Vous êtes sur la page 1sur 10

Chaque semaine, une question d’actualité, plusieurs regards

LES MOUVEMENTS
ANTIFÉMINISTES DÉCRYPTÉS

Tom Wahli

Le rejet du féminisme et Ce
ef
qui se joue dans ces discours Les angles d’attaque de
l’existence de courant relève donc plutôt de la l'antiféminisme sont en effet
masculinistes ne sont pas mobilisation de l’opinion multiples, changeant au gré
nouveaux. Depuis les débuts des publique contre les mouvements des époques et des groupes
mobilisations pour le droit des féministes. Une mobilisation qui sociaux : mouvements
femmes, les féministes se sont s’avère violente : dans les mots opposés aux droit de vote des
heurtées à la résistance de d’abord, avec l’apparition de femmes au 19e siècle,
groupes dominants souhaitant termes comme feminazi sur religieux conservateurs
conserver leurs privilèges. Ce qui internet, mais aussi dans le réel, refusant aux femmes la libre
est nouveau en revanche, ce sont avec des conséquences disposition de leur corps,
incels et artistes de la drague
les manifestations dramatiques, comme le
les réduisant à des objets
contemporaines du masculinisme. féminicide de masse perpétré à
sexuels, associations pour le
La stratégie de ces mouvements l’école Polytechnique de droit des pères…Ces
évolue en effet depuis les années Montréal en 1989, où un homme mouvements en apparence si
1980 : c’est désormais au nom du aux revendications divers sont malgré tout liés par
respect de l'égalité femme- antiféministes assassine 14 une chose : la haine des
homme qu’ils entendent lutter étudiantes, pour la simple raison féministes, voire des femmes.
contre les “dérives” du féminisme, qu’elles étaient des femmes, ou Pour mieux les combattre, il
qui aurait déjà permis les 4 attentats commis par des faut mieux les connaître :
l’émancipation des femmes. Les incels depuis 2014 en Amérique partant de ce constat, Le 2
études prouvant que les femmes du Nord. Ce tournant de vous propose dans ces
sont toujours victimes de l’antiféminisme est l’occasion de colonnes de faire un tour
violences, de précarité et revenir sur les différents visages d’horizon de leurs origines et
influences contemporaines.
d’inégalités sont pourtant de ce mouvement.
nombreuses...
Elias KARI
Matthieu LAUDE
Colin DEBEUNNE
Zoom sur… La « Crise de la masculinité »

Un concept : ‘’La crise de la masculinité.’’

Le thème de la crise pervers de la socialisation masculine


de la masculinité est dominante, pour les femmes mais aussi
aujourd’hui pour les hommes eux-mêmes (impératif de
omniprésent dans le performance, exclusions des hommes trop
débat public. D’après cette théorie, les peu virils, tabou de l’homosexualité, etc..).
hommes souffriraient d’une perte de repères
dans la société actuelle, du fait des Le discours de la crise de la masculinité
mobilisations féministes. En effet, la critique implique donc un retour à des formes de
des valeurs traditionnellement associées au virilité traditionnelles. Il n’est alors pas
masculin telles que la force, la violence ou étonnant de voir ce concept défendu par les
encore la mise à distance des sentiments courants masculinistes récents, qui prônent
perturberait l'identité naturelle des hommes. à travers lui une décrédibilisation des
Ceux-ci seraient alors désavantagés dans mouvements féministes. D’une part, la
une société où les féministes auraient défense d’une identité naturelle masculine
imposé des valeurs féminines comme la est censée les préserver des valeurs dites
douceur, l’écoute, la bienveillance... En féminines, pour lesquelles ils ne seraient
France, l’un des principaux porte-voix de ce pas adaptés. D’autre part, c’est également
concept est Éric Zemmour, avec son livre Le un moyen de refuser aux femmes des
Premier sexe publié en 2006. Pour ce privilèges masculins, comme la capacité à
dernier, la crise de la masculinité être perçue comme forte, imposante ou
engendrerait un malaise dans les relations indépendante dans l’espace publique. En
femmes-hommes (notamment autour de la dressant les avancées féministes contre les
drague, qui serait rendu impossible à cause intérêts des hommes, la crise de la
des accusations d’agression sexuelle), mais masculinité entend limiter l’adhésion aux
aussi un déclin de l’autorité dans notre discours féministes. Finalement, cette
société. “crise” semble perpétuelle, l’argument étant
déjà mobilisé depuis les années 1980
Cependant, dans La crise de la (comme dans le document d’archive
masculinité, histoire d’un mythe tenace, présenté ci-dessous). Sous couvert d’une
Francis Dupuis-Deri démontre que ce étude de la recomposition des genres au gré
concept sert une représentation sexuée du des évolutions sociales se cache donc un
monde, où des caractéristiques sociales argument au cœur de la rhétorique
sont attribuées aux deux sexes par un masculiniste, utilisé pour maintenir la
procédé de naturalisation. Or, les études de domination masculine.
genre ont montré qu’il n’y avait pas de
comportement naturellement associé à un
sexe, les attentes genrées étant plutôt le
fruit d’une socialisation différenciée entre les
femmes et les hommes. Les valeurs ici
associées aux femmes ne sont ainsi pas
intrinsèquement liées à leur sexe, mais
plutôt à une identité de genre construite par
la socialisation. Les hommes sont donc tout
autant capables de douceur, d’écoute et de
bienveillance que les femmes, s’ils reçoivent
la socialisation adéquate. Le concept
s’oppose alors à la notion de masculinité
toxique, qui montre au contraire les effets Francis Dupuis-Deri
Zoom sur… La « Crise de la masculinité »

