Vous êtes sur la page 1sur 65

Université Abdelmalek Essaaidi

Faculté Des Sciences


Tétouan
Département de Mathématiques

Exercices et contrôles continus


avec corrigés
Analyse 1
SMPC S1

Réalisé par :
Pr. Soumaya AFILAL
Pr. Abdelaziz MOUJAHID
Pr. Brahim JARMOUNI
Table des matières

Suites numériques réelles 3

Fonctions réelles d’une variable réelle 9

Fonctions dérivables 16

Développements limités 29

Contrôles avec corrigés 40

2
Suites numériques réelles

Exercice 1 :
Déterminer la nature et la limite éventuelle des suites réelles suivantes définies par :
n + (−1)n (−1)n n2 + 2
a) un = n ∈ N b) v n = n∈N
3n + (−1)n n2 + 2
2n +1 + 3n +1 √
c) un = n n
n∈N d) un = n2 + 4n + 1 − n n ∈ N
2 +3
Solution :
1 1 1
a) lim u2n = , lim u2n+1 = donc lim un =
n→+∞ 3 n→+∞ 3 n→+∞ 3
b) lim u2n = 1 , lim u2n+1 = −1 donc la suite (un )n diverge .
n→+∞ n→+∞  n
2n +1 + 3n +1 2
n + 1 n + 1 2 +3
2 +3 3n 3
c) un = = = ⇒ lim un = 3
2n + 3n 2n + 3n 2 n
 
n→+∞
+1
3n 3
r !
4 1
d) un = n 1 + + 2 − 1 , en multipliant par la partie conjuguée on obtient :
n n
1
4+
un = r n d’où lim un = 2
4 1 n→+∞
1+ + 2 +1
n n
Exercice 2 :
1 1 1
Soit un = 2 + 2 + ....... + 2
n +1 n +2 n +n
1) Montrer qu’on peut trouver deux suites (wn )n et (vn )n ayant la même limite et
telle qu’on ait : ∀n ∈ N vn ≤ un ≤ wn
2) Calculer alors la limite de (un )n .
Solution :
1 1 1
1) ∀k ∈ N , 1 ≤ k ≤ n, on a 2 ≤ 2 ≤ 2 , d’où en sommant les n inégalités,
n +n n +k n +1
n n n n
on obtient : 2 ≤ un ≤ 2 avec vn = 2 et wn = 2
n +n n +1
 n +n n +1
v n ≤ un ≤ wn 
2) =⇒ lim un = 0
lim vn = lim wn = 0  n→+∞
n→+∞ n→+∞

Exercice 3 : 
 u0 = 4
Soit (un )n la suite numérique définie par : 2u2n
−3
 u n +1 = ∀n ∈ N
un + 2
1) Montrer que ∀n ∈ N, un > 3
2) Étudier la monotonie de la suite (un )n
3
3) Montrer que ∀n ∈ N un+1 − 3 ≥ (un − 3)
2

3
 n
3
4) Déduire que ∀n ∈ N un ≥ +3
2
5) Calculer lim un
n→+∞
Solution :
1) Montrons par récurrence que ∀n ∈ N un > 3
On a u0 = 4 > 3
(un − 3) (2un + 3)
Supposons que un > 3 et montrons que un+1 > 3 on a un+1 − 3 =
un + 2
or un > 3 > 0 =⇒ un+1 − 3 > 0 donc ∀n ∈ N un > 3
( u n − 3) ( u n + 1)
2) un+1 − un = > 0 ∀n ∈ N (car un > 3 > 0) donc (un )n est croissante
( u n + 2)
2un + 3 2un + 3 3 un
3) on a un+1 − 3 = (un − 3) or − = > 0 ∀n ∈ N
un + 2 un + 2 2 2 ( u n + 2)
3
d’où ∀n ∈ N un+1 − 3 ≥ (un − 3)
2  2  n
3 3 3
4) on a ∀n ∈ N un − 3 ≥ (un−1 − 3) ≥ (un−2 − 3) ≥ .......... ≥ ( u0 − 3)
 n 2 2 2
3
d’où ∀n ∈ N un ≥ +3
2  
3 n
 n
3 3
5) on a > 1 =⇒ lim = +∞ et puisque un ≥ + 3 on aura :
2 n→+∞ 2 2
 n
3
lim un ≥ lim + 3 =⇒ lim un = +∞
n→+∞ n→+∞ 2 n→+∞

Exercice 4 :
Soit (un )n la suite numérique définie par :

1


 u0 = , u1 = 1
2  
1 1 1 1
 ∀n ∈ N
 = +
u n +2 2 u n +1 un

1) Calculer u2 et u3
2un
2) Montrer par récurrence que ∀n ∈ N un+1 =
4un − 1
1
3) Montrer que ∀n ∈ N ≤ un ≤ 1
2
1 4
4) Soit n ∈ N , on pose vn = −
un 3
a) Montrer que (vn )n est une suite géométrique
b) calculer vn puis un en fonction de n
5) Calculer lim un
n→+∞
Solution :
2 4
1) u2 = , u3 =
3 5
2un
2) Montrons par récurrence que ∀n ∈ N un+1 =
4un − 1
2u0
Pour n = 0 = 1 = u1
4u0 − 1
2un 2un+1
Supposons que un+1 = et montrons que un+2 =
4un − 1 n+1 − 2
4u
4un+1 − 2

2un u n +1 1 1 1
on a un+1 = =⇒ un = =⇒ = +
4un − 1 4un+1 − 2 u n +2 2 u n +1 u n +1
2un+1 2un
=⇒ un+2 = =⇒ ∀n ∈ N un+1 =
4un+1 − 1 4un − 1
1
3) Montrons par récurrence que ∀n ∈ N ≤ un ≤ 1
2

4
1
pour n = 0 on a ≤ u0 ≤ 1
2
1 1
Supposons que ≤ un ≤ 1 et montrons que ≤ un+1 ≤ 1
2 2
1 − 2un 1
u n +1 − 1 = , puisque ≤ un ≤ 1 on a 1 − 2un ≤ 0 et 4un − 1 > 0 d’où
4un − 1 2
un+1 − 1 ≤ 0 =⇒ un+1 ≤ 1
1 2un 1 1 1 1
u n +1 − = − = =⇒ un+1 − ≥ 0 d’où ∀n ∈ N ≤ un ≤ 1
2 4un − 1 2 2 (4un − 1) 2 2
1 4
4) Soit vn = −
un 3
a) Montrons que (vn )n est une suite géométrique
1 4 1 4 4un − 1 4 4un − 3 2 1
v n +1 = − = − = − = = −
u n +1 3 2u n 3 2un 3 6un 3 2un
  4u n − 1
1 1 4 1
=− − = − vn
2 un 3 2
1
d’où (vn )n est une suite géométrique de raison q = −
2
1 n
 
n 2 3 3
b) vn = v0 q = − , or un = d’où un =
1 n
 
3 2 3vn + 4
4+2 −
2
3
5) lim un =
n→−∞ 4

Exercice 5 :
Soit (un )n et (vn )n deux suites de nombres réels définies par :

 u0 = 5 , v0 = 1
un + vn 5
 ∀ n ∈ N u n +1 = et vn =
2 un

1) Montrer par récurrence que ∀n ∈ N un > 0 et vn > 0


2) Montrer que ∀n ∈ N vn < un ( utiliser que ∀n ∈ N un vn = 5)
3) Montrer que la suite (un )n est décroissante et que (vn )n est croissante
4) En déduire la convergence des deux suites (un )n et (vn )n
5) Soit l = lim un et l 0 = lim vn
n→+∞ n→+∞
a) Montrer que l = l 0
b) Calculer la valeur de l
c) Que peut-on conclure
Solution :
1) Montrons par récurrence que ∀n ∈ N, un > 0 et vn > 0
n = 0 u0 = 5 > 0, v0 = 1 > 0
supposons que un > 0 et vn > 0 et montrons que un+1 > 0 et vn+1 > 0
un + vn 5
On a un > 0 et vn > 0 ⇒ un+1 = > 0 et puisque un+1 > 0 on a vn+1 = >0
2 u n +1
2) Montrons par récurrence que vn < un
pour n = 0 on a v0 < u0
supposons que vn < un et montrons que vn+1 < un+1
un + vn 5 un + vn 10
u n +1 − v n +1 = − = −
2 u n +1 2 un + vn
u2n + v2n + 2un vn − 20 u2n + v2n − 2un vn ( u n − v n )2
u n +1 − v n +1 = = = >0
2 (un + vn ) 2 (un + vn ) 2 (un + vn )
donc ∀n ∈ N vn < un

5
vn − un
3) un+1 − un = < 0 donc (un )n est décroissante
2
5 5
on a ∀n ∈ N un+1 < un ⇒ > ⇒ vn+1 > vn donc (vn )n est croissante
u n +1 un
4) on a ∀n ∈ N 1 = v0 < v1 < v2 < ........ < vn < un < un−1 ..... < u1 < u0 = 5
On a (vn )n est croissante majorée par 5 donc converge vers l 0
(un )n est décroissante minorée par 1 donc converge vers l
un + vn lim un + lim vn
n→+∞ n→+∞
5) On a ∀n ∈ N un+1 = ⇒ lim un+1 =
2 n→+∞ 2
l + l0
a) l = ⇒ 2l = l + l 0 ⇒ l = l 0
2
5 √ √
b) lim vn = ⇒ l 2 = 5 ⇒ l = ∓ 5( or ∀n ∈ N un > 0) ⇒ l = 5
n→∞ lim un
n→∞
c) (un )n et (vn )n sont deux suites adjacentes

Exercice 6 :
Soit f : ]0, +∞[ → ]0, +∞[ la fonction définie par :

2
f (x) = 1 + .
x
On considère la suite récurrente (un )n définie par : u0 = 1 et un+1 = f (un )
1) Montrer que f est décroissante sur [1, 3] et que ∀n ∈ N un ∈ [1, 3]
2) Soient (vn )n et (wn )n les suites extraites de (un )n définies par :
vn = u2n et wn = u2n+1
Notons que vn+1 = g (vn ) et wn+1 = g (wn ) avec g = f ◦ f
i) Vérifier que g est croissante sur [1, 3] et que g ([1, 3]) ⊂ [1, 3]
ii) Montrer que (vn )n est croissante et que (wn )n est décroissante
iii) En déduire que (vn )n et (wn )n sont convergentes ;
posons l = lim vn et l 0 = lim wn
n→+∞ n→+∞
3) résoudre l’équation g( x ) = x. En déduire les valeurs de l et l’
4) Quelle est la nature de la suite (un )n
Solution :
1 1 2 2
1) Soit x, y ∈ [1, 3] , x ≤ y ⇒ ≥ ⇒ 1 + ≥ 1 + ⇒ f ( x ) ≥ f (y)
x y x y
donc f est décroissante sur [1, 3]
Montrons par récurrence que ∀n ∈ N un ∈ [1, 3]
u0 = 1 ∈ [1, 3] , supposons que un ∈ [1, 3] et montrons que un+1 ∈ [1, 3]
5
On a 1 ≤ un ≤ 3 ⇒ f (3) ≤ un+1 ≤ f (1) ⇒ 1 < ≤ un+1 ≤ 3 ⇒ un+1 ∈ [1, 3]
3
donc ∀n ∈ N un ∈ [1, 3]
2) vn = u2n et wn = u2n+1 , vn+1 = g(vn ) et wn+1 = g(wn ), g = f ◦ f
i) on a f est décroissante ⇒ g = f ◦ f est croissante sur [1, 3]
5 11
si 1 ≤ x ≤ 3 ⇒ g (1) ≤ g( x ) ≤ g(3) ⇒ 1 < ≤ g( x ) ≤ <3
3 5
donc g ([1, 3]) ⊂ [1, 3]
5
ii) Par récurrence on a u1 = 3, u2 = > u0 ⇒ v1 ≥ v0
3
supposons que vn ≤ vn+1 et montrons que vn+1 ≤ vn+2
g est %
on a vn ≤ vn+1 ⇒ g (vn ) = vn+1 ≤ g (vn+1 ) = vn+2 donc (vn )n est croissante
on a wn = u2n+1 = f (u2n ) = f (vn )
f est &
on a ∀n ∈ N vn ≤ vn+1 ⇒ f (vn ) = wn ≥ f (vn+1 ) = wn+1 donc (wn )n est décroissante

6
iii) (vn )n est croissante majorée par 3 donc converge vers l
(wn )n est décroissante minorée par 1 donc converge vers l 0
2
3) g( x ) = x ⇔ 1 + = x ⇔ x2 − x − 2 = 0 ⇔ x = 2 ou x = −1
2
1+
x
g est continue sur [1, 3] donc l et l 0 vérifient l = g (l ) et l 0 = g(l 0 ) avec l, l 0 ∈ [1, 3]
or g( x ) = x admet une solution unique x = 2 ∈ [1, 3] ⇒ l = l 0 = 2
4) puisque (u2n )n et (u2n+1 )n convergent vers la même limite l = 2
on en déduit que (un )n converge vers 2

Exercice 7 :  
1 9
Soit (un ) n la suite définie par : u0 > 1 et un+1 = un +
2 un
1) Montrer que u2n ≥ 9 pour tout n > 1
2) En déduire que (un )n est décroissante,qu’elle converge et calculer sa limite
Solution :
1) u2n − 9 = (un − 3) (un + 3)
u2 + 9 − 6un−1 − 3)2
 
1 9 (u
un − 3 = u n −1 + − 3 = n −1 = n −1 >0
2 u n −1 2un−1 2un−1
or ∀n ≥ 1on aun > 0  ⇒ u2n − 9 ≥ 0 ⇒ u2n ≥ 9
u n +1 1 9 9
2) = 1 + 2 ≤ 1 car 2 ≤ 1 d’où un+1 ≤ un
un 2 un un
On a (un )n est
 décroissante minorée par 2 donc converge vers l qui vérifie :
1 9
l= l+ ⇔ l = 3 ou l = −3 or un ≥ 0 ⇒ l ≥ 0 d’où l = 3
2 l

Exercice 8 :

Soit (un )n la suite définie par : u0 = 1 et un+1 = un + un + 1 ∀n ∈ N
1) Démontrer par l’absurde que (un )n n’est pas convergente
2) En déduire que (un )n n’est pas majorée
Solution :

1) un+1 − un = un+1 > 0 ⇒ (un )n est croissante
Par absurde : on suppose que (un )n converge vers une limite l alors l vérifie :

l = l + l + 1 ⇒ l + 1 = 0 ⇒ l = −1
or (un )n est croissante càd un > u0 = 1 ⇒ l ≥ 1 d’où (un )n n’est pas convergente
2) On suppose que (un )n est majorée puisque (un )n est croissante on aura(un )n est convergente ce
qui est absurde .

Exercice 9 :

On considére la fonction f : IR → IR définie par

x
f (x) =
1 + x + x2

et on définit la suite (un )n en posant u0 ∈ R et un+1 = f (un ) ∀n ∈ I N


1) si u0 = 0 ou bien u0 = −1, Montrer que un = u0 ∀n ∈ N
2) On suppose que u0 6= 0 et u0 6= −1
a) Montrer que |un | ≤ 1, ∀n ∈ N∗

7
b) Montrer que la suite (un )n converge
3) Déduire la limite de la suite (un )n selon les deux cas :
(u0 > 0 et (u0 < 0 avec u0 6= −1))
Solution :
u0
1) Par récurrence si u0 = 0 alors u1 = = 0, supposons que un = 0 et montrons que
1 + u0 + u20
u n +1 = 0
un
or un+1 = = 0, d’où un = 0 ∀n ∈ N
1 + un + u2n
De même on montre que si u0 = −1 on aura ∀n ∈ N un = u0
2) Supposons que u0 6= 0 et u0 6= −1
a) Montrer que |un | ≤ 1 revient à montrer que 1 − un ≥ 0 et 1 + un ≥ 0 ∀n ∈ N
1 + un−1 + u2n−1 − un−1 1 + u2n−1
1 − un = = > 0 ∀ n ∈ N∗
1 + un−1 + u2n−1 1 + un−1 + u2n−1
1 + 2un−1 + u2n−1 (1 + u n −1 )2
1 + un = = ≥ 0 ∀n ∈ N
1 + un−1 + u2n−1 1 + un−1 + u2n−1
donc −1 ≤ un ≤ 1 ∀n ∈ N
u2n (1 + un )
b) un+1 − un = − ≤ 0 donc (un )n est décroissante et elle est minorée par −1 donc
1 + un−1 + u2n−1
converge
l
3) Soit l = lim un alors l vérifie l’équation = l ⇔ l = 0 ou l = −1
n→∞ 1 + l + l2
·cas u0 > 0 on a ∀n ∈ N un > 0 ⇒ lim un ≥ 0 ⇒ l = 0
n→∞
·cas u0 < 0 on a −1 < un < 0 ∀n ≥ 1 ⇒ lim un ≥ −1
n→∞
or (un )n est décroissante ⇒ un ≤ u0 < 0 donc −1 ≤ l ≤ u0 < 0 d’où l = −1

8
Fonctions réelles d’une variable réelle

Exercice 1 :
Calculer lorsqu’elles existent les limites suivantes :
√ √
1 + x2 − 1+x x
a) lim b) lim √ √
x →+∞ x2 x →0 1 + x2 − 1+x
7 1
log(1 + e2x ) −−
c) lim d) lim x e 2
2 x
x →+∞ x x → 0+
Solution : r r
√ √ 1 1 1
+1− +
1 + x2 − 1 + x x 2 x 2 x
a) lim = lim =0
x →+∞ x2 x →+
√ ∞
√ x
x 1 + x2 + 1 + x
b) lim √ √ = lim = −2
x →0 1 + x2 − 1 + x x →0 x−1
log(1 + e2x ) log(e2x (e−2x + 1)) log(1 + e−2x )
c) lim = lim = lim 2 + =2
x →+∞ x x →+∞ x x →+∞ x
−7 1

d) Pour lim x 2 e x2
x → 0+
1
1 −
Posons : X= 2 ⇔x=X ,2 aussi : X → +∞ quand x → 0, alors :
x
7 1 1 7 7
−− − −

2
lim x 2 e x = lim ( X 2 ) 2 e X
= lim X 4 e−X = 0
x → 0+ X →+∞ X →+∞

Exercice 2 :
Montrer que la fonction définie par : f ( x ) = x sin( x ), n’admet pas de limite en +∞.
Solution :
On a : f ( x ) = x sin( x )
π
Soient la suite ( xn ) tel que xn = + 2nπ, et la suite (yn ) tel que yn = 2nπ.
2
On a lim xn = lim yn = 0 ,
n→+∞ n→+∞
mais lim f ( xn ) = +∞ et lim f (yn ) = 0 ,
n→+∞ n→+∞
Donc f n’admet pas de limite en +∞.

