Vous êtes sur la page 1sur 36

L’Assurance

SOMMAIRE
Introduction………………………………………………………………………………………………………………4

1ère Partie :
I – Les Différents modes de transport et les risques associés

A – Les différents modes de transport ………………………………………………………………6

B –Les risques associés aux différents modes de transport…………………………………..11

C –Classification des Avaries…………………………………………………………………………..18

D –Les Risques de Guerre…………………………………………….……………………………….20

2ème Partie :
I –La Couverture du Risque de Transport

A –l’Assurance transport ………………………………….…………………………………………..22

II –Rapprocher les différents types de polices d’assurance et le mode de transport


correspondant

A –Les différents types de contrats d’assurances marchandise…………………….……24

B –Les différents types de police d’assurance…………………………………..………….…27

III –Evaluer sa police d’assurance

A –Les différentes garanties…………………………….……………………………………….…31

VI –Gérer les sinistres et l’ouverture d’un dossier………………………………………………….35

1
L’Assurance

Introduction
Toutes expéditions de marchandise à l’étranger expose le vendeur et l’acheteur
a des risques considérables car peu importe le choix de l’expédition ,la
marchandise est toujours soumise aux différents risques liés au mode de
transport ou au véhicule de transport utilisé ; les avaries communes pour le
transport maritime ,les avaries particulières pour tout mode de transport et les
risques liés à la manutention ,au stockage et aux ruptures de charge .Toutefois
d’autres risques peuvent se rajouter tels que les risques de guerre ou les risques
exceptionnels. En effet si la marchandise voyage à ses risques le vendeur ou
l’acheteur ne doit en aucun cas les ignorer ou les négliger .Ainsi pour bien
espérer une compensation en cas de ses risques ,ils doivent tout simplement
souscrire une police d’assurance en faisant transféré quelques charges des aléas
du transport moyennant le paiement d’une prime à un tiers (la compagnie
d’assurance).En effet tout transport de marchandise nécessite la contraction
d’assurance qui permet de garantir les biens transporter aux risques associés au
transport ,aux manutentions et autres facteurs qui entrent dans l’acheminement
des marchandises. L’assurance transport détermine ainsi la couverture de ses
risques par mode de transport, car par l’assurance transport en découle des
responsabilités des deux parties qui figurent dans chaque type d’assurance
contracter à savoir l’incoterms dans lequel est indiqué l’obligation d’assurer la
marchandise ,les règles figurent dans les contrats de vente, l’assurance du tiers
chargeurs ,l’assurance de la responsabilité du transporteur pour en citer que cela.
Ainsi quelles sont les différentes possibilités de couverture de transport
international ? La première partie de ce projet consistera d’examiner les
différents mode de transport et les risques associés a ses modes ; la deuxième
partie, elle définira les différentes possibilités de couverture de transport
international et en fin la troisième et dernière partie sera exclusivement réserver
à un cas pratique.

2
L’Assurance

Première partie

3
L’Assurance

I- Les Différents Modes de Transport et les Risques Associés

A- Les Différents Modes de Transport :


Le transport est un outil stratégique et crucial pour l’acheminer d’une
marchandise ou d’un bien ou encore d’un produit donné .Généralement on
distingue plusieurs modes de transport : le transport maritime, aérien, routier,
ferroviaire et fluvial.

A.1-Le Transport Maritime :


On entend par transport maritime tout transport des marchandises ou de biens
effectué par mer. Ainsi le transport maritime se taille une place de choix dans le
commerce international .Ce mode de transport utilise en majorité les conteneurs
car il permet de gains de temps et de sécurité qui ne peuvent être négligés, de
même il réduit le cout de la manutention et des assurances. Le transport
maritime est généralement approprié pour le transport des quantités de
marchandises importantes et volumuneuses.En effet le transport maritime est
tarifié par les conférences maritimes (accord entre les compagnies maritime) qui
fixent les règles de tarification. Le fret de base est en fonction de la classe des
marchandises et de la masse ou du volume avec équivalence : 1tonne=1m3 .Un
maximum de taxation est prévue pour les petites expéditions et des règles
particulières s’appliquent à certaines marchandises. Le fret est établi en unité
payante(UP).Le connaissement (bill of lading) est le document qui matérialise le
contrat de transport. Il est régi au niveau international par les conventions de
Wisby et La Haye. Toutefois en transport maritime on peut distinguer divers
contrats type : la lettre de transport maritime et le contrat d’affrètement, mais le
connaissement reste le seul document attestant la propriété de la marchandise.
C’est donc la preuve du contrat de transport passé entre le chargeur et
l’armateur. En effet, le transport maritime utilise souvent les navires spécialisés
dans un type de marchandise : les vraquiers, pétroliers, ou céréaliers et les
navires polytherme destiné au transport de denrées périssables ; les navires non
spécialisés tels que les cargos conventionnels qui disposent de leurs moyens de
manutention. Les portes conteneurs, les navires rouliers RORO (roll on- roll of).
La conteneurisation quant à elle, est considérée comme un cas particulier.

4
L’Assurance

A.2-Le Transport Aérien :


On entend par transport aérien tout transport de marchandises ou de biens par les
aires. Il est celui qui a connu une croissance significative ces dernières années.
En effet, la croissance des échanges internationaux et les impératifs qui en
découlent, notamment en matière de délais, ont contribué à son essor. Tout
comme pour le transport maritime, le transport aérien permet de desservir
beaucoup de destinations à travers le monde. Il est approprié pour les transports
nécessitant des délais rapides tout en assurant une sécurité maximale pour la
marchandise. L’utilisation massive des ULD (Unit Load Devices) pour les
opérations de chargement et déchargement qui facilitent la manipulation de la
marchandise : ce sont en général des palettes, des igloos et des conteneurs. C’est
un type de transport utilisé pour les expéditions lointaines .Onéreux, il offre
l’avantage de la rapidité. Le prix est alors en fonction du poids /volume
(1m3=133kg) .Le transport aérien est réglementer au niveau international par la
dite convention de Varsovie. Le contrat de transport aérien est conclu entre le
transporteur (compagnie aérienne) et le chargeur qui peut être le transitaire. Le
contrat est matérialisé par la lettre de Transport Aérien (LTA=AIR WAY
BILL). La Lettre de Transport Aérien peut être établie par la compagnie
aérienne, l'expéditeur, ou le destinataire. La LTA est à la fois : la preuve du
contrat de transport, la preuve de la prise en charge de la marchandise et le
justificatif des prix. Comme nous pouvons le constaté, le transport aérien utilise
pour son transport : les avions mixtes et les avions cargo.

