Vous êtes sur la page 1sur 64

CHAPITRE 2.

AUGMENTER LA NOTORIETE
DE VOTRE SITE

Mohamed Fakher BENTALEB

1
Pour qu’une relation ait la possibilité de
débuter entre votre organisation et une
personne par le biais d’Internet, il est
indispensable de faire connaître votre site,
« perdu » dans des millions de ses
semblables.

2
I. Adressage

Première étape indispensable à


l’établissement d’un site, l’adresse Internet
permet de lui donner une place sur la
Toile.

3
Une adresse Web comporte généralement 4 parties :
• http : //www .monadresse .suffixe
• http:// signifie que le site est hébergé sur un serveur
Web, au format Hyper-Text Transfert Protocol,
• www indique que le site est sur le réseau mondial World
Wide Web,
• monadresse repend généralement le nom de
l’entreprise, ou l’objet du site,
• suffixe indique l’origine géographique ou la destination
commerciale du site. Détaillons tous ces suffixes :

4
• .com: Au départ le .com était le suffixe pour désigner des sites
commerciaux, mais il est très vite devenu le suffixe le plus utilisé. car
un .com ne coûte pas cher. Seulement voilà, le problème c'est que
tous ces .com sont pris ! Enfin presque tous. Se trouver un bon nom
de domaine en .com est aujourd'hui quasiment impossible. Pour
conclure sur les .com, il n'y a donc pas que des sites commerciaux qui
en ont, mais n'importe qui peut en avoir un. C'est d'ailleurs un
problème, car des gens en achètent des dizaines, espérant qu'une
entreprise voudra bien les racheter ou qu'ils pourront les revendre.
D’après les experts, près de 60% des .com n'aboutissent sur aucun
site.
• .net: C'est comme le .com un suffixe très facile à obtenir, c'est un peu
moins surchargé que les .com, mais il y a beaucoup de demande,
étant donné que tout le monde peut aussi se le procurer !
• .org: C'est aussi avec ses deux frères l'un des plus répandus ; tout le
monde peut se le procurer. Ce suffixe a été au départ créé pour les
organisations diverses.
• .edu: Les sites portant le suffixe .edu sont tous des sites
d’enseignement.
• .gov: Les sites portant le suffixe .gov sont des sites
gouvernementaux. A noter que en France, les sites gouvernementaux
sont en .gouv.fr
• .mil: c'est un suffixe réservé à l'armée.
5
• .fr: suffixe de la France.
• .be: Suffixe de la Belgique.
• .ca: Suffixe du Canada.
• .ch: Suffixe de la Suisse.
• .de: Suffixe de l'Allemagne.
• .ie: Suffixe de l'Irlande.
• .jp: Suffixe du Japon.
• .se: Suffixe de la Suède.
• .uk: Suffixe du Royaume Uni.
• .us: Suffixe des Etats Unis.
• .info: c'est un nom de domaine général.
• .biz: il intéressera les entreprises.
• .name: il intéressera surtout les particuliers.
• .pro: il intéressera les professionnels.
• .coop: il est spécialement créé pour les coopératives.
• .aero: il est spécialement créé pour l'industrie aéronautique.
• .museum: Spécialement conçu pour les musés.

6
• Il faut penser à :
• Miser sur une présence internationale : Il existe des
pays, comme la France où les entreprises déposent plus
de .com que de .fr. La plupart des grands groupes
français créent un site en .com qui sert de porte d’accès
aux sites par pays ou par langues, et gardent une
version en .fr pour la France.

• Déposer rapidement les signes distinctifs de votre


entreprise : raison sociale, marques, modèles,
enseignes, projets, qui ont un capital image important.

• S ‘assurer que des sites au nom identique à le


terminaison près ne nuisent pas à l’image du votre !

7
Pour vérifier si l’adresse à laquelle vous pensez
n’est pas déjà prise :
www.networksolutions.com.
• Les dates de renouvellement de la cotisation
annuelle pour chacun des noms déposés sont
impératives. Les oublier entraînerait le risque de
voir disparaître le site correspondant de
l’Internet à la date d’expiration.
• La qualité intuitive de l’adresse est extrêmement
importante pour sa mémorisation et pour la
fréquentation de votre site.
8
II. Le référencement naturel : SEO
Aujourd’hui, d’après de nombreuses études, plus d’1 milliard de sites existent
sur Internet ! Le nombre de pages indexées par Google a dépassé les 40 000
milliards en 2018 ! C'est pourquoi même le plus beau des sites web sera
totalement invisible sans référencement. Donc, le seul moyen de rendre une
page visible parmi cette multitude est de l’optimiser en appliquant les règles
dictées par le moteur de recherche.