9
Exercice 3 :  √
x2
x+ si x 6= 0

Soit f la fonction définie par : f ( x ) = x
0 si x=0

Déterminer l’ensemble des points ou f est continue.
Solution :  √
x2
x+ si x 6= 0

On a : f ( x ) = x
0 si x = 0

f est continue sur R , reste à étudier la continuité de f en 0.

Comme lim f ( x ) = −1 et lim f ( x ) = 1 ,


x → 0− x → 0+
Donc f n’est pas continue en 0.

Exercice 4 :
 √x − 1

si x>4
Soit f la fonction définie par : f ( x ) = x
 ( x + a )2si x ≤ 4
Déterminer les valeurs du réel a pour que f soit continue sur son domaine de définition.
Solution :
 √x − 1

si x>4
On a : f ( x ) = x
 ( x + a )2 si x ≤ 4
f continue sur ] − ∞, 4[ et sur ]4, +∞[ comme somme et produit des fonctions continues.
Reste à étudier la continuité de f en 4.
7
On a : lim f ( x ) = et lim f ( x ) = (4 + a)2 , alors :
x →4 + 4 x → 4−

7
f continue au pt 4 ⇔ (4 + a)2 =
√4 √
7 7
⇔ a = −4 − ou a = −4 +
2 2
√ √
7 7
Finalement f continue sur R ssi a ∈ {−4 − , −4 + }.
2 2

Exercice 5 :
 les nombres réels a et b pour que la fonction f définie sur R par :
déterminer
2
 ( x − 1) si x < −2


f (x) = a si x = −2 soit continue sur R.

 (2x + b)2 si x > −2

Solution : 
2
 ( x − 1) si x < −2


On a : f ( x ) = a si x = −2

 (2x + b)2

si x > −2
f est continue sur ] − ∞, −2[ et sur ] − 2, +∞[, reste à montrer que f est continue en −2.

f continue en -2 ⇔ lim f ( x ) = a et lim f ( x ) = a


x →−2− x →−2+
⇔ a = 9 et (b = 7 ou b = 1)

Exercice 6 :
Est ce que les fonctions ci-dessous sont prolongeable par continuité à R :
1 1 (2 + x ) n − 2n
a) f ( x ) = cos b) g( x ) = , n∈N
x x x

10
Solution :
1 1
a) On a : f ( x ) = cos
x x
1
Posons xn = , la suite ( xn )n converge vers 0, mais f ( xn ) admet +∞ comme limite.
2nπ
Alors la fonction f ne peut avoir de limite finie en 0.
Donc on peut pas prolonger par continuité la fonction f au point 0.
(2 + x ) n − 2n
b) Comme lim = n2n−1 , n ∈ N
x →0 x
Alors lafonction g se prolonge par continuité à R en ge qui est définie par :
n n
 (2 + x ) − 2
si x 6= 0
ge( x ) = x
 n2n−1 si x = 0

Exercice 7 :
x + 1 + | x + 5|
Soit la fonction f définie par : f (x) =
|3 − x | + 2x
1) Déterminer l’ensemble de définition de la fonction f .
2) Étudier la continuité de f .
3) Peut-on prolonger f par continuité.
Solution :
x + 1 + | x + 5|
1) On a : f (x) =
|3 − x | + 2x
|3 − x | + 2x = 0 ⇒ |3 − x | = −2x et x ≤ 0
⇒ (3 − x = −2x ou 3 − x = 2x ) et x ≤ 0
⇒ x = −3

Alors : D f = R − {−3}
2) La fonction : x → | x | est continue sur R.
Alors : f est continue sur D f comme composées, somme et quotient de fonctions continues.
3) En se basant sur le signe de x + 5 et de 3 − x, on peut écrire f sous la forme :
 4
 − si x ≤ −5
 3+x


f (x) = 2 si x ∈] − 5, −3[∪] − 3, 3[
2x + 6


si x ≥ 3


3x − 3
Et comme lim f ( x ) = 2, alors f se prolonge par continuité en fe avec :
x →−3
 4
 − si x ≤ −5
 3+x


fe( x ) = 2 si x ∈] − 5, 3[
 2x + 6


si x≥3

3x − 3
Exercice 8 :
Soit f la fonction définie par : f ( x ) = log(1 + x ) + x − 1 , ∀ x ∈] − 1, +∞[
1) Montrer qu’il existe c ∈ [0, 1] tel que f (c) = 0
2) Montrer que f est strictement croissante sur R+ , en déduire que c est unique
Solution :
On a : f ( x ) = log(1 + x ) + x − 1
1) f est continue sur [0, 1] et f (0) = −1 < 0 , f (1) = log(2) > 0.
D’après T.V.I ∃c ∈]0, 1[ tel que f (c) = 0.

11
0 x+2
2) f ( x ) = > 0 ∀ x ∈ [0, 1], alors f est strictement croissante sur [0, 1].
x+1
Donc ∃!c ∈]0, 1[ tel que f (c) = 0.

Exercice 9 :
Soit f une fonction continue strictement décroissante de [0, 1] dans [0, 1].
Pour n ∈ N∗ et x ∈ [0, 1], on pose hn = f ( x ) − x n .
1) Montrer que hn est strictement décroissante sur [0, 1], et qu’il existe un unique xn ∈ [0, 1] tel que
f ( xn ) = xnn .
2) Montrer que pour tout n ∈ N∗ , hn+1 ( xn ) > 0.
3) En déduire que la suite ( xn )n est croissante.
4) Montrer que la suite ( xn )n est convergente et que lim xn = 1. Quelle est la limite de ( xn )n .
n→+∞
Solution :
f est strictement décroissante, pour tout : n ∈ N, x ∈ [0, 1], hn = f ( x ) − x n .
1) La fonction x 7→ − x n est strictement décroissante sur [0, 1]
Alors hn est strictement décroissante sur [0, 1] comme somme de deux fonctions strictement décroissantes
sur [0, 1].
D’autre part, la fonction hn est continue sur [0, 1] et hn (0) = f (0) ≥ 0
et hn (1) = f (1) − 1 ≤ 0.
D’après T.V.I ∃ xn ∈ [0, 1], tel que hn ( xn ) = 0 c-à-d f ( xn ) = ( xn )n .
Puisque hn est strictement décroissante sur [0, 1],
alors ∃!xn ∈ [0, 1] tel que hn ( xn ) = 0 c-à-d f ( xn ) = ( xn )n .
2) f est strictement décroissante sur [0, 1], alors : f (1) < f (0), de plus : f (0) > 0 et f (1) < 1,
on en déduit : xn 6= 0 car hn (0) = f (0) > 0, et xn 6= 1 car hn (1) = f (1) − 1 < 0.
Donc : 0 < xn < 1. Et on a :

hn+1 ( xn ) = f ( xn ) − xnn+1 = xnn − xnn+1 = xnn (1 − xn ) > 0

D’où, pour tout n ∈ N∗ , hn+1 ( xn ) > 0.


3) Comme hn+1 ( xn+1 ) = 0 < hn+1 ( xn ), et hn+1 est strictement décroissante, alors xn+1 > xn .
Donc ( xn )n est croissante.
4) ( xn )n est croissante majorée, alors ( xn )n est convergente, on note l sa limite.
On a 0 < xn < 1 ∀n ∈ N∗ , alors l ∈ [0, 1].
On remarque que lim ( xn )n = lim f ( xn ) = f (l ) (car f est continue sur [0, 1]).
n→+∞ n→+∞
Supposons que l 6= 1 c-à-d l ∈ [0, 1[,
on a lim xnn = 0 ⇒ f (l ) = 0 ce qui est impossible, car puisque f est strictement décroissante
n→+∞
f (l ) > f (1) ≥ 0, donc nécessairement l = 1.
Finalement : lim ( xn )n = lim f ( xn ) = f (1).
n→+∞ n→+∞

Exercice 10 :
Soit f : [−1, +∞[→ R la fonction définie par :
1
f (x) = √
x2 + 2x + 2
1) Montrer que f réalise une bijection de [−1, +∞[ sur un intervalle J que l’on précisera.
2) Déterminer f −1 ( x ) pour tout x ∈ J.
Solution :

12
1
On a : f (x) = √ , x ≥ −1.
x2
+ 2x + 2
1) f est continue sur [−1, +∞[ comme composée et quotient des fonctions continues.

0 −( x + 1)
f (x) = √ ≤ 0 ∀ x ∈ [−1, +∞[
( x2 + 2x + 2) x2 + 2x + 2
alors f est strictement décroissante sur [−1, +∞[.
Donc f est bijective de [−1, +∞[ sur son image :

J = f ([−1, +∞[) = ] lim f ( x ), f (−1)] = ]0, 1]


x →+∞

2) Soit x ∈]0, 1], y ∈ [−1, +∞[ ,

f −1 ( x ) = y ⇒ f (y) = x
1
⇒ p =x
2
y + 2y + 2

1 − x2
⇒ y = −1 +
x √
1 − x2
⇒ f −1 ( x ) = − 1 +
x
Exercice 11 :
1) Calculer :
89π 1 1 1
a) arccos(cos( )) b) arctan( ) + arctan( ) + arctan( )
5 2 5 8
2) Résoudre les équations suivantes :
√ π
a) arcsin(2x ) − arcsin( 3x ) = arcsin( x ) b) arctan(2x ) + arctan( x ) =
4
Solution :
1) a) On a :
89π π π π
) = cos(− + 18π ) = cos(− ) = cos( )
cos(
5 5 5 5
π 89π π
Or ∈ [0, π ], alors : arccos(cos( )) =
5 5 5
1 1 1
b) On pose : a = arctan( ) , b = arctan( ) , c = arctan( )
2 5 8
tan( x ) + tan(y)
Appliquons la formule : tan( x + y) = , deux fois, on obtient :
1 − tan( x ) × tan(y)

tan( a) + tan(b + c)
tan( a + b + c) =
1 − tan( a) × tan(b + c)
tan(b) + tan(c)
tan( a) +
1 − tan(b) × tan(c)
=
tan(b) + tan(c)
1 − tan( a) ×
1 − tan(b) × tan(c)
1 1
1 +
+ 5 8
2 1 1
1− ×
= 5 8
1 1
1 +
1− × 5 8
2 1 1
1− ×
5 8
= 1

13
π
Alors : arctan(tan( a + b + c)) = arctan(1) =
4
π π
Vérifions que : a + b + c ∈ ] − , [
2 2
1 1 1 1
On a : , , ∈ ]0, √ [
2 5 8 3
π
et puisque la fonction arctan est strictement croissante sur R, alors a, b, c ∈ ]0, [ ,
6
π
d’où a + b + c ∈]0, [, et par conséquent : arctan(tan( a + b + c)) = a + b + c
2
π
On en déduit que : a + b + c = .
4
Rappels
π π
tan : ] − , [→ R
2 2
π π
arctan : R →] − , [
2 2 π π
arctan(tan( x )) = x; ∀ x ∈] − , [
2 2
tan(arctan( x )) = x; ∀ x ∈ R

2) a) Détérminons DE l’ensemble de définition de l’équation :


x ∈ DE ⇔ x, 2x, 3x ∈ [−1, 1]
1 1 1 1
⇔ x ∈ [−1, 1] et x ∈ [− , ] et x ∈ [− √ , √ ]
2 2 3 3
\ 1 1 \ 1 1
⇔ x ∈ [−1, 1] [− , ] [− √ , √ ]
2 2 3 3
1 1
⇔ x ∈ [− , ]
2 2
1 1
Donc : DE = [− , ]
2 2
Soit x ∈ DE :
√ √
arcsin(2x ) − arcsin( 3x ) = arcsin( x ) ⇔ arcsin(2x ) = arcsin( x ) + arcsin( 3x )
 √ 
⇔ sin (arcsin(2x )) = sin arcsin( x ) + arcsin( 3x )
 √ 
⇔ sin (arcsin(2x )) = sin (arcsin( x )) × cos arcsin( 3x )
 √ 
+ cos (arcsin( x )) × sin arcsin( 3x )
p √ p
⇔ 2x = x 1 − 3x2 + 3x 1 − x2
p √ p
⇔ x = 0 ou 1 − 3x2 + 3 1 − x2 = 2
p √ p p √ p
1 − 3x2 + 3 1 − x2 = 2 ⇔ 1 − 3x2 + 3(1 − x2 ) + 2 1 − 3x2 3 1 − x2 = 4
p √ p
⇔ −6x2 + 2 1 − 3x2 3 1 − x2 = 0
p √ p
⇔ 1 − 3x2 3 1 − x2 = 3x2
⇔ (1 − 3x2 )(1 − x2 ) = 3x4
⇔ 1 − x2 − 3x2 + 3x4 = 3x4
⇔ 1 − 4x2 = 0
1 1
⇔ x= ou x = −
2 2
1 1
Finalement : S = {0, , − }
2 2
Rappels

14
π π
sin : [− , ] → [−1, 1]
2 2
π π
arcsin : [−1, 1] → [− , ]
2 2 π π
arcsin(sin( x )) = x; ∀ x ∈ [− , ]
2 2
sin(arcsin( x )) = x; ∀ x ∈ [−1, 1]

b) Soit x ∈ DE = R :

 tan arctan(2x ) + arctan( x )) = tan( π


  
π 4
arctan(2x ) + arctan( x ) = ⇔
4  arctan(2x ) + arctan( x ) ∈] − π , π [
2 2
 3x
 =1
⇔ 1 − 2x2
 arctan(2x ) + arctan( x ) ∈] − π , π [
 2 2
 2x2 + 3x − 1 = 0
⇔ π π
 arctan(2x ) + arctan( x ) ∈] − , [
2 2
 √ √
 x = −3 + 17 ou x = −3 − 17

⇔ 4 4
 arctan(2x ) + arctan( x ) ∈] − π , π [

2 2
A ce stade l’équation √
étudiée possède au plus
√ deux solutions :
−3 + 17 −3 − 17
x1 = et x2 =
4 4
On remarque que x2 < ne convient pas, car :
π
arctan(2x2 ) + arctan( x2 ) < 0 et >0
4
Donc x2 n’est pas solution de l’équation . Au contraire x1 convient ,
π π
d’après les équivalences précédentes , arctan(2x1 ) + arctan( x1 ) ∈] −, [;
2 2
On a 0 < x1 < 1 et 0 < 2x1 < 1 , de plus arctan est strictement croissante sur R ,
π π π
alors : 0 < arctan(2x1 ) + arctan( x1 ) < + =
4 4 2
π π π
donc : arctan(2x1 ) + arctan( x1 ) ∈ ]0, [ ⊂ ] − , [
2 2 2
Par suite x1 est l’unique solution
√ de l’équation .
−3 + 17
Finalement : S={ }
2

Rappels
π π
tan : ] − , [→ R
2 2
π π
arctan : R →] − , [
2 2 π π
arctan(tan( x )) = x; ∀ x ∈] − , [
2 2
tan(arctan( x )) = x; ∀ x ∈ R

15
Fonctions dérivables

Exercice 1 :
Étudier la dérivabilité des fonctions suivantes et calculer la dérivée lorsqu’elle existe :
2
1) f ( x ) = log(log( x )) , si x > 1 2) g( x ) = log(e x + 1) , x∈R

1



ex si x < 0


3) h( x ) =

 0 si x = 0

x log( x ) − x si x > 0

Solution :

Rappel
Soit u une fonction dérivable et strictement positive sur un intervalle I. La fonction composée
f = log ou définie par : ∀ x ∈ I f ( x ) = log(u( x ))
u0 ( x )
est dérivable sur I et on a : ∀ x ∈ I f 0 ( x ) =
u( x )

1) On a f ( x ) = log(log( x )) , ∀ x ∈]1, +∞[.


Posons u( x ) = log( x ), ∀ x ∈]1, +∞[.
Alors f ( x ) = log(u( x )), ∀ x ∈]1, +∞[ avec u( x ) = log( x ) > 0, ∀ x ∈]1, +∞[.
Puisque u est une fonction dérivable et strictement positive sur un intervalle I =]1, +∞[ donc f est
définie , continue et dérivable sur ]1, +∞[ , de plus :

0
1
u (x) 1
= x =
0
∀ x ∈]1, +∞[: f (x) =
u( x ) log( x ) x log( x )
2
2) On a g( x ) = log(e x + 1) , ∀ x ∈ R.
2
Posons u( x ) = + 1, ∀ x ∈ R.
ex
2
Alors f ( x ) = log(u( x )), ∀ x ∈ R avec u( x ) = e x + 1 > 0, ∀ x ∈ R.
Puisque u est une fonction dérivable et strictement positive sur un intervalle I = R, donc f est
définie , continue et dérivable sur R , de plus :
0 2
0 u (x) 2xe x 0 0
∀x ∈ R : f (x) = = x2 (eu(x) ) = (u( x )) eu(x)
u( x ) e +1
1



ex si x < 0


3) On a h( x ) =

 0 si x = 0

x log( x ) − x si x > 0

donc h est définie sur R.