5
L’Assurance

A.3-Le Transport Routier:

Le transport routier est le transport de biens ou de marchandise par route. En


effet, le transport routier est utilisé fréquemment lorsqu’il s’agit d’effectuer des
opérations sur un territoire donné. Il pour avantages une réduction relative du
cout et d’un service dit en « porte à porte », c’est-à-dire sans rupture de charge.

Le transport routier est beaucoup plus utilisé en Europe car peu couteux et
flexible il est quasiment sans limite de taille. Le transport routier présente
comme avantages : Délais relativement courts (grâce aux infrastructures
routières et aux procédures douanières allégées, comme le carnet TIR), Gamme
de services très étendue comme le groupage, le fret express, le cabotage, ...)
Rapport vitesse/prix avantageux

Ainsi, ce mode de transporte souvent les conteneurs et présente une possibilité


de combiné le transport (rail/route) ou multimodal (fluvial ou
maritime/route).Les véhicules de transport utilisés par le transport aérien sont les
véhicules d’une pièce (Camion), les véhicules articulés (Tracteur+semi-
remorque) et les trains routiers articulés (Camion+Remorque).

Le contrat de transport routier est matérialisé par la lettre de voiture CMR. La


signature du transporteur entraîne une présomption de responsabilité en cas de
perte ou d'avaries. En cas de réserves formulées par le transporteur, celles-ci
devront être contresignées par l'expéditeur.
En effet, la tarification prend en compte le poids, la nature de la marchandise et
la distance à parcourir. Le rapport au poids / volume est égal à 1 tonne= 3 m3.
Le tarif routier exige que l'on arrondisse le poids de la marchandise aux 100 kg
supérieurs.

6
L’Assurance

A.4 – Le Transport Ferroviaire :


C’est un mode de transport qui est utilisé dans plusieurs régions du monde .En
effet, le transport ferroviaire utilise généralement les expéditions par wagons
isolés (entre 5 et 60 tonnes de marchandises) ou par train entier pour des
tonnages supérieurs. Il faut noter que le transport ferroviaire de marchandises
n’est pas utilisé dans la plupart des régions du monde par manque de voie ferrée
transcontinentales. Ce type de transport présente aussi la possibilité d’effectuer
des livraisons sur de longues distances.

En effet, le transport ferroviaire est également utilisé comme moyen combiné


avec le transport routier à savoir le ferroutage. Le document de transport utilisé
en trafic ferroviaire, est la lettre de voiture CIM. Il existe 2 formulaires : un
pour le trafic normal et un pour le trafic accéléré. L'original est remis au
destinataire, l'expéditeur recevra un feuillet de la liasse. Le document sera
rempli en partie par l'expéditeur et en grande partie par la société de chemin de
fer. La convention CIM ne prévoit aucun tarif dans la mesure où les règles de
tarification sont aléatoires d'un pays à un autre.

7
L’Assurance

A .5-Le Transport Fluvial :


Le transport fluvial est le transport de marchandises ou de biens par voie d’eau
(fleuve et canaux).C’est un mode de transport très économique car, il est peu
couteux en énergie ; il permet de transporter des tonnages très importants, ce
qui en fait un moyen de transport massif et peu polluant, mais il est lent, ce qui
peut représenter un avantage logistique en permettant d’économiser en frais
d’entreposage (l’entrepot, c’est le bateau).

Le transport fluvial garde une importance signicative pour le transport de


marchandises dans les pays dotés d’un réseau des voies navigables bien équipé
ou favorisés. Le contrat de transport fluvial revêt quatre formes possibles
La Convention d'affrètement au voyage : itinéraire déterminé pour un tonnage
fixé, un visa VNF : " Voies Navigables de France " est demandé.
La Convention d'affrètement de voyages multiples : plusieurs voyages pour un
tonnage donné, visa VNF demandé.
la convention au tonnage :prix fixé à la tonne ,nombre de voyage illimité,visa
VNF demandé.
La Convention à temps : location d'un bateau pour une durée déterminée, visa
VNF demandé.

8
L’Assurance

B-Les Risques Associés aux Différents Modes de Transport :


Le risque peut être défini comme tout événement incertain contre la réalisation
duquel on s'assure. Ainsi nous pouvons classer les risques selon les de transport
suivant :

B.1-Les Risques Associés au Transport Maritime :


Les mouvements des navires en mer :

Roulis (roll)

Houle (heave et surge)

(yaw)
Embardée

Tangage (pitch)

Balancement (sway)

9
L’Assurance

Les risques associés au transport maritime peuvent êtres repartis dans le tableau
ci-joint :

 Les risques d’impacte des vagues: par gros temps les marchandises en
pontée sont exposées au reflux des vagues contre la proue et la coque

 Les risques de manutentions des conteneurs : ils peuvent parfois exposer les
marchandises à des endommagements graves

 Les risques des encombrements portuaires : ils exposent les marchandises à


des stockages prolongés soumis aux intempéries.

 Les frais d’avaries communes ; armateur et chargeur supportent une


contribution proportionnelle aux dommages causés, au navire et à la
cargaison ainsi qu’aux dépenses extraordinaires, lorsqu’ils ont été faits ou
encourus intentionnellement et raisonnablement pour éviter un danger et
dans l’intérêt commun.

 Les risques de chargement des navires réalisé par un personnel non qualifié
(mauvais saisissage des marchandises, non anticipation du mauvais temps).

 Les risques de navigation tels que le naufrage, l’échouement ,les


collisions.les températures extrêmes ou les variations de température qui se
traduisent par des dégâts dus à la surchauffe, au gel ou à la buée de cale.

 Les risques liés au chargement des navires tels que : mauvais saisissage des
marchandises

Tous ces points sont cruciaux dans la mesure ou ils peuvent couter la vie chère à
la marchandise ou l’expédition.

Exemples :

10
L’Assurance

Le tangage et le roulis pouvant atteindre 40 degrés de chaque bord jusqu’à 10


fois par minute).

