Vous êtes sur la page 1sur 6

Faculté de médecine -Sétif 1

Département de médecine dentaire


Service de prothèse
Cours de prothèse à l’usage des étudiants en 2 ème année

GENERALITES :
EDENTEMENTS ET
CLASSIFICATION

Présenté par :
Dr DJEBBAR 
Maitre assistant en prothèse

2017-2018
GENERALITES :EDENTEMENTS ET CLASSIFICATION Dr DJEBBAR

GENERALITES : EDENTEMENTS ET CLASSIFICATION

INTRODUCTION

I) L’EDENTEMENT

I-1) Définitions

I-2) Causes de l’édentement

I-3) Conséquences de l’édentement

II) CLASSIFICATION DE L’EDENTEMENT

II-1) classification de Kennedy-Appelgate

II-2) Les subdivisions (les modifications) 

II-3) lois qui régissent la classification

CONCLUSION
GENERALITES :EDENTEMENTS ET CLASSIFICATION Dr DJEBBAR

GENERALITES : EDENTEMENTS ET CLASSIFICATION

INTRODUCTION :

La denture complète d'un humain adulte comporte 28 dents, à savoir :


8 incisives, 4 canines, 8 prémolaires et 8 molaires,ou bien 32 dents avec la
présence des dents de sagesse sur l’arcade.
On parle d'édentement quand il manque une ou plusieurs dents dans une
bouche. L'absence des dents de sagesse (3eme molaires), ne constitue pas un
édentement.

I) L’EDENTEMENT :
I-1) Définitions :
- La denture : ensemble des dents sur l’arcade.
- Une personne est dite dentée lorsqu’elle possède toutes ses dents sur
l’arcade.
- La perte d’une ou plusieurs dents est considérée comme un édentement
partiel. Lorsqu’il s’agit de la perte d’une seule dent, il est dit édentement
unitaire.
- Cet édentement partiel peut être terminal ou encastré :
* Un édentement est dit encastré quand il est bordé de dents sur ses deux
côtés.
* Il est distal ou terminal, quand les dents manquantes se trouvent
postérieurement au fond de la bouche.
- La perte de toutes les dents est appelée : édentement total .

I-2) Causes de l’édentement (étiologie) : il existe bon nombre de raisons


potentielles de perte totale ou partielle de l’organe dentaire telle que :
- les maladies dentaires (carie, parodontite, mobilité …) .
- les traumatismes et fractures.
- ou encore les malformations congénitales.
- prothèses traumatisantes et mal conçues.

I-3) Conséquences de l’édentement :


L’absence des dents se traduit par des troubles généraux et locaux dont les
conséquences sont d’autant plus importantes que l’édentement est ancien et /ou
étendu.
A) Conséquences générales :
- La phonation : L’absence des dents surtout antérieures empiète sur la
reproduction correcte des sons naissant par le contact entre les dents et la
langue ;les lingo-dentale(T-D), ou la lèvre inférieure ;labio-dentale(F-V).
GENERALITES :EDENTEMENTS ET CLASSIFICATION Dr DJEBBAR

- La mastication : Des troubles digestifs peuvent apparaitre lorsque les


actions sécantes des incisives et masticatrices des molaires sont perturbées
avec la perte de ces dents.
- L’esthétique : Le préjudice esthétique est évident dans le cas d’un
édentement antérieur où les expressions du visage et le sourire sont
modifiés, ou bien un édentement postérieur responsable de la perte de la
dimension verticale (hauteur de l’étage inférieure de la face).
- Sociales et psychiques : le préjudice esthétique et les difficultés pour
s’alimenter peuvent entrainer un repli sur soi avec isolement lié à une
mauvaise image de soi, et une perte de confiance.

B) Conséquences locales :
- Déplacement dentaire : les dents bordant l’édentement ont tendance à
migrer vers ce vide, créant des troubles d’occlusion, perturbation du plan
d’occlusion( égression, ingression des antagonistes) et réduction de
l’espace prothétique .

- Lésions parodontales : la perte du point de contact favorise le bourrage


alimentaire et la formation de tarte , ce qui aboutit à l’inflammation et la
maladie parodontale
- Résorption osseuse : toute édentation non compensée entraine une fonte
osseuse.

- Troubles articulaires et douleurs musculaires : l’absence des dents


entraine une modification de l’équilibre musculo-articulaire.
GENERALITES :EDENTEMENTS ET CLASSIFICATION Dr DJEBBAR

II) CLASSIFICATION :
Pour clarifier les problèmes qui se posent au cours du traitement des différents
types d’édentement partiel, Etant donné leur complexité, l’utilisation d’une
classification est fort utile.
Plusieurs classifications ont été proposées qui varient par leurs principes et par
leur complexité mais celle retenue est de KENNEDY- APPELGATE

II-1) Classification de Kennedy-Appelgate : Elle est la plus rationnelle du


point de vue thérapeutique et la plus didactique pour le lecteur. Elle comporte 06
classes fondamentales :

1- Classe I : édentement distal bilatéral


2- Classe II : édentement distal unilatéral
3- Classe III : édentement encastré bilatéral (avec présence des canines)
4- Classe IV : édentement encastré antérieur franchissant la linge médiane
5-Classe V : édentement encastré bilatéral (avec perte d’au moins d’une
canine)
6-Classe VI  : édentement encastré unilatéral.
GENERALITES :EDENTEMENTS ET CLASSIFICATION Dr DJEBBAR

II-2)Les sub-divisions (les modifications) :Il est bien clair que toutes les
possibilités d’edentements ne sont pas comprises dans les classes fondamentales,
pour mieux différencier les problèmes Kennedy a eu recourt à des classes
complémentaires (ou subdivisions).

Classe I K.A mod. 1 : Edentement bilatéral postérieur compliqué d’un segment
édenté antérieur. 
Classe I K.A mod. 2 : Edentement bilatéral postérieur compliqué de 2 segments
édentés antérieurs.
Classe II K.A mod. 1 : Edentement unilatéral postérieur compliqué d’un
segment édenté dans le reste de l’arcade. 
Classe II K.A mod. 2 : Edentement unilatéral postérieur compliqué
par 2 segments édentés dans le reste de l’arcade.

II-3)Lois qui régissent la classification de K-A :

1°/ On doit tenir compte des extractions requises puisque toute extraction
ultérieure pourrait altérer la classification.
2°/ C’est toujours le segment principal le plus postérieur qui détermine la
classification.
3°/Le nombre de modification est déterminé par le nombre de segment édentés
et non par le nombre des dents manquantes.
4°/ la classe IV ne peut se concevoir avec des modifications.
5°/L’absence d’une 3eme molaire n’est pas considérée dans la classification
puisque on ne la remplace jamais.
6°/ Si la 3eme M est présente et qu’on s’en sert comme dent support, il faut la
considérer dans la classification.

VI - CONCLUSION :
Une classification efficace doit non seulement permettre de définir la
localisation des dents manquantes mais en plus permettre grâce à un groupement
rationnel une juste application des principes de base de la thérapeutique
prothétique