Vous êtes sur la page 1sur 70

MINISTERE DE L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR DE LA

RECHERCHE SCIENTIFIQUE
UNIVERSITE DE SFAX
INSTITUT SUPERIEUR DE GESTION INDUSTRIELLE DE
SFAX
Service des stages
MP-MIQSE-2-18-6

PROJET DE FIN D’ETUDES


Effectué à
GRINPARAPHA

En vue de l’obtention du diplôme de

MASTÈRE PROFESSIONNEL MANAGEMENT INTÉGRÉ


QUALITÉ/SÉCURITÉ/ENVIRONNEMENT(LMD) :
QUALITÉ/SÉCURITÉ/ENVIRONNEMENT

Intitulé

Mise en place ISO 45001

Elaboré par : BOUZAYANI SAMAR

Soutenu le 06/07/2018 à 08:30 à la salle SC10 devant le Jury :


Président: Noomène GUIRAT
Rapporteur: JERBI Abdessalem
Encadrant ISGIS: FRIKHA Faiçal
Co-Encadrant ISGIS:
Encadrant Prof: Walid bouzayani

Année Universitaire 2017-2018


Dédicaces
Je dédie ce modeste travail

Mon très cher père Hechmi

Pour l’extrême sensibilité et l’immense tendresse

Que vous m’avez toujours manifestées et qui font de vous un père merveilleux

Que dieu vous garde heureux et en bonne santé

Ma très chère mère Noura

Pour les nombreuses années de sacrifices

Que ce travail soit pour vous le témoignage de mon amour éternel et ma


reconnaissance

Que dieu vous garde heureuse et en bonne santé

Mes très chers frères et la plus douce sœur

Avec tout l’amour et la tendresse que je vous porte,

Je vous souhaite beaucoup de réussite dans votre

vie

A tous ceux qui m’ont soutenue tout au long de ce projet, qu’ils trouvent ici
l’expression de mes profonds sentiments pour leurs encouragements.

Samar...
REMERCIEMENTS
Je tiens au début de ce rapport à exprimer mes respects les plus
distingués ainsi que mes chaleureux remerciements à Mr.walid
BOUZAYENI, Mme.Wejden CHAHTOUR et Mr.Faycal
FRIKHA pour leurs conseils considérables, leurs encouragements
incessants et leurs contributions efficaces.

Qu’ils trouvent ici l’expression de mes immenses gratitudes pour la


confiance qu’ils m’ont témoignée.

C’est avec plaisir que j’ exprime mes profonds respects aux


membres du jury qui ont bien voulu juger notre projet de fin
d’étude.

Enfin, j’ adresse mes sincères remerciements à tous les enseignants


et le cadre administratif de l’ISGIS. Nous leur sommes
reconnaissants pour avoir développé notre formation.

Merci…
Sommaire

Dédicaces ------------------------------------------------------------------- Erreur ! Signet non défini.

Remerciement-------------------------------------------------------------- Erreur ! Signet non défini.

Sommaire ------------------------------------------------------------------- Erreur ! Signet non défini.

Liste des figures ----------------------------------------------------------- Erreur ! Signet non défini.

Liste des tableaux --------------------------------------------------------- Erreur ! Signet non défini.

Introduction Générale-----------------------------------------------------------------------------------

Chapitre 1 :presentation de la societe-------------------------------------------------------------1

Introduction----------------------------------------------------------------------------------------- 2

1. Carte d’entreprise------------------------------------------------------------------------- 2

2. Localisation géographique---------------------------------------------------------------3

3. Presentation--------------------------------------------------------------------------------- 3

3.1. Mission--------------------------------------------------------------------------------------- 3

3.2. But-------------------------------------------------------------------------------------------- 3

6. Leadership---------------------------------------------------------------------------------- 7

7. Parties intéressées-------------------------------------------------------------------------- 7

8. Management des connaissances---------------------------------------------------------8

III. Avantages de la nouvelle version ISO 9001:2015------------------------------------8

Conclusion------------------------------------------------------------------------------------------- 8

Chapitre 2 : Présentation de la Société Industrielle-------------------------------------------11

Introduction--------------------------------------------------------------------------------------- 11
I. Présentation de secteur --------------------------------------- Erreur ! Signet non défini.

1. Informations générales : ----------------------------------- Erreur ! Signet non défini.

1. Domaine d’activité : ---------------------------------------- Erreur ! Signet non défini.

2. Plan global : -------------------------------------------------- Erreur ! Signet non défini.

3. Effectif :------------------------------------------------------- Erreur ! Signet non défini.

4. Organigramme de la société :----------------------------- Erreur ! Signet non défini.

II. Présentation du domaine de la certification : --------- Erreur ! Signet non défini.

Conclusion ------------------------------------------------------------ Erreur ! Signet non défini.

Chapitre 3 : Mise en place du système management de la qualité selon la norme 9001


version 2015---------------------------------------------------------------------------------------------------- 22

Introduction ---------------------------------------------------------- Erreur ! Signet non défini.

I. Diagnostic qualité ---------------------------------------------- Erreur ! Signet non défini.

1. Outil d’autodiagnostic ISO 9001 :2015 ----------------- Erreur ! Signet non défini.

2. Analyse des résultats de l’autodiagnostic : ------------- Erreur ! Signet non défini.

3. Synthèse------------------------------------------------------- Erreur ! Signet non défini.

II. Planification-------------------------------------------------- Erreur ! Signet non défini.

III. Mise en œuvre du plan d’actions ------------------------- Erreur ! Signet non défini.

1. Contexte de S ------------------------------------------------ Erreur ! Signet non défini.

1.1 Détermination des enjeux internes et externes :--- Erreur ! Signet non défini.

1.2 Détermination des besoins et attentes des parties intéressées


pertinentes : -------------------------------------------------------------- Erreur ! Signet non défini.

2. Etablissement de la politique et les objectifs qualité : Erreur ! Signet non défini.


2.1 Etablissement de la politique :------------------------ Erreur ! Signet non défini.

2.2 Définition des objectifs qualité :---------------------- Erreur ! Signet non défini.

3. Élaboration des processus : ------------------------------- Erreur ! Signet non défini.

3.1 Identification des processus : ------------------------- Erreur ! Signet non défini.

3.2 Revue des processus : ---------------------------------- Erreur ! Signet non défini.

3.2.1 Management des risques : ------------------------ Erreur ! Signet non défini.

3.2.2 Les informations documentées------------------------------------------------44

Exemple 4 : Fiche d’actions --------------------------------- Erreur ! Signet non défini.

3.3 Cartographie des processus --------------------------- Erreur ! Signet non défini.

4. Planification des actions mises en œuvre face aux risques et


opportunités---------------------------------------------------------------- Erreur ! Signet non défini.2

Conclusion----------------------------------------------------------------------------------------- 53

Conclusion Générale-------------------------------------------------------------------------------------

Liste des figures

Figure 1: Historique de la norme 9001------------------------------------Erreur ! Signet non

défini. Figure 2: Les clés d’évolution de l’ISO 9001 :2015 -------------------Erreur ! Signet

non défini. Figure 3: La structure d’haut niveau et le cycle PDCA -------------Erreur !

Signet non défini. Figure 4: Siège de la société industrielle de grillage

------------------Erreur ! Signet non défini.


Figure 5 : Organigramme de la société industrielle de grillage --Erreur ! Signet non défini.

Figure 7: Outil d'autodiagnostic --------------------------------------------Erreur ! Signet non défini.

Figure 8: Le résultat d'autodiagnostic réalisé dans en Février 2017Erreur ! Signet non


défini.

Figure 9: Bilan du diagnostic qualité --------------------------------------Erreur ! Signet non défini.

Figure 10: Analyse SWOT ----------------------------------------------------Erreur ! Signet non

défini. Figure 11: Matrice d’évaluation des PI : Pouvoir/Intérêt ----------Erreur ! Signet

non défini. Figure 12: Cartographie des parties intéressées de ------------------Erreur !

Signet non défini. Figure 13: Représentation schématique d'un processus individuel au

sein d’un système 41 Figure 14: Cartographie des processus---------------------------------46

Liste des tableaux

Tableau 1: Les principes des versions 2008 et 2015 de la norme ISO 9001Erreur ! Signet non
défini.

Tableau 2: Comparaison des chapitres des deux dernières versions de la normeErreur ! Signet
non défini.
Tableau 3: Comparaison des terminologies des versions 2008 et 2015 de la norme ISO
9001]--------------------------------------------------------------------------------------------Erreur ! Signet non défini.

