Vous êtes sur la page 1sur 2

Dossier / Cas clinique Revue francophone d'orthoptie 2019;12:40–41

Strabisme Divergent et maladie de


Parkinson
Divergent strabismus and Parkinson's disease

Marie Odile Pataut Renard (Orthoptiste) Résidence Gigny-Val-d'Ornel, 24, place du Général
de Gaulle, 52100 Saint-Dizier, France

RÉSUMÉ MOTS CLÉS


Les patients âgés présentant des maladies de Parkinson ont fréquemment des troubles visuels Maladie de Parkinson
sensoriels avec une atteinte de la discrimination des couleurs, de la sensibilité aux contrastes. . . Diplopie
mais également des troubles moteurs avec souvent une exophorie tropie et une perturbation de Strabisme divergent
la motricité oculaire qui requiert alors une prise en charge orthoptique qui peut durer plusieurs
années KEYWORDS
© 2019 Publié par Elsevier Masson SAS. Parkinson's disease
Diplopia
Strabismus divergent

SUMMARY
Patients with Parkinson's disease have frequently sensory visual disorders with impairment of
the discrimination of colors, sensitivity to contrasts. . . but also motor disorders with frequently an
exophoria tropie and a disruption of ocular motor which then requires a charge vision therapy
which can last several years
© 2019 Published by Elsevier Masson SAS.

MOTIFS DU BILAN ET ANAMNESE BILAN ORTHOPTIQUE INITIAL


Monsieur M, âgé de 80 ans, est adressé par Le bilan est réalisé avec sa correction optique
son ophtalmologiste. Depuis quelques mois il progressive qu'il porte en permanence :
se plaint de difficultés en lecture : il saute des OD +1.25 (-0.75)1058 Add 2.50 OG +1.25
lignes et les lignes se mélangent. (-0.75) 50 Add 2.50
Il a été opéré de cataracte bilatérale il y a
plusieurs années 1.1.Sur un plan sensoriel
Il est à noter que Monsieur M présente une
maladie de Parkinson soignée depuis presque
20 ans.  Son acuité visuelle est symétrique :
Monsieur M habite à la campagne, il jardine, Èil droit : 1.0 Snellen lettres à 5 m P2
sans aucune gêne visuelle. Il regarde la télé- Èil gauche : 1.0 Snellen lettres P2
vision sans difficulté. La conduite automobile a Les deux yeux ensembles 1.0 Snellen let-
été abandonnée depuis plusieurs années tres à 5 m P2 faible avec apparition d'une
en lien avec l'évolution de sa maladie de diplopie rapidement
Parkinson.  Ses capacités fusionnelles sont très insuffi-
Il est, par contre, un numismate (collection- santes de loin : C4 D8 et impossible à chiffrer
neur de pièces anciennes) passionné, peut de près car il voit rapidement double
passer des heures à observer, trier ses pièces à 40 cm
de monnaie. Il lit de nombreuses revues en  Sa vision stéréoscopique est de 2000 ' au
Adresse e-mail :
lien avec sa passion. RDS m.odile.pataut@wanadoo.fr

https://doi.org/10.1016/j.rfo.2019.02.012
© 2019 Publié par Elsevier Masson SAS.
40
Strabisme Divergent et maladie de Parkinson
Dossier / Cas clinique