16
1
Sur ] − ∞, 0[ : la fonction x 7−→ e x est continue et dérivable sur R∗ ( composition de fonctions) et
par suite h est continue et dérivable sur ] − ∞, 0[.
Sur ]0, +∞[ : la fonction x 7−→ x log( x ) − x est continue et dérivable sur ]0, +∞[ (produit et somme
de fonctions ) et par suite h est continue et dérivable sur ]0, +∞[.
D’où h est continue et dérivable sur R∗ .
Reste à étudier la dérivabilité en 0, on va d’abord étudier la continuité en 0 :

1
lim h( x ) = lim e x = 0 = h(0) lim e x = 0
x → 0− x → 0− x →−∞

1
car → −∞ lorsque x → 0−
x

lim h( x ) = lim ( x log( x ) − x ) = 0 = h(0) lim x log( x ) = 0


x → 0+ x → 0+ x → 0+

Comme lim h( x ) = lim h( x ) = h(0) , donc la fonction h est continue en 0.


x → 0− x → 0+

Une fonction f est continue en x0 ssi f est continue à gauche et à droite en x0


Étudions la dérivabilité en 0 :

1
h ( x ) − h (0) ex
lim = lim− = lim Xe X = 0 exponentielle qui l’emporte
x →0 − x−0 x →0 x X →−∞

1
car X = → −∞ lorsque x → 0−
x
h ( x ) − h (0) x log( x ) − x
lim = lim+ = lim+ log( x ) − 1 = −∞ lim log( x ) = −∞
x → 0+ x−0 x →0 x x →0 x → 0+

Par conséquent h n’est pas dérivable en 0 et on a :


1


 1
 − e x si
0
u( x ) ) = u0 ( x ) eu( x )
x < 0 ( e

0
h (x) = x2
 0 0 0
 log( x ) si x>0 (u( x )v( x )) = u ( x )v( x ) + u( x )v ( x )

Exercice 2 :

( les réels a, b et c pour que la fonction f : R → R définie par :


Déterminer
ex si x < 0
f (x) = 2
soit de classe C2
ax + bx + c si x ≥ 0
Solution : (
ex si x < 0
On a : f (x) = 2
ax + bx + c si x ≥ 0
Si x 6= 0 la fonction est de classe C ∞ .
f est de classe C n sur I si f est n fois dérivable sur I et f (n) est continue sur I
Étudions la fonction en 0.
Il faut d’abord que la fonction soit continue en 0 :
Une fonction f est continue en x0 ssi f est continue à gauche et à droite en x0
On a : lim f ( x ) = lim e x = 1 et lim f ( x ) = lim ax2 + bx + c = c
x → 0− x → 0− x → 0+ x → 0+
Donc f est continue en 0 ssi lim f ( x ) = lim f ( x ) ssi c = 1.
x → 0+ x → 0−

17
Dans ce cas regardons
( si la fonction est de classe C1 .
0 ex si x < 0
On a : f ( x ) =
2ax + b si x ≥ 0
0 0
et lim f ( x ) = lim e x = 1 et lim f ( x ) = lim 2ax + b = b
x → 0− x → 0− x → 0+ x → 0+
0 0 0
Donc f est continue en 0 ssi lim f ( x ) = lim f ( x ) ssi b = 1.
x → 0+ x → 0−
Alors f est de classe C1 en x =(0 ssi b = 1 et c = 1
00 e x si x < 0
D’autre part on a : f (x) =
2a si x ≥ 0
00 00 00 1
Alors f est continue en 0 ssi lim f ( x ) = lim f ( x ) ssi 2a = 1 ssi a = .
x → 0+ x → 0− 2
1
Finalement f est de classe C2 sur R ssi ( a = et b = c = 1 ).
2

Exercice 3 :
Soit a et b deux réels, on considère la fonction f : R → R , définie par :

sin( ax )
si x < 0



 x
f (x) = 1 si x = 0


 ebx − x si x > 0

1) Déterminer a et b pour que f soit continue sur R.


2) Déterminer a et b pour que f soit dérivable sur R.
Solution : 
sin( ax )
si x < 0



 x
On a : f (x) = 1 si x = 0


 ebx − x

si x > 0
sin( ax )
1) Sur ] − ∞, 0[ : la fonction x 7−→ est continue sur R∗ ( quotient de fonctions) et par suite
x
f est continue sur ] − ∞, 0[.
Sur ]0, +∞[ : la fonction x 7−→ ebx − x est continue sur R (composition et somme de fonctions ) et
par suite f est continue sur ]0, +∞[.
Donc la fonction f est continue sur R∗ , étudions la continuité de f en 0 :
sin( ax ) sin( ax ) sin( X )
Si a 6= 0, alors : lim f ( x ) = lim
= lim− a =a lim =1
x → 0− x x → 0−
x →0 ax X →0 X
sin( ax )
Si a = 0, alors : lim f ( x ) = lim =0=a
x → 0− x → 0− x
Dans les deux cas : lim f ( x ) = a.
x → 0−
Comme lim f ( x ) = lim ebx − x = 1 = f (0)
x → 0+ x → 0+
Donc f est continue en 0 ssi lim f ( x ) = f (0) ssi a = 1.
x → 0−
Par conséquent f est continue sur R si a = 1 et b ∈ R.
sin( ax )
2) Sur ] − ∞, 0[ : la fonction x 7−→ est dérivable sur R∗ ( quotient de fonctions) et par suite
x
f est dérivable sur ] − ∞, 0[.
Sur ]0, +∞[ : la fonction x 7−→ ebx − x est dérivable sur ]0, +∞[ (composition et somme de fonctions
) et par suite f est dérivable sur ]0, +∞[.
Donc la fonction f est dérivable sur R∗ , étudions la dérivabilité de f en 0 :
f doit-être continue en 0, donc a = 1.
f ( x ) − f (0) f ( x ) − f (0)
Déterminons d’abord lim et lim :
x → 0+ x x → 0− x

18
Rappel(Règle de l’Hôpital)
Soient I un intervalle ouvert de R, a ∈ I et f , g : I → R deux fonctions
0
continues sur I et dérivables sur I \ { x0 }. Si g ne s’annule pas sur I \ { x0 } alors :
0
f (x) f ( x ) − f ( x0 )
lim 0 = l ∈ R ⇒ lim =l
x → x0 g ( x ) x → x0 g ( x ) − g ( x 0 )

On a :
sin( x )
f ( x ) − f (0) −1
lim = lim x
x →0 + x x → 0+ x
sin( x ) − x
= lim
x → 0+ x2
cos( x ) − 1
appliquons la règle de = lim
x → 0+ 2x
sin( x )
l’Hôpital deux fois = − lim+
x →0 2
f ( x ) − f (0)
lim = 0
x → 0+ x

0
Donc f est dérivable à droite en 0 et f d (0) = 0.
On a :

f ( x ) − f (0) ebx − x − 1
lim = lim
x → 0− x x → 0− x
bx
appliquons la règle de l’Hôpital = lim be − 1
x → 0−
f ( x ) − f (0)
lim = b−1
x → 0− x

0
Donc f est dérivable à gauche en 0 et f g (0) = b − 1.
Rappel
0 0
f est dérivable en x0 ssi f est dérivable à droite et à gauche en x0 et f d ( x0 ) = f g ( x0 )

0 0
Alors f est dérivable en 0 ssi f d (0) = f g (0) ssi b − 1 = 0 ssi b = 1 .
Finalement le seul couple ( a, b) qui rend f dérivable sur R est a = 1 et b = 1.
Exercice 4 :
En utilisant la formule de Leibniz, calculer la dériver d’ordre n (n ∈ N) de la fonction définie sur R
par : f n ( x ) = x 2 (1 + x ) n
Solution :

19
Formule de Leibniz
Soient h, g : I → R deux fonctions n fois dérivables sur un intervalle non vide I de R. Alors
gh est n fois dérivable sur I et
n
( gh)(n) = ∑ Cnk g(k) h(n−k) )
k =0
0 00 0
= Cn0 gh(n) + Cn1 g h(n−1) + Cn2 g h(n−2) + · · · + Cnn−1 g(n−1) ( x )h + Cnn g(n) h
n!
où Cnk =
k!(n − k )!

On a : ∀ x ∈ R.
f n ( x ) = x 2 (1 + x ) n ,
On pose : f n = ghn , avec g( x ) = x2 et hn ( x ) = (1 + x )n ∀ x ∈ R, ∀n ∈ N.
0 00
Donc g ( x ) = 2x , g ( x ) = 2 , g(k) ( x ) = 0 ∀k ≥ 3
0 00
et hn ( x ) = (1 + x )n , hn ( x ) = n(1 + x )n−1 , hn ( x ) = n(n − 1)(1 + x )n−2 , . . .
donc on peut déduire facilement que :

n!

(k)

 hn ( x ) = n(n − 1) ... (n − k + 1) (1 + x )n−k = (1 + x ) n − k , ∀ k < n
( n − k)!



(n)
 hn ( x ) = n(n − 1) × ... × 1 = n! si k = n

 h(k) ( x ) = 0 , ∀ k > n


n

Comme g et hn deux fonctions de classe C ∞ alors f n est aussi de classe C ∞ et d’après la Formule de
Leibniz on a :
n
∑ Cnk g(k) (x)hn
(n) (n−k)
f n (x) = (x)
k =0
(n) 0 ( n −1) 00 ( n −2)
= Cn0 g( x )hn ( x ) + Cn1 g ( x )hn ( x ) + Cn2 g ( x )hn (x)
n! n(n − 1) n!
= 1.x2 n! + n.2x. (1 + x ) + .2. (1 + x )2
1 2 2
n!
= n!x + 2n.n!x (1 + x ) + n(n − 1). (1 + x )2
2
2
n 2 3 n!
= ( + n + 1).n!x2 + n.(n + 1)!x + +n(n − 1).
2 2 2
Exercice 5 :
Soit g : [0, 1] → R de classe C1 , telle que g(1) = 0.
Soit f n : [0, 1] → R telle que f n ( x ) = x n g( x ) , pour tout n > 0.
1) Montrer que pour tout n > 0, il existe αn ∈]0, 1[ telle que :
0
sup | f n ( x )| = | f n (αn )| et f n (αn ) = 0 .
x ∈]0,1[
0
2) Calculer f n (αn ) en fonction de αn et g (αn ).
En déduire : lim sup | f n ( x )|
n→+∞
x ∈]0,1[
Solution :
Rappels

1. si f est une fonction continue sur un intervalle fermé borné [ a, b] alors f est bornée et
atteint ses bornes sur [ a, b].
2. Soit f une fonction dérivable sur un intervalle ouvert I.
0
Si f admet un extremum local en un point x0 de I alors f ( x0 ) = 0.

20
1) Les fonctions f n ( n > 0 ) sont continues sur [0, 1](produit de fonctions).
Donc les fonctions | f n | ( n > 0 sont continues sur l’intervalle fermé borné [0, 1] alors elles sont
bornées et atteignent ses bornes.
Par conséquent il existe αn de [0, 1] tels que : sup | f n ( x )| = | f n (αn )|.
x ∈[0,1]

• Si αn ∈ {0, 1} alors, f n est nulle sur [0, 1], car f n (0) = 0n g(0) = 0 et f n (1) = 1n g(1) = 0.
Dans ce cas particulier n’importe valeur strictement comprise entre 0 et 1 vérifie :
0
sup | f n ( x )| = sup | f n ( x )| = | f n (αn )| = 0 et f n (αn ) = 0.
x ∈[0,1] x ∈]0,1[

• Si αn ∈]0, 1[ alors sup | f n ( x )| = sup | f n ( x )| = | f n (αn )|,


x ∈[0,1] x ∈]0,1[
donc f n (αn ) est un extremum local de f n sur ]0, 1[ (car pour tout x de ]0, 1[ on a :
| f n ( x )| ≤ | f n (αn )| ⇒ f n ( x ) ≥ f n (αn ) ou f n ( x ) ≤ f n (αn )) et puisque les fonctions f n ( n > 0 )
0
sont dérivables sur ]0, 1[(produit de fonctions), d’où f n (αn ) = 0.

Finalement on a montré que pour tout n > 0, il existe αn ∈]0, 1[ telle que :
0
sup | f n ( x )| = | f n (αn )| et f n (αn ) = 0
x ∈]0,1[

. 2) • Pour tout x ∈ [0, 1] et n > 0 on a : f n ( x ) = x n g( x ).


0 0 0 0 0 0
Donc f n ( x ) = nx n−1 g( x ) + x n g ( x ) = x n−1 (ng( x ) + xg ( x )) (uv) = u v + uv .
0 0
Puisque f n (αn ) = 0 alors αnn−1 (ng(αn ) + αn g (αn )) = 0
0
et comme αn ∈]0, 1[, on obtient ng(αn ) + αn g (αn ) = 0
0
g (αn )
c-à-d g(αn ) = −αn .
n
D’autre part f n (αn ) = αnn g(αn ),
0 0
n αn g (αn ) αnn+1 g (αn )
par conséquent f n (αn ) = αn (− )=− .
n n
0 0
αnn+1 g (αn ) |αn |n+1 | g (αn )|
• On a | f n (αn )| = | |= ,
n n
n +1 0 0
par suite | f n (αn )| ≤ |1| |ng (αn )| = | g (nαn )| .
0 0
Comme g est continue sur [0, 1], alors g est bornée sur [0, 1],
0
d’où il existe M ≥ 0 tel que : | g ( x )| ≤ M, ∀ x ∈ [0, 1] .
M
Donc | f n (αn )| ≤ , ∀n > 0.
n
M
Puisque lim = 0.
n→+∞ n
On déduit que : lim sup | f n ( x )| = 0
n→+∞
x ∈]0,1[
Exercice 6 :
Soit la fonction f : R → R, définie par :
3− x 2
(
2 si x≤1
f (x) = 1
x si x>1
0
Montrer qu’il existe c ∈]0, 1[ telle que : f (2) − f (0) = 2 f ( c ).
Puis déterminer les valeurs possibles de c.

21
Solution :

(Théorème des Accroissements Finis) (T. A. F.)


Soient a, b ∈ R (avec a < b) et f : [ a, b] → R une fonction. Supposons que f est continue sur
[ a, b] et dérivable sur ] a, b[. Alors, il existe au moins un point c ∈] a, b[
0
tel que : f (b) − f ( a) = (b − a) f (c).

• On a :
2

 3 − x si x ≤ 1

f (x) = 2
1
si x > 1


x
Pour appliquer le théorème des accroissements finis, il faut d’abord montrer que f est dérivable
sur R. Si x 6= 1, f est dérivable. Étudions la fonction en x = 1.
3 − x2 1
On a : lim f ( x ) = lim = 1 et lim+ f ( x ) = lim+ = 1.
x →1 − x →1 − 2 x →1 x →1 x
Donc lim f ( x ) = lim f ( x ) = f (1) = 1 et par suite f est continue en x = 1.
x → 1− x → 1+
2 3− x
f ( x ) − f (1) −1 3 − x2 − 2 1 − x2
De plus on a lim = lim 2 = lim = lim =0
x → 1− x x → 1− x x → 1− 2x x → 1− 2x
1
f ( x ) − f (1) −1 1−x
et lim = lim x = lim+ 2 = 0,
x →1 + x x →1 + x x →1 x
f ( x ) − f (1) f ( x ) − f (1)
d’où lim = lim− = 0.
x → 1+ x x →1 x
Ce qui montre que la fonction f est dérivable en x = 1.
Alors f est continue et dérivable sur R, en particulier f est continue sur [0, 2], et dérivable sur
]0, 2[ , donc d’après T.A.F, il existe c ∈]0, 2[ tel que :
0
f (2) − f (0) = 2 f ( c )
1 3
• On a f (2) = 2 et f (0) = 2 alors
0 1 3 0 0 1
f (2) − f (0) = 2 f ( c ) ⇔ − = 2 f (c) ⇔ f (c) = − .
2 2 2
0
Si 0 < c ≤ 1 alors f (c) = − 21 ⇔ −c = − 12 ⇔ c = 12 .
0 √ √
Si 1 < c < 2 alors f (c) = − 12 ⇔ − c12 = − 21 ⇔ c2 = 2 ⇔ c = ± 2 ⇔ c = 2.

Par conséquent les valeurs possibles de c sont c = 12 et c = 2.

Exercice 7 :
1) Soit n ∈ N∗ . En utilisant le théorème des accroissement finis, montrer que :
1 1
< log(n + 1) − log(n) <
n+1 n
1 1 1
2) Pour n ∈ N∗ , on pose : un = + + ... +
n+1 n+2 2n
Montrer que la suite (un )n est convergente et déterminer sa limite.
Solution :

Théorème des Accroissements Finis (T. A. F.)


Soient a, b ∈ R (avec a < b) et f : [ a, b] → R une fonction. Supposons que f est continue sur
[ a, b] et dérivable sur ] a, b[. Alors, il existe au moins un point c ∈] a, b[
0
tel que : f (b) − f ( a) = (b − a) f (c).

22
1) La fonction log est de classe C ∞ sur ]0, +∞[
Donc pour tout n ∈ N∗ , log est de classe C ∞ sur [n, n + 1],
et d’après T.A.F , il existe c ∈]n, n + 1[ tel que :
0 1
log(n + 1) − log(n) = (n + 1 − n) log (c) c-à-d log(n + 1) − log(n) =
c
1 1 1
Puisque pour tout n ∈ N on a n < c < n + 1, donc
∗ < < .
n+1 c n
1 1
Finalement pour tout n ∈ N :∗ < log(n + 1) − log(n) <
n+1 n
1 1
2) D’après la première question on a pour tout k ∈ N :∗ < log(k + 1) − log(k) < .
k+1 k
On va appliquer cette inégalité démontrée pour tous les k compris entre n et 2n − 1, on obtient

1 1


 < log(n + 1) − log(n) <


 n+1 n




1 1


< log(n + 2) − log(n + 1) <






 n+2 n+1





 1 1

 < log(n + 3) − log(n + 2) <
n+3 n+2




.



 Dans le terme central les
.
 logarithmes se simplifient.
.




1 1


< log(2n − 2) − log(2n − 3) <






 2n − 2 2n −3





 1 1

 < log(2n − 1) − log(2n − 2) <
2n − 1 2n −2








1 1


< log(2n) − log(2n − 1) <


2n 2n − 1
Puis on fait la somme de ces n inégalités terme à terme, nous donne :

1 1 1 1 1 1
+ + ... + < log(2n) − log(n) < + + ... + ∀ n ∈ N∗
n+1 n+2 2n n n+1 2n − 1
1 1 1 1
Comme un = + + ... + + ∀n ∈ N∗ , alors
n+1 n+2 2n − 1 2n

2n 1 1 a
un < log( ) < un + − ∀ n ∈ N∗ , log( ) = log( a) − log(b) ∀ a, b > 0
n n 2n b

c-à-d
1
un < log(2) < un + ∀ n ∈ N∗ ,
2n
d’où
1
< un < log(2) ∀n ∈ N∗
log(2) −
2n
Le théorème des gendarmes implique que lim un = log(2).
n→+∞

Le théorème des gendarmes


Soit (un ), (vn ), (wn ) trois suites réelles. Si (vn ) et (wn ) convergent vers une même limite l, et
si à partir d’un certain rang, vn ≤ un ≤ wn , alors (un ) converge vers l.

