Vous êtes sur la page 1sur 54

Dossier de demande d’autorisation

Indice : 1
d’exploiter une centrale d’enrobage à chaud
SEG – la Halte
Juillet 2016
JOUE-EN-CHARNIE (72)

ETUDE DE DANGERS
Dossier de demande d’autorisation d’exploiter une centrale d’enrobage à chaud Indice 1
SEG – la Halte – étude de dangers P. 2 sur 54

SOMMAIRE

1 Description de l’environnement de l’installation ......................................................................................... 4


1.1 Phénomènes naturels .............................................................................................................................. 4
1.1.1 Sismicité................................................................................................................................................................ 4
1.1.2 Mouvements de terrain ......................................................................................................................................... 5
1.1.3 Inondation ............................................................................................................................................................. 5
1.1.4 Feu de forêt........................................................................................................................................................... 6
1.1.5 Foudre................................................................................................................................................................... 6
1.2 Risques industriels technologiques .......................................................................................................... 7
1.3 Risque de rupture d’un barrage ou d’une digue ....................................................................................... 7
1.4 Risque lié au Transport de Matières Dangereuses (TMD)....................................................................... 7
1.5 Actes de malveillance............................................................................................................................... 7

2 Description des installations et de leur fonctionnement ............................................................................ 7

3 Identification, caractérisation et justification des potentiels de danger.................................................... 8


3.1 Installation d’enrobage à chaud de matériaux routiers............................................................................. 8
3.1.1 Description des potentiels de dangers.................................................................................................................. 8
3.1.2 Réduction des potentiels de dangers.................................................................................................................... 8
3.2 Dépôt de matières bitumineuses.............................................................................................................. 8
3.2.1 Description des potentiels de dangers.................................................................................................................. 9
3.2.2 Réduction des potentiels de dangers.................................................................................................................... 9
3.3 Stockage de produits minéraux................................................................................................................ 9
3.3.1 Description des potentiels de dangers.................................................................................................................. 9
3.3.2 Réduction des potentiels de dangers.................................................................................................................. 10
3.4 Procédé de chauffage par fluide caloporteur ......................................................................................... 10
3.4.1 Description des potentiels de dangers................................................................................................................ 10
3.4.2 Réduction des potentiels de dangers.................................................................................................................. 10
3.5 Stockage de gaz inflammable liquéfié.................................................................................................... 11
3.5.1 Description des potentiels de dangers................................................................................................................ 11
3.5.2 Réduction des potentiels de dangers.................................................................................................................. 12
3.6 Installations de concassage-criblage ..................................................................................................... 12
3.6.1 Description des potentiels de dangers................................................................................................................ 12
3.6.2 Réduction des potentiels de dangers.................................................................................................................. 12
3.7 Dépôt de produits pétroliers spécifiques ................................................................................................ 12
3.7.1 Description des potentiels de dangers................................................................................................................ 13
3.7.2 Réduction des potentiels de dangers.................................................................................................................. 14
3.8 Installation de combustion...................................................................................................................... 14
3.8.1 Description des potentiels de dangers................................................................................................................ 14
3.8.2 Réduction des potentiels de dangers.................................................................................................................. 14

4 Scenarios potentiels d’accidents sur le site............................................................................................... 15


4.1 Incendie.................................................................................................................................................. 15
4.2 Explosion................................................................................................................................................ 15
4.3 Pollution de l’eau et du sol ..................................................................................................................... 15
4.4 Pollution de l’air ...................................................................................................................................... 16

5 Evaluation des risques ................................................................................................................................. 16


5.1 Eléments de maîtrise des risques (hors stockage de propane) ............................................................. 16
5.1.1 Installation d’enrobage à chaud de matériaux routiers ....................................................................................... 16
5.1.2 Dépôt de matières bitumineuses......................................................................................................................... 21
5.1.3 Stockage de produits minéraux........................................................................................................................... 22
5.1.4 Procédé de chauffage par fluide caloporteur ...................................................................................................... 23

SEG*LCBTP
Dossier de demande d’autorisation d’exploiter une centrale d’enrobage à chaud Indice 1
SEG – la Halte – étude de dangers P. 3 sur 54

5.1.5 Installations de concassage-criblage .................................................................................................................. 23


5.1.6 Dépôt de produits pétroliers spécifiques............................................................................................................. 24
5.1.7 Installation de combustion................................................................................................................................... 24
5.2 Eléments de maîtrise des risques spécifiques au stockage de propane................................................ 25
5.2.1 Moyens de prévention......................................................................................................................................... 25
5.2.2 Moyens de lutte en cas d’incident....................................................................................................................... 27
5.2.3 Conséquences pour le voisinage et l’entreprise ................................................................................................. 27
5.3 Mesures de prévention communes au site............................................................................................. 27
5.3.1 Formation et qualification du personnel .............................................................................................................. 27
5.3.2 Procédures générales......................................................................................................................................... 27
5.3.3 Moyens de prévention adaptés........................................................................................................................... 28
5.3.4 Contrôles périodiques et maintenance préventive.............................................................................................. 28
5.4 Mesures de protection particulières à l’installation................................................................................. 28
5.4.1 Plan d’intervention............................................................................................................................................... 28
5.4.2 Moyens mis à disposition.................................................................................................................................... 29
5.4.3 Centre de soins................................................................................................................................................... 29
5.5 Probabilité d’occurrence, cinétique, intensité des effets et gravité des conséquences potentielles ...... 29
5.5.1 Probabilité d’occurrence...................................................................................................................................... 29
5.5.2 Cinétique............................................................................................................................................................. 42
5.5.3 Adéquation entre cinétique de mise en œuvre des mesures de sécurité et cinétique de chaque scénario
pouvant mener à un accident........................................................................................................................................................... 42
5.5.4 Conditions d’exposition des intérêts humains et environnementaux .................................................................. 44
5.5.5 Evaluations de la gravité des conséquences des accidents ............................................................................... 50

6 Conclusion..................................................................................................................................................... 51

SEG*LCBTP
Dossier de demande d’autorisation d’exploiter une centrale d’enrobage à chaud Indice 1
SEG – la Halte – étude de dangers P. 4 sur 54

AVANT-PROPOS

L'étude de dangers d'une installation classée pour la protection de l'environnement :


- fait le bilan sur les risques engendrés par l’activité et sur les risques extérieurs auxquels cette activité peut
être soumise. Cet inventaire se nourrit des différents éléments étudiés au sein des précédentes parties du
présent dossier,
- examine les pratiques mises en œuvre en matière de prévention des risques et d’intervention au sein de
l’établissement et propose des voies d’amélioration de ces pratiques au besoin.

Cette étude est élaborée conformément aux textes suivants notamment :


- Code de l’Environnement (articles R. 512-6 et R. 512-9)
- Arrêté du 29 septembre 2005 relatif à l’évaluation et à la prise en compte de la probabilité d’occurrence, de la
cinétique, de l’intensité des effets et de la gravité des conséquences des accidents potentiels dans les
études de dangers des installations classées soumises à autorisation
- Circulaire du 10 mai 2010 récapitulant les règles méthodologiques applicables aux études de dangers, à
l’appréciation de la démarche de réduction du risque à la source et aux plans de prévention des risques
technologiques (PPRT) dans les installations classées
- Arrêté du 4 octobre 2010 relatif à la prévention des risques accidentels au sein des installations classées
pour la protection de l’environnement soumises à autorisation

L’article R. 512-9 édicte le principe de proportionnalité des études de dangers : « leur contenu doit être en
relation avec l’importance des risques engendrés par l’installation […] ».
La circulaire du 10 mai 2010 rappelle qu’il ne faut pas « privilégier les études au détriment tant de la mise en
œuvre des mesures de réduction des risques que du maintien des condition de sécurité dans l’exploitation des
installations ».
Cette précision rejoint le principe de proportionnalité et insiste sur le fait qu’il faut privilégier le concret à l’étude.

1 Description de l’environnement de l’installation

L’environnement du site d’exploitation de la centrale d’enrobage projetée est décrit dans l’étude d’impact.
Certains risques extérieurs au site non développés dans l’étude d’impact sont récapitulés ci-dessous.

1.1 Phénomènes naturels

1.1.1 Sismicité

En application des articles R. 563-1 à R. 563-8 du Code de l’Environnement relatifs à la prévention du risque
sismique :
- La centrale peut être considérée comme une installation de classe à risque normal, c’est-à-dire pour laquelle les
conséquences d’un séisme demeurent circonscrites à ses occupants et à son voisinage immédiat (on peut même
ajouter que les conséquences n’affectent pas le voisinage immédiat),
- Du fait de la faible activité industrielle du site, l’installation peut de plus être rangée dans la catégorie
d’importance 2, c’est-à-dire dont la défaillance ne présente qu'un risque moyen pour les personnes ou l'activité
économique,
- le secteur d'étude est classé en zone 2, c’est-à-dire de sismicité faible1.
En Sarthe, aucune règle de constructions parasismiques n’est applicable aux installations de catégorie 2.

Le séisme le plus fort et le plus proche de Joué-en-Charnie a été répertorié en Mayenne, à Gesnes, le 13
novembre 18481. Il a atteint le degré 5 sur l’échelle MSK, à l’épicentre. A un tel degré, les dormeurs se réveillent, des

1 http://www.risquesmajeurs.fr/le-risque-sismique, consulté le 13/02/2015

SEG*LCBTP
Dossier de demande d’autorisation d’exploiter une centrale d’enrobage à chaud Indice 1
SEG – la Halte – étude de dangers P. 5 sur 54

objets chutent et parfois de légères fissures apparaissent dans les plâtres, témoignant bien ainsi que l’activité sismique
dans le secteur reste faible.

1.1.2 Mouvements de terrain

Selon le Dossier Départemental des Risques Majeurs (DDRM)2, la commune de Joué-en-Charnie n’est pas
concernée par le risque mouvement de terrain.
La base de données Argiles3 du BRGM indique que l’aléa est moyen sur l’emprise demandée en autorisation. Ce
risque sera amené à disparaître car la centrale sera positionnée sur une plate-forme stabilisée avec des graves
sélectionnées pour leur teneur en fines limitée.

Aléa lié au retrait-gonflement des argiles sur la commune de Joué-en-Charnie

La base de données BD Mvt4 du BRGM nous renseigne qu’un autre risque existe sur la commune, lié à un
effondrement répertorié sur l’aire de repos des Gripperies le 15/11/1997, sur l’A81. Le risque ne concerne donc en rien le
présent projet.
Enfin, d’après la base de données BD Cavité5 du BRGM, aucune cavité souterraine n’est répertoriée sur la
commune de Joué-en-Charnie.

1.1.3 Inondation

Un risque d’inondation existe. Il est associé aux crues du Palais. Bien qu’appartenant au bassin versant de la
Vègre, la commune de Joué-en-Charnie n’est pas concernée par le Plan de Prévention du Risque Naturel d’Inondation
approuvé par arrêté préfectoral du 05/12/2013.
La centrale ne sera pas concernée par ce risque d’inondation car elle est suffisamment éloignée et suffisamment
en hauteur pour être largement en dehors des zones d’aléa.

1 http://www.sisfrance.net, consulté le 02/12/2014


2 Dossier Départemental des Risques Majeurs de la Sarthe de novembre 2012
3 http://www.georisques.gouv.fr/dossiers/alea-retrait-gonflement-des-argiles/#/, consulté le 18/05/2016
4 http://www.georisques.gouv.fr/dossiers/mouvements-de-terrain/#/, consulté le 18/05/2016
5 http://www.georisques.gouv.fr/dossiers/cavites-souterraines/#/, consulté le 18/05/2106

SEG*LCBTP
Dossier de demande d’autorisation d’exploiter une centrale d’enrobage à chaud Indice 1
SEG – la Halte – étude de dangers P. 6 sur 54

Par ailleurs, la base de données relative aux inondations par remontées de nappes1 du BRGM nous renseigne
qu’aucun risque n'existe au droit du projet.

Sensibilité au risque de remontée de nappe sur la commune de Joué-en-Charnie

1.1.4 Feu de forêt

D’après le DDRM, la commune de Joué-en-Charnie n’est pas concernée par ce risque.

1.1.5 Foudre

En termes d’accidents, la foudre conduit principalement à des incendies (on pourra se reporter à cette rubrique).
La foudre peut aussi conduire à un sinistre de manière indirecte en entraînant la défaillance d’organes électriques de
sécurité ou de contrôle.
La centrale SEG de la Halte n’est soumise à autorisation vis-à-vis d’aucune rubrique spécifiquement citée dans la
section III (dispositions relatives à la protection contre la foudre) de l’arrêté du 4 octobre 2010 relatif à la prévention des
risques accidentels au sein des ICPE soumises à autorisation. En effet, le stockage de propane, éventuellement concerné,
reste de taille modeste (soumission à déclaration uniquement).
Cet arrêté ministériel est le principal texte régissant le risque foudre.
Néanmoins, l'installation fera l'objet d'une analyse du risque foudre une fois que l'autorisation aura été délivrée.

Le département de la Sarthe présente une densité d’arcs de 0,65 arcs/an/km² sur la période 2004-2013
(moyenne nationale : 1,57). En la matière, le département se classe 92ème. C’est donc un département très peu soumis
aux orages2 et cela ne justifie pas de prendre des dispositions particulières par rapport à ce risque.

1 http://www.inondationsnappes.fr, consulté le 08/06/2016


2 http://www.meteorage.com, consulté le 10/12/2014 (METEORAGE - Opérateur du réseau français de surveillance des orages et de prévention du risque foudre)

SEG*LCBTP
Dossier de demande d’autorisation d’exploiter une centrale d’enrobage à chaud Indice 1
SEG – la Halte – étude de dangers P. 7 sur 54

1.2 Risques industriels technologiques

D’après le DDRM, la commune de Joué-en-Charnie n’est pas concernée par ce risque. Un établissement
SEVESO est situé à 5 km au Sud-Ouest : SICOGAZ, sur la commune de Brûlon. C’est un établissement SEVESO seuil
bas non muni d’un Plan de Prévention des Risques Technologiques.
Le projet de SEG est suffisamment loin pour ne pas affecter ou être affecté par ce site SEVESO.

Aucun stockage important de matières dangereuses pouvant entraîner des effets domino sur l'emprise du projet
de SEG n'est présent sur le site de la centrale à béton (aucune substance inflammable ou explosive). Les seules matières
dangereuses potentielles font parti des adjuvants au béton et présentent les risques suivants :
- irritation
- corrosion
- danger pour les milieux aquatiques

1.3 Risque de rupture d’un barrage ou d’une digue

D’après le DDRM, le risque en Sarthe concerne les digues de plans d’eau de Neufchâtel-en-Saosnois et du Lude.
Les 2 bassins versants concernés par ce risque sont différents de celui du présent projet. Aucun risque n’existe donc vis-
à-vis du projet de l’exploitant.

1.4 Risque lié au Transport de Matières Dangereuses (TMD)

D’après le DDRM, l’ensemble des communes du département est concerné. En effet, l’ensemble des communes
est desservi par des routes où des matières dangereuses sont susceptibles d’être transportées.
L’emprise de la centrale est assez concernée car elle est longée par la RD 357, une des routes principales du
département. L'exploitant a cependant fait le choix d'éloigner toutes les superstructures de la centrale de la RD 357. de
cette manière, aucun accident se produisant sur la centrale ne serait amené à affecter les superstructures de la centrale.
Par ailleurs, la commune de Joué-en-Charnie n’est concernée par aucun gazoduc ou oléoduc.

1.5 Actes de malveillance

La potentialité d’actes de malveillance n’est pas exclue. Elle concerne des risques de détérioration du matériel
dont les conséquences en termes de dangers pour l’environnement sont : incendie, explosion, pollution des eaux ou du
sol, pollution de l’air.
L’emprise du périmètre où se trouvent la centrale à béton et la future centrale d’enrobage est entièrement
entourée d’un grillage qui empêche l’accès aux personnes étrangères. Ce grillage est complété par un portail verrouillable
au niveau de l’accès à la voie communale (VC) 8 qui interdit l’accès en dehors des jours ouvrables depuis les voies de
circulation. Cette situation demeurera tout au long de l’exploitation de la centrale.
La centrale est équipée d’une alarme avec détection infrarouge + télésurveillance.

En conclusion, le site de la centrale n'est soumis à aucun risque extérieur important.

2 Description des installations et de leur fonctionnement

Les installations projetées et leur mode de fonctionnement sont décrits dans l’étude d’impact.

SEG*LCBTP
Dossier de demande d’autorisation d’exploiter une centrale d’enrobage à chaud Indice 1
SEG – la Halte – étude de dangers P. 8 sur 54

3 Identification, caractérisation et justification des potentiels de danger

3.1 Installation d’enrobage à chaud de matériaux routiers

CARACTERISTIQUES DU
DESIGNATION DE L’ACTIVITE RUBRIQUE CLASSEMENT
PROJET

A chaud
ENROBAGE AU BITUME DE MATERIAUX
250 t/h à 5 % d’humidité 2521-1 A
ROUTIERS (Centrale d')
120 kt / an

En moyenne, la centrale transformera chaque jour environ 27 t de bitume pour une production moyenne
journalière de 545 t d’enrobés routiers. L’enrobage s’effectuera à chaud.

3.1.1 Description des potentiels de dangers

Les dangers liés cette activité se situent aux niveaux suivants et incluent en réalité le risque potentiel de
l’ensemble de l’installation en fonctionnement :

Accident au niveau du stockage de propane (voir plus loin) ;


Incendie dû à l’inflammation de produits combustibles, à l’inflammation de gaines ou de moteurs
électriques, ou à la malveillance (cigarette, soudage sur appareils en service, etc.) ;
Incendie dû à un défaut de réglage de la combustion au niveau du brûleur du tambour sécheur ;
Rupture de canalisation entraînant une pollution des eaux et du sol ;
Pollution atmosphérique due au dysfonctionnement de l’installation de dépoussiérage.