Tableau 4: Les produits de -------------------------------------------------------------Erreur ! Signet non défini.

Tableau 5: Liste des articles de treillis soudés ------------------------------------Erreur ! Signet non défini.

Tableau 6: Planification du projet de migration ---------------------------------Erreur ! Signet non

défini. Tableau 7: liste des enjeux de ----------------------------------------------------------Erreur ! Signet

non défini. Tableau 8: liste des parties intéressées de et leurs besoins et attentes -----Erreur !

Signet non défini. Tableau 9: Evaluation des parties intéressées pertinentes --------------------Erreur

! Signet non défini. Tableau 10: Tableau de bord

-----------------------------------------------------------Erreur ! Signet non défini. Tableau 11: Plan

d'actions à mettre en œuvre face aux risques et opportunités-------------------------------------------43


Conclusion générale

Ce projet de fin d’études porte sur l’évaluation des risques dans les ateliers
GRINPARAPHA. L’objectif est de réduire les risques dont la criticité est élevée et le niveau
de maîtrise est faible ou insuffisant tout en utilisant les outils et les méthodes d’évaluation des
risques que j’ai jugés adéquats pour le contexte de l’organisme et j’ai proposé à l’entreprise.

Pour cela la méthodologie de ce PFE s’est déroulée en trois phases. La première


phase consiste à présenter l’entreprise « GRINPARAPHA » et de cerner la problématique. La
deuxième phase consiste à réaliser une analyse bibliographique détaillant et expliquant
quelques notions de base et présentant les méthodes et outils utilisées dans la phase suivante.
La troisième phase consiste à présenter l’approche d’évaluation de risques que j’ai appliquée à
l’entreprise. Cette approche comporte trois étapes : La première étape consiste à identifier les
dangers possibles. La deuxième étape consiste à appliquer la méthode Analyse
Préliminaire des Risques qui a permis d’analyser ces risques. Enfin, la troisième étape
comporte un plan d’actions et une politique SST que j’ai proposé pour maîtriser ces risques.
Chapitre1

« Présentation de la société »

1
Introduction

Dans ce chapitre, nous allons présenter en premier lieu l’entreprise d’accueil et le procès existant. En
outre, nous allons citer la problématique le cahier de charge du projet à développer.

1. Carte d’entreprise

CODE EN : 820738P
DOUANE : 2200 M²
SURFACE : 76 EMPLOYES
COUVERT

 PRESIDENT DIRECTEUR GENERAL : M. BOUZAYANI Hechmi
 RAISON SOCIALE : GRINPARAPHA
 FORME JURIDIQUE : Société Anonyme
 SIEGE SOCIALE : Route Agareb K12 Z.I Sghar 3075
Sfax
 TELEPHONES
: (00216) 74 64 94 00
 FAX
: (00216) 74 64 94 44
 E MAIL
: contact@grinparapha.com
 MATRICULE FISCALE
: 580237/XAM/000
 REGISTRE DU COMMERCE
: B0810732004


 MARQUE PRODUIT : COUCHESBEBEBEST BABY


 CAPITAL SOCIAL : 1,944.600 MILLIONS DINARS
 INVESTISSEMENT : 5,000.000 MILLIONS DINARS
 SIEGE SOCIAL : ESGHAR
SFAX
 OUVRIERS
: 41
 AGENT DE
MAITRISE : 25
 CADRES :8
 CADRES SUPERIEURS :2
2. Localisation géographique

L’entreprise GRINPARAPHA et située au Sghar km 12 route Aguareb Sfax.

Figure 1 : Localisation géographique

3. Présentation
Ce projet de fin d’études est réalisé en coopération entre Mastère Qualité , sécurité et environnement de
l’ISGIS et la société GRINPARAPHA : Groupe Industriel Produits Parapharmaceutiques.
GRINPARAPHA Est une société anonyme implantée au Sghar km 12 route Aguareb Sfax. Elle est créé en
2004, a démarré au mois de novembre 2007.

Elle s’est introduit sur le marché par le produit BESTBABY couche pour bébé. Elle a comme activité
la conception, production et la commercialisation des couches bébé.
3.1 Mission
Chercher à accroître la satisfaction des clients par l’application efficace d’un système management qualité
adapté.
3.2 Buts
Mettre le client au centre des préoccupations de la stratégie de GRINPARAPHA
 Placer la qualité comme axe essentiel de management
 Mettre en œuvre l’amélioration continue
 Atteindre un taux de marché selon les possibilités de la société
 Améliorer le niveau de la qualité des produits/services
 Développement du « leadership »

Figure 2 : photo prise de l’entreprise

3.3 Organigramme

PD
G

Managemen
t
et R&D

C.Qualit HSE/GM
é P

Laboratoir R&
e D

Commerc GRH et Comptabilit Commercial et


Techniqu
e Administrati é Marketing
e
Extérieur f et Finance Local
e
Productio Appr Administrati Comptabilit Vente
n o f é locale

Maintenanc Import GR Financ Marketin


e H e g

S. Expor
I t

Suivi
Stocks
4. Description des Directions
GRIN PARAPHA est dirigée par un PDG Président Directeur Général dont la Mission se résume :
Coordonner les activités des différents services et directions pour assurer le bon fonctionnement de la
politique générale de l’entreprise.

 Le domaine d’application de la certification est :

Conception, fabrication et commercialisation des couches bébés Best Baby

Design, manufacturing and marketing ofBaby diapers Best Baby

4.1 Service Management de la QHSE (Management Intégré)

Le Chargé de mission Qualité Sécurité Environnement est le représentant de la direction identifié pour gérer,
coordonner et évaluer le Système de Management Intégré. A ce titre, il a pour mission de :
 S’assurer que le SMI est établi, mis en œuvre, entretenu et continuellement amélioré
 Gérer et suivre les activités liées aux Management Qualité, Hygiène, Sécurité et Environnement
 Rendre compte en revue de direction du fonctionnement et des performances du Système de
Management Intégré pour servir de base à son amélioration,
 Assurer le bon déroulement du procès de contrôle qualité MP et PF
 Suivre la satisfaction et écoute des clients et veiller à sa croissance
 Réduire les risques liés au SST et les impacts environnementaux
 Traiter et éliminer les non conformités et les incidents liées aux domaines QHSE
 Assurer la coordination des différents services et des directions pour bien appliquer les processus
afin d’atteindre les objectifs définis
 préparer le planning d’audit en fonction des exigences des normes et des besoins détectés par la
Direction,
 Animer le réseau QHSE au niveau des Pilotes de Processus,
 S’assurer que les exigences réglementaires sont identifiées, comprises et communiquées de manière
logique et exploitable.

4.2 Direction Administrative et Financière DAF :


C’est une direction dont l’importance est capitale dans le processus général qui mène à participer dans
l’accomplissement et la réalisation de la politique générale et a comme missions :
 Assurer la gestion des finances à partir des stratégies de la société
 Gérer et suivre les ressources humaines en matière de recrutements, formations et qualifications
 Gérer les informations comptables
 Assurer les relations avec les banques
 Assurer le contrôle Budgétaire
 Améliorer l’implication des personnels et le développement des compétences
 Etablir un plan directeur de la direction administrative et financière

4.3 Direction Technique DT

C’est la direction qui est chargée de :


 Suivre les performances qualité des fournisseurs et sous-traitants
 Contribuer à la définition des domaines d’investissement
 Participer à la mise au point et à l’homologation des nouveaux produits
 Superviser l’ensemble des activités techniques de l’entreprise en matière de production et de
maintenance.
 Participer et veiller à la réalisation des objectifs définis
 Gérer les ressources et les moyens techniques
 Définir les plans de développement de la qualité des produits
 Etablir un plan directeur de la direction technique

4.4 Direction Commerce Extérieur


Cette direction est chargée de :
 Participer à l’élaboration des plans directeurs des ventes Export et achats import
 Gérer les opérations des ventes Export de la commande, livraison et recouvrement
 Gérer les achats Import, des besoins en matière première à la mise à la disposition de la direction
technique
 Gérer les fournisseurs et les clients étrangers.