En effet, lorsque l’arrière du navire plonge, un conteneur placé dans la zone


avant est soumis à un état proche de l’apesanteur. En revanche, lorsque c’est
l’avant du navire qui plonge, le conteneur subit une pression égale au double de
son propre poids.

Le mouvement d’oscillation d’un bord à l’autre du au roulis produit des effets


analogues.

Ainsi lorsqu’une marchandise est transportée, elle est soumise à une


accélération :

Les manutentions des conteneurs : lorsqu’elles sont faites dans des conditions
normales, celles-ci n’engendrent pas des accélérations supérieurement effet une
manutention brutale au chariot élévateur provoque des accelerations.la valeur de
ses accélérations peuvent être dépassées lors des manipulations portuaires au
portique, au passage des glissières des cales de navire.

L’image ci-jointe explique mieux les risques des manutentions des conteneurs
lorsque la conteneurisation n’est pas bien faite, les conteurs chutent.

B.2-Les Risques Associés au Transport Aérien :


11
L’Assurance

Le transport aérien présente une typologie des risques .Ainsi les risques propre
au transport aérien peuvent être classé de la façon suivante :

 Les risques des forces issues des accélérations et des décélérations,

 Les risques des inclinaisons de l’appareil au cours des atterrissages,


décollages, chargements de cape qui sont parfois fatals pour les
marchandises

 Les risques de chargements des pressions atmosphériques et de


température ;

 Les risques de turbulences et trous d’air ;

 Les risques d’incendie, la collision, l’écrasement de l’appareil ;

 Les risques de la multiplicité des manutentions

Exemples :

(G : repris ci-contre correspond à l’accélération de la pesanteur. Un corps de


masse M soumis à une accélération G subit une force égale à M x G)

En effet les compagnies aériennes prévoient l’arrimage en soute pour des


accélérations verticales de 2.1G, valeur maximale éventuellement rencontrée en
vol (trou d’air).Même dur, un atterrissage n’atteint pas ces valeurs.

Ainsi de la même manière, les accélérations horizontales rencontrées lors d’un


crash stop (freinage d’urgence en appliquant toute la puissance dis possible, roue
à la limite du dérapage, et retro poussée des réacteurs au maximum sur piste au
décollage ou à l’atterrissage)

Une soute d’avion est toujours ventilée et la température est normalement


maintenue à environ 5°C .Cette température peut toutefois être abaissée sans
préavis de quelques degrés. Dans la pratique, en aérien des manutentions
multiples que subissent les marchandises, au départ et à l’arrivée : pré
12
L’Assurance

acheminement routier, entrepôt du commissionnaire aérien, entrepôt du


transporteur aérien, mise sur palette avion, mise à bord de l’avion….

B .3-Les Risques Associés au Transport Routier :


Le domaine du transport routier est lui aussi affecté par les multiples aléas du
transport. Généralement les risques propres à ce mode de transport se classe
d’après ce tableau.

 Les risques des : freinages, accélérations, décélérations répétés sont autant


d’à-coups qui mènent la vie dure aux marchandises, particulièrement
lorsqu’ils sont brutaux,

 Les risques des opérations d’attelage et de dételages, sources des chocs


parfois violents,

 Les risques des chocs et vibrations sont aussi importants car ils peuvent
détruire la marchandise

 Les risques avaries particulières : elles peuvent être fatales tant pour
l’expédition et la marchandise transportée

 Les risques de manutentions des marchandises

Exemples :

Exemple d’accélération auxquelles peut être soumis un corps transporté :

G : repris ci-dessous correspond à l’accélération de la pesonteur.Un corps de


masse m soumis à une accélération g subit une force égale à M x G)

Une marchandise de 300 kg posée sur ses roulettes (sans songlage) à même le
sol d’un camion à amortisseur à lames passant à 60km/heure sur un passage à
niveau subit des accélérations verticales de 10 G(son poids apparent sera
multiplié par 8 pendant quelque fractions de secondes).Cette mesure a été faite
avec enregistreur de chocs.
13
L’Assurance

En effet les accélérations subies pendant le transport restent inferieures à 1G sur


route convenable, et atteignent 1,6 G sur mauvaise route. Ainsi une marchandise
de 25 tonne chargée sur une remorque classique /hauteur 1 .10 m) subira une
force transversale de 5 tonnes dans un virage de rayon 150 m pris à 70
km/heure/bretelle d’autoroute assez large ou virage limité à 60 sur route.)

L’inclinaison théorique de la remorque consécutive à cette force (écrasement


amortisseur +pneus) sera d’environ 5 à 7°.

Si le centre de gravité de la charge est plus de 2,7 m de hauteur, l’attelage


basculera ; si la machine fait moins de 2m de large, elle aura tendance à basculer
avant l’attelage. Dans ces circonstances le chauffeur sera en général amené à
freiner violemment et à donner un coup de volant ,multipliant les données ci-
dessus par 2,et facilitant d’autant le reversement. Ainsi suivant sa configuration,
la charge aura tendance à glisser avant ou après le basculement, d’où la nécessité
de mettre un calage au sol.

Sur cette image la


marchandise peut subir des
chocs lors de son chargement

B.4-Les Risques Associés au Transport Ferroviaire :

14
L’Assurance

Les différents risques associés au transport ferroviaire peuvent être classés dans
le tableau ci-joint.

 Les risques d’impacts ou chocs liés aux opérations d’assemblage des


wagons d’un train (coups de tampons, chocs extrêmement violents)

 Les risques de heurts dus aux accélérations, decelerations et freinages ;

 Les risques de balancement du à la force centrifuge dans les courbes ou


lors du passage des aiguillages

 Les risques de vibrations et secousses pendant le déplacement du train

 Les risques de déraillements

 Les risques d’avaries particulières

Exemples :

En dehors des vibrations que supportent normalement les marchandises en cours


de transport, des accélérations très violentes peuvent êtres constatés lors des tris
de wagons et son appelée « coup de tampon ».

En effet, les chemins de fer ont estimé lors d’essai aboutissant à des
accélérations de 4g que cette valeur était trop élevée et ne devait pas se
rencontrer en situation normale. Ainsi un wagon roulant à 7km/heure et
s’arrêtant sur 40 cm fera subir à une charge force horizontale équivalente à 5
fois son poids.