3.1.2 Réduction des potentiels de dangers

Les mesures de prévention seront décrites au chapitre concernant l’évaluation des risques.
Aucune mesure de suppression ou de substitution ne peut être envisagée sur le procédé même d’enrobage à
chaud, mise à part l'utilisation d'un combustible autre que le propane. Cependant, l'utilisation de ce combustible induit des
avantages environnementaux en ce qui concerne les émissions gazeuses du procédé de combustion.

3.2 Dépôt de matières bitumineuses

CARACTERISTIQUES DU
DESIGNATION DE L’ACTIVITE RUBRIQUE CLASSEMENT
PROJET

HOUILLE, COKE, LIGNITE, CHARBON DE BOIS,


GOUDRON, ASPHALTE, BRAIS ET MATIERES 297 t de bitume 4801-2 D
BITUMINEUSES

Le stockage de bitume s’effectuera dans 3 cuves en acier de 90 m3 calorifugées. Le maintien en température


sera assuré par un réseau de fluide thermique chaud, la température d’extraction du bitume étant de 150 à 160 °C.

SEG*LCBTP
Dossier de demande d’autorisation d’exploiter une centrale d’enrobage à chaud Indice 1
SEG – la Halte – étude de dangers P. 9 sur 54

3.2.1 Description des potentiels de dangers

Les dangers liés à ce stockage sont les suivants :

Explosion due à une accumulation de vapeurs chaudes d’hydrocarbures à l’intérieur des cuves. Ce
scénario est improbable du fait de la présence d’évents de décompression ;
Pollution aqueuse en cas de déversement accidentel du fluide caloporteur par rupture du flexible par
exemple, ou de bitume. Néanmoins, pour ce dernier, les risques d’écoulement sont limités par le fait que
le produit solidifie à température ambiante.

L'incendie du dépôt de bitume en présence d’une source de chaleur importante est un phénomène extrêmement
peu probable du fait du caractère faiblement combustible de ce produit (point éclair > 230°C et pouvoir calorifique faible).
Seule l'atteinte par un incendie important (tel qu'un feu de nappe sur la cuve de GNR) pourrait amener un incendie à se
produire sur le dépôt de bitume.

Les fiches techniques du bitume donnent les indications suivantes sur la dangerosité du produit :
Composés non dangereux ou présents à des concentrations inférieures aux seuils exprimés par la
réglementation européenne
Produit de décomposition thermique si température > 230 °C : Hydrogène sulfuré (gaz toxique et
inflammable)
Produit combustible et non biodégradable
Pas de phrases de risque

3.2.2 Réduction des potentiels de dangers

Les mesures de prévention seront décrites au chapitre concernant l’évaluation des risques.
Les quantités maximales stockées sur l’installation à tout instant sont optimales compte tenu des capacités de
production de la centrale et des besoins du chantier.
Un approvisionnement régulier est organisé afin de permettre un stockage optimal sur l’installation (stockage de
297 t pour une consommation moyenne de 27 t par jour) : 1 camion-porteur par jour.

3.3 Stockage de produits minéraux

CARACTERISTIQUES DU
DESIGNATION DE L’ACTIVITE RUBRIQUE CLASSEMENT
PROJET

STATION DE TRANSIT de produits minéraux solides


1,7 hectare 2517-2 E
ou de déchets non dangereux inertes

Un stockage de granulats et d'agrégats à recycler nécessaires à la production des enrobés sera mis en place sur
une aire conçue à cet effet à proximité de la centrale.

3.3.1 Description des potentiels de dangers

Le stockage de granulats ne présentera aucun risque spécifique puisque, d’origine minérale, ces matériaux ne
sont pas exposés à un risque d’incendie, d’explosion ou de pollution.

SEG*LCBTP
Dossier de demande d’autorisation d’exploiter une centrale d’enrobage à chaud Indice 1
SEG – la Halte – étude de dangers P. 10 sur 54

Il peut être à l’origine d’un dégagement de poussières fines lors de la manipulation des produits stockés,
phénomène cependant limité par la mise en œuvre d'une aspersion d'eau en cas de fort dégagement (vent et temps sec).

3.3.2 Réduction des potentiels de dangers

Les mesures de prévention seront décrites au chapitre concernant l’évaluation des risques.
Les quantités stockées sur l’installation à tout instant sont adaptées à la capacité de production de la centrale et
aux chantiers clients prévisionnels.

3.4 Procédé de chauffage par fluide caloporteur

CARACTERISTIQUES DU
DESIGNATION DE L’ACTIVITE RUBRIQUE CLASSEMENT
PROJET

V = 4 500 L, point éclair


CHAUFFAGE (Procédés de) utilisant comme fluide
= 230 °C, température 2915-2 D
caloporteur des corps organiques combustibles
d’utilisation = 200 °C

Le chauffage du bitume sera assuré par un réseau calorifugé d’huile thermique utilisée comme fluide caloporteur.
Le volume total d’huile présent dans le réseau est d’environ 4 500 L. La température maximale de chauffe de l’huile est de
200°C, soit une température inférieure au point éclair du fluide de 230°C.

Le circuit sera chauffé par une chaudière fonctionnant au propane d’une puissance thermique de 390 kW.

3.4.1 Description des potentiels de dangers

On peut recenser les risques suivants sur cette installation :

Incendie lié à un dysfonctionnement du brûleur de la chaudière. On peut noter que le fonctionnement de


l’installation pour le maintien en température des réservoirs de bitume sera permanent ;

Pollution due à une fuite d’huile en cas de rupture de joint ou d’éclatement d’une canalisation par
surpression.

Le fluide caloporteur mis en œuvre (produit à base d’huiles minérales raffinées), produit peu inflammable, ne
présentera pas de danger particulier dans des conditions normales d’utilisation.
Sa fiche de données de sécurité donne les indications suivantes sur la dangerosité du produit :
Composés non dangereux ou présents à des concentrations inférieures aux seuils exprimés par la
réglementation européenne
Produit de décomposition thermique : CO, CO2
Produit biodégradable
Pas de phrase de risques ni de conseil de prudence

3.4.2 Réduction des potentiels de dangers

Les mesures de prévention seront décrites au chapitre concernant l’évaluation des risques.
Les quantités de fluide caloporteur en jeu sont réduites au minimum compte tenu des besoins de chauffe du
procédé.

SEG*LCBTP
Dossier de demande d’autorisation d’exploiter une centrale d’enrobage à chaud Indice 1
SEG – la Halte – étude de dangers P. 11 sur 54

3.5 Stockage de gaz inflammable liquéfié

CARACTERISTIQUES DU
DESIGNATION DE L’ACTIVITE RUBRIQUE CLASSEMENT
PROJET

STOCKAGE DE GAZ INFLAMMABLE LIQUEFIE de


26,3 t de propane 4718-2 D
catégorie 1 et 2

Le brûleur du tambour-sécheur est alimenté par du propane. Ce propane est stocké dans deux citernes de 30 m3
chacune. La fraction liquide maximale est maintenue inférieure à 85 % grâce à une jauge de niveau maximum. Pour une
masse volumique à 15°C de 0,515 kg.dm-3, les deux cuves représentent 26,3 t.
Les deux cuves sont implantées en parallèle, éloignées de 2,2 m, posées sur châssis métallique, sur une surface
empierrée et nivelée. L'ensemble est entouré d'un grillage de 2 mètres de haut sur une surface de 10 m x 15,1 m

3.5.1 Description des potentiels de dangers

Le propane est un gaz de pétrole liquéfié constitué d’hydrocarbures riches en C3-C4. Il constitue une
combinaison complexe d’hydrocarbures obtenue par distillation et condensation du pétrole brut. Le mélange utilisé sera
constitué d’environ 90% de propane et propène, et le surplus d’éthane, d’éthylène, de butanes et de butènes. Le produit
peut également être obtenu à partir du dégasolinage du gaz naturel et gaz associés.
Gazeux dans les conditions normales de température et de pression, le propane est stocké sous forme liquéfiée.

On peut recenser les risques suivants sur l'installation de stockage :


Fuite enflammée ou feu torche (perte de confinement d'une canalisation [y compris lors du dépotage])
UVCE (unconfined vapour cloud explosion ou explosion de gaz à l'air libre)
BLEVE (boiling liquid expanding vapour explosion ou vaporisation explosive d'un liquide porté à
ébullition) (perte de confinement d'un réservoir [y compris lors du dépotage])

Ce type d'installation ne présente cependant pas de danger particulier dans des conditions normales d’utilisation.

La fiche de données de sécurité donne les indications suivantes sur la dangerosité du produit :

Voir Fiches de données de sécurité du GNR (extrait), du dope et du propane (annexe)

Classification
Gaz inflammables - Catégorie 1 - H220
Gaz sous pression - Gaz liquéfié - H280

Mention d'avertissement
H220 - Gaz extrêmement inflammable
H280 - Contient un gaz sous pression. Peut exploser sous l'effet de la chaleur

Conseils de prudence
P102 - Tenir hors de portée des enfants
P210 - Tenir à l'écart de la chaleur, des surfaces chaudes, des étincelles, des flammes nues et
de toute autre source d'inflammation. Ne pas fumer
P377 - Fuite de gaz enflammé: Ne pas éteindre si la fuite ne peut pas être arrêtée sans danger
P381 - Éliminer toutes les sources d'ignition si cela est faisable sans danger

SEG*LCBTP
Dossier de demande d’autorisation d’exploiter une centrale d’enrobage à chaud Indice 1
SEG – la Halte – étude de dangers P. 12 sur 54

P403 - Stocker dans un endroit bien ventilé

3.5.2 Réduction des potentiels de dangers

Les mesures de prévention seront décrites au chapitre concernant l’évaluation des risques.
Les quantités de propane stockées sont réduites au minimum compte tenu des besoins de chauffe du TSM.
Un approvisionnement régulier est organisé afin de permettre un stockage optimal sur l’installation (stockage de
26,3 t pour une consommation moyenne de 3,3 t par jour) : 0 à 1 camion-porteur par semaine.

3.6 Installations de concassage-criblage

CARACTERISTIQUES DU
DESIGNATION DE L’ACTIVITE RUBRIQUE CLASSEMENT
PROJET

INSTALLATION DE CONCASSAGE-CRIBLAGE des


370 kW 2515-1-b E
fraisats et croûtes

Une installation mobile de concassage voire criblage des fraisats et croutes d’enrobés sera présente sur le site
environ une semaine tous les deux mois, ce qui représente donc 6 campagnes de concassage-criblage par an.

3.6.1 Description des potentiels de dangers

Le concassage-criblage ponctuel peut être à l’origine d’un dégagement de poussières fines.


Comme pour tout équipement industriel, un risque d’incendie existe ou de fuite de carburants (installation
fonctionnant au GNR) ou lubrifiants existe.
Cette installation peut aussi être à l’origine d’un dégagement de poussières fines lors de la manipulation des
produits stockés, phénomène cependant limité par la mise en œuvre d'une aspersion d'eau en cas de fort dégagement
(vent et temps sec).

3.6.2 Réduction des potentiels de dangers

Les mesures de prévention seront décrites au chapitre concernant l’évaluation des risques.
Le temps de présence de ces installations sera le plus limité possible et correspondra environ à 6 semaines par
an.

3.7 Dépôt de produits pétroliers spécifiques

CARACTERISTIQUES DU
DESIGNATION DE L’ACTIVITE RUBRIQUE CLASSEMENT
PROJET

PRODUITS PETROLIERS SPECIFIQUES ET Masse totale = 8,4 t


4734-2-c NC
CARBURANTS DE SUBSTITUTION (GNR)

SEG*LCBTP
Dossier de demande d’autorisation d’exploiter une centrale d’enrobage à chaud Indice 1
SEG – la Halte – étude de dangers P. 13 sur 54

L’installation comprend un dépôt, sur rétention, de 10 m3 de GNR pour alimenter les groupes électrogènes et
ponctuellement la chargeuse.

3.7.1 Description des potentiels de dangers

Les risques identifiés sont les suivants :

Une pollution du milieu naturel (sol et eaux) en cas de rupture de cuve, d’une mauvaise manipulation
lors des opérations de remplissage, ou encore par suite d’une mauvaise manœuvre d’un véhicule présent
sur le site ;
Un incendie dû à une source d’inflammation ;
Une explosion suite à un incendie et à un confinement des vapeurs émises, ce qui serait extrêmement
peu probable.

La fiche de données de sécurité du GNR donne les indications suivantes sur la dangerosité du produit :

Voir Fiches de données de sécurité du GNR (extrait), du dope et du propane (annexe)

Classification
Liquides inflammables - Catégorie 3 - H226
Toxicité par aspiration - Catégorie 1 - H304
Corrosion/irritation cutanée - Catégorie 2 - H315
Toxicité aiguë par inhalation - vapeur - Catégorie 4 - H332
Cancérogénicité - Catégorie 2 - H351
Toxicité systémique spécifique pour certains organes cibles (exposition répétée) - Catégorie 2 -
H373
Toxicité chronique pour le milieu aquatique - Catégorie 2 - H411

Mention d'avertissement
H226 - Liquide et vapeurs inflammables
H304 - Peut être mortel en cas d'ingestion et de pénétration dans les voies respiratoires
H315 - Provoque une irritation cutanée
H332 - Nocif par inhalation
H351 - Susceptible de provoquer le cancer
H373 - Risque présumé d'effets graves pour les organes à la suite d'expositions répétées ou
d'une exposition prolongée
H411 - Toxique pour les organismes aquatiques, entraîne des effets néfastes à long terme

Conseils de prudence
P210 - Tenir à l'écart de la chaleur / des étincelles / des flammes nues / des surfaces chaudes -
Ne pas fumer
P261 - Éviter de respirer les poussières / fumées / gaz / brouillards / vapeurs / aérosols
P280 - Porter des gants de protection/ des vêtements de protection / un équipement de
protection des yeux / du visage
P301 + P310 - EN CAS D'INGESTION: appeler immédiatement un CENTRE ANTIPOISON ou
un médecin
P331 - NE PAS faire vomir
P403 + P233 - Stocker dans un endroit bien ventilé. Maintenir le récipient fermé de manière
étanche
P273 - Éviter le rejet dans l'environnement
P501 - Eliminer le contenu/ le conteneur dans une installation d'incinération agréée

SEG*LCBTP
Dossier de demande d’autorisation d’exploiter une centrale d’enrobage à chaud Indice 1
SEG – la Halte – étude de dangers P. 14 sur 54

3.7.2 Réduction des potentiels de dangers

Les mesures de prévention seront décrites au chapitre concernant l’évaluation des risques.
Les quantités maximales stockées sur l’installation à tout instant sont optimales compte tenu des capacités de
production de la centrale et des besoins du chantier.
Un approvisionnement régulier est organisé afin de permettre un stockage optimal sur l’installation : 0 à 1 camion-
porteur par semaine.

3.8 Installation de combustion

CARACTERISTIQUES DU
DESIGNATION DE L’ACTIVITE RUBRIQUE CLASSEMENT
PROJET

Puissance thermique
COMBUSTION 2910-A NC
totale = 1,36 MW

L’installation se compose :
- d’une chaudière intégrée aux cuves de bitume. Cet équipement, d’une puissance thermique de 390 kW assure le
chauffage du fluide thermique,
- de 2 groupes électrogènes au GNR assurant l’alimentation électrique du poste d’enrobage : l’un, principal, d’une
puissance thermique de 910 kW pour l’ensemble du poste, le second d’une puissance thermique 60 kW pour la
chauffe de nuit du parc à liants.

3.8.1 Description des potentiels de dangers

Le risque incendie est réduit compte tenu de la faible puissance des équipements mobiles de production
d’électricité et de leur isolement par rapport aux équipements les plus combustibles de la centrale (stockage de GNR).
Concernant la chaudière chauffant le système à fluide thermique, les risques ont été décrits au chapitre 3.4 ci-avant.

Un risque de pollution du sol et des eaux existe et serait la conséquence de la rupture d’une canalisation
d’alimentation en combustible.

3.8.2 Réduction des potentiels de dangers

Les mesures de prévention seront décrites au chapitre concernant l’évaluation des risques.

SEG*LCBTP
Dossier de demande d’autorisation d’exploiter une centrale d’enrobage à chaud Indice 1
SEG – la Halte – étude de dangers P. 15 sur 54

4 Scenarios potentiels d’accidents sur le site

4.1 Incendie

Les équipements de combustion, à savoir le brûleur du tambour-sécheur-malaxeur et la chaudière


chauffant le fluide thermique, pourraient être à l’origine d’un incendie en cas de défaut de régulation de la
température du brûleur ou suite à un court-circuit notamment. Différents systèmes de contrôle, de détection,
d’extinction et de sectionnement de l’alimentation en combustible doivent donc permettre de circonscrire
rapidement tout début d’incident.

Un départ de feu sur le stockage de GNR pourrait faire suite à l’apport d’une source de chaleur. D’une
manière générale, les liquides présents dans l’installation présentent un risque d’inflammation limité (GNR :
liquide inflammable de catégorie 3).

4.2 Explosion

L’utilisation du propane comme combustible et son stockage sous pression dans deux réservoirs induisent un
risque d'explosion accidentel. Une explosion ne se produirait qu'en cas d'occurrence simultanée d'une fuite ou d'une perte
de confinement plus grande et de la présence d'une source d'ignition, deux conditions peu susceptibles d’être réunies
simultanément sur la centrale.

