e , on peut le dire, c o m m e u n
nouveau C a l v a i r e . P i e VI fut pris, enchaîné, c o n -
duit en prison, o ù il m o u r u t c o m m e son d i v i n
Maître, au m i l i e u des c r i m i n e l s .
Le C h r i s t l u i - m ê m e fut de nouveau jugé et c o n -
damné. O n le jeta à bas de ses autels p o u r y mettre
à sa place, q u o i d o n c ? . . . le rationalisme de Socin,
sous le n o m de : Déesse Raison, représentée par
une c o u r t i s a n e . Ce j o u r - l à , reconnaissons-le, la
F r a n c - M a ç o n n e r i e d o c t r i n a l e et s a n g u i n a i r e , athée
et saoule de crimes , t r i o m p h a v r a i m e n t . La
R é v o l u t i o n de 1 7 9 3 fut son fait, n o u s l'avons
prouvé.
P u i s n o u s avons m o n t r é q u e la secte n'avait pas
été d é s a r m é e par les victimes i n n o m b r a b l e s t o m -
bées sous ises c o u p s , et q u e , fidèle au plan de ses
chefs, elle s'était reprise à conspirer contre le
c h r i s t i a n i s m e , sorti vivant et glorieux d e s a t o m b e ;
contre l'Eglise r e d e v e n u e l'objet du respect et de
l ' a m o u r des peuples.
Mais la vie du catholicisme, comme celle de
son divin F o n d a t e u r , est u n e souffrance c o n t i n u e ;
aussi a v o n s - n o u s vu l'Eglise trouver en celui q u i
l'avait protégée son p l u s terrible e n n e m i ; puis-
sant par les a r m e s , despote par la volonté, ha-
bile à forger des chaînes à ceux qui ne pliaient pas
devant son a m b i t i o n sans bornes et ses boutades
J20 Le Secret

d ' h o m m e mal élevé, N a p o l é o n d e v i n t p o u r P i e V I I


le cruel i n s t r u m e n t de la F r a n c - M a ç o n n e r i e ,
j u s q u ' a u jour où, lassée de son d o m p t e u r , elle se
révolta contre lui et lui prépara, sur les c h a m p s de
bataille, des t r a h i s o n s et des défaites. Il comprit
d ' o ù venaient à sa fortune ces mystérieux revers ;
il se souvint de l'Angleterre, mère adoptive de la
M a ç o n n e r i e , et il alla se confier à elle. S o n sort
ne fut pas a b s o l u m e n t celui des t r a î t r e s : il en fut
q u i t t e p o u r un exil lointain à S a i n t e - H é l è n e .
N o u s avons vu ensuite la secte se recueillir u n
m o m e n t , r e p r e n d r e bientôt ses t r a m e s contre l ' E -
glise et toute a u t o r i t é l é g i t i m e . N o u s l'avons sur-
p r i s e d e m a n d a n t à l'enseignement de c o r r o m p r e
d e n o u v e a u les esprits, s u r t o u t les jeunes g é n é r a -
t i o n s , sans é p a r g n e r les classes o u v r i è r e s , a q u i
elle résolut de jeter en pâture la propriété, afin de
préparer une révolution nouvelle.
E n effet, Tannée 1 8 4 8 vit t o m b e r le roi L o u i s -
P h i l i p p e et s'écrouler son t r ô n e . Il n'avait pas
c o m p r i s non p l u s q u e celui qui sème du vent re-
cueille des tempêtes.
E v i d e m m e n t , la r é v o l u t i o n de 1 8 4 8 n ' e u t pas
p o u r caractère p r i n c i p a l la h a i n e religieuse q u i
avait caractérisé celle de xyq'i. O n vit m ê m e , p e n -
dant le m o u v e m e n t r é v o l u t i o n n a i r e , u n crucifix
apparaître , porté avec respect au milieu de la
f o u l e , entre les m a i n s d'un jeune h o m m e , et le
p e u p l e lit un t r i o m p h e à cette image sacrée. C'est
q u e la M a ç o n n e r i e avait senti qu'elle avait intérêt
à ne v o u l o i r pas renverser les autels, sitôt après
De la Franc-Maconnerie. 121

T 7 9 3 . Elle se réservait pour plus tard cette odieuse


besogne, à laquelle elle se prépare de nos
jours.
Nous l'avons dit : elle s'est souvenue de Julien
l'Apostat et de La Chalotais. Elle détruit les
temples spirituels d'abord , en ôtant la foi des
âmes et les crucifix des écoles- Elle prépare u n
grand mouvement. Nous avons sous les yeux les
résolutions prises le 11 juin 1 8 7 9 , où nous lisons
ce qui suit: « Déchristianiser la France par tous
les moyens, mais surtout en étranglant le catholi-
cisme peu à peu, chaque année, par des lois n o u -
velles contrele clergé !... arriverenfinà la fermeture
des égliser... Dans huit ans, grâce à l'instruction
laïque sansDieu, onaura unegénérationathée. On
fera alors une armée, et on la lancera sur l'Europe.
On sera aidé par tous les frères et amis des pays
qu'envahira cette armée... »
Ce plan est bien suivi. Les écoles sans Dieu
existent, et l'exercice du fusil y a remplacé celui
du catéchisme. Il y a bien encore des écoles où
l'enfant est instruit des vérités chrétiennes : pa-
tience. Les Italiens disent qu'avec du temps et de
la patience on arrive à tout ; or nous suivons pour
le moment en France la méthode Ricciardi, qui
nous conduira là où veut la secte, à moins que
les pères de famille n'ouvrent enfin les yeux et ne
s'écrient: c'est asse% ! Que Dieu leur inspire ce
noble sentiment !
P o u r les encourager à remplir leur devoir et
aussi pour nous acquitter de notre charge pasto-
122 Le Secret de la Franc-Maçonnerie.

raie, nous allons continuer cette étude, en disant


à nos lecteurs ce que Ton doit penser du projet de
la Franc-Maçonnerie : ce sera la seconde partie de
ce travail.
DEUXIÈME PARTIE.

QUE FAUT-IL PENSER DU PROJET, FORMÉ PAR LA FRANC-


MACONNER1E, DE DETRUIRE LE CHRISTIANISME ET DE
LE REMPLACER PAR LE RATIONALISME?

L — Le projet de la Maçonnerie n'est pas


nouveau.

Ce projet est littéralement vieux comme H é -


rode, non comme Hérode le tétrarque de Galilée
qui se moqua de Jésus, mais comme Hérode dit
l'Ascalonite, le premier des trois personnages de
ce nom dont saint Matthieu parle en ces termes :
« Jésus étant donc né à Bethléem de J u d a , aux
jours du roi Hérode, voilà que des Mages vinrent
de TOrient à Jérusalem, et ils disaient : Où est
celui qui est né roi des Juifs? Car nous avons vu
son étoile en Orient, et nous sommes venus l'a-
dorer. A cette nouvelle, le roi Hérode se troubla,
et tout Jérusalem avec lui. Et il assembla tous les
princes des prêtres et les scribes du peuple, leur
demandant où devait naître le Christ. Ceux-ci lui
dirent : Dans Bethléem de J u d a , car il est écrit
par le prophète : Et toi, Bethléem, terre de Juda,
tu n'es pas la moindre parmi les villes de Juda,
124 Le Secret

car de toi sortira le Chef qui doit c o n d u i r e mon


p e u p l e Israël. Alors H é r o d c ayant appelé en secret
les Mages, les interrogea avec soin sur le temps
où l'étoile leur était a p p a r u e . E t , les envoyant à
B e t h l é e m , il dit : Allez et in formez-vous exactement
de l'enfant, et l o r s q u e vous l'aurez t r o u v é , dites-
l e - m o i , aiin que j ' a i l l c a u s s u m o i - m ê m c l'adorer ».
O n sait ce que signifiaient ces p a r o l e s ; car,
l o r s q u e H é r o d c vit q u e les Mages s'en étaient allés
sans r e v e n i r par J é r u s a l e m , il en fut v i o l e m m e n t
irrité, et il envoya t u e r tous les enfants q u i étaient
à B e t h l é e m , ainsi q u e d a n s le pays d ' a l e n t o u r , de-
p u i s l'âge de deux ans et a u - d e s s o u s , selon le
t e m p s dont il s'était e n q u i s des Mages.
Ce massacre des saints Innocents a révélé au
m o n d e , p o u r la p r e m i è r e fois, le projet de dé-
t r u i r e s u r la terre le règne de J é s u s - C h r i s t , le roi
a n n o n c é par les prophètes et m o n t r é aux Mages
au m o y e n d'un astre n o u v e a u . Il servira de tvpe
dans la suite des siècles, et souvent l'on verra la
h a i n e contre J é s u s - C h r i s t pousser ses e n n e m i s à
r e n o u v e l e r le massacre des i n n o c e n t s , avec l'es-
p o i r de l'atteindre l u i - m ê m e . D o n c , n o u s avons
r a i s o n de dire q u e le dessein formé par la M a ç o n -
nerie contre notre R o i J é s u s est déjà bien v i e u x .
S i m é o n n'avait pas attendu l'exécution de l ' o r d r e
cruel d ' H é r o d c p o u r prédire au m o n d e q u e le
C h r i s t devait être en butte à toutes les a t t a q u e s ;
car, l o r s q u e le divin E n f a n t , après les j o u r s de la
purification, fut porté au temple de J é r u s a l e m , le
saint vieillard Siméon le prit entre ses b r a s , et,
De la Franc-Maçonnerie. 12S

bénissant Dieu, il dit : « C'est maintenant, Sei-


gneur, q u e , selon votre p a r o l e , vous laisserez
votre serviteur s'en aller en paix ; car mes yeux
ont vu votre salut, que vous avez préparé devant
la face de tous les peuples, Lumière pour l'illu-
mination des Gentils et gloire de votre peuple
Israël. » « Et Siméon dit à Marie sa mère :
« Voici celui qui est établi pour la ruine et pour
la résurrection d'un grand nombre dans I s r a ë l ,
et en signe auquel il sera contredit : Signum eut
contradicetur. Et le glaive transpercera votre âme,
afin que les pensées de beaucoup de cœurs soient
révélées. »
Le signe auquel on contredira ! Voilà bien le
signalement toujours vrai de Jésus-Christ.
Il n'en pouvait être autrement, puisque le Sau-
veur est venu pour élever l'humanité de la vie
naturelle à la vie surnaturelle, c'est-à-dire de la
vie païenne à la vie chrétienne, par laquelle il
règne en nous, connu, aiméetservi parfois jusqu'à
l'héroïsme, inspirant nos lois sociales, réglant nos
familles, guidant notre existence et l'ordonnant en
vue d'un monde meilleur à conquérirpar la vertu.
Le Sauveur, surtout, a divinisé la souffrance et il
en a lait une condition nécessaire à l'homme pour
se réhabiliter, expier ses fautes et devenirdigne du
Père céleste, qui n'admet dans l'éternelle patrie,
dit saint Paul, que les tidèles imitateurs de son
Fils, ses images vivantes. Or, l'humanité se plaît,
d'instinct,' dans la jouissance ; elle répugne à la
souffrance, elle se laisse choir au paganisme, aussi
I2Ô Le Secret

naturellement que l'enfant laissé libre va se jouer


clans la bouc.
C'est pourquoi elle s'émeut en entendant le
Christ lui dire sans cesse p a r l a voix de son Eglise:
Sursum corda ! Les coeurs en haut ! L'aspect
sévère du Calvaire l'importune, l'irrite en trou-
blant ses plaisirs, et le cri : TOLLK ! TOLLÉ ! répond
à l'appel du divin Crucifié, idéal parfait de Phu-
manité régénérée. C'est ainsi que les Juifs ont mis
à mort le Verbe incarné et que ses ennemis l'at-
taquent sans relâche, le long des siècles qui s'é-
coulent. Rappelons donc ces attaques et montrons
à ceux qui veulent voir la vérité, que la guerre
contre le Christ est le spectacle que ce monde,
avide de jouir, nous offre constamment.
A peine Notre-Scigneur a-t-il commencé sa
prédication, que les habitants de Nazareth, irrités
de la franchise de sa parole, se saisissent de lui et
le conduisent sur le haut du rocher où leur ville
est bâtie, pour le jeter en bas. Mais J é s u s , dit
l'Évangile, passant au milieu d'eux, s'en alla.
Son heure n'était pas encore venue.
Vingt fois, ils forment le projet de le tuer, ces
scribes, ces pharisiens, ces princes des prêtres, que
l'orgueil dévorait, et le Sauveur leur disait : « Pour-
quoi voulez-vous me tuer, moi qui vous enseigne
la vérité ? » Enfin, le jour vint où ils mirent à
exécution leur criminelle résolution, avec l'espoir
que c'en serait fini de lui.
Vain espoir! Le Christ sortit vivant et glorieux
du sépulcre, impassible et immortel.
De la Franc-Maçonnerie. 12 7

Ne p o u v a n t p l u s s'attaquer à l u i , le m o n d e ,
cependant, v o u l u t décharger sa h a i n e sur la société
qu'il avait fondée, c'est-à-dire sur l'Eglise c a t h o -
lique. Dès le c o m m e n c e m e n t de l'ère chrétienne,
parurent des h o m m e s qui furent les vrais ancêtres
de Socin. A u lieu de recevoir à genoux, et d ' a d o -
rer la doctrine q u e le Verbe i n c a r n é a d a i g n é
nous révéler s u r D i e u et les mystères de l'éter-
nelle vérité ; au lieu d'écouter h u m b l e m e n t les apô-
tres et l'Eglise, q u e l ' E s p r i t d i v i n éclairait de sa
lumière, les faux G n o s t i q u e s se prirent à d o g m a -
tiser. Ils v o u l a i e n t sonder la n a t u r e de Dieu, en
quelque sorte créer u n Dieu à leur façon , u n
Dieu q u i eût été le fils de leur raison, a b s o l u -
ment c o m m e font tous nos sociniens m o d e r n e s ,
et ils s'égarèrent dans les i n v e n t i o n s insensées de
leur o r g u e i l .

Elles furent ardentes, ces attaques des p r e m i e r s


siècles contre J é s u s - C h r i s t et sa doctrine. L'esprit
d'erreur, écrasé au Calvaire , relevait la tête. Il
ameutait c o n t r e la croix tous les partisans d u
paganisme, en leur m o n t r a n t les sacrifices i m p o s é s
à la n a t u r e par le Dieu des chrétiens, et il leur
disait : C o m m e n t p o u r r i e z - v o u s vivre s o u s ' u n tel
maître et avec de pareilles lois ? Et aussitôt les
sophistes se mettaient à son service p o u r inventer
des systèmes religieux plus absurdes les u n s q u e
e
lesautres. La folie de l'orgueil, a u n i s i è c l e , en était
v e n u e à ce point q u e M a n è s , l'hérésiarque M a n è s ,
prétendait q u e l ' E s p r i t - S a i n t s'était i n c a r n é en
128 Le Secret

lui, et le M a n i c h é i s m e , en se r é p a n d a n t de toutes
parts, multipliait ses victimes.
Ce fut alors q u e parut À r i u s . Celui-ci niait
effrontément la divinité de J é s u s - C h r i s t , à qui
cependant il avait consacré sa vie par des serments
solennels. L ' A r i a n i s m e jeta q u e l q u e éclat, et puis
il s'éteignit.
Il eut le sort de toutes les a t t a q u e s c o n t r e Jésus-
C h r i s t ; les e m p e r e u r s r o m a i n s avaientété vaincus :
il le fut aussi. De sorte que le c h r i s t i a n i s m e avait
émoussé le glaive des persécuteurs et réduit au
silence les p h i l o s o p h e s et les h é r é s i a r q u e s , quand
p a r u t M a h o m e t , dont la grande m a x i m e : « Il iîy
a de Dieu que Dieu », était aussi a n t i c h r é t i e n n e ,
parce qu'elle niait les divines p e r s o n n e s du F i l s et
du S a i n t - E s p r i t .
O n sait l'histoire brillante du M a h o m é t i s m e ,
q u i unissait la puissance des a r m e s a u x attraits
d ' u n e religion pétrie d'orgueil et de v o l u p t é , où
se mêlaient q u e l q u e s vérités e m p r u n t é e s à l'An-
cien et au N o u v e a u T e s t a m e n t . Le croissant eut
des journées de t r i o m p h e p a s s a g e r ; mais la C r o i x
d e m e u r a victorieuse, en protégeant les peuples
q u i la défendaient e l l e - m ê m e . E t le C h r i s t J é s u s ,
t o u j o u r s attaqué dans son Eglise et ses enfants,
passait au milieu des foules, acclamé, a d o r é et
servi avec u n a m o u r sans b o r n e s . C'est alors q u e
nos pères élevèrent ces églises a d m i r a b l e s et ces
cathédrales sans pareilles qui c o u v r i r e n t , dit u n
illustre orateur, d ' o m b r e et de gloire le Dieu de
l ' E u c h a r i s t i e , Le x111° siècles'ouvrit, et avec lui la
De la Franc-Maçonnerie. Î2Q

vérité catholique versa sur le monde des torrents


de lumière.
Est-ce à dire que Jésus-Christ cessa d'être un
signe de contradiction? Loin de là; jamais il n'est
plus attaqué, d'un côté, que quand il est plus
adoré, de l'autre. Aussi vit-on commencer à cette
époque, contre le christianisme, une guerre d'un
nouveau genre : ce fut comme une épidémie ou
une renaissance de paganisme, dont l'Arabe Aver-
roès fut l'auteur par son commentaire de la philo-
sophie panthéiste d'Aristote.
Cette erreur se formula en plein x n i c siècle, au
point d'attirer sérieusement l'attention de saint
Thomas d'Aquin, qui la combattit corps à corps
dans ses ouvrages immortels.
Terrassée par l'angélique docteur, elle se releva
cependant et continua sa marche, sous le nom de
Renaissance, grâce toujours à l'attrait des plaisirs
sensuels et à la soif de jouissance, qui dévore la
c c
pauvre humanité déchue. Les xiv% xv et xvi siè-
cles en furent infectés ; lexvn°ne réussit pas à s'en
0
préserver; le xvin la cacha sous le manteau de ses
e
sophistes, et voici qu'au xix les francs-maçons,
conscients ou inconscients de leur besogne mal-
saine, cherchent à nous replonger en plein paga-
nisme.
Lélius et FausteSocin n'eurent qu'à condenser
en système les erreurs païennes de leur temps
pour mettre au jour leur hérésie, dont l'essence
n'est autre que la négation de la divinité de Jésus-
iSo Le Secret

