Vous êtes sur la page 1sur 24

Jeudi 31 décembre 2015 ­ 72e année ­ No 22070 ­ 2,20 € ­ France métropolitaine ­ www.lemonde.

fr ― Fondateur : Hubert Beuve­Méry ­ Directeur : Jérôme Fenoglio

FISCALITÉ
De Molenbeek à Paris, sur les traces La CSG
ne sera pas
des terroristes du 13 novembre progressive

▶ A partir de 6 000 procès­


verbaux, « Le Monde » a
reconstitué la planification,
▶ Les commandos étaient
coordonnés en direct
depuis la Belgique
▶ Reportage à Molenbeek,
d’où sont partis les
assaillants et où est
▶ Les Etats­Unis ont tué
en Syrie un djihadiste
français, proche d’un
P our une fois, voilà une
censure du Conseil
constitutionnel qui ne
mécontentera pas le gouverne­
ment. Saisis par l’opposition,
la logistique et la réalisa­ par un homme qui n’a dénoncé le clientélisme des auteurs des tueries les juges constitutionnels ont
annulé, mardi 29 décembre,
tion des attaques à Paris pas encore été identifié communautaire → LIR E PAGE S 6 À 8
l’article 77 de la loi de finances,
introduit au cours du débat
parlementaire par un amende­
ment porté par les socialistes
Jean­Marc Ayrault (Loire­Atlanti­
que) et Pierre­Alain Muet

Bataclan : (Rhône), et cosigné par 160 dé­


putés. Celui­ci visait à remplacer
une partie de la prime d’activité

le dernier otage par une réduction dégressive


de la contribution sociale géné­
ralisée (CSG) pour les salariés

raconte gagnant jusqu’à 1,34 fois le smic.

→ LIR E
patrick roger
L A S U IT E PAGE 9

▶ Arnaud a été retenu comme


bouclier humain pendant deux
heures dans la salle de spectacle
▶ Il décrit pour la première fois
cet éprouvant huis clos
avec les terroristes
HALTE
→ L IRE PAG ES 14-15
À LA
DÉNATURATION
DE LA CSG
→ LI R E P A G E 24

CENTRAFRIQUE
DES ÉLECTIONS
SUR FOND
Arnaud, dans les Pyrénées,
DE MISÈRE
fin décembre. ET DE GUERRE
MARKEL REDONDO POUR « LE MONDE »
→ LIR E PAGE 4

2015, L’ANNÉE DE
TOUS LES RECORDS
ÉCONOMIE
J amais les entreprises n’ont dé­
pensé autant pour se marier
entre elles ou avaler un con­
current. En 2015, les fusions­
acquisitions dans le monde ont re­
L’année 2015 restera aussi pour les
banquiers d’affaires celle des « mé­
ga­deals ». Huit rachats ont dépassé
la barre des 50 milliards, 58 celle des
10 milliards… Près de la moitié des
ENVIRONNEMENT
POLÉMIQUE
ENTRE VALLS
« PASSIONNANT, BRILLANTISSIME, ESSENTIEL :
L’ŒUVRE D’UN IMMENSE CINÉASTE. »
★★★★ L’OBS
POUR LES FUSIONS présenté plus de 5 000 milliards de
dollars. Le précédent pic remonte à
opérations annoncées ont impli­
qué des entreprises américaines.
ET ROYAL SUR
ET ACQUISITIONS 2007, juste avant que la crise finan­
cière ne plonge le monde dans la
L’Europe, particulièrement la
France, est restée à la traîne dans ce
L’AUTORISATION
récession, avec 4 700 milliards de grand jeu de la consolidation. p DES BOUES ROUGES
dollars de transactions. → LIR E PAGE 1 0
→ LIR E PAGE 9

LE REGARD DE PLANTU
TRIBUNE
PROTESTATIONS
APRÈS L’EXPULSION
D’UNE JOURNALISTE
FRANÇAISE DE CHINE
→ LIR E PAGE 1 6

CULTURE
QUAND LA BD
MET LA CHANSON
EN BULLES
→ LIR E PAGE S 2 0 - 2 1

Algérie 180 DA, Allemagne 2,50 €, Andorre 2,40 €, Autriche 2,80 €, Belgique 2,20 €, Cameroun 1 900 F CFA, Canada 4,50 $, Côte d'Ivoire 1 900 F CFA, Danemark 30 KRD, Espagne 2,50 €, Finlande 4 €, Gabon 1 900 F CFA, Grande-Bretagne 1,90 £, Grèce 2,80 €, Guadeloupe-Martinique 2,40 €, Guyane 2,80 €, Hongrie 950 HUF,
Irlande 2,50 €, Italie 2,50 €, Liban 6 500 LBP, Luxembourg 2,20 €, Malte 2,50 €, Maroc 13 DH, Pays-Bas 2,50 €, Portugal cont. 2,50 €, La Réunion 2,40 €, Sénégal 1 900 F CFA, Slovénie 2,50 €, Saint-Martin 2,80 €, Suisse 3,50 CHF, TOM Avion 450 XPF, Tunisie 2,50 DT, Turquie 10,50 TL, Afrique CFA autres 1 900 F CFA
2 | international 0123
JEUDI 31 DÉCEMBRE 2015

Moukhtar
Abliazov arrive
au tribunal
de Lyon,
le 17 octobre 2014,
pour une
audience
concernant
l’appel de son
extradition
vers la Russie.
PHILIPPE MERLE/AFP

Abliazov, embarrassante extradition


qui s’opposent : au Kazakhstan comme en tiaire de Riazan, en Russie.
L’homme d’affaires et opposant Russie, et même encore en Ukraine, l’indé- L’idée même de « garanties » données par la
pendance de la justice est une fiction, et la dé- Russie fait s’étouffer la défense du Kazakh,
kazakh Moukhtar Abliazov est en cision de déclencher des poursuites relève le qui craint notamment que de nouvelles char-
plus souvent du pouvoir politique. La requête ges soient lancées contre son client, relançant
passe d’être extradé par la France ukrainienne, à laquelle Le Monde a eu accès, entièrement la procédure. Après que l’Espa-
est troublante : les trois témoignages à charge gne eut refusé de l’extrader sur des accusa-
benoît vitkine
vers la Russie. Emprisonné à Fleury- censés avoir été recueillis l’un après l’autre tions de fraude financière, l’ancien chef de la
dans le bureau d’un juge sont de simples co- sécurité de M. Abliazov, Alexandre Pavlov,
Mérogis, il dénonce les « doubles

D
pier-coller, identiques quasi au mot près. s’était ainsi vu accuser de « terrorisme ».
epuis son arrestation, le M. Abliazov, lui, est un représentant typique En 2012, la justice française avait refusé d’ex-
31 juillet 2013, dans une villa standards » de la justice française des élites postsoviétiques, enrichies dans le trader en Russie un autre homme d’affaires
cossue des hauteurs de désordre de la transition, où le respect des lois réfugié en France, Vitali Arkhangeslki, avec
Mouans­Sartoux, près de importait peu. « Aucun des deux côtés n’est un argument qui résonne étrangement
Grasse, Moukhtar Abliazov a blanc, résume un responsable français qui a aujourd’hui : « La Cour européenne des droits
développé une connais- l’homme, n’étant pas suspensif, le Kazakh suivi l’affaire dès ses débuts. Ni Abliazov, qui de l’homme a rendu 1 119 arrêts concernant la
sance intime du système pénitentiaire fran- pourra à tout moment être mis dans un avion traîne quelques casseroles, ni la partie kazakhe, Russie, dont 1 045 concluant à au moins une
çais. Au gré des transferts et des audiences direction Moscou. Reste l’hypothèse d’un qui agit pour des motifs politiques. » Illustra- violation de sa convention. »
d’extradition, cet ancien homme d’affaires et procès « sur le fond » en France. Moukhtar tion de cette complexité, en Grande-Bretagne,
opposant kazakh a écumé la France des pri- Abliazov l’espère, même si cela implique de l’oligarque déchu a obtenu l’asile en 2011, FOURNISSEUR EN URANIUM
sons : Aix-Luynes, Villefranche, Lyon-Corbas, rester encore en prison. « Si l’on m’envoie en avant d’être condamné l’année suivante pour La France a-t-elle été trop sensible aux char-
et désormais Fleury-Mérogis, où Le Monde a Russie, ils trouveront un moyen de me tuer. « outrage à la cour », pour avoir omis de décla- mes du riche Kazakhstan, partenaire écono-
pu le rencontrer au parloir du « quartier VIP ». Avec un procès, au moins, la vacuité du dossier rer certains de ses biens dissimulés derrière mique et stratégique majeur dans la région
Chemise et pull-over de bonne facture, sautera aux yeux des juges », veut-il croire. des montages offshore complexes. et son premier fournisseur en uranium ? Ce-
l’homme distille ses observations des pri- Car Moukhtar Abliazov a toujours dénoncé Mais une chose est sûre, l’homme est bel et lui-ci dispose de nombreux relais d’influence
sons en hôte poli. Les conditions de déten- dans les poursuites engagées contre lui une bien un opposant politique. Après avoir été en Europe. Des communications piratées, ré-
tion ? « Excellentes, surtout si je compare avec « chasse à l’homme » menée par Noursoultan ministre de l’énergie de M. Nazarbaïev, il prit vélées par Mediapart, ont montré comment
l’année que j’ai passée dans une prison ka- Nazarbaïev, l’autoritaire président du la tête d’un courant réformateur au sein du le régime kazakh a sollicité plusieurs person-
zakhe, en 2002, torturé et mal nourri. » Les Kazakhstan. « Nazarbaïev m’a toujours repro- régime. En 2002, peu après avoir lancé un nalités françaises, dont des diplomates et
autres détenus ? « Intéressants, que ce soient ché d’être trop puissant et trop indépendant, parti politique, il fut envoyé en prison. Depuis l’ancien patron de la DCRI, Bernard
les petits trafiquants africains ou les gens qui assure M. Abliazov. S’il arrive à m’avoir ici, en son arrestation, les organisations européen- Squarcini, pour jouer les intermédiaires. Au
sont avec moi aujourd’hui, des gens éduqués Europe, le signal envoyé aux opposants au nes de défense des droits de l’homme ont pris printemps 2014, la correspondance de l’avo-
avec qui je peux échanger en anglais. » Les Kazakhstan sera terrible. » Les motivations de fait et cause contre son extradition, Amnesty cate générale du parquet d’Aix-en-Provence,
gardiens ? « Polis et attentionnés, eux-mêmes M. Nazarbaïev auraient été doubles : non seu- International mettant en garde contre une Solange Legras, a été publiée sur un site Inter-
ne comprennent pas qu’on puisse vouloir lement abattre un concurrent politique, mais décision qui pourrait « déshonorer » la France. net ukrainien, laissant apparaître des com-
m’envoyer chez Poutine. » aussi s’emparer de la florissante banque de Enfin, les pays européens amenés à se pro- munications régulières entre elle et les repré-
L’extradition vers la Russie, c’est désormais l’oligarque, la BTA, nationalisée depuis. Le « LA PARTIE noncer sur les cas de ses proches et anciens sentants de la partie ukrainienne.
l’épilogue attendu du « feuilleton Abliazov »,
qui embarrasse la justice française depuis
Kazakhstan et la France ne disposant pas de
convention d’extradition, Astana aurait uti-
FRANÇAISE associés ont refusé de les extrader, malgré des
pressions kazakhes, notamment décrites par
Selon une source française, Noursoultan
Nazarbaïev a évoqué le sujet Abliazov à plu-
plus deux ans. Le Kazakh y encourt quinze lisé la demande russe pour parvenir à ses fins. A CLAIREMENT le journal El Pais pour le cas espagnol. sieurs reprises lors de ses différentes rencon-
années de prison, accusé d’avoir détourné Mais les tribunaux comme le pouvoir poli- tres avec François Hollande, à Astana comme
5 milliards de dollars (4,5 milliards d’euros) OPPOSANT POLITIQUE SUBI tique français ont jugé l’homme extradable à Paris. « La partie française a clairement subi
de divers projets immobiliers par le truche-
ment de sociétés offshore.
Le Kazakhstan a mobilisé des moyens excep-
tionnels sur le dossier Abliazov – des armées
DES PRESSIONS vers la Russie, estimant que la demande
russe n’avait pas « un but politique ». Ressor-
des pressions “amicales”, assure Peter Sahlas,
avocat des enfants du détenu, et s’est abritée
L’une après l’autre, les différentes cours d’avocats et de communicants, mais aussi “AMICALES” » tissant kazakh, « M. Abliazov n’est pas un mili- derrière le formalisme extrême que permet le
françaises appelées à statuer sur la question des agences de détectives privés qui ont suivi tant des droits de l’homme russe réclamé par droit de l’extradition, se contentant de vérifier
ont accepté le principe d’une extradition le banquier à la trace depuis sa fuite en 2009. PETER SAHLAS la Russie, mais le plus grand fraudeur de l’his- que les bonnes cases avaient été cochées sur le
vers la Russie ou l’Ukraine – qui réclame éga- Utilisant un passeport diplomatique centra- avocat des enfants toire », fait aussi valoir Antonin Lévy, avocat bon formulaire. »
lement l’ancien homme d’affaires –, tout en fricain, il parcourt l’Europe, pour finalement de Moukhtar Abliazov de la banque BTA. Dans leurs explications au Louangeur sur la qualité du système péni-
donnant préférence à la première, où les se cacher dans les Alpes-Maritimes, où les li- Monde – lapidaires et uniquement sous tentiaire français, Moukhtar Abliazov est
charges sont plus importantes. Le 17 septem- miers du Kazakhstan finissent par le locali- forme écrite –, Matignon et la chancellerie plus sévère sur les « doubles standards » de la
bre, cinq mois après la décision de la Cour de ser. Le 28 mai 2013, c’est en Italie que la expliquent qu’il a été « conclu d’un commun justice française et son « mépris des grands
cassation, le premier ministre, Manuel Valls, femme d’Abliazov et sa fille de 6 ans sont ar- accord qu’il n’y avait pas de motif de s’opposer principes affichés ». En prison, le Kazakh s’est
et sa garde des sceaux, Christiane Taubira, si- rêtées, de nuit, sans aucun motif légal, par à l’extradition demandée », laissant entendre attaqué aux grands auteurs de théorie politi-
gnaient l’acte d’extradition. des carabinieri. Elles sont embarquées de que le gouvernement s’est contenté d’entéri- que, il fait du sport, écrit des articles, joue
Les options paraissent aujourd’hui limi- force dans un avion, sous le contrôle de di- ner une décision de la justice française. Ils aux échecs contre lui-même, reçoit les visi-
tées : le Conseil d’Etat rendra, dans quelques plomates kazakhs, direction Astana. Devant mettent aussi en avant les garanties offertes tes fréquentes des membres de sa famille
semaines, un avis sur cet acte, mais la juris- le scandale, elles seront renvoyées en Italie, par la partie russe : non-réextradition vers exilés en Europe. A 52 ans, il a aussi entrepris
prudence n’incite pas les défenseurs mais l’affaire coûtera son poste au directeur un pays tiers, procès équitable, traitement de rédiger ses Mémoires. « C’est peut-être un
d’Abliazov à l’optimisme. L’ultime recours, de- de cabinet du ministre de l’intérieur. humain, possibilité pour les diplomates peu tôt, s’amuse-t-il, mais j’ai appris à me mé-
vant la Cour européenne des droits de Difficile de trancher entre les deux versions français de le visiter dans la colonie péniten- fier : ma vie peut s’arrêter en un instant. » p
LA COLLECTION

POP
ET MUSIQUE
UN CHOIX D’ŒUVRES

Jean-Michel BASQUIAT, Grillo, 1984 © The Estate of Jean-Michel Basquiat / ADAGP, Paris 2015.

Marina Abramovic, ’ Pilar Albarracín, Jennifer Allora & Guillermo Calzadilla, Ziad Antar,
Jean-Michel Basquiat, Ulla von Brandenburg, Mohamed Bourouissa, John Cage, Rineke Dijkstra,
Cyprien Gaillard, Gilbert & George, Douglas Gordon, Andreas Gursky, Bertrand Lavier, Mark Leckey,
Michel Majerus, Christian Marclay, Adam McEwen, Philippe Parreno, Richard Prince,
Thomas Schütte, Sturtevant, Jaan Toomik, Andy Warhol, Hannah Weinberger, Cerith Wyn Evans

Jusqu’au 4 janvier 2016

FONDATIONLOUISVUITTON.FR #FONDATIONLOUISVUITTON
4 | international & planète 0123
JEUDI 31 DÉCEMBRE 2015

La misère, obstacle à la paix en Centrafrique


Désarmement et développement sont au cœur des élections du 30 décembre, après trois ans de guerre civile

REPORTAGE « L’Etat n’a rien


bangui, ndélé - envoyé spécial
fait pour nous.

L
a République centrafri-
caine (RCA) aura en 2016,
Ici, on a oublié
sauf catastrophe, un prési- ce qu’est
dent élu. Mais ici,
l’homme de l’année 2015 est sans
l’électricité »
discussion le pape François. Sa vi- ABACAR SANZÉ
site à Bangui – un mois avant le ex-rebelle de la Séléka
premier tour des élections prési-
dentielle et législatives de mer-
credi 30 décembre – a ouvert des dans des quartiers ethniquement
brèches dans le mur de haine qui homogènes, mais les FACA n’inter-
s’est érigé depuis trois ans entre les viennent pas sur les zones de frac-
communautés chrétienne et mu- ture. Cela ne contribue donc pas à la
sulmane. stabilisation générale du pays »,
Lundi, « une caravane de la paix » s’inquiète une source au sein de la
conduite par l’archevêque de Ban- Mission des Nations unies.
gui, Dieudonné Nzapalainga, cher- Le quartier de Cattin est l’une de
chait à donner du corps à l’appel à ces zones de fracture. Arthur, « un
la réconciliation du pape. Mission simple chômeur » comme il se défi-
du jour : permettre aux musul- nit, lâche au milieu de ce champ de
mans, toujours enclavés dans leur ruines que « les musulmans sont
réduit du PK5 (poste kilométri- comme des serpents ». Le conflit en
que 5), d’accéder au cimetière du Centrafrique a pris le masque
quartier de Boeing. Par peur des d’une guerre de religions mais le
miliciens anti-balaka, les musul- fond de la crise est peut-être à
mans n’ont d’autre choix que d’en- chercher ailleurs. Notamment
terrer leurs morts dans les cours dans les décombres de l’entreprise
de leur maison, avec tous les ris- qui a donné son nom au quartier.
ques sanitaires que cela comporte.
Gabegie
« Bêtises » A Cattin, il y a encore une ving-
Au sein de ce cortège, on retrouvait taine d’années, on produisait et
l’imam Oumar Kobine Layama, exportait du café. Au début des an-
président de la communauté isla- nées 1990, il existait en RCA un pe-
mique de RCA et inséparable par- Dans les locaux désaffectés d’une entreprise ayant fait faillite, à Bangui, le 25 décembre. WILLIAM DANIELS/PANOS POUR « LE MONDE » tit tissu industriel de plus de
tenaire de Mgr Nzapalainga ; un 200 entreprises. Elles ne sont plus
chef anti-balaka qui, depuis sa libé- qu’une vingtaine. Le pays avait des
ration de prison, se pose en « apô- A plus de 600 kilomètres au comme si on était des étrangers Dans la capitale et l’ouest du de « boucher de Paoua » à la suite usines de production textile, de
tre de la paix » ; un chef de groupe nord-est de là, les requêtes ne alors que je suis né ici. » Comme pays, les FACA (Forces armées cen- des massacres perpétrés entre chaussures, d’assemblage de voi-
d’autodéfense musulman en sont guère différentes. Ndélé est tous les combattants de l’ex-Sé- trafricaines) ont fait leur retour sur 2005 et 2007 joue les pacificateurs tures ou de mobylettes, un secteur
guerre contre « les ennemis de la une ville sablonneuse, bastion léka, ou encore le sultan des lieux, le terrain. Ces deux dernières an- dans son quartier de Boy-Rabe. agricole exportateur de fruits et lé-
paix » au sein de sa communauté ; des anciens rebelles de l’ex-Sé- ils dénoncent l’abandon de la ré- nées, la communauté internatio- « Les anti-balaka faisaient la pa- gumes. La gabegie des dirigeants
un ancien premier ministre ou léka. « L’Etat n’a rien fait pour gion. Dans cette ville où « quatre nale s’est évertuée à empêcher gaille partout, tuaient, blessaient, politiques qui se sont succédé a
bien encore une ex-Miss. Devant Ndélé, lance Abacar Sanzé. Ici, on familles sur cinq possèdent une leur réapparition. Nombre de ces volaient et rançonnaient. Mainte- fait voler en éclats toutes ces activi-
les tombes mangées par la brous- a oublié ce qu’est l’électricité. L’hô- arme », selon un policier des Na- soldats ont constitué le noyau dur nant, c’est fini. Quand on attrape tés, laissant l’immense majorité de
saille, l’archevêque convainc le pital et les écoles fonctionnent tions unies, la première attente des anti-balaka après la dissolu- un malfrat, on le ramène à la gen- la population dans un état de sur-
chef local des anti-balaka de laisser grâce aux ONG internationales. des miliciens est le lancement du tion de l’armée, lorsque la Séléka a darmerie », dit-il, fier de cette nou- vie. Plus le gâteau à partager s’est
« nos frères musulmans » accéder Pour aller à Bangui, il faut une se- programme de « désarmement, tenu le pouvoir entre mars 2013 et velle mission. Il est indéniable- rétréci, plus la logique ethnique
aux lieux, et les quelques jeunes maine en saison sèche et presque démobilisation et réinsertion » janvier 2014. Le capitaine Eugène ment populaire dans le quartier, s’est accentuée. Mutineries et ré-
sur place, de couper les hautes her- un mois en saison des pluies. Tous (DDR). Celui-ci, veut-on croire, Ngaïkosset raconte avoir repris du tant les habitants se sont détachés bellions se sont enchaînées avec
bes contre rétribution. Dans un les enfants ont pris des armes, car permettra d’offrir des postes service, en novembre, à la de- de ces miliciens ayant versé dans leur lot de massacres et de pillages.
élan démonstratif légèrement il n’y a pas de projets. Si le gouver- dans des forces de défense et de mande du ministre de la défense. le banditisme. « Ce redéploiement, Des guerres de ventres creux où
exagéré, un adolescent jette sa ma- nement ne fait rien, on va répéter sécurité refondées, de retourner à Six mois après son « évasion » non officiel, est bénéfique à court l’on ne se bat désormais que pour
chette en criant : « Plus jamais ça ! » nos bêtises. » « On a pris le pouvoir l’école ou de « gagner un emploi ». des locaux de la section recher- terme, mais il est très risqué, car arracher les dernières miettes
Puis supplie : « Trouvez-moi un tra- car il n’y a pas de travail, ajoute Tous les précédents programmes ches et investigations de la gendar- c’est un moyen de pression sur le fu- d’une nation morcelée. p
vail ! J’ai faim ! » son frère d’armes, Matar Ali. C’est DDR en RCA ont échoué. merie, celui qui a acquis le surnom tur élu. Cette sécurisation se fait cyril bensimon

I SRAËL
Prison ferme pour
l’ex-premier ministre
70 ans, avait été condamné à
six ans de prison ferme en
mai 2014 mais la peine, sus-
Point de départ de l’épidémie en 2013,
Ehoud Olmert pendue par les procédures
La Cour suprême a
condamné définitivement,
mardi 29 décembre, Ehoud
d’appel, a été ramenée à dix-
huit mois par la Cour su-
prême. Les accusations de
la Guinée a officiellement vaincu Ebola
Olmert à dix-huit mois de corruption remontent à
prison ferme pour corrup- l’époque où Ehoud Olmert
Le pays, qui déplore 2 500 morts et 5 000 orphelins, sort profondément affaibli de la tragédie
tion, faisant de cette figure était maire de Jérusalem (1993-
politique le premier ex-chef 2003), et concernent des pro-
du gouvernement israélien
(2006-2009) à devoir se ren-
dre en prison. Ehoud Olmert,
jets immobiliers. Sa période de
détention doit commencer le
15 février 2016. – (AFP.) C’ est une date à marquer
d’une pierre blanche.
Un peu plus de deux
ans après le décès, le 6 décem-
bre 2013, d’un nourrisson consi-
« Il est impératif
que les
partenaires
tance pour une durée limitée du vi-
rus chez des survivants, qui pour-
rait être à l’origine de nouvelles
flambées d’Ebola en 2016, rend im-
pératif que les partenaires conti-
intégrer, ce sera un énorme pas en
avant », affirme le docteur Perea.
D’autant que les problèmes de
santé autres qu’Ebola se sont mul-
tipliés. « Le taux de mortalité ma-
déré comme le « patient zéro », à continuent de nuent de soutenir ces pays. L’OMS ternelle a été multiplié par deux,
Meliandou, dans le sud de la Gui- maintiendra la surveillance et les parce que beaucoup de femmes ne
née, l’Organisation mondiale de
soutenir ces pays » équipes de riposte aux épidémies voulaient plus être prises en
la santé (OMS) a officiellement dé- BRUCE AYLWARD dans les trois pays tout au long de charge à l’hôpital. Aujourd’hui, la
claré, mardi 29 décembre, que la OMS l’année 2016. » confiance commence à revenir.
transmission du virus Ebola avait Après deux ans de lutte, on sort
cessé dans le pays. « Réhabiliter le système de santé » épuisés, mais soulagés, même si
DOSSIER - JANVIER 2016
En effet, quarante-deux jours veillance renforcée visant à détec- « Le défi à présent demeure le l’on sait que l’on doit maintenir
– deux fois la durée d’incubation ter sans délai un éventuel nou- même qu’à l’origine de l’épidémie : une surveillance importante »,
maximale de vingt et un jours – veau cas, avant que le virus se réhabiliter tout le système de santé, souligne le docteur Sekou Condé,
se sont écoulés depuis que le der- transmette à d’autres personnes. jusqu’aux structures périphéri- de la coordination nationale de
nier patient infecté en Guinée a Pour sa part, le Liberia attend ques, renchérit le docteur William lutte contre Ebola, en Guinée.
Nouvelle donne eu un second test de recherche du
virus Ebola négatif. Il s’agissait
l’échéance du 14 janvier pour être
à son tour classé comme ayant of-
Perea, coordinateur pour le con-
trôle des maladies à potentiel épi-
Un suivi des survivants a été mis
en place. Il comprend une compo-

en Amérique latine d’une fillette âgée de 3 semaines


– dont la mère est décédée de l’in-
fection –, qui a été officiellement
ficiellement brisé la chaîne de
transmission. Par deux fois, ce
pays avait cru y être parvenu, la
démique à l’OMS. Si l’épidémie a
connu une telle ampleur, c’est en
raison de l’extrême faiblesse du sys-
sante sanitaire avec contrôle bio-
logique et médical des survivants
durant trois ans, en partenariat
déclarée guérie le 16 novembre. période de quarante-deux jours tème de santé, tant en ressources notamment avec Médecins sans
3 804 cas confirmés ont été recen- sans nouveau cas s’étant écoulée, humaines que matérielles. » frontières et l’Inserm. S’y ajoute
sés en Guinée, dont 2 536 mortels. mais avait dû faire face à une nou- Les personnels de santé gui- un volet social. Le pays compte
Après la Sierra Leone, où la trans- velle émergence du virus. néens ont payé un lourd tribut à quelque 5 000 orphelins. Il faut as-
mission du virus Ebola a officielle- « Les mois à venir vont être abso- l’épidémie : 115 morts sur 211 soi- surer un suivi scolaire, en parte-
ment cessé depuis le 7 novembre, lument décisifs, a déclaré le doc- gnants contaminés. « Le plus nariat avec l’Unicef, et 1 260 fa-
la Guinée est donc le deuxième teur Bruce Aylward, représentant grand succès en Guinée est d’avoir milles nécessitent une aide so-
des trois pays d’Afrique de l’Ouest spécial du directeur général de regroupé 200 jeunes médecins qui ciale. Enfin, le travail de réinser-
Chaque mois, avec Le Monde diplomatique, les plus lourdement touchés par l’OMS pour la riposte à Ebola. C’est étaient soit dans le privé, soit au tion des survivants et la lutte
on s’arrête, on réfléchit. cette épidémie sans précédent à la période où les pays doivent être chômage, et de les avoir formés à la contre la stigmatisation sont in-
voir le bout du tunnel. La Guinée sûrs qu’ils sont totalement prépa- santé publique et à l’épidémiologie. dispensables. p
9!%$ *6.2% 8+2)!+7& &% :6,27+,'1 (/ 5+"%01 41-# 3 entre à présent dans une période rés à prévenir, à détecter et à ripos- Ils ont été sur la ligne de front. Si le rémi barroux
de quatre-vingt-dix jours de sur- ter à tout nouveau cas. La persis- ministère de la santé réussit à les et paul benkimoun
0123
JEUDI 31 DÉCEMBRE 2015 international | 5

En Turquie,
la guerre
secrète de l’Etat
islamique
Les meurtres d’opposants à l’EI
se multiplient dans le sud du pays

beyrouth - correspondant fat » décrété par l’EI, a été tué par


des hommes masqués dans la ré-

L
e documentariste syrien gion d’Idlib, près d’Alep. L’élimi-
Naji Jerf n’ira pas se faire nation de Naji Jerf, la troisième
soigner à Paris. Ce journa- opération de ce genre en deux
liste de 38 ans, opposant mois, montre que l’organisation
aux dictatures de Damas et de djihadiste s’est lancée dans une
Rakka, « capitale » de l’organisa- guerre secrète pour faire taire un
tion Etat islamique (EI), a été tué par un ses adversaires.
par balle à Gaziantep, dans le sud Une campagne d’assassinats
de la Turquie, dimanche 27 dé- d’autant plus déterminée que les
cembre 2015. Il venait d’obtenir hommes au drapeau noir recu-
un visa pour se rendre en France, lent sur le terrain. Après avoir
avec son épouse et leurs deux perdu un barrage stratégique sur Funérailles de Naji Jerf, journaliste et militant assassiné à Gaziantep, dans le sud de la Turquie, lundi 28 décembre. AFP
filles, afin d’entamer un traite- l’Euphrate, le 26 décembre, à une
ment médical. vingtaine de kilomètres de Rakka,
Attribué à l’EI, son assassinat a ils ont dû se retirer le lendemain particulièrement visé par l’EI. En assassiner Ibrahim Abdel Qader a fait tomber le masque. Son
pétrifié la petite colonie d’intel- de la ville irakienne de Ramadi, re-
« On a novembre, signe que le danger se et Farès Hamadi, deux journalis- contrat rempli, il a tranquille-
lectuels et de journalistes syriens conquise par les troupes gouver- le sentiment rapprochait, il avait découvert tes citoyens avec lesquels Naji Jerf ment regagné la Syrie, sans être
qui, avec des dizaines de milliers nementales. « A chaque fois que une bombe placée sous sa travaillait, l’EI avait usé d’une inquiété par la police turque.
d’autres réfugiés, s’est exilée dans Daech [acronyme arabe de l’EI]
que l’élimination voiture. technique très différente. Le bour- « On se sent abandonnés, sans
la ville turque, à une centaine de donne des signes de faiblesse, il se des journalistes reau des deux jeunes gens, poi- défense », souffle Zoya Bostan.
kilomètres au nord d’Alep, en débrouille pour mener des opé- En plein jour gnardés puis égorgés, s’est révélé « Les mesures prises par les autori-
Syrie. « On a tous très peur, confie rations spectaculaires, comme à
opposés à l’EI « La France lui a accordé la être l’un des membres de leur en- tés d’Ankara ne sont pas du tout à
d’une voix blanche Zoya Bostan, Paris en novembre, pour montrer à devient protection qu’il réclamait, mais les tourage. Cet homme d’une ving- la hauteur des menaces pesant sur
employée d’une radio syrienne ses partisans qu’il reste fort et tueurs ont agi avant son départ », taine d’années, nommé Tlass Su- les journalistes syriens », s’in-
installée à Gaziantep. Plusieurs de menaçant », explique Moham-
systématique » s’attriste l’ONG Reporters sans rur et originaire comme eux de quiète Johann Bihr, de RSF, qui
mes collègues ont reçu des mena- med Saleh, pseudonyme d’un ZOYA BOSTAN frontières (RSF), dans un commu- Rakka, avait mis plusieurs mois à ajoute : « Il faut que les chancelle-
ces. On a le sentiment que l’élimi- membre du réseau anti-EI de employée d’une radio niqué publié lundi 28 décembre. gagner leur confiance. Ses deux ries occidentales dépassent les
nation des journalistes opposés à Rakka, joint par Skype. syrienne installée à Gaziantep Les assassins ont agi en plein jour, futures victimes s’apprêtaient à grands discours. Des actes sont né-
l’EI devient systématique. » au beau milieu d’une rue animée passer la soirée avec lui à fumer le cessaires pour protéger les oppo-
A la fin du mois d’octobre, deux Agent infiltré de Gaziantep. Naji Jerf sortait d’un narguilé dans l’appartement sants syriens en exil. » p
militants d’un collectif anti-EI, Naji Jerf se savait dans le collima- frère. A la fin de juillet, dans une rendez-vous avec la responsable qu’ils partageaient, quand Surur benjamin barthe
« Rakka se fait massacrer en si- teur des djihadistes. Il avait ré- lettre envoyée à l’ambassadeur de d’une école de théâtre quand
lence », avaient été exécutés dans cemment réalisé un film consa- France en Turquie, dans le cadre deux hommes, surgissant d’une
un appartement de Sanliurfa, une cré aux exactions commises par de sa demande officielle de visa, il voiture, l’ont tué d’une balle en
autre ville du sud de la Turquie. l’Etat islamique à Alep et collabo- avait évoqué les menaces pesant pleine tête, au moyen d’un pisto-
Mi-décembre, un autre membre rait régulièrement avec les jeunes contre lui et sa famille. Il ajoutait let muni d’un silencieux. Une
de cette organisation, qui révèle, militants de « Rakka se fait massa- qu’en tant que laïc et membre de opération de professionnels, ex-
grâce à un cercle d’informateurs crer en silence », dont il était de- la minorité ismaélienne, un cou- péditive et imparable.
clandestins, les dessous du « cali- venu en quelque sorte le grand rant de l’islam chiite, il se sentait A la fin du mois d’octobre, pour