En ce qui concerne le stockage de bitume, un évent de décompression installé sur chaque réservoir limite tout
risque d’accumulation de vapeurs sous pression à l’intérieur des cuves.

Cuves de bitume avec trous d’homme et évents au sommet

De plus, différents moyens de contrôle des réglages des brûleurs, asservis à des vannes de sectionnement
automatiques, permettent de réduire les risques.

4.3 Pollution de l’eau et du sol

Les risques de déversement de bitume et de GNR constituent les principales causes de pollution des eaux et du
sol, ceci lors du dépotage de produits ou suite à une fuite sur une cuve. Une fuite de propane pourrait également entraîner
la présence de ce gaz dans les eaux de ruissellement, en quantités très faibles cependant.

SEG*LCBTP
Dossier de demande d’autorisation d’exploiter une centrale d’enrobage à chaud Indice 1
SEG – la Halte – étude de dangers P. 16 sur 54

La mise sur rétention des cuves de stockage de liquide hydrocarboné permet de réduire au maximum tout risque
de pollution du milieu. Les cuves de propane ne sont pas associées à une rétention qui pourrait entraîner une
concentration du gaz (plus lourd que l'air) à proximité des cuves en cas de fuite et induirait alors un risque d'atteinte des
cuves aux conséquences aggravées en cas d'inflammation.
En outre, sachant que les eaux de ruissellement peuvent être déviées vers un bassin de recueil des eaux
polluées (eaux d'extinction d'incendie par exemple), le confinement d’une éventuelle pollution est toujours possible.
En ce qui concerne d’éventuelles eaux d’extinction, celles-ci seraient principalement chargées en hydrocarbures
et matières en suspension. Un confinement de ces eaux dans le bassin cité précédemment sera possible afin de pouvoir
les traiter in situ ou de les diriger vers une unité de traitement adapté.

Mis à part le bitume et le GNR, le dope et les lubrifiants représentent une source secondaire de pollution. Leur
stockage se fait sur rétention et le potentiel de risque est limité par le fait que les stocks restent plus faibles que pour le
GNR et le bitume :
- Dope : au maximum 3 conteneurs IBC de 1 m3 (un stocké au-dessus de la cuvette de rétention du bitume, 2
en réserve dans le local huiles)
- Huiles : au maximum 5 fûts de 220 L dans le local huiles

4.4 Pollution de l’air

Les cas de pollution atmosphérique accidentelle à envisager concernent :


un dérèglement des équipements de combustion entraînant une augmentation des rejets
hydrocarbonés ;
un incendie entraînant des rejets atmosphériques issus de la combustion des hydrocarbures ;
un incident sur le dépoussiéreur avec dysfonctionnement d’une manche filtrante entraînant un rejet
inhabituel de poussières fines ;
une fuite de propane.

Les dégagements gazeux provenant d’un incendie ou d’un dérèglement des brûleurs généreraient principalement
des fumées noires composées de vapeurs d’eau, de monoxyde et de dioxyde de carbone, d’hydrocarbures et de divers
imbrûlés solides et gazeux. La présence dans ces fumées de produits de décomposition à caractère toxique serait liée à
une combustion incomplète.
Différents systèmes de contrôle, de détection, d’extinction et de sectionnement de l’alimentation en combustible
doivent donc permettre de circonscrire rapidement tout début d’incendie.
De même, des dispositifs de contrôle et de détection doivent permettre d’avertir et de limiter tout incident de
dérèglement de l’outil de production. Cela est notamment valable pour les cuves de propane.

5 Evaluation des risques

5.1 Eléments de maîtrise des risques (hors stockage de propane)

5.1.1 Installation d’enrobage à chaud de matériaux routiers

5.1.1.1 Moyens de prévention

5.1.1.1.1 Commande générale de l’installation :

L’ensemble des opérations de contrôle et de commande sera automatisé via un calculateur informatique et tous
les organes seront asservis à leurs différentes fonctions. Un pupitre de commande et un écran synoptique situés dans la
cabine de commande permettent de centraliser, de suivre et de commander à distance le fonctionnement de tous les
paramètres de fabrication et de sécurité de l’installation, c’est à dire :
Le débit des doseurs pondéraux, la vitesse des doseurs volumétriques ;

SEG*LCBTP
Dossier de demande d’autorisation d’exploiter une centrale d’enrobage à chaud Indice 1
SEG – la Halte – étude de dangers P. 17 sur 54

Le débit du tapis peseur ;


Le débit de la pompe à bitume ;
Le débit de la fine d’apport ;
La température du bitume, la température de l’enrobé.

Le personnel d’exploitation, et plus particulièrement le chef de poste, sera spécifiquement formé à la conduite de
l’installation.

5.1.1.1.2 Sécurités relatives au fonctionnement de l’installation de combustion :

Le brûleur au propane sera muni :


D’un allumage et contrôle à distance ;
D’un dispositif automatique de sécurité à l’allumage et en marche, avec contrôle de flamme asservi à
l’alimentation en combustible et interdisant toute nouvelle tentative d’allumage si la première a échoué ;
De vannes de commande manuelles et automatiques de l’alimentation en combustible.

Un système de sécurité thermostatique arrêterait le brûleur en cas de température anormalement élevée des gaz
de combustion.

On peut noter que des sondes de températures hautes et basses protègeront les manches filtrantes pendant le
démarrage et la marche du poste d’enrobage. Si la température atteignait le point critique, un clapet coupe-feu serait
actionné et le brûleur s’arrêterait. En effet, les manches peuvent être exposées à des départs de feu (lents et peu
énergétiques), restant cependant sans conséquences importantes pour les équipements, le personnel et l’environnement.
Si la température descendait au point de rosée, une alarme avertirait le chef de poste en cabine.

5.1.1.1.3 Conditions de stockage des hydrocarbures :

Le bitume (3 x 90 m3) sera stocké dans des cuves calorifugées et réchauffées par l’intermédiaire d’un fluide
thermique chaud.
Les réservoirs seront placés dans une cuvette de rétention étanche confectionnée au moment de l’installation de
la centrale. Le volume de rétention réglementaire doit être égal à la plus grande des 2 valeurs : 50 % de la capacité de
tous les réservoirs associés ou 100 % du plus gros réservoir, soit 135 m3. C’est le cas puisque cette cuvette fera 140 m3.

5.1.1.1.4 Autres moyens de prévention

Les installations électriques seront conformes aux normes en vigueur. Elles feront d’ailleurs l’objet d’un contrôle
de sécurité avant mise en service. Un système d’arrêt général et fractionné de l’alimentation électrique de la centrale sera
disponible.

Les installations seront régulièrement nettoyées afin d’éviter l’accumulation de poussières notamment sur les
moteurs, les systèmes électriques et les systèmes de dépollution des gaz.

Par ailleurs, le personnel affecté au poste sera présent en permanence sur le site durant le fonctionnement de la
centrale.

Des panneaux d’interdiction de fumer ou encore de danger seront disposés dans le périmètre de l’installation.

Le dépoussiéreur à manches sera équipé d’un dispositif de décolmatage automatique par décompression.
Le détecteur de perte de charge installé sur le filtre permettra de signaler au niveau du poste de commande les
défauts éventuels du décolmatage.
Un opacimètre permet par ailleurs d'évaluer en permanence la teneur en poussière des fumées.

SEG*LCBTP
Dossier de demande d’autorisation d’exploiter une centrale d’enrobage à chaud Indice 1
SEG – la Halte – étude de dangers P. 18 sur 54

5.1.1.2 Moyens de lutte en cas d’incident

La protection de la centrale d’enrobage sera assurée par des extincteurs mobiles pour lesquels le personnel
reçoit une formation au maniement. Ces extincteurs sont vérifiés périodiquement.

Les moyens d’intervention comprendront notamment :


- 1 extincteur sur roues de 50 kg à poudre polyvalente à proximité du parc à liants et du brûleur
- 1 extincteur de 9 kg à poudre polyvalente sur le parc à liants
- 1 bac à sable à proximité du parc à liants
- 1 extincteur 5 kg à CO2 dans le conteneur groupes électrogènes
- 1 extincteur 5 kg à CO2 dans la cabine de commande
- 1 extincteur de 9 kg à poudre polyvalente près de l'élévateur de chargement des trémies
- 1 extincteur 2 kg à CO2 dans le conteneur atelier
- 2 extincteurs de 6 kg à poudre polyvalente près du réservoir de propane 1
- 2 extincteurs de 6 kg à poudre polyvalente près du réservoir de propane 2
- 1 téléphone mobile pour appeler les secours. Il sera mis à disposition dans la cabine du poste d’enrobage.

Extincteur sur roues à poudre polyvalente Extincteur portatif à poudre polyvalente

Le réseau d'eau incendie de la ville n'est pas disponible à proximité immédiate de la plateforme.
La centrale sera donc équipée d’un réservoir d’eau mobile de 120 m3, de manière à pouvoir disposer d’un débit
minimum de 60 m3/h pendant 2 heures comme cela est nécessité par le Service Départemental d’Incendie et de Secours
(SDIS).
Ce réservoir d’eau mobile sera complété par l’eau présente dans le bassin de décantation.
Par rapport à l’utilisation même de l’eau pour la lutte contre l’incendie, le sol au niveau de la plate-forme supporte
des pressions plus importantes que les engins du SDIS (exemple : chargeuse chargée de matériaux sur quatre roues
d’appui uniquement). L’aire de stationnement à la réserve d’eau incendie fera plus de 32 m², surface nécessaire aux
manœuvres des engins du SDIS.

SEG*LCBTP
Dossier de demande d’autorisation d’exploiter une centrale d’enrobage à chaud Indice 1
SEG – la Halte – étude de dangers P. 19 sur 54

5.1.1.3 Conséquences pour le voisinage et l’entreprise

On peut conclure que compte tenu des consignes d’exploitations mises en place (présence du personnel et
contrôle permanent depuis le poste de commande) et des équipements de prévention, un départ de feu durant les
horaires de fonctionnement de la centrale serait rapidement détecté et maîtrisé.
Les moyens de prévention et de protection mis en place permettront d’intervenir en toute circonstance, de
prévenir tout dysfonctionnement ou d’intervenir en cas de départ de feu.
Toutefois, une propagation à l’ensemble de l’installation ne peut être totalement exclue, endommageant ainsi
l’outil de travail. L’ampleur du sinistre serait fonction de la charge calorifique en présence, principalement représentée par
le stockage de GNR, seule matière réellement inflammable.

Les conséquences d’un incendie majeur peuvent être approchées par l’étude des flux thermiques dans une
hypothèse d’impact maximum. L’incendie qui présenterait le plus fort effet thermique correspondrait à l’incendie de la
cuvette de rétention du GNR si cette cuvette était remplie. Cela surviendrait lors d’une fuite importante ou de la rupture du
réservoir.

L'étude des flux thermiques d’un tel scénario est basée sur l’hypothèse d'une rétention remplie par le GNR, aux
dimensions suivantes : L=4,5 m - l=2,2 m - h=1,05 m et surélevée de 1,3 m par rapport au sol, pour une surface en feu de
9,9 m² (4,5 m x 2,2 m).

La feuille de calcul des flux thermiques développée par l’INERIS est utilisée pour quantifier ces flux thermiques.

Voir Feuille de calcul des flux thermiques (annexe)

Les autres hypothèses de départ sont les suivantes :


- hydrocarbure présent dans la cuve de débit surfacique de combustion égal à 0,055 kg.m-2.s-1 (hypothèse
maximisant l’impact : liquide comparable à l’essence)
- humidité relative de l’air : 70 %
- température : 15°C
- vitesse du vent : 5 m/s dans toutes les directions (hypothèse purement théorique maximisant l’impact)
- masse volumique de l’air : 1,161 kg/m3
- hauteur de la cible potentielle : 1,5 m

Les valeurs seuils des effets retenues, issues de l’arrêté du 29 septembre 2005 relatif aux valeurs de référence
de seuils d'effets des phénomènes accidentels des installations classées, sont les suivantes :
- 8 kW/m² : seuil des effets dominos correspondant au seuil de dégâts graves sur les structures et seuil des effets
létaux significatifs correspondant à la zone des dangers très graves pour la vie humaine ;
- 5 kW/m², seuil des premiers effets létaux correspondant à la zone des dangers graves pour la vie humaine ;
- 3 kW/m², seuil des effets irréversibles correspondant à la zone des dangers significatifs pour la vie humaine.

Les résultats sont les suivants :

Distance d’effets aux seuils (m)


Flux de 8 kW/m² Flux de 5 kW/m² Flux de 3 kW/m²
Seuil des effets dominos Effets létaux sur l’homme Effets irréversibles sur l’homme
Grand côté de la cuvette 10 15 15
Petit côté de la cuvette Non pertinent Non pertinent 15

Voir Cartographie des zones de risque (dernière page)

Des effets dominos pourraient donc avoir lieu sur les stockages et équipements placés à moins de 10 m. De ce
fait, l'exploitant à choisi de positionner les cuves de bitume et de propane à plus de 10 m. Par conséquent, un

SEG*LCBTP
Dossier de demande d’autorisation d’exploiter une centrale d’enrobage à chaud Indice 1
SEG – la Halte – étude de dangers P. 20 sur 54

incendie à l'intérieur de la zone de 10 m autour de la cuve de GNR ne générerait pas d’effets radiatifs dominos plus
importants que ceux produits par cet incendie.

L'étude des flux thermiques, même avec des hypothèses maximisant l’impact, mène ainsi à la conclusion
suivante : limitation des dégâts à l’intérieur du périmètre autorisé.

Enfin, il existe également un risque de pollution lié à l’écoulement des eaux d’extinction d’incendie en cas de feu
sur le site. Potentiellement chargées en hydrocarbures, ces eaux d’extinction seraient dirigées vers le point bas de la
plate-forme. La réserve d’eau généralement prise en compte pour l’extinction d’un incendie correspond à 2 heures
d’utilisation à un débit de 60 m3/h.
Un bassin sera donc aménagé, légèrement en parallèle au bassin de décantation, pour recueillir ces eaux
d’extinction avant qu’elles ne puissent sortir du site. Ce bassin sera donc alimenté par une vanne by-pass par défaut
fermée (eaux vers le bassin de décantation) et qui sera actionné en cas d’incendie.
Le bassin présentera une capacité de 150 m3. L’eau pouvant s’accumuler lors de la succession de jours de pluie
sera régulièrement pompée de manière à ce que le volume utile dans le bassin reste de 120 m3.
Le bassin fera 1 m de profondeur.

Voir Plan d’ensemble (annexe)

Cela fera l’objet d’une consigne sur la conduite à tenir en cas d’incendie.

Exemple de fossé de récupération des eaux de ruissellement avec


déviation possible vers un bassin de récupération des eaux d’incendie
(devant le véhicule bleu) sur un site d’exploitation du TSM 21

La cuvette de rétention peut aussi jouer un rôle dans le recueil d’eaux d’extinction avec sa capacité de 140 m3.

En fonction de leur charge polluante, les eaux d’extinction seraient ensuite collectées puis traitées par une
société agréée.

Concernant le risque de pollution des eaux et du sol, un écoulement accidentel d’hydrocarbures serait contenu au
niveau de la rétention prévue à cet effet sans risque d’atteinte du milieu récepteur.

SEG*LCBTP
Dossier de demande d’autorisation d’exploiter une centrale d’enrobage à chaud Indice 1
SEG – la Halte – étude de dangers P. 21 sur 54

5.1.2 Dépôt de matières bitumineuses

5.1.2.1 Moyens de prévention

Les moyens de prévention mis en œuvre sont les suivants :

Utilisation de cuves de stockage placées sur rétention de volume adapté ;


Evacuation des vapeurs chaudes pouvant s’accumuler dans les réservoirs par des évents de
décompression installés au dessus des cuves ;
Installation d’un dispositif de jaugeage sur chaque cuve ;
Possibilité d’utiliser une vanne de sectionnement manuel de l’alimentation en bitume en cas de panne
de la pompe volumétrique ;
Contrôle permanent de la température du bitume en cabine et sur les cuves (thermocouple de mesure
de la température du liant) avec un dispositif de sécurité en cas de dépassement d’un seuil maximal de
température.
Placardage de consignes de sécurité à proximité des réservoirs, notamment d’interdiction de fumer ;

Affichage de sécurité sur la zone de dépotage Affichage de sécurité sur la cuve de bitume à proximité de la zone de
dépotage

Organes de commande du circuit du fluide caloporteur et organes de Jauge de niveau sur la cuve de bitume avec détecteurs de niveaux bas et
contrôle des différentes cuves (contrôle également disponible en cabine haut
de commande)

SEG*LCBTP
Dossier de demande d’autorisation d’exploiter une centrale d’enrobage à chaud Indice 1
SEG – la Halte – étude de dangers P. 22 sur 54

Centralisation des vannes manuelles (coupure alimentation) Suivi de la température des cuves

5.1.2.2 Moyens de lutte en cas d’incident

Les moyens de protection sont les mêmes que ceux cités pour la centrale à proprement parler.

5.1.2.3 Conséquences pour le voisinage et l’entreprise

Les différents moyens de prévention et de protection mis en œuvre permettront de réduire au maximum les
risques d’explosion voire d'incendie présentés par ce dépôt. Compte tenu de la matière stockée et des aménagements
réalisés, tout risque de pollution sera maîtrisé.

5.1.3 Stockage de produits minéraux

5.1.3.1 Moyens de prévention

Si nécessaire, le stockage à l'air libre des granulats, croutes, fraisats et agrégats sera arrosé dans le but de
limiter la formation de poussières.