Christ et le retour au paganisme, par l'adoption


du système rationaliste.
Or, il y a dans la nature une loi en vertu de
laquelle les eaux jaillissantes aspirent à remonter
à la hauteur d'où elles descendent, et Ton dirait
volontiers que cette loi existe aussi dans le monde
m o r a l ; en particulier, pour le Socinianisme ma-
çonnique.
O u i , l'hérésie de Socin est née au sein d'un mi-
lieu tout imprégné de paganisme ; elle est païenne
de sa n a t u r e , païenne dans ses aspirations,
païenne dans ses conséquences et ses résultats.
Cela est évident, puisqu'on ôtant Jésus-Christ et
sa doctrine du monde moral, on replonge fatale-
ment l'humanité dans l'état où elle se trouvait
avant l'ère chrétienne, c'est-à-dire dans le paga-
nisme. Si les empereurs romains avaient réussi à
exterminer tous les chrétiens, le paganisme eut
triomphé; et si, de nos jours, la Franc-Maçonne-
rie, qui poursuit le même but, arrivait à la fin
qu'elle se propose, le résultat de celte victoire se-
rait identique: ce serait le règne nouveau du pa-
ganisme, avec ses erreurs et ses débauches.
Ces considérations méritent d'être mises en lu-
mière, et il le faut pour ne laisser aucune ombre
dans l'esprit du lecteur.
Dans son ouvrage intitulé : Les Hérétiques d'I-
talie, César Cantu, que nous avons cité déjà, et
qui, ù juste titre, est loin de méconnaître les bril-
lantes qualités et le génie de sa nation, ne craint
pas cependant, en tidèle historien, de nous m o n -
De la Franc-Maconnerie* I3I

trer les savants italiens d u xvic siècle c o m m e étant


les admirateurs passionnés du paganisme.
« La littérature, dit-il, q u i ne bornait pas alors
son action à p o l i r la société nouvelle, prétendait
en modifier les croyances et la conduite, en la
ramenant en théorie et en p r a t i q u e vers le p a g a -
nisme. Les sciences, élevées dans le sanctuaire et
disciplinées par les scolastiques c o m m e u n e ar-
mée, sous la direction du Verbe de Dieu, se m e t -
taient m a i n t e n a n t à disserter, et, se propageant
parla voie de la presse, m o r d a i e n t le sein q u i les
avait n o u r r i e s . E n passant de la période c r o y a n t e
à la p é r i o d e de la c o n t r o v e r s e , l ' h o m m e par le
raisonnement en était a r r i v é à se croire l'auteur
des vérités q u ' a u p a r a v a n t il recevait c o m m e u n
don de la foi, et tandis q u e j u s q u ' a l o r s la r e l i -
gion était restée telle q u e Ta définie G r o t i u s , Tu-
nique p r i n c i p e de la justice universelle, m a i n t e -
nant ce n o t a i t p l u s exclusivement à l'Eglise q u ' o n
demandait la m e i l l e u r e m a n i è r e de servir Dieu et
le p r o c h a i n . P l a t o n avait dit, au r a p p o r t de saint
Augustin : « La p h i l o s o p h i e , c'est l ' a p p r e n t i s -
sage de la connaissance de D i e u . — F a i r e delà p h i -
losophie, c'est imiter Dieu ». R a i s o n n e m e n t qui le
Ht préférer aux autres p h i l o s o p h e s p a r l e s p r e m i e r s
chrétiens, mais qui c o n d u i s i t facilement à l'idéa-
lisme. La p h i l o s o p h i e scolastique, tout armée de
logique, avait pris p o u r oracle Aristote, u n excel-
lent m a î t r e , en vérité, p u i s q u e chez lui on t r o u v a i t
aussi la critique des autres systèmes, tandis que
Platon ne d o n n a i t q u e ses p r o p r e s dogmes, A r i s -
l32

tote, lui aussi, proclame et démontre un Dieu su-


prême, une loi monde, une âme immortelle ; mais
le chrétien, qui attend tout de Dieu, pouvait-il
suivre comme un guide sur le maitre qui exagère
la puissance de la nature et l'efficacité de la vo-
lonté humaine? Le maître qui érige en principe
absolu la nature pouvait-il rester l'oracle d'une
science toute religieuse ? Ajoutez qu'il arrivait en
Europe, traduit et commenté par les musulmans,
qui lui avaient prêté des sentiments absurdes et
des idées pleines de subtilités; ces infidèles, en le
traduisant, avaient fait de Fauteur un théosophe,
et, en observant le monde à leur mode fantasti-
que, avaient confondu l'astronomie avec l'astro-
logie, et celle-ci avec la médecine. Les Italiens,
en traduisant sur leur traduction, y avaient su-
perposé de nouvelles e r r e u r s ; et la critique n'était
pas en état de s'apercevoir de l'altération, tandis
que l'idolâtrie professée pour Aristote empêchait
de le supposer en faute; de la naquit un amalgame
de philosophie arabe, scolastique, chrétienne,
conception bâtarde et stérile, une énigme indé-
chiffrable pour ceux qui voulaient la concilier
avec la théologie dogmatique. »
« Les Arabes, après avoir reçu la révélation
de Mahomet, avaient débuté dans les discus-"
sions théologiqucs par l'éternelle question du
libre arbitre et celle de la prédestination
(Kadarites et Giabarites), d'où ils passèrent à
celle des attributs de Dieu. Mais, même chez
eux, il y avait des sceptiques, il y avait des incré-
t>e la Franc-Maçonnerie. i33

dules ; les esprits oscillaient entre l'enthousiasme


religieux et la libre-pensée ; et le rôle qu'avait
joué chez nous la scolastique fut rempli chez eux
par le Kalaïn, système de discussion rationnelle,
soit pour examiner, soit pour défendre par la
dialectique les dogmes attaqués. Façonnée à de
tels exercices, la philosophie arabe élargit le cer-
cle des problèmes posés par les péripatéticiens, et
admit le principe de Véternité de la matière, ainsi
que la théorie de Vunité de Vintelligence. »
« C'est qu'en effet la philosophie d'Averroès
s'appuie précisément sur le panthéisme ; d'après
elle, il n'y a qu'une seule âme. et Dieu, c'est le
monde. La génération (selon ce philosophe) n'est
qu'un mouvement. T o u t mouvement suppose u n
sujet. Ce sujet unique, cette possibilité univer-
selle, c'est la matière première. »
« Cette unité des intelligences a été victorieu-
sement réfutée par saint Thomas, et au quator-
zième siècle par ^Egidius de Rome, dont les œu-
vres ont été publiées dans les premiers temps de
l'imprimerie, et plus tard par Gérard de Sienne et
Raymond Lulle. Ces philosophes ne fontqu'exé:
crer cet auteur impie, qui identifie l'ame de Judas
avec celle de saint-Pierre, qui nie la création, la
révélation, la Trinité, l'efficacité delà prière, celle
de l'aumône et des invocations pieuses, la résur-
rection et l'immortalité, et qui fait consister le
souverain bien dans les jouissances. iEgidius Co-
lonna de Rome, dans son traité De erroribus phi*
losophorum, accuse Averroès d'avoir renouvelé
234

toutes les erreurs d'Aristote, bien moins excusable


que celui-ci, parce qu'il attaque directement notre
foi et blâme toutes les religions, tout aussi bien
celle des musulmans que celle des chrétiens,
parce qu'ils admettent que la création succéda au
n é a n t ; il appelle de pures imaginations les opi-
nions des théologiens, et soutient qu'aucune loi
n'est vraie, quoiqu'elle puisse être utile. »
« C'est précisément un des principaux repro-
ches qu'on adresse à Averroès, que d'avoir mis en
parallèle les lois de Moïse, celles du Christ et de
Mahomet. Les musulmans en avaient fait le mé-
lange pour soutenir leur religion ; mais Averroès
y revint sans cesse par ses allusions dogmatiques
aux Très loqucntcs trium legiim, ce qui Ta fait
croire l'auteur du livre des Trois imposteurs, de-
venu une arme dont on se sert pour frapper tous
ceux qu'on veut discréditer. »
De ces citations , nous pouvons c o n c l u r e ,
d'abord, qu'Averroès avait ses admirateurs au
c
x i n siècle, puisque saint Thomas et les savants de
son époque ont pris soin de le combattre, et ont
consacré à réfuter sa doctrine une bonne partie de
leurs travaux ; puis, nous devons ajouter que
l'Averroïsmc survécut aux coups qu'il avait reçus
et aux condamnations qu'il avait subies, témoin
rillustrc poète Pétrarque, né en i3o4, disant :
« P o u r moi, plus j'entends dénigrer la loi du
Christ, plus j'ai me le Christ, et plus je me confirme
dans sa doctrine, comme un fils dont la tendresse
filiale se serait refroidie, la sent se réchauffer lors-
De la Franc-Maconnerie i35

qu'il apprend q u ' o n attente à l'honneur de sa


mcre », « Ces philosophes avaient coutume,dit-il
ailleurs, d'apporter à la réunion quelque pro-
blème aristotélique, ou tel autre sur les âmes ; et
moi je gardais le silence, ou je me moquais d'eux,
ou je me mettais à discourir de tout autre sujet,
ou bien je demandais en souriant comment jamais
Aristote avait pu savoir des choses dans lesquelles
la raison n'a aucun rôle à jouer, etoù l'expérience
est impossible. Ils sortaient confondus d'étonne-
ment, 'se dépitaient en silence et me regardaient
comme un blasphémateur. »
Un des leurs, « de ceux qui pensent qu'on ne
fait rien de bon, disait Pétrarque, si Ton ne dé-
verse pas la calomnie sur Jésus-Christ et sa doc-
trine surhumaine »,alla trouver le poète à Venise,
et il le bafouait, parce qu'il avait cité cette parole
de saint Paul : J'ai mon Maître, et je sais en
qui f ai mis ma foi ; et, ajoutait-il : « garde pour
toi ton christianisme, quant à moi, je n'en crois
pas un iota ; ton Paul, ton Augustin, et tous ces
autres docteurs ont eu du babil, et rien de plus !
De grâce,fais-moi le plaisir de lire Averroès,et tu
verras comme il surpasse par son vol tous vos
bouffons.» Pétrarque en fut indigné,et, tout paci-
fique qu'il était de caractère, il prit le philosophe
téméraire par son mainteau et le chassa de sa
maison. Quatre autres de ces philosophes lui re-
prochaient de prendre au sérieux le christianisme,
et ils concluaient que Pétrarque était un homme
de bien, mais un esprit ignorant : « Si ces gens-là,
236 Le Secret

s'écrie le poète, ne craignaient pas plus les châti-


ments des hommes que ceux de Dieu, ils attaque-
raient la Genèse et la doctrine du Christ, en
public. Quand la peur ne les retient plus, ils com-
battent directement la vérité; dans leurs concilia-
bules, ils se rient du Christ et adorent Aristote
sans le comprendre. Dans leurs disputes , ils
avouent publiquement qu'ils ne tiennent aucun
compte de la foi, ce qui revient à dire qu'ils cher-
chent la vérité en repoussant la vérité, qu'ils cher-
chent la lumière en tournant le dos au soleil. Après
cela, faut-il s'étonner qu'ils nous traitent d'hom-
mes illettrés,puisqu'ils appellent Jésus un idiot ?n
E n lisant Pétrarque aux prises avec les philo-
sophes de son temps, on croirait lire le compte-
rendu des séances maçonniques de notre époque.
D'un côté comme de l'autre , Jésus-Christ est
outragé. Aussi disons-nous que c'est dans cette
fange que la secte socinienne ou maçonnique a
pris naissance, pour apparaître bientôt, avec sa
haine contre notre divin Sauveur et Maître. Il n'y
a donc rien de nouveau dans le système maçon-
n i q u e : ils pensent et ils parlent comme Aver-
roès, «ce chien, disait encore Pétrarque, cet en-
ragé qui ne cesse d'aboyer contre le Christ et la
religion catholique ».
« Mais si Aristote conduisait au matérialisme,
dit aussi César Cantu, Platon conduisait au mys-
ticisme, et tous deux à l'incrédulité. Gémisthe
Plêthon de Constantinople, venu à Florence pour
contrecarrer l'union de l'Eglise grecque avec T É -
De la Franc-Maçonnerie. I3J.

glise latine, y r é p a n d i t les fantaisies du néo-plato-


nisme; il affirmait q u e la religion de Mahomet et
celle de J é s u s - C h r i s t périraient bientôt p o u r faire
place à u n e a u t r e plus vraie et ayant b e a u c o u p
d'analogie avec le p a g a n i s m e . D a n s son abrégé des
Dogmes de Zoroastre et de Pythagore , il met
en parallèle la théologie p a ï e n n e avec la théologie
chrétienne, etc. »
« P l u s n o m b r e u x encore étaient les p h i l o s o -
phes dont les doctrines oscillaient entre Aristote
et P l a t o n , entre le p a g a n i s m e et le christianisme,
et en matière de religion,l'éclectisme frise de bien
près l'hérésie, q u a n d il n'en est pas u n e . N o u s
avons déjà n o m m é vEgidius de R o m e , issu de la
très noble famille des C o l o n n a , disciple de saint
T h o m a s , G é n é r a l des A u g u s t i n s , 'puis archevêque
de Bourges, très érudit dans la science des saintes
Ecritures et dans la p h i l o s o p h i e a r i s t o t é l i q u e , s u r -
n o m m é le Doctor fundatissimus. O r , il décla-
rait qu'il y a certaines choses q u i sont vraies a u x
yeux d u p h i l o s o p h e , et q u i ne le sont pas aux
yeux de la foi c a t h o l i q u e : c o m m e si deux vérités
contraires p o u v a i e n t subsister à la fois.Cette p r o -
position fut c o n d a m n é e sous J e a n X X I I , e t l ' a u t e u r
se rétracta ; mais cette hérésie devint c o m m u n e au
q u i n z i è m e siècle, et o n en v i n t à soutenir de pures
e r r e u r s — enseignées dans n o s loges a u j o u r d ' h u i ,
e
au xix siècle — telle q u e la mortalité de l ' â m e , l ' u -
nicité de l'intelligence, l'inspiration i n d i v i d u e l l e ,
sauf à dire q u e c'étaient des conséquences tirées
des prémisses de Platon et d'Aristote, q u i ne pré-
r3S Le Secret

judiciaient en rien aux dogmes du Christ. Ainsi


les deux écoles opposées s'accordaient pour ne
point admettre la Révélation, non pas en la com-
battant, mais en affectant de n'en pas plus tenir
compte, pour ainsi dire, que si elle n'eût jamais
existé; elles éliminaient la foi et toute force ou
secours surnaturel, pour suivre seulement leurs
propres manières de voir dans les problèmes de
l'ordre religieux, dont la solution importe à la
morale autant qu'au bien-être de la société. »
« Marsile Ficin rendait à Platon u n véritable
culte ; il allait jusqu'à faire brûler une lampe
devant son image; il ne le séparait pas de Moïse,
et il trouvait en lui l'intuition des mystères les
plus profonds.... D'après lui, toutes les religions
sont bonnes, et Dieu les préfère à Virréligion ; la
religion chrétienne est la plus pure , mais il
y a des prophètes et des poètes dans chaque
nation, tels q u ' O r p h é e , Virgile, Trismégiste, les
Mages, etc. »
Evidemment, Faustc Socin n'aura qu'à se sou-
venir des idées de Marsile Ficin, pour faire en-
trerdans le temple de la religion naturelle toutes
les sectes imaginables, et déclarer le dogme ma-
çonnique de la Liberté de conscience, et l'on
peut ainsi se convaincre de plus en plus que les
Sozzini ou Socins n'ont eu qu'à recueillir les er-
reurs diverses semées autour d'eux, et à les coor-
donner en système, pour mettre au jour l'erreur
maçonnique qui porte leur nom.
Nous pourrions nous borner à cet aperçu som-
De la Ffanc-Maçonnerie* i3$

maire, qui montre déjà jusqu'à quel point le pa-


ganisme cherchait à étouffer le christianisme en
pleine E u r o p e , à l'époque dont nous parlons. Ce
que nous avons dit suffirait à expliquer comment
la folle admiration pour l'antiquité païenne, pro-
voquée par Averroès, passa d'Italie en France et
chez les autres nations, où elle mit en h o n n e u r
la fable païenne et ses souvenirs, dans les lettres
et les arts, sans parler des mœurs et des idées.
Cependant nous croyons utile d'ajouter encore
quelque développement à cette considération, en
vue de prouver toujours que le plan maçonnique
contre Jésus-Christ n'est pas nouveau.
« La philosophie se mettait de plus en plus en
lutte avec la foi, dit César Cantu. On ne passait
c
alors — fin du xv siècle — pour un gentilhomme
et un bon courtisan, si on n'avait pas quelque o p i -
nion erronée ou hérétique sur les dogmes. Les
gens modérés croyaient rendre hommage à la foi
en s'abstenant de toute réflexion sur elle, en ac-
ceptant les dogmes sans examen, avec cette pa-
resse voluptueuse que, dans des temps rappro-
chés du nôtre, un esprit fort appelait l'indiffé-
rence et la nonchalance qui s'endort le verre en
main et éteint les lumières. »
« Il y avait certains philosophes qui faisaient
brûler un cierge devant l'image de P l a t o n ; telle
Académie célébrait des fêtes à la mode antique, en
sacrifiant un bouc ; beaucoup de personnes chan-
geaient leur nom de baptême, comme s'ils eus-
sent rougi de porter celui d'un saint, et d'Antoine,
i4o Le Secret

Jean, Pierre, Luc, on faisait Aonio, Gianni, Pie-


rio, Lucio ; on changeait Victor en Vittorio ou
Nicio, Murino en Glaucus, Marc en Cailimaquc,
Martin en Marzion et ainsi de suite. »
« Paul II s'effraya de ce paganisme et fit faire
des procès contre quelques-uns de ses propaga-
teurs, parmi lesquels Pomponius Lortus et Bar-
thélémy Sacchi, dit le Platina. L'accusation était
fondée sur ce motif que ces hommes latinisaient
les prénoms, et que, suivant les doctrines plato-
niciennes, ils élevaient des doutes sur Pâme et sur
Dieu, »
Du fond de sa prison, Platina écrivait au cardinal
Bcssarion, et par ses lettres, dit notre auteur, « on
peut voir comment l'Académie instituée par ce
Pomponius Lretus tendait à transformer le paga-
nisme littéraire en un paganisme religieux, puisque
ses membres célébraient par des sacrifices païensle
jouranniversairedcla fondation de R o m e ; puisque
Pomponius s'agenouillait chaque jour devant un
autel dédié ù Romulus, et qu'il ne voulait lire au-
cun livre d'une date postérieure à la décadence
de l'empire, fût-ce même la Bible ou les Pères.
Quand même ce paganisme se serait borné à la
littérature, il n'est pas d'esprit droit qui ne con-
çoive le tort notable que faisait à la logique, à la
morale et ù l'esthétique, une doctrine qui enten-
dait que Jésus-Christ et la Rédemption cédassent
la place à la volupté païenne et aux plaisanteries
contre les vertus domestiques et sociales. »
« Le retour au paganisme se manifesta non
De la Franc-Maçonnerie.