Moscou dit avoir identifié le commanditaire


de l’assassinat de l’opposant Boris Nemtsov
Cette annonce a été accueillie avec scepticisme par les proches de l’ex-vice-premier ministre

L’ enquête officielle lancée


par les autorités russes
après le meurtre de l’op-
posant Boris Nemtsov, le 27 fé-
vrier, touche à sa fin. Mardi
cien vice-premier ministre de
Boris Eltsine avait bouleversé au-
delà des milieux libéraux aux-
quels il appartenait.
L’avocat de sa famille, Vadim
aucun des deux hommes n’a été
interrogé par les enquêteurs.
Rapidement après le meurtre,
cinq Tchétchènes avaient été ar-
rêtés. L’un d’eux, Zaour Dadaïev,
tendu par les enquêteurs. Immé-
diatement après son arrestation,
il avait qualifié M. Dadaïev de
« patriote tchétchène ».
M. Kadyrov, dont plusieurs en-
29 décembre, le comité fédéral Prokhorov, a jugé « complète- également membre du bataillon nemis personnels ou adversaires
d’enquête a annoncé son inten- ment absurde » l’idée que Rous- Sever, avait admis son implica- politiques ont été assassinés ces
tion d’inculper quatre hommes, lan Moukhoudinov puisse être le tion avant de déclarer plus tard dernières années à Moscou, Du-
tous tchétchènes, et a indiqué cerveau de l’assassinat. « Qu’il que ses aveux avaient été arra- baï ou Vienne, a toujours nié son
avoir identifié un commandi- soit l’un des organisateurs subal- chés sous la torture, des alléga- implication ou celle de ses pro-
taire et organisateur présumé de ternes est une évidence, a dit l’avo- tions également reprises par des ches. Dix jours après le meurtre
l’assassinat. cat, mais les maîtres d’œuvre sont défenseurs des droits de de Boris Nemtsov, le président
Selon les enquêteurs, il s’agit de des gens haut placés. » l’homme l’ayant visité en déten- Vladimir Poutine avait décerné
Rouslan Moukhoudinov, pré- tion. au dirigeant tchétchène l’une des
senté comme un ancien respon- « Patriote tchétchène » Janna Nemtsova, la fille de l’op- plus hautes décorations de l’Etat
sable du ministère de l’intérieur Avant sa fuite, Moukhoudinov posant assassiné, s’est également russe, un geste largement inter-
tchétchène. Son nom avait déjà travaillait comme chauffeur de déclarée déçue par les nouvelles prété comme un signal que
été cité, mais uniquement à titre Rouslan Guérémeïev, l’un des informations du comité d’en- l’enquête ne devait pas toucher
de complice. Un porte-parole du chefs du bataillon Sever, une quête. Elle avait réclamé par le M. Kadyrov.
comité d’enquête a indiqué aux unité d’élite placée sous l’autorité passé que Ramzan Kadyrov, le « La mission des enquêteurs est
agences de presse russes que du ministère de l’intérieur tchét- président de la République auto- d’ordre politique, elle consiste à
l’homme, aujourd’hui en fuite, chène. Depuis le mois de février, nome de Tchétchénie, soit en- couvrir les vrais responsables », a
fait l’objet depuis novembre d’un commenté, dans un entretien au
« avis de recherche internatio- quotidien britannique The Guar-
nal ». Il a par ailleurs annoncé la La place Rouge fermée au public dian, Ilia Iachine, un allié politi-
clôture définitive de l’enquête que de Boris Nemtsov, qui tra-
pour le mois de janvier 2016. L’emblématique place Rouge de Moscou, lieu de rassemblement vaillait avec lui à la rédaction
Cette annonce a été accueillie traditionnel des Moscovites pour le Nouvel An, sera cette année, d’un rapport sur l’implication de
avec scepticisme par les proches pour la première fois, fermée au public pour le réveillon, ont an- l’armée russe dans la guerre en
de Boris Nemtsov, tué à quelques noncé les autorités de la ville, lundi 28 décembre. Ukraine.
pas du Kremlin de quatre balles Cette décision intervient alors que les autorités ont renforcé les Début décembre, les
dans le dos. Jusqu’à sa mort, cet mesures de sécurité dans la capitale russe, sur fond de crainte enquêteurs et la justice avaient
opposant virulent faisait l’objet d’attentats terroristes. La place Rouge accueille habituellement conclu de façon unanime que
de sévères campagnes de déni- des dizaines de milliers de Russes et de touristes qui fêtent le l’assassinat de Boris Nemtsov
grement et de haine entretenues Nouvel An au son des cloches du Kremlin, mais, cette année, la n’avait à voir « ni avec ses fonc-
par le pouvoir. Bien que son police en réservera l’entrée aux seuls invités du concert du Nou- tions officielles, ni avec son acti-
étoile ait singulièrement pâli vel An, diffusé en direct sur la première chaîne de télévision pu- vité publique ou politique ». p
dans l’opinion, la mort de l’an- blique. benoît vitkine
6 | france 0123
JEUDI 31 DÉCEMBRE 2015

L E S AT T E N TAT S D U 1 3 N O V E M B R E

Des attaques
coordonnées
depuis la Belgique
L’enquête, à laquelle « Le Monde » a eu accès, révèle
que les terroristes étaient en contact en temps réel avec
un homme localisé près de Bruxelles, non identifié à ce jour

T
rois portières claquent dans la ges comme « radicalisés » et « présumés » de
nuit. Il est 3 heures du matin, ce retour de Syrie. Le rôle exact de Mohamed
jeudi 12 novembre, à Bruxelles. Abrini, qui apparaît dans toute la chaîne lo-
La petite commune de Molen- gistique et fait partie du convoi qui fait route
beek dort encore. Rebaptisée vers Paris le 12 novembre avant de se volatili-
« Molenbeekistan », elle a ser, n’a toujours pas été élucidé. Est-il rentré
fourni un tiers des quelque 150 djihadistes en Belgique pour coordonner à distance les
bruxellois qui ont rejoint la Syrie ces derniè- attentats ? Il est actuellement recherché par
res années. Deux voitures, une Clio et une les polices du monde entier.
Seat, sont stationnées dans une ruelle. Trois Arrivées à destination, les équipes se répar-
hommes en descendent et échangent un pa- tissent par nationalité : les trois assaillants du
quet. A la lueur des réverbères, une caméra de Bataclan, tous français, passeront la nuit dans
vidéosurveillance immortalise la scène. deux studios avec lits jumeaux de l’Ap-
La qualité des images n’autorise aucune cer- part’City d’Alfortville, où ils se feront livrer
titude, mais les enquêteurs pensent avoir dans la soirée deux pizzas au saumon et une
identifié les trois passagers. Il s’agit de Salah pizza raclette, arrosant leur repas d’Oasis. Les
Abdeslam, 26 ans, un jeune du quartier qui équipes du Stade de France et des terrasses de
rêve de Syrie, et de son frère Brahim, 31 ans, café – de nationalité belge pour ceux qui ont
qui y a fait un court séjour début 2015. Le troi- été identifiés – se partagent le pavillon de Bo- Boulevard des Filles-du-Calvaire,
sième homme, Mohamed Abrini, 30 ans, a lui bigny, une étroite maison en meulière de à Paris, le 13 novembre.
aussi brièvement rejoint à l’été 2015 les rangs deux étages, située à l’ombre de la cité de OLIVIER LABAN-MATTEI/MYOP POUR « LE MONDE »
de l’organisation Etat islamique, où il a perdu l’Abreuvoir. Ils dîneront d’une boîte de thon
un frère un an plus tôt. Ce soir-là, les trois et confectionneront leurs ceintures explosi-
amis ne rêvent plus de Syrie. Ils font route ves à l’aide d’un rouleau de Scotch retrouvé
vers Paris. Ces images sont les premières tra- sur place.
ces du convoi de dix hommes qui s’apprêtent
à perpétrer les attentats les plus meurtriers VENDREDI 13 NOVEMBRE, 19 H 40 :
que la France ait connus. LES TERRORISTES QUITTENT L’HÔTEL
Les quelque 6 000 procès-verbaux de l’en- Vers 18 heures, une première voiture quitte le
quête sur les attentats du 13 novembre, dont pavillon de Bobigny. Il s’agit de la Clio, la voi-
Le Monde a pris connaissance, permettent de ture qui déposera deux heures plus tard trois
retracer avec une grande précision la prépara- kamikazes devant le Stade de France. Elle
tion et le déroulement des attaques. Ils révè- roule vers l’aéroport de Roissy, où elle sta-
lent surtout que les trois commandos ont été tionne entre 18 h 20 et 19 h 20, au terminal 2C.
coordonnés en temps réel depuis la Belgique. Au même moment, le téléphone de Bilal Ha-
On savait que les équipes du Stade de France dfi, l’un des futurs kamikazes de Saint-Denis,
et des terrasses de café étaient restées en con- y « borne » aussi.
tact au cours de la soirée du 13 novembre. Il Cette halte, qui intrigue les enquêteurs, était
s’avère que l’équipe des terrasses était elle- préméditée. Dans la Clio, les policiers ont re-
même en communication avec un numéro trouvé un bout de papier sur lequel est grif-
localisé en Belgique au moment des faits, tan- fonné : « Place de la République ; bd Saint-
dis que l’équipe du Bataclan correspondait Martin/Stade de France ; Aéroport Charles-
avec un second numéro belge. Ces deux li- de-Gaulle », autant de destinations entrées
gnes ayant « borné » exactement aux mêmes dans le GPS de la voiture. Quel était le but de
endroits durant les attaques, les enquêteurs cet aller-retour à Roissy deux heures avant le
pensent qu’au moins un homme chapeautait début des attaques ? S’agissait-il de récupérer
les opérations depuis les environs de Bruxel- un complice ? L’enquête n’a pas encore per-
les. Ce suspect n’a pas encore été identifié. mis d’éclairer ce point.
La Clio retourne ensuite au pavillon de Bo-
JEUDI 12 NOVEMBRE, 5 H 25 : bigny. A 19 h 40, c’est au tour de la Polo de quit-
ESCALE À CHARLEROI ter son hôtel d’Alfortville en direction du Ba-
A 4 h 30, la Seat et la Clio foncent sur l’auto- taclan avec à son bord Samy Amimour, Is-
route A54 en direction de Charleroi, la capi- maël Mostefaï et Foued Mohamed-Aggad. Ce Mohamed Abrini filmé par une caméra de surveillance à la station-service de Ressons-sur-Matz,
tale sinistrée du Pays noir. Le trajet dure départ marque le début des attaques coor- dans l’Oise, le 11 novembre. POLICE BELGE/AFP
moins d’une heure. Le trio fait halte dans un données. A Bobigny, Salah Abdeslam dé-
quartier réputé pour ses arrivages d’armes et marre à 20 h 29 en direction de Saint-Denis,
ses livraisons de drogue. Il y passe une bonne où il doit déposer les kamikazes du Stade de
partie de la journée avant de reprendre la France. Dix minutes plus tard, la Seat met le wich dans les brasseries avoisinantes en at- A cet instant, l’arrière gauche de l’équipe de
route vers 16 heures, direction Paris. cap vers le centre de Paris. Y ont pris place : tendant l’ouverture des portes. France, Patrice Evra, a la balle dans les pieds. Il
Un troisième véhicule, une Polo, a entre- Abdelhamid Abaaoud, Brahim Abdeslam et Salah Abdeslam dépose son ami Bilal Hadfi semble s’arrêter de jouer, fait une passe aveu-
temps rejoint le convoi. Les images de vidéo- un troisième homme non identifié. Il pour- et deux hommes dont on sait seulement gle vers son défenseur en regardant vers les
surveillance de deux stations-service, où les rait s’agir de celui qui s’est fait exploser le qu’ils sont arrivés début octobre en Europe tribunes, visiblement surpris par la puissance
tueurs font le plein et achètent des sandwichs 18 novembre lors de l’assaut du RAID dans un par la Grèce avec des passeports syriens usur- de la détonation. Dans le public, on accueille
au thon, permettent d’identifier les passagers appartement de Saint-Denis. pés. Leur ressemblance incline les enquê- avec des « Olé ! » ce pétard un peu plus
de deux des voitures. A bord de la Clio ont pris teurs à penser qu’ils pourraient être frères. bruyant que les autres. Le match se poursuit.
place les deux frères Abdeslam et Mohamed VENDREDI, 21 H 20 : PREMIÈRE EXPLOSION Cette méthode d’infiltration a déjà été cons- Dix minutes plus tard, une deuxième ex-
Abrini. Dans la Polo : deux des tueurs français À SAINT-DENIS tatée par les services antiterroristes au cours plosion retentit. Porte H, un inconnu aux
du Bataclan – Ismaël Mostefaï, 29 ans, et C’est soir de match, à Saint-Denis. La France de l’été : un djihadiste français – déjà mis- couleurs du Bayern de Munich, arrivé lui
Samy Amimour, 28 ans – ainsi qu’un Belge de rencontre l’Allemagne, championne du sionné par Abdelhamid Abaaoud – avait été aussi en Europe par la Grèce avec un faux pas-
20 ans, Bilal Hadfi, un des futurs kamikazes monde en titre, en match amical. 70 000 per- interpellé à son retour de Syrie avec un passe- seport syrien, a déclenché sa ceinture. Il ne
du Stade de France. Le quatrième passager sonnes sont attendues au Stade de France. port suédois. tue miraculeusement personne, mais blesse
portant un bonnet noir et des lunettes de so- Les premiers spectateurs arrivent vers François Hollande s’installe en loge prési- plusieurs passants.
leil n’est pas formellement identifié : il pour- 19 heures pour avaler un tartare ou un sand- dentielle aux côtés du ministre allemand des
rait s’agir de Foued Mohamed-Aggad, 23 ans, affaires étrangères, Frank-Walter Steinmeier. 21 H 25 : L’ATTAQUE DES TERRASSES
le troisième membre de l’équipe du Bataclan. Le match vient de commencer. Selon le té- COMMENCE
Un djihadiste français mort en Syrie moignage d’un stadier, un des terroristes, Bi- La soirée est douce pour une mi-novembre.
JEUDI, 19 H 37 : LE CONVOI ARRIVE À PARIS lal Hadfi, tente alors d’entrer dans le stade Les terrasses de l’Est parisien sont bondées.
Les trois voitures arrivent en région pari- Le Français Charaffe El-Mouadan, membre de l’organisation sans billet. Il est refoulé. Durant ce laps de Les non-fumeurs se mêlent aux fumeurs sur
sienne en début de soirée à quelques minutes Etat islamique, a été tué en Syrie lors de frappes qui ont aussi temps, le jeune terroriste est constamment les trottoirs. Le premier kamikaze de Saint-
d’intervalle. La Seat ferme le ban à 19 h 37. coûté la vie à une dizaine d’autres membres de l’EI, a révélé au téléphone avec Abdelhamid Abaaoud, qui Denis vient de se faire exploser. C’est le mo-
Trois chambres, réservées la veille et l’avant- mardi 29 décembre l’armée américaine. Porte-parole de la coa- est en route vers la prochaine cible des atta- ment que choisissent Abdelhamid Abaaoud,
veille par Salah et Brahim Abdeslam, atten- lition, le colonel américain Steve Warren a précisé que le jeune ques, les terrasses parisiennes. Brahim Abdeslam et un troisième homme
dent leurs occupants à Bobigny (Seine-Saint- homme était « directement lié » au djihadiste belge Abdelha- La rencontre est commencée depuis vingt pour entamer leur équipée meurtrière. A
Denis) et Alfortville (Val-de-Marne). mid Abaaoud, un des coordinateurs présumés des attentats minutes lorsqu’une première détonation re- 21 h 25, ils arrêtent leur Seat devant les terras-
Chargés de l’intendance, les deux frères ont du 13 novembre. Il a ajouté que le Français de 26 ans « prépa- tentit. Porte D, un des deux kamikazes por- ses du Petit Cambodge et du Carillon, et mi-
loué les trois voitures et effectué deux allers- rait activement d’autres attaques en Occident ». Les enquêteurs teur d’un faux passeport syrien vient de se traillent. Quatorze personnes sont tuées. Le
retours durant la semaine entre la Belgique et français se montrent plus prudents sur le profil de Charaffe faire exploser devant le snack Cœur de blé. Le scénario redouté depuis tant d’années par les
la France, en compagnie de Mohamed Abrini, El-Mouadan. Il était certes proche de Samy Amimour, un des souffle tue un chauffeur de car à la retraite services de renseignement se précise : plu-
pour trouver un point de chute. Une liberté kamikazes du Bataclan, mais rien ne permet en l’état d’affirmer qui accompagnait un groupe de supporters sieurs attaques simultanées semblables à cel-
de mouvement qui interroge, sachant que les qu’il était impliqué dans les attaques qui ont frappé Paris, de Reims. Manuel Colaço Dias est la première les qui avaient fait 166 morts en 2008 à Bom-
trois hommes sont connus des autorités bel- selon une source judiciaire. victime de cette soirée macabre. bay, en Inde, sont en cours à Paris.
0123
JEUDI 31 DÉCEMBRE 2015 france | 7

forte explosion survenait à son niveau, nous


laissant penser qu’il avait actionné un engin
explosif. » Il est 22 h 07.
La tête et une jambe de Samy Amimour
sont projetées sur la scène. Depuis le balcon
du premier étage où ils ont pris position, ses
deux complices tirent sur les policiers, les
contraignant à battre en retraite. Une resca-
pée qui se trouvait à l’étage se souvient de la
réaction des terroristes au moment de la
mort de Samy Amimour : « J’ai reçu un bout
de chair dans mes cheveux. Ça les a fait rire. Ils
ont dit : “Tiens, il s’est fait exploser.” Ça les a
Rue de la Cokerie, près fait marrer, et je me suis dit qu’ils étaient vrai-
du Stade de France, ment débiles. »
après qu’un kamikaze Après l’intervention des policiers de la BAC,
s’est fait exploser, Ismaël Mostefaï et Foued Mohamed-Aggad
le 13 novembre. se réfugient dans un couloir en forme de « L »,
STÉPHANE ALLAMAN/KCS PRESSE fermé par une porte, emmenant avec eux
une dizaine de spectateurs. « Ils discutaient
tous les deux à quelques mètres de nous, se
souvient une survivante. Je crois qu’ils par-
laient de nous : “On va les garder, ça va être
marrant.” Ils avaient l’air contents. Leur visage
satisfait m’a marqué. » Un autre otage se sou-
vient qu’ils « demandaient aux gens ce qu’ils
entendaient derrière la porte. Les gens disaient
qu’ils entendaient des gémissements, ça les fai-
sait rire ». Les otages passeront près de deux
heures dans ce couloir de douze mètres avec
les terroristes.

00 H 18 : L’ASSAUT DE LA BRI
A 22 h 15, la première équipe de la BRI arrive
sur place et relève les fonctionnaires de la
BAC. Les hommes d’élite de la Préfecture de
police « nettoient » le rez-de-chaussée en con-
trôlant chaque survivant, dont ils redoutent
qu’ils soient « piégés ». Une demi-heure plus
tard, le RAID arrive sur place. Les deux colon-
nes de la BRI montent à l’étage. A chaque
porte de toilette ouverte, des dizaines d’ota-
ges agglutinés sortent en courant. Certains
descendent des faux plafonds où ils s’étaient
réfugiés.
Vers 23 h 15, les policiers arrivent devant le
couloir au fond duquel sont retranchés les
deux terroristes. Derrière la porte, une di-
zaine d’otages ont été disposés contre les
Alors que la deuxième bombe vient d’ex- groupe américain arrive de Glasgow et re­ se réfugient à l’intérieur de la salle, ignorant portes et les fenêtres en guise de boucliers
ploser aux abords du Stade de France, la Seat part aussitôt pour Tourcoing, Bruxelles, Co- le cauchemar qui les attend. Deux terroristes humains. Les terroristes font communiquer
reprend sa route vers le sud et s’arrête un peu logne, Zurich. A 21 h 40, une Polo noire se rejoignent la fosse et tirent à nouveau. Un vi- aux policiers des numéros de téléphone
plus loin. Au bas de la rue de la Fontaine-au- gare devant la salle. Deux minutes plus tard, gile ouvre une issue de secours pour laisser d’otages pour engager des négociations.
Roi, les terrasses de la Bonne Bière et de la piz- un SMS est envoyé depuis un téléphone sortir les spectateurs, mais un troisième Le premier contact est établi à 23 h 27. Une
zeria Casa Nostra sont pleines, elles aussi. Les Samsung, aussitôt jeté dans une poubelle : homme les attend dehors et mitraille, avant survivante rapporte les revendications des
trois hommes descendent de voiture, tirent, « On est parti, on commence. » de rejoindre ses deux complices dans la salle. terroristes : « Je veux que vous enleviez vos ar-
tuent, crient « Allahou akbar ! » et reprennent Le destinataire du message se trouve en Dans la fosse, les spectateurs pris au piège mées, je veux un papier, et un papier signé qui
la route, laissant derrière eux cinq nouveaux Belgique. Cette ligne, ouverte au nom de Sa- se couchent au sol, feignant d’être morts. LES QUELQUE 6 000 le prouve, il est 23 h 32, si dans cinq minutes je
cadavres et de nombreux blessés. lah Abdeslam, est active depuis le 12 novem- « Celui qui bouge, je le tue, tu vas voir, toi ! », n’ai rien, à 23 h 37, je tue un otage et je le ba-
Quatre minutes plus tard, le commando bre, 22 h 24, et se désactivera juste après la ré- lance un assaillant en tirant méthodique- PROCÈS-VERBAUX lance par la fenêtre. » Un cinquième contact
descend la rue de Charonne. Au bistrot La ception du texto. Durant sa courte existence, ment dans la foule : « J’avais dit de ne pas bou- est établi à 00 h 18 : il s’agit en réalité d’un ap-
Belle Equipe, on fête les 35 ans de Houda, la elle a été en relation exclusive – vingt-cinq ger ! ». Certains s’amusent avec les otages : DE L’ENQUÊTE pel de diversion qui donne le départ de l’as-
serveuse du Café des Anges. Deux hommes
sortent de la Seat. Ils font feu sur les voitures
échanges – avec le Samsung retrouvé dans la
poubelle. Un autre numéro belge, qui a ap-
« Allez-y, levez-vous, ceux qui veulent partir,
partez ! », lance l’un d’eux. « Bien sûr, tout
PERMETTENT DE saut. Il va durer cinq minutes.
Protégée derrière un bouclier Ramsès, la
qui les suivent, puis visent les terrasses. Une pelé dans la soirée Abdelhamid Abaaoud, a ceux qui se sont levés se sont fait tirer dessus », RETRACER AVEC UNE colonne de la BRI progresse vers les as-
vidéo amateur confirme que le conducteur émis exactement au même endroit, en Belgi- raconte un rescapé : « Les terroristes ont re- saillants, retranchés au fond du couloir der-
de la voiture, Abdelhamid Abaaoud – chaussé que, que le destinataire du SMS. Les enquê- commencé, et d’autres otages se sont levés. De GRANDE PRÉCISION rière le coude du « L ». Les otages sont exfil-
de baskets orange – participe à la tuerie. Dé-
crit par des témoins comme « très calme », il
teurs en déduisent qu’au moins un homme a
coordonné les attaques en temps réel depuis
nouveau, ils ont tiré. Ils s’amusaient, ça les fai-
sait rire. »
LA PRÉPARATION trés en rampant au sol. Aucun ne sera tué. Le
Ramsès reçoit 27 impacts. Touché mortelle-
se serait « acharné » sur les blessés à terre. la Belgique. Après les premières salves, les assaillants ET LE DÉROULEMENT ment par deux tirs, le premier terroriste,
Vingt personnes meurent sous les balles, des La lecture de la mémoire du Samsung re- font une pause. « Il est où, le chanteur ? Ils Foued Mohamed-Aggad, déclenche sa cein-
dizaines sont blessées. Plus de 400 coups de trouvé en face du Bataclan apporte de nou- sont où, les Ricains ?, demandent-ils. C’est un DES ATTAQUES ture explosive, soufflant son complice, Is-
feu ont été tirés sur ces trois scènes de crime. veaux détails sur la préparation des terroris- groupe américain, avec les Américains vous maël Mostefaï, criblé de boulons et de balles.
tes. Le 13 novembre, peu après 14 heures, son bombardez, donc on s’en prend aux Améri- L’attaque du Bataclan a fait 90 victimes, et
21 H 41 : BRAHIM ABDESLAM EXPLOSE propriétaire a téléchargé la messagerie sécu- cains et à vous. » Divers propos censés justi- plusieurs centaines de blessés. Les trois atta-
DANS UN NUAGE DE PLUMES risée Telegram. Il a ensuite passé une bonne fier le massacre sont rapportés par des survi- ques simultanées qui ont endeuillé la France
Le commando de la Seat repart, remonte la partie de l’après-midi à effectuer des dizai- vants : « Vous allez voir ce que ça fait les bom- cette nuit-là ont fait 130 morts. p
rue de Charonne, et dépose l’un de ses occu- nes de recherches de photos et de plans dé- bardements en Irak, on fait ce que vous faites émeline cazi, simon piel
pants, Brahim Abdeslam, boulevard Voltaire. taillés de la salle. Il récupère également le en Syrie, écoutez les gens crier, c’est ce que les et soren seelow
Le jeune homme entre sous la véranda du programme de la semaine, puis effectue une gens vivent en Syrie sous les bombes, vous
Comptoir Voltaire, une brasserie de quartier. recherche « Eagles of Death Metal + White tuez nos femmes, nos frères et nos enfants, on A lire dans Le Monde daté 1er janvier 2016 :
Le destin qui le liait à son petit frère Salah s’ar- Miles au Bataclan ». Les ADN mêlés d’Ismaël fait pareil, on est là pour vous, nous, on n’est Attentats du 13 novembre, la cavale
rête là. La vidéosurveillance du bar a immor- Mostefaï et de Foued Mohamed-Aggad se- pas en Syrie, mais on agit ici. Vous nous faites et la traque (2de partie).
talisé la scène. ront retrouvés sur le boîtier. ça, on vous fait ça. »
A 21 h 41, l’aîné de la fratrie entre dans la
salle. Dix secondes plus tard, debout au mi- 21 H 50, AUTOUR DU STADE DE FRANCE : 22 HEURES : LE COMMISSAIRE C. ARRIVE
lieu des tables, il porte la main gauche à son « J’AI VU LA TÊTE D’UN HOMME » AU BATACLAN
visage, comme pour le dissimuler à la caméra, A Saint-Denis, au Stade de France, Jacqueline, Les premiers policiers arrivés sur place, vers
et la main droite à son blouson. Les images 29 ans, vendeuse occasionnelle d’écharpes de 22 heures, ont été alertés par radio dix minu-
suivantes montrent un nuage de fumée blan- foot, fait une pause en famille au McDonald’s, tes plus tôt qu’une fusillade était en cours au
che s’échapper de son dos, puis deux éclairs le rue de la Cokerie. Alertée par les deux premiè- Bataclan. Ils sont deux, un commissaire divi-
foudroyer. Brahim Abdeslam est projeté vers res détonations, elle sort dans la rue avec ses sionnaire et un brigadier, membres de la BAC
l’avant et s’effondre sur une table où discu- proches. On lui dit que des bouteilles de gaz de nuit parisienne, et ne sont pas équipés
tent deux jeunes hommes, un trou béant ont explosé. Les nouvelles ne vont pas vite. pour faire face à des armes de guerre. Ils pénè-
dans le dos. La ceinture a dysfonctionné. Le Elle s’allume une cigarette. trent dans la salle par l’entrée principale avec

% "
terroriste a explosé dans un nuage de plumes, Alors que le carnage des terrasses est achevé leur simple arme de poing. Leur intervention
celles de son anorak, sans faire de morts.
Un client rapporte aux enquêteurs que le
kamikaze « avait l’air d’avoir consommé de l’al-
cool » : « Il ne semblait pas bien et regardait à
l’intérieur du café en clignant très fort des
et qu’une prise d’otages est en cours au Bata-
clan, une troisième explosion retentit à une
dizaine de mètres : « Nous avons été soufflés,
nous avons volé. Je suis tombée sur le front, et il
y avait une fumée atroce, on ne voyait rien.
mettra fin au massacre.
Le commissaire C. raconte ses premiers pas
dans la salle : « Nous constations la présence
de plusieurs corps sans vie et percevions dis-
tinctement des hurlements entrecoupés de dé-

(& " ' #! $ D A C TION


É
yeux. » Un autre a eu le réflexe de se pencher Soudain, j’ai vu, par terre, devant moi, la tête tonations multiples. Dans le sas d’entrée, les
sur sa chaise lorsqu’il a ressenti le souffle de d’un homme. J’ai cru qu’il s’agissait de mon portes opaques s’ouvraient soudainement par
ER ET L A R
l’explosion. En se relevant, il assiste à une frère. Je suis partie dans un état second. On l’effet de nombreuses personnes se précipitant
A U M E E R N 6 H 30-9H
scène irréelle : la pièce baigne dans « une fu- avait des fragments du corps sur tous nos vête- vers nous en hurlant. »
GUILL A U R E D I /
VEND ean Birnbaum
I
mée blanchâtre mêlée de plumes ». Cinquante- ments. » Cette tête est celle de Bilal Hadfi, qui
huit impacts d’écrous seront relevés sur les vi- vient de déclencher sa ceinture lestée de 22 H 07 : « JE ME SUIS DIT QU’ILS ÉTAIENT
DU L U N D ue de J
la chroniq
tres de la terrasse. TATP, un explosif aussi puissant qu’instable. VRAIMENT DÉBILES »
A une vingtaine de mètres, sur la gauche de la
Retrouvez à 8h55
21 H 42 : DERNIER SMS VERS LA BELGIQUE ENTRE 21 H 50 ET 22 HEURES, AU BATACLAN :
di
chaque jeu
scène, les deux policiers aperçoivent un des riat avec
e
ancecultur
en partena
Dans le quartier Oberkampf, c’est soirée « ON N’EST PAS EN SYRIE, MAIS ON AGIT ICI » preneurs d’otages. Il s’agit de Samy Amimour. ure.fr / @Fr
rock, comme souvent le week-end. Un con- Quelques minutes avant la dernière explo- Ils font feu à six reprises. « L’individu porteur francecult
cert des Eagles of Death Metal affiche com- sion du Stade de France, trois hommes sor- du fusil d’assaut poussait un râle avant de
plet et réunit plus de 1 500 personnes au Ba- tent de la Polo et tirent sur le Bataclan. Trois tomber au sol et de relever la tête légèrement,
taclan. Une seule date est prévue à Paris. Le personnes tombent sous les balles. D’autres poursuit le commissaire. A cet instant, une
8 | france 0123
JEUDI 31 DÉCEMBRE 2015

L E S AT T E N TAT S D U 1 3 N O V E M B R E

A Molenbeek, Mohamed
Abdeslam
allume

les failles du
des bougies
en hommage
aux victimes
des attentats

clientélisme
de Paris,
à son domicile
de Molenbeek,
le 18 novembre.