4.5 Direction des Ventes Locales et marketing

Cette direction prend en charge le Produit fini. Elle est chargée de le commercialiser soit sur le marché
local. Elle a alors comme missions :
 Participer à l’élaboration des plans directeurs des ventes
 Gérer les opérations des ventes locales de la commande, livraison au recouvrement
 Analyser les besoins fonctionnels des clients
 Gérer l’exécution des plans d’actions de marketing
 Recherche de nouveaux créneaux
 Participer au développement de nouveaux produits en coordination avec la direction technique.
 Etablir un plan directeur des ventes et marketing.
 Gérer la stratégie de la segmentation envisagée - régions

4.6 Le CHSCT

Le Comité d’Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail est le représentant du personnel identifié par
la direction générale.
Rôle et missions :
 Il contribue à la protection de la santé et à l’amélioration des conditions de travail de tous les salariés,
 Il est consulté pour approbation sur les procédures santé et sécurité au travail, en particulier sur la
méthodologie d’évaluation du risque,
 Il donne son approbation aux mises à jour de l’évaluation des risques,
 Il est consulté systématiquement sur tous les nouveaux projets concernant les nouveaux matériels
ou sur les grandes modifications,
 Il donne son avis sur les priorités retenues et sur les choix de solutions de prévention

Une réunion spécifique annuelle du CHSCT est tenue pour valider l’évaluation des risques qui
conditionnera le programme d’action annuel.
5. Décomposition de la ligne de production
5.1 Présentation du secteur

Figure 3 : secteur de production

La chaine de la production du couche bébé est composé de plusieurs étapes afin d’avoir un produit
emballé conforme. Le schéma ci-dessous présent l’interaction entre les processus de production et les
différentes sections.
Figure 4 : Production de couche

5.2 Décomposition du produit

La société GRINPARAPHA produit des couches pour bébé suivant des normes internationales qui
se composent de :
Figure 5 : Décomposition générale du produit

1. Backsheet (Polyéthylène) 7. Waist band (Fluted Elastic)

2. Tampon de Fluff + super absorbant S.A.P. 8. Frontal tape

3. Acquisition Layer 9. Barrières fécales non-tissés

4. Barrière bleue 10. Élastique des barrières

5. Coverstock (Non-tissé) 11. Élastiques entre jambes

6. Tape/ Ruban

La ligne de production peut être décomposée en huit parties suivant la composition de la couche, la figure5
représente l’organigramme de différents blocs et postes de production.

Bloc de Formation Tampon

Filtre rotatif

Bloc Applicateur barrière

Bloc d’application sur le


converstock
Bloc d’application sur le
backsheet
Bloc d’application
finale
Post de tri et pliage

Posted’emballag
e

Figure 6 : Unités de production couche bébé


6. Produits GRINPARAPHA Best baby

La société GRINPARAPHA assure la fabrication et la commercialisation des couches et des lingettes pour
bébé sous sa marque BestBaby :

Couches bébé
BestBaby
Games NN Small Medium Lar XLarge
é ge

Standar
d

Super
confort

Ultra
Plus

Jambo

En outre, GRINPARAPHA assure la fabrication des marques « Privat Labels » pour les couches bébé
comme :

 Auchan
 PUMPY

 GLYCERINE

 FRANCE BABY
La stratégie Produit de Grinparapha pour sa marque BestBaby est :

 Assurer la satisfaction de ses clients en matière de qualité et de prix


 Avoir un bon produit par rapport à ses concurrents
 Assurer l’amélioration de ses gammes et produits bébé et d’hygiène
Cartographie des processus

Management QHSE
Ecoute Développement Accroitre
Politique Elaboration Communication Réalisation des Surveillence et
Client des satisfaction
qualité Stratégie Interne Produits Contrôle
Compétences clients

Exigences Processus
Qualité Processus Management
Processus Client
Exigence
Processus Processus HSE
s Prix Industrialisation Commerce Satisfaires les
et Méthodes Extérieur clients
Exigences
Satisfaires
services
Administrations

Exigences Prcocessus Diversifier


Processus Produits
Normes Administration
des Ventes Production Processus
Améliorer
Gestion
Exigences qualité
des
Environnement
Ressources
Processus Améliorer Service
Humaines
Exigenc Maintenance
es HSE Améliorer l'état de
l'entreprise en HSE

14
7. Problématique :
Qui ?

Quoi ?

OU ?

Quand ?

Comment ?

Depuis une dizaine d’années, les motivations des entreprises pour la mise en place d’un système de
management de la santé et de la sécurité au travail (SMS) rejoignent celles qui sont exprimées pour la mise
en place des systèmes de management de la qualité et environnement.

Dans une démarche globale d’amélioration et de développement durable, le groupe GRINPARAPHA avec
ses partenaires (HYPCOM et DISTRIBEST) vise à l’adoption d'un tel système pour une approche globale
et gestionnaire de la prévention des risques professionnels en utilisant le concept du système de
management et les principes d’amélioration continue.

Cette démarche volontaire de la direction générale de GRINPARAPHA avec l’engagement de ses


différents processus vise à l’amélioration de l'image de l'entreprise et particulièrement à :

 Anticiper les changements,


 Augmenter la réactivité et la performance de l'entreprise dans la prévention des risques en S&ST,
 Limiter les dysfonctionnements en S&ST,
 Assurer une cohérence globale avec les autres démarches de management intégrée

Afin de réussir la mise en place du SMS dans une approche intégrée, nous visons à entreprendre une
démarche structurée qui valorise le capital humain en prenant en compte la santé et la sécurité des
travailleurs à travers :

 Diminuer les accidents et les maladies professionnelles,


 Assurer la prévention et la protection des salariés,
 Agir sur les situations dangereuses pour éviter l’accident,
 Améliorer la gestion de la santé-sécurité,
 Favoriser et pérenniser les bonnes pratiques,
 Améliorer la motivation du personnel et les conditions de travail,

15
Pour y arriver, on va se baser sur une démarche animée selon les exigences de la norme ISO45001 :2017 et
sur les bonnes pratiques adoptés par le groupe GRINPARAPHA.

Conclusion
Pour toutes les raisons données ci-dessus, il est essentiel d’adopter Un système de gestion de santé et de
sécurité efficace sur le lieu de travail qui peut aider à sauver des vies en réduisant les risques et leurs effets.
Ce système a aussi des effets positifs sur le moral et la productivité des travailleurs, ce qui n'est pas
négligeable. En outre, il peut permettre aux employeurs d'économiser beaucoup d'argent.
Chapitre 2

« Notion de la SST et
démarche mise en
place »

17
Introduction
Dans ce chapitre nous allons nous intéresser au système de management de la sst en tant que
solution permettant de répondre à nos enjeux .nous allons par la même occasion présenter la
nouvelle norme internationale ISO45001V2018 ainsi que LA DEMARCHE DE MISE EN PLACE
ses a tous.
Dans ce chapitre, je vais présenter le cadre théorique du système management de la sécurité
dans lequel j’intéresserais d’abord au management SST et le référentielle OHSAS 18001, ensuite la
norme 45001 et les différents niveaux par rapport à la référentielle OHSAS 18001.
Enfin, je vais citer quelques avantages de cette nouvelle version.

1. L’importance de la santé et sécurité au travail

L’Hygiène, la Santé et la Sécurité au Travail tiennent aujourd’hui une place de plus en plus
prépondérante dans la stratégie et le management de l’entreprise, car au-delà du drame humain et
social qu’occasionnent un accident du travail ou une maladie professionnelle, les impacts
économiques et juridiques se révèlent souvent non négligeables, sans oublier les retombées
négatives en termes d’image dues à la médiatisation de tels événements. Une vie ne se remplace
pas, nous en sommes tous d’accord, c’est pourquoi les dispositions pénales se sont renforcées ces
dernières années, pouvant aller jusqu’à engager la responsabilité civile, voire pénale du chef
d’entreprise, l’objectif étant de lui faire prendre conscience de son rôle moteur dans la politique de
prévention et de maîtrise des risques au sein de l’activité.

