Vous êtes sur la page 1sur 24

LA SECURITE

EN TRAVAUX PRATIQUES

DE CHIMIE

1
Règles de sécurité au laboratoire
1. Principales règles de sécurité
2. Risques inhérents aux produits chimiques
3. Risques associés aux manipulations

Le travail en laboratoire et particulièrement dans un laboratoire de chimie organique, requiert


parfois le montage d'appareillages complexes ou l'exécution d'opérations délicates ; il entraîne
aussi la manipulation de produits qui peuvent être toxiques, inflammables ou explosifs.
L'exécution de ces travaux peut donc être à l'origine d'accidents ou d'intoxications graves dont
les effets sont immédiats ou insidieux. Tout le personnel de laboratoire, soucieux de
développer un esprit de sécurité, devrait donc connaître et appliquer rigoureusement les
règlements de sécurité, être au courant des implications et des risques associés à la
manipulation en cours et être capable d'intervenir efficacement en cas d'accident ou d'incendie.
Toute personne au travail dans un laboratoire, qui ne tient pas compte des règles de sécurité,
court un risque élevé dont les conséquences pour elle-même et ses collègues peuvent être
catastrophiques. Sa responsabilité est donc très engagée.
Toutes ces questions de sécurité au laboratoire et de conduite à tenir en cas d’accidents dans le
cadre de l’enseignement sont décrites dans le document intitulé :
La prévention du risque chimique dans les établissements scolaires – édité par
l’Observatoire national de la sécurité des établissements scolaire et d’enseignement
supérieur. (cf document distribué)
Ce document est celui sur lequel vous serez directement interrogé au concours, si l’on vous
pose des questions de sécurité. Il est la référence pour un enseignant de physique chimie.
Un certain nombre de points de cet article sont détaillés ci-dessous.

1. Principales règles de sécurité


1.1. Prévention
La prévention est la première démarche élémentaire de sécurité. Prévenir les accidents, c'est
tout à la fois avoir une bonne connaissance du travail à effectuer, respecter l'affichage de
sécurité, avoir un bon comportement au laboratoire, exercer une protection personnelle
efficace, étiqueter, entreposer et éliminer correctement les produits chimiques.

A. Connaissance du travail à effectuer


Il faut rechercher le maximum d'informations sur les produits et le matériel employés, de
même que sur les techniques et les réactions chimiques mises en oeuvre. En cas de doute sur
les risques associés à une manipulation, on doit procéder à une recherche bibliographique et, si
possible, solliciter les conseils d'une personne compétente.
B. Affichage de sécurité
Chacun doit localiser le téléphone et certains numéros d'appel téléphoniques utiles, tels ceux
du samu et des pompiers affichés en permanence dans un endroit accessible à tous.
On doit connaître l'emplacement et le mode de fonctionnement des extincteurs (Annexe 1)
de la douche d'urgence, des bains oculaires, de la couverture ignifugée, de la trousse de
premiers soins et du disjoncteur général (gros bouton rouge situé sur un coffret
métallique dans le couloir). Enfin, il est essentiel de connaître l'emplacement des sorties
d'urgence et des dispositifs d'alarmes.

C. Comportement au laboratoire
Au laboratoire, il faut être attentif et éviter tout comportement irréfléchi ou précipité ; de
plus, il faut avoir connaissance du travail réalisé par ses voisins et être conscient des
dangers qu'il peut présenter.
Les accidents de laboratoire sont fréquemment provoqués par l'exécution trop rapide des
opérations ; soit que l'on est pressé d'obtenir des résultats, soit que le temps disponible pour
une manipulation semble insuffisant. Le chimiste doit donc adopter une approche méthodique,
prudente et soignée, se concentrer sur ce qu'il est en train de faire, ne pas se laisser distraire et
ne jamais croire que les accidents n'arrivent qu'aux autres.
Sauf en cas d'urgence, on doit donc éviter de courir, de se presser inutilement et de se
bousculer. Il faut proscrire la préparation, la consommation et la conservation dans le
laboratoire de nourriture et de boissons, afin d'éviter leur contamination accidentelle par des
produits toxiques. Dans un laboratoire de chimie organique, en particulier, on ne doit jamais
fumer à cause du voisinage fréquent de substances inflammables.
Pour éviter les chutes ou les glissades accidentelles, on tient fermés les tiroirs et les portes
d'armoires, on garde les allées libres en ne laissant pas traîner par terre de petits objets comme
des morceaux de verre, de la glace ou des bouchons et on assèche immédiatement les endroits
mouillés.