SEO est l’acronyme de Search Engine Optimization et peut être défini comme
«l’art de positionner un site, une page web ou une application dans les
premiers résultats naturels des moteurs de recherche. Si possible, la position
obtenue doit être en première page, car lors de la majeure partie des
requêtes, c’est la seule page consultée » (B.Bathelot, 2016).

En français, le SEO est désigné par le terme de référencement naturel. Dans le


contexte Français et occidental, le SEO consiste essentiellement à suivre les
« exigences » et modes de fonctionnement de Google qui concentre de 75 %
à plus de 98 % des requêtes de recherche selon les pays.
La position dans les SERPs (Search Engine result Page : page de résultat du
moteur de recherche) est obtenue à partir du score de pertinence attribué à la
page par l’algorithme du moteur de recherche sur une requête donnée. Elle
n’est pas la résultante d’un paiement fait au moteur de recherche.
9
• Plus de 350 critères sont pris en compte par l’algorithme
de Google. Ces critères varient dans le temps en
fonction des évolutions de l’algorithme et des filtres de
Google.

• L’agence SEO Synodiance illustre assez justement ces


composantes par l’expression de « 10/30/60 » du SEO :
(10% de technique, 30% de contenus et 60% de
popularité sous forme de backlinks (les liens externes)).

• Si un site obtient 10 backlinks depuis quelques sites


influents, ils seront bien plus importants et décisifs que
100 backlinks venant de sites de mauvaise réputation.

10
a). Référencement naturel sur les
moteurs de recherche
Pour attirer des visiteurs, il est indispensable que
votre site y soit référencé. D’où l’intérêt des
moteurs de recherche notamment et surtout :
GOOGLE.

11
Le Résultat naturel (ou organique):
• Un résultat naturel est l’apparition d’un site web dans
les pages de résultats d’un moteur à partir du score
obtenu par la page auprès de l’algorithme du moteur en
fonction de la requête effectuée par l’internaute.
• Cette position est donc obtenue sans paiement aux clics
auprès du moteur. Une position favorable dans les
résultats naturels, voir très favorable (position 0) est
généralement obtenue grâce à une bonne démarche
SEO.
• On distingue les résultats naturels (SEO) des résultats
sponsorisés (SEA_payants).

12
Enfin, il faut préciser que devant la
multiplication des moteurs, des méta
moteurs sont apparus, comme
Metacrawler, songsrt (musique),
metafrance,.. qui effectuent la recherche
simultanément sur plusieurs moteurs.

13
b). Les Portails

Il s’agit de donner accès d’une manière structurée


à des services et à des sites sélectionnés.

Un site portail propose des liens organisés de


manière thématique vers d’autres sites ainsi que
des services, comme un annuaire de sites, des
fonctions de recherche, de l’agrégation de
contenu, un e-mail gratuit …

14
Exemple de portail
Orange
www.orange.fr
AOL
www.aol.com

MSN
www.msn.com
Yahoo
www.yahoo.com

15
Selon un phénomène comparable à celui des
supermarchés dans les centres commerciaux, le
portail attire et fidélise un grand nombre de
clientèles.

Les portails drainent une bonne partie des revenus


publicitaires. Les annonceurs se pressent, attirés
par le nombre de visiteurs et la renommée de
ces mega-sites. Donc, le référencement sur
des portail est très important également.

16
c) « La position 0 » et la « recherche sans click »

• Une étude effectuée en 2019 par « Rand


Fishkin » (un expert du référencement
naturel) en collaboration avec
« Jumpshot » (Entreprise d’intelligence
digitale ), a étudié des milliards de
recherches, de 2016 à 2018, aux États-
Unis et en Europe. Cette étude a permis
de faire ressortir un nouveau
comportement chez les internautes.
17
ils cliquent de moins en moins sur les résultats naturels ;

 font de plus en plus de recherches sans clic, car ils


trouvent la réponse à leur requête directement dans la
« position 0 » de la SERP par le biais :

18
– des Featured Snippets : lorsque Google tente de
répondre à une question en présentant l’extrait d’une
page y répondant. Exemple :
- People Also Ask ou Autres questions posées :
questions proposées par Google pour affiner une
recherche et satisfaire la curiosité de l’internaute,
souvent en corrélation avec les Featured snippets.
Exemple pour la requête “utiliser huile d’argan” :

20
- Direct answers ou Answer box : réponses directes de
Google à une question posée (exp:Meteo, date de
naissance), etc.