2. Termes et définition

2.1. La santé et la sécurité au travail

Conditions et facteurs qui affectent ou pourraient affecter la santé et la sécurité des employés ou
d’autres Travailleurs (y compris les travailleurs temporaires et le personnel détaché Par un sous-
traitant, des visiteurs, ou de toute autre personne présente sur Le lieu de travail (3.12 OHSAS
18001)

2.2. Performance S&ST

Résultats mesurables du management des risques pour la SST par un organisme (3.15 OHSAS
18001)
2.3. Les enjeux de la sécurité et de la santé au travail

Pour faire face aux différents enjeux présents dans le secteur industriel plusieurs compagnies
ont choisi de mettre en place des systèmes de management qui peuvent contribuer à créer du
développement durable. Le développement durable a été défini comme « Un développement qui
répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre
aux leurs ». Ce concept est basé essentiellement sur une approche systémique qui regroupe trois
volets qui sont : le volet économique, le volet environnemental et le volet social.
Le système de management de la S&ST fait partie du volet social du développement durable
qui cherche entre autres à la satisfaire aux besoins en santé et à préserver la sécurité des travailleurs
qui constituent un capital fondamental pour toute entreprise, à savoir le capital humain. Nous
pouvons donc conclure que les SM de la S&ST permettent de participer à répondre aux enjeux de
leur secteur et notamment à ceux relatifs à la S&ST de leurs travailleurs. Ceci peut sans aucun doute
expliquer l’intérêt porté par les entreprises opérant sur le territoire tunisien, à la mise en place des
systèmes de management de la santé et de la sécurité au travail en vue de les certifier.

2.4. Statistiques des accidents de travail en Tunisie

Pour avoir des données chiffrées sur la S&ST en Tunisie, nous nous basons sur les données
statistiques fournies par la CNAM de l’année 2010 à l’année 2016.
Nombre des accidents
60000

50000

40000

30000

20000

10000

0
2010 201 201 201 201 201 201
1 2 3 4 5 6
Nombre total des
4509 4548 4918 4604 4429 401 380
accidents de
9 2 2 9 0 00 45
travail
Nombre des accidents
4290 4292 4645 4351 4190 380 359
de travail sur les lieux
7 2 2 3 8 02 00
du travail
Nombre des accidents
2192 256 273 253 238 209 214
de trajet
0 0 6 2 8 5

Figure 7 : Statistique des accidents de travail

2.5. Répartition des maladies professionnelles selon leurs natures

REPARTITION DES MALADIES PROFESSIONNELLES SELON


Saturnisme
LEURS 1%
NATURES-2015
Autre professionnel Maladies dermatologiques
maladies le Surditè 3%
8% 10%
Maladies respiratoires 8%

Troubles
musculosquelettiqu
es 70%

Figure 8 : Répartition des maladies professionnelles selon leurs natures en 2015


3. Définition du management de la S&ST

Système de Management de la Santé et de la Sécurité au Travail (SMS) :

Système visant à améliorer les performances d’une entreprise en matière de Santé et de Sécurité au
Travail (S&ST) en combinant politique de prévention, moyens et personnel dans une démarche
d’amélioration continue.

Le projet de la norme ISO/DIS 45001 :2018 définit le SM de la S&ST comme : « Système


de management ou partie d’un système de management utilisé pour mettre en œuvre la politique
S&ST. »

« Les résultats escomptés du SM de la S&ST sont d’éviter les traumatismes et pathologies aux
travailleurs et de fournir un ou des lieux de travail sûrs et sains»
A partir de cette définition nous pouvons constater qu’il s’agit d’un système qui permettrait
de décliner les objectifs globaux S&ST, fixés dans la politique S&ST, au niveau des différents
processus de l’entreprise. Cette définition est très proche de celle présentée dans la norme
BSOHSAS 18001 :2007.
Ce qui différencie ce projet de norme c’est la considération d’un système de management de la
S&ST en cohérence avec la finalité de l’organisme ainsi qu’à son contexte interne et externe. Cette
cohérence est assurée également par l’élargissement du champ d’application de la maîtrise des
risques qui a passé du seul « management des risques S&ST » aux « management des risques
professionnels
» et « management des risques et opportunités pour la S&ST ». En effet, mettre en place un système
de management de la S&ST cohérent (avec la finalité, la mission et la vision de l’entreprise), adapté
(à son contexte interne et externe), répondant aux exigences de l’ISO/DIS 45001 :2018, efficace et
efficient permettrait d’assurer un bon management de la S&ST au sein d’une organisation
quelconque.
3.1. Aperçu sur les principaux référentiels de management de la S&ST
Il existe plusieurs référentiels et normes qui traitent de la santé & de la sécurité au travail.
On trouve notamment des référentiels internationaux, des référentiels nationaux ainsi que des
référentiels internes aux entreprises. Parmi les référentiels internationaux on cite le guide ILO-OSH
2001- Principes directeurs concernant les systèmes de gestion de la sécurité et de la santé au travail
qui a été élaboré, en 2001, par l’Organisation Internationale du travail. Ce référentiel institutionnel
vise essentiellement à assister les organismes à intégrer le principe d’amélioration continue en
matière d’hygiène, santé et sécurité au travail.
Parmi les normes les plus connues on trouve la série OHSAS : 18000 rédigée par le British
Standard Institute. La norme BS OHSAS 18001 : 2007 a été adoptée par des organismes partout
dans le monde et plusieurs d’entre eux ont été certifiés.
La Chine a également établi le référentiel qui est dénommée GB/T 280001 :2001 qui peut être
utilisé à des fins de certification. Nous trouvons aussi le referential AS/NZ 4804: 2001
(Australian/New Zealand- Occupational Health and Safety Systems- General guidelines on
principles, systems and supporting techniques).

3.2. La nouvelle norme internationale ISO 45001 et ses apports

En effet, la prochaine ISO 45001 est fondée principalement sur deux référentiels qui ont été
largement adoptés par les entreprises à une échelle internationale. Ces référentiels sont le guide de
la British Standards OHSAS 18001 :2007 et le guide de l’Organisation Internationale du Travail
ILO- OSH 2001.

Figure 9 : Références de la norme ISO 45001


Certains experts et praticiens en la matière arrivent même à considérer la prochaine norme
ISO 45001 comme une révision technique de l’OHSAS 18001 :2007.
Figure 10 : Références de la norme ISO 45001

3.2.1. Présentation de la norme ISO 45001 :2018

La norme ISO 45001 'Systèmes de management de la santé et de la sécurité au travail -


Exigences et lignes directrices pour leur utilisation' a été publiée le 12 mars 2018. Cette nouvelle
norme offre un cadre facile à mettre en œuvre pour sécuriser les conditions de travail dans les
usines et les environnements de production et ce, partout dans le monde. Cette norme permet aux
entreprises et autres organisations de continuellement améliorer leurs prestations en matière de
sécurité et leurs pratiques en matière de santé.

L'ISO 45001 remplace l'OHSAS 18001, l'ancien cadre pour la sécurité et la santé au travail.
Les organisations qui ont été certifiées selon l'OHSAS 18001 ont trois ans pour passer à la nouvelle
norme ISO 45001. La certification n'est toutefois pas requise dans la nouvelle norme ISO 45001.

3.2.2. La structure de haut niveau harmonisée


La « structure de haut niveau » (High Level Structure, HLS) est un format normalisé pour
les normes de systèmes de management ISO. Elle est définie dans l’annexe SL des Directives
ISO/IEC, Partie 1.
Toutes les nouvelles normes de systèmes de management suivent cette structure de base
commune et cohérente. Une structure générale commune (sommaire), des chapitres et une
numérotation des clauses identiques : Textes d’introduction pour des articles identiques, Libellé
identique pour des exigences identiques, Des termes et définitions de base communs.

Les caractéristiques et exigences spécifiques à chaque norme sont insérées dans les chapitres
appropriés de cette structure. Cette normalisation vise à renforcer la compatibilité entre différentes
normes de système de management pour faciliter leur intégration et leur mise en œuvre par des
organismes certifiés. Du point de vue interne, l’ISO cherche également à garantir la qualité des
normes qu’elle produit : des textes cohérents qui restent applicables à des organismes de toutes
tailles, dans tous les secteurs et de toutes cultures. Ces normes offrent aux organismes de la
flexibilité qui leur permet de se différencier et qui encourage la concurrence, tout en préservant la
capacité de chaque organisme à améliorer son système de management au-delà des exigences de la
norme.