seulement dans la science, m a i s plus encore dans


les beaux-arts et dans la l i t t é r a t u r e , où au type
conventionnel avait succédé le raffinement plas-
tique. La passion p o u r l ' a n t i q u i t é fit croire q u ' o n
ne pouvait accomplir la renaissance sans rétablir
le culte des idées q u e l ' E v a n g i l e avait dissipées,
et sans relever les r u i n e s de la R o m e païenne s u r
les édifices de la R o m e . c h r é t i e n n e . »
On allait a d m i r e r s u r les autels les portraits de
courtisanes c o n n u e s , q u i représentaient la V i e r g e ;
pour p e i n d r e sainte C a t h e r i n e de S i e n n e , le
Titien fit le portrait de la reine C o r n a r o , toute
rayonnante de p a r u r e s et de b e a u t é ; - le Corrège
peignit les Grâces, sans a u c u n v o i l e , dans lasacris-
tie de Sienne; Charles P i n t i , dans l'épitaphe de la
célèbre Isotta, déclarait qu'elle était Vhonneur et
la gloire des courtisanes.
L'éloquence sacrée e l l e - m ê m e payait u n large
tribut à c e t e n g o û m e n t général pour le p a g a n i s m e .
Elle lui e m p r u n t a i t n o n seulement son style,
mais encore ses citations et ses exemples. C'est
ainsi q u ' u n a u t e u r dit q u e Fange Gabriel trouva
la Vierge Marie lisant les livres sibyllins, et l o r s -
qu'elle consentit à d e v e n i r la Mère de D i e u , les
ombres des patriarches tressaillirent d'allégresse.
J é r ô m e Vida, le docte et saint évêque de Cré-
mone, q u i jeûnait souvent en ne se n o u r r i s s a n t
que de racines, ne parle dans son Art poétique que
des Muses, de P h é b u s et du Parnasse. J a c o b S a n -
nazar, célébrant la naissance du S a u v e u r , i n v o q u e
Le Secret

les Muses, leur faisant excuse de les appeler à


célébrer un enfant né dans une crèche.
Toutes ces splendeurs païennes rejetaient dans
l'ombre le christianisme.
« Pendant quinze siècles, dit César Cantu, on
n'avait eu qu'un idiome pour parler t\ Dieu, une
seule autorité morale, une seule conviction; l'Eu-
rope tout entière, à la même heure, au même
jour, se servait des mêmes paroles pour envoyer
à Dieu ses supplications, ses aspirations et ses
allégresses. Maintenant — aux xv° et xvi* siècles —
au lieu de présenter ce beau spectacle, on voyait
la société se décomposer jusque dans ses profon-
deurs, depuis qu'elle avait remplacé la foi par le
raisonnement, la croyance absolue par les reli-
gions composées ; le doute, en s'inoculant dans les
âmes, avait amené la corruption des moeurs, et
ces mœurs avaient réagi sur les croyances. Ce symp-
tôme se manifeste chez tous les écrivains, et prin-
cipalement chez Nicolas Machiavel et chez Fran-
çois Guichardin. Ce dernier envisage le succès,
jamais la justice d'une cause.... « Ne vous mettez
jamais en opposition avec la religion, ni avec les
choses qui paraissent dépendre de Dieu, parce que
cet objet a trop d'empire sur les sots.» Il ne se
prononçait point entre Moïse e t N u m a , entre J u -
piter et Jésus-Christ. »
« Après cela, on ne saurait plus voir, dit encore
notre auteur, un phénomène étrange et un my-
the dans Machiavel, cet homme qui avait pris
pour modèle de la civilisation nouvelle la civili-
De la Franc-Maçonnerie. 143

sation païenne des Grecs et des R o m a i n s , en


mettant sous le boisseau le Christ et l'Evangile. »
Ecoutez la suite, chers lecteurs, et cessez à
votre tour de vous étonner de voir ce qui se dit,
ce qui s'écrit, ce qui se fait, ce qui se prépare de
nos jours. Machiavel, aux premières années du
e
xvi siècle, faisait la leçon à ses contemporains,
leçon bien sue de nos sociniens modernes. « La
nature, écrivait Machiavel, créa les hommes avec
la faculté de désirer tout et l'impuissance de tout
obtenir, si bien qu'en portant leurs désirs sur les
mêmes objets, ils se trouvent condamnés à se
détester les uns les autres. P o u r s'arracher à cette
guerre de tous contre tous, tout est permis, et on
peut violer tous les droits et tous les devoirs. Aussi
la société a-t-elle été établie pour comprimer l'anar-
chie au moyen de la force organisée. »
« E n résumé, la doctrine de Machiavel est la
doctrine de l'Etat athée, qui ne craint pas d'aller
en enfer, et est à lui-même sa fin et sa loi. Il n'y
a rien de supérieur aux sens ; l'idée de la justice
a pris naissance chez les hommes du jour où ils
se sont aperçus que le bien était utile et le mal
nuisible ; la nécessité seule les pousse au bien ;
le prince doit plutôt se faire craindre que se
faire aimer ; le but des gouvernements, c'est leur
conservation, et il ne peut être atteint que par la
répression, parce que les hommes sont naturelle-
ment ingrats, fourbes et querelleurs, si bien qu'il
convient de les retenir parla cainte du châtiment...
C'est u n malheur qu'à la religion des anciens,
î44

pleine de fierté, qui avait ses gladiateurs, un culte


pour ses héros, une apothéose pour ses conqué-
rants, et qui mêlait la prière au bruit des batailles,
le sang aux cérémonies religieuses, ait succédé
une autre religion toute d'humilité et d'abjection,
négligente de ses propres intérêts. Si Von peut
espérer quelque bien pour V humanité> il viendra de
la révolution des sphères, laquelle pourra faire
renaître quelque culte semblable au culte des an-
ciens. »
Si Machiavel revenait sur la terre et qu'il exa-
minât nos lois athées, la manière dont est traitée
la religion de Jésus-Christ, la haine du vrai Dieu
q u i va grandissant chaque j o u r ; s'il entrait dans
les loges maçonniques eh voie d'inventer un culte
nouveau fort semblable à celui des païens, il pour-
rait se féliciter d'avoir été lu, compris, obéi à la
lettre ; peut-être même serait-il jaloux, en voyant
que sur certains points il a été dépassé, et sur
certains autres trop obéi; car c'est Machiavel qui
disait : « Dans les exécutions, il n'y a aucun dan-
ger, parce que celui qui est mort ne peut plus
songer a la vengeance ». Ainsi parlaient nos ter-
roristes ; ainsi agissent a l'égard des faibles ceux
qui disent, encore avec Machiavel : « La loi su-
prême, c'est le salut de l'Etat» ; tandis que Jésus-
Christ a dit : « Cherchez d'abord le règne de Dieu
et sa justice ».
Pour mettre lin à ces considérations, citons un
dernier fait, relaté par les. historiens, et qui m o n -
tre comment cette renaissance du paganisme faillit
De la Franc-Maçonnerie. 14S

se réaliser complètement, après la m o r t d e L é o n X ,


arrivée en 152 r.
Une peste violente ayant éclaté tout à coup à
Rome, le peuple se laissa emporter à toutes sortes
de désordres. Un certain Démétrius de Sparte
voulut rcssusciterles cérémonies delà superstition
antique. Ayant couronné de Heurs un bœuf, il le
conduisit à travers les rues de la ville, puis le
mena à l'amphithéâtre, où il le sacrifia. Disons
cependantque le peuple, comprenant bientôt qu'il
y avait là un culte rendu à Satan, se prit à redou-
ter une recrudescence dans les malheurs publics
et voulut qu'on fit de solennelles expiations. « On
vit alors une foule d'hommes, de femmes, d'en-
fants, à moitié nus, aller en procession d'église
en église,se flagellant le corps et criant miséricorde.
Ils étaient suivis par de longues files de matrones,
tenant chacune un cierge à la main, elles aussi dans
une attitude de suppliantes et d'affligées ». Les
Précurseurs de la Réforme. — Cantu.
De l'exposé qui précède, on doit conclure que
Socin lui-même n a rien inventé, et que les Soci-
niens modernes ou francs-maçons propagent des
erreurs communes aux Protestants, auxAverrois-
tes, aux Mahométans, aux Ariens, aux Mani-
chéens, aux Gnostiques, aux Juifs déicides, aux
Romains, aux Grecs, aux Egyptiens; au paga-
nisme, en général, depuis qu'il y a des païens
dans le monde.
Bossuet, parlant du paganisme des peuples
anciens, disait : « Là, tout était Dieu, excepté
5
146 Le Secret

Dieu lui-même ». C'est ce que nous reverrions


sans tarder, si Jésus-Christ, Lumière du monde
moral, disparaissait de notre société moderne, em-
portant avec lui le Ha m beau de la foi. Il n'en sera
pas ainsi, évidemment, puisque l'Eglise doit de-
meurer jusqu'à la consommation des siècles, et
que dans notre chère France, malgré les égare-
ments de beaucoup de ses enfants, les justes sont
nombreux encore.
Où sont-ils, parmi nous, ceux qui osent blas-
phémer, en disant que Jésus-Christ n'est pas Dieu?
Sur quelles lèvres rencontre-t-on ces paroles im-
pies ? Quelle est la portion de l'humanité qui ne
craint pas de les proférer, et, au contraire, quelle
est celle qui s'écrie avec saint Pierre parlant à son
Maître : « Vous êtes le Christ, Fils du Dieu vivant? »
Chacun le sait : la dignité de la vie, la noblesse
des sentiments, l'amour de la vérité, de la justice,
de la pudeur, de la modestie, le dévouement gra-
tuit, les plus délicates cl les plus nobles vertus
s'épanouissent et portent leurs fruits à l'ombre de
la croix et de l'autel; et si, dans le camp opposé,
se rencontrent çà et là des qualités humaines et
des caractères élevés, qu'on remonte à leur ber-
ceau, on y trouvera souvent une mère chrétienne,
et plus tard des maîtres chrétiens, une épouse ,
parfois une famille chrétienne.
Le Christ n'est pas Dieu! Ce blasphème, redit
de nos jours par des hommes qui ne savent pas
douter, parce qu'ils n'ont jamais étudié ni réiiéchi,
nous le retrouvons dans lu bouche des criminels,
De la Franc-Maçonnerie.

des assassins de 1793; sur les lèvres de W e i s -


haupt, à l'heure de ses égarements, en attendant
qu'à la fin de sa vie il allât mendier pour bâtir
une église catholique; dans les écrits de Voltaire,
qui se confessait, à ses meilleurs moments; dans
les discours insidieux de Cromwell, esclave de
son ambition ; dans la bouche de Socin, chassé de
sa patrie; d'un Averroès, d'un Mahomet, d'un
Julien l'Apostat, qui se signait durant la nuit ;
des faux Gnostiques, disciples sans doute des pha-
risiens et des scribes, qui s'unirent à C a ï p h e , à
Hérode et à Pilate,pour condamner à mort Notre-
Seigneur Jésus-Christ et l'immoler par la main
des bourreaux.
Voilà les ancêtres de nos francs-maçons athées,
et telle est, en résumé, l'histoire de leur projet
impie, conçu par Hérode l'Ascalonite. Non, cela
n'est pas n o u v e a u ; cela compte bientôt dix-neuf
cents ans d'âge, sans avoir pu aboutir jusqu'ici.

IL — A Vavenir, ce projet triompher a-t-il?

Nous lisons au cinquième chapitre des Actes des


Apôtres que les Juits voulaient mettre à mort
Pierre et Jean, parce qu'ils annonçaient au peuple
la divinité de Jésus-Christ. Alors un pharisien,
du nom deGamaliel, docteur de la loi, honoré de
tout le peuple, se levant dans leur conseil, or-
donna qu'on fît sortir les deux apôtres un m o -
ment, puis il dit à l'assemblée: « Hommes d'Israël,
148 Le Secret

prenez bien garde à ce que vous ferez à l'égard de


ces hommes. E n etfel, avant ces jours-ci, Théodas
a paru, se disant un personnage, et environ quatre
cents hommes s'unirent a lui. Il a été tué, et tous
ceux qui croyaient en lui ont été dissipés et ré-
duits à rien. Après lui se leva Judas, Galiléen,
aux jours du dénombrement, et il attira le peuple
après lui. Celui-là aussi a péri, et tous ceux qui
s'étaient joints à lui ont été dispersés. Maintenant
donc, voici ce que j'ai à vous dire : ne vous mêlez
plus de ces hommes et laissez-les, car si cette en-
treprise ou cette œuvre est des h o m m e s , elle se
dissipera; si, au contraire, clic est de Dieu, vous
ne pourrez la détruire. Ainsi, vous vous trouve-
riez peut-être combattre contre Dieu même. Ils
acquiescèrent à son avis. »
Le raisonnement de Gamaliel est celui du bon
sens et d'une véritable expérience ; on ne saurait
y contredire, à moins d'avoir perdu la raison. De-
puis Gamaliel jusqu'à n o u s , l'œuvre de Jésus-
Christ et de ses apôtres a persévéré, elle a grandi,
et maintenant elle couvre la terre : elle vient donc
de Dieu, car, si elle venait des hommes, il y a
longtemps qu'elle aurait disparu. Aussi pouvons-
nous dire aux francs-maçons, non pas comme Ga-
maliel, qu'ils s'exposent à combattre contre Dieu,
mais que sûrement c'est Dieu qu'ils combattent.
Les empereurs romains se sont essayés, pendant
trois cents ans, à détruire celte œuvre, et les victimes
ont vaincu les bourreaux ; les hérétiques sont ve-
nus alors, s'efforçant de pervertir sa doctrine, et
De la Franc-Maçonnerie. 14g

vaines ont été leurs tentatives; Mahomet apparaît


et se jette sur l'Europe chrétienne avec ses hordes
terribles de Sarrasins, dans l'espoir de remplacer
la croix par le croissant, et Charles Martel achève,
ù Poitiers, d'écraser la puissance musulmane; le
Protestantisme, dont Fauste Socin se montra l'en-
fant terrible, arrive au jour avec Martin Luther
pour père. Il devait, dans la pensée de ses fonda-
teurs, prendre la place du catholicisme, et voici
qu'il n'a plus même un seul dogme, comme doc-
trine; que désormais, grâce au système du libre
examen) il est fatalement condamné à se confondre
avec le rationalisme. O r , le rationalisme, au
0
XVIÏI siècle, a eu à son service une phalange de
philosophes qui n'ont plus leurs égaux parmi
nous, et cependant ils n'ont pas écrasé ce qu'ils
appelaient l'Infâme. Ils croyaient lui avoir donné
des coups mortels, et voici qu'après un siècle, il
faut recommencer leur labeur impuissant.
Nos maçons de l'heure présente se croiraient-ils,
par hasard, plus puissants que les empereurs r o -
mains, plus habiles que les premiers hérésiarques,
plus avisés que Julien l'Apostat, plus terribles
que Mahomet, plus puissants en philosophie que
les Averroistes, plus entendus que Luther et Cal-
v i n , plus sûrs du triomphe que les révolution-
naires de 1793 ? Quelle force inconnue ont-ils
donc? E n eussent-ils u n e , si grande soit-elle, ils
ne vaincront jamais, car, en combattant contre
Jésus-Christ, ils combattent contre Dieu : Christus
vincit. Le Christ est toujours victorieux de ses
JJ>0 Le Secret

grands et de ses petits ennemis, depuis bientôt


dix-neuf siècles : leur projet échouera.
2° Il échouera parce qu'il combat aussi, contre
le Saint-Esprit.
Rappelons en quelques mots cette doctrine fon-
damentale, dont le monde n'a pas l'intelligence,
et c'est pour cela que le monde recommence sans
cesse ses attaques concre l'Eglise catholique.
Avant de quitter ses apôtres, Notre-Seigneur
leur a prédit qu'eux et leurs successeurs seraient
persécutés, comme il l'avait été lui-même. « Le
serviteur, leur disait-il, n'est pas au-dessus de son
maître... Ils m'ont haï, ils vous haïront aussi...
Mais ne craignez rien, j'ai vaincu le monde.... Je
prierai mon Père, et il vous donnera un autre Pa-
raclet qui demeurera avec vous éternellement,
l'Esprit de vérité, qui vous enseignera toute vérité,
et vous suggérera tout ce que je vous ai dit... Vous
recevrez sa vertu quand il descendra sur vous,, et
vous me rendrez témoignage à Jérusalem et jus-
qu'aux extrémités du monde. »
De sorte que l'Eglise porte dans son sein l'Es-
prit de Dieu, qui est son âme ; et comme ce divin
Esprit ne quitte pas et ne quittera jamais l'Eglise,
qui est le corps du C h r i s t , elle est immortelle,
comme le serait un corps humain toujours uni à
son âme. Vouloir tuer l'Eglise, c'est prétendre
t s e r le Saint-Esprit : c'est un rêve insensé.
Toutefois, « il est nécessaire qu'il y ait des scan-
dales, vu la malice humaine; mais malheur à ce-
lui par qui vienUe scandale», dit le Seigneur. Ces
De la Franc-Maçonnerie* I5J

scandales mettent à découvert les pensées et les


sentiments cachés de. c h a c u n , en p r o v o q u a n t des
témoignages de foi chez les croyants, ou des actes
d'incrédulité chez les a u t r e s .
Le vieillard S i m é o n p a r l a i t dans le m ê m e sens
à la sainte Vierge q u a n d il lui disait : « U n glaive
de d o u l e u r percera votre â m e , afin que les p e n -
sées de b e a u c o u p soient révélées ». Et saint P a u l :
« Il faut qu'il y ait des hérésies, afin que ceux q u i
ont u n e vertu éprouvée soient c o n n u s ».
E n u n m o t , Dieu se sert de la malice des
méchants p o u r sanctifier les justes et faire res-
plendir l e u r vertu cachée. Est-ce que Dieu p e r -
mettrait le mal, si le mal n ' a v a i t p a s s a r a i s o n d'être ?
Là est l'explication des hérésies et, en parti-
culier, de la M a ç o n n e r i e s o c i n i e n n e , la pire de
t o u t e s , p u i s q u ' e l l e va p l u s loin que les a u t r e s ; ce
n'est pas le toit de l'Eglise catholique qu'elle
essaie de r u i n e r , ni ses m u r a i l l e s , mais ses fon-
d e m e n t s e u x - m ê m e s . N o t r e devoir à n o u s est de
lui résister.
Cette lutte du bien et d u mal a certes sa g r a n -
d e u r , p u i s q u e le plus beau spectacle d'ici-bas est
celui d u juste aux prises avec la d o u l e u r , a dit u n
sage de l'antiquité. C e spectacle, Jésus-Christ
n o u s l'a offert dans toute sa s u b l i m i t é , d u r a n t sa
vie et à l'heure de sa m o r t s u r t o u t .
O r , il a fait à l'Eglise, son épouse m y s t i q u e , u n
sort semblable au sien, p o u r c o n t i n u e r sa p r o p r e
vie à travers les siècles.
A p e i n e née, elle n o u s offre le spectacle de ses
Le Secret

enfants limant avec les empereurs romains et les


bourreaux; puis celui des docteurs, ses nobles fils,
foudroyant l'hérésie; ensuite sa tille a î n é e , la
France, écrasant, à P o i t i e r s , les sectateurs de
M a h o m e t ; ses grands et saints missionnaires re-
foulant la barbarie par la conversion des peu-
plades du Nord, qui se ruaient sur le midi de
l'Europe, comme pour ruiner à jamais l'œuvre
chrétienne.
0
Au xiri siècle, saint François d'Assise, par son
amour céleste pour Dieu, flétrit la fausse pauvreté
des Fraticclles, et saint Dominique par la vraie
science écrase FAverroïsmc. Ignace de Loyola a
gravé sur son étendard le Nom Sacré de Jésus,
juste au moment où Socin allait se lever pour le
blasphémer ; Jésuites et francs-maçons, désor-
mais, marcheront côte à côte, ceux-ci maudissant
le Christ, ceux-là tiers de porter son N o m , de
vivre, de travailler , de souffrir et de m o u r i r
pour lui.
Oui, cette lutte du bien et du mal est un beau
spectacle, où se déploie et s'exprime en actes la
volonté libre de l'homme, le plus grand don que
Dieu ait fait à l'humanité, dit Dante, le sublime
poète.
Il serait intéressant de voir comment l'Eglise
oppose la charité de saint Vincent de Paul, ses
fils et ses filles héroïques, à la philanthropie
maçonnique, qui ne s'adresse qu'à ses propres
membres ; comment saint Alphonse de Liguori
combat par sa doctrine consolante le rigorisme
De la Franc-Maçonnerie. i53

désespérant des jansénistes, toujours alliés à la


secie m a ç o n n i q u e , comme Hérode et P i l a t e ,
quand il s'agit de persécuter Jésus-Christ.
Voilà le rôle des sociniens-maçons. Semblable
au tentateur, leur secte dit aux générations qui
paraissent : « Si, tombant à mes pieds, vous me
jurez fidélité, je vous comblerai et de plaisirs et de
richesses et d'honneurs ». Je vous protégerai contre
vos rivaux et vos ennemis. En vérité, il faudrait
être aveuglé par la passion, pour ne pas compren-
dre que la Franc-Maçonnerie, de nos jours surtout,
remplit au sein de notre société l'office du tenta-
teur. Que de malheureux chrétiens ont été char-
gés de chaînes par la secte socinienne ! que de
malheureux catholiques sont devenus ses esclaves!
Maintenant ils voient l'imprudence qu'ils ont
commise ; mais ils ne savent comment réparer
leur faute, s'ils en conçoivent le désir.
Cette lutte, dix-neuf fois séculaire, montre bien
que l'Église est invincible, et que Terreur n'a
jamais sur elle une victoire complète : la vérité
demeure y Terreur passe.
L'Eglise est u n mystérieux navire sur lequel
veille l'Esprit de Dieu ; c'est son souffle qui enfle
ses voiles et le pousse à tous les rivages pour y
porter les trésors du Ciel. Non, la Maçonnerie ne
le fera pas sombrer. Les peuples ont besoin de
recevoir de lui la vérité et aussi la liberté, la vraie
liberté des enfants de Dieu, à laquelle est hostile
la doctrine maçonnique.