communautaire
VIRGINIA MAYO/AP

L’ex-bourgmestre de la commune
belge est accusé d’avoir sous-estimé
la radicalisation de certains jeunes

bruxelles - correspondance vent dans un logement social en


plein centre-ville, face à la Maison

D
epuis les attentats du communale. Ils l’ont obtenu après
13 novembre à Paris, que Brahim, alors adolescent, a
l’ancien bourgmestre mis le feu à la maison familiale.
(maire) de Molenbeek, En 2006, le bourgmestre a re-
le socialiste Philippe Moureaux, cruté à son cabinet Mohamed,
vit peut-être les semaines les plus troisième de la fratrie, le char-
pénibles de sa carrière. Cet ancien geant de tâches de secrétariat et,
vice-président du PS et ex-vice- parfois, de recevoir le public à sa n’est pas mis en cause dans les at- lois », assure-t-il. Plus que ses choix politiques,
premier ministre, âgé de 76 ans, a permanence. Un an auparavant, tentats. Le soir du 13 novembre, il « Je ne cache pas que j’ai donné
« Le PS mais aussi elle critique le style de M. Mou-
dirigé cette commune bruxelloise Mohamed, alors âgé de 18 ans, retapait un bar qu’il vient d’ouvrir une impulsion personnelle pour le CDH font reaux, toujours « persuadé d’être
à forte population d’origine ma- avait été mis en cause dans une af- à Liège. Ses frères, bien connus de nouer des contacts étroits avec la dans le bon ». D’autres décrivent
rocaine de 1992 à 2012. Assez long- faire de vol sur cadavre impli- la justice, ne se sont pas assagis communauté musulmane », expli-
campagne dans sans hésiter un homme « autori-
temps pour être accusé d’avoir quant aussi plusieurs de ses collè- comme lui. Début 2014, Brahim que M. Moureaux. S’exprimant les mosquées » taire » voire « stalinien », et ayant
fermé les yeux sur la radicalisa- gues d’une compagnie d’ambu- fait un esclandre au sein même de volontiers dans les médias pour pu se laisser aveugler par son parti
JEAN-MICHEL DE WAELE
tion de certains de ses adminis- lances, ce qui lui vaudra deux ans la Maison communale quand un répliquer au « déferlement de bêti- pris idéologique en faveur des im-
professeur de science
trés, ce qui vaut à Molenbeek sa de prison avec sursis en 2010. élu lui explique que sa famille n’a ses et de mensonges » à son sujet, il migrés. Une ex-responsable du PS,
politique
réputation désormais mondiale plus droit à son logement social reçoit en ce jour de fin novembre qui connaît bien la politique
de « repaire de djihadistes ». Faveurs « paternalistes » car elle dépasse les plafonds de re- où on vient d’apprendre que Fran- bruxelloise, qualifie l’ancien
Surtout que Philippe Moureaux « Je n’ai pas personnellement venu. Interpellé par la police pour çoise Schepmans possédait, de- bourgmestre de « marxiste au sens
connaît bien la famille Abdeslam, conduit son entretien d’embauche menaces et destruction de biens, puis juin, une liste de 85 résidents N-VA, aujourd’hui au gouverne- romantique du terme ». « A un mo-
dont l’un des fils, Brahim, était le et, de toute façon, à l’époque, il Brahim reconnaît les faits, mais radicalisés, en lien avec la Syrie. ment, ont fustigé l’échec de « vingt ment, il a vu dans la communauté
kamikaze qui s’est fait exploser n’avait pas de casier judiciaire et « le parquet classe sans suite, par Abdelhamid Abaaoud, l’organi- ans d’islamo-socialisme » à Molen- arabo-musulmane de sa commune
boulevard Voltaire le 13 novem- n’était pas condamné », objecte manque de moyens d’enquête », sateur présumé des attentats du beek. Le ministre de l’intérieur, Jan un lumpenprolétariat. Ça relevait
bre, tandis que son frère Salah, aujourd’hui M. Moureaux. raconte au Monde cet élu qui sou- 13 novembre, « tout le monde sa- Jambon, issu de ce parti, a appelé à de la lutte des classes, il fallait les
toujours en cavale, aurait été l’un Mohamed Abdeslam restera à haite rester anonyme. vait que c’était un type ultradange- « nettoyer » la ville, où ont aussi sé- aider, les prendre dans son équipe »,
des organisateurs des tueries. Une son cabinet jusqu’au départ de Pour lui, les Abdeslam font par- reux. Les autres ont basculé il y a journé le tueur du musée juif, fait-elle valoir. Et parmi ces gens,
famille d’origine marocaine que le l’édile, en 2012. Il sera muté par tie de ces familles qui ont eu droit très peu de temps dans la radicali- Mehdi Nemmouche, et l’assaillant travailleurs sociaux, éducateurs,
bourgmestre avait – comme celle qui lui a succédé à la tête de la aux faveurs « très paternalistes » sation », relève M. Moureaux, qui du Thalys, Ayoub El-Khazzani. recrutés parfois « sans beaucoup
beaucoup d’autres – prise sous commune, Françoise Schepmans, de l’ancien bourgmestre. Ils sym- critique les ratés du renseigne- Les propos sur M. Moureaux ne de discernement », certains ont pu
son aile, pour le meilleur et pour membre du Mouvement réfor- bolisent cet état d’esprit hérité de ment et déplore un règlement de sont pas aussi virulents dans les « fermer les yeux » sur des dérives
le pire. Depuis 1998, les parents mateur (MR, droite libérale). l’époque Moureaux selon lequel comptes de la droite. De fait, les autres grandes formations politi- dont ils étaient les témoins.
Abdeslam et leurs cinq enfants vi- Mohamed, brièvement arrêté, « on pouvait ici ne pas respecter les nationalistes flamands du parti ques. Mme Schepmans, qui est du
même parti que le premier minis- « C’est ma philosophie »
tre, Charles Michel, et fut adjointe « Ceux qui avaient commis des dé-
Nouvelles arrestations et niveau d’alerte renforcé en Belgique à Molenbeek lorsque M. Mou-
reaux a dirigé la ville en coalition
lits, je ne parle pas de terrorisme,
j’ai essayé de les remettre dans le
avec le MR, parle de « responsabi- droit chemin et de ne pas les reje-
c’est la deuxième menace sérieuse d’at- Ces arrestations sont intervenues à la Saïd Souati, 30 ans, originaires d’Anderlecht, lité collective ». La zone est notoire- ter. C’est ma philosophie », reven-
tentat recensée en Belgique en quelques se- suite de diverses perquisitions organisées, où ils étaient membres d’un club de mo- ment difficile, concentrant un dique l’ancien maire. Le « clienté-
maines. Lundi 28 décembre, après plusieurs dimanche 27 et lundi 28 décembre, à la de- tards, les Kamikaze Riders. Souati serait grand nombre de problèmes so- lisme » à l’égard des Marocains
interpellations en région bruxelloise, dans mande d’un juge d’instruction du pôle connu des services de police et serait un pré- ciaux (habitat dégradé, échec sco- que beaucoup lui reprochent, il
le Brabant flamand et à Liège, deux indivi- antiterroriste de Bruxelles. Six personnes dicateur salafiste dont le nom était déjà ap- laire, chômage à près de 30 %). La n’est pas le seul à l’avoir pratiqué,
dus dont l’identité n’a pas été communi- ont été interpellées, dont quatre ont été paru dans une procédure en 2013. bourgmestre rappelle aussi le insiste pour sa part Jean-Michel
quée ont été placés sous mandat de dépôt rapidement relâchées après avoir été en- Cette menace terroriste ne devrait pas re- manque de moyens chronique de De Waele, professeur de science
et incarcérés. Les deux hommes sont sus- tendues par les enquêteurs. mettre en question les festivités du ré- la police. Le trafic de drogue est dur politique à Bruxelles. « Le PS qui se
pectés d’avoir participé à la préparation veillon et notamment le feu d’artifice à éradiquer, notamment autour pose en bouclier pour défendre la
d’attaques terroristes planifiées à Bruxelles Club de motards les Kamikaze Riders prévu pour l’occasion. Avant de prendre sa de certaines stations de métro. communauté maghrébine à
à l’occasion des festivités du Nouvel An. La Selon le parquet de Bruxelles, les deux décision définitive, mercredi en fin de jour- A Molenbeek, où on dénombre Bruxelles, mais aussi le CDH [cen-
Grand-Place de Bruxelles ainsi que le com- principaux suspects envisageaient « de née, Yvan Mayeur, le bourgmestre (maire) au moins une quarantaine de tristes] font campagne dans les
missariat de police attenant faisaient partie provoquer des attentats à l’explosif » avant de Bruxelles, a néanmoins demandé un mosquées (dont la moitié n’a pas mosquées », ajoute cet expert. Il
des cibles potentielles. Le dossier serait dis- la fin de l’année 2015. Si les policiers n’ont nouvel avis au ministre de l’intérieur. A la d’autorisation), quatre policiers rappelle qu’en 2004, la Belgique a
tinct des attentats commis à Paris le 13 no- retrouvé ni armes ni explosifs, ils ont en re- suite de ces interpellations, l’OCAM a pris la seulement composent la « cellule octroyé aux étrangers extracom-
vembre, a indiqué le parquet de Bruxelles vanche saisi du matériel informatique, du décision de relever jusqu’au 4 janvier 2016 radicalisation ». « Ils sont là pour munautaires le droit de voter aux
mais, selon une note de l’Organe de coordi- matériel de propagande de l’organisation le niveau d’alerte pour des cibles précises récolter des informations dans élections communales, et que, de-
nation pour l’analyse de la menace (OCAM) Etat islamique ainsi que des tenues d’en- tels que les policiers et militaires en service des lieux considérés comme sensi- puis lors, « c’est d’autant plus inté-
mentionnée par l’agence Belga, il existerait traînement de type militaire. dans l’agglomération bruxelloise. p bles, mais on ne peut pas contrôler ressant pour les partis de masse
« une menace possible et vraisemblable du D’après le quotidien La Dernière Heure, il christophe garach tout le monde », dit encore d’aller vers eux ». p
même style que les attentats de Paris ». s’agirait de Mohammed Karay, 27 ans, et de (bruxelles, correspondance) Mme Schepmans. matthieu demeestere

Un ancien combattant d’Algérie rend sa décoration à Le Drian


André Théret, 80 ans, proteste contre « l’esprit guerrier » du gouvernement. Pour lui, c’est autrement qu’il faut lutter contre le terrorisme

wignicourt (ardennes) - la voir. Aussi, l’a-t-il purement et la connaît bien et l’abhorre. En fé- Près de la moitié était des victimes achevé de le convaincre qu’il fallait à une coalition diplomatique. »
envoyée spéciale simplement renvoyée à Jean-Yves vrier 1958, il a quitté sa famille civiles du FLN ou de l’armée fran- réagir. Il refuse de voir son pays en- La promesse de recruter
Le Drian, le 2 décembre. « Cet acte pour plus de deux ans. Officier de çaise. Quasiment tous les jours, il y gagé dans une guerre contre le ter- 5 000 policiers et gendarmes ne le

C’ est une petite croix en


laiton à l’effigie de la Ré-
publique, suspendue à
un ruban rouge et blanc. A l’avers,
elle porte les mots « République
grave », explique-t-il dans une let-
tre à l’attention du ministre de la
défense, lui a été dicté par la conju-
gaison de récents événements : les
cérémonies du 11-Novembre dans
réserve de l’armée de l’air au grade
de sous-lieutenant, responsable
d’un poste de guidage avancé, il
était chargé de faire intervenir sur
des « cibles » des avions de chasse
avait une victime d’attentat en mé-
tropole. Mais le président du Con-
seil, Guy Mollet, est mort dans son
lit, et des rues portent son nom. »
rorisme en Syrie qu’il estime per-
due d’avance si elle est menée avec
les moyens actuels.
« Les bombardements ne détrui-
ront pas tous les terroristes. Or, ex-
rassure pas davantage. « Techni-
quement, les uniformes dans les
rues et dans les gares ne servent à
rien. C’est une sécurité de façade qui
ignore un principe essentiel : voir
française » et, au revers, « Croix de son village ardennais de Wigni- chargés de napalm dont l’utilisa- « Qui est prêt à payer ce prix ? » terminer 50 000 hommes de sans être vu. Dans la lutte contre le
la valeur militaire ». André Théret, court suivies, deux jours plus tard, tion était pourtant interdite. Le Quand M. Théret a entendu, le Daech au sol pourrait occasionner terrorisme, il est essentiel de multi-
80 ans, l’a reçue le 30 mai 1960 par les attentats de Paris et l’ins- souvenir des corps calcinés hante 11 novembre, au monument aux la perte de 20 000 hommes en plier le nombre de policiers et mili-
pour avoir « fait mettre hors de tauration de l’état d’urgence. toujours ses nuits. morts, qualifier le conflit algérien face. Qui est prêt à payer ce prix ? », taires en civil, mais le recours à une
combat des rebelles », en Algérie. Droit dans son pantalon de ve- Installé entre les rayonnages de « guerre de décolonisation » martèle-t-il. M. Théret invite à ti- telle discrétion ne permet pas de re-
« Il n’y avait officiellement aucune lours et sa chemise à carreaux, remplis d’ouvrages sur « la guerre dans le message du secrétaire rer les leçons du passé, et s’étonne monter dans les sondages. »
guerre, seulement des “opérations M. Théret s’inquiète de « l’esprit sans nom » de son bureau, il se li- d’Etat chargé des anciens combat- du silence des associations d’an- M. Théret n’a pas reçu de ré-
maintien de l’ordre”, rappelle l’an- guerrier » que le gouvernement vre à une douloureuse comptabi- tants lu par le maire, il a accusé le ciens combattants : « Je n’ai l’expé- ponse de M. Le Drian. Il n’en at-
cien combattant. Pourtant « tente d’insuffler à la société » à la lité : « La guerre d’Algérie, ça a été coup. « Si les politiques avaient eu rience que d’une seule guerre con- tend pas. Pour ses éminents servi-
25 000 Français dont une majorité faveur des attentats, pour engager en moyenne, pendant sept ans, l’honnêteté de nous le présenter tre le terrorisme mais l’option mili- ces dans le civil, il s’est vu décer-
de jeunes appelés ont perdu la vie. » le pays dans une guerre qu’il n’a 230 morts par jour. Presque deux ainsi, je n’y serais pas allé, dit-il. taire ne peut constituer une solu- ner les Palmes académiques.
Cette décoration, l’enseignant pas les moyens de gagner. La fois le nombre de victimes des J’étais un civil, un enseignant… » Les tion à long terme. Il faut assécher Cette distinction lui suffit. p
spécialisé à la retraite ne peut plus guerre « traditionnelle », M. Théret odieux attentats du 13 novembre. attentats du 13 novembre ont l’organisation Etat islamique grâce patricia jolly
0123
JEUDI 31 DÉCEMBRE 2015 france | 9

La fusion impôt sur le revenu-CSG enterrée


Le Conseil constitutionnel a censuré l’amendement Ayrault-Muet, qui introduisait une CSG dégressive

suite de la première page


M. Ayrault « grande réforme permettant la
fusion à terme de l’impôt sur le re-
(CAF). Son montant est calculé en
fonction de la composition et des
nement estimait ainsi que le coût
supplémentaire pour les finances
LE CONTEXTE
L’amendement Ayrault était une a demandé au venu et de la CSG dans le cadre ressources du foyer et figé pour publiques aurait été de l’ordre de
manière, pour l’ancien premier d’un prélèvement simplifié sur le une période trimestrielle. 2 milliards d’euros. Une dépense
gouvernement
ministre, de remettre dans le dé-
bat la perspective d’une réforme de « reprendre
revenu », que défendait le candi-
dat François Hollande pendant la
Le gouvernement, dans son
étude d’impact, table sur un taux
qui n’était pas étrangère aux réti-
cences de Bercy.
TAXE CENSURÉE
fiscale laissée en plan et de fran- campagne présidentielle (enga- de recours de 50 % à la prime d’ac- Le dispositif proposé par Le Conseil constitutionnel, mardi
chir un pas vers l’instauration
rapidement gement 14), mais que le chef de tivité, ce qui signifie que la moitié MM. Ayrault et Muet se heurtait 29 décembre, a également cen-
d’un « impôt citoyen » sur la base ce chantier l’Etat a, depuis, remisée. des bénéficiaires potentiels n’ef- toutefois à deux difficultés. Tout suré l’article 30 de la loi de finan-
d’un rapprochement entre la CSG Jusqu’au bout, MM. Ayrault et fectueraient pas la démarche ou d’abord, il était réservé aux seuls ces, introduit par voie d’amende-
et l’impôt sur le revenu. Jusqu’au
indispensable à Muet ont voulu croire que leur renonceraient à la demander. In- salariés, à l’exclusion des tra- ment parlementaire, visant à
dernier moment, Matignon avait la justice fiscale » proposition franchirait l’obstacle suffisant, estimaient les auteurs vailleurs non salariés. « Le législa- étendre la taxe sur les transac-
tenté de désamorcer la bombi- du Conseil constitutionnel. Fait de l’amendement. « En adoptant teur a ainsi traité différemment des tions financières aux transactions
nette mais, pour une partie de la rare, ils avaient adressé aux mem- l’article 77, le législateur a mani- personnes se trouvant dans des si- journalières, dites « intraday ».
majorité, dépitée de se voir oppo- exprimées par le gouvernement ». bres de la haute juridiction un festé qu’il ne se satisfaisait pas que tuations identiques » alors que, se- A l’origine, les députés souhai-
ser une fin de non-recevoir à tou- De son côté, M. Ayrault a déploré mémoire en amicus curiae pour le manque d’accessibilité des tex- lon le code de la Sécurité sociale, taient la mettre en œuvre à partir
tes les demandes de réorientation cette décision et demandé au gou- tenter d’infléchir leur décision. tes et procédures rende la loi à ce « sont éligibles à la prime d’activité du 1er janvier 2016. Le gouverne-
de la politique budgétaire, la pro- vernement de « reprendre rapide- Pour eux, il s’agissait avant tout point ineffective », écrivent-ils les travailleurs aux ressources mo- ment, faisant état des difficultés
position était devenue une sorte ment ce chantier indispensable à la d’« accroître significativement l’ef- dans leur mémoire. destes, qu’ils soient salariés ou non opérationnelles et des négocia-
de point de ralliement. justice fiscale ». ficacité » du dispositif de la prime En substituant à une fraction de salariés ». Dès lors, le Conseil cons- tions en cours pour aboutir à un
Faisant contre mauvaise fortune La décision du Conseil constitu- d’activité en améliorant le taux de la prime d’activité une réduction titutionnel a jugé que « cette diffé- accord européen, avait obtenu
bon cœur, Michel Sapin avait dû tionnel établit désormais une ju- recours. dégressive de la CSG, les auteurs rence de traitement n’est pas en que son application soit repous-
s’incliner devant une majorité qui risprudence constante. Elle com- de l’amendement proposaient rapport avec la loi ». sée au 31 décembre 2016.
lui échappait. Non sans faire état plète les décisions du 19 décem- Automaticité une procédure « simplifiée » qui En outre, les auteurs de l’amen- Considérant que cette disposi-
de sa perplexité. « Je m’interroge bre 2000, qui avait censuré une Cette prime d’activité, destinée à aurait permis à certains salariés dement souhaitaient voir évoluer tion n’aurait par conséquent
sérieusement sur la constitution- précédente tentative d’instaurer compléter les ressources des tra- de la percevoir automatiquement la jurisprudence du Conseil dans aucune incidence budgétaire
nalité de cet amendement », une ristourne dégressive de la vailleurs aux revenus modestes, et sans délai, ce qui aurait amé- l’articulation entre revenu immé- en 2016, le Conseil constitution-
avait-il souligné à dessein, comme CSG, et du 6 août 2014, quand le se substituera à partir du 1er jan- lioré le taux de recours. Le gouver- diat, établi sur une base indivi- nel a estimé que cet article avait
s’il tenait à attirer l’attention du gouvernement avait voulu intro- vier 2016 à la prime pour l’emploi duelle, et prise en compte de l’en- été placé « à tort » dans la pre-
Conseil constitutionnel. En outre, duire une réduction dégressive (PPE) et au RSA activité. Les critè- semble des revenus du foyer et de mière partie de la loi de finan-
il s’inquiétait des « problèmes opé- des cotisations salariales de Sécu- res d’attribution sont dérivés de sa composition, qui déterminent ces. Il a donc jugé qu’il avait été
rationnels importants » que pou- rité sociale. Pour la haute juridic- ceux de la PPE mais la procédure Le coût pour les droits aux prestations sociales, « adopté selon une procédure
vait soulever sa mise en œuvre. tion, ces dispositifs ont pour con- de versement, inspirée de celle du en vue d’avancer vers un rappro- contraire à la Constitution ».
C’est avec une satisfaction à peine séquence de créer des différences RSA, suppose que l’éventuel béné-
les finances chement entre l’impôt sur le re-
dissimulée que le ministre des fi- de traitement et de provoquer ficiaire – elle sera ouverte aux jeu- publiques aurait venu et la CSG. Ils en sont pour
nances a pris acte, par un commu- une rupture d’égalité devant la loi. nes actifs dès l’âge de 18 ans – en leurs frais, en même temps que se
niqué, de la censure de ce disposi- La censure prononcée mardi fasse la demande auprès de la
été de l’ordre de referme cette perspective. p
tif, « confirmant les interrogations ferme un peu plus la porte à la Caisse d’allocations familiales 2 milliards d’euros patrick roger

Royal accuse Valls d’avoir donné « Une nation corse, je ne

2977
sais pas trop ce que cela
veut dire », assure Valls
l’ordre d’autoriser les boues rouges perquisitions administratives
Manuel Valls a assuré, mer-
credi 30 décembre, au Parisien,
qu’il n’existe pas selon lui de
L’entreprise Alteo de Gardanne va poursuivre ses rejets d’effluents ont été menées et 391 personnes assignées à résidence depuis l’instau- « nation corse ». « Certains par-
ration de l’état d’urgence après les attentats du 13 novembre, a indi- lent d’une nation corse, mais je
toxiques en Méditerranée, au cœur du parc national des Calanques qué, mardi 29 décembre, le ministère de l’intérieur. 524 procédures ju- ne sais pas trop ce que cela
diciaires ont été engagées, a annoncé de son côté celui de la justice. veut dire. Il n’y a qu’une seule
nation, la nation française », a
martelé le premier ministre.

L es boues rouges de Gar­


danne (Bouches­du­Rhône)
constituent une atteinte à
l’environnement mais elles sont
aussi un vrai poison pour le gou-
sitive semblait acquise depuis
l’avis favorable de l’enquête publi-
que menée cet été. Certains espé-
raient même un délai de dix ans
assorti d’une autorisation d’occu-
crue de la Méditerranée, au débou-
ché de la conduite, notamment en
mercure. Depuis 2014, Ségolène
Royal a en effet multiplié les com-
mandes d’expertises scientifi-
CORSE
Deux hommes mis en
examen après l’agression
de pompiers à Ajaccio
Deux hommes soupçonnés
en examen et l’un d’eux a été
écroué, mardi 29 décembre, a
annoncé le procureur de la
République, Eric Bouillard.
Une salle de prière musul-
« Feindre de ne pas savoir (…)
qu’il y a un peuple corse, (…)
c’est tourner le dos à l’évidence,
a réagi sur Europe 1 le prési-
dent nationaliste du conseil
vernement. Ségolène Royal avait pation du domaine public mari- ques, mais il reste beaucoup d’in- d’être impliqués dans l’agres- mane avait ensuite été vanda- exécutif de Corse Gilles Si-
mis tout son poids dans ce dossier time de trente ans pour pouvoir certitudes sur les effets à long sion de pompiers et de poli- lisée. Le ministre de l’intérieur meoni. En refusant de discuter
pour mettre un terme au déverse- continuer à utiliser la vieille cana- terme du cocktail arsenic, mer- ciers, le 24 décembre, dans le devait visiter cette salle, mer- avec nous (…), c’est en quelque
ment de résidus de bauxite en Mé- lisation qui plonge dans le ca- cure, chrome, dioxines, furanes et quartier des Jardins de l’Em- credi, et rencontrer des pom- sorte une injure au suffrage
diterranée, au cœur du parc natio- nyon sous-marin de Cassidaigne, PCB dans la chaîne alimentaire. pereur à Ajaccio, ont été mis piers. – (AFP.) universel. »
nal des Calanques, quitte à envisa- à 7,7 kilomètres des calanques de Ces derniers mois, des collectifs
ger une reconversion du site. La Cassis. Finalement, Alteo obtient d’associations locales et de pê-
ministre de l’écologie se plaint de moins que prévu : une autorisa- cheurs se sont mobilisés pour ré-
ne pas avoir été entendue et ac- tion de deux ans, sous condi- clamer la fin pure et simple des re-
cuse Manuel Valls d’avoir poussé tions, renouvelable trois fois au jets en mer. « Nous sommes prêts à
le préfet des Bouches-du-Rhône et maximum. aller devant le Conseil d’Etat, as-

Osez le Caviar
de Provence-Alpes-Côte d’Azur à sure Renée Dubout de l’Union ca-
donner son feu vert, mardi 29 dé- Contamination accrue lanques littoral. Mais il aurait été
cembre, à l’entreprise Alteo pour Autrefois propriété de Pechiney, le plus rapide que la ministre le sai-
poursuivre son activité. site de Gardanne produit de l’alu- sisse elle-même. »
« L’ordre est venu du premier mi- mine de spécialité à partir de la Même avec le nouveau procédé,
nistre au préfet, en direct, a-t-elle bauxite destinée à la céramique il part encore en mer chaque jour
déclaré à l’AFP. Je n’ai pas du tout industrielle et aux verres spé- 6 tonnes d’aluminium (au lieu de
changé d’avis, je pense que c’est ciaux. Il emploie 400 salariés et 64 tonnes précédemment), 83 kg
une mauvaise décision qui est es- 250 personnes sous-traitantes. En de fer (contre 270 tonnes), 11 kg
sentiellement suscitée par le chan- plus de quarante ans, il a rejeté au d’arsenic (contre 42 kg) et 20 mg
tage à l’emploi. » moins 20 millions de tonnes de de mercure (contre 80 g). Bassins
Matignon a rétorqué dans la soi- déchets qui se sont accumulées de rétention, traitements physico-
rée en niant son implication, as- sur 2 400 km2 au fond de la Médi- chimiques : il existerait selon les
surant que le préfet n’avait fait terranée. experts des solutions pour filtrer
que suivre l’avis indépendant du Alteo avait jusqu’au 31 décem- davantage les eaux résiduelles.
Conseil supérieur de la préven- bre 2015 pour cesser d’envoyer ses C’est sous cet angle que France
tion des risques technologiques déchets en mer. Pour y parvenir, Nature Environnement a tenté
rendu le 22 décembre. Celui-ci l’industriel s’est doté de trois fil- jusqu’au dernier moment de faire
proposait d’autoriser l’usine de tres-presses depuis 2007, moyen- pression pour obtenir qu’Alteo
Gardanne non pas à se débarras- nant 27 millions d’euros, pour travaille à réduire ses taux d’arse-
ser de ses boues rouges solides en moitié subventionnés par nic et de mercure dans ses ef-
mer comme elle le fait depuis l’Agence de l’eau. Les boues rouges fluents. La fédération qualifie
1966, mais à y envoyer ses eaux déshydratées sont désormais néanmoins l’autorisation préfec-
résiduelles, pendant encore six stockées à terre, en plein air, près torale de « demi-victoire pour la
ans, comme le demandait Alteo. de Gardanne, ce qui ne va pas sans protection de la Méditerranée et de
Du côté des services de l’Etat poser problème aux riverains. la zone marine du parc national
comme chez les élus locaux des Seules les eaux partent en mer. des Calanques. Grâce à la mobili-
Bouches-du-Rhône, une issue po- Le problème, c’est que ses ef- sation de tous, ce délai a été ra-
fluents liquides dépassent les mené de 20 ans à 10 ans et mainte-
seuils réglementaires en arsenic, nant à 6 ans », écrit-elle dans un
aluminium et fer notamment, et communiqué.
Les eaux rejetées continuent de charrier beaucoup « La décision du préfet met un UN SAVOIR-FAIRE FRANÇAIS DEPUIS 1920
dépassent de métaux en suspension. Dans sa terme à une longue période d’in-
dernière étude sur le sujet réalisée certitude pour l’entreprise et ses sa-
les seuils à la demande de la ministre de lariés, a commenté Frédéric Ramé, Boutique rive gauche : 18 Bd Latour-Maubourg - PARIS 7 - 01 44 11 32 22
réglementaires l’écologie, l’Agence nationale de sé- président d’Alteo. Nous entendons Boutique rive droite : 106 Bd de Courcelles - PARIS 17 - 01 47 66 16 16
curité sanitaire de l’alimentation, relever le défi des rejets liquides
en arsenic, de l’environnement et du travail d’ici au 21 décembre 2021. » p www.petrossian.fr
aluminium et fer conclut à une contamination ac- martine valo
10 | économie & entreprise 0123
JEUDI 31 DÉCEMBRE 2015

Année record pour les fusions-acquisitions


Plus de 5 000 milliards de dollars de rachats d’entreprises ont été enregistrés dans le monde en 2015

P
as de trêve pour les ra-
chats ou cessions d’en-
treprises. La frénésie qui
a marqué l’année 2015
s’est maintenue jusqu’aux der-
niers jours de décembre : la barre
des 5 000 milliards de dollars
(4 582 milliards d’euros) de tran-
sactions dans le monde a été fran-
chie pour la toute première fois,
in extremis, a indiqué le cabinet
d’études Dealogics lundi 28 dé-
cembre. Le précédent record avait
été atteint en 2007 (4 600 mil-
liards de dollars de transactions),
juste avant la crise financière.
Le crédit bon marché, le soutien
de la Bourse et une meilleure visi-
bilité sur la croissance mondiale
ont donné des ailes aux dirigeants
d’entreprises. « 2015 a été une très
belle année pour les fusions-acqui-
sitions, tirée par les Etats-Unis », sa-
lue Jean Beunardeau, directeur gé-
néral de HSBC France.
Symbole du retour de la con-
fiance outre-Atlantique, près de la
moitié des opérations annoncées
en 2015 ont impliqué des entrepri-
ses américaines, y compris la
palme d’or, l’acquisition géante de
l’irlandais Allergan, fabricant du
Botox, par le new-yorkais Pfizer,
pour 160 milliards de dollars. Huit
« méga-deals » ont passé la barre
des 50 milliards de dollars, à
l’image du rachat du brasseur bri-
tannique SAB Miller par le belgo-
brésilien AB inBev ou du groupe
pétrolier britannique BG Group
par l’anglo-néerlandais Shell.
Sur les 58 opérations qui ont ex-
cédé les 10 milliards de dollars de
valorisation – encore un record –, Les PDG de Pfizer et d’Allergan, lors de l’acquisition du fabricant du Botox par l’américain pour 160 milliards de dollars. MICHAEL NAGLE/BLOOMBERG VIA GETTY IMAGES
trois seulement ont concerné des
entreprises françaises : la conces-
sion d’aéroports japonais (dont
celui d’Osaka) accordée à un con- péen est resté longtemps à la les opérations ayant impliqué Mont-Marin, associé gérant chez lisées dans les obligations d’entre-
sortium dont Vinci détient 40 %, traîne. Il y a eu un effet de rattra- une entreprise française, notam- Rothschild & Cie. Et les perspecti-
Sur les prises risquées (« junk bonds »)
la reprise d’Alcatel par le finlan- page sur la fin de l’année, très net ment les « domestiques » (réali- ves paraissent prometteuses. «Cer- 58 opérations ont gelé les retraits ou liquidé
dais Nokia et l’acquisition du spé- en France », relate Stéphane Cour- sées entre entreprises tricolores), tains de nos clients recherchent de leurs positions. Il ne faudrait pas
cialiste des gaz industriels améri- bon, responsable de la banque ont totalisé 161 milliards de dol- plus en plus attentivement les op-
qui ont dépassé que ces cumulus préfigurent une
cain Airgas par Air Liquide. d’investissement de Bank of Ame- lars en 2015, en recul de 30 % portunités d’acquisitions hors de 10 milliards crispation générale…
rica Merrill Lynch à Paris. Ce bon d’une année à l’autre. France et d’Europe, notamment
De prometteuses perspectives finish n’empêche par le marché Les professionnels du « M & A », aux Etats Unis, leur permettant
de dollars, Pétrole, l’absence de visibilité
Si 2015 restera l’année où Alcatel, français d’accuser une baisse pourtant, ont le sourire. « 2015 a d’être exposés à des marchés en seules trois « Autant les investisseurs nous
Norbert Dentressangle ou encore en 2015 par rapport à un excellent été une année très active, axée sur plus forte croissance », avance Ca- semblent très allants sur les mar-
Lafarge sont passés sous pavillon cru 2014. Selon Thomson Reuters, l’international », témoigne Cyril de therine Soubie, chargée de la ban-
étaient françaises chés actions, ce qui laisse augurer
étranger, les emplettes des grou- que d’investissement de Barclays un bon début d’année pour les in-
pes tricolores, comme celles réali- en France. « Tous ces projets sur les- troductions en Bourse, autant la si-
sées par CMA CGM, Capgemini ou La course pour être au « top » quels nous travaillons n’iront pas 2016 encore très animée, avant un tuation apparaît plus volatile du
Accor, ont plus que compensé ces forcément à leur terme, mais nom- possible ralentissement début côté des marchés de dette, sous l’ef-
« pertes » au champ d’honneur : Officiellement, ils se fichent des classements. Mais quand même. bre d’entre eux nous ont été confiés 2017, ce qui est traditionnel les an- fet de la récente remontée des taux
selon les données publiées le Les banquiers d’affaires sont fous des « league-tables » répertoriant il y a peu et sont très actifs », insiste nées d’élection présidentielle, no- américains, prévient Arnaud Bou-
22 décembre par Thomson Reu- les conseils les plus actifs de l’année. Pour jouer placé en 2015, il Sylvain Mégarbané, responsable tamment pour les sociétés avec yer, coresponsable de la banque
ters, les entreprises étrangères fallait être à bord de la concession d’aéroports japonais à Vinci, du des fusions-acquisitions à la So- forte influence étatique », poursui- d’investissement chez Morgan
ont acquis pour 52 milliards de rachat d’Alcatel par Nokia et d’Airgas par Air Liquide. D’où une ten- ciété générale. vent Emmanuel Hasbanian et Ju- Stanley à Paris. A ce stade, les in-
dollars d’actifs en France, quand dance à l’inflation de dernière minute des conseils, avec pas moins Comme en 2014 et en 2015, les lien Fabre, coresponsables de l’ac- certitudes des marchés de dette
les fleurons tricolores, eux, plan- de 14 financiers censés avoir épaulé Lafarge Holcim et l’irlandais étoiles apparaissent idéalement tivité de banque d’affaires de restent limitées aux Etats-Unis, et
taient pour 64 milliards de dol- CRH, lors de la cession d’actifs du premier au second. Encore faut-il alignées. « Les valorisations res- Deutsche Bank à Paris. l’Europe apparaît peu affectée, no-
lars de drapeau en dehors de ensuite convaincre Dealogics et Thomson Reuters, les deux spécia- tent attractives, les financements Les professionnels s’inquiètent, tamment compte tenu de la politi-
l’Hexagone. listes ès comptages, de les créditer des « deals ». On n’est pas à demeurent accessibles et bon mar- cependant, de la santé du marché que ultra-accommodante de la
Sanofi, Airbus, Areva… beau- l’abri d’un « couac ». Ainsi, le 22 décembre, BNP Paribas arrivait en ché, les grandes entreprises sont du crédit pour les entreprises mal Banque centrale européenne. »
coup d’entreprises françaises ont tête du classement provisoire de Thomson Reuters. Mais Bank of pour la plupart en bonne santé », notées (« high yield ») aux Etats- Télécoms et énergie seront des
attendu décembre pour boucler America Merrill Lynch prévient que cette place lui revient, après énumère M. Beunardeau, de Unis. Depuis le 10 décembre, trois secteurs à suivre en 2016. « A cha-
des « deals ». « Le marché euro- prise en compte de son rôle dans le rachat d’Alcatel. HSBC. « On s’attend à une année (petites) sicav américaines spécia- que fois que le prix du baril a plongé,
il y a eu consolidation parmi les pa-
rapétroliers. Beaucoup d’entrepri-