23
Exercice 8 :
Soit la fonction f : [−1, 1] → R, définie par :

 1 ( √1 + x 2 − √1 − x 2 )

si x 6= 0
f (x) = x
 0 si x = 0
0
1) Montrer que f est dérivable sur ] − 1, 1[ et déterminer f ( x ).
2) Montrer que f réalise une bijection de [−1, 1] sur un intervalle J que l’on précisera.
0
1) Calculer ( f −1 ) (0).

Solution :
 1 ( √1 + x 2 − √1 − x 2 )

si x 6= 0
On a : f : [−1, 1] → R, définie par : f ( x ) = x
 0 si x = 0
1) f continue et dérivable sur ] − 1, 0[∪]0, 1[(composition, somme et quotient de fonctions).
Étudions la continuité et la dérivabilité en 0.
Pour x ∈] − 1, 0[∪]0, 1[, on a

1 √ √
f (x) = ( 1 + x2 − 1 − x2 )
x

(1 + x 2 ) − (1 − x 2 )
(l’expression conjuguée) = √ √
x ( 1 + x2 + 1 − x2 )

2x2
= √ √
x ( 1 + x2 + 1 − x2 )

2x
= √ √
1 + x2 + 1 − x2
Comme
2x
lim f ( x ) = lim √ √ = 0 = f (0)
x →0 x →0 1+ x2 + 1 − x2

et
2x
√ √
f ( x ) − f (0) 1+ x2 + 1 − x2 2 0
lim = lim = lim √ √ = 1 = f (0),
x →0 x x →0 x x →0 1+ x2 + 1− x2
alors f est continue et dérivable en 0 et par conséquent f est continue et dérivable sur ] − 1, 1[.

24
Soit x ∈] − 1, 0[∪]0, 1[, on a

0 1 √ √ 0
f (x) = ( 1 + x2 − 1 − x2 )
x

1 0 √ √  1 √ √ 0
= 1 + x2 − 1 − x2 + 1 + x2 − 1 − x2
x x

1 √ √  1 x x 
= − 2
1 + x2 − 1 − x2 + √ +√
x x 1 + x2 1 − x2

−2 1 1 
= √ √ + √ +√
1+ x2 + 1−x 2 1+x 2 1−x 2

√ √
−2 1 + x2 + 1 − x2
= √ √ + √ √
1 + x2 + 1 − x2 1 + x2 1 − x2

√ √ √ √ 2
−2 1 + x 2 1 − x 2 + 1 + x2 + 1 − x2
= √ √ √ √ 
1 + x2 1 − x2 1 + x2 + 1 − x2

0 2
f (x) = √ √ √ .
1− x4 1 + x2 + 1 − x2

Donc
2


 √ √ √  si x ∈] − 1, 0[∪]0, 1[
0
 1 − x4 1 + x2 + 1 − x2

f (x) =



1 si x=0

Le théorème de la bijection
Soient I un intervalle de R, a ∈ I et f :→ R une fonction continue et strictement monotone
sur I. Alors, f est donc une bijection de I sur f ( I ) et la fonction réciproque f −1 : f ( I ) → I
est continue et strictement monotone (de même sens de variation que f ) sur f ( I ). Si f est
0
dérivable en a et si f ( a) 6= 0 alors, f −1 est dérivable en f ( a) et

0 1
( f −1 ) ( f ( a)) = 0
f ( a)

0 0
2) On a f ( x ) > 0 ∀ x ∈] − 1, 0[∪]0, 1[ et f (0) = 1 > 0 , donc f est strictement positive
sur ] − 1, 1[ , par conséquent la fonction f est strictement croissante sur ] − 1, 1[, de plus elle est
continue sur ] − 1, 1[. Alors d’après le théorème de la bijection f réalise une bijection de [−1, 1] sur
√ √
f ([−1, 1]) = [ f (−1), f (1)] = [− 2, 2].
0
3) On a f est dérivable en 0 et f (0) = 1 6= 0 alors, f −1 est dérivable en f (0) = 0 et

0 0 1
( f −1 ) (0) = ( f −1 ) ( f (0)) = 0 =1
f (0)

Exercice 9 :
Soit f la fonction définie par : f ( x ) = log(1 + e x )
1) Montrer que f est convexe sur R.

25
2) Établir que pour tout x1 , x2 , ... , xn ∈ ]0, +∞[ , alors :

1 !1
 n n n
n
1+ ∏ xk ≤ ∏ (1 + x k )
k =1 k =1

3) En déduire que pour tout a1 , a2 , ... , an , b1 , b2 , ... , bn ∈ ]0, +∞[ , alors :

1 1 !1
 n  n n n
n n
∏ ak + ∏ bk ≤ ∏ ( a k + bk )
k =1 k =1 k =1

Solution :

Rappels
1) Soient I un intervalle de R et f : I → R une fonction deux fois dérivable sur I. Alors, les
propriétés suivantes sont équivalentes
(i ) f est convexe sur I ;
(ii ) ∀ x ∈ I, f ” ( x ) ≥ 0·
2) Soient I un intervalle non vide de R et f : I → R une fonction, les propriétés suivantes
sont équivalentes
(i ) f est convexe sur I ;
(ii )∀n ∈ N∗ , ∀( a1 , a2 , ..., an ) ∈ I n , ∀(λ1 , λ2 , ..., λn ) ∈ [0, 1]n tel que
n n n
∑ λi = 1, alors f ( ∑ λi ai ) ≤ ∑ λi f ( ai )
i =1 i =1 i =1

1) On a ∀ x ∈ R.
f ( x ) = log(1 + e x ),
Donc f est dérivable sur R (composition de fonctions) et

0 0
0 (1 + e x ) ex 0 u
∀x ∈ R : f (x) = = · (log(u)) =
1 + ex 1 + ex u
0
La fonction f est dérivable sur R (quotient de fonctions) et

0 0
00 e x 0 u 0 u v − uv
∀x ∈ R : f (x) = =
1 + ex v v2

0 0
( e x ) (1 + e x ) − e x (1 + e x )
=
(1 + e x )2

e x (1 + e x ) − e x e x
=
(1 + e x )2

00 ex
f (x) = ·
(1 + e x )2

00
Puisque f est fonction deux fois dérivable sur R et f est positive sur R. Alors, f est convexe sur R
2) On a f est convexe sur R, alors,

26
n n ∀i ∈ {1, · · · , n}
ai f ( ai )
∀( a1 , a2 , ..., an ) ∈ Rn ; f (∑ )≤∑ 1 n
i =1
n i =1
n λi = ⇒ ∑ λi = 1,
n i =1
par suite

a1 + a2 + · · · + a n
 
a1 a2 an
log 1 + e n  ≤ log(1 + e ) + log(1 + e ) + · · · + log(1 + e ) ,
n

c-à-d log( a) + log(b) = log( ab)

log (1 + e a1 ) × (1 + e a2 ) × · · · × (1 + e an )
   n1  
log 1 + e a1 + a2 +···+ an
≤ ,
n

c-à-d e( a+b) = e a eb r log( a) = log( ar )

   n1    n1
a1 a2 an
log 1 + e × e × · · · × e ≤ log (1 + e a1 ) × (1 + e a2 ) · · · × (1 + e an ) ,

c-à-d    
 n 1 h n i1
log 1 + ∏ eak n  ≤ log  ∏ (1 + eak ) n  ·
   
k =1 k =1

Par croissance de la fonction exponentielle, on en déduit que

!1 !1
n n n n
1+ ∏ ea k ≤ ∏ (1 + e a ) k ·
k =1 k =1

On choisit ak = log( xk ), on obtient

!1 !1
n n n n
1+ ∏ xk ≤ ∏ (1 + x k ) pour tout x1 , x2 , · · · , xn ∈ ]0, +∞[ et n ∈ N∗ ·
k =1 k =1

3) Pour tout a1 , a2 , ... , an , b1 , b2 , ... , bn ∈ ]0, +∞[ on a

1
 

n
1  n 1 1  ∏ n
bk

 n  n k = 1 
n n n a1 × a2 × a3 a a2 a3
∏ a k + ∏ bk ∏ a k 1 + = 1× ×

=  
k =1 k =1 k =1   1
 
 b1 × b2 × b3 b1 b2 b3
n
∏nk=1 ak

 
 n  1  n  1
n bk n 
= ∏ ak 1 + ∏ ak  ·

k =1 k =1

bk
On applique l’inégalité précédente avec xk = , on trouve
ak

#1
 
 n 1 "
n n
 1 + ∏ bk n  ≤ ∏ ( 1 + bk )
 
,
 a
k =1 k

k =1
ak

27
donc
#1
 
1 1 1 " n
 n   n   n
n
n b n n b
∏ ak 1 + ∏ akk  ≤ ∏ ak ∏ (1 + akk ) ,
k =1 k =1 k =1 k =1

c-à-d
1 1 1 " #1
 n  n  n n n
n n n a +b
∏ ak + ∏ bk ≤ ∏ ak ∏ ( k ak k ) ·
k =1 k =1 k =1 k =1

Finalement on en déduit que

1 1 !1
 n  n n n
n n
∏ ak + ∏ bk ≤ ∏ ( a k + bk ) ,
k =1 k =1 k =1

pour tout a1 , a2 , ... , an , b1 , b2 , ... , bn ∈ ]0, +∞[·

28
Développements limités

Exercice 1 :
En utilisant les développements limités , déterminer les limites suivantes :
(1 − cos x ) arctan x
1) lim
x →0 h x sin2 x
π π i
2) limπ ( x − ) tan( x + )
x→ 3 3 6
1
3) lim [( x + 2)e x − x ]
x →+∞
Solution :
1) On sait que :
x2
cos( x ) = 1 − 2 + x3 ε 1 ( x )
0 3
(arctan( x )) = 1+1x2 = 1 − x2 + x2 ε 2 ( x ) ⇒ arctan( x ) = x − x3 + x3 ε 2 ( x )
3
sin( x ) = x − x3! + x3 ε 3 ( x )
x3
+ x3 ε 3 ( x ) 1
Alors : f ( x ) = 23 3
⇒ lim f ( x ) =
x + x ε 4 (x) x →0 2
2) Posons : f ( x ) = ( x − π3 ) tan( x + π6 ) et u = x − π3 . Par suite :
f (u) = u tan(u + π2 ) = − tanu(u) , et x → π3 ⇒ u → 0
tan(u) = u + uε(u) ⇒ limπ f ( x ) = lim f (u) = −1
x→ 3 u →0
3) Tout d’abord, on a :
h 1
i h 1 1
i
lim ( x + 2) e x − x = lim xe x + 2e x − x
x →+∞ x →+∞
h 1 1
i
= lim x (e x − 1) + 2e x
x →+∞

Posons : u = 1x , de plus : x → +∞ ⇒ u → 0 . Alors :


 u
e −1

1
u
lim [( x + 2)e − x ] = lim
x + 2e
x →+∞ u →0 u
1 + u − 1 + uε 1 (u)
 
= lim + 2(1 + u + +uε 2 (u))
u →0 u
= 3

Exercice 2 :
1) Soit f ( x ) = log( x ) , f admet-elle un développement limité en 0 ?
2) Soit g( x ) = 2x + 3x2 + x5 log | x | . g admet-elle un développement limité en 0
à l’ordre 3 ? à l’ordre 4 ? à l’ordre 5 ?
Solution :
1) On a : f ( x ) = log( x ) et D f =]0, +∞[ .
On sait que lim f ( x ) = −∞ ,
x → 0+
alors f n’admet pas de développement limité en 0 .
2) • On a : g( x ) = 2x + 3x2 + x5 log | x | , alors :

29
g( x ) = 2x + 3x2 + x3 ε( x ) , avec ε 1 ( x ) = x2 log | x | → 0,
Donc g admet un DL3 (0) .
• g( x ) = 2x + 3x2 + x4 ε( x ) , avec ε 2 ( x ) = x log | x | → 0,
Donc g admet un DL4 (0) .
• Supposons que g admet un DL5 (0) ;
donc : g( x ) = p( x ) + x5 ε( x ) , avec ε( x ) → 0 et deg( p) ≤ 5 .
Comme : g( x ) = 2x + 3x2 + x5 log | x |, alors ε( x ) = log | x |, mais ε( x ) 9 0 .
D’où g n’admet pas de DL5 (0) .

Exercice 3 :
Déterminer le développement limité en a à l’ordre n des fonctions suivantes :
1) f 1 ( x ) = (1 + arctan( x ))(e x + 2 sin x ) ; a = 0 , n = 3
1 + arctan( x )
2) f 2 ( x ) = ; a=0, n=4
cos x
π
− arctan x
3) f 3 ( x ) = 4 ; a=1, n=2
log x
1
4) f 4 ( x ) = x√x−1 ; a = 1 , n = 1
1+x
5) f 5 ( x ) = ; a=1, n=2
x2
6) f 6 ( x ) = cos( x ) ; a = π3 , n = 4
Solution :
1) On a : f 1 ( x ) = (1 + arctan( x ))(e x + 2 sin( x ))
x3 3
comme : arctan( x ) = x − 3 + x ε 1 (x)
2 3
e x = 1 + x + x2! + x3! + x3 ε 2 ( x )
3
sin( x ) = x − x3! + x3 ε 3 ( x )

x3 x2 x3 2x3
alors : f 1 ( x ) = (1 + x − )(1 + x + + + 2x − ) + x3 ε( x )
3 2! 3! 3!
x3 x2 x3
= (1 + x − )(1 + 3x + − ) + x3 ε( x )
3 2 6
7 2
= 1 + 4x + x + x3 ε( x )
2
1+arctan( x )
2) On sait que : f2 (x) = cos( x )
, de plus :
x3
1 + arctan( x ) = 1 + x − 3 + x4 ε 1 ( x )
x2 x4 4
cos( x ) = 1 − 2 + 24 + x ε 2 ( x )
On effectue la division euclidienne suivant les puissances croissantes :

30
x3 x2 x4
1+x − 3 1− 2 + 24
x2 x4
1 − + 1+x+ x2
+ x3
+ 5 4
24 x
2 24
2 6
x2 x3 x4
x+ 2 − 3 − 24
x3 x5
x − 2 + 24

x2 x3 x4 x5
2 + 6 − 24 − 24

x2 x4 x6
2 − 4 + 48

x3 5 4 x5 x6
6 + 24 x − 24 − 48
x3 x5 x7
6 − 12 + 144

5 4 x5 x6 x7
24 x + 24 − 48 − 144
5 4 5 6 5 8
24 x − 48 x + 576 x

x5 x6 x7 5 8
24 + 12 − 144 − 576 x

1 + arctan( x )
Finalement : f2 (x) =
cos( x )
x3 4
1+x− 3 + x ε 1 (x)
= x2 x4
1− 4
2 + 24 + x ε 2 ( x )
x2 x3 5
= 1+x+ + + x 4 + x 4 ε ( x ); lim ε( x ) = 0
2 6 24 x →0

π
4− arctan( x )
3) On a : f3 (x) = , on pose : t = x − 1 ⇔ x = 1 + t .
log( x )
π
4 − arctan(1 + t) h(t)
Donc : f3 (x) = =
log(1 + t) log(1 + t)

0 1 1 1 1
avec : h (t) = − 2
=− 2
=− × t2
1 + (1 + t ) 2 + 2t + t 2 1 + (t +
2)
t2 t2
 
1
= − 1 − ( t + ) + ( t + )2 + t2 ε 1 ( t )
2 2 2
1 t t 2
= − + − + t2 ε 1 ( t )
2 2 4

t t2 t3
Donc : h ( t ) = h (0) − + − + t3 ε 2 ( t )
2 4 12
t t2 t3
= − + − + t3 ε 2 ( t )
2 4 12

31
t2 t3
− 2t + 4 − 12 + t3 ε 1 ( t )
D’où : f 3 (t) = t2 t3
t− 3
2 + 3 + t ε 2 (t)
2
− 21 + 4t − 12
t
+ t2 ε 1 ( t )
= 2
1 − 2t + t3 + t2 ε 2 (t)
t2 t2 t2
  
1 t t t
= − + − 1 − (− + ) + (− + )2 + t2 ε 3 ( t )
2 4 12 2 3 2 3
2 2
  
1 t t t t
= − + − 1+ − + t2 ε 3 ( t )
2 4 12 2 12
1 t t2 t t2 t2
= − − + + + − + t2 ε 3 ( t )
2 4 24 4 8 12
1 1
= − − t2 + t2 ε 3 ( t )
2 12
1 1
Finalement : f 3 ( x ) = − + ( x − 1)2 + ( x − 1)2 ε 3 ( x − 1)
1
2 12
4) On a : f 4 ( x ) = x x−1 . Posons : t = x − 1 ⇔ x = t + 1
1 1
Alors : f 4 ( x ) = (1 + t) t = e t log(1+t)
2
log(1 + t) t − t2 + t2 ε 1 (t) t
On a : = = 1 − + tε 1 (t)
t t
t t
2
D’où : f 4 (t) = e1− 2 +tε 1 (t) = e.e− 2 +tε 1 (t)
t e
= e.(1 − + tε(t)) = e − t + tε(t)
2 2
e
Finalement : f 4 ( x ) = e − ( x − 1) + ( x − 1) ε ( x − 1)
√ 2
1+x
5) On a : f 5 ( x ) = , on pose t = x − 1 ⇔ x = t + 1
x2
α ( α −1)
comme (1 + u)α = 1 + αu + 2! u2 + u2 ε(u) , lim ε(u) = 0
u →0

2+t √ t 1
alors : f5 (x) = = 2 (1 + ) 2 (1 + t ) −2
(1 + t )2 2
!
√ 1 t 1 1 ( 2t )2 t2

= 2 1 + × + (− ) 1 − 2t − 2(−3) + t2 ε ( t )
2 2 2 2 2 2
√  t t2

1 − 2t + 3t2 + t2 ε(t)

= 2 1+ −
4 32
√ 
t t2 t2

= 2 1 − 2t + 3t2 + − − + t2 ε ( t )
4 2 32
√  7 79 2

= 2 1 − t + t + t2 ε ( t )
4 32
√ √
√ 7 2 79 2
= 2− ( x − 1) + ( x − 1)2 + ( x − 1)2 ε ( x − 1)
4 32

32
6) On a : f 6 ( x ) = cos x , on pose t = x − π
3 ⇔ x = t+ π
3
π
D’où : f 6 ( x ) = cos(t + )
3
π π
= cos( ) cos t − sin( ) sin t
3 √3
1 t 2 t 4 3 t3
= (1 − + ) − ( t − ) + t4 ε ( t )
2 2! 4! √ 2 √ 3!
1 t 2 t4 3 3 3
= − + − t+ t + t4 ε ( t )
2 √ 4 48 2√ 12
1 3 t2 3 3 t4
= − t− + t + + t4 ε ( t )
2 √2 4 12 48 √
1 3 π 1 π 2 3 π 3 ( x − π3 )4
= − (x − ) − (x − ) + (x − ) +
2 2 3 4 3 12 3 48
π 4 π
+( x − ) ε( x − )
3 3
Exercice 4(:
5 1

x 2 sin x si x>0
Soit f ( x ) =
0 si x=0
1) Donner le DL2 (0) de f .
2) Montrer que f n’est pas deux fois dérivable en 0 .
Solution :
1 √
1) On a : f ( x ) = x2 x 2 sin( 1x ) = x2 x sin( 1x ) = x2 ε( x ) ;

avec ε( x ) = x sin( 1x ) → 0 .
Donc f possède un DL2 (0) .
0 3 √
2) f est dérivable sur ]0, +∞[, et f ( x ) = 25 x 2 sin( 1x ) − x cos( 1x )
f ( x ) − f (0) 3 1 0
De plus : lim = lim x 2 sin = 0 = f (0)
x →0 x x →0
√x
0 0 5 32 1
f ( x ) − f (0) x sin x − x cos 1x 5√ 1 1 1
= 2 = x sin − √ cos
x x 2 x x x
√ 1
x sin → 0, mais √1x cos( 1x ) n’a pas de limite en 0 .
x
1
Car , si on pose : un = , lim un = 0
√ 2nπ n→+∞
mais lim 2nπ cos(2nπ ) = +∞
n→+∞
0
Par conséquent : f n’est pas dérivable en 0 .

