Vous êtes sur la page 1sur 39

LE MAROC…

ECONOMIQUEMENT !

Hibatallah ROCHDI Olaya ZOHIR


Soukaina RACHID
Amina SALIH
Travail à rendre
Matière :
MACRO-
ECONOMIE
GROUPE E
S2 Les parties ont été
préparées
respectivement
par : Rochdi
hibatallah-Rachid
Soukaina-Zohir
Olaya-Salih Amina
TABLE DE MATIERES

1-INTRODUCTION :
-PRÉSENTATION DU PAYS
-DONNEES GEOGRAPHIQUES
-DONNEES
DEMOGRAPHIQUES
2-DEVELOPPEMENT :
-POSITIONNEMENT DU PAYS
-SA SITUATION
ECONOMIQUE
-PRINCIPAUX SECTEURS
ECONOMIQUES
-COMMERCE EXTERIEUR
-LES INDICATEURS
ECONOMIQUES DU PAYS
-LA VALEUR AJOUTEE PAR
SECTEURS
SYNTHESE
REMERCIEMENTS
ANNEXES
Le Maroc est un pays d’Afrique du Nord situé à gauche de l’Algérie. Sa
capitale est Rabat et la capitale économique Casablanca. Les langues
principalement parlées sont l’arabe et le berbère.

PRESENTATION DU PAYS
• Nom officiel :
Royaume du
Maroc

• Nature du
régime :
Monarchie
constitutionnelle

• Chef de l’Etat :
le Roi Mohammed VI (intronisé le 30 juillet
1999)
DONNÉES GÉOGRAPHIQUES
• Superficie: 446.550 Km2
• Capitale: Rabat
• Langue(s) officielle(s): arabe, tamazight
• Langue(s) courante(s) : arabe dialectal (darija), langues berbères,
français (commerce, politique, diplomatie)
• Monnaie : dirham marocain 1 euro = ± 10,90 MAD

DONNÉES DÉMOGRAPHIQUES
• Population : 35,7 millions d’habitants (2018)
• Densité : 76 habitants /km2
• Croissance démographique : +1,3%
• Espérance de vie : 76 ans
• Taux d’alphabétisation : 67,1% (84% pour les 15-24 ans)
• Religion(s) : islam sunnite de rite malékite (99 %), christianisme,
judaïsme (1 %)
Indice de développement humain : 0,667, 123e (classement 2018)

Positionnement du Maroc

Dans le dernier rapport sur la compétitivité mondiale 2019 publié par le Forum
économique mondial, le Maroc occupe la 75eplace du classement mondial sur 141
pays, pour être classé 8 e dans le monde arabe après les Émirats arabes unis, le
Qatar, l'Arabie saoudite, Bahreïn, le Koweït, Oman et la Jordanie et le 3e en Afrique
derrière Maurice et l'Afrique du Sud. 
Voici la classification du Maroc parmi les indicateurs constitutifs du classement
général:

N° Classement Domaine
Le statut des institutions,  la
sécurité, du capital social,
l'équilibre des institutions, la
1 45e performance du secteur
gouvernemental, la
transparence, les droits de
propriété, la gouvernance de
l'institution exécutive et des
orientations futures.

Energie d'infrastructure
2 53e (infrastructures de transport,
eau et électricité).

e Stabilité macroéconomique
3 43 (dynamique de l'inflation et de
la dette). 

 
Santé (durée de vie moyenne).
4 91e

Compétences  (qualifications
5 111e du personnel).
Position sur le marché mondial
6 (compétitivité du marché
60e intérieur et degré d'ouverture
du pays au commerce
mondial).  

le marché du travail, la gestion


professionnelle, la productivité
de la main-d'œuvre, les frais
imposés sur le marché du
7 119e travail et l'étendue de la
présence des femmes sur le
marché du travail).

Le secteur financier (la


8 49e profondeur et la stabilité du
secteur).