La fiscalité ? « Un moteur majeur » des « deals » dans la pharmacie ses utilisent les rapprochements
pour opérer des réductions de coût
plus compliquées à réaliser autre-
Les laboratoires américains cherchent à s’installer dans des pays à faible imposition, explique le banquier Hervé Ronin ment », analyse M. Mégarbané, à la
Société générale.
L’absence de visibilité, toute-
fois, sur l’évolution du prix du pé-
ENTRETIEN Deux facteurs encouragent ces novation est le défi des grands rope notamment. Pfizer a mis la les grands laboratoires achètent trole rend plus ardues les valorisa-
grandes manœuvres. D’abord, la deals pharmaceutiques. Avoir un main sur Allergan pour 160 mil- de petites sociétés aux molécules tions. Le 14 décembre, Schneider a

D ans cette année record en


fusions et acquisitions, le
secteur pharmaceutique
s’est taillé la part du lion, avec
723,7 milliards de dollars d’actifs
nécessité pour certains groupes
d’atteindre une taille critique.
C’est le cas des fabricants de géné-
riques, comme Mylan et Teva, ou
de Pfizer avec Allergan. Dans un
budget de R&D qui passe de 5 à
8 milliards apporte-t-il davantage
de compétitivité et de producti-
vité ? Ce n’est pas sûr. L’histoire
montre qu’il faut beaucoup de
liards de dollars, qui est basé en Ir-
lande, et avait auparavant cherché
à se rapprocher du britannique
AstraZeneca. Medtronic a acquis
Covidien, également basé à Du-
prometteuses, pour des montants
modestes à l’échelle du secteur :
entre 1 et 5 milliards de dollars.
C’est une forme de recherche ex-
ternalisée, qui représente environ
renoncé à acquérir l’éditeur de lo-
giciel britannique Aveva, très pré-
sent sur les plates-formes pétro-
lières. « Dans les opérations indus-
trielles, les acquéreurs restent très
(661,4 milliards d’euros) qui ont contexte de pression sur les prix temps aux laboratoires pour re- blin, pour 43 milliards de dollars. 10 % du montant total des transac- attentifs à l’exposition des cibles
changé de main, sur un total de et de durcissement des exigences mettre d’aplomb l’organisation L’Irlande est un pays historique- tions. Des sociétés comme DBV au secteur pétrolier », souligne Ni-
plus de 5 000 milliards de réglementaires, la course à la taille de leur recherche après une fu- ment attractif pour les laboratoi- Technologies – spécialisée dans colas Paquet, chez Barclays.
« deals », selon les chiffres du cabi- permet de s’adapter et de retrou- sion. Pour éviter cet écueil, les res, en raison d’exemptions fisca- les allergies alimentaires – ou In- Autre tendance qui ne se dément
net Dealogic. L’opération la plus ver des marges de manœuvre. En- opérations les plus importantes les liées aux brevets, et plus ré- nate Pharma – qui développe une pas, malgré le renchérissement du
importante, tous secteurs confon- suite, les conditions de marchés. sont d’abord motivées par des cemment d’un impôt sur les so- nouvelle génération d’anticancé- dollar, l’intérêt des groupes fran-
dus, a été le rachat de l’irlandais Al- La valorisation élevée des groupes questions de capacités de produc- ciétés de 12,5 %, bien inférieur à reux – peuvent être des cibles inté- çais pour les Etats-Unis. « Dans un
lergan par l’américain Pfizer, pour les encourage à prendre davan- tion ou de force commerciale. celui des autres pays européens. ressantes. Les biotechs animent contexte plus tendu en Asie et en
160 milliards de dollars. Hervé Ro- tage d’initiatives, voire de risques, aussi la Bourse, avec de nombreu- Amérique latine, les entreprises
nin, associé au sein de la banque et cette tendance au « jumbo deal » Quel est le rôle de la fiscalité ? A côté des méga-fusions, il y a ses introductions à Paris, qui est la françaises réfléchissent à allouer
d’affaires Bryan Garnier, explique se poursuivra en 2016. C’est un moteur majeur pour les une multitude de deals autour place de référence en Europe. De- des capitaux aux Etats-Unis. En
les raisons de cette effervescence. laboratoires américains. La possi- des biotechs. Quelle est leur puis 2013, on y compte une bonne Afrique aussi, même s‘il s’agit de
Quels sont les risques associés bilité de se relocaliser dans un place dans le nouveau paysage dizaine d’introductions en Bourse transactions plus modestes », sou-
Comment expliquer le boom à ces opérations ? pays plus accueillant que les Etats- pharmaceutique ? (IPO) par an dans la santé. p ligne M. de Mont-Marin, chez
des fusions-acquisitions dans Au-delà des synergies de coût, Unis, en termes de taxes, les a in- C’est le plancton de la baleine. propos recueillis par Rothschild. p
le secteur pharmaceutique ? faciles à dégager, le moteur de l’in- cités à chercher des cibles, en Eu- Pour renouveler leur portefeuille, chloé hecketsweiler isabelle chaperon
            

 
   
     

          

         
  

 

VÊTEMENTS
LES CLUBISSIMES

-30 % VOTRE BIEN-ÊTRE COMMENCE ICI

Costumes modulables avec 1 ou 2 pantalons


de 300 € à 438 €

Offres
sur le 2e Club acheté Vestes de 200 € à 295 €
André Renault, Bultex,
jusqu’au 5 janvier Et toujours : Digel, Dunlopillo, Duvivier, Epéda,
Voir conditions en magasin LES CHEMISES,Alain Gauthier et Jupiter,
Mérinos, Sealy, Simmons,
LES PULLS, Enzo Lorenzo et Guy de Bérac,

NOUVEAU
LES PARKAS, MANTEAUX et IMPERS, Bugatti,
LES PANTALONS, Bernard Zins,
Swiss Confort, Swiss Line,
Tempur, Tréca... exceptionnelles
sur les plus grandes marques de literie
CONCEPT
SOUS-VÊTEMENTS et PYJAMAS, Eminence,
CHAUSSETTES, Eminence et DD.
FRA Du mardi au samedi de 10 h 15 à 13 heures - 14 h 30 à 19 heures
TÉ 53, rue d’Avron - 75020 PARIS - Tél. : 01.43.73.21.03
QUALI


AISE

"1
 ,
ANTIQUITÉS

," ,/ E , 
Fabrication française,
label qualité NF, *,8 - ̜ÕÌi ½>˜˜ji t

*"  , ,
cuir de mouton patiné
Le Club
  ,"1 ‡ ™]nä D i Ž}
et ciré à la main. "Àˆ}ˆ˜i À>˜Vi

Fauteuil
" ,-

culte

 ,
,1
Ι]nä D «ˆmVi
CHARLES HEITZMANN "Àˆ}ˆ˜i À>˜Vi

ACHÈTE CHER   ,,


  ,"1 ‡ ™]nä D i Ž}
Mobiliers anciens "Àˆ}ˆ˜i À>˜Vi
VIES !
M2 D’EN
Tous Pianos -1" 1
E R : 3 0 0 0 º  
 » ‡ Ón]nä D i Ž}
CANAPÉS, LITERIE, MOBILI www.topper.fr
Manteaux de fourrures
"Àˆ}ˆ˜i œÀÛm}i
Bagagerie de luxe
7J/7 • M° BOUCICAUT • P. GRATUIT Services de table £Î ÀÕi `Õ L} `Õ /i“«i
Canapés : 63 rue de la Convention, 01 45 77 80 40 Toutes argenteries Çxä£ä *>ÀˆÃ ‡ c ,j«ÕLˆµÕi
Vases Gallé, Daum /j° ä£ {Ó än ÓÓ n{ GRAND LITIER RIVE GAUCHE SUR 500M2 (PARIS 15e)
Literie : 66 rue de la Convention, 01 40 59 02 10
Armoires lits : 60 rue de la Convention, 01 45 71 59 49 Objets asiatique ÜÜÜ°ÀœLiÀÌiÌÀi˜i°vÀ 66 rue de la Convention, 01 40 59 02 10
Tapis & tapisseries 7j/7, M° Boucicaut, P. gratuit
Gain de place : 58 rue de la Convention, 01 45 71 59 49 Tableaux & cadres
Mobilier Design : 145 rue Saint-Charles, 01 45 75 06 61 Lustres et miroirs DÉCORATION GRAND LITIER RIVE DROITE SUR 300M2 (PARIS 12e)
Dressing Celio : 143 rue Saint-Charles, 01 45 79 95 15 Toutes horlogeries
56-60 cours de Vincennes, 01 43 41 80 93, M° Nation
Meubles Gautier : 147 rue Saint-Charles, 01 45 75 02 81 Bronzes & ivoires
RENOV’DÉCO 1961 SARL
Trophées de chasse
Armes anciennes Nos compétences,
Objets de vitrines notre expérience
et notre goût
Créez votre Caruzzo Livres anciens
Pièces ( 5F, 10F, 50F...) du travail soigné
Conçu par Frans Schrofer, le fauteuil pivotant Caruzzo est A VOTRE SERVICE !

Vins (mêmes imbuvables)
un hommage au savoir-faire de Leolux. Choisissez coloris PEINTURE, PAPIER-PEINT,
et revêtements parmi d’innombrables options et rendez 01.40.89.01.77 PARQUET, ELECTRICITE,
ce fauteuil plus unique encore. À partir de 2 620 €, en tissu. DÉPLACEMENT ET ESTIMATION
GRATUITS SUR TOUTE LA FRANCE
CARRELAGE, PLOMBERIE, + &//+ ##$#+ ""$!*+
MACONNERIE, MENUISERIE. $2+ !+ "**+ / +"+ &*+  3$+ ##$#+ +2* 
charlesheitzmann@free.fr *Devis gratuit *Délai respecté
Tél : 01.40.09.79.26  14% '2 % *
#3* 14%(

06.21.40.02.81
LIVRES www.renovdeco1961.fr
    
LIBRAIRE
ACHÈTE LIVRES 20e
Illustrés Modernes,
MUSIQUE     
Beaux Arts, Sciences Humaines, '0% */*+ $2 +&+ &* !#(
Littérature, Voyages, Photos, ACH. POUR COLLECTION
Pléiade, etc.
GOLEN : 06.30.49.93.94
33 TOURS ANNÉES 50
(MUSIQUE CLASSIQUE)  % &*2/$#  -  
Tél. : 06.11.57.62.81
LIBRAIRE ACHÈTE Livres %   ! !# +2&&!"#/*)
anciens, modernes, Disquaire sérieux achète
$2!+  #$2+ $#+2!/*
pléiades, DISQUES VINYLES

Le pouf JUSQU’AU
31/01/2016
services de presse,
successions, bibliothèques
06.80.43.82.70
33 T ET 45 T.
Pop/rock/jazz/Classique…
Grande quantité, service de presse,

offert
successions…         4%),)1)0)1
06 89 68 71 43
BIJOUX
PERRONO-BIJOUX
--------------
Anciens. Occasions argenteries.
Brillants. Pierres précieuses.

      

 
!
M D’ENVIES

Pggsf{ wpvt vof ftdbqbef fo Csfubhof Tve bv S Ú


2 Création & transformation
CANAPÉS, LITERIE, MOBILIER : 3 000 www.topper.fr réparations. Achats ventes.
PARIS 15e • 7j/7 • M° Boucicaut • P. gratuit Echanges sélectionné par le guide
PARIS PAS CHER
Canapés : 63 rue de la Convention, 01 45 77 80 40 --------------
Literie : 66 rue de la Convention, 01 40 59 02 10 OPÉRA : angle bd des Italiens
Armoires lits : 60 rue de la Convention, 01 45 71 59 49 4, rue de la Chaussée d’Antin
Mobilier Design : 145 rue Saint-Charles, 01 45 75 06 61 Tél : 01 47 70 83 61
Dressing Celio : 143 rue Saint-Charles, 01 45 79 95 15 ÉTOILE : 37, avenue Victor Hugo Nbjtpo e›iðuf ef dibsnf- df nbopjs
Meubles Gautier : 147 rue Saint-Charles, 01 45 75 02 81 Tél : 01 45 01 67 88 dpotusvju tpvt mb Dpnqbhojf eft
Ouverts du mardi au samedi
Joeft ef Mpsjfou )2878* b äuä
foujãsfnfou säopwä fo 3126/
 "     

Bmmjbodf ef wjfjmmft qjfssft fu ef


   

       

 ## › K„c% 1 '( ,. )/ */ ,)
`ddfY`c`\i7dglYc`Z`k\%]i
!

 " 
 
 

  
 
" 

 "


  "
 
 

 
 
npcjmjfs dpoufnqpsbjo eftjho ef mb
Nbjtpo UVSSJOJ/
qbsujs ef 241 \ mb ovju
 " " 


ACHATS VENTES
L’IMMOBILIER 100%
PROPRIÉTÉ
ENTRE PARTICULIERS

Acheteurs Français et Européens 78 YVELINES Qjtdjof jouäsjfvsf . ibnnbn . tbvob


Recherch. tous types de biens A VENDRE GRAND MOULIN
60 km de Paris
entre particuliers. LMO habitable 1058 m2, autres 613 m2 Oqdknkgt
parc de 2h 7 et terres agricoles. eqpvgorqtckp
Pour entreprise ou particuliers
0 800 141 160 1M.6 € - 2M. € - à voir : yyy0vwttkpk0ht xxx/nbopjs.eft.fqfswjfst/dpn
vieuxmoulin2.blogspot.fr 24 ;9 54 7: 67 Uäm/ ; 17 88 56 74 55
Service & appel gratuits claire.cazala@gmail.com

LEGASSE VIAGER, Bruno et Nicolas Legasse vous proposent 47, avenue Bosquet 75007 Paris.
Tél. : 01 45 55 86 18
depuis 1963 Une étude et un suivi gratuit et discret Fax : 01 45 55 50 18
Spécialiste du viager La solution Viager : augmenter sa retraite en restant chez soi Site internet : www.viager.fr
12 | économie & entreprise 0123
JEUDI 31 DÉCEMBRE 2015

Toshiba fait
son deuil Toshiba devrait

des PC et des supprimer


5 800 postes
au Japon.
TORU HANAI/REUTERS

réfrigérateurs
Le conglomérat japonais
a besoin de 2,3 milliards d’euros
pour financer sa restructuration

tokyo - correspondance biens de consommation, notam-


ment les ordinateurs personnels,

L
es déboires de Toshiba ne les télévisions – une activité défi-
sont pas terminés. Englué citaire depuis 2011 – et l’électro-
dans un scandale de mal­ ménager.
versations comptables et Sur le segment des télévisions,
confronté à une vive concurrence l’entreprise va céder ses parts « ne souhaitait pas prendre la ma- 550 milliards de yens et des ven- destinée à gonfler l’apparence des
internationale, le groupe japonais dans ses usines indonésiennes au jorité des sociétés conjointes », en- tes en recul de 7 % par rapport à
Pour 2015, profits nets ». L’ampleur du scan-
a indiqué mardi 29 décembre être chinois Skyworth et réduire de térinant ainsi sa volonté d’aban- l’année précédente, à 6 200 mil- Toshiba table dale atteint 151,8 milliards de yens.
en quête de 300 milliards de yens 51 % à 10 % sa participation à une donner ces deux marchés. liards de yens. L’affaire a éclaté alors que le
(2,28 milliards d’euros) de crédits activité de production en Egypte. Sur le plan stratégique, les choix
sur une perte gouvernement s’efforçait d’amé-
d’ici à fin janvier. Les banques Mi- Ces décisions témoignent de la fin Plusieurs occasions manquées opérés traduisent les nouvelles nette record liorer la gouvernance des entre-
zuho et Sumitomo Mitsui, parte- d’une histoire pour Toshiba. Ce- Le groupe pourrait aussi céder son priorités de Toshiba, l’un des fleu- prises. Un an auparavant, en
naires traditionnels de Toshiba, lui-ci fut, en 1959, le premier fabri- activité d’équipement médical rons de l’industrie japonaise, né
de 4,2 milliards avril 2014, il avait ainsi mis en
devraient être approchées pour cant japonais à produire des télé- – « bénéficiaire mais ayant besoin en 1875 et qui fut le premier à pro- d’euros place des règles incitant les inves-
cette opération qui s’ajoute aux viseurs couleur. d’investissements importants », duire dans l’Archipel des ampou- tisseurs à plus de transparence.
400 milliards de yens de crédits Les ordinateurs personnels con- selon l’entreprise – au cours de les et des machines à laver. Le Or, estime Kimitaka Mori, pré-
obtenus fin septembre. naissent des difficultés similaires. l’exercice 2016 commençant en groupe souhaite se concentrer pas aussi dures. » D’après Atsushi sident de l’Institut nippon des
Ces fonds doivent permettre de Un rapprochement avec Fujitsu et mars. D’après des informations sur le nucléaire et les activités en Nakayama, du quotidien écono- comptables certifiés dont les
financer une restructuration radi- Vaio (ex-Sony) est en projet. Dans dévoilées mercredi 30 décembre direction des entreprises, notam- mique Nihon Keizai Shimbun, membres garantissent l’hon-
cale du conglomérat, qui modi- l’électroménager, c’est une fusion par la presse nippone, FujiFilm ment dans les infrastructures et Toshiba a manqué plusieurs occa- nêteté des bilans, l’affaire Toshiba
fiera en profondeur son profil. A de l’activité avec celle de Sharp qui Holdings serait intéressé. les semi-conducteurs. sions de se réformer, notamment a « sévèrement porté atteinte à
terme, ce plan d’économies de- est envisagée. Masashi Muroma- Cette sévère restructuration Comme Panasonic ou Hitachi, au début des années 2000 après la réputation de notre marché de
vrait se solder par la suppression chi, PDG du conglomérat, doit permettre d’économiser Toshiba est poussé à sortir des l’éclatement de la bulle des valeurs capitaux ».
de 10 600 postes, représentant en- s’est montré très clair dans un 300 milliards de yens sur les coûts biens de consommation car technologiques et, en 2008, après Soucieuse d’en limiter l’impact,
viron 10 % du personnel total, entretien au quotidien Sankei fixes dès l’exercice 2016. Pour il peine à rivaliser avec la con- la crise financière, en raison no- l’Agence des services financiers (la
dont 5 800 au Japon. Les princi- Shimbun sur les intentions du l’exercice clos fin mars, Toshiba currence chinoise, qui fabrique tamment « de résistances en in- FSA, un organisme public) a lour-
paux secteurs concernés sont les groupe en indiquant que Toshiba table sur une perte nette record à des produits meilleur marché, terne ». Les difficultés se sont ac- dement sanctionné le 22 décem-
et sud-coréenne, à l’origine de centuées avec l’affaiblissement du bre Ernst & Young ShinNihon, qui
biens de qualité similaire mais yen dès 2012 pour un groupe qui était chargé de valider les comp-
plus rentables. Un plan qui sem- produit beaucoup hors du Japon. tes de Toshiba. Accusé notam-
ble convaincre les marchés. Le ti- Le succès de la restructuration ment de « négligences dans l’obli-
tre Toshiba a terminé la séance du actuelle doit également faire gation de vigilance », il a écopé
mercredi 30 décembre sur une oublier les conséquences d’une – une première pour un cabinet
hausse de 7,6 %. fraude comptable, dont Toshiba a d’audit – d’une amende de
Toshiba a pris du retard dans sa admis l’existence en avril. Depuis 2,1 milliards de yens et d’une in-
mue. « Si nous avions agi plus tôt, 2009, le conglomérat poursuivait, terdiction pour trois mois d’ac-
admettait M. Muromachi le 22 dé- selon un rapport indépendant de cepter de nouveaux clients. p
cembre, les mesures ne seraient juillet, une pratique « délibérée philippe mesmer

Qobuz a trouvé un repreneur


Placé en redressement judiciaire, le site français de streaming
musical haut de gamme est repris par l’entrepreneur Denis Thébaud

L e site français de streaming


Qobuz, placé en redresse-
ment judiciaire le 10 no-
vembre, a trouvé un repreneur.
Mardi 29 décembre, le tribunal de
tir la culture et le divertissement
en ligne sous forme gratuite ou
payante.
Depuis son lancement, en 2007,
Qobuz se développait sur le seg-
Lorsque M. Riesel a rendu pu-
blic les difficultés économiques
de son site, menacé de dispari-
tion, une partie des clients de Qo-
buz s’est mobilisée en faisant cir-
commerce de Paris a retenu l’offre ment haut de gamme de la musi- culer une pétition. Sur le dernier
de Xandrie, une société spéciali- que, en téléchargement et en exercice, Qobuz comptait
sée dans la distribution de biens streaming, mais perdait de l’ar- 25 000 abonnés, dont 2 000 re-
culturels et de jeux vidéo détenue gent. Le site a d’emblée fait le crutés depuis la mise en redresse-
par Denis Thébaud, également ac- choix d’un service par abonne- ment judiciaire. En décembre,
tionnaire des deux sociétés cotées ment payant et donné la priorité l’entreprise a même enregistré
sur Euronext, Innelec Multimedia à la qualité du son (du niveau 350 abonnements « sublime », la
et Focus Home Interactive. d’un CD, puis haute résolution) et formule la plus chère, à 219 euros
Pour la reprise du site de musi- de l’offre musicale, avec de nom- par an. Autant de signes de sou-
que en ligne, le tribunal avait le breux contenus exclusifs et un tien.
choix entre deux dossiers : celui catalogue faisant la part belle au Pour M. Thébaud, cette adhé-
présenté par la société Xandrie, classique. sion des salariés et des clients a
qui avait le soutien des salariés de joué un rôle majeur dans son
Qobuz, et celui, finalement Adhésion des clients choix de relancer le site français
écarté, du site de vente en ligne L’entreprise, qui emploie une de streaming haut de gamme.
de matériel hi-fi Son-Video.com quarantaine de personnes, a vu Jusqu’à présent, Qobuz avait
associé à l’homme d’affaires son chiffre d’affaires décoller de bénéficié de deux levées de
Henri de Bodinat. 55 % entre 2012 et 2015, passant fonds, d’un total de 13 millions
Le repreneur, M. Thébaud, est de 4,7 millions à 7,4 millions d’euros, auprès de sociétés de ca-
présent dans trois métiers. Il est d’euros. En décembre 2013, le site pital-risque. M. Thébaud compte
distributeur, à travers la société décide d’ouvrir son service de encore injecter 13 millions
Innelec Multimedia fondée streaming dans huit pays eu- d’euros (5 millions dans la techni-
en 1983. Il est éditeur de jeux vi- ropéens (Belgique, Pays-Bas, que et 8 millions dans le marke-
déo et de plates-formes en ligne Luxembourg, Royaume-Uni, Ir- ting) et se donne quatre ans
avec la société Focus Home Inte- lande, Allemagne, Autriche et pour atteindre l’équilibre. « Pour
ractive, créée en 1995 et qui a pour Suisse). Mais Qobuz manque récolter, il faut d’abord semer »,
caractéristique de réaliser 80 % de cruellement de moyens com- explique-t-il.
son chiffre d’affaires à l’interna- merciaux et marketing pour faire Yves Riesel est, quant à lui, sou-
tional et la moitié dans le digital. connaître ses offres. Comme lagé que « Qobuz ne disparaisse
Cette dernière a occupé la place de l’expliquait Yves Riesel, patron et pas. L’important, c’est de tenir
numéro un en termes de crois- fondateur du site, au moment de compte de la “particularité” de Qo-
sance dans le classement 2014 l’annonce de sa mise en redres- buz, sa culture musicale, qui le dif-
établi par EY pour le Syntec, le syn- sement judiciaire, « ce n’est pas férencie des autres sites de télé-
dicat des entreprises du numéri- la peine d’entretenir une Jaguar chargement et de streaming », in-
que. Enfin, en 2012, Denis Thé- si l’on ne peut pas mettre de siste-t-il. p
baud a fondé Xandrie pour inves- l’essence dedans ». alain beuve-méry
0123
JEUDI 31 DÉCEMBRE 2015 économie & entreprise | 13

Electricité : le marché s’ouvre un peu plus


C HI MI E
DuPont supprime
1 700 emplois
Le groupe d’agrochimie Du-
Pont, en passe de fusionner
Les tarifs réglementés disparaissent le 1 janvier pour les entreprises et les collectivités
er avec Dow Chemical, a an-
noncé, mardi 29 décembre, la
suppression de 1 700 emplois,
représentant près du quart

L
a concurrence va franchir tés. Ces tarifs ont longtemps été mécanisme est prévu pour durer rique), les fournisseurs alternatifs des 7 000 employés au siège
une nouvelle étape, le plus attractifs (ou présentés jusqu’au 30 juin 2016. S’ils n’ont
EDF va devoir pouvaient lui acheter jusqu’à un du groupe dans le Delaware
1er janvier, sur le marché comme tels) que les prix libres des pas choisi à cette date, la CRE se battre bec quart de son électricité nucléaire, aux Etats-Unis. Il a annoncé
français de l’électricité. concurrents d’EDF. Ce n’est plus le pourrait organiser un appel d’of- soit 100 terawattheures (TWh) sur le 11 décembre son intention
Les tarifs réglementés de vente cas dans un contexte de forte fres dans le cadre duquel les four-
et ongles. 400 TWh, à 42 euros le mégawat- de réduire de 10 % ses effec-
– maintenus pour les particu- baisse des prix de gros de l’électri- nisseurs se partageraient les ré- En France, Engie theure (MWh). tifs. – (AFP.)
liers – auront disparu pour les cité ces dernières années. Ces pro- fractaires. En attendant, le régula- Or, ils préfèrent désormais s’ap-
468 000 sites professionnels fessionnels pourront signer avec teur a ouvert un site (www.ta-
et Direct Energie provisionner à moindre coût sur POLOGN E
ayant souscrit une puissance su- EDF ou sa vingtaine de concur- rifsreglementes-cre.fr) pour aider grignotent des le marché. Au premier semestre Un nouvel impôt sur les
périeure à 36 kilovoltampères rents (Engie, Total, Direct Energie, les retardataires à choisir une of- 2015, les commandes de courant banques et les assureurs
(kVA), les fameux tarifs jaune et Enel, ENI, E.ON, Lampiris, etc.) des fre de marché susceptible de leur
parts de marché au tarif de l’ARENH ont été divi- voté au Parlement
vert proposés aux grandes entre- contrats offrant des tarifs fixes et faire payer une facture moins sées par près de trois par rapport Le Parlement polonais do-
prises, aux PME ou aux collectivi- inférieurs de 5 % à 10 % aux prix lourde. aux six derniers mois de 2014 et miné par les conservateurs a
fixés par l’Etat. ont quitté les tarifs réglementés elles étaient encore plus réduites adopté, mardi 29 décembre,
Cette nouvelle étape de la libéra- Défaut d’information jaune et vert, et qui ont déjà signé au second semestre 2015, selon la un nouvel impôt sur les ban-

LES DATES lisation du marché de l’électricité,


qui s’inscrit dans un mouvement
Les professionnels ont longtemps
traîné des pieds pour basculer en
un contrat en offre de marché,
70 % sont restés chez EDF, en nom-
CRE. « Pour la première fois depuis
le démarrage du dispositif, aucun
ques et les assureurs, conçu
pour aider à financer les pro-
lancé il y a quinze ans, était pré- offre de marché, par négligence, bre de sites comme en volume de volume d’ARENH ne sera livré aux messes électorales du parti
vue dans deux textes législatifs : manque de temps ou défaut d’in- consommation », indiquait, le fournisseurs alternatifs sur le pre- Droit et justice. Le nouvel im-

1999-2000 la loi « relative à la nouvelle orga- formation, malgré des courriers 18 décembre, aux Echos Henri La- mier semestre 2016, dans la me- pôt a été fixé à un taux de
nisation du marché de l’électri- qui leur ont été adressés. La CRE fontaine, directeur chargé du pôle sure où ils n’en ont pas demandé », 0,44 % des actifs des établisse-
Le monopole d’EDF tombe. Les cité », dite « loi NOME » votée fin reconnaît que « les clients ont été clients au sein de l’ancien mono- constate le régulateur. ments financiers et doit rap-
très gros consommateurs d’élec- 2010 pour répondre aux exigen- peu démarchés par le passé et sont pole. Un transfert qui ferait per- L’appétit des « alternatifs » pour porter plus de 950 millions
tricité (plus de 100 gigawattheu- ces de la Commission euro- assez peu au courant de la fin des dre 1,3 milliard d’euros en 2016 à cette offre a diminué à mesure d’euros. – (AFP.)
res par an), comme la sidérurgie, péenne, qui voulait réduire le tarifs », tout comme les particu- l’opérateur, qui s’est refusé à con- que le prix de l’électricité baissait
peuvent choisir leur fournisseur. poids de l’opérateur historique liers, qui sont encore nombreux à firmer ce chiffre. sur les marchés de gros (– 20 % à ST R EAMI N G
EDF et stimuler la concurrence ; la ignorer que le monopole d’EDF a Une chose est sûre, EDF va de- 34,60 euros le MWh en moyenne Un musicien américain
JUILLET 2004 « loi Hamon » du 17 mars 2014 sur
la consommation, qui prévoit un
pris fin et que l’ouverture à la con-
currence des marchés de l’électri-
voir se battre bec et ongles. Dans
l’Hexagone, ses concurrents gri-
en 2014) et que les échanges s’y
développaient (+ 70 % à 970 TWh
réclame 150 millions
de dollars à Spotify
Toutes les entreprises et les col- calendrier de disparition des ta- cité et du gaz est effective depuis gnotent des parts de marché, no- en 2014). Quant aux prix à terme, David Lowery, musicien et dé-
lectivités locales ont la liberté de rifs régulés (hors particuliers aux le 1er juillet 2007. Certains acteurs tamment Engie (ex-GDF Suez) et ils sont désormais inférieurs à ce- fenseur du droit d’auteur, de-
choix. tarifs bleus). du secteur, notamment Direct Direct Energie, deuxième et troi- lui de l’ARENH (38 euros par MWh mande 150 millions de dollars
Le message n’est pas passé par- Energie, reprochent aux gouver- sième fournisseurs en France. En- fin septembre) pour livraison du en justice à la plate-forme de
JUILLET 2007 tout. Au 21 décembre, 145 000 si-
tes (souvent les plus petits)
nements successifs de ne pas
avoir communiqué suffisam-
gie vise, à terme, 20 % du marché,
le double d’aujourd’hui, et Total
courant livré dans un, deux et
trois ans. Très vigilante sur l’appli-
streaming musical Spotify. Il
l’accuse de distribuer des
Tous les particuliers peuvent quit- étaient encore aux tarifs régle- ment sur le caractère désormais Energie affiche également de cation des mécanismes de mar- morceaux sans en détenir
ter EDF pour un autre fournisseur. mentés, indique la Commission concurrentiel du marché. grandes ambitions avec des offres ché, la CRE se félicite d’une situa- tous les droits. Spotify affirme
de régulation de l’énergie (CRE). C’est maintenant que la concur- gaz-électricité aux gros indus- tion « propice au développement s’engager à verser les royalties
JANVIER 2016 Ces professionnels devront sous-
crire une « offre transitoire » à
rence va vraiment s’exercer, esti-
ment les fournisseurs d’électri-
triels. La menace est d’autant plus
grande pour EDF que son offre
de la liquidité des marchés de gros
et au renforcement de la concur-
dues mais reconnaît que « les
données nécessaires pour dé-
Fin des tarifs réglementés (fixés compter du 1er janvier sur des con- cité. Tous veulent tailler des crou- d’électricité séduit moins. Depuis rence des offres entre acteurs sur terminer les détenteurs légiti-
par l’Etat) pour les entreprises et trats « aux tarifs en moyenne supé- pières à EDF, qui reste dominant le 1er juillet 2011, dans le cadre du les différents segments du marché mes des droits sont parfois ab-
les collectivités (tarifs verts et rieurs de 5 % aux tarifs réglemen- malgré la perte de nombreux pro- dispositif de l’ARENH (Accès ré- de gros ». p sentes, erronées ou
jaunes). tés », prévient le régulateur. Ce fessionnels. « Parmi les clients qui gulé à l’électricité nucléaire histo- jean-michel bezat incomplètes ». – (AFP.)