Exercice 5 :
x4
Soit la fonction : f (x) = 1 +
2−x
1) Donner le DL5 (0) de f .
En déduire les valeurs des dérivées de f en 0 jusqu’à l’ordre 5 .
2) f admet-elle un exremum en 0 ? justifier votre réponse .
Solution :
x4
1) On a : f (x) = 1 +
2−x
x4 1 1 x
= 1+ × avec = 1+ + xε( x )
2 (1 − 2x ) 1− x
2 2
1 x5
= 1 + ( x4 + + x5 ε( x ))
2 2
1 1
= 1 + x4 + x5 + x5 ε( x )
2 4

33
0 f ” (0) f (3) ( 0 ) f (4) ( 0 ) (5)
Donc : f (0) = 1 ; f (0) = 2! = 3! =0; 4! = 21 ; f 5!(0) = 14
0
⇒ f (0) = 1 ; f (0) = ; f ” ( 0 ) = f (3) ( 0 ) = 0 f (4) (0) = 12 ; f (5) (0) = 30
( 4 )
2) f (0) = 12 > 0 ⇒ f admet un minimum en (0, 1)

Exercice 6 :
x
On considère la fonction f : [−1, 1] → [− 12 , 12 ] , définie par : f ( x ) =
1 + x2
1) Montrer que f admet une fonction réciproque noté f −1 .
2) Calculer le DL5 (0) de f −1 .
3) En déduire l’équation de la tangente de f −1 en 0 .
Que peut-on dire de la nature de la courbe de f −1 au point 0 .
Solution :
On a : f : [−1, 1] → [− 21 , 12 ]
x
x 7→ f ( x ) =
1 + x2
0 1 − x2
1) f ( x ) = > 0 , ∀ x ∈ ] − 1, 1[ ,
(1 + x 2 )2
Donc : f admet une fonction réciproque f −1 car f est continue
et strictement croissante sur [−1, 1] .
2) On a f est impaire ⇒ f −1 est impaire ,
⇒ f −1 ( x ) = ax + bx3 + cx5 + x5 ε( x ), DL5 (0) de f −1 .
D’autre part : f ( x ) = 1+xx2 = x 1+1x2
= x 1 − x2 + x4 + x4 ε 1 ( x )


= x − x3 + x5 + x5 ε 1 ( x )
Comme : f −1 ( f ( x )) = x, ∀ x ∈ [−1, 1] et lim f ( x ) = 0 , alors :
x →0

f −1 ( f ( x )) = a( x − x3 + x5 ) + b( x − x3 + x5 )3 + c( x − x3 + x5 )5 + x5 ε( x ); lim ε( x ) = 0
x →0
= ax − ax3 + ax5 + bx3 (1 − x2 + x4 )3 + cx5 (1 − x2 + x4 )5 + x5 ε( x )
 
= ax − ax3 + ax5 + bx3 1 + 3( x4 − x2 ) + 3( x4 − x2 )2 + ( x4 − x2 )3
+cx5 + x5 ε( x )
= ax − ax3 + ax5 + bx3 (1 − 3x2 ) + cx5 + x5 ε( x )
= ax + (b − a) x3 + ( a − 3b + c) x5 + x5 ε( x )
= x
 
 a=1  a=1

 

⇒ b−a = 0 ⇒ b = 1 ⇒ f −1 ( x ) = x + x3 + 2x5 + x5 ε( x )
 
 a − 3b + c = 0
  c=2

3) y = x est l’équation de la tangente de f en 0 ,


Comme f −1 ( x ) − x ∼ x3 , alors f −1 présente un point d’inflexion en 0 .

Exercice 7 :
On considère la fonction f définie sur : I =] − 1, +∞[ , par :
1−x
f ( x ) = arctan( )
1+x
0
1) Montrer que f est dérivable sur I , et calculer sa dérivée f ( x ) pour tout x ∈ I .
0
2) Donner le DL2 (0) de f .

34
3) Calculer le DL3 (0) de f .
4) En déduire l’équation de la tangente de f en 0 .
Que peut-on dire de la nature de la courbe de f en ce point .
Solution :
−x
On a f ( x ) = arctan( 11+ x)
1) f est composée de deux fonctions dérivables , donc f est dérivable sur I
et on a pour tout x ∈ I :
0
1−x

0 1
f (x) = 2
1−x
 1+x
1+
1+x
1 −(1 + x ) − (1 − x )
= 2 2
×
(1 + x ) + (1 − x ) (1 + x )2
(1 + x )2
1 −2
= 2
×
2(1 + x ) (1 + x )2
(1 + x )2
1
= −
1 + x2
1 1
2) On sait que le DL1 (0) de est = 1 − u + uε( x ) avec lim ε(u) = 0.
1+u 1+u u →0
1 2 2 2

Donc = 1 − x + x ε( x ) On pose u = x donc x → 0 quand u → 0 avec lim ε( x ) = 0.
1 + x2 x →0
0
D’où f ( x ) = −1 + x2 − x2 ε( x ) avec lim ε( x ) = 0.
x →0
0
3) On a : f ( x ) = −1 + x2 − x2 ε( x ) avec lim ε( x ) = 0.
x →0
x3
On déduit, par intégration, que f ( x ) = f (0) − x + − x 3 ε ( x ).
3
π x3
Donc f ( x ) = −x+ − x3 ε( x ) avec lim ε( x ) = 0.
4 3 x →0

x3
4) Puisque f ( x ) = π
4 −x+ − x3 ε( x ) avec lim ε( x ) = 0.
3 x →0
π π
Alors la courbe représentative de f admet donc au point (0, ) une tangente d’équation y = − x.
4 4
x3
De plus, f ( x ) − y = − x 3 ε ( x ).
3
Cette différence est donc négative au voisinage de 0− , et positive au voisinage de 0+ . D’où la courbe
π
de f traverse donc sa tangente en point (0, ) qui présente un point d’inflexion .
4

Exercice 8 :
On considère la fonction : f ( x ) = cos (arctan( x ))
1) Donner le DL4 (0) de f .
2) En déduire la valeur de f (4) (0)
2 cos(arctan x ) + x2 − 2
3) Calculer : lim
x →0 x 4 ( x 2 + 2)
Solution :
0 1
1) On a : (arctan x ) = = 1 − x2 + x3 ε 1 ( x )
1 + x2
3
⇒ arctan x = x − x3 + x4 ε 2 ( x ) ,

35
u2 u4
Comme : cos u = 1 − 2 + 24 + u4 ε 3 ( u ) au voisinage de 0

1 x3 1 x3
Alors : cos(arctan x ) = 1 − ( x − )2 + ( x − )4 + x4 ε( x )
2 3 24 3
1 2 2 4 1 4
= 1 − ( x − x ) + x + x4 ε( x )
2 3 24
1 2 3 4 4
= 1 − x + x + x ε( x )
2 8

f (4) ( 0 ) 3
2) D’après la question précédente ; = 8 ⇒ f (4) ( 0 ) = 9
4!
9 4
2 cos(arctan x ) + x2 − 2 2 − x2 + 2
12 x + x − 2 + x4 ε( x )
3) lim = lim
x →0 x 4 ( x 2 + 2) x →0 x 4 ( x 2 + 2)
9
12+ ε( x )
= lim
x →0 x2 + 2
3
=
8
Exercice 9 :
On considère la fonction f définie sur ] − π4 , π4 [ par :

 log(1 + tan x )
si x 6= 0
f (x) = sin x
 1 si x = 0
1) Donner le DL2 (0) de f .
2) Montrer que f est continue et dérivable en 0 .
3) Déterminer l’équation de la tangente à la courbe Γ f de f au point M (0, 1) ,
et préciser sa position par par rapport à Γ f .
Solution :

x3
1) On a : tan x = x + + x3 ε 1 ( x ) ; lim ε 1 ( x ) = 0
3 x →0
x3
sin x = x − + x3 ε 2 ( x ) ; lim ε 2 ( x ) = 0
6 x →0
u2 u3
log(1 + u) = u − + + u3 ε 3 ( u ); lim ε 3 (u) = 0
2 3 u →0

2 3
x3 x3 x3
 
1 1
D’où : log(1 + tan x ) = ( x + ) − x+ + x+ + x3 ε 4 ( x )
3 2 3 3 3
x3 1 2 1 3
= x+ − x + x + x3 ε 4 ( x )
3 2 3
1 2 2 3
= x − x + x + x3 ε 4 ( x )
2 3

36
x − 21 x2 + 23 x3 x − 61 x3
x3
x − 6 1 − 12 x + 56 x2
− 12 x2 + 56 x3
− 12 x2 + 1 4
12 x

5 3 1 4
6x − 12 x

5 3 5 5
6x − 36 x

1 4 5 5
− 12 x + 36 x

log(1 + tan x )
Par conséquent : f (x) =
sin x
x − 2 x + 23 x3 + x3 ε 4 ( x )
1 2
= 3
x − x6 + x3 ε 2 ( x )
1 5
= 1 − x + x2 + x2 ε 4 ( x ) ; lim ε 4 ( x ) = 0
2 6 x →0

2) On a : lim f ( x ) = 1 = f (0) ⇒ f est continue en 0 .


x →0
f ( x ) − f (0) 1 0
et lim = − = f (0) ⇒ f est dérivable en 0 .
x →0 x 2
3) y = − 21 x + 1 est l’équation de la tangente à Γ f au point (0, 1) .
De plus : f ( x ) − y > 0 ⇒ Γ f est au-dessus de la tangente au voisinage de 0 .

Exercice 10 :
Soient : f , g : R∗+ → R les fonction définies par :
f ( x ) = x [log(2x + 1) − log( x )] et g(u) = log(2 + u)
1) Déterminer le DL3 (0) de g .
2) Montrer que la courbe Γ f de f admet une asymptote oblique au voisinage de +∞ ,
qu’on notera ∆ .
3) Préciser la position de ∆ par rapport à Γ f au voisinage de +∞ .
Solution :
On a : f ( x ) = x (log(2x + 1) − log( x ))
et g(u) = log(2 + u)
u
1) g(u) = log(2 + u) = log 2 + log(1 + )
2
u u u
= log 2 + + 12 ( )2 + 13 ( )3 + u3 ε(u)
2 2 2

37
u
= log 2 + 2 − 18 u2 + 1 3
24 u + u3 ε ( u )

2) On a : f ( x ) = x [log(2x + 1) − log( x )]
2x + 1
= x log( )
x
1
= x log(2 + )
x
log(2 + u) 1
= ; avec u =
 u x 
1 u 1 2 1 3 3
= log 2 + − u + u + u ε(u)
u 2 8 24
log(2) 1 1 1
= + − u + u2 + u2 ε ( u ) ; lim ε(u) = 0
u 2 8 24 u →0
 
1 1 1 1 1
= (log 2) x + − + 2
+ 2ε
2 8x 24x x x

D’où la droite ∆ d’équation y = (log 2) x + 21 est une asymptote oblique à la courbe Γ f au voisinage
de +∞ .
3) f ( x ) − [(log 2) x + 12 ] < 0 au voisinage de +∞ ,
Donc Γ f est au-dessous de ∆ au voisinage de +∞ .

Exercice 11 :
x
Soit g la fonction définie sur R par : g( x ) = 1
1 + ex
1
1) Déterminer le DL3 (0) de la fonction : . f (x) =
1 + ex
2) Montrer que la courbe Γ g de g admet une asymptote oblique au voisinage de +∞ qu’on notera ∆
et préciser sa position par rapport Γ g .
Solution :
1 2 3 3
1) On sait que : 1+ x = 1 − x + x − x + x ε 1 ( x )
2 3
e x = 1 + x + x2 + x6 + x3 ε 2 ( x )
1 1
Alors : f (x) = =
1 + ex 2+x+ x2
+ x3
+ x3 ε 2 ( x )
2 6
1
= 2 3
2[1 + 2x + x4 + 12
x
+ x3 ε 2 ( x )]
x x2 x3 x x2 x3 2 x x2 x3 3
 
1
= 1−( + + )+( + + ) −( + + ) + x3 ε( x )
2 2 4 12 2 4 12 2 4 12
2 3 2 2 3 x x2 3
 
1 x x x x x x 2 x
= 1− − − + (1 + + ) − (1 + + ) + x 3 ε ( x )
2 2 4 12 4 2 6 8 2 6
2 3 2 3
 
1 x x x x x
= 1− − − + (1 + x ) − + x3 ε( x )
2 2 4 12 4 8
1 x x3
= − + + x3 ε( x )
2 4 48
x
2) On a : g( x ) = 1 . On pose : u= 1
x ( x → ∞ ⇔ u → 0)
1+e x

x 1 f (u)
D’où : g( x ) = 1 = u
=
1+e x u (1 + e ) u
1 1 u2
= − + + u2 ε ( u )
2u 4 48
x 1 1 1 1
= − + 2
+ 2 ε( )
2 4 48x x x

38
Alors la droite ∆ d’équation y = x
2 − 1
4 est une asymptote oblique à la courbe Γ g de g au voisinage
de +∞ .
De plus : g( x ) − y > 0 ⇒ Γ g est au-dessus de ∆ au voisinage de +∞ .

Exercice 12 :

Soit g la fonction définie sur R par : g( x ) = 1 + x + x2
1) Déterminer le DL2 (0) de g .
2) Déterminer l’équation de la tangente à la courbe Γ g de g au point M(0, 1)
et préciser sa position par rapport à Γ g .
3) Montrer que la courbe Γ g de g admet une asymptote oblique au voisinage de +∞
qu’on notera ∆ et préciser sa position par rapport à Γ g
Solution :
α ( α − 1) 2
1) On sait que : (1 + u)α = 1 + αu + u + u2 ε ( u )
2
p
Alors : g( x ) = 1 + x + x2
1
= (1 + x + x 2 ) 2
1 1
= 1 + ( x + x 2 ) − ( x + x 2 )2 + x 2 ε ( x )
2 8
1 1 2 1 2
= 1 + x + x − x + x2 ε( x )
2 2 8
1 3 2
= 1 + x + x + x2 ε( x )
2 8

2) y = 1 + 12 x est l’équation de la tangente de Γ g au point M(0, 1)


et g( x ) − y > 0 ⇒ la courbe Γ g est au-dessus de sa tangente au point M(0, 1) .
3) Posons : u = 1
x , on a : x→∞⇒u→0
r√
p 1 1 1 + u + u2
Alors : g( x ) = 1+x+ = x 2
x2
+ +1 =
 x x u
1 1 3 2 1 1 3
= 1 + u + u + u2 ε ( u ) = + + u + uε(u)
u 2 8 u 2 8
1 3 1 1
= x+ + + ε( )
2 8x x x

D’où : y = x + 1
2 est l’équation de l’asymptote oblique de Γ g au voisinage de +∞ .
et g( x ) − y > 0 ⇒ Γ g est au-dessus de l’asymptote oblique ∆ au voisinage de +∞ .