L’instant archive : 1983, Seuls et sans femmes, Archives INA issue de


l’émission Mœurs en direct, diffusée sur Antenne 2 le 02/10/1983.
Lien vers la vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=SYelm_jMYNk

Quelques extraits de témoignages issu du reportage

Au travers de ce reportage, nous partons à disposent en plus de nouvelles formes de


la rencontre de quatre hommes aux contraception (la pilule est décriée dans le
caractères et aux opinions variés. Ils reportage), elles ont toutes les libertés pour
semblent de plus issus de milieux sociaux “faire cocu leur mari” selon le mot du second
différents. Tous s’accordent cependant sur intervenant.
un point : les nouveaux rapports entre les
hommes et les femmes sont profondément De plus, les nouvelles formes des rapports
transformés et déséquilibrés, les femmes de séduction laissent ces hommes perdus.
obtenant une supériorité sur les hommes Ils ont la sensation que les femmes jouissent
quand les deux sexes se devaient de maintenant d’un double avantage,
devenir égaux. Les quatre hommes qui nous puisqu’elles sont traitées d’égal à égal mais
sont présentés ont tous expérimenté des demandent toujours au sexe masculin de
relations tendues avec le sexe opposé, faire preuve de galanterie : elles veulent “le
qu’ils expliquent par l’évolution de la place beurre et l’argent du beurre”. Les hommes
des femmes dans la société. Ces situations se plaignent donc d’avoir du mal à les
de conflit vont de la simple rupture au satisfaire : elles demandent des hommes
divorce, en passant par le malaise devant plus sensibles, plus ouverts, mais cherchent
les femmes en règle générale. en même temps “de vrais” hommes comme
le souligne le troisième intervenant.
Ce que reprochent ces hommes aux
femmes, c’est bien leur émancipation. Ils En regardant cette vidéo, on pourrait
dénoncent d'abord la clémence de la loi presque imaginer qu’elle a été tournée
envers les femmes pour les affaires de aujourd’hui : les arguments autour de la
divorce. L’accessibilité accrue de cette “crise de la masculinité” (déjà présente dans
nouvelle démarche, la rapidité de la mise à les années 80) ressentie par ces hommes
l’écart du père et la facilité avec laquelle les sont ainsi exactement les mêmes que ceux
femmes peuvent séparer l’homme de ses mobilisés de nos jours, malgré les
enfants sont pour eux autant d’éléments évolutions de la société. Se plaçant comme
inquiétants qui attribueraient aux femmes un victimes de la nouvelle répartition des rôles
ascendant total sur les hommes. La nouvelle dans la sphère sociale et familiale, ces
autonomie financière des femmes fait hommes s’estiment menacés par la plus
craindre à ces pères de famille grande liberté des femmes. Alors que
l’augmentation des comportements volages l’émancipation du féminin progresse, ils
chez leurs épouses. Maintenant que les s’inquiètent déjà du changement de
femmes travaillent “au dehors”, qu’elles paradigme dans les rapports entre les
sortent du domicile familial et évoluent dans sexes. Pourtant, la notion de “crise de la
le même espace que les hommes, qu’elles masculinité” est à déconstruire.
Recherches sur l’antiféminisme