D. Protection personnelle
 Protection oculaire
Au laboratoire, on doit toujours porter des lunettes de sécurité
(fournies par le service de TP). Les verres de contact ne devraient pas
être portés dans le laboratoire : des vapeurs organiques ou corrosives
peuvent les endommager de façon irréversible ou s'infiltrer sous la
lentille.

 Blouse
Les blouses doivent être en tissu de COTON résistant (non fournie) et
équipés de boutons pression de préférence, ce qui permet de les enlever
rapidement si nécessaire ; ils doivent être assez longs pour protéger les
jambes. Il est préférable de porter des chaussures qui recouvrent
entièrement le pied.

 Gants
Le port de gants en latex peut être recommandé ou indispensable pour
certaines manipulations, telles celles de :
o produits corrosifs ;
o produits très toxiques par voie cutanée
Le port des gants est strictement interdit pour les manipulations
nécessitant l’utilisation d’un bec bunzen, du banc Koffler, d’une plaque
chauffante et d’un bain d’huile.
E. Étiquetage
Les flacons et récipients contenant des produits chimiques doivent être clairement étiquetés
pour faciliter leur identification. On pourra utiliser un feutre à alcool et écrire directement le
nom du produit chimique sur le verre. Dans le cas de produits préparés que l'on souhaite
conserver pour une séance ultérieure, la date de fabrication, le nom du produit ainsi que les
noms des membres du binôme doivent être indiqués (y compris pour les produits qui sont
placés à l'étuve pour séchage). Ils seront ensuite placés à un endroit prévu à cet effet.
Remarque : Pour effacer les inscriptions, utiliser de l’éthanol à 95%.

F. Protection de l’environnement et élimination des déchets


 Ne pas jeter la verrerie dans la poubelle à papier – une caisse est prévue à cet effet.
 L'élimination des produits chimiques doit être soigneusement planifiée. En général, de
petites quantités de substances solubles dans l'eau et peu toxiques peuvent être éliminées
par l'égout de l'évier, en faisant circuler l'eau. Pour recueillir les autres types de déchets
chimiques, on doit disposer de récipients résistants, en plastique ou en métal, pour les
entreposer avant de les éliminer.
Au laboratoire des bidons de récupération pour différentes catégories de produits sont
mis à votre disposition :
- solutions d’EDTA
- Sels d’argent : solutions et solides
- Ferricyanure et ferrocyanure : solutions et solides
- Sels de cerium, de chrome, de nickel, de cobalt et de manganèse : solutions et solides
- Métaux lourds (plomb et mercure) : solutions et solides
- solvants organiques non halogénés
- solvants organiques halogénés
- solides organiques
Il est souvent possible de rendre inoffensif un produit chimique toxique par un traitement
approprié et de pouvoir ainsi l'éliminer par l'égout de l'évier ; certains ouvrages spécialisés
décrivent des procédés d'élimination simples par transformation chimique.
Ex. :
1. Une solution de pH compris entre 0 et 6 doit être basifiée par une solution de soude.
2. Une solution de pH compris entre 8 et 14 doit être acidifiée par de l'acide
chlorhydrique.
3. Une solution de dibrome est détruite par une solution de soude ou de thiosulfate de
sodium.
4. Eliminer les copeaux de magnésium restant par ajout d'une solution légèrement acide
Pour certains sels de chrome et de mercure, un traitement spécifique est nécessaire.
G. Travail solitaire et appareils fonctionnant entre 12h et 14h
On ne doit jamais travailler seul au laboratoire. Il faut impérativement la présence d’un
enseignant. Enfin, les plaques électriques ou chauffe-ballons (enveloppes chauffantes) et les
réfrigérants ne peuvent être laissés en opération entre 12h et 14h qu'avec une permission
exceptionnelle du responsable.

1.2. Intervention
Malgré le respect des mesures préventives, il peut arriver que des produits soient renversés sur
le sol ou projetés sur des personnes. Les risques de feu, d'explosion ou d'intoxication peuvent
alors augmenter, selon la nature de ces produits.