5.1.3.2 Conséquences pour le voisinage et l’entreprise

Ce stockage ne présente aucun danger pour les populations avoisinantes.

Il existe néanmoins un risque d’accident pour le personnel de l’installation, notamment lors des opérations de
manutention avec la chargeuse, ou par la chute de matériaux.
Formé à la conduite de l’engin de manutention, les risques d’accident seront restreints pour le personnel. Par
ailleurs, l’aire de stockage aura un accès limité au personnel d’exploitation du poste.

Le risque d’exposition aux poussières de silice cristalline du personnel sera réduit grâce à l’emploi d’un
climatiseur filtrant l’air de la cabine de la chargeuse, et du poste de surveillance.

SEG*LCBTP
Dossier de demande d’autorisation d’exploiter une centrale d’enrobage à chaud Indice 1
SEG – la Halte – étude de dangers P. 23 sur 54

5.1.4 Procédé de chauffage par fluide caloporteur

5.1.4.1 Moyens de prévention

Les moyens de prévention du risque incendie mis en œuvre sont les suivants :

La chaudière intégrée à l’un des réservoirs de bitume sera équipée d’un brûleur au propane dont le
fonctionnement sera sécurisé par des dispositifs tels qu’un thermostat de contrôle de la température
maximale du fluide thermique, un pressostat de contrôle de la pression d’huile dans la chaudière, des vannes
thermostatiques régulant la circulation du fluide dans les cuves, un dispositif de contrôle de la qualité de
l’huile en présence dans l’installation.

Les températures de consigne et les températures instantanées du bitume et du fluide thermique seront
affichées en permanence au niveau de la chaudière et du poste de commande, sous la surveillance du
personnel de la centrale.

Un tuyau d’évent fixé sur le vase d’expansion permet l’évacuation de l’air et des vapeurs de combustible.

Concernant le risque de pollution du sol et des eaux, la rétention aménagée au niveau du parc à liants assurera
la retenue du fluide caloporteur en cas de fuite sur le système.

5.1.4.2 Moyens de lutte en cas d’incident

L’installation dispose de plusieurs extincteurs pour l’utilisation desquels le personnel a reçu une formation
spécifique.

Par ailleurs, en cas d'écoulements accidentels du fluide (hors rétention), des produits absorbants spécifiques sont
mis à disposition du personnel.

5.1.4.3 Conséquences pour le voisinage et l’entreprise

Les mesures et équipements de prévention mis en place réduisent les risques présentés par ce type
d’installation. Si un incident devait se produire, il serait sans conséquence pour la population riveraine.

5.1.5 Installations de concassage-criblage

5.1.5.1 Moyens de prévention

Ces installations font l’objet d’un suivi périodique en termes d’entretien et de maintenance préventive.
Si nécessaire, le stockage à l'air libre des croutes, fraisats et agrégats sera arrosé dans le but de limiter la
formation de poussières.
Le ravitaillement des installations de concassage-criblage sera mené en présence d’un dispositif de rétention
amovible.

5.1.5.2 Moyens de lutte en cas d’incident

L’installation sera équipée d’un extincteur dédié, pour l’utilisation duquel le personnel a reçu une formation
spécifique.

SEG*LCBTP
Dossier de demande d’autorisation d’exploiter une centrale d’enrobage à chaud Indice 1
SEG – la Halte – étude de dangers P. 24 sur 54

Par ailleurs, en cas d'écoulements accidentels de lubrifiants ou carburants, des produits absorbants spécifiques
sont mis à disposition du personnel.

5.1.5.3 Conséquences pour le voisinage et l’entreprise

Cette installation ne présentera pas de risque significatif pour les populations avoisinantes en cas d’incendie car
l’incendie n’aura pas de probabilité de se propager du fait de la présence unique de matières minérales donc
incombustibles autour de l’installation.

5.1.6 Dépôt de produits pétroliers spécifiques

5.1.6.1 Moyens de prévention

Afin de prévenir toute survenue de tels incidents, différentes mesures organisationnelles seront mises en place :

Signalisation de l’interdiction de fumer à proximité de la cuve de GNR ;


Mise en œuvre des permis de feu si une maintenance devait être effectuée sur l’installation ;
Absence de circulation de véhicules autour de la cuve GNR.

Par ailleurs, des moyens techniques seront aussi mis en place :

Mise en rétention de la cuve ;


Dispositif de jaugeage ;
Vannes de sectionnement manuelles sur le réseau de distribution du GNR.

5.1.6.2 Moyens de lutte en cas d’incident

L’installation dispose de plusieurs extincteurs pour l’utilisation desquels le personnel a reçu une formation
spécifique.

Par ailleurs, en cas d'écoulements accidentels du GNR (hors rétention), des produits absorbants spécifiques sont
mis à disposition du personnel.

La réserve d’eau mobile et le bassin de décantation seraient utilisés pour lutter contre un incendie éventuel.

5.1.6.3 Conséquences pour le voisinage et l’entreprise

Les risques présentés par une telle installation sont faibles en raison de l'inflammabilité limitée du liquide stocké,
de la faible quantité stockée et des mesures préventives appliquées. Les conséquences d’un sinistre seraient limitées à
l’environnement immédiat de la cuve de GNR (voir chapitre 5.1.1.3).

5.1.7 Installation de combustion

Les dispositions reprennent celles présentées aux chapitres 5.1.1 et 5.1.2.

SEG*LCBTP
Dossier de demande d’autorisation d’exploiter une centrale d’enrobage à chaud Indice 1
SEG – la Halte – étude de dangers P. 25 sur 54

5.2 Eléments de maîtrise des risques spécifiques au stockage de propane

Voir Schéma de l'installation des citernes de stockage de propane (annexe)

Les canalisations seront aériennes au niveau des citernes de stockage de propane, notamment en ce qui
concerne la liaison entre les deux stockages.

Le groupe de pompage entre les citernes et les équipements utilisant le propane seront aériens, donc
potentiellement vulnérables aux chocs et agressions externes.
En revanche, les canalisations de gaz reliant ensuite les citernes de propane aux équipements utilisant le gaz
seront enterrées.

Chacun des réservoirs sera approvisionné en propane liquide par le biais de sa ligne d’emplissage, équipée
d’une vanne quart de tour DN50 et d’un clapet anti-retour (V01 sur le plan annexé), et qui sera en contact avec la phase
gazeuse du propane stocké.
Seront utilisées à la fois la phase gazeuse et la phase liquide du propane :
- la phase gazeuse sera ponctionnée en partie haute des réservoirs, au niveau d’une canalisation équipée
d’une vanne quart de tour (V03 sur le plan annexé), d'un clapet anti-retour et d’un détendeur ;
- la phase liquide sera ponctionnée en partie basse, par le biais d’une canalisation équipée d’une vanne (V02
sur le plan annexé) quart de tour et d'un clapet anti-retour.

5.2.1 Moyens de prévention

Chaque cuve est équipée :


- d’une jauge de niveau maximum permettant d'empêcher le sur-remplissage
- d'une jauge magnétique à lecture de niveau en continu
- d'une jauge rotative
- de manomètres de contrôle de la pression interne
- d'un clapet limiteur de débit sur chaque sortie
- d'un groupe de soupapes de sécurité tarées à 16 bar avec chapeau éjectable
- de vannes manuelles + clapets anti-retour sur ligne d'emplissage, ligne de distribution liquide, ligne de
distribution gaz, ligne de retour liquide
- d'un groupe motopompe surpresseur ATEX pour distribution liquide
- d'une électrovanne ATEX à sécurité positive asservie à un arrêt d'urgence positionné sur l'armoire électrique
de commande, elle-même hors zone ATEX

Des panneaux de sécurité sont présents tout autour du grillage empêchant tout accès de la zone à du personnel
non habilité :
- consigne en cas d’accident
- interdiction d'apporter du feu
- interdiction de fumer
- interdiction d'utiliser des téléphones cellulaires
- interdiction d’apporter du matériel électrique non antidéflagrant
- interdiction d'utiliser des désherbants de type chlorate
- ATEX

SEG*LCBTP
Dossier de demande d’autorisation d’exploiter une centrale d’enrobage à chaud Indice 1
SEG – la Halte – étude de dangers P. 26 sur 54

- grillage entourant un ensemble 15,10 m x 10 m


- distance minimale respectée comptée à partir de l'orifice de remplissage et des soupapes :
• 7,5 m des limites du site
• 6 m de toute route au moins départementale
• 5 m de toute ouverture de local administratif ou technique de l'installation
• 10 m de la cuvette de rétention du GNR
• 5 m du véhicule ravitailleur
- stockage de gaz accessible au SDIS (desservi par une voie-engin)
- tout autour de la clôture, l'inclinaison du sol est telle que des produits liquides combustibles répandus
accidentellement ne puissent approcher à moins de 2 mètres de l’aire de stockage
- affichage des consigne de sécurité :
• procédure d’arrêt d’urgence et de mise en sécurité de l’installation
• interdiction d'intervention à moins de 5 m de la clôture sans permis de feu + consigne
particulière de sécurité
• moyens d'extinction à utiliser en cas d'incendie
• précautions à prendre avec l’emploi et le stockage de produits par rapport aux réservoirs de
propane
• procédure d’alerte avec les numéros de téléphone du responsable d’intervention de
l’établissement (chef de poste), des services d’incendie et de secours, etc.
- mise en place de consignes d'exploitation écrites :
• Une consigne définit les modalités mises en œuvre, tant au niveau des équipements que de
l’organisation, pour respecter à tout instant (prévenir tout sur-remplissage) la quantité totale de propane susceptible
d’être présente dans l’installation, déclarée par l’exploitant
• Une autre consigne définit les modalités d’enregistrements des données permettant de
démontrer a posteriori que cette quantité a été respectée à tout instant
• Une consigne particulière est établie pour la mise en œuvre ponctuelle du torchage d’un
réservoir
• consigne sur la fréquence de vérification des dispositifs de sécurité liés au propane
• consigne sur la fréquence de contrôles de l’étanchéité et de l’attachement des réservoirs

Chaque réservoir (et la tuyauterie associée) est mis à la terre par un conducteur de protection électrique de
résistance inférieure à 100 ohms.

Seules les personnes habilitées et désignées seront autorisées à pénétrer dans l’enceinte du stockage de
propane clôturé.
Les clés de l’accès par le portail de la clôture seront détenues par le chef de poste, responsable de la sécurité et
de l’exploitation du stockage de propane. Un boîtier à clé restera disponible sous verre dormant sur le grillage.

Les chauffeurs livreurs de propane sont formés périodiquement à la sécurité dans leur métier.

L'emplacement des cuves de propane, tout comme celui de la centrale, a été choisi de manière à rester
éloignées à la fois des habitants de la Halte 1, la Halte 2 et des Petits Pins.

La cuve de stockage est protégée de tout accident de la circulation par l'intermédiaire d'une barrière physique de
type merlon et du fait que la vitesse de circulation est limitée sur le site à 30 km/h.

Rappelons aussi que la cuve de stockage de GNR est placée à une distance suffisamment importante pour ne
pas créer d'effets dominos sur le stockage de propane en cas de feu de nappe de rétention (voir chapitre 5.1.1.3).

SEG*LCBTP
Dossier de demande d’autorisation d’exploiter une centrale d’enrobage à chaud Indice 1
SEG – la Halte – étude de dangers P. 27 sur 54

5.2.2 Moyens de lutte en cas d’incident

L'explosion correspondant à un sinistre à la cinétique très rapide, les moyens de lutte en cas d'incident
correspondent à ceux utilisables contre un incendie, conséquence éventuelle d'une explosion.

5.2.3 Conséquences pour le voisinage et l’entreprise

Les conséquences seront traitées au chapitre 5.5.4.3, en lien avec les conditions d'exposition du voisinage.

5.3 Mesures de prévention communes au site

5.3.1 Formation et qualification du personnel

Le personnel d’exploitation du poste d’enrobage est formé à son outil de travail et suit régulièrement les exercices
pratiques adaptés à la lutte contre l’incendie (maniement des extincteurs, etc.) afin de pouvoir intervenir rapidement sur un
départ de feu.
Il est également formé aux risques relatifs au stockage de propane et sensibilisé par rapport aux consignes de
prévention.
Il est informé du principe d’alerte et des moyens disponibles pour intervenir en cas de dysfonctionnement.

5.3.2 Procédures générales

Différentes mesures de prévention sont affichées et signifiées au personnel dans les limites de la zone
d’exploitation :

Interdiction de fumer ;
Affiches de prévention des installations et dépôts à risque tels que les réservoirs de propane, les
équipements de combustion, le réservoir de GNR et les réservoirs de bitume ;
Consignes générales à respecter en cas d’accident ou d’incendie avec notamment les numéros d’appel
des services de secours. Ces consignes seront notamment affichées dans la cabine de commande et à
l’atelier.

Consignes au niveau du poste de commande

SEG*LCBTP
Dossier de demande d’autorisation d’exploiter une centrale d’enrobage à chaud Indice 1
SEG – la Halte – étude de dangers P. 28 sur 54

Tous les travaux par point chaud feront l’objet d’un permis de feu avec analyse des risques d’incendie et
d’explosion potentiels.

5.3.3 Moyens de prévention adaptés

Le fonctionnement de la centrale sera entièrement automatisé, les fonctions de pilotage et de contrôle étant
assurées à partir de la cabine de commande.
Des alarmes lumineuses se déclencheraient en cas de défaut ou de dépassement des valeurs limites admises
pour le fonctionnement du poste, jusqu’à mise à l’arrêt de l’installation en cas d’anomalie grave.

La conception de la centrale intègre la prévention des risques incendie sur l’ensemble des étapes de la
fabrication.

Les équipements de prévention sur les cuves de propane sont couplés à des consignes de prévention destinées
au personnel.

5.3.4 Contrôles périodiques et maintenance préventive

Les différentes installations (stockage de propane, circuit électrique, combustion, appareils de levage et appareils
à pression) ainsi que les équipements de protection incendie sont l’objet de contrôles périodiques de sécurité par des
organismes agréés.
La maintenance de l’installation sera assurée par le personnel d’exploitation, en lien avec le constructeur de la
centrale ERMONT.

5.4 Mesures de protection particulières à l’installation

5.4.1 Plan d’intervention

D’une manière générale, en cas d’incendie, le personnel pourra intervenir directement sur le sinistre à l’aide des
moyens existants et de sa formation à l’utilisation des moyens d’intervention. Les extincteurs seront placés à proximité des
installations et toujours facilement accessibles.

Lorsque le sinistre est d’importance et que les moyens internes s’avèrent insuffisants, le personnel devra
contacter les secours extérieurs par le numéro direct 112, via le téléphone portable mis à sa disposition.

Les différentes étapes de la procédure d’intervention sont détaillées ci-après, l’ordre des opérations étant adapté
à la gravité et à la nature de l’incident :

Alerte : information du chef de poste ;


Diagnostic de l’incident par le chef de poste ;
Arrêt de l’installation (tout ou partie) ;
Intervention avec le matériel mis à disposition ;
Définition du périmètre de sûreté et matérialisation ;
Appel des secours extérieurs.

Les accès et le périmètre d’implantation de la centrale seront maintenus dégagés afin de permettre l’intervention
des services de secours.

SEG*LCBTP
Dossier de demande d’autorisation d’exploiter une centrale d’enrobage à chaud Indice 1
SEG – la Halte – étude de dangers P. 29 sur 54

5.4.2 Moyens mis à disposition

5.4.2.1 En interne :

La centrale d’enrobage sera pourvue d’extincteurs répartis sur l’ensemble du site en fonction du risque présenté
par l’installation et du type d’extinction adapté (voir chapitre 5.1.1.2)

5.4.2.2 En externe :

Le Centre d’Incendie et de Secours de Loué est le plus proche et il peut être averti par appel grâce au téléphone
portable mis à disposition de la centrale. Leurs pompiers sont susceptibles d’intervenir dans un délai de quelques minutes.
Le centre de secours du Mans peut aussi être prévenu.

N° centre de secours de Loué : 02 43 88 60 17


N° centre de secours de Coulaines-le Mans : 02 43 54 65 50
N° d'urgence : 18 ou 112

5.4.3 Centre de soins

En cas de besoin, les blessés pourraient être dirigés vers le centre hospitalier du Mans.

N° centre hospitalier du Mans : 02 43 43 43 43


N° d'urgence : 15 ou 112

5.5 Probabilité d’occurrence, cinétique, intensité des effets et gravité des conséquences potentielles

5.5.1 Probabilité d’occurrence

La probabilité d’occurrence est appréciée de manière qualitative (en référence à l’arrêté du 29 septembre 2005)
du fait du caractère limité des risques et du fait que les données de départ sont insuffisantes pour élaborer une démarche
calculatoire qui pourrait alors donner des résultats erronés.

5.5.1.1 Accidentologie des centrales d'enrobage

La base de données ARIA (Analyse, Recherche et Information sur les Accidents) du BARPI (Bureau d'Analyse
des Risques et des Pollutions Industrielles) est jointe en annexe pour des accidents dans les domaines suivants :
o F42.11 – Construction de routes et autoroutes
Ont été aussi recensés tous les accidents contenant le mot « enrobage » ou « enrobés »
Cette base de données peut donner une idée approchée de la probabilité d’occurrence bien que de nombreux
accidents ne sont probablement pas répertoriés.