Figure 11 : Relation entre le concept PDCA et le cadre du présent document

4. Différence entre ISO 45001 et OHSAS 18001

La norme ISO 45001 suit la structure dite de base également appliquée à d’autres normes de
systèmes de management ISO, telles que l’ISO 9001:2015 (Qualité) ou l’ISO 14001:2015
(Environnement).
ISO OHSAS 18001 Comparaison OHSAS 18001- ISO DIS 45001
45001
Cla Contenus Clau Contenus Commentai
use se re
-Avant –propos -Avant –propos Plus détaillé
-Introduction -Introduction
-Domaine -Domaine
d’applicati d’applicati
on on
1 1

Absence de références normatives. Retrait des références aux


Référen Référen guides 18002 et ILO.
2 2
ces ce
normati normati
ves ves
37 définitions contre 23. Une nouvelle définition de travailleur. Il
est précisé que le travail est effectué sous l'autorité d'une
organisme. Les responsabilité de l'organisme envers le lieu de
travail sont fonction du degré de maîtrise de l'organisme sur
ce dernier. Le terme risque comprend le risque économique
en complément du risque SST. Les termes risques et
opportunités portent sur les risques SST et les opportunités
SST, ainsi que les autres risques et opportunités du système
de management. Les termes participation et consultation sont
Termes Termes
3 3 définies de manière séparée. Les parties intéressées sont
et et
d'avantages développées.
définiti définiti
ons ons

Contexte
4
de
l'organis
me
Les travailleurs sont à prendre en compte comme une des parties
Compréhension intéressées dans la détermination des besoins et attentes.
4.1 de l'organisme
et de son
contexte.
En plus des travailleurs ( c'est à dire les employés qui travaillent
Compréhension pour ou au nom de l'organisme, toutes les parties
des besoins et intéressées pertinentes, ainsi que leurs besoins et attentes
4.2 attentes des doivent être déterminées.
travailleurs et
autres parties
intéressées
Détermination du Définir le domaine d'application a maintenant plus d'impacts. Les
périmètre besoins, les attentes et les enjeux doivent être pris en
d’application considération lors de la détermination du domaine d'application
4.3 4.1 Exigences
du système de du système de management SST.
générales
management de
la S&ST
Système de Le principe de processus est mis en avant.
4.4 management de
la S&ST
Les clauses leadership et participation des travailleurs
Leadership et Communicati
sont séparées conformément aux dispositions de
5 participation 4.4.3 on,
l'annexe SL.
des participation,
travailleurs consultation
Ressources, La rôle de la direction est renforcé. La référence au cadre
rôles, désigné est supprimé.
Leadership
5.1 4.4.1 responsabilités,
et
obligations de
engageme
rendre compte
nt
et
autorités
La pertinence du contexte de l'organisation est le nouvel élément
5.2 Politique de SST 4.2 Politique SST
clé de la politique SST.
La désignation des responsabilités et autorités est une
Rôle, Rôle, nouveauté. S'il est possible d'attribuer et de déléguer
responsabilités, responsabilité responsabilités et autorités. La directions au plus haut niveau
5.3 obligations et 4.4.1 s, obligations reste responsable du système de management SST.
autorités au sein de rendre
de l'organisme. compte et
autorités
La consultation et la participation des travailleurs font partie
Participation/coo du leadership. Ces deux notions sont renforcées par de
Participation nouveaux éléments comme l'accès à l'information des
5.4 pé ration et 4.4.3
et travailleurs, le retrait d'obstacle quant à leur participation.
consultation .2
consultation

6 Planification 4.3 Planification


Actions à mettre
en œuvre face
6.1
aux
risques et
opportuni
tés
L'identification des risques est un éléments clé de la
nouvelle norme, en ligne avec la dispositions de l'annexe
Identification SL.
des dangers,
6.1.1 Généralité 4.3.1
évaluation des
risques et des
mesures de
contrôle
Identifications
des dangers et
6.1.2 évaluations des
risques et
opportunités
Doivent être pris en compte les situations d'urgence, les
personnes, les changements potentiels et les évènements
indésirables, aussi bien que l'organisation du travail et les
facteurs sociaux. Les résultats pour l'identifications des dangers
sont maintenant bien organisés. Sont ajoutées de nouveaux
éléments comme les dangers liés à: 1-la conception des
Identifications produits et services incluant la R et D. 2-Au travailleurs sur un
des dangers et lieu de travail qui n'est pas sous le contrôle direct de
Identifications
6.1.2 4.3.1 évaluations des l'entreprise. 3-L'évaluation des connaissances .4-De nouveaux
des dangers
.1 risques et facteurs dont la charge de travail, le temps de travail ,le
mesure de harcèlement, l'intimidation et la culture d'entreprise.
contrôle
Évaluation des
risques
professionnels
6.1.2 et des autres
.2 risques liés au
système de
management de
la
S&ST
Identification De nouvelles exigences sont ajoutées. Des amélioration dans
des la culture d’entreprise, la formation et les connaissances,
6.1.2 Non traité
opportunités plus de participation des employés, etc...
.3
pour
la S&ST et des
autres
opportunités
Détermination
des exigences Exigences
6.1.3 4.3.2
légales et légales et
autres autres
exigences
applicables
Planification Planification De nouvelles exigences pour mettre en place un processus
6.1.4 pour la mise en 4.3.1 pour la mise en de planification robuste pour le système de management
œuvre œuvre S&ST.
d’action d’action
Objectifs de
S&ST et
6.2
planification des
actions pour les
atteindre
6.2.1 Objectifs de
S&ST
Planification
Objectifs
6.2.2 pour l’atteinte 4.3.3
et
des
program
objectifs de S&ST
mes
Non traité
7 Support comme une
clause
spécifique

Ressources,
rôles,
7.1 Ressources 4.4.1 responsabilités,
obligations de
rendre compte
et autorités

Compéten L’accent est porté sur l’acquisition et le maintien des


7.2 Compétences 4.4.2 ce, compétences, à la place des actions de formation. Les
formation travailleurs
et doivent être compétents pour identifier les dangers.
sensibilisation
Une évolution clé : faire en sorte que les travailleurs soient
Compétenc
sensibilisés aux implications d’un non respect du système
7.3 Sensibilisation 4.4.2 e,
de management S&ST. Ils doivent savoir identifier les
formation
risques qui
et
mettraient en danger leur vie ou leur santé.
sensibilisati
on
La communication est plus structurée. La prise en compte de
7.4 Information 4.4.3.1 Communication la diversité des travailleurs est un changement clé. S’aligne
et avec
communicati l’ISO 14001 pour le process de communication, la
on communication interne et externe.
Informations
7.5 .4.4.4 Documentation
documentées
Maîtrise des
4.4.5
enregistrements
7.5.1 Généralités
Création et
mise à jour des
7.5.2
informations
documentées
Maîtrise des
7.5.3 informatio
ns
document
ées
Réalisation
8 des activités
opérationnel
les
Planification et
8.1 maîtrise
opérationnel
les
4.4.6 Contrôle L’obligation de planification est renforcée. Le terme
des hiérarchie des mesure de prévention est toujours utilisé mais
8.1.1 Généralités
opérations l’expression
souvent utilisée dans la norme est «élimination du danger
et prévention des risques».
4.3.1 Identification Des sous clauses renforcent certains points : hiérarchie des
des dangers, mesures de prévention, pilotage du changement,
évaluation des externalisation, sous-traitants, acquisition de biens et services.
risques et Tous les processus externalisés ont besoin d’être maîtrisés.
mesure de Des précisions sont
contrôle apportées sur les situations d’urgence.
4.4.7 Prévention des
situations
d’urgence et
Pilotage
8.2 capacité à réagir
du
changem
ent
4.5 Vérification

Evaluation
9
des
performance
s
4.5.1 Mesure et
surveillance
Surveillance, de
9.1 mesure, analyse performance
et évaluation

Les exigences sont précisées telles que surveillances et mesures


9.1.1 Généralité des : Exigences légales, activités opérationnelles en lien avec
les dangers , risques et opportunités
Evaluation de la 4.5.2 Evaluation La fréquence et la méthodologie font partie des exigences
conformité aux de
9.1.2
exigences légales conformité
et
autres exigences
4.5.5 Audit interne

9.2 Audit interne

Objectifs d’audit 4.5.5 Audit interne


9.2.1
interne
Processus d’audit 4.5.5 Audit interne Les exigences concernant l’audit interne sont précisées
9.2.2
interne
9.3 Revue de 4.6 Revue de La revue de direction doit être plus détaillée
direction direction
10 Amélioration
10.1 Généralité
Evènement 4.2 Politique SST Les risques SST doivent être évalués avant de décider de
indésirable, toutes action suite à analyse d’évènements non désirables ou
10.2
non- conformité de non- conformités
et actions
correctives
4.6 Revue de
direction
4.5.3 Non-
.2 conformité,
actions
correctives
et
actions
préventi
ves
4.3.3 Objectifs L’amélioration continue apparait comme une clause distincte
et avec de nouvelles exigences et une plus grande attention portée
Améliorati program sur la performance
10.3
on mes
continue
5. Survol des sujets principaux de l’ISO 45001