Trou d’air pour le secteur


de la construction Si vous aimez la musique
Les mises en chantier de logements neufs
ont baissé de 1 % sur un an cet automne vous l’avez forcément !
Déjà 1,7 million de téléchargements

C’ est à y perdre son latin.


Alors que profession-
nels et experts se félici-
taient depuis plusieurs semaines
de la fin du long marasme de la
quelque 150 000 emplois ont été
rayés de la carte, sur un total de
1,3 million avant la crise. « L’année
2015 aura marqué un point bas en
matière de mises en chantier
construction, talon d’Achille de
l’économie tricolore, les derniers
(354 000), nous en attendons
380 000 à 390 000 en 2016. Mais
L’APPLI
chiffres publiés semblent contre- il faudra tout de même attendre le LES INDÉS RADIOS
dire cette tendance. Les mises en deuxième trimestre pour voir un
chantier de logements neufs ont réel redémarrage de l’activité »,
Avec LE MUR DU SON
baissé de 1 % sur un an, à 93 900 estime M. Chanut, qui compte
entre septembre et novembre, a pour cela sur « les taux d’intérêt Visualisez et écoutez
annoncé le ministère du loge- très faibles et l’élargissement du en temps réel les titres
ment, mardi 29 décembre. prêt à taux zéro [PTZ, pour les pri- en cours de diffusion
« Il faut perdre l’habitude de réa- mo-accédants] à partir du 1er jan-
gir trop directement sur un chiffre vier ». sur + de 120 radios
mensuel, toujours sujet à des Ce dispositif verra ses critères indépendantes
aléas de saisie, car cela peut me- d’application singulièrement as-
ner à des incohérences », relativise souplis : il pourra financer jusqu’à
Jacques Chanut, le président de la 40 % de l’achat d’un bien immobi- NOUVEAUTÉ
Fédération française du bâtiment lier neuf, contre 18 % à 26 % du + de 200
(FFB). De fait, les permis de cons- montant de l’emprunt contracté webradios
truire accordés pour des loge- aujourd’hui. Les plafonds de reve-
ments neufs ont, eux, bondi de nus seront relevés, le différé de
8,7 % sur la période, par rapport à remboursement et la durée de
un an plus tôt (+100 800 loge- prêt allongés. « Surtout, le PTZ ne 100 %
ments). En cumul depuis le début
de l’année, les mises en chantier
s’appliquera plus seulement dans
les zones tendues [grandes agglo-
GRATUITE
sans inscription
sont stables par rapport à 2014, mérations, Côte d’Azur]. Et il con-
avec 351 200 logements. cernera aussi l’ancien avec tra-
vaux, un vrai plus pour les jeunes
Après sept ans de crise qui ne peuvent pas acheter dans le
A la Fédération des promoteurs neuf », souligne M. Chanut.
immobiliers (FPI), on préfère éga- La FFB applaudit également le
lement voir le verre à moitié dispositif d’investissement loca-
plein. « Les indicateurs repassent tif Pinel, en vigueur depuis sep-
enfin au vert dans le neuf : les per- tembre 2014, qui, contrairement à
mis de construire sont légèrement son prédécesseur, le Duflot, per-
positifs à fin novembre sur met aux particuliers d’acheter
douze mois [+0,3 %] et plus nette- pour louer à leurs ascendants et
ment encore en logements collec- descendants (parents âgés, en-
tifs [immeubles, +2 %] », se réjouit fants).
Alexandra François-Cuxac, la pré- « Pour 2016, nous anticipons une
sidente de la FPI. hausse de l’activité de 0,9 % dans le
Bronx (Paris) - bronx.fr

Un rebond plus que bienvenu, bâtiment, dont +5,5 % pour le loge-


après sept années de crise qui ont ment neuf qui constitue, avec le
saigné à blanc le secteur. Le chif- marché de la rénovation, 60 % du lesindesradios.fr La bonne idée radio !
fre d’affaires de la construction marché de la construction », indi-
est passé de 139 à 128 milliards que M. Chanut. p
d’euros entre 2007 et 2014. Et audrey tonnelier
14 | enquête 0123
JEUDI 31 DÉCEMBRE 2015

« Je me suis dit :
“Putain,
tu respires !” »
Le 13 novembre, au Bataclan, Arnaud et sa femme,
Marie, ont été retenus pendant deux heures dans
un couloir par deux terroristes armés, avec une dizaine
d’autres otages. Le graphiste de 41 ans a été le dernier
à être libéré. Récit d’un miraculé

de l’ingénieur du son. Après la première par-


simon piel
tie, le couple patiente et échange sur cette

A
cousine éloignée de Marie, rebelle depuis tou-
rnaud n’a pas de qualificatif jours, encore mineure, qui s’est convertie à
sur la soirée qu’il a vécue au l’islam et qui, depuis, porte le voile. Un mys-
Bataclan le vendredi 13 no- tère pour eux qui se définissent plutôt
vembre. A peine dit-il, calme- comme agnostiques, et un sujet qui le trouble
ment, que « tout cela n’était d’autant plus aujourd’hui. Le concert com-
pas prévu ». Comment pou- mence, et le quotidien de ces deux quadragé-
vait-il imaginer qu’il allait passer par deux naires parisiens se tait pour laisser place au
fois devant une « colline de cadavres » regrou- show. « A la cinquième ou sixième chanson, les
pés au milieu de la fosse de la salle de con- premiers pétards ont retenti. A posteriori, je me
certs parisienne ? Comment aurait-il pu devi- dis que le chanteur a compris tout de suite. Moi,
ner que Marie, sa femme, et lui passeraient j’ai mis du temps à réaliser. Même l’odeur de
plus de deux heures dans un couloir étroit, poudre, très forte, pouvait être celle de simples
long d’une dizaine de mètres, retenus en pétards. C’est uniquement quand j’ai vu deux
otage par deux jeunes hommes se revendi- ou trois personnes tomber de la mezzanine di-
quant du « califat islamique » ? Comment rectement dans la fosse après avoir été fau-
pouvait-il savoir enfin qu’il serait le dernier à chées par les balles que j’ai pris conscience de ce
être libéré dans la fureur, « au milieu de la gre- qui se passait », détaille-t-il. La panique s’est
naille et des tripes », après avoir vu Foued Mo- emparée du Bataclan. Elle ne le quittera plus.
hamed-Aggad et Ismaël Omar Mostefaï mou- Arnaud et Marie se précipitent sous leurs
rir sous ses yeux ? sièges. Ils ne voient rien, mais entendent tout.
« C’est le témoignage médiatisé d’un agent Les tirs cadencés. Les hurlements. « A ce mo-
de la BRI [brigade de recherche et d’interven- ment-là, je n’ai qu’un seul objectif, ne jamais
tion] qui m’a fait réagir ; son récit détaillé m’a me séparer de ma femme. » Le couple se terre
appris beaucoup de choses, mais a fait de moi puis, au bout d’une vingtaine de minutes,
l’homme invisible », a-t-il expliqué dans un tentant de profiter d’un moment d’accalmie,
premier temps au Monde, quand il a pris con- il quitte le balcon pour chercher une issue sur
tact par e-mail. Après avoir livré un premier le palier. Toutes les portes de service sont fer-
témoignage à la police judiciaire, le 14 no- mées. Il y a des gens qui rampent. Seuls deux
vembre, sur l’attentat qui a fait 90 morts la escaliers ensanglantés s’offrent à eux. Ils mè- Un huis clos insensé qui va durer plus de avait pas été posée. « Ferme ta gueule, je t’ai
veille au Bataclan, il avait d’abord décidé de nent au rez-de-chaussée, d’où proviennent deux heures vient de débuter. Les deux pre- rien demandé toi ! », lui lance Mostefaï. « T’as
ne pas s’exprimer dans la presse. C’est des cris livrant des informations contradic- neurs d’otages sont très agités. « Drogués », des nouvelles ? », demande l’un. « Non, pas
d’ailleurs le choix qu’a fait son épouse. Ce toires sur la présence ici ou là des assaillants. pense Arnaud. « Omar, le grand », surtout. Ils pour l’instant », répond son complice comme
n’est qu’un mois plus tard qu’il a changé Le couple décide alors de revenir à sa place ont soif, cherchent de l’eau, parlent de la Sy- s’ils attendaient des consignes de l’extérieur.
d’avis. Pour figer cette soirée avant que ses fa- initiale. « On ne se quitte pas », répète Arnaud rie, de François Hollande et du « califat islami-
cultés de « résilience », comme il dit, ne se à son épouse. A peine s’apprêtent-ils à s’allon- que ». « Ecoutez bien les cris [qui proviennent « SI TU RECOMMENCES, T’ES MORT »
chargent d’en gommer les pires moments. ger de nouveau entre les rangées de sièges de la fosse], ce sont les mêmes que ceux de nos La scène bascule parfois dans la tragi-comé-
Pour livrer des informations sur les dernières qu’ils sont mis en joue par un jeune homme femmes et de nos enfants que la France bom- die. Ismaël Omar Mostefaï a le tympan en-
scènes qu’il est le seul à avoir vécues. Pour vêtu d’un sweat blanc. C’est Foued Mohamed- barde », explique Foued Mohamed-Aggad. dommagé. Il n’entend plus d’une oreille. Pro-
tenter de comprendre, enfin, comment l’hu- Aggad. « Il avait le visage doux », dit Arnaud. Mostefaï tire à intervalles réguliers par l’en- bablement les rafales qu’il a tirées plus tôt
manité avait pu les abandonner, lui et sa « Si vous vous tenez à carreau et que vous dé- trebâillement de la porte. Il tire aussi en di- dans la fosse du Bataclan. A plusieurs repri-
femme, ce vendredi 13 novembre. connez pas, vous resterez en vie », leur lance- rection de la rue par l’une des deux fenêtres ses, son comparse l’interpelle. Il est obligé de
Assis dans le salon de son appartement de t-il, leur enjoignant de le suivre. Son complice laissées ouvertes et se félicite à un moment crier et de se répéter pour se faire entendre, ce
l’Est parisien, à côté d’un mur de photos de fa- apparaît derrière. Ismaël Omar Mostefaï a d’avoir touché quelqu’un. « Bon, on se fait qui l’agace profondément. Un otage lâche un
mille, Arnaud a la mine de ceux qui dorment « une frange ridicule collée au front, façon sauter maintenant », dit-il au bout de cinq mi- rire nerveux. Immédiatement, l’un des deux
peu. Les cheveux de ce graphiste de 41 ans Playmobil », et une kalachnikov dans les « QUAND LA BRI nutes. Mohamed-Aggad refuse. « C’est lui qui hommes l’attrape, lui fait se tourner le dos en
sont grisonnants et sa petite barbe est ébou- mains. Quelques personnes ont déjà été ali- dirigeait », explique Arnaud. Tout le monde haut de l’escalier et tire une balle juste à côté
riffée. Les mots, eux, sont précis. Ils pour- gnées dos au mur par les deux hommes en ENTRE, C’EST avait déjà compris que les deux hommes de sa tête. « Si tu recommences, t’es mort. »
raient être ceux d’un enquêteur qui tenterait armes. Ils sont conduits dans un couloir L’ARMÉE DE avaient des explosifs avec eux. « Ça, c’était la La pression ne cesse de monter. Tout le
d’« objectiver » ce qui s’est passé ce vendredi étroit de 1,50 mètre et long d’une dizaine de cerise sur le gâteau. Le petit cadeau bonus », monde sait que les forces de l’ordre finiront
13 novembre. mètres qui jouxte le balcon. Sur le chemin, DARK VADOR. dit l’ex-otage. Juste avant, pourtant, Moha- par tenter un assaut. Le message pour l’exté-
Arnaud aperçoit pour la première fois la fosse med-Aggad avait dit qu’il se foutait de finir sa rieur est toujours le même : « Barrez-vous, si-
« L’ODEUR DE POUDRE, TRÈS FORTE » du Bataclan. « Ça s’oublie pas. Ce sont des ima- TOUT LE MONDE SE vie en prison – « Ce qui me faisait dire qu’ils non on va tous exploser, ils vont se faire sau-
Difficilement contenue derrière l’accumula-
tion de tous les « microévénements » qui ont
ges de La liste de Schindler », dit-il.
Dans le couloir, deux grandes fenêtres don-
CHIE DESSUS. MÊME mentaient sur les explosifs. »
« Est-ce qu’il y a un couple marié ? », de-
ter », crie régulièrement aux policiers l’un des
otages chargés de communiquer avec eux, au
rythmé sa soirée et les cigarettes qu’il allume nent sur le passage Saint-Pierre-Amelot, ra- LES PRENEURS mande ce dernier. Intuitivement, Arnaud et point de s’en briser la voix.
machinalement pour ponctuer son récit, son conte-t-il en attrapant une feuille de papier Marie choisissent de ne pas répondre, redou- « C’était des bras cassés, quand même, les
émotion perce pourtant quand il évoque ses pour dessiner un schéma du Bataclan qui ac- D’OTAGES. J’AI VU tant un piège. Les terroristes cherchent un mecs. Il faut imaginer que c’est l’un des otages
deux filles de 6 et bientôt 2 ans qu’il a imagi-
nées orphelines pendant près de trois heures.
compagnera ses explications. Comme deux
autres otages, il est tout de suite assigné à la
LA PANIQUE DANS otage qu’ils pourraient envoyer en éclaireur
et dire aux forces de l’ordre de reculer tout en
qui leur a soumis l’idée de faire passer le nu-
méro d’un téléphone portable pour entrer en
Ce soir-là, ses beaux-parents étaient venus les surveillance de l’extérieur. Il a à peine le LES YEUX D’OMAR », s’assurant qu’il revienne. Deux membres contact avec la police. Pendant dix minutes, ils
garder. Pour Marie et Arnaud, c’était devenu temps de lancer un « Je t’aime » à sa femme. d’une même famille sont identifiés. « Si tu ne réfléchissaient à un moyen de se procurer un
une tradition depuis quelques années d’aller Lui se chargera du haut des toits – « Parce que RACONTE ARNAUD reviens pas, on tuera ton cousin », lancent-ils à talkie-walkie ! Tout ça, c’est de l’impro. Cette
voir une fois par an les Eagles of Death Metal, j’étais le plus grand du groupe » – pour préve- leur messager. Les deux hommes donnent prise d’otages n’était pas prévue, j’en suis con-
un groupe « joyeux et couillu » qu’ils aiment nir de l’éventuelle présence de snipers de la l’impression d’une grande désorganisation. vaincu », pense aujourd’hui Arnaud.
beaucoup. « Ma femme est petite, explique Ar- police. « Si on se rend compte que vous voyez Foued Mohamed-Aggad se plaint de son Les portables des otages sont rassemblés au
naud dans un sourire, c’est donc assez naturel- des choses et que vous ne dites rien, on vous arme, probablement enrayée. Ils se rensei- milieu de la pièce. Ils sonnent et vibrent de
lement que nous sommes montés à l’étage met une balle dans la tête », prévient l’un des gnent sur le métier des uns et des autres. A manière quasi continue. « Maman » s’affiche
pour qu’elle puisse voir la scène, comme on le deux hommes à l’adresse de la douzaine l’un d’eux, qui dit vendre de l’alcool, il lui de- sur certains. Le premier dont ils se saisissent
fait à chaque concert. » Vers 20 h 15, ils s’instal- d’otages. Sa femme est postée dos à l’une des mande s’il n’a pas honte. « Je suis graphiste », à une batterie très faible. Ils choisissent fina-
lent au 3e ou 4e rang, juste derrière la console portes du couloir, assise. dit Arnaud, alors même que la question ne lui lement celui de Marie. Il a une coque bleu tur-
0123
JEUDI 31 DÉCEMBRE 2015 enquête | 15

Arnaud, survivant
de l’attaque au Bataclan,
dans les Pyrénées,
fin décembre.
MARKEL REDONDO POUR « LE MONDE »

suite vu qu’il n’y avait aucun corps et qu’il n’y


avait pas de sang sur le sol. Je me suis dit que
ma femme avait pu s’en sortir. » C’est le cas. Par
miracle, aucun des douze otages retenus dans
le couloir n’a été tué. Tous ont été évacués un
par un en se glissant sous le bouclier de poli-
ciers qui avançaient vers les terroristes « en
chenille ». Arnaud est guidé vers l’arrière-cour
d’un immeuble où ont été rassemblés de
nombreux otages. Il cherche sa femme du re-
gard, dit qu’il s’appelle Arnaud et qu’il cher-
che son épouse, Marie. Des gens crient : « Ma-
rie ! » Elle est là. Ils tombent dans les bras l’un
de l’autre. « Elle a attendu une quinzaine de
minutes dehors en pensant que j’avais été tué. »
Comme d’autres, ils sont emmenés à l’hôpi-
tal Georges-Pompidou. « Je me souviens des
grosses mains trapues de l’ambulancier que je
serrais comme un fou. On a un besoin de con-
tact humain, à ce moment-là, c’est dingue. »
Outre son tympan, il est blessé de manière
superficielle au dos, « sans doute par les éclats
de boulons présents dans la ceinture d’explo-
sifs ». Ce n’est qu’à 6 heures qu’ils rentreront
chez eux, en taxi. « Le premier truc que j’ai fait,
c’est de prendre une douche. C’est fou ce que les
cheveux peuvent attraper de trucs, dit-il. Il y
avait du plastique, de la poussière, des bouts
de chair… » Avant de s’effondrer pour quel-
ques heures de sommeil.

« DES MOTS CHOISIS »


Dès le 14 novembre pour Marie, puis le 16
pour Arnaud, ils ont posté un message sur
leur page Facebook pour dire qu’ils étaient
des « miraculés » parce que « la chance ou le
hasard » leur avait « permis de durer ». Tous les
deux ont ajouté que leurs pensées allaient « à
tous ceux qui ont perdu un ou des êtres chers
ce vendredi ». Pour autant, l’un comme l’autre
se reconstruisent à leur manière. « Pendant
plusieurs jours, ma femme disait que ce qui
nous était arrivé n’était pas si grave, raconte-
t-il. Ça me faisait bondir ! » A aucun moment,
lors du témoignage qu’il a livré au Monde, il
n’a parlé de « terroriste ». Comme pour
mieux souligner le statut qui a été le sien, il
n’a été question que de « preneurs d’otages ».
Pendant une semaine, Arnaud s’est baladé
avec un cutter, « pour ne pas être à nouveau
pris au piège, impuissant, comme une sou-
ris ». Et puis, un jour, il a sonné au passage du
portique d’un magasin. « Je me suis senti bien
con en montrant le cutter. Depuis, je ne le
prends plus. » Il rêve parfois de scénarios
morbides dans lesquels il ferait souffrir des
« salafistes » aussi atrocement qu’il a souf-
fert. « Pour moi, le plus dur, ç’a été le stress des
deux heures durant lesquelles on ne savait pas
si on allait mourir ou pas. De redouter d’être
exécuté devant ma femme ou qu’elle soit exé-
cutée devant moi. »
Il a repris le métro, mais a fait une première
crise de panique quand un ami lui a proposé
de passer le voir à son travail situé sur l’ave-
quoise en forme de baleine et une photo de dans la précipitation. « Je voyais la télé allu- pour un rescapé. » Mostefaï est resté face aux nue des Champs-Elysées. Pour Noël, il a pris le
l’une de ses filles sur l’écran. Son numéro est mée derrière des vieux rideaux de mémé », ri- policiers et vide son chargeur. Arnaud est en- train avec toute sa famille direction les Pyré-
transmis oralement à un policier au fort ac- gole-t-il. Intérieurement, il a commencé à tre les deux terroristes. Il aperçoit en contre- nées. Plusieurs heures de trajet dont il crai-
cent toulousain. Dans le stress et la confu- prier pour qu’au moins sa femme survive. bas le corps de Mohamed-Aggad tressauter et gnait qu’elles soient usantes, tant il redoutait
sion, il faut s’y reprendre à plusieurs fois pour « Tout le monde voulait que ça se termine, être projeté vers l’arrière avant de s’effondrer d’analyser les faits et gestes de tous les passa-
les derniers chiffres. Puis, les deux hommes d’une façon ou d’une autre. » « Le grand » et « le au sol sur le ventre. Selon les éléments de l’en- gers. Au lendemain des attentats, il a bien
tentent de se connecter sur Internet, sans suc- petit » se sont chuchoté des mots à l’oreille. Ils quête judiciaire, il a déclenché sa ceinture pensé, avec sa femme, quitter Paris. Avant d’y
cès. Les réseaux sont saturés. « Peut-être vou- ont l’air fatigué. Cette fois, Arnaud en est con- d’explosifs. renoncer. Parce que leur vie est ici. Depuis
laient-ils voir l’ampleur de ce qu’ils avaient vaincu, ils vont se faire exploser au milieu des Quand l’otage tourne la tête, une fraction de vingt ans, pour lui qui est originaire du Ma-
fait ? C’était un peu leur moment de gloire », derniers otages. seconde plus tard, il voit Mostefaï écarter les rais poitevin. « Mais la question se reposera
suppose Arnaud. Avec son téléphone, A 00 h 20, le bélier de la BRI vient violem- bras comme s’il allait déclencher à son tour forcément s’il y a d’autres attentats, ne se-
aujourd’hui dans les mains des enquêteurs, ment frapper le haut de l’une des portes du sa ceinture d’explosifs. Arnaud a juste le rait-ce que pour nos filles. »
l’un des deux hommes semble envoyer des couloir. Tout va très vite. La lumière s’éteint. temps de se jeter au sol et de se mettre en Il a fallu leur parler aussi. « Elles ont bien vu
textos. Des otages hurlent de ne pas ouvrir, que les boule. Une dernière grenade détonante lui au début qu’on était très affectés, mais on a
Le négociateur de la BRI tente de gagner du terroristes vont se faire exploser. Des grena- explose près de l’oreille, endommageant gra- tenté de les rassurer avec des mots choisis. »
temps, demande l’évacuation des blessés, des détonantes sans charge explosive, desti- vement son tympan. Quand il ouvre les yeux, L’aînée a même soigné les blessures de son
puis la libération des femmes. Selon le témoi- nées à désorienter ces derniers, retentissent. IL CHERCHE SA il aperçoit un pied, puis un bout de tronc, et père. La semaine qui a suivi le 13 novembre,
gnage d’un autre otage, versé à l’enquête judi- « Quand la BRI entre, c’est l’armée de Dark Va- sent du liquide chaud sur son dos. Il pleure. Il les pleurs de ses deux enfants lui rappelaient
ciaire, les propos des terroristes aux policiers dor. Franchement, tout le monde se chie des- FEMME DU REGARD, est 00 h 23. « J’ai littéralement rouvert les yeux ceux des otages fauchés par les balles de kala-
sont décousus : « On voit vos lasers rouges, on
vous entend derrière la porte. (…) Je veux savoir
sus. Même les preneurs d’otages. J’ai vu la pani-
que dans les yeux d’Omar, raconte Arnaud.
DIT QU’IL S’APPELLE au milieu des tripes et de la grenaille, raconte-
t-il calmement. Mais je me suis dit “Putain, tu
chnikov qui attendaient la mort dans la salle
de concerts. L’humeur est fragile. L’angoisse
à qui je parle, à qui j’ai affaire, je veux que vous C’était un regard de fou. » Mostefaï demande ARNAUD ET QU’IL respires !”. » et l’irritabilité ne sont jamais loin. Et les ques-
partiez du pays, je veux que vous enleviez vos aux hommes postés contre la fenêtre de venir Le 14 novembre à 5 heures, quand un offi- tions sur cette soirée encore nombreuses.
armées, je veux un papier, et un papier signé vers lui. « Il voulait se servir de nous comme CHERCHE SON cier de police judiciaire pénètre dans la zone Pourquoi Foued Mohamed-Aggad a des-
qui le prouve, il est 11 h 32, si dans 5 minutes je
n’ai rien, à 11 h 37, je tue un otage et je le balance
boucliers. Mais je suis le seul à m’être dirigé vers
lui tout de suite. » Un premier coup de feu part
ÉPOUSE, MARIE. pour les premières constatations, il écrit : « La
vision que nous avons des lieux est celle d’une
cendu l’escalier par exemple ? A-t-il tenté de
fuir ? Des questions qui en cachent une autre,
par la fenêtre, moi je m’en fous, on n’a pas peur de la kalachnikov de Mostefaï sur la porte par DES GENS CRIENT : scène de guerre. Les murs criblés d’impacts et fondamentale : y avait-il encore un peu d’hu-
de mourir, on veut négocier, on laissera sortir laquelle la BRI tente d’entrer. Arnaud passe à le plafond sont maculés de sang et de mor- manité chez les preneurs d’otages ?
les gens, tout se passera bien. » Puis : « Reculez sa gauche et se retrouve derrière lui. « MARIE ! » ELLE EST ceaux de chair humaine. » Autant de choses qu’il a choisi de raconter à
de la porte, on a des ceintures, on va se faire Touché par une balle de la BRI, le corps de un psychologue proposé par la cellule instal-
sauter si vous approchez, on a des otages, on a « PLASTIQUE, POUSSIÈRE, BOUTS DE CHAIR »
LÀ. ILS TOMBENT Mostefaï sera retrouvé porteur d’une ceinture lée à Sully-Morland, derrière la Bastille. Même
même un flic en otage, reculez, reculez, on a des Pour la première fois depuis qu’il a pénétré DANS LES BRAS d’explosifs intacte. Une partie de celui de Mo- si la concentration n’est pas évidente à retrou-
ceintures explosives, on va tout faire sauter ! » Il dans le Bataclan, il a perdu sa femme de vue. hamed-Aggad est retrouvée sur la plate-forme ver, Arnaud a repris le travail au bout d’un
y aura cinq appels entre 23 h 27 et 00 h 18. Au moins, se dit-il, s’ils ne sont pas au même L’UN DE L’AUTRE devant un petit local technique, l’autre au mi- mois. Juste après avoir rempli tous les papiers
Deux heures viennent de s’écouler. Tout le endroit pendant l’assaut, les chances qu’il lieu de l’escalier menant à l’étage inférieur. reçus pour entamer la procédure civile d’in-
monde est épuisé. Arnaud, qui n’a quasi pas reste un parent pour leurs deux filles aug- Pendant plusieurs minutes, les hommes de la demnisation. Il réfléchit aujourd’hui à un
bougé, debout, la tête collée à la vitre, une mentent. Il voit alors Foued Mohamed-Aggad BRI maintiennent Arnaud au sol, malgré ses moyen de faire de la pédagogie auprès des
main au-dessus du front pour surjouer de- déposer sa kalachnikov et descendre quel- demandes répétées de quitter cet endroit jeunes des quartiers difficiles. Il veut aussi re-
vant les terroristes la vigilance sur sa mission ques marches sur lesquelles donne le couloir pour partir à la recherche de sa femme. penser à sa prochaine exposition de peinture.
de surveillance, a les muscles complètement opposé à la progression de la BRI. Deux otages Les policiers d’intervention l’autorisent fi- La première avait été un succès. Et pour la
crispés. Il se rappelle le salon de l’apparte- l’ont précédé et ont pris la fuite par la même nalement à partir, il repasse par le couloir où deuxième, il évitera le noir et blanc pour
ment d’en face, qui semblait avoir été déserté issue. « Je me suis dit : il veut se faire passer il vient de passer deux heures. « J’ai tout de « mettre de la couleur, plein de couleurs ». p
16 | débats & analyse 0123
JEUDI 31 DÉCEMBRE 2015

Les prémices du « front républicain »


ANALYSE ment de Laurent Fabius, prenant ainsi à con- en Nouvelle-Calédonie, François Mitterrand a même si la droite, avec 53,5 % des voix, rem-
patrick roger
tre-pied son propre camp. Ce qui valut à réussi à placer la droite sur la défensive, voire porte un net succès. L’opposition conquiert
Service Politique M. Rocard cette cinglante repartie de la porte- à attiser les divisions en son sein. « Reste aussi dix départements métropolitains et en perd
parole du gouvernement, Georgina Dufoix, à vérifier que l’extrême droite – parvenue à 11 % deux outre-mer tandis que la majorité perd
qui, interrogée sur son attitude si elle était en juin 1984 – se maintient à ce niveau et repré- 248 cantons.