Dans le but de rapprocher les résultats de cette base de données à l’activité sur le site d'exploitation de la
centrale, seuls les accidents pouvant se rapprocher de l’activité d’une centrale d’enrobage telle que celle installée dans le
cadre du présent projet ont été retenus. Par exemple les accidents sur des sites proposant de fournir de l'émulsion à des
clients ont été éliminés, de même que les accidents liés à du stockage d'acide chlorhydrique.
En outre, les épanchements d'eaux d'extinction restant confinés à l'intérieur du site n'ont pas été pris en compte
en plus des incendies car ces deux phénomènes vont toujours par deux.

Voir Extrait de la base de données ARIA du BARPI (annexe)

SEG*LCBTP
Dossier de demande d’autorisation d’exploiter une centrale d’enrobage à chaud Indice 1
SEG – la Halte – étude de dangers P. 30 sur 54

Après sélection, le nombre d’accidents restant est de 55. Sur 27 années de recensement environ, la moyenne est
alors de 2 accidents en France par an, ce qui semble faible et probablement en-deçà de la réalité. La répartition de ces
accidents se fait selon les proportions suivantes :
- 47 % en incendie
- 40 % en épanchement d'hydrocarbures
- 11 % en explosion
- 2 % en épanchement d'eaux d'extinction à l'extérieur du site
- 0 % en épanchement d'autres polluants
- 0 % en pollution aux matières en suspension
- 0 % en accidents du personnel
- 0 % en accident de la circulation
- 0 % en accident lié à des conditions climatiques extrêmes
- 0 % en accident lié à la foudre
- 0 % en pollution de l’air
- 0 % en accidents autres

Des nuances sont à apporter à ces chiffres :


- Certains accidents répertoriés n’ont presqu’aucune conséquence à l’extérieur du site,
- Les pollutions sont des accidents susceptibles de créer un danger pour les tiers mais qui ont avant tout des
conséquences environnementales, les dangers pour l’homme restant la plupart du temps très limités (pas d’utilisation
de l’eau polluée pour l’alimentation en eau potable, par exemple),
- Les incendies sont toujours à l’origine d’une pollution de l’air mais dont la quantification est difficile à établir.

Le tableau ci-dessous apporte donc quelques nuances aux chiffres de répartition établis ci-dessus :

Conséquences à Conséquences à
l’intérieur* du site l’extérieur du site
incendie 65 % 0%
explosion 13 % 7%
épanchement hydrocarbures 23 % 87 %
épanchement eaux d'extinction 0% 7%
épanchement autre polluant 0% 0%
pollution MES 0% 0%
accidents du personnel 0% 0%
circulation 0% 0%
conditions climatiques extrêmes 0% 0%
foudre 0% 0%
pollution de l'air 0% 0%
autres 0% 0%
* tous les accidents ayant des conséquences à l'extérieur du site n'ont pas été classés comme ayant des conséquences à l'intérieur du site

Si l’on tient compte du fait que les pollutions ne représentent que très rarement un danger pour les vies
humaines et que ce sont majoritairement ces accidents qui ont des conséquences à l’extérieur du site, ce tableau
montre qu’il y a en fait peu de véritables dangers pour les tiers.
Les incendies et les explosions représentent la majorité des accidents sur les installations mais leurs
conséquences restent toutes circonscrites à l’intérieur des sites.

On voit donc que selon les interprétations qui sont faites sur les bases de données, les probabilités d’occurrence
des accidents trouvés dans la bibliographie sont très variables.

Certains accidents de la base de données ARIA du BARPI, pas nécessairement reliés à une activité proche de
celle de la centrale de la Halte mais ayant mis en cause des stockages de bitume (voire de fioul lourd), ont fait l’objet
d’analyses plus poussées par le BARPI. Ils sont résumés ci-dessous.

SEG*LCBTP
Dossier de demande d’autorisation d’exploiter une centrale d’enrobage à chaud Indice 1
SEG – la Halte – étude de dangers P. 31 sur 54

- le 10 mars 1992 : explosion de 2 cuves de fioul lourd :


L’accident met en évidence :
o Une erreur initiale de conception et une analyse insuffisante de la sûreté de l’installation : il n’y avait pas de
système de sécurité isolant les épingles électriques en cas de trop faible niveau de fioul lourd utilisé comme
combustible.
Le système de chauffage est différent sur le TSM 21 (chauffage du bitume au fluide
caloporteur) mais un système de sécurité équivalent est présent sur le parc à liants de la
centrale ;
o Une modification intempestive des installations (suppression du réchauffeur de ligne) et des conditions
d’exploitation (surcharge des réchauffeurs) non conformes aux spécifications de conception et sans analyse
suffisante des risques ;
o Une insuffisance dans la réalisation, le suivi et le contrôle qualité des opérations de maintenance : le
montage de l’épingle de chauffage n’était pas correct, le livret de chaufferie n’était pas tenu à jour, et les
visites tri-annuelles d’experts agréés n’étaient pas réalisées au titre de l’arrêté du 5 juillet 1977 relatif aux
visites et examens approfondis périodiques des installations consommant de l’énergie thermique (arrêté
actuellement abrogé) ;
Aucune modification du parc à liants ne sera entreprise par SEG qui contactera le
fournisseur pour toute adaptation.

- le 3 mai 1994 : explosions dans un stockage de matières bitumineuses (une cuve de mélange de bitume fluidifié à 40
% de kérosène puis une cuve de bitume vide non dégazée) :
L’accident met en évidence une succession de négligences ayant amené un travailleur à créer un point chaud sur
une cuve d’un liquide inflammable de 1ère catégorie + une méconnaissance des propriétés physico-chimiques de
ce produit + la non-surveillance des travaux. Tous les travaux par points chauds feront l’objet d’un permis de
feu sur le site de SEG – pas de liquide inflammable de 1ère ou 2ème catégorie stocké – interdiction
d'intervention à moins de 5 m de la clôture des cuves propane sans permis de feu + consigne particulière
de sécurité.

- le 8 septembre 2004 : rupture de réservoir dans l’unité de stockage de bitume d’une raffinerie :
Cet accident dont les causes sont mal détaillées concerne une explosion d’une cuve de bitume. La source
d’ignition n’est pas connue mais la présence involontaire de gaz d’hydrocarbures légers inflammables dans la
citerne de bitume est soupçonnée dans le déclenchement de l’explosion.

5.5.1.2 Accidentologie liée à l'utilisation de propane

Etant donné que les centrales d'enrobage ne sont pas majoritairement alimentées en combustible par du propane
stocké en cuve, une recherche a aussi été menée dans la base de données ARIA du BARPI pour connaître
l'accidentologie particulière liée à l'utilisation du propane.

5.5.1.2.1 Stockage de propane

La recherche a été faite en utilisant les filtres suivants :


- Tous les mots : propane
- Activités écartées : H49-50-51 (Transport), B-Industries extractives.

136 accidents sont recensés pour cette activité sur la France entière, entre 1966 et 2015. La plupart des
évènements recensés (85,3 %) correspondent à des fuites de produit sous forme gazeuse ou liquéfiée :
- 25,2 % de ces fuites sont sans conséquence particulière ;
- 68,7 % de ces fuites entraînent l’évacuation de riverains ;
- 6,1 % de ces fuites entraînent des hospitalisations, des blessures ou des décès.

SEG*LCBTP
Dossier de demande d’autorisation d’exploiter une centrale d’enrobage à chaud Indice 1
SEG – la Halte – étude de dangers P. 32 sur 54

Ces fuites sont le plus souvent dues à :


- des collisions accidentelles au niveau d’une canalisation de transfert ou du réservoir lui-même (accident de voiture,
chute d’un arbre, chute d’éléments de construction, déversement du contenu d’un silo de grain voisin, etc…) ;
- de travaux réalisés à proximité ou au niveau de la citerne ou des canalisations (chute d’une passerelle de travaux,
coup de pelle ou de piquet, maintenance, etc…) ;
- un sur-remplissage dû à diverses causes humaines ou organisationnelles (dysfonctionnement jauge magnétique,
erreur de lecture sur la jauge de niveau, absence de jauge niveau haut, etc…) ;
- des défaillances ou dysfonctionnements au niveau des organes de sectionnement ou de sécurité (boucle de
régulation de la température, organes de détection de gaz, vanne de purge, manomètre, commande de la vanne
d’isolement, soupapes de sécurité, etc.) ;
- des montées en pression (température caniculaire, surpression non gérée par le pressostat) ;
- un incendie à proximité (feu de forêt, incendie de matériaux ou produits combustibles) ;
- un non-respect des procédures opérationnelles et de sécurité (équipement de sécurité non fermé après livraison,
etc…) ;
- des actes de malveillance ou des catastrophes naturelles (glissement de terrain amenant à la chute de la citerne
contre une maison par exemple).

Les autres accidents recensés constituent :


- des explosions suivies ou non d’incendies, dans 60 % des cas ;
- des fuites, jets enflammés et flash-fire, dans 35 % des cas ;
- des émissions de monoxyde de carbone (CO) dans 5 % des cas.

L’analyse d’un certain nombre accidents représentatifs, disponible sur la base ARIA du BARPI, est détaillée dans
le tableau ci-après.

SEG*LCBTP
Dossier de demande d’autorisation d’exploiter une centrale d’enrobage à chaud Indice 1
SEG – la Halte – étude de dangers P. 33 sur 54

Nature de Conséquences/mesures
Identification Description de l’accident Origine Mesures de maîtrise des risques
l’accident prises
- Analyse des risques dans le cadre des
Dans une usine de revêtement pour pipeline soumise à déclaration, une double explosion travaux et respect des consignes et des
Double
N°47127 se produit vers 11h10 au niveau d'une tuyauterie de propane. Des travaux de soudage afin - Évacuation de 60 procédures associées
explosion au
04/09/2015 de réparer une fuite détectée la veille avaient été réalisés 30 min avant la détonation. Les Travaux de soudage à personnes - Canalisations signalées par des
niveau d’une
GRAVELINES pompiers et le service du gaz se rendent sur le site. Plus de 60 personnes sont évacuées proximité d’une fuite - 8 personnes panneaux d’indication
tuyauterie de
(59) dont 8 sont transportées à l'hôpital pour troubles auditifs. Une nouvelle fuite est détectée au hospitalisées - Interdiction d'intervention à moins de 5
propane
niveau de la cuve de 5 000 litres alimentant le réseau. m sans permis de feu + consigne
particulière de sécurité
Une explosion de propane suivie d'un incendie se produit vers 7h45 dans le garage atelier
d'une maison à 1 étage abritant 2 logements et une galerie d'art au rez-de-chaussée.
L'incendie se propage par les combles en bois à 2 habitations contiguës. Les pompiers
mettent en sécurité la propriétaire de la maison et sa petite fille ainsi qu'un couple de - 2 personnes évacuées - Citernes localisées en extérieur (milieu
retraités puis maîtrisent le sinistre avec 4 lances ; les œuvres d'art entreposées au rez-de- Fuite de propane suite à - Maison détruite ventilé)
N° 44644
Explosion et chaussée sont évacuées. L'intervention des secours s'achève dans l'après-midi mais 2 la livraison de GPL au - 2 habitations mitoyennes - Utilisation de matériel antidéflagrant
27/11/2013
incendie rondes de surveillance sont effectuées durant la nuit. La maison est détruite et les 2 niveau de la cuve endommagées - Interdiction d'intervention à moins de 5
SALLES (33)
habitations adjacentes sont endommagées. Deux personnes sont relogées par la enterrée - Arrêté de péril pris pour m sans permis de feu + consigne
municipalité et 2 autres dans de la famille. Le maire prend un arrêté de péril pour la maison. la maison particulière de sécurité
Selon la presse, la propriétaire avait fait livrer le matin même 700 l de propane dans la cuve
enterrée de GPL alimentant l'habitation ; elle aurait senti une forte odeur de gaz avant
l'explosion.
Une fuite de propane se produit vers 8h30 sur une canalisation enterrée en cuivre (D : 20
mm, P : 1,5 bar) du réseau de distribution de GPL d'un lotissement après avoir été
- Analyse des risques dans le cadre des
endommagé par un engin de chantier durant des travaux de rénovation par un sous-traitant.
travaux et respect des consignes et des
Les intervenants, qui excavaient des matériaux à l'aide d'une pelle mécanique muni d'un - Une habitation détruite et
procédures associées
N°44055 godet à dent, se mettent à l'abri sans interrompre l'alimentation en gaz de la canalisation. Ils Conduite de distribution 2 gravement
Explosion et - Canalisations signalées par des
15/07/2013 informent le sous-traitant du propanier en charge de la supervision des travaux. Le propane de gaz endommagée endommagées.
incendie panneaux d’indication
JUVIGNE (53) s'infiltre dans des maisons via les gaines électriques. Une explosion suivie d'un feu survient par un engin de travaux - Une famille de 4
- Interdiction d'intervention à moins de 5
dans le garage d'une habitation 45 min après le percement de la canalisation. L'incendie se personnes relogée
m sans permis de feu + consigne
propage à 2 villas mitoyennes. Le sous-traitant chargé de superviser les travaux interviendra
particulière de sécurité
plus d'1h30 après avoir été informé de la fuite. L'entreprise en charge des travaux coupe le
réseau de gaz après l'explosion informe les pompiers.
Une explosion de propane se produit vers 23 h dans un restaurant d'altitude fermé pour la Rupture de l’écrou fixant
N°43600 nuit. Le propriétaire découvre une fuite de gaz ainsi que les dégâts le lendemain vers 9 h et la canalisation - Établissement - Maintenance préventive
23/03/2013 donne l'alerte. Les secours mettent en place un périmètre de sécurité qui entraîne la d’alimentation au endommagé et fermé - Consigne sur la fréquence de contrôles
Explosion
MONTRIOND fermeture temporaire de 2 télésièges durant 2 h. Les pompiers isolent le restaurant de la réservoir de stockage du - 6 personnes en chômage de l’étanchéité et de l’attachement des
(74) cuve enterrée de 1,8 m³ l'alimentant en GPL et maîtrisent également une fuite sur le restaurant, entraînant technique réservoirs
manodétendeur du réservoir. L'intervention des secours s'achève vers 12 h. une fuite

SEG*LCBTP
Dossier de demande d’autorisation d’exploiter une centrale d’enrobage à chaud Indice 1
SEG – la Halte – étude de dangers P. 34 sur 54

Nature de Conséquences/mesures
Identification Description de l’accident Origine Mesures de maîtrise des risques
l’accident prises
- Fuite de propane au
niveau de la cuve ou de
- Citernes localisées en extérieur (milieu
la chaudière associée
Une explosion de propane suivie d'un incendie se produit vers 6 h dans une ferme. Les ventilé)
N°40835 - En tentant de fermer la
Explosion pompiers éteignent l'incendie avec 3 lances en milieu de matinée. Les propriétaires, âgés Décès des propriétaires de - Utilisation de matériel antidéflagrant
23/08/2011 vanne du réservoir
puis incendie de 91 et 83 ans, sont retrouvés décédés dans les décombres de l'habitation détruite. la maison, de 91 et 83 ans - Interdiction d'intervention à moins de 5
ARAMITS (64) propane, en allumant les
L'intervention des secours s'achève vers 16 h. m sans permis de feu + consigne
phares pour s’éclairer,
particulière de sécurité
allumage du nuage de
gaz.
- Pas de blessé,
Dans un dépôt de GPL de 1 250 m³, une fuite de propane se produit vers 14h45 sur une
- Eaux de refroidissement
vanne de purge d'une des pompes des 3 réservoirs sous talus (2 x 500 m³ + 1 x 250 m³) mis - Analyse des risques dans le cadre des
- Heurt de la vanne de confinées sur le site
en service début juin en remplacement de 3 sphères aériennes ; le jet vertical de gaz (7 travaux et respect des consignes et des
purge sur la tuyauterie - 350 kg de produit rejeté à
bar), de 6 à 8 m, s'enflamme en moins de 5 s. Le chef de centre voit le feu depuis son procédures associées
d’alimentation de la cuve l’atmosphère
N°36310 Jet bureau et active un arrêt d'urgence extérieur qui ferme le clapet de fond des réservoirs et les - Interdiction d'intervention à moins de 5
lors de travaux de - Vanne de rappel
25/06/2009 enflammé (6- vannes d'isolement. Le POI est déclenché et les secours publics sont alertés à 14h50 ; le m sans permis de feu + consigne
peinture en hauteur automatique ajoutée à la
PORT-LA- 8 m) sur protocole d'entraide est activé avec les entreprises pétrolières voisines qui mettent à particulière de sécurité
- Inflammation par une canalisation d’alimentation
NOUVELLE citerne de disposition du matériel incendie. Le personnel du dépôt, puis les pompiers arrivés 10 min - Utilisation de matériel certifié ATEX
étincelle ; plastique de pour assurer une sécurité
(11) propane après l'alerte, refroidissent les installations voisines (nappe de tuyauteries et pomperie) avec dans la zone d’atmosphère explosive :
protection non supplémentaire en cas de
des canons et des lances. La fuite enflammée perdure 35 min, temps nécessaire pour brûler 0,5 m de diamètre autour des soupapes
compatible avec une défaillance de la vanne de
le propane présent dans la canalisation de 250 mm de diamètre et de 20 m de long entre la d'expansion thermique sur les
utilisation en zone ATEX purge
vanne de sectionnement en soutirage du réservoir et le point de fuite. Après extinction, la canalisations
- Procédures de travaux
vanne de purge est refermée manuellement ; le POI est levé à 15h40.
en hauteur modifiées
Une explosion de propane suivie d'un incendie se produit vers 15 h dans la villa d'un
particulier à la suite d'une fuite sur le réservoir de GPL de 3 m³ alimentant l'habitation. La
rupture de l'un des accessoires (soupape de sécurité) de la cuve, après la chute d'un arbre
- Propriétaire gravement
sur la capacité durant des travaux d'élagage dans le jardin de la villa, est à l'origine de la
brûlé et son épouse
fuite de propane ; le GPL se serait ensuite écoulé dans le garage de la maison avant - Fuite de propane
asphyxiée conduits à
d'exploser. Le propriétaire gravement brûlé et son épouse asphyxiée par le gaz sont liquide suite à rupture de
l’hôpital, ainsi que les 3 - Pas d’arbre sur le site de la centrale
N°35664 conduits à l'hôpital ainsi que les 3 intervenants (2 asphyxiés et un blessé à une jambe). Un la soupape de sécurité
intervenants (2 asphyxiés d’enrobage
03/12/2008 Explosion périmètre de sécurité de 200 m est mis en place et les pompiers mettent en œuvre des due à la chute d’un arbre
et un blessé à une jambe) - Précautions particulières en cas de
LONGPONT puis incendie lances à débit variable pour maîtriser l'incendie de la maison et refroidir la cuve de GPL sur durant des travaux
- Évacuation de 15 travaux à proximité des citernes de
(02) laquelle subsiste une fuite enflammée. Redoutant un BLEVE du réservoir, les secours en d’élagage
riverains supplémentaires propane
accord avec un technicien du fournisseur de gaz augmentent le périmètre de sécurité à 400 - Allumage des vapeurs
- Habitation gravement
m et évacuent 15 occupants de 10 habitations voisines dans une salle polyvalente de la de propane
endommagée (arrêté de
commune. La fuite enflammée est maîtrisée vers 23 h et la cuve de propane est inertée à
péril)
l'eau. L'intervention des secours s'achève vers minuit. Le maire de la commune prend un
arrêté de péril pour l'habitation gravement endommagée et un balisage de sécurité est mis
en place