Taille générale du marché


9 52e (taille de l'économie et
proportion de biens et services
importés). 

Dynamisme global de
10 71e l'entreprise (exigences
administratives et culture
entrepreneuriale)

Capacité créative (interaction,


11 81e diversité, recherche et
développement, pouvoir
marketing et promotionnel)

 SITUATION ECONOMIQUE DU PAYS:

L'activité économique du Royaume est en partie dépendante des performances du secteur agricole
et de la conjoncture de ses principaux partenaires, notamment l'Union Européenne. En 2018, la
croissance économique s’est établie à 3%, soit un ralentissement de 1,4% par rapport à l’année
précédente. Cela s’explique par le ralentissement du rythme de croissance du secteur agricole, qui
enregistre une forte baisse de 15,2 % en 2017 à 4% en 2018. La croissance au premier trimestre
de 2019 s’élève quant à elle à 2,3%.
-Le secteur primaire reste à ce jour le premier "employeur du pays" et représente 15 % du PIB.
On estime qu’environ 40 % de la population active dépend de cette branche d’activité.

-Le secteur secondaire (intervenant pour 14 % dans le PIB) est porté par les activités
d’extraction et de transformation du phosphate. Le Maroc est dans une situation très
avantageuse puisque le pays possède les trois-quarts des réserves mondiales.

-Enfin, le secteur tertiaire représente 58 % du PIB. Aujourd’hui, la part des activités tertiaires
dans la valeur ajoutée totale s’est renforcée et représente l’essentiel du tissu productif national.

En 2018, le taux de chômage s'élevait à 10 %. Comme dans de nombreux pays en développement, le


chômage déclaré au Maroc est principalement un phénomène urbain et frappe essentiellement les
moins de 30 ans.

Depuis janvier 2018, le Maroc est passé d’un régime de change fixe à un régime de change plus
flexible. Cette libéralisation vise une meilleure résilience aux chocs économiques externes. En
effet, la parité du dirham n’est plus adossée au panier de devises composé de l’euro et du dollar.
Le dirham est ainsi soumis au système de l’offre et de la demande sur le marché de la devise.

Politique stratégique mise


Secteur d’activité en place Détails sur le plan mis en place

Industrie Pacte National Développement des secteurs stratégiques à travers


d’Accélération Industrielle des contrats-programmes (offshoring, automobile,
électronique, aéronautique, textile et cuir,
agroalimentaire, IMME, chimie-parachimie,
pharmaceutique) et aménagement de 22 Plates-
formes Industrielles Intégrées (P2I). Création
d’écosystèmes industriels, réduction du poids de
l’informel, création d’un fonds de développement
industriel.

Développement d'une agriculture moderne et


Agriculture Maroc Vert compétitive.

Aménagement de plusieurs zones balnéaires /


Tourisme Visions 2010 et 2020 Promotion du tourisme durable et de niche.

Orientation vers une offre produit diversifiée et de


qualité en accompagnant les acteurs dans leur
Commerce Rawaj développement.

Valorisation des produits de la pêche et


Pêche Halieutis modernisation des unités productives.

Prolongement du plan Maroc Numeric 2013 pour le


Nouvelles déploiement et la dynamisation des technologies de
Technologies Maroc Numeric 2020 l'information et de la communication.

Logistique Stratégie logistique nationale Aménagement de zones logistiques multi-flux.


Promotion des énergies renouvelables et de
Energie Plan Energie l'efficacité énergétique.

Gestion des besoins du Maroc en eau à l’horizon


Eau Plan national de l’eau 2030.