C – Classification des Avaries

15
L’Assurance

Selon le mode de transport, les avaries peuvent survenir :

Au cours du transport proprement dit et résulter :

 Soit d’événement dits majeurs, frappant à la fois le moyen de transport et


son chargement (naufrage, incendie, déraillement de train, accident de
camion ou crash d’avion… ;

 Soit d’accident affectant uniquement la marchandise (mouillure par eau de


mer ou par pluie, casse ou perte de quantité due au désarrimage, souillure,
imprégnation, odeur par contact ou voisinage avec d’autres marchandises,
détérioration résultat de l’humidité des cales, vols etc.

Au cours des manutentions(chargement à bord, manipulation en cale


,déchargement , transbordement , etc.) ,principalement à l’occasion du passe de
la marchandise d’un véhicule de transport à un autre(rupture de charge) et des
séjours à quai ou entrepôt(casse ou coulage, mouillure par eau de , pluie , vol ,
incendie ,etc.).

Généralement on distingue deux types d’avaries :

Les avaries communes et les avaries particulières.

 Les Avaries Particulières:


On appelle avarie particulière, tout dommage et pertes matérielle, (y compris les
pertes de poids ou de la quantité), subis par la marchandise en cours de
transport, de manutention, ou encore lors de son séjours à quai etc.
Contrairement aux avaries communes qui ne concernent que le transport
maritime, les avaries particulières concerne tout les modes de transport.

 Les Avaries Communes:

16
L’Assurance

On appelle avarie commune toutes opérations engagées lors d’un naufrage d’un
navire dans le but de sauver une partie de la marchandise et le navire en
sacrifiant une partie de la marchandise contenant dans le navire.

En effet , l’avarie commune est donc une règle propre du droit maritime qui a
pour but de répartir entre les propriétaires du navire et de la cargaison les
sacrifices ( dommages ou dépenses ) résultant de mesure prises volontairement
et raisonnablement par le capitaine pour le salut commun de l’expédition et qui
ont eu un résultat utile.

Ainsi le propriétaire de la marchandise peut donc avoir à payer une contribution


représentant une part de la valeur de ses marchandises, alors même que celles-ci
sont livrées en parfait état.

En effet la répartition des sacrifices entre le navire et la cargaison est faite par
une expert répartiteur d’avarie commune ou dispacheur, qui est généralement
désigné par l’armateur ou par le transporteur et qui établit un règlement d’avarie
commune ,lequel est fixé le montant des admissions et celui des conditions dues
par chacun des intérêts .Sauf très rare exceptions , les règlements d’avaries
communes sont établis conformément aux disposition de Règle d’York et
d’Anvers règles conventionnelles d’usage courant et international , auxquelles
se référent la quasi-totalité des contrats de transport et d’affrètement.

Les éléments constitutifs de l’avarie commune sont les suivants :

Un sacrifice extraordinaire consenti volontairement et raisonnablement par le


capitaine et ayant en un résultat utile pour les biens de l’expédition maritime ; en
vue d’échapper à un danger ou d’en réduire les conséquences dommageables,
dans l’intérêt des biens (navire et cargaison) engagés dans l’aventure maritime
commune ; et dont le cout est réparti proportionnellement à la valeur respective
de ces biens calculés au port de destination .L’avarie commune résulte d’une
disposition contractuelle du titre de transport ou d’un contrat d’affrètement,
généralement le connaissement renvoie aux Règles d’York et d’Anvers dont la
dernière édition date de juin 2004.

17
L’Assurance

Le dispacheur chargé d’établir le règlement d’avarie commune impliquent


notamment la répartition des dépenses entre le navire et la cargaison le fera à
partir et en fonction de ces règles adoptées par les parties au contrat de transport.

Exemple d’avaries communes et particulières sur cette image une partie de la


marchandise à été sacrifiée pour sauvée le navire. (Avaries commune photo à
droite) .La photo à gauche représente un cas d’avaries particulières, ici le
véhicule de transport à subi un accident de la route et la marchandise a été
endommagée.

D-Les Risques de guerres (Risques Exceptionnel) :


Appelés aussi risques exceptionnels les risques peuvent être tout événement
relevant d’un conflit armée ,civil ou étranger ,Les hostilités et représailles ,les
actes de sabotage ou de terrorisme ,émeute ,mouvement populaire et bien
d’autres. Ces risques sont parfois couverts par des conventions spéciales pour
l’assurance des facultés.les risques de guerre sont d’à-coups des événements à
prévenir lors de la souscription d’une assurance marchandise.

18
L’Assurance

Deuxième Partie

19
L’Assurance

I – La Couverture du Risque de Transport

Apres avoir analysé méthodiquement les risques spécifiques aux différents


modes de transport, il apparait que plusieurs possibilités. Se présente pour la
couverture du transport international. Ainsi les assureurs mettent divers types
d’assurances pour se couvrir contre les risques liés aux transports de
marchandises :

A – L’Assurance Transport :
L’assurance est une convention par laquelle les assureurs s’engagent moyennant
le paiement d’une prime les assurés, à indemniser ceux-ci, où les porteurs de
mandat au cas où un dommage est subi suite à un événement fortuit appelé
«risque » et qui est couvert au terme du dit accord. Ainsi on distingue :

L’assurance ad valorem, l’assurance de la responsabilité du transporteur et


l’assurance tiers chargeur.

A .1- L’Assurance Ad Valorem :


C’est une assurance qui permet d’assurer une marchandise lors de son transport
à l’import ou à l’export en tant que telle à sa valeur réelle. Même s’il s’agit d’un
cas de force majeure exonératoire de responsabilité pour le transporteur ou le
commissionnaire de transport, la marchandise sera indemnisée par l’assureur ad
valorem. Valeur réelle de la marchandise. En effet en souscrivant une assurance
ad valorem, vous transférez les risques de dommages à votre marchandise sur
une compagnie d’assurance qui vous indemnisera non pas en vertu d’un principe
de responsabilité, mais uniquement sur la base du dommage à la marchandise.