SEG*LCBTP
Dossier de demande d’autorisation d’exploiter une centrale d’enrobage à chaud Indice 1
SEG – la Halte – étude de dangers P. 35 sur 54

Nature de Conséquences/mesures
Identification Description de l’accident Origine Mesures de maîtrise des risques
l’accident prises
Un feu se déclare à 0h30 dans une usine de fabrication de matières plastiques au niveau du
stockage (1 700 m² en stock couvert, 6 000 m² en stock extérieur). Ce sont les 2 ouvriers
travaillant en 2/8 qui donnent l'alerte ; 300 t de matières plastiques brûlent. Les risques de
propagation du sinistre se limitent aux champs entourant l'usine. Une fuite de gaz
N°33917 Fuite enflammée se déclare ensuite sur une citerne de propane de 3 t, obligeant les secours à - Citernes isolées de tous les lieux de
- 10 habitants évacués
27/11/2007 enflammée protéger une habitation proche, à évacuer une quinzaine d'habitants et à vider une citerne Incendie à proximité de stockage de produits combustibles
- 14 employés au
CHARCIER de propane de 200 m³. Une deuxième citerne située à 2 000 m est arrosée par précaution. Vers 3h30, le la citerne - Moyens de prévention/protection
chômage technique
(39) sur citerne feu continue à se propager dans le stockage. Un important panache de fumée se incendie complets (voir chapitre 5.1.1.2)
développe, engendrant peu de pollution aérienne en raison des conditions météo. Vers
4h30, le feu ayant baissé d'intensité, le dispositif des pompiers est allégé. Le feu est
maîtrisé vers 7 h. Aucun blessé n'est à déplorer, mais 14 employés sont en chômage
technique. Le feu serait d'origine accidentelle
- Pas de végétaux sur le site de la
Fuite A la suite d'un feu de brande (broussailles) autour d'une cuve de 10 000 l, une fuite de
N°32009 Feu de broussailles à centrale d’enrobage
enflammée propane s'enflamme vers 23h40. Les pompiers mettent en place un périmètre de sécurité et
24/07/2006 proximité, allumant une Évacuation de plusieurs - Citernes isolées de tous les lieux de
de propane évacuent plusieurs personnes dont 3 familles qui sont prises en charge par la municipalité.
SOUSTONS fuite de propane sur riverains dont 3 familles stockage de produits combustibles
sur un Ils maîtrisent les flammes et colmatent partiellement la fuite à 0h30. Un technicien termine la
(40) une cuve de 10 000 L - Moyens de prévention/protection
réservoir réparation à 1h45.
incendie complets (voir chapitre 5.1.1.2)
Peu avant 15h30, une fuite de gaz enflammée se produit sur un réservoir de propane de
100 m³ dans un silo céréalier. A la suite d'opérations de maintenance, le gazage (remise en
gaz) est en cours (11 m³ transférés) lorsqu'une explosion dans la capacité provoque un feu-
torche (flammes de quelques mètres) sur la bride du trou d'homme en partie supérieure. Les
pompiers se rendent sur site, ainsi que des spécialistes de la société propriétaire de la
Fuite
citerne. Les pompiers utilisent des rideaux d'eau en protection, mais rencontrent des - Respect des procédures mises en
enflammée Lors du gazage avec
N°29409 difficultés d'approvisionnement en eau. Le dispositif de refroidissement fixe du réservoir est - Jusqu’à 500 personnes place pour la réalisation des opérations
de propane torchage après
10/03/2005 actionné également avec difficultés le branchement se situant sous le réservoir : la rampe évacuées (dont 1 collège) de maintenance
sur la bride opérations de
OUCQUES d'arrosage fixe n'était pas raccordée au réseau. Les pompiers complètent le dispositif par - Circulation interrompue - Une consigne particulière est établie
du trou maintenance, explosion
(41) une lance canon. L'électricité est coupée sur le site. Les secours évacuent, par précaution, sur la RD924 adjacente pour la mise en œuvre ponctuelle du
d’homme du dans la capacité
le collège situé à 200 m ainsi que la population (3 à 500 personnes selon les secours), dans torchage d’un réservoir
réservoir
un rayon de 500 m. La circulation est interrompue sur la RD 924 et réservée aux secours.
La stratégie adoptée est de laisser brûler le gaz s'échappant du réservoir (débit estimé à
400 kg/h) tout en maintenant le refroidissement de la cuve. Le feu s'éteint après combustion
du gaz vers 20 h. La capacité est inertée à l'eau dans la soirée. Le dispositif des secours est
levé vers 22h30 : les riverains peuvent regagner leur logement et la circulation est rétablie.

SEG*LCBTP
Dossier de demande d’autorisation d’exploiter une centrale d’enrobage à chaud Indice 1
SEG – la Halte – étude de dangers P. 36 sur 54

Nature de Conséquences/mesures
Identification Description de l’accident Origine Mesures de maîtrise des risques
l’accident prises
- 2 employés brûlés
(visage, mains…)
hospitalisés
- Mise en place d'une
Dans un centre emplisseur de GPL, vers 14h15, un employé du site effectue un perçage
citerne de 1,7 m³ dédiée - Analyse des risques dans le cadre des
dans le local technique "automate" situé dans une zone hors risque gaz : Il dessert entre Fuite au niveau du
au chauffage du bâtiment travaux et respect des consignes et des
autres le bâtiment administratif par 3 gaines électriques accolées débouchant dans le vide raccord entre la partie
administratif, procédures associées
sanitaire. Lors du perçage, un flash se produit et brûle l'employé qui actionne l'arrêt aérienne et enterrée de
N°25923 - Remplissage des - Canalisations signalées par des
Fuite d'urgence le plus proche. Le dispositif met en sécurité le site (arrêt des installations et la canalisation de
18/11/2003 citernes de chauffage par panneaux d’indication
enflammée arrosage automatique des zones sensibles). Les employés maîtrisent ce début d'incendie propane, alimentant la
HAUCONCOU camion. - Citernes localisées en extérieur (milieu
de propane rapidement. L'un d'eux soulève une plaque de plancher du local puis une autre avant d'être chaudière d’un bâtiment
RT (57) - Recensement des ventilé)
brûlé par un second flash rapidement maîtrisé avec des extincteurs à poudre. Les 2 voisin de celui sur lequel
canalisations enterrées - Interdiction d'intervention à moins de 5
employés blessés sont hospitalisés (brûlures au visage, aux mains...). Le local est des travaux de perçage
puis programme de m sans permis de feu + consigne
endommagé et l'activité du centre est momentanément interrompue. Après vérifications, les sont effectués
passage de celles-ci en particulière de sécurité
installations de sécurité sont réalimentées normalement vers 19 h.
aérien
- Campagne d'obturation
des gaines d'alimentation
électrique hors zone
Fuite
N°20350 - Procédures d’emplissage des citernes
enflammée Choc entre la pince
16/08/1999 disponibles
de propane Dans un stockage de gaz, une fuite de propane de 10 l s'enflamme. d’emplissage et un 1 opérateur blessé
MARIGNANE - Formation régulière des opérateurs
sur une montant
(13) - Utilisation de matériel antidéflagrant
citerne

SEG*LCBTP
Dossier de demande d’autorisation d’exploiter une centrale d’enrobage à chaud Indice 1
SEG – la Halte – étude de dangers P. 37 sur 54

5.5.1.2.2 Opérations de transfert de propane

Les recherches ont été faites en utilisant les filtres suivants :


- Tous les mots : propane ; camion et propane ; dépotage

24 accidents sont recensés pour cette activité sur la France entière, entre 1970 et 2015.
La moitié des évènements recensés correspondent à des fuites de produit sous forme gazeuse ou liquéfiée sans
blessures, hospitalisations ou décès :
- 75 % de ces fuites sont sans conséquence particulière ;
- 25 % de ces fuites entraînent l’évacuation de riverains.
Ces fuites sont le plus souvent dues à :
- des erreurs humaines (ouverture de la mauvaise ligne de transfert lors du dépotage, erreur de réglage de la pression
de tarage, erreur de manipulation des vannes, etc…) ;
- des dysfonctionnements des organes de sectionnement et de sécurité (ouverture de la vanne de purge, etc…) ;
- la rupture des flexibles de dépotage.
Les autres accidents recensés constituent :
- des projections de propane liquéfié, entrainant des brûlures des opérateurs, dans 58,3 % des cas ;
- des explosions, dans 16,7 % des cas ;
- des fuites, jets enflammés, dans la même proportion ;
- des incendies dans 8,3 % des cas.
L’analyse d’un certain nombre accidents représentatifs, disponible sur la base ARIA du BARPI, est disponible
dans le tableau ci-après.

SEG*LCBTP
Dossier de demande d’autorisation d’exploiter une centrale d’enrobage à chaud Indice 1
SEG – la Halte – étude de dangers P. 38 sur 54

Nature de Conséquences/mesures
Identification Description de l’accident Origine Mesures de maîtrise des risques
l’accident prises
Fuite
- Arc électrique
enflammée Dans une colonie de vacances, la foudre tombe sur le paratonnerre, provoquant un arc
provoqué par la foudre
de propane électrique entre le paratonnerre et la canalisation enterrée d'alimentation en gaz des
N°5675 touchant une - Réservoirs reliés à la terre (prise de
sur une cuisines depuis une citerne de propane. Le gaz s'enflamme alors. Une personne réagit
29/07/1994 canalisation enterrée Évacuation de plus de 125 terre résistance 100 ohms)
canalisation rapidement et éteint le feu avec un extincteur. Cependant, le détendeur défaillant de la
ROISSARD - Détendeur défaillant, personnes - Vanne manuelle sur distribution
d’alimentation citerne n'interrompt pas l'alimentation malgré la dépression liée à la fuite et le gaz continue
(38) entrainant l’alimentation propane gaz
depuis la de sortir. La vanne manuelle de la citerne, grippée, ne pourra être manœuvrée plus tard que
continue de la fuite
citerne de par un pompier.
malgré la dépression
stockage
- 13 occupants et 9
- Éclatement du flexible
employés de l’hôtel
A la fin du remplissage d'un petit réservoir de propane à partir d'un camion ravitailleur, le du camion lors du
N°9802 évacués - Respect de la procédure de dépotage
flexible éclate alors que le pistolet est déconnecté du réservoir ; près de 5 t de propane remplissage d’un
21/08/1996 - Hôtel entièrement détruit et d’emplissage des citernes de
s'écoulent durant 15 mn. Un nuage dense et opaque qui dérive sur 100 m, contraint les réservoir, du au non-
DIVONNE- Explosion - Décès de l’opérateur stockage de propane
pompiers à reculer. L'opérateur ne parvient pas à arrêter la pompe ; 13 occupants de l'hôtel respect des procédures
LES-BAINS réalisant le dépotage - Utilisation de matériel antidéflagrant
et 9 employés sont évacués. Le nuage s'allume, l'hôtel explose et s'effondre. Un pavillon de dépotage
(01) - Pollution d’un ruisseau - Port des EPI obligatoire
contigu s'enflamme. L'écoulement cesse. - Allumage du nuage sur
en aval du site sur 500 m
un point chaud
par les eaux d’extinction
- Rupture de filetage sur
Une fuite de propane liquéfié se produit sur une citerne routière de 50 m³ approvisionnant le un double-clapet
dépôt d'une usine textile à la suite de la rupture d'un filetage sur un double clapet permettant permettant de raccorder
N°4913 - Respect de la procédure de dépotage
de raccorder le pistolet au flexible. Le clapet se ferme, mais le pistolet tombe alors que le pistolet au flexible
20/11/1978 (surveillance des opérations par
Fuite l'opérateur s'est éloigné et ne surveille pas le dépotage. Une fuite de 4 l/s de propane se durant le dépotage
NOYELLES- Chauffeur brûlé au dos l’opérateur)
enflammée prolonge quelques dizaines de secondes avant fermeture du pistolet. Une nappe se forme - Fuite au niveau du
SUR- - Utilisation de matériel antidéflagrant
sur 20 m autour du dépôt. Le moteur diesel du camion s'emballe malgré la coupure du pistolet : formation d’une
SELLE (59) - Port des EPI obligatoire
carburant et allume le nuage. Le chauffeur brûlé au dos ferme la vanne de dépotage de la nappe et vaporisation
citerne depuis la cabine. Les pompiers maîtrisent rapidement le sinistre. d’un nuage, allumé par
le moteur du camion

SEG*LCBTP
Dossier de demande d’autorisation d’exploiter une centrale d’enrobage à chaud Indice 1
SEG – la Halte – étude de dangers P. 39 sur 54

Nature de Conséquences/mesures
Identification Description de l’accident Origine Mesures de maîtrise des risques
l’accident prises
- Respect de la procédure de dépotage
et d’emplissage des citernes de
Une fuite de gaz se produit sur un camion-citerne contenant 8 t de propane en cours de stockage de propane
livraison. Une nappe de gaz se forme sous le véhicule et se propage jusqu'à une chaudière Fuite de gaz au niveau - Dispositif d’arrêt d’urgence permettant
N°6610 allumée. La citerne prend feu. Le chauffeur éloigne son véhicule des habitations voisines. du camion-citerne, - Seconde fuite par effets de couper l’alimentation des appareils
23/02/1995 Les secours évacuent le quartier. Un très large périmètre de protection est mis en place laissant se former une dominos d’utilisation du propane liquide disposé
Incendie
ETAULIERS autour de la citerne. Sous l'effet de la chaleur, une seconde fuite se produit sur une durite. nappe qui s’étend - Pas de conséquences sur l'armoire électrique de commande
(33) Le sinistre est rapidement maîtrisé et les fuites colmatées. Les secours refroidissent la jusqu’à une chaudière significatives en limite extérieure
citerne pour éviter les risques d'explosion. Le véhicule est ensuite évacué sous escorte allumée. - Asservissement de l’électrovanne au
jusqu'au dépôt du propriétaire. dispositif d'arrêt d'urgence
- Moyens de prévention/protection
incendie complets (voir chapitre 5.1.1.2)

SEG*LCBTP
Dossier de demande d’autorisation d’exploiter une centrale d’enrobage à chaud Indice 1
SEG – la Halte – étude de dangers P. 40 sur 54

5.5.1.2.3 Equipements utilisant du propane

Les équipements qui utiliseront le propane sur le site de la centrale d’enrobage sont les suivants :
- le tambour sécheur malaxeur ;
- la chaudière fluide thermique.

Aucun accident concernant un tambour sécheur-malaxeur à brûleur propane correspondant à l’activité du


site n’a été recensé.
En ce qui concerne la chaudière, la recherche a été faite en utilisant les filtres suivants :
- Tous les mots : propane ; chaudière
7 accidents sont recensés pour cette activité sur la France entière, entre 1993 et 2015.
Ceux-ci constituent :
- des explosions, dans 71,4 % des cas ;
- des explosions suivies d’incendies dans 28,6 % des cas.
Les accidents analysés sont le plus souvent dus à :
- des interventions et réparations réalisées sur la chaudière, dans 57 % des cas ;
- un dysfonctionnement de la chaudière, dans 29 % des cas ;
- la réalisation de travaux à proximité, dans 14 % des cas.

Le retour d’expérience met en avant la nécessité :


- d’interdire les travaux par points chauds à proximité de la chaudière ;
- d’établir des procédures et des consignes précises pour les opérations de réparation et maintenance des
équipements de la chaudière ;
- de réaliser des contrôles et de la maintenance préventive sur les équipements ;
- de travailler en atmosphère explosive (ATEX) sans équipement susceptible de produire une flamme ou une étincelle
(matériel antidéflagrant).

Ces mesures ont d’ores et déjà été prévues pour le site de la centrale d’enrobage.

5.5.1.3 Bilan

Ces retours d’expérience sont riches d’enseignements pour envisager comment lutter contre un accident majeur.

En matière de probabilité, par rapport au site, nous ne retiendrons que les principaux évènements accidentels au
regard des accidents historiques. Les moyens de prévention mis en place par l’exploitant sont aussi pris en compte, tout
particulièrement par rapport à l'explosion.