39
Contrôles avec corrigés

40
Université Abdelmalek Essaadi Filière : SMPC - S1
Faculté des sciences de Tétouan Analyse 1
Département de Mathématiques 2019 - 2020

Contrôle d’Analyse 1
Durée : 1h30

Exercice 1: (10 pts) (


u0 = 2
Soit la suite (un ) définie par :
u n +1 = 2 + 1
un ∀n ∈ N
1) Calculer u1 , u2 , u3
2) Montrer que ∀n ∈ N , un > 0
3) Soient ( xn ) et (yn ) les suites extraites de (un ) définie par : xn = u2n et yn = u2n+1
a) Exprimer xn+1 en fonction de xn , et yn+1 en fonction de yn
b) Montrer que ∀n ∈ N , xn < yn
4) Étudier la monotonie de ( xn ) et (yn )
5) Montrer que ∀n ∈ N , yn+1 − xn+1 ≤ 1
25 ( yn − xn )
6) Déduire que ( xn ) et (yn ) sont adjacentes
7) Montrer que la suite (un ) converge vers une limite qu’on déterminera

Exercice 2: (4 pts)
log(1 + x ) − x
1) On considère la fonction définie sur R∗+ par : f ( x ) =
x2
a) Donner le DL3 (0) de log(1 + x )
b) Déduire le DL1 (0) de f (
f (x) si x > 0
2) Soit la fonction g définie sur R par : g( x ) =
ax + b si x ≤ 0
a) Pour quelles valeurs de a et b , g est-elle continue en 0
b) Pour quelles valeurs de a et b , g est-elle dérivable en 0

Exercice 3: (6 pts)
√ √
Soit h la fonction définie sur ] − ∞, −1] ∪ [1, +∞[ par : h( x ) = x2 + 1 + x2 − 1
√ √
1) Donner le DL4 (0) de x2 + 1 et x2 − 1
2) Montrer que la courbe Γh de h admet deux asymptotes obliques ∆1 au voisinage de +∞
et ∆2 au voisinage de −∞
3) Préciser la position de ∆1 et ∆1 par rapport à Γh

41
Correction du contrôle d’Analyse 1
Durée : 1h30

Solution d’exercice 1:
1) Calculons u1 , u2 , u3
On sait que : un+1 = 2 + 1
un , ∀n ∈ N
1 1
n = 0 ⇒ u1 = 2 + u0 = 2+ 2 = 52
1 1
n = 1 ⇒ u2 = 2 + u1 = 2+ 5 = 125
2
1
n = 2 ⇒ u3 = 2 + u2 = 2 + 121 = 12
29
5
2) Montrons par récurrence que ∀n ∈ N , un > 0
• pour n = 0 on a u0 = 2 > 0
• Soit n ∈ N
Supposons que : un > 0 et montrons que : un+1 > 0 avec un+1 = 2 + u1n
On a un > 0 ⇒ u1n > 0 ⇒ 2 + u1n > 0 ⇒ un+1 > 0
Donc ∀n ∈ N , un > 0
3) Soient ( xn ) et (yn ) les suites extraites de (un ) définie par : xn = u2n yn = u2n+1
les termes de (un ) sont : u0 , u1 , u2 , u3 , u4 , u5 , u6 , u7 , u8 , u9 , . . .
les termes de (u2n ) sont : u0 , u2 , u4 , u6 , u8 , . . .
les termes de (u2n+1 ) sont : u1 , u3 , u5 , u7 , u9 , . . .
(un ) est la réunion de (u2n ) et (u2n+1 )
On a : xn = u2n et yn = u2n+1

a) • Écrivons xn+1 en fonction de xn :


tout d’abord xn = u2n et xn+1 = u2(n+1) = u2n+2
1
En appliquons la relation de récurrence un+1 = 2 + un deux fois :

xn+1 = u2n+2
1
= 2+
u2n+1
1
= 2+
2 + u12n
1
= 2+ 2u2n +1
u2n
u2n
= 2+
2u2n + 1
2(2u2n + 1) + u2n
=
2u2n + 1
5u2n + 2
=
2u2n + 1
5xn + 2
=
2xn + 1

• Écrivons yn+1 en fonction de yn :


tout d’abord yn = u2n+1 et yn+1 = u2(n+1)+1 = u2n+3

42
1
En appliquons la relation de récurrence un+1 = 2 + un deux fois :

yn+1 = u2n+3
1
= 2+
u2n+2
1
= 2+
2 + u2n1+1
1
= 2+ 2u2n+1 +1
u2n+1
u2n+1
= 2+
2u2n+1 + 1
2(2u2n+1 + 1) + u2n+1
=
2u2n+1 + 1
5u2n+1 + 2
=
2u2n+1 + 1
5yn + 2
=
2yn + 1

b) Montrons par récurrence que xn < yn ∀n ∈ N


• Pour n = 0 on a x0 = u0 = 2 et y0 = u1 = 25 ⇒ x0 < y0
• Soit n ∈ N
supposons que : xn < yn et montrons que : xn+1 < yn+1
5yn + 2 5xn + 2
y n +1 − x n +1 = −
2yn + 1 2xn + 1
(5yn + 2)(2xn + 1) − (5xn + 2)(2yn + 1)
=
(2yn + 1)(2xn + 1)
yn − xn
= >0
(2yn + 1)(2xn + 1)
car yn > xn > 0 ⇒ yn − xn > 0 et (2xn + 1)(2yn + 1) > 0

D’où xn < yn ∀n ∈ N
4)  Étudions la monotonie de ( xn ) :
• On a x0 = u0 = 2 et x1 = u2 = 12 5 ⇒ x0 < x1
• soit n ∈ N
supposons que : xn < xn+1 et montrons que : xn+1 < xn+2
5xn + 2
Appliquons la formule de récurrence de ( xn ) : xn+1 =
2xn + 1
5xn+1 + 2 5xn + 2
x n +2 − x n +1 = −
2xn+1 + 1 2xn + 1
(5xn+1 + 2)(2xn + 1) − (5xn + 2)(2xn+1 + 1)
=
(2xn+1 + 1)(2xn + 1)
x n +1 − x n
= >0
(2xn+1 + 1)(2xn + 1)
car xn+1 > xn > 0 ⇒ xn+1 − xn > 0 et (2xn+1 + 1)(2xn + 1) > 0

et d’après le raisonnement par récurrence xn < xn+1 ∀n ∈ N


Finalement ( xn ) est une suite strictement croissante .

 Étudions la monotonie de (yn ) :


• On a y0 = u1 = 25 et y1 = u3 = 2912 ⇒ y1 < y0

43
• soit n ∈ N
supposons que : yn+1 < yn y n +2 < y n +1
et montrons que :
5yn + 2
Appliquons la formule de récurrence de (yn ) : yn+1 =
2yn + 1

5yn + 2 5yn+1 + 2
y n +1 − y n +2 = −
2yn + 1 2yn+1 + 1
(5yn + 2)(2yn+1 + 1) − (5yn+1 + 2)(2yn + 1)
=
(2yn + 1)(2yn+1 + 1)
y n − y n +1
= >0
(2yn + 1)(2yn+1 + 1)
car yn > yn+1 > 0 ⇒ yn − yn+1 > 0 et (2yn + 1 > 0)(2yn+1 + 1) > 0

et d’après le raisonnement par récurrence yn+1 < yn ∀n ∈ N


Donc (yn ) est strictement décroissante

5) Montrons que yn+1 − xn+1 ≤ 1


25 ( yn − xn ) ∀n ∈ N.
Soit n ∈ N :
5yn + 2 5xn + 2
y n +1 − x n +1 = −
2yn + 1 2xn + 1
(5yn + 2)(2xn + 1) − (5xn + 2)(2yn + 1)
=
(2yn + 1)(2xn + 1)
yn − xn
=
(2yn + 1)(2xn + 1)
1
y n +1 − x n +1 = × (yn − xn )
(2yn + 1)(2xn + 1)

d’autre part

1
u n +1 = 2 + et un > 0 ∀n ∈ N ⇒ un ≥ 2 ∀n ∈ N
un
⇒ xn ≥ 2 et yn ≥ 2 ∀n ∈ N
⇒ 2xn + 1 ≥ 5 et 2yn + 1 ≥ 5 ∀n ∈ N
⇒ (2xn + 1)(2xn + 1) ≥ 25 ∀n ∈ N
1 1
⇒ ≤ ∀n ∈ N
(2xn + 1)(2xn + 1) 25
1 1
⇒ × (yn − xn ) ≤ × (yn − xn ) ∀n ∈ N
(2xn + 1)(2xn + 1) 25
car yn − xn > 0 ∀n ∈ N
1
⇒ y n +1 − x n +1 ≤ ( y n − x n ) ∀n ∈ N
25
6) En déduire que ( xn ) et (yn ) sont adjacentes

Rappel
Deux
 suites numériques réelles ( u n ) n ∈N et ( v n ) n ∈N sont dites adjacentes si
 (un )n∈N est croissante


(vn )n∈N est décroissante

 lim(v − u ) = 0

n n

44
( xn ) est croissante et (yn ) décroissante . reste à montrer que lim (yn − xn ) = 0
n→+∞
puisque yn+1 − xn+1 ≤ 1
25 ( yn − xn ) et yn > xn ∀n ∈ N , alors

1
pour n − 1 : 0 < yn − xn ≤ 25 ( yn−1 − xn−1 )
1
pour n − 2 : 0 < y n −1 − xn−1 ≤ 25 ( y n −2 − x n −2 )
.
.
.
1
pour 1 : 0 < y2 − x2 ≤ 25 ( y1 − x1 )
1
pour 0 : 0 < y1 − x1 ≤ 25 ( y0 − x0 )

en multipliant les n inégalités terme à terme avec des simplifications on obtient :


1
0 < y n − x n ≤ ( ) n ( y0 − x0 )
25
1 1 n 5
c-à-d 0 < yn − xn ≤ 2 ( 25 ) car y0 = et x0 = 2
2
1 n 1
Comme lim = 0 car −1 < 25 < 1
n→+∞ 25
donc lim (yn − xn ) = 0
n→+∞
Finalement ( xn ) et (yn ) sont adjacentes

7) Montrons que la suite (un ) converge vers une limite qu’on déterminera :

Rappel
Si les suites extraites (u2n )n et (u2n+1 )n convergent vers la même limite l alors, (un )n converge
et lim un = l ·

( xn ) et (yn ) sont adjacentes donc, ( xn ) et (yn ) converge vers la même limite qu’on la note l.
Comme ( xn ) = (u2n ) sous-suite paire de (un ) et (yn ) = (u2n+1 ) sous-suite impaire de (un ), alors
1
(un ) converge vers l , de plus on a un+1 = 2 + et un > 0. Par passage à la limite on obtient
un
1
et l ≥ 0 ⇔
l = 2+ l 2 − 2l − 1 = 0 et l ≥ 0
l √ √
⇔ (l = 1 − 2 ou l = 1 + 2) et l ≥ 0
√ √
⇔ (l = 1 − 2 ou l = 1 + 2) et l ≥ 0

⇔ l = 1+ 2

Finalement on conclut que lim un = 1 + 2
n→+∞

45
Rappel : développements limités
1
On considère la fonction f (x) = 1− x

1 x3 + 1 − x3 1 − x3 x3
f (x) = = = +
1−x 1−x 1−x 1−x
(1 − x )(1 + x + x2 ) x3 x3
= + = 1 + x + x2 +
1−x 1−x 1−x
2 2 x
= 1+x+x +x ×
1−x
x
= 1| + x{z+ x}2 + x2 ε( x ) avec ε( x ) = et lim ε( x ) = 0
| {z } 1−x x →0

donc la fonction f s’écrit comme somme de deux parties, la partie polynomiale de degré 2 et
la partie reste qui tend vers 0. On dit que f admet un développement limité à l’ordre 2 en 0
(noté DL2 (0) de f ).
La partie polynomiale est appelée partie régulière du DL2 (0) de f .

Rappel :Développements limités des fonctions usuelles


x x2 xn
ex = 1 + 1! + 2! + . . . + n! + xn ε( x )

1
1− x = 1 + x + x2 + x3 + . . . + x n + x n ε( x )

1
1+ x = 1 − x + x2 − x3 + . . . + (−1)n x n + x n ε( x )

α (1− α ) 2 α(α−1)(α−2) 3 α(α−1)...(α−n+1) n


(1 + x )α = 1 + αx + 2! x + 3! x + . . . + n! x + xn ε( x )

x2 x3 x4 n
log(1 + x ) = x − 2 + 3 − 4 + . . . + (−1)n+1 xn + x n ε( x )

x2 x3 x4 xn
log(1 − x ) = − x − 2 − 3 − 4 − . . . − n + xn ε( x )

x2 x4 x 2n
cos( x ) = 1 − 2! + 4! + . . . + (−1)n (2n )!
+ x2n ε( x )

x3 x5 x 2n+1
sin( x ) = x − 3! + 5! + . . . + (−1)n (2n +1) !
+ x2n+1 ε( x )

x3 1.3.x5 1.3.5...(2n−1) x2n+1


arcsin( x ) = π
2 −x− 2.3 − 2.4.5 − . . . − 2.4...(2n).(2n+1)
+ x2n+1 ε( x )

(2n−1) x 2n+1
x3 1.3.x5
arctan( x ) = x − 2.3 + 2.4.5 − . . . + (−1)n 1.3.5...
2.4...(2n).(2n+1)
+ x2n+1 ε( x )

46
Exemples
• Développement limité de e x d’ordre 3 en 0 :
2 3
e x = 1 + 1!x + x2! + x3! + x3 ε 1 ( x ) avec lim ε 1 ( x ) = 0
x →0
x2 x3
= 1+x+ 2 + 6 + x3 ε 1 (x)

• Développement limité de e x d’ordre 2 en 0 :


2
e x = 1 + 1!x + x2! + x2 ε 2 ( x ) avec lim ε 2 ( x ) = 0
x →0
x2
= 1+x+ + 2 2 (x) x2 ε
• Développement limité de e x d’ordre 1 en 0 :
e x = 1 + 1!x + xε 3 ( x ) avec lim ε 3 ( x ) = 0
x →0
= 1 + x + xε 3 ( x )

Rappel :Formule de Maclaurin


Soit f une fonction de classe C n au voisinage de 0 alors le DL f (0)
f 0 (0) f 00 (0) 2 f (3) ( 0 ) 3 f ( n ) (0)
f ( x ) = f (0) + 1! x + 2! x + 3! x + ... + n! + xn ε( x ) avec limx→0 ε( x ) = 0
si f est paire :
f 00 (0) 2 f (2n) (0) 2n
f ( x ) = f (0) + 2! x + ... + (2n)!
x + x2n ε( x ) avec limx→0 ε( x ) = 0
si f est impaire :
f 0 (0) f (3) ( 0 ) 3 f (2n+1) (0) 2n+1
f (x) = 1! x + 3! x + ... + (2n+1)!
x + x2n+1 ε( x ) avec limx→0 ε( x ) = 0

Solution d’exercice 2:
2 3 x2 x3 x4 n
1) a) log(1 + x ) = x − x2 + x3 + x3 ε 1 ( x ) log(1 + x ) = x − 2 + 3 − 4 + · · · + (−1)n+1 xn + x n ε( x )
avec lim ε 1 ( x ) = 0
x →0

log(1 + x ) − x
b) Le DL1 (0) de f : f (x) =
x2
x2 x3
−x + x − + + x3 ε 1 ( x )
= 2 3
x2
x 2 x 3
− + + x3 ε 1 ( x )
= 2 3
x2
1 x
x2 [− + + xε 1 ( x )]
= 2 3
x2
1 x
= − + + xε 1 ( x )
2 3
(
f (x) si x > 0
2) a) On a g( x ) =
si x ≤ 0 ax + b
1 x 1
lim g( x ) = lim f ( x ) = lim − + + xε 1 ( x ) = −
x → 0+ x → 0+ x → 0+ 2 3 2
lim g( x ) = lim ax + b = b
x → 0− x → 0−
pour que g soit continue en 0 ⇔ lim g( x ) = lim g( x )
x → 0− x → 0+
1
⇔ b=− et a ∈ R
2

47
a) tout d’abord , pour que g soit dérivable en 0 il est nécessaire que g soit continue en 0
1
c-à-d b = − , de plus on a :
2
1 1 x
g ( x ) − g (0) f ( x ) + 21 − + + xε 1 ( x ) 1 1
lim = lim = lim 2 2 3 = lim+ + ε 1 ( x ) =
x → 0+ x x → 0+ x x → 0+ x x →0 3 3
1 1
g ( x ) − g (0) ax − 2 + 2
lim = lim− =a
x → 0− x x →0 x
g ( x ) − g (0) g ( x ) − g (0) 1
g dérivable en 0 ⇔ lim = lim+ et b = −
x →0 − x x →0 x 2
1 1
⇔ a= et b = −
3 2

Solution d’exercice 3:
1) On sait que :
α(1 − α) 2 α(α − 1)(α − 2) 3 α(α − 1)...(α − n + 1) n
(1 + u)α = 1 + αu + u + u + . . . + u + un ε(u)
2! 3! n!
avec lim ε(u) = 0
u →0
1
pour u = x2 et α =
2
1 1 1
√ 1 (1 − )
1 + x 2 = (1 + x 2 ) 2 = 1 + x 2 + 2 2 x4 + x4 ε ( x )
1 lim ε 1 ( x ) = 0
2 2 x →0
1 1
= 1 + x2 − x4 + x4 ε 1 ( x )
2 8
2 1
pour u = − x et α =
2
1 1 1
√ 1 (1 − )
1 − x2 = (1 + (− x2 )) 2 = 1 − x2 + 2 2 x4 + x4 ε ( x )
2 lim ε 2 ( x ) = 0
2 2 x →0
1 1
= 1 − x2 − x4 + x4 ε 2 ( x )
2 8
2) Pour montrer que f admet des asymptotes au voisinage de −∞ et +∞ , on va déterminer le
développement asymptotique de f au voisinage de −∞ et +∞
1
Soit x ∈] − ∞, −1] ∪ [1, +∞[, on pose u = donc,
x
√ √
h( x ) = x2 + 1 + x2 − 1
s  s 
2 2
1 1
= +1+ −1
r u r u
1 + u2 1 − u2
= +
√ u2 √ u2
1 + u2 1 − u2
= +
|u| |u|
1 √ √
h( x ) = ( 1 + u2 + 1 − u2 )
|u|

48
• Au voisinage de +∞ , on a u → 0+ lorsque x → +∞
1 √ √
h( x ) = ( 1 + u2 + 1 − u2 )
|u|
1 1 1 1 1
1 + u2 − u4 + u4 ε 1 ( u ) + 1 − u2 − u4 + u4 ε 2 ( u )

=
u 2 8 2 8
1 1
2 − u4 + u4 ε 1 (u) + u4 ε 2 (u) avec ε(u) = ε 1 (u) + ε 2 (u) et

= lim ε(u) = 0
u 4 u → 0+
1 1 3
= 2 − u + u3 ε ( u )
u 4
Revenons maintenant à notre variable initiale x
1 1 1
h( x ) = 2x − 3 + 3 ε( x ) avec lim ε( ) = 0
4x x x →+∞ x
D’où la droite (∆1 ) d’équation y = 2x est asymptote à la courbe Γh au voisinage de +∞.
• Au voisinage de −∞ , on a u → 0− lorsque x → −∞
1 √ √
h( x ) = ( 1 + u2 + 1 − u2 )
|u|
1 1 1 1 1
= − 1 + u2 − u4 + u4 ε 1 ( u ) + 1 − u2 − u4 + u4 ε 2 ( u )

u 2 8 2 8
1 1 4 4 4

= − 2 − u + u ε 1 (u) + u ε 2 (u) avec ε(u) = ε 1 (u) + ε 2 (u) et lim ε(u) = 0
u 4 u → 0−
1 1 3
= −2 + u − u3 ε ( u )
u 4
Revenons maintenant à notre variable initiale x
1 1 1 1
h( x ) = −2x + 3 − 3 ε( ) avec lim ε( ) = 0
4x x x x →−∞ x
D’où la droite (∆2 ) d’équation y = −2x est asymptote à la courbe Γh au voisinage de −∞.
3) Précisons la position de ∆1 et ∆1 par rapport à Γh
1 1 1
• Au voisinage de +∞ on a h( x ) − y = − 3 + 3 ε( ) est négatif donc, (∆1 ) est au-dessous de la
4x x x
courbe Γh au voisinage de +∞.
1 1 1
• Au voisinage de −∞ on a h( x ) − y = 3 − 3 ε( ) est négatif donc, (∆2 ) est au-dessous de la
4x x x
courbe Γh au voisinage de −∞.