Un système de management de la santé et de la sécurité au travail fondé sur ISO 45001


permettra à une organisation d’améliorer sa performance en matière de santé et de sécurité au
travail de différentes façons :

 En mettant en place et en appliquant une politique et des objectives santés et sécurité au travail
 En établissant des processus systématiques qui tiennent compte de son contexte, des risques
et opportunités et des exigences juridiques et autres
 En déterminant les dangers et les risques liés à la santé et à la sécurité au travail associés à
ses activités et en cherchant à les éliminer, ou à les maîtriser pour en minimiser les effets
potentiels
 En instaurant des mesures de maîtrise opérationnelle pour gérer ses risques liés à la santé et
à la sécurité au travail et les exigences juridiques et autres
 En prenant mieux conscience des risques en matière de santé et de sécurité au travail
 En évaluant les performances liées à la santé et à la sécurité au travail et en cherchant à les
améliorer en adoptant des mesures appropriées
 En veillant à ce que les travailleurs jouent un rôle actif dans les questions concernant la
santé et la sécurité au travail

Ces mesures combinées établiront la réputation de l’organisation en tant que lieu de travail sûr et
pourront avoir ces autres avantages directs :

 Meilleure aptitude à réagir en termes de conformité réglementaire


 Réduction du coût d’ensemble des incidents
 Diminution des temps d’immobilisation et du coût des perturbations de la production
 Réduction du coût des primes d’assurance
 Réduction de l’absentéisme et de la rotation du personnel
 Adoption d’un référentiel international (qui peut être un critère positif pour les clients
attachés aux principes de responsabilités sociétales).

6. Objectifs principaux

 Pouvoir s’appliquer de manière générale


 Simplifier le langage et les formulations
 Faciliter la mise en œuvre
 Appliquer une «structure de haut niveau » commune

7. Nouveaux concepts

 Contexte de l’organisme
 Leadership et participation des travailleurs
 Planification
 Support
 Activités opérationnelles

8. Principaux avantages

 Réduire les dommages corporels, décès et problèmes de santé liés au travail


 Élaborer et mettre en œuvre une politique et des objectifs pour la S&ST
 Démontrer l’engagement de la direction pour la santé et la sécurité au travail.
 Maîtriser les risques en matière de S&ST.
 Améliorer la performance en matière de S&ST

9. Démarche de la mise en place

La structure des systèmes de management en S&ST est apparemment proche de celle


proposée pour les systèmes qualité ou environnement. Cela peut laisser croire que la gestion de
la santé et de la sécurité au travail (S&ST) peut être assimilée à celle d'autres dispositifs.
L’enjeu S&ST, qui touche directement et personnellement chacun dans l’entreprise, fait que la
mise en œuvre des SMS est différente.
Analyse Politique de prévention

Amélioration du système
Organisation

Mesure de la performance, Système de


analyse et action correctives
management S&ST Planification des actions

Mise en œuvre et fonctionnement

Evaluation des risques Evaluation des


risques

Figure 12 : Les étapes de démarche d’un système management SST

 Politique de prévention :
La définition d’une politique S&ST permet de fixer le cadre du dispositif de management. Elle doit
reposer sur une réelle volonté du chef d’entreprise de s’engager dans la démarche et de faire
progresser l’entreprise de façon régulière.
Elle implique la mise en place progressive des éléments suivants :
 la définition d’objectifs cohérents avec les autres politiques de l’entreprise,
 la fixation des responsabilités de l’encadrement,
 l’engagement de ressources,
 la définition de dispositifs de consultation et d’implication du personnel et de ses
représentants,
 le choix d'un référentiel,
 la définition d’un tableau de bord permettant de mesurer les progrès réalisés,
 la communication sur les objectifs…
Une politique pertinente se traduit par une intégration des exigences en S&ST dans toutes les
fonctions de l’entreprise. Tous les services sont concernés et doivent gérer cette thématique comme
une composante à part entière du management de leur unité. Cette politique doit être expliquée de
façon claire et concise dans un document qui sera communiqué au personnel (lettre d'engagement
de la direction).
 Organisation :
Le rôle des différents acteurs de l'entreprise en S&ST doit être précisé : missions, responsabilités,
obligations, pouvoirs, relations… Le personnel et ses représentants doivent être consultés, informés
et formés afin de s'approprier la démarche. Cela demande la mise en place d'une documentation,
d'un plan de formation et de procédures de communication interne.
 Planification des actions de prévention :
L'évaluation des risques professionnels (EvRP) est au cœur d’une recherche d’amélioration
continue de la santé et de la sécurité. Le succès de la démarche dépend pour une large part de la
pertinence de l'analyse des situations de travail réelles. Les résultats de l’évaluation des risques
doivent être transcrits dans le document unique (article R. 4121-1 du Code du travail). Au-delà du
strict respect de l’obligation réglementaire, ce document doit déboucher sur un plan d’actions
définissant les mesures de prévention appropriées aux risques identifiés. Les approches
pluridisciplinaires (techniques, humaines, organisationnelles) sont nécessaires tant au niveau global
de l’entreprise qu’au niveau de l’étude détaillée des postes de travail. Une veille réglementaire doit
également être mise en place.
 Mise en œuvre et fonctionnement :
La mise en œuvre du plan d’actions doit s’articuler étroitement avec les règles et les pratiques des
métiers Un dispositif permettant de rendre compte régulièrement de l’avancement des actions doit
être mis en place. Ainsi qu'avec les procédures existantes. Cela suppose une concertation étroite
avec tous les opérateurs concernés, la création de dispositifs participatifs basés sur l’analyse des
activités et la liberté donnée aux opérateurs de rechercher des solutions innovantes. Cela implique la
réalisation du programme de formation, le dialogue social, la communication, la documentation et
l'anticipation des urgences.
 Mesure de la performance, analyses et actions correctives :
Il faut vérifier l'efficacité de la mise en œuvre et réagir dès la découverte d'un nouveau risque, d'une
dérive… Des audits doivent être systématiquement déployés et analysés pour choisir des actions
correctives. Un tableau de bord S&ST peut être alimenté par des indicateurs variés, quantitatifs et
qualitatifs : indicateurs de risques, indicateurs de moyens et indicateurs de résultats.
Les indicateurs traditionnellement utilisés (taux de fréquence et taux de gravité des accidents du
travail, taux de cotisation…) ne sont que des indicateurs de résultats et montrent très rapidement
leurs limites.
La mesure de la performance comprend l’analyse des accidents du travail et des maladies
professionnelles survenus, sans se limiter aux causes immédiates et directement perceptibles.
Une démarche plus riche s’efforcera de remonter vers les causes plus en amont de façon à
démultiplier les effets des mesures de prévention. Cette analyse doit porter non seulement sur les
accidents survenant sur le lieu de travail, lors de trajets domicile-travail, lors des déplacements
professionnels
mais également sur les incidents ou "presqu’accidents". De même, il ne faut pas attendre la
reconnaissance d’une maladie professionnelle pour étudier les niveaux d’exposition à une émission
dangereuse.
Chaque entreprise peut et doit innover dans ce domaine. Il faut éviter une conformité de façade au
référentiel sans réel progrès d’une année sur l’autre.
 Amélioration du système de management :
Les revues de direction servent à améliorer le système, à faire évoluer la politique et à élaborer de
nouveaux programmes d'action en fonction de l'évolution des indicateurs observés. L’évaluation de
la politique permet de s’interroger sur les dysfonctionnements liés à la conception et à
l’organisation générale du système, c’est-à-dire sur la pertinence des stratégies d’action.

Conclusion

Les évolutions de la système management SST de OHSAS 18001 et ISO 45001 sont majeures, on
trouve plusieurs modifications au niveau de structure, principe, terminologie, l’intégration de
l’approche par les risques et d’autres changements pour mieux adapter aux évolutions des marchés
ainsi faciliter le management intégré. Néanmoins, il y a des exigences qu’ont été ajoutés au ISO
45001 ou remaniés par rapport à la OHSAS 18001.
Chapitre 3

« ETUDE EMPERIQUE : CAS


DE GRINPARAPHA »
Introduction
La mise en œuvre d’une démarche de mangement SST nécessite un temps de préparation de la
démarche que l’on souhaite adopter au sein de l’entreprise. Cette phase de préparation et de
planification est nécessaire et essentiel pour mener à bien ce travail et faire en sorte que les
professionnels s’approprient pleinement cette politique de prévention.