Regards socio-historiques sur l’antiféminisme


Antiféminismes et masculinismes d'hier et d'aujourd'hui C.Bard, M. Blais, F.Dupuis-Déri.

Sorti en mars 2019, ce livre est un recueil s’opposent également au suffrage universel
de 17 contributeurs français et québécois, direct, et sont animés par l’antiféminisme
portant sur les différentes manifestations de mais aussi par un rejet de la république. Par
l'antiféminisme. Il est le résultat d’un ailleurs, il est rappelé que la droite
colloque réunissant ces participants à conservatrice n’a pas le monopole de
l’université d’Angers deux ans plus tôt, les 3 l’antiféminisme. Ainsi Proudhon, philosophe
et 4 mars 2017. Qu’il s’agisse de la anarchiste, révolutionnaire et qualifié de
misogynie de Proudhon, de progressiste s’oppose à l’égalité entre les
l’intersectionnalité des haines du journal sexes. Le mépris envers les femmes
Minute, des mouvements des “droits des constitue un point commun entre Maurras et
pères”, ou encore des courants religieux Proudhon, pourtant complètement opposés
cherchant à exclure les femmes, de sur l'échiquier politique.
nombreuses formes d’antiféminismes sont
ici présentées. Le masculinisme est donc, comme le
féminisme, un mouvement pluriel. Les
Le féminisme est différents chapitres présentent
généralement présenté comme les déclinaisons de ce
une doctrine préconisant mouvement : militants religieux
l’égalité entre les hommes et les voulant marginaliser les
femmes, à travers pratiquantes ou les
l’émancipation des femmes. responsables religieuses,
L’antiféminisme se définit donc opposants caricaturant une
par son opposition au “théorie du genre”, associations
féminisme. Le masculinisme pour le “droit des pères” faisant
quant à lui est une forme pression pour obtenir la garde
contemporaine d’antiféminisme, des enfants (même lorsqu’il y a
définie par Christine Bard un risque de violence),
comme ”un mouvement social conservateurs enfermant les
qui se constitue en occident à femmes dans leur rôle de
partir des années 1980 pour mère…Malgré ces différences,
défendre les ‘droits des un point commun : l’adaptation
hommes’ dans une société qu’ils estiment d’un discours séculaire aux discours
désormais dominée par les femmes.” Ces féministes emprunts d’égalité. C’est
mouvements masculinistes et antiféministes paradoxalement au nom de l’égalité femme-
apparaissent par vagues, à l’image des homme que ces mouvements cherchent
mouvements féministes qu’ils combattent. désormais à réduire les revendications et
Ils se révèlent très divers dans leurs origines l’effet du féminisme sur les mentalités…
et leurs revendications.
En apportant un éclairage sur les
En ce qui concerne les origines, C. Bard mouvements d’hier comme ceux
estime que l’antiféminisme a précédé le d’aujourd’hui, l’ouvrage permet donc un état
féminisme, par anticipation et par crainte de des lieux des différents mouvements
l’émancipation féminine. C’est à la fin du antiféministes. On réalise alors que si la
19ème et au début du 20ème siècle que forme et les points de divergence évoluent,
l’antiféminisme prend son premier essor, en le fond du discours antiféministe reste le
opposition au droit de vote des femmes. Il même : la mobilisation contre les discours
est intéressant de noter qu’une partie de féministes, devant permettre un maintien
ceux qui s’opposent alors aux droit de vote des privilèges et des rapports de domination
des femmes, comme l’Action Française, établis.
Recherches sur l’antiféminisme

