Vous êtes sur la page 1sur 7

Droit - 1ère partie :Le cadre Juridique de l’activité économique - Chapitre 3

Chapitre 3
L’organisation judiciaire

La justice Française est régie par de grands principes dont la connaissance assure aux
justiciables la maîtrise des rouages d’une institution aux abords complexes.
Celui qui souhaite agir en justice doit :
Respecter les conditions et mécanismes de l’action.
Choisir la juridiction compétente pour entendre son affaire en fonction de règles
de compétences prédéfinies.

1 – Les fondements du système judiciaire

11 – Les principes

La justice est un monopole de l’état qui ne peut admettre que les individus se fassent
justice soit-même. La justice est un service public.

Principe de collégialité : plusieurs magistrats ensemble.


Principe d’égalité : la même procédure est appliqué à toutes les personnes.
Principe de gratuité : les justiciables ne paient pas les juges.
Principe de publicité : les audiences et les délibérés sont publiques. Exceptions : Huis
clos pour notamment les affaires de mineurs.
Principe de continuité : le fonctionnement de la justice est ininterrompu.
Principe d’indépendance de la magistrature à l’égard des autorités politique : les
magistrats sont inamovibles (pour éviter les pressions).
Principe du double degré de juridiction : les parties peuvent faire réexaminer leur
affaire (appel)
Principe du contradictoire : toutes les parties sont présentées ou représentées afin que
chacun puisse d’expression. Tous les éléments à charge peuvent être communiqués et
discutés pendant l’audience.

12 – Les voies de recours

Juges du droit
Cour de cassation (de la forme)

Pourvoi

2nd Degré Cour d’appel

Appel Juges du fond

Tribunal
1er Degré (ex : TGI)

L’organisation judiciaire - Page 1 sur 7


Droit - 1ère partie :Le cadre Juridique de l’activité économique - Chapitre 3

121 – L’appel

Mécanisme de l’appel : l’appel est la possibilité pour un justiciable de faire réexaminer son
affaire après un premier jugement qu’il trouve insuffisant.
La cour d’appel réexamine les faits et rend une nouvelle décision appelée arrêt. Cet arrêt peut être
confirmatif (de même sens) ou infirmatif (de sens contraire). Le délai de recours est de 1 mois,
l’appel est suspensif.
Exception : le premier et dernier ressort : Certaines affaires dont l’enjeu financier est limité ne
peuvent pas faire l’objet d’un appel. Le jugement est alors rendu en premier et dernier. Un
pourvoir en cassation est toutefois possible (ex : conseil de prud’hommes : depuis janvier 2004,
le taux de compétence en dernier ressort est fixé à 3900 €).
122 – Le pourvoi en cassation

Principe : tout justiciable peut demander à la cour de cassation de vérifier que les juges du fond
on bien appliqués le droit à leur affaire.
Depuis le 1er janvier 2002, il existe un filtrage des dossiers (par 3 magistrats) pour remédier à
l’engorgement des tribunaux. Le pourvoi doit être fondé.
Les fondements possibles sont :
Violation de la loi
Violation d’une règle de forme
Incompétence de la juridiction qui a entendue l’affaire
Excès de pouvoir
Absence de base légale
Décision rendue : la cour de cassation à deux solutions :
Elle peut « rejeter le pourvoi » : la décision de la cour d’appel est appliquée.
Elle peut « casser et annuler » la décision rendue par la juridiction précédente et renvoyer
l’affaire devant une autre cour d’appel.

Cour de Cassation

Rejette le pourvoi Casse et annule


(La décision est conforme au droit) (La décision viole le droit)
L’affaire est renvoyée devant une autre

Fin Cour d’appel de renvoi


Se range à l’avis Elle résiste et reprend la position de la
de la cour de première cour d’appel
cassation
Cour de cassation
(Assemblée plénière)
Fin

2ème cour d’appel de renvoi


Se range à l’avis de la cour de cassation
Fin
L’organisation judiciaire - Page 2 sur 7
Droit - 1ère partie :Le cadre Juridique de l’activité économique - Chapitre 3

13 – Les deux grands ordres de juridiction

Définition : Un ordre de juridiction est un ensemble de juridictions placé sous l’autorité d’une
même juridiction.

Fondement : les juridiction Françaises sont regroupées en 2 ordres selon le principe de la


séparation des pouvoirs. Le pouvoir exécutif, détenu par l’administration, ne peut pas donner des
ordres ou influencer au pouvoir judiciaire et inversement.