L’
histoire est saisie d’un léger bégaie- placée devant le même choix, répondit qu’elle sente durablement un facteur de division de la Cependant, au-delà du bilan chiffré, c’est un
ment. A l’issue du premier tour des irait « marcher dans les Cévennes ». droite », écrit Le Monde à la veille du scrutin. terrain de manœuvre institutionnel majeur
élections régionales, qui avait vu le Le contexte de l’époque présente d’étranges Enfin, souligne le quotidien, « la qualité des re- qui se dessine, que décrit ainsi Jean-Marie Co-
Front national, dimanche 6 décem- similitudes avec la situation actuelle, même si, ports à gauche est également une question dé- lombani dans Le Monde. « L’objectif du pouvoir
bre, rassembler 27,8 % des suffrages et arriver en trente ans, la conjoncture s’est sensible- cisive », alors que « le PCF s’est engagé dans une est d’éviter que la droite, forte des succès qu’elle
en tête dans six régions, le Parti socialiste a ment dégradée. François Mitterrand a été élu stratégie ouvertement, et exclusivement, diri- a remportés depuis quatre ans, ne continue sur
décidé de se « sacrifier » là où l’extrême droite quatre ans plus tôt à l’Elysée. Ces élections can- gée contre le PS » depuis que les ministres sa lancée, écrit-il. Le meilleur moyen : transfor-
était en mesure de l’emporter au second tour. tonales promettent d’être aussi désastreuses communistes ont quitté, en juillet 1984, le mer les rivalités internes de l’opposition en divi-
UN PARALLÈLE Un « front républicain » qui a empêché cette pour la majorité au pouvoir que les trois précé- gouvernement. sion de son électorat. » La survie politique de
SE DÉGAGE, dernière de transformer l’essai et permis à la
droite de s’imposer.
dentes qui se sont tenues depuis le début du
septennat : cantonales en 1982, municipales SURVIE POLITIQUE
François Mitterrand repose sur sa capacité à
enfoncer un coin dans les rangs de l’opposi-
TOUTES Un étroit parallèle se dégage – toutes propor- en 1983, européennes en 1984. Mais ce dernier Le premier tour des élections cantonales, le tion. « Une porte étroite dont la clef est évidem-
tions gardées – entre ce dernier scrutin et les scrutin a vu, pour la première fois, l’extrême 10 mars, ne fait que confirmer pour la gauche ment l’introduction à un degré ou à un autre
PROPORTIONS élections cantonales de 1985 lors desquelles, droite effectuer une spectaculaire percée en au pouvoir le désastre des scrutins précé- du scrutin proportionnel », estime Le Monde.
GARDÉES, ENTRE pour la première fois sous la Ve République, un
responsable politique de gauche suggéra le
recueillant 11 % des suffrages et en faisant élire
dix députés au Parlement européen : un coup
dents : elle rassemble à peine 41 % des suffra-
ges exprimés, dont 25 % pour le seul PS. Le FN
Un mois plus tard, le chef de l’Etat décidait
d’instaurer le scrutin proportionnel aux légis-
LES DERNIÈRES principe d’un « pacte démocratique », appelant de tonnerre, un « séisme », dans le paysage po- obtient 8,7 % au plan national mais il n’était latives, ce qui allait lui permettre, en
à dépasser les clivages anciens. Il s’agissait de litique. Deux ans plus tôt, aux élections canto- présent que dans les trois quarts des cantons. mars 1986, de « sauver son trône » malgré la
ÉLECTIONS Michel Rocard. Il appela, là où les chances de la nales, elle ne représentait que 0,2 % des voix. Là où il proposait des candidats, il recueille en victoire remportée par la droite, plus étroite
gauche étaient nulles, à voter pour le candidat A un an des législatives, ces élections revê- moyenne 10,5 %, mais il confirme également qu’elle ne l’escomptait, alors que 35 députés
RÉGIONALES ET de droite pour faire battre l’extrême droite. tent un double enjeu. Local tout d’abord puis- ses zones d’implantation. Il est en position de du FN faisaient leur entrée à l’Assemblée na-
LES CANTONALES « Si un candidat conservateur a pris des posi- que, en vertu des récentes lois de décentrali- se maintenir dans une cinquantaine de can- tionale. C’est peut-être là que s’arrêtent les pa-
tions claires et refusé tout compromis, quel sation, les présidents des conseils départe- tons et arrive en tête dans vingt d’entre eux, rallèles. Car, avec une extrême droite qui re-
DE 1985 qu’il soit, avec l’extrême droite, pour le socia- mentaux vont désormais disposer de réels avec des scores pouvant dépasser 30 % des présente 28 % des électeurs et une gauche pro-
liste que je suis, ce ne sera pas “bonnet blanc et pouvoirs. Au plan national, ensuite. Après suffrages, comme à Toulon, Marseille ou Nice. fondément divisée qui plafonne à 36 %, se ris-
blanc bonnet”. Il ne faudra pas s’abstenir. C’est avoir atteint des tréfonds d’impopularité, Au second tour, cependant, le parti d’ex- quer à ce genre d’exercice pourrait aisément
une morale politique qui est en jeu », déclarait, l’exécutif semble bénéficier d’un timide re- trême droite ne parviendra pas à concrétiser se retourner contre leurs auteurs. p
à deux jours du scrutin, celui qui était alors doux. En adoptant un discours « républi- sa percée et à obtenir des élus, montrant ainsi
ministre de l’agriculture dans le gouverne- cain », face à la montée du FN et aux tensions ses « limites ». La gauche sauve les meubles, roger@lemonde.fr

Contre l’arbitraire L’expulsion de Chine de notre consœur


de la déchéance Ursula Gauthier est injustifiable
Comme l’université cipes universels touchant l’hu- Correspondante à Pékin situation. Il est pratiquement impossible Une fois encore, l’affaire fut réglée sans
qui s’oppose à la peine manité, le vivre-ensemble, qui pour un journaliste de travailler au Xinjiang dommages.
dépassent la particularité des so-
du magazine « L’Obs », Ursula sans être pris en filature par des agents en ci- Quelle qu’en soit la motivation, le manque
de mort, respectons le ciétés et des situations histori- Gauthier est sommée de quitter vil. D’audacieux reporters sont régulière- de fermeté des autorités françaises est irres-
principe de la dignité ques. Ces principes, qui ont ins- ment interpellés ou expulsés de la région. ponsable. Le travail des correspondants
piré des moments de grandeur
le pays le 31 décembre. La réaction Personne ne sait vraiment ce qui se passe étrangers en Chine est essentiel à la compré-
de la personne collective tout au long de l’his- de Paris manque de fermeté non plus dans la « Région autonome du Ti- hension de ce pays. Or, les correspondants
ainsi que les autres toire et au cours de notre histoire bet », car les reporters ne peuvent y exercer français à Pékin et leurs collègues étrangers
nationale en particulier, depuis librement leur métier, en particulier depuis se trouvent désormais davantage qu’aupa-

N
valeurs universelles le mois d’août 1789 jusqu’au ous nous élevons contre le traite- de sanglantes émeutes survenues en 2008. ravant à la merci d’un caprice autoritaire du
11 janvier 2015 et aux nombreux ment injurieux réservé par la Ré- département de la propagande du Parti
rassemblements spontanés qui publique populaire de Chine à la DIPLOMATIE DE PAILLASSON communiste – qui est le véritable donneur
ont eu lieu après les massacres correspondante à Pékin du magazine L’Obs, Tout indique qu’en raison, entre autres, de d’ordre en la matière. La Chine, qui figure à
par jean-françois balaudé
du 13 novembre, en passant par le Ursula Gauthier. Après avoir subi une cam- son intérêt soutenu pour les régions du Ti- la 176e place sur 180 sur l’échelle de la liberté
18 juin 1940 et le mouvement pagne d’insultes dans les médias officiels et bet et du Xinjiang Ursula Gauthier figurait de la presse établie par Reporters sans fron-

D es universités du monde
entier, dont celle que je
préside, ont décidé de
constituer un réseau internatio-
nal des établissements d’ensei-
qu’il a initié, sont finalement
ceux de l’égalité et de la liberté
des individus, et de leur frater-
nité. Quelle que soit l’horreur des
crimes commis, ces principes et
essuyé des menaces de mort postées sur sa
page Facebook, celle-ci vient de se voir signi-
fier par les autorités chinoises son expul-
sion du pays le 31 décembre à minuit. Nous
déplorons par ailleurs l’apparente volonté
sur une sorte de liste noire de journalistes
devenus indésirables, et dont il fallait se dé-
barrasser. L’agence officielle Chine nouvelle
semble le confirmer en jugeant à cet égard
que, « depuis longtemps, Ursula Gauthier a
tières, peut pour sa part donner d’elle-
même une image plus édulcorée.
La Chine populaire, deuxième puissance
économique mondiale, dont le pouvoir
autoritaire et opaque ne cesse de s’affirmer,
gnement supérieur contre la la conception de l’humanité qui des autorités françaises de ne pas faire de va- toujours fait preuve de partialité politique sur mérite qu’on s’y intéresse de plus en plus
peine de mort, car nous parta- les sous-tend sont par définition gues autour de cette expulsion injustifiable. la Chine, et publie souvent des articles sans près. Force est néanmoins de constater que
geons la conviction que le combat gravement mis en question par Ursula Gauthier est singulièrement accu- fondements ». Circonstance « aggravante », l’expulsion d’Ursula Gauthier ne va pas
contre une justice obscurantiste, la déchéance de nationalité, sée par Pékin d’avoir « encouragé le terro- le fait qu’elle parle couramment chinois dans ce sens. p
procédant de la loi du talion et comme ils le sont par la peine de risme » dans un article publié le 18 novem- l’immunisait contre les pressions qu’exer-
niant l’humanité d’autrui, est un mort. bre sur le site de l’hebdomadaire L’Obs, et en cent les autorités sur les interprètes et assis- ¶
devoir impérieux, tant elle conséquence de ne pas être « apte » à tra- tants chinois des journalistes étrangers. Ces Stéphane Albouy, directeur des rédactions
heurte les principes universels de POSITION DE SURPLOMB vailler comme journaliste en Chine. La si- derniers sont souvent contraints de faire du « Parisien/Aujourd’hui en France », Christo-
respect et dignité de la personne, Le gouvernement et le Parlement tuation est digne d’un roman de Franz des rapports à la police sur les activités de phe Ayad, chef du service International, « Le
sur lesquels s’est développée français, s’ils venaient à entériner Kafka. Les autorités communistes exigent leur employeur. Monde », David Carzon, directeur adjoint de
l’université. cette mesure, contreviendraient à d’elle « une autocritique » en bonne et due La priorité absolue accordée par le gouver- la rédaction de « Libération », Matthieu Crois-
Au nom de ces mêmes princi- ces principes et s’inscriraient en forme, pour des propos qui lui sont fausse- nement français à la « diplomatie économi- sandeau, directeur de « L’Obs », Sara Daniel,
pes, le projet du gouvernement, faux par rapport à ces moments ment attribués. que » a probablement facilité les choses grand reporter, chef du service étranger,
bientôt présenté au Parlement et historiques où l’esprit universel a L’article qui lui est reproché traite de la si- pour le pouvoir chinois. Le corollaire de « L’Obs », Arnaud de La Grange, chef du ser-
visant à introduire dans la Consti- su s’imposer face à la tentation de tuation au Xinjiang, une vaste région de cette « diplomatie du paillasson » — silence vice International, « Le Figaro », Christophe
tution la déchéance de nationa- la vengeance et à la haine. Les uni- l’ouest du pays où s’affrontent, depuis de sur les condamnations de prisonniers poli- Deloire, secrétaire général de Reporters sans
lité pour tous les binationaux versités ont le devoir de le rappe- nombreuses années, la police et l’armée chi- tiques et silence sur les violations de la li- frontières, Marc Epstein, rédacteur en chef
coupables d’actes de terrorisme, ler en se plaçant au-dessus des cir- noise, d’un côté, et une frange militante de berté de parole — garantissait d’une cer- du service Monde, « L’Express »,Jérôme
inspire une vive inquiétude. constances particulières. la « minorité ethnique » ouïgoure, turco- taine manière que Paris laisserait expulser Fenoglio, directeur du « Monde », Henri Guir-
Outre sa probable inefficacité, Il serait très regrettable qu’un phone et majoritairement musulmane, de Mme Gauthier sans trop gesticuler. Le minis- choun, rédacteur en chef à Europe 1, Johan
c’est surtout le fait qu’une telle gouvernement et un Parlement, l’autre. Il est fait grief à Mme Gauthier d’écrire tère des affaires étrangères français s’est en Hufnagel, directeur délégué des rédactions
mesure crée une distinction po- qui se réclament de l’héritage de que la politique d’assimilation forcée de Pé- effet contenté de deux lignes de réaction : de « Libération », Laurent Joffrin, directeur
tentielle entre les citoyens fran- ceux qui eurent le courage d’abo- kin à l’encontre des 10 millions d’Ouïgours, « Nous regrettons que le visa de Mme Ursula de « Libération », Michèle Léridon, directrice
çais susceptibles d’être déchus de lir la peine de mort, ne parvien- surtout dans les domaines culturels, reli- Gauthier n’ait pas été renouvelé. La France de l’information de l’AFP, Marc Semo, rédac-
la nationalité et les autres – nent pas à cette position de sur- gieux et linguistique, est en partie responsa- rappelle l’importance que les journalistes teur en chef de la rubrique International,
comme si des atteintes aux inté- plomb leur permettant de saisir ble des attaques sanglantes, à caractère ter- puissent exercer leur métier partout dans le « Libération »
rêts fondamentaux de la nation que ces mêmes valeurs sont re- roriste pour certaines, dont les Han (ethnie monde. » Point final.
ne pouvaient être le fait que de bi- mises en cause par la déchéance majoritaire en Chine) et des officiels chinois Il est bon de rappeler que, lorsque la Chine René Backmann, chroniqueur international,
nationaux, nés Français ou natu- de nationalité – un projet porté ont été la cible ces dernières années. Pour menaça de ne pas renouveler les visas de Médiapart , Sylvie Lasserre, journaliste et
ralisés – qui justifie que l’on s’y de fait depuis de longues années, Pékin, en revanche, la quasi-totalité de ces plusieurs journalistes du New York Times auteure, Marion Zipfel, journaliste
oppose. Et c’est plus largement le en particulier par ceux qui sou- « incidents » est à mettre sur le dos du « terro- en 2013, en raison d’articles qui avaient dé-
fait qu’une telle mesure, dans haitent le rétablissement de la risme international » au même titre que les plu, le vice-président américain, Joe Biden, Marianne Barriaux, Séverine Bardon,
une certaine analogie avec la peine de mort. Un sursaut s’im- attentats de novembre dernier à Paris. s’empressa d’intervenir. Il informa en per- Frédéric Bobin, François Bougon, Tristan
peine de mort, suppose que les pose pour ne pas céder aux solu- Mme Gauthier était accréditée depuis sonne le président chinois, Xi Jinping, qu’il y de Bourbon-Parme, Charlie Buffet, Boris
problèmes puissent trouver une tions d’affichage qui, en réalité, 2009. Elle connaît parfaitement la Chine, où aurait des conséquences si les reporters Cambreleng, Anthony Dufour, Hélène Du-
forme de règlement par la néga- porteraient profondément at- elle avait déjà séjourné auparavant pendant étaient expulsés. Le message a porté. vigneau, Benjamin Goducheau, Philippe
tion de leur existence – le binatio- teinte à notre pacte républi- une dizaine d’années. C’est l’une des rares En 2009, la Chine menaça de ne pas renou- Grangereau, Myrto Grecos, Gabriel Gré-
nal coupable d’actes de terro- cain. p journalistes en poste à Pékin à se rendre ré- veler le visa d’un responsable de la maison sillon, Jean-Yves Huchet, Stéphane La-
risme n’aurait pas dû avoir la na- gulièrement dans les régions tibétaines et de production française Hikari, en raison garde, Philippe Massonnet, Pascale Ni-
tionalité française, il était en réa- au Xinjiang, où les autorités chinoises sont d’un documentaire qu’il avait produit pour velle, Carrie Nooten, Bruno Philip, Abel
lité un étranger à expulser. confrontées à des mouvements de protesta- France 5, intitulé Tian Anmen, mémoire in- Segretin, Michaël Sztanke, Pascale
L’université se doit d’alerter tion récurrents qui sont invariablement ré- terdite. Le ministre des affaires étrangères Trouillaud, Elisabeth Zingg, Joris Zylber-
contre les tentations du sim- ¶ primés. La presse officielle chinoise en souf- de l’époque, Bernard Kouchner, fit savoir man, anciens correspondants en Chine de
plisme et les décisions prises Jean-François Balaudé est fle rarement mot, tandis que tout est fait que deux journalistes de l’agence Chine l’AFP, « Les Echos », « Le Figaro », « Libération »,
dans l’urgence. Elle a pour devoir président de l’université Paris Ouest- pour dissuader les médias étrangers de se nouvelle en poste en France se verraient pri- « Le Monde », Radio France Internationale, et
de défendre et illustrer des prin- Nanterre-la Défense rendre sur place pour rendre compte de la vés de visa si cette menace était exécutée. autres médias
0123
JEUDI 31 DÉCEMBRE 2015 disparitions | 17

Ellsworth Kelly
Peintre et sculpteur américain

L
e peintre et sculpteur des églises romanes, aux arts d’Ex- triomphante, il trouve plus d’écho
américain Ellsworth Kelly trême-Orient qu’il étudie au Mu- du côté de Barnett Newman et d’Ad
est mort dimanche 27 dé- sée Guimet. Constantin Brancusi Reinhardt, dont il découvre les
cembre dans sa maison de le reçoit dans son atelier, Jean Arp œuvres ascétiques en 1954. Sans
Spencertown (Etat de New York), à fait de même et son compatriote moyens, il a son atelier dans une
l’âge de 92 ans. Il y a à peine plus Alexander Calder se lie d’amitié zone alors assez misérable du
d’un an, ce qui est son ultime avec lui. Il rencontre aussi le com- Lower Manhattan, South Street
grande œuvre était présenté à Pa- positeur John Cage, le chorégraphe Seaport, qui lui offre une vue déga-
ris : pour l’auditorium de la Fonda- Merce Cunningham et le peintre gée sur l’East River et le Brooklyn
tion Louis Vuitton, il avait conçu Jack Youngerman, plus proches de Bridge, dont les lignes transparais-
un dispositif pictural composé de lui en âge. sent bientôt dans ses œuvres,
cinq panneaux monochromes comme auparavant l’architecture
dispersés dans l’espace et un « ri- Abstraction des sensations parisienne. Dans le quartier habi-
deau de scène » fait de douze pan- Ces noms suggèrent la recherche tent aussi alors, outre son ami Jack
neaux hauts et étroits, déclinaison de la netteté et de l’équilibre des li- Youngerman et son épouse Del-
de l’arc-en-ciel. L’œuvre se nomme gnes et des couleurs, mais aussi phine Seyrig, Agnès Martin, Jasper
Spectrum VIII, titre que Kelly lui a – avec Arp, Brancusi et Matisse – Johns ou James Rosenquist, jeunes
donné en se souvenant de l’une de l’importance initiale des sensa- artistes encore méconnus.
ses premières séries commencée tions, épurées jusqu’à atteindre Kelly ne le reste pas longtemps :
dans la capitale en 1953 et qui se une simplicité idéale et d’autant la galeriste Betty Parsons l’expose
nommait déjà Spectrum. La ques- plus intense. Cette simplicité, Kelly en 1956, le Whitney Museum of En mai 2012.
tion de la couleur, son orchestra- la trouve d’abord dans une géomé- American Art lui achète une toile THEO WARGO/AFP
tion dans l’espace et Paris : autant trie régulière. En 1949, il déduit en 1957 et, en 1959, il est l’un des
d’éléments essentiels de son d’une fenêtre de ce qui est alors le Sixteen Americans que le MoMA
œuvre et de sa trajectoire. Musée national d’art moderne – le choisit de défendre.
Né le 31 mai 1923 à Newburgh, pe- Palais de Tokyo –, un bois gravé Kelly est désormais en mesure
tite ville de la vallée de l’Hudson, il aux dimensions de l’objet lui- de poursuivre et amplifier ses ex- des dernières années Matisse, 1992. Une première rétrospective a 31 MAI 1923 Naissance
prend part à la seconde guerre même, afin de rester au plus près périences, sans rien sacrifier à la Kelly l’admettait aisément. lieu au MoMA en 1973, suivie à Newburgh, dans l’Etat
mondiale et vient pour la pre- de la perception et des résonances mode du pop art, ni à celle de l’op On se souvient aussi du désir de d’autres, au Stedelijk Museum de New York
mière fois à Paris en 1944. Démobi- qu’elle suscite en lui. Ce principe art, ni plus tard à celle du minima- l’artiste d’affirmer la part émo- d’Amsterdam en 1979, au Guggen- 1948 Séjour à Paris, grâce
lisé en 1945, il suit l’enseignement demeurera directeur pour lui au fil lisme, auquel on l’a parfois assi- tionnelle et subjective de sa créa- heim Museum de New York à un prêt d’études américain
de l’école du Musée des beaux-arts des décennies suivantes : « L’ana- milé de façon trop schématique. tion et de refuser toute assimila- en 1996. Celle-ci est montrée en- 1951 Première exposition,
de Boston, mais revient à Paris dès lyse de la perception était ce qui Peintures, dessins, collages, reliefs, tion à un minimalisme trop dog- suite à Los Angeles, Londres et Mu- à Paris
1948 à la faveur d’un G.I. Bill, prêt m’intéressait le plus. » Les premiè- formes monochromes découpées matique à ses yeux. En 1993, pour nich. Plusieurs galeries de premier 1954 Retour aux Etats-Unis
d’études accordé par le gouverne- res toiles de la série Spectrum ré- érigées dans l’espace : selon ces l’United States Holocaust Memo- plan le représentent successive- 1973 Première rétrospective,
ment américain aux anciens com- pondent à cette conception. modes complémentaires, il cher- rial Museum de Washington, il ment : Sidney Janis, Leo Castelli, au MoMA, à New York
battants. A cette date, la décision Une première exposition per- che comment inscrire sensations conçoit un ensemble de quatre Matthew Marks, Anthony d’Offay. 2013 Reçoit la National
est à contre-courant. New York est sonnelle en 1951, des participa- et affects dans des formes qui panneaux monochromes blancs, Des musées s’attachent à ses Medal of Arts
en train de devenir une ville ma- tions à des manifestations collecti- soient à la fois les plus nues et les trois rectangles et un triangle lar- œuvres sur papier ou ses sculptu- 27 DÉCEMBRE 2015 Mort
jeure de l’art vivant. Kelly mani- ves ne suffisent cependant pas à plus intenses. Les relations entre gement ouvert, comme un signe res. En 1992, la Galerie nationale du à Spencertown, dans l’Etat
feste ainsi l’un de ses traits de ca- l’imposer sur une scène pari- l’intensité chromatique et les di- de transcendance. Jeu de paume présente ses années de New York
ractère les plus flagrants : une in- sienne alors encombrée d’expres- mensions de la surface sont déter- A cette date, il est depuis long- françaises. Récipiendaire du Prae-
dépendance de jugement et d’atti- sionnisme gestuel et informel. minées au plus juste, œuvre après temps l’une des figures majeures mium Imperiale en 2000, il avait
tude. Le séjour parisien dure sept A son retour aux Etats-Unis œuvre, empiriquement. Que ses de l’art, bien au-delà des Etats- reçu en 2013 des mains du prési-
ans. Kelly s’initie à Matisse, à Pi- en 1954, il poursuit ses expérien- « shaped canvas », selon le vocabu- Unis : Biennale de Venise à plu- dent Obama la National Medal of
casso, aux derniers Monet, aux ces sur l’abstraction des sensa- laire de l’histoire de l’art, prolon- sieurs reprises à partir de 1966, Do- Arts. p
icônes de Byzance, aux fresques tions. Loin de l’action painting gent les « gouaches découpées » cumenta de Kassel en 1968, 1977 et philippe dagen

Marcel Debarge Freda Meissner-Blau


Fondatrice des Verts autrichiens
Ancien ministre socialiste

L’
ancien ministre et séna-
teur socialiste Marcel
Debarge est mort le
23 décembre à Soubise
maire, en 1977, du Pré-Saint-Ger-
vais, mandat qu’il exercera jus-
qu’en 1995, et, la même année, sé-
nateur de Seine-Saint-Denis. Il sié-
F igure historique des Verts
autrichiens, Freda Meis-
sner-Blau est morte à
Vienne, le 22 décembre, à 88 ans.
Première femme à se porter candi-
11 MARS 1927 Naissance
à Dresde (Allemagne)
1986 Fonde l’Alternative
verte et est élue députée
au Parlement autrichien
(Charente-Maritime), à 86 ans. gera au Palais du Luxembourg date à la présidence de la Républi- 22 DÉCEMBRE 2015 Mort
Marcel Debarge, c’était d’abord pendant vingt-trois ans, de 1977 à que puis à diriger un groupe parle- à Vienne
une carrure, une corpulence, un 1991 puis de 1995 à 2004. mentaire, elle a joué un rôle im-
homme fort, au parler direct, hé- portant pour ouvrir un champ po-
rité de ses racines ouvrières, au Fidèle mitterrandiste litique longtemps verrouillé, en La deuxième grande bataille, fin
cœur du pays minier. Il était né le En mai 1981, il n’est membre du Autriche, par les sociaux-démocra- 1984, est livrée contre un projet de
16 septembre 1929 à Courrières, premier gouvernement de Pierre tes et les chrétiens-démocrates. centrale hydroélectrique à
dans le Pas-de-Calais, au milieu de Mauroy que pendant quelques se- Celle que tout le monde appelait Hainburg, sur le Danube, qui
ces terrils encore marqués par le maines, au poste de secrétaire avec respect « Freda » est née le aurait entraîné la destruction
coup de grisou qui fit plus de mille d’Etat à la formation profession- 11 mars 1927 à Dresde, en Allema- d’une des plus belles réserves na-
morts en 1906. Sa mère était do- nelle, avant de devoir le céder à gne. Journaliste critique du régime turelles d’Europe. Là encore, le
mestique, son père mineur avant Marcel Rigout après l’entrée des nazi, son père avait dû s’exiler en gouvernement doit reculer.
d’entrer dans les PTT, à un « emploi communistes au gouvernement. Grande-Bretagne. Mais la jeune Ce deuxième succès est l’acte de
réservé » pour les blessés de En octobre 1981, il est à l’origine fille a vécu dans sa ville natale, en naissance des Verts, qui présen-
guerre, qui lui permet d’obtenir sa de la proposition de limiter le cu- En 1991. JOËL ROBINE/AFP février 1945, les terribles bombarde- tent à l’élection présidentielle de
mutation à Paris. C’est là, dans le mul des mandats. Au PS, il se voit ments par lesquels les Alliés, en ci- 1986 une femme dont la crinière
19e arrondissement populaire, que confier les « relations extérieures » blant la population, ont espéré hâ- blanche, le regard bleu et la parole
le jeune Debarge effectue sa scola- avec les autres partis, et en particu- ter la reddition du IIIe Reich. Cette incisive sont désormais connus
rité, entrecoupée de petits boulots, lier avec le PCF, qui pèse encore Michel Rocard joue la carte de 16 SEPTEMBRE 1929 expérience en fera une pacifiste. de tout le pays. C’est le conserva-
par nécessité. « J’ai beaucoup eu plus de 15 % des suffrages, remuant l’ouverture au centre. Naissance à Courrières Après son mariage avec Georges teur Kurt Waldheim qui est élu, au
faim », rappelait-il. allié que le PS au pouvoir s’efforce Pourtant, ou peut-être pour cette (Pas-de-Calais) de Pawloff, père de ses trois en- terme d’une campagne tumul-
A 18 ans, il entre à son tour aux de neutraliser. Les relations sont raison, à la chute du gouverne- 1977 Devient maire du Pré- fants, elle se radicalise à Paris, dans tueuse. Aux législatives, la même
PTT, devient contrôleur, mène sa parfois acerbes, alors que le PCF, ment Rocard, en mai 1991, il entre Saint-Gervais et sénateur de l’effervescence anti-autoritaire de année, les Verts entrent au Parle-
première grève en 1953, adhère à la dont les ministres sont encore au au gouvernement d’Edith Cresson, Seine-Saint-Denis Mai 68. Elle adhère au mouvement ment avec 4,82 % des voix. Seule
CGT. Eduqué dans une famille de gouvernement – ils le quitteront comme secrétaire d’Etat au loge- 1981 Secrétaire d’Etat à la féministe et se lie avec Paul Blau, femme sur huit députés, Freda
gauche baignée par le syndica- en juillet 1984 –, prend de plus en ment, puis est reconduit dans le formation professionnelle rédacteur en chef de l’Arbeiter- Meissner-Blau prend la tête du
lisme, il fait ses premiers pas en plus ses distances avec la politique gouvernement de Pierre Bérégo- 1992 Secrétaire d’Etat Zeitung, le journal du Parti social- groupe et exige la création d’une
politique au Parti socialiste auto- mise en œuvre. Ainsi, c’est Marcel voy, en disposant cette fois d’un au logement, puis ministre démocrate autrichien (SPÖ), commission chargée de la santé
nome (PSA), puis au Parti socialiste Debarge qui lance la formule du ministère de plein exercice à la délégué à la coopération qu’elle épouse en 1970. et de l’environnement.
unifié (PSU), où, aux côtés de Jean « grand écart » pour caractériser la coopération et au développement. et au développement Mais son engagement au SPÖ se Trente ans plus tard, les Verts
Poperen, Alain Savary, Michel Ro- gymnastique du parti dirigé par Une manière, certainement, de 23 DÉCEMBRE 2015 Mort à heurte à ses convictions anti- font partie du paysage en Autriche,
card, il organise des manifesta- Georges Marchais. faire taire une forte voix, un fidèle Soubise (Charente-Maritime) nucléaires. Or le gouvernement du où ils recueillent entre 10 % et 14 %
tions pour la paix en Algérie. Après le congrès de Rennes, mitterrandiste qui jamais ne se chancelier Bruno Kreisky a décidé des suffrages. S’ils n’ont encore ja-
Il adhère au Nouveau Parti socia- en 1990, le « fabiusien » Marcel De- comporta en courtisan. En 1995, il de construire la première centrale mais gouverné au niveau national,
liste dirigé par Alain Savary dès sa barge devient numéro deux du PS, cède son fauteuil de maire du Pré- atomique du pays à Zwentendorf. ils participent à des coalitions ré-
création, en 1969, qui va donner dirigé par Pierre Mauroy. Mais Saint-Gervais à Claude Bartolone, Les opposants réussissent à obte- gionales. Freda Meissner-Blau,
naissance deux ans plus tard, au pour ce militant ouvrier, l’évolu- conserve son mandat de sénateur nir une consultation populaire. A elle, s’était retirée du parti, fin
congrès d’Epinay, au Parti socia- tion du PS suscite de fortes interro- jusqu’en 2004, et observe avec un une très courte majorité, en 1978, 1988, en raison de graves problè-
liste, dont François Mitterrand gations. « Si le parti ne démontre détachement de plus en plus désa- les Autrichiens se prononcent con- mes de santé. Mais elle est restée,
prend les commandes. En 1977, il pas qu’il est encore socialiste, j’en ti- busé l’évolution d’une famille poli- tre le nucléaire – un refus ancré en- jusqu’au bout, une observatrice
entre au comité directeur, puis, rerai les conséquences et abandon- tique qui lui était si profondément suite dans la Constitution –, et engagée du monde et s’inquiétait
en 1979, accède au secrétariat na- nerai mes responsabilités », décla- chevillée au corps. p Zwentendorf ne sera jamais mise de ses dérives technologiques. p
tional. Entre-temps, il a été élu re-t-il en octobre 1990, alors que patrick roger en service. joëlle stolz
18 | disparitions & carnet 0123
JEUDI 31 DÉCEMBRE 2015

Le 25 décembre 2015, Mme Françoise Vatin, Nicole et Jean-Claude Longeaud,

Lemmy Kilmister Xqu itcpfu fixfipgogpvu


Ng Ectpgv
dans sa quatre-vingt-quinzième année,

Noëmi
ses enfants et petits-enfants,
Mme Claude Lévy
M. et Mme Willy Pascalis
et leurs enfants et petits-enfants,
M. et Mme Delautier,
Michèle et Serge Samuelian,
Jean-Pierre et Anne Roullé,
Pascale et Claude Maillard,
ses enfants,
Ses petits-enfants,

Leader de Motörhead Pckuucpegu. dcrv‒ogu. octkcigu


Cxku fg ffieflu. tgogtekgogpvu.
BLUMENKRANZ-ONIMUS,
chargée de recherches au CNRS e.r.,
spécialiste du Futurisme italien,
Mmes Catherine et Sophie Lévy,
Mme Colette Lemant,
ses enfants et petits-enfants,
Ses arrière-petits-enfants
Et toute la famille,

ont la tristesse de faire part du décès de


M. Guy Dreyfus,
oguugu cppkxgtucktgu M. Laurent Geismar,
M. et Mme Alpert, Marie-Louise ROULLÉ,
Eqnnqswgu. eqphfitgpegu. est partie de son domicile vers M. et Mme Bryant, née DUBOURG,
rqtvgu/qwxgtvgu. ukipcvwtgu son monde, après avoir exprimé Samba Fall,
Uqwvgpcpegu fg ofioqktg. vjflugu sa volonté de faire don de son corps Marie Agnès Bouin,
à la science. Le personnel de la Villa Epidaure survenu dans sa cent deuxième année.
Rqwt vqwvg kphqtocvkqp < Et ses amis du monde entier,
Cet avis tient lieu de faire-part.
23 79 4: 4: 4: Sa famille, ont la grande tristesse de faire part
23 79 4: 43 58 Ses proches du décès de
ectpgvBorwdnkekvg0ht Matthieu et Nathalie Rudelle
Et ses idèles amis. et leurs enfants,
Beata LÉVY, Alice et Olivier Waternaux
12, rue Émile Faguet, née KAMBER, et leurs enfants,
AU CARNET DU «MONDE» 75014 Paris. Jean-Baptiste et Marine Rudelle
veuve de et leurs enfants,
ses enfants et petits-enfants,
Mariage Saint-Jean d’Angély Jacques LÉVY,
(Charente-Maritime). décédé en juin 1997, ont la douleur de faire part du rappel
à Dieu de
Jan-Paul POULIQUEN survenu le 27 décembre 2015.
et Mme Jacqueline Debarge, Pierre Marie RUDELLE,
Michel SAïU son épouse Elle restera dans notre mémoire comme
Ainsi que toute la famille, le 28 décembre 2015,
une belle âme et l’incarnation du charme à l’âge de quatre-vingt-trois ans.
ont le regret de vous annoncer slave.
leur mariage.
ont la tristesse de faire part du décès de Il a rejoint sa ille,
Il n’y aura pas d’obsèques car elle
Vive la PACS amélioré ! a souhaité faire don de son corps
M. Marcel DEBARGE, Nicolette,
à la science.
Ni fête ni cadeaux. ancien ministre, et son épouse,
parlementaire honoraire, Toutefois son nom sera rappelé au cours
jean-paul.pouliquen@orange.fr Odile.
maire honoraire du Pré-Saint-Gervais, de l’office qui sera célébré le vendredi
oficier de la Légion d’honneur, 1 er janvier 2016, à 18 h 30, à l’ULIF,
Décès 24, rue Copernic, Paris 16e. La cérémonie religieuse sera célébrée
le jeudi 31 décembre, à 10 h 30,
survenu dans sa quatre-vingt-septième club.beata.paris@gmail.com en l’église Saint-Christophe de Javel,
Wanda Capeller-Arnaud,
En août 2005. année. Paris 15e.
son épouse,
PHOTOSHOT/UPPA/ Pascal et Annie, Dora et Jean-Michel, 6, avenue Emile Zola,
Musin. Magnieu. Paris.
VISUAL PRESS AGENCY/ Béatrice, Un dernier hommage lui sera rendu 75015 Paris.
Nicolas et Nicole, Ivan et Catia, ce mercredi 30 décembre 2015,
Daniel et Lucie, Jean-Luc Mellier,
ses enfants et leurs conjoints, à 14 heures, au crématorium de Saintes, son époux,
Fanette,
Remerciements
Ses petits-enfants, suivi du dépôt de l’urne, dans l’intimité