A. Renversement sur le sol


Lorsque le sol ou la table de travail sont contaminés par un produit peu toxique ou peu volatil,
on nettoie en employant du papier absorbant ; pour les acides, on neutralise préalablement avec
du phosphate de sodium ou avec une solution d'hydrogénocarbonate de sodium. Il faut porter
des gants de protection pendant le nettoyage ; l'espace affecté doit être rincé à l'eau, puis
asséché.
Lorsque la substance répandue est volatile, inflammable ou toxique et que la quantité renversée
est importante, on doit éteindre les brûleurs, couper le courant des appareils électriques et
quitter le laboratoire. Les substances suivantes sont particulièrement dangereuses : les amines
aromatiques, les dérivés nitrés, le dibrome, le disulfure de carbone, les hydrazines, les nitriles,
les éthers et les halogénures d'alkyle. Dans ce cas, la décontamination et le nettoyage doivent
être effectués par une personne compétente.

B. Projection sur une personne


Si des projections d'une substance atteignent une personne et que des éclaboussures s'étendent
sur une grande partie du corps, on doit utiliser immédiatement la douche de sécurité et
retirer aussitôt que possible les vêtements contaminés ; chaque seconde compte et toute
perte de temps doit être évitée. En retirant les vêtements, on doit s'assurer de ne pas contaminer
d'autres parties du corps, spécialement le visage et les yeux. La région affectée doit être arrosée
avec de l'eau froide durant environ quinze minutes ; il ne faut jamais se servir de neutralisants
chimiques, d'onguents, de crèmes ou de lotions. Aussitôt que possible, on doit consulter un
médecin.
Si les éclaboussures n'affectent qu'une petite surface de la peau, rincer abondamment à l'eau
froide, puis à l'eau savonneuse ; retirer les bijoux qui nuisent à l'élimination des produits
chimiques pendant le nettoyage. Si par la suite, on observe une réaction cutanée, consulter un
médecin.
Dans le cas de projections dans les yeux, laver immédiatement l'oeil avec de l'eau pendant
au moins quinze minutes à l'aide du bain oculaire ou d'un autre appareil conçu pour cet
usage. Pour le lavage, on doit tenir l'oeil ouvert, le faire rouler constamment en rinçant
abondamment la muqueuse des paupières ; il est souvent plus facile de se faire aider par une
autre personne. Il est recommandé, le plut tôt possible, d'appeler le médecin ou de conduire le
blessé à l'hôpital.