→Ces stratégies sectorielles portent le développement du pays et créent les conditions


adéquates pour assurer son essor. Le Maroc se positionne désormais en tant que pays
émergent. Enfin, le Royaume s’est doté d’un nouveau découpage territorial (12 régions au
lieu de 16) en 2016. Cette réorganisation accorde de nouvelles compétences économiques et
financières

Les principaux secteurs de l’économie marocaine

 Agriculture & Agroalimentaire:


Le secteur de l'agriculture et l'industrie agroalimentaire constituent des filières clés de
l'économie marocaine. Le Maroc est aujourd'hui:

 le 1er exportateur mondial de câpres, de haricots verts et d’huile d’argan.


 le 1er producteur de poissons en Afrique.
 le 1er producteur et exportateur mondial de sardines.
 le 3ème exportateur de conserves d’olives.
 le 3ème exportateur de la région MENA de produits agroalimentaires.
 le 4ème exportateur du continent africain de produits agroalimentaires.

 Infrastructures et Industrie:
Depuis plus d'une décennie, le Maroc a lancé  des projets de grande envergure visant à élever ses
infrastructures et développer son secteur d'Industrie selon les standards internationaux. Il est
considéré aujourd'hui comme:

 1ère zone franche industrielle en Afrique avec Tanger.


 1ère en Afrique en matière de qualité des infrastructures.
 1er système ferroviaire d’Afrique.
 1ère plateforme aéroportuaire de la région.
 Top 20 mondial de la connectivité logistique.
 1er exportateur mondial de phosphate. 

 Tourisme, Santé & Sport:


Les secteurs de tourisme, de la santé et du sport sont des leviers considérables pour
l’accélération de la croissance socio-économique et  financière. Le Maroc occupe actuellement une
place relativement confortable au niveau du continent Africain et au niveau de la zone MENA. Il
est considéré comme:

 1ère destination des Français, soit un tiers des touristes totaux en 2018. 
 1er pays d’Afrique en termes d’investissements dans le sport.
 1er en Afrique et 4ème dans la zone MENA pour la qualité du système de santé.
 2ème industrie pharmaceutique du continent africain. 

 CleanTech:
Le développement des technologies propres, s’inscrit au cœur de la politique nationale du Maroc,
compte tenu de l’énorme potentiel  dont il dispose. Aujourd'hui, le Royaume occupe:

 1ère place en Afrique et de la zone MENA en matière d’énergie renouvelable en 2019.


 Top 3 continental de l’indice de la performance environnementale en 2018.
 Top 3 de la zone MENA de l’indice de la performance environnementale.
 2ème rang mondial au « Climate Change Performance Index » en 2019. 
 Tech & Services:
Le secteur des technologies de l'information et de la communication (TIC) est encore récent
au Maroc. Toutefois, il constitue un axe stratégique mis en avant dans les plans nationaux de
développement. Actuellement, le Maroc est:

 1er selon l’Indice des Capacités en Afrique (ICA).


 1er en matière de croissance du secteur technologique dans la région Afrique-Moyen-
Orient. 
 5ème marché bancaire en Afrique en 2018. 

 Commerce extérieur:
VALEUR DES IMPORTATIONS EN 2018 : 545,2 Mds DH
VALEUR DES EXPORTATIONS EN 2018 : 428,7 Mds DH

POIDS DE LA FRANCE DANS LES IMPORTATIONS DU MAROC : en 2018, elles


représentaient 57 158 millions de dirhams; soit 11,9% % de parts de marché.
ETAT DES LIEUX DU COMMERCE EXTÉRIEUR
En 2018, la balance des échanges extérieurs annonce un accroissement du déficit commercial de
205,9Mds de dirhams, en aggravation de 16,6Mds par rapport à 2017. Cela est dû à une hausse
des importations qui n’a pas pu être absorbée par les exportations. Par ailleurs, la balance
commerciale du Maroc affiche un déficit avec tous les continents, sauf l’Afrique, avec laquelle le
Maroc enregistre un excèdent commercial.

Les échanges commerciaux de marchandises sont marqués par un accroissement tant au niveau
des importations que des exportations. En 2018, les exportations ont atteint 275 156 MDH, soit
une hausse de 10,6% par rapport à 2017. Cette hausse s’explique par la performance de l’ensemble
des secteurs, notamment : l’aéronautique (+26,7%), la vente de phosphates et leurs dérives
(+17,6%) et l’automobile (+12,9%).