20
L’Assurance

A.2-L’Assurance de la Responsabilité du Transporteur :


C’est une assurance qui est prise par le transporteur pour couvrir sa propre
responsabilité. En cas de dommage si sa responsabilité est engagée, vous
recevrez une indemnité forfaitaire dont le montant est fixé dans les conventions
internationales et qui correspond le plus souvent à une somme inferieur au
dommage réellement subi. En outre si la responsabilité du transporteur n’est pas
engagée, vous ne recevrez simplement aucune indemnité. C’est notamment pour
sa raison qu’il est important que vous informiez des risques que vous choisissez
de ne pas contracter une assurance complémentaire à celle du transporteur !

La police d’assurance du transporteur ne couvre que les dommages ou la


responsabilité du transporteur est engagée.

Si un accident survient sans que la responsabilité du transporteur ne soit établie


et que vous n’avez pas souscrit une assurance transport couvrant les
marchandises, vous ne serez pas remboursé des dommages subis .Même si la
responsabilité du transporteur est engagée, l’indemnisation que vous recevrez
sera limitée à ce qui est prévu dans les conventions internationales (de l’ordre de
10 euro/kg pour le transport maritime par exemple).

A.3-L’Assurance Tiers-Chargeur :
C’est une assurance qui est souscrite par des compagnies maritime ou aérien, par
des transporteurs des transitaires, pour assurer les expéditions confiées par leurs
clients lorsque ceux-ci n’ont pas souscrit une assurance. Cependant l’assurance
conclue par l’intermédiaire du transporteur présente une limite car sa
responsabilité en cas de sinistre est encadrée et limitée par les conventions
internationales. Voir assurance de la responsabilité du transporteur.

En bref nous pouvons dire que l’assurance que l’assurance tiers chargeur est une
assurance que le transitaire met à la disposition de ses clients.

21
L’Assurance

II - Rapprocher les Différents Types de Police et les Modes de Transport


Correspondant

A-Les Différents Types de Contrats d’Assurance : la responsabilité civile


(RC) commissionnaire :

Les assureurs mettent à la disposition des acteurs du commerce international


divers contrat types.

Généralement, on distingue deux types de contrats d’assurance :

 Opération par opération : appelée « assurance au voyage » un tel contrat


concerne les opérationnels occasionnels ;

 Globalement : couvrant tout le courant d’affaire : on parle alors de


« police d’abonnement », ou « globale », ou « police à alimenté » .Un tel
contrat engage généralement des primes en fonction du véhicule de
transport et des destinations.

A.1-Les Différents Types de Polices D’Assurance :


Une police d’assurance est un acte remis au souscripteur par la société
d’assurance et qui établit les conditions du contrat d’assurance .C’est la preuve
matérialisant le contrat passé entre l’assureur et l’assuré. La police d’assurance
matérialise donc l’accord des deux parties.

Ainsi selon la taille et la fréquence des flux gérés entre les deux partenaires
commerciaux, le choix peut être fait entre les différentes sortes de police
d’assurance :

 Police au voyage :
C’est une police utilisée dans le cas d’un affrètement (location d’un véhicule de
transport) et surtout pratiquer pour des expéditions isolées .Cette police permet
au chargeur (représentant du vendeur ou de l’acheteur ) de souscrire un contrat
d’assurance directement auprès d’une compagnie d’assurance pour chaque
voyage et pour des risques biens definis.En effet le contrat d’assurance est
souscrit pour une expédition, une valeur, un trajet. Elle est valable pour une
marchandise donnée.
22
L’Assurance

 La police à alimenter :
Il s’agit d’un contrat d’assurance souscrit par un importateur directement auprès
d’une compagnie d’assurance pour couvrir plusieurs envois de même nature, et
dont la valeur globale est connue. Cependant les dates exactes de départ, la
valeur de chaque expédition ne peuvent être déterminée à l’avance. Ces
informations sont communiquées par l’expéditeur à l’assureur en annexe de la
police lors de chaque envoi. La police à alimenter convient pour l’exécution de
marché d’importation/exportation important .Elle est parfois appelée police à
« éteindre », les envois sont fractionner, l’assuré doit avertir l’assureur à chaque
expédition de marchandises par un document appelé : « avis d’aliment » ou
« avis d’ordre d’alimenter ».

 La police d’abonnement (ou flottante) :


C’est une solution souvent retenues par les grandes entreprises qui souhaitent
faire couvrir leurs actions par un seul assureur la totalité de leurs importations et
expéditions. La police d’abonnement est directement souscrite auprès d’une
compagnie d’assurance pour une période donnée. (Généralement annuelle) ; elle
couvre systématiquement tous les envois faits par le même client (chargeur
acheteur, vendeur) quels que soient les produits, les modes de transport et les
lieux de départ. A chaque envoi de marchandises, l’expéditeur produit un « avis
d’alimenter » expliquant à l’assureur les détails de l’envoi.

Pour le cas particulier des polices « à alimenter » et « d’abonnement », deux


clauses sont à considérées dans le contrat :

 Le plein : il s’agit de déterminer la valeur ou la quantité maximale de


marchandise que le souscripteur du contrat est autorisé à expédier par
voyage et par mode de transport ;

 La franchise : clause ou, il est inscrite le montant de la perte (jugée


dérisoire) pour lequel l’assuré est responsable .Il s’agit de l’exclusion des
sinistres inferieurs à une certaine somme souscripteur du contrat qui
supporte le risque. L’assureur s’engage que pour un préjudice supérieur à
ce montant.
23
L’Assurance

 La police tiers -chargeur :


C’est une assurance que le transitaire met à la disposition de son client. Elle est
souscrite par des compagnies maritime ou aérien, par des transporteurs des
transitaires, pour assurer les expéditions confiées par leurs clients lorsque ceux-
ci n’ont pas souscrit une assurance. Cependant l’assurance conclue par
l’intermédiaire du transporteur présente une limite car sa responsabilité en cas
de sinistre est encadrée et limitée par les conventions internationales. Voir
assurance de la responsabilité du transporteur.

Le tableau récapitulatif ci-joint permet une meilleure compréhension des


différents types de police d’assurance.

Polices Principes

Elle est valable pour une relation et pour une


Police au voyage marchandise donnée, et souscrite à chaque voyage ou
expéditions.

