Vous êtes sur la page 1sur 31

Semestre 6 économie

croissance et emploi

Le Modèle de Solow

2019-2020

1
Plan de l’exposé
I. Introduction
II. Les hypothèses du modèle
III. La résolution du modèle
a. L’offre des biens et services et la fonction de production
b. La demande des biens et services et la fonction de consommation
c. L’évolution du capital : investissement et consommation du capital
d. L’état stationnaire
e. L’impact de l’épargne sur la croissance économique
IV. Les points forts du modèle
V. Critiques et limites du modèle
VI. Conclusion

2
Biographie

Robert Solow est né le 23 août 1924 à New York, dans un quartier modeste

de Brooklyn. Elève doué, il décroche une bourse qui lui permet de poursuivre

ses études à l'Université d'Harvard en 1940. Il est alors profondément marqué

par la Grande Dépression, et souhaite se rendre utile à la société. Il entame un

cursus de sociologie, d'anthropologie, et d'économie, qu'il interrompt pour

s'engager dans l'armée américaine en 1942.

Il se passionne en particulier pour la théorie de la croissance, et propose en

1956 un nouveau modèle de croissance qui va révolutionner la

macroéconomie.

3
Introduction

Le modèle de Solow a été développé dans les années 60. il fut récompensé

par le « prix Nobel » d’économie en 1987 et reçu également la National Medal of

Science aux Etats Unis en 1999. Il a été un pas nécessaire dans la

compréhension du mécanisme de croissance.

En raison des rendements décroissants des facteurs de production, Une

économie peut connaître une croissance stable et soutenue mais qu'elle tend, au

bout du compte, vers un état stationnaire.

4
Introduction

L'état stationnaire correspond à une situation d'équilibre économique

avec une croissance de la production nulle. En fait, les économies

n'atteignent jamais ce stade, en raison du progrès technique qui accroît la

productivité des facteurs.

Autrement dit, pour Solow, sur le long terme, la croissance provient du

progrès technique. Toutefois, ce progrès technique est exogène au modèle,

c'est-à-dire qu'il ne l'explique pas mais le considère comme donné.

5
Hypothèses du Modèle

6
Hypothèses du Modèle

7
La résolution du Modèle

8
L’offre des biens et services et la fonction de production

La résolution du modèle 9
L’offre des biens et services et la fonction de production
Représentation graphique de la fonction de production :

y Production y = f(k)
Production par travailleur efficace

Pmk4
Pmk3
Rendement marginal décroissant :
Pmk2
Chaque unité de capital supplémentaire
Pmk1 décroit la pmk
Pmk1> Pmk2> Pmk3> Pmk4

1 1 1 1

Capital par travailleur efficace k

La résolution du modèle 10
La demande des biens et services et la fonction de consommation

La résolution du modèle 11
La demande des biens et services et la fonction de consommation

y Le revenu est consommé


Production y = f(k) ou épargné :

i  s  y y  ci
Production par 
travailleur efficace  y  f  k 
Consommation par
travailleur efficace Or, l’épargne est égale à
l’investissement :
Production par travailleur

c
y Investissement i= s × f(k)

On a donc:
i  s  f k  Investissement par
i travailleur efficace

Capital par travailleur k

La résolution du modèle 12
L’évolution du capital : investissement et consommation du capital

plus que le volume du capital est important ; plus sont élevées les niveaux de
production f(k) et de l’investissement i.

Deux éléments provoquent la variation du stock de capital :

• L’investissement : le stock de capital augmente lorsque l’entreprise achète


de nouveaux équipements ;

• L’amortissement : le stock de capital diminue.

La résolution du modèle 13
L’évolution du capital : investissement et consommation du capital

La résolution du modèle 14
L’évolution du capital : investissement et consommation du capital

La résolution du modèle 15
L’évolution du capital : investissement et consommation du capital

La résolution du modèle 16
état stationnaire

L’état stationnaire correspond au stock de capital k* pour lequel le volume de

l’investissement est égal au volume de Consommation de capital. Une économie doté de

ce stock de capital conserve inchangé celui-ci dans le temps. Ce niveau de capital est dit

Stationnaire. Une économie qui atteint cet état ne peut bouger par la suite. Mais une

économie qui ne l’a pas atteint tend vers lui. En d’autre terme, quel que soit son stock de

capital de départ, toute économie atteint un jour son stock de capital stationnaire. C’est en

ce sens que l’état stationnaire représente l’équilibre de long terme de l’économie.

La résolution du modèle 17
état stationnaire

Si une économie démarre avec un stock de capital inferieur au niveau stationnaire ; le


volume de l’investissement est alors supérieur à celui de l’amortissement. Au cours du
temps, le stock de capital augmente parallèlement à la production f(k), jusqu’à s’approcher
de l’état stationnaire k*.
De même, si l’économie démarre avec un stock de capital supérieur au
volume stationnaire, l’investissement est inférieur à l’amortissement et le capital se
déprécie plus rapidement qu’il n’est renouvelé. Le stock de capital diminue et se
rapproche de l’état stationnaire k*.
Une fois atteint ce dernier, l’investissement c’est égale à l’amortissement et il n’y a plus
aucune pression pour faire augmenter ou diminuer le capital.