2 Ordres de juridiction
Ordre Administratif Ordre Judiciaire
Règle : Compétent pour les litiges faisant Règle : compétent pour les litiges civils et le
intervenir l’administration. domaine pénal.
1er degré : Tribunal Administratif 1er degré : TI, TGI, CP, TP, Tcorrectionel, Cour
d’assises.
2nd degré : Cour d’appel administrative 2nd degré : cour d’appel
Conseil d’état Cour de cassation

Parfois les deux grand ordres sont en désaccord sur leur compétence (ex : les 2 ordres se
déclarent parfois compétents), dans ce cas, le tribunal des confits intervient pour résoudre le
conflit de compétence.

2 – Les règles de compétence


Il s’agit de déterminer, en cas de litige, le tribunal apte à connaître, instruire et juger cette
affaire.A quelle catégorie appartient le tribunal à saisir ? Quelle est la juridiction territorialement
compétente ?
Juridictions judiciaires du 1er degré
Juridictions civiles Juridictions spécialisées Juridictions pénales
Juge de proximité Conseil des Prud’hommes Juge de proximité
Petits litiges jusqu'à 4000 euros Litiges entre salariés ou apprentis et Certaines contraventions, passibles
(consommation, conflit de voisinage, employeurs portants sur le respect des d’amendes et autres peines, commises par des
injonctions de payer et de faire…) contrats de travail ou d’apprentissage. majeurs ou des mineurs.
Tribunal d’instance Tribunal des affaires de sécurité sociale Tribunal de police
Litiges de moins de 10 000 euros et litiges de Litiges entre les organismes de sécurité Contraventions passibles d’amendes ou autres
crédit à la consommation, bail d’habitation. sociale et les personnes assujetties. peines (exemple : suspension de permis de
conduire)
Tribunal de grande instance Tribunal de commerce Tribunal correctionnel
Litiges de plus de 10 000 euros : divorce, Litiges entre commerçants ou sociétés Délits passibles d’emprisonnement jusqu'à 10
autorité parentale, succession, filiation, commerciales. ans et d’autres peines (amendes, peines
immobilier… complémentaires, travail d’intérêt général)
Tribunal paritaire des beaux ruraux Cour d’assises
Litiges entre propriétaires et exploitants de Crimes (infractions les plus graves) passibles
terres ou de bâtiments agricoles. de la réclusion jusqu'à perpétuité.

Appel
Cour d’appel
Lorsqu’une ou plusieurs personnes ne sont pas satisfaites du premier jugement, elles peuvent faire appel. La cour réexamine alors l’affaire.
Depuis le 1er janvier 2001, les verdicts des cours d’assises peuvent faire l’objet d’un appel devant une nouvelle une nouvelle cour d’assises
composée de 3 juges professionnels et de 12 jurés.

Contrôle (pourvoi)
Cour de cassation
Cette cour ne rejuge pas l’affaire mais elle vérifie si les lois ont été correctement appliquées par les tribunaux et les cours d’appel. Elle est située
à Paris.

L’organisation judiciaire - Page 3 sur 7


Droit - 1ère partie :Le cadre Juridique de l’activité économique - Chapitre 3

21 – La compétence d’attribution

Définition : aptitude d’une juridiction à trancher un litige selon la nature de l’affaire.

Litige relatif au droit privé : juridictions civiles.

-TGI (Tribunal de grande instance) : juridiction de droit commun : compétent pour les litiges non
expressément attribué à une autre juridiction par la loi. Compétence exclusive pour les divorces,
l’immobilier…

-Ou juridictions d’exception : compétences expressément prévues par la loi


Juges de proximité : litiges < 4000€ (sauf affaires concernant les crédits à la
consommation par exemple)
Tribunal d’instance : litiges de droit civil < 10000€ et exclusivement compétent dans
certaines matières (ex : crédit à la consommation quel que soit le montant).
Conseil des prud’hommes : litige individuel entre un employeur et un salarié né à
l’occasion d’un contrat de travail, quel que soit le montant.
Tribunal de commerce : litiges entre commerçants ou relatifs à un acte de commerce
quelque soit le montant.

Infractions à la loi : juridictions pénales.

Juridictions Infractions Exemple


Juge de proximité
Contraventions Dégradation de bien publics
(loi organique du 26 février 2003)
Tribunal de Police Suspension de permis, tapage
Contraventions
nocturne
Tribunal correctionnel Délits Vente de stupéfiants, vols
Cour d’assises Crimes Meurtre, viol
Nouvelle sanction pénale : le stage de citoyenneté (1 mois maximum) : il comporte des modules de formation. Son objectif est
de sensibiliser le condamné aux « valeurs républicaines de tolérance », notamment en cas d’infractions à caractère raciste. Il
concerne aussi bien les mineurs que les majeurs. C’est une peine alternative à l’emprisonnement, ou même une mesure
d’accompagnement d’une peine prononcée avec sursis.

Pour déterminer quel est le tribunal compétent, il faut vérifier dans le code pénal si les faits sont
qualifiés de contravention, délits ou crimes.

22 – La compétence territoriale

Définition : Aptitude d’une juridiction à connaître une affaire en fonction du lieu

Principe : la juridiction territorialement compétente est, sauf dispositions contrôle celle du lieu
ou demeure le défendeur.

La loi prévoit des exceptions :


En matière immobilière : le de situation de l’immeuble
En matière contractuelle : au choix du demandeur : le de livraison de la chose ou domicile
du défendeur.

L’organisation judiciaire - Page 4 sur 7


Droit - 1ère partie :Le cadre Juridique de l’activité économique - Chapitre 3

3 – Les principes de l’action en justice

31 – Les conditions de recevabilité de l’action

Pour ester en justice, il faut :

Un intérêt pour agir

Avantage que procurerait au demandeur la reconnaissance de son droit par le juge. Il doit
être : juridique, né et actuel, moral et licite, pécuniaire ou moral.

La qualité pour agir

Peuvent seulement agir en justice : le titulaire du droit, son représentant (ex : parent), un
groupement pour la défense d’un intérêt.

La capacité pour agir

Il faut être majeur ou être représenté par un représentant légal (ce qui est le cas des mineurs et
des majeurs incapables sous tutelle ou curatelle)

Les délais de prescription

Le délai de prescription, variable selon les types d’affaire, ne doit pas être expiré (Ex : 10 ans
pour un crime).

32 – La procédure

321 – La procédure civile

Définition : procédure accusatoire devant les juridictions de l’ordre judiciaire civil.

Demande introductive Le demandeur cite son adversaire à comparaître par


d’instance assignation d’huissier

Le juge de la mise en l’état vérifie que le dossier est


Mise en l’état complet, recevable, et que les parties se sont communiquées
leurs arguments. Il peut demander des expertises.

Audience

Jugement

L’organisation judiciaire - Page 5 sur 7


Droit - 1ère partie :Le cadre Juridique de l’activité économique - Chapitre 3

322 – La procédure pénale

Définition : la procédure pénale désigne l’ensemble des règles et formalités qui permettent
de constater les infractions pénales, d’instruire l’affaire et de la juger. Elle est suivie en cas
d’infractions pénales : contraventions, délits et crimes. Elle est inquisitoire, exercée par le juge
d’instruction.
On peut couper l’action pénale avec une action civile de demande de dommages et
intérêts.

323 – La procédure administrative

L’état est une des parties au litige. Une personne demande au juge administratif d’annuler
une décision administrative (ex : refus de permis de construire) ou d’indemniser un préjudice de
l’administration (ex : inondations résultant de travaux publics).

4 – Les autres modes de résolution des litiges

41 - La conciliation

Entente entre les parties (le conciliateur conseille, il ne peut contraindre). Si accord, un
constat d’accord est signé par les parties. Obligatoire devant certaines juridictions (conseil des
Prud’hommes, TGI pour les divorces)

42 - La transaction

Constat qui met fin à une contestation. Les concessions doivent être réciproques.

43 - La médiation

Le juge nomme (d’office ou à la demande des parties) un médiateur qui recherche un


solution au litige. Rôle actif du médiateur (fait des propositions). Possible en matière civile et
pénale.

44 - L’arbitrage

Les parties en conflit confient à une ou plusieurs personnes la mission de trancher leurs
litiges actuels ou futurs. Fréquent en matière commercial car rapide, plus économique, plus
discret.

L’organisation judiciaire - Page 6 sur 7


Droit - 1ère partie :Le cadre Juridique de l’activité économique - Chapitre 3

Le déroulement d’une affaire

Parties :
Tribunal
Litige -Demandeur
de 1er degré
-Défendeur

Jugement

Fin de l’affaire,
Oui 1er et dernier Non Satisfaction Oui Le jugement
ressort s’applique aux
parties
Pas d’appel Non
possible

Cour d’appel Parties :


Réexamine les -Appelant
faits -Intimé

Fin Infirmatif
Oui
de Arrêt (contraire au 1er
Satisfaction jugement)
l’affaire.
ou
Non Confirmatif
Fin de l’affaire, Oui (Identique au
L’arrêt s’applique Satisfaction premier jugement)

Pourvoi
Pourvoi

Cour de Parties :
Cassation -Demandeur
Examine la forme -Défendeur

Décision

Casse et Rejet du
renvoie pourvoi

Annulation de
l’arrêt Fin de l’affaire,
L’arrêt s’applique aux
parties

Cour d’appel de renvoi


Réexamine les faits

L’organisation judiciaire - Page 7 sur 7