5*
J54 Le Secret

I I I . — Le projet delà Franc-Maconneric est


ennemi de la liberté religieuse.

Nous savons bien que les francs-maçons par-


lent beaucoup de liberté religieuse, et nous avons
sous les yeux divers diplômes d'affiliation aux
diverses obédiences de la France maçonnique où
on lit, en tête, ces mots : Liberté de conscience.
Mais il ne suffit pas, pour être brave, de parler de
courage, il faut le prouver par des actes. De même,
celui qui est vraiment l'ami de la liberté, le montre
dans sa conduite.
Liberté de conscience : voyons donc si cette en-
seigne placée à la façade du temple maçonnique
est vraie ou menteuse.
Disons d'abord que placer sur le pied de l'éga-
lité le judaïsme et le christianisme, le catholi-
cisme et le protestantisme, le mahométisme et
toutes les hérésies quelconques, ce n'est pas dire,
ni prouver, qu'on respecte toutes les religions,
mais affirmer plutôt qu'on les méprise toutes,
puisqu'elles s'excluent l'une l'autre. Je puis être
l'ami des hommes qui sont dans l'erreur, et user
de bienveillance envers les juifs, les mahométans,
les protestants et les francs-maçons ; toutefois, je
ne saurais, sans être déraisonnable et impie, aimer
en même temps le judaïsme qui crucifie Jésus-
Christ, et le christianisme qui l'adore comme
Dieu ; le catholicisme qui vénère le magistère in-
faillible de l'Eglise enseignante, et le protestai!-
De la Franc-Maçonnerie. i55

tisme q u i le r é p u d i e avec h o r r e u r , en n o u s jetant


à la face le n o m de Papistes, c o m m e u n e injure.
E h bien, c'est c e p e n d a n t ce que Socin a fait.
Il a d m e t dans le t e m p l e qu'il a c o n s t r u i t toutes
les doctrines, i n d i s t i n c t e m e n t ; il les jette pèle-
mêle toutes e n s e m b l e , mais à une condition : c'est
qu'elles céderont toutes le pas à la religion n a t u -
relle, a u t r e m e n t dit, le rationalisme : agir de la
sorte, ce n'est pas respecter ces diverses religions,
mais plutôt les m é p r i s e r t o u t e s ; ce n'est pas de
la tolérance, mais de l'indifférence à sa plus haute
expression.
C r o m w e l l s'est c o n d u i t de la m ê m e manière ;
mais l'explication de son système rationaliste est
p l u s nette, ainsi q u ' o n a pu le voir plus haut, à
l'article c o n s a c r é e ce g r a n d c o n s p i r a t e u r .
E n ce qui c o n c e r n e W e i s h a u p t , il a déclaré dans
ses écrits o r i g i n a u x , rapportés ci-dessus, que le
christianisme et toutes les autres religions « ont
les mêmes fictions p o u r origine ; qu'elles sont éga-
l e m e n t toutes fondées sur le m e n s o n g e , l'erreur,
la chimère et l ' i m p o s t u r e : voilà notre secret »,
ajoutc-t-il.
C'est bien ainsi que les maçons m o d e r n e s l'en-
t e n d e n t , et qu'ils s'en expliquent, en paroles et en
actes. Q u e signifie d o n c , en style m a ç o n n i q u e ,
cette expression : Liberté de conscience ?
Ce n'est pas n o u s q u i ferons la réponse à cette
question, c'est W c i s h a u p t l u i - m e m e q u i a r é p o n d u ,
lui d o n t l ' I l l u m i n i s m c a prévalu, on s'en s o u v i e n t ,
au c o n v e n t u n i v c r s e l d e W i l h e m s b a d . Voici ce qu'il
i56 Le Secret

disait : « Nous avons eu bien des préjuges à


vaincre chez vous, avant de vous persuader que
cette prétendue religion du Christ n'était que
l'ouvrage des prêtres, de l'imposture et de la
tyrannie ». Telle est l'hospitalité offerte dans les
loges aux diverses croyances. On les appelle par
mille promesses et en faisant résonner, du balcon
de la porte, le grand mot de Liberté ; on les ac-
cueille avec grâce, on les fait entrer, puis on ferme
la porte sur elles, et alors commence le labeur ma-
çonnique, qui consiste à vaincre savamment les
préjugés, dit Weishaupt ; c'est-à-dire que l'on
fait mourir à petit feu les croyances religieuses,
quelles qu'elles soient, quand on ne peut pas les
égorger d'un seul coup. C'est là ce qu'on entend
chez ces messieurs par liberté de conscience.
Rien n'est despote et tyrannique, au point de
vue religieux, comme la Maçonnerie. Non seu-
lement elle prétend être la vérité et avoir tous les
droits de la vérité, mais elle ne laisse aucune
liberté à ce qu'elle appelle l'erreur, c'est-à-dire au
catholicisme; elle le charge de chaînes, en atten-
dant qu'elle l'étouffé ou l'égorgé. Ces hommes, qui
font une guerre à outrance au Syllabus, le dépas-
sent d'une façoncruelle. Le Saint-Siège condamne
doctrinalemcnt l'erreur, afin d'éclairer les esprits ;
mais le Syllabus demeure.à l'état de phare, pour
éclairer ceux qui veulent de sa lumière, et les
francs-maçons sont libres d'agir comme ils l'en-
tendent, tandis que les processions catholiques sont
supprimées, renseignement catholique détruit
De la Franc-Maçonnerie. i5y

pièce à pièce, le Christ ôté de nos écoles, le caté-


chisme répudié, et Dieu supprimé. Pourquoi ? Par
ce motif que la Maçonnerie française, en 1 8 7 7 ,
donnant une suite officielle au convent de W i l -
hcmsbad, a supprimé de ses statuts l'existence de
Dieu et de l'immortalité de Pâme. La Franc-Ma-
çonnerie est rationaliste et athée; par conséquent,
elle entend que tout le monde le soit. Elle pros-
crit l'exercice de tout culte religieux, elle ne veut
pas qu'on fasse acte public d'une religion quel-
conque, parce que la conscience des francs-ma-
çons en serait blessée.
Comprenons donc, dès lors, ce que veut dire,
chez eux, cette expression ; Liberté de conscience.
Il s'agit de leur liberté, à e u x ; de leur conscience,
à eux. Ils s'éprennent pour la secte maçonnique
d'un tel amour, d'un tel orgueil, que le genre
humain disparaît à leurs yeux. Nous, catholiques,
nous n'avons plus aucun droit, si ce n'est celui de
recevoir la loi de ces maîtres impitoyables et de
nous estimer heureux qu'on nous laisse vivre,
pour le moment. Si un enfant catholique, dans
Pintérieur de sa classe, m u r m u r e tout bas sa
prière, il faut qu'il se taise : la conscience maçon-
nique en est blessée... Le Pater noster lui donne
des crispations.... La vue du Christ l'importune...
Bientôt la soutane du prêtre sera un crime... nos
chants sacrés des cris de sédition... Catholiques,
et vous aussi, enfants, taisez-vous d o n c , au nom
de la liberté de la conscience maçonnique, taisez-
vous, et si Dieu est votre père, ne le nommez plus,
Le Secret

même tout bas : la Maçonnerie le veut ainsi !


De sorte que les francs-maçons forment le peu-
ple choisi, et nous, qui ne le sommes p a s , nous
sommes les Gentils. Ils constituent la race sainte,
et nous sommes les profanes : c'est le nom qu'en
loge ils nous donnent ; ils sont les citoyens romains
— d'autrefois — et nous les barbares. Ils disent :
Je suis franc-maçon, comme saint P a u l disait :
Civis romanus sum: Je suis citoyen romain. La
liberté à laquelle nous avons droit est celle qu'ils
veulent bien nous octroyer; heureux, encore une
fois, devons-nous nous estimer, de pouvoir vivre,
sans que Ton nous inquiète davantage.
Cela n'est pas nouveau. Chez les Manichéens, il
n'y avait de liberté que pour les Manichéens; ils
ne faisaient l'aumône, nous dit saint Augustin,
qu'aux Manichéens; le reste formait le vulgaire
méprisable. Tels sont, dans leurs pays, les musul-
mans pour les chiens de chrétiens; d'un orgueil
sans bornes et d'une insolence qui serait révoltante,
si elle n'était pas risible. N o u s , nous sommes
des cléricaux^ et on nous l'a dit : le cléricalisme,
voilà Vennemi! Cette épithète vaut les autres.
Ces appréciations sont fondées en raison. Nous
suivons depuis longtemps les travaux des loges,
nous lisons leurs ouvrages et leurs bulletins men-
suels ; nous sommes sur de ce que nous disons.
Liberté de conscience ! Ces deux mots sont-ils
faits l'un pour l'autre? Et les u n i r , n'est-ce pas
faire un mariage forcé ? Je voudrais bien entendre
un franc-maçon nous expliquer ce que l'on entend
De la Franc-Maçonnerie. i5g

en Maçonnerie par liberté de conscience. Si ces


messieurs n'avaient pas fait le serment de se taire,
sous les peines les plus graves, nous les prierions
de vouloir nous renseigner.
A prendre les mots comme ils sonnent, la cons-
cience est le jugement pratique de la raison nous
disant qu'une chose peut être faite, ou doit être
faite, parce qu'elle est bonne ou ordonnée, ou bien
qu'on doit l'omettre, ne pas la faire, parce qu'elle
est mauvaise.
Saint Basile n o m m e la conscience « un tribu-
nal basé sur les lumières naturelles ».
C'est un esprit d'enseignement et de correction
donné à l'âme, dont elle est comme la loi inté-
rieure.
Ecoutons quelques mots de saint Thomas d'A-
quin sur ce chapitre de la conscience, et tirons de
'ses paroles les conclusions voulues par notre
sujet.
« La conscience est dite témoigner, lier, sti-
muler, ou bien encore, accuser, déchirer et re-
prendre. Or, toutes ces choses sont une consé-
quence de l'application que nous faisons à nos
propres actes d'une connaissance ou science de
notre esprit. Cette application se fait de trois ma-
nières ; d'abord quand nous reconnaissons que
nous avons fait ou omis quelque chose, d'après
cette parole de l'Ecclésiaste : « Votre conscience
sait que vous avez souvent dit des malédictions
contre les autres » ; et c'est ainsi que la cons-
cience est dite témoigner.
i6o Le Secret

« E n second H e u , q u a n d nous j u g e o n s suivant


notre conscience q u ' u n e chose doit ou ne doit pas
être f a i t e ; et c'est ainsi q u e la c o n s c i e n c e nous
sert de frein ou d ' a i g u i l l o n .
« Enfin cette application a lieu d ' u n e t r o i s i è m e
m a n i è r e , q u a n d nous j u g e o n s q u ' u n e chose faite a
été bien ou mal faite; et c'est ainsi q u e la cons-
cience excuse, accuse ou déchire. »
La conscience r e m p l i t d o n c en n o u s , d ' a p r è s saint
T h o m a s d ' A q u i n , la triple mission de t é m o i g n e r ,
d é j u g e r et d ' a p p l i q u e r la sanction, et, à ces divers
titres, elle agit d'après des principes de vérité et de
justice qui sont en elle, c o m m e une p a r c i p a t i o n des
p r i n c i p e s qui sont en Dieu l u i - m ê m e . Q u i ne voit,
dès lors, que la conscience ne saurait être l i b r e ?
E n effet, c o m m e t é m o i n , est-ce q u e n o t r e cons-
cience peut n o u s dire q u e n o u s n ' a v o n s pas c o m -
m i s telle ou telle action m a u v a i s e , l o r s q u ' e l l e sait'
parfaitement q u e n o u s en s o m m e s c o u p a b l e s ?
Allez d o n c essayer de persuader à u n pécheur,
q u e l qu'il soit, qu'il est i n n o c e n t ; au fond de
l'âme, il se dira à l u i - m ê m e : les h o m m e s p e u v e n t
i g n o r e r m o n c r i m e ; m o i , je ne saurais l'ignorer.
Q u e cet h o m m e cherche l u i - m ê m e à se faire i l l u -
sion^ sa conscience, c o m m e une b r a n c h e v i g o u -
reuse u n m o m e n t c o u r b é e , se relèvera bientôt
avec u n e force nouvelle et lui dira : J'ai t o u t vu,
t o u t entendu, tout r e t e n u ; je dépose et je dépose-
rai toujours contre toi, car je suis esclave de la vé-
rité i n c o r r u p t i b l e .
C r o y e z - v o u s que c o m m e juge la conscience soit
De la Franc-Maçonnerie. i6x

plus libre ? Non, évidemment. La conscience


n'étant pas autre que la raison jugeant dans un
cas particulier et prononçant qu'un acte est bon
ou mauvais à ses yeux, la conscience alors dit né-
cessairement ce qu'elle voit : la vérité. Est-ce
qu'un homme, en plein m i d i , est libre de voir
ou de ne pas voir qu'il fait jour ? Il a beau fermer
les yeux, il n'est pas libre de dire qu'il fait nuit,
quand il sait qu'il fait jour. S'il le dit, il sait bien
qu'il ment à la vérité. Aussi la conscience n'est
pas libre de dire qu'elle voit autre chose que ce
qu'elle voit.
Enfin, la conscience ne saurait non plus ne pas
nous accuser quand nous avons mal agi, ne pas
nous déchirer par le remords, qu'elle enfonce en
nous comme u n glaive, et qu'elle n'arrachera de
notre cœur, que quand nous aurons expié ce crime,
cette faute, devant Dieu, qui pardonne toujours
au pécheur contrit et repentant, dans le tribunal
de miséricorde qu'il a établi sur la terre, par le
ministère de son Eglise,quand on peuty recourir.
La conscience n'est donc libre, ni comme té-
moin, ni comme juge, ni comme exécutrice de la
sentence ; par conséquent cette expression : liberté
de conscience, en soi, est défectueuse.
Si cette locution veut dire : liberté de croyance,
alors elle est plus intelligible, car la liberté étant
la faculté de choisir entre le bien et le mal ; « fa-
cultas eligendi inter bonum et malum », chacun,
en vertu de cette faculté, croit ou ne croit pas à
renseignement qu'il reçoit.
Le Secret

Mais encore ici nous pouvons demander où est


le respect de la Franc-Maçonnerie p o u r les croyan-
ces religieuses d'autrui. Si ce respect' existait,
les maçons ne traiteraient pas les catholiques
comme ils le font, quand ils ont le pouvoir en
main ; et les Souverains Pontifes n'auraient pas à
élever la voix si souvent pour se plaindre de leurs
écrits et de leurs actes.
La secte maçonnique, nous l'avons dit, et cha-
cun peut s'en convaincre aujourd'hui, est d'une
intolérance inouïe pour toute religion positive,
surtout pour le catholicisme. Elle l'attaque dans
les loges. — où, dit-elle, on ne parle ni de religion
ni de politique, — avec une violence inspirée par la
haine sectaire, et aussi par la mauvaise foi, quand
ce n'est pas de l'ignorance.
Nous nous faisons un devoir d'administrer la
preuve de cette affirmation, et c'est encore dans le
Bulletin de la Grande-Loge symbolique écossaise
que nous la prendrons, page 3 3 3 , n° 2 3 . Février
1882.
a Le F . \ Ponccrot rend compte en ces termes
d'une brochure offerte à la L . \ par le F.*. Alfred
La Belle, et intitulée : Les Dogmes.
« Dans cet ouvrage, mes F . F . \ , le F . ' . La Belle,
prenant tout particulièrement ù partie les dogmes
fondamentaux de la religion catholique, s'attache
à démontrer que les théologiens, ses fondateurs,
en les formulant, n'ont nullement fait œuvre d'in-
vention, mais uniquement d'appropriation, en
empruntant les principaux caractères aux rcli-
De la Franc-Maçonnerie. i63

gions h i n d o u e s q u i ont précédé Père chrétienne


de p l u s i e u r s m i l l i e r s d ' a n n é e s .
« C o m m e n ç a n t par le péché originel, P a u t e u r
établit q u e la Bible h é b r a ï q u e a b r o d é son r o m a n
d'Adam et d ' E v e sur le m v t h e h i n d o u de l'arbre
de vie et de science qu'elle n'a fait q u ' a c c o m m o -
der aux besoins de l ' é p o q u e , et au but que p o u r -
suivaient Moïse et p l u s tard les Pères de l'Eglise
pour e x p l i q u e r à leur façon les causes du m a l et
de la déchéance o r i g i n e l l e , cette monstruosité d o n t
il fait ressortir la parfaite et i n i q u e absurdité.
« De l'idée de la création tirée du néant et de
ce p r i n c i p e de la déchéance originelle découlent
logiquement tous les autres d o g m e s : d ' i m m a c u l é e
conception, de b a p t ê m e , de confirmation, de m a -
riage, d ' e x t r ê m e - o n c t i o n , d ' o r d r e , d ' E u c h a r i s t i e ,
d ' i m m o r t a l i t é et de vie future, de purgatoire et
d'enfer, etc., etc. , et finalement l'infaillibilité
pontificale, le P a p e , successeur et représentant du
R é d e m p t e u r , F i l s de D i e u , devant être nécessai-
r e m e n t infaillible.
a Je m'abstiens de suivre l'auteur dans la criti-
que détaillée qu'il fait de c h a c u n de ces dogmes
-
qui — c'est le F . . P o n c e r o t toujours qui parle —
forment les têtes de chapitre de son v o l u m e , d o g -
mes d o n t l'inanité n'a certes, mes F F . ' . , pas besoin
de v o u s être d é m o n t r é e , l'édifice étant c o n s t r u i t
de telle sorte q u e , très solide, trop solide m a l h e u -
r e u s e m e n t q u a n d on a d m e t cette d o n n é e de la
chute originelle, il s'écoule et tombe en p o u s s i è r e
dès q u e cette clef de voûte est brisée. »
i64 Le Secret