Elle est valable pour une durée indéterminée et un


quantum déterminé
Police à alimenter Les envois sont fractionner et l’assuré doit avertir
l’assureur « par l’avis d’aliment »à chaque
expéditions de marchandises

Elle est valable pour un quantum indéterminé


pendant une durée déterminée peu importe le mode
de transport, la nature ou la destination de la
marchandise
Police d’abonnement(ou
flottante) Les détails de l’envoi sont expliquer par un « avis
d’aliment »pour chaque envoi ;

Valable pour une année et renouvelable par simple


avenant ;

Police que le transitaire met à la disposition de ses


Police tiers-chargeur
clients.

24
L’Assurance

B-Les différents types de police d’assurance marchandise selon les modes de


transport

Les polices d’assurance se diffèrent selon le mode de transport car tous ces
modes ne présentent pas toujours les mêmes caractéristiques des risques. Ainsi
nous pouvons classer les différentes polices d’assurance d’après le mode de
transport correspondant.

B.1-La Police d’Assurance par voie Maritime:


En assurance maritime, les polices choisies pour ce type de transport peuvent
couvrir les différents risques qui affectent les marchandises :

 Les avaries communes et particulières

 Les risques de guerre et assimilé (conventions spéciales) ; les polices


d’assurance maritime garantissent l’ensemble du transport, y compris les
transports accessoires par voie terrestre, fluviale ou aérienne. L’assurance
joue jusqu’à ce que la cargaison entre dans les entrepôts du destinataire ;
elle cesse, au plus tard ,60 jours après le déchargement du dernier navire
de mer.

En effet, les assureurs maritimes proposent généralement deux formules de


garanties :

 L’assurance « Tous Risques »qui couvre tous les dommages et pertes


matériels causés aux objets assurés durant le voyage (y compris les pertes
ou quantité), sous réserve des exclusions et limitations du contrat ;

 L’assurance « Fap Sauf », plus restrictive, elle garantit les dommages et


pertes résultant des seuls événements énumérés dans le contrat. Il s’agit de
tous les « événements majeurs » du transport : naufrage, abordage,
catastrophes naturelle … .Il peut être convenu de tout autre mode
d’assurance, la garantie offerte pouvant être adaptée à tous les cas
particuliers.

En assurance maritime, l’expéditeur a le choix entre plusieurs types de polices :

 La police au voyage : pour des expéditions occasionnelles ;


25
L’Assurance

 La police à alimenter : pour des expéditions d’objets de même nature,


échelonnées sur une période indéterminée (exemple : pièces nécessaires à
un chantier).Pour cela l’assuré doit prévenir l’assureur avant chaque
expéditions(en lui envoyant un bordereau).La valeur totale des
marchandises et le nombre d’expéditions prévues sont indiqués dans le
contrat ;

 La police d’abonnement ou flottante : elle est conclue d’avance pour


une période donnée, elle couvre automatiquement tous les envois d’un
même expéditeur. Elle convient à ceux qui exportent fréquemment des
marchandises variées ;

 La police tiers-chargeur : elle est souscrite pour le compte de leurs


clients par les transporteurs ou les transitaires.

B.2-La Police d’Assurance par voie Aérienne :


L’assurance des marchandises transportées par voie aérienne fait l’objet d’une
police adaptée. Cette police garantit « Tous Risques »les objets acheminés par
avion et par des transports préliminaires ou complémentaires, terrestres ou
fluviaux.

En effet, le contrat d’assurance est régi par les mêmes dispositions que les autres
assurances de transport marchandises, mais la garantie cesse à l’expiration d’un
délai de 15 jours à compter la date d’arrivée de l’avion à l’aéroport de
destination. Ce délai peut être prolongé, moyennant conventions et surprime
spéciales, jusqu’à l’entrée des marchandises dans les magasins du destinataire.

Comme pour les autres polices d’assurance « facultés » il s’agit d’une assurance
dommage. C’est une police « tous risques », mais l’assuré peut toujours
demander des garanties plus réduites ou la couverture de risque particuliers : la
garantie est limitée aux accidents majeurs par exemple transport ou garantie
risque de guerre et assimilés.

Ainsi les marchandises sont couvert de magasin à magasin .Toutefois, il existe


une limite à l’application de cette police : le chargement à bord de l’avion non
spécial à l’assureur et du règlement de prime spéciales. Ainsi la garantie peut

26
L’Assurance

être prolongée jusqu’à l’entrée des marchandises dans les magasins du


destinataire.

Les assureurs aériens mettent à la disposition des acteurs du commerce


international divers contrats types : les polices d’abonnement, au voyage et tiers-
chargeurs.

Les entreprises industrielles et commerciales peuvent aussi faire couvrir les


marchandises transportées occasionnellement par voie aérienne en utilisant les
polices « Tiers-Chargeurs » que les transporteurs aériens ou les auxiliaires de
transports ont souscrits auprès des compagnies d’assurance.

B .3-Les polices d’assurance par voie de terre (route et fer) :


La police d’assurance des marchandises transportées par voie de terre fait l’objet
d’un modèle de contrat. L’assuré peut demander, soit une garantie « tous
risques », qui couvrent tous les dommages, y compris les dispositions et les vols,
soit une garantie plus restrictive, qui couvre les conséquences des « événements
caractérisés » énumérés dans le contrat.

En effet, les marchandises sont couvertes de « magasin à magasin » : la garantie


prend effet lors de la remise de la marchandise au premier transporteur et cesse à
la livraison au destinataire.

En dépit des disputions légales ou contractuelle qui peuvent imposer aux


transporteurs routier des régimes de responsabilité assez étendue ,le propriétaire
ou le destinataire de la marchandise a tout intérêt à assurer directement en
souscrivant une assurance dommage ou ad valorem.

La police d’assurance des marchandises transportées par voie de terre est


étroitement inspirée de la police police « faculté maritime » et bien adaptée aux
transports nationaux et internationaux des marchandises.

Elle prévoit deux modes principaux d’assurance des marchandises :

Une « garantie tous risques » couvrant les dommages et pertes matériels, ainsi
que les pertes de poids ou de quantité et sous certaines conditions, les
disparitions et les vols ;
27
L’Assurance

Une « assurance accident caractérisé » garantissant les dommages et pertes


matériels, ainsi que les pertes de poids ou de quantité par les marchandises
assurées par suite de réalisation d’événements limitativement énumérés dans le
texte de la police.