49
Université Abdelmalek Essaadi Filière : SMPC - S1
Faculté des sciences de Tétouan Analyse 1
Département de Mathématiques 2019 - 2020

Rattrapage d’Analyse 1
(Durée 1h30)

Exercice 1: (5 pts)
1. Énoncer le théorème des accroissement finis.
2. Soit n ∈ N∗ . En utilisant le théorème des accroissement finis, montrer que :

1 √ √ 1
√ < n+1− n < √
2 n+1 2 n

1 1 1
3. Pour tout n ∈ N∗ on pose : un = 1 + √ + √ + · · · + √ ·
2 3 n
√ 1 √
Montrer que : 2 n − 2 + √ < un < 2 n − 1·
n
4. Est-ce-que la suite (un )n est convergente ?

Exercice 2: (8 pts)
Soit (vn ) la suite définie par :

3
v0 = 0 et vn+1 = ∀ n ∈ N·
vn + 2
3
1. Montrer que ∀n ∈ N on a : 0 ≤ vn ≤ ·
2
2. Supposons que la suite (vn )n converge vers une limite l, déterminer l.
3. Montrer que pour tout n ∈ N∗ on a : |vn − 1| ≤ k |vn−1 − 1| où k est une constante à
déterminer.
4. En déduire que la suite (vn )n converge vers l.

Exercice 3: (7 pts) √ √
√ √ 2 2 x
On considère la fonction f : [− 2, 2] → [− , ] définie par : f ( x ) =
4 4 2 + x2
1. Donner le DL5 (0) de la fonction f .
2. Montrer que f admet une fonction réciproque notée f −1 .
3. Calculer le DL5 (0) de la fonction f −1 ·
4. En déduire l’équation de la tangente à la courbe de f −1 au point M (0, 0). Que peut-on dire de
la nature de la courbe de f −1 en ce point.

NB : Les téléphones portable et les calculatrices programmables ou non programmables ne sont


pas autorisés.

50
Correction du rattrapage d’analyse 1 :

Solution d’exercice 1:

1. Énonçons le Théorème des Accroissements Finis (T. A. F.)


Soient a, b ∈ R (avec a < b) et f : [ a, b] → R une fonction. Supposons que f est continue sur
[ a, b] et dérivable sur ] a, b[. Alors, il existe au moins un point c ∈] a, b[
0
tel que : f (b) − f ( a) = (b − a) f (c).
2. Soit n ∈ N∗ . En utilisant le théorème des accroissement finis, montrons que :

1 √ √ 1
√ < n+1− n < √
2 n+1 2 n

La fonction f :7→ x est continue et dérivable sur ]0, +∞[.
Donc pour tout n ∈ N∗ , f est continue et dérivable sur [n, n + 1], ∀n ∈ N∗
et d’après T.A.F , il existe c ∈]n, n + 1[ tel que :

0 √
1 √
f (n + 1) − f (n) = (n + 1 − n) f (c) c-à-d n= √ · n+1−
2 c
√ √ √
Puisque pour tout n ∈ N∗ on a n < c < n + 1, donc 2 n + 1 < 2 c < 2 n·
1 1 1
D’où √ < √ < √ ·
2 n+1 2 c 2 n
1 √ √ 1
Finalement pour tout n ∈ N∗ : √ < n+1− n < √ ·
2 n+1 2 n
1 1 1
3. Pour tout n ∈ N∗ on pose : un = 1 + √ + √ + · · · + √ ·
2 3 n
√ 1 √
Montrons que : ∀n ∈ N∗ , 2 n − 2 + √ < u n < 2 n − 1·
n
1 √ √ 1
D’après la première question on a pour tout k ∈ N∗ : √ < k+1− k < √ .
2 k+1 2 k
On va appliquer cette inégalité démontrée pour tous les k compris entre 1 et n − 1, on obtient

1 √ √ 1

 √ < 2 − 1 < √
2 2 2 1


√ √

1 1


√ < 3− 2 < √



2 3 2 2


√ √

1 1


√ < 4− 3 < √



2 4 2 3




.




.

.





 1 √ √ 1
√ n−2− n−3 < √


 <
2 n−2 2 n−3


√ √

1 1


√ < n−1− n−2 < √



2 n−1 2 n−2


√ √

1 1


√ < n− n−1 < √



2 n 2 n−1

Puis on fait la somme de ces n inégalités terme à terme, nous donne :

1 1 1 √ √ 1 1 1
√ + √ ... + √ < n − 1 < √ + √ ... + √ ∀ n ∈ N∗
2 2 2 3 2 n 2 1 2 2 2 n−1

51
c-à-d
1 1 1 1 √ 1 1 1
( √ + √ ... + √ ) < n − 1 < (1 + √ ... + √ ) ∀ n ∈ N∗
2 2 3 n 2 2 n−1
1 1 1 1
Comme un = 1 + √ + √ + ... + √ +√ ∀n ∈ N∗ , alors
2 3 n−1 n

1 √ 1 1
( u n − 1) < n − 1 < ( u n − √ ) ∀ n ∈ N∗ ,
2 2 n

c-à-d
√ 1
un − 1 < 2 n − 2 < un − √ ∀ n ∈ N∗ ,
n
d’où
√ 1 √
2 n − 2 + √ < un < 2 n − 1 ∀ n ∈ N∗
n
4. Est-ce-que la suite (un )n est convergente ?
√ 1
D’après la question précédente on a 2 n − 2 + √ < un ∀ n ∈ N∗ et comme
n
√ 1
lim 2 n − 2 + √ = +∞. Alors (un ) est divergente et lim un = +∞.
n→+∞ n n→+∞

Solution d’exercice 2:
On a :
3
v0 = 0 et vn+1 = ∀ n ∈ N·
vn + 2
3
1. Montrons par récurrence que 0 ≤ vn ≤ ∀ n ∈ N·
2
3
• On a 0 ≤ v0 = 0 ≤ . La propriété est vraie au rang 0.
2
3
• Supposons la propriété vraie au rang n : 0 ≤ vn ≤ (Hypothèse de récurrence).
2
3
Montrons que la propriété vraie au rang n + 1 : 0 ≤ vn+1 ≤ ·
2
3 7
On a 0 ≤ vn ≤ donc : 2 ≤ vn + 2 ≤ ·
2 2
2 1 1
Ensuite on inverse chaque membre : ≤ ≤ ·
7 vn + 2 2
6 3 3
Puis on multiplie chaque membre par 3 : ≤ ≤ ·
7 vn + 2 2
6 3
Or ≥ 0 donc on a bien : 0 ≤ vn+1 ≤ ·
7 2
3
D’après le principe de récurrence ∀ n ∈ N : 0 ≤ vn ≤
2
2. Supposons que la suite (vn )n converge vers une limite l, déterminons l.
Si (vn ) converge elle convergera vers une limite réelle finie l.
3
On fait tendre n vers +∞ dans chaque membre de l’égalité ∀n ∈ N, vn+1 = ·
vn + 2
3
On obtient l= (par passage à la limite).
l+2
C’est à dire l ( l + 2) = 3·
C’est à dire l 2 + 2l − 3 = 0·
Cette équation possède deux solutions 1 et −3.
3 3
Or 0 ≤ l ≤ ( car ∀n ∈ N : 0 ≤ vn ≤ ).
2 2
La limite ne peut pas être égale à l = −3 donc l = 1·

52
3. Montrons que pour tout n ∈ N∗ on a : |vn − 1| ≤ k |vn−1 − 1| où k est une constante.
Soit n ∈ N∗ on a :
3 3 − v n −1 − 2 1 − v n −1 1
| v n − 1| = | − 1| = | |=| |= |vn−1 − 1|·
v n −1 + 2 v n −1 + 2 v n −1 + 2 v n −1 + 2

1 1
d’après la première question on sait que ∀ n ∈ N∗ : ≤
v n −1 + 2 2
3 1
car ∀ n ∈ N∗ : 0 ≤ v n −1 ≤ · D’où ∀n ∈ N : |vn − 1| ≤ |vn−1 − 1|·
2 2
On conclut que k = 12 ·
4. On en déduit que la suite (vn )n converge vers l.
1
D’après la question précédente on a pour tout k ∈ N∗ : |vk − 1| ≤ |vk−1 − 1|·
2
On va appliquer cette inégalité démontrée pour tous les k compris entre 1 et n, on obtient


 |v1 − 1| ≤ 21 |v0 − 1|

|v2 − 1| ≤ 12 |v1 − 1|





|v3 − 1| ≤ 12 |v2 − 1|











.




.

.





|vn−2 − 1| ≤ 21 |vn−3 − 1|










|vn−1 − 1| ≤ 12 |vn−2 − 1|





|vn − 1| ≤ 12 |vn−1 − 1|

Puis on fait le produit de ces n inégalités terme à terme, nous donne :


 1 n
∀n ∈ N : | v n − 1| ≤ |v0 − 1|·
2
1
Puisque v0 = 0 donc, ∀n ∈ N : |vn − 1| ≤ n ·
2
1
Comme lim = 0 alors, lim |vn − 1| = 0 c-à-d lim vn = 1.
n→+∞ 2n n→+∞ n→+∞
Finalement on déduit que (vn ) converge vers l = 1.

Solution d’exercice 3: √ √
√ √ 2 2 x
On considère la fonction f : [− 2, 2] → [− , ] définie par : f ( x ) =
4 4 2 + x2

1. Donnons le DL5 (0) de la fonction f .


√ √ x x 1
Soit x ∈ [− 2, 2] : f ( x ) = =  ·
2 + x2 2 x2
1+
2
1
L’intérêt de cette nouvelle écriture de f ( x ) est de faire apparaître la fonction u 7−→ ·
1+u
1
dont on connaît le DL en 0 à l’ordre 2 : = 1 − u + u2 − u3 + · · · (−1)n un + o (un )
1+u
1 x2
= 1 − u + u2 + o (u2 )· Quand x tend vers 0, est aussi tend vers 0. Donc il suffit de
1+u 2

53
x2 1
remplacer u par afin d’obtenir le DL de   à l’ordre 4 en 0 :
2 x2
1+
2
!2
1 x2 x2 x2 x4
= 1 − + + o ( x4 ) = 1 − + + o ( x4 )·
x2 2 2 2 4
 
1+
2
x
Pour obtenir le DL de f ( x ) à l’ordre 5 en 0 on multiplie ceci avec . Il vient :
2
x x3 x5
f (x) = − + + o ( x5 )·
2 4 8

2. Montrons que f admet une fonction réciproque notée f −1 .


x √ √ √ √
On a f ( x ) = , ∀ x ∈ [− 2, 2 ]· Donc f est continue et dérivable sur [− 2, 2]
2 + x2
(quotient de deux fonctions continues et dérivables dont le dénominateur ne s’annule pas.) et
0 2 + x2 − 2x2 2 − x2 √ √
sa dérivée est f ( x ) = 2 2
= 2 2
, ∀ x ∈ [− 2, 2], qui est strictement positive
√ √ (2 + x ) (2 + x ) √ √
sur ] − 2, 2[. Par suite f est strictement croissante et continue sur [− 2, 2]. D’où f admet
√ √ √ √
une fonction réciproque f −1 définie sur f ([− 2, 2]) = [− 42 , 42 ]·
3. Calculons le DL5 (0) de la fonction f −1 ·
Puisque f est impaire alors, f −1 est aussi est impaire. Par suite le développement limité à
l’ordre 5 en 0 de f −1 peut s’écrire sous la forme suivante
f −1 ( x ) = ax + bx3 + cx5 + o ( x5 ) avec a, b, c ∈ R·
x x3 x5
D’autre part, on sait que f ( x ) = − + + o ( x5 )·
2 4 8
Le développement limité de f −1 o f en 0 s’obtient en composant les développements limités :
Formule du binôme de Newton
( a + b)n = an + Cn1 an−1 b + · · · + Cnk an−k bk + ... + bn où Cnk = n!
k!(n−k )!

x3x x5   x x3 x 5 3  x x3 x 5 5
f −1 ( f ( x )) = a + − +b − + +c − + + o ( x5 )
2 4 8 2 4 8 2 4 8
x x3 x5 x3  x2 x 4 3 x5  x2 x 4 5
= a −a +a +b 1− + +c 1− + + o ( x5 )
2 4 8 8 2 4 32 2 4
2  4 3 !
x3 x5 x3
 4
x2
 4
x2 x2

x x x x
= a −a +a +b 1+3 − +3 − + −
2 8 32 8 4 2 4 2 4 2
x5
+c + o ( x5 )
32
x x3 x5 x3 x2 x5
= a − a + a + b (1 − 3 ) + c + o ( x 5 )
2 4 8 8 2 32
a b a 3 a 3b c 5
= x + ( − )x + ( − + ) x + o ( x5 )
2 8 4 8 16 32
D’autre part, on sait que f −1 o f ( x ) = x = x + o ( x5 ), par unicité du développement limité en
0, on en déduit le système
 a
 =1
2



 

 a=2

 

 b a 
− =0 c-à-d b=4
 8 4 


  c = 16



 a − 3b + c = 0



8 16 32

54
Finalement le développement limité d’ordre 5 au voisinage de 0 de la fonction f −1 est donné
par
f −1 ( x ) = 2x + 4x3 + 16x5 + o ( x5 )

4. On en déduit l’équation de la tangente à la courbe de f −1 au point M(0, 0). Que peut-on dire
de la nature de la courbe de f −1 en ce point.
Pour trouver la tangente en point M(0, 0) à la courbe représentative y = f −1 ( x ), on calcule le
développement limité à l’ordre 1 de f −1 en 0 :

f −1 ( x ) = 2x + o ( x )·

Alors la droite y = 2x est la tangente à la courbe en point M(0, 0).


Pour étudier (localement) la position de la courbe par rapport à la tangente, on calcule le
développement limité à un ordre supérieur, jusqu’à avoir un terme non-nul donc,

f −1 ( x ) = 2x + 4x3 + o ( x3 ) c-à-d f −1 ( x ) − 2x ∼ 4x3 ,


0

par suite la tangente traverse la courbe de f −1 au point M(0, 0) qui est un point d’inflexion.

55
Université Abdelmalek Essaadi Filière : SMPC - S1
Faculté des sciences de Tétouan Analyse 1
Département de Mathématiques 2018 - 2019

Rattrapage d’Analyse 1
(Durée 1h30)

Exercice 1: (5 pts)
On considère la fonction f définie sur R par :

 x2 sin( 1 ), si x 6= 0
f (x) = x
 0 si x = 0

1. Montrer que f est de classe C ∞ sur R∗ et calculer f ( x ) pour tout x 6= 0.


0

2. a) f est-elle continue en 0 ?
b) f est-elle dérivable en 0 ?
c) f est-elle de classe C1 sur R ?

Exercice 2: (8 pts)
Soit (un )n la suite numérique définie par :

 u0 = 1
2
 ∀n ∈ N un+1 = 2un + 2un + 1
2un + 1
1. Montrer que ∀n ∈ N u n > 0·
2. Calculer u n +1 − u n ·
1
3. En déduire que ∀n ∈ N u n +1 ≥ u n + ·
2
n
4. Montrer que ∀n ∈ N un ≥ 1 + ·
2
5. Quelle est la limite de la suite (un )n ?

Exercice 3: (7 pts)
Soient f , g : R∗ → R les fonctions définies par :
x 1
f (x) = et g( x ) =
1+e
1
x 1 + ex
1
1. Donner le développement limité d’ordre 3 au voisinage de 0 de la fonction et de e x ·
1+x
2. Déterminer le DL3 (0) de la fonction g.
3. En utilisant ce qui précède, montrer que la courbe Γ f de la fonction f admet une asymptote
oblique au voisinage de ( +∞ ) qu’on notera (∆)·
4. Préciser la position de (∆) par rapport à Γ f au voisinage de ( +∞ ).

56
Correction du rattrapage d’analyse 1 :

Solution d’exercice 1:
On considère la fonction f définie sur R par :

 x2 sin( 1 ), si x 6= 0
f (x) = x
 0 si x = 0

1. Montrons que f est de classe C ∞ sur R∗ et calculer f ( x ) pour tout x 6= 0.


0

1
La fonction x 7→ est de classe C ∞ sur R∗ et x 7→ sin x est de classe C ∞ sur R, donc par
x
1
composition x 7→ sin est de classe C ∞ sur R∗ . Puis par multiplication par la fonction x 7→ x2
x
qui est de classe C ∞ sur R, la fonction f est de classe C ∞ sur R∗ .
0
Calculer f ( x ) pour tout x 6= 0
1
Soit x ∈ R∗ on a : f ( x ) = x2 sin( ),
 x 
0 1 2 1 1 1 1
donc f ( x ) = 2x sin( ) + x − 2 cos( ) = 2x sin( ) − cos( )
x x x x x
2. a) f est-elle continue en 0 ?
1
Pour tout x ∈ R∗ on a : | sin( )| ≤ 1
x
1 2
2
d’où | x sin( )| ≤ x , c-à-d | f ( x )| ≤ x2 ·
x
Puisque lim x2 = 0 donc, lim f ( x ) = 0 = f (0) par consequent, f est continue en 0.
x →0 x →0
b) f est-elle dérivable en 0 ?
f ( x ) − f (0) f (x)
On a lim = lim et d’après la question précédente on a pour tout
x →0 x−0 x →0 x
f (x)
x ∈ R∗ : | f ( x )| ≤ x2 , c-à-d | | ≤ | x |·
x
f ( x ) − f (0) 0
Donc, lim = 0· Par suite f est dérivable en 0 et f (0) = 0.
x →0 x−0
c) f est-elle de classe C1 sur R ?
Pour déterminer si f est C1 en 0, il faut étudier si la dérivée de f est continue en 0.
Pour x 6= 0, on a
0 1 1
f ( x ) = 2x sin( ) − cos( )·
x x
Or, posons ∀n ∈ N∗ : un = 1
2nπ . Alors, un tend vers 0, et

0 1 0
f (un ) = sin(2nπ ) − cos(2nπ ) = −1 6= f (0)·

0
Ainsi, f n’est pas continue en 0, par conséquent f n’est pas de classe C1 .

Solution d’exercice 2:
On a 
 u0 = 1
2
 ∀n ∈ N un+1 = 2un + 2un + 1
2un + 1
1. Montrons par récurrence que un > 0 ∀ n ∈ N·
• On a u0 = 1 > 0. La proposition est vraie au rang 0.