La résolution du modèle 18
état stationnaire

La résolution du modèle 19
état stationnaire

La résolution du modèle 20
état stationnaire

La résolution du modèle 21
état stationnaire
1
Investissements
 s  1
Consommations de capital
k*    (δ+n+g)×k
  n  g 
(δ+n+g)× k2

i2
(δ+n+g)×k*=i* Investissement

i1 i = s×f(k)

(δ+n+g)× k1

k1 k* k2 Capital par travailleur (k)

Le stock de capital augmente car Niveau stationnaire du Le stock de capital baisse car
l’investissement est supérieur à la capital par travailleur l’investissement est inférieur à la
consommation du capital consommation de capital

La résolution du modèle 22
L’impact de l’épargne sur la croissance

La résolution du modèle 23
L’impact de l’épargne sur la croissance

Le modèle de Solow montre que le taux d’épargne est le déterminant clé du stock

de capital de l’état stationnaire. Si le taux d’épargne est élevé, l’économie se dote

d’un stock de capital important qui lui permet de produire un volume élevé. Si le

taux d’épargne est faible, la modicité du stock de capital ne permet à l’économie

que de produire un volume de production moins important.

C’est pour cette raison que beaucoup d’économiste dénoncent les déficits publics

persistants qu’ont Comme conséquence de réduire l’épargne national.

La résolution du modèle 24
L’impact de l’épargne sur la croissance

y
y*1 y  f (k )
y*0

(  n  g )k
i2  s2 y
i1  s1 y

k*0 k*1 k

La résolution du modèle 25
L’impact de de la croissance démographique sur la croissance

y
y*0 y  f (k )

y*1

(  n2  g )k

(  n1  g )k

i  sy

k*1 k*0 k

La résolution du modèle 26
Les points forts du modèle :

• Le modèle de Solow est un outil plus puissant pour comprendre le processus de croissance

permettant d’assurer une flexibilité plus raisonnable des proportions des facteurs dans le

processus de production.

• Il met en valeur le rôle important de l’accumulation des facteurs et de l’épargne.

• Il assure un réalisme accrus sur le long terme.

• Le modèle nous aide à braquer le projecteur sur ses influences plus fondamentales qui

s’exercent sur l’état stationnaire et le taux de croissance.

• Il montre comment l’acquisition de nouvelles techniques, peut donner un coup de fouet

puissant à la croissance (le rôle de l’évolution technique dans le processus de croissance).

27
Les critiques

Tout d’abord, les hypothèses de Solow sont critiquées pour être beaucoup trop

simplistes et irréalistes, puisque la croissance économique ne peut pas être expliquée que

par le capital, la main d’œuvre et le progrès technologique. Le modèle ne prend pas en

considération les ressources naturelles.

La convergence : d’après son modèle, Solow avait prévu que les pays pauvres

rattraperaient les pays les plus avancés, en lien avec les rendements décroissants. Dans la

réalité, nous avons pu observer que ce n’est le cas que de quelques pays.

28
Les critiques

Le progrès technique exogène a été énormément critiqué. En effet, on a reproché à

Solow de ne pas expliquer les sources du progrès technique, que c’est trop facile d’en

faire une donnée exogène alors qu’il peut être endogène (effets d’apprentissage de

Romer, l’accumulation du capital humain par Becker, gains de productivité de Barro).

De même, la thèse des rendements décroissants a aussi été critiquée, notamment

par l’économiste Paul M. Romer, qui montre qu’avec certains investissements en

recherche et développement, il peut y avoir des rendements croissants.

29
Conclusion

Les théories de la croissance endogène se situent dans la filiation de l’analyse

néoclassique telle qu’elle s’exprime dans les travaux de Solow. Avec ces derniers,

elles partagent un même optimisme sur l’avenir de la croissance. La différence réside

dans le fait que, dans un cas, cet optimisme est fondé sur une sorte de «manne

tombée du ciel» (le progrès technique) alors que, dans l’autre, il l’est sur des

mécanismes internes aux différents modèles.

30
La bibliographie

 Gregory N. Mankiw, 2011 , « Macroéconomie » 5ème édition, », édition de Boeck, pages : 253-330 ;

 Michael Rockinger, 2000, « Macroéconomie », édition marketing S.A, Pages: 159-171;

 Dwight H. Perkins, Steven Radelet et David L. Lindauer, 2008, « Economie du développement »

3ème édition, Pages: 149-168;

 Philippe Darreaux, 2003, « Croissance et politique économique », édition de Boeck université, Pages

31-46;

 Marc Montoussé, « Analyse économique et historique des sociétés contemporaines », 2ème édition,

Pages : 140- 163.

31