21
- SEO Local avec Google maps : Google
maps est un outil très intéressant pour
les boutiques physiques. Il permet en
effet de suggérer votre boutique dans
les premiers résultats naturels. Il suffit
que l’entreprise soit associée (avec
l’outil Google My Business) à Gogle
maps. Lorsque l’internaute tape un mot
clé associé à un lieu (exemple : agence
SEO Tunisie), les adresses référencées
avec l’outil de Google maps s’affichent
souvent en première page.
Position 0

23
Google n’est plus seulement un moteur
de recherche, il devient un moteur de
réponses.

24
III. SEA
SEA est un acronyme pour Search Engine Advertising qui
signifie littéralement publicité sur les moteurs de recherche.

Dans le cadre du SEA, l’espace publicitaire consiste


principalement dans l’achat de mots clés pendant une
durée déterminée ou la rémunération par CPC (coup par
click).

L’essentiel des investissements des annonceurs dans le


domaine du SEA se fait sur Google à travers sa plateforme
de liens commerciaux Google Ads.

Les résultats sponsorisés apparaitront dans les premiers


résultats de Google avec la mention « Annonce ». 25
Exemples de résultats SEO / position
zero/ SEA sur Google :

26
27
28
Le SEA et le SEO sont deux composantes
du Search Engine Marketing (SEM) :

SEM = SEO + SEA


IV. Les programmes d’affiliation
Un programme d’affiliation est un programme par lequel un
site web marchand ou un site à vocation commerciale
(l’affilieur) propose à un réseau de sites partenaires
(les affiliés) de promouvoir par le biais de bandeaux, de
liens texte ou autres éléments ses produits ou ses
services.

Selon les cas, les affiliés sont rémunérés par une


commission sur les ventes ou en fonctions des contact
commerciaux (Leads) générés à partir de leur liens
(formulaires, installations d’application, etc).

30
Les étapes de l’affiliation sont généralement les
suivantes :
• le futur partenaire contacte par e-mail ou par
téléphone demandant l’affiliation ou, si son site
est important, peut être directement contacté par
le site marchand ;
– un accord financier est passé entre les deux parties :
– si le futur site affilié est important, le site partenaire
peut être amené à payer un montant initial, qui assure
par exemple l’exclusivité dans son secteur. Ce
montant peut atteindre plusieurs millions d’euros ;
– la commission sur les ventes est, là aussi, affaire de
négociation : elle va de 2 à 3 % jusqu’à parfois 50% !

31
L’assiette et les conditions de rémunération sont précisées
dans le cadre d’un contrat d’affiliation. Ce contrat précise
la méthode utilisée pour réaliser le tracking des
transactions ou actions générées par les visiteurs en
provenance des affiliés et de comptabiliser les
rémunérations / commissions dues.

Un programme d’affiliation peut être géré en direct par le


marchand (voir affiliation directe) ou passer par une ou
plusieurs plateformes d’affiliation.

Amazon à qui on attribue souvent la paternité de l’affiliation


compterait plus de 500 000 sites affiliés.

32
• Le principe du programme d’affiliation illustré par
Amazon :

33
1. L’affiliation directe

• L’affiliation directe désigne une relation d’affiliation qui


n’utilise pas les services d’une plateforme d’affiliation.
L’affiliation directe se rencontre quand un site marchand
gère lui même son programme d’affiliation ou quand un
marchand annonceur, qui passe en général par des
plateformes, décide d’avoir une relation directe avec
quelques top affiliés pour « faire sauter » la commission
de la plateforme et pour rémunérer éventuellement un
peu plus ses tops affiliés.

• L’affiliation directe nécessite une confiance envers


l’affilieur de la part des affiliés car celui-ci est alors juge
et partie pour la comptabilisation des commissions dues.
34
2. Les plateformes d’affiliation

• Une plateforme d’affiliation est une solution technique en mode


SaaS qui permet de gérer (pour un marchand affilieur) ou de
participer (pour les affiliés) à un programme d’affiliation.