57
• Supposons la proposition vraie au rang n : un > 0 (Hypothèse de récurrence).
Montrons que la proposition est vraie au rang n + 1 : un+1 > 0·
2u2 + 2un + 1
On a un+1 = n ,
2un + 1
puisque un > 0 donc, 2u2n + 2un + 1 > 0 et 2un + 1 > 0·
Par suite un+1 > 0·
D’après le principe de récurrence la proposition est vraie pour tout n ∈ N
c-à-d ∀n ∈ N un > 0·
2. Calculons pour tout n ∈ N : u n +1 − u n ·
2u2 + 2un + 1 2u2 + 2un + 1 − 2u2n − un un + 1
Soit n ∈ N on a : un+1 − un = n − un = n = ·
2un + 1 2un + 1 2un + 1
1
3. On en déduit que ∀n ∈ N u n +1 ≥ u n + ·
2
1 1 un + 1
Soit n ∈ N on a : un+1 − (un + ) = un+1 − un − , comme ∀n ∈ N un+1 − un = ·
2 2 2un + 1
1 un + 1 1 2un + 2 − 2un − 1 1
Alors, un+1 − (un + ) = − = = > 0,
2 2un + 1 2 2(2un + 1) 2(2un + 1)
car ∀n ∈ N : un > 0·
1 1
Donc, ∀n ∈ N : un+1 − (un + ) > 0 par suite, ∀n ∈ N un+1 ≥ un + ·
2 2
n
4. Montrons que ∀n ∈ N un ≥ 1 + ·
2
1
D’après la question précédente on a pour tout k ∈ N : u k +1 ≥ u k + ·
2
On va appliquer cette inégalité démontrée pour tous les k compris entre 1 et n, on obtient

1
u1 ≥ u0 +


2




 1
u2 ≥ u1 +


2









 1
u3 ≥ u2 +


2









.




.

.




1


u n −2 ≥ u n −3 +






 2



1


u n −1 ≥ u n −2 +



2







1



 u n ≥ u n −1 +

2
Puis on fait la somme de ces n inégalités terme à terme, nous donne :
1
∀n ∈ N u n ≥ u0 + n ·
2
Finalement on déduit que
n
∀n ∈ N un ≥ 1 + ·
2
5. On a d’après la question précédente
n
∀n ∈ N un ≥ 1 + ·
2

58
n
Puisque lim = +∞ alors, (un )n est divergente et lim un = +∞.
n→+∞ 2 n→+∞

Solution d’exercice 3:
Soient f , g : R∗ → R les fonctions définies par :

x 1
f (x) = et g( x ) =
1+e
1
x 1 + ex

1
1. Donnons le développement limité d’ordre 3 au voisinage de 0 de la fonction et de e x ·
1+x
On sait que les développement limités d’ordre n au voisinage de 0 de deux fonctions x 7→ e x
1
et x 7→ sont
1+x

1 x x2 x3 xn
= 1 − x + x2 − x3 + · · · (−1)n x n + o ( x n ) et ex = 1 + + + +··· + o ( x n ),
1+x 1 2! 3! n!
donc leur développement limités d’ordre 3 au voisinage de 0 sont

1 1 1
= 1 − x + x2 − x3 + o ( x3 ) et e x = 1 + x + x2 + x3 + o ( x3 )·
1+x 2 6
2. Déterminons le DL3 (0) de la fonction g.
D’après la premiere question on a

1
g( x ) =
1 + ex
1
=
x2 x3
1+1+x+ + + o ( x3 )
2 6
1
=
x2 x3
2+x+ + + o ( x3 )
2 6
1 1
= ×
2 1+X

x x2 x3 1
avec X = + + tend vers 0 lorsque x tend vers 0. En utilisant le DL3 (0) de x 7→
2 4 12 1+x
on obtient
 
1 2 3 3
g( x ) = 1 − X + X − X + o(X )
2
x x2 x3  x x2 x 3 2 x x2 x 3 3

1 3
= 1− + + + + + − + + + o(x )
2 2 4 12 2 4 12 2 4 12 
1 x x2 x3 x2 x x 2 2 x 3 x x 2 3
= 1− − − + 1+ + − 1+ + + o ( x3 )
2 2 4 12 4 2 6  8 2 6
1 x x2 x3 x2  x3
= 1− − − + 1+x − + o ( x3 )
2 2 4 12 4 8
1 x x2 x3 x2 x3 x3
= 1− − − + + − + o ( x3 )
2 2 4  12 4 4 8
1 x x3
= 1− + + o ( x3 )·
2 2 24

Finalement on obtient le DL3 (0) de la fonction g

1 x x3
g( x ) = − + + o ( x3 )
2 4 48

59
3. En utilisant ce qui précède, montrons que la courbe Γ f de la fonction f admet une asymptote
oblique au voisinage de ( +∞ ) qu’on notera (∆)·
1
On pose u = donc, u tend vers 0 lorsque x tend vers +∞. D’où
x
x 1
f (x) = = ·
1+e
1
x u (1 + e u )

En utilisant la question 2 on a

1 1 1 u u3 1 1 u2
+ o ( u3 ) = + o (u2 )·

f (x) = g(u) = − + − +
u u 2 4 48 2u 4 48
Donc,
1 1 1 1
x− +
f (x) = + o ( 2 )·
2 4 48x2 x
1 1
Alors, La droite oblique (∆) d’équation y = x − est asymptote à la courbe Γ f de la fonction
2 4
f au voisinage de +∞.
4. Précisons la position de (∆) par rapport à Γ f au voisinage de ( +∞ ).
1 1
Comme f ( x ) − y = + o ( 2 ) Alors, la courbe est au-dessus de son asymptote oblique
48x2 x
(∆) au voisinage de +∞.
(La position de la courbe par rapport à son asymptote au voisinage de +∞, est donnée par le
1
signe de 48x2
)

60
Université Abdelmalek Essaadi Filière : SMPC - S1
Faculté des sciences de Tétouan Analyse 1
Département de Mathématiques 2013 - 2014

Contrôle d’analyse 1
(Durée 1h30)

Questions de cours :
0 1
1. Montrer en utilisant la définition de la dérivabilité que f ( x ) = √ où
√ 2 x
f ( x ) = x; x ∈]0, +∞[, f est-elle dérivable en 0 ?
2. Énoncer le théorème des valeurs intermédiaires.

Exercice 1:
Montrer si les suites extraites (u2n )n≥0 , (u2n+1 )n≥0 et (u5n )n≥0 convergent alors la suite (un )n≥0 est
convergente.

Exercice 2:
x3 2x 1
On considère la fonction f : R → R définie par f ( x ) = + + et on définit la suite (un )n≥0 en
9 3 9
posant u0 = 0 et un+1 = f (un ) pour n ∈ N.
1. En utilisant le théorème des V.I montrer que l’équation x3 − 3x + 1 = 0 possède une solution
1
unique α ∈]0, [·
2
2. Montrer que l’équation f ( x ) = x est équivalente à l’équation x3 − 3x + 1 = 0 et en déduire
1
que α est l’unique solution de l’équation f ( x ) = x dans ]0, [·
2
3. Montrer que la fonction f est croissante sur R+ et que f (R+ ) ⊂ R+ · En déduire que la suite
(un )n≥0 est croissante.
1 1 1
4. Montrer que f ( ) < et en déduire que 0 ≤ un ≤ pour n ≥ 0·
2 2 2
5. Montrer que la suite (un )n≥0 converge vers α·

Exercice 3:
1 1 x
On considère la fonction f : [−1, 1] → [− , ] , définie par : f ( x ) =
2 2 1 + x2
1. Montrer que f admet une fonction réciproque notée f . − 1

2. Calculer le développement limité d’ordre 5 au voisinage de 0 de la fonction f −1 .


3. En déduire l’équation de la tangente à la courbe de f −1 au point M (0, 0). Que peut-on dire de
la nature de la courbe de f −1 en ce point.

61
Correction du contrôle d’analyse 1 :

Questions de cours :
1. Soit x > 0, pour tout x0 > 0 :
√ √
f ( x ) − f ( x0 ) x − x0 x − x0 1
= = √ √ =√ √ ,
x − x0 x − x0 ( x + x0 )( x − x0 ) x + x0

f ( x ) − f ( x0 ) 1 0
puisque lim = √ = f ( x0 )
x → x0 x − x0 2 x0
0
donc, f est dérivable sur ]0, +∞[ et ∀ x ∈]0, +∞[: f ( x ) = 1

2 x
·
Mais f n’est pas dérivable à droite en x0 = 0 car,

f ( x ) − f (0) x 1
lim = lim = lim √ = +∞·
x → x0 x x → x0 x x → x0 x

2. Théorème des valeurs intermédiaires :


Soit f : [ a, b] → R une fonction continue sur [ a, b]. On désigne par,

m = inf f ( x ) et M = sup f ( x )·
x ∈[ a,b] x ∈[ a,b]

Alors, f prend toute valeur comprise entre m et M c’est-à-dire

∀y0 ∈ [m, M], ∃ x0 ∈ [ a, b] tel que y0 = f ( x0 ).

En particulier si f ( a) et f (b) sont de signes contraires ( f ( a) × f (b) < 0 ), alors l’équation


f ( x ) = 0 admet au moins une solution dans [ a, b].

Solution d’exercice 1:
Supposons que lim u2n = l1 , lim u2n+1 = l2 et lim u5n = l3 avec l1 , l2 , l3 ∈ R·
On a (u10n ) est une suite extraite de (u5n ) et (u2n ) donc lim u10n = l1 = l3 et d’autre part on a
(u10n+5 ) est une suite extraite de (u5n ) et (u2n+1 ) donc lim u10n+5 = l2 = l3 · D’où l1 = l2 et par suite
(u2n ) et (u2n+1 ) convergent vers la même limite. Par conséquent la suite (un ) est convergente.
Rappels

1. Toute suite extraite d’une suite convergente (un )n est convergente et converge vers
lim un ·
2. Si les suites extraites (u2n )n et (u2n+1 )n convergent vers la même limite l alors, (un )n
converge et lim un = l ·

Solution d’exercice 2:
x3 2x 1
On considère la fonction f : R → R définie par f ( x ) = + + et on définit la suite (un )n≥0 en
9 3 9
posant u0 = 0 et un+1 = f (un ) pour n ∈ N.
1. En utilisant le théorème des V.I montrons que l’équation x3 − 3x + 1 = 0 possède une solution
1
unique α ∈]0, [·
2
La fonction polynomiale x 7→ p( x ) = x3 − 3x + 1 est continue et dérivable sur R et sa dérivée
0 0
p définie par : ∀ x ∈ R p ( x ) = 3x2 − 3 qui est strictement négative sur ] − 1, 1[ car,

62
x −∞ −1 1 +∞

p0 ( x ) + 0 − 0 +

p(-1) +∞
p( x )
−∞ p(1)

Donc p est continue et strictement décroissante sur [0, 12 ]. Comme p(0) = 1 > 0 et
p( 12 ) = − 38 < 0. Alors d’après le théorème des valeurs intermédiaires il existe un réel unique
α de ]0, 12 [ tel que p(α) = 0 (l’unicité provient de la monotonie stricte) c-à-d l’équation x3 −
3x + 1 = 0 possède une solution unique α ∈]0, 12 [·
2. Montrons que l’équation f ( x ) = x est équivalente à l’équation x3 − 3x + 1 = 0 et en déduire
1
que α est l’unique solution de l’équation f ( x ) = x dans ]0, [·
2
Soit x ∈ R on a :
x3 2x 1 x3 x 1
f (x) = x ⇔ + + =x⇔ − + = 0 ⇔ x3 − 3x + 1 = 0·
9 3 9 9 3 9
Donc l’équation f ( x ) = x est équivalente à l’équation x3 − 3x + 1 = 0 et d’après la première
question, on en déduit que α est l’unique solution de l’équation f ( x ) = x dans ]0, 21 [·
3. Montrons que la fonction f est croissante sur R+ et que f (R+ ) ⊂ R+ · En déduire que la suite
(un )n≥0 est croissante.
0
La fonction polynomiale f est continue et dérivable sur R et sa dérivée est f définie par :
0 x2 + 2
∀ x ∈ R, f ( x ) = qui est strictement positive sur R+ donc, la fonction f est croissante
3
sur R+ . Comme elle est continue sur R+ alors,

f (R+ ) = f ([0, +∞[) = [ 19 , +∞[⊂ R+ ·

Puisque u0 = 0 ∈ R+ et u0 ≤ u1 = f (u0 ) = 19 , on en déduit que la suite récurrente (un )n≥0 est


croissante.
1 1 1
4. Montrons que f ( ) < et en déduire que 0 ≤ un ≤ pour n ≥ 0·
2 2 2
1 ( 12 )3 2( 12 ) 1 ( 81 ) 4 1 1 11
On a f ( 2 ) = + + = + = ( + 4) = donc, f ( 12 ) < 12 ·
9 3 9 9 9 9 8 24
On a f ([0, 12 ]) = [ f (0), f ( 21 )] = [ 19 , f ( 12 )] car, f est continue et croissante sur R+ , par conséquent
f ([0, 12 ]) ⊂ [0, 12 ]. Comme un+1 = f (un ) pour n ∈ N et u0 = 0 ∈ [0, 21 ], on en déduit que
un ∈ [0, 12 ] pour tout n de N.
5. Montrer que la suite (un )n≥0 converge vers α· On a (un )n une suite croissante et majorée par
1
2 donc, elle est convergente vers une limite réelle finie l, l ∈ [0, 21 ]. De plus f est continue sur
[0, 21 ] et un+1 = f (un ) pour tout n ∈ N alors, l = f (l ), l ∈ [0, 12 ]. Comme f ( 12 ) < 12 , on en
déduit que l vérifie l’équation l = f (l ), l ∈]0, 12 [ et d’après la question 2, on obtient l = α

63
Rappels
Soient I un intervalle de R, et f : I → R une fonction continue. Supposons que l’intervalle I

est stable par f f ( I ) ⊆ I . Notons (un ) la suite définie par la donnée de u0 ∈ I et la relation
de récurrence un+1 = f (un ) n ∈ N.
1. (un ) est bien définie.
2. Lorsque f est croissante sur I alors, (un ) est monotone. De façon plus précise, on a
(i ) Si u0 ≤ u1 alors, (un ) est croissante.
(ii ) Si u0 ≥ u1 alors, (un ) est est décroissante.

Solution d’exercice 3:
x
1. On a f ( x ) = , ∀ x ∈ [−1, 1]· Donc f est continue et dérivable sur [−1, 1] (quotient de
1 + x2
deux fonctions continues et dérivables dont le dénominateur ne s’annule pas.) et sa dérivée est
0 1 + x2 − 2x2 1 − x2
f (x) = = , ∀ x ∈ [−1, 1], qui est strictement positive sur ] − 1, 1[. Par
(1 + x 2 )2 (1 + x 2 )2
suite f est strictement croissante et continue sur [−1, 1]. D’où f admet une fonction réciproque
f −1 définie sur f ([−1, 1]) = [− 21 , 12 ]·
2. Puisque f est impaire alors, f −1 est aussi est impaire. Par suite le développement limité à
l’ordre 5 en 0 = f (0) de f −1 peut s’écrire sous la forme suivante

f −1 ( x ) = ax + bx3 + cx5 + o ( x5 ) avec a, b, c ∈ R·

D’autre part, on sait que


x
f (x) =
1+ x2 
1
= x 1
1 + x2 = 1 − t + t2 − t3 + · · · (−1)n tn + o (tn )
1+t
= x 1 − x2 + x4 + o ( x4 )


= x − x3 + x5 + o ( x5 )

Le développement limité de f −1 o f en 0 s’obtient en composant les développements limités :

f −1 ( f ( x )) = a( x − x3 + x5 ) + b( x − x3 + x5 )3 + c( x − x3 + x5 )5 + o ( x5 )
= ax − ax3 + ax5 + bx3 (1 − x2 + x4 )3 + cx5 (1 − x2 + x4 )5 + o ( x5 )
= ax − ax3 + ax5 + bx3 (1 + 3( x4 − x2 ) + 3( x4 − x2 )2 + ( x4 − x2 )3 ) + cx5 + o ( x5 )
= ax − ax3 + ax5 + bx3 (1 − 3x2 ) + cx5 + o ( x5 )
= ax + (b − a) x3 + ( a − 3b + c) x5 + o ( x5 )

D’autre part, on sait que f −1 o f ( x ) = x = x + o ( x5 ), par unicité du développement limité en


0, on en déduit le système
 
 a=1  a=1

 

b−a = 0 c-à-d b=1
 
 a − 3b + c = 0
  c=2

Finalement le développement limité d’ordre 5 au voisinage de 0 de la fonction f −1 est donné


par
f −1 ( x ) = x + x3 + 2x5 + o ( x5 )

64
3. Pour trouver la tangente en point M(0, 0) à la courbe représentative y = f −1 ( x ), on calcule le
développement limité à l’ordre 1 de f −1 en 0 :

f −1 ( x ) = x + o ( x )·

Alors la droite y = x est la tangente à la courbe en point M(0, 0).


Pour étudier (localement) la position de la courbe par rapport à la tangente, on calcule le
développement limité à un ordre supérieur, jusqu’à avoir un terme non-nul donc,

f −1 ( x ) = x + x3 + o ( x3 ) c-à-d f −1 ( x ) − x ∼ x3 ,
0

par suite la tangente traverse la courbe au point M (0, 0) qui est un point d’inflexion.

Bon courage

65

Vous aimerez peut-être aussi