C. Marche à suivre en cas d'accident


La première action à faire en cas d'accident grave est de protéger la victime et, s'il persiste un
risque (électrocution, incendie, asphyxie), tenter d'éliminer le danger (interruption du courant
électrique, utilisation de l'extincteur). Il faut ensuite appeler à l'aide (appeler les secouristes du
travail du bâtiment et le SAMU).
2. Risques inhérents aux produits chimiques
2.1. Dangers des produits chimiques
Les dangers, plus ou moins élevés, que présentent les produits chimiques sont les suivants :
 Intoxication, brûlure, irritation
Certains produits chimiques présentent un risque d'intoxication, de brûlure ou
d'irritation, soit par action immédiate, soit après une exposition prolongée ou répétée.
Ils peuvent alors affecter l'organe ou les tissus qui sont en leur contact, (comme l'oeil, la
peau ou une muqueuse), un organe éloigné (comme le foie ou les poumons) ou
l'organisme tout entier, en entraînant alors des maladies très graves, telles que le
benzolisme ou le cancer. Leur pénétration dans l'organisme s'effectue par inhalation,
absorption cutanée ou ingestion.
 Feu
Certains produits chimiques présentent un risque d'incendie à cause de leur
inflammabilité et de leur volatilité.
 Explosion et réactivité
Certaines substances peuvent exploser en raison de leur extrême sensibilité ou réagir
brutalement avec d'autres substances, comme l'eau (cf exemple du sodium et du
potassium dans le paragraphe 3.3.A)
On trouvera dans les ouvrages de sécurité et dans les catalogues commerciaux des indications
utiles sur les risques inhérents aux produits chimiques ; ces risques sont classés nuls, faibles,
moyens ou élevés, selon la nature du produit.
Précautions générales
 I1 est essentiel de lire attentivement l'étiquette du récipient contenant un produit
chimique ; celle-ci donne des renseignements utiles, la plupart du temps codés, sur les
risques inhérents à ce produit, les moyens de protection et les premiers soins à
dispenser en cas de contact, d'ingestion ou d'inhalation accidentels.
 On doit éviter d'inhaler les vapeurs des solvants organiques. La manipulation de
substances toxiques ou de produits risquant d'affecter le système respiratoire doit être
faite sous une hotte.
 À moins d'indication contraire, on ne goûte jamais un produit chimique et on évite son
contact avec la peau et les yeux, car certaines substances entraînent des irritations
cutanées, provoquent des brûlures ou encore sont absorbées rapidement par la peau.
 On ne doit jamais pipeter avec la bouche, mais employer une poire ou une pipette
automatique en s'assurant que la pointe de la pipette est immergée sous la surface du
liquide.
 Travailler sur de petites quantités de produits (de l’ordre du gramme quand vous
synthétisez un solide ou de 5 mL quand vous préparez un liquide que vous souhaitez
purifier par distillation) et utiliser la verrerie adaptée. N’oubliez pas de diviser par
2, 5 ou 10 les quantités indiquées dans les ouvrages de manipulation. Plus les quantités
sont petites, plus les risques sont diminués. Demandez conseil à votre enseignant quand
vous hésitez sur la quantité à synthétiser : cela dépend beaucoup du mode de
purification que vous envisagez, du moyen de caractérisation du produit formé…etc.
Nous disposons de kits de microchimie, ils permettent d’effectuer des synthèses sur de
petites quantités (quelques centaines de milligrammes)
 Ne jamais chauffer au bec bunsen un composé organique ou inflammable. Utiliser
une plaque chauffante ou un chauffe-ballon. Si le contenant est fendu ou se brise, il
peut y avoir un incendie.
 Après avoir manipulé des produits chimiques et avant de quitter le laboratoire, il est
recommandé de se laver les mains avec du savon et de l'eau : l'introduction de
contaminants dans l'organisme s'effectue souvent par les mains.

2.2. Les symboles de danger


En plus des renseignements analytiques habituels, l'étiquette apposée à un récipient contenant
une substance chimique, comporte soit des informations relatives aux risques inhérents à cette
substance ou associés à sa manipulation, soit des conseils de prudence ou de premiers soins.
Ces informations peuvent prendre les formes suivantes.

A. Symboles internationaux
Chaque symbole est un pictogramme ayant une signification précise.

B. Informations codées de la Communauté européenne


Pour identifier les risques particuliers présentés par une substance chimique et les conseils de
prudence correspondants, outre les symboles de dangers déjà cités, la Communauté européenne
a prescrit un système d'étiquetage codé comportant une lettre suivie d'un indice numérique : la
lettre R se rapporte au risque et le chiffre qui la suit le spécifie ; la lettre S se rapporte à des
conseils de prudence et le chiffre qui la suit les précise.

2.3. Substituer un produit par un autre


Dans certains cas, il est possible de substituer un produit par un autre. Voici quelques
exemples.

Produits toxiques Cible Produits de remplacements

Hexane Nerfs Pentane, heptane, cyclohexane


périphériques

Benzène Moelle, cellules Cyclohexane (éventuellement du toluène


sanguines quand le cyclohexane ne convient pas)

Toluène, xylène Systèmes Cyclohexane


nerveux

Chloroforme, tétrachlorure Reins, foie Dichlorométhane


de carbone

Méthanol Nerf optique Ethanol

Peroxyde de benzoyle Explosif – AIBN


brûlures
3. Risques associés aux manipulations
Certaines manipulations, conduites de façon incorrecte, peuvent provoquer des accidents qui
surviennent soit au moment de l'assemblage ou de l'utilisation d'appareils, soit au cours de
réactions chimiques, soit encore pendant le traitement d'un mélange réactionnel.

