Vous êtes sur la page 1sur 2

Polyarthrite oedémateuse bénigne du sujet âgé.

Synonyme : RS3PE. Abréviation signifiant " Remiting Seronegative Symetrical Synovitis with Pitting
Oedema " : polyarthrite séronégative régressive avec oedème prenant le godet (Pitting signifie
godet et Oedema : oedème). Cette pathologie a été différenciée en 1985 de la polyarthrite rhumatoïde.
Elle touche plus spécifiquement l'homme dont l'âge dépasse 70 ans. Pour certains il s'agirait d'un syndrome
paranéoplasique.
Réaction anormale de l'organisme (manifestation morbide) qui survient lors de l'évolution d'un cancer et
tout particulièrement du cancer bronchique à petites cellules. Sa pathogénie (mécanisme et origine) est
inconnue. Elle ne correspond pas à une métastase ni à une compression (action d'une tumeur sur les
organes ou les tissus de voisinage). Elle disparaît en même temps que la néoplasie causale (le cancer
constituant le foyer de départ) et réapparaisse en cas de récidives.

Symptômes
À début brutal, touchant les deux côtés et symétriquement mais préférentiellement les mains, le RS3PE est
une polyarthrite s'accompagnant d'une ténosynovite (inflammation du liquide synovial des gaines
essentiellement des muscles et des tendons fléchisseurs). Généralement à cette pathologie s'associe un
syndrome du canal carpien. Il s'agit d'une compression d'un nerf du bras : le nerf médian, au niveau du
canal carpien constitué par les os du carpe (poignet), est quelquefois lésé au point d'entraîner une paralysie
des doigts. Le canal carpien touche essentiellement la femme pendant la grossesse et à la ménopause,
mais également les individus des deux sexes de tous âges (moins fréquemment). Il se caractérise par : un
engourdissement des doigts essentiellement la nuit ou le matin au réveil.
Oedème très important, mou, prenant le godet (le fait d'appuyer avec un doigt laisse persister un creux
dans la peau durant un certain temps). Cet oedème présente la caractéristique de se localiser en forme de
gant ou de chaussette.
Chez certains patients on a pu également décrire une atteinte des grosses articulations (cou, épaule, le
genou, hanche, cheville).
On a observé également d'autres signes : une légère fièvre (fébricule), une altération de l'état général ainsi
qu'une perte de poids.

Le labo

Vitesse sédimentation aux alentours de 50 à 60 mm lors de la première heure


Le liquide ponctionné à l'intérieur des articulations contient moins de 3200 éléments par millimètre cube
L'antigène H. L. A. B 7 est présent dans 60 % des cas
la C. réactive protéine est importante
le facteur rhumatoïde est absent.

Diagnostic différentiel (il ne faut pas confondre cette pathologie avec...) La pseudopolyarthrite rhizomélique.
Cette affection touche le plus souvent les gens après 50 ans et se caractérise par un enraidissement des
articulations s'accompagnant de douleurs au niveau de la ceinture scapulaire (épaules) et pelvienne
(hanches) ainsi que du rachis surtout cervical (nuque).

Évolution
Favorable en moins de 2 ans (entre 8 à 12 mois en moyenne).
Une fois le traitement terminé, la maladie reste en rémission.
Chez certains patients cette pathologie révèle un cancer primitif relativement avancé.
Dans ce cas le traitement par corticoïde à dose faible est nulle ou transitoire.

Traitement
Corticoïde (cortisone) à petites doses permettant de traiter les oedèmes.