N o u s p o u r r i o n s n o u s arrêter ici ; mais si, par


hasard, le F . \ P o n c c r o t nous lit, u n j o u r , peut-
être dira-t-il q u e n o u s n'avons pas ose citer ce
q u ' i l y a de plus fort dans son article ; n o u s citons
d o n c le reste :
« Je vous dirai toutefois q u e l q u e s mots du
chapitre de la P r é d e s t i n a t i o n , sur lequel le F.*. La
Belle s'est p a r t i c u l i è r e m e n t étendu, e t d o n t i l a fait
ressortir la contradiction flagrante avec les attri-
buts de bonté et de s o u v e r a i n e justice d o n t les
croyants se plaisent à parer leur D i e u .
« Ce dogme a son origine et son explication
d a n s le B r a h m a n i s m e , dont la civilisation relative
est fondée sur la division des classes.
G Dans l'Inde, la caste sacerdotale avait besoin
de s'attribuer l'autorité, le g o u v e r n e m e n t s u p r ê m e
et la possession de la plus g r a n d e part possible
des biens terrestres; elle se prétendit, étant émanée
d u cerveau m ê m e de B r a h m a , prédestinée à la su-
périorité de l'intelligence et seule titrée p o u r créer
la loi, le droit, s'établissant ainsi maîtresse abso-
l u e de la société entière.
« C'était là, c o m m e vous le voyez, u n e fort
nette négation des idées de liberté, d'égalité et de
fraternité.
« Cette tradition funeste était t r o p b o n n e à ex-
ploiter, et surtout t r o p fructueuse p o u r ne pas
servir de type aux chefs des différentes religions
postérieures en contact avec le B r a h m a n i s m e , q u i
l'utilisèrent autant que leur permettait de le faire
le milieu où ils opéraient, et vous la retrouverez
De la Franc-Maçonnerie. i65

en traductions diverses : en Perse, en Egypte, où


l'avaient importée les émigrants hindous, puis
chez les Druides, les Grecs et les Latins, qui en
atténuèrent toutefois Phorrible despotisme, ces
derniers surtout, en admettant, plus tard, après
Jésus, le relèvement possible du paria, à cette
condition, toutefois, que la grâcedivine le permît,
car il est bien entendu que le Dieu de ces gens se
réserve de sauver qui il lui plaît, connaissant de
toute éternité ceux-là qu'il lui convient de dam-
ner, probablement pour sa satisfaction person-
nelle , vu qu'étant tout-puissant , il ne peut
dépendre que de lui que tous ses enfants soient
heureux et jouissent de la béatitude éternelle.
Telle est sa justice. »
Tels sont, dirons-nous à notre tour, les raison-
nements du F . ' . La Belle, mis en lumière par le
F.*. Ponccrot. Jusque-là, rien n'était dangereux
pour l'auditoire, puisque personne n'y pouvait
rien comprendre. La conclusion a dû l'impres-
sionner davantage; la voici : « Pour nous, mes
FF.*., qui n'entrons dans n o s a t . \ m a ç . \ — ate-
liers maçonniques — qu'après avoir laissé toutes
ces superstitions à la porte, unissons-nous au F . ' .
La Belle, en disant : Salut et merci à la méthode
scientifique, qui expulse de partout le procédé de
la foi ».
Ce qu'il y a de plus clair en cela, c'est que la
liberté de conscience est entendue d'une façon
singulière par MM. les francs-maçons : ils lais-
sent à la porte tous les préjugés, c'est-à-dire toute
crovancc religieuse, et saluent avec enthousiasme
la méthode scientifique, qui expulse de partout le
procédé de la foi. L'expression ; liberté de cons-
cience, n'est donc qu'un mot destiné à tromper,
ou bien c'est le Syllabus de Terreur maçonnique.
Pour ce qui est de Pextrait lui-même et de sa
valeur, nous nous permettrons de dire au F . \ La
Belle et au F.-. Ponecrot, qu'il leur eût été fort utile
de consulter le travail de M. Estîin Carpcntcr,
publié dans le The Nine teenth Century—décem-
bre 1 8 8 0 . Cet écrivain ne devait pas les effrayer,
puisqu'il est rationaliste. Eh bien, dans une dis-
cussion historique où le P. de Bonniot publie un
résumé de ce travail, comme F.-. Poncerot a fait
pour le F . \ La Belle, le P. de Bonniot, suivant
pas à pas le savant précité, lire cette conclusion:
« Ainsi, tout croule dans ce système qui fait du
christianisme une sorte de secte boudhique. Outre
que les doctrines sont radicalement opposées dans
leurs parties essentielles, Phistoire ferme obstiné-
ment toutes les voies qui pouvaient permettre aux
idées de Boudha de pénétrer jusqu'aux lieux où
la religion du Christ a pris naissance avec l u i . . .
Il ne reste donc plus rien qui permette de tirer le
christianisme du Boudhisme. Jusqu'à ce pauvre
argument fondé sur la ressemblance, tout a dis-
paru! Les origines boudhiques du christianisme
sont une plaisanterie scientifique.

« J , DE BONNIOT. »

{Annales de philosophie chrétienne. — Juin 1 8 8 1 . )


De la Franc-Maçonnerie. t6y

Faisons observer q u e la thèse du F.*. La Belle


n'est pas autre que celle des philosophes de l'Aca-
démie de Vicence, fondateurs de la Maçonnerie,
dont les écrits ont d i s p a r u . Les uns et les autres
oublient q u e J é s u s - C h r i s t n'a jamais fréquenté les
écoles et q u e les Juifs en l'écoutant parler disaient,
pleins d ' a d m i r a t i o n : a C o m m e n t celui-ci sait-il
les lettres.puisqu'il ne les a p o i n t apprises? Cepen-
dant l ' E v a n g i l e est la parole de Jésus-Christ. Q u i
donc connaissait B o u d h a à J é r u s a l e m ou m ê m e
chez les R o m a i n s , qui n'en ont point parlé ? Et
les apôtres, est-ce dans le lac de T i b é r i a d e qu'ils
ont péché le B o u d h i s m c ? Q u e l q u e s jours avant
de c o m m e n c e r à prêcher, ils étaient a b s o l u m e n t
ce q u ' o n appelle des i g n o r a n t s ; cependant la d o c -
t r i n e q u ' i l s ont a n n o n c é e est a b s o l u m e n t la m ê m e
que celle des Pères de l'Eglise et la nôtre. C'est
p o u r q u o i n o u s disons et n o u s p r o u v o n s que le
F . ' . La Belle et le F . ' . P o n c c r o t font e r r e u r . Ce
fait, sur lequel n o u s insistons à dessein,montre de
quelle façon sont égarés les esprits par les orateurs
des loges, c o m m e n t la liberté religieuse y est peu
respectée, et ce q u ' i l faut e n t e n d r e par la m a x i m e
m a ç o n n i q u e : Liberté de conscience.
Liberté de conscience ou autre, la secte m a -
ç o n n i q u e n'en c o m p r e n d a u c u n e , et nous ne savons
celle q u ' e l l e p r a t i q u e .
La liberté, considérée c o m m e faculté de choisir
entre le bien et le mal, est confondue par eux avec
le droit de choisir entre le bien et le mal ; et ce-
p e n d a n t il y a u n e grande différence entre la fa-
i6S Le Secret

culte et le droit. U n père a la faculté de faire éle-


ver son enfant en païen, mais il n'en a pas le droit.
J'ai la faculté de p r e n d r e le bien d ' a u l r u i et de
violer son d o m i c i l e , mais je n'en ai pas le droit.
U n législateur a la faculté de faire des lois injus-
tes, impies, mais il n'en a pas le droit. Est-ce ainsi
que messieurs les maçons l ' e n t e n d e n t ? Leurs
actes r é p o n d e n t à cette q u e s t i o n , et ils ne peuvent
nier que partout où ils sont, la liberté p o u r eux
consiste dans le droit de faire ce qu'ils veulent,
qu'ils s'appellent nihilistes, i l l u m i n é s , socialistes,
c a r b o n a r i , libéraux ou francs-maçons.
Les droits p o l i t i q u e s de c h a c u n , dont le respect
assure à tous la liberté c o m m u n e , savent-ils les
respecter ? Est-ce que depuis les e m p e r e u r s et les
présidents de r é p u b l i q u e que Ton assassine', jus-
q u ' a u plus simple religieux q u e Ton chasse de sa
d e m e u r e , il n'y a pas une m u l t i t u d e de fonction-
naires et de personnes qui se plaignent, et a j u s t e
titre, d'être blessés dans l'exercice de leurs droits
légitimes ? Mieux v a u d r a i t parler m o i n s de liberté
et la p r a t i q u e r davantage. N o u s laissons au lecteur
le soin d'achever l u i - m ê m e cette c o n s i d é r a t i o n ,
car il est difficile de parler sans é m o t i o n de la
liberté, q u a n d on la voit t o u r m e n t é e , a r r ê t é e ,
e n c h a i n é e c t foulée aux pieds par des h o m m e s q u i ,
sous prétexte de l i b e r t é , ne connaissent q u e l'in-
dépendance, la licence et la révolte.
t)e la Franc-Maçonnerie. i g

IV. — Le projet de la Maçonnerie est contraire


aux bonnes mœurs.

Si la Maçonnerie est ennemie de la vraie liberté,


elle n'est guère amie des bonnes mœurs. On peut
lui appliquer les paroles que Luther lui-même
disait de la Réforme protestante, puisque Socin en
a été l'enfant terrible. Ne l'oublions pas : les dis-
ciples de Socin ont gravé sur la tombe de leur
maître ceci : a Luther a découvert le toit de l'E-
glise catholique ; Calvin en a renversé les murs, et
Socin en a arraché les fondements ».
« A peine avions-nous commencé à prêcher
notre Evangile, dit Luther, qu'il y eut dans le
pays un bouleversement épouvantable; on vit des
schismes et des sectes, et partout la ruine de l'hon-
nêteté, de la morale et de l'ordre : la licence et tous
les vices, et les turpitudes dépassèrent toutes les
bornes, bien plus qu'elles ne l'avaient fait sous le
règne du papisme; le peuple, jadis retenu dans le
devoir, ne connaît plus de l o i , et vit comme un
cheval débridé, sans pudeur ni frein, se laissant
emporter au gré de ses désirs matériels. Depuis que
nous prêchons, le monde devient plus triste, plus
impie, plus dévergondé ; les démons se déchaî-
nent par légions sur les hommes, q u i , à la pure
lumière de l'Evangile, se montrent avides, i m p u -
diques, détestables, enfin pires qu'ils n'ont été
sous la papauté; depuis le plus grand jusqu'au
plus petit, on ne voit partout qu'avarice, désor-
; 5**
Le Secret

dres honteux, passions abominables. Moi-même,


je suis plus négligent que je ne l'ai été sous le
papisme, et moins que jamais je me plie a la dis-
cipline et aux pratiques de zèle que je devrais
observer. Si Dieu ne m'avait pas caché l'avenir,
je n'eusse jamais osé propager une doctrine d'où
doivent sortir tant de calamités, tant de scandales.»
— Edition de Walch, v. i 1 4 .
Cette confession de Luther, faite dans un mo-
ment où la vérité parlait à son âme, est remarqua-
ble. C'est l'erreur prise sur le fait; c'est l'erreur
avec ses conséquences immédiates et déplorables,
retombant sur la tetc et le cœur du père de la
prétendue Réforme, pour le punir de son orgueil,
de son imprudence et de ses faiblesses coupables.
L'abbé Lefranc, déjà cité, va nous dire ce que
la Maçonnerie a fait de la France , et ce qu'était,
par suite de sa doctrine, le Français ù la lin du
c
xvni siècle.
« L'Europe est étonnée du changement qui s'est
opéré dans nos mœurs. Autrefois, on ne repro-
chait à un Français que sa gaîté, sa légèreté, sa fri-
volité; aujourd'hui qu'il est devenu cruel, bar-
bare, sanguinaire, on l'a en horreur, et on le craint
comme on ferait d'une bète féroce. Qui l'a rendu
farouche, soupçonneux, toujours prêt à attenter à
la vie de ses semblables et à se repaître de l'image
de la mort t Le dirai-je, et m'en croira-t-on? C'est
la Franc-Maçonnerie... O u i , je ne crains pas de
l'avancer, c'est la Franc-Maçonnerie qui a appris
aux Français à envisager la mort de sang-froid^ à
De la Franc-Maçonnerie. iji

manier le poignard avec intrépidité, à manger la


chair des morts, à boire dans leurs crânes, et à
surpasser les peuples sauvages en barbarie et en
cruauté.
a Sous le prestige de la liberté et de l'égalité,
elle a su éteindre le sentiment de la religion dans
le cœur des Français, leur rendre odieux leurs
princes, leurs magistrats, leurs pasteurs les plus
fidèles; n o u r r i r un esprit de division dans les
familles les plus unies, inspirer l'horreur et le
carnage pour faire réussir ses projets insensés.
C'est a l'ombre de l'inviolable secret qu'elle fait
jurer aux initiés à ses mystères, qu'elle a donné
des leçons de meurtre, d'assassinat, d'incendie et
de cruauté. Elle a encouragé aux forfaits les plus
inouïs, par l'assurance de l'impunité, par le nom-
bre des bras armés pour la défense de ceux qui
suivraient ses maximes; et elle a réussi à les sous-
traire à la sévérité des lois, quelques excès qu'ils
se soient permis. De quoi n'est pas capable, en
effet, une société ambitieuse guidée par le fana-
tisme, qui a des correspondances dans toute l'Eu-
rope; qui a lié à sa cause une infinité d'individus
qui ont juré de marcher à son secours, quoi qu'il
doive leur en coûter, qui paraît faite pour réunir
les hérétiques de toutes les sectes, et qui les voit
déjà préparés à s'émouvoir au premier signal? »
« Le serment qu'on exige du récipiendaire a
quelque chose d'atroce. Le voici : a Après que
mes yeux auront été privés de la lumière par le fer
rouge, je consens, si je révèle jamais le secret qui
Le Secret

m ' a u r a été confie, q u e m o n corps d e v i e n n e la


proie des v a u t o u r s ; que ma m é m o i r e soit en exé-
cration aux enfants de la veuve par toute la terre.
Ainsi soit-il. » Cette veuve est la société soci-
nienne. »
« O n dira peut-être q u e la F r a n c - M a ç o n n e r i e
n'a pas adopté tous ces excès ? Je r é p o n d s qu'il
n'en est a u c u n d o n t elle ne soit capable, et q u ' o n
ne puisse justement lui i m p u t e r d'après ses p r i n -
cipes c o n s t i t u t i o n n e l s . E l l e veut et prétend ad-
mettre dans son sein toutes les sectes ; d o n c celles
q u i sont modérées se t r o u v e r o n t à côté de celles
qui sont farouches,extrêmes dans l e u r s p r i n c i p e s .
D o n c , de son p r o p r e aveu, elle se trouvera formée
de sectes contradictoires, q u i a u r o n t des prin-
cipes opposés, q u i p o u r r o n t a p p r o u v e r et ensei-
gner ce q u e d'autres t r o u v e r o n t r é p r é h c n s i b l e et
insoutenable ; donc les principes des francs-ma-
çons tendent ù former u n corps m o n s t r u e u x , ca-
pable de tous les excès dans lesquels l'erreur et le
fanatisme peuvent faire t o m b e r l ' h o m m e faible et
aveuglé par les préjugés et les fausses o p i n i o n s ; et
n'y eût-il dans les loges m a ç o n n e s que le mélange
de luthériens et de protestants, de chrétiens et de
déistes, de juifs et de m a h o m é t a n s , q u i peuvent
tous être reçus en loge, n'en serait-ce pas assez
p o u r éloigner u n bon catholique de s'y faire r e c e -
voir ?» — Le voile levé pour les curieux, p. 4 r.
Eckert, maçon protestant, a écrit ce qui suit :
« L'histoire doit nier que la F r a n c - M a ç o n n e r i e
ait r e n d u le peuple plus m o r a l . Il est vrai ,
De la Franc-Maçonnerie. IJ3

ajoute-t-il, qu'en 1 7 7 0 , époque de son introduc-


tion en Allemagne par l'Angleterre, le peuple
avait moins de connaissance scientifique; mais,
en revanche, il se distinguait par la probité et les
bonnes mœurs ; il aimait son domicile, avait pitié
du pauvre, était loyal, content de ce que la Provi-
dence lui avait donné en partage; en u n mot, il
vivait selon les commandements de Dieu, auquel
il croyait et qu'il adorait saintement. Et aujour-
d'hui, il est plein d'un-e outrecuidante présomp-
tion, il a soif de jouissances interdites ; il est sans
foi à Dieu, à ses saints commandements, à la ré-
compense du bon et à la punition du méchant ; il
regarde comme lui étant permistout ce qui lui pa-
raît avantageux, tout ce qui excite sa convoitise. »
O n ne pouvait pas exprimer la vérité plus exac-
tement, ni indiquer d'une façon plus claire la
source du mal.
L'homme cherche toujours son propre bon-
heur, dans ses actes. S'il croit au ciel et à l'enfer,
il agira dételle manière qu'il puisse éviter le feu
éternel réservé aux pécheurs, et obtenir le bon-
heur éternel promis au chrétien obéissant à la loi
de Dieu. Aidé de la grâce divine que la prière et
la pratique des sacrements lui donnent, il s'effor-
cera de vaincre ses mauvais penchants et de pra-
tiquer la vertu, préférant se priver ici-bas du plai-
sir défendu,plutôt que de s'exposer à des tourments
sans fin. Mais s'il ne croit pas à une récompense
au delà de la tombe, voulant absolument son bon-
heur, il le cherchera en ce monde, et pour lui,
5
i?4 Le Secret

l'objectif de la vie, ce sera la jouissance à tout


prix. Ce sont d o n c les croyances q u i r è g l e n t la
m o r a l e , et il n'y a pas de m o r a l e i n d é p e n d a n t e des
d o g m e s . O r , la F r a n c - M a ç o n n e r i e abolit tous les
dogmes ; elle va jusqu'à l'athéisme, d u m o i n s chez
les maçons qui ont adopté p u r e m e n t et simple-
m e n t r i l l u m i n i s m e de W c i s h a u p t . E n France*
jusqu'en 1877,1e G r a n d - O r i e n t a v a i t g a r d é , c o m m e
n o u s l'avons dit, dans ses statuts, la croyance à
l'existence de Dieu et à l ' i m m o r t a l i t é de l ' à m e . A
cette é p o q u e , il a effacé ces deux c r o y a n c e s , p o u r se
faire athée, t a n d i s que l'Angleterre et l ' A m é r i q u e
se séparaient de l u i , v o u l a n t conserver dans leurs
rites l'existence de Dieu et l ' i m m o r t a l i t é de l'àme.
Votre M a ç o n n e r i e e s t d o n c sans D i e u , sans foi,sans
lois religieuses. E l l e professe u n e m o r a l e c i v i q u e ,
dont la sanction est dans l'amende,la'prison ou u n e
peine q u e l c o n q u e , sons a u c u n r a p p o r t avec la
sanction éternelle. L o r s donc q u ' i l n'est pas d é -
fendu p a r l a loi h u m a i n e de faire u n acte, t o u t
i m m o r a l qu'il soit, si cet acte peut être avanta-
geux à son a u t e u r ou exciter sa convoitise, dit
Eckcrt,il le fait sans s c r u p u l e et sans r e m o r d s , car
il ne croit ni à D i e u , ni à ses c o m m a n d e m e n t s ,
ni uses récompenses,pas plus qu'à ses c h â t i m e n t s .
C'est p o u r q u o i , n o u s p o u r r i o n s a p p l i q u e r au
regne de la F r a n c - M a ç o n n e r i e p a r m i n o u s ce q u e
L u t h e r disait du règne de sa propre Réforme ; ce
q u e l'abbé Lefrane écrivait sur les m œ u r s de la
F r a n c e , au m o m e n t de la R é v o l u t i o n dont il de-
vait être v i c t i m e ; c e q u ' E c k c r t dit de l ' A l l e m a g n e .
De la Franc-Maçonnerie. i5
7