3.1. Montage d'appareils


 Au moment de réaliser l'assemblage, il est important de disposer le matériel et les produits
sur la table de travail de manière à travailler avec aisance.
 Il faut s'assurer que la verrerie est en bon état (pas de fêlure), propre et, si nécessaire, sèche.
 Les pièces d'un montage (ballon, erlenmeyer, bécher, réacteur, réfrigérant, raccords,
burette, électrodes … etc lors d’une filtration, d’un dosage ou d’une synthèse
chimique) doivent être fixées solidement à l'aide de pinces et de supports verticaux, en
veillant à ce que les joints rodés soient lubrifiés et que le robinet des ampoules de coulée ne
présente pas de fuite. Utiliser éventuellement des clips pour maintenir assemblée 2 pièces
en verre munies de rodage.
 Noter la position des pinces sur ces montages à reflux et à distiller.
Pince supérieure non serrée

correct incorrect correct


Penser à surélever vos montages Pince inférieure bien serrée
 Quand on fait circuler de l'eau, on doit vérifier que les tubes de caoutchouc sont insérés à
fond dans les tubulures latérales du réfrigérant, pour éviter tout déversement d'eau
accidentel ; de plus, le débit d'eau doit être modéré.
 Avant de faire bouillir un liquide, on dépose quelques grains de pierre ponce dans le
récipient, mais cette introduction ne doit jamais être effectuée dans un liquide près de
l'ébullition. Lors de la distillation de grandes quantités de liquides volatils, inflammables ou
toxiques, il est recommandé d'opérer sous hotte aspirante. Ne jamais distiller à sec.
 Pour insérer une tige de verre ou un thermomètre dans un bouchon, on lubrifie d'abord avec
de l'eau ou de la glycérine ; en se protégeant les mains avec un linge ou des gants épais,
on tient la tige de verre à moins de 5 cm de l'extrémité à insérer, puis, avec une faible
pression, on pousse la tige dans le trou du bouchon en appliquant un léger mouvement de
rotation.
3.2 Réactions chimiques
Certaines réactions chimiques sont dangereuses, soit parce qu'elles exigent la manipulation de
substances explosives ou pouvant réagir de façon brutale, soit parce qu'elles conduisent à la
formation de telles substances. Entre autres, les réactions de nitration et d'oxydation, de même
que les réactions de Friedel et Crafts et celles faisant intervenir des réactifs de Grignard ou des
chlorures d’acides, peuvent devenir très violentes. La conformité aux conseils de prudence ci-
dessous devrait éliminer certains risques d'accident.
 Si l'utilisation d'une substance explosive ou très réactive est requise, ne l'employer
qu'en quantité la plus petite possible. (ex. le sodium, le potassium)
 Si on présume qu'une réaction peut provoquer une explosion, ne l'essayer d'abord qu'à
une échelle réduite ; il est également préférable de la renouveler plusieurs fois à cette
échelle plutôt que de tenter un essai avec des quantités plus importantes de produits.
 Dans le cas de réactions très exothermiques, le mode opératoire le plus sûr consiste à
ajouter le réactif goutte à goutte en agitant vigoureusement ; on doit éviter de trop
refroidir le réacteur, car on risque alors de trop ralentir la réaction et d'accumuler
dangereusement le réactif introduit : dès que la température s'élèverait de nouveau
légèrement, la réaction deviendrait incontrôlable.

3.3 Manipulations particulières de quelques produits chimiques


A. Le sodium et le potassium
Le sodium et le potassium sont des métaux alcalins qui s’enflamment avec de l’eau. Ils sont
conservés dans l’huile de paraffine. Pour les manipuler, des précautions sont donc à prendre :
 s’assurer que la paillasse est bien sèche
 préparer un grand cristallisoir contenant de l’éthanol pur. L’éthanol sert à détruire le
sodium par une réaction d’oxydo-réduction.
 mettre des gants secs et propres
 avec une pince à épiler, prélever un morceau de sodium, le poser sur un papier
absorbant, l’essuyer, le couper avec un couteau sec et propre – ne faire la réaction
qu’avec un tout petit bout de ce métal (quelques mg)
 introduire le métal dans le milieu réactionnel choisi
 plonger le papier absorbant, la pince à épiler, le couteau…et tout autre objet pouvant
être souillé par un grain de sodium dans le cristallisoir d’éthanol. Ne jamais mettre le
papier directement dans la poubelle ! ! !