Les assureurs de ses modes de transport mettent à la disposition des acteurs du


commerce international divers types de polices d’assurance :la police au
voyage ,la police à alimenter et les polices d’abonnement et tiers-chargeur

B.4-La police d’assurance par voie fluviale :


C’est une garantie tous risques » et « événements majeurs » couvrant les
marchandises transportées exclusivement par voie fluviale. Toutefois les
garanties plus étendues ainsi que des garanties spéciales peuvent êtres accordées
pour couvrir certains objets.

En effet, c’est une police d’assurance qui couvre les marchandises transportées
du moment de la mise à bord jusqu’au moment ou celles-ci quittent le bateau au
lieu de destination. Toutefois si les marchandises ne sont pas déchargées à
l’expiration du deuxième jour qui suit l’arrivée du bateau au terme de son
voyage, il faut le déclarer à l’assureur, qui percevra une surprime pour le temps
restant à couvrir. Cela étant, les assurés peuvent demander une garantie
dommage qui couvrira leurs marchandises de « magasin à magasin ».

III - Evaluer sa Police d’Assurance

Une bonne évaluation d’une police d’assurance suscite une maitrise des
différentes garanties que présentent les assureurs pour la couverture des
différents aléas du transport.

28
L’Assurance

A-Les Différents types de garantie :


Une garantie est un engagement pris par la compagnie d’assurance de répondre à
l’exécution de ses obligations contractuelles dans le cas ou l’événement assuré
venait de se réaliser.

Ainsi selon le mode de transport, la destination des marchandises, la nature des


risques encourus durant le trajet et au cours du transport, le choix peut se porter
selon les types de garanties.

Généralement en assurance transport, on distingue trois grands types de


garanties :

 La garantie « Fap Sauf …»


FAP : franc d’avarie particulier .lorsque l’on utilise cette expression, ce signifie
que la garantie ne couvre les marchandises endommagées que dans le cas ou la
cause des dommages figure dans la liste des causes limitativement énumérées au
contrat. Il s’agit en général des risques majeurs, naufrages, incendies, chute du
colis en cours de chargement et l’avarie commune.

 La garantie « Tous Risques »


Comme son nom l’indique ; elle couvre tous les risques de magasin à magasin
incluant le pré et le post-acheminement terrestre. Cette garantie s’applique
indifféremment aux transports aérien, maritime et terrestre.

Comme en assurance « corps »,la garantie la plus généralement utilisée est


l’assurance « tous risques » qui couvre les dommages et pertes matérielles
survenues aux marchandises assurées ainsi que divers frais et dépenses engagés
dans l’intérêt commun des bien assurés. Mais l’expression « tous risques » ne
signifie pas que tous les risques sont garantis dans leurs conséquences
dommageables. En effet, comme toute police d’assurance, certains risques sont
exclus de cette garantie (Article 7de la police).Sous cette réserve les dommages
et pertes matériels, ainsi que les pertes de poids ou de quantité subis par les

29
L’Assurance

marchandises assurées sont garantis, à moins qu’ils ne résultent de l’un des


risques exclus et limitativement énumérés dans la police.

Dispositions communes à ces deux garanties

 Garantie de magasin à magasin :

Quels que soient le mode de transport utilisé, la marchandise demeure assurée


pendant le cours de son déplacement depuis le point-extrême de départ jusqu’au
lieu final de destination. Il n’y a ni interruption, ni rupture de garantie.

 Garantie de divers frais et dépenses :

Au-delà de la couverture des pertes et dommages matériels subis par les


marchandises, les polices d’assurance garantissent également divers frais et
dépenses exposés par les bénéficiaires de l’assurance au cours du voyage assuré.
C’est ainsi que sont garantis les frais raisonnablement exposés en cas
d’interruption ou de rupture de voyage, pour déchargement, le magasinage, le
transbordement et l’acheminement des marchandises jusqu’au lieu de
destination.

 La garantie « Risques de Guerre et Assimilés » :


Les risques de guerre et assimilés sont toujours couverts séparément des autres.
Dans le cas d’espece, la police d’assurance fait l’objet d’une tarification
particulière moyennant des primes plus élevés et proportionnelles aux risques.
Sont couvert pas cette garantie : les actes de sabotage, piraterie, les
torpillages… .Elle s’applique indifféremment aux transports aériens, maritimes
et terrestres.

30
L’Assurance

Les différentes garanties peuvent êtres récapitulées dans le tableau ci-après

Garanties Principes

Elle garantie couvre les risques majeurs tels que les


naufrages, les abordages, les incendies et d'autres mais
elle exclut les risques de mouille, de vol, d'écrasement

Elle s'applique au transport maritime. Son équivalent


La garantie «FAP SAUF»
pour les transports terrestres et aériens est la garantie "
Accidents Caractérisés " qui couvre les conséquences
d'événements majeurs limitativement énumérés dans
le texte de la police

Comme son nom l'indique, elle couvre tous les risques


de magasin à magasin incluant le pré acheminement et
post-acheminement.
La garantie «TOUS RISQUES»
Elle s'applique à tous mode de transports. C'est la
garantie qui est le plus souvent utilisé

Cette garantie est toujours couverte séparément des


autres et a une tarification spéciale

Son coût moyen varie autour de 0.03 % selon le degré


La garantie «RISQUES DE
de risque sur le parcours emprunté par la marchandise
GUERRES ET MINES»
Elle couvre les actes tels que le sabotage, la piraterie,
les torpillages etc. et peut être utilisé pour tous les
types de transport

31
L’Assurance

 Etendue territoriale :
Selon ce qui est prévu en conditions particulières, l’assurance est valable pour le
transport effectué à l’intérieur du territoire choisi ou dans les limites territoriales
des pays mentionnés en conditions particulières .Ainsi, la garantie reste toujours
acquise durant le transport superposé effectué à l’intérieur ou l’extérieur des
périmètres géographiques de ces limites territoriales.

En effet, si à la suite de la survenance d’un péril garanti, le véhicule se trouve en


dehors des limites de validités territoriales mentionnées en conditions
particulières, la garantie reste acquise jusqu’au retour de celui-ci dans ces limites
de validité si la compagnie est informée de ce fait aussi rapidement et
raisonnablement que possible. Le preneur d’assurance s’oblige à payer les
éventuelles surprimes demandées pour prorogation ou aggravation du risque.
Ainsi la garantie peut être étendue au transport dans le point de départ et celui
d’arrivée.