• Pour le site commercial affilieur, la plateforme d’affiliation fournit une


interface de gestion du programme et des affiliés, ainsi qu’un accès
aux affiliés utilisateur de la plateforme.

• La plateforme assure également les paiement aux affiliés. Pour les


affiliés potentiels, la plateforme d’affiliation permet de faire acte de
candidature auprès de plusieurs dizaines ou centaines d’affilieurs et
d’accéder à ses statistiques pour les programmes pour lesquels
l’adhésion à été retenue.

35
• C’est également la plateforme d’affiliation qui
comptabilise les transactions sur les sites affilieurs,
calcule les commissions dues et les reverse aux affiliés.
La plateforme joue donc un rôle de tiers de confiance vis
à vis des affiliés.

• La rémunération d’une plateforme d’affiliation par les


sites marchands correspond généralement à un % des
commissions versées aux affiliés souvent compris entre
25 et 30 %.

• Exemple : Si la commission des affiliés est de 8% et le


% de la plateforme de 25 % des commissions, le cout
total pour l’affilieur est donc de 8 % des transactions.

• Une des principales plateforme d’affiliation du marché


français : Publicidees.com 36
37
Ce système comporte quelques risques mais offre
beaucoup d’avantages :
• pour l’affilié :
– avant tout, vérifiez si le produit ou service dont vous
ferez la publicité a des chances de se vendre ;
– définissez une méthode irréfutable pour auditer les
ventes réellement effectuées par des visiteurs venant de
votre site (auditeur externe, logiciel piloté par vos
informaticiens…) ;
– rédigez un accord écrit précisant les conditions de sortie
et les recours possibles ;
– le partenariat permet à l’affilié de générer du chiffre
d’affaires, et d’offrir un nouveau service sans subir de
coûts administratifs ou logistiques.
• Pour l’affilieur :
– il n’a pas grande chose à perdre, puisqu’un tel modèle
semble évidemment intéressant pour lui. Il paye
seulement s’il vend (surtout avec un système de
rémunération « coût par transaction »). 38
V. Les Relations Presse et les listes
de diffusions
a) Les relations presse
Votre site et le courrier électronique sont devenus deux outils indispensables
des relations presse.

• La création sur votre site d’une rubrique dédiée aux communiqués de


presse est nécessaire pour votre image et votre communication.

• Des dossiers de presse peuvent également être proposés.

• Au-delà de cette mise à disposition d’informations, l’envoi de


communiqués par e-mail est très efficace : vous pouvez proposer aux
journalistes de s’inscrire sur votre site ou sous-traiter ce travail à une
agence de relations presse. Les mails peuvent proposer un lien vers une
partie de votre site, contenant par exemple un dossier : cela évite
d’envoyer des fichiers trop lourds et lents à télécharger, très mal reçus
par les journalistes.

39
Mise en œuvre
• Le communiqué doit être court,
percutant… et léger.
• Le dossier de presse en ligne informe de
manière complète mais concise les
journalistes intéressés. N’hésitez pas à
fournir des documents à télécharger :
photographies, statistiques, fiches
produits, caractéristiques techniques, …
40
Remarque importante : Concernant l’e-mail,
attention au risque de saturation des
journalistes.
Accordez au journaliste et a vos visiteurs la
possibilité de se désinscrire à tout moment, avec
une phrase en fin de communiqué du genre :
« si vous ne souhaitez plus recevoir de
communiqués, merci de nous retourner ce
courrier avec la mention « désabonner » dans le
corps du mail ».
41
b). Les listes de diffusion
L’envoi de courrier électronique contenant une lettre
d’information (sur les produits nouveaux, les promotions
de votre entreprise) à des personnes inscrites à une
« liste de diffusion » est un excellent outil pour faire
connaître votre site.
Plusieurs méthodes sont possibles pour collecter les
adresses et créer ainsi la liste de diffusion :
• l’enregistrement des visiteurs du site, via une
« formulaire » (c’est une page de votre site sur laquelle
l’internaute peut écrire son nom, son e-mail et autres
informations ensuite les envoyés à votre entreprise) ;
• l’achat de listes de diffusion ;

42
Pour acheter des listes de diffusion il existe
quelques sites spécialisés qui ont des
adresses e-mail et quelques informations
sur des millions d’internautes à travers le
monde : exemple : MSN groups, Google
groups, Yahoo groups, Mailing List,…

43
VI. Le Display
• Le terme de « display » désigne les formes de publicité digitale
utilisant des éléments graphiques ou vidéos. La publicité display
ou le display est ce qu’on appelait simplement avant « publicité sur
Internet » ou « publicité online ».