B. L’eau de brome et le dibrome


L’eau de brome et le dibrome sont des substances corrosives : il est impératif de porter des
gants.
Pour la manipulation de dibrome, prévoir un cristallisoir de thiosulfate de sodium ou de
soude, afin d’y plonger tout ustensile ayant servi à le prélever, afin de neutraliser le
dibrome par une réaction d’oxydo-réduction.
Résumé
Danger Règle de sécurité Gestes de première urgence

Produit avalé - interdit de pipeter à la - rincer la bouche


bouche
- ne pas faire boire
- utiliser les propipettes et
les tétines - ne pas faire vomir

Projection dans l’œil - utiliser les lunettes de - Rincer l’œil maintenu


sécurité ouvert sous un filet d’eau
froide ou tiède, tête
penchée, œil contaminé
en dessous de l’œil sain

Brûlure thermique - Ni cheveux, ni vêtements - Rincer immédiatement


flottants sous un filet d’eau froide,
15 minutes
- Pas de vêtements
synthétiques – porter - Garder les vêtements
une blouse en COTON collés à la peau

Brûlure chimique - Porter une blouse - rincer immédiatement


sous un filet d’eau froide
- Utiliser de petites
quantités - enlever les vêtements
contaminés sans toucher
- Utiliser les le visage
concentrations
minimales nécessaires
- Etiqueter les contenants
- Utiliser des gants si
nécessaire

Coupure - utiliser des torchons et - comprimer localement


lubrifier, pour enfiler un pour arrêter
tube dans un bouchon l’hémorragie
- jeter la verrerie fendue - faire asseoir et rassurer

Incendie - paillasse rangée - étouffer le feu


- savoir utiliser - sur une personne :
l’extincteur, la serpillère allonger la personne par
mouillée et la couverture terre et la couvrir avec
antifeu la couverture antifeu

Inhalation d’un gaz irritant - travailler sous hotte - faire sortir et respirer de
ou toxique l’air frais
- produire les quantités
minimales de gaz
Extincteurs

Extincteurs à CO2 (poignée rouge)

Feux de liquides (alcools, solvants organiques, huiles, graisses) , mais aussi sur
l’électronique et le matériel informatique

Extincteurs à poudre (poignée jaune)


Feu de métaux (sodium, magnésium…) et de gaz (propane, gaz de ville)

Extincteurs à eau (poignée bleue)

Feu de matériaux solides (bois, tissus, carton, papiers)


institutions, qui diffusent bonnes pratiques de prévention et recommandations en vue de réduire
les accidents du travail ou les maladies professionnelles.

Aujourd’hui la santé au travail est un enjeu éthique et l'un des enjeux du développement
soutenable.

III- RÈGLES GENERALES D’HYGIENE ET SECURITE

Les règles générales d’hygiène et de sécurité peuvent être résumé dans les principes généraux
de prévention régit par l’article L 4121-2 du code du travail français. Ce sont :

1/ Eviter les risques

2/ Evaluer les risques qui ne peuvent pas être évités

3/ Combattre les risques à la source


4/ Adapter le travail à l’homme, en particulier en ce qui concerne la conception des postes de
travail ainsi que le choix des équipements et des méthodes de travail

5/ Tenir compte de l’état d’évolution de la technique

6/ Remplacer ce qui est dangereux par ce qui n’est pas dangereux, ou par ce qui est moins
dangereux

7/ Planifier la prévention en y intégrant, dans un ensemble cohérent, la technique, l’organisation


du travail, les conditions de travail, les relations sociales et l’influence des facteurs ambiants,
notamment en ce qui concerne les risques liés au harcèlement moral

8/ Prendre des mesures de protection collective en leur donnant la priorité sur les mesures de
protection individuelle

9/ donner les instructions appropriées aux personnels (responsabilité de l’encadrant direct)

Dans les laboratoires :

Ne pas manger, ni boire ; Ne pas fumer ; Ne pas se maquiller ; Ne pas se ronger les ongles

IV- LES PRINCIPAUX TYPES DE RISQUES DANS LES UFRS DE L’EX FAST

Ce sont : Incendie ; électricité ; gestes et postures (manutention et travail sur écran) ; risques
chimiques ; risques biologiques et expérimentation animale ; radioactivité ; machines
dangereuses et appareils sous pression.