SEG*LCBTP
Dossier de demande d’autorisation d’exploiter une centrale d’enrobage à chaud Indice 1
SEG – la Halte – étude de dangers P. 41 sur 54

Classe de probabilité E D C B A
Evènement Evènement Evènement Evènement Evènement
possible très improbable probable courant
mais improbable
extrêmement
Evènement peu probable
Incendie au niveau du brûleur du tambour sécheur X
Incendie du stock de GNR X
Incendie du dépôt de bitume X
Incendie au niveau de la chaudière X
Explosion au niveau du stockage de propane X
Explosion d’une cuve de bitume X
Pollution des eaux et du sol par rupture d’une
canalisation d’approvisionnement du process en X
bitume ou en carburant
Pollution des eaux et du sol par rupture d’une cuve
X
de stockage de bitume ou de carburant
Pollution des eaux et du sol par rupture d’une
canalisation transportant du fluide caloporteur ou X
rupture d’un joint
Pollution des eaux et du sol lors des opérations de
X
dépotage du carburant et du bitume
Pollution atmosphérique par les poussières due au
X
dysfonctionnement du dépoussiéreur
Pollution atmosphérique (gaz de combustion) due à
l’incendie du poste d’enrobage ou du stock de X
carburants ou de liant

L’évènement « explosion » est classé en type « E » car :


- en ce qui concerne le stockage de propane, la batterie de mesures de prévention est particulièrement
développée,
- en ce qui concerne les cuves de bitume, des évents de décompression installés sur chaque réservoir
limitent tout risque d’accumulation de vapeurs sous pression à l’intérieur des cuves. De plus, des
capteurs de pression d’ambiance dans les cuves reliés à un arrêt automatique de la chauffe en cas de
dysfonctionnement permettent de réduire complètement les risques à ce niveau.

SEG*LCBTP
Dossier de demande d’autorisation d’exploiter une centrale d’enrobage à chaud Indice 1
SEG – la Halte – étude de dangers P. 42 sur 54

5.5.2 Cinétique

Cinétique Lente Rapide


Permet la mise en œuvre de mesures Ne permet pas la mise en œuvre de
de sécurité suffisantes pour la mesures de sécurité suffisantes pour
protection des biens et des la protection des biens et des
personnes exposées à l’extérieur de personnes exposées à l’extérieur de
Evènement l’installation l’installation
Incendie au niveau du brûleur du tambour sécheur X
Incendie du stock de GNR X
Incendie du dépôt de bitume X
Incendie au niveau de la chaudière X
Explosion au niveau du stockage de propane X
Explosion d’une cuve de bitume X
Pollution des eaux et du sol par rupture d’une
canalisation d’approvisionnement du process en X
bitume ou en carburant
Pollution des eaux et du sol par rupture d’une cuve
X
de stockage de bitume ou de carburant
Pollution des eaux et du sol par rupture d’une
canalisation transportant du fluide caloporteur ou X
rupture d’un joint
Pollution des eaux et du sol lors des opérations de
X
dépotage du carburant et du bitume
Pollution atmosphérique par les poussières due au
X
dysfonctionnement du dépoussiéreur
Pollution atmosphérique (gaz de combustion) due à
l’incendie du poste d’enrobage ou du stock de X
carburants ou de liant

On peut noter que les évènements accidentels recensés sur ce type d’installation sont majoritairement de
cinétique lente sauf les événements de type explosif. En dehors des phénomènes explosifs, des mesures de mise en
sécurité à l’extérieur du site pourraient donc aisément être mises en place.

5.5.3 Adéquation entre cinétique de mise en œuvre des mesures de sécurité et cinétique de chaque scénario pouvant
mener à un accident

La plupart des accidents pouvant survenir sur le site seront évités par des mesures de prévention.

La cinétique de mise en œuvre des mesures de sécurité concerne, quant à elle, la cinétique de réaction à un
accident dont les conséquences évoluent dans le temps.

Globalement, on constate que les cinétiques d’intervention sont assez proches des cinétiques de
développement des accidents. Les accidents présentent la plupart du temps des effets réversibles et/ou qui restent
limités à l‘enceinte du site.

Des tests auront lieu périodiquement pour vérifier que la capacité et la cinétique de réaction sont conformes à la
maîtrise des conséquences de l’accident. Ces tests s’appuieront sur des procédures ou des modes opératoires.

5.5.3.1 Accidents corporels en général

Pour un accident corporel avec blessures, la limitation des conséquences consiste à éviter la dégradation de
l’état de santé des victimes. Les réactions sont :
- Appel d’un sauveteur secouriste du travail (ou équivalent) sur le site

SEG*LCBTP
Dossier de demande d’autorisation d’exploiter une centrale d’enrobage à chaud Indice 1
SEG – la Halte – étude de dangers P. 43 sur 54

- Appel des pompiers


- Intervention des pompiers et des services d’aide médicale urgente
- Appel des autorités (DREAL…)
Les conséquences restent limitées au sein du site. La cinétique de réaction est adaptée à l’accident seulement si
au moins une personne est sauveteur secouriste du travail parmi les salariés de l’entreprise, ce qui est le cas.

5.5.3.2 Incendie

Un début d’incendie amènerait le personnel à :


- utiliser les extincteurs présents sur le site
- utiliser tout autre moyen d’extinction susceptible d’être présent sur le site (réservoir incendie mobile - godet de
chargeuse et sable ou eau par exemple)
- prévenir les pompiers
- prévenir les riverains
La cinétique de propagation du feu permettrait aux services d’incendie et de secours de s’occuper de
l’organisation de la réaction si l’incendie prenait une ampleur hectométrique, ce qui est très peu envisageable étant donné
la localisation de la centrale sur une zone minérale très peu végétalisée.

5.5.3.3 Explosion

L’explosion est un accident soudain et immédiat qui ne laisse que peu de temps de réaction. Cette réaction
consistera à :
- se rendre sur les lieux de l’explosion pour examiner s’il y a des blessés
- appeler un sauveteur secouriste du travail (ou équivalent) sur le site
- appeler les pompiers et les services d’aide médicale urgente
- se rendre chez les riverains les plus proches pour savoir s’il y a eu des dégâts (bris de vitres). Dans ce cas,
appeler la gendarmerie
- appeler les autorités (DREAL…)
La cinétique de réaction peut difficilement être appropriée compte tenu de l’instantanéité de l’accident explosif.

5.5.3.4 Pollution des eaux et du sol

Le risque de pollution des eaux et des sols ne peut être lié qu’à un déversement en grande quantité d’un liquide
polluant. Les quantités maximales déversées pourraient être de plusieurs m3 en cas de rupture d’un réservoir de bitume
ou GNR et en cas de défaillance de la cuvette de rétention qui protège ces réservoirs.
La cinétique de l’accident et de la propagation de la pollution dépend fortement des conditions météorologiques
mais on peut considérer qu’elle est de moins d’une heure.
Pour une fuite de plusieurs m3, la première réaction sera :
- diriger les polluants vers le bassin servant à recueillir les eaux d’extinction d’incendie
- appeler les pompiers
- appeler une entreprise spécialisée dans le pompage de polluants hydrocarbonés

Pour une fuite de moindre ampleur :


- utiliser les kits d’intervention disponibles
- utiliser la chargeuse pour récupérer les terres polluées
- stocker les terres polluées sur les zones les plus imperméables de la plate-forme en confinant l’ensemble par des
barrages étanches (coussins, boudins…)
- appeler les autorités (DREAL…)
Les terres polluées seront ensuite évacuées vers une installation susceptible de les traiter.

SEG*LCBTP
Dossier de demande d’autorisation d’exploiter une centrale d’enrobage à chaud Indice 1
SEG – la Halte – étude de dangers P. 44 sur 54

5.5.3.5 Pollution atmosphérique des gaz de combustion

La cinétique d’intervention sera adaptée car les concentrations en poussières sont suivies sur le poste de
commande et un dysfonctionnement permet une réaction immédiate (arrêt de la combustion, changement de manche).

5.5.4 Conditions d’exposition des intérêts humains et environnementaux

5.5.4.1 Accidents corporels en général

Ce sont surtout les intérêts humains qui sont exposés à ce risque. Un chauffeur de camion est exposé quand il
pénètre sur le site. La visibilité au niveau de l’accès aux installations est bonne (sur VC 8 et RD 357) et donc
suffisante pour que le risque ne soit pas amplifié en entrée ou en sortie de site. Le nombre de victimes potentielles
peut varier entre 1 et 10 voire plus exceptionnellement. Les conséquences peuvent être plus ou moins graves mais elles
restent limitées par toutes les mesures de prévention mises en place et notamment :
- Limitation de la vitesse des véhicules à 30 km/h sur site
- Plan de circulation sur site
- Entretien régulier des véhicules liés à l'activité du site (camions de livraison d'enrobés notamment)

5.5.4.2 Incendie

La centrale a été positionnée de telle sorte à être éloignée de la route départementale (RD) 357 et des
habitations les plus proches de la Halte et des Petits Pins. Un incendie n’aura donc pas la possibilité de se propager en
dehors des limites du site même en cas de feu sur cuvette de rétention du GNR.

5.5.4.3 Explosion

D’après l’analyse bibliographique des documents du BARPI, les conséquences significatives d’une explosion sur
une centrale d’enrobage à chaud ou sur un stockage de propane se limitent généralement à quelques dizaines de mètres.
Les riverains et les usagers de la VC 8 et de la RD 357 sont situés au minimum à 120 m. Les personnes
fréquentant GAMM VERT et la CAM seraient éventuellement plus soumis à un risque car ils peuvent se trouver à au
moins 100 m de distance des cuves de propane et à 90 m de distance des cuves de bitume.
Cependant :
- l'exposition liée aux cuves de bitume n’est, dans les faits, pas envisageable étant donné que des évents de
décompression installés sur chaque réservoir limitent tout risque d’accumulation de vapeurs sous pression à
l’intérieur des cuves. De plus, des capteurs de pression d’ambiance dans les cuves reliés à un arrêt automatique
de la chauffe en cas de dysfonctionnement permettent de réduire complètement les risques à ce niveau ;
- l'exposition liée au propane est, dans les faits, extrêmement peu probable étant donné le nombre important
de mesures de prévention associées à ce stockage de propane, rappelées ci-dessous dans une analyse
préliminaire des risques (APR).

5.5.4.3.1 Objectifs et principes de l'APR

Dans le cadre de la présente étude, une situation de danger est définie comme une situation qui, si elle n'est pas
maîtrisée peut provoquer des blessures ou des dommages matériels.
L’objectif de l’Analyse Préliminaire des Risques/des Dangers (APR) est de déterminer les dangers qui pourraient
conduire à l'exposition d'enjeux du voisinage à un ou plusieurs phénomènes dangereux. Cette situation de danger
potentielle est liée, dans notre cas, à une explosion au niveau du stockage de propane.
L’APR est définie en particulier dans le rapport INERIS - DRA Ω7 du 13/10/2006 - Méthodes d'analyse des
risques générés par une installation industrielle dont nous reproduisons ci-après quelques extraits.

SEG*LCBTP
Dossier de demande d’autorisation d’exploiter une centrale d’enrobage à chaud Indice 1
SEG – la Halte – étude de dangers P. 45 sur 54

"Cette méthode (APR) ne nécessite généralement pas une connaissance approfondie et détaillée de l'installation
étudiée. Dans le cas d'une installation complexe existante, comme l'indique son nom, l'APR constitue une étape
préliminaire, permettant de mettre en lumière des éléments ou des situations nécessitant une attention plus particulière et
en conséquence l'emploi de méthodes d'analyses de risques plus détaillées.
L'Analyse Préliminaire des Risques nécessite dans un premier temps d'identifier les éléments dangereux de
l'installation. Ces éléments dangereux désignent le plus souvent :
- des substances ou préparations dangereuses, que ce soit sous forme de matières premières, de produits finis,
d'utilités... ;
- des équipements dangereux comme, par exemple, des stockages, zones de réception-expédition, réacteurs,
fournitures d'utilités (chaudière...) ;
- des opérations dangereuses associées au procédé".

L'identification de ces éléments se fonde sur la description fonctionnelle réalisée avant la mise en œuvre de la
méthode. A partir de ces éléments dangereux, l'APR vise à identifier, pour un élément dangereux, une ou plusieurs
situations de danger.
Pour chaque fonction identifiée dans la phase de description des installations, les citernes de stockage de
propane et les équipements consommateurs ont été passés en revue, en examinant les situations de danger potentielles
de manière systématique. L'analyse d'accidents a constitué une source d'information complémentaire.
Les causes et les conséquences de chacune des situations de danger identifiées ont été caractérisées, ainsi que
les mesures de maitrise des risques (MMR) préventives disponibles sur le site.
L’ensemble de ces éléments sont synthétisés dans un tableau d’analyse préliminaire des risques présenté au
paragraphe ci-après.

5.5.4.3.2 Tableau d'APR

Le tableau page suivante présente de manière détaillée l’ensemble des phénomènes dangereux identifiés
précédemment, avec pour chacun :
- l’accident potentiel ;
- l’analyse des causes et des conséquences ;
- l’ensemble des mesures de maîtrise d’occurrence et de maîtrise des effets mises en place sur le site.

SEG*LCBTP
Dossier de demande d’autorisation d’exploiter une centrale d’enrobage à chaud Indice 1
SEG – la Halte – étude de dangers P. 46 sur 54

Évènement
Élément Élément causant une Situation Accident
Phase causant un Mesures de prévention Mesures de protection
dangereux situation dangereuse dangereuse potentiel
accident potentiel
- Analyse de risques dans le cadre des travaux avec - Moyens d’extinction incendie
connaissance des plans des réseaux - Dispositif d’arrêt d’urgence
- Non-respect des
Travaux à - Respect des consignes et des procédures associé à une électrovanne à
consignes pour la Maniement de
proximité d'une Choc de l'engin de - Fuite enflammée associées sécurité positive sur la distribution
Engin de réalisation des travaux l'engin de travaux à
canalisation de travaux sur la - Explosion - Canalisations signalées de propane liquide
travaux - Non connaissance des proximité directe de
transfert de canalisation - Incendie - Interdiction d'intervention à - Vannes et organes d'isolement
réseaux du site la canalisation
propane moins de 5 m de la clôture sans permis de feu + manuels sur canalisations
- Erreur humaine
consigne particulière de sécurité - Limiteurs de débit sur distribution
- Formation des opérateurs et des sous-traitants gaz et liquide
- Analyse de risques dans le cadre des travaux
- Moyens d’extinction incendie
- Respect des consignes et des procédures
- Projections de - Dispositif d’arrêt d’urgence
Maniement de associées
Travaux à propane liquéfié associé à une électrovanne à
- Non-respect des l'engin de travaux à - Citernes isolées par un grillage
proximité d'une Choc de l'engin de - Nappe de sécurité positive sur la distribution
Engin de consignes pour la proximité directe/au- - Citernes isolées par une barrière physique
citerne de travaux sur la propane liquéfié de propane liquide
travaux réalisation des travaux dessus de la citerne - Interdiction d'intervention à- moins de 5 m de la
stockage du citerne de stockage - Fuite enflammée - Vannes et organes d'isolement
- Erreur humaine de stockage de clôture sans permis de feu + consigne particulière
propane - Explosion manuels sur canalisations
propane de sécurité
- Incendie - Limiteurs de débit sur distribution
- Formation des opérateurs et des sous-traitants
gaz et liquide
- Utilisation de matériel antidéflagrant
- Moyens d’extinction incendie
- Projections de - Dispositif d’arrêt d’urgence
- Travaux d'élagage à propane liquéfié associé à une électrovanne à
Éléments - Chute d'un arbre,
proximité - Nappe de - Citernes isolées de toute paroi rocheuse, site non sécurité positive sur la distribution
naturels (arbres, de branches ou de - Rupture du
Fonctionnement - Mauvaise météo propane liquéfié encombré, en bon état de propreté de propane liquide
branche, rochers sur le stockage ou brèche
- Éboulements et - Fuite enflammée - Pas d’arbre sur le site - Vannes et organes d'isolement
rochers, etc.) stockage
glissements de terrain - Explosion manuels sur canalisations
- Incendie - Limiteurs de débit sur distribution
gaz et liquide

SEG*LCBTP
Dossier de demande d’autorisation d’exploiter une centrale d’enrobage à chaud Indice 1
SEG – la Halte – étude de dangers P. 47 sur 54