• L’usage du terme display est apparu lorsqu’il a fallu distinguer la


publicité de type graphique (bannières, pavés, habillage, etc) des
annonces de type liens commerciaux (SEA) qui sont également des
éléments publicitaires.

• Dans le domaine de la publicité display, on distingue généralement


le display « classique » du display vidéo. On peut également
distinguer le display affiché sur ordinateurs du display diffusé sur
mobiles et tablettes.
• La distinction / quantification des marchés display et liens
commerciaux n’est cependant pas toujours si évidente.

44
1. les bandeaux
Les bandeaux (appelés également bannières, ou en
anglais « banners ») se présentent sur les pages des
sites comme des panneaux publicitaires cliquables.

Il existe de nombreux bandeaux qui sont animés, d’autres


proposant des vidéos ou du son.

Ces bannières appelées « rich media » se multiplient pour


une bonne raison : les taux de clic sont multipliés par 4
ou plus par rapport aux bandeaux statiques (qui ne sont
pas animés).

45
a) Pour placer de la publicité sur un site
• Étudiez soigneusement le site sur lequel
vous souhaitez placer votre bandeau :
• combien de visiteurs attire-t-il par mois ?
• combien de bandeaux sont diffusés sur
chaque page ?
• où placé le vôtre ?

46
b) Pour vendre de l’espace publicitaire
Votre site est un média avec une audience : il peut intéresser
potentiellement un annonceur, qui souhaite s’adresser à vos
visiteurs. Ainsi, pour vendre de l’espace publicitaire, il est important
de :

• connaître vos visiteurs : non seulement le nombre de visites, mais


aussi le temps moyen passé sur le site ;

• utilisez une tierce partie (une entreprise spécialisé en mesure


d’audience) pour auditer l’audience de votre site : cela rassure les
annonceurs et donne une crédibilité supplémentaire à votre site ;

• réalisez des jeux concours ou des sondages auprès de vos


visiteurs : cela vous permettra d’avoir des informations concernant
leur catégorie démographique (sexe et age), socioprofessionelle (le
revenu et l’emploi des visiteurs), et psychographiques (leurs style de
vie : économes, modernes ou traditionnels…).
47
2. les autres méthodes

Il n’y a pas que les bandeaux dans le secteur de la


publicité sur Internet. Il existe aussi :
a) Fenêtre (open window) : une fenêtre
supplémentaire s’ouvre au cours du chargement
de la page. Il suffit à l’internaute de fermer la
fenêtre supplémentaire pour faire disparaître la
publicité.
b) Publicité interstitielle : l’interstitiel est une
fenêtre qui apparaît et disparaît toute seule
après quelques secondes.

48
c) Le pavé
• Le pavé est un format
publicitaire digital
rectangulaire de 300 X
250 pixels. Le pavé est un
des formats principaux de
la publicité display. Il
facilite notamment
l’intégration de la publicité
dans ou à proximité des
contenus éditoriaux et
permet d’éviter ainsi en
partie l’effet de banner
blindness.
• Un exemple de pavé
publicitaire : 49
d) Banner blindness

• Le terme de banner blindness désigne le


phénomène par lequel une partie des
internautes ne voit plus les bandeaux
publicitaires.
• Consciemment ou inconsciemment, l’internaute
sait que l’élément vertical situé à droite d’une
page (skyscraper) ou l’élément horizontal en
haut d’une page (banner), est une publicité et
n’y accorde éventuellement aucune attention.

50
• Ci-contre une illustration
par « eye tracking » du
phénomène. On
remarque que
l’internaute regarde plus
le pavé situé au cœur
du contenu éditorial que
le bandeau du haut
nettement dissocié du
contenu.
51
e) Eye tracking
L’eye tracking désigne les techniques d’étude du regard ou
comportement oculaire. L’eye tracking mesure les parcours, les
points de fixation et temps de fixation du regard d’un panel
d’individus lors d’une tâche ou action donnée.