Pour aider à la prévention des risques, des pictogrammes pour la signalisation de santé et de
sécurité et l’étiquetage des produits chimiques ont été définis.

Ces pictogrammes, ou symboles graphiques, peuvent servir à décrire une situation, à prescrire un
comportement déterminé, ou encore à donner une indication de danger sur les lieux de travail.

Voir feuilles annexes.


V- REGLES DE SECURITE EN LABORATOIRE

a- CONNAISSANCE DU TRAVAIL A EFFECTUER

1) Rechercher le maximum d’informations sur les produits (propriétés intrinsèques, carac-


téristiques de dangers, point éclair)) et les matériels utilisés, de même que sur les techniques et les
réactions chimiques mises en œuvre.

2) En cas de doute sur les risques associés solliciter une personne compétente.

3) Analyser les risques liés à votre manipulation et prendre les mesures de sécurité adaptées aux
risques.

4) Suivant l’évaluation des risques, utiliser les Equipements de Protection Collective


adaptés (Sorbonne, Poste de Sécurité Microbiologique…) si votre manipulation l’exige.

5) Suivant l’évaluation des risques, utiliser les Equipements de Protection Individuelle


adaptés (Gants, Masques…), à la manipulation effectuée.

b- COMPORTEMENT AU LABORATOIRE

6) Eviter de courir, de se presser inutilement et de se bousculer.

7) Respecter l’organisation du laboratoire. N’encombrer ni les paillasses, ni les zones de


circulations.

8) Ne pas pénétrer dans une zone à accès règlementée si vous n’êtes pas autorisé (armoire
électrique, zone surveillée, L2….).

Avant le TP :

Pas de paillasses et de sorbonnes encombrées

Les deux issues de La Salle de TP doivent être accessibles et non fermées à clé pendant le TP

Tous les flacons doivent être étiquetés Pendant le TP

Manipuler debout, les chaises et les cartables correctement rangés


Lors de chaque transvasement, écrire le nom du produit au feutre sur le récipient

Fermer systématiquement tous les flacons après usage Après le TP

Ne pas reverser dans le flacon une solution transvasée ailleurs ou le reste d’une pipette.

Les résidus de la manipulation seront traités selon le cas : neutralisation, flacon de stockage…

Aucun récipient contenant une solution inconnue ne doit rester sur la paillasse

La paillasse doit être propre

c- TENUE OBLIGATOIRE

9) Porter une blouse fermée . Ne pas sortir du laboratoire avec votre blouse.

10) Porter les lunettes de sécurité adaptées à la manipulation à effectuer dès l’entrée dans le
laboratoire, y compris pour les personnes au voisinage.

11) Changer de gants toutes les 20 minutes ou dès qu’ils sont abîmés.

12) Attacher les cheveux longs.

d- BONNES PRATIQUES

13) Manipuler toujours de manière à minimiser la formation d’aérosols .

14) Ne pas pipeter directement à la bouche. Utiliser des systèmes mécaniques de pipetage.

15) Ne pas utiliser de verrerie ébréchée .

16) Ne pas recapuchonner une aiguille.

17) Ne pas procéder à un examen olfactif d’un produit.

18) Ne pas toucher des objets collectifs (poignées de portes, téléphone…) avec des gants
contaminés ou susceptibles de l’être.
19) Décontaminer les surfaces de travail après chaque manipulation de produits dangereux ou
après un renversement accidentel.

20) Nettoyer les matériels à usage commun après usage : balances, PSM, Etuves, Sorbonnes…

21) N’entreposer que les produits nécessaires à la manipulation sur le plan de travail.

e- HYGIENE

22) Laver vos mains avant et après une manipulation ainsi qu’après le retrait des gants.

23) Ne pas fumer, boire, manger, manipuler des lentilles de contact, se maquiller ou entreposer
des aliments dans les zones de manipulation du laboratoire.

24) Connaitre et respecter les filières des déchets

f- SANTE

25) Aller voir le médecin du travail/de prévention au moins une fois par an.

26) Compléter sa fiche individuelle d’exposition au moins une fois par an.
Source du document:http://www.lachimie.net/index.php?page=4#.VwY06UJnOlj

Vous aimerez peut-être aussi