Les importations, quant à elles, atteignent 481 035 MDH en 2018, soit une hausse de 9,8% par
rapport à 2017. Cette hausse est imputable pour l’essentiel à la hausse de la facture énergétique
de 18,1% par rapport à l’année précédente (gas-oils et fuel-oils, gaz de pétrole et autres
hydrocarbures, huiles de pétrole et lubrifiant, etc). La hausse des importations a également
concerné d’autres groupes de produits comme les achats de produits bruts, d’origine animale,
végétale et minérale (+18,9%), de produits finis d’équipement (+9,8%) et de produits finis de
consommation (+8,1%).

Les échanges commerciaux du Maroc avec l’extérieur se sont diversifiés mais demeurent à
prédominance européenne (66,4% des débouchés de l’offre marocaine). La France est le deuxième
partenaire commercial du Maroc. L’Espagne détient le 1er rang depuis 2012. Les importations en
provenance de la France ont structurellement baissé durant la dernière décennie.

En 2018, les exportations françaises vers le Maroc se sont établies à 57 158 MDH, soit 11,9% de
part de marché, une hausse de 8,9% par rapport à 2017. Les principaux produits exportés du
Maroc vers l’Union Européenne sont les « voitures de tourisme » (16,6% du total), les « fils, câbles
et autres conducteurs isolés pour l'électricité» (15,9% du total), ainsi que les « vêtements
confectionnés » (12,7% du total).

En sens inverse, les exportations marocaines vers la France en 2018 s’élèvent à 59 784 MDH
(+5,1% par rapport à 2017). Sont importés de France en majorité les « gas-oils et fuel-oils » (7,1%
du total).
L’économie du Maroc en
chiffres
LES AGREGATS
MACROECONOMIQUES
EXEMPLE DU MAROC
I - PIB
• Le PIB du Maroc en 2018 est de 120 milliards de
dollars.
• Selon les dernières statistiques, le PIB du Maroc a
connu un taux de croissance annuel moyen de 4%
sur la dernière décennie et a atteint 122 milliards $
en 2019.

→L'économie marocaine évolue sur un rythme de


croissance rapide.
I - PIB
Structure de la valeur ajoutée par
branche d'activité aux prix courants

14%

57% 29%
secteur primaire

secteur secondaire

secteur tertiaire (des services)


• L'économie marocaine dispose aujourd'hui d'un cadre
macroéconomique sain susceptible de constituer un
levier efficace pour la réalisation des objectifs de
croissance durable, de résorption du chômage et de
réduction de la pauvreté, qui est de l'ordre de 5%.

• Selon le ministère de l'économie, le Maroc a enregistré


en 2019 une inflation de 1,0 % et une croissance de 2.6
% tirée par une bonne année agricole, un chiffre
supérieur aux prévisions de la loi de finances 2015 qui
tablait sur une croissance de 4,4 %.
Indicateurs
Evolution
du taux de
croissance

Indicateurs
Evolution
de la
Finance
publique
II - Indicateurs Endettement
• Taux d’endettement :
→82,2% du PIB en 2018 (Global)
→65,1% du PIB en 2017
→62,5% du PIB en 2013
→59,6% du PIB en 2012

• Le Maroc a fait figure de bon élève solvable.