Les techniques d’eye tracking sont notamment utilisées pour :


• analyse d’éléments Internet (email, sites, pages web, applications
mobiles)
• analyse d’impact / lecture du packaging
• analyse d’impact / lecture des publicités ( presse, affichage, etc)
• analyse de l’expérience client en point de vente ou de service….

Le terme français correspondant mais rarement utilisé est


« oculométrie ».
Les techniques et outils d’eye tracking ont fortement évolué et
peuvent désormais utiliser des lunettes portables d’eye tracking
ou des webcams et donner lieu à de l’eye tracking prédictif qui
permet d’automatiser les tests sans mise en place d’études
spécifique. 52
4. Les systèmes de rémunération du
Display
On peut distinguer 4 méthodes principales de rémunération
de la publicité Display:
• Le coût par mille (CPM) : un prix est fixé pour chaque
millier de pages vues. Les tarifs appliqués actuellement
varient entre 20 et 100 euros par mille (certains
demandent plus).
• Le coût par transaction : si un internaute qui vient de
votre site achète des produits ou demande des
informations, vous pouvez facturer un prix « à
l’événement ». Un « lead » peut être rémunéré entre 4 et
20 euros. Les commissions obtenues sur une vente varie
entre 5% et 50%.
• Le coût par clic (CPC): un prix est fixé pour chaque clic
effectué.
• Le coût par temps passé : Il s’agit de facturer la durée
de vision des pages. Cette méthode est rarement utilisée.
53
VII. Le Web 2.0
• Avant d’identifier le Web 2.0, il est nécessaire de
distinguer le Web 1.0 et 3.0.

• En effet, le Web 1.0 est le Web constitué de pages


web liées entre elles par des hyperliens qui a été créé au
début des années 1990.

• Le Web 2.0 est le Web social, qui s'est généralisé avec


le phénomène des blogs, des forums de discussion
agrégeant des communautés autour de sites internet et
enfin avec les réseaux sociaux.
• Le Web 3.0, lui, n'est pas vraiment défini. En fait,
l'expression est employée par tous les spécialistes pour
expliquer ce que sera selon eux la prochaine étape de
développement du Web. La thèse dominante est de
considérer le Web 3.0 comme l'Internet des objets. 54
1. Les forums de discussion
Les forums sont une forme du Web 2.0 qui permettent de
lancer des discussions entre internautes sur un site
avec la participation éventuelle de responsables du site
pour répondre à certaines questions.
a) Les principaux avantages :
• Le forum représente un contenu gratuit, qui crée du
trafic (du mouvement) sur votre site. La quantité des
visiteurs augmentera si le forum sur votre site est
intéressant. A travers le forum on peut connaître les
attentes et les besoins des visiteurs.
• Les internautes peuvent de leur côté s’exprimer avec
toute liberté, partager leur point de vue, trouver des
réponses à certaines questions, échanger des
informations, rencontrer de nouvelles personnes.
55
b) Le rôle du modérateur
La fonction de modérateur ou l’animateur de votre site est
extrêmement importante pour éviter tout dérapage et
de créer des débats et de les canaliser, afin d’enrichir le
contenu du forum. Ce n’est pas un rôle facile, et cela
prend du temps.
c) Conseils pratiques
Les forums constituent souvent des sources d’information
très intéressantes pour une entreprise. Si vous n’avez
pas le temps pour faire un forum propre a votre site,
alors, repérez à l’aide d’un moteur de recherche ceux qui
sont spécialisés dans le secteur qui vous intéresse.
Ensuite mettre un lien hypertexte sur votre site vers ces
forums.
56
2. Les réseaux sociaux
Les techniques les plus connues dans le Web 2.0 sont les réseaux sociaux.

Le marketing des réseaux sociaux regroupe au sens large toutes les


actions marketing réalisées en utilisant les réseaux sociaux.

Le marketing des réseaux sociaux se fait essentiellement à travers des


actions de communication réalisées sous forme de publications
organiques ou sponsorisées de la part de l’annonceur et par le fait
d’encourager des publications personnelles faisant référence à la
marque (concours de tweets, concours de selfies, hashtags
publicitaires, etc.).