Qui ne sait le déluge d é l i v r e s m a u v a i s , de jour-


naux o r d u r i e r s , de g r a v u r e s obscènes, dont n o u s
sommes i n o n d é s , à l ' é p o q u e actuelle ? Il a fallu
inventer u n m o t d o n t la racine, q u i signifie pmvf/-
tution, e x p r i m e bien la chose : la pornographie,
pour p e i n d r e d ' u n trait n o s images et nos m œ u r s .
A q u i faut-il a t t r i b u e r ce h o n t e u x désordre ? N u -
bius, chef de la H a u t e - V e n t e , a r é p o n d u : « Le
meilleur p o i g n a r d p o u r frapper l'Eglise c a t h o l i -
que au c œ u r , c'est la c o r r u p t i o n ». Son conseil a
été e n t e n d u et suivi p a r m i n o u s . C'est donc à la
Maçonnerie qu'est d û ce m o u v e m e n t de décadence
morale dans les diverses publications de notre
époque, d ' o ù elle passe d a n s les m œ u r s privées et
p u b l i q u e s , par ce motif q u e la parole est u n e se-
mence q u i p r o d u i t fatalement des fruits, selon sa
nature b o n n e o u m a u v a i s e . La M a ç o n n e r i e est
donc c o n t r a i r e a u x b o n n e s m œ u r s . Le mal qu'elle
a fait, sous ce r a p p o r t , et b e a u c o u p d'autres, est
incalculable, i n s o n d a b l e , profond c o m m e l'a-
bîme. D e p u i s trois siècles, elle égare l ' h u m a n i t é et
la jette en pâture à toutes les débauches de l'es-
prit et d u c œ u r ; c'est p a r elle surtout q u e la Ré-
forme a p r o d u i t ses fruits les plus m a u v a i s . E t
cela se c o m p r e n d , n o u s tenons à redire cette vérité,
p r i n c i p e de toute m o r a l e , c'est parce que Socin a
quitté J é s u s - C h r i s t , sans q u i l ' h o m m e est i n c a p a -
ble de faire u n seul acte de vertu s u r n a t u r e l l e .
L u t h e r et Calvin n'avaient point poussé j u s q u e -
là la négation. Si, u n j o u r , l'histoire porte son
flambeau dans les loges m a ç o n n i q u e s , et qu'elle
Le Secret

prenne à tâche d'en scruter les principes et les


actes, d'en peser l'influence sur la vie intellec-
tuelle et morale des individus et des nations, ce
sera pour elle et pour le monde une effroyable
révélation. Elle dira que depuis le m.ilieu du sei-
zième siècle jusqu'à nos jours, le monde est cor-
rompu, corps et âme, rendu païen par l'hérésie
socinienne, qui n'est pas autre que la secte ma-
çonnique. Il sera alors évident que les Papes seuls
ont vu clair, quand ils condamnaient la Maçonne-
rie, mais que tous les autres ont été et sont demeu-
rés aveugles. L'Eglise nous eût sauvés de ce fléau.
V. — Le projet de la Maçonnerie est anti social.
Le lecteur qui nous a suivi, a pu déjà ap-
prendre à connaître les différents personnages qui
ont joué un rôle important dans l'histoire maçon-
nique. Ils ont vu que Socin, père de la secte,
s'était livré à l'étude de la théologie et qu'il a
donné à son œuvre un caractère religieux, ou plu-
tôt antireligieux. Il a vraiment été hérésiarque.
Cromwell, homme de guerre et de diplomatie,
se livrant peu à l'étude de la théologie, n'eût pas
empreint la Maçonnerie de ce caractère, s'il n'a-
vait été endoctriné par les sociniens, venus de
Pologne en Angleterre. Cromwell est le conspira-
teur ambitieux, tel que Ta peint Bossuet, le ma-
çon de haute école, passant de la théorie à la pra-
tique. Bossuet, en parlant de cet homme, évidem-
ment ne connaissait pas l'œuvre commencée
or
par lui en Angleterre, et dont Charles I avait
De la Franc-Maçonnerie. 177

été la victime infortunée, sinon il eût élevé la


voix, et jetant un regard sur les conséquences du
socinianisme de Cromwell, il eût, en parlant de
lui, averti les rois du sort que leur réservait
la secte , dans l'avenir ; Bossuet eût entrevu
Louis XVI sur l'échafaud, aussi facilement que Ton
a pu prédire depuis vingt ans l'assassinat des
empereurs et des présidents de républiques oppo-
sés à la secte maçonnique.
Nous ne résistons pas au désir de placer ici, de
nouveau, sous les yeux du lecteur, le portrait de
Cromwell, d'autant plus qu'il est une preuve à
l'appui de ce que nous voulons prouver, à savoir:
que le projet de la Franc-Maçonnerie est anti-
social :
« U n homme s'est rencontré d'une profondeur
d'esprit incroyable, hypocrite raffiné autant qu'ha-
bile politique, capable de tout entreprendre et de
tout cacher, également actif et infatigable dans la
paix et dans la guerre, qui ne laissait rien à la
fortune de ce qu'il pouvait lui ôter par conseil
et par prévoyance ; mais au reste si vigilant et si
prêt à tout, qu'il n'a jamais manqué les occasions
qu'elle lui a présentées ; enfin un de ces esprits re-
muants et audacieux, qui semblent être nés pour
changer le monde. Que le sort de tels esprits est
hasardeux et qu'il en paraît dans l'histoire à qui
leur audace a été funeste! Mais aussi que ne font-
ils pas quand il plaît à Dieu de s'en servir ! U
lut donné à celui-ci de tromper les peuples, et de
prévaloir contre les rois. Car, comme il eut aperçu
Le Secret

que dans ce mélange infini de sectes, qui n'avaient


plus de règles certaines, le plaisir de dogmatiser
sans être repris ni contraint par aucune autorité
ecclésiastique ni séculière, était le charme qui
possédait les esprits, il sut si bien les concilier
par là, qu'il lit un corps redoutable de cet assem-
blage monstrueux. Quand une fois on a trouvé
le moyen de prendre la multitude par l'appât
de la liberté, elle suit en aveugle, pourvu qu'elle
en entende seulement le nom. Ceux-ci, occupés
du premier objet qui les avait transportés, allaient
toujours, sans regarder qu'ils allaient à la servi-
tude ; et leur subtil conducteur qui, en combat-
tant,cn dogmatisant, en mêlant mille personnages
divers, en faisant le docteur et le prophète, aussi
bien que le soldat et le capitaine, vit qu'il avait
tellement enchanté le monde, qu'il était regardé
de toute l'armée comme un chef envoyé de Dieu
pour la protection de l'indépendance, commença
à s'apercevoir qu'il pouvait encore les pousser
plus loin. Je ne vous raconterai pas la suite trop
fortunée de ses entreprises, ni ses fameuses vic-
toires, dont la vertu était indignée, ni cette l o n -
gue tranquillité qui a étonné l'univers. C'était le
conseil de Dieu d'instruire les rois à ne point quit-
ter son Eglise. Il voulait découvrir par un grand
exemple tout ce que peut l'hérésie ; combien elle
est naturellement indocile et indépendante, com-
bien elle est fatale à la royauté et à toute autorité
légitime. Au reste, quand ce grand Dieu a choisi
quelqu'un pour être l'instrument de ses desseins,
De la Franc-Maçonnerie. lyg

rien n ' e n arrête le c o u r s ; o u il enchaîne o u il


aveugle, ou il d o m p t e tout ce q u i est capable de
résistance, u Je suis le S e i g n e u r , dit-il par la
b o u c h e de J é r é m i c ; c'est m o i qui ai fait la terre
avec les h o m m e s et les a n i m a u x , et je la mets
entre les m a i n s de q u i il me plaît. E t m a i n t e n a n t
j'ai v o u l u s o u m e t t r e ces terres à N a b u c h o d o n o s o r ,
roi de B a b y l o n c , m o n serviteur, » Il l'appelle son
serviteur q u o i q u e i n h d è l e , à cause qu'il Ta n o m m é
p o u r exécuter ses décrets, « E t j ' o r d o n n e ,
p o u r s u i t - i l , q u e tout l u i soit soumis, jusqu'aux
a n i m a u x » : tant il est vrai q u e tout ploie et q u e
tout est souple, q u a n d Dieu c o m m a n d e . Mais
écoutez la suite de cette prophétie : « J e veux q u e
ces peuples lui obéissent et qu'ils obéissent encore
à s o n t i l s , jusqu'à ce q u e le temps des u n s et des a u -
tres v i e n n e » . Voyez, c h r é t i e n s , c o m m e les temps sont
m a r q u é s , c o m m e les générations sont comptées.
D i e u d é t e r m i n e j u s q u ' à q u a n d doit d u r e r l'assoupis-
sement, et q u a n d aussi doit se réveillerle m o n d e . »
Voilà C r o m w e l l , q u i fait, des diverses sectes,
comme Socin, u n assemblage monstrueux ; q u i
prend la m u l t i t u d e par l'appât de la liberté de
conscience, de la liberté, tout c o u r t ; q u i cepen-
dant c o n d u i t ceux q u i le suivent à la servitude et
p o u r son profit personnel, car il n'y a q u e deux
lins possibles : Dieu et soi. O r , le maçon n'agit
jamais p o u r Dieu. Voilà C r o m w e l l , u n des pères
de la M a ç o n n e r i e , a u t e u r de ce q u e Bossuet a
n o m m é p l u s tard le Cromwélisme, q u a n d il r e -
p r o c h a i t à j u r i e u , ^ministre protestant, d'avoir
iSo Le Secret

p r ê c h é cette d o c t r i n e s a n g u i n a i r e , avec l'hérésie


de Socin.
Apres C r o m w e l l , c o m m e o r g a n i s a t e u r de la
secte, vient W c i s h a u p t , car les p h i l o s o p h e s fran-
çais o n t dogmatisé, Voltaire a b l a s p h é m é , J e a n -
J a c q u e s Rousseau a inventé son Contrat social ;
a u c u n d'eux n'a formé ni corps de d o c t r i n e , ni
association. Il était réservé à A d a m W c i s h a u p t de
r é s u m e r tout le passé m a ç o n n i q u e , selon le génie
a l l e m a n d ; de le compléter en lui d o n n a n t , c o m m e
à m e , la d o c t r i n e de S pin osa, le P a n t h é i s m e , si
fort en h o n n e u r à partir d'Averroës ; p u i s de for-
m e r u n e société chargée de propager ce système,
baptisé d u n o m rilluminisme.
E h bien, cet i l l u m i n i s m e a l l e m a n d , q u i a b -
sorba la M a ç o n n e r i e p o u r en faire la M a ç o n n e r i e
i l l u m i n é e , ainsi q u e n o u s l'avons dit p l u s h a u t ,
est antisocial, d ' u n e façon s o u v e r a i n e .
Voici c o m m e n t il se r é s u m e : « Il n'y a pas d'au-
tre Dieu q u e la N a t u r e , q u i a p r o d u i t l ' h o m m e » . —
C o m m e n t ? W c i s h a u p t ne le dit pas, cela était r é -
servé à D a r w i n . — Q u o i q u ' i l e n s o i t , l ' h o m m e a
reçu de la n a t u r e l'égalité e t l a l i b e r t é . L ' i n s t i t u t i o n
de la propriété a détruit l'égalité, en faisant des ri-
ches et des pauvres ; et l'institution des g o u v e r n e -
ments a détruit, à son t o u r , la liberté.
O r , la propriété et les g o u v e r n e m e n t s reposent
s u r les lois religieuses et civiles.
Donc, p o u r rendre à l ' h o m m e sa liberté et son
égalité native, il faut d é t r u i r e toute religion, tout
g o u v e r n e m e n t , n'avoir ni Dieu, ni maître, ni
De la Franc-Maçonnerie. 181

magistrat, ni clergé, ni armée, ni gendarmes, ni


aucune autorité, en attendant qu'on abolisse la
propriété. Religion, gouvernement, propriété, ce
sont, aux yeux du vrai maçon, trois péchés origi-
nels qu'il faut effacer, on sait comment.
il est visible que,déjà,ils s'effacent parmi nous. La
Religion commence à disparaître dans son person-
nel con^reçaniste et dans renseignement. Dieu a été
chassé, et il le sera de plus en plus des écoles, lui
qui est par excellence le lien social, puisqu'il est
le père de la famille humaine et le centre naturel
de toute société. Le Christ déjà avait été banni,
lui l'auteur divin de la sociéié chrétienne. On ne
sait pas pourquoi l'on garde les ministres de
Dieu et du Christ, puisque leurs maîtres ont reçu
leur congé. Evidemment, on attend, pour ne
pas ameuter le peuple. Le tour du clergé viendra,
et le reste suivra, jusqu'à extinction du christia-
nisme : voilà le projet et l'espoir des maçons.
On se demande, aujourd'hui, ce que peuvent avoir
à faire encore parmi nous les commandements de
Dieu et de l'Eglise, Dieu et Jésus-Christ ayant
été supprimés ?
Les commandements de Dieu ordonnent de
respecter l'autorité légitime, ainsi que la propriété:
or, la Maçonnerie ne veut plus ni autorité, ni
propriété, ni dépendance. Arrière donc tout cela !
Vive la Commune ! Elle a fait son apparition en
1848, avec les partageux, élèves pratiques des
P r o u d h o n et autres socialistes; elle s'est essavée en
j 8 7 Î , à P a r i s ; maintenant elle frappe à la porte
G
l82

d u capital et des p a t r o n s : il n'y a q u e les s o u r d s


q u i ne L'entendent pas.
P o u r les c o m m u n a r d s , les magistrats sont gê-
n a n t s , les g e n d a r m e s aussi. P a t i e n c e ! A v a n t d'a-
battre u n a r b r e , on en d é c o u v r e les r a c i n e s , q u e
l'on coupe u n e à u n e , et bientôt i'arbre s'incline
et t o m b e . Clergé, m a g i s t r a t u r e , a r m é e , tel sera
v o t r e sort, espère la secte.
N o s lecteurs n o u s d e m a n d e n t raison de nos p a -
roles.
N o u s l e u r r é p o n d r o n s q u e W c i s h a u p t a bien
r é s u m é son plan, c o m m e n o u s l'avons r a p p o r t é ,
et si on veut le développement de ce m ê m e plan
par son a u t e u r , le voici : « T o u t ce q u e n o u s v o u s
disions contre lesdespotes, les tyrans, n'était q u e
p o u r v o u s a m e n e r a ce que n o u s a v o n s à v o u s dire
du p e u p l e l u i - m ê m e , de ses lois et de sa t y r a n n i e .
Ces gouvernements démocratiques ne sont pas
plus dans la nature que les autres gouvernements ».
« Si v o u s n o u s d e m a n d e z c o m m e n t les h o m -
mes v i v r o n t d é s o r m a i s sans lois et sans m a g i s -
t r a t u r e s , sans autorités c o n s t i t u é e s , r é u n i s dans
leurs villes, la r é p o n s e est aisée. Laissez là vos
villes et vos villages et b r û l e z vos m a i s o n s . S o u s
la vie patriarcale, les h o m m e s bàtissaient-ils des
villes, des m a i s o n s , des villages? Ils étaient égaux
et libres; la terre était à eux ; elle était également
à tous, et ils vivaient également partout. L e u r
patrie était le m o n d e , et n o n pas l'Angleterre ou
l ' E s p a g n e , l'Allemagne ou la F r a n c e . C'était toute
la terre, et non pas u n r o y a u m e ou u n e r é p u b l i -
De la Franc-Maçonnerie. i83

que dans un coin de la terre. Soyez égaux et libres,


et vous serez cosmopolites ou citoyens du monde.
Sachez apprécier l'égalité, la liberté, et vous ne
craindrez pas de voir brûler Rome, Vienne, Paris,
Londres, Constantinople, et ces villes quelcon-
ques, ces bourgs et ces villages, que vous appelez
votre patrie. — Frère et ami, tel est le grand se-
cret que nous réservions p o u r ces mystères. » —
9c partie du Gode illuminé, classe des grands
mystères : Le mage et l'homme-roi. — Ecrits ori-
ginaux de Weishaupt.
Barruel, dans ses Mémoires du Jacobinisme,
s'écriait à ce propos : « Il n'est plus temps dédire
simplement : ce spnt là des chimères de sophis-
tes, il faut dire aujourd'hui : ce sont là les com-
plots qui se trament contre vos propriétés; les
complots qui déjà vous expliquent tant de spolia-
tions révolutionnaires : celle de l'Eglise, celle de
la noblesse, celle de nos marchands, celle de tous
les riches propriétaires. — Je le veux, ce sont des
chimères; mais ce sont les chimères de Weis-
haupt... Ce que Jean-Jacques a dit à ses sophistes,
le nouveau Spartacusle dit à ses légions illumi-
nées : Les fruits sont à tous, la terre rfest à per-
sonne. Quand la propriété a commencé, Y égalité,
la liberté a disparu ; et c'est au nom de cette éga-
lité, de cette liberté qu'il conspire, qu'il invite ses
conjurés à rendre aux hommes la vie patriarcale ! »
Faisons remarquer en passant ce que signifient
ces mots, mis à la porte ou au frontispice de nos
édifices publics : Liberté, Egalité, Fraternité.
i84

Liberté veut dire : détruise^ toute autorité ;