III-Indicateurs Commerce extérieur
• Le commerce extérieur continue à être déficitaire et le
taux de couverture est de 57,4% en 2019 contre 57,2%
en 2018
• Le déficit de la balance commerciale est de 18,9% du
PIB en 2017 (188,8 milliards en 2017 contre 184,9 en
2016)
• Le compte courant de la Balance des paiements
continue à être déficitaire de l’ordre de 10% du PIB à la
fin de 2012. (le plus haut niveau de déficit depuis les
années 80). (en 2017 3,6% du PIB contre 4,2% en 2016).
Commerce extérieur en millions DH
BALANCE COMMERCIALE

ANNEE EVOLUTION
2019 2018 Valeur %

IMPORTATIONS CAF 491 015 481 442 +9 573 +2,0

EXPORTATIONS FAB 282 020 275 441 +6 579 +2,4

SOLDE -208 995 -206 001 2 994 1,5

TAUX DE COUVERTURE 57,4 57,2


TC EN %
IV - Indicateurs Pauvreté
• Selon les résultats établis sur la base du seuil de
pauvreté national, cet indice a fortement reculé. Il est
passé de 15,3% en 2001 à 8,9% en 2007 puis à 4,8% en
2014.
• En 2019, le Maroc compte à peu près 9 millions de
pauvres dont la majorité se concentre en milieu rural
(seuil de revenu de 5,5 dollars). Cette pauvreté se
caractérise par des inégalités sociales et territoriales.
(11,7% au niveau national en 2017).
• La région Béni-Mellal-Khénifra est la région la plus
pauvre suivie de la région de Marrakech-Safi.
V - Récapitulation
SYNTHESE
L’investissement public et la revalorisation du salaire minimum ont stimulé la
croissance de l’économie marocaine ces dernières années. Mais le chômage
reste important, et le pays doit réformer son régime politique archaïque et
mieux répartir ses richesses pour pérenniser son développement. Depuis le
nouveau millénaire, le produit intérieur brut (PIB) du royaume a connu une
expansion honorable de + 4,6 % entre 2000 et la crise mondiale de 2009, et un
essoufflement plus inquiétant depuis (+ 3,1 %) qui a tendance à s’installer. Signe
positif, la baisse du taux croissance marque un recul du « modèle extensif » à la
soviétique ou à la chinoise qui explique la performance de l’économie par un
recours quantitatif accru au capital et aux travailleurs et une amélioration
sensible de la productivité globale des facteurs (PGF).
Maintenant , quel nouveau modèle économique pour le maroc apres la covid-19 ?
REMERCIEMENTS

Nous tenions à vous écrire un « Merci » sincère pour votre soutien,


votre enseignement et vos conseils tout au long de ce semestre qui
vient de s'écouler. Nous avons grandement apprécié votre soutien,
votre implication et votre expérience pendant tout ce semestre.
Références
• Wikipédia-économie du Maroc
• Société générale-Indicateurs et croissance
• Haut-Commissariat au Plan-Indicateurs et agrégats
• LesEco.ma-Prévisions économiques
• TradingEconomics-Maroc,indicateurs économiques
• Banque mondiale
• Sources: Banque Mondiale, FENAGRI, Haut-Commissariat au Plan, Ministère de
l’Agriculture, de la Pêche Maritime, du Développement Rural et des Eaux et Forêts
(données 2018)
• Sources : Banque Mondiale, Bloomberg, FMI, Haut-Commissariat au Plan, Invest In
Morocco, Ministère de l’Industrie, de I'lnvestissement, du Commerce et de I'Economie
Numérique, Ministère de l’Energie, des Mines et du Développement Durable
 (données 2018).
• Banque Mondiale, Haut-Commissariat au Plan, Invest In Morocco, Ministère du
Tourisme, Ministère de la Jeunesse et des Sports, Ministère de l'Aménagement du
Territoire National, de l'Urbanisme, de l'Habitat et de la Politique de la Ville (données
2018).
• Banque Mondiale, Bloomberg, Climate Change Performance Index, Haut-
Commissariat au Plan, Invest In Morocco, Ministère de l’Energie, des Mines et du
Développement Durable (données 2018).

• Haut-Commissariat au Plan, Invest In Morocco, AUSIM, APEBI, Ministère de


l’Industrie, de I'lnvestissement, du Commerce et de I'Economie Numérique, ANRT
(données 2018).
• www.diplomatie.gouv.fr
• https://maroc-argan.fr/

Vous aimerez peut-être aussi