D
Ses arrière-petits-enfants, familiale, au cimetière de Saint-Jean sa ille
epuis 1975, année où il 24 DÉCEMBRE 1945 Najwa Bassil-Pietton,
Sa famille en France et au Brésil, et Clément Mellier Vauchez, son épouse,
avait fondé Motö- Naissance à Stoke-on-Trent, d’Angély.
Marcus, Mariejo et Raymond Pietton,
rhead, Lemmy Kilmis- en Angleterre ont la tristesse de faire part du décès de son petit-ils ses parents,
ter avait à cœur, soir FIN 1971-ÉTÉ 1975 Bassiste PF Colin, Saint-Jean d’Y. Ainsi que sa famille et ses amis, Raphaël et Ségolène, Romain,
après soir, sur les scènes du et chanteur d’Hawkwind Tel : 05 46 32 05 54. Marine Pietton,
monde entier, de mener au plus 1975 Forme le trio Motör- André-Jean ARNAUD, ont la tristesse de faire part du décès de ses enfants
directeur de recherche émérite au CNRS, M. Aymeric Zublena, Et toute la famille,
loin toute la puissance de son head, encore actif en 2015 fondateur et directeur scientiique Marie-Emmanuelle MELLIER,
groupe, référence du heavy metal 1980 Album « Ace of Spades » de l’Institut international président, née PONCET, dans l’impossibilité de remercier chacun
britannique. Atteint d’un cancer, 28 DÉCEMBRE 2015 Mort de sociologie juridique, M. Arnaud d’Hauterives, de tous ceux qui leur ont exprimé
Prix Podgorecki secrétaire perpétuel survenu à l’âge de cinquante-sept ans. sympathie et affection, lors du décès de
qui lui avait été diagnostiqué sa- d’un cancer, à Los Angeles du Research Comittee Et tous les membres
medi 26 décembre, deux jours on Sociology of Law, Un recueillement a eu lieu ce mercredi Denis PIETTON,
de l’Académie des beaux-arts,
après l’anniversaire de ses 70 ans, 30 décembre 2015, à 10 h 15, au centre
le 7 décembre 2015,
Lemmy Kilmister est mort lundi funéraire de Chambéry, suivi de la
survenu le 25 décembre 2015, ont la tristesse de faire part du décès crémation.
28 décembre, à son domicile de va mener Motörhead à la consé- à l’âge de soixante-dix-neuf ans. vous prient de trouver ici leurs
de leur confrère,
Los Angeles, a annoncé un court cration avec l’album Overkill remerciements émus.
Cet avis tient lieu de faire-part
message diffusé mardi 29 sur la (mars 1979), son deuxième en stu- Les obsèques auront lieu et de remerciements.
dans l’intimité. (Le Monde du 17 décembre.)
page Facebook du groupe. Le dio, puis Bomber (octobre 1979) et Eugène DODEIGNE,
meilleur moyen de lui rendre Ace of Spades (novembre 1980). membre de la section de sculpture Mathias Ott-Rideau, Communications diverses
Grandlup-et-Fay. Laon (Aisne). son ils,
hommage, ajoute ce communi- Jouer vite et fort, avec le souci de l’Académie des beaux-arts,
membre de l’Institut, Michel Pivin, Institut universitaire Elie Wiesel, cours
qué, sera d’écouter la musique de que cela conserve un aspect non « Je suis debout au bord de la plage,
un voilier passe dans la brise du matin son compagnon, du mois de janvier 2016 :
« Motörhead à plein volume, mécanique, détendu, telle est la chevalier de la Légion d’honneur, Jeanne-Marie, François, Jacques,
et part vers l’océan, 5 janvier « Moïse, entre Bible
d’Hawkwind à plein volume, de volonté du bassiste et chanteur Guy-Louis, Cecile-Anne, Dominique, et archéologie. Recherches récentes
Il est la beauté, il est la vie .»
Lemmy À PLEIN VOLUME. Et de avec Motörhead. Les amateurs du William Blake Chantal, Marie-Paule, Marie-Christine dans les déserts du Sinaï et du Negev » par
boire quelques verres ». rock le plus efficace s’y retrouvent, survenu le jeudi 24 décembre 2015, et Marie-Nathalie, Michaël Jasmin (6 séances). 6 janvier
Né le 24 décembre 1945 à Stoke- ceux du punk comme du hard- Hélène Bellier, à l’âge de quatre-vingt-douze ans. ses frères et sœurs, « Langue judéo-espagnole du Maroc
son épouse, ou Haketia » par Line Amselem
on-Trent, en Angleterre, Ian Fra- rock. Ses blousons de cuir, ses che-
Guillaume et Frédéric Bellier, ont la douleur de vous informer (6 séances). 7 janvier « Itinéraire de la
Les obsèques seront célébrées de la disparition de chanson en France » Hervé Roten
ser Kilmister – il gagnera son sur- veux longs et ses imposantes rou- ses enfants,
nom de Lemmy à son adoles- flaquettes attirent les regards, Martine et Viviane, ce mercredi 30 décembre, dans la plus (4 séances) Solidarité Judaïsme et Action
ses sœurs stricte intimité. Catherine RIDEAU, Sociale. 11 janvier, à 19 h 30
cence – avait d’abord joué de la comme sa manière de chanter, « Oser parler du handicap » par Gilles
Et l’ensemble de sa famille, Bernheim. Conférences-débat d’éthique
guitare dans divers groupes au dé- tête levée vers un micro haut per- survenue le dimanche 27 décembre 2015,
Cet avis tient lieu de faire-part. publique. 13 janvier, à 19 h 30
but des années 1960. C’est à ché. Il arbore aussi volontiers des ont la profonde tristesse de faire part à Paris. « La victime a-t-elle toujours des droits »
l’automne 1971 qu’il rejoint sa pre- insignes militaires d’uniformes du décès de par Gilles Bernheim.
Académie des Beaux-Arts, Ses obsèques auront lieu ce mercredi
mière formation importante, le de la seconde guerre mondiale, Inscription à l’avance obligatoire,
M. Francis BELLIER, 12, quai de Conti, 30 décembre, à 14 h 30, en l’église Saint- 119, rue La Fayette, 75010 Paris.
groupe britannique de space rock dont il est un collectionneur. 75270 Paris Cedex 06. Symphorien de Versailles, puis Tél. : 01 53 20 52 61.
Hawkwind, qui mêle au psychédé- Homme de spectacle, Lemmy survenu le 27 Décembre 2015, l’inhumation au cimetière de Montreuil. www.instituteliewiesel.com
lisme des éléments de hard-rock Kilmister savait jouer avec son dans sa soixante-cinquième année.
(Le Monde du 29 décembre.)
et va être réputé pour les effets vi- image d’affreux et de méchant,
M. Bellier repose au salon funéraire
suels et les longues parties impro- exagérée à dessein – beaucoup Sautier, 64, rue de la Manoise, Laon
visées lors de ses concerts. d’alcool, de drogues, sauf l’hé- (Aisne). Paul Le JÉLOUX,
roïne, de sexe –, lui qui, dans le
Une cérémonie religieuse sera célébrée
Grosse basse, drogues et sexe privé, selon ses proches, se mon- le samedi 2 Janvier 2016, à 9 h 45, admirable, trop sensible, ayant voué
Avec Hawkwind, Lemmy Kilmis- trait attentif à la politesse et aux en l’église de l’abbaye Saint-Martin sa vie aux muses, nous a quittés le lundi Ng Ectpgv
ter se met à la basse, dont il joue bonnes manières. Ce qui ne l’em- de Laon, rue Berthelot. 28 décembre 2015.

Cxku fg ffieflu. eqpfqnficpegu.


plutôt comme un guitariste ryth- pêche pas, lorsque Motörhead ne
Le recueillement des proches aura lieu
mique, avec des réglages de tona- fonctionne pas comme il le sou- le mercredi 6 Janvier, à 11 heures, Catherine Ndiaye, Hervé Duhamel,
au crématorium d’Holnon (Aisne). Rafik Baccouche, Emmanuelle Moses,
tgogtekgogpvu. jqoocigu.
lité qui mettent en avant un son haite, de piquer de notoires colè-
grave, très présent. Il est aussi le res. Pour Motörhead, il ne tolère Ses cendres seront inhumées au cimetière Jean-Yves Masson, Philippe Giraudon
chanteur sur quelques composi- ni demi-mesure ni relâchement. de Méricourt-sur-Somme, dans le caveau et tous ceux d’ Obsidiane,
cxku fg oguug
familial.
tions, voix rauque et grondante. En 1981 paraît l’album enregistré Jean-Louis Bouttes,
Autant d’éléments qui seront dé- en public No Sleep’Til Hammers- Fleurs naturelles uniquement et dons Geneviève Boddaert et François,
veloppés au sein de Motörhead. mith, impeccable témoignage du au proit de la recherche médicale contre Jean-Claude Caer, Patrick Maury,
le cancer. Sa famille,
Lemmy Kilmister restera avec jeu du groupe à cette époque.
Ses amis,
Hawkwind jusqu’à l’été 1975, du- Eddie Clarke quitte le groupe Un registre à signatures recevra vos
rant une période souvent consi- en 1983, un temps remplacé par messages de sympathie et de
condoléances. ont la douleur de faire parvenir cette
dérée comme son âge d’or avec les Brian Robertson, puis par Phil
nouvelle.
albums Doremi Fasol Latido Campbell à partir de 1984, tou- Il laissera le souvenir d’un homme
(1972), Hall of the Moutain Grill jours au sein de Motörhead jus- de probité et de bienveillance.
L’office sera célébré en l’église
(1974) et Warrior on the Edge of qu’aux récents derniers concerts.
Cet avis tient lieu de faire-part de Noyal Pontivy (Morbihan), le samedi
Time (1975) et ces fameux con- Les changements de batteurs sont et de remerciements. 2 janvier 2016, à 10 h 15.
certs hallucinés dont rend plus fréquents jusqu’à l’arrivée,
compte notamment le disque The en 1993, de Mikkey Dee. Le propos
Space Ritual Alive in Liverpool and et la force de Motörhead, eux, res-  # #   $    
 !# $   #    #$   $  # &. + *1.+
London (1973). tent stables (le groupe jouera un   #$ $      #$ $   $  #   $   #  *'$ %&# &
Viré du groupe au prétexte qu’il moment avec deux guitaristes).   #$    # . *&%%*
  #   $
  ! # !  #! *%& + &/&
a été arrêté pour possession d’am- Avec régularité, Motörhead en-   #$  % # #    # " $

Rqwt vqwvg kphqtocvkqp <


phétamines durant une tournée, registre de nouveaux albums (sa   #$ ! #!    # %&!- &(). % *  ** %%#&%.
 * %  # %*  # * .*
Lemmy Kilmister décide de deve- discographie en studio en compte   # #   ** &.*-& + # % *&% 1#/ 
.$%% *%. (*$%- *

23 79 4: 4: 4:
 #   $ $  %%- &-  # (( &.* # 2"&0+"
nir le leader de son propre groupe. plus d’une vingtaine, dont le der-  #   $# *%" &%%+ # .** %
nier en date, Bad Magic, sorti en
23 79 4: 43 58
Ce sera Motörhead (titre d’une   #$ $ $ %# $  $  ##+ m%
&-
  #$ $ %# $ $ .# % *& &.*-
chanson enregistrée avec août), précédés ou suivis de lon-
 #$   % ! #  #  #!  %%-  *-

ectpgvBorwdnkekvg0ht
Hawkwind), trio qui, après quel- gues tournées, qui, certaines an-  # * +- % ++&#
  #$ #!#$ * + (-&&*&.
ques aménagements, sera consti- nées, affichent jusqu’à 200 con- #  &#+ $%2
tué d’Eddie Clarke à la guitare et certs. Celle de l’année 2016 devait   *  2 -
de Phil Taylor (1954-2015) à la bat- commencer le 23 janvier à New-  #$ *%" &. Vctkh < 48  VVE
Rtkz nc nkipg
 #     $  $ -* % &#1
terie jusqu’au début des années castle, en Angleterre. p  #        # * +- % -
!  !$ %    ** * (*+ %- +- % *% & / (*+ %-
1980. Cette formation historique sylvain siclier
0123
JEUDI 31 DÉCEMBRE 2015
styles | 19
2015 dans le rétroviseur
L’époque étant au bilan, voici les voitures qui ont fait parler d’elles cette année. Pas toujours pour de bonnes raisons
AUTOMOBILE rham redonnent vie à l’époque où
le conducteur devait se mettre au
service de sa monture plutôt que
ELLES ONT FAIT L’ACTU le contraire. En échange, la 275 re-
nouvelée offre des sensations ju-
La Jeep Cherokee des hackers bilatoires au conducteur assis au
L’avenir de l’automobile est tout ras du sol dans une sorte de kart
tracé. Aujourd’hui, elle est con- rallongé. On en sort fourbu mais
nectée au monde via Internet heureux.
pour écouter de la musique en
streaming, réserver dans un res- Le Mazda MX-5, stylé
taurant ou diffuser une alarme en Moins radical et plus abordable
cas d’accident. Demain, elle sera que la Caterham 275, le roadster
autonome. Cet avenir radieux MX-5 incarne lui aussi la voiture
s’est voilé en août lorsque des jouet. Cette quatrième génération
chercheurs en informatique ont reste fidèle à la formule qui lui a
expliqué comment ils avaient pris permis de se construire une in-
le contrôle à distance d’une Jeep croyable popularité : légèreté (elle
Cherokee conduite par un journa- a même perdu 100 kilogrammes),
liste (volontaire) du magazine Wi- moteurs raisonnables (130 ou
red. Ce piratage a semé la pagaille 160 ch) mais efficaces et, surtout,
parmi les constructeurs et con- cette ligne que Mazda est parvenu
traint la filiale de Fiat Chrysler à à moderniser sans la dénaturer.
rappeler 1,4 million de véhicules
pour une mise à jour. La Peugeot 308 GT, équilibrée
Oubliez les 270 ch et l’esbroufe de
La Toyota Hilux de l’EI la 308 GTI et préférez la version
Des vidéos de l’organisation Etat GT de la voiture qui a remis Peu-
islamique présentant fièrement geot sur les rails. Cette version
des alignements de pick-up sans ostentation cultive le plaisir
Toyota Hilux, le modèle idéal de conduire avec bien plus de tact
pour transporter une mi- grâce à son moteur musclé
trailleuse ou un lance-roquettes. (205 ch en essence, 180 ch en die-
Forcément, cela fait désordre. Le sel) sans être pousse-au-crime et
département américain du Tré- son excellent châssis. Un modèle
sor a publiquement demandé des de brio et d’équilibre.
explications au constructeur ja-
ponais. Un rappel à l’ordre assez
hypocrite car ces véhicules sont, ELLES ONT (BIEN) VÉCU
dans leur grande majorité, des
prises de guerre récupérées La collection Baillon flambe
auprès de l’armée irakienne en On n’avait jamais vu ça : une
déroute et des rebelles syriens. soixantaine de voitures histori-
ques – ou ce qu’il en reste – le plus
La Volkswagen du 13 novembre souvent françaises (Delahaye, De-
Il était dit que l’année 2015 ne se- lage, Hispano-Suiza, Talbot-Lago,
rait pas celle du groupe Volkswa- Panhard-Levassor) découvertes
gen, au cœur d’un scandale sans dans les dépendances d’un châ-
précédent pour avoir triché sur le teau proche de Niort. Cette collec-
niveau réel des émissions de ses tion – qui comprend entre autres
voitures. A Paris, le 13 novembre, une Ferrari 250 GT California,
c’est à bord d’une Volkswagen (presque) pas rouillée –, consti-
Polo et d’une Seat Leon de loca- tuée dans les années 1960-1970
tion (d’une Renault Clio, égale- par Roger Baillon, un transpor-
ment) qu’ont opéré les tueurs. teur des Deux-Sèvres, a été adju-
Encore une apparition dans le gée à Rétromobile pour une va-
champ des médias dont les mar- leur totale de 25 millions d’euros.
ques allemande et espagnole, qui Cette vente réalisée par Artcurial
doivent rappeler des millions de témoigne de la folie qui a saisi les
voitures pour les conformer à la enchères automobiles.
réglementation, auraient bien
fait l’économie. La Bentley donne « Satisfaction »
Rock et automobile sont deux
La Peugeot 508 des VTC mythes complémentaires. La
Dans le conflit Uber contre taxis Bentley Continental Flying Spur
qui a marqué l’année, il est aussi de 1965 est un modèle recherché.
question de style. Chez Uber, les Mais lorsque la voiture en ques-
voitures veulent se différencier et tion a appartenu au cofondateur
sont le plus souvent noires – en des Rolling Stones, et qu’elle a été
général de très classiques berlines utilisée pour un road trip épique
de milieu de gamme. D’où le suc- entre Londres et Marrakech
cès de la Peugeot 508 (et, dans une en 1967, les cours s’envolent. La
moindre mesure, de la Citroën C5 Bentley de Keith Richards, célèbre
ou de la Skoda Superb) anthracite pour sa cache aménagée afin d’y
briquée dont s’extrait un chauf- dissimuler une réserve de stupé-
feur portant un costard assorti à fiants, a été adjugée 1 million
son véhicule, afin d’ouvrir une d’euros.
portière aux vitres surteintées.
La DeLorean crève l’écran
Autre fertilisation croisée on ne
ELLES ONT DÉÇU peut plus féconde : la rencontre
entre la voiture et le cinéma. La
L’Audi A4, trop Audi date mythique du 21 octobre 2015
Oui, la nouvelle A4 est parfaite- – les fans de Retour vers le futur
ment conçue, bourrée de techno- comprendront… – a permis de
logie, d’un grand confort, et son rendre un vibrant hommage à la
habitacle est d’une élégance iné- DeLorean, éphémère et improba-
galée. Mais ce n’est pas une raison La DS de Citroën, ble marque de luxe américaine
pour s’enfermer à ce point dans une respectable qui fut, sept ans après sa dispari-
son propre style. Car le charme La XE est loin d’être inélégante présentée à Turin en juillet, on modèle qui a porté sur les fonts sexagénaire. tion en 1982, la vedette de cette
n’opère plus comme avant. Le de- mais manque de personnalité. peut en conclure que seuls trois baptismaux le monospace en 1984 DR/CITROËN COMMUNICATION saga. Pour l’occasion, on a même
sign extérieur des Audi devient de changements significatifs sont est chargée de rompre avec une ar- L’E-Méhari de Citroën, vu apparaître des pseudo-DeLo-
moins en moins chaleureux et les L’E-Méhari, trop artificielle intervenus. L’ajout d’une chitecture de grosse voiture privi- qui pourrait rean sur base de Citroën BX.
modèles se ressemblent telle- Faute d’avoir pu lancer une vraie deuxième petite moustache chro- légiant l’habitabilité. Long et assez bien capoter.
ment qu’on ne les distingue que nouveauté en 2015, Citroën a ter- mée à l’avant, l’installation d’un bas, ce SUV original (deux termes NICOLAS ZWICKEL/CITROËN Le DS souffle ses 60 bougies
par le gabarit. Avec l’A4, Audi tou- miné l’année en présentant l’E- écran sur la planche de bord et devenus presque antinomiques) COMMUNICATION La plus glamour et la plus inno-
che à la limite de l’exercice. Méhari, pseudo-réincarnation (sur certains modèles) d’un nou- adopte une allure qui plaît ou non. L’Espace Initiale, vante des voitures françaises a eu
tout électrique de la mythique veau cadran sous les yeux du con- Malgré un choix de moteurs trop le monospace revisité droit aux honneurs qui lui étaient
La Jaguar XE, trop scolaire Méhari née en 1968. Conçue sur la ducteur. Numéro un de sa catégo- étriqué, l’Espace est très affûtée, en de Renault. dus pour son soixantième anni-
La XE est une « petite » Jaguar pro- base d’une Bluecar de Bolloré, l’E- rie, la 500 se la coule douce et cela particulier la version dotée des STEFFEN JAHN/MEDIA.RENAULT versaire. Dont un défilé monstre
mise à devenir le modèle le plus Méhari n’est pas très gracieuse et, ne l’empêche pas de rester nu- quatre roues directrices. Manifestation le 24 mai à travers Paris, la ville où
diffusé de la gamme. Le construc- en plus, elle est hors de prix méro un. Jusqu’à quand ? des taxis parisiens elle fut fabriquée pendant
teur britannique a fixé dans son (autour de 20 000 euros, prime La Caterham 275, jubilatoire en novembre contre vingt ans. L’occasion de constater
viseur les références du marché, écologique comprise). Le type Constructeur britannique quasi les services fournis que la magie perdure autour de ce
autrement dit les berlines alle- même de la fausse bonne idée. ELLES ONT PLU artisanal, Caterham entretient par Uber. modèle que l’on ne pourrait guère
mandes BMW et Audi. Au point avec application et déférence la lé- THOMAS SAMSON/AFP réinventer aujourd’hui mais dont
d’oublier ce qui fait sa particula- La Fiat 500, trop désinvolte La Renault Espace, affûtée gende de la Lotus Seven de… 1957. la nouvelle marque DS compte
rité : des formes douces mais éner- Après avoir examiné sous toutes Pas facile de renouveler l’Espace. Hormis un moteur Ford moderne faire vivre l’esprit. p
giques, la classe sans ostentation. les coutures la « nouvelle » 500 Cette cinquième génération d’un et des freins à disque, les Cate- jean-michel normand
20 | culture 0123
JEUDI 31 DÉCEMBRE 2015

La musique
coince sa bulle
dans leurs bulles
De « Daho » à « La Française Pop »,
en passant par « La B. O²-M- »,
plusieurs ouvrages récents illustrent
les interactions fructueuses et
inattendues entre dessin et chanson

se sent en confiance et qu’on fait Ci-contre,


partie de son environnement. Il a une planche
également compris qu’il y avait de « Daho,
beaucoup de bienveillance dans l’homme la prison à perpétuité pour avoir
notre initiative », explique Alfred, qui chante ». « dessoudé un barbeau de Paris » à
grand fan de Daho, tout comme ALFRED la fin des années 1920 (ce qu’il nie
David Chauvel. A gauche, avoir fait). Une illustration pour la
Cette plongée dans les coulisses Vanessa couverture du disque ainsi que
d’un « acte de création » intéres- Paradis dans quelques vignettes pour l’inté-
sera toutefois au-delà des adula- « La Française rieur sont commandées à l’auteur
teurs du créateur de Week-end à Pop » de bande dessinée Sylvain Do-
Rome. L’ouvrage vaut aussi pour CHARLES BERBERIAN range. « Et si l’on en faisait une
son atmosphère pop et chaleu- BD ? », lanceront alors les respon-
reuse, due à l’usage exclusif du sables marketing de Sony Music
crayon de couleur, « outil de prise en voyant le résultat, plutôt ré-
de notes au départ qui a fini par jouissant.
s’imposer de lui-même », indique Scénarisé par Cécile Richard (la
Alfred. Fidèle à son modèle, le des- compagne de Sanseverino),
sinateur s’est par ailleurs con- l’ouvrage publié par la Boîte à Bul-
tenté d’un traitement délicat pour les mêle les textes du chanteur à

A
rt muet, la bande les parties musicales, transfor- l’ouvrage : la démarche artistique un récit aux rebondissements
dessinée n’a théori- mant les vibrations mélodiques commune qui rapproche la mai-
De nombreux multiples, tiré des notes que ce-
quement pas grand- en oscillations graphiques. son d’édition indépendante L’As- auteurs de BD lui-ci a prises à la lecture de Pa-
chose à offrir à la Le même Etienne Daho ne pou- sociation, créée en 1990 afin de pillon. Cette « adaptation d’adap-
musique, art de vait pas ne pas figurer au som- dynamiter les codes narratifs de la
et musiciens tation » doit toutefois se lire
l’éphémère souffrant peu d’être BD, et Les Siestes acoustiques, con- partagent une « avant d’écouter le disque », re-
enfermé dans des cases. Théori- cept participatif né en 2010 autour
quement, seulement. Preuve que d’une bande de musiciens (Bas-
même aspiration
la première n’en finit pas d’explo- tien Lallemant, Albin de la Si- à davantage de
rer ses potentialités narratives, mone, JP Nataf, Jeanne Cherhal...).
on ne compte plus, depuis quel- « D’un côté comme de l’autre, on
liberté créatrice
ques années, les albums ayant la voit des artistes se prendre en main
seconde pour sujet. En cette fin en raison d’une certaine frilosité
2015, la chanson française est chez les majors ou chez les grands écouter le morceau de -M- tous
particulièrement à l’honneur, éditeurs pour aller directement les soirs pendant une semaine,
avec des différences dans les mo- vers leur public », confie Charles dans le noir, en laissant courir
des de traitement qui témoi- Berberian, guitariste à ses heures instinctivement son stylo sur
gnent de la vitalité des deux dis- et membre actif de ces concerts de une palette graphique, dont le
ciplines. début d’après-midi invitant à glis- fond d’écran a lui aussi été noirci
ser dans les bras de Morphée. afin que seule la lumière du trait
Un Daho intime et secret Cette aspiration à davantage de soit visible par son exécutant. De
Dans Daho, l’homme qui chante liberté créatrice traverse égale- cette expérience sensorielle est
(Delcourt), David Chauvel (scéna- ment La B.O²-M- (éditions 2024), né un livre au format carré qui,
rio) et Alfred (dessin) ont opté livre musical proposé par le dessi- s’il reprend les textes (surréalis-
pour le mode documentaire afin nateur Matthias Picard et le chan- tes) de -M-, propose un récit en
de raconter les différentes étapes maire de La Française Pop (Hé- Extrait teur Matthieu Chedid, dit -M-. tant que tel, tenant plus de l’ana-
de la réalisation d’un disque, en lium), du journaliste Christophe de « Daho, Tout est parti d’un coup de fil de logie que de la paraphrase. Un
l’occurrence Les Chansons de l’in- Conte et du dessinateur Charles l’homme ce dernier, en avril dernier. -M- ve- fond noir (décidément) donne de
nocence retrouvée (Polydor/Uni- Berberian. Compilation de repor- qui chante ». nait de terminer l’enregistrement l’éclat à un petit nuancier de cou-
versal), sorti en 2013. Les deux tages publiés par le premier dans ALFRED d’un morceau d’une trentaine de leurs (or, rose…). L’histoire ? Un
auteurs ont suivi le chanteur les colonnes des Inrockuptibles, A gauche, minutes, fruit d’un travail d’im- voyage onirique qu’il faut feuille-
pendant trois ans, à intervalles cette anthologie subjective consa- la couverture provisation agrémenté de quel- ter en écoutant le disque.
réguliers. Ils ont aussi interrogé cre moins de place à la BD qu’à l’il- de « La B.O2-M- ». ques contraintes (jouer les yeux Matthias Picard a bien cons-
une poignée de professionnels lustration pure, domaine dans le- MATTHIAS PICARD fermés, échanger ses instruments cience de la responsabilité qui lui
impliqués dans le projet (musi- quel excelle tout autant le second, avec les autres musiciens…), et incombe après la réalisation d’un
ciens, directeur artistique, chef ancien membre du duo Dupuy- cherchait un prolongement vi- pareil projet : il est celui qui, avec
Berberian, Grand Prix du Festival Ci-dessous, suel à cet objet musical pas son accord, a mis des images sur commande Sanseverino, grand
d’Angoulême, en 2008. De Jacques les Rita Mitsouko comme les autres. C’est lui qui sol- l’univers musical si particulier de lecteur autrefois de Robert
Dutronc à Brigitte Fontaine en par Berberian licitera directement Matthias Matthieu Chedid. « Ça ne reste Crumb, Frank Margerin et Tram-
passant par Dominique A, Jean- dans « La Picard, dont il a beaucoup appré- que mon interprétation. Chacun ber & Jano, autant d’auteurs de
Louis Murat ou Yael Naim, les por- Française Pop ». cié Jim Curious, un livre muet en peut évidemment se faire la bande dessinée dont l’œuvre est
traits d’une centaine de chanteurs CHARLES BERBERIAN lecture 3D se déroulant sous les sienne », prend-il néanmoins la elle aussi traversée par la musique
et chanteuses incarnant au sens A droite, planche océans, sorti en 2012. peine de préciser, en espérant sur- (jazz, rock…). Et dont il n’est pas
large les notions de pop tricolore de «Sanseverino Le dessinateur, parti voyager ici tout que les aficionados du chan- inutile de rappeler les noms ici
et de « nouvelle chanson fran- est Papillon ». et là en Europe dans l’idée de teur se rendront compte que le CD même. p
çaise » s’y succèdent. SYLVAIN DORANGE « dessiner sans but », va alors – d’une heure en tout avec sa ver- frédéric potet
Si l’élégance stylistique et gra- sion instrumentale – figure bel et
phique des deux auteurs se fond bien dans l’ouvrage (ce qui expli-
plutôt bien avec le genre musical que son prix : 35 euros). Daho, l’homme qui chante,
de projet, régisseur…), exacte- évoqué, le lecteur féru de pop cul- d’Alfred (dessin) et David Chauvel
ment comme l’aurait fait une ture retiendra une autre simili- Le papillonnage de Sanseverino (scénario), Delcourt, 144 pages,
équipe de télévision. tude, mise en exergue dans Les fans de Sanseverino, eux, 18,95 €.
La différence ? La légèreté de n’auront pas cette précaution à La Française Pop,
leur matériel : ni caméra ni micro, prendre : il leur faudra acheter sé- de Christophe Conte (textes) et
mais de simples carnets de notes. parément le CD et la BD pour se Charles Berberian, Hélium,
Ce mode non intrusif de repor-
Ce mode plonger entièrement dans son 296 pages, 28 €.
tage, ajouté à la fréquence des ren- non intrusif de adaptation de Papillon (Robert La B.O2-M-,
contres, a permis d’accéder à un Laffont, 1969), le célèbre roman de Matthias Picard (dessin) et
Daho à l’évidence plus intime et
reportage, avec d’Henri Charrière dans lequel ce- Matthieu Chedid (musique),
plus secret, notamment lorsque juste un crayon lui-ci raconte son séjour et son Editions 2024, 100 pages + un CD,
celui-ci a dû mettre son travail en- évasion du bagne de la Guyane 35 €.
tre parenthèses en raison d’une
et un carnet, a française. Au départ, le chanteur a Sanseverino est Papillon,
péritonite (qui entraîna bien des permis de mettre écrit une petite quinzaine de mor- de Sylvain Dorange (dessin),
rumeurs). « Etienne est quelqu’un ceaux inspirés du destin de « Pa- Cécile Richard (scénario)
de discret mais qui devient très gé-
Etienne Daho pillon » (surnom dû à un tatouage et Sanseverino (chansons),
néreux et disponible dès lors qu’il en confiance qui orne sa poitrine), condamné à La Boîte à bulles, 96 pages, 24 €.
0123
JEUDI 31 DÉCEMBRE 2015 culture | 21

Silvia Perez-Cruz, un air de Catalogne


A 32 ans, la chanteuse, originaire de Palafrugell, n’a sorti que deux disques solo,
« 11 novembre » et le très beau « Granada ». Mais elle a derrière elle vingt ans
d’une carrière commencée aux côtés de son père, guitariste et chanteur
dans les tavernes de Calella, où le dessinateur Aurel l’a rencontrée pour « Le Monde »
22 | culture 0123
JEUDI 31 DÉCEMBRE 2015

Jean-Christophe Maillot couvre d’étoiles le Rocher


Depuis trente ans, le chorégraphe à la tête des Ballets de Monte-Carlo a imposé sa relecture des grands ballets

PORTRAIT Coppieters – elle a fait ses adieux


en 2014 pour devenir assistante

Q
ui a la chance d’avoir de Maillot –, ont taillé le succès de
une compagnie de la troupe. Roméo et Juliette (1996),
50 danseurs, une Cendrillon (1999), La Belle (2001),
école, un festival, un Lac (2011) sont désormais trans-
théâtre, des palmiers mis à des troupes dans le monde
et une princesse ? Un seul entier. « La danse dans son rap-
homme au monde : le chorégra- port à la narration, le danseur
phe Jean-Christophe Maillot, di- dans sa relation à l’acteur sont les
recteur des Ballets de Monte- problématiques qui me passion-
Carlo, qui fête les trente ans de la nent », affirme le chorégraphe,
troupe avec un Casse-Noisette qui a su aussi ouvrir les portes de
pour 70 interprètes monté son lieu de travail à des contem-
comme une crème fouettée. porains comme Sidi Larbi Cher-
Gourmand, Jean-Christophe kaoui ou Marco Goecke. « Je suis
Maillot ? Oui, mais jamais l’œil autant chorégraphe que directeur,
plus gros que le ventre. Ce Fran- et je ne peux pas occuper à moi
çais possède la justesse de celui seul 50 danseurs toute l’année,
qui mesure chaque jour le terrain commente-t-il. Par ailleurs, le tra-
conquis. Un exemple : ce Casse- vail en compagnie ne se comprend
Noisette bien balancé a vu le jour pour moi que dans le partage avec
en 1992 sous la toile du cirque d’autres. » Il ajoute : « Je réalise
Amar, que Maillot, alors directeur aujourd’hui que j’ai voulu donner
du Centre chorégraphique de aux danseurs ce dont je rêvais, les
Tours, avait rachetée pour tour- moyens de connaître différents
ner en France. Un coup d’éclat qui styles, moi qui ai dû arrêter de dan-
illustre le parcours accidenté et ser à 20 ans à cause d’une blessure
opiniâtre de ce champion du néo- au genou. » Maillot coproduit par
classique qui a trouvé, avec la ailleurs, avec la discrétion qui est
compagnie monégasque, un outil la sienne, des pièces comme
à son pied. Tragédie (2013) d’Olivier Dubois
ou BiT (2014), de Maguy Marin.
« Un postclassique » Et la princesse Caroline, dans
Jean-Christophe Maillot, 55 ans, tout ça ? « Elle a toujours désiré
est un cas. A la fois isolé sur son une vraie compagnie de création,
Rocher et reconnu à l’internatio- avec du contenu artistique, ré-
nal : son ballet La Mégère apprivoi- sume Maillot. Elle et moi tra-
sée, chorégraphié en 2014 pour le FÉLIX DOL MAILLOT vaillons en réelle complicité. Je suis
Ballet du Bolchoï de Moscou, a dé- complètement libre mais attentif à
croché en avril trois Masques d’or, boulot pour que ça marche comme part, poursuit-il. En réalité, j’étais lets de Monte-Carlo, j’ai dit oui. » dans l’histoire de la compagnie. son point de vue. » Et de conclure :
les « Molières russes », dont celui ça. » Son public n’hésite pas à ava- déjà isolé en France lorsque j’ai dé- Retour au plaisir du vocabulaire Créée en 1889 par un groupe no- « Finalement, mon petit Rocher est
du meilleur spectacle. A part ler les kilomètres depuis Marseille cidé de m’en aller. » De fait. Petit académique, au tourbillon jouis- tamment issu de l’Opéra de Paris, une île qui me ressemble. Il m’a as-
donc, retranché même de l’Hexa- ou le nord de l’Italie. rappel des années 1980 en France, sif des pointes. Adieu la frustra- elle passe dès 1911 sous l’influence suré une sorte de virginité perma-
gone où il se produit assez peu et Jean-Christophe Maillot parle auxquelles Maillot, interprète tion et l’autocensure. « J’en étais des Ballets russes de Serge Diaghi- nente en m’obligeant à créer dans
n’a jamais été présenté à l’Opéra franc et lucide. « J’ai toujours été à classique, tend un miroir dif- arrivé à plus ou moins nier d’où je lev, qui s’installe à Monaco. Vaslav un milieu restreint mais avec une
national de Paris – « Je le constate, fracté : en 1983, il prend la tête du venais, à rendre mon écriture plus Nijinski, les chorégraphes Michel écoute plus solide. » p
un point c’est tout », dit-il –, il affi- Centre chorégraphique national contemporaine, au risque de me Fokine, George Balanchine, les rosita boisseau
che près de 65 dates de représen- de Tours pour dix ans. perdre, s’agace-t-il. Je ne faisais peintres Bakst et Picasso, tous se-
tation par an et des recettes en « J’étais le dernier La danse contemporaine fran- pas progresser le classique, et ront collaborateurs de la compa- Casse-Noisette Compagnie,
rapport. Sur les 16 millions çaise est en plein boom et le classi- j’étais le dernier wagon de la danse gnie, dissoute en 1951 avant d’être de Jean-Christophe Maillot.
d’euros de budget de la troupe,
wagon de que baisse pavillon. Maillot tombe contemporaine ; j’étouffais. Mo- réinstituée en 1985. Au Grimaldi Forum, Monaco.
seulement 7 proviennent de la la danse comme un pavé dans la mare. naco a été un bol d’air. La direction Jusqu’au 4 janvier. Le
Principauté. Casse-Noisette Com- « J’étais même traité de réaction- de cet outil m’a donné le droit de ne « Complètement libre » 30 décembre, retransmission en
pagnie, programmé au Grimaldi
contemporaine ; naire, se souvient-il. On m’a fait plus m’interdire d’être ce que je En trente ans, près de 80 pièces, direct à la Géode, à Paris, à 20 h.
Forum, depuis le 29 décembre jus- j’étouffais. comprendre que je n’aurais jamais suis : un postclassique, comme di- dont 45 signées Maillot, ont été La Mégère apprivoisée, par le
qu’au 4 janvier 2016, est complet. l’outil classique que je désirais. sait Rudolf Noureev. » produites. Ses relectures ciselées Bolchoï. Retransmission en direct
« Dix représentations, 1 800 billets
Monaco a été Lorsque la princesse Caroline m’a Pas à pas, Maillot va solidifier un de grands ballets, défendues pen- dans 163 cinémas avec Pathélive,
chaque soir, c’est tout de même du un bol d’air » proposé en 1993 de diriger les Bal- répertoire en inscrivant ses désirs dant vingt ans par l’étoile Bernice le 24 janvier à 16 h.