Egalité signifie : détruise^ la propriété ;
F r a t e r n i t é ; soye\ nomades comme les patriar-
ches.
P r o u d h o n a r é s u m é t o u t cela et m o n t r é le b u t ,
en disant : « Il faut q u e l ' h o m m e soit s o u v e r a i n
d a n s sa cabane, i n d é p e n d a n t de Dieu et des
h o m m e s ».
E t la famille, q u e devient-elle dans ce système
i m m o r a l ? « L e p r e m i e r âge du genre h u m a i n ,
dit W c i s h a u p t , est celui de la nature sauvage et
grossière. L a famille est la seule société; la faim,
la soif, faciles à contenter, u n abri contre l'injure
des saisons, u n e femme, et après la fatigue, le re-
p o s , sont les seuls besoins de cette période. E n
cet état, l ' h o m m e jouissait des deux biens les plus
estimables : l'égalité et la liberté. Il en jouissait
dans toute l e u r p l é n i t u d e ; il en aurait joui p o u r
t o u j o u r s , s'il avait v o u l u suivre la route q u e lui
i n d i q u a i t la n a t u r e . Dans ce p r e m i e r état, les com-
modités de la vie lui m a n q u a i e n t , il n'en était pas
p l u s m a l h e u r e u x ; ne les connaissant pas, il n'en
sentait pas la p r i v a t i o n . La santé faisait son état
o r d i n a i r e ; la d o u l e u r p h y s i q u e était la seule cause
de m é c o n t e n t e m e n t qu'il éprouvât. H e u r e u x mor-
tels, qui n'étaient pas encore asiez éclairés p o u r
p e r d r e le repos de l e u r â m e , p o u r sentir ces
g r a n d s mobiles de nos misères, cet a m o u r d u
p o u v o i r et des distinctions, le penchant aux sen-
sualités, le désir des signes représentatifs de tout
bien, ces véritables péchés originels avec toutes
De la Franc-Maçonnerie i$5

leurs suites, l'envie, l'avarice, l'intempérance, la


maladie et tous les supplices de l'imagination. »
Telle est la famille primitive, idéal de la famille
pour Weishaupt. Le divorce commencera à nous
y ramener, en brisant les liens des époux et ceux
qui unissent les enfants aux parents. « Vautorité
du père cesse, avec le besoin des enfants », disait
Jean-Jacques, et W e i s h a u p t : « La puissance pa-
ternelle cesse avec la faiblesse de l'enfant; le père
offenserait ses enfants, s'il réclamait encore quel-
que droit sur eux, après cette époque ».
E n prévision des objections que ces idées absur-
des pouvaient soulever, Weishaupt avait adopté
une tactique. Il disait à ses frères insinuants ou
enroleurs: « Les principes, toujours les princi-
pes, jamais les conséquences ». C'est-à-dire, pres-
sez et insistez sur Yégalité et la liberté; ne vous
laissez jamais effrayer, ni arrêter par les consé-
quences, quelque désastreuses qu'elles soient.
L'athée Condorcet, disciple de W e i s h a u p t ,
s'écriait en conséquence : « Périsse l'univers, que
le principe reste ! »
Depuis quelque temps, nos révolutionnaires
maçons ont abandonné la méthode française, c'est-
à-dire la violence, dans l'application de lçur sys-
tème à l'Eglise catholique. Ils ont préféré adopter
la marche indiquée plus haut par Ricciardi, la-
quelle peut se résumer ainsi qu'il suit: Plus de
martyrs, plus de sang : des concessions et du ridi-
cule.
C'est par ignorance de cette tactique, que des
Le Secret

personnes, d'ailleurs bien intentionnées, s'imagi-


nent que la secte s'arrêtera dans sa marche contre
le Christ et l'Eglise. Non, rien ne l'arrêtera, si ce
n'est le fond de l'abîme où elle court, où elle se
jettera avec les peuples assez aveugles pour se
ranger sous sa bannière et suivre ses cruelles m a -
ximes de destruction.
La destruction ! voilà le mot qui peint bien la
Franc-Maçonnerie. De même que la prétendue
Réforme protestante, mère de la secte socinienne,
n'a jamais su que protester contre les dogmes
catholiques, en les niant les uns après 'les autres,
ainsi la Maçonnerie, au point de vue social, ne
sait que détruire les institutions chrétiennes : ni
le protestantisme, ni la Maçonnerie n'ont rien
produit qui ait un avenir quelconque, par ce m o -
tif que seule la chanté chrétienne est féconde,
tandis que la haine est stérile ; or, l'hérésie a tou-
jours été et sera toujours marquée au front du signe
de la h a i n e ; toujours son cœur en sera rempli.
Le dernier mot de la Maçonnerie sociale, c'est
le Nihilisme , c'est-à-dire la destruction dans toute
sa plénitude. « L'humanité, dit le Nihilisme,
n'aura d'intelligence que le j o u r o ù tous ses mem-
bres réunis s'égorgeront jusqu'au dernier. Alors
l'être humain, roi de la création, n'existerait plus,
et Satan pourrait insulter au vrai Dieu ; Satan, dit
Notre-Scigncur, qui fut homicide dès le commen-
cement : Hnmicida crat ab initia. »
Tcrtullien appelait Satan le singe de Dieu :
Similis Dei. Voudrait-il, par hasard, se servir du
De la Franc-Maçonnerie, 187

Nihilisme pour devancer la fin du monde ? Il y


aurait à le croire, à voir les mille formes et les
moyens étranges, immoraux, contre nature, em-
ployés par les nihilistes pour détruire l'homme.
Nous laissons à d'autres le soin de développer
ces considérations. Ici, encore, les ravages exer-
cés dans les sociétés par la secte maçonnique sont
tellement profonds et multipliés, qu'il n'est pas
possible de les décrire sans y consacrer des volu-
mes entiers. Ce labeur attristant a déjà été com-
mencé ; espérons qu'il sera continué. On y verra
une preuve de la vérité chrétienne, per absur-
ditm... par l'absurde, découlant et débordant du
socinianisme maçonnique.

VI. — L a Franc-Maçonnerie est anti-


française.

Elle est anti française, parce qu'elle est anti-


chrétienne et anti catholique.
E n effet, ce qui a fait, dans le passé, la grandeur
et la gloire de la France, c'est son attachement à
Jésus-Christ et à son Eglise.
La nation française, des écrivains et des ora-
teurs illustres l'ont dit admirablement, a été
appelée à défendre le Christianisme. Cette vo-
cation s'est révélée lorsque Clovis, entendant
le récit des souffrances et de la mort de notre
divin Sauveur, s'est écrié : « Ah ! si j'avais été
là avec mes Francs » ! Aussi la France a été
baptisé par le Saint-Siège et nommée : La nation
i88 Le Secret

très chrétienne. Ce titre, qui a été à ses propres


yeux, et aux yeux des autres peuples, plein de
gloire et digne d'envie, serait-il devenu pour
notre pays une flétrissure ?
La France a noblement servi la cause du Christ
et de son Eglise, à travers les siècles. Les noms
de nos rois très chrétiens l'attestent, et malgré les
ombres qui voilent l'histoire de la royauté fran-
çaise, on a pu graver sur leur bannière ces mots :
Le Christ aime les Francs... et le Christ, aimé des
Francs, a fait d'eux un grand peuple.
De leur côté, les Pontifes de Rome, sans excepter
Pic IX et Léon X I I I , ont toujours pris plaisir à
reconnaître que la France avait bien mérité de
l'Eglise par son dévouement à la grande cause
chrétienne.
Notre n a t i o n , amie du Saint-Siège et de son
indépendance spirituelle et temporelle, a con-
tribué singulièrement aussi à répandre la vérité
catholique dans le monde, par ses missionnai-
res d'abord, puis par ses conquêtes. Car autre-
fois nous savions coloniser, par ce motif qu'étant
franchement catholiques, nous savions donner
Dieu et la vérité aux peuples conquis; et ces peu-
ples nous aimaient. Le Canada et l'île Maurice,
entre autres , sont demeurés français de cœur et
catholiques, malgré léserions que l'on a faits pour
éteindre en eux la foi et l'amour de la mère-patrie.
Il est impossible de parcourir le monde sans
rencontrer des souvenirs glorieux pour la nation
très chrétienne et sans se convaincre qu'elle a reçu
De la Franc-Maçonnerie. 18g

la noble mission de défendre le Christ. Cette


mission, elle Ta toujours remplie, quand elle a eu
des chefs dignes d'elle. Naguère encore, elle ne
craignait pas de porter ses armes jusque dans
l'extrême Orient pour y protéger ses mission-
n a i r e s ; en Europe, elle replaçait Pie IX sur son
trône impérissable ; en Orient, elle se fait un hon-
neur d'exercer sur les catholiques son protectorat
séculaire ; enfin en T u n i s i e , elle fait appel au
catholicisme pour asseoir son influence.
Faut-il que, désormais, la France répudie ce
passé, au lieu de s'en glorifier?
Si donc elle a le droit d'en être fière, pourquoi
la Maçonnerie travaille-t-elle à la déchristianiser?
Si la secte maçonnique réalisait ses plans, bien
vite nous aurions cessé d'être catholiques; partant,
la source de notre grandeur serait tarie. C'est
pourquoi nous disons que la Franc-Maçonnerie
est anti française.
Quelle serait, d'après elle, notre mission, à
l'avenir ?
Evidemment, ce serait de propager dans le
monde l'athéisme et les mœurs païennes. La
Franc-Maçonnerie, au siècle dernier, a détruit la
hiérarchie catholique et renversé les autels et les
églises du vrai Dieu, pour y introniser le ratio-
nalisme, comme nous l'avons dit : son but est
toujours le même, nous l'avons encore prouvé.
Eh bien, une pareille mission est impie. Si notre
malheureuse patrie venait à s'en charger, bientôt
G*
igo Le Secret

on p o u r r a i t dire q u e la F r a n c e , t o m b é e d a n s la
b o u e et le sang, a u r a i t vécu,
La F r a n c - M a ç o n n e r i e est encore antifrançaise
parce q u ' e l l e travaille a priver les enfants d u p e u -
ple de l'éducation c a t h o l i q u e .
P l u s d ' u n e fois, n o u s a v o n s offert à nos l e c t e u r s
cette considération, qu'il est utile de r a p p e l e r ici
en quelques mots.
N o u s disons donc que l'enfant du p e u p l e , grâce
aux instituteurs catholiques q u ' i l r e n c o n t r a i t j u s -
q u ' à p r é s e n t , soit congréganistes , soit l a ï q u e s
dévoués, recevait une é d u c a t i o n qui ne le cédait
pas à celle des enfants de la classe riche. D è s l ' à g e
de sept a n s , r e n i a n t du p e u p l e a p p r e n a i t le caté-
chisme, qui est u n a d m i r a b l e r é s u m é de la reli-»
g i o n ; l c prêtre l'appelait p o u r l'instruire et le con-
fesser, c'est-à-dire p o u r lui m o n t r e r le bien à faire
et le mal à éviter; peu à peu l'enfant se réformait,
ci afin de mériter le b o n h e u r de faire sa p r e m i è r e
c o m m u n i o n , il travaillait à se corriger de ses dé-
fauts. Q u i ne sait c o m b i e n ces q u a t r e ou cinq
années employées à cette formation spirituelle
avaient, sur la plupart des jeunes gens et des j e u -
nes tilles, u n e profonde influence? O n a dit q u ' « à
dix ans l ' h o m m e est formé ». Grâce à la r e l i g i o n ,
l'enfant du peuple avait reçu le bienfait d ' u n e
b o n n e formation, que les leçons du prêtre c o n t i -
n u a i e n t jusqu'à l'âge de quatorze et q u i n z e a n s .
De sorte que, parvenu à cette époque de son exis-
tence, cet enfant était préparé à toutes les carrières,
parce q u ' i l avait été bien élevé.
De la Franc-Maçonnerie. igx

E n effet, si Ton cherche d'où v i e n n e n t u n e


foule de p e r s o n n e s , occupant m a i n t e n a n t des
positions élevées d a n s le clergé, dans la m a -
gistrature , dans l'armée de terre et de mer,
dans les divers e m p l o i s de l'administration
civile, d u c o m m e r c e , de l'industrie, on se con-
vaincra q u e ces p e r s o n n e s sortent en majeure
partie des rangs d u p e u p l e . Q u e de célébrités
d a n s la science ou d a n s les arts doivent leur posi-
tion à u n prêtre q u i les a distinguées, aidées et
poussées dans leur c a r r i è r e ! Le séminaire leur a
été ouvert, et de là ils se sont élancés dans leur voie.
E n F r a n c e , u n j e u n e h o m m e , u n e jeune fille,
élevés c o m m e n o u s v e n o n s de le dire, sont donc
aptes à suivre leur vocation, quelle qu'elle soit,
par ce motif que le s e n t i m e n t religieux, a été d é -
veloppé chez eux,et le sentiment religieux base de
t o u t e vraie é d u c a t i o n , de toute formation sérieuse,
q u a n d il existe dans u n e âme, lui permet de s'éle-
ver à t o u t , p o u r v u q u e l'instruction vienne c o m -
pléter ce p r e m i e r travail.
N o u s sommes p e r s u a d é que cette observation
frappera tout esprit droit qui v o u d r a l'approfon-
dir, et q u ' o n verra, dans cette éducation d o n n é e
p a r m i n o u s à l'enfant du peuple surtout par les
congrégations religieuses enseignantes, u n e source
de g r a n d e u r p o u r notre nation, et, par contre, u n e
cause certaine de décadence p o u r elle, dans les
écoles sans Dieu. J u s q u ' i c i les sectaires avaient
épargné la femme d a n s leur œ u v r e de destruction,
et g é n é r a l e m e n t la j e u n e tille, en F r a n c e , était é l e -
Le Secret

v é : c h r é t i e n n e m e n t . De sorte q u e la mère de fa-


m i l l e , au fovcr d o m e s t i q u e , l'institutrice laïque»
dans son école, les r e l i g i e u s e s , d a n s leurs c o u v e n t s ,
veillaient à i m p r i m e r au c œ u r de la femme le sen-
t i m e n t délicat de la p u d e u r , sa vraie c o u r o n n e
et le plus g r a n d bien de son sexe; ajoutons : vraie
gloire de la France et son d e r n i e r espoir.
La M a ç o n n e r i e a n t i c h r é t i e n n e et antisociale
s'acharne a u j o u r d ' h u i contre la femme française :
jeune fille, épouse, mère et religieuse e n s e i g n a n t e .
E t ils se dhenipatriotes ! N o n ; c e ne sont q u e des
traîtres ù la patrie.
V I L — Enfui, le projet de la Franc-Maçonnerie
est antihumanitairc et insensé.
Antihumanitaire, N u l ne peut nier q u e N o t r e -
Scigneur J é s u s - C h r i s t n'ait relevé le p a u v r e , e n -
couragé le m a l h e u r e u x , r e n d u la souffrance s u p -
portable, noble et m é r i t o i r e . Il s'est identifié avec
r h u m a n i t é souffrante, en disant : « Le p a u v r e ,
c'est m o i ; l'orphelin, c'est m o i ; le p r i s o n n i e r ,
c'est m o i ; le lépreux, c'est m o i ; tout ce q u e v o u s
faites au plus petit des m i e n s , c'est à moi q u e v o u s
le faites ». Dès lors, le p a u v r e et la pauvreté, q u i
ne sont pas naturellement a i m a b l e s , ont été a i m é s
s u r n a t u r c l l c m c n t , c'est-à-dire p o u r l ' a m o u r de
Jésus-Chri st.
Il s'est fait alors dans l ' h u m a n i t é u n c r é v o l u l i o n
qui a été toute au profit de ce qui portait au front
le cachet de la faiblesse. A la vue d u Christ lavant
les pieds à ses disciples, les grands ont appris q u e
De la Franc-Maçonnerie. ig3

q u i veut être le p r e m i e r doit se faire le d e r n i e r ;


en face du Christ p a u v r e , les riches se sont dé-
pouilles de leur a v a r i c e ; à l'aspect de Jésus o u -
vrier, les artisans o n t senti que le travail des
m a i n s ne d é s h o n o r e pas ; en voyant le S a u v e u r
attentif à guérir les m a l a d e s , les âmes généreuses
ont t o u t quitté p o u r se d é v o u e r au soin de leurs
frères soutirants et au soulagement de leurs d o u -
leurs.
Ici, il ne s'agit pas d'appréciations, mais de faits
h i s t o r i q u e s . L'histoire de l'Eglise catholique est
là sous les yeux des incrédules c o m m e sous les
nôtres ; ils n'ont q u ' à l ' o u v r i r p o u r se convaincre
que la doctrine de J é s u s - C h r i s t a été p o u r l'huma-
nité u n e source de b i e n s e n tous genres, et surtout
p o u r les m a l h e u r e u x . S'ils ne veulent pas l'his-
toire de l'Eglise racontée par e l l e - m ê m e , qu'ils
s'adressent à d'autres, à ses e n n e m i s , s'ils le p r é -
fèrent, et ils se c o n v a i n c r o n t que l ' H o m m e - D i e u
s'est m o n t r é , parce q u ' i l l'est réellement, le père
de l ' h u m a n i t é souffrante.
D ' a i l l e u r s , il suffit d'avoir des yeux p o u r voir
cette vérité. Q u a n d le voyageur traverse les rues
des villes qui ne sont pas encore athées dans leur
a d m i n i s t r a t i o n , il peut lire,-sur certaines d e m e u -
res, ces mots qu'y avaient gravés nos p è r e s : Hôtel-
Dieu. C'est là que le m a l h e u r e u x est accueilli,
dans cette maison q u e Dieu a fondée par la p a -
role efficace de son F i l s . Le m o n d e est couvert de
pareils établissements, les u n s modestes, les autres
s o m p t u e u x , vrais palais élevés au C h r i s t p a u v r e ,
194 Le Secret

dans la personne de ses enfants, qu'il appelle di-


vinement ses membres.
Des milliers d'ouvrages ont été composés pour
raconter ces bienfaits, et dire comment l'Eglise
s'est toujours montrée attentive envers ceux qui
souffrent ; il en faudrait des milliers encore pour
retracer les dévouement de notre époque en faveur
de la classe du peuple, aussi bien que pour les
riches, souvent heureux des soins de nos reli-
gieuses, à l'heure de la souffrance ; oui, pour nous
servir de l'expression de l'Evangile, on remplirait
le monde avec les livres qu'il faudrait composer
pour raconter tous les bienfaits de Jésus-Christ et
de son Église, depuis dix-neuf siècles.
Et, à l'heure présente, la Franc-Maçonnerie pié-
tine sur l'histoire pour en effacer les souvenirs;
elle essaie de faire la nuit sur le passé catholique,
elle se prépare à de nouvelles confiscations et elle
y prélude en chassant de nos hôpitaux les filles de
la charité, et les religieux de leurs propres demeu-
res, asiles des malheureux, aussi bien que de la
science et de la vertu.
Nous serions infini sur ce chapitre , si nous
voulions le développer : le lecteur l'achèvera lui-
même.
Insensé. Oui, le projet de la Franc-Maçonne-
rie est insensé, par ce motif bien évident qu'il
ravit ù l'humanité tous les biens du christianisme,
sans rien mettre a la place.
La Franc-Maçonnerie, considérée comme héré-
De la Franc-Maçonnerie. igS