 Marchandises exclues d’une garantie d’assurance :


Toutes les marchandises transportée dans un vehicule de transport ne sont pas
couvertes, car il en dispose en dehors des garantie ; des exclusions de
garanties .Ainsi sont exclus d’une garantie d’assurance :

Les transports de déménagements et funéraires

Les transports effectués sous l’empire des conventions internationales


postales, sauf conventions et prime spéciales, la garantie ne s’applique pas
aux transports des objets ci-après :

Bijoux, perles et pierres précieuses, fourrures, objets d’art et de


collection ;

Métaux précieux, billet de banque, monnaie, chèques, actions, obligations,


coupons et valeurs de toutes espèces ;

Marchandises périssables, animaux vivant ;


32
L’Assurance

Marchandises classées dangereuses aux termes de la réglementation en


vigueur.

Iv-Gérer les Sinistres et l’ouverture d’un Dossier :

C’est un point important, car lorsqu’une perte ou un dommage est constaté ;


l’assuré ou son mandataire doit émettre un dossier tout en prenant des mesures
conservatoires à engager, en faisant une déclaration du sinistre, ou en faisant
intervenir des experts et enfin en procédant par une constatation des dommages.

 Gérer les Sinistres et l’ouverture d’un Dossier :


L’assuré et ses préposés, représentant ou ayant droit doivent apporter les soins
raisonnables à tout ce qui est relatif aux marchandises assurées. De même, ils
doivent prendre toutes les mesures conservatoires en vue de prévenir ou de
limiter les dommages et les pertes. En cas de manquement à ces obligations,
l’assureur peut substituer à eux pour prendre les mesures qu’importe la situation
sans pour autant reconnaitre que sa garantie soit engagée.

En effet, l’assureur peut notamment procéder à toutes recherches et pouvoir lui-


même en cas de nécessité, à la réexpédition des marchandises assurées à leur
destination. Ainsi l’assuré devant lui porter son plein concours, notamment en
lui fournissant tous documents et renseignements.

En cas de vol, l’assuré doit dès qu’il en a connaissance de poser une plainte
auprès de toute autorité administrative ou judiciaire compétente.

 La Déclaration du Sinistre :
En général dès qu’une perte ou un dommage frappant les marchandises est
constaté, l’assuré ou son mandataire doit :

Faire des réserves sur le bordereau de livraison ; les confirmer dans les
100 jours ;

33
L’Assurance

Faire établir un constat des dommages dans les délais les plus brefs, par le
commissaire d’avaries ou un expert ;

Prendre les mesures nécessaires pour éviter l’aggravation des dommages ;

Veiller à la conservation des recours contre tous les tiers éventuels


responsable ;

Déclarer dans les meilleurs délais le sinistre à la société d’assurance.

Toutefois, l’assuré présente sa réclamation à la preuve auprès de laquelle ou par


l’intermédiaire de laquelle il a souscrit l’assurance, ainsi quand le contrat prévoit
un règlement à destination c’est l’agent payeur spécialement désigné (qui est
parfois le commissaire d’avaries ou un expert) que l’assuré s’adresse. En effet,
tout dossier de déclaration doit comporter :

 La justification du droit à l’indemnité :

 Pour la police au voyage, l’exemplaire original de la police ;

 Pour les autres polices, le certificat d’assurance signé par


l’assureur ;

 La justification de la réalité de l’expédition :

 L’original du titre de transport(en transport


maritime « connaissement ») ;

 La justification du dommage :

 Le certificat de dommage, d’avaries délivrées par un expert ou un


commissaire d’avaries complété éventuellement d’un rapport
d’expertise visé par lui ;

 Le certificat de non livraison, le bon de manquant ou le bulletin de


poids pour les pertes totales ou partielles ;

 Le certificat définitif de pertes

 La justification de la valeur d’assurance : la facture d’origine ou


une copie certifiée conforme ;

34
L’Assurance

 La preuve de la conservation des recours :production du double du


bon de livraison portant les réserves mentionnées au moment de
livraison et des copies des lettres de réserves adressées au
transporteur avec les repenses de ces derniers.

Toutefois, l’assuré doit présenter sa réclamation à l’assureur avant que la


prescription n’ait joué au bénéfice du transporteur (un an pour les transports
maritimes et terrestres, deux ans pour les transports aériens) .A défaut, l’assureur
a le droit de diminuer l’indemnité du montant qu’il ne peut plus récupérer auprès
du transporteur.

 Les Interventions des Experts :


Le code des assurances (article L 122-2), les conditions générales ainsi que les
conventions spéciales des contrats prévoient l’intervention des experts.

En effet, les limites du stade d’importance du sinistre varient d’une compagnie à


l’autre. On peut voir alors designer un « expert compagnie » celui-ci
interviendra seul, à moins que de son coté l’assuré ne désigne son propre expert.

La désignation de l’expert par la compagnie, se fait par l’envoi d’une lettre de


mission. Ce document officialise le fait que la compagnie a confié la mission à
l’expert. (Ce n’est pas un mandat au sens de l’article de 1984 du code civil, c’est
de la part de la compagnie, une location de service.

Ainsi, si le sinistre est important, la désignation de l’expert va prendre une allure


plus formaliste. Elle se fait au cours d’une réunion dite « convention
d’expertise » .Cette réunion se tient au principe sur les lieux du sinistre. Elle est
organisée à la déligence de l’assureur.

 La Constatation des Dommages et Pertes :


Les destinataires, leurs représentant ou ayant droit sont tenus, lors de l’arrivée
des marchandises au lieu de destination du voyage assuré et lorsque leur état le
justifie, de requérir l’intervention du commissaire d’avaries ou de l’expert
recommandé ou à défaut de tout organisme indiqué à la rubrique (commissaire
d’avaries des conditions particulières, en vue de leur expertise contradictoire.
35
L’Assurance

La quête doit intervenir dans les 3 jours à compté de la fin de la garantie, jours
non compris.

En cas de contre-expertise, celle-ci doit intervenir contradictoirement dans les


15 jours qui suivent l’expéditeur.

36

Vous aimerez peut-être aussi