Trois chanteurs lyriques et un trio de jazz, 10 GRANDS DESTINS DU XXe SIÈCLE


musiciens flingueurs entre opéra et cartoon RACONTÉS PAR 0123

Le spectacle « Oh-la-la oui oui », au Théâtre du Marais, à Paris, revisite les Années folles avec
une vingtaine de morceaux qui vantent l’amour sous toutes ses formes, y compris polissonne

MUSIQUE ses derniers réglages sur scène.


Un programme comme mon cœur bat, etc.) consti-
Assise à droite sur un grand esca- tuent une part importante de ce

L es dimanches et lundis, à
19 heures, jusqu’au 8 fé-
vrier, un violoniste ac-
cueille les spectateurs de Oh-la-la
oui oui au Théâtre du Marais, à Pa-
beau, Emmanuelle Goizé lisse ses
bas résille sous les yeux de Gilles
Bugeaud, son partenaire aux allu-
res de séducteur. A gauche, les ins-
trumentistes donnent le ton – dé-
qui enchaîne
une vingtaine
de morceaux
parcours qui vante l’amour sous
toutes ses formes, y compris « fri-
ponnes, polissonnes et cochon-
nes » (C’est pas drôle), mais la pho-
nétique pointe également au ren-
ris, en improvisant sur un stan- coiffant – de la soirée. Crâne rasé,
à la manière dez-vous du délire vocal par l’en-
dard de jazz : Nuages, de Django mains virtuoses et regard qui tue, de saynètes tremise de Francis Blanche (Au
Reinhardt. Le célèbre thème du Gilles Parodi campe un guitariste débit d’eau y a le beau Boby/Au dé-
guitariste manouche date de du genre « tonton flingueur » aux
dont il faut saisir bit de lait y a la belle Babée) sur
1940, alors que l’affiche du specta- côtés de Laurent Delaveau, con- chaque mot une musique de Charles Trenet.
cle, du nom d’une chanson de trebassiste placide arborant un ta- Avec trois fois rien (on ne veut
1919, promet de revenir au « swing touage féminin sur la poitrine, et pas parler du trio d’accompagna-
des Années folles ». de Laurent Zeller, violoniste volu- teurs qui excelle dans la mise en
Erreur dans la concordance des bile, dont les mimiques rappel- « hits » de Yes (1928), comédie mu- perspective, mais des rares acces-
temps ? Nullement. Si la langue lent parfois Guy Bedos. sicale de Maurice Yvain. Dégantée soires dont se servent les person-
(textes autant que mélodies) est (Gilles Bugeaud a laissé au ves- nages), Stéphan Druet et Sebas-
d’époque, le discours théâtral Dégantée, décantée, déjantée tiaire ses grands airs de noble ba- tian Galeota, auteur de chorégra-
(sans décors mais avec de beaux Extinction des lumières. « N’at- ryton), décantée (Stéphan Druet a phies aussi imagées que les paro-
éclairages signés Anne Coudret) tendez rien ! », clame Emmanuelle affiné la dérive comique du texte) les, offrent un cadre débordant
ne sacrifie pas à la reconstitution Goizé dans le noir. Oh que si ! Sa- et déjantée (Emmanuelle Goizé a d’imagination, toujours maîtrisé
historique. Loin de là : on est au chant qu’avec Gilles Bugeaud, du endossé le rôle de la pasionaria cependant, aux chanteurs qui
music-hall ! Et, pendant une temps des Brigands, elle a dé- moderniste jusqu’à l’excentri- évoluent entre opéra et cartoon 1 044 pages - 39,90 € - En vente en librairie
heure, cinq artistes de l’illusion poussiéré des opérettes de l’en- cité). On en salive encore… Tout (la vache de Couchés dans le foin,
comique, deux chanteurs lyri- tre-deux-guerres (Ta Bouche, Toi comme à l’évocation d’un pro- la mouette de Si vous n’aimez pas
ques et un trio de jazz, vont le c’est moi) sous la conduite icono- gramme qui enchaîne une ving- ça, n’en dégoûtez pas les autres)
prouver en multipliant les presta- claste de Stéphan Druet, qui as- taine de morceaux à la manière avec une irrésistible musicalité. p
tions à double sens sans que le pu- sure justement la mise en scène de saynètes dont il faut saisir cha- pierre gervasoni
blic baye jamais aux corneilles. d’Oh-la-la oui oui, on doit s’atten- que mot.
Alors que les derniers entrants dre à tout. Les paroles d’Albert Willemetz Théâtre du Marais, 37, rue Volta,
prennent place dans la salle inti- A commencer par une version (Yes, Mon homme, En douce, Ce Paris 3e. Jusqu’au 8 février.
miste, le quintette inédit effectue affriolante de Deux pianos, un des que je pourrais faire, Sentez Tél. : 01-71-73-97-83.
0123
JEUDI 31 DÉCEMBRE 2015 télévisions | 23

Scandales en série dans une Australie cyberconnectée VOTRE


SOIRÉE
Un labo aux activités sulfureuses, des fuites en cascade, un journaliste curieux : un cocktail idéal pour commencer l’année TÉLÉ

ARTE autant dans la lutte entre services


JEUDI 31 – 20 H 55 secrets que dans le quotidien par- J E UD I 31 D É CE M B R E
SÉRIE fois étouffant d’une bourgade de
l’outback. TF1

C
et excellent thriller poli- 20.55 Le 31, tout est permis
tico-technologique a Les « hacktivistes » à l’œuvre avec Arthur
beau avoir été créé et A toutes ces qualités s’ajoutent les Divertissement animé par Arthur.
tourné en Australie, en- décors naturels de cette région, Avec Shy’m, Christophe Beaugrand,
tre Canberra et l’arrière-pays semi- rarement vus jusqu’ici dans une Rachid Badouri, Titoff…
désertique (l’outback), il pourrait série, ainsi que Canberra, la capi- 0.30 Toute la musique
se passer à peu près partout dans tale australienne, qui nous qu’on aime
le monde. En effet, éminemment change des incontournables New Présenté par Nikos Aliagas.
contemporaine, la trame mêle à la York ou Los Angeles. D’autant que
puissance de la Toile et des nouvel- l’équipe de Shelley Birse, la créa- France 2
les technologies la fuite d’infor- trice de « The Code », a été autori- 21.00 Le Grand Cabaret
mations organisée par le cabinet sée à tourner au Parlement, en dé- sur son 31
du premier ministre pour couvrir pit du fait que, dans sa série, les Divertissement animé
les activités d’un laboratoire de re- politiques n’ont pas toujours le par Patrick Sébastien.
cherche en chimie. Des activités beau rôle et que le pouvoir vacille 1.10 Dardanus
pour le moins sulfureuses qui, face aux « hacktivistes » – enten- Opéra en 5 actes de Jean-Philippe
lorsqu’elles seront sur le point dez les activistes du Web et autres Rameau. Enregistré au Grand
d’être révélées, verront trafiquants lanceurs d’alerte. Théâtre de Bordeaux, le 22 avril.
internationaux et services secrets Après avoir été reconnue
gouvernementaux se donner la meilleure minisérie par l’Austra- France 3
main pour tuer dans l’œuf tout ris- lian Film Institute, « The Code » a 20.55 Hugo Cabret
que d’exposition au grand jour. Ashley Zukerman incarne Jesse Banks dans la série « The Code ». SIMON CARDWELL reçu le FIPA d’or 2015 du scénario Film d’aventures de Martin Scorsese.
lors du Festival international de Avec Asa Butterfield, Ben Kingsley
Des ramifications multiples Biarritz, et le Prix du meilleur ac- (EU, 2011, 120 min).
Pour autant, c’est par un banal ac- prouvant l’infidélité d’un membre nant le ministre infidèle, Ned dé- Très rythmée, mais jamais dans teur pour Ashley Zukerman. Mais 23.25 Le Tableau
cident de la route impliquant un du gouvernement à un journaliste couvre un morceau de papier sur la recherche de l’effet gratuit, fil- le montage et les décors sont lar- Film d’animation de Jean-François
camion du laboratoire en question en mal de scoops. En l’occurrence, lequel figure le nom de la bour- mée et mise en scène de manière gement à la hauteur de l’ambition Laguionie (Fr., 2011, 80 min).
que commence cette histoire aux Ned Banks (Dan Spielman) qui, gade (fictive) de Lindara, perdue remarquable, riche de personna- de sa créatrice. p
ramifications multiples. Afin de lorsqu’il n’officie pas à Password, dans l’immensité désertique. ges aux histoires singulières (sans martine delahaye Canal+
s’assurer que la presse ne s’intéres- un journal en ligne, s’occupe de Commence alors une enquête les scènes convenues de romance 20.55 Comment tuer son boss 2
sera pas de trop près à la mort Jesse (Ashley Zukerman), son frère, pour laquelle il devra, contre son ou de sexe), « The Code » plonge le « The Code », créée par Shelley Comédie de Sean Anders. Avec
d’une adolescente aborigène, le ca- un jeune homme souffrant du gré, faire appel à son frère, dé- spectateur dans le cynisme de la Birse, réalisée par Shawn Seet. Jason Sudeikis, Jason Bateman,
binet du premier ministre décide syndrome d’Asperger, par ailleurs crypteur informatique de haut politique confrontée à des « inté- Avec Dan Spielman, Ashley Charlie Day (EU, 2014, 105 min).
de provoquer lui-même un mini- geek et hackeur invétéré. vol, qu’il avait interdit d’Internet rêts supérieurs » et dans le monde Zukerman, Adele Perovic, Aden 22.40 Les Nouveaux Sauvages
scandale en adressant des photos Or, parmi les photos incrimi- pour le protéger de son addiction. impressionnant du numérique ; Young (Austr., 2014, 6 x 55 min). Thriller de Damian Szifron. Avec
Ricardo Darin, Leonardo Sbaraglia
(Arg., 2014, 120 min).

France 5

Méliès n’est pas mort, il s’appelle Scorsese 20.40 Lune


Documentaire de François
de Riberolles (Fr., 2014, 80 min).
Conte de Noël en 3D, cet hommage au pionnier du 7e art par le réalisateur américain nous ramène à l’enfance 23.35 Les Clefs de l’orchestre
de Jean-François Zygel
Invité : Lionel Bringuier.
Antonin Dvorak : « Symphonie n° 8 »
FRANCE 3 A travers une trépidante en- de cire indéridable), qui les croyait peu timide, un peu gauche, même cueillie à la mort de ses parents
JEUDI 31 – 20 H 55 quête menée par deux enfants or- détruits à jamais, de les voir de dans les plans de foule qu’il multi- par Georges Méliès, qui ne lui a Arte
FILM phelins, Hugo et Isabelle, Scorsese nouveau projetés devant une plie au début, il prend vite le des- interdit qu’une chose : aller au 20.55 The Code
interroge le mystère de ce geste salle pleine à craquer. sus sur sa technologie et révèle le cinéma. Série créée par Shelley Birse.

C e film d’aventures rocam-


bolesques se déroule dans
le décor reconstitué d’une
gare Montparnasse où, dans les
années 1920, Georges Méliès, re-
fou tout en rendant un splendide
hommage à ce cinéaste magicien,
inventeur de l’illusion cinémato-
graphique.
Au cours de leurs pérégrina-
Emouvant
Hugo Cabret aurait pu n’être
qu’un film à message, une sorte
de catéchisme de la cinéphilie, si
sens de ce projet qui n’en aurait
pas eu en deux dimensions. Aux
dessins de Méliès volant dans l’es-
pace, fraîchement libérés du tiroir
où ils dormaient depuis des an-
C’est Hugo qui va l’initier, et de
la meilleure manière qui soit : en
passant par la porte de sortie
– Hugo Cabret n’est jamais du côté
des ayants droit, toujours du côté
Avec Dan Spielman, Ashley
Zukerman, Adele Perovic
(Austr., saison 1, ép. 1 à 6/6).

M6
traité du cinéma, tenait avec sa tions, les enfants non seulement celle-ci n’était pas chez Scorsese nées, la 3D donne une qualité infi- de l’art et des artistes. p 20.55 Scènes de ménages :
femme (et ancienne actrice), découvrent les films de Méliès (et, une passion si brûlante. La sincé- niment précieuse, magique. isabelle regnier enfin ils sortent !
Jeanne d’Alcy, une boutique de avec eux, ceux des frères Lumière, rité de son élan est ce qui rend son Hugo Cabret est aussi un film Série avec Audrey Lamy, Loup-Denis
jouets. Quelques années plus tôt, d’Harold Lloyd, de Buster Keaton, film si émouvant. d’aventures : libre d’esprit et de Hugo Cabret, de Martin Scorsese Elion, Valérie Karsenti, Frédéric
alors qu’il était ruiné, il avait brûlé de Georg Wilhelm Pabst…), mais Sa beauté tient à la manière, gé- ses mouvements, Isabelle (Chloë (EU, 2011, 120 minutes). Avec Ben Bouraly (Fr., 2015, 100 min).
toutes les copies qui lui restaient ils permettent à leur auteur (Ben néreuse et naïve, dont le cinéaste Grace Moretz, extraordinaire en Kingsley, Sacha Baron Cohen, Asa 22.35 Scènes de ménages
de ses films. Kingsley, parfait en vieille statue new-yorkais s’empare de la 3D. Un apprentie aventurière) a été re- Butterfield, Chloë Grace Moretz… Série (Fr., 2015, 200 min).

0123 est édité par la Société éditrice


du « Monde » SA
SUDOKU
HORIZONTALEMENT
Durée de la société : 99 ans
I. Remplissage bien trop rapide. à compter du 15 décembre 2000.
GRILLE N° 15 - 308
PAR PHILIPPE DUPUIS
II. Saisie arrêt. Manifestent dans l’in-
diférence générale. III. Corbeille
N°15-308 Capital social : 94.610.348,70 ¤.
Actionnaire principal : Le Monde Libre (SCS).
d’argent. Personnel. Quel bonheur de Rédaction 80, boulevard Auguste-Blanqui,
75707 Paris Cedex 13 Tél. : 01-57-28-20-00
rouler dessus ! IV. Stratégie en noir et Abonnements par téléphone :
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12
blanc. Devient commune une fois re- de France 3289 (Service 0,30 e/min + prix appel) ;
I çue. Joignit les deux bouts. V. Ne com- de l’étranger : (33) 1-76-26-32-89 ;
prendront jamais rien à rien. Fournis- par courrier électronique :
abojournalpapier@lemonde.fr.
II seur d’aiguilles. VI. Passage obligé en Tarif 1 an : France métropolitaine : 399 ¤
in d’examen. Député et sénateur ita- Courrier des lecteurs
III lien et surtout compositeur. VII. Un blog : http://mediateur.blog.lemonde.fr/ ;
temps capitale du Maroc espagnol. Par courrier électronique :
IV
courrier-des-lecteurs@lemonde.fr
Petite baie. VIII. Descendit par la Médiateur : mediateur@lemonde.fr
droite. Promptement. Prépare rapide- Internet : site d’information : www.lemonde.fr ;
V ment au travail. IX. Laissa une trace Finances : http://inance.lemonde.fr ;
en mémoire. Tout à fait inexact. X. Ils Emploi : www.talents.fr/
VI Immobilier : http://immo.lemonde.fr
ont tous disparu à la chute du Mur.
Documentation : http ://archives.lemonde.fr
VII VERTICALEMENT Collection : Le Monde sur CD-ROM :
1. Petite attaque en bordure. CEDROM-SNI 01-44-82-66-40
Le Monde sur microilms : 03-88-04-28-60
VIII 2. Tournent et retournent en plein
champ. 3. Met les gens d’actions en La reproduction de tout article est interdite
IX sans l’accord de l’administration. Commission
mouvement. Couvrît de bois. 4. A mis paritaire des publications et agences de presse
beaucoup de gros rouge dans sa pein- n° 0717 C 81975 ISSN 0395-2037
X
ture. Convient. 5. Montagnes de Tur- Le libéralisme est fatigué • Allemagne, terre d’accueil •
Une campagne américaine sans illusions • Avis de tempête
sur la Chine • Syrie : une impossible paix • La grande muraille
Sous licence exclusive à Courrier international
Décembre 2015–février 2016 • 8,50€ (France métropolitaine)

économique • Jupiter, nouvelle frontière • Les invités: Malala Yousafzai,

quie et de Crête. En relation avec la Federica Mogherini, Eduardo Paes, Li Keqiang, Muhammadu Buhari…

grappe et les grains. 6. Respectai les Un hors-série de


SOLUTION DE LA GRILLE N° 15 - 307 règles. 7. Drame lyrique à Tokyo.
Comme une égoïne qui ne pourra Présidente :
HORIZONTALEMENT I. Triomphateur. II. Rédigée. Anse. III. Aton. Grinces. plus avancer. 8. Envahissent les mu- Corinne Mrejen PRINTED IN FRANCE

IV. Frigorifiées. V. Ion. Met. SN. VI. Quête. Aléser. VII. Us. Etage. Air. sées. Le strontium. Mer démontée.
80, bd Auguste-Blanqui,
9. Jardin des délices. Renfort d’accord. 75707 PARIS CEDEX 13
VIII. Ases. Bêta. Dé. IX. Net. Or. Ailée. X. Travailleurs. Tél : 01-57-28-39-00
Porteur de disque. 10. Dans les notes.
Fax : 01-57-28-39-26
VERTICALEMENT 1. Traiquant. 2. Retrousser. 3. Idoine. Eta. 4. Oing. Tes. Doit être bien défendue pour être
L’Imprimerie, 79 rue de Roissy,
5. MG. Omet. OA. 6. Pègre. Abri. 7. Héritage. 8. If. Létal. 9. Tanise. Aïe. partagée. 11. Dépasse la mesure. Dé- 93290 Tremblay-en-France
CHEZ VOTRE MARCHAND
troit entre Le Danemark et la Suède. M 04224 - 55H - F: 8,50 E - RD
Toulouse (Occitane Imprimerie)
10. Encensa. Lu. 11. Usée. Eider. 12. Resserrées.
12. Drôles d’impressions.
3’:HIKOMC=YU]ZUZ:?a@a@p@p@f"; En partenariat
avec
DE JOURNAUX
Montpellier (« Midi Libre »)
24 | 0123 0123
JEUDI 31 DÉCEMBRE 2015

EUROPE | CHRONIQUE HALTE À LA


DÉNATURATION
par ar naud l e par m e nt ie r

Quand Dany DE LA CSG il l’avait fait dans une décision sur le même
sujet, le 19 décembre 2000, le Conseil cons-
titutionnel a déclaré cet amendement con-
amène le Conseil constitutionnel à la con-
sidérer comme un impôt, la CSG a une as-
siette très large. Elle ne met pas à contribu-

était apatride traire à la Constitution en ce qu’il « traite


différemment des personnes se trouvant
dans des situations identiques ». Il valide
tion les seuls revenus du travail mais
s’étend aux revenus non salariaux, à ceux
du capital et des placements, aux revenus
ainsi la position de Michel Sapin, ministre de remplacement (à l’exception des presta-

E IL A FALLU
n cet annus horribilis 2015, des finances, et de Christian Eckert, secré- tions familiales), aux gains aux jeux. Cette
nous avons déniché une taire d’Etat au budget, qui s’y étaient oppo- CSG, qui a révolutionné le système fiscal il y
belle histoire. Daniel Co- SOIXANTE-DIX ANS À sés en vain lors du débat parlementaire. a vingt-cinq ans, est donc un impôt propor-
hn-Bendit est devenu M. Ayrault avait ressenti comme une in- tionnel, à la différence de l’impôt sur le re-
français. Enfin ! Le ministre de l’in- DANIEL COHN-BENDIT justice son renvoi de Matignon en venu (IR), qui est progressif. Elle rapporte
térieur, Bernard Cazeneuve, en a mars 2014, au lendemain de la déroute so- plus que l’IR et, surtout, – on a tendance à
informé l’ancien leader de Mai 68 POUR PASSER DU cialiste aux élections municipales. Il n’a ja- l’oublier –, elle est destinée exclusivement
personnellement par téléphone « JUIF APATRIDE » mais caché sa frustration de n’avoir pu me- au financement de la Sécurité sociale.
au printemps, alors qu’il était en ner à bien la grande réforme de la fiscalité, Déçu par la décision du Conseil constitu-
voyage aux Etats-Unis. Il a fallu À L’« EUROPÉEN promise par le candidat François Hollande, tionnel, dont le gouvernement a sobre-
soixante-dix ans pour passer du qu’il ambitionnait. Son amendement son- ment… pris acte, M. Ayrault a affirmé que
DE NATIONALITÉ
« juif apatride » à l’« Européen de
nationalité française et alle-
mande ». Car lorsque Daniel Cohn-
Bendit naît, en avril 1945, à Mon-
tauban, ses parents, juifs alle-
FRANÇAISE
ET ALLEMANDE »
U ne fois n’est pas coutume, le gou-
vernement a dû accueillir avec ju-
bilation une censure du Conseil
constitutionnel. La Haute Juridiction a in-
validé, mardi 29 décembre, l’amendement
nait comme un air de revanche et, en
l’adoptant, la majorité n’a pas été mécon-
tente d’infliger un camouflet au gouverne-
ment. Les intentions de l’ancien premier
ministre étaient louables, puisqu’il mettait
« la réforme fiscale est un engagement col-
lectif de la majorité (…), nécessaire à la com-
préhension et à l’acceptation de l’impôt »,
une façon de rappeler au président de la Ré-
publique sa promesse d’une « grande ré-
mands, sont apatrides. Ils ont été à la loi de finances pour 2016 déposé, en en avant un double souci de justice et de forme permettant la fusion à terme de l’im-
déchus de leur nationalité pour ac- de pays ennemis – sur 25 000 révi- forme de clin d’œil aux frondeurs du Parti simplification fiscale, indiquant que si son pôt sur le revenu et de la CSG dans le cadre
tivités communistes lors de l’arri- sions, 549 déchéances sont pro- socialiste, par Jean-Marc Ayrault et Pierre- dispositif était retenu cela se traduirait par d’un prélèvement simplifié sur le revenu »
vée d’Hitler au pouvoir. Ils pré- noncées et 8 000 internements Alain Muet. Il visait, pour l’essentiel, à rem- une hausse d’environ 100 euros par mois (engagement 14). Les juges constitutionnels
voient d’émigrer aux Etats-Unis et décidés ; à la Libération, où 479 dé- placer une partie de la prime d’activité par pour les bas salaires. ont fermé la porte à tout rapprochement
en oublient de déclarer Dany, qui chéances furent prononcées, no- une réduction dégressive de la contribution Mais, outre le fait qu’il était assez mal fi- entre l’IR et la CSG. Cela ne signifie pas pour
se retrouve, lui aussi, apatride. tamment pour collaboration, se- sociale généralisée (CSG) pour les salariés celé, l’amendement Ayrault avait l’inconvé- autant qu’il faut renoncer à réformer la fis-
Pour devenir français, il lui faut at- lon l’historien Patrick Weil, spécia- gagnant jusqu’à 1,34 fois le smic. Mettant en nient majeur de saper les fondements de la calité pour la rendre plus juste et plus sim-
tendre sa majorité. Trop long. Le liste de l’immigration. avant « une rupture d’égalité » entre les ac- CSG. Instituée en 1991 par Michel Rocard ple. Mais cela interdit tout bricolage à la sau-
futur héros de Mai 68 se fait natu- tifs au détriment des non-salariés, comme dans le cadre d’une loi de finances, ce qui vette et toute dénaturation de la CSG. p
raliser allemand à l’âge de 14 ans. Fondamentaux politiques
La République fédérale de Bonn Mais l’Histoire a vacciné la Répu-
expie les fautes nazies et redonne blique contre les déchéances. Ré-
leur nationalité à ceux qu’elle a ex- publique qui se distingue fonda-
clus et à leurs descendants. mentalement des monarchies,
Cette nationalité bien pratique comme le montre Patrick Weil :
permet à de Gaulle d’expulser de dans les monarchies, on est sujet
France « Dany le Rouge » en 1968. Il du roi et ce n’est pas la citoyenneté
est allemand, et allemand seule- qui fait tenir le régime ; au con-
ment, Paris et Berlin proscrivant traire, dans les Républiques, le ci-
alors les doubles nationalités. toyen est souverain, et le contrat
Jusqu’à ce que la donne change social ne délègue pas à l’Etat le
en 2003. Nous sommes le 22 jan- droit d’exclure le constituant, de le
vier, sous les ors du château de déchoir de sa nationalité. C’est vrai
Versailles, pour célébrer les 40 ans en France, aux Etats-Unis depuis

présente
du traité de l’Elysée, qui scella la ré- qu’une jurisprudence de la Cour
conciliation entre la France et l’Al- suprême de 1967 a confirmé l’in-

6
l’Almaniak 201
lemagne. On est surtout en pleine terdiction de déchéance, explique
crise irakienne : le président Jac- Patrick Weil. Ce n’est pas l’Etat qui
ques Chirac et le chancelier Ge- est souverain, mais le peuple dont
rhard Schröder veulent faire bloc il n’est que l’émanation.
et rapprocher les deux pays. On
croirait entendre Churchill propo-
ser la fusion de la France et de l’An-
Au contraire, les sujets de Sa Ma-
jesté sont plus souples : Tony Blair
a renoué avec les dénaturalisa-
LES M EILLEURS
DESSINS DE
gleterre en juin 1940. Il devient tions, tombées en désuétude,
possible d’être à la fois français et après le 11-Septembre, pas seule-
allemand. Toutefois, Daniel Cohn- ment pour « intelligence avec l’en-
Bendit attend d’être retraité de la nemi », mais si les « intérêts vi-
politique pour devenir français. taux » du pays sont « gravement
compromis ». David Cameron l’a
Mauvais souvenirs accentué, avec une trentaine de
Au fond, son parcours incarne la déchéances prononcées.
rédemption heureuse d’un Au-delà des fondamentaux poli-

640 pages.
XXe siècle noir, dans lequel nul ne tiques s’ajoute une évolution con-
veut replonger. cernant la double nationalité. Elle
Confusément, c’est ce que res- était portée à l’origine par les mi-
sentent les opposants à la dé- grants qui prenaient la nationalité
Chaque jour, un dessin
Format 11 x 14,5 cm -

chéance de nationalité pour les bi- de leur nouveau pays. En 1963, une
nationaux nés français, proposée convention du Conseil de l’Europe
par François Hollande. Ils refusent chercha à éviter la multiplication
que l’Etat tripatouille les nationali-
tés. Cela rappelle trop de mauvais
des doubles nationalités en Eu-
rope, notamment pour éviter les
de l’éditorialiste
souvenirs – Vichy a déchu 15 154 in- imbroglios sur le service militaire.
dividus, dont 6 307 de confession
juive, écrit, en mai, Jules Lepoutre,
Mais au fil des décennies, « les
Etats s’en sont détachés », constate
paru dans
pour illustrer un événement
dans la revue Esprit. Manuel Valls a Patrick Weil. Même l’Allemagne,

sins
beau répéter que sa proposition de depuis une loi de 2014, accepte lar-

Nouveaux des6
déchoir les terroristes condamnés gement le double passeport. Expli-
à condition qu’ils aient un cation : le XXIe siècle est celui de la
de l’actualité récente.
pour 201
deuxième passeport « n’a absolu- double nationalité « Erasmus ».
ment rien à voir avec les actes dis- Elle est faite de couples mixtes, qui
criminatoires du régime raciste et prennent la nationalité de leur
antisémite de Vichy », rien n’y fait. pays d’adoption mais veulent pou-
La mémoire de 1933-1945 est la voir conserver celle d’origine en
Retrouvez la collection complète des Almaniaks sur www.editions365.com
plus prégnante.
Car sur le fond, on serait tenté de
défendre le ministre de l’intérieur.
cas de divorce ou de séparation.
Ces couples globalisés, titulaires
de deux passeports, sentent leur
✁ En vente également en librairies et grandes surfaces

Franchement, on n’aurait pas


grande compassion si un assassin
nationalité affaiblie par les projets
du gouvernement. OFFRE DE SOUSCRIPTION
comme Mohamed Merah avait été A tort, peut-être, mais cette réservée aux lecteurs du Monde
déchu de sa nationalité et expulsé crainte existe, surtout si l’on
en Algérie, même s’il n’y a jamais écoute Florian Philippot, numéro Frais d’expédition (3,90 €) OFFERTS pour la France métropolitaine.
mis les pieds. Les déchéances ont deux du Front national, jubilatoire
émaillé la vie de la République : sur i-Télé : « Une fois le principe ré- OUI, je désire recevoir en souscription …… exemplaire(s) de l’Almaniak Plantu 2016 directement à mon
en 1848, contre les esclavagistes habilité, il faudra appliquer la dé-
qui refusaient l’abolition ; en 1915, chéance de nationalité plus large-
domicile. J’économise les frais d’expédition (3,90 €) et je joins mon règlement de 12,99 € (par exemplaire) à
en plein conflit mondial, lorsque ment. » Donnons à Dany le mot de l’ordre de “Almaniak Plantu”, par chèque bancaire ou postal.
la France est revenue sur les natu- la fin. « Quand on met le doigt dans
ralisations des Français originaires l’engrenage on ne sait pas où cela
Nom . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Prénom . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
s’arrête. Imaginons un gouverne- Adresse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
ment Le Pen, ou une majorité à la
LE XXIE SIÈCLE polonaise ou à la hongroise : dans Code postal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Ville . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
LMQ1

la France d’aujourd’hui, rien n’est


EST CELUI exclu. En 1968, si j’avais été français, Adresse e-mail . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . @ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
pour pouvoir m’expulser, on
DE LA DOUBLE m’aurait déchu de ma nationalité À découper et à renvoyer à :
NATIONALITÉ pour atteinte à l’ordre public ? » p Almaniak Plantu 2016 - Le Monde - 80, boulevard Auguste-Blanqui - 75707 Paris Cedex 13
Offre valable pour la France métropolitaine uniquement, dans la limite des stocks disponibles. Expédition
« ERASMUS » leparmentier@lemonde.fr immédiate. Pour les lecteurs hors France métropolitaine, rendez-vous sur le site www.editions365.com.
Tirage du Monde daté mercredi 30 décembre : 243 479 exemplaires