1. Planification du projet
Comme nous venons de mentionner l’autodiagnostic initial nous a permis de détailler la
planification de mise en place du SM de la S&ST et notamment notre projet d’étude préalable à
cette mise en place. Nous tenons à préciser que notre projet aborde essentiellement les chapitres 4 et
5 de la norme appartenant à la première phase de la mise en place du système. Nous avons touché
également à certaines exigences des chapitres 6 et 9.
Domaine d’application

références normatives

Termes et définitions
Contexte de l’organisme

Leadership 8. Réalisation de l’activité


opérationnelle
Planification

PLANIFI REALIS
ER ER

AGI VERIFI
10. Amélioration R ER
9. Evaluation des
performances

Figure 13 : Chapitres de l’ISO 45001 :2018 abordés au niveau du projet d’étude préalable
Pour bien conduire notre projet, nous avons établi un planning détaillé sur Microsoft Project au
niveau duquel nous avons décortiqué les différentes activités à réaliser.
Nous présentons au niveau de la figure 14 le planning global du projet :

Figure 14 : Planning global du projet

2. Présentation de la démarche

Avant d'entamer notre étude, il est important de présenter les différentes étapes de la démarche
de mise en place du système management santé sécurité de travail :

PLAN

ETAPE 1 : Choisir un chef de projet


ETAPE 2 : Etudier l'opportunité et la faisabilité du projet

ETAPE 3 : Réaliser un diagnostic par rapport au projet de la norme ISO/DIS 4500:2016 ETAPE 4 :
Etablir un plan d’actions
DO

ETAPE 5 : Constituer l’équipe projet et déterminer les acteurs importants ETAPE 6 : Former les
acteurs sur les exigences normatives
ETAPE 7 : Déterminer les enjeux stratégiques à retenir

ETAPE 8 : Identifier les parties intéressées et démontrer de leur pertinence ETAPE 9 : Définir le
domaine d’application du système de management S&ST ETAPE 10 : Elaborer la politique S&ST
ETAPE 11 : Définir les rôles, autorités et responsabilités au sein du SM de la S&ST

ETAPE 12 : Recenser et évaluer les risques et opportunités du SM de la S&ST


ETAPE 13 : Identifier et évaluer les non-conformités et risques S&ST
ETAPE 14 : Etablir le programme S&ST
ETAPE 15 : Etablir le plan de communication
ETAPE 16 : Etablir les informations documentées
ETAPE 17 : Mettre en œuvre le SM de la S&ST

Check

ETAPE 18 : Former les auditeurs et planifier les audits S&ST ETAPE 19 : Réaliser les audits S&ST

Act

ETAPE 20 : surveillance des actions correctives et préparation de la revue de direction

38
3. Diagnostique par rapport aux exigences du projet de la norme
ISO 45001 :2018
La planification détaillée du projet de mise en œuvre du SM de la S&ST au sein de
GRINPARAPHA a été faite à partir des résultats de l’autodiagnostic réalisé dans l’étape 4 de la
démarche présentée dans la démarche ci-dessus.
Nous donnons, dans ce paragraphe, un aperçu sur l’outil que nous avons développé sur le
tableau Excel pour réaliser l’autodiagnostic.
Dans le cadre de la préparation de l’outil, nous avons identifié toutes les exigences du projet de la
norme ISO 45001 :2018.

39
Figure 15 : Aperçu sur la grille d’autodiagnostic "terrain" basé sur la norme ISO 45001

40
Lors de la réalisation de l’autodiagnostic, nous accordons à chaque critère la cotation Correspondante en
nous basant sur des preuves fournies par les interviewés ou obtenues à partir de la documentation.
Les niveaux de véracité que nous avons utilisés sont les suivantes :

Echelle de notation exploitée


Utilisés dans les calculs
Etat de réalisation : (peut (peuvent être modifiés avec
être modifiée) prudence)
signification cotati
on
L'action n'est jamais Non 0%
réalisée conforme
L'action est partiellement
A améliorer 33%
réalisée

L'action est réalisée Acceptable 66%


L'action est
Conforme 100%
réalisée et
documentée

Tableau 2 : Niveaux de véracité accordés aux critères

Le niveau de véracité de chaque chapitre de la norme est calculé à partir de la moyenne des véracités des
sous-chapitres.
Le calcul de la véracité des chapitres nous a permis d’avoir un aperçu sur le niveau de maîtrise des
activités de management de la S&ST au sein de GRINPARAPHA. Ceci nous permettra par la suite de
suivre l’avancement de la mise en œuvre du système.
Les résultats du diagnostic initial sont présentés dans la figure suivante :

41
Figure 16 : Résultats de l’autodiagnostic par rapport à l’ISO 45001
Les articles qui sont inférieurs à 100%, sont non-conformes aux nouvelles exigences de la norme ISO
45001 : 2018 , ceci concerne principalement les articles :

A partir des résultats de l’autodiagnostic, nous avons fixé pour chaque critère les actions à mettre en place

Commentaires sur les résultats obtenus

Responsa Date et
Acti Objectif
ble champ
on
d'action d'applicatio
n
Tableau 3 : Aperçu du plan d’actions

4. Etude de contexte :
La première étape de la démarche consiste à rechercher d’une façon exhaustive les différents
enjeux à prendre en considération lors de la mise en place du système de management de la santé
et de la sécurité au travail au sein de l’entreprise.
En effet, afin de répondre aux exigences du projet de la norme internationale ISO 45001 :2018 qui
traitent de la compréhension de l’organisme et de son contexte, nous avons distingué deux groupes
d’enjeux :

En pratique, la compréhension de l’organisme est effectuée à partir de l’identification des enjeux


internes à la CFTP grâce à une réflexion collective de la part des cadres de l’entreprise.
A ce niveau une analyse de la compagnie permet de déterminer les éléments qui peuvent influer
sur le système de management et ses performances santé et sécurité au travail. Afin de faciliter la
détermination des enjeux internes, nous avons choisi de les grouper sous plusieurs classes.
5. Identification des PIP
Code:
Tableau de suivi des Parties Indice:
Interessées Pertientes de Edition:
GRINPARAPHA

Indic
e:
1 2 3 4 5
Impact
Impact sur
Aucun Impact Négligea Impact Significatif Impact Important intérêts
ble vitaux

Désignation Méthode Résultat


N Catégorie Exigenc Impa
de la de de
° es ct
PIP surveillan satisfacti
ce on
1- Meilleur Rapport Qualité/Prix
de tous ses produits
2- Réactivités suite aux Questionnaire
1 Clients Distri-Best 4 67%
remarques et réclamations de satisfaction
3- Diversification des
produits 4- Soutient
marketing
1- Règlement dans les délais Taux de
Fournisseurs
2 Fournisseur 2- Commandes et prévisions 5 fidélisation 100%
MP/ Services
des achats des
fournisseurs
Taux de
Etablisseme non
3 Banques Respect de l’engagement 5 respect des
nts encore
financier engagements
Bancaires évalué
bancaires
Nombre des
factures non
4 Fournisseur STEG Règlement des factures à temps 3 100%
réglés dans
les
délais
Nombre des
factures non non
5 Fournisseur SONED règlement des factures à temps
réglés dans encore
les évalué
délais
1- Formation et
qualification 2- Gestion Evaluation
6 Personnels Personnels 3 73%
de la carrière interne
3- Sécurité sociale et / Questionnaire
salaire acceptable
1- Dégagement des bénéfices
non
7 Partenaire Actionnaires 2- Evolution et croissance de 3
encore
son CA
évalué
Abus/ Non-
CNSS/ Respect et application
8 Administratio 2 respect 100%
Impôts/ etc. des réglementations en
ns d'une
vigueur
réglementation
Respect et application non
9 Administratio CNAM
des réglementations en encore
ns
vigueur évalué
Respect des conventions non
10 Partenaire CFK
et engagements encore
évalué
Respect des conventions 1- non
11 Partenaire NBC 3
et engagements Règlement encore
dans les évalué
délais
Respect des conventions
2- Commandes
et engagements non
12 partenaire SOTULIN et prévisions
(CONTAT DE encore
des achats,
SOUTRAITANCE ET DU évalué
CHAHIER DE CHARGE)
1- Règleme
Fournisse
1- Règlement dans les délais nt dans les
urs PDR non
13 Fournisseur 2- Commandes et prévisions délais
et encore
des achats, 2- Commandes
équipeme évalué
et prévisions
nt
des achats,
machine
COMAR,
MAGHARIB non
14 Assurance Règlement dans les délais,
IA, encore
ZITOUNA évalué
TAKAFUL

Respect des conventions non


15 Partenaire GMT
et engagements encore
évalué
PROTECTI non
16 Partenaire
ON encore
CIVIL évalué
non
16 Cabinet Training
encore
évalué
non
16 Cabinet Moufid Karray
encore
évalué
non
16 Cabinet CIFADS
encore
évalué

MOYENN 88
%
E
Tableau 4 : suivi des parties intéresses
6. Détermination du domaine d’application du système de management
de la santé et de la sécurité au travail
Le domaine d’application que nous avons choisi pour le système de management de la santé et sécurité au
travail à mettre en place au sein de GRINPARAPHA est le suivant :
« Le système de management de la santé et de la sécurité au travail s’applique à l’ensemble des activités,
produits et services fournies par l’entreprise.
7. Politique SST

Figure 17 : politique qualité


8. Orientation stratégique des axes SST
8.1. Evaluation des risques SST
L’évaluation des risques SST est un point clé de la mise en place du système management de santé sécurité
de travail.