Évènement
Élément Élément causant une Situation Accident
Phase causant un Mesures de prévention Mesures de protection
dangereux situation dangereuse dangereuse potentiel
accident potentiel
- Maintenance préventive régulière + consigne sur la
- Moyens d’extinction incendie
fréquence de contrôles de l’étanchéité et de
- Dispositif d’arrêt d’urgence
l’attachement des réservoirs
- Protection insuffisante - Fuite de propane associé à une électrovanne à
- Perte de - Moyens de lutte contre la corrosion :
- Intempéries, de l’enveloppe des Si inflammation : sécurité positive sur la distribution
- Usure du réservoir confinement au ¤ Sablage
Fonctionnement - Durée réservoirs - Fuite enflammée de propane liquide
- Corrosion niveau du réservoir ¤ Métallisation ou zinc : épaisseur = 40 microns
d’exploitation - Absence de - Explosion - Vannes et organes d'isolement
de stockage ¤ 1 couche de wash primer : épaisseur = 5 microns
maintenance préventive - Incendie manuels sur canalisations
¤ 1 couche d'apprêt glycérophtalique : épaisseur =
- Limiteurs de débit sur distribution
30 microns
gaz et liquide
¤ 1 couche de laque blanche
- Moyens d’extinction incendie
- Projections de - Dispositif d’arrêt d’urgence
- Plan de circulation du site
- Perte de contrôle - Choc de la voiture propane liquéfié associé à une électrovanne à
Fonctionnement, Camions, - Absence de plan de - Dispositions constructives (depuis l'orifice de
d'un véhicule à ou du camion sur la - Nappe de sécurité positive sur la distribution
remplissage de la voitures en circulation remplissage et des soupapes) :
proximité du citerne de stockage propane liquéfié de propane liquide
citerne de circulation à - Non-respect des ¤ plus de 100 mètres de toute route
stockage de : Rupture du - Fuite enflammée - Vannes et organes d'isolement
stockage proximité consignes de circulation ¤ 5 mètres du véhicule ravitailleur
propane stockage ou brèche - Explosion manuels sur canalisations
- Citernes isolées par une barrière physique
- Incendie - Limiteurs de débit sur distribution
gaz et liquide
- Éclair/arc - Brèche dans le
- Fuite enflammée - Mise à la terre des réservoirs (prise de terre - Moyens d’extinction incendie
électrique sur le stockage
Fonctionnement Foudre - - Explosion résistance 100 ohms) - Vannes et organes d'isolement
stockage de - Inflammation d'une
- Incendie - Réservoirs conformes aux normes en vigueur manuels sur canalisations
propane fuite de propane
- Jauge de niveau maximum
- Jauge magnétique à lecture de niveau en continu
- Jauge rotative
- Formation des opérateurs
- Projections de
- Maintenance préventive sur les organes de - Moyens d’extinction incendie
- Dysfonctionnement / propane liquéfié
sécurité - Dispositif d’arrêt d’urgence
Organes de Absence des organes - Nappe de
Remplissage de - Consigne sur la fréquence de vérification des associé à une électrovanne à
sécurité d'indication et de contrôle Sur-remplissage de Débordement de la propane liquéfié
la citerne de dispositifs de sécurité liés au propane sécurité positive sur la distribution
dysfonctionnant du niveau la citerne citerne Sur accident :
stockage - Zone de dépotage empierrée et sans rétention de propane liquide
ou absents - Erreur de lecture sur la - Fuite enflammée
pour éviter l’accumulation de produit en partie basse - Vannes et organes d'isolement
jauge de niveau - Explosion
du réservoir manuels sur canalisations
- Incendie
- Dispositif de branchement du câble de liaison
équipotentielle du véhicule ravitailleur
- Mise à la terre des réservoirs (prise de terre
résistance 100 ohms)

SEG*LCBTP
Dossier de demande d’autorisation d’exploiter une centrale d’enrobage à chaud Indice 1
SEG – la Halte – étude de dangers P. 48 sur 54

Évènement
Élément Élément causant une Situation Accident
Phase causant un Mesures de prévention Mesures de protection
dangereux situation dangereuse dangereuse potentiel
accident potentiel
- Projections de
propane liquéfié
- Pénétration - Dégradation des
- Mauvaise sécurisation - Nappe de - Grillage périphérique - Moyens d’extinction incendie
d'individus éléments de
Fonctionnement Malveillance du site propane liquéfié - Portail verrouillé en dehors des heures d'ouverture - Vannes et organes d'isolement
malveillants dans stockage ou de
- Absence de surveillance - Fuite enflammée - Alarme à détection infrarouge + télésurveillance manuels sur canalisations
l'enceinte du site transfert du propane
- Explosion
- Incendie
- Montée en - Moyens d’extinction incendie
Dysfonctionnement/absen
température de la - Dispositif d’arrêt d’urgence
ce des organes de - Projections de
citerne associé à une électrovanne à
sécurité sur la citerne de Sécurisation du propane liquéfié - Maintenance préventive
Organes de - Fuites de gaz au sécurité positive sur la distribution
stockage et lors du process en termes - Nappe de - Redondance éventuelle au niveau des organes de
sécurité niveau des de propane liquide
Fonctionnement remplissage d'isolement et de propane liquéfié sécurité à mettre en place
dysfonctionnant soupapes/du - Vannes et organes d'isolement
(électrovanne, vanne de régulation non - Fuite enflammée - Consigne sur la fréquence de vérification des
ou absents manomètre manuels sur canalisations
purge, manomètre, assurée - Explosion dispositifs de sécurité liés au propane
- Fuites de propane - Limiteurs de débit sur distribution
soupapes de sécurité, - Incendie
liquéfié au niveau gaz et liquide
etc.)
de la purge - Soupapes de sécurité
- Soupapes de sécurité tarées à 16 bars et équipées
d’un chapeau éjectable
- Manomètres de contrôle de la pression interne,
Si inflammation : ainsi que sur les circuits de départ et de purge
- Potentiel - Explosion du - Soupapes d’expansion thermique sur les circuits
calorifique à Montée en pression nuage d’emplissage, de départ et de purge
- Incendie à proximité du
proximité du Echauffement de la de la cuve et - BLEVE si débit - Utilisation de matériel antidéflagrant
Fonctionnement stockage de propane -
stockage cuve éjection de gaz par de la soupape - Citernes localisées en extérieur (bonne ventilation)
- Température caniculaire
- Conditions les soupapes insuffisant pour - Isolement des citernes de stockage de toute zone
météorologiques évacuer la boisée et des stockages de produits
surpression combustibles (> 10 m de la
cuve de GNR)
- Moyens de lutte contre l’incendie pour
refroidissement de la cuve

SEG*LCBTP
Dossier de demande d’autorisation d’exploiter une centrale d’enrobage à chaud Indice 1
SEG – la Halte – étude de dangers P. 49 sur 54

Évènement
Élément Élément causant une Situation Accident
Phase causant un Mesures de prévention Mesures de protection
dangereux situation dangereuse dangereuse potentiel
accident potentiel
- Non-respect des
- Projections de
consignes opérationnelles
propane liquéfié - Maintenance du matériel
ou de sécurité
- Nappe de - Respect des consignes opérationnelles et de
Remplissage de - Erreur humaine - Choc ou contrainte Rupture/dévisseme
Flexible de propane liquéfié sécurité - Moyens d’extinction incendie
la citerne de (mauvais positionnement mécanique sur le nt du flexible de
dépotage Si inflammation: - Formation périodique des
stockage du flexible, erreur de flexible de dépotage dépotage
- Fuite enflammée chauffeurs-livreurs
branchement, etc.)
- Explosion - Utilisation de matériel antidéflagrant
- Mauvaise conception ou
- Incendie
usure du flexible

Suite à l'APR, les risques engendrés par le stockage et l’utilisation du propane sont considérés comme maîtrisés à l’échelle du site et il n’est pas nécessaire de procéder à une
évaluation détaillée des risques relatifs à cette installation avec calcul des distances d’effets.

SEG*LCBTP
Dossier de demande d’autorisation d’exploiter une centrale d’enrobage à chaud Indice 1
SEG – la Halte – étude de dangers P. 50 sur 54

5.5.4.4 Pollution des eaux et du sol

Même si un captage AEP est présent en aval hydraulique du site, l’exposition humaine resterait limitée pour
plusieurs raisons :
- les quantités de polluants mises en jeu restent faibles (le bitume, seul produit stocké en quantité importante, ne
pourrait s’infiltrer jusqu’au captage AEP pour de simples raisons physiques : temps de transfert important et
solidification de la matière)
- stockages sur rétention
- dispositions mises en œuvre sur le site pour intervention en cas d’accident

5.5.5 Evaluations de la gravité des conséquences des accidents

L'étude des flux thermiques a mené à la conclusion suivante :


- limitation des dégâts au périmètre de l'installation ;
- pas de dégâts chez les riverains les plus proches ou sur les voies de circulation les plus proches ;
- pas d'effets dominos sur le stockage de propane.

En dehors du cas d’un incendie majeur, on peut néanmoins estimer qualitativement la gravité des conséquences
globales des accidents :
- à partir des conditions d’exposition (qui dépendent notamment de la cinétique de développement de l’accident),
- à partir des conséquences des différents cas recensés par le BARPI.

Ainsi, on a constaté que les pollutions de l’eau et du sol ou de l’air n’ont pas de conséquences irréversibles sur
l’être humain et que les cas d’explosion ont généralement des conséquences limitées à quelques dizaines de mètres et
que les dispositions prises sur le site de la Halte sont telles que l’évènement est extrêmement peu probable.
Enfin, il reste l’éventualité d’un accident de la circulation à prendre en compte. Il peut avoir des conséquences
graves si les vitesses des véhicules impliquées sont importantes. Une forte gravité pour un tel accident ne pourrait donc
se produire qu’à l’entrée ou à la sortie du site. Rappelons que la visibilité au niveau des accès est excellente et qu’à
l’intérieur du site, la vitesse sera limitée à 30 km/h.

Tous les phénomènes accidentels principaux recensés par la présente étude peuvent être caractérisés par la
grille de présentation des accidents potentiels en terme de couple probabilité / gravité des conséquences sur les
personnes :

Probabilité d’occurrence
Gravité des conséquences
sur les personnes
exposées au risque
E D C B A

Désastreux
Catastrophique
Important
X
Sérieux
(explosion)
X
Modéré
(autres)

SEG*LCBTP
Dossier de demande d’autorisation d’exploiter une centrale d’enrobage à chaud Indice 1
SEG – la Halte – étude de dangers P. 51 sur 54

6 Conclusion

Les dangers potentiels les plus importants présentés par une centrale d’enrobage à chaud telle que celle du
présent projet sont connus et bien évalués : ils concernent principalement le risque incendie sur le brûleur et le stockage
de GNR et le risque explosion sur les stockages de bitume et de propane.
L’incendie ne peut être qualifié de risque majeur vis-à-vis des populations environnantes car l’impact sur celles-ci
est négligeable voire nul, notamment du fait de la distance séparant les installations des populations.
Seuls des gaz de combustion lors d’un incendie pourraient se disperser dans l’atmosphère. Ces émanations
présenteraient, compte tenu des vents dominants, de la dispersion et de la distance des premières habitations, un risque
de gêne faible pour ces populations. Le risque d’intoxication par inhalation est à écarter, ces populations peu denses
pouvant être notamment évacuées rapidement le temps de l'incident.

Par rapport au risque d’explosion, en ce qui concerne les cuves de bitume, des évents de décompression
installés sur chaque réservoir limitent tout risque d’accumulation de vapeurs sous pression à l’intérieur des cuves. De plus,
des capteurs de pression d’ambiance dans les cuves reliés à un arrêt automatique de la chauffe en cas de
dysfonctionnement permettent de réduire complètement les risques à ce niveau.
En ce qui concerne le stockage de propane, la batterie de mesures de prévention est particulièrement
développée.

Chaque cuve est équipée :


- d’une jauge de niveau maximum permettant d'empêcher le sur-remplissage
- d'une jauge magnétique à lecture de niveau en continu
- d'une jauge rotative
- de manomètres de contrôle de la pression interne
- d'un clapet limiteur de débit sur chaque sortie
- d'un groupe de soupapes de sécurité tarées à 16 bar avec chapeau éjectable
- de vannes manuelles + clapets anti-retour sur ligne d'emplissage, ligne de distribution liquide, ligne de
distribution gaz, ligne de retour liquide
- d'un groupe motopompe surpresseur ATEX pour distribution liquide
- d'une électrovanne ATEX à sécurité positive asservie à un arrêt d'urgence positionné sur l'armoire électrique
de commande, positionnée hors zone ATEX

Des panneaux de sécurité sont présents tout autour du grillage empêchant tout accès de la zone à du personnel
non habilité :
- consigne en cas d’accident
- interdiction d'apporter du feu
- interdiction de fumer
- interdiction d'utiliser des téléphones cellulaires
- interdiction d’apporter du matériel électrique non antidéflagrant
- interdiction d'utiliser des désherbants de type chlorate
- ATEX

- grillage entourant un ensemble 15,10 m x 10 m


- distance minimale respectée comptée à partir de l'orifice de remplissage et des soupapes :
• 7,5 m des limites du site
• 6 m de toute route au moins départementale
• 5 m de toute ouverture de local administratif ou technique de l'installation
• 10 m de la cuvette de rétention du GNR
• 5 m du véhicule ravitailleur
- stockage de gaz accessible au SDIS (desservi par une voie-engin)
- tout autour de la clôture, l'inclinaison du sol est telle que des produits liquides combustibles répandus
accidentellement ne puissent approcher à moins de 2 mètres de l’aire de stockage

SEG*LCBTP
Dossier de demande d’autorisation d’exploiter une centrale d’enrobage à chaud Indice 1
SEG – la Halte – étude de dangers P. 52 sur 54

- affichage des consigne de sécurité :


• procédure d’arrêt d’urgence et de mise en sécurité de l’installation
• interdiction d'intervention à moins de 5 m de la clôture sans permis de feu + consigne
particulière de sécurité
• moyens d'extinction à utiliser en cas d'incendie
• précautions à prendre avec l’emploi et le stockage de produits par rapport aux réservoirs de
propane
• procédure d’alerte avec les numéros de téléphone du responsable d’intervention de
l’établissement, des services d’incendie et de secours, etc.
- mise en place de consignes d'exploitation écrites :
• Une consigne définit les modalités mises en œuvre, tant au niveau des équipements que de
l’organisation, pour respecter à tout instant (prévenir tout sur remplissage) la quantité totale de propane susceptible
d’être présente dans l’installation, déclarée par l’exploitant
• Une autre consigne définit les modalités d’enregistrements des données permettant de
démontrer a posteriori que cette quantité a été respectée à tout instant
• Une consigne particulière est établie pour la mise en œuvre ponctuelle du torchage d’un
réservoir
• consigne sur la fréquence de vérification des dispositifs de sécurité liés au propane ;
• consigne sur la fréquence de contrôles de l’étanchéité et de l’attachement des réservoirs ;

Chaque réservoir (et la tuyauterie associée) est mis à la terre par un conducteur de protection électrique de
résistance inférieure à 100 ohms.

Seules les personnes habilitées et désignées seront autorisées à pénétrer dans l’enceinte du stockage de
propane clôturé.
Les clés de l’accès par le portail de la clôture seront détenues par le chef de poste, responsable de la sécurité et
de l’exploitation du stockage de propane. Un boîtier à clé restera disponible sous verre dormant sur le grillage.

Les chauffeurs livreurs de propane sont formés périodiquement à la sécurité dans leur métier.

L'emplacement des cuves de propane, tout comme celui de la centrale, a été choisi de manière à rester
éloignées à la fois des habitants de la Halte 1, la Halte 2 et des Petits Pins.

La cuve de stockage est protégée de tout accident de la circulation par l'intermédiaire d'une barrière physique de
type merlon et du fait que la vitesse de circulation est limitée sur le site à 30 km/h.

Rappelons aussi que la cuve de stockage de GNR est placée à une distance suffisamment importante pour ne
pas créer d'effets dominos sur le stockage de propane en cas de feu de nappe de rétention (voir chapitre 5.1.1.3).

Etant donné :
- le nombre important de mesures de prévention présentes sur le stockage de propane récapitulées dans l'APR
- que les conséquences significatives d’une explosion sur un stockage de propane de dimension limitée comme
celui de la Halte se limitent généralement à quelques dizaines de mètres.
- que les riverains et les usagers de la VC 8 et de la RD 357 sont situés au minimum à 120 m
- que les personnes fréquentant GAMM VERT et la CAM sont situés au minimum à 100 m
On peut assumer que les conséquences pour le voisinage de l'entreprise resteront limitées éventuellement à des
bris de vitres (hors BLEVE). La fréquence d'occurrence d'un accident tel qu'un BLEVE est suffisamment réduite pour que
la situation ne soit pas considérée comme critique. Les mesures pour réduire la gravité de ce type d'accident en général
sont peu nombreuses car la gravité dépend avant tout du volume stocké. Par contre, l’exploitant continuera de s’assurer
du même niveau de mise en œuvre des mesures de réduction des risques de manière à toujours conserver, voire réduire,
le niveau de probabilité d'apparition d'un tel accident.

SEG*LCBTP
Dossier de demande d’autorisation d’exploiter une centrale d’enrobage à chaud Indice 1
SEG – la Halte – étude de dangers P. 53 sur 54

D'un point de vue général, des équipements spécifiques seront mis en place pour réduire au minimum la
probabilité de survenue d’un incident. Des équipements d’intervention seront mis à disposition en cas de départ d’incendie
malgré toutes les dispositions prises pour l’éviter.

D’une manière générale, le poste d’enrobage de la société SEG présente des conditions de sécurité et de
protection satisfaisantes. De plus, la sensibilisation et la formation du personnel à son outil de travail favorisent cette
prévention.

Enfin, il faut souligner que ce poste est régulièrement entretenu.

Dans ces conditions, le risque le plus significatif est celui d’un accident corporel sur l’emprise du site (présence
de véhicules en mouvement, etc.). Le site étant interdit au public, ce risque concerne avant tout les clients et reste limité
géographiquement à l’emprise ou à son accès routier.

Voir cartographie des zones de risques (ci-après)

SEG*LCBTP
lieu-dit "la Halte"
Commune de JOUE-EN-CHARNIE (72)

Cartographie des zones de risques

Zone de seuil des

VC
CB

8
A

Hg
d'hydrocarbures
H

bassin d'orage A
bassin stockage pollution (7 m x 34 m)
(11,5 m x 59 m)
incendie souple H

RD 357

H A

Limites du site
Tous les risques hors

figure ont des

improbable"
peu probable du fait des
nombreuses mesures de

stockage.

0 15 30 45 60 75 m

Vous aimerez peut-être aussi