sie socinienne, se présente à nous sous le double


aspect de la négation et de la destruction.
Fille du protestantisme, dont elle peut dire : je
suis l'enfant terrible et le plus illustre, elle nie
l'autorité infaillible de l'Eglise et le dogme fon-
damental du christianisme : la divinité de Jésus-
Christ; en outre, ayant embrassé le panthéisme,
avec Spinosa et les Averroistes, qui l'ont portée
entre leurs bras, elle détruit radicalement, non
seulement la Révélation chrétienne, mais aussi la
Révélation primitive, dont les peuples anciens,
quoique païens, avaient cependant conservé quel-
ques lueurs, qui mettaient sur leurs lèvres ce cri :
Mon Dieu ! Cri d'une âme naturellement chré-
tienne, disait Tertullien. O r , les francs-maçons
n'en veulent plus de ce cri : ils bannissent Dieu
de partout, pour prêter l'oreille à Satan qui leur
d i t : DU estis... C'est vous-mêmes qui êtes des
dieux... N'est-ce pas insensé?
S'ils veulent se convaincre de leur folie, qu'ils
aillent donc vivre quelques années chez un peuple
mahométan, aussi éloigné que possible du rayon-
nement de la civilisation chrétienne. Là, ils
apprendront à connaître le malheur d'une nation
qui n'a pas entendu cette parole de Jésus-Christ :
« Je vous donne un commandement nouveau,
c'est de vous aimer les uns les autres. Mandatum
novum do vobis ut diligatis invicem. Ils se con-
vaincront, dans leur commerce quotidien avec
cette société mahométane, comme nous nous en
sommes convaincu à Zanzibar et ailleurs, que le
d é v o u e m e n t gratuit, i n s p i r é par le C h r i s t et par
lui s e u l e m e n t , y est i n c o n n u , a b s o l u m e n t , ainsi
que les vertus délicates qui sont la base de notre
civilisation. E n voyant la f e m m e , ou p l u t ô t les
femmes parquées dans l e u r sérail, ils s e r o n t obli-
gés de confesser que le fondateur du c h r i s t i a n i s m e
a relevé l ' h u m a n i t é tout entière, en refaisant la
famille, o ù la femme est r e d e v e n u e , grâce à l u i , la
c o m p a g n e h o n o r é e de l ' h o m m e et la vraie m è r e de
ses enfants.
Qu'ils aillent,s'ils le préfèrent, chez les p e u p l a -
des sauvages du c o n t i n e n t africain. Là, ils s a u r o n t
bien vite par leur p r o p r e expérience, s'ils y fon-
dent q u e l q u e établissement, q u e la terre est à tout
le monde et ses fruits à personne, selon la m a x i m e
des socialistes; car ils seront pillés et volés, au
m o m e n t de recueillir les fruits de leurs t r a v a u x .
Voilà ce qu'est u n e société, quelle q u ' e l l e soit,
q u a n d elle n'a pas le b o n h e u r d'avoir e n t e n d u les
apôtres de Jésus-Christ.
Il y a u r a i t c e p e n d a n t q u e l q u e chose de pire
encore : ce serait u n p e u p l e tout composé de pan-
théistes, ou de f r a n c s - m a ç o n s . Chez ce p e u p l e ,
s'il s'en tenait au p a n t h é i s m e , il n'y aurait p l u s un
seul p r i n c i p e p o u v a n t g r o u p e r et u n i r ses
m e m b r e s . Là se réaliserait la parole de M a c h i a -
vel, qui a dit : « La nature créa les h o m m e s avec
la faculté de désirer tout et l'impuissance de t o u t
obtenir, si bien q u ' e n p o r t a n t leurs désirs s u r les
m ê m e objets, ils se t r o u v e n t c o n d a m n é s à se détes-
ter les u n s les autres. P o u r s'arracher à cette
De la Franc-Maçonnerie, igy

guerre de tous contre t o u s , tout est permis, et on


peut violer tous les droits et tous les devoirs ».
Encore une fois, n'est-ce pas insensé ?
Nous laissons au lecteur le soin d'en juger, et
nous nous hâtons de terminer cette étude par quel­
ques conclusions.
CONCLUSIONS.

P o u r conclure, nous d i r o n s — nos craintes —


nos espérances— nos résolutions.

I. — N o s craintes.

Vous ne réussirez pas dans votre projet d'écra-


ser l'Infâme, écrivait à Voltaire Frédéric II, roi de
Prusse, tant que vous ne pourrez pas disposer du
pouvoir. — C'est pourquoi nous craignons, non
pour l'Eglise universelle qui est immortelle,
mais pour les Eglises particulières qui ne le sont
pas, de voir la Franc-Maçonnerie arriver à s'em-
parer du pouvoir gouvernemental, chez les diver-
ses n a t i o n s ; car, alors, ses adeptes, hissés par elle
aux premières charges de l'Etat, subiraient ses
ordres, en vue de détruire le christianisme, là où
elle dominerait.
E n ce qui concerne la France, dans cette hypo-
thèse, nous serions condamnés à subir la même
persécution que nos pères en 1 7 9 3 , persécution
que nous avons décrite plus haut, dans tous ses
principaux détails et ses horreurs sacrilèges.
Une autre crainte, c'est que la classe appelée
dirigeante continue à ne pas voir que la F r a n c -
Maçonnerie dirige elle-même mille rouages ca-
chés dont la religion, l'autorité gouvernementale,
la magistrature, l'armée, le commerce, l'industrie,
De la Franc-Maçonnerie. igg

lepays tout entier, dans ses divers intérêts, souf-


frent profondément. Il est impossible aujourd'hui
de d i r e c t de croire, raisonnablement, que la Ma-
çonnerie est simplement une société inoffensive,
ne s'occupant ni dereligion, ni de politique, mais
seulement de ses membres, au point de vue phil-
anthropique. Si d o n c il y a lieu d e l à combattre,
ou du moins de se défendre contre elle, il est né-
cessaire de savoir que vraiment elle est hostile au
christianisme, et qu'en résumé elle veut sa des-
truction complète, par tous les moyens dont elle
dispose, moyens nombreux que Ton connaît et
qu'il n'est pas besoin d'énumérer ici.
N o u s craignons aussiqu'un certain nombre de
personnes, invitées par les Frères maçons dési-
gnés sous le nom de Frères Enroleurs, n'accep-
tent de s'affilier à la Maçonnerie, sans la connaî-
tre, ainsi que cela s'est fait bien souvent. Nous
en pourrions donner des preuves nombreuses.
C'est pourquoi il faut prendre des mesures qui
fassent éviter ce danger, surtout aux jeunes gens,
sans expérience des hommes ni des choses.
Enfin, nous craignons que les francs-maçons
eux-mêmes ne continuent à marcher dans leur
voie, en se trompant mutuellement : les riches en
se servant des ouvriers, et les ouvriers en se lais-
sant égarer par leurs guides. Car il y a deux clas-
ses chez les francs-maçons : les lettrés et les illet-
trés ; parmi ceux-ci j'ai nommé, en général, les
ouvriers.
Or, les lettrés, qui sont pour la plupart des pro-
200 Le Secret

priétaires, forment ce que nous appellerions volon-


tiers un courant, qui va battre contre les murs de
l'Eglise, pour la renverser. Dans ce but, le;: ma-
çons lettrés se servent et comptent se servir encore,
à l'avenir, des ouvriers, pour les aider dans leur
œuvre de destruction religieuse.
Les ouvriers, de leur côté, forment un autre
courant qui va frapper, avec non moins de vio-
lence, contre la propriété et le coffre-fort. Mes-
sieurs les lettrés se trompent, s'ils croient qu'a-
près avoir détruit l'Eglise, la magistrature et l'ar-
mée, remparts de la propriété, ils parviendront à
refouler le flot populaire. Malgré toutes leurs
avances et toutes leurs concessions, ils seront en-
veloppés et entraînés à l'abîme par le torrent.
De sorte que les riches maçons auront préparé
follement leur propre ruine, et les ouvriers auront
tué la poule aux œufs d'or, c'est-à-dire la propriété
et le capital, sans lesquels le commerce et l'indus-
trie ne peuvent que végéter et périr. Vainement
les socialistes comptent sur la République, ou
plutôt sur la C o m m u n e européenne, projet irréa-
lisable. Se réalisât-il, un j o u r , le lendemain il se-
rait dissipé par les appétits insatiables de chacun.
Qui que vous soyez, francs-maçons lettrés ou
illettrés, n'oubliez pas qu'il y a, malgré vous, en
ce monde, une loi providentielle qu'on nomme la
loi du talion, et que vous serez traités comme vous
aurez traité vous-même Dieu, qui est un père, et
l'Eglise catholique, qui est une mère. Si la F r a n c -
Maçonnerie va frapper jusqu'au bout du monde
De la Franc-Maçonnerie. 201

le maçon qui Ta t r a h i e , souvenez-vous-en bien,


Dieu aussi est puissant, et sa justice infinie exige
que toute faute, si légère soit-elle, reçoive son châ-
timent. Vous n'y échapperez pas.

II. — Nos Espérances.

L a p a r o l e des S o u v e r a i n s P o n t i f e s , gardiens
fidèles de la vérité, sera écoutée à l'avenir, espé-
r o n s - n o u s , m i e u x q u e par le passé. L'expérience,
c'est-à-dire les m a l h e u r s dont la secte est l'au-
teur, et n o u s les victimes, c o m m e n c e à nous m o n -
trer q u e les Papes ont t o u j o u r s eu raison en con-
d a m n a n t et en e x c o m m u n i a n t les francs-maçons.
N o u s espérons q u e les pères de famille, ainsi
q u e les mères et les t u t e u r s , et autres personnes
chargées de g u i d e r les enfants, c o m p r e n d r o n t la
nécessité de l'instruction chrétienne p o u r élever
la j e u n e s s e , et à tout prix exigeront qu'elle leur
soit d o n n é e . E n cela, ils feront acte de chrétiens
et de vrais patriotes, parce que des jeunes gens
élevés sans principes religieux, au gré de la M a -
ç o n n e r i e , ne seraient bons qu'à former dans dix
ans u n e armée d'athées, p r o p r e à bouleverser le
m o n d e et digne de m a r c h e r , un j o u r , sous l'éten-
dard de l'antcchrist.
N o u s espérons q u e tous les h o m m e s sa-
c h a n t m a n i e r la p a r o l e ou la p l u m e se persuade-
r o n t de plus en plus q u e la parole est u n e semence
q u i p r o d u i t fatalement selon sa n a t u r e , et qu'ils
ctteront la b o n n e p a r o l e p a r t o u t sur leur pas-
202 Le Secret

sage, en s'inspirant des œuvres de saint T h o m a s


d'Aquin, si bien adaptées aux besoins de notre
époque, et si judicieusement recommandées par le
Pontife Léon X I I I . Nous espérons aussi que les
personnes zélées, capables de remédier par elles-
mêmes, chez les grands et les petits, au manque
d'instruction religieuse, aimeront à devenir apô-
tres de Jésus-Christ par tous les moyens que la
charité leur suggérera.
— Nous espérons que les âmes droites et les
cœurs vaillants se déprendront de la F r a n c - M a -
çonnerie en étudiant sa doctrine. Car alors il
leur sera facile de voir que Fauste Socin, son au-
teur, a lâché la bride à la volupté, comme Maho-
m e t ; à l'orgueil de la raison, comme L u t h e r ; au
désordre social, comme tous les pires conspira-
teurs, qui furent ses tils.
Nous espérons, enfin, que Dieu écoutera les
prières de ses enfants, et qu'après avoir permis à
la Maçonnerie, surtout depuis la mort de Gré-
goire XVI, arrivée en 1 8 4 6 , de travaillera s'uni-
fier et d'abuser de la liberté humaine pour com-
battre l'Eglise catholique, voudra bien aussi per-
mettre une nouvelle effusion de son Esprit sur
la terre, pour en renouveler la face, et procurer à
Jésus-Christ un triomphe, qui réponde aux lon-
gues années de souffrance traversées par Pie IX et
Léon X I I I . Fasse le Ciel que les éléments d'unité
matérielle, intellectuelle et morale, amassés de-
puis cinquante ans dans le monde, par la science,
la fortune cl l'activité h u m a i n e , par la foi et Pin*
De la Franc-Maçonnerie. 203

crédulité elle-même, servent bientôt à établir


parmi les hommes l'unité de croyance, par Jésus-
Christ Notre-Seigneur, et son Eglise infaillible.

I I I . — Nos Résolutions.

Pie IX disait : Ayez un cœur de mère pour les


égarés et frappez ferme sur Terreur. — Nous pre-
nons la résolution d'obéir à ce conseil, soit en-
vers les francs-maçons, soit envers leur doctrine.
Nous invitons nos frères à écouter aussi les pa-
roles du saint Pontife.
Nous les invitons en outre, puisque l'avenir
de l'Eglise de France et de la France elle-même
dépend de l'enseignement,à tourner de ce côté toute
leur attention, tout leur dévouement, toutes leurs
ressources.
Nous leur demandons de réfléchir et de regar-
der attentivement au dedans d'eux-mêmes et au
dehors, afin de voir jusqu'à quel point les maxi-
mes païennes y ont prévalu sur les maximes chré-
tiennes , le rationalisme maçonnique sur l'au-
torité de l ' E g l i s e , l'indépendance socinienne
sur l'obéissance chrétienne , les mœurs volup-
tueuses de Terreur sur la mortification pratiquée
et commandée par Jésus-Christ ; en un mot, le
paganisme sur le christianisme.
Nous les prions de croire fermement que la
Franc-Maçonnerie veut détruire tout christia-
nisme, toute révélation religieuse, au profit du
rationalisme et du panthéisme, et que si, par cal-
2 04

cul, elle démolit l'édifice de la foi pièce par pièce,


rien ne l'arrêtera dans son œ u v r e s a t a n i q u e . E n
c o n s é q u e n c e , il laut c o m p r e n d r e que les c o n c e s -
sions doivent être refusées, si on le peut. Et q u e ne
p o u r r a i t la majorité d'un p e u p l e , si elle savait
vouloir, contre une hérésie servie par u n e mi-
norité, q u i n'a que des appétits, et pas de c o n v i c -
tions, ni d'idéal ? M a l h e u r à n o u s si nos églises
sont un jour remplacées par les écoles, q u e Ton
bâtit p o u r être dignes de devenir les toupies delà
science !

O n disait un jour à u n prince exilé : Vos a m i s


vous attendent dans la patrie : q u e d o i v e n t - i l s
faire p o u r vous frayer la r o u t e ? — Qifils se sanc-
tifient, répondit l'exilé.
Notre prince à n o u s chrétiens,c'est J é s u s - C h r i s t ,
exilé de nos lois, de nos écoles, de nos familles,
de b e a u c o u p d'âmes qui lui a p p a r t i e n n e n t par le
baptême. A ceux q u i l'adorent en disant : Adve-
niât regnum tuum ! nous r é p o n d o n s aussi : Sanc-
tifiez-vous.
Oui.sanctifions-nous en redevenant chrétiens et
en cessant d'être païens. A l o r s ce divin Maitrc dai-
gnera se servir encore d e l à F r a n c e p o u r a c c o m p l i r
dans le m o n d e ses desseins de m i s é r i c o r d i e u s e
charité.
Sanctitions-nous en n o u s soumettant sans res-
triction au magistère infaillible de l'Eglise, p o u r
n o u s g u é r i r du libéralisme ou rationalisme ma-
De la Franc-Maçonnerie. 20S

çonnique qui a tout envahi, et Dieu nous conser-


vera le don précieux de la foi.
Hâtons-nous de nous sanctifier pour que le
Seigneur mette fin à la persécution religieuse dont
nous souffrons, et qu'il convertisse nos frères
égarés eux-mêmes qui, en haine de Jésus-Christ,
veulent tenir, cette année, un congrès maçonni-
que à Rome, en face de son vicaire ; et u n autre,
Tan prochain, ù Jérusalem,en face du Calvaire,où
F Agneau divin a été immolé pour notre salut,sous
'les yeux de sa Mère, devenue la nôtre... Que le
règne de Jésus-Christ arrive, plus éclatant que
jamais !
TABLE

ANALYSE DU DISCOURS.

Pages.
EXORDE i

Il e x i s t e u n e S o c i é t é a p p e l é e la F r a n c - M a ç o n -
nerie.— C'est une Société secrète, mais pas
i n c o n n u e . — E l l e n'est p a s a u s s i a n c i e n n e q u ' o n
Ta d i t . — E l l e e s t é t r a n g è r e a u x T e m p l i e r s . —
La Charte de Cologne de 1535 l'annonce. —
V i c e n c e , en Italie, est son berceau i
DIVISION DU DISCOURS. — La première partie prou-
vera que le secret de la F r a n c - M a ç o n n e r i e ,
f o n d é e par F a u s t e S o c i n , a p o u r but de détruire
le C h r i s t i a n i s m e et d e le r e m p l a c e r par le Ra-
r e
tionalisme. — Sommaire de cette i partie. 5
La seconde partie du discours exposera ce
qu'il faut p e n s e r d u p r o j e t d e la F r a n c - M a ç o n -
nerie. — Sommaire de cette s e c o n d e partie. 7

I" PARTIE.

Ce qui concerne : Fauste Socin


9
Cromwell. . 23
Ashmole. — Témoignage du F.-,
maçon Ragon.
2o8 Table.

Ce qui concerne la Doctrine d e s l o g e s . — E n c y c l i -


q u e s de Papes 37
Voltaire 38
A d a m W e i sh au pt 4G
Convent de W i l h c m s b a d . . . . 48

Maçonnerie en Italie. — Cagliostro 53


J u g e m e n t de John Robison sur la Maçonnerie. . . 67
Le franc-maçon Napoléon I « 68

Maçonnerie en Espagne et en Portugal 73


D'Aranda 78
Pombal 81
Choiseul 85
Tannucci 87
Jugement de M . Louis Blanc sur le rôle
des m a ç o n s dans la Révolution fran-
çaise de I7«j3 88
Paroles de Lamartine sur la m ê m e ques-
tion 90
Congrès de Vérone. — T é m o i g n a g e du
comte de Haugwitz sur la Franc -
maçonnerie 92
Carbonari 96
Haute-Vente 98
Une page de Rohrbachcr sur la Maçon-
nerie. . . . , 99
Mazzini 100
Parole et système de Ricciardi, conseil-
lant d'éviter la persécution sanglante. io3
N u b i u s , chef de la Haute-Vente. . . . 104
Louis-Philippe io5
Grégoire XVI 106
Pie IX 108
Léon XIII n3
Grande-Loge s y m b o l i q u e écossaise. —
Extrait u 5
Table. 209

II* P A R T I E .

Q u e faut-il penser du projet formé par la


Franc-Maçonnerie de détruire le Christianisme
et de le remplacer par le Rationalisme ? . . 123
I. Ce projet n'est pas n o u v e a u . — Diverses atta-
e
q u e s jusqu'au x n siècle contre le Chris-
tianisme 123
e
E p i d é m i e de paganisme, au x i n . — A v e r r o ë s . 12g
Saint T h o m a s . — Pétrarque 133
Marsile Ficin i38
Platina 140
Appréciation d e C é s a r Cantu sur ce sujet. . . 141
Machiavel et G u i c h a r d i n 142
II- Quel sera le sort de ce projet? 147
III. Ce projet est e n n e m i de la liberté religieuse. 154
Ce qu'il faut entendre par Liberté de conscience. 158
Liberté politique 1G7
IV. Ce projet est contraire aux bonnes moeurs. . 169
V. Il est antisocial 176
VI. Antifrançais 187
VII. Antihumanitaire et insensé 192

CONCLUSIONS.

N o s craintes 198
Nos espérances 201
Nos résolutions 2o3

POITIERS. — TYPOGRAPHIE OUDIN,