Evaluer c’est comprendre et estimer les risques pour la santé et la sécurité de travailleurs, dans tous les
aspects liés au travail

8.2. Démarche d’évaluation et d’identification des risques SST

La méthodologie d’évaluation est une démarche structurée selon les étapes suivantes mettant en œuvre :

 Etape 1 : PREPARATION
 Etape 2 : IDENTIFICATION DES ZONES /SOUS ZONE : Définir les Zone et les Sous Zone
 Etape 3 : DECOUPAGE DES ACTIVITES : Définir les Unités de Travail
 Etape 4 : REPERAGE ET IDENTIFICATION DES RISQUES : Par unité de travail, rechercher
les risques, les situations dangereuses et le dommage associés
 Etape 5 : CLASSEMENT DES RISQUES : En fonction de leur probabilité, de leur gravité
 Etape 6 : MISE EN OEUVRE DES SOLUTIONS
 Etape 7 : SUIVI DE LA MISE EN PLACE DE CES SOLUTION

8.3. Définirons des critères et seuil

Les critères pris en compte pour la cotation des risques sont les suivants :
Gravité
Probabilité
Maitrise du risque

La formule de calcul du risque est la suivante

R=GxP/M
Tableau 5 : grille d’évaluation

Grille d'évaluation
1 5 10 50
Inconfort Lésion légère Lésion grave Mort possible
Estimation du Pas ou peu Dommages Dommages Dommage
de faibles sans réversibles irréversibles
critère dommage arrêt de travail entraînant (incapacité
Gravité (liée s souvent des totale ou
aux arrêts de partielle,
dommages) travail décès)
Accident Accident Accident Atteinte à la vie
sans sans avec
arrêt hospitalisati hospitalisati
on on
1 5 10 50
Estimation du Faible Moyenne Forte Très forte
critère (Exposition (Exposition au (Exposition au (Exposition
Probabilité(li au danger 1 danger 1 à 2 danger 1 à 2 au danger
ée aux à2 jours/mois) jours tous les
dommages) jours/an) /semaine) jours)
Occasionnel Intermittente Fréquente Permanente
le
1 10 50 100
Estimation du Protectio
critère n
Maîtrise du Absence Signalisatio collective,
risque de n, réduction Maîtrise totale
maîtris consignes, de
e EPI l’exposition

<5 5à 10 à < 50 et
Evaluatio 10 50 +
Risque Risque RisqueRisque
n du tolérable modéré substantielintolérable
risque R = Le risque est Le risque doit Le risque doit êtreLe risque doit être
GxP/M réduit au niveau être réduit : pas réduit ou supprimé réduit ou
le plus bas. d’urgence dans supprimé
les travaux. : action à: action urgente.
programmer.
8.4. Résultat

Figure 18 : évaluation des risques


9. Synthèse sur les résultats de travail en 2017 :Grinparapha

Tableau de synthése des resultats en SST 2017

Janvi Févri Mars Av Ma Ju Juill Ao Septemb Octob Novemb Decemb Total


er er ril i in et ût re re re re annuelle
es
accidents
u travail
br 1 1 1 0 0 0 1 1 1 0 1 0 7
d'accident
br
1 1 1 0 0 0 1 1 1 0 1 0 7
d'accident
vec arret
br de
11 87 34 0 0 0 6 0 7 0 0 0 145
jour
'arret
r ffectif total
br
d'heure
e
travail

TAUX DE FREQUENCE : TF<10


CIBLE
TAUX DE GRAVITE :

TG<0,5
OIS Nombre d'accident de travail par mois
NOMBRE D'ACCIDENT PAR M 1,2
1
1
Janvier
11
Février
0
Mars 0,8
0
Avril
0,6
0 51
Mai 0
Septembre 1
Juin 0,4
1
Juillet 0,2
1
Aout
1 1 1 1 1 1 1

0 0 0 00
52
Conclusion
Dans ce chapitre, j’ai procédé à une analyse des risques en fonction de la gravité et la probabilité
d’occurrence du danger et en fonction des mesures de maîtrise en place qui peuvent atténuer la criticité du
danger , à la suite de cette évaluation j’ai identifié les risques faiblement et insuffisamment maîtrisés et j’ai
préparé un plan d’actions que j’ai proposé à l’entreprise pour maintenir un niveau de maîtrise satisfaisant ,
pour les dates prévues et le suivi de l’efficacité par contrainte du temps cette tâche a été confié aux
responsables de l’entreprises pour assurer le suivi.

53
Introduction générale
Au niveau du système économique mondialisé où les entreprises exercent leurs activités avec
des concurrents de plusieurs calibres et de différents pouvoirs concurrentiels, ces dernières
trouvent souvent du mal à se positionner et à acquérir un avantage concurrentiel durable. Pour
faire face à cette problématique, plusieurs compagnies ont opté pour une approche stratégique
et tactique qui se base sur l’innovation et sur l’amélioration continue. En effet, ces entreprises
ont pris conscience de l’importance du management de la flexibilité, du management par
approche système et des autres nouvelles approches de management permettant d’assurer le
développement continue de l’entreprise et l’amélioration de ses performances. C’est à partir
de ces besoins que des notions phares sont apparues dont on cite principalement la notion du
développement durable. Le développement durable intègre la composante économique, la
composante écologique et la composante sociale. Cette dernière englobe entre autres la santé
et la sécurité au travail des employés qui constituent un capital très important au sein de toute
entreprise : le capital humain. Cette ressource interne constitue, selon différents experts dans
le domaine du management des organisations, une ressource permettant de développer un
avantage concurrentiel durable. Il devient donc intéressant de préserver la santé et la sécurité
des travailleurs et de veiller à leur bien-être. En addition à ces enjeux relatifs au
développement d’un avantage concurrentiel, plusieurs autres enjeux se rapportent au
management de la santé et de la sécurité des travailleurs, comme la réduction des coûts
(directs et indirects),

L’amélioration de l’image de l’entreprise, etc. Pour réussir avec efficacité et efficience la


mission de préservation de la santé et de la sécurité des travailleurs, des systèmes de
management doivent être mis en place au sein de l’organisme. La mise en place du système
peut être faite en s’appuyant sur des référentiels et des guides reconnus, comme par exemple
l’OHSAS 18001 :2008 et la nouvelle norme internationale qui va prochainement apparaître, à
savoir l’ISO 45001 :2018.

C’est dans ce cadre que s’intègre mon projet de fin d’études réalisé au sein de l’entreprise
GRINPARAPHA.
Le projet qui m’a été confié s’intitule «Mise en place d’un système de management de la
santé et de la sécurité au travail selon le projet de la norme internationale ISO/DIS 45001
:2018». En réalité, il s’agit d’entamer la démarche de mise en place du système de
management de la santé et de la sécurité au travail au sein de l’entreprise. Il est à noter
également que le projet de mise en place de ce système fera partie dans une autre phase d’un
projet plus large qui est celle de la mise en place d’un système intégré Qualité-Sécurité et
Environnement selon les normes internationales ISO 9001 :2015, ISO 14001 :2015 et ISO
45001 :2018 dans le but de le certifier.
Ce rapport exprime la démarche que j’ai adoptée ainsi que les travaux que j’ai effectués
durant quatre mois dans le cadre de mon projet de fin d’études. Il est structuré en trois
chapitres : présentation de la société, notion de la SST et démarche mise en place et étude
empirique.

Vous aimerez peut-être aussi