Les principaux médias sociaux utilisés dans le cadre du marketing des


réseaux sociaux sont :
– Facebook
– YouTube
– Twitter
– Instagram
– LinkedIn 57
– etc.
3. Solomo marketing
Le SoLoMo est l’acronyme de Social, Local, et Mobile:

• Social: une socialisation de la marque via les réseaux


sociaux,
• Local: une proximité établie entre l’entreprise et
l’utilisateur mise en place par un contenu et des outils
adaptés (geofencing),
• Mobile: un supprt mobile approprié (smartphone, smart
watch, phablet, …) pour suivre le consommateur dans
ses déplacement et sa vie quotidienne.

Exemple:
Le fait d’indiquer à ses amis Facebook sa localisation dans
un magasin à l’aide de son smartphone est un exemple
d’application SoLoMo.
58
VIII. Le Geofencing

1. Le geofencing, c'est quoi ?


• Le geofencing, c'est un moyen du geomarketing.
Ce dernier correspond à l’étude des
comportements du consommateur en tenant
compte de leur localisation. Concrètement, le
geofencing permet d’envoyer une alerte ou un
message à une personne lors de son arrivée ou
de son départ d’une zone définie en amont, sur
un support compatible.

59
• C’est grâce à la technologie
«Bluetooth Low Energy») qui
consomme beaucoup moins
d’énergie que le Bluetooth
classique qui permet ainsi
d’utiliser les mobiles avac
Bluetooth activé tout le
temps sans perdre
beaucoup d’énergie.

60
• Les possibilités d’utilisation sont multiples : Un administrateur
réseau pourra paramétrer des alertes quand un Ipad ou un
PC appartenant à son entreprise quitte les locaux, pour le
désactiver par exemple.

• Un restaurant pourra avertir via un message texte ou une


alerte push (sur un GPS ou directement sur un Smartphone),
lors d’une journée spéciale, d’une promotion sur les menus
dans son restaurant, les personnes marchant à proximité.
Vous pouvez également être averti lorsque vos amis sont
à votre proximité.

• Les seules conditions pour que le message soit transmis sont


que l'utilisateur doit avoir au préalable soit autorisé les
notifications push, soit téléchargé l'application de l'enseigne
ou encore activé son bluetooth, et enfin, qu'il se situe dans la
zone du signal de l'émetteur (0 à 50 mètres). Petit boitier
nécessaire à l'utilisation de cette technologie et fourni par de
nombreux prestataires.
61
• Le développement du marché des montres
connectées ou encore l’arrivée des voitures
connectées promettent également une utilisation
plus intensive de cette technologie. C'est une
stratégie qui s'inscrit dans une
démarche Solomo Marketing.
• Cependant, dans la mesure où elle peut
facilement être considérée comme intrusive, il
est important de suivre un certain nombre de
règles.

62
2. Quatre conseils pour mener à bien votre
campagne de Geofencing

L'action est la clé : Le message ou l'alerte que vous envoyez à l'utilisateur ne


doit pas être une simple publicité, mais un call-to-action pertinent en fonction
du lieu où se il se trouve.
Par exemple, l'annonce d'une réduction sur la formule du midi pour un
restaurateur sera bien reçue, là où une simple annonce sur votre activité et
son adresse paraissent intrusives.
Un bon timing : Une salle de sport aura tout intérêt à communiquer à l'heure de
sortie de bureaux sur une opération, plutôt qu'en matinée, où peu de monde
sera sensible à cette communication. C'est également une raison pour éviter
l'aspect intrusif de cette méthode : un bon timing est important pour atténuer
cette sensation.
Être transparent : Si vous passez par une application pour délivrer votre
alerte, indiquez bien aux utilisateurs à quoi ils s'exposent lorsqu'ils l'utilisent.
Comme dit précédemment, recevoir un SMS promotionnels ou une alerte
push peut paraître intrusif et il est important de l'indiquer.
Récolter les données : Pour optimiser l’expérience utilisateur, il est important
de récolter et traiter les données obtenues via cette technologie : le parcours
d’un client jusqu’à votre magasin et même son parcours dans ce dernier vous
permettront d'optimiser son expérience.

63
En Angleterre,
l'opérateur O2 et
Placecast ont proposé
aux cafés Starbucks
une technologie
appelée "Shop Alerts",
qui permettait à ces
dernières de paramétrer
des SMS pour les
clients de l'opérateur
situés à 2 kilomètres
autour du café.

• …./

64