 Le Punctum Proximum de Convergence fusionnel est mau- Après 15 séances de rééducation, Monsieur M voit moins
vais et sans endurance : 40 cm puis s'éloigne jusqu'à double mais les résultats restent instables et non satisfaisants
100 cm environ. au quotidien. Les capacités fusionnelles restent modestes et
surtout très variables C8 à 20D D6 C'4 à 16 D'12 à 16.
La motricité oculaire est plus endurante mais les mouvements
1.2.Sur un plan moteur restent lents et parfois non synchrones.
Nous avons alors fait des essais de prismes en vision de près.
Il a été préalablement discuté avec M M de la possibilité de
 Monsieur M est droitier Èil droit directeur faire une correction optique uniquement de près avec prismes
 Il existe une exophorie de loin : X6 + HD1D et une exophorie incorporés ou des verres dégressifs qui lui auraient permis de
tropie très instable de près X'X't18D travailler également sur ordinateur. Monsieur M utilisant peu
 L'examen de la motilité est sans particularité l'outil informatique, le choix a donc été fait pour une paire de
 L'examen de la motricité oculaire met en évidence : lunettes de vision de près avec prismes incorporés : 4D base
 des mouvements de poursuite horizontale lisses, les pour-
interne Èil Droit + 4D base interne Èil gauche
suites verticales semblent moins lisses. Avec cet équipement, Monsieur M garde des capacités fusion-
 Les saccades horizontales sont correctes mais les sac-
nelles modérées, une motricité oculaire qui reste lente et
cades verticales sont peu confortables et indirectes. parfois asynchrone. Il a été écrit que 75 % des patients par-
 Les mouvements de vergence sont rapidement impossi-
kinsoniens présentent une altération des mouvements oculai-
bles dans la mise en jeu res dans les deux plans (vertical et horizontal) et souvent en
L'examen de la motricité oculaire met en évidence des mou- convergence. [1].
vements globalement non endurants. Sa diplopie a fortement diminué et il a retrouvé une meilleure
endurance en fixation de près. Il a également ajouté une lampe
de bureau pour ses activités de près.
1.3.Sur un plan fonctionnel Nous avons maintenu un suivi mensuel pour préserver ses
acquis et pour l'instant ce rythme semble lui convenir.
 En lecture, il se plaint rapidement d'une vision floue puis
double et il ferme alors l'œil gauche. Il est essentiel de prendre en compte le fait que la maladie de
 La localisation visuelle, testée lors d'un test de piquage est Parkinson est une maladie neurodégénérative d'évolution lente
précise au début mais non endurante et à expression motrice. « La perte progressive des neurones
dopaminergiques est responsable des troubles de réalisation
des mouvements. Sur un plan visuel, cela peut entrainer des
troubles de l'acuité visuelle, du sens chromatique, de la sensi-
DIAGNOSTIC ORTHOPTIQUE ET PROJET DE bilité aux contrastes, des troubles de l'attention visuelle en lien
SOIN avec un trouble de l'organisation et de la vitesse des saccades
mais également des troubles de l'initiation des mouvements de
Le bilan orthoptique met en évidence un strabisme divergent
poursuite même si cela reste controversé car l'âge, en lui-
très instable de près avec des capacités fusionnelles faibles de
même, suffit à perturber le mouvement oculaire lent. [2]
loin et de près, une motricité oculaire perturbée essentielle-
Pour LARMANDE [3], les poursuites verticales sont plus fra-
ment dans les mouvements verticaux et une perte d'endu-
giles que les poursuites horizontales et les poursuites sont
rance en fixation de près.
plus fragiles que les saccades.
Une rééducation orthoptique est proposée pour améliorer ces
Dans ce contexte de maladie neurodégénérative, il semble
divers éléments. En fonction des résultats et du ressenti du
indispensable de maintenir une prise en charge orthoptique
patient une prismation pourra être proposée en vision de près
aussi longtemps qu'il est nécessaire, mais en gardant à l'esprit
pour l'aider à compenser l'exophorie tropie.
qu'il faudra peut-être un jour savoir s'arrêter lorsque la maladie
aura évolué et que la prise en charge orthoptique n'apportera
plus de réponse à la plainte du patient ou deviendra beaucoup
REEDUCATION ORTHOPTIQUE trop fatigante ou contraignante. Il parait également indispen-
sable de rappeler qu'il faut savoir adapter les horaires des
La rééducation a été commencée en prenant en compte la séances aux traitements médicamenteux de nos patients.
pathologie de Monsieur M, son état de fatigue, les fluctuations
de résultats d'une séance à l'autre ou d'un moment à l'autre de Déclaration de liens d'intérêts
la journée. Les séances ont débuté de façon hebdomadaire L'auteur déclare ne pas avoir de liens d'intérêts.
puis espacées progressivement.
 La motricité oculaire a été sollicitée en monoculaire puis en
binoculaire RÉFÉRENCES
 Les capacités fusionnelles ont été travaillées de loin et de
près sur mires para maculaires puis maculaires (la fusion sur [1] Larmande P, Larmande A. Abrégé de neurophtalmologie. MAS-
mires paramaculaires était plus facile pour Monsieur M. Le SON 1989;184.
travail de près a été commencé à 1 mètre puis rapproché [2] Orssaud C. Starbologie, 3ieme Edition, Dr Espinasse Berrod
progressivement. Elsevier; 2018. p. 246.
 L'exploration visuelle a été travaillée sur feuille : recherche [3] Larmande P, Larmande A. Abrégé de neurophtalmologie. MAS-
de semblables, recherches de différences. . . SON 1989;182–3.

41