Regards anthropologiques sur l’antiféminisme


“Alpha Mâle, Séduire les femmes pour s’apprécier entre hommes”, M. Gourarier

À travers cet ouvrage publié en 2017, communauté intrinsèquement lié à


Mélanie Gourarier, anthropologue, propose l’apprentissage de la masculinité.
de penser le masculinisme et son évolution
au travers d’entretiens avec une vingtaine L’auteure relève cependant beaucoup
de jeunes hommes (étudiants ou jeunes d’incohérences et de mécaniques nocives
diplômés) membres de la « Communauté au sein de la Communauté de la séduction.
de la séduction » Tous ces entretiens ont Tout d’abord, ce groupe s’appuie sur un
été menés entre 2007 et 2010. constat faux : l’égalité entre les hommes et
les femmes serait déjà acquise. En fait, M.
Cette communauté non-mixte est soudée Gourrarier prouve à travers son analyse
autour de la reconnaissance d’une « crise qu’au lieu de de s’adapter aux nouveaux
de la masculinité », provoquée par la rapports entre les sexes, les membres de la
montée des revendications féministes. Face communauté redéfinissent totalement ces
à ce qu’ils considèrent comme derniers à leur avantage. Ainsi,
l’abandon de la masculinité, les apprentis séducteurs
des valeurs patriarcales et redéfinissent le modèle de la
comme un renversement total masculinité hégémonique (le
des rapports de pouvoir entre processus de légitimation défini
les hommes et les femmes, les par R. Connell dans les années
membres de la communauté 1980) en opposition avec des
tentent par la séduction masculinités “inférieures”,
d’affirmer une nouvelle forme permettant de maintenir une
de virilité, censée redonner du supériorité par rapport aux
pouvoir aux hommes. Partant hommes qui ne correspondent
du constat que l’égalité entre pas aux standards de la
les sexes est déjà acquise, les masculinité traditionnelle. De
membres considèrent en effet plus, si les coach en séduction
que les femmes dominent aux allures de self made man
maintenant les hommes, et que insistent sur le fait que tous les
cette situation « castratrice » membres de la communauté
doit changer. sont égaux, la réalité est tout autre : “l’art” de
la séduction ne saurait être égalitaire entre
Ainsi, l’ouvrage dépeint un mouvement chacun, notamment à cause des différents
communautaire souhaitant la “dévirilisation” capitaux économiques, sociaux et culturels
de l’homme, “féminisé” depuis la fin du de ses membres.
20ème siècle. Les hommes se soudent donc
grâce à un élément central : la drague. M. Gourrarier nous propose d’entrer dans
Fidèles défenseurs de l’image du dragueur un monde où il est nécessaire de “séduire
dépeinte par Alain Soral dans Sociologie du les femmes pour s’apprécier entre
dragueur, les membres de la communauté hommes”. Par la redéfinition de la
cherchent à réinvestir des espaces masculinité face à une féminisation jugée
masculins qu’ils considèrent comme perdus envahissante et castratrice (la fameuse
(la rue, par exemple). Il s’agit de séduire « crise de la masculinité », déconstruite par
pour devenir de “véritables” hommes, l’auteure), les membres de la Communauté
s’élevant au-dessus de ce qu’ils considèrent de la séduction assoient de nouvelles
comme l’”average frustrated chump” (AFC), formes de légitimation du pouvoir, entre
incapable de séduire. L’apprentissage hommes mais aussi vis à vis des femmes,
sexuel est donc pour les membres de la renforçant les inégalités de genre.
Œuvres antiféministes d’hier et d’aujourd’hui

L’antiféminisme dans la littérature

L’antiféminisme se déploie aussi dans des


Parmi les illustrations de la nouvelle, on
œuvres littéraires. Retour sur un cas retrouve ce manifeste des “nouvelles
emblématique de l’entre-deux-guerres, Le féministes” (les opposantes à l’ordre
dominant imaginé par Vautel). Les
féminisme en 1958, de C. Vautel
revendications de ces femmes entrent en
écho avec le discours antiféministe : sont
Certains antiféministes choisissent valorisées les archétypes des “épouses”,
d’exprimer leurs idées par la fiction, à l’instar “mères”, et “femmes” objet de désir.
de Clément Vautel. Ce dernier publie en L’émancipation des femmes dans d’autres
1918 une nouvelle d’anticipation, le rôles sociaux est considérée comme une
Féminisme en 1958, publiée dans le “fausse liberté” dans le manifeste. La liberté
mensuel Je sais tout. Il y décrit une société chargerait les femmes “de chaînes de fer”,
où les féministes détiendraient un pouvoir argument orwellien qui n’est par ailleurs pas
absolu, étant surreprésentées dans toutes expliqué dans l'illustration. L’idée principale
les sphères du pouvoir (de la police à la reste que les femmes elles-mêmes ne
justice, en passant par la présidence de la considèrent par leur émancipation comme
république). Les femmes traditionnelles se une bonne chose.
rebelleraient alors contre ces féministes
tyranniques, afin de retrouver leur place Une lecture masculiniste contemporaine
“naturelle” dans la société... de cette oeuvre serait de dénoncer les
“excès” du féminisme, qui aurait dépassé
l’égalité et imposé la domination des
femmes (d’où la mention “Nous ne voulons
plus dominer”). Mais en réalité, Clément
Vautel va plus loin et affirme qu’il faut revenir
à une société patriarcale. Il reconnaît ainsi
qu’à son époque les femmes sont “l’esclave
d’un seul”, leur mari. Il énonce par ailleurs
explicitement qu’on demande aux femmes
“d’être belles, d’être bonnes”, injonctions qui
participent au contrôle de leur apparence,
de leurs comportements et de leur
possibilités dans la société.

Finalement, les anticipations de Vautel se


seront révélées fausses : 1958 est marquée
par l’arrivée du général De Gaulle au
pouvoir, qui incarne un modèle
conservateur reposant sur l’autorité du chef
de famille. D’ailleurs, plus de 100 ans après
la sortie de la nouvelle, la domination des
femmes prédite par l’auteur n’est toujours
pas survenue. Pas plus qu’une présidente
Tract des « nouvelles féministes » de la République n’a été élue...
intégré dans la nouvelle de Vautel.
Œuvres masculinistes d’hier et d’aujourd’hui

L’antiféminisme dans la caricature

Illustration antiféministe de Illustration antiféministe et faisant l’éloge de la violence et


la fin du 19ème siècle. des valeurs virils de Marsault.

Depuis les mouvements réactionnaire face féministe, Marsault continue son activité
à la première vague réclamant des droits avec plus d’une dizaine de publications en 5
civiques, les caricatures antiféministes ont ans et tire ses revenus d’une activité tout
connu un petit succès. Dans ces entière dévouée à l’insulte et à la
caricatures, les féministes sont attaquées stigmatisation des minorités.
ou jugées sur des critères qui n’ont rien à
voir avec leurs luttes. On les attaque ainsi Ce dessinateur s’inscrit dans une longue
sur leur physique, leur prétendue tradition de la caricature. Ainsi, dès l’époque
agressivité…Les discours et caricatures des mobilisations pour le droit de vote des
simplistes antiféministes ont encore de femmes, les dessins masculinistes se
beaux jours devant elle, comme le montre le caractérisent par leur grande violence. Dans
succès du jeune dessinateur Marsault, avec la carricature What I would do with the
280 000 fans sur Facebook. suffragists, une militante féministe est
bâillonnée pour avoir bravé l’ordre
Marsault illustre assez bien la théorie patriarcal. Ce type de dessin, très répandu
d’”intersectionnalité des haines” développé au début du 20e siècle, ne semble pas
par Christine Bard pour désigner les choquer les contemporains. Il s’agit pourtant
discours, souvent situés à l'extrême droite, bien d’un appel à arrêter, voire torturer des
qui prônent la stigmatisation et l’exclusion personnes au nom de la défense d’une idée
envers certains groupes sociaux. Le thème politique au sein de démocraties. Des
de ces dessins, outre leur aspect violent, est anciennes caricatures à celles de Marsault,
de critiquer les féministes, forcément trop le succès de la violence exprimée à
extrémistes, les femmes en général, l’encontre des féministes montre la dureté
forcément superficielles, les hommes des résistances masculinistes au
soutenant la cause féministe, forcément changement de l’ordre de genre. Elles
stupides et pas assez virils, les étrangers, rappellent aussi que les acquis féministes
forcément dangereux pour la France... sont le fruit d’un rapport de force, parfois très
Malgré une condamnation pour harcèlement brutal.
et injure publique envers une militante
Les masculinistes et la manipulation des chiffres

Les masculinistes et la manipulation des chiffres

Les masculinistes contemporains mettent sans qu'il n’y


en avant de nombreux chiffres afin de faire ait de conflit à
passer l’idée que les femmes dominent les ce sujet. De
hommes, mais n’hésitent pas à omettre plus, il faut
d’importantes informations ou de manipuler rappeler que
les données pour les instrumentaliser. Voici ce “privilège”
quelques chiffres à déconstruire : des mères se
traduit souvent
75% des personnes qui se par la
formation de
suicident sont des familles
hommes : oui, mais… monoparentales, qui fragilisent
financièrement ces dernières. D’ailleurs
En effet, on compte en moyenne 6,5 dans le cas des divorces conflictuels, les
suicides de femme pour 100 000 habitant hommes obtiennent plus souvent la garde
contre 17,9 suicides d’hommes pour 100 des enfants, la garde alternée étant en
000 habitants en France d’après l’OMS, soit progression. Le législateur s’évertue en effet
presque 3 fois plus. Une tendance que l’on à ce que le lien soit maintenu entre l’enfant
retrouve dans la plupart des pays et ses deux parents. Ce qui peut même
développés. Toutefois, ces chiffres cachent s’avérer dangereux dans le cas d’un père
une autre réalité : d’après les rapports de violent, qui peut alors utiliser sa progéniture
l’agence nationale de santé publique, les comme moyen de pression sur la mère
femmes sont en moyenne responsables de séparée…
plus de tentatives de suicides que les
hommes. Néanmoins, celles-ci
n’aboutissent pas car les femmes 55,1% des élèves de
privilégient des moyens moins létaux que
les hommes (par l’usage de médicaments l'enseignement supérieur
notamment). Loin de constituer un privilège
féminin, le plus faible taux de suicide des
sont des étudiantes : oui,
femmes est au contraire révélateur des mais…
effets pervers de la masculinité toxique. Les
hommes sont en effet plus enclins à se
donner la mort dans une société qui les (Chiffre de l’INSEE en 2016) Ce chiffre est
encourage à refouler leurs sentiments et censé illustrer une valorisation des jeunes
cacher leurs vulnérabilités. femmes par le système scolaire, plus
disposées à se concentrer en cours et mieux
notées par leurs professeurs. Pourtant, ce
La mère obtient la garde chiffre général cache des disparités dans
des enfants 76% du temps : l’attribution des filières, qui se fait au
détriment des femmes. On remarque ainsi
oui, mais… dans la même étude que la part des femmes
n’est que de 43,1% en CPGE et de 28%
(Chiffre de l’INSEE en 2015). Un courant dans les formations d’ingénieurs, contre
entier du masculinisme, représenté par les 69,7% en arts/lettres/langues et 84,6% dans
associations de “droit des pères”, présente les écoles paramédicales et sociales. La
ce chiffre comme une rupture de l’égalité majorité de femmes dans le supérieur cache
entre les parents, comme si les tribunaux donc une inégalité dans l’accès aux filières
étaient acquis aux femmes. En réalité, jugées les plus prestigieuses, ce qui se
l’écrasante majorité des hommes acceptent traduit aussi par des inégalités sur le marché
que la mère obtienne la garde des enfants du travail….
Pour aller plus loin…

Influence masculiniste : l’état des lieux

Les masculinistes organisent donc un important travail de propagande. Cependant,


ils n’ont pas gagné la bataille de l’opinion ! En effet, voici quelques données issues
d’une enquête de Harris Interactive réalisée en 2018 : 58% des français se déclarent
“féministe”, dont 68% des femmes et 46% des hommes. Il y a donc une majorité de
français, de femmes et presque d’hommes se reconnaissant dans les revendications
du mouvement féministe. De plus ces chiffres sont en augmentation : lors de
l'enquête 2014, 58% femmes et 42% d’hommes se déclarent féministes.

Malgré tout, les jeunes hommes sont moins nombreux à se déclarer féministes
: 43% des 18-24 ans et 35% des 25-34 ans, contre 50% des 65 ans et plus. Faut-il y
voir le succès des nouvelles formes de masculinisme auprès des plus jeunes, et
craindre une montée des revendications et actes antiféministes ?

Pour aller plus loin….

Les mouvements antiféministes ont fait couler beaucoup d’encre : essais, podcasts,
documentaires, sites internet…Les références pour approfondir le sujet sont
nombreuses !

Olivia Gazalé, professeure de philosophie, défend dans Le mythe de la


virilité, un piège pour les deux sexes l’idée que que le viriarcat, soit le pouvoir
des hommes, et les stéréotypes de genre masculins, sont nocifs pour les
femmes, mais également pour les hommes. Elle fait ainsi un rappel socio-
historique de différentes oppressions qui ont pu être menée par des hommes
sur des hommes : l’homme libre sur l’esclave, le jeune homme envoyé à la
guerre, l'oppression et la répression de l’homosexualité ou de tous les
hommes au comportement jugé comme pas assez “masculin” ou “viril”, la
stigmatisation de l’impuissant... Elle appelle donc à mettre fin aux
stéréotypes de genre, ce qui serait bénéfique pour tout le monde.

Dans La Crise de la masculinité : autopsie d’un mythe tenace, Francis


Dupuis-Deri revient sur cette notion clé du débat contemporain sur le genre,
mobilisée par les masculinistes contre les avancées féministes.
L’enseignant chercheur québécois montre ainsi que le discours de la crise
de la masculinité est mobilisé par les hommes depuis plusieurs siècles,
voire depuis l’antiquité. Il renvoie à des représentations très genrées des
hommes et des femmes, qui définissent ce que doit être le masculin et le
féminin sans perspective d’émancipation individuelle au-delà de ces
normes.
Pour aller plus loin…

Les couilles sur la table est une série de podcast avec plus de 50
épisodes animée par la journaliste Victoire Tuaillon, qui écrira ensuite
un livre éponyme, synthèse de l’émission. Elle y parle, avec ses
invités, de féminisme, sexisme, masculinisme, ou encore masculinité
toxique, au travers de sujets variés comme l’éducation des garçons, la
sexualité, la vie de couple, les relations entre hommes,la religion… Le
projet de l’émission est résumé ainsi par Tuaillon : “examiner les
couilles, le symbole de la virilité et donc : les hommes".
Elle fait le constat, comme Olivia Gazalé, que la domination masculine
cause du tort aux hommes également et que tout le monde a intérêt à
lutter contre. Tous les épisodes sont disponibles gratuitement sur
soundcloud et durent de 30 à 40 minutes.

Documentaire controversé, The Red Pill (2016) de Cassie Jaye est une
contribution majeure de ces dernières années aux mouvements
masculinistes. Au cours de ce reportage, la réalisatrice confronte son point
de vue féministe à celui des hommes militant pour leurs propres droits.
Cependant, cette “ouverture d’esprit” de la réalisatrice a permis à de
nombreux hommes de remettre en cause la légitimité des mouvements
féministes, au point de faire de ce documentaire un étendard des
mouvements masculinistes sur internet.

La communauté en ligne masculiniste, notamment les incels,


dispose d’un vocabulaire très spécifique, et même assez
glaçant, pour développer leurs inepties masculinistes. Si vous
voulez avoir un aperçu de cette communauté et de son
vocabulaire, nous vous conseillons d’aller lire cette article de
nos confrères de Numerama, où ils expliquent et critiquent les
concepts des incels. Ces concepts tiennent de la sociologie “de
comptoir”, mais nourrissent malheureusement leur
représentation du monde. Vous verrez ainsi que pour eux la
majorité des femmes sont des “Stacys”, soit des stéréotypes
féminins stupide et qui se refusent sexuellement aux incels, ou
encore que suite à l’émancipation féminine et la révolution sexuelle, ce sont les “Chads” qui
accaparent et monopolisent les relations sexuelles, au détriment des incels.
M. Turcan. Ce que le vocabulaire des masculinistes montre